À Toi NOTRE PÈRE par les Saints Cœurs de JÉSUS, MARIE et JOSEPH..

Forum Catholique sous la protection de Saint Michel, faisant mémoire de Sylvie la fondatrice, Prières, Dévotions au Sacré Coeur, au Coeur Immaculé de Marie, au Coeur Chaste de Joseph et autres, Fidélité aux 3 Blancheurs et au Magistère de l'Eglise...
 
AccueilPortailS'enregistrerConnexion
Derniers sujets
» *LE SAINT ROSAIRE PERPÉTUEL*
par Raphaël de l'Enfant Jésus Aujourd'hui à 20:29

» Procession eucharistique du mardi 19 juin 2018 à Lourdes
par Raphaël de l'Enfant Jésus Aujourd'hui à 20:28

» Chapelet du mardi 19 juin 2018 à Lourdes
par Raphaël de l'Enfant Jésus Aujourd'hui à 20:24

» Pensée du jour: Mon tout-petit, Ma toute-petite, tu es très précieux/se pour Moi, ton Dieu, et J'ai besoin de toi.
par Raphaël de l'Enfant Jésus Aujourd'hui à 20:19

» « Ma relation avec la Vierge est indescriptible »
par Raphaël de l'Enfant Jésus Aujourd'hui à 20:12

» La solution de l'intérieur
par Raphaël de l'Enfant Jésus Aujourd'hui à 20:01

» La dévotion au Cœur Immaculé de Marie : Les cinq pratiques de la dévotion au Cœur Immaculé de Marie
par Lumen Aujourd'hui à 19:31

» 1652/Notre Dame de Laghet : « Cœur Spirituel » de l'Église de Nice
par Lumen Aujourd'hui à 18:30

» 397 /Saint Martin, un homme de feu au service de l’évangélisation
par Lumen Aujourd'hui à 15:10

» La dévotion au Cœur Immaculé de Marie : La récitation quotidienne du chapelet
par Lumen Aujourd'hui à 14:35

» Neuvaine à Notre Dame du Perpétuel Secours du 19 au 27 juin
par Lumen Aujourd'hui à 13:57

» Prions pour les âmes délaissées du Purgatoire avec Notre Dame de Montligeon
par Lumen Aujourd'hui à 12:34

» Neuvaine à Saint Josémaria pour le travail
par Lumen Aujourd'hui à 12:21

» Neuvaine à Saint Jean Baptiste
par Lumen Aujourd'hui à 12:05

» Un mot spirituel quotidien
par Lumen Aujourd'hui à 11:54

» Texte de Saint Josémaria : “Aimer tout le monde, comprendre, excuser”
par Lumen Aujourd'hui à 11:20

» « Mon ami, change et convertis-toi. Aime-moi en tes frères tel que Je suis, et non comme tu voudrais que Je sois. »
par Lumen Aujourd'hui à 11:12

» Jésus aujourd'hui : Mieux connaître Notre Seigneur.
par Lumen Aujourd'hui à 10:46

» Prières
par Mea culpa Aujourd'hui à 6:04

» Donne-nous notre Pain de ce jour (Vie) : Parole de DIEU*
par Lumen Hier à 23:03

» Chapelet du lundi 18 juin 2018 à Lourdes
par Raphaël de l'Enfant Jésus Hier à 20:12

» La dévotion au Cœur Immaculé de Marie : L'importance de l'esprit de réparation
par Lumen Hier à 18:38

» Angélus : « le Royaume de Dieu grandit de façon mystérieuse et surprenante »
par Raphaël de l'Enfant Jésus Hier à 18:29

» Pensée du jour: Mon tout-petit, Ma toute-petite, n'oublie jamais que c'est en reconnaissant...
par Raphaël de l'Enfant Jésus Hier à 18:20

» La Dévotion au Cœur Immaculé de Marie : une Volonté Divine
par Lumen Hier à 18:18

» Un sanctuaire à « Marie qui défait les nœuds » !
par Raphaël de l'Enfant Jésus Hier à 18:12

» Croyance et foi
par Raphaël de l'Enfant Jésus Hier à 18:01

» La Dévotion au Cœur Immaculé de Marie : Notre-Dame demande la consécration de la Russie à son Cœur Immaculé
par Lumen Hier à 17:46

» Louez Dieu tous les jours en musique
par Lumen Hier à 11:47

» Quand les poètes nous parlent de Dieu …
par Lumen Hier à 11:30

» • Avec Matthieu pas à pas • : Jean le Baptiste
par Lumen Hier à 10:57

» Jésus ne nous demande pas l'impossible, c'est à Lui que cela revient.
par Lumen Hier à 10:32

» Texte de Saint Josémaria : " Tu l'as toujours à ton côté "
par Lumen Hier à 10:20

» 7 jours pour entrer dans la JOIE de la SAINTETÉ.
par Raphaël de l'Enfant Jésus Dim 17 Juin 2018 - 21:00

» Messe internationale du dimanche 17 juin 2018 à Lourdes
par Raphaël de l'Enfant Jésus Dim 17 Juin 2018 - 20:44

» Procession eucharistique du dimanche 17 juin 2018 à Lourdes
par Raphaël de l'Enfant Jésus Dim 17 Juin 2018 - 20:41

» Chapelet du dimanche 17 juin 2018 à Lourdes
par Raphaël de l'Enfant Jésus Dim 17 Juin 2018 - 20:36

» Priez avec le Cœur de Marie, et redites à Dieu que vos enfants sont d'abord ses enfants.
par Lumen Dim 17 Juin 2018 - 10:44

» Texte de Saint Josémaria : “ Une constance que rien ne déconcerte ”
par Lumen Dim 17 Juin 2018 - 10:26

» Pensée du jour: Mon enfant, continue à avancer dans la foi pure. Tu es témoin que je te guide et t'inspire.
par Raphaël de l'Enfant Jésus Dim 17 Juin 2018 - 9:27

Qui est en ligne ?
Il y a en tout 20 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 20 Invités :: 2 Moteurs de recherche

Aucun

Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 264 le Jeu 27 Mar 2014 - 20:02

Partagez | 
 

 "Prier les psaumes avec le Christ", Un Psaume Par Jour

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Lumen
Admin
avatar

Messages : 6760
Date d'inscription : 18/10/2014
Localisation : France

MessageSujet: "Prier les psaumes avec le Christ", Un Psaume Par Jour   Dim 26 Oct 2014 - 17:04


150 invitations à une prière qui parle au coeur!.. Chaque psaume confie au Seigneur une expérience de vie à éclairer de son amour.
Toute personne peut retrouver un écho de cette expérience dans sa propre existence et la prier avec le psaume qui convient.



1. Mon bonheur

Méditation sur la recherche du bonheur


2. Un enfant nous est né

Méditation sur le passage du Dieu Tout-puissant au Dieu familier


3. Mes luttes quotidiennes 

Appel au Père pour qu'il me soutienne dans mes luttes quotidiennes avec le mal


4. Ma sécurité? Mon Père! 

Témoignage de ma sécurité dans le Père devant ceux qui me combattent. 


5. Rencontre avec le Père 

Conversation intime avec le Père à propos du mal qui nous habite


6. Père, ne me condamne pas 

Confidence au Père de ma peur de lui à cause de mon sentiment de culpabilité


7. Que je me voie dans la vérité 

Prière pour arriver à voir clair en moi: mon vrai mal et mes vrais dons


8.L'homme au coeur de la création 

Émerveillement devant le soin que le Père prend de l'homme au cœur de la création


9. Le Sauveur est avec mo i

Louange au Père pour la patience du Sauveur à me mettre dans la vérité sur moi.


10. Que fais-tu, Père? 

Pourquoi le Père laisse-t-il faire le mal sans punir? Pardon, Père, pour mon désir de vengeance


11. Je suis sûr de mon Père 

Pleine confiance au Père devant le mal universel qu'il transformera en grâce 


12. Accueil à la parole du Père 

Désolation: chacun ne croit qu'en soi. Mais la Parole du Père rejoindra les cœurs


13. Ô Père, m'as-tu oublié? 

Appel au Père dans une période de ténèbres


14. Les pécheurs devant le Père 

Contre le mal, le Père a envoyé un Sauveur qui rassemblera les pécheurs dans l'amour


15. Exercices de fidélité 

Méditation sur les comportements nécessaires pour accueillir le salut du Père


16. Sécurité dans le Père 

Méditation sur la chance d'être avec le Père et ses amis


17. À l'abri du mal 

Appel au Père pour me libérer du mal qui est en moi


18. Après une dure bataille 

Rappel d'expériences de la présence du Père dans les luttes contre le mal


19. Deux communications du Père 

Contemplation des formes de communication du Père avec nous: la création et sa Parole


20. Prière pour le pape 

Prière de solidarité avec celui que le Père a choisi pour nous éclairer[/color][/size]


21. Prière au Père du Christ 

Méditation et prière au Père qui a pris soin de son Christ et de nous.[/color][/size]


22. Du désespoir à l'espérance 

Étalage devant le Père de mes épreuves et rappel de ses interventions en faveur des mal pris.


23. Le Seigneur, c'est mon Père 

Méditation sur des expériences où le Seigneur a été un Père pour moi.


24. Le Sauveur entre chez lui 

Le Premier-né de l'univers arrive chez lui: conditions pour l'accueillir.


25. Méditation d'un pécheur 

Conversation intime d'un pécheur avec le Père sur ses expériences faites avec lui.


26. Accroché au Père 

Appel au Père pour qu'il me garde du mal et m'attache à lui.


27. Habiter la maison du Père 

Que le Seigneur me donne d'habiter avec lui et de vivre de façon à le voir face à face. 


28. Père, sauve ton peuple 

Prière au Père pour qu'il nous protège du Malin et de ses mensonges.


29. La terre, parole du Père 

Action de grâce au Père qui nous parle par sa création.


30. Il m'a sauvé 

Rappel de diverses expériences avec le Père: épreuves et consolations.


31. Souvenirs et prières 

Appel confiant au Père, fondé sur mes expériences de lui: joies et épreuves. 


32. La joie de l'aveu 

Méditation d'une expérience où je refusais de regarder mon mal en face.


33. Un grand Dieu tout proche 

Même si le Père a fait l'univers, il s'intéresse à chaque personne pour la réussite de sa vie.


34. Le Seigneur est un Père 

Émerveillement devant un Père qui fait tant de bonnes choses à qui se fie en lui.


35. Le mal me vient de partout 

Les épreuves me viennent de partout: prière au Père de m'en libérer.


36. J'ai le goût du mal 

Présentation au Père de mon envie de mal faire et appel à sa protection.


37. Expériences de vie 

Conseils de sagesse sur la manière de prendre la vie; appel à la protection du Père.


38. Ne laisse pas le mal me détruire 

Le mal est en train de me détruire: Père ne m'abandonne pas.


39. Comment me contrôler encore? 

Difficulté de ne pas maugréer contre les difficultés quotidiennes: appel au Père.


40. Il m'a sauvé 

Description du salut offert par le Père quotidiennement à ceux qui l'accueillent.


41. J'étais malade 

Prière d'un malade qui dit sa détresse et son espérance dans le Père.


42. J'ai soif de Dieu 

Au cœur de l'épreuve, appel nostalgique au Père en pensant à ses bontés.


43. Père, guide-moi 

Au milieu des tiraillements de la tentation, demande de lumière au Père.


44. Père, je ne comprends pas 

Méditation sur le contraste entre les secours passés du Père et la détresse actuelle.


45. Au Christ ressuscité 

Émerveillement devant le Christ ressuscité, sauveur du monde.


46. Le Seigneur est avec nous 

Méditation sur la force invincible assurée par la présence du Père.


47. Il est ressuscité 

Invitation au monde entier à célébrer le Christ ressuscité.


48. La famille du Christ 

Méditation sur la Communauté-témoin de l'amour rassemblée par l'Esprit du Christ.


49. Fausse ou vraie sécurité 

Méditation sur la vraie et la fausse sécurité: mise dans le Père ou dans les biens terrestres.


50. Dans la vérité, devant le Père 

Méditation sur les diverses façons de plaire au Père.


51. Confession 

Prière d'un pécheur qui avoue son péché et fait appel à l'amour du Père.


52. Où est ma sécurité 

Comparaison entre qui se fie à ses manœuvres et celui qui se fie au Sauveur et à son œuvre


53. Le Seigneur est toujours là 

Dieu finit toujours par anéantir les forces du mal et révéler sa présence à tout le monde.


54. Père, sauve-moi 

Appel pressant au Père au plus fort des luttes contre le mal


55. Du mal partout 

Présentation au Père d'un monde pétri de mal: besoin de sécurité et de conversions.


56. Après un conflit douloureux 

Méditation priante sur la présence sécurisante du Père quand des gens me veulent du mal.


57. Dans la main du Père 

Évocation des épreuves et de la protection du Père: joie devant ce tableau.


58. Maudit soit le mal 

Devant les horreurs du mal, appel au Sauveur par qui l'amour est vainqueur.


59. Père, sois sans pitié pour le mal 

Présentation au Père de mes luttes avec le mal: impression de solitude, appel à l'aide.


60. Après un échec 

Présentation au Père mes échecs humiliants: son amour est mon dernier recours. 


61. Désirs d'intimité avec le Père 

Désir d'intimité avec le Père trop grand pour mes forces: à lui de le réaliser en moi.


62. Épreuves et paix 

Les humains sont trop petits pour me faire réussir: seul le Père le peut et le veut.


63. Joie d'être avec le Père 

Émerveillement devant la présence du Père qui donne sens à tous mes problèmes.


64. Dans la détresse 

Plainte au Père pour les épreuves venues de l'entourage: confiance en sa réponse.


65. Largesses du Père 

Méditation sur l'amour du Père pour les pécheurs à qui il envoie un Sauveur qui les comble.


66. Après une lutte difficile 

Contemplation des venues merveilleuses du Père pour sauver qui lui fait confiance.


67. Père de l'univers 

Appel au monde pour qu'il découvre la présence d'amour du Père dans la vie de l'univers.


68. Longue route vers le Père 

Contemplation de la présence du Père auprès de son peuple en marche vers la Terre promise.


69. Luttes harassantes avec le mal 

Supplication au Père pour qu'il intervienne dans nos nombreux problèmes de pécheur. 


70. Cris d'un persécuté 

Appel au Père quand des gens veulent me détruire: que je sois témoin de son amour.


71. Expérience de vie 

Un vieillard médite sur la présence du Père à chacune des étapes de sa vie de pécheur.


72. Vienne son règne 

Émerveillement devant le Sauveur et souhait de le voir prendre place au cœur du monde.


73. Les réussites du mal sont temporaires 

Méditation sur les réussites de gens sans principes et les échecs des gens qui cherchent Dieu


74. Devant les victoires du mal 

Pourquoi Père n'interviens-tu pas avec puissance contre le Malin qui détruit l'univers.


75. La réponse du Sauveur 

Confiance au Père qui interviendra au temps voulu pour mettre tout le monde à sa place.


76. Sûre est la victoire sur le mal 

Le Père est de toutes nos luttes avec le mal: par sa miséricorde offerte à tout le monde.


77. Prière au Dieu de jadis 

Rappel des exploits passés de Dieu: pourquoi plus maintenant? nous a-t-il rejetés?


78. Le Dieu de la première alliance 

Long poème sur les interventions de Dieu pour son peuple de l'Alliance et leurs infidélités


79. Père, délivre-nous du mal 

Prière au Père: qu'il intervienne avec son amour pour vaincre le mal qui engendre le doute.


80. Père, prends soin de ta vigne 

Que le Père redonne vie à la famille qu'il a sauvée et la fasse passer de la haine à l'amour.


81. Si ma famille m'écoutait 

Fêtons la libération faite par le Père; rappel des infidélités qui l'empêchent d'agir encore.


82. Juger comme le Père 

Évocation des jugements humains: insensibles aux petites gens et ignorants de la réalité.


83. Le malin veut nous détruire 

Appel au Père pour qu'il nous fasse vaincre le Malin et convertisse ses agents.


84. Père, je suis bien avec toi 

Contemplation dans la joie d'être avec le Père et de s'en aller vers sa Maison 


85. Le salut nous est offert 

Que le Père nous libère de la peur de lui et nous rende sensibles à sa paix et à son amour.


86. Père, ça va mal 

Supplication au Père pour qu'il prenne soin, comme toujours, de son enfant malheureux


87. C'est en Église que je suis né 

Contemplation de la citoyenneté offerte par le Christ, comparée à la citoyenneté terrestre


88. Père, je suis désespéré 

Appel désespéré d'un malade au Père pour qu'il lui permette d'être encore témoin de l'amour


89. Émerveillement devant le Père 

Émerveillement devant le Père pour la création et pour le Sauveur qu'il nous a donné


90. Père qu'est-ce que ma vie pour toi? 

Méditation sur notre petitesse devant le Père: qu'il nous enveloppe de son amour


91. Le Père me protège de tout 

Méditation sur la promesse du Père: me protéger des obstacles qui traversent ma vie


92. Quelle joie de fêter le Père 

Émerveillement devant le Père, source de vie pour qui lui fait confiance, et destructeur du mal


93. Le Père est un être merveilleux 

Émerveillement devant la sagesse du Père manifestée dans la création et les événements


94. Père, libère-nous de l'orgueil 

Méditation sur les dégâts causés par l'orgueil: le Père est prêt à éclairer qui le désire


95. Contempler le Père et l'écouter 

Célébrons la joie d'être avec le Père; mais il avertit de ne pas faire comme à Mériba


96. Fête à celui qui vient 

Fête au Père extraordinaire qui a rempli la création de son amour


97. Un Père dont nous sommes fiers 

Fierté d'avoir un Père qui se manifeste dans la création et par la miséricorde offerte à tous.


98. Joie de résurrection 

Méditation sur al résurrection du Sauveur par le Père, selon sa promesse.


99. Notre Père est le tout autre 

Méditation sur le mystère du Père, le tout autre, qui a toujour s conversé avec ses envoyés. 


100. Que la terre chante le Père 

Appel à célébrer notre Seigneur et Père, sa présence et son amour.


101. Résolutions 

Énumération des comportements moraux que je veux offrir au Père quotidiennement. 


102. Père, viens me chercher 

Père, nous sommes en grande détresse: viens nous secourir en devenant des nôtres.


103. Contemplation du Père 

Contemplation de ce qu'offre le Père à l'univers: pardon, tendresse, justice, amour…


104. Le Père de la création 

Émerveillement devant la sagesse et l'amour du Père en créant l'univers et ses habitants.


105. Une histoire d'amour du Père 

Une histoire d'amour du Père avec son peuple depuis Abraham jusqu'à la Terre promise.


106. Autre histoire d'amour du Père 

Autre histoire d'amour: les résistances du Peuple de Dieu et les miséricorde du Père. 


107. Les miséricordes du Père 

Évocation de situations d'où le Père a libéré certains de ses enfants: désert, prison…


108. Victoire sur le mal 

Louange au Père qui a fait l'univers et nous a envoyé un Sauveur.


109. La prière du Sauveur 

Énumération de nos épreuves et prière au Père de convertir nos persécuteurs.


110. À la gloire du Sauveur 

Évocation des promesses du Père au Sauveur dans sa relation aux pécheurs.


111. Regards sur le Père et nous 

Méditation sur les œuvres du Père en faveur des gens qui le cherchent et s'attachent à lui.


112. Regards sur un enfant du Père 

Émerveillement de ce que vit un enfant du Père dans sa propre vie et avec les autres.


113. À la gloire du Père 

Hymne à l'amour offert par le Père à tout le monde, même aux plus misérables.


114. Souvenirs de libération 

Bref rappel de l'action du Père pour libérer son Peuple.


115. Méditation sur le vrai Dieu 

Notre lien au Père est enraciné dans son amour: il prend soin de la famille du Sauveur.


116. Une expérience du Père 

C'est dans les moments d'épreuves que j'ai connu et choisi le Père: il m'a libéré.


117. Moment d'émerveillement 

Un moment d'émerveillement devant le Père dont l'amour est plus grand que tout.


118. Le Père est toujours fiable 

Hymne grandiose à l'amour du Père qui m'a toujours sorti des obstacles.


119. Les desseins du Père 

Longue méditation sur la fidélité aux projets du Père et sur la joie qui en résulte.


120. Désirs de libération 

Que le Père me libère de mes illusions que je défends comme des vérités.


121. Le Père est mon gardien 

Méditation sur le Père qui m'accompagne comme mon ombre jour après jour. 


122. En route vers le Père 

Méditation sur la Maison du Père où nous vivrons dans la paix et l'amour.


123. Abandon au Père 

Affirmation de ma confiance au Père de qui j'attends l'amour comme un enfant.


124. Notre secours, l'amour du Père 

Méditation sur la protection du Père et du Sauveur contre les attaques du Malin.


125. Quand on compte sur le Père 

Méditation sur la solidité de qui compte sur le Père pour vivre dans l'amour.


126. Joie du retour au Père 

Évocation de la conversion offerte par le Père après un temps d'erreurs: joie du retour.


127. C'est le Père qui travaille 

Méditation sur le seul travail efficace: celui qu'on fait avec le Père.


128. Maison bénie du Père 

Méditation sur la joie d'une belle vie familiale: bénie par le Sauveur.


129. Chant de victoire 

Malgré toutes mes épreuves, ma vie est réussie grâce au Père.


130. Pardon, Père 

Appel à la miséricorde du Père pour mes erreurs.


131. Avec un coeur d'enfant 

Je me tiens devant le Père avec un cœur humble d'enfant.


132. Le Père a promis à David 

Méditation sur le projet de David de construire une maison au Seigneur.


133. Comme frères et soeurs 

Méditation sur la joie de l'amour fraternel.


134. Louange au Père 

Brève louange au Père qui a renouvelé la face du monde.


135. Notre Père est unique 

Appel à tous pour louer le Père qui a fait des prodiges pour son peuple.


136. Litanie à l'amour du Père 

Litanies des merveilles produites par le Père par son amour qui est de toujours. 


137. Souvenirs d'exil 

Méditation sur la tentation de fuir le désert intérieur dans des fausses joies: échec du Malin.


138. Le Père est toujours là 

Le Père est toujours là pour me donner des forces nouvelles dans mes luttes.


139. Le Père est au coeur de ma vie 

Méditation sur le mystère de la présence du Père dans tout mon être et à tout moment.


140. Le Père des pécheurs 

Confession du mal en moi et dans le monde: appel à la miséricorde du Sauveur.


141. Cris de pécheurs au Père 

Que le Père me protège du mal qui me vient de moi et de mon entourage.


142. Père, sors-moi de ma prison 

Embourbé dans mes problèmes et personne pour m'aider: appel au Père.


143. Père, libère-moi du mal 

Supplication au Père de me libérer du mal qui me tue: il l'a déjà fait dans le passé.


144. La chance d'avoir un Dieu-Père 

C'est une chance d'avoir un Père pour Dieu: il m'éduque à bien lutter.


145. Contemplation du Père 

Contemplation des manifestations d'amour du Père au long de l'histoire de l'univers.


146. Tous peuvent compter sur le Père 

Les raisons de me fier au Père plutôt qu'à tout autre dieu: il a dirigé la famille d'âge en âge.


147. Le Père, il est tout 

Louanges au Père pour toutes ses interventions dans l'univers: il est tout.


148. Hymne au Père-Créateur 

Hymne au Père pour l'amour manifestée dans l'univers, qui redonne au monde sa dignité.


149. Le Père sauve son peuple 

Exultation devant le Père et le Sauveur qui protègent les pauvres et détruisent le Malin.


150. Pour la grande fête du Père 

Appel à tous les êtres de l'univers pour louer le Père.
[/size]




(à suivre)

_________________

Quand je dis Dieu c'est un poème, c'est une étoile dans ma vie, 
du feu qui coule dans mes veines, un grand soleil pour aujourd'hui !
Revenir en haut Aller en bas
Lumen
Admin
avatar

Messages : 6760
Date d'inscription : 18/10/2014
Localisation : France

MessageSujet: Re: "Prier les psaumes avec le Christ", Un Psaume Par Jour   Dim 26 Oct 2014 - 17:50


Les 150 psaumes regroupés par thème



Prière d'émerveillement


devant le soin que le Père prend de nous: ps. 8, 63, 66, 149 

devant les interventions du Père au cours de l'histoire: 
ps. 66, 68, 78, 89, 104, 105, 106, 107, 135, 145, 147


devant le Sauveur envoyé pour nous: ps. 72

devant un Père source de Vie: ps. 92, 103, 134

devant la Sagesse du Père manifestée dans la création: 
ps. 93, 96, 97,104, 150


devant ce que le Père donne de vivre à ses enfants: ps. 112

devant l'amour offert par le Père à tout le monde: 
ps. 113, 117, 118, 136, 148





En parlant du mal avec le Père


mes luttes quotidiennes avec le mal:
ps. 3, 10, 13,18, 22, 26, 28, 30, 36, 44, 54, 74, 76, 77, 79, 83, 
86, 91, 114, 116, 118, 124, 120, 137, 138, 144


le mal qui m'habite ou qui m'entoure: 
ps. 5, 11, 17, 35, 55, 56, 81, 141


ma culpabilité: ps. 6

pour voir mon vrai mal: ps. 7, 9, 32, 120

les détresses et la maladie: 
ps. 38, 41, 42, 43, 64, 66, 69, 88, 102, 142, 143

difficulté de ne pas maugréer contre les épreuves: ps. 39

confession de mes péchés: ps. 51, 59

attitude du Père avec les pécheurs: 
ps. 53, 57, 58, 63, 80, 86, 95, 103, 109, 126, 131, 140

à propos d'échecs: ps. 60, 62

des gens veulent me détruire: ps. 70

l'orgueil en moi et dans le monde: ps. 94





En pensant au Dieu Sauveur


Louange au Père pour le Sauveur qu'il nous envoie: 
ps. 9, 65, 89, 108

le Sauveur a pris le mal sur lui: ps. 14

soin du Père pour le Sauveur et pour nous: ps. 21, 110, 115

admiration du Christ ressuscité: ps. 47, 72, 98

communauté témoin rassemblée par le Sauveur: ps. 48, 97 

confiance au Sauveur: ps. 52

que le Sauveur nous protège du mal: ps. 58, 109, 124

le Sauveur nous prépare une place dans la Maison du Père: ps. 122

joie d'une famille bénie par le Sauveur: ps. 128

l'humanité sera le temple du Sauveur: ps. 132

appel à la miséricorde du Sauveur: ps. 140

exultation devant le Père et le Sauveur pour leur soin des pauvres: 
ps. 149





Rencontres intimes avec le Père


présentation du mal qui nous habite: ps. 5

les communications du Père avec moi: ps. 19, 29

désir de voir le Père face à face: ps. 27

mes expériences de relation avec le Père: ps. 30, 31

présence du Père à chaque personne: ps. 33

nostalgie des bontés du Père: ps. 42

seul le Père peut combler mon désir d'intimité avec lui: 
ps. 61, 62, 63

ce que j'attends de l'amour du Père: ps. 69

en route vers la Maison du Père: ps. 84, 122

ce que je suis pour toi, Père de l'univers: ps. 90, 99

émerveillement devant le Père: ps. 93, 100, 104

pour un Père extraordinaire: ps. 96, 97

comment j'ai connu et choisi le Père: ps. 116

hymne à l'amour du Père: ps. 118

Les yeux d'un enfant qui regardent le Père: ps. 123, 131

présence du Père en tout mon être et en tout temps: ps. 139

la grâce d'avoir un Dieu pour Père: ps. 144, 145, 146, 147, 148





Méditations


sur le bonheur et le malheur: ps. 1;

pour passer d'un Dieu tout-puissant à un Dieu familier: ps. 2

comment accueillir le salut du Père: ps. 15

sur la grâce d'être avec le Père et ses amis: ps. 16

de la communication du Père avec moi: ps. 19

mes expériences avec Dieu comme Père: ps. 23, 30, 90, 139

ma réticence à avouer mes fautes au Père: ps. 32

manière de prendre la vie et ses inconvénients: ps. 37

force reçue avec la présence du Père: ps. 46, 91,125, 144

sur le fondement de ma sécurité: ps. 49

les façons de plaire à Dieu: ps. 50, 52, 56, 57, 62, 131

protection promise par le Père: ps. 91

le mystère de Dieu: ps. 99, 115

pour faire un travail efficace: ps. 127

joie de vivre une belle vie familiale: ps. 128, 133



(à suivre)

_________________

Quand je dis Dieu c'est un poème, c'est une étoile dans ma vie, 
du feu qui coule dans mes veines, un grand soleil pour aujourd'hui !
Revenir en haut Aller en bas
Lumen
Admin
avatar

Messages : 6760
Date d'inscription : 18/10/2014
Localisation : France

MessageSujet: Re: "Prier les psaumes avec le Christ", Un Psaume Par Jour   Dim 26 Oct 2014 - 18:18

"Prier les psaumes avec le Christ"




http://www.cursillos.ca/priere/psaumes/psaumes-intro.htm


Présentation


On dit que Thérèse de Lisieux n'était pas à l'aise pour prier avec certains psaumes qui parlaient de peur de Dieu ou de haine des ennemis. J’ai aussi rencontré souvent des gens qui m'ont dit ressentir le même malaise en lisant les psaumes, à la messe ou dans la Liturgie des Heures.  

Pour ma part, j'ai longtemps essayé de contourner la difficulté. En mon cœur, je remplaçais les expressions «peur de Dieu» ou «haine des méchants» par «peur de ne pas aimer assez le Seigneur» et par «haine du mal» plutôt que des méchants. J’étudiais aussi diverses exégèses qui suggéraient le sens mystique de certaines expressions. Mais cette gymnastique intellectuelle grugeait la spontanéité de ma rencontre filiale avec le Dieu-Père annoncé par Jésus.  

Je me suis donc risqué à réécrire les psaumes en délaissant le cadre de l’Ancien Testament pour favoriser une mentalité véritablement évangélique. Je voulais rejoindre vraiment la pensée de Jésus telle qu’elle apparaît dans l’Église du Nouveau Testament. D'où le titre: "Prier les psaumes avec la Communauté du Christ".


Les psaumes risquent de nous garder dans l'Ancien Testament

Étant donné que la prière est éducatrice de notre foi, les psaumes risquent de nous garder dans la foi d'Abraham plutôt que dans la foi de Jésus. Il est facile de constater, dans notre vie quotidienne, que beaucoup de nos réactions viennent instinctivement de l'Ancien Testament plutôt que de l'Évangile : notre Dieu reste souvent un Tout-Puissant qui exige l'obéissance plutôt qu’un Père qui offre son amour; il reste le Créateur qui produit tous les événements, même éprouvants, plutôt que l'Esprit qui donne sens à toutes les situations, heureuses ou malheureuses, produites par des humains; il est le Maître qui récompense ou punit selon le mérite plutôt que le Père miséricordieux toujours gratuit; il est le Protecteur d'une Communauté privilégiée plutôt que le Sauveur de toute l'humanité.

Réécrire les psaumes et non pas les traduire

Il ne s'agit pas d'une nouvelle traduction des psaumes: il y en a de très belles et elles sont indispensables pour nous faire pénétrer dans le cœur de nos ancêtres et pour nous enraciner dans leur foi qui est à l'origine de la nôtre. Mais il faut toujours nous souvenir que la foi d'Abraham ne trouve son vrai sens qu’à la lumière de la foi de Jésus. D’ailleurs, les psalmistes ignoraient que leur parole portait un sens mystérieux à découvrir au temps des Évangiles. Nous amputons une partie importante de leur message quand nous refusons de saisir plus que n’exprime leur verbalisation consciente.

Mais ce qui restera valable pour tous les temps, ce sont les multiples expériences spirituelles évoquées devant le Seigneur dans la prière originelle des psaumes. Ces expériences naissaient au fil des événements quotidiens et provoquaient, chez les gens, toutes les sortes de sentiments: joies ou peines, épreuves ou bien-être, attentes ou déceptions, conflits ou réconciliations, agressivité ou douceur, enthousiasme ou dépression, audace ou peur, amour ou haine. En somme, tout ce que peut vivre le peuple de Dieu dans son esprit, dans son cœur et dans son corps et dont il cherche le sens pour l’intégrer au dessein du Tout-Puissant : voilà le matériau dont les psalmistes se servaient pour parler de son Peuple à Yahweh ou pour annoncer Yahweh à son Peuple 

En priant les psaumes, la Communauté du Christ suit la même démarche, mais elle communique avec le Dieu révélé par Jésus plutôt qu'avec le Dieu révélé à Moïse. Comme les psalmistes, j’ai utilisé parfois la louange ou la supplication, parfois l’adoration ou la contrition : car cette pédagogie est aussi nourrissante pour la foi d’Abraham que pour celle de la Communauté évangélique.


Choisir la verbalisation qui convient

Parce qu'il s'agit d'un changement de regard sur la vie, certaines expressions et symboles doivent être remplacés comme, par exemple, on ne peut plus présenter la haine des ennemis comme une vertu, ou encore nous référer à Sion comme au centre actuel de l'unité. Et pour garder la caractéristique la plus originale des psaumes, j’ai dû donner priorité à un texte qui favorise la prière du Peuple actuel de Dieu, quitte à sacrifier des perles anciennes très significatives pour les  gens de l’Ancien Testament et même pour les mystiques du Nouveau Testament, mais qui ne s’enracinent pas dans la vie quotidienne d’aujourd’hui. Par exemple, la belle image du berger idéal, au psaume 23, parlait très fort dans une société largement paysanne; mais dans une société industrialisée, l’image du père idéal a beaucoup plus d’impact pour annoncer un Dieu qui veut assurer le bonheur de ses enfants par tous les moyens.  

En réécrivant les psaumes, je ne cherchais pas à conserver le plus possible la verbalisation originale; mais je choisissais les mots ou les expressions qui porteraient davantage le cœur des priants actuels jusqu’au Père, tout en les gardant en contact vivant avec l’inspiration profonde de chaque psaume. 


Les changements à faire que j’ai crus les plus importants

1.    Dans la rencontre avec Dieu, il fallait donner plus de place à la familiarité avec un Père plein d'amour qu'à l'adoration du Tout-Puissant. De même, au lieu d'insister sur le respect  craintif de la divinité, j’ai choisi le style plus spontané de l’enfant qui parle, avec son Père, en communion avec Jésus, de ses besoins, de ses problèmes et même de ses erreurs. 

2.    Jadis, la collectivité était beaucoup plus présente que l’individu dans la vie quotidienne alors qu’aujourd’hui c’est l’inverse. J’ai essayé de garder l’équilibre entre ces deux phénomènes en donnant à certains psaumes un climat très personnel et, à d’autres, un climat beaucoup plus communautaire. De toute façon, c’est au priant de développer en son cœur des échos communautaires à des expressions plus personnalisées et de se sentir concerné personnellement par les expressions plus collectives. Il importe d’éviter tout pharisaïsme qui se croit pur du mal qui l’entoure ou qui regarde les autres du haut de sa sainteté en se désolidarisant de son entourage. – D’ailleurs pour donner toute sa dimension à la prière des psaumes, nous devons être conscients que c’est la voix du Christ qui parle au Père par notre bouche au profit de toute la Communauté comme à notre profit personnel, 

3.    Les psaumes font souvent appel à la justice de Yahweh pour punir les ennemis ou les infidèles. Dans la Communauté évangélique, on multiplie plutôt les demandes de miséricorde au Père, pour soi comme pour les autres, à la manière de Jésus qui a prié même pour ses bourreaux: «Père, pardonne-leur: ils ne savent pas ce qu'ils font!» (Lc 23,34). 

4.    Jésus ne divise plus le monde entre bons et méchants, car nous ne pouvons pas juger les autres (Lc 6, 36-37) mais les traiter plutôt avec un absolu respect (Mt 5, 22); et faire comme le Père qui donne son soleil et sa pluie à tout le monde, bon ou méchant. (Mt 5, 45) Il nous offre même la capacité d'aimer les gens comme lui les aime (Jn 13, 34). C’est pourquoi j’ai pratiquement éliminé de ces psaumes les expressions qui supposaient un jugement moral sur des personnes comme «les méchants», «les pécheurs», «les ennemis», etc…Ainsi, nous ne demanderons plus pardon à Yahweh de ne pas haïr assez nos ennemis; nous ne le prierons plus de les punir par la mort. Mais nous supplierons le Père de les traiter comme nos frères et nos sœurs et de leur donner la grâce d’accueillir son dessein sur eux. soiffée de la libération offerte par le Sauveur, une libération qui reste à construire ensemble avec lui.

Voilà les principales modifications apportées au texte original des psaumes pour les rendre plus faciles à prier avec le cœur vivant de la Communauté actuelle du Christ. Mais j’ai tâché de ne perdre aucune des richesses spirituelles exprimées par les psalmistes dans leur émerveillement devant l'histoire de Dieu à travers les siècles.




GAUTHIER, Roger, o.m.i., Prier les psaumes avec le Christ, Fides/Médiaspaul, SOCABI, 2003, 253 p.

On peut se procurer ce volume dans toutes les bonnes librairies, et via Internet 


http://www.renaud-bray.com/Livres_Produit.aspx?id=25492&def=Prier+les+psaumes+avec+le+Christ%2CGAUTHIER%2C+ROGER%2C2894990367

http://www.laprocure.com/prier-psaumes-avec-christ-roger-gauthier/9782894990995.html


http://www.livresquebecois.com/livre.asp?id=pzabbwabpzug&/prier-les-psaumes-avec-le-christ/roger-gauthier

http://mediaspaul.qc.ca/catalogue/prier-les-psaumes-avec-le-christ-nouv-ed-1982[/size]


Oblat de Marie Immaculée, le père Gauthier a consacré sa vie à l'animation spirituelle et publié plusieurs livres. Convaincu de la richesse des psaumes, il tient à en faire une prière qui parle au coeur. Il choisit des mots proches de la vie quotidienne et délaisse le plus possible la mentalité de l'Ancien Testamen afin de tenir compte de la vision évangélique que nous avons aujourd'hui de Dieu et de nos rapports avec Lui. Il nous explique ici le sens de cette réécriture.

Roger Gauthier, o.m.i.

460 - 1ère Rue
Richelieu, Qc, Canada
J3L 4B5
rgau@edifice-nd.com

_________________

Quand je dis Dieu c'est un poème, c'est une étoile dans ma vie, 
du feu qui coule dans mes veines, un grand soleil pour aujourd'hui !
Revenir en haut Aller en bas
Lumen
Admin
avatar

Messages : 6760
Date d'inscription : 18/10/2014
Localisation : France

MessageSujet: Re: "Prier les psaumes avec le Christ", Un Psaume Par Jour   Dim 26 Oct 2014 - 18:52



Le Père de la création

Psaume 104 (103)

Ant: Seigneur, mon Dieu, tu es si grand !

Bénis ton Père, tout mon être !
Mon Père et mon Seigneur, tu es merveilleux !

Tu te drapes dans un univers splendide,
la lumière t'enveloppe comme un manteau
les cieux vont devant toi comme une tenture.

Tu te promènes au-delà de tout,
tu circules sur les ailes du vent
tu te balades sur les nuages.

Tu lances tes messages à tous les vents,
et les étoiles sont à ton service.

Le Père a organisé notre terre
selon des lois qui sont inébranlables.

Il l'a d'abord couverte d'un grand océan
jusque par-dessus les montagnes.

Mais un jour, affolées par le tonnerre,
les eaux se bousculaient de montagnes en vallées,
vers le lieu qu'il leur avait fixé.

Il leur a imposé des limites à ne pas franchir;
pour qu'elles ne reviennent plus noyer la terre.

Il fait couler l'eau des sources
dans les ravins; elle se répand
entre les montagnes;
elle abreuve les bêtes des champs,
les bêtes sauvages s'y désaltèrent.

Près des ruisseaux, les oiseaux font leur nid;
ils y chantent, cachés dans le feuillage.

Ant. Du fruit de tes oeuvres, Seigneur,
tu rassasies la terre.

Dans sa sagesse, il abreuve les montagnes,
la terre se rassasie de ce qu'il lui offre:

il fait pousser l'herbe pour le bétail
et les plantes que l'homme cultive,

tirant ainsi son pain de la terre,
le pain qui réconforte son corps;

et le vin qui réjouit son cœur
plus que l'huile ne fait briller le visage.

Les forêts du Père se multiplient,
avec des arbres merveilleux qu'il a créés.
C'est là que nichent les oiseaux.

Les bouquetins se tiennent dans les montagnes,
les lapins se réfugient dans les rochers.

Il a fait aussi la lune pour fixer nos jours de fêtes
et le soleil qui sait quand se coucher.

Arrivent alors les ténèbres, et c'est la nuit:
toutes les bêtes de la forêt s'y remuent.

Les lions se mettent en chasse de leur proie
qu'ils mangent comme un don du Père.

Au lever du soleil, ils se retirent
et vont dormir dans leurs tanières

tandis que les gens s'en vont travailler
à cultiver jusqu'au soir.

Ant. Heureux les yeux qui voient ce que vous voyez,
et les oreilles qui entendent ce que vous entendez.

Père, que tes œuvres sont nombreuses !
Tu les as toutes faites avec sagesse.

L'univers est rempli de tes créatures:
voici la mer, grande et vaste de tous côtés;

des animaux nombreux, petits et grands, y vivent;
c'est là que vont et viennent les bateaux
de même que léviathan dont les jeux te font sourire.

Tous les êtres sont importants pour toi:
tu leur donnes la nourriture au temps voulu:

ils la ramassent comme un don de toi
et se rassasient de tes bienfaits.

Mais si tu te caches, ils sont désemparés;
si tu reprends leur souffle, ils expirent
et redeviennent un peu de poussière.

Si tu envoies ton souffle, ils sont créés,
tu renouvelles ainsi la face du monde.

Que l'amour du Père ne s'arrête jamais,
qu'il se réjouisse de ses œuvres !

Sous son regard, la terre est secouée,
s'il touche les montagnes elles éclatent en feu.

Toute ma vie, je chanterai le Père;
je jouerai pour lui jusqu'à la fin de ma vie.

Que mon poème lui soit agréable
et que le Père me remplisse de sa joie !

Que le mal disparaisse de la terre,
que plus personne ne se méfie du Père !

Bénis le Père, ô mon cœur !
Alléluia !














Aux ânes et aux marmottes Psaume 104, 1-23 (103 A, 1-23)

Ce n’est pas seulement la tendresse du Christ pour le moindre des hommes qui nous parle de Dieu, c’est aussi la beauté du monde et la magnificence de la nature qui nous “disent” Dieu, qui nous disent une sagesse et une intelligence que nous n’avons jamais fini d’admirer. Nous sommes même capables d’aller à l’autre bout du monde pour en découvrir des beautés toujours nouvelles.

Ce n’est pas seulement le ciel et le mouvement des astres que célèbre ce psaume c’est beaucoup plus encore la richesse de la terre dès qu’elle est fécondée par les eaux, les eaux du ciel et par celles qui sortent de la terre, des sources et des fleuves. Des ânes sauvages et des oiseaux aux chamois et aux marmottes, tous ont leur part dans cette bonne et sage organisation du monde où l’homme cultive la terre et peut élever ses troupeaux.

L’ancien testament entretient la nostalgie d’un monde rural où chaque famille peut vivre en paix, chacun “sous sa vigne et sous son figuier, à condition que ce bonheur ne soit pas ruiné par les “désastres de la guerre” (*). La douceur de la fraternité (**) s’inscrit de manière naturelle dans l’horizon d’un monde que Dieu a revêtu de magnificence. Sa sollicitude ne se limite pas à l’homme, car elle s’étend à la nature toute entière, aux bêtes comme aux plantes.

Celui qui a créé ce monde avec une telle magnanimité est un Dieu écolo qui se réjouit de la formidable complémentarité de toutes les créatures entre elles. “L’ordre” que la société industrielle a voulu imposer à la nature est loin d’avoir la même “sagesse”.


* Livre de Michée, chapître 2, verset 8
** psaume 132



Frères du 28



Profusion dans tes oeuvres Psaume 104, 24-35 (103 B, 24-35)

Alors que les menaces sur l’avenir de notre planète se font plus pressantes, la prière du psalmiste prend ici beaucoup de force. Son hymne rend gloire à la splendeur de la création.

Faut-il alors comprendre le soupir qui arrive à la fin du psaume, après la louange, « Que les pécheurs disparaissent de la terre ! », comme une vision anticipatrice de ce péché dont l’univers biblique ne pouvait pas encore avoir idée : le péché de destruction de la biosphère, le péché écologique ?

Ce serait bien sûr très anachronique et surtout sans rapport avec l’expérience qui fait se lever ici la louange. Cette expérience de voir monter en lui une louange devant l’excès de la puissance et de la beauté du monde, à la vision d’un ciel nocturne, lors d’une marche en pleine nature, par la découverte des prodiges du vivant, un croyant d’aujourd’hui la vit encore.

Elle ne puise pas sa force dans le souci pour l’avenir de la vie sur cette terre, aussi sensé, urgent et noble soit-il. Sa force, elle la puise dans une présence qui accompagne toujours notre vision du monde, mais qui ne se laisse observer ni au téléobjectif, ni au microscope.

Elle est insaisissable et c’est pourquoi elle affole l’esprit et le met en crise. Cette présence ne se tient au repos que dans la prière, invisible mais bien là. Elle ne trouve son Nom que dans le souffle d’une louange. Le péché de l’homme enténèbre le monde, mais l’Esprit du Seigneur, l’Esprit de Sainteté est plus fort que le péché. Il renouvelle sans cesse la face de la terre !




Frère Pascal Marin

_________________

Quand je dis Dieu c'est un poème, c'est une étoile dans ma vie, 
du feu qui coule dans mes veines, un grand soleil pour aujourd'hui !
Revenir en haut Aller en bas
Lumen
Admin
avatar

Messages : 6760
Date d'inscription : 18/10/2014
Localisation : France

MessageSujet: Re: "Prier les psaumes avec le Christ", Un Psaume Par Jour   Lun 27 Oct 2014 - 16:00




Deux communications du Père

Psaume 19 (18)

Ant: Béni sois-tu, Seigneur, pour ton immense gloire.

Devant l’univers, j’entends le Père me parler;
dans la voûte étoilée
il me révèle un peu de sa splendeur.

Dans les jours et les nuits qui se suivent,
sans manquer, depuis toujours,
il me dit sa sagesse.

Pas de discours, pas de mots, aucun son
et pourtant le message parcourt toute la terre;
il arrive jusqu’au bout du monde.

Et puis il y a le soleil avec son rythme quotidien.
À chaque soir, il se cache pour la nuit,
ais le matin, il revient, joyeux,
comme un jeune époux sort de sa chambre,
comme un athlète qui prend son élan.

Il part d’une extrémité du ciel
pour aller jusqu’à l’autre extrémité,
réchauffant tout de ses rayons.

Mais le Père me parle aussi avec des mots :
il me dit comment réussir ma vie.

Il me révèle un projet plein d'amour
qui est en moi générateur de vie.

Je puis faire confiance à ses ordres
qui me disent comment me conduire.

Ses exigences sont ajustées sur la réalité;
c’est ainsi qu’elles mettent en mon cœur
beaucoup de paix et de joie.

Il ne demande rien de compliqué :
ses commandements me donnent de voir clair.

Le Père ne demande pas le respect
pour des raisons égoïstes;
c’est pourquoi ses ordres traversent les siècles.

Toutes ses décisions mènent à la vraie Vie;
elles sont pleinement justifiées.

Loin d’être pour moi un fardeau,
elles m’attirent plus que toutes les richesses;

je les savoure autant et plus que le miel,
que le miel le plus doux.

Ô Père, moi qui suis ton enfant,
j’accueille tous tes avertissements;
je les respecte comme des avis précieux.

Il m’arrive comme à tout le monde
de faire des erreurs involontaires;
pardonne-moi les fautes qui m’échappent.

Préserve-moi du mal qui cherche à s’imposer;
rends-moi libre de son emprise;

garde-moi sans reproche,
pur de toute faute importante.

En parlant ainsi devant toi,
Seigneur Jésus, mon Sauveur,
j’espère ton intercession auprès du Père.















L'ouvrage de tes mains Psaume 19 a (18 a)

On raconte que les bergers d’Arcadie ont inventé la philosophie en regardant les étoiles. Ils gardaient les troupeaux de chèvres le soir, sous un ciel bleu roi, parsemé d’étoiles. Ce spectacle magnifique et éternel suscita dans leur cœur la question : Pourquoi y-a-t-il quelque chose plutôt que rien ? Quelle est la place de l’homme dans l’univers ? Quel Dieu a pu créer une telle beauté et à quelle fin ?

Oui, les cieux proclament la gloire de Dieu, et les montagnes aussi, et la coccinelle. Ma petite amie Julie aussi traduit le talent divin : tant de fraîcheur, d’ingénuité, de gentillesse et de tendresse, de drôlerie et de douceur…
Les chrétiens qui chantent les psaumes ne peuvent s’empêcher de voir dans cette hymne au soleil un hommage au Christ. Notre soleil, c’est Jésus Christ !

Quand il apparaît hors de sa tente, il traverse les nuages pour descendre sur la terre. Quand il s’élance en conquérant joyeux, les disciples partent avec ferveur annoncer la bonne nouvelle dans le monde entier. Quand rien n’échappe à son ardeur, il veut tout réunir dans son amour et faire de chacun son frère et sa sœur.

Sa Parole est un feu. Les mystiques – surtout les femmes – voient le Christ dans un rêve. Elles sont touchées au cœur par un rayon de soleil, chaleureux, réconfortant et illuminateur.

« C’est une si douce caresse d’amour qui se fait entre l’âme et Dieu, que je le prie dans sa bonté de vous la faire éprouver » dit sainte Thérèse d’Avila. Oui, que la présence de Dieu autour de nous soit comme un doux rayon de soleil printanier dans un jardin d’oranger.



Frère Philippe Verdin



Le regard clair Psaume 19 b (18 b)

Le regard limpide

Ce qui clarifie le regard, ce qui redonne vie,
une unique chose : la reconnaissance et la tendresse, lues dans les yeux d’un autre. Dans la caresse de son toucher, dans son sourire, esquissé en douce du coin de l’oeil.
La tendresse n’est pas bavarde, ne cherche pas à plaire.
Elle ne dit pas qu’elle aime, ou bien dans le secret, et souvent elle se cache sous une certaine rudesse chez les taiseux.

Elle est présence, patience, temps donné.
Elle construit la paix. Elle aime la joie.
Elle magnifie le fait d’exister pour quelqu’un.
Le reste, tout le reste, est vain.

Cette tendresse, si claire aux yeux de ceux qui l’ont vue,
fait demeurer l’ami quand les autres s’en vont,
elle tient ferme la main qui tremble de maladresse
et frissonne avec celui qui a froid de chagrin.

Cette tendresse peut traverser la violence et affronter la déception.
Elle en ressort endolorie, saignant parfois, les yeux usés, lavés de larmes,
mais elle est là, le regard plus clair qu’avant, limpide.
Elle n’accuse pas, jamais, et excuse souvent.

Elle n’est pas d’abord un sentiment. Mais un commandement.
Comment peut-on pourtant donner l’ordre d’aimer ?

Simplement, parce que rien d’autre ne tient le monde, sinon elle, la tendresse, rugueuse ou discrète, selon ceux qui l’habitent.
Parce qu’elle ne passe pas et survit à la mort.
Parce que le premier cri du nouveau-né ne peut pas revêtir d’autre forme que ce commandement : Aime-moi.
Parce que c’est le cri de Dieu en nous, avant d’être notre cri.
Que l’amour soit offert.
Partagé.
Reçu.
Limpide.



Sœur Anne Lécu


_________________

Quand je dis Dieu c'est un poème, c'est une étoile dans ma vie, 
du feu qui coule dans mes veines, un grand soleil pour aujourd'hui !
Revenir en haut Aller en bas
Lumen
Admin
avatar

Messages : 6760
Date d'inscription : 18/10/2014
Localisation : France

MessageSujet: Re: "Prier les psaumes avec le Christ", Un Psaume Par Jour   Mar 28 Oct 2014 - 14:32




Rencontre avec le Père

Psaume 5 (4)

Ant: Dieu, le premier nous a aimés, il nous attire à sa rencontre.

Père, dès mon réveil, ce matin,
j’ai préparé ma rencontre avec toi.

Me voici devant toi et j’attends.
J’ai des choses à te dire,

je sais que tu vas les écouter :
tu as toujours été attentif à mes appels
car tu es un Père dominé par l’amour.

Je sais que tu n’aimes pas le mal, où qu’il soit :
en moi comme en toute l’humanité;

je sais que tu le détestes sans équivoque,
et travailles à le détruire partout sur la terre :

surtout chez les gens qui rendent les autres malheureux,
ou qui refusent de voir la vérité sur eux-mêmes,

aussi chez les gens qui cultivent des fruits de mort
ou qui n’ont aucun souci de la justice.

Mais en même temps, ta bonté est si grande
que n’importe qui peut te rencontrer où qu’il soit
et s’en remettre à ton amour,

car tu es fidèle à tes promesses de nous libérer du mal
sur notre route quotidienne.

Pour cela, garde-nous lucides contre nos illusions
qui s’infiltrent en nos pensées, comme en notre cœur ;

nous aimons justifier nos faussetés à nos propres yeux.
Seigneur ne nous laisse pas confondre la mort et la vie.

Tu nous offres de tourner en sources de libération
les épreuves nées de nos propres erreurs :
donne-nous d’accueillir cette action de toi en nous.

Nous rappelant ces réponses de toi à nos appels,
nous sommes habités tout entiers par la joie

et nous voudrions la clamer à tous les jours
comme ta victoire sur le mal qui nous habite.

Ta bienveillance nous enveloppe et nous protège;
sois notre abri aujourd’hui et toujours.











Que s'illumine ton visage !

Le bonheur ? Puis-je même encore y croire ?
Trop de douleurs, trop d’angoisses, trop d’abîmes habitent ma vie et celle de ceux que j’aime, du monde que j’aime. Celui qui promet le bonheur ne peut-il alors être qu’un de ces charlatans, vendeurs du temple moderne ?
Mais alors comment rester en vie aux heures de chagrins ? quand mon corps et mon cœur flanchent ?

«  Quand je crie, réponds-moi, Toi qui me libères dans la détresse. » (*)

Mon Dieu, serait-ce toi  qui peux me faire traverser les ombres de la mort, me donner de croire, malgré tout. Il est parfois si violent ce « malgré tout », que seul un filet de lumière ou d’eau vive peut se frayer un chemin.

Comme celui à l’heure de ta mort, quand une lance ennemie a transpercé ton côté. De l’eau et du sang jaillirent et n’ont pas cessé depuis. Puissances de vie - malgré la mort - pour étancher nos soifs et nous retourner doucement vers le jour.

Croire alors en ta joie. Celle qui ne s’oppose plus au chagrin, au non-sens. Un tressaillement. Celui de l’amitié, de la fraîcheur d’un matin, de la tendresse d’un visage, du goût des petits riens ordinaires. Furtif, mais charnel. Lentement, aimer ma vie, telle qu’elle est car le Père l’aime, lui, sans attendre. Choisir alors de ne rien garder pour moi seule, ni la peur, ni les peines, ni le goût des vivants ou la timide espérance d’être aimée. Visitation secrète d’un Dieu qui a décidé de ne jamais nous délaisser. Sentir la vie, au risque d’en souffrir.


* verset 2




Sœur Véronique Margron


_________________

Quand je dis Dieu c'est un poème, c'est une étoile dans ma vie, 
du feu qui coule dans mes veines, un grand soleil pour aujourd'hui !
Revenir en haut Aller en bas
Lumen
Admin
avatar

Messages : 6760
Date d'inscription : 18/10/2014
Localisation : France

MessageSujet: Re: "Prier les psaumes avec le Christ", Un Psaume Par Jour   Mer 29 Oct 2014 - 19:49




Un Père dont nous sommes fiers

Psaume 97 (96)

Ant: Que le nom du Seigneur soit votre joie:
rendez grâce en rappelant son nom très saint!


Notre Père est au-dessus de tout;
que la création entière exulte !
que les gens éloignés se réjouissent avec l'univers !

Ce Père, il est entouré de mystère;
amour et vérité en sont les bases.

Il se fait deviner par la lumière qui le précède
et qui dévoile les cachettes du mal.

Parfois, ses éclairs illuminent le monde
et la terre en tremble;

les montagnes se font petites devant lui
comme la cire qui fond devant le feu.

Les cieux ont proclamé sa présence
et tous les peuples ont deviné sa gloire.

Comment peut-il y avoir encore des idolâtres
qui font confiance à leurs divinités ?

des divinités qui ne peuvent que s'effacer
devant notre Père !
Ta famille, Seigneur, t'a accueilli, elle se réjouit;
des communautés de partout exultent
à cause de ta miséricorde !

Car c'est toi, notre Père,
qui domine toute la terre,
plus grand que nos petites divinités.

Vous qui aimez le Père, haïssez le mal.
Il garde la vie des gens qui le cherchent,
il les garde libres de l'emprise du Malin.

À qui est sincère, une lumière est donnée,
et c'est une joie pour les cœurs vrais.

Réjouissez-vous à cause du Père,
célébrez-le en pensant à son amour.











Cœur simple

Le cœur simple. Mais qu’est-ce qu’un cœur simple pour Dieu ? Un cœur sincère et droit. Un cœur qui ne veut pas connaître la méchanceté et refuse la duplicité ou l’art destructeur du mensonge. Surtout un cœur qui aime, passionnément, sans se lasser, avec une fidélité inventive. Un cœur qui ne renonce pas devant les creux et les méandres de la vie, parfois ses abîmes.

Mais existe-t-il un tel cœur ? Un humain peut-il se prévaloir d’aimer ainsi ? De devenir un, véritablement lui-même. Non pour se regarder, mais au contraire pour se détourner de lui, au profit de la vie bonne, de la justice, pour d’autres.

Moi, Seigneur, je suis empêtrée dans mes ambiguïtés, ma part obscure, mes peurs, tout ce qui retient mon âme d’être vraiment libre, pour toi mon ami et mon Dieu ; pour d’autres, dont la peine, la question, la plainte, le silence, m’implorent.

En ton Fils, c’est ainsi que tu as vécu, l’homme vrai, le cœur pur. Non une pureté de séparation, hautaine, lointaine, mais celle qui traduit la blessure d’aimer avec justesse. « Heureux les cœurs purs » dis-tu dans les Béatitudes (*). Heureux ceux qui vont de compagnie, consentent à la douleur de l’amitié, du don. Ceux qui prennent tout ensemble : la peine et la joie, la colère et la douceur. Heureux ceux qui liguent de concert leur cœur, leur pensée, leur volonté, pour les orienter tous trois vers ce qui fait vivre, vers ce qui restaure. Là est l’unité véritable, la simplicité.

C’est ton courage seul qui peut nourrir ma pauvre force. La porter si nécessaire. Juste pour m’approcher de toi. De mon humanité aussi. Sur ce chemin, ta joie est offerte avec largesse, y compris par gros temps.


* Êvangile selon st Mathieu, chapître 5,
verset 8




Sœur Véronique Margron


_________________

Quand je dis Dieu c'est un poème, c'est une étoile dans ma vie, 
du feu qui coule dans mes veines, un grand soleil pour aujourd'hui !
Revenir en haut Aller en bas
Lumen
Admin
avatar

Messages : 6760
Date d'inscription : 18/10/2014
Localisation : France

MessageSujet: Re: "Prier les psaumes avec le Christ", Un Psaume Par Jour   Jeu 30 Oct 2014 - 13:58




Vienne son règne

Psaume 72 (71)

Ant: Il aura souci du malheureux; il sauvera le pauvre et le faible.

Père, donne-nous de faire confiance à ton Envoyé,
de nous fier à sa vision de la vie qu'il nous offre.

Donne à l'humanité de croire à son rôle de Sauveur
attentif aux humbles qui aiment dépendre de lui.

Grâce à lui, tous les événements, petits ou grands,
sont sources de croissance pour tout le monde,

surtout pour les petits et les pauvres
qu'il protège contre l'exploitation.

Donne-nous de nous attacher à lui pour toujours,
aussi longtemps que durera la création,
jusqu'au bout de l'éternité.

Que son règne s'étende sur toute l'humanité
comme la pluie qui détrempe les labours
et fait germer et croître les semences.

Que sa présence en notre monde
fasse fleurir la vie en nos cœurs
selon le rythme propre à chacune des saisons.

Que son amour domine d'une mer à l'autre,
de l'arctique à l'antarctique.

Qu'il rejoigne autant les gens qui le fuient
que les gens qui le combattent;

qu'il accueille le tribut des grands
comme le service des peuples de la terre.


Ant. J'ai fait de toi la lumière des peuples,
mon salut jusqu'au bout du monde.


Il répond toujours au pauvre qui appelle;
il s'occupe des petites gens sans appui.

Il se fait du souci pour la vie du pauvre et du faible;
il les soutient quand on les brutalise.
Pour eux, il a donné sa propre vie.

Vive notre Sauveur !
À lui, ce que nous avons de plus précieux !

vers lui notre regard sans cesse émerveillé !
tout le jour, notre action de grâce !

Que son salut éclate jusqu'au sommet des montagnes
et jusqu'au fond des vallées;

qu'il nous éblouisse comme un champ de blé qui ondule
ou comme un immense pays de verdure.

Que sa renommée nous arrive d'en haut
et qu'elle couvre toute la terre.
Rien que de le nommer fait éclater la grâce
car il est pour tous " Le Bienheureux ".

Béni soit le Seigneur Dieu, le Père du monde,
le seul qui, de la mort, fait naître la vie !

Béni soit à jamais son amour merveilleux !
Que toute la terre soit remplie de lui !
Amen ! Amen !














Tous les rois devant lui

On aurait pu penser que ce psaume a été écrit pour la fête du Christ-Roi, mais il n’en est rien. Ce Roi qui est annoncé par ce psaume, c’est pour nous Jésus, le Messie des pauvres, celui qui était l’ami des pécheurs, celui qui faisait bon accueil aux prostituées, celui qui dérangeait tellement les puissants qu’ils ont obtenu sa condamnation à mort. Mais Il est aussi celui qui “par sa mort a vaincu la mort”.

La royauté en Israel est une restitution tardive et qui a été vivement critiquée par le prophète Samuel : au peuple qui demande un roi, il annonce que ce roi le fera souffrir par sa violence. Samuel finira pourtant par donner l’onction royale à David et lui fixera comme fonction l’établissement de la paix (*) - y compris et surtout la paix sociale. Il sera donc le défenseur du droit des pauvres (**) il répondra à leurs appels (**) et leur sang aura beaucoup de prix à ses yeux” (**).

Cette paix du Christ s’inscrit sur l’horizon d’une nature réconciliée et d’une paix “ pour toutes les familles de la terre “ (***). Dans l’ancien testament, seulement trois rois réussissent à plaire à Dieu : tous les autres pratiqueront la violence et l’idolatrie !



* versets 7 et 9
** versets 4, 12 et 14
*** versets 16 et 17




Frères du 28


_________________

Quand je dis Dieu c'est un poème, c'est une étoile dans ma vie, 
du feu qui coule dans mes veines, un grand soleil pour aujourd'hui !
Revenir en haut Aller en bas
Lumen
Admin
avatar

Messages : 6760
Date d'inscription : 18/10/2014
Localisation : France

MessageSujet: Re: "Prier les psaumes avec le Christ", Un Psaume Par Jour   Lun 3 Nov 2014 - 20:22




Expérience de vie

Psaume 71 (70)

Ant: Ma bouche est remplie de ta louange, Seigneur,
et le jour entier, de ta splendeur.


Ô Père, tu es toujours mon refuge,
je compte sur toi pour éviter les échecs.

Tu me garderas libre par la force de ton amour.
Sois attentif quand je crie vers toi;

Sois pour moi comme un rocher protecteur
où je puis me cacher n'importe quand.

Je sais que tu as décidé de me sauver;
tu es pour moi comme une forteresse
construite à même le roc.

Je t'en prie, garde-moi libre en face du mal,
même quand ses attaques sont violentes.

C'est en toi seul, Père, qu'est mon espérance,
car tu m'as protégé depuis toujours.

Tu m'as sécurisé dès ma naissance,
à peine étais-je sorti du ventre de ma mère.
Toute ma vie est louange pour toi.

Pour beaucoup de gens, je tenais du prodige
à voir avec quel soin tu me protégeais.

Et moi, je ne cessais pas de te louer
à cause de tes miséricordes quotidiennes.
Maintenant, mon âge avance: ne me rejette pas;
ne m'abandonne pas quand je faiblis, Père.

On dirait que les forces du mal se concertent
pour me malmener; elles semblent se dire:

" Il décline; son Père ne s'en occupe plus;
c'est le temps d'attaquer et de le capturer;
il est seul pour se défendre."

De grâce, Père, ne t'éloigne pas de moi;
reste toujours proche pour m'aider.

Que les forces du mal se brisent
quand elles s'attaquent à ma vie.

Que leur puissance tombe à néant
quand elles cherchent mon malheur.

Et moi, je ne cesse pas de compter sur toi;
je ne me fatigue pas de parler de toi:

tout le jour, je multiplie les récits
de tes interventions qui me sauvent;
je n'en connais vraiment pas le nombre.

Je profite de l'amour merveilleux du Père,
de ses gestes uniques de miséricorde.

Ô Père, tu me guides depuis ma jeunesse,
depuis toujours j'en suis le témoin vivant.

Maintenant que j'arrive aux cheveux blancs,
tu m'accompagnes encore de tes oeuvres

pour que je te fasse connaître aux plus jeunes,
à toutes les générations futures.

Ton amour, Père, est tellement grand !
Il produit tant de merveilles !
On ne trouvera jamais quelqu'un comme toi !

La vie nous a fait voir tant de détresses;
nous avons expérimenté bien des malheurs.

À travers tout cela, tu nous as gardés en vie;
tu nous as même donné de grandir,

tu nous as appris à voir plus loin que la terre,
tu nous a fait découvrir nos vraies valeurs:
ce sera toujours notre plus grand réconfort.

Devant tant d'amour, mon cœur veut chanter;
il veut te louer , Père, pour ta fidélité avec moi,

pour tant de soins que tu procures
à la grande famille des enfants que tu crées.

Je veux jouer de ma vie devant toi,
la remplir de chansons et de joie,
car tu m'as récupéré du mal qui m'entourait.

Et je publierai tout le jour ton amour
devant l'anéantissement des forces du mal
qui ont essayé de faire rater ma vie.








Aux jours des cheveux blancs

Des heures sombres, d’un non-sens abyssal, noir.

Comme celui de cette amie - pourtant tout près de toi - qui, dans un souffle, me confie « depuis un an nous sommes dans les enfers de la terre, je suis dans les abîmes. Et rien. Pas une lumière pour réchauffer. Une caresse pour retrouver courage. Rien que la crainte - ou le secret désir - de se laisser tomber sans distinguer le fond. »

Pourtant, de toutes les forces de mon âme, je veux pouvoir dire comme le psalmiste, pour elle, pour tant d’autres, pour moi : « Toi qui m'as fait voir tant de maux et de détresses, tu me feras vivre à nouveau, à nouveau tu me tireras des abîmes de la terre, tu reviendras me consoler. » (*)

Une consolation, tout en discrétion.

Trop peut-être devant la persévérance du mal.

Croire que tu m’accueilles et me refais dans la prière solitaire. Tu me recrées. Tu tisses la toile de ma chair invisible. C’est elle qui tient ma vie qui se débat en ce monde. Que la prière soit désertique n’est pas grave. Je sais que ma solitude est habitée de toi. À mon insu. Mes larmes du dedans, tu les reçois. Il me faut juste me retourner. Revenir. Demeurer, avec mes pauvres mots.

Non tu n’es pas le Tout Autre, mais bien le tout proche, en ton Fils plein de miséricorde (**), aujourd’hui toujours. Si dans sa vie il s’est fait compagnon de ceux qui se croyaient au loin, il l’est encore dans la communion qu’il partage désormais avec son Père. Notre Dieu n’est pas au ciel. Mais là, accueillant et accessible en sa douceur d’aimer. Ses entrailles sont ouvertes. Rien ne saurait Le séparer de nous, pas plus les cheveux blancs que nos détresses, nos colères, nos doutes. Rien.




* Psaume 70, verset 21
** Lettre aux Hébreux, chapitre 4, verset 15




Sœur Véronique Margron


https://itunes.apple.com/fr/podcast/psaume-dans-la-ville/id529600851

_________________

Quand je dis Dieu c'est un poème, c'est une étoile dans ma vie, 
du feu qui coule dans mes veines, un grand soleil pour aujourd'hui !
Revenir en haut Aller en bas
Lumen
Admin
avatar

Messages : 6760
Date d'inscription : 18/10/2014
Localisation : France

MessageSujet: Re: "Prier les psaumes avec le Christ", Un Psaume Par Jour   Mar 4 Nov 2014 - 15:40




Le salut nous est offert

Psaume 85 (84)

Ant: Le fruit de la lumière est bonté, justice et vérité.

Père, tu as montré ton amour pour ta famille,
tu as sorti tes enfants de l'esclavage.

Tu as réglé le problème de leur péché,
tu l'as couvert de ta miséricorde.

Tu ne nous parles plus d'emportements
ni de vengeance redoutable.

Convertis notre cœur au Sauveur
pour que nous cessions de craindre tes rancunes;

pour que soit effacé le souvenir de ton visage irrité
et de tes colères qui menacent tout le monde.

N'est-ce pas toi qui nous a offert la Vie?
qui a voulu redonner la joie à ta famille?

Fais-nous comprendre le salut comme tu l'offres
et donne-nous de l'accueillir ainsi en nous.

J'écoute ce que le Sauveur nous a dit:
il a dit: " Paix " pour ceux qui la désirent
s'ils cessent de la contredire par leurs folies !

Son salut est tout proche de ceux qui le cherchent
et son amour enveloppe toute la terre.

Le salut: c'est la vérité et la fidélité qui collaborent,
qui sont alliées avec la Paix et la Sainteté.

À la terre de cultiver la vérité,
tandis que la Sainteté nous viendra du Père.

Car c'est lui qui distribue le bonheur
qu'il nous revient de faire fleurir.

La Sainteté révèle sa présence;
nous la retrouvons tout au long de notre route.














La joie de ton peuple

Quand Dieu vient sur la terre, quand Dieu naît de la même terre que les hommes, quand Jésus naît de la Vierge Marie et vient vivre avec vous, il ne le fait pas comme une corvée. Le Fils de Dieu ne quitte pas le sein du Père (*), ne descend pas du ciel pour obéir en râlant. Il n’est pas la personne de la Trinité qui se dévoue. Il fallait qu'il y en ait un qui s'y colle pour sauver le monde, bon c'est bon, j'y vais. Non, il vient parmi nous avec joie.

Toute l'écriture le dit, Dieu aime la terre. Dieu trouve sa joie dans la compagnie des hommes affirme le livre des proverbes (**). Mieux, il danse pour nous avec des cris de joie écrit Sophonie le prophète (***). Il danse pour nous quand il nous rencontre ! Alors ce n’est pas le Dieu barbu et impassible avachi dans un nuage, comme se l’imaginent trop de nos contemporains.

C’est un Dieu qui danse et qui crie quand il nous rencontre. Ce n’est pas un Dieu qui nous en veut d’avoir tué son fils et qui nous le fait payer, c’est un Dieu qui aime cette terre et l’a faite belle pour notre plaisir.

Dieu aime tellement cette terre qu’il y passe le plus clair de son temps. Dieu traverse nos vies. Dieu est là mais nous ne le voyons pas. Nous sommes trop absorbés par nos soucis, nos envies, notre nombril. Dieu établit pourtant sa demeure dans notre cœur par la grâce du baptême. Nous le portons en nous, nous le portons sans y penser. Alors que par son Esprit-Saint le Seigneur nous fasse aimer cette terre. Et que cette terre chante son amour du Seigneur.



* Évangile selon saint Jean, chapitre 1, verset 18
** Livre des Proverbes, chapitre 8, verset 31
*** Livre de Sophonie, chapitre 3, verset 17




Frère Philippe Verdin


_________________

Quand je dis Dieu c'est un poème, c'est une étoile dans ma vie, 
du feu qui coule dans mes veines, un grand soleil pour aujourd'hui !
Revenir en haut Aller en bas
Lumen
Admin
avatar

Messages : 6760
Date d'inscription : 18/10/2014
Localisation : France

MessageSujet: Re: "Prier les psaumes avec le Christ", Un Psaume Par Jour   Mer 5 Nov 2014 - 14:25




Père, ça va mal

Psaume 86 (85)

Ant: Dieu qui es bon, Dieu qui pardonnes,
prends pitié de nous, sauve-nous.


Père, écoute-moi bien et réponds-moi,
car je suis malheureux et me sens si pauvre.
Donne-moi de vivre encore: je me fie à toi.

Tu es mon Père, sauve ton enfant
qui ne compte que sur toi.

À tous les jours, c'est toi que je supplie, Père,
de me prendre sous ta protection.
Mets un peu de joie dans le cœur de ton enfant,
tu sais que je suis toujours tendu vers toi.

Ô Père, tu es bon et tu pardonnes,
tu ne laisses pas tomber les gens qui t'appellent:

accueille en ton cœur ma prière !
demeure attentif à ma voix suppliante !

Quand je suis désespéré, je fais appel à toi
et tu me réponds toujours.

Aucune sécurité ne vaut la tienne:
tu es mon Seigneur !
Ce que tu fais est incomparable.

Toutes les nations que tu crées sans cesse
finiront par te donner leur confiance, Père,
et reconnaître l'amour que tu leur offres,

car tu es merveilleux, toi, le Dieu unique,
tu fais des choses extraordinaires !

Père, montre-moi comment te rejoindre;
je veux me comporter selon la vérité.

Ramène mon cœur à ne désirer qu'une chose:
mettre en toi toutes ses espérances.

Mon Seigneur et mon Père,
de tout mon cœur, je veux te célébrer
et fêter ton amour tout au long de ma vie,

car tu ne m'as jamais laissé tomber,
quitte à me sortir de n'importe quelle misère.

Parfois, l'orgueil s'attaque à moi,
il aligne des déceptions qui brisent mon bonheur;
il me fait oublier que tu es là.

Mais tu es un Dieu miséricordieux et bienveillant,
incapable de colère et plein de fidélité en amour;

alors regarde-moi et protège-moi;
donne-moi de ta force,
prends soin de l'enfant que tu as mis au monde.

Rends ta présence si éclatante en ma vie
que le Malin soit battu d'avance,
en voyant que c'est toi, Père, qui prend soin de moi.












Toi que j'appelle

Ton nom

Écoute, ô mon Dieu, le souffle de ma voix, si petite, si pauvre devant toi, ce tout petit murmure de rien du tout que je lance vers le ciel. Seigneur, toi qui tends l’oreille, toi qui n’es qu’oreille tendue vers nous, écoute, écoute la respiration de tes enfants qui te supplient et l’immense rumeur des peuples qui s’adressent à toi.

Ils tentent de murmurer ton Nom ; ils le découvrent en le balbutiant ; ils l’habitent en le chantant ; ils en font leur maison, leur abri, le sol où déposer leur pas. Quand se lève le chant de ceux qui te cherchent, quand des hommes acclament ton Nom, quelque chose en moi s’agenouille, et quelque chose en moi se redresse.

Quand je murmure ton Nom, Seigneur, en laissant mon souffle se mêler à celui du vent, ton souffle me ranime et vient rassembler mes petits bouts de vie éparpillés.

Ton Nom, imprononçable, aux multiples facettes, murmuré chaque fois pour la première fois,
ton Nom est le secret le plus intime de chacun.
Tu es celui qui vient, qui ne cesse de venir, d’être là et de venir encore.
Jésus – Dieu sauve –, Emmanuel – Dieu avec nous –, dit déjà tout de toi.

A ton Nom, Seigneur, tout être tombe à genou ; La terre se prosterne, le ciel s’agenouille et toutes les nations s’inclinent devant toi.

Viens Seigneur ! Viens murmurer en moi ton Nom, l’inscrire dans ma croute, le graver sur mes mains, toi qui as gravé mon nom sur ta peau, et le nôtre à chacun, gravés sur tes paumes, à en saigner.

Et que tout en moi s’agenouille et proclame que tu es Seigneur !




Sœur Anne Lécu


_________________

Quand je dis Dieu c'est un poème, c'est une étoile dans ma vie, 
du feu qui coule dans mes veines, un grand soleil pour aujourd'hui !
Revenir en haut Aller en bas
Lumen
Admin
avatar

Messages : 6760
Date d'inscription : 18/10/2014
Localisation : France

MessageSujet: Re: "Prier les psaumes avec le Christ", Un Psaume Par Jour   Jeu 6 Nov 2014 - 16:47




C'est le Père qui travaille

Psaume 127 (126)

Ant: Sans moi, dit le Seigneur, vous ne pouvez rien faire.

Si le Père n'est pas impliqué dans mon travail,
mon travail ne vaut rien;

si le Père ne veille pas sur ma vie,
c'est en vain que j'en prends soin.

Pourquoi se lever tôt, se coucher tard
et travailler comme un forçat ?

Le Père nous donne ce qu'il faut
même pendant notre sommeil.

Mais oui ! tout ce que nous produisons
est d'abord un don du Père,
même nos descendants.

Tels des trésors dans la main des pauvres,
telles nos œuvres comme signes de notre foi.

Heureux les gens que le Père a comblés:
ils ne craindront pas d'aller à sa rencontre.











Quand tu dors

l faut faire l’éloge du sommeil. Quand la matinée a été pourrie, si on peut, il faut faire la sieste. Quand la journée a été éprouvante, il faut se coucher tôt. S’enfoncer dans l’oreiller, sous les draps propres, sous la couette protectrice et s’abandonner au monde des rêves ou de l’oubli. Les anges de Dieu et la psychologie secrète de l’homme vont réparer les traumatismes du cœur, le repos va soulager le corps.

Vous me direz : c’est bien beau de faire l’éloge du sommeil, mais précisément lorsqu’on a raté son concours, lorsqu’on a été plaqué par sa fiancée, lorsqu’on s’est fait voler son scooter, lorsqu’on a été humilié à la cafétéria par le rire gras d’un collègue, et bien c’est difficile de plonger dans le sommeil. La colère, la rancœur, la brûlure de l’insulte nous tiennent en éveil.

Nous calculons sans fin notre revanche, nous revivons la scène pénible, nous sommes furieux contre nous-mêmes. La nuit est, pour des milliers de personnes, l’heure de la solitude et de l’angoisse. Le crépuscule est l’heure où se réveillent les mauvais démons.

Alors, c’est le moment de se confier à Marie. Elle a bercé le bébé-Dieu. Elle a consolé l’enfant-Jésus lorsqu’il s’était écorché le genou ou qu’il avait perdu aux billes. Elle a recueilli le corps meurtri de son fils mort. Elle est la mère du sommeil. Elle apporte la douce paix maternelle. Il faut commencer la récitation d’un chapelet. C’est bien plus efficace que de compter les moutons, parce que la prière avec la Vierge Marie dilate notre cœur. Elle élargit nos soucis aux enjeux du salut du monde. Elle nous tourne vers Dieu, qui nous comblera demain.



Frère Philippe Verdin


_________________

Quand je dis Dieu c'est un poème, c'est une étoile dans ma vie, 
du feu qui coule dans mes veines, un grand soleil pour aujourd'hui !
Revenir en haut Aller en bas
Lumen
Admin
avatar

Messages : 6760
Date d'inscription : 18/10/2014
Localisation : France

MessageSujet: Re: "Prier les psaumes avec le Christ", Un Psaume Par Jour   Ven 7 Nov 2014 - 17:37




Notre Père est unique

Psaume 135 (134)

Ant: Tout ce que veut le Seigneur,
il le fait, au ciel et sur la terre.


Alléluia !
Louez le Père et son amour,
louez-le, vous qui êtes ses enfants,

qui demeurez dans sa Maison,
qui habitez chez lui avec le Sauveur.

Alléluia ! c'est un Père plein de bonté !
Chantez son amour et son accueil.

C'est lui qui constitue sa famille,
qui lui donne sa préférence.

Oui, je le sais le Père est merveilleux,
plus merveilleux que toute autre divinité.

Tout ce qu'il a voulu, il l'a créé
$dans les cieux et sur la terre,
dans les mers et dans les abîmes.

Les nuées qui nous viennent du bout de la terre
nous parlent de lui,

tout comme les éclairs qui annoncent la pluie,
et les grands vents qui les accompagnent.

En Égypte, il s'est manifesté à la maison de Pharaon
par des événements qui sont devenus des signes:

la mort des aînés de familles et de troupeaux
et tant d'autres prodiges.

Il fit route avec son peuple
à travers des nations nombreuses;

il lui donna de vaincre des rois puissants
comme ceux des Amorites et de Bashen
et toux ceux de Canaan.

Des gens se font des divinités
avec l'or ou l'argent,
mais ce sont des divinités
faites par eux.

Elles ont une bouche,
et ne parlent pas;
elles ont des yeux,
et ne voient pas;
elles ont des oreilles,
et n'entendent pas;
elles ont une bouche,
et ne respirent pas !

Elles rendent leurs auteurs pareils
à elles puisque c'est sur elles
qu'ils s'appuient.

Famille du Père,
bénissez votre Père.

Famille du Sauveur,
bénissez votre Sauveur.

Famille des peuples,
bénissez votre Créateur.

Vous qui vous fiez au Père,
bénissez le Père.

Venez à la Maison
où vous invite le Père,
car c'est là qu'il vit,
lui aussi. Alléluia !








Souffle(s)

Quand la croyance au Dieu unique fait son entrée chez les hommes de la haute antiquité, c’est une révolution dans un monde méditerranéen habitué au culte des idoles.

L’idole, juste une image, une forme. Même composée d’or. Pas d’âme, pas d’esprit, pas de chair non plus. Bref pas de vie.

Faite de mains d’hommes, elle demeure un objet inerte, qui ne fait que nous renvoyer notre image. Celle que nous voulons voir de nous-mêmes. Réussite, certitude, jeunesse, force… Du veau d’or du petit peuple fatigué de sa marche dans le désert à nos idoles modernes de hautes technologies, comme à celles de tous les temps que sont les idéologies dès que nous nous durcissons, dès que que nous les prenons pour la vérité tout entière, c’est toujours la même chose : une œuvre morte.

Alors il faut choisir. Rester tranquilles, sans surprise, mais esclaves, en adorant nos images, ou prendre le risque de la liberté, mais sans pouvoir être assuré de ne pas se tromper, de ne pas errer.

Un roc nous est pourtant alors offert : Le Christ, vrai Dieu, homme vrai. Le Christ, homme de chair et de sang, fils vivant du souffle de son Père. Un roc non pour rester figé, mais pour nous élancer, qui que nous soyons. Construire un monde commun, habitable par tous. Pour tous. Telle est la donation du Dieu unique et vivant à ses enfants : l’icône du vrai amour qui ne prend rien mais ne nous abandonne jamais.




Sœur Véronique Margron






Orthodox Arabic Psalm 135





Psalm 135 in French (extrait) sung by Nana Peradze § The Harmony Choir


_________________

Quand je dis Dieu c'est un poème, c'est une étoile dans ma vie, 
du feu qui coule dans mes veines, un grand soleil pour aujourd'hui !
Revenir en haut Aller en bas
Lumen
Admin
avatar

Messages : 6760
Date d'inscription : 18/10/2014
Localisation : France

MessageSujet: Re: "Prier les psaumes avec le Christ", Un Psaume Par Jour   Dim 9 Nov 2014 - 16:35




Le Sauveur entre chez lui

Psaume 24 (23)

Ant: Qui peut gravir la montagne du Seigneur et se tenir dans le lieu saint?

C’est au Sauveur qu’appartient l’univers
avec tout ce qu’il contient,
à lui aussi les habitants de la terre.

Il est le Premier-né de toute créature,
car en lui tout a été créé
dans les cieux et sur la terre.

Tout est créé par lui et pour lui,
et il est, lui, par devant tout.
Tout est maintenu en lui.

Il a plu au Père de tout réconcilier
par lui et pour lui
et de le faire Aîné de la famille.

Et qui vivra dans sa famille ?
Qui peut accéder jusqu’à lui
et demeurer dans sa Maison ?

Si quelqu’un ne tolère pas de compromis,
s’il ne joue pas sur des équivoques,
s’il n’attribue pas au Père ses mensonges:

alors le Sauveur l’accueillera chez lui
comme son frère ou sa sœur;

il le fera paraître devant lui
saint, irréprochable, inattaquable.

Il sera fait ainsi enfant du Père
et membre du Corps du Christ.

Tous les peuples, ouvrez votre cœur,
regardez plus haut que la terre
pour que votre Sauveur entre chez vous !

" Qui est donc ce Sauveur ? "
C’est le Fils de Dieu fait homme
qui est mort et ressuscité pour vous,
maintenant glorieux auprès du Père.

Tous les peuples, ouvrez donc votre cœur,
regardez vers le Père
pour accueillir chez vous votre Sauveur !

" Qui est donc ce Sauveur qui arrive ? "
C’est le Premier-né d’entre les morts

qui tient en tout le premier rang
et qui peut tout réconcilier avec le Père
par la force de son Esprit.











Portes, Levez vos frontons !

Les habitants de Jérusalem accueillent David : les portes de la ville doivent se hausser à la hauteur digne du roi.
Le roi David accueille l’Arche du Seigneur : les portes de sa capitale doivent s’élargir pour que Dieu ne soit pas à l’étroit.

La ville en fête accueille le Messie juché sur un âne. Les citoyens l’accueillent avec des palmes. Ils prient les portes de lever leurs linteaux pour honorer le Seigneur.

Or le Christ, lui, nous invite au contraire à choisir la petite porte, la porte étroite et basse. Il dit aux disciples d’Emmaüs : « Ne fallait-il pas que le Christ endurât ces souffrances pour entrer dans sa gloire ? » (*) Il en est de même pour nous. Il faut que le vieil homme meure pour laisser place à l’homme nouveau.

Alors nous entrons par les grandes portes du ciel pour partager la gloire éternelle. Tout ce qui est vain, sec, racorni dans notre vie doit être arraché, épuré, émondé, brûlé. Les scories de notre égocentrisme doivent être nettoyées par le feu. Ce n’est pas facile, ce n’est pas une épreuve agréable. Chacun est soucieux de son petit « moi ». Mais lorsqu’on s’est râpé les fesses et le ventre en essayant de passer par la porte étroite, il nous reste l’essentiel. On est en sang, mais on est vivant.

Alors que les portes de notre cœur s’ouvrent de haut en bas, de gauche et de droite pour laisser toute la place à Dieu. Il vient établir chez nous sa demeure. La joie et la paix sont ses compagnes.



* Évangile selon saint Luc,
chapitre 24, verset 26



Frère Philippe Verdin


_________________

Quand je dis Dieu c'est un poème, c'est une étoile dans ma vie, 
du feu qui coule dans mes veines, un grand soleil pour aujourd'hui !
Revenir en haut Aller en bas
Lumen
Admin
avatar

Messages : 6760
Date d'inscription : 18/10/2014
Localisation : France

MessageSujet: Re: "Prier les psaumes avec le Christ", Un Psaume Par Jour   Lun 10 Nov 2014 - 15:32




Juger comme le Père

Psaume 82 (81)

Ant: Toi seul, Seigneur, jugeras les vivants et les morts

Le Père prend la parole au milieu de sa famille:
au cœur du monde, c'est lui seul qui juge.

«Jusqu'à quand jugerez-vous de travers
en favorisant les plus forts?

Soyez des juges sensibles au faible et à l'orphelin;
rendez justice au malheureux et à l'indigent;

prenez soin du petit et du pauvre,
délivrez-les des gens qui les exploitent.»

Mais ces juges ne comprennent rien;
ils ne voient pas clair;
ils n'ont aucun respect pour l'ordre du monde.

J'avais dit: ils jugeront comme des dieux,
ils seront les fils du Très-Haut.

Mais ils sont devenus comme les autres;
ils sont tombés comme les plus grands.

Père, toi seul peux juger toute la terre,
car tous les humains sont tes enfants.







Libérez le faible

« Lève-toi, Dieu, juge la terre, car toutes les nations t’appartiennent. »

Quand on pense à un juge, on pense le plus souvent à l’homme chargé de rendre froidement la justice en appliquant des lois. Pourtant un juge, c’est aussi celui qui sert d’arbitre dans une contestation, celui qui est appelé à évaluer une situation, donner son avis. Dans la situation que décrit le psaume d’aujourd’hui, Dieu est qualifié pour donner son avis et prendre parti devant tous ceux qui jugent sans justice. « Rendez justice au faible, à l’orphelin. Faites droit à l’indigent, au malheureux. Libérez le faible et le pauvre ».

Tel est le visage de notre Dieu qui se lève comme juge pour nous sauver. Il est notre délivrance et nul Dieu n’est comme lui. Il juge avec justice parce qu’il libère de la main des impies, des profiteurs, les êtres sans défense.

L’ordre injuste qui règne sur notre monde, favorise souvent les impies au dépens des pauvres opprimés et humiliés. Cette situation, Dieu ne l’accepte pas. Si Dieu se lève et prend parti pour les faibles, les malheureux, les humiliés, c’est parce qu’ils doivent être libérés, c’est-à-dire mis en sécurité, protégés.

Exercer la justice à leur égard consiste à les délivrer de leurs oppresseurs dont ils sont victimes et à rétablir leurs droits. Telle est la promesse de Dieu et de son Messie. A notre petite logique humaine du profit, Dieu oppose sa propre logique. Celle de l’Evangile, où les derniers sont premiers. Notre espérance, c’est que l’Esprit de Dieu se répande sur le monde et saisisse toutes les nations, impies compris car, comme le dit le psaume, c’est à Dieu que tous appartiennent.




Frères du 28


_________________

Quand je dis Dieu c'est un poème, c'est une étoile dans ma vie, 
du feu qui coule dans mes veines, un grand soleil pour aujourd'hui !
Revenir en haut Aller en bas
Lumen
Admin
avatar

Messages : 6760
Date d'inscription : 18/10/2014
Localisation : France

MessageSujet: Re: "Prier les psaumes avec le Christ", Un Psaume Par Jour   Mar 11 Nov 2014 - 17:45




La chance d'avoir un Dieu-Père

Psaume 144 (143)

Ant: Béni soit le Seigneur, mon rocher !

C'est une bénédiction que d'avoir un Dieu-Père
qui m'éduque au combat contre le mal
et me donne les moyens de vaincre.

Il est mon allié et mon protecteur,
mon gardien et mon libérateur;

je me réfugie toujours près de lui.
il me donne de repousser toutes les attaques.

Père, qu'est-ce qu'une personne humaine
pour que tu veuilles la regarder,
un pauvre mortel pour que tu penses à lui ?

Il n'est pas plus important qu'un peu de vent,
ses jours passent comme une ombre !

Père, viens à moi avec la force de ton amour
et donne-moi de le reconnaître dans ta création:

dans les montagnes qui crachent le feu,
dans les éclairs qui sillonnent le ciel en tout sens;

ne laisse pas les pluies torrentielles
me noyer comme au temps du déluge.

R/ Ne me laisse pas dévier de ton projet
pour des belles paroles ou de fausses promesses.

Père, pour toi, je veux chanter encore,
te faire l'hommage des plus belles musiques:

car toutes mes victoires sur le mal viennent de toi,
comme tu as donné à David de vaincre Goliath.

R/ Ne me laisse jamais dévier de ton projet
pour des belles paroles ou de fausses promesses.

Grâce à toi, nos enfants se multiplient,
bien accueillis dès leur naissance,
forts et gracieux comme des colonnes de palais.

Nos greniers sont remplis,
comblés de toutes sortes de produits;

les troupeaux de nos campagnes se reproduisent
par milliers et par dizaine de milliers.

Tous partagent les luttes contre le mal:
plus de défaites ni de compromis,
c'est la paix dans la famille.

Heureux les gens qui vivent tout cela !
Heureux les gens qui ont pour Dieu un tel Père !







Une ombre qui passe

Ne me parlez pas de sport. La piscine est trop froide, les altères sont trop lourdes et je rate la balle à chacun des rebonds. Mais mon Dieu est sportif ! Hélas, comment ferais-je pour me faire bien voir de mon coach divin ? Faudra-t-il m’entraîner et courir chaque matin, enfiler mes baskets, dévaler la chaussée ?

Je fatigue déjà à l’idée si pénible de m’essouffler en vain suant sous le soleil… Je préfère tenter le moindre des efforts : juste tendre la main, et attendre l’instant où l’entraîneur divin viendra m’encourager.

J’exagère, croyez-vous, à réclamer ainsi une leçon privée du Maître, du Seigneur ? Il est trop occupé, voilà tout l’argument que me lancent, vexés, ceux qui n’ont jamais cru au professeur de sport le plus extraordinaire.

Ce que nul ici-bas n’a réussi pour moi, lui certainement pourra y arriver. Il a cette patience que n’ont pas les sportifs désolés de me voir si malhabile. Il n’abandonnera pas où d’autres ont échoué, persévérant toujours dans l’encouragement. Il sait exactement mes faiblesses et mes craintes, mais il sait tout autant mes qualités secrètes. Il sait, lui, comment faire car bien mieux que moi-même, il me connaît.

J’entends déjà le rire des cyniques : mais tu n’as pas un sou ! Comment payeras-tu ? Ils ignorent que pour Dieu, la récompense, c’est nous. C’est le prix de l’effort qu’avec Lui nous ferons, c’est de pouvoir un jour, tout au bout de ma course, m’offrir de tout cœur la couronne de gloire.

C’est sûr, avec mon Dieu, je finirai sportif !




Frère Franck Dubois


_________________

Quand je dis Dieu c'est un poème, c'est une étoile dans ma vie, 
du feu qui coule dans mes veines, un grand soleil pour aujourd'hui !
Revenir en haut Aller en bas
Lumen
Admin
avatar

Messages : 6760
Date d'inscription : 18/10/2014
Localisation : France

MessageSujet: Re: "Prier les psaumes avec le Christ", Un Psaume Par Jour   Mer 12 Nov 2014 - 16:42




Victoire sur le mal

psaume 108 (107)

Ant: Dieu, élève-toi sur les cieux :
que ta gloire domine la terre !


Ô Père, je me sens en sécurité
et je veux chanter une hymne à ta présence !
Que la musique éclate avec l'aurore.

Je veux te rendre grâce parmi les peuples,
Père, je vais te chanter devant tout le monde,

car ton amour est plus grand que l'univers
et ta présence s'étend jusqu'aux nues.

Père, montre-toi dans les cieux,
et que ta présence domine toute la terre.

Libère tes bien-aimés de leurs esclavages,
donne-leur un Sauveur, je t'en supplie.

Le Père a répondu par son plan de salut:
j'exulte ! il m'a relié au Sauveur,

je suis devenu membre de son Corps,
je profite de sa mort et de sa résurrection,

ma foi en lui occupe toutes mes pensées,
mon espérance me donne accès à son Royaume.

Les épreuves du Malin me sont profitables,
je le domine avec la force du Sauveur,
je refuse toutes ses attaques.

Qui peut me conduire à cette forteresse ?
et me donner de vaincre l'empire du mal ?

Seulement toi, Père, qui semblais absent
de nos luttes quotidiennes.

Viens te battre avec nous contre l'Adversaire,
car nos seules forces n'y pourront rien.

Avec notre Père, nous ferons des exploits:
lui seul nous donnera d'anéantir cet ennemi.








Ton amour plus grand que les cieux

Le monde est endormi. Ce n’est pas une nouvelle : il suffit de me voir hébété le matin, et d’imaginer ailleurs d’autres dormeurs semblables qui bailleront tout le jour. Bien sûr, on s’agitera, affairés, débordés, courant si nécessaire… mais au fond, mon cœur dort, personne qui le réveille.

Si au moins hier au soir j’étais allé danser. Si j’avais fait la fête toute la nuit durant ! Mon sommeil au matin pourrait bien s’expliquer. Mais je ne danse plus depuis fort longtemps. Ma vie s’est affadie dans un rythme banal.
Et qui parle de chants, d’instruments, et d’orchestre ? C’est Dieu ? Soyons honnête… ce n’est pas bien sérieux. C’est bien mieux : c’est tentant !

Il faut tendre l’oreille, pour entendre ce chant.

Les harpes les cithares, cachées au sanctuaire. Où est-il ce temple, où se joue le concert ? Où est-elle cette ville, d’où l’on chante victoire ? Y a-t-il encore des places pour le divin spectacle ?

La musique viendra, tout droit de mon cœur même, ou encore d’un rire, ou d’un regard d’enfant. Elle viendra, cette danse, lorsque je chanterai, n’importe quelle victoire, fut-elle bien modeste : le pardon que j’ai eu la force de donner, l’amitié ou l’amour, et la fidélité. Et puis l’action de grâce, un chant pour remercier, car vivre est une chance.

Transformer en musique tous les sons de ma vie ; transfigurer en danse tous mes pas vagabonds ; et faire du chaos où seul je m’endormais un concert incroyable, dissonant, bigarré. Le monde s’est endormi ? J’irai le réveiller !





Frère Franck Dubois


_________________

Quand je dis Dieu c'est un poème, c'est une étoile dans ma vie, 
du feu qui coule dans mes veines, un grand soleil pour aujourd'hui !
Revenir en haut Aller en bas
Lumen
Admin
avatar

Messages : 6760
Date d'inscription : 18/10/2014
Localisation : France

MessageSujet: Re: "Prier les psaumes avec le Christ", Un Psaume Par Jour   Jeu 13 Nov 2014 - 19:16




Père, je ne comprends pas

Psaume 44 (43)

Ant: C'est ta droite, Seigneur, qui donne la victoire.

Père, nous avons entendu de nos oreilles
une histoire de toi, racontée par nos pères;

une histoire des interventions de ton amour
depuis le commencement de l’humanité.

Ton Royaume, c’est toi qui le construis;
tu t’es donné un peuple aux dépens du Malin.

Ce n’est pas une réussite de nos forces humaines,
nos armes n’ont rien à voir dans cette victoire.

C’est le fruit de ta puissance à toi,
la puissance de ta présence commandée par l’amour.

Ô Dieu, tu es un Père pour nous;
c’est avec toi que l’humanité vaincra le mal.

C’est grâce à toi, si nous menons la lutte;
grâce à ta présence, nous brisons les assauts.

Nous refusons de faire confiance à nos forces,
de nous appuyer sur nos générosités.

C’est toi qui nous fais dominer dans les combats
sans que nous puissions y nourrir notre orgueil.

Chaque jour, nous t’en rendons grâce;
sans cesse, nous fêtons ta présence.

Ant. Ne me cache pas loin de moi ta face
au jour où l'angoisse me tient.

Parfois, tu sembles nous laisser tomber;
nous nous sentons seuls pour lutter;

nous reculons devant l’Adversaire
qui nous vole nos élans de ferveur.

Nous nous jugeons comme des agneaux
que tu laisserais aller à la boucherie;

nos cœurs sont pris par mille caprices.
Quel en est le profit pour le Royaume?
Quel avantage tires-tu de cet abandon?

Nous devenons la risée de l’entourage :
ils se moquent et nous ridiculisent;

ils en font toutes sortes d’histoires;
en nous regardant, ils nous méprisent.

Ces jour-là, nous nous sentons réduits à rien,
nous avons honte comme d’une faillite

à cause d'outrages adressés à toi et à nous
avec des airs de supériorité.


Ant. Lève-toi, Seigneur, aide-nous.
Ne nous rejette pas jusqu'à la fin.


Nous ne comprenons pas que cela nous arrive :
nous ne t’avions pourtant pas mis de côté,
nous n’avions pas démenti ton Alliance,

notre cœur ne s’était pas repris,
nous n’avions pas dévié de ta route.

Mais nous nous sommes perdus dans le désert,
menacés de mourir en pleines ténèbres.

Si nous avions oublié la présence de notre Père,
si nous avions cherché protection ailleurs,

il s’en serait bien aperçu et nous l’aurait dit,
lui qui connaît le fond des cœurs.

C’est sans doute à cause de nos erreurs
qu’on voudrait nous détruire,
qu’on cherche à nous éliminer.

Seigneur, montre-toi, pourquoi parais-tu si loin ?
Ne nous laisse pas dans la nuit noire
d’un rejet qui paraît sans fin !

Pourquoi nous cacher ta présence,
laisser libres les malheurs qui nous oppriment ?

Car nous sommes complètement à plat
comme des serpents qui se traînent à terre.

De grâce, viens à notre secours;
au nom de ton amour, fais agir notre Sauveur.


v/ Pour ton serviteur, illumine ta face.
Apprends-moi tes volontés.








Réveille-toi, Seigneur

« Allons, il faut que tu t’expliques, Dieu, Toi envers qui j’ai été fidèle. Pourquoi tolères-tu l’humiliation que je subis aujourd’hui ? M’as-tu oublié ?

Ton peuple se souvient de tes hauts faits, des victoires qu’il a remportées, non pas grâce à la supériorité de son armement, mais bien parce que tu étais là. C’est Toi qui décides des victoires de Jacob. C’est par Ton Nom que nous « écrasions nos adversaires ».

En ces temps dont nous évoquons la mémoire avec nostalgie, le monde tournait rond, tu nous aimais, tu « couvrais nos ennemis de honte » et nous célébrions ta louange ! Aujourd’hui, rien ne va plus, le monde tourne à l’envers. Le rejet, l’humiliation, la déchéance dont nous sommes les victimes, les sarcasmes, les moqueries de l’entourage, nous n’en pouvons plus, il faut que ça s’arrête !

Oui, il faut que ça s’arrête parce que « c’est pour toi qu’on nous massacre sans arrêt, qu’on nous traite en bétail d’abattoir » A cause de positions courageuses prises au nom de la justice, de la fraternité, au nom de notre foi au Jésus de l’Evangile, beaucoup – ceux qui se battent pour la dignité au travail, avec les migrants de Calais, avec les chômeurs, ceux qui partent à l’autre bout du monde offrir leurs services ou aident leur voisin âgé en lui apportant la soupe quotidienne- beaucoup sont en butte aux sarcasmes des esprits forts, ou à des procès d’intention venimeux  !
Alors, les paroles du psaume sont les nôtres: «  Réveille-toi ! Pourquoi dors-tu Seigneur ! Nous touchons la poussière,  notre ventre colle à la terre ; Debout ! Viens à notre aide !




Frères du 28


_________________

Quand je dis Dieu c'est un poème, c'est une étoile dans ma vie, 
du feu qui coule dans mes veines, un grand soleil pour aujourd'hui !
Revenir en haut Aller en bas
Lumen
Admin
avatar

Messages : 6760
Date d'inscription : 18/10/2014
Localisation : France

MessageSujet: Re: "Prier les psaumes avec le Christ", Un Psaume Par Jour   Ven 14 Nov 2014 - 14:14




Du mal partout

Psaume 55 (54)

Ant: Seigneur, écoute ma prière,
je frémis sous les coups de l'ennemi


Père, je te demande d’accueillir ma prière;
montre-moi ton visage, je t’en supplie.
Écoute-moi bien et donne-moi une réponse.

Je suis bouleversé et ne sais plus que penser
devant un monde qui veut me détruire
et m’imposer son incroyance,

un monde qui me tourmente sans cesse,
qui m’accable de ses colères.

Mon cœur étouffe sous la pression du Malin;
la frayeur me fait parfois redouter la mort;

je tremble de peur jusqu’au centre de moi
et la sueur me couvre tout le corps.

Alors, je voudrais m’envoler ailleurs,
me cacher dans un autre monde rassurant,

m’enfuir loin, très loin, dans un désert,
découvrir un refuge sans vent ni tempête.


Ant. Pour moi, vers Dieu j'appelle,
et le Seigneur me sauvera.


Père, regarde toutes ces chicanes,
ces divisions pour des mots mal compris.

Tous les jours, éclatent dans ma ville
des discordes et des violences;
la nuit comme le jour, elles courent dans les rues.

Des cœurs mijotent leurs mauvais coups
qui résultent, sur la place, en crimes et brutalités.

Et tout cela se produit même entre amis.
Entre ennemis, on pourrait le comprendre.

Qu’un adversaire triomphe de moi,
je pourrais toujours m’enfuir loin de lui.

Mais là, c’est un proche, un familier, un intime
avec qui j’échangeais en toute confiance,
que, même, je rencontrais dans la prière.

J’aurais envie de souhaiter qu’ils disparaissent,
qu’ils en soient punis pour le reste de leur vie,
car ils me semblent bien méchants.


Ant. Décharge ton fardeau sur le Seigneur,
il prendra soin de toi.


Moi, je mets ma sécurité dans mon appel au Père :
c’est lui qui prendra soin de moi;

matin, midi et soir, je lui ai raconté mes troubles,
il n’a jamais cessé de m’écouter.

Même quand je baignais dans les problèmes
ou que des gens m’obligeaient à me battre,
lui me gardait sain et sauf dans la liberté du cœur.

Il saura bien révéler leur pauvreté
à ces gens qui, depuis longtemps, font le mal.

Ils n’ont pas l’air de s’occuper de lui :
mais lui les aime depuis le début du monde.

Tu connais un homme qui trahit même ses amis,
qui profane son engagement avec le Seigneur ?

il a des paroles conciliantes
en même temps que son cœur veut détruire :

sa bouche est pleine de douceur
mais ses mains cachent des poignards dans son dos.

Ne prends pas sur toi de le supporter,
confie-le au Père: lui te réconfortera
car jamais il ne laisse tomber qui lui fait confiance.

C’est vrai, Père, tu sauras bien les ébranler
les gens qui mentent et font couler le sang;
un jour ils se verront devant rien,
ils découvriront que leur vie est ratée.

Qu’ils en viennent à compter sur toi
comme tu me donnes de le faire en ce moment.


v/ Tu m'apprendras le chemin de la vie,
devant ta face, plénitude de joie.







Un frisson me saisit.

Un tout proche. Tel est celui qui m’a trahi. Qui a profité de mon amour. De ma confiance. Pour se servir de moi, me briser peut-être, pour saccager toute possible confiance en une parole, un visage, un amour. Confiance en moi-même surtout.

Un intime, qui a charge de me protéger, alors que son mensonge m’enserre, me déchire au dedans et outrage ainsi l’enfant qui continue de vivre en chacun de nous.
Ou même encore ce croyant qui dénonce - parfois de façon anonyme - son frère dans la foi car il estime que ses mœurs ou ses propos ne sont pas conformes à l’idée qu’il se fait de la règle ou du vrai.

Quand l’adversaire frappe, le coup est dur, mais logique. Mais quand il s’agit de celui, de celle que j’aime, avec qui je partage le pain (*) - compagnon de route, de travail, de foi, de vie - comment survivre ? Comment ne pas se durcir, ou laisser l’aigreur m’envahir, elle qui empoisonne et emprisonne ?

Où trouver le goût et la force de rouvrir la confiance ?
« Tu donneras ta vie pour moi ! Affirmes-tu ? En vérité je te le dis : le coq ne chantera pas avant que tu m'aies renié trois fois. » (**) C’est ce que répond Jésus à Pierre, alors qu’il partage un dernier repas avec ses compagnons. Ce qu’il vit alors, dans son cœur d’homme, vient se lover dans nos peines : un parmi les Douze - eux qui ont tout reçu de Jésus - Judas, va vendre son Seigneur pour quelques dérisoires pièces d’argent. Un autre, Simon-Pierre, lui que le Christ va faire « berger de ses brebis » (***), prémices de son Église, va par trois fois le renier.

Pourtant, c’est à ces hommes qui se sont dérobés et l’ont trompé que le Ressuscité donnera toute sa paix et un avenir inédit.



* Psaume 40, verset 10
** Évangile selon saint Jean, chapitre 13, verset 38
*** Évangile selon saint Jean, chapitre 21, verset 15




Sœur Véronique Margron



_________________

Quand je dis Dieu c'est un poème, c'est une étoile dans ma vie, 
du feu qui coule dans mes veines, un grand soleil pour aujourd'hui !
Revenir en haut Aller en bas
Lumen
Admin
avatar

Messages : 6760
Date d'inscription : 18/10/2014
Localisation : France

MessageSujet: Re: "Prier les psaumes avec le Christ", Un Psaume Par Jour   Sam 15 Nov 2014 - 14:12




Au Christ ressuscité

Psaume 45 (44)

Ant: Nous te louons, Messie de Dieu !

Ce matin, j’ai le cœur plein de belles pensées :
c’est à la gloire du Sauveur ressuscité.
Je voudrais avoir la plume d’un grand écrivain.

Mon Sauveur, tu es la réussite de l’humanité;
ta Parole proclamée est pleine de Vie;
le Père l’a confirmée pour l’éternité.

Ta victoire sur le mal est assurée;
tu es entré au cœur de la Trinité;

de là tu continues de lutter avec nous
pour que triomphent peu à peu sur la terre,
la vérité et l’amour que tu as annoncés.

Grâce à toi, le Malin désespère de vaincre,
car tu restes présent à chaque enfant du Père;

tu rends vaines ses attaques
en tous les gens qui comptent sur toi.

Mon Dieu Sauveur, tu règnes éternellement,
tu nous distribues la droiture, la vérité et l’amour :

c’est pour cela que le Père t’a fait revivre
comme Premier-né parmi les morts.

La gloire qui t’enveloppe est séduisante;
elle attire comme le parfum le plus doux,
comme la musique la plus mélodieuse.

Marie, ta mère, se tient à tes côtés
pour t’offrir l’amour de ses enfants.


Ant. Nous te louons, nouvelle Jérusalem !

Que toute l’humanité écoute attentivement
si elle veut se lier d’amour avec son Sauveur.

Qu’elle cesse de vouloir se sauver seule
et consente à le séduire avec ses pauvretés.

Il t’offre son salut : accueille-le tel que donné.
Tout le monde s’émerveillera devant toi
et t’entourera comme un cadeau du Père.

Découvre tes richesses intérieures
déjà construites en toi par le Père.

Tu fais route vers lui
au milieu de la foule des enfants du Père

qui marchent avec toi comme un cortège
à la rencontre du Sauveur universel.

Après toi viendront d’autres pauvres
qu’accompagnera aussi le Ressuscité.

Tous vos noms de chaque âge seront inscrits
dans le livre glorieux de tous les SAUVÉS.








Une onction de joie

La vivacité d’une plume de scribe. L’épée de noblesse et d’honneur. Une fille de roi. Le plus beau des enfants des hommes. Un sceptre de droiture. Un trône éternel. Ivoire, or, parfums. Une onction de joie ! Les symboles de la beauté et de la noblesse se bousculent dans ce psaume.

Mais pour célébrer qui ? Quel homme, quelle femme ? Un prince de sang ? Une princesse de haut rang ? Quelque grand personnage de l’histoire, promis à un destin fameux ?

Non ! Ni prince, ni princesse, ni chevalier, ni scribe, ni aucun autre membre d’une élite sociale, bien séparée et protégée de la masse des hommes ordinaires, le psaume célèbre la gloire paradoxale du plus simple des hommes lorsqu’un jour, à l’appel de son Créateur, qui a mis en lui Son image, il se lève pour entrer dans la condition des fils.

« À la place de tes pères se lèveront tes fils ! » Renversant la conception patriarcale du lien entre les générations humaines, récusant la domination des pères sur des enfants contraints à vivre dans la soumission, le psaume proclame l’immense dignité des enfants de Dieu : « Je ferai d’eux des princes. » Il dévoile ce que signifie vraiment être fils et fille, quand on a Dieu pour Père.

C’est par toi Jésus-Christ que l’espérance du psalmiste s’est accomplie pour nous. Toi le fils premier-né d’une race de fils, tu nous apprends à prier Notre Père céleste. Tu veux nous révéler la sainteté de Sa manière unique d’être Père. Ta joie, c’est que nous vivions debout, en héritiers de la vie éternelle.




Frère Pascal Marin






Psaume 45 (44), 11-12a, 12b-13, 14-15a, 15b-16

R/ Pleine de grâce, nous te prions

Écoute, ma fille, regarde et tends l'oreille ;
oublie ton peuple et la maison de ton père :
le roi sera séduit par ta beauté.

Il est ton Seigneur : prosterne-toi devant lui.
Alors, les plus riches du peuple,
chargés de présents, quêteront ton sourire.

Fille de roi, elle est là, dans sa gloire,
vêtue d'étoffes d'or ;
on la conduit, toute parée, vers le roi.

Des jeunes filles, ses compagnes, lui font cortège ;
on les conduit parmi les chants de fête :
elles entrent au palais du roi.







Heureuse es-tu Marie (Psaume 44(45); avec paroles - with lyrics)

_________________

Quand je dis Dieu c'est un poème, c'est une étoile dans ma vie, 
du feu qui coule dans mes veines, un grand soleil pour aujourd'hui !
Revenir en haut Aller en bas
Lumen
Admin
avatar

Messages : 6760
Date d'inscription : 18/10/2014
Localisation : France

MessageSujet: Re: "Prier les psaumes avec le Christ", Un Psaume Par Jour   Dim 16 Nov 2014 - 19:15




Le Père sauve son peuple

Psaume 149 (148)

Ant: À toi, le peuple des humbles, la joie de ton Dieu, ton Créateur.

Alléluia !
Chantez pour le Père un chant nouveau;
chantez ensemble sa louange.

Que sa famille se réjouisse de son Sauveur,
que tous ses enfants fêtent leur Père !

Qu'ils louent son amour par la danse,
qu'ils fassent résonner toutes les musiques,

car le Père accorde ses faveurs à son peuple,
il donne aux pauvres tous les succès !

Que ses enfants exultent en rendant grâce,
qu'ils crient de joie jusque dans la nuit,

qu'ils crient leur triomphe sur les toits,
proclamant partout leur Sauveur !

Avoir vaincu toutes les faussetés,
et avoir asséché toutes les sources du mal,

avoir enchaîné le Malin et ses agents
et leur avoir appliqué le jugement de l'amour,

voilà toute la joie des gens sauvés par le Père.
Alléluia !










Sous une loi

Il y a le ciel et il y a la terre. Il y a des anges et il y a des hommes. Il y a des peuples et il y a des juges. Il y a des monstres marins et il y a des abîmes. Il y a du feu et il y a de la grêle. Il y a des vergers et il y a des cèdres. Il y a des bêtes sauvages et il y a des troupeaux. Il y a le reptile et il y a l’oiseau…

Et il y a le Seigneur, dont le nom est le seul au-dessus de tout nom ! Un lien indéfectible unit le Créateur et toutes ses créatures. Dans le silence de la prière, le psalmiste contemple ce lien. Il voit en lui deux faces, deux aspects, qu’on ne peut pas défaire, comme le recto et le verso d’une feuille de papier. Du Créateur aux créatures, ce lien se nomme « loi » : « C’est lui qui les posa pour toujours sous une loi qui ne passera pas » (*).

Des créatures au Créateur, ce lien se nomme « louange » : toutes, qu’elles louent le nom du Seigneur !

Mais comment loi peut-il être unie à louange ? L’autre face de la loi n’est-elle pas obéissance ? La désobéissance étant ce qui défait la création. La réduit au chaos. Que la réponse à la loi soit louange, voilà qui manifeste l’essence de la loi, quand Dieu en est l’auteur. Si la loi est louange, elle est aussi liberté.

La louange est un cri qui jaillit spontanément du cœur de toutes celles et ceux qui aiment Dieu et sont aimés de Lui. Louange unanime de tous ses fidèles (**). Alléluia !

Jésus, Fils de Dieu, ta vie n’a pas été oui et non à ton Père et Notre Père. Mais elle n’a été que « oui ». Tu nous apprends à résister aux forces du refus. Tu nous inities au mystère de la louange.


* verset 6
** verset 13



Frère Pascal Marin


_________________

Quand je dis Dieu c'est un poème, c'est une étoile dans ma vie, 
du feu qui coule dans mes veines, un grand soleil pour aujourd'hui !
Revenir en haut Aller en bas
Lumen
Admin
avatar

Messages : 6760
Date d'inscription : 18/10/2014
Localisation : France

MessageSujet: Re: "Prier les psaumes avec le Christ", Un Psaume Par Jour   Lun 17 Nov 2014 - 18:12




La terre, parole du Père

Psaume 29 (28)

Ant: Rendez au Seigneur la gloire de son nom

Tous les habitants de la terre, venez.
Reconnaissez que le Seigneur est unique;

contemplez les signes de sa puissance;
réjouissez-vous de sa splendeur
qui éclate partout dans l’univers.

Il est Père et s’approche de vous pour vous parler
dans le fracas des grandes eaux
et le grondement du tonnerre.

Il vous parle à tue-tête dans la tempête
qui secoue les arbres,
dans le vent qui affole la forêt.

Sa parole éclate aussi pour vous
dans la terre qui tremble
et dans les éclairs qui percent le ciel.

C’est toujours lui qui vous parle
au cœur des plus grands cataclysmes

qui bouleversent jusqu’aux déserts
et figent sur place les êtres vivants.

Nous te rendons grâces,
Créateur du ciel et de la terre

de révéler tes mystères
aux gens qui t’écoutent leur parler.

Tu es notre Père, présent au cœur du monde,
pour donner sens à toutes choses
par la puissance de ton amour.






Voix du seigneur

Ce soir, le vent d’un coup s’est levé. Un vent terrible, personne dans la rue ; la nature, quelque temps, a repris ses droits. Comment ? L’homme serait-il encore soumis à une puissance ?

C’en est fini, le temps d’une tempête, de nos rêves naïfs. Qui arrêterait le vent ? Bien des choses comme lui nous échapperont toujours. Le vent souffle, et l’homme reprend sa place : il n’est plus dieu, il n’est qu’un homme. Un homme, c’est déjà bien ! Un homme, avec sa tête, son cœur et toute sa science. Un homme qui pense et qui invente. Quel génie dans cet homme, que Dieu a daigné faire. Et ce soir, pourtant, il semble si petit.

L’entendez-vous ? Le Roi visite son bien : A moi, cet arbre qui plie sous la bourrasque, à moi ce rocher qui frémit sous mon souffle, à moi la mer démontée par le vent ; à moi ces bêtes tapies dans leurs tanières, à moi ces hommes réfugiés chez eux.

Le vent souffle, inquiétant. Car Dieu est inconnu, bien mystérieux parfois. Dans ses mains toute puissantes, il tient tout l’univers. Alors quoi, vais-je fléchir moi aussi sous ce vent ? Vais-je m’épouvanter de ce Dieu téméraire ?

Non. Je le prie, ce soir dans la tempête. Car ce Dieu si terrible s’est approché de moi. Il est là dans mon cœur comme une brise légère Celui qui au-dehors donne toute sa voix. Je l’adore, debout, ce grand Dieu des puissances : plus fort que les bêtes, plus fort que les hommes, mais plus fort surtout que la mort et sa loi. Puissant comme l’amour, superbe, comme la vie.



Frère Franck Dubois


_________________

Quand je dis Dieu c'est un poème, c'est une étoile dans ma vie, 
du feu qui coule dans mes veines, un grand soleil pour aujourd'hui !
Revenir en haut Aller en bas
Lumen
Admin
avatar

Messages : 6760
Date d'inscription : 18/10/2014
Localisation : France

MessageSujet: Re: "Prier les psaumes avec le Christ", Un Psaume Par Jour   Mar 18 Nov 2014 - 15:00




Pour méditer les desseins du Père

Psaume 119, I (118 aleph)

Ant: Heureux l'homme qui marche dans les voies du Seigneur

lHeureux les gens intègres dans leurs voies
qui marchent suivant les projets du Père.

Heureux les gens qui restent fidèles à ses offres,
qui le cherchent de tout leur cœur !

Jamais ils n'approuvent l'injustice,
ils marchent dans ses voies.

Toi, Père, tu fais connaître tes projets
pour que nous les réalisions fidèlement.

Quant à moi, je voudrais être toujours ferme
dans la fidélité à tes desseins;

ainsi je ne serai pas humilié ni gêné
en contemplant tes volontés.

D'un cœur droit, je pourrai te rendre grâce
en me nourrissant de tes propres pensées.

Tes commandements, mon cœur y tient;
ne me laisse jamais tomber.







Observer entièrement

ENTIEREMENT

Rien ne doit se faire à moitié.
Tes préceptes, à observer entièrement.

Heureux sont-ils, ceux qui se lèvent à leur écho !

Tu dis « Aimez ! », et voilà qu’ils aiment.
Tu dis « Pardonnez ! », et voilà qu’ils renouent les liens défaits.
Tu dis « Debout ! », et voilà qu’ils se lèvent.
Tu dis « Croyez ! », et ils arrachent des petits bouts de nuit, en grattant le coin de son voile, et la lumière jaillit !

Heureux sont-ils, ceux qui marchent à l’ombre de ta voix !

Ils se reposent de leurs fatigues.
Ils n’ont pas besoin le matin, de se demander s’ils ont envie ou non de te prier, ils s’agenouillent… Ils n’ont pas besoin le matin de se demander s’ils croient ou non, ils se redressent.

Heureux les hommes qui ne font rien à moitié, mais entièrement te cherchent.


Il en est d’autres qui te suivent à cloche-pied, par pointillés…
Croyante à temps partiel, espérant en CDD, j’observe tes commandements comme je peux, par petits bouts… Ne m’abandonne pas entièrement, moi qui ne t’aime pas entièrement…

Mais il n’y a plus rien à craindre.

Jésus le Christ, entièrement abandonné, pour nous t’aima entièrement.
Et du tombeau où il fut mis, il ramassa miette après miette, petit bout par petit bout, nos vies éparses, éparpillées par négligence. Entièrement recueillies dans son amour offert.

Il faut alors tout renverser.
Si nous aimons par pointillé, à cloche-pied, ou à temps partiel, tu es le pied qui manque, le trou du pointillé et le temps plein de l’amour offert.

Juste nous reste de te tenir la main, entièrement.




Sœur Anne Lécu






Heureux Bienheureux, Psaume 119-118

_________________

Quand je dis Dieu c'est un poème, c'est une étoile dans ma vie, 
du feu qui coule dans mes veines, un grand soleil pour aujourd'hui !
Revenir en haut Aller en bas
Lumen
Admin
avatar

Messages : 6760
Date d'inscription : 18/10/2014
Localisation : France

MessageSujet: Re: "Prier les psaumes avec le Christ", Un Psaume Par Jour   Mer 19 Nov 2014 - 14:23



Pour méditer les desseins du Père

Psaume 119, II (118 beth)

Ant: Tu es béni, Seigneur! Apprends-moi tes commandements.

Comment, jeune, garder pur son chemin ?
En s'éclairant de ta parole.

De tout mon cœur, je te cherche;
garde-moi de sortir de tes projets.

Dans mon cœur, je médite tes promesses
pour ne pas m'éloigner de toi.

Toi, Père, tu es merveilleux;
fais-moi comprendre tes desseins.

Je me répète souvent chacune de tes paroles.
Je trouve dans l'accueil à tes dons
plus de joie que dans toutes les richesses.

Je tiens à méditer sur tes projets
et à contempler tes desseins.

Je trouve en tes commandements mon plaisir
ta parole m'est toujours précieuse.






C'est donc le psaume complet dans cette vidéo qui se médite en 22 parties au moins...

Psaume 119, II  (118 beth)

Comment, jeune, garder pur son chemin ?
En observant ta parole.
De tout mon coeur, je te cherche ;
garde-moi de fuir tes volontés.
Dans mon coeur, je conserve tes promesses
pour ne pas faillir envers toi.
Toi, Seigneur, tu es béni :
apprends-moi tes commandements.

Je fais repasser sur mes lèvres
chaque décision de ta bouche.
Je trouve dans la voie de tes exigences
plus de joie que dans toutes les richesses.
Je veux méditer sur tes préceptes
et contempler tes voies.
Je trouve en tes commandements mon plaisir,
je n'oublie pas ta parole.



En tes commandements, mon plaisir

Je rumine cette supplication des nuits et des jours : aimer le Christ plus que tout. Non que l’amour du Christ se compare aux autres. Désirer l’aimer, mettre mes pas dans ses traces - même de loin, ne fait pas nombre avec d’autres amours, avec d’autres engagements.

Non, car le Christ ne retient pas, ne retranche pas. Tout au contraire. L’aimer habite tout autre amour, le chercher se scrute dans toute connaissance comme dans toute implication en faveur de l’humain. Mon Dieu ne mutile pas, mais il multiplie. Il ne rétrécit pas le cœur et l’âme mais bien au contraire il élargit la tente de l’hospitalité intérieure et le goût des autres. Pas de comparaison, pas de rivalité non plus.

Vient à mes lèvres cette prière du roi Salomon à propos de la sagesse :

« Je l'aimai et la recherchai dès ma jeunesse ; je cherchai à l'avoir pour épouse, et j'étais épris de sa beauté. (…) Aussi ai-je résolu de la prendre pour compagne de ma vie, sachant qu'elle serait pour moi une conseillère de tout bien, et une consolation dans mes soucis et mes peines. »*

Pour les chrétiens, le Christ est La sagesse. Aussi j’ose dire : « Je l’aimai et recherchai le Christ Jésus dès ma jeunesse, je cherchai à l’avoir pour compagnon de toute ma vie et j’étais épris de sa beauté. Aussi ai-je résolu de le prendre pour ami de toute ma vie, sachant qu’il serait pour moi le conseiller de tout bien et de toute vérité d’aimer, et une consolation dans la détresse et la peine. »



* Livre de la Sagesse, chapitre 8,
versets 2 et 9



Sœur Véronique Margron

_________________

Quand je dis Dieu c'est un poème, c'est une étoile dans ma vie, 
du feu qui coule dans mes veines, un grand soleil pour aujourd'hui !
Revenir en haut Aller en bas
Lumen
Admin
avatar

Messages : 6760
Date d'inscription : 18/10/2014
Localisation : France

MessageSujet: Re: "Prier les psaumes avec le Christ", Un Psaume Par Jour   Jeu 20 Nov 2014 - 14:13




Pour méditer les desseins du Père

Psaume 119, III (118 Ghimel)

Ant: Ouvre mes yeux à tes merveilles, aux splendeurs de ta loi.

Père, sois bon pour ton enfant, et je vivrai,
j'accueillerai ta parole.

Donne-moi de voir et de contempler
la merveille de tes projets.

Tes pensées sont étranges pour un être terrestre,
révèle-moi le mystère de tes desseins.

Un grand désir m'habite toujours:
celui de consentir à toutes tes décisions.

Tu détestes mon orgueil et tout accueil au mal,
tu me poursuis quand je m'éloigne de toi.

Ne m'accuse pas ni ne me méprise:
tu sais que je veux répondre à tes dons.

Quand des gens me croient méchant,
je me réfugie dans ton amour.

Je trouve ma joie dans tes projets;
ce sont eux qui construisent mes journées.





Psaume 119 (118) en entier  et écrit :

Hymne grandiose à l'amour du Père qui m'a toujours sorti des obstacles.

1 Heureux ceux qui sont irréprochables dans leur voie, qui marchent selon la loi de Yahweh!
2 Heureux ceux qui gardent ses enseignements, qui le cherchent de tout leur coeur,
3 qui ne commenttent pas l'iniquité et qui marchent dans ses voies!
4 Tu as prescrit tes ordonnances, pour qu'on les observe avec soin.
5 Puissent mes voies être dirigées, pour que j'observe tes lois!
6 Alors je n'aurai point à rougir, à la vue de tous tes commandements.
7 Je te louerai dans la droiture de mon coeur, en apprenant les préceptes de ta justice.
8 Je veux garder tes lois: ne me délaisse pas complètement.
9 Comment le jeune homme rendra-t-il pur son sentier? En se gardant selon ta parole.
10 Je te cherche de tout mon coeur: ne me laisse pas errer loin de tes commandements.
11 Je garde ta parole cachée dans mon coeur, afin de ne pas pécher contre toi.
12 Béni sois-tu, Yahweh! Enseigne-moi tes lois.
13 De mes lèvres j'énumère tous les préceptes de ta bouche.
14 J'ai de la joie à suivre tes enseignements, comme si je possédais tous les trésors.
15 Je veux méditer tes ordonnances, avoir les yeux sur tes sentiers.
16 Je fais mes délices de tes lois, je n'oublierai pas ta parole.
17 Use de bonté envers ton serviteur, afin que je vive; et j'observerai ta parole.
18 Ouvre mes yeux, pour que je contemple les merveilles de ta loi.
19 Je suis un étranger sur la terre: ne me cache pas tes commandements.
20 Mon âme est brisée par le désir, qui toujours la porte vers tes préceptes.
21 Tu menaces les orgueilleux, ces maudits, qui s'égarent loin de tes commandements.
22 Eloigne de moi la honte et le mépris, car j'observe tes enseignements.
23 Que les princes siègent et parlent contre moi: ton serviteur méditera tes lois.
24 Oui, tes enseignements font mes délices, ce sont les hommes de mon conseil.
25 Mon âme est attachée à la poussière: rends-moi la vie, selon ta parole!
26 Je t'ai exposé mes voies, et tu m'as répondu: enseigne-moi tes lois.
27 Fais-moi comprendre la voie de tes ordonnances, et je méditerai sur tes merveilles.
28 Mon âme, attristée, se fond en larmes: relève-moi selon ta parole.
29 Eloigne de moi la voie du mensonge, et accorde-moi la faveur de ta loi.
30 J'ai choisi la voie de la fidélité, je place tes préceptes sous mes yeux.
31 Je me suis attaché à tes enseignements: Yahweh, ne permets pas que je sois confondu.
32 Je cours dans la voie de tes commandements, car tu élargis mon coeur.
33 Enseigne-moi, Yahweh, la voie de tes préceptes, afin que je la garde jusqu'à la fin de ma vie.
34 Donne-moi l'intelligence pour que je garde ta loi, et que je l'observe de tout mon coeur.
35 Conduis-moi dans le sentier de tes commandements, car j'y trouve le bonheur.
36 Incline mon coeur vers tes enseignements, et non vers le gain.
37 Détourne mes yeux pour qu'ils ne voient point la vanité, fais-moi vivre dans ta voie.
38 Accomplis envers ton serviteur ta promesse, que tu as faite à ceux qui te craignent.
39 Ecarte de moi l'opprobre que je redoute, car tes préceptes sont bons.
40 Je désire ardemment pratiquer tes ordonnances: par ta justice, fais-moi vivre.
41 Que vienne sur moi ta miséricorde, Yahweh, et ton salut, selon ta parole!
42 Et je pourrai répondre à celui qui m'outrage, car je me confie en ta parole.
43 N'ôte pas entièrement de ma bouche la parole de vérité, car j'espère en tes préceptes.
44 Je veux garder ta loi constamment, toujours et à perpétuité.
45 Je marcherai au large, car je recherche tes ordonnances.
46 Je parlerai de tes enseignements devant les rois, et je n'aurai point de honte.
47 Je ferai mes délices de tes commandements, car je les aime.
48 J'élèverai mes mains vers tes commandements que j'aime, et je méditerai tes lois.
49 Souviens-toi de la parole donnée à ton serviteur, sur laquelle tu fais reposer mon espérance.
50 C'est ma consolation dans la misère, que ta parole me rende la vie.
51 Des orgueilleux me prodiguent leurs railleries: je ne m'écarte point de ta loi.
52 Je pense à tes préceptes des temps passés, Yahweh, et je me console
53 L'indignation me saisit à cause des méchants, qui abandonnent ta loi.
54 Tes lois sont le sujet de mes cantiques, dans le lieu de mon pèlerinage.
55 La nuit je me rappelle ton nom, Yahweh, et j'observe ta loi.
56 Voici la part qui m'est donnée: je garde tes ordonnances.
57 Ma part, Yahweh, je le dis, c'est de garder tes paroles.
58 Je t'implore de tout mon coeur; aie pitié de moi selon ta parole.
59 Je réfléchis à mes voies, et je ramène mes pas vers tes enseignements.
60 Je me hâte, je ne diffère point d'observer tes commandements.
61 Les pièges des méchants m'environnent, et je n'oublie point ta loi.
62 Au milieu de la nuit, je me lève pour te louer, à cause des jugements de ta justice.
63 Je suis l'ami de tous ceux qui te craignent, et de ceux qui gardent tes ordonnances.
64 La terre est pleine de ta bonté, Yahweh: enseigne-moi tes lois.
65 Tu as usé de bonté envers ton serviteur, Yahweh, selon ta parole.
66 Enseigne-moi le sens droit et l'intelligence, car j'ai foi en tes commandements.
67 Avant d'avoir été humilié, je m'égarais; maintenant, j'observe ta parole.
68 Tu es bon et bienfaisant: enseigne-moi tes lois.
69 Des orgueilleux imaginent contre moi des mensonges; moi, je garde de tout coeur tes ordonnances.
70 Leur coeur est insensible comme la graisse; moi, je fais mes délices de ta loi.
71 Il m'est bon d'avoir été humilié, afin que j'apprenne tes préceptes.
72 Mieux vaut pour moi la loi de ta bouche; que des monceaux d'or et d'argent.
73 Ce sont tes mains qui m'ont fait et qui m'ont façonné: donne-moi l'intelligence pour apprendre tes commandements.
74 Ceux qui te craignent, en me voyant, se réjouiront, car j'ai confiance en ta parole.
75 Je sais, Yahweh, que tes jugements sont justes; c'est dans ta fidélité que tu m'as humilié.
76 Que ta bonté soit ma consolation, selon ta parole donnée à ton serviteur!
77 Que ta compassion vienne sur moi, et que je vive, car ta loi fait mes délices!
78 Qu'ils soient confondus les orgueilleux qui me maltraitent injustement! Moi, je médite tes ordonnances.
79 Qu'ils se tournent vers moi ceux qui te craignent, et ceux qui connaissent tes enseignements!
80 Que mon coeur soit tout entier à tes lois, afin que je ne sois pas confondu!
81 Mon âme languit après ton salut, j'espère en ta parole.
82 Mes yeux languissent après ta promesse, je dis: «Quand me consoleras-tu?»
83 Car je suis comme une outre exposée à la fumée, mais je n'oublie pas tes lois.
84 Quel est le nombre des jours de ton serviteur? Quand donc feras-tu justice de ceux qui me poursuivent?
85 Des orgueilleux creusent des fosses pour me perdre; ils sont les adversaires de ta loi.
86 Tous tes commandements sont fidélité; ils me persécutent sans cause: secours-moi.
87 Ils ont failli m'anéantir dans le pays; et moi je n'abandonne pas tes ordonnances.
88 Rends-moi la vie dans ta bonté, et j'observerai l'enseignement de ta bouche.
89 A jamais, Yahweh, ta parole est établie dans les cieux.
90 D'âge en âge ta fidélité demeure; tu as fondé la terre, et elle subsiste.
91 C'est d'après tes lois que tout subsiste jusqu'à ce jour, car tout obéit à tes ordres.
92 Si ta loi ne faisait mes délices, déjà j'aurais péri dans ma misère.
93 Je n'oublierai jamais tes ordonnances, car c'est par elles que tu m'as rendu la vie.
94 Je suis à toi: sauve-moi, car je recherche tes préceptes.
95 Les méchants m'attendent pour me faire périr: je suis attentif à tes enseignements.
96 J'ai vu des bornes à tout ce qui est parfait; ton commandement n'a point de limites.
97 Combien j'aime ta loi! Elle est tout le jour l'objet de ma méditation.
98 Par tes commandements, tu me rends plus sage que mes ennemis, car je les ai toujours avec moi.
99 Je suis plus sage que tous mes maîtres, car tes enseignements sont l'objet de ma méditation.
100 J'ai plus d'intelligence que les vieillards, car j'observe tes ordonnances.
101 Je retiens mon pied loin de tout sentier mauvais, afin de garder ta parole.
102 Je ne m'écarte pas de tes préceptes, car c'est toi qui m'as instruit.
103 Que ta parole est douce à mon palais, plus que le miel à ma bouche!
104 Par tes ordonnances je deviens intelligent, aussi je hais tous les sentiers du mensonge.
105 Ta parole est un flambeau devant mes pas, une lumière sur mon sentier.
106 J'ai juré, et j'y serai fidèle, d'observer les préceptes de ta justice.
107 Je suis réduit à une extrême affliction: Yahweh, rends-moi la vie, selon ta parole.
108 Agrée, Yahweh, l'offrande de mes lèvres, et enseigne-moi tes préceptes.
109 Ma vie est continuellement dans mes mains, et je n'oublie point ta loi.
110 Les méchants me tendent des pièges, et je ne m'égare pas loin de tes ordonnances.
111 J'ai tes enseignements pour toujours en héritage, car ils sont la joie de mon coeur.
112 J'ai incliné mon coeur à observer tes lois, toujours, jusqu'à la fin.
113 Je hais les hommes au coeur double, et j'aime ta loi.
114 Tu es mon refuge et mon bouclier; j'ai confiance en ta parole.
115 Retirez-vous de moi, méchants, et j'observerai les commandements de mon Dieu.
116 Soutiens-moi selon ta promesse, afin que je vive, et ne permets pas que je sois confondu dans mon espérance.
117 Sois mon appui, et je serai sauvé, et j'aurai toujours tes lois sous les yeux.
118 Tu méprises tous ceux qui s'écartent de tes lois, car leur ruse n'est que mensonge.
119 Tu rejettes comme des scories tous les méchants de la terre; c'est pourquoi j'aime tes enseignements.
120 Ma chair frissonne de frayeur devant toi, et je redoute tes jugements.
121 J'observe le droit et la justice: ne m'abandonne pas à mes oppresseurs.
122 Prends sous ta garantie le bien de ton serviteur; et que les orgueilleux ne m'oppriment pas!
123 Mes yeux languissent après ton salut, et après la promesse de ta justice.
124 Agis envers ton serviteur selon ta bonté, et enseigne-moi tes lois.
125 Je suis ton serviteur: donne-moi l'intelligence, pour que je connaisse tes enseignements.
126 Il est temps pour Yahweh d'intervenir: ils violent ta loi.
127 C'est pourquoi j'aime tes commandements, plus que l'or et que l'or fin.
128 C'est pourquoi je trouve justes toutes tes ordonnances, je hais tout sentier de mensonge.
129 Tes enseignements sont merveilleux, aussi mon âme les observe.
130 La révélation de tes paroles illumine, elle donne l'intelligence aux simples.
131 J'ouvre la bouche et j'aspire, car je suis avide de tes commandements.
132 Tourne vers moi ta face et aie pitié de moi; c'est justice envers ceux qui aiment ton nom.
133 Affermis mes pas dans ta parole, et ne laisse aucune iniquité dominer sur moi.
134 Délivre-moi de l'oppression des hommes, et je garderai tes ordonnances.
135 Fais luire ta face sur ton serviteur, et enseigne-moi tes lois.
136 Mes yeux répandent des torrents de larmes, parce qu'on n'observe pas ta loi.
137 Tu es juste, Yahweh, et tes jugements sont équitables.
138 Tu as donné tes enseignements, selon la justice et une parfaite fidélité.
139 Mon zèle me consume, parce que mes adversaires oublient tes paroles.
140 Ta parole est entièrement éprouvée, et ton serviteur l'aime.
141 Je suis petit et méprisé; mais je n'oublie point tes ordonnances.
142 Ta justice est une justice éternelle, et ta loi est vérité.
143 La détresse et l'angoisse m'ont atteint; tes commandements font mes délices.
144 Tes enseignements sont éternellement justes; donne-moi l'intelligence, pour que je vive.
145 Je t'invoque de tout mon coeur; exauce-moi, Yahweh, afin que je garde tes lois.
146 Je t'invoque, sauve-moi, afin que j'observe tes enseignements.
147 Je devance l'aurore, et je crie vers toi; j'espère en ta parole.
148 Mes yeux devancent les veilles de la nuit, pour méditer ta parole.
149 Ecoute ma voix selon ta bonté; Yahweh, rends-moi la vie selon ton jugement.
150 Ils s'approchent, ceux qui poursuivent le crime, qui se sont éloignés de ta loi.
151 Tu es proche, Yahweh, et tous tes commandements sont la vérité.
152 Dès longtemps je sais, au sujet de tes enseignements, que tu les as établis pour toujours.
153 Vois ma misère, et délivre-moi, car je n'oublie pas ta loi.
154 Défends ma cause et sois mon vengeur, rends-moi la vie selon ta parole.
155 Le salut est loin des méchants, car ils ne s'inquiètent pas de tes lois.
156 Tes miséricordes sont nombreuses, Yahweh; rends-moi la vie selon tes jugements.
157 Nombreux sont mes persécuteurs et mes ennemis; je ne m'écarte point de tes enseignements.
158 A la vue des infidèles, j'ai ressenti de l'horreur, parce qu'ils n'observent pas ta parole.
159 Considère que j'aime tes ordonnances; Yahweh, rends-moi la vie selon ta bonté.
160 Le résumé de ta parole est la vérité, et toutes les lois de ta justice sont éternelles.
161 Des princes me persécutent sans cause: c'est de tes paroles que mon coeur a de la crainte.
162 Je me réjouis de ta parole, comme si j'avais trouvé de riches dépouilles.
163 Je hais le mensonge, je l'ai en horreur; j'aime ta loi.
164 Sept fois le jour je te loue, à cause des lois de ta justice.
165 Il y a une grande paix pour ceux qui aiment ta loi, et rien ne leur est une cause de chute.
166 J'espère en ton salut, Yahweh, et je pratique tes commandements.
167 Mon âme observe tes enseignements, et elle en est éprise.
168 Je garde tes ordonnances et tes enseignements, car toutes mes voies sont devant toi.
169 Que mon cri arrive jusqu'à toi, Yahweh! Selon ta parole, donne-moi l'intelligence.
170 Que ma supplication parvienne jusqu'à toi! Selon ta parole, délivre-moi.
171 Que mes lèvres profèrent ta louange, car tu m'as enseigné tes lois!
172 Que ma langue publie ta parole, car tous tes commandements sont justes!
173 Que ta main s'étende pour me secourir, car j'ai choisi tes ordonnances!
174 Je soupire après ton salut, Yahweh, et ta loi fait mes délices.
175 Que mon âme vive pour te louer, et que tes jugements me viennent en aide!
176 Je suis errant comme une brebis égarée: cherche ton serviteur; car je n'oublie pas tes commandements.

Longue méditation sur la fidélité aux projets du Père et sur la joie qui en résulte.



Brûlé de Désir

« Ouvre mes yeux, que je contemple les merveilles de ta loi » (*).

Comment sortir de tous mes aveuglements, volontaires ou non ? Quand Jésus guérit un aveugle dans l’évangile, il lui demande d’abord quel est son désir. Sage précaution. Car toutes nos bonnes résolutions, nos nobles aspirations, si elles ne sont pas motivées par une nécessité intérieure profonde, ne tiennent pas et ne nous font pas vraiment bouger.

Il faut, pour guérir, « trouver mon plaisir en tes exigences ». Car comme nous le demande le Christ : « vous donc, soyez parfaits comme votre Père céleste est parfait ». Rien d’une morale rigide, mais la révélation d’un visage, celui de Dieu notre Père, dont l’image est inscrite en nous et que nous avons à restaurer.

Comment ? Au début de ma vie religieuse, un frère allait faire la vaisselle en jubilant. Cela me plongeait dans des abîmes de perplexité, moi qui y allais comme à la corvée. J’ai compris, grâce à lui, que la perfection ne réside pas forcément en de grandes choses, mais plutôt faire ce qu’on a à faire avec cœur, générosité, excès même. Y être présent entièrement, sans arrières pensées, dans cet élan tiré d’une force intérieure, celle de l’Esprit en nous.
« Ouvre mes yeux, que je contemple les merveilles de ta loi » . Que je découvre cette merveille de la loi d’amour que Jésus a vécue jusqu’à sa perfection, jusqu’à son accomplissement sur la Croix, en demandant à son Père de pardonner à ses bourreaux. Aimer. Aimer jusqu’à l’excès.


* verset 18




Frères du 28


_________________

Quand je dis Dieu c'est un poème, c'est une étoile dans ma vie, 
du feu qui coule dans mes veines, un grand soleil pour aujourd'hui !
Revenir en haut Aller en bas
Lumen
Admin
avatar

Messages : 6760
Date d'inscription : 18/10/2014
Localisation : France

MessageSujet: Re: "Prier les psaumes avec le Christ", Un Psaume Par Jour   Ven 21 Nov 2014 - 20:00




Pour méditer les desseins du Père

Psaume 119, IV (118 daleth)

Ant: Relève-moi, Seigneur, je te suivrai.

Père, quand je me sens réduit à rien,
dis-moi une parole qui me fasse revivre.

J'énumère mes problèmes, tu me réponds;
apprends-moi tes solutions.

Montre-moi le chemin qui mène à toi,
donne-moi de méditer sur tes merveilles.

Quand la tristesse m'arrache des larmes,
dis-moi un mot de consolation.

Ne me laisse pas vivre dans les illusions;
éclaire-moi de tes propres pensées.

J'ai décidé de marcher dans la fidélité
en m'ajustant à toutes tes décisions.

J'essaie de coller à tous tes desseins;
ô Père, garde-moi d'y manquer.

Je me sens porter sur mon chemin vers toi,
car tu as mis ton élan dans mon cœur.






Psaume 119, III (118 daleth)

Mon âme est collée à la poussière ;
fais-moi vivre selon ta parole.

J'énumère mes voies : tu me réponds ;
apprends-moi tes commandements.

Montre-moi la voie de tes préceptes,
que je médite sur tes merveilles.

La tristesse m'arrache des larmes :
relève-moi selon ta parole.

Détourne-moi de la voie du mensonge,
fais-moi la grâce de ta loi.

J'ai choisi la voie de la fidélité,
je m'ajuste à tes décisions.

Je me tiens collé à tes exigences ;
Seigneur, garde-moi d'être humilié.

Je cours dans la voie de tes volontés,
car tu mets au large mon coeur.



Au large, mon cœur !

Ce psaume nous rend témoins du miracle d’une guérison spirituelle. Le psalmiste passe d’un stade initial où son âme est « collée à la poussière » à un stade final où son cœur est « au large ».

Tout commence par un examen de conscience. Il « énumère ses voies ». Elles le maintiennent dans la poussière. Il faut qu’il s’en libère : « Fais-moi vivre selon ta parole. » Puis il médite les paroles du Seigneur, qui lui enseignent Ses propres voies. Il prend alors conscience de la distance qui sépare ses voies de celles du Seigneur.

Et voilà qu’il pleure. Les larmes le purifient. Elles lavent son âme de la poussière. Alors, il implore Dieu d’être guidé hors de ses voies d’errance. Il perçoit désormais combien elles le trompent, lui mentent : « Détourne-moi de la voie du mensonge. » Tout est suspendu ici à une décision, à un choix.

Et voilà qu’il décide ! Il choisit la voie de la fidélité à la loi du Seigneur : « J’ai choisi la voie de la fidélité, je m’ajuste à tes décisions. » Il ne vivra plus désormais « collé à la poussière », mais « collé à Ses exigences ». Et sitôt décidé, déjà il court dans la voie des volontés du Seigneur, le « cœur au large » !

Jésus, par ta parole et par ta vie, tu as mis en lumière ce que c’est que vivre à aimer vraiment, et dans cette lumière, nous pressentons comment nous ne savons pas aimer. Notre péché nous accable, mais par toi nous avons accès au Père de miséricorde, Source du pardon. C’est toi qui inspires ton apôtre saint Paul lorsqu’il nous supplie en ton nom de nous laisser réconcilier avec Dieu (*).



* deuxième lettre de saint Paul aux Corinthiens, chapitre 5, verset 20



Frère Pascal Marin


_________________

Quand je dis Dieu c'est un poème, c'est une étoile dans ma vie, 
du feu qui coule dans mes veines, un grand soleil pour aujourd'hui !
Revenir en haut Aller en bas
Lumen
Admin
avatar

Messages : 6760
Date d'inscription : 18/10/2014
Localisation : France

MessageSujet: Re: "Prier les psaumes avec le Christ", Un Psaume Par Jour   Dim 23 Nov 2014 - 21:08


Avec le psaume 118 commencé mardi dernier, nous entrons pour 22 jours dans un même et unique psaume. Benoît XVI a consacré l’an passé une catéchèse sur cette perle du psautier. Nous reprenons ici son introduction.



Le long psaume 119 (118) et Benoit XVI

Psaume 119 (118)

Chers frères et sœurs,

Dans les catéchèses passées, nous avons médité sur certains Psaumes qui sont des exemples des genres typiques de la prière : lamentation, confiance, louange. Dans la catéchèse d’aujourd’hui, je voudrais m’arrêter sur le Psaume 119 selon la tradition hébraïque, 118 selon la tradition gréco-latine : un Psaume très particulier, unique en son genre. Il l’est tout d’abord en raison de sa longueur : il est en effet composé de 176 versets divisés en 22 strophes de huit versets chacune. Il a ensuite la particularité d’être un « acrostiche alphabétique » : c’est-à-dire qu’il est construit selon l’alphabet hébraïque, qui est composé de 22 lettres. Chaque strophe correspond à une lettre de cet alphabet, et c’est avec cette lettre que commence la première parole des huit versets de la strophe. Il s’agit d’une construction littéraire originale et très difficile, dans laquelle l’auteur du Psaume a dû déployer toute sa bravoure.

Mais ce qui pour nous est le plus important est la thématique centrale de ce Psaume : il s’agit en effet d’un chant imposant et solennel sur la Torah du Seigneur, c’est-à-dire sur sa Loi, un terme qui, dans son acception la plus ample et complète, doit être compris comme enseignement, instruction, directive de vie. La Torah est révélation, elle est Parole de Dieu qui interpelle l’homme et en provoque la réponse d’obéissance confiante et d’amour généreux. Et ce Psaume est entièrement parcouru par l’amour pour la Parole de Dieu, célébrant sa beauté, sa force salvifique, sa capacité de donner la joie et la vie. Parce que la Loi divine n’est pas un lourd joug d’esclavage, mais un don de grâce qui rend libres et conduit au bonheur : « Je trouve en tes volontés mes délices, je n'oublie pas ta parole », affirme le psalmiste (v. 16), et ensuite : « Guide-moi au chemin de tes commandements, car j'ai là mon plaisir » (v. 35), et encore : « Que j'aime ta loi ! tout le jour, je la médite » (v. 97). La Loi du Seigneur, sa Parole, est le centre de la vie de l’orant. Dans celle-ci, il trouve le réconfort, il en fait l’objet de sa méditation, il la conserve dans son cœur : « Dans mon cœur j'ai conservé tes promesses pour ne point faillir envers toi » (v. 11), tel est le secret du bonheur du psalmiste ; et il ajoute ensuite encore : « Les superbes m'engluent de mensonge, moi de tout cœur je garde tes préceptes » (v. 69).

La fidélité du psalmiste naît de l’écoute de la Parole, qu’il faut conserver dans son cœur, en la méditant et en l’aimant, précisément comme Marie, qui « conservait, en les méditant dans son cœur » les paroles qui lui avaient été adressées et les événements merveilleux dans lesquels Dieu se révélait, demandant son assentiment de foi (cf. Lc 2, 19.51). Et si notre Psaume commence les premiers versets en proclamant « heureux » « ceux qui marchent dans la loi du Seigneur » (v. 1b) « gardant son témoignage » (v. 2a), c’est encore la Vierge Marie qui porte à son accomplissement la figure parfaite du croyant décrite par le psalmiste. En effet, c’est Elle la véritable « bienheureuse », proclamée telle par Elisabeth, car elle « a cru en l'accomplissement de ce qui lui a été dit de la part du Seigneur ! » (Lc 1, 45), et c’est à Elle et à sa foi que Jésus lui-même rend témoignage quand, à la femme qui s’était écriée : « Heureuses les entrailles qui t'ont porté », il répond : « Heureux plutôt ceux qui écoutent la parole de Dieu et l'observent ! » (Lc 11, 27-28). Marie est assurément bienheureuse car elle a porté le Sauveur en son sein, mais surtout parce qu’elle a accueilli l’annonce de Dieu, parce qu’elle a été une gardienne attentive et pleine d’amour de sa Parole.

Le psaume 119 se développe donc entièrement autour de cette Parole de vie et de béatitude. Si son thème central est la « Parole » et la « Loi » du Seigneur, à côté de ces termes reviennent dans presque tous les versets des synonymes tels que « préceptes », « volontés », « commandements », « témoignage », « promesses », « jugements ». Puis de nombreux verbes se rapportant à eux, comme observer, garder, comprendre, connaître, aimer, méditer, vivre. Tout l’alphabet défile à travers les 22 strophes de ce Psaume, et également tout le vocabulaire du rapport confiant du croyant avec Dieu. Nous y trouvons la louange, l’action de grâce, la confiance, mais également la supplique et la lamentation, mais toujours animées par la certitude de la grâce divine et de la puissance de la Parole de Dieu. Les versets les plus marqués par la douleur et par le sens d’obscurité demeurent eux aussi ouverts à l’espérance et sont empreints de foi. « Mon âme est collée à la poussière, vivifie-moi selon ta parole » (v. 25), prie le psalmiste avec confiance ; « Rendu pareil à une outre qu'on enfume, je n'oublie pas tes volontés » (v. 83), est le cri du croyant. Même si elle est mise à l’épreuve, sa fidélité trouve sa force dans la Parole du Seigneur : « Que je riposte à l'insulte par la parole, car je compte sur ta parole » (v. 42), affirme-t-il avec fermeté ; et même face à la perspective angoissante de la mort, les commandements du Seigneur sont son point de référence et son espérance de victoire : « On viendrait à bout de moi sur terre, sans que je laisse tes préceptes » (v. 87).

La loi divine, objet de l’amour passionné du psalmiste et de tout croyant, est source de vie. Le désir de la comprendre, de l’observer, d’orienter vers elle tout son être est la caractéristique de l’homme juste et fidèle au Seigneur, qui « murmure sa loi jour et nuit » comme le récite le Psaume 1 (v. 2) : la loi de Dieu est une loi qu’il faut garder « sur le cœur », comme le dit le célèbre texte du Shema dans le Deutéronome : « Ecoute, Israël... Que ces paroles que je te dicte aujourd'hui restent dans ton cœur ! Tu les répéteras à tes fils, tu les leur diras aussi bien assis dans ta maison que marchant sur la route, couché aussi bien que debout » (6, 4.6-7).

Centre de l’existence, la Loi de Dieu exige l’écoute du cœur, une écoute faite d’obéissance non servile, mais filiale, confiante, consciente. L’écoute de la Parole est une rencontre personnelle avec le Seigneur de la vie, une rencontre qui doit se traduire en choix concrets et devenir un chemin et une sequela. Lorsqu’on lui demande ce qu’il faut faire pour avoir la vie éternelle, Jésus indique la voie de l’observation de la Loi, mais en indiquant comment faire pour la porter à sa plénitude : « Une seule chose te manque : va, ce que tu as, vends-le et donne-le aux pauvres, et tu auras un trésor dans le ciel ; puis, viens, suis-moi » (Mc 10, 21 et par.). L’accomplissement de la Loi est de suivre Jésus, d’aller sur le chemin de Jésus, en compagnie de Jésus.

Le Psaume 119 nous conduit donc à la rencontre avec le Seigneur et nous oriente vers l’Evangile. Il comporte un verset sur lequel je voudrais à présent m’arrêter ; c’est le v. 57: « Le Seigneur est ma part ; j’ai décidé d’observer tes paroles ». Dans d’autres psaumes également, l’orant affirme que le Seigneur est sa « part », son héritage : « Seigneur, ma part d'héritage et ma coupe », récite le Psaume 16 (v. 5a), « roc de mon cœur, ma part, Dieu à jamais », telle est la proclamation du fidèle dans le psaume 73 (v. 26) et encore, dans le Psaume 142, le psalmiste crie au Seigneur : « Toi, mon abri, ma part dans la terre des vivants » (v. 6b).

Ce terme de « part » évoque l’événement de la répartition de la terre promise entre les tribus d’Israël, lorsqu’aux Lévites ne fut assignée aucune portion du territoire, parce que leur « part » était le Seigneur lui-même. Deux textes du Pentateuque sont explicites à cet égard, et utilisent le terme en question : « Le Seigneur dit à Aaron : “Tu n'auras point d'héritage dans leur pays, il n'y aura pas de part pour toi au milieu d'eux. C'est moi qui serai ta part et ton héritage au milieu des Israélites” », déclare le Livre des Nombres (18, 20), et le Deutéronome répète : « Aussi n'y eut-il pas pour Lévi de part ni d'héritage avec ses frères : c'est le Seigneur qui est son héritage comme le Seigneur ton Dieu le lui a dit » (Dt 10, 9; cf. Dt 18, 2; Jos 13, 33; Ez 44, 28).

Les prêtres, qui appartiennent à la tribu de Lévi, ne peuvent pas être propriétaires de terres dans le pays que Dieu donnait en héritage à son peuple en réalisant la promesse faite à Abraham (cf. Gn 12, 1-7). La possession de la terre, élément fondamental de stabilité et de possibilité de survie, était un signe de bénédiction, parce qu’elle impliquait la possibilité de construire une maison, d’y faire grandir des enfants, de cultiver les champs et de vivre des fruits de la terre. Or les Lévites, médiateurs du sacré et de la bénédiction divine, ne peuvent pas posséder, comme les autres Israélites, ce signe extérieur de la bénédiction et cette source de subsistance. Entièrement donnés au Seigneur, ils doivent vivre uniquement de Lui, abandonnés à son amour providentiel et à la générosité des frères, sans avoir droit à l’héritage parce que Dieu est leur part d’héritage, Dieu est leur terre, qui les fait vivre en plénitude...


http://blog.psaumedanslaville.org/








Psaume 119 (118) - "Eloge de la loi divine" : Ps 119, 1-8 : Heureux, impeccables en leur voie, ceux qui marchent dans la loi de Yahvé ! Heureux, gardant son témoignage, ceux qui le cherchent de tout coeur, et qui sans commettre de mal, marchent dans ses voies ! Toi, tu promulgues tes préceptes, à observer entièrement. Puissent mes voies se fixer à observer tes volontés. Alors je n'aurai nulle honte en revoyant tous tes commandements. Je te rendrai grâce en droiture de coeur, instruit de tes justes jugements. Tes volontés, je les veux observer, ne me délaisse pas entièrement.

Le psaume 119 (118 selon la numérotation greco-latine) est un psaume "alphabétique", le plus long des psaumes, l'un des monuments les plus caractéristiques de la piété israélite envers la révélation divine. Les huit vers de chaque strophe commencent par l'une des 22 lettre de l'alphabet hébreu, et contiennent chacun, sauf une seule exception au verset 122, l'un des termes qui désignent la Loi : témoignage, précepte, volonté, commandement, promesse, parole, jugement, voie. Le mot "loi" et ses synonymes sont à prendre ici dans le sens le plus large d'enseignement révélé, tel que l'ont transmis les prophètes.

Dans la liturgie des Heures, les vingt-deux huitains (strophe de 8 versets) du psaume 119 sont psalmodiés. Les huitains I, II, III, IV et V sont placés respectivement à l’office du milieu du jour du mardi, du mercredi, du jeudi, du vendredi et du samedi de la première semaine (I). Les huitains VI, VII, VIII, IX, X et XI sont placés à l’office du milieu du jour de la deuxième semaine (II), respectivement le lundi, le mardi, le mercredi, le jeudi, le vendredi et le samedi. Les huitains XII, XIII, XIV, XV, XVI sont placés à l’office du milieu du jour de la troisième semaine (III), respectivement le lundi, le mardi, le mercredi, le jeudi et le samedi. Les huitains XVII, XVIII, XIX, XX, XXI et XXII sont placés à l’office du milieu du jour de la quatrième semaine (IV), respectivement le lundi, le mardi, le mercredi, le jeudi, le vendredi et le samedi. Le huitain XIV est aussi chanté aux Vêpres du samedi de la deuxième semaine (II), et le XIX aux Laudes du samedi de la première (I) et de la troisième (III) semaines.

Dans la liturgie des Messes dominicales et des fêtes, le psaume 119 (118) est chanté pour les huitains ( I, II, III, IV) le 6ième Dimanche du temps ordinaire de l’année A, pour les huitains ( V, VI, XI, XII) le 17ième Dimanche du temps ordinaire de l’année A et pour les huitains ( VII, VIII, IX, X) le 31ième Dimanche du temps ordinaire de l’année B.



Le Psaume 119 (118) en français ( la Bible Annotée, ou Bible de Neuchâtel) :

1 Aleph. Heureux ceux qui sont intègres dans leur voie, Qui marchent selon la loi de l'Éternel !
2 Heureux ceux qui gardent ses témoignages, Et le cherchent de tout leur cœur ;
3 Qui ne commettent pas d'iniquité, Mais marchent dans ses voies !
4 Tu as donné tes commandements Pour qu'on les garde soigneusement.
5 Oh ! que mes voies soient réglées De manière à ce que j'observe tes statuts !
6 Alors, je n'aurai point à rougir, Si je regarde à tous tes commandements.
7 Je te louerai dans la droiture de mon cœur, En apprenant les décrets de ta justice.
8 Je veux garder tes statuts, Ne m'abandonne pas entièrement.
9 Beth Comment le jeune homme rendra-t-il pure sa conduite ? C'est en y prenant garde selon ta parole.
10 Je te cherche de tout mon cœur ; Ne permets pas que je m'égare Loin de tes commandements !
11 J'ai serré ta parole dans mon cœur, Afin de ne pas pécher contre toi.
12 Béni sois-tu, Eternel ! Enseigne-moi tes statuts.
13 Je répète de mes lèvres Tous les jugements de ta bouche.
14 Je me réjouis dans la voie de tes témoignages, Comme si j'avais tous les trésors du monde.
15 Je veux méditer tes commandements. Et regarder à tes sentiers.
16 Je prendrai plaisir à tes statuts, Et je n'oublierai point tes paroles.
17 Guimel. Fais ce bien à ton serviteur que je vive, Et que je garde ta parole.
18 Dessille mes yeux, Afin que je voie les merveilles de ta loi.
19 Je suis étranger sur la terre ; Ne me cache pas tes commandements !
20 Mon âme se consume à désirer Les sentences de ta justice, en tout temps.
21 Tu as tancé les orgueilleux, Gens maudits, qui s'égarent loin de tes commandements.
22 Ote de dessus moi l'opprobre et le mépris, Car je garde tes témoignages.
23 Des princes ont beau s'asseoir et parler contre moi, Ton serviteur médite tes statuts,
24 Tes témoignaces n'en sont pas moins mes délices, Les gens de mon conseil.
25 Daleth Mon âme est attachée à la poudre ; Fais-moi revivre, selon ta parole !
26 J'ai raconté mes voies, et tu m'as répondu ; Enseigne-moi tes statuts.
27 Fais-moi connaitre la voie de tes commandements, Et je méditerai tes merveilles.
28 Mon âme pleure de chagrin ; Relève-moi selon ta parole.
29 Eloigne-moi de la voie du mensonge Et accorde-moi la grâce d'observer ta loi.
30 J'ai choisi la voie de la fidélité ; J'ai placé tes décrets sous mes yeux.
31 Je me tiens attaché à tes témoignages ; Eternel, ne me rends pas confus !
32 Je courrai dans la voie de tes commandements, Quand tu auras mis mon cœur au large.
33 Hé. Enseigne-moi, Eternel, la voie de tes statuts, Et je la suivrai jusqu'à la fin.
34 Donne-moi l'intelligence, pour que je garde ta loi, Et l'observe de tout mon cœur.
35 Fais-moi marcher dans le sentier de tes commandements, Car j'y prends plaisir.
36 Incline mon cœur vers tes témoignages, Et non vers le gain.
37 Détourne mes yeux de regarder à la vanité ; Fais-moi vivre dans ta voie !
38 Confirme à ton serviteur ta parole, Que tu as donnée pour que l'on te craigne.
39 Détourne de moi l'opprobre que je redoute, Car tes jugements sont bons.
40 Voici, je soupire après tes ordonnances ! Fais-moi vivre par ta justice !
41 Vav. Et que ta grâce soit sur moi, ô Eternel ! Et ton salut, selon ta parole ;
42 Et j'aurai de quoi répondre à celui qui m'outrage, Car je me confie en ta parole.
43 N'ôte pas entièrement de ma bouche la parole de vérité, Car je m'attends à tes décrets,
44 Et je garderai ta loi constamment, A toujours et à perpétuité.
45 Je marcherai au large Parce que j'ai recherché tes ordonnances.
46 Je parlerai de tes témoignages devant les rois, Et je n'aurai point de honte.
47 Je ferai mes délices de tes commandements, Que j'aime ;
48 J'élèverai mes mains vers tes commandements, Que j'aime, Et je méditerai tes statuts.
49 Zaïn. Souviens-toi de la parole donnée à ton serviteur, Sur laquelle tu as fondé mon espérance.
50 C'est ici ma consolation dans mon affliction, Que ta parole me rend la vie.
51 Des orgueilleux me couvrent de railleries ; Je ne me détourne point de ta loi.
52 Je me souviens de tes jugements d'autrefois, Eternel, Et j'en suis consolé.
53 Une colère ardente me saisit à la vue des méchants, Qui abandonnent ta loi.
54 Tes statuts sont mes cantiques Dans la maison où je séjourne comme un passant.
55 Je me souviens la nuit de ton nom, ô Eternel, Et je garde ta loi.
56 C'est là ma part, D'observer tes commandements.
57 Heth. Tu es ma part, ô Eternel ! Je l'ai déclaré : je garderai ta parole.
58 Je t'ai imploré de tout mon cœur : Aie pitié de moi, selon ta parole !
59 J'ai fait le compte de mes voies, Et j'ai tourné mes pas vers tes témoignages.
60 Je me suis hâté, je n'ai point différé De garder tes commandements.
61 Les pièges des méchants m'ont environné, Je n'ai point oublié ta loi.
62 Au milieu de la nuit, je me lève pour te louer Des arrêts de ta justice.
63 Je m'associe à tous ceux qui te craignent Et qui gardent tes commandements.
64 Ta bonté, ô Eternel, remplit la terre ; Enseigne-moi tes statuts.
65 Teth. Tu as agi avec bonté envers ton serviteur, O Eternel ! selon ta parole.
66 Enseigne-moi à juger avec sens et intelligence, Car j'ai foi à tes commandements.
67 Avant d'avoir été humilié, je m'égarais, Mais maintenant j'observe ta parole.
68 Tu es bon et bienfaisant ; Enseigne-moi tes statuts !
69 Des orgueilleux ont forgé contre moi des mensonges ; Moi, de tout mon cœur, je garde tes commandements.
70 Leur cœur est figé comme de la graisse ; Moi, je fais mes délices de ta loi.
71 Il m'est bon d'avoir été humilié, Afin d'apprendre tes statuts.
72 Mieux vaut pour moi la loi de ta bouche Que des milliers de pièces d'or et d'argent.
73 Iod. Tes mains m'ont fait et m'ont formé ; Rends-moi intelligent pour apprendre tes ordonnances !
74 Ceux qui te craignent me verront et se réjouiront, Car je m'attends à ta parole.
75 Je sais, ô Eternel, que tes décrets ne sont que justice, Et que c'est en ta fidélité que tu m'as humilié.
76 Oh !que ta bonté soit ma consolation, Comme tu l'as promis à ton serviteur.
77 Que tes compassions viennent sur moi, pour que je vive ; Car ta loi fait mon plaisir.
78 Que les orgueilleux soient confus De ce qu'ils m'oppriment sans cause. Pour moi, je méditerai tes commandements.
79 Que ceux qui te craignent reviennent à moi, Et qu'ils connaissent tes témoignages !
80 Que mon cœur soit intègre dans tes statuts, Afin que je ne sois pas confus.
81 Kaph. Mon âme languit après ta délivrance ; Je m'attends à ta parole.
82 Mes yeux languissent après ta promesse ; Je dis : Quand me consoleras-tu ?
83 Car je suis comme une outre enfumée, Bien que je n'aie pas oublié tes statuts.
84 Que sont les jours de ton serviteur ? Quand feras-tu justice de ceux qui me poursuivent ?
85 Les orgueilleux m'ont creusé des fosses, Eux qui n'agissent point selon ta loi.
86 Tous tes commandements ne sont que fidélité. On me persécute sans cause ; aide-moi !
87 Encore un peu, ils m'auraient fait disparaître du pays ! Mais moi, je n'ai pas abandonné tes commandements.
88 Fais-moi vivre, dans ta bonté, Et je garderai les témoignages de ta bouche.
89 Lamed. Pour toujours, ô Eternel, Ta parole subsiste dans les cieux.
90 De génération en génération dure ta fidélité. Tu as fondé la terre, et elle demeure ferme.
91 C'est par tes décrets que tout subsiste aujourd'hui, Car toutes choses te servent.
92 Si ta loi n'eût fait mes délices, J'eusse péri dans mon affliction.
93 Jamais je n'oublierai tes commandements, Car c'est par eux que tu me fais vivre.
94 Je suis à toi ; sauve-moi, Car j'ai recherché tes ordonnances.
95 Les méchants m'ont épié pour me faire périr, Je suis attentif à tes témoignages.
96 A tout ce qui est parfait j'ai vu une fin ; Ton commandement est d'une immense étendue !
97 Mem. Oh ! combien j'aime ta loi ! Tout le jour je la médite.
98 Tu me rends plus sage que mes ennemis Par tes commandements, Car pour toujours ils sont mon partage.
99 Je suis plus éclairé que tous ceux qui m'enseignent, Car tes témoignages sont l'objet de ma méditation.
100 Je suis plus intelligent que les anciens, Parce que j'ai gardé tes commandements.
101 J'ai détourné mes pas de tout mauvais chemin, Afin de garder ta parole.
102 Je ne me suis point écarté de tes lois, Car c'est toi qui m'enseignes.
103 Que tes paroles sont douces à mon palais ! Plus douces que le miel à ma bouche.
104 Par tes commandements je deviens intelligent, C'est pourquoi je hais toute voie de mensonge.
105 Nun. Ta parole est une lampe à mes pieds, Et une, lumière sur mon sentier.
106 J'ai juré, et je le tiendrai, D'observer les ordonnances de ta justice.
107 Je suis extrêmement affligé. Eternel, fais-moi vivre selon ta parole
108 Agrée, je te prie, ô Eternel, Les offrandes volontaires de ma bouche, Et m'enseigne tes ordonnances !
109 Ma vie est continuellement en danger, Mais je n'oublie point ta loi.
110 Les méchants m'ont tendu des pièges, Mais je ne me suis point écarté de tes commandements.
111 Tes témoignages sont mon héritage à toujours, Car ils sont la joie de mon cœur.
112 J'ai incliné mon cœur à pratiquer tes statuts, A toujours, jusqu'à la fin.
113 Samech. J'ai en haine ceux qui sont doubles de cœur, Et j'aime ta loi.
114 Tu es mon refuge et mon bouclier ; Je m'attends à ta parole.
115 Retirez-vous de moi, méchants, Que je garde les commandements de mon Dieu.
116 Soutiens-moi, selon ta parole, afin que je vive, Et ne confonds pas mon attente !
117 Sois mon appui, pour que je sois sauvé, Et que j'aie toujours les yeux sur tes statuts !
118 Tu rejettes tous ceux qui s'écartent de tes statuts, Car leurs séductions ne sont que mensonge.
119 Tu fais disparaître comme des scories Tous les méchants de la terre, C'est pourquoi j'aime tes témoignages.
120 Ma chair frissonne de frayeur devant toi, Et je crains tes jugements.
121 Aïn. J'ai pratiqué le droit et la justice ; Ne m'abandonne pas à mes oppresseurs !
122 Prends sous ta garantie le bien de ton serviteur ; Que les orgueilleux ne m'oppriment pas !
123 Mes yeux languissent après ta délivrance, Après la parole de ta justice.
124 Agis envers ton serviteur selon ta bonté, Et m'enseigne tes statuts.
125 Je suis ton serviteur ; rends-moi intelligent, Pour que je connaisse tes témoignages.
126 Il est temps que l'Éternel agisse ; Ils ont renversé ta loi.
127 C'est pourquoi j'aime tes commandements Plus que l'or, même que l'or fin.
128 C'est pourquoi j'estime droits tous tes commandements, Et je hais toute voie de mensonge.
129 Pé. Tes témoignages sont admirables ; C'est pourquoi mon âme les a gardés.
130 La révélation de tes paroles illumine ; Elle donne de l'intelligence aux simples.
131 J'ai ouvert la bouche et j'ai soupiré, Car j'étais avide de tes commandements.
132 Tourne vers moi ta face et aie pitié de moi, Comme cela est juste à l'égard de ceux qui aiment ton nom.
133 Affermis mes pas dans ta parole, Et ne laisse aucune iniquité dominer sur moi !
134 Délivre-moi de l'oppression des hommes, Afin que je garde tes commandements.
135 Fais luire ta face sur ton serviteur, Et m'enseigne tes statuts !
136 Mes yeux se fondent en ruisseaux d'eau, Parce qu'on n'observe pas ta loi.
137 Tsadé. Tu es juste, ô Eternel ! Et droit dans tes jugements.
138 Tu as prescrit tes témoignages avec justice Et en toute vérité.
139 Mon zèle m'a consumé, Parce que mes ennemis ont oublié tes paroles.
140 Ta parole est pure de tout alliage ; Aussi ton serviteur l'aime.
141 Je suis petit et méprisé ; Mais je n'oublie pas tes ordonnances.
142 Ta justice est une justice éternelle, Et ta loi n'est que vérité.
143 La détresse et l'angoisse m'ont atteint, Mais tes commandements font mes délices.
144 Tes témoignages ne sont que justice à toujours ; Rends-moi intelligent, afin que je vive !
145 Koph. Je crie du fond du cœur ; réponds-moi, Eternel ! Je garderai tes statuts.
146 Je crie à toi, sauve-moi ! Et je garderai tes témoignages.
147 Je devance l'aurore et je crie ; Je m'attends à tes paroles.
148 Mes yeux devancent les veilles de la nuit, Pour méditer ta parole.
149 Ecoute ma voix, selon ta bonté ; Eternel, selon les promesses de ta justice, fais-moi vivre !
150 Ils approchent, ceux qui courent au crime ; Ils se tiennent loin de ta loi.
151 Tu es proche, ô Eternel ! Et tous tes commandements ne sont que vérité.
152 Dès longtemps je sais par tes témoignages Que tu les as établis pour toujours.
153 Resch. Regarde mon affliction et me délivre ; Car je n'ai point oublié ta loi.
154 Défends ma cause et me rachète ; Fais-moi vivre, selon ta parole !
155 Le salut est loin des méchants, Parce qu'ils ne recherchent point tes statuts.
156 Tes compassions sont en grand nombre, ô Eternel ! Fais-moi vivre, selon tes décrets.
157 Nombreux sont mes persécuteurs et mes adversaires ; Mais je ne m'écarte pas de tes témoignages.
158 J'ai vu les infidèles, et j'en ai horreur ; Ils n'observent pas ta parole !
159 Considère que j'aime tes commandements ; Eternel, fais-moi vivre, par ta bonté.
160 Toute ta parole est vérité, Et tous les décrets de ta justice sont éternels
161 Schin. Les grands m'ont persécuté sans cause ; Mais mon cœur n'a craint que tes paroles.
162 Je me réjouis de ta parole Comme celui qui a trouvé un grand butin.
163 Je hais le mensonge, je l'ai en abomination ; C'est ta loi que j'aime.
164 Je te loue sept fois le jour, Pour les décrets de ta justice.
165 Grande est la paix de ceux qui aiment ta loi ; Rien ne peut les renverser.
166 J'ai attendu ta délivrance, ô Eternel ! Et pratiqué tes commandements.
167 Mon âme a gardé tes témoignages, Et j'ai pour eux un grand amour.
168 J'ai gardé tes commandements et tes témoignages, Car toutes mes voies sont devant toi.
169 Thav. Que mon cri parvienne jusqu'à toi, ô Eternel ! Rends-moi intelligent, selon ta parole.
170 Que ma supplication arrive en ta présence ; Délivre-moi, selon ta parole !
171 Mes lèvres répandront ta louange, Quand tu m'auras enseigné tes statuts.
172 Ma langue célèbrera ta parole, Car tous tes commandements sont justes.
173 Que ta main me soit en aide ! Car j'ai fait choix de tes commandements.
174 Je soupire après ton salut, ô Eternel, Et ta loi est tout mon plaisir.
175 Que mon âme vive, afin qu'elle te loue, Et que les décrets de ta justice me soient en aide !
176 Je suis errant comme une brebis perdue : Cherche ton serviteur, Car je n'ai pas oublié tes commandements.



 
Le Psaume 118 (119) en latin Beati immaculati in via (La Vulgate) :

1 alleluia aleph beati inmaculati in via qui ambulant in lege Domini
2 beati qui scrutantur testimonia eius in toto corde exquirent eum
3 non enim qui operantur iniquitatem in viis eius ambulaverunt
4 tu mandasti mandata tua custodire nimis
5 utinam dirigantur viae meae ad custodiendas iustificationes tuas
6 tunc non confundar cum perspexero in omnibus mandatis tuis
7 confitebor tibi in directione cordis in eo quod didici iudicia iustitiae tuae
8 iustificationes tuas custodiam non me derelinquas usquequaque
9 beth in quo corriget adulescentior viam suam in custodiendo sermones tuos
10 in toto corde meo exquisivi te non repellas me a mandatis tuis
11 in corde meo abscondi eloquia tua ut non peccem tibi
12 benedictus es Domine doce me iustificationes tuas
13 in labiis meis pronuntiavi omnia iudicia oris tui
14 in via testimoniorum tuorum delectatus sum sicut in omnibus divitiis
15 in mandatis tuis exercebor et considerabo vias tuas
16 in iustificationibus tuis meditabor non obliviscar sermones tuos
17 gimel retribue servo tuo vivifica me et custodiam sermones tuos
18 revela oculos meos et considerabo mirabilia de lege tua
19 incola ego sum in terra non abscondas a me mandata tua
20 concupivit anima mea desiderare iustificationes tuas in omni tempore
21 increpasti superbos maledicti qui declinant a mandatis tuis
22 aufer a me obprobrium et contemptum quia testimonia tua exquisivi
23 etenim sederunt principes et adversum me loquebantur servus autem tuus exercebatur in iustificationibus tuis
24 nam et testimonia tua meditatio mea et consilium meum iustificationes tuae
25 deleth adhesit pavimento anima mea vivifica me secundum verbum tuum
26 vias meas enuntiavi et exaudisti me doce me iustificationes tuas
27 viam iustificationum tuarum instrue me et exercebor in mirabilibus tuis
28 dormitavit anima mea prae taedio confirma me in verbis tuis
29 viam iniquitatis amove a me et lege tua miserere mei
30 viam veritatis elegi iudicia tua non sum oblitus
31 adhesi testimoniis tuis Domine noli me confundere
32 viam mandatorum tuorum cucurri cum dilatasti cor meum
33 he legem pone mihi Domine viam iustificationum tuarum et exquiram eam semper
34 da mihi intellectum et scrutabor legem tuam et custodiam illam in toto corde meo
35 deduc me in semita mandatorum tuorum quia ipsam volui
36 inclina cor meum in testimonia tua et non in avaritiam
37 averte oculos meos ne videant vanitatem in via tua vivifica me
38 statue servo tuo eloquium tuum in timore tuo
39 amputa obprobrium meum quod suspicatus sum quia iudicia tua iucunda
40 ecce concupivi mandata tua in aequitate tua vivifica me
41 vav et veniat super me misericordia tua Domine salutare tuum secundum eloquium tuum
42 et respondebo exprobrantibus mihi verbum quia speravi in sermonibus tuis
43 et ne auferas de ore meo verbum veritatis usquequaque quia in iudiciis tuis supersperavi
44 et custodiam legem tuam semper in saeculum et in saeculum saeculi
45 et ambulabam in latitudine quia mandata tua exquisivi
46 et loquebar in testimoniis tuis in conspectu regum et non confundebar
47 et meditabar in mandatis tuis quae dilexi
48 et levavi manus meas ad mandata quae dilexi et exercebar in iustificationibus tuis
49 zai memor esto verbi tui servo tuo in quo mihi spem dedisti
50 haec me consolata est in humilitate mea quia eloquium tuum vivificavit me
51 superbi inique agebant usquequaque a lege autem tua non declinavi
52 memor fui iudiciorum tuorum a saeculo Domine et consolatus sum
53 defectio tenuit me prae peccatoribus derelinquentibus legem tuam
54 cantabiles mihi erant iustificationes tuae in loco peregrinationis meae
55 memor fui in nocte nominis tui Domine et custodivi legem tuam
56 haec facta est mihi quia iustificationes tuas exquisivi
57 heth portio mea Dominus dixi custodire legem tuam
58 deprecatus sum faciem tuam in toto corde meo miserere mei secundum eloquium tuum
59 cogitavi vias meas et avertisti pedes meos in testimonia tua
60 paratus sum et non sum turbatus ut custodiam mandata tua
61 funes peccatorum circumplexi sunt me et legem tuam non sum oblitus
62 media nocte surgebam ad confitendum tibi super iudicia iustificationis tuae
63 particeps ego sum omnium timentium te et custodientium mandata tua
64 misericordia Domini plena est terra iustificationes tuas doce me
65 teth bonitatem fecisti cum servo tuo Domine secundum verbum tuum
66 bonitatem et disciplinam et scientiam doce me quia mandatis tuis credidi
67 priusquam humiliarer ego deliqui propterea eloquium tuum custodivi
68 bonus es tu et in bonitate tua doce me iustificationes tuas
69 multiplicata est super me iniquitas superborum ego autem in toto corde scrutabor mandata tua
70 coagulatum est sicut lac cor eorum ego vero legem tuam meditatus sum
71 bonum mihi quia humiliasti me ut discam iustificationes tuas
72 bonum mihi lex oris tui super milia auri et argenti
73 ioth manus tuae fecerunt me et plasmaverunt me da mihi intellectum et discam mandata tua
74 qui timent te videbunt me et laetabuntur quia in verba tua supersperavi
75 cognovi Domine quia aequitas iudicia tua et veritate humiliasti me
76 fiat misericordia tua ut consoletur me secundum eloquium tuum servo tuo
77 veniant mihi miserationes tuae et vivam quia lex tua meditatio mea est
78 confundantur superbi quia iniuste iniquitatem fecerunt in me ego autem exercebor in mandatis tuis
79 convertantur mihi timentes te et qui noverunt testimonia tua
80 fiat cor meum inmaculatum in iustificationibus tuis ut non confundar
81 caf defecit in salutare tuum anima mea in verbum tuum supersperavi
82 defecerunt oculi mei in eloquium tuum dicentes quando consolaberis me
83 quia factus sum sicut uter in pruina iustificationes tuas non sum oblitus
84 quot sunt dies servo tuo quando facies de persequentibus me iudicium
85 narraverunt mihi iniqui fabulationes sed non ut lex tua
86 omnia mandata tua veritas inique persecuti sunt me adiuva me
87 paulo minus consummaverunt me in terra ego autem non dereliqui mandata tua
88 secundum misericordiam tuam vivifica me et custodiam testimonia oris tui
89 lamed in aeternum Domine verbum tuum permanet in caelo
90 in generationem et generationem veritas tua fundasti terram et permanet
91 ordinatione tua perseverat dies quoniam omnia serviunt tibi
92 nisi quod lex tua meditatio mea est tunc forte perissem in humilitate mea
93 in aeternum non obliviscar iustificationes tuas quia in ipsis vivificasti me
94 tuus sum ego salvum me fac quoniam iustificationes tuas exquisivi
95 me expectaverunt peccatores ut perderent me testimonia tua intellexi
96 omni consummationi vidi finem latum mandatum tuum nimis
97 mem quomodo dilexi legem tuam tota die meditatio mea est
98 super inimicos meos prudentem me fecisti mandato tuo quia in aeternum mihi est
99 super omnes docentes me intellexi quia testimonia tua meditatio mea est
100 super senes intellexi quia mandata tua quaesivi
101 ab omni via mala prohibui pedes meos ut custodiam verba tua
102 a iudiciis tuis non declinavi quia tu legem posuisti mihi
103 quam dulcia faucibus meis eloquia tua super mel ori meo
104 a mandatis tuis intellexi propterea odivi omnem viam iniquitatis
105 nun lucerna pedibus meis verbum tuum et lumen semitis meis
106 iuravi et statui custodire iudicia iustitiae tuae
107 humiliatus sum usquequaque Domine vivifica me secundum verbum tuum
108 voluntaria oris mei beneplacita fac Domine et iudicia tua doce me
109 anima mea in manibus meis semper et legem tuam non sum oblitus
110 posuerunt peccatores laqueum mihi et de mandatis tuis non erravi
111 hereditate adquisivi testimonia tua in aeternum quia exultatio cordis mei sunt
112 inclinavi cor meum ad faciendas iustificationes tuas in aeternum propter retributionem
113 samech iniquos odio habui et legem tuam dilexi
114 adiutor meus et susceptor meus es tu in verbum tuum supersperavi
115 declinate a me maligni et scrutabor mandata Dei mei
116 suscipe me secundum eloquium tuum et vivam et non confundas me ab expectatione mea
117 adiuva me et salvus ero et meditabor in iustificationibus tuis semper
118 sprevisti omnes discedentes a iustitiis tuis quia iniusta cogitatio eorum
119 praevaricantes reputavi omnes peccatores terrae ideo dilexi testimonia tua
120 confige timore tuo carnes meas a iudiciis enim; tuis timui
121 ain feci iudicium et iustitiam non tradas me calumniantibus me
122 suscipe servum tuum in bonum non calumnientur me superbi
123 oculi mei defecerunt in salutare tuum et in eloquium iustitiae tuae
124 fac cum servo tuo secundum misericordiam tuam et iustificationes tuas doce me
125 servus tuus sum ego da mihi intellectum et sciam testimonia tua
126 tempus faciendi Domino dissipaverunt legem tuam
127 ideo dilexi mandata tua super aurum et topazion
128 propterea ad omnia mandata tua dirigebar omnem viam iniquam odio habui
129 fe mirabilia testimonia tua ideo scrutata est ea anima mea
130 declaratio sermonum tuorum inluminat et intellectum dat parvulis
131 os meum aperui et adtraxi spiritum quia mandata tua desiderabam
132 aspice in me et miserere mei secundum iudicium diligentium nomen tuum
133 gressus meos dirige secundum eloquium tuum et non dominetur mei omnis iniustitia
134 redime me a calumniis hominum et custodiam mandata tua
135 faciem tuam inlumina super servum tuum et doce me iustificationes tuas
136 exitus aquarum deduxerunt oculi mei quia non custodierunt legem tuam
137 sade iustus es Domine et rectum iudicium tuum
138 mandasti iustitiam testimonia tua et veritatem tuam nimis
139 tabescere me fecit zelus meus quia obliti sunt verba tua inimici mei
140 ignitum eloquium tuum vehementer et servus tuus dilexit illud
141 adulescentulus sum ego et contemptus iustificationes tuas non sum oblitus
142 iustitia tua iustitia in aeternum et lex tua veritas
143 tribulatio et angustia invenerunt me mandata tua meditatio mea
144 aequitas testimonia tua in aeternum intellectum da mihi et vivam
145 cof clamavi in toto corde exaudi me Domine iustificationes tuas requiram
146 clamavi te salvum me fac et custodiam mandata tua
147 praeveni in maturitate et clamavi in verba tua supersperavi
148 praevenerunt oculi mei ad diluculum ut meditarer eloquia tua
149 vocem meam audi secundum misericordiam tuam Domine secundum iudicium tuum vivifica me
150 adpropinquaverunt persequentes me iniquitate a lege autem tua longe facti sunt
151 prope es tu Domine et omnes viae tuae veritas
152 initio cognovi de testimoniis tuis quia in aeternum fundasti ea
153 res vide humilitatem meam et eripe me quia legem tuam non sum oblitus
154 iudica iudicium meum et redime me propter eloquium tuum vivifica me
155 longe a peccatoribus salus quia iustificationes tuas non exquisierunt
156 misericordiae tuae multae Domine secundum iudicia tua vivifica me
157 multi qui persequuntur me et tribulant me a testimoniis tuis non declinavi
158 vidi praevaricantes et tabescebam quia eloquia tua non custodierunt
159 vide quoniam mandata tua dilexi Domine in misericordia tua vivifica me
160 principium verborum tuorum veritas et in aeternum omnia iudicia iustitiae tuae
161 sen principes persecuti sunt me gratis et a verbis tuis formidavit cor meum
162 laetabor ego super eloquia tua sicut qui invenit spolia multa
163 iniquitatem odio habui et abominatus sum legem autem tuam dilexi
164 septies in die laudem dixi tibi super iudicia iustitiae tuae
165 pax multa diligentibus legem tuam et non est illis scandalum
166 expectabam salutare tuum Domine et mandata tua dilexi
167 custodivit anima mea testimonia tua et dilexi ea vehementer
168 servavi mandata tua et testimonia tua quia omnes viae meae in conspectu tuo
169 thau adpropinquet deprecatio mea in conspectu tuo Domine iuxta eloquium tuum da mihi intellectum
170 intret postulatio mea in conspectu tuo secundum eloquium tuum eripe me
171 eructabunt labia mea hymnum cum docueris me iustificationes tuas
172 pronuntiabit lingua mea eloquium tuum quia omnia mandata tua aequitas
173 fiat manus tua ut salvet me quoniam mandata tua elegi
174 concupivi salutare tuum Domine et lex tua meditatio mea
175 vivet anima mea et laudabit te et iudicia tua adiuvabunt me
176 erravi sicut ovis quae periit quaere servum tuum quia mandata tua non sum oblitus

Gloria Patri, et Filio, et Spiritui Sancto. Sicut erat in principio, et nunc, et semper, et in saeclua saeculorum. Amen.


http://www.psaumes.site-catholique.fr





_________________

Quand je dis Dieu c'est un poème, c'est une étoile dans ma vie, 
du feu qui coule dans mes veines, un grand soleil pour aujourd'hui !
Revenir en haut Aller en bas
Lumen
Admin
avatar

Messages : 6760
Date d'inscription : 18/10/2014
Localisation : France

MessageSujet: Re: "Prier les psaumes avec le Christ", Un Psaume Par Jour   Lun 24 Nov 2014 - 15:03




Pour méditer les desseins du Père

Psaume 119, V (118 hé)

Ant: Guide-moi, Seigneur, au chemin de ta loi.

Ô Père, explique-moi le chemin qui mène à toi;
le réussir serait ma récompense.

Montre-moi comment garder ta loi,
surtout à la garder vivante dans mon cœur.

Guide-moi dans le sens de tes projets
et fais que je m'y plaise.

Rends mon cœur sensible à tes dons
plutôt qu'à mes intérêts.

Ne me laisse pas m'attacher à des idoles:
c'est de toi que je veux vivre.

Pour ton enfant, fais agir ton amour
qui me gardera attaché à toi.

Ne m'adresse pas de blâmes qui m'effraient;
que tes interventions me soient bienfaisantes.

Vois combien je désire entrer dans tes projets;
par ton amour, fais-moi vivre.







Psaume 119, V (118 hé)

33 Hé. Enseigne-moi, Eternel, la voie de tes statuts, Et je la suivrai jusqu'à la fin.
34 Donne-moi l'intelligence, pour que je garde ta loi, Et l'observe de tout mon cœur.
35 Fais-moi marcher dans le sentier de tes commandements, Car j'y prends plaisir.
36 Incline mon cœur vers tes témoignages, Et non vers le gain.
37 Détourne mes yeux de regarder à la vanité ; Fais-moi vivre dans ta voie !
38 Confirme à ton serviteur ta parole, Que tu as donnée pour que l'on te craigne.
39 Détourne de moi l'opprobre que je redoute, Car tes jugements sont bons.
40 Voici, je soupire après tes ordonnances ! Fais-moi vivre par ta justice !



Incline mon Coeur

« Que ta volonté soit faite », l’indice est plutôt maigre. Je sais bien que la clef du bonheur est pour moi de suivre en tout ce que Dieu me propose. Il y a, c’est vrai, les préceptes et les lois. Il y a dans le Livre mille recommandations. Mais l’on ne suit pas Dieu comme on suit une leçon. Car qui pourrait se dire qu’il a su accomplir sans faillir jamais les commandements ? Vais-je obéir aux lois pour compter mes bons points, tel l’élève modèle friand d’images pieuses ? « Tu sais Seigneur, je veux me faire bien voir, seras-tu fier de moi : j’ai fait tous mes devoirs ! »

Mais je n’ai plus dix ans. Et je ne peux aimer à coup de récompenses, ni suivre le chemin par peur du châtiment.
Car aimerais-je vraiment un Dieu que je craindrais ? Me laisserait-il seul affronter le défi de qui veut sans tarder marcher en sa présence ? Cruel serait un Dieu qui se délecterait de voir ses créatures peiner la peur au ventre, sans jamais se soucier de leur venir en aide. Mais il n’est pas ainsi, car Dieu veut que je l’aime et il peut par lui-même me donner de l’aimer. Car aimer le Seigneur, c’est vouloir bien qu’il m’aime, et lui prêter mon cœur, qu’il vienne l’habiter. Le chemin, c’est le Christ, qui en moi peut aimer. Le désir, c’est l’Esprit qui me fait adorer. La vie, celle que j’espère, c’est le Père qui la tient, et la garde pour moi, au terme du chemin. Que ta volonté soit faite, par toi, en moi.




Frère Franck Dubois


_________________

Quand je dis Dieu c'est un poème, c'est une étoile dans ma vie, 
du feu qui coule dans mes veines, un grand soleil pour aujourd'hui !
Revenir en haut Aller en bas
Lumen
Admin
avatar

Messages : 6760
Date d'inscription : 18/10/2014
Localisation : France

MessageSujet: Re: "Prier les psaumes avec le Christ", Un Psaume Par Jour   Lun 24 Nov 2014 - 15:29





Pour méditer les desseins du Père

Psaume 119, VI (118 waw)

Ant: Heureux qui entend la parole de Dieu et qui la garde.

Père, que tes bontés me remplissent le cœur;
donne-moi de vivre selon ton dessein.

Par la force même de ta Parole
je saurai répondre au mal qui m'assaille.

Ne me laisse jamais fausser ce qui est vrai,
car je veux m'appuyer sur ta réalité.

J'observerai tes volontés sans cesse et toujours.
Ainsi, mon cœur ne sera jamais inquiet
si j'accueille de mon mieux tes pensées.

Devant nos maîtres, je rappellerai tes volontés
sans avoir peur qu'ils m'humilient ou me repoussent.
Ils sauront combien j'aime les lumières venues de toi.

J'ouvre mon cœur pour accueillir tes décrets
afin de les méditer, car je les aime beaucoup.






Psaume 119, VI (118 vav)

41 Vav. Et que ta grâce soit sur moi, ô Eternel ! Et ton salut, selon ta parole ;
42 Et j'aurai de quoi répondre à celui qui m'outrage, Car je me confie en ta parole.
43 N'ôte pas entièrement de ma bouche la parole de vérité, Car je m'attends à tes décrets,
44 Et je garderai ta loi constamment, A toujours et à perpétuité.
45 Je marcherai au large Parce que j'ai recherché tes ordonnances.
46 Je parlerai de tes témoignages devant les rois, Et je n'aurai point de honte.
47 Je ferai mes délices de tes commandements, Que j'aime ;
48 J'élèverai mes mains vers tes commandements, Que j'aime, Et je méditerai tes statuts.



Librement

On a parfois du mal à le comprendre : la loi de Dieu n’est pas pour nous contraindre mais pour nous libérer. C’est un peu comme les digues d’une rivière. Si l’eau se répand dans les champs, elle noie les hérissons et les jonquilles, elle perd sa force en se dispersant et elle n’atteint jamais la haute mer.

Notre vie, c’est le lit du fleuve. Nos passions, ce sont les flots. La digue, c’est la loi. Si nos passions ne sont pas canalisées, c’est le débordement sauvage, l’éclatement et la dispersion et l’incapacité d’atteindre le but de notre vie qui est le bonheur.

La loi de Dieu nous dit : « Si tu suis mes préceptes, tu seras libéré de la dispersion, tu seras fécond, tu creuseras ton sillon, tu seras une source de vie pour les autres. »

La loi de Dieu est un guide pour grandir. Elle nous oriente vers le développement intégral de tous nos moyens. Sans loi, c’est la barbarie. Sans loi, c’est la loi du plus fort. Sans loi, on vit et on pense comme des porcs. Sans la loi, c’est la mort qui triomphe, y compris en nous. La loi nouvelle de Jésus-Christ proclame : « Choisis la vie plutôt que la loi. » C’est pourquoi Jésus guérit les paralysés le jour du Sabbat (*).

La loi de Dieu est libération. La loi de Dieu n’est pas la morale étriquée d’une vieille institutrice sévère et aigrie. C’est le vade-mecum pour une vie pleine et comblée.

Guide-moi, Seigneur, dans ta vérité. Elle me rendra libre. Montre-moi, Seigneur, ton visage, qui est le sceau de la loi d’amour.


* entre autres : Évangile selon saint Matthieu, chapitre 12, verset 10




Frère Philippe Verdin
[/color]

_________________

Quand je dis Dieu c'est un poème, c'est une étoile dans ma vie, 
du feu qui coule dans mes veines, un grand soleil pour aujourd'hui !
Revenir en haut Aller en bas
Lumen
Admin
avatar

Messages : 6760
Date d'inscription : 18/10/2014
Localisation : France

MessageSujet: Re: "Prier les psaumes avec le Christ", Un Psaume Par Jour   Mar 25 Nov 2014 - 18:35




Pour méditer les desseins du Père

Psaume 119, VII (118 zain)

Ant: Que je chante ta loi, ô mon dieu, sur la terre de mon exil.

Je me rappelle ce que tu as dit à mon cœur
et qui a tellement nourri mon espérance.

Quand ça va mal, c'est ma consolation:
car tes messages me font revivre.

Des gens se sont moqués de mon lien à toi,
mais ça ne m'a pas ébranlé.

Père, je me rappelle toujours ta présence:
c'est là que je trouve ma sérénité.

Je suis très déçu quand je vois des gens te fuir
et se désintéresser de ton amour.

Pour moi, tes desseins sont comme une musique
qui me soutient pour vivre le quotidien.

Même la nuit, j'évoque ta présence, Père,
pour conserver ma confiance en toi.

Tout ce qui m'intéresse dans la vie,
c'est de réaliser tes projets partout où je passe.






49 Zaïn. Souviens-toi de la parole donnée à ton serviteur, Sur laquelle tu as fondé mon espérance.
50 C'est ici ma consolation dans mon affliction, Que ta parole me rend la vie.
51 Des orgueilleux me couvrent de railleries ; Je ne me détourne point de ta loi.
52 Je me souviens de tes jugements d'autrefois, Eternel, Et j'en suis consolé.
53 Une colère ardente me saisit à la vue des méchants, Qui abandonnent ta loi.
54 Tes statuts sont mes cantiques Dans la maison où je séjourne comme un passant.
55 Je me souviens la nuit de ton nom, ô Eternel, Et je garde ta loi.
56 C'est là ma part, D'observer tes commandements.



Ma consolation

Ta parole, mon Seigneur, m’a saisie par les cheveux un beau matin, m’a retenue, accrochée au ciel. Il faisait beau, le soleil de septembre réchauffait le jardin. Les fruits murs attendaient sur la table d’être réduits en confiture.
Il faisait bon. J’avais seize ans.
Ta parole, Jésus mon frère, m’a saisie au dedans du dedans,
« Gardez courage, moi j’ai vaincu le monde »
J’en fis ma route, mon étoile, mon phare.

La nuit, quand mon courage s’émiette en poudre fine que le vent disperse, je me rappelle cette nourriture solide que tu as déposée au fond de mes entrailles, dans ce jardin de commencement du monde: « Gardez courage ! »

Et monte alors la certitude que même si ma vie s’en va en poussière, dispersée par mon inconstance, même si ma mémoire oublie ce printemps de septembre, tu recueilles tout.

Tu sauves tout ce qui un tant soit peu a tenu bon, car ta mémoire à toi est plus grande que le monde et retient tout ce qui a été vivant dans nos vies.

Oui, j’ai vu de mes yeux tes merveilles. J’ai vu des hommes à terre, se relever par ta parole. J’ai vu des femmes en prison prosternées devant ta croix, sûres de trouver en toi un ami.

Ma consolation, Seigneur, cette sortie de la solitude, c’est de savoir que chaque souffle de notre haleine, chaque instant de notre oubli, tout est recueilli en tes mains ; chacune de nos larmes, et même ces larmes du dedans que nul ne voit, sont recueillies une après une dans tes outres, pour en faire un vin de fête. Rien n’est perdu.

« Courage, Gardez courage, moi j’ai vaincu le monde. »



Sœur Anne Lécu


_________________

Quand je dis Dieu c'est un poème, c'est une étoile dans ma vie, 
du feu qui coule dans mes veines, un grand soleil pour aujourd'hui !
Revenir en haut Aller en bas
Lumen
Admin
avatar

Messages : 6760
Date d'inscription : 18/10/2014
Localisation : France

MessageSujet: Re: "Prier les psaumes avec le Christ", Un Psaume Par Jour   Mer 26 Nov 2014 - 16:28




Pour méditer les desseins du Père

Psaume 119, VIII (118 heth)

Ant: De ton amour, Seigneur, la terre est pleine.

Père, je le répète souvent:
ma préoccupation, c'est d'accueillir ta Parole.

J'ai mis tout mon cœur à défendre ton vrai visage.
Fais-moi la grâce de respecter ta création.

Quand je réfléchis sur ma conduite,
j'en viens toujours à l'ajuster sur toi.

Dès que je comprends ce que tu veux,
je suis heureux de m'y conformer tout de suite.

Les forces du mal ont beau me ligoter,
j'en reviens toujours à la liberté que tu m'offres.

Il m'arrive de me lever en pleine nuit
pour te célébrer, à cause de ton amour.

Je fais communauté avec les gens qui te cherchent
en profitant de tes volontés pour me diriger.

Père, la terre est remplie de ta présence:
éduque-moi à en vivre toujours.








57 Heth. Tu es ma part, ô Eternel ! Je l'ai déclaré : je garderai ta parole.
58 Je t'ai imploré de tout mon cœur : Aie pitié de moi, selon ta parole !
59 J'ai fait le compte de mes voies, Et j'ai tourné mes pas vers tes témoignages.
60 Je me suis hâté, je n'ai point différé De garder tes commandements.
61 Les pièges des méchants m'ont environné, Je n'ai point oublié ta loi.
62 Au milieu de la nuit, je me lève pour te louer Des arrêts de ta justice.
63 Je m'associe à tous ceux qui te craignent Et qui gardent tes commandements.
64 Ta bonté, ô Eternel, remplit la terre ; Enseigne-moi tes statuts.




Au milieu de la nuit

« Au milieu de la nuit un cri s’est fait entendre : voici l’époux qui vient, venez à sa rencontre. » Cette parole de l’évangile de Matthieu (*) est reprise lors de la nuit de Pâques. Une nuit unique entre toutes, nuit des nuits, nuit plus grande que toute autre. Tout aboutit et tout s’initie en cette nuit.

Tout est dit, donné. Tout semblait pourtant perdu : un homme juste, un homme qui a soulevé l’espoir pour des humbles, un homme qui a été aimé par des femmes et des hommes exclus de la vie de Dieu par les bien-pensants, cet homme-là a été livré, condamné, exécuté. Désespoir noir.

Les ténèbres l’ont emporté. Comme aujourd’hui pour des douleurs sans fin dans le monde : de Lampedusa à la région du Kivu du Congo-Kinshasa ou de Damas à trop de visages anonymes de par le monde comme tout proches, aussi.

Pourtant, au milieu de la nuit, un cri s’est fait entendre. Car tout commence aussi. Car alors que tout semblait fini pour les amis de cet homme juste et bon, une autre enfance survient : la mort va être vaincue non par les armes, non par des légions d’anges, juste par l’amour fou du Père pour son fils comme pour nous. Un goût de vivre inédit s’offre, au cœur du réel.

Au milieu de la nuit, un passage s’est ouvert - une Pâque - il ne se refermera pas. Il est là, une fois pour toutes. Chacun peut l’emprunter, à son pas. Pas d’impératif, mais une pressante invitation : se lever, se risquer dans la nuit. Car déjà le jour vient et il fait reculer les ombres de nos existences. C’est notre tombeau qui est brisé, notre nuit qui est visitée.


* Chapitre 25, verset 6




Sœur Véronique Margron


_________________

Quand je dis Dieu c'est un poème, c'est une étoile dans ma vie, 
du feu qui coule dans mes veines, un grand soleil pour aujourd'hui !
Revenir en haut Aller en bas
Lumen
Admin
avatar

Messages : 6760
Date d'inscription : 18/10/2014
Localisation : France

MessageSujet: Re: "Prier les psaumes avec le Christ", Un Psaume Par Jour   Jeu 27 Nov 2014 - 14:52



Pour méditer les desseins du Père

Psaume 119, IX (118 thet)

Ant: Mon bonheur, c'est la loi de ta bouche.

Père, je le répète souvent:
ma préoccupation, c'est d'accueillir ta Parole.

J'ai mis tout mon cœur à défendre ton vrai visage.
Fais-moi la grâce de respecter ta création.

Quand je réfléchis sur ma conduite,
j'en viens toujours à l'ajuster sur toi.

Dès que je comprends ce que tu veux,
je suis heureux de m'y conformer tout de suite.

Les forces du mal ont beau me ligoter,
j'en reviens toujours à la liberté que tu m'offres.

Il m'arrive de me lever en pleine nuit
pour te célébrer, à cause de ton amour.

Je fais communauté avec les gens qui te cherchent
en profitant de tes volontés pour me diriger.

Père, la terre est remplie de ta présence:
éduque-moi à en vivre toujours.






65 Teth. Tu as agi avec bonté envers ton serviteur, O Eternel ! selon ta parole.
66 Enseigne-moi à juger avec sens et intelligence, Car j'ai foi à tes commandements.
67 Avant d'avoir été humilié, je m'égarais, Mais maintenant j'observe ta parole.
68 Tu es bon et bienfaisant ; Enseigne-moi tes statuts !
69 Des orgueilleux ont forgé contre moi des mensonges ; Moi, de tout mon cœur, je garde tes commandements.
70 Leur cœur est figé comme de la graisse ; Moi, je fais mes délices de ta loi.
71 Il m'est bon d'avoir été humilié, Afin d'apprendre tes statuts.
72 Mieux vaut pour moi la loi de ta bouche Que des milliers de pièces d'or et d'argent.



Tu fais le bonheur de ton serviteur,
Seigneur, selon ta parole.
Apprends-moi à bien saisir, à bien juger :
je me fie à tes volontés.
Avant d'avoir souffert, je m'égarais ;
maintenant, j'observe tes ordres.
Toi, tu es bon, tu fais du bien :
apprends-moi tes commandements.
Des orgueilleux m'ont couvert de
calomnies :
de tout coeur, je garde tes préceptes.
Leur coeur, alourdi, s'est fermé ;
moi, je prends plaisir à ta loi.
C'est pour mon bien que j'ai souffert,
ainsi, ai-je appris tes commandements.
Mon bonheur, c'est la loi de ta bouche,
plus qu'un monceau d'or ou d'argent.



Plus qu'un monceau d'or

« La loi de ta bouche », voilà le bonheur du psalmiste ! Son bonheur, ce qui le comble et le rassasie n’est pas une de ces lois qui ressemblent à un règlement consigné en formules abstraites et lourdes mais bien une loi qui s’exprime par une bouche. Et cette bouche est celle de Dieu. Sa loi, nous la comprenons donc vivante, dialoguée, interactive dirions-nous aujourd’hui. Bienfaisante aussi, car elle est La loi de Celui « qui est bon et qui fait du bien » (*).

Et comme la lumière a la vertu de faire reculer l’obscurité, le bon et le bien qu’Il nous donne mettent silencieusement en échec le mal commis par les orgueilleux avec « leur cœur alourdi » (**).

Pour « prendre plaisir à sa loi », « à bien saisir, à bien juger » (***), il y a comme un maître.

Curieux maître en apparence puisque c’est la souffrance : « Avant d’avoir souffert, je m’égarais » (****).

Mais attention ! Cette souffrance ne saurait d’aucune manière se trouver en contradiction avec la tendresse de Dieu, son pardon et son amour sans condition. Cette qualité de souffrance est le prix à payer, elle est ce que vous coûte à certaines heures l’observance d’une fidélité.

C’est une souffrance qui nous rend frère et sœur des souffrances autour de nous. Elle est une exigence enfin dont on prend la mesure en vivant de l’amour sans mesure de notre Dieu. « Plus qu’un monceau d’or et d’argent », nous devenons riches de cette bonté qui va jusqu’à totalement se livrer.


* verset 68
** verset 70
*** verset 66
**** verset 67




Frères du 28




_________________

Quand je dis Dieu c'est un poème, c'est une étoile dans ma vie, 
du feu qui coule dans mes veines, un grand soleil pour aujourd'hui !
Revenir en haut Aller en bas
Lumen
Admin
avatar

Messages : 6760
Date d'inscription : 18/10/2014
Localisation : France

MessageSujet: Re: "Prier les psaumes avec le Christ", Un Psaume Par Jour   Ven 28 Nov 2014 - 18:11




Pour méditer les desseins du Père

Psaume 119, X (118 yod)

Ant: Que vienne à moi ta tendresse, et je vivrai.

Père, c'est toi qui me crées et qui m'accompagnes;
donne-moi l'Esprit pour comprendre ton projet.

En me voyant, ceux qui te cherchent sont heureux
quand ils voient que toute ma confiance est en toi.

Je sais, Père, que tes décisions sont justes
et que tu as changé mes humiliations en grâces.

Que ton amour toujours fidèle me console
comme tu le désires pour ton enfant.

Que ta miséricorde me pénètre entièrement
pour que ta loi soit un délice plutôt qu'une menace.

Les gens qui m'ont accablé de mensonges,
qu'ils s'en repentent
en me voyant méditer les desseins de Dieu.

S'ils cherchent le Père, ils se rétracteront,
découvrant la loi de l'amour fraternel.

Et moi, c'est en m'attachant à ce désir du Père
que je me protégerai de la honte.






73 Yod. Tes mains m'ont fait et m'ont formé ; Rends-moi intelligent pour apprendre tes ordonnances !
74 Ceux qui te craignent me verront et se réjouiront, Car je m'attends à ta parole.
75 Je sais, ô Eternel, que tes décrets ne sont que justice, Et que c'est en ta fidélité que tu m'as humilié.
76 Oh !que ta bonté soit ma consolation, Comme tu l'as promis à ton serviteur.
77 Que tes compassions viennent sur moi, pour que je vive ; Car ta loi fait mon plaisir.
78 Que les orgueilleux soient confus De ce qu'ils m'oppriment sans cause. Pour moi, je méditerai tes commandements.
79 Que ceux qui te craignent reviennent à moi, Et qu'ils connaissent tes témoignages !
80 Que mon cœur soit intègre dans tes statuts, Afin que je ne sois pas confus.


Tes mains m'ont façonné, affermi ;
éclaire-moi, que j'apprenne tes volontés.
A me voir, ceux qui te craignent se réjouissent,
car j'espère en ta parole.
Seigneur, je le sais, tes décisions sont justes ;
tu es fidèle quand tu m'éprouves.
Que j'aie pour consolation ton amour
selon tes promesses à ton serviteur !
Que vienne à moi ta tendresse, et je vivrai :
ta loi fait mon plaisir.
Honte aux orgueilleux qui m'accablent de mensonges ;
moi, je médite sur tes préceptes.
Qu'ils se tournent vers moi, ceux qui te craignent
ceux qui connaissent tes exigences.
Que j'aie par tes commandements le coeur intègre
alors je ne serai pas humilié.



Pour consolation, ton amour !

Voilà un bel hymne à la fidélité. Le psalmiste sait quelle voie il a prise. Il l’a choisie. C’est la sienne désormais. Elle comble son cœur. Il y trouve tendresse, consolation, plaisir : « Ta loi fait mon plaisir. » (*)

Il a décidé de vivre de la foi au Seigneur. S’engager dans cette voie, c’est se laisser former jour après jour par la Parole, les mains de Dieu en ce monde : « Tes mains m’ont façonné, affermi. » Sans cesse recréé par la Parole, le cœur retrouve en elle intégrité et justice : « Que j’aie par tes commandements le cœur intègre. »

Marcher à la lumière de la Parole, c’est affronter les épreuves de la vie, y voir non des accidents malheureux et absurdes mais des signes de la fidélité de Dieu pour soi : « Tu es fidèle quand tu m’éprouves. »

Mais seul peut ainsi ressentir la présence de Dieu, jusque dans la violence de l’épreuve, celui qui a longtemps vécu dans la douceur de Son amour, un amour qui le soutient dans sa traversée de l’épreuve : « Que j’ai pour consolation ton amour. »

Les dons du Seigneur à son serviteur sont immenses. Ils lui permettent de tenir ferme en son chemin et d’y avancer. Ils lui procurent la force de résister aux orgueilleux, qui veulent l’humilier. Par tout ce qu’il reçoit de force, d’espérance, de joie, il participe à l’œuvre du Salut.

Sa fidélité est missionnaire. Elle réjouit et conforte les cœurs qui cherchent Dieu : « À me voir, ils se réjouissent, car j’espère en ta parole. »

Jésus, ta Résurrection t’as fait Témoin fidèle de ton Père céleste et Notre Père. Ta fidélité nous réjouit. Elle nous donne la force de marcher dans ta voie en méditant tes préceptes.


* verset 77




Frère Pascal Marin





_________________

Quand je dis Dieu c'est un poème, c'est une étoile dans ma vie, 
du feu qui coule dans mes veines, un grand soleil pour aujourd'hui !
Revenir en haut Aller en bas
Lumen
Admin
avatar

Messages : 6760
Date d'inscription : 18/10/2014
Localisation : France

MessageSujet: Re: "Prier les psaumes avec le Christ", Un Psaume Par Jour   Sam 29 Nov 2014 - 19:09



Pour méditer les desseins du Père

Psaume 119, XI (118 caph)


Ant: Mon espoir, c'est ta parole:
aide-moi, Seigneur, mon Dieu.


J'ai pensé que ton salut ne m'arriverait jamais,
mais j'ai toujours fait confiance à ta parole.

Je me suis épuisé à chercher ce que tu ferais
et je te disais: " Quand vas-tu me secourir ? "

Mes attentes se desséchaient de plus en plus,
mais je n'oubliais pas tes promesses.

" Combien de temps dureront ces jours pour moi ?
Quand finiront les persécutions ? "

Contre moi, des gens ont fabriqué des pièges
au mépris de toutes tes lois.

Père, tu es lié par la fidélité de ton amour:
on veut me détruire: viens à mon secours.

Je suis usé et presque mort dans cette épreuve,
pourtant, je n'ai pas abandonné ton dessein.

Selon ta fidélité, fais-moi revivre
et moi, je serai fidèle à tes projets.





81 Kaph. Mon âme languit après ta délivrance ; Je m'attends à ta parole.
82 Mes yeux languissent après ta promesse ; Je dis : Quand me consoleras-tu ?
83 Car je suis comme une outre enfumée, Bien que je n'aie pas oublié tes statuts.
84 Que sont les jours de ton serviteur ? Quand feras-tu justice de ceux qui me poursuivent ?
85 Les orgueilleux m'ont creusé des fosses, Eux qui n'agissent point selon ta loi.
86 Tous tes commandements ne sont que fidélité. On me persécute sans cause ; aide-moi !
87 Encore un peu, ils m'auraient fait disparaître du pays ! Mais moi, je n'ai pas abandonné tes commandements.
88 Fais-moi vivre, dans ta bonté, Et je garderai les témoignages de ta bouche.



Psaume 119, XI (118 caph)

Usé par l'attente du salut,
j'espère encore ta parole.

L'oeil usé d'attendre tes promesses,
j'ai dit : « Quand vas-tu me consoler ? »

Devenu comme une outre durcie par la fumée,
je n'oublie pas tes commandements.

Combien de jours ton serviteur vivra-t-il ?
quand jugeras-tu mes persécuteurs ?

Des orgueilleux ont creusé pour moi une fosse
au mépris de ta loi.

Tous tes ordres ne sont que fidélité ;
mensonge, mes poursuivants : aide-moi !

Ils ont failli m'user, me mettre à terre :
je n'ai pas abandonné tes préceptes.

Fais-moi vivre selon ton amour :
j'observerai les décrets de ta bouche.



Comme une outre durcie

Donne-moi Seigneur la peau dure. La peau noircie de ceux qui ont peiné tout le jour au soleil, fidèles à leur travail, que rien n’arrêtera. La peau durcie de qui sème puis récolte après avoir bêché son champ toute l’année. La peau épaisse de celui qui sculpte de ses mains un outil, un objet, et qui en mille gestes simples a donné à l’ouvrage la précise beauté et la juste mesure que l’artisan expert imprime à la matière. La peau impénétrable du plus humble ouvrier qui n’a que ses deux bras pour gagner son salaire.

Donne-moi Seigneur la peau fatiguée de la mère fidèle ayant bercé cent fois ses enfants dans ses bras, infatigable femme veillant sur son foyer. La peau ridée de ceux que l’âge a oublié, penchés sur de vieux livres,
ils veulent apprendre encore, se rassasier de mots, embrasser tous les arts, étreindre la sagesse à force de scruter dans l’univers entier les traces de ta gloire. La peau des bienheureux, intacts aux tombeaux, qui attendent dans la mort qu’un matin tu reviennes pour relever les corps de tous ceux qui dormaient.

Seigneur, donne-moi de ta chair lacérée par les coups, usée par tes voyages, la force et puis la grâce de me tenir debout. Donne-moi par ton corps usé pour le Salut, crucifié sur le bois, élevé dans la gloire, de traverser sans crainte l’épreuve qu’est la vie. C’est ta peau, ô Jésus, que je veux revêtir, pour protéger au fond de mon être fragile ce cœur si vulnérable que tu y as placé. Un cœur tendre, Seigneur, sous cette peau revêche.




Frère Franck Dubois


_________________

Quand je dis Dieu c'est un poème, c'est une étoile dans ma vie, 
du feu qui coule dans mes veines, un grand soleil pour aujourd'hui !
Revenir en haut Aller en bas
Lumen
Admin
avatar

Messages : 6760
Date d'inscription : 18/10/2014
Localisation : France

MessageSujet: Re: "Prier les psaumes avec le Christ", Un Psaume Par Jour   Lun 1 Déc 2014 - 18:15




Pour méditer les desseins du Père

Psaume 119, XII (118 lamed)

Ant: Tes paroles, Seigneur, ne passeront pas.

Père, ta parole est écrite pour toujours
au cœur de ton mystère.

Elle a la durée même de ton amour,
telle que tu l'as écrite en fixant l'univers;

tout existe jusqu'aujourd'hui comme tu l'as décidé,
car tu gardes la création à ton service.

Si je ne trouvais pas ma joie dans tes œuvres,
je n'aurais plus de raisons pour vivre.

Jamais je n'oublierai tes interventions,
car ce sont elles qui, toujours, me renouvellent.

Père, je t'appartiens, à toi de me sauver
par mon désir d'être comme tu veux.

Des gens voudraient bien me faire dévier de toi,
mais je refuse de manquer un seul de tes appels.

La perfection de mon travail est bien limitée,
mais ce que tu fais, toi, est infiniment grand.







Psaume 119, XII (118 lamed)

89 Lamed. Pour toujours, ô Eternel, Ta parole subsiste dans les cieux.
90 De génération en génération dure ta fidélité. Tu as fondé la terre, et elle demeure ferme.
91 C'est par tes décrets que tout subsiste aujourd'hui, Car toutes choses te servent.
92 Si ta loi n'eût fait mes délices, J'eusse péri dans mon affliction.
93 Jamais je n'oublierai tes commandements, Car c'est par eux que tu me fais vivre.
94 Je suis à toi ; sauve-moi, Car j'ai recherché tes ordonnances.
95 Les méchants m'ont épié pour me faire périr, Je suis attentif à tes témoignages.
96 A tout ce qui est parfait j'ai vu une fin ; Ton commandement est d'une immense étendue !



Pour toujours, ta parole, Seigneur,
se dresse dans les cieux.

Ta fidélité demeure d'âge en âge,
la terre que tu fixas tient bon.

Jusqu'à ce jour, le monde tient par tes décisions:
toute chose est ta servante.

Si je n'avais mon plaisir dans ta loi,
je périrais de misère.

Jamais je n'oublierai tes préceptes :
par eux tu me fais vivre.

Je suis à toi : sauve-moi,
car je cherche tes préceptes.

Des impies escomptent ma perte :
moi, je réfléchis à tes exigences

De toute perfection, j'ai vu la limite ;
tes volontés sont d'une ampleur infinie.



Pour toujours.

Tout passera, « mes paroles ne passeront pas » (*). Même les cieux où se dresse la parole passeront. Les paroles du Christ ne passeront pas. La parole de Dieu est éternelle, plus jeune que le brin d’herbe et plus durable que le diamant inaltérable. La parole de Dieu a créé notre monde et elle lui survivra. La Parole de Dieu, c’est le Christ.

La Parole de Dieu, c’est un visage qui ne peut pas s’effacer. Il est avant le temps et il règne sur le temps. La Parole de Dieu, ce sont les mots que le Christ nous a donnés en héritage : rappelons-nous :

« Dieu est amour ». « Si vous gardez ma parole, vous ne mourrez pas » (**).
« L’amour ne passera jamais » (***).

Tout passera, tout tombera, tout s’use déjà. Notre corps vieillit, nos œuvres se désagrègent, notre descendance sera poussière. Notre terre, les étoiles, les galaxies disparaîtront. C’est l’entropie naturelle. Mais ce qui a été fait par amour ne s’use pas, ne s’oublie pas. C’est le trésor qui est dans notre cœur et dans celui de Dieu, notre secret à lui et à nous.

Et l’amour fou, l’amour absolu a un visage. C’est celui du Christ. Nous le devinons parfois dans le regard rayonnant d’une fiancée ou dans le regard humble d’un homme qui demande pardon à sa femme pour une trahison. Cela ne s’oublie pas. L’amour fou a un visage que nous cherchons inconsciemment dans tous les gens que nous approchons. C’est le visage du Christ. Lorsque nous aurons franchi le dernier passage, nous le verrons enfin tel qu’il est, resplendissant et irradiant, et nous le reconnaîtrons.

« Pour toujours, Seigneur, ta parole. » Et c’est avec les mots même de Dieu, les mots éternels que le Christ nous a enseignés que nous dirons à Dieu : « Pardonne-nous nos offenses. Souviens-toi de ton amour qui est de toujours à toujours. Souviens-toi des moments de ma vie terrestre où ton amour m’a métamorphosé. Seigneur oublie mes trahisons et mes bêtises. Seigneur accueille-moi dans ton amour éternel. »



* Évangile selon saint Luc, chapitre 21, verset 33
** Évangile selon saint Jean, chapitre 8
*** première lettre de saint Paul aux Corinthiens, chapitre 13, verset 8



Frère Philippe Verdin


_________________

Quand je dis Dieu c'est un poème, c'est une étoile dans ma vie, 
du feu qui coule dans mes veines, un grand soleil pour aujourd'hui !
Revenir en haut Aller en bas
Lumen
Admin
avatar

Messages : 6760
Date d'inscription : 18/10/2014
Localisation : France

MessageSujet: Re: "Prier les psaumes avec le Christ", Un Psaume Par Jour   Mar 2 Déc 2014 - 22:56




Pour méditer les desseins du Père

Psaume 119, XIII ( 118 mem)

Ant: Je fais miennes pour toujours tes volontés.

J'aime beaucoup tes projets,
tous les jours, je les médite.

ils me rendent plus sage que ceux de l'entourage,
j'en fais la règle de toute ma vie.

Les avis que j'y puise me font reconnaître
comme supérieur aux maîtres humains,
car je les mûris dans la méditation.

Mon application à respecter tes desseins
me donne un discernement clairvoyant,

qui dépasse même la sagesse des vieillards;
elle me fait éviter toutes les routes du mal.

Je ne m'égare pas dans ce grand univers,
car c'est toi qui me l'explique.

Que tes volontés sont douces à mon cœur,
plus que le miel à mon palais.

Grâce à toi, j'acquiers du discernement
et j'apprends à rejeter toutes les faussetés.






Psaume 119, XIII (118 mem)

97 Mem. Oh ! combien j'aime ta loi ! Tout le jour je la médite.
98 Tu me rends plus sage que mes ennemis Par tes commandements, Car pour toujours ils sont mon partage.
99 Je suis plus éclairé que tous ceux qui m'enseignent, Car tes témoignages sont l'objet de ma méditation.
100 Je suis plus intelligent que les anciens, Parce que j'ai gardé tes commandements.
101 J'ai détourné mes pas de tout mauvais chemin, Afin de garder ta parole.
102 Je ne me suis point écarté de tes lois, Car c'est toi qui m'enseignes.
103 Que tes paroles sont douces à mon palais ! Plus douces que le miel à ma bouche.
104 Par tes commandements je deviens intelligent, C'est pourquoi je hais toute voie de mensonge.



De quel amour j'aime ta loi :
tout le jour je la médite !

Je surpasse en habileté mes ennemis,
car je fais miennes pour toujours tes volontés.

Je surpasse en sagesse tous mes maîtres,
car je médite tes exigences.

Je surpasse en intelligence les anciens,
car je garde tes préceptes.

Des chemins du mal, je détourne mes pas
afin d'observer ta parole.

De tes décisions, je ne veux pas m'écarter,
car c'est toi qui m'enseignes.

Qu'elle est douce à mon palais ta promesse :
le miel a moins de saveur dans ma bouche !

Tes préceptes m'ont donné l'intelligence :
je hais tout chemin de mensonge.



Tout le jour , je médite

Ta parole Seigneur est la digue de ma vie.
Elle me garde, elle empêche les vagues de me noyer.
Ta parole, c’est la cordée qui me tient quand la montagne est rude et que le sol se dérobe.
Ta parole est une réalité, elle dit vrai, tranche, appelle un chat un chat.
Ta parole est une boussole pour les temps incertains,
Une petite marque blanche et rouge qui montre le chemin.

Moi, Seigneur, j’aimerais bien penser à toi tout le jour, mais voilà que je pense à ce robinet qui fuit, aux courses à faire demain, à cette parole qui m’a meurtrie la semaine dernière, et aux prochaines vacances de printemps…
Tandis que toi, tout le jour, tu penses à moi, tu penses à nous.
Tout le jour, tu aimes la parole du Père et tu la gardes.
Tout le jour, tu surpasses en habileté tes ennemis.

Tout le jour, tu surpasses en intelligence tous les anciens.
Tout le jour Seigneur, tu tiens nos vies comme on garde un trésor.
Tu tiens nos vies comme des perles fines recueillies une à une dans les huitres fermées que parfois nous sommes.
A chaque heure du jour tu veilles et tous les jours du monde tu veilles et cette loi que nous oublions tout le jour, elle est dans ton cœur, elle est gravée dans ta chair, inscrite dans les paumes de tes mains, et marquée dans la plaie de ton côté.

Tout le jour, Seigneur, tu détournes tes pas pour aller rejoindre ceux qui se sont détournés, et tout le jour, tu es là.
Qu’elle est douce à mon palais ta promesse : jusqu’à la fin du monde, oui, je suis avec vous.
Qu’elle est douce, plus que le miel…




Sœur Anne Lécu


_________________

Quand je dis Dieu c'est un poème, c'est une étoile dans ma vie, 
du feu qui coule dans mes veines, un grand soleil pour aujourd'hui !
Revenir en haut Aller en bas
Lumen
Admin
avatar

Messages : 6760
Date d'inscription : 18/10/2014
Localisation : France

MessageSujet: Re: "Prier les psaumes avec le Christ", Un Psaume Par Jour   Jeu 4 Déc 2014 - 18:15




Pour méditer les desseins du Père

Psaume 119, XIV (118 nun)

Ant: Qui me suit ne marche pas dans les ténèbres,
il aura la lumière de la vie.


Ta parole est une lampe sur mes pas,
une lumière pour éclairer ma route.

J'ai juré, et je le confirme encore,
de me conformer à toutes tes décisions.

Quand je fais une erreur humiliante, Père,
que ta parole me redonne ma dignité.

Père, veuille accueillir mes prières
et fais-moi comprendre tes pensées.

Même au risque de ma vie,
je me suis conformé à tes désirs.

Des gens m'ont tendu un piège contre ta loi,
mais je ne me suis pas laissé prendre.

Tes projets sur moi sont mon plus bel héritage,
ils remplissent mon cœur de joie;

quand je m'applique à les réaliser,
je n'ai pas de plus belle récompense.







Psaume 119, XIV (118 nun)

105 Nun. Ta parole est une lampe à mes pieds, Et une, lumière sur mon sentier.
106 J'ai juré, et je le tiendrai, D'observer les ordonnances de ta justice.
107 Je suis extrêmement affligé. Eternel, fais-moi vivre selon ta parole
108 Agrée, je te prie, ô Eternel, Les offrandes volontaires de ma bouche, Et m'enseigne tes ordonnances !
109 Ma vie est continuellement en danger, Mais je n'oublie point ta loi.
110 Les méchants m'ont tendu des pièges, Mais je ne me suis point écarté de tes commandements.
111 Tes témoignages sont mon héritage à toujours, Car ils sont la joie de mon cœur.
112 J'ai incliné mon cœur à pratiquer tes statuts, A toujours, jusqu'à la fin.


Ta parole est la lumière de mes pas,
la lampe de ma route.

Je l'ai juré, je tiendrai mon serment,
j'observerai tes justes décisions.

J'ai vraiment trop souffert, Seigneur ;
fais-moi vivre selon ta parole.

Accepte en offrande ma prière, Seigneur :
apprends-moi tes décisions.

A tout instant j'expose ma vie :
je n'oublie rien de ta loi.

Des impies me tendent un piège :
je ne dévie pas de tes préceptes.

Tes exigences resteront mon héritage,
la joie de mon coeur.

Mon coeur incline à pratiquer tes commandements :
c'est à jamais ma récompense.



Exposer ma vie

Exposer sa vie ? Mais n’est-ce pas là une pratique désormais terriblement répandue à travers réseaux sociaux et autres blogs ? Sans parler de la télévision à travers des émissions - parfois au goût douteux - où s’expose l’intimité des personnes, comme si elles étaient entre amis.

Quoi de plus délicat pourtant, dangereux souvent, que d’exposer le fil de sa vie sans en mesurer les conséquences ? Les motivations de chacun sont plurielles, elles vont de retrouver la communication avec un proche, se sentir enfin écouter avec sympathie, à témoigner d’une cause et croire trouver une identité claire ; individus incertains que nous sommes devenus.

Est-ce donc de cela dont il est question pour le priant ? Qu’est-ce qu’exposer sa vie devant son Seigneur ? Aucun voyeurisme ici. Aucune magie non plus. Juste l’expérience de pouvoir être soi, sans fard, sans faux-semblant.

Être soi, non pour soi-même, mais pour se tenir devant un autre. Sûr de sa bonne présence et de son appel à vivre avec liberté. Le Dieu auquel j’expose ma vie n’attend pas que je lui raconte tous mes secrets, plus ou moins avouables, ou mes doutes sans fond devant ce monde malade.

Tout cela il le connaît. Non, exposer sa vie c’est juste la remettre. Mon cœur et mon esprit confessent que mon Dieu transforme le temps et ses circonstances en histoire sensée, habitée, inspirée.

Oui, je peux exposer mes jours, dire ma fatigue, mes inquiétudes, mon désir. Croire que le Dieu de ma vie les reçoit, avec gravité et légèreté, sans se préoccuper de lui-même et de son image car c’est bénir qu’il veut. Ne pas menacer ma vie mais en croire le meilleur. L’envelopper de son courage à lui quand elle affronte la forte houle et le vent contraire.




Sœur Véronique Margron






_________________

Quand je dis Dieu c'est un poème, c'est une étoile dans ma vie, 
du feu qui coule dans mes veines, un grand soleil pour aujourd'hui !
Revenir en haut Aller en bas
Lumen
Admin
avatar

Messages : 6760
Date d'inscription : 18/10/2014
Localisation : France

MessageSujet: Re: "Prier les psaumes avec le Christ", Un Psaume Par Jour   Ven 5 Déc 2014 - 23:43




Pour méditer les desseins du Père

Psaume 119, XV (118 samech)

Ant: Que ta promesse me soutienne et je vivrai.

Je déteste le cœur qui marchande avec toi;
j'aime être rivé à tes propositions.

Ma sécurité et mon protecteur, c'est toi;
tout mon avenir repose sur ta parole.

Que le mal ne me rejoigne jamais,
je veux respecter les volontés de mon Père.

Selon ton projet, sois mon appui pour la vie;
c'est mon attente, ne la déçois pas.

Si tu me soutiens, je serai sauvé;
je ne perdrai pas de vue tes décrets.

Tu refuses les œuvres étrangères à tes projets,
car elles sont étrangères à la réalité;
elles finissent toujours avec les déchets.

C'est pourquoi j'aime à m'inspirer de toi.
Mes pensées se font toutes petites devant toi;
elles ne se sentent pas de taille auprès des tiennes.






Psaume 119, XV (118 samech)

113 Samech. J'ai en haine ceux qui sont doubles de cœur, Et j'aime ta loi.
114 Tu es mon refuge et mon bouclier ; Je m'attends à ta parole.
115 Retirez-vous de moi, méchants, Que je garde les commandements de mon Dieu.
116 Soutiens-moi, selon ta parole, afin que je vive, Et ne confonds pas mon attente !
117 Sois mon appui, pour que je sois sauvé, Et que j'aie toujours les yeux sur tes statuts !
118 Tu rejettes tous ceux qui s'écartent de tes statuts, Car leurs séductions ne sont que mensonge.
119 Tu fais disparaître comme des scories Tous les méchants de la terre, C'est pourquoi j'aime tes témoignages.
120 Ma chair frissonne de frayeur devant toi, Et je crains tes jugements.


Je hais les coeurs partagés ;
j'aime ta loi.

Toi, mon abri, mon bouclier !
j'espère en ta parole.

Écartez-vous de moi, méchants :
je garderai les volontés de mon Dieu.

Que ta promesse me soutienne, et je vivrai :
ne déçois pas mon attente.

Sois mon appui : je serai sauvé ;
j'ai toujours tes commandements devant les yeux.

Tu rejettes ceux qui fuient tes commandements :
leur ruse les égare.

Tu mets au rebut tous les impies de la terre ;
c'est pourquoi j'aime tes exigences.

Ma chair tremble de peur devant toi :
tes décisions m'inspirent la crainte.



Ne déçois pas mon attente


Cet éloge de la loi occupe une place tout à fait à part dans le psautier. Ce n’est pas le triomphe du légalisme, de la casuistique, de l’art de se mettre en règle en négligeant “ce qui a le plus de poids dans la loi : la solidarité, la fidélité et la justice” (*).

Loin de m’écraser, les commandements sur lesquels je m’appuie sont pour moi une promesse : “que ta promesse me soutienne”. C’est une promesse de vie ; “et je vivrai “. Il n’y a pas à avoir honte d’aimer le commandement de Jésus, “tout ce que vous voudriez que les autres fassent pour vous, faites-le pour eux“. Ce commandement, je l’aime !

Lui donner la priorité, “sans partage” (**), se sentir soutenu par Dieu dans un monde qui a de tout autres soucis que les commandements et la logique d’un amour sans limites, c’est prendre du recul. Du recul par rapport à un entourage où la méchanceté ne se reconnait aucune limite : “écartez-vous de moi, méchants” (***).

Cet amour de la loi comporte cependant un risque : rejeter hors du salut ceux qui rejettent Dieu, et entretenir des représentations de Dieu qui suscitent la crainte plutôt que l’amour. Or, “le parfait amour bannit la crainte” (****).



* Evangile selon Saint Matthieu 23,23
** verset 113
*** verset 15
**** Première Lettre de Jean 4,18



Frères du 28





_________________

Quand je dis Dieu c'est un poème, c'est une étoile dans ma vie, 
du feu qui coule dans mes veines, un grand soleil pour aujourd'hui !
Revenir en haut Aller en bas
Lumen
Admin
avatar

Messages : 6760
Date d'inscription : 18/10/2014
Localisation : France

MessageSujet: Re: "Prier les psaumes avec le Christ", Un Psaume Par Jour   Sam 6 Déc 2014 - 20:33




Pour méditer les desseins du Père

Psaume 119, XVI (118 ain)

Ant: Je suis ton serviteur, éclaire-moi.

Père, j'essaie d'être juste et droit avec les autres,
protège-moi des gens qui me voudraient du mal.

Prends soin de mon bonheur;
que personne ne me réduise en esclavage.

Ça fait si longtemps que j'aspire à ton salut
et que j'appelle les projets de ton amour.

Traite ton enfant selon tes promesses;
enseigne-moi à voir la vie telle que tu la crées.

Je suis ton enfant: donne-moi du discernement
pour que je saisisse bien la réalité.
Père, il est temps de faire respecter tes projets.

Quant à moi, j'aime tes volontés plus que l'or,
même le plus raffiné et le plus pur.

Je les trouve parfaites et sans failles
et je déteste me laisser prendre par des illusions.







Psaume 119, XVI (118 ain)


121 Aïn. J'ai pratiqué le droit et la justice ; Ne m'abandonne pas à mes oppresseurs !
122 Prends sous ta garantie le bien de ton serviteur ; Que les orgueilleux ne m'oppriment pas !
123 Mes yeux languissent après ta délivrance, Après la parole de ta justice.
124 Agis envers ton serviteur selon ta bonté, Et m'enseigne tes statuts.
125 Je suis ton serviteur ; rends-moi intelligent, Pour que je connaisse tes témoignages.
126 Il est temps que l'Éternel agisse ; Ils ont renversé ta loi.
127 C'est pourquoi j'aime tes commandements Plus que l'or, même que l'or fin.
128 C'est pourquoi j'estime droits tous tes commandements, Et je hais toute voie de mensonge.


J'ai agi selon le droit et la justice :
ne me livre pas à mes bourreaux.

Assure le bonheur de ton serviteur :
que les orgueilleux ne me tourmentent plus !

Mes yeux se sont usés à guetter le salut
et les promesses de ta justice.

Agis pour ton serviteur selon ton amour,
apprends-moi tes commandements.

Je suis ton serviteur, éclaire-moi :
je connaîtrai tes exigences.

Seigneur, il est temps que tu agisses :
on a violé ta loi.

Aussi j'aime tes volontés,
plus que l'or le plus précieux.

Je me règle sur chacun de tes préceptes,
je hais tout chemin de mensonge.



Apprends-moi


La prière du psalmiste monte ici dans un contexte de grande violence, puisque le voilà exposé à la menace de bourreaux ! Des hommes, qui en veulent à sa vie, sont en train de passer à l’acte contre lui : « Ne me livre pas à mes bourreaux, que des orgueilleux ne me tourmentent plus ! » (*)

Mais pourquoi toute cette haine pour l’humble serviteur de Dieu ? Lui qui agit « selon le droit et la justice », lui qui ne fait de tort à personne. La haine du serviteur, c’est l’orgueil qui la cause.

Dans l’orgueil, on ne veut compter que sur soi, ne dépendre de personne, ni homme ni aucune puissance extérieure à soi. Le psalmiste, lui, ne veut avoir affaire qu’à Celui qu’il appelle son Seigneur. Il provoque l’orgueil, il excite la haine contre le Seigneur, sa loi et son serviteur : « On a violé ta loi. »

Mais est-ce pour sauver sa vie que le psalmiste crie vers Dieu : « Seigneur, il est temps que tu agisses » ? Est-ce qu’il ne désire pas plutôt sauver sa foi ? ne pas être atteint par l’orgueil des impies ? ne pas être contaminé par leur violence ? ne pas devenir orgueilleux avec les orgueilleux, violent parmi les violents ?

Aussi la décision qui conclut le psaume, « haïr tout chemin de mensonge », est moins une déclaration de guerre faite aux impies que, pour le psalmiste, la décision de rester fidèle à l’amour, de garder les préceptes du Seigneur : « J’aime tes volontés, je me règle sur chacun de tes préceptes. »

Jésus, tu nous apprends l’amour des ennemis. Donne-nous cette intelligence du cœur et soutiens notre foi.


* versets 121,122




Frère Pascal Marin







_________________

Quand je dis Dieu c'est un poème, c'est une étoile dans ma vie, 
du feu qui coule dans mes veines, un grand soleil pour aujourd'hui !
Revenir en haut Aller en bas
Lumen
Admin
avatar

Messages : 6760
Date d'inscription : 18/10/2014
Localisation : France

MessageSujet: Re: "Prier les psaumes avec le Christ", Un Psaume Par Jour   Jeu 11 Déc 2014 - 21:33




Pour méditer les desseins du Père

Psaume 119, XVII (118 phé)

Ant: Père, tes volontés sont merveilleuses.

Père, tes volontés sont toutes merveilleuses, 
aussi j'y tiens autant que je le puis.

Tes paroles sont lumière; 
elles affinent le discernement des gens vrais, 
le cœur grand ouvert, je les désire avec avidité.

Fais attention à moi et comble-moi 
comme tu le fais pour qui en appelle à ton amour.

Que tes projets assurent ma croissance; 
qu'aucun mal n'arrive à me dominer.

Libère-moi de tous mes esclavages 
afin que je garde tes volontés.

Père, pour ton enfant, que ton visage soit lumineux; 
fais-moi découvrir tes desseins.

Je vis une grande tristesse 
quand ta loi n'est pas respectée.





Psaume 119, XVII (118 phé)

129 Phé. Tes témoignages sont admirables ; C'est pourquoi mon âme les a gardés.
130 La révélation de tes paroles illumine ; Elle donne de l'intelligence aux simples.
131 J'ai ouvert la bouche et j'ai soupiré, Car j'étais avide de tes commandements.
132 Tourne vers moi ta face et aie pitié de moi, Comme cela est juste à l'égard de ceux qui aiment ton nom.
133 Affermis mes pas dans ta parole, Et ne laisse aucune iniquité dominer sur moi !
134 Délivre-moi de l'oppression des hommes, Afin que je garde tes commandements.
135 Fais luire ta face sur ton serviteur, Et m'enseigne tes statuts !
136 Mes yeux se fondent en ruisseaux d'eau, Parce qu'on n'observe pas ta loi.


Quelle merveille, tes exigences,
aussi mon âme les garde !

Déchiffrer ta parole illumine,
et les simples comprennent.

La bouche grande ouverte,
j'aspire, assoiffé de tes volontés.

Aie pitié de moi, regarde-moi :
tu le fais pour qui aime ton nom.

Que ta promesse assure mes pas :
qu'aucun mal ne triomphe de moi !

Rachète-moi de l'oppression des hommes,
que j'observe tes préceptes.

Pour ton serviteur que ton visage s'illumine :
apprends-moi tes commandements.

Mes yeux ruissellent de larmes
car on n'observe pas ta loi.



Pour qui aime ton nom

Je cherche des lunettes, pour déchiffrer le monde. La Bible, tout d’abord, si épaisse, si longue. Sagement oubliée dans un coin du salon. 

« Un jour je la lirai, mais ma vue a baissé, j’attends de nouveaux verres pour goûter la Parole ». Il me faudra aussi déchiffrer tous mes frères, obscurs êtres de chair, souvent imprévisibles : quel mystère dans les hommes auprès de qui je vis. 

« Un jour je comprendrai. Mais comment voir si large, observer sans juger, pour discerner en tous ce qu’il y a de beau ». Et puis, je n’oublie pas le plus grand des mystères : c’est moi ! Un bonhomme complexe, plein de contradictions, voulant tellement bien faire, y parvenant rarement. 

« Un jour je m’arrêterai. Mais comment voir si près pour scruter en moi-même la voie des profondeur, qui unira mon être, simplifiera mon cœur ».

Ma vue baisse en effet, à force de voir sans vraiment regarder, à force de surfer à la surface du monde, et glaner ça et là quelques images futiles. Mon regard paresseux finit par s’obscurcir et tout devient opaque. 

Je pleure, et n’y vois plus de n’avoir pu ouvrir mes yeux chaque fois comme il fallait. Regarde, bon Seigneur, toi seul sais regarder. Regarde ton aveugle qui n’a pas voulu lire dans le Livre du monde, dans le Livre du cœur, et dans ton Livre Saint ce que tu as écrit. 

Au diable les lunettes, je dois rapprendre à lire. Tu seras Dieu mon maître, pour déchiffrer ta Loi inscrite au cœur des êtres, gardée au fond de moi. Ce soir, j’ouvre le Livre. Ce soir, enseigne-moi.




 Frère Franck Dubois






_________________

Quand je dis Dieu c'est un poème, c'est une étoile dans ma vie, 
du feu qui coule dans mes veines, un grand soleil pour aujourd'hui !
Revenir en haut Aller en bas
Lumen
Admin
avatar

Messages : 6760
Date d'inscription : 18/10/2014
Localisation : France

MessageSujet: Re: "Prier les psaumes avec le Christ", Un Psaume Par Jour   Jeu 11 Déc 2014 - 21:55



Pour méditer les desseins du Père

Psaume119, XVIII (118 çade ou Tsadé)

Ant: Juste est ta justice; sûre est ta loi!

Père, tu es un Dieu d'amour 
et tes projets sont décidés par amour;

tu les proclames par la force de l'amour 
en pure fidélité à toi-même.

Je dépense mes énergies à les accueillir 
même si d'autres n'y portent pas attention.

Ce sont des projets sans failles, 
et je les aime de tout mon cœur d'enfant.

Même dans les moments de faiblesse, 
je ne me permets pas de les laisser tomber.

Ton amour est un amour éternel 
et tes décisions sont de la pure vérité.

Même quand la détresse et l'angoisse me prennent, 
je reste attaché à ce que tu me proposes.

Tout ce que tu dis est plein d'amour: 
donne-moi le discernement nécessaire 
pour que ma vie grandisse.







Psaume119, XVIII (118 çade ou Tsadé)

137 Tsadé. Tu es juste, ô Eternel ! Et droit dans tes jugements.
138 Tu as prescrit tes témoignages avec justice Et en toute vérité.
139 Mon zèle m'a consumé, Parce que mes ennemis ont oublié tes paroles.
140 Ta parole est pure de tout alliage ; Aussi ton serviteur l'aime.
141 Je suis petit et méprisé ; Mais je n'oublie pas tes ordonnances.
142 Ta justice est une justice éternelle, Et ta loi n'est que vérité.
143 La détresse et l'angoisse m'ont atteint, Mais tes commandements font mes délices.
144 Tes témoignages ne sont que justice à toujours ; Rends-moi intelligent, afin que je vive !


Toi, tu es juste, Seigneur,
tu es droit dans tes décisions.

Tu promulgues tes exigences avec justice,
avec entière fidélité.

Quand mes oppresseurs oublient ta parole,
une ardeur me consume.

Ta promesse tout entière est pure,
elle est aimée de ton serviteur.

Moi, le chétif, le méprisé,
je n'oublie pas tes préceptes.

Justice éternelle est ta justice,
et vérité, ta loi.

La détresse et l'angoisse m'ont saisi ;
je trouve en tes volontés mon plaisir.

Justice éternelle, tes exigences ;
éclaire-moi, et je vivrai.



Justice éternelle.

Il ne manquerait plus que ça : que le Seigneur ne soit pas juste ! D’autant qu’il ne s’agit pas de la justice des prétoires. La justice dont parle la Bible, c’est la sainteté. Le juste, c’est le saint. On ne peut être juste que si on habite avec Dieu. 

Dieu est juste, bien sûr, puisqu’il est le seul saint, puisqu’il est le vrai saint. Mais Dieu fait aussi justice au sens où il juge. Mais il ne juge pas comme le juge d’application des peines. Lui, notre Seigneur, il connaît la vérité de nos actes mais aussi la capacité de notre cœur. Il juge comme un père. Pas comme un père fouettard mais comme le père de la parabole du fils prodigue : celui qui accueille dans la joie et le festin le sale gosse qui rentre penaud et crotté à la maison (*). 

Mieux encore, Dieu juge avec sa justice à lui, qui n’est pas la justice des hommes. Sa justice s’appelle miséricorde.

Sa justice pardonne, réconforte, console, guérit et répare. 

Dieu est juste. Il connaît nos épreuves, nos fatigues, nos désespoirs. Il parie toujours sur la réhabilitation du coupable. Il regarde le moindre geste généreux que nous faisons. 

Dans sa balance, notre gentillesse provisoire pèse plus que toutes nos saloperies. 
Le panier de fruits frais qu’on porte à la voisine impotente du sixième étage. 
La visite qu’on rend à notre vieille cousine Alzheimer qui ne nous reconnaît même plus. 
Les cours de rattrapage qu’on donne à Kévin et Fatima.
Le collègue de bureau qu’on réconforte lors de son divorce. 
Le collaborateur qu’on ne dénonce pas quand il est arrivé en retard au rendez-vous important pour la boîte et qu’on remplace sans râler…
Apprends-moi cette justice là Seigneur.


* Évangile selon saint Luc, chapitre 15, versets 11 et suivants



 Frère Philippe Verdin



_________________

Quand je dis Dieu c'est un poème, c'est une étoile dans ma vie, 
du feu qui coule dans mes veines, un grand soleil pour aujourd'hui !
Revenir en haut Aller en bas
Lumen
Admin
avatar

Messages : 6760
Date d'inscription : 18/10/2014
Localisation : France

MessageSujet: Re: "Prier les psaumes avec le Christ", Un Psaume Par Jour   Jeu 11 Déc 2014 - 22:06




Pour méditer les desseins du Père

Psaume 119, XIX ( 118 qoph ou Koph)

Ant: Sauve-moi, Seigneur, j'espère en ta parole.

Père, j'ai fait appel à toi: réponds-moi: 
je voudrais accomplir toujours tes volontés.

J'ai crié vers toi pour que tu me sauves 
et me donnes la fidélité à tes décisions.

Avant que ne se lève le soleil, je t'appelle 
en espérant ta réponse.

J'ai même devancé mon réveil 
pour méditer tes volontés.

Je compte sur ton amour pour être entendu; 
Père, ajuste-moi bien sur ton dessein.

Je sens venir des tentations répugnantes 
qui voudraient me couper de tes pensées.

Heureusement, toi, Père, tu restes proche 
et me gardes dans ta vérité.

Je sais depuis longtemps que tes projets 
sont bien établis et ne broncheront jamais.
]







Psaume 119, XIX ( 118 qoph ou Koph)


145 Koph. Je crie du fond du cœur ; réponds-moi, Eternel ! Je garderai tes statuts.
146 Je crie à toi, sauve-moi ! Et je garderai tes témoignages.
147 Je devance l'aurore et je crie ; Je m'attends à tes paroles.
148 Mes yeux devancent les veilles de la nuit, Pour méditer ta parole.
149 Ecoute ma voix, selon ta bonté ; Eternel, selon les promesses de ta justice, fais-moi vivre !
150 Ils approchent, ceux qui courent au crime ; Ils se tiennent loin de ta loi.
151 Tu es proche, ô Eternel ! Et tous tes commandements ne sont que vérité.
152 Dès longtemps je sais par tes témoignages Que tu les as établis pour toujours.


J'appelle de tout mon coeur : réponds-moi ;
je garderai tes commandements.

Je t'appelle, Seigneur, sauve-moi ;
j'observerai tes exigences.

Je devance l'aurore et j'implore :
j'espère en ta parole.

Mes yeux devancent la fin de la nuit
pour méditer sur ta promesse.

Dans ton amour, Seigneur, écoute ma voix :
selon tes décisions fais-moi vivre !

Ceux qui poursuivent le mal s'approchent,
ils s'éloignent de ta loi.

Toi, Seigneur, tu es proche,
tout dans tes ordres est vérité.

Depuis longtemps je le sais :
tu as fondé pour toujours tes exigences.



TU ES PROCHE

Toi Seigneur, tu es proche.

Au moment même où je me tourne vers toi, tu es mon élan.
Au moment même où je crie vers toi, tu portes mes mots.
Lorsque je dors, tu veilles pour que la nuit je ne sois pas seule.

Mes yeux devancent la fin de la nuit et toi déjà tu es là, 
tu as entrebâillé les volets pour que la lumière rentre, 
mis une buche au feu pour que le froid s’en aille, et fait chauffer le pain.

Je t’implore et déjà tu m’as entendue.
Je t’appelle, et déjà tu m’as sauvée.
Je crie vers toi et déjà tu m’as répondu.

Toi Seigneur tu es le plus proche de mes prochains, 
le plus intime de mes amis, mon plus que frère.
Plus que jumeau.
Tu es mon frère du dedans.
Celui qui tisse en mon sein l’image de toi que je reflète.

Unique.
Toujours unique.
Toujours reprise et retissée du dedans par tes mains, ô mon Seigneur.
Oui, tu es proche.

Tu es proche lorsque moi je suis loin.
Tu es proche, lorsque je suis perdue.
Tu es proche lorsque je dors d’ennui ou de fatigue, par désinvolture,
inconstance ou simplement écrasée de ce pauvre désespoir ordinaire, 
cet « à quoi bon » qui est le contraire de la foi.
Tu es proche tout spécialement, de ceux qui ne croient pas qu’il soit 
possible seulement en rêve de te parler. Tu es proche des prisonniers, 
des prisonnières que je côtoie. Tu es proche de leurs misères, 
parce que tu l’as connue et qu’ils le savent, rien qu’à te voir : 
ils savent bien que tu es des leurs.

Viens me chercher dès le matin, avant l’aurore, 
avant le café chaud et la tartine de confiture…
Et apprends-moi, Seigneur mon Dieu, à me faire proche…
 



 Sœur Anne Lécu



_________________

Quand je dis Dieu c'est un poème, c'est une étoile dans ma vie, 
du feu qui coule dans mes veines, un grand soleil pour aujourd'hui !
Revenir en haut Aller en bas
Lumen
Admin
avatar

Messages : 6760
Date d'inscription : 18/10/2014
Localisation : France

MessageSujet: Re: "Prier les psaumes avec le Christ", Un Psaume Par Jour   Jeu 11 Déc 2014 - 23:19




Pour méditer les desseins du Père

Psaume 119, XX (118 resh)

Ant: Ta tendresse est sans mesure,
Seigneur; fais-moi vivre selon ton amour.


Père, je t'offre mes pauvretés: délivre-moi,
et que jamais je n'oublie ton amour.

Soutiens-moi dans mes luttes et défends-moi;
que ta présence me fasse revivre.

Ta grâce ne peut rejoindre qui se refuse à toi,
celui qui ne s'occupe pas de ton dessein sur lui.

Moi, je puis toujours compter sur ta miséricorde
pour me donner de vivre selon tes volontés.

Les difficultés et les obstacles se multiplient,
mais je ne me laisse pas distraire de toi.

J'ai vu des gens te fuir et j'en ai pleuré:
ils ne voulaient pas se faire mener par toi.

Père, tu vois mon attachement à tes volontés,
je compte sur ton amour pour en vivre.

Quand tu me parles, tout est vérité
et les décisions de ton amour sont éternelles.






Psaume 119, XX (118 resh)

153 Resch. Regarde mon affliction et me délivre ; Car je n'ai point oublié ta loi.
154 Défends ma cause et me rachète ; Fais-moi vivre, selon ta parole !
155 Le salut est loin des méchants, Parce qu'ils ne recherchent point tes statuts.
156 Tes compassions sont en grand nombre, ô Eternel ! Fais-moi vivre, selon tes décrets.
157 Nombreux sont mes persécuteurs et mes adversaires ; Mais je ne m'écarte pas de tes témoignages.
158 J'ai vu les infidèles, et j'en ai horreur ; Ils n'observent pas ta parole !
159 Considère que j'aime tes commandements ; Eternel, fais-moi vivre, par ta bonté.
160 Toute ta parole est vérité, Et tous les décrets de ta justice sont éternels

Vois ma misère : délivre-moi ;
je n'oublie pas ta loi.

Soutiens ma cause : défends-moi,
en ta promesse fais-moi vivre !

Le salut s'éloigne des impies
qui ne cherchent pas tes commandements.

Seigneur, ta tendresse est sans mesure :
selon ta décision fais-moi vivre !

Ils sont nombreux mes persécuteurs, mes oppresseurs ;
je ne dévie pas de tes exigences.

J'ai vu les renégats : ils me répugnent,
car ils ignorent ta promesse.

Vois combien j'aime tes préceptes, Seigneur,
fais-moi vivre selon ton amour !

Le fondement de ta parole est vérité ;
éternelles sont tes justes décisions.



Soutiens notre cause !

Mon Dieu,
Soutiens ma cause. Défends-moi ! En ta promesse fais-moi vivre. Soutiens notre cause, défends-nous, en ta promesse fais nous vivre. Enfin. C’est toi qui nous as dit que l’humain pour devenir humain devait se décider pour la parole, contre la violence. C’est cette décision qui le fait sortir de la brutalité.

Comment est-ce possible, mon Dieu, que nous ayons oublié que ta force s’est affirmée au septième jour du monde : dans la douceur du repos et de la contemplation du monde fait pour l’humain, pour la femme comme pour l’homme, à égale condition de dignité. Oui, ta force n’est pas dans la brutalité qui massacre des vies, des espérances, des avenirs, mais elle se niche dans ce retrait bienveillant où tu te tiens, nous confiant ton nom et le monde que tu fis. Mon Dieu, tu es un Dieu désarmé.

Est-ce pour cela que tu ne te montres pas ? Toi qui es pourtant notre seul secours dans la détresse, notre seul défenseur face à l’ennemi et à l’agresseur.

Je t’en supplie, au nom de tes enfants, pourrais-tu cesser de te taire, pourrais-tu dire ta colère face à qui fracasse l’humanité, devant qui détruit des corps, des cœurs, des histoires, des familles et les condamne à la misère.
Seigneur, réveille-toi ! Ne nous laisse pas.

Et comme nos cœurs saignent devant notre impuissance, relève-nous, que nous travaillions pour la justice, que nous pratiquions ta miséricorde et que nous t’aimions humblement.*
Soutiens notre cause, défends-nous, fais nous vivre, selon ta promesse.


* Livre de Michée, chapitre 6, verset 8




Sœur Véronique Margron






_________________

Quand je dis Dieu c'est un poème, c'est une étoile dans ma vie, 
du feu qui coule dans mes veines, un grand soleil pour aujourd'hui !
Revenir en haut Aller en bas
Lumen
Admin
avatar

Messages : 6760
Date d'inscription : 18/10/2014
Localisation : France

MessageSujet: Re: "Prier les psaumes avec le Christ", Un Psaume Par Jour   Ven 12 Déc 2014 - 22:08




Pour méditer les desseins du Père

Psaume 119,  XXI (118 shin)

Ant: Grande est la paix de qui aime ta loi.

Des puissants me font de la misère sans raison,
mais moi, je ne crains que ton désaveu.

J'accueille tes paroles de tout mon cœur
comme quand on reçoit un gros cadeau.

J'ai horreur de toutes les sortes de faussetés;
ce que j'aime, c'est d'être vrai avec toi.

Tout au long du jour, je te loue
pour les événements qui me parlent de toi.

Aimer ta présence apporte une grande paix:
aucune épreuve ne peut la troubler !

Père, j'ai attendu de toi le succès de ma vie
en m'attachant à tes projets:

je les respecte, car je les aime vraiment;
j'y porte attention jusque dans leurs détails;
c'est toi qui inspire tous mes chemins.






Psaume 119,  XXI (118 shin)

161 Schin. Les grands m'ont persécuté sans cause ; Mais mon cœur n'a craint que tes paroles.
162 Je me réjouis de ta parole Comme celui qui a trouvé un grand butin.
163 Je hais le mensonge, je l'ai en abomination ; C'est ta loi que j'aime.
164 Je te loue sept fois le jour, Pour les décrets de ta justice.
165 Grande est la paix de ceux qui aiment ta loi ; Rien ne peut les renverser.
166 J'ai attendu ta délivrance, ô Eternel ! Et pratiqué tes commandements.
167 Mon âme a gardé tes témoignages, Et j'ai pour eux un grand amour.
168 J'ai gardé tes commandements et tes témoignages, Car toutes mes voies sont devant toi.


Des grands me persécutent sans raison ;
mon coeur ne craint que ta parole.

Tel celui qui trouve un grand butin,
je me réjouis de tes promesses.

Je hais je déteste le mensonge ;
ta loi, je l'aime.

Sept fois chaque jour, je te loue
pour tes justes décisions.

Grande est la paix de qui aime ta loi ;
jamais il ne trébuche.

Seigneur, j'attends de toi le salut :
j'accomplis tes volontés.

Tes exigences, mon âme les observe :
oui, vraiment, je les aime.

J'observe tes exigences et tes préceptes :
toutes mes voies sont devant toi.



Un grand butin

Le psaume 118 est le plus long de tous les psaumes, avec ses 22 strophes, autant que de lettres dans l’alphabet hébreu. Comme pour signifier que la Parole de Dieu investit chacune des lettres qui servent à nous exprimer

« Shîn » est l’ avant dernière de ces lettres. Le psaume de ce jour souligne la paix de celui qui aime la loi de Dieu ,« Ta loi, je l’aime » (*) ; et de celui qui loue ses justes décisions « sept fois par jour » (**). Dieu, que nous pouvons mesurer la distance qui nous sépare du psalmiste !

Mais une forte impression d’accomplissement émane de ces paroles ; pareil à un bateau qui, après avoir bourlingué sur la grande houle du large, rentre dans les eaux calmes du port, la mission accomplie.

On dirait un bateau comme chargé de promesses,  « tel celui qui trouve un grand butin » (***). Le trésor est la Parole comme une boussole pour le voyage en haute mer ; comme un phare pour indiquer la route ;

comme le trésor caché dont parle l’évangile de Matthieu au Chapitre 13, versets 44-45. « Le royaume des cieux ressemble à un trésor caché dans un champ. Celui qui le trouve est si heureux qu’il va vendre tout ce qu’il possède et revient acheter le champ. »
« Toute mes voies sont devant toi » (****).

Pour me laisser conduire par l’Esprit de Celui qui est la Parole même de Dieu, pour goûter cette présence au plus intime de moi-même et entrer dans son royaume et vivre de cette Bonne Nouvelle :« Grande est la paix de qui aime ta loi ».


* verset 163
** verset 164
*** verset 162
**** verset 162




Frères du 28






_________________

Quand je dis Dieu c'est un poème, c'est une étoile dans ma vie, 
du feu qui coule dans mes veines, un grand soleil pour aujourd'hui !
Revenir en haut Aller en bas
Lumen
Admin
avatar

Messages : 6760
Date d'inscription : 18/10/2014
Localisation : France

MessageSujet: Re: "Prier les psaumes avec le Christ", Un Psaume Par Jour   Lun 15 Déc 2014 - 15:11




Pour méditer les desseins du Père

Psaume 119, XXII (118 taw ou Thav)

Ant: J'ai le désir de ton salut, Seigneur;
je n'oublie pas tes volontés.


Père, accueille en ton cœur ma prière:
je voudrais discerner selon ton amour !

Que ma prière arrive jusqu'à toi:
je demande que ton amour me libère.

J'aime te louer sans cesse
parce que tu m'apprends tes volontés.

Je voudrais les mettre en chansons,
car ce sont des volontés d'amour.

Père, j'ai besoin que tu m'aides à vivre
selon le choix que j'ai fait de tes desseins,

car c'est de toi que j'attends ma réussite
en faisant mes délices de ton amour.

Je souhaite que ma vie se passe à te louer
pour le soutien continu de tes volontés.

Sans toi, je serais comme une brebis égarée:
viens toujours à ma recherche,
car je veux vivre selon ton dessein sur moi.






Psaume 119, XXII (118 taw ou Thav)


169 Thav. Que mon cri parvienne jusqu'à toi, ô Eternel ! Rends-moi intelligent, selon ta parole.
170 Que ma supplication arrive en ta présence ; Délivre-moi, selon ta parole !
171 Mes lèvres répandront ta louange, Quand tu m'auras enseigné tes statuts.
172 Ma langue célèbrera ta parole, Car tous tes commandements sont justes.
173 Que ta main me soit en aide ! Car j'ai fait choix de tes commandements.
174 Je soupire après ton salut, ô Eternel, Et ta loi est tout mon plaisir.
175 Que mon âme vive, afin qu'elle te loue, Et que les décrets de ta justice me soient en aide !
176 Je suis errant comme une brebis perdue : Cherche ton serviteur, Car je n'ai pas oublié tes commandements.


Que mon cri parvienne devant toi,
éclaire-moi selon ta parole, Seigneur.

Que ma prière arrive jusqu'à toi ;
délivre-moi selon ta promesse.

Que chante sur mes lèvres ta louange,
car tu m'apprends tes commandements.

Que ma langue redise tes promesses,
car tout est justice en tes volontés.

Que ta main vienne à mon aide,
car j'ai choisi tes préceptes.

J'ai le désir de ton salut, Seigneur :
ta loi fait mon plaisir.

Que je vive et que mon âme te loue !
Tes décisions me soient en aide !

Je m'égare, brebis perdue :
viens chercher ton serviteur.

Je n'oublie pas tes volontés.



Que mon âme te loue !


Merveille de prière, que cette finale du psaume 118. Le psalmiste prie pour qu’il lui soit donné de rejoindre le cœur de Celui à qui il s’adresse : « Que mon cri parvienne devant toi, que ma prière arrive jusqu’à toi. » (*) Désir bien légitime que la prière ne se heurte pas à un mur, qu’elle ne s’épuise pas en tombant dans le vide !

Désir du psalmiste que ses demandes soient exaucées ? Non, ou plutôt il n’a qu’une seule et grande demande, et elle porte sur la prière elle-même. C’est une prière sur la prière, une prière pour que la prière demeure toujours et qu’elle porte la vie à une âme qui ne veut vivre qu’à louer.

Demander non pas de recevoir ceci ou cela mais le seul essentiel : que la louange ne s’interrompe jamais. Car celui qui vit dans la louange sait que son âme est vivante : « Que je vive et que mon âme te loue ! »

La vie éternelle n’est-elle pas perpétuelle contemplation et louange de la splendeur divine ? Mais la prière qui s’élève ici monte de la terre des hommes. Le psalmiste, qui veut vivre de la louange, sait aussi sa fragilité et qu’il ne peut tenir dans cette voie sans que son âme ne soit soutenue par Celui qu’elle adore. Il a besoin d’être éclairé par la parole. Il lui faut être secouru lorsqu’il s’égare, et recherché lorsqu’il se perd : « Je m’égare, brebis perdue, viens chercher ton serviteur. »

« La vie éternelle, c’est de connaître Dieu », dira Jésus en saint Jean (**). Et Le connaître, puisqu’il est l’amour, c’est l’aimer en se sachant aimé de lui. La louange le sait.



* versets 169,170
** première lettre de saint Jean, chapitre 5, verset 20




Frère Pascal Marin







_________________

Quand je dis Dieu c'est un poème, c'est une étoile dans ma vie, 
du feu qui coule dans mes veines, un grand soleil pour aujourd'hui !
Revenir en haut Aller en bas
Lumen
Admin
avatar

Messages : 6760
Date d'inscription : 18/10/2014
Localisation : France

MessageSujet: Re: "Prier les psaumes avec le Christ", Un Psaume Par Jour   Mar 16 Déc 2014 - 20:40



Longue route vers le Père

Psaume 68 (67)

Ant: Que Dieu se lève, et ses ennemis se dispersent.

Quand Dieu est présent, le Malin s'enfuit devant lui;
il est comme une fumée chassée par le vent,
comme une cire fondue par le feu.

Refuser le Père, c'est refuser de vivre:
mais les gens qui l'accueillent sont heureux;

ils exultent et dansent de joie en pensant à lui.
Chantez-lui vos chansons d'amour,

préparez-lui une route dans les cœurs tristes:
son vrai nom, c'est " Notre Père ",
montrez votre joie aux gens qui l'ignorent.

Père des orphelins, protecteur des démunis,
tel est Dieu dans la richesse de son cœur.

Aux sans-abri, il envoie des gens qui les aiment;
les prisonniers, il les éduquent à la liberté.
Mais pour ceux qui le rejettent, il ne peut rien faire.

Jadis, Dieu a pris la tête de son Peuple
et l'a conduit à travers la solitude du désert.

Au Sinaï, la terre a tremblé,
la montagne fut enveloppée de nuages:
c'était le Dieu de Moïse, le Dieu d'Israël.

Pour eux, il a fait pleuvoir ses dons en abondance
pour les revigorer quand ils étaient épuisés.

Il leur a trouvé un pays où s'installer,
sensible aux pauvres, c'est lui qui les y a établis.


Ant. II Notre Dieu est un Dieu de délivrance,
au Seigneur, les issues de la mort.


Quand le Père décide d'un dessein,
des agents nombreux le propagent en annonçant:

" Tous les opposants au Royaume sont en déroute !
Leurs trésors sont offerts en partage. "

Ne restez pas cachés dans votre coin
alors qu'éclate les signes de victoire,

alors que le Sauveur fait échec au Malin
et que sa lumière éclate dans les ténèbres."

Montagnes consacrées aux dieux
et fières de votre dédicace,

ne jalousez pas le calvaire choisi par le Sauveur:
c'est là qu'habitera toujours la famille du Père.

Les agents du Père couvrent le monde;
il se tient au milieu d'eux avec le Sauveur.

Il les mène à la victoire sur les serviteurs du malin
qui finissent par travailler à la Maison du Père.

Que le Père soit béni !
Jour après jour, il nous rend vainqueurs.

Notre Dieu, c'est le Dieu des victoires,
il domine même sur la mort.

De ses ennemis, Dieu rejoint le cœur;
il brise les plans de qui vit dans le crime.

Le Père dit au Sauveur:
" Tu les ramèneras de leurs erreurs,
même s'ils se cachent au fond de la mer.

Ils réclameront ton sang
mais c'est ton sang qui les sauvera !


Ant. III Royaume de la terre, chantez au Seigneur

Père, nous suivons maintenant ton cortège,
le cortège des gens que le Sauveur a rejoints
et qui le suivent en chantant et en dansant.

Rassemblez-vous, bénissez votre Dieu;
aux sources de notre famille, il y a le Père !

Voici les plus pauvres qui ouvrent la marche;
il y a aussi les riches qui les suivent.

Ton Dieu t'a commandé: " Sois fort !"
Montre ton amour, Père, quand tu agis pour nous !

À ton cœur qui domine la famille,
on vit tes enfants t'apporter leurs présents.

Mets en échec le prince du mal,
la bande de ses serviteurs à travers les peuples;

qu'ils perdent confiance dans leurs biens matériels,
mets la division chez les gens qui aiment la guerre.

De partout arriveront des personnes généreuses;
elles viendront vers le Père, le cœur plein d'amour.

Tous les gens de la terre, chantez pour Dieu,
jouez pour le Sauveur,
lui qui est monté aux cieux, à la droite du Père.

Voici que sa Parole couvre l'univers:
rendez-vous disponibles à Dieu
pour que son amour enveloppe toute la famille.

Extraordinaire est Dieu dans son mystère;
c'est lui qui donne à son peuple la force d'aimer.
Béni soit Dieu, le Père et le Sauveur !











Psaume 68, 1-19  (67, 1-19)


Comme fond la cire en face du feu

Etre devant la face de Dieu, c'est vivre en sa présence. Pourtant, cette face de Dieu peut nous faire peur car la lumière dont elle resplendit pourrait venir révèler notre vérité et mettre en évidence notre faute. Au début du livre de la Genèse, au jardin de l'Eden, Adam se cache quand il entend les pas de Dieu car il est nu (*)… Sauf que le regard de notre Dieu n'est pas un regard qui surveille mais un regard qui rayonne de la Lumière et du feu de son amour !

Dieu, nous le nommons « Emmanuel », c'est-à-dire en hébreu « Dieu avec nous ». Dans le désert du Sinaï quand Dieu fait alliance avec son peuple et qu'il vient le visiter, il est enveloppé de lumière.La bénédiction divine donnée à Moïse, (**), offre alors une promesse pour toutes les générations : « Que le Seigneur te bénisse et te garde ! Que le Seigneur fasse pour toi rayonner son visage et te fasse grâce ! Que le Seigneur te découvre sa face et t'apporte la paix ! »

Le regard de Dieu est donc capable d'illuminer les hommes. Ils nous soutient de son regard d'amour, fidèle et plus fort que la mort. De psaume en psaume, la lumière est appelée, convoquée et se propage alors, contre la mort. « Donne la lumière à mes yeux, garde-moi du sommeil de la mort »
Pour nous, Dieu a révélé son visage en Jésus : « Je suis la lumière du monde » (***). La foi en Jésus est une lumière qui transforme le croyant lui-même en un être lumineux, comme le dit encore Jésus : « Croyez en la lumière et vous deviendrez fils de lumière ».


* chapître 3
** chapître 6 du livre des Nombres
*** Evangile selon saint Jean, Chapître 12



Frères du 28




Psaume 68, 20-36  (67, 20-36)


Montre ta force, mon Dieu !

Est-ce un hymne à la puissance victorieuse de la nation d’Israël contre toutes les nations ennemies ? L’Égypte et l’Éthiopie venant à Jérusalem avec leurs présents, étoffes somptueuses, mains pleines. Au Temple, cortège, chantres, musiciens, jeunes filles frappant le tambourin, une liturgie grandiose rassemblant les tribus d’Israël, Benjamin, Juda, Zabulon, Nephtali, pour louer ce « Dieu qui est le nôtre », qui est le « Dieu des victoires » ?

Mais alors pourquoi une telle violence dans les mots du psalmiste ? Et quel ennemi déjà vaincu pourrait mériter qu’on appelle sur lui une destruction aussi terrifiante ? Têtes fracassées, crânes défoncés, corps noyés dans leur propre sang, livrés en pâture à la langue des chiens ! Non, le priant n’est pas du côté des vainqueurs.

Il appartient au petit reste d’une nation détruite, exilée, déportée, écrasée sous le joug d’un peuple qui aime la guerre. Sa prière est d’abord une plainte : « désunis les peuples qui aiment la guerre. » Et l’ennemi contre lequel il voit Dieu se lever n’a pas de corps à livrer en pâture à la langue des chiens (*). Cet Ennemi se dresse en face de Dieu et le provoque. Cet Ennemi, c’est l’idole. L’immonde bête, qui a pouvoir de transformer une nation pacifique en une « bande de fauves », liés par la haine. Mais le priant n’est pas sans expérience. Ce qui n’est pas uni par l’amour ne va-t-il pas bientôt se défaire ? Il ne craint plus la mort. Car « les portes de la mort sont à Dieu. » Il ne maudit plus. Apaisé, il bénit !

Jésus, tu nous enseignes l’amour des ennemis, désarme en nous la haine !


* Psaume 67, verset 21 et 24.



Frère Pascal Marin

_________________

Quand je dis Dieu c'est un poème, c'est une étoile dans ma vie, 
du feu qui coule dans mes veines, un grand soleil pour aujourd'hui !
Revenir en haut Aller en bas
Lumen
Admin
avatar

Messages : 6760
Date d'inscription : 18/10/2014
Localisation : France

MessageSujet: Re: "Prier les psaumes avec le Christ", Un Psaume Par Jour   Jeu 18 Déc 2014 - 22:07




C'est en Église que je suis né

Psaume 87 (86)

Ant: Église du Dieu vivant, en toi
toutes nos sources


C'est au calvaire que Jésus a convoqué l'humanité;
il a préféré cette montagne à tous les autres lieux

pour rassembler les gens qui seront ses amis
en une communauté d'amour.

En parlant de l'appartenance terrestre,
on peut citer n'importe quel pays du monde:
" Un tel est né là, tel autre, ici ".

Mais, de la famille du Sauveur, on peut dire:
" En elle, tout le monde y naît
grâce à l'action du Père de Jésus."

Le Sauveur inscrit chaque nom dans son livre:
" C'est en moi que tous les peuples sont nés."

Tous feront la fête; en dansant ils chanteront:
" Toute notre vie nous vient de toi."










Naître


S’il est bien une inégalité, c’est bien celle de la naissance. Entre amour et abandon, entre naissance espérée, attendue et naissance redoutée. Entre pauvreté et confort. Naître n’est pas toujours une bénédiction, pas davantage un don. Enfance heureuse, protégée, oui, mais aussi enfance bafouée, délaissée, douloureuse.
Violence des inégalités dès les commencements. Si nous pouvons nous émerveiller, il nous arrive tout autant de craindre pour la vie, l’avenir, du petit d’homme qui vient au monde.

Une autre naissance est racontée par le psalmiste. « On appelle Sion : « Ma mère ! » car en elle, tout homme est né. » (*)

Pour le priant, Jérusalem - Sion - est ville universelle, la cité fondée non de mains d’hommes mais par le Seigneur. Tous les peuples pourront ainsi renaître, Jérusalem sera comme leur mère. Dieu donne à chacun, d’où qu’il vienne, droit de cité dans la ville sainte.

Donner droit de cité. N’est-ce pas là ce que réalise l’amitié du Christ ? Lui qui ne fait acception de personne : enfant, malade, pécheur, étranger… Tout un chacun a droit de cité auprès de lui. À commencer par celles et ceux qui n’ont plus de lieu à eux : un paralytique passé par le toit, une femme qui va être lapidée, un homme pendu au bois d’une croix, comme Jésus. Chacune, chacun est de plein droit en sa présence aimante. En son secours.

Si le droit d’asile est loin d’être garanti en ce monde, il n’en est rien auprès de Dieu. La vraie cité sainte n’est plus une ville, mais un corps vivant, aimant, un corps ouvert à toute détresse comme à toute joie. Oui, en lui, en Jésus, tout homme est né. Et chacun peut renaître (**), même vieux ou abîmé, car c’est de l’eau et de l’Esprit, donnés par le Fils, qu’il revient vers la vie véritable. Celle qui retrouve un avenir.


* Psaume 86, verset 5
** Évangile selon saint Jean, chapitre 3, versets 4 à 8.




Sœur Véronique Margron


_________________

Quand je dis Dieu c'est un poème, c'est une étoile dans ma vie, 
du feu qui coule dans mes veines, un grand soleil pour aujourd'hui !
Revenir en haut Aller en bas
Lumen
Admin
avatar

Messages : 6760
Date d'inscription : 18/10/2014
Localisation : France

MessageSujet: Re: "Prier les psaumes avec le Christ", Un Psaume Par Jour   Ven 19 Déc 2014 - 20:03



Du désespoir à l'espérance

Psaume 22 (21)

Ant: Tu me mènes à la poussière de la mort.

Mon Dieu, tu es mon Père, pourquoi m’abandonner ?
Je te sens tellement loin pour me secourir,
trop loin pour m’entendre crier.

Je t’appelle toute la journée : pas de réponse;
je me reprends la nuit : c’est pareil.
Tu me laisses avec mon angoisse.

Pourtant tu es un Père vivant et saint;
toute la création chante ta louange.

Depuis le début du monde
tu protèges les gens qui te font confiance,

tu libères les gens mal pris qui font appel à toi;
tu n’as jamais déçu quelqu’un qui te fait confiance..

Moi, le mal est en train de me briser,
de m’enlever toute apparence humaine.

Des gens me regardent en se moquant,
ils rient de moi, font la moue,
secouent la tète en disant :

" Il s’en est remis au Seigneur,
le Seigneur n’a pas l’air de s’en occuper.
Si Dieu l’aime tant, qu’il le sauve ! "

Seigneur, c’est toi qui m’as choisi une mère
pour me mettre en ce monde,
pour que je sois en sécurité sur son cœur.

Dès ma naissance, elle m’a confié à toi;
au tout premier instant, tu as été mon Père.


Ant. II O ma force, vite à mon aide !

J’ai besoin que tu sois proche de moi
en ce temps de malheur,
alors que je ne vois personne pour m’aider.

Je suis à la merci de puissances mauvaises
qui m’habitent et m’entourent sans cesse;

ce sont comme des bêtes féroces
qui voudraient me détruire,

comme des taureaux qui m’encornent,
comme des lions qui vont m’avaler.

Devant toutes ces menaces
je perds mes moyens, mes forces me laissent

et même mon courage se ramollit
comme la cire devant le feu.

Mon corps me semble en train de mourir :
j’ai la gorge complètement sèche
et la langue me colle au palais.

Je me vois cerné de partout par le mal :
il surgit à tout instant en moi et autour;

il fait tout pour m’enchaîner,
pour m’empêcher de lutter.

Dans ce combat, je me sens complètement vidé;
je n’ai plus que la peau et les os.

Des gens me regardent, abasourdis;
ils pensent déjà à l’héritage!

Mais toi, mon Père,
sois proche de moi avec ton cœur paternel;

partage-moi ta force pour me sauver.
Ne laisse pas le mal me détruire;

empêche les malheurs de gruger ma vie;
protège-moi contre toutes formes de mal.


Ant. III J'annoncerai ton nom à mes frères,
en pleine assemblée, je te louerai.


Or voilà que tu me réponds maintenant !
Sois sûr que j’en parlerai autour de moi,
que je te glorifierai devant tout le monde.

" Que tous les amis du Seigneur soient heureux;
que tous les frères du Sauveur se réjouissent;

chantez comme des enfants devant leur Père;
exultez devant lui.

Car il ne s’est pas détourné avec mépris
devant la misère qui m’accablait,

au contraire, il m’a regardé avec amour,
il a pris mon appel au sérieux. "

Seigneur, mon Père et mon Sauveur,
par la grâce de l’Esprit je peux te louer
devant la Famille de tous les croyants.

C’est une promesse et je la tiendrai.
Je rassemblerai les pauvres pour fêter
et les inviterai à manger à leur faim.

Ils sauront que le Père a reçu leur appel :
ils pourront le louer à longueur de vie !

Que les gens les plus éloignés de Dieu
le redécouvrent et reviennent à la maison.

Que toutes les familles de la terre
en arrivent à compter sur lui seul,

car il est seul capable de les rassembler
en les dominant par l’amour.

Dès que lui parvient le moindre appel,
Il accueille tout le monde en son cœur,

autant les consciences somnolentes
que les destructeurs de vie,

Quelle joie pour leur entourage
et pour leurs descendants :

ils annonceront partout ce que le Père
a fait pour sauver ses enfants malheureux.










Rejeté par le peuple


Que s’est-il passé ? À quoi tient ce renversement complet, dans l’esprit du psalmiste, de l’extrême déréliction à la joie ? De la conviction d’être abandonné à la certitude d’une présence. De la lamentation à la louange. Du ressentiment à la reconnaissance. De l’isolement dans un entourage hostile, peuplé d’ennemis cruels et de bêtes féroces, au bonheur indicible d’une universelle fraternité, qui rassemble tous les peuples et toutes les générations. Est-ce un miracle ? Le rétablissement d’une situation désespérée par l’irruption soudaine d’un salut ? Sans doute.

Mais de quelle nature est ce salut et en quoi peut-il concerner tout homme qui, du milieu d’une situation difficile dont il ne peut s’extraire, engage sa prière dans les mots du psalmiste ? Il est malade. Il est prisonnier. Il est en situation d’échec professionnel ou familial.

Quel salut pour lui sinon, pour le moins, une conversion du regard de l’hier vers l’aujourd’hui, et qu’il renonce enfin au tourment des questions : mais pourquoi en suis-je arrivé là ? est-ce ma faute ? Et qu’il se décide à se demander désormais : Comment bien agir aujourd’hui et trouver dans ma situation si difficile ce qu’il y a de vie à y trouver ? Le passé est remis à la miséricorde de Dieu, le présent appartient à l’espérance.

Le Christ, qui meurt sur la Croix, donne librement la vie qu’on veut lui prendre. Il subit l’extrême violence sans entrer dans la haine. Et le Christ meurt, des témoins nous l’ont dit, en priant ce psaume 21 sur la Croix (*).


* Évangile selon saint Matthieu, chapitre 27, verset 46




Frère Pascal Marin




Psaume 22 - en hébreu chanté et phonétique - Contre tout chagrin


1 Au chef des chantres. D'après l'Ayyélet Hachahar. Psaume de David.
2 Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m'as-tu abandonné, loin de me porter secours, d'entendre mes paroles suppliantes?
3 Mon Dieu, j'appelle de jour et tu ne réponds pas, de nuit, et il n'est pas de trêve pour moi.
4 Tu es pourtant le Saint, trônant au milieu des louanges d'Israël.
5 En toi nos pères ont eu confiance, ils ont eu confiance, et tu les as sauvés.
6 Ils ont crié vers toi et ont été délivrés; ils ont espéré en toi et n'ont pas été déçus.
7 Moi, je suis un vermisseau, et non un homme, l'opprobre des gens, objet de mépris pour le peuple.
8 Tous ceux qui me voient se moquent de moi, grimacent des lèvres, hochent la tête.
9 "Qu'il s'en remette à l'Eternel! Que celui-ci le sauve, qu'il l'arrache du danger, puisqu'il l'aime!"
10 Oui, c'est toi qui m'as tiré des entrailles maternelles, qui m'as fait reposer en sûreté dans le giron de ma mère;
11 entre tes bras j'ai été jeté dès ma naissance, dès le sein de ma mère, tu as été mon Dieu.
12 Ne t'éloigne pas de moi car l'angoisse est proche, et nul n'est là pour m'aider.
13 Des taureaux nombreux m'environnent, des bêtes puissantes de Basan m'assiègent.
14 Ils ouvrent contre moi leur gueule, tel un lion qui déchire et qui rugit.
15 Je suis comme l'eau qu'on répand, tous mes membres se disloquent; mon cœur est comme de la cire, qui fondrait au milieu de mes entrailles.
16 Ma sève est desséchée comme un tesson, ma langue est collée à mon palais; tu m'étends dans la poussière de la mort.
17 Car des chiens m'enveloppent, la bande des méchants fait cercle autour de moi; comme le lion [ils meurtrissent] mes mains et mes pieds.
18 Je pourrais compter tous mes os; eux, ils me toisent et se repaissent de ma vue.
19 Ils se partagent mes habits, ils tirent au sort mes vêtements.
20 Mais toi, ô Seigneur, ne t'éloigne pas; toi, qui es ma force, viens vite à mon secours!
21 Sauve mon âme du glaive, ma vie de la fureur des chiens;
22 arrache-moi de la gueule du lion, protège-moi contre les cornes des buffles.
23 Je proclamerai ton nom devant mes frères, au milieu de l'assemblée, je te louerai.
24 "Adorateurs de l'Eternel, louez-le vous tous, descendants de Jacob, honorez-le; révérez-le, vous tous, postérité d'Israël!
25 Car il n'a point dédaigné, il n'a point méprisé la misère du malheureux; il n'a pas caché de lui son visage, ni manqué de l'entendre quand il implorait!"
26 C'est toi dont je célébrerai les louanges dans la grande assemblée, j'accomplirai mes vœux devant ceux qui te craignent.
27 Les humbles mangeront et seront rassasiés, les adorateurs de l'Eternel le loueront. Que votre cœur renaisse à la vie pour toujours!
28 Les confins de la terre se souviendront et reviendront au Seigneur, toutes les familles des peuples se prosterneront devant lui.
29 Car à l'Eternel appartient la royauté, il domine sur toutes les nations.
30 Ils mangeront et adoreront, tous les heureux de la terre ; devant lui s'inclineront ceux qui descendent dans la poussière, incapables de sustenter leur vie.
31 La postérité lui vouera un culte; on parlera du Seigneur aux âges à venir.
32 Ils viendront et proclameront sa justice: ils diront au peuple à naître ce qu'il a fait.

_________________

Quand je dis Dieu c'est un poème, c'est une étoile dans ma vie, 
du feu qui coule dans mes veines, un grand soleil pour aujourd'hui !
Revenir en haut Aller en bas
Lumen
Admin
avatar

Messages : 6760
Date d'inscription : 18/10/2014
Localisation : France

MessageSujet: Re: "Prier les psaumes avec le Christ", Un Psaume Par Jour   Lun 22 Déc 2014 - 18:05




Mon bonheur

Psaume 1

Ant. L'arbre de vie, c'est ta croix, Seigneur. Alléluia!


Me diriger d'après mes caprices,
nier le mal qui m'habite,

refouler Dieu dans un coin de ma vie,
ne m'a jamais rendu heureux.

Mais je goûte une joie profonde
quand je me laisse éclairer par le Seigneur,

quand ses pensées m'habitent
la nuit comme le jour,
au travail comme au repos.

En ces moments-là, je me sens plein de vie,
comme un arbre aux feuilles toujours vertes,

qui produit fidèlement les fruits qu'on en attend,
qui ne craint pas le prochain hiver
parce qu'il est toujours sûr du printemps à venir.

S'il m'arrive, au contraire, de faire mes propres lois,
je me sens fragile comme la fleur
que détruira le prochain coup de vent;

je redoute l'arrivée d'un Dieu tout-puissant
que je voudrais oublier.

J'ai peur alors d'avoir raté ma vie:
car je me souviens du bonheur que j'ai vécu

pendant mes moments d'intimité
avec un Seigneur que j'appelle mon Père.









Heureux l'homme

Heureux !

Ca tombe mal, je me suis levé, du mauvais pied ce matin. J’ai médit hier sur mes collègues, et je ne vois pas bien ce qui m’empêcherait de le faire aujourd’hui. D’ailleurs j’avais de bonnes raisons.

Quant à murmurer la loi du Seigneur jour et nuit, ce n’est pas l’urgence. J’aimerais plutôt trouver le sommeil ! Il ne manquerait plus que je me lève de nuit pour réciter des prières.

C’est vraiment mal parti cette affaire. Non, les psaumes, ce n’est pas pour moi. Sitôt ouvert, sitôt refermé : le Psautier c’est pour les pros ; moi je suis un âne, disons, un débutant.

Et pourtant, oui, j’aimerais porter du fruit. J’en porte d’ailleurs, mais à mon rythme. L’important est de tenir la longueur. J’en connais qui flambent, et qui s’écroulent d’un coup, engloutis par le tourbillon de leurs projets, et leurs chimères. Ils perdent pied, faute de racine. Vais-je courir après Dieu comme je cours après le temps ?

Mon urgence, je le vois, c’est d’aller lentement. Ca, je veux bien. Pas à pas, psaume à psaume. Un chemin buissonnier, parcouru à pas d’âne. Méditer, et ne plus médire. Flâner, pour ne pas flétrir !

Un autre avant moi m’a ouvert cette voie : le Juste par excellence. