Forum de prières

Prières, forum religion catholique, Jésus et Marie, informer des dangers du Nouvel Ordre Mondial, Illuminatis, l'antechrist, etc...
 
AccueilPortailS'enregistrerConnexion
Derniers sujets
» Message-Lumière de la Famille Myriam
Aujourd'hui à 15:01 par Lumen

» Pensées Salésiennes : A Tous Les Amis De Saint François De Sales Et Don Bosco
Aujourd'hui à 14:34 par Lumen

» Découvrons ensemble les œuvres de miséricorde...
Aujourd'hui à 14:10 par Lumen

» Neuvaine à saint Pierre et saint Paul - Du 21 au 29 juin - Fête de saint Pierre et saint Paul
Aujourd'hui à 13:09 par Lumen

» Apprends à évangéliser tes amis par le web !
Aujourd'hui à 12:54 par Raphaël de l'Enfant Jésus

» ROSAIRE PERPÉTUEL
Aujourd'hui à 10:49 par Robert

» Le véritable Amour est celui qui vient de Moi, ton Dieu!
Aujourd'hui à 10:47 par Robert

» Prières
Aujourd'hui à 7:19 par Mea culpa

»  Neuvaine à Notre Dame du Perpétuel Secours du 19 au 27 juin
Aujourd'hui à 3:47 par Lumen

» MARIE Notre Mère !
Aujourd'hui à 3:14 par Lumen

» Donne-nous notre Pain de ce jour (Vie) : Parole de DIEU
Aujourd'hui à 2:56 par Lumen

» Les évènements majeurs de ma vie marqués par Marie
Aujourd'hui à 0:29 par Robert

» « Elle est étroite la porte, il est resserré le chemin qui conduit à la vie »
Aujourd'hui à 0:26 par Robert

» Retraite Stabat Mater
Aujourd'hui à 0:17 par Lumen

» Terres de Mission #38 : L’ indispensable travail de SOS Chrétiens d’Orient
Hier à 23:56 par Lumen

» Gérald de Servigny : « Les cathos sont-ils de retour ? »
Hier à 23:36 par Lumen

» Le Précieux-Sang de JÉSUS.
Hier à 23:21 par Lumen

» Préparation à la consécration au Cœur Immaculé de Marie en 33 jours...
Hier à 17:01 par Lumen

» Les dévotions aux Cœurs de Jésus et de Marie
Hier à 16:32 par Lumen

» Le oui de Rébecca
Hier à 13:19 par Lumen

» Fais-Moi confiance.
Hier à 11:55 par Robert

» Le 3ème secret et le cardinal Joseph Ratzinger
Hier à 1:43 par Robert

» « La poutre qui est dans ton œil, tu ne la remarques pas ? »
Hier à 1:40 par Robert

» Mon enfant, tu n'as pas à t'inquiéter de rien;
Dim 25 Juin - 14:10 par Robert

» Dites ce que vous pensez de la Mère de Dieu ...
Sam 24 Juin - 22:31 par Robert

» « Tout ce qui est voilé sera dévoilé »
Sam 24 Juin - 22:30 par Robert

» Marie, montre-moi ton Fils
Sam 24 Juin - 22:28 par Robert

» Notre Histoire Avec Marie
Sam 24 Juin - 18:21 par Lumen

»  Ô Jésus-Hostie !
Sam 24 Juin - 16:36 par Lumen

»  Prions le chapelet avec les témoins de la foi
Sam 24 Juin - 16:20 par Lumen

Qui est en ligne ?
Il y a en tout 15 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 1 Invisible et 14 Invités :: 2 Moteurs de recherche

Aucun

Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 264 le Jeu 27 Mar - 22:02

Partagez | 
 

  « Si tu le veux, tu peux » ( Sainte Thérèse d'Avila)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Robert
Admin
avatar

Messages : 17623
Date d'inscription : 23/04/2008
Age : 66

MessageSujet: « Si tu le veux, tu peux » ( Sainte Thérèse d'Avila)   Dim 12 Fév - 2:09

Sainte Thérèse d'Avila (1515-1582), carmélite, docteur de l'Église
Vie écrite par elle-même, ch. 25 (trad. OC, Cerf 1995, p. 189 rev.)
Sainte Thérèse d'Avila (1515-1582), carmélite, docteur de l'Église
Vie écrite par elle-même, ch. 25 (trad. OC, Cerf 1995, p. 189 rev.)
« Si tu le veux, tu peux »

Mon tendre maître, tu es bien l'ami véritable ! Étant tout-puissant, ce que tu veux, tu le peux. Et jamais tu ne manques de vouloir, envers ceux qui t'aiment. Que tout ce qui est ici-bas te loue, Seigneur ! Comment faire retentir ma voix dans tout l'univers, pour annoncer combien tu es fidèle à tes amis ? Toutes les créatures peuvent nous manquer : toi qui en es le maître, tu ne nous manques jamais.

Que tu laisses souffrir peu de temps ceux qui t'aiment ! Ô mon maître, quelle délicatesse, quelle attention, quelle tendresse tu montres envers eux ! Oui, heureux celui qui n'a jamais rien aimé hors de toi ! Il est vrai, tu traites tes amis avec rigueur, mais c'est, je crois, pour mieux faire éclater dans l'excès de la souffrance, l'excès plus grand encore de ton amour. Mon Dieu, que n'ai-je de l'intelligence, du talent, que n'ai-je un langage nouveau, pour parler de tes œuvres telles que mon âme les conçoit ! Tout me fait défaut, mon Seigneur. Mais pourvu que tu ne m'abandonnes pas, moi je ne t'abandonnerai jamais...

Je sais par expérience avec quels avantages tu fais sortir de l'épreuve ceux qui ne mettent qu'en toi leur confiance. Tandis que j'étais dans [une] affliction amère..., ces seules paroles que j'ai entendues...ont suffi pour dissiper ma peine et me mettre dans une tranquillité parfaite : « Ne crains rien, ma fille ; c'est moi, je ne t'abandonnerai pas. Ne crains rien »... Et voici qu'à ces seules paroles, le calme se fait en moi, je me trouve forte, courageuse, rassurée ; je sens renaître la paix et la lumière. En un instant mon âme est transformée.



Mon tendre maître, tu es bien l'ami véritable ! Étant tout-puissant, ce que tu veux, tu le peux. Et jamais tu ne manques de vouloir, envers ceux qui t'aiment. Que tout ce qui est ici-bas te loue, Seigneur ! Comment faire retentir ma voix dans tout l'univers, pour annoncer combien tu es fidèle à tes amis ? Toutes les créatures peuvent nous manquer : toi qui en es le maître, tu ne nous manques jamais.

Que tu laisses souffrir peu de temps ceux qui t'aiment ! Ô mon maître, quelle délicatesse, quelle attention, quelle tendresse tu montres envers eux ! Oui, heureux celui qui n'a jamais rien aimé hors de toi ! Il est vrai, tu traites tes amis avec rigueur, mais c'est, je crois, pour mieux faire éclater dans l'excès de la souffrance, l'excès plus grand encore de ton amour. Mon Dieu, que n'ai-je de l'intelligence, du talent, que n'ai-je un langage nouveau, pour parler de tes œuvres telles que mon âme les conçoit ! Tout me fait défaut, mon Seigneur. Mais pourvu que tu ne m'abandonnes pas, moi je ne t'abandonnerai jamais...

Je sais par expérience avec quels avantages tu fais sortir de l'épreuve ceux qui ne mettent qu'en toi leur confiance. Tandis que j'étais dans [une] affliction amère..., ces seules paroles que j'ai entendues...ont suffi pour dissiper ma peine et me mettre dans une tranquillité parfaite : « Ne crains rien, ma fille ; c'est moi, je ne t'abandonnerai pas. Ne crains rien »... Et voici qu'à ces seules paroles, le calme se fait en moi, je me trouve forte, courageuse, rassurée ; je sens renaître la paix et la lumière. En un instant mon âme est transformée.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: « Si tu le veux, tu peux » ( Sainte Thérèse d'Avila)   Dim 12 Fév - 17:46

Amen Seigneur...

Merci robert pour cet extrait de Sainte Thérèse d'Avila qui est particulièrement touchant.

Merci pour ce partage.

Sainte Thérèse d'Avila, Priez pour nous...


Revenir en haut Aller en bas
dvdenise

avatar

Messages : 700
Date d'inscription : 05/02/2013
Age : 64
Localisation : Région Trois-Rivières, Québec, Canada

MessageSujet: Sainte Thérèse d'Avila, priez pour nous.   Sam 22 Avr - 5:08

Sainte Thérèse d’Avila, Docteur de l’Eglise, eut affaire à Satan.

Dans son autobiographie, elle raconte comment le démon, sous prétexte d’humilité, réussit à la détourner pendant plus d’un an de la pratique de l’oraison mentale, âme de la vie carmélitaine. « Le démon m’a tendu ici le plus insidieux des pièges, écrit-elle. Je souffris tant à la pensée que j’étais bien peu humble d’oser faire oraison lorsque j’étais si mauvaise que, je le répète, j’abandonnai cet exercice un an et demi, ou au moins un an… Il n’en fallait pas davantage, comme cela eut lieu, pour me mettre moi-même en enfer, sans qu’il fût besoin des démons pour m’y précipiter ».

« Oh ! mon Dieu, quel aveuglement profond ! Et comme le démon atteint bien son but, quand il dirige tous ses efforts pour faire abandonner ce saint exercice ! Il sait bien, le traître, qu’une âme qui persévère dans l’oraison, est perdue pour lui… Il a donc grand intérêt à la détourner de l’oraison » (Vie, chap. XIX).

Sainte Thérèse d’Avila avoue que, unie à Dieu, elle ne craignait le démon pas plus qu’une mouche ou une fourmi (cf. Vie, chap. 25, 20).

Sainte Thérèse d’Avila utilisait tout spécialement l’eau bénite. « J’ai vu bien des fois par ma propre expérience qu’il n’y a rien de plus efficace que l’eau bénite pour repousser les démons et les empêcher de revenir… la vertu de l’eau bénite doit être bien grande. Pour moi, j’éprouve une consolation très particulière et très sensible lorsque j’en prends. Et je l’affirme, elle me fait éprouver d’ordinaire un bien-être que je ne saurais exprimer, et une joie intérieure qui fortifie toute mon âme. Cela n’est point une illusion ; ce n’est pas une fois mais très souvent que je l’ai éprouvé et examiné avec soin » (Vie, chap. XXXI).

Sainte Thérèse raconte elle-même comment, tourmentée cruellement par le diable, elle fut enfin libérée : « Je demandai de l’eau bénite (aux religieuses qui m’entouraient). Elles m’en apportèrent et en jetèrent sur moi, mais ce fut sans effet. J’en jetai moi-même du côté où était le démon et il disparut aussitôt ; tout mon mal me quitta comme si on l’avait enlevé avec la main. Mais je restai aussi brisée que si j’avais été rouée de coups de bâton. » (Vie, chap. XXXI)

L’Eglise, commente le père Marie-Eugène de l’Enfant-Jésus, l’Eglise, dans les diverses oraisons de la bénédiction de l’eau, demande avec instance qu’à cette eau soit accordé le pouvoir de « mettre en fuite toute la puissance de l’ennemi, d’extirper cet ennemi avec tous les anges rebelles et de le chasser… de détruire l’influence de l’esprit immonde et d’éloigner le serpent venimeux… » (Cf. ancien Rituel, bénédiction de l’eau).

On comprend dès lors, ajoute le père Marie-Eugène de l’Enfant Jésus, la déposition de la vénérable Anne de Jésus, secrétaire de la sainte, au procès de béatification : « La Sainte ne se mettait jamais en voyage sans emporter de l’eau bénite. Elle avait beaucoup de peine si l’on venait à l’oublier. Aussi, nous portions toutes, suspendue à la ceinture, une petite gourde pleine d’eau bénite et elle voulait avoir la sienne » (cf. Père Marie-Eugène de L’Enfant Jésus, Je veux voir Dieu, p. 111).

Sourira qui voudra de cette pratique d’une femme extraordinaire, élevée par le pape Paul VI à la dignité de Docteur de l’Eglise universelle. Ses conseils valent aussi pour les hommes d’aujourd’hui. La sainte précise que trois ou quatre fois, le diable essaya de se présenter comme s’il était Notre-Seigneur, « mais ajoute-t-elle, s’il peut prendre la forme d’un corps qui serait de chair, il ne saurait contrefaire cette gloire qui resplendit dans le corps de Notre-Seigneur quand il se montre à nous ». (Ch. XXVIII de sa vie, écrite par elle-même).

Au chapitre XXXI, la sainte nous raconte : « Je me trouvais un jour dans mon oratoire, lorsqu’il m’apparut, à mon côté gauche, sous une forme hideuse. Pendant qu’il me parlait, je remarquais particulièrement sa bouche, elle était horrible. De son corps sortait une grande flamme claire (Saint Benoît le voit comme tout incandescent) et sans mélange d’ombre. Il me dit d’une voix effrayante que je lui avais échappé mais qu’il saurait bien me ressaisir. Ma crainte fut grande, je fis comme je pus le signe de la croix : il disparut, mais il revint aussitôt. Mis en fuite par un second signe de croix, il ne tarda pas à reparaître. Je ne savais que faire ; enfin, je jetai de l’eau bénite du côté où il était et il ne revint plus ».

François-Marie Algoud – Histoire et actualité du satanisme (2002)
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: « Si tu le veux, tu peux » ( Sainte Thérèse d'Avila)   

Revenir en haut Aller en bas
 
« Si tu le veux, tu peux » ( Sainte Thérèse d'Avila)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum de prières :: MEDITATIONS-
Sauter vers: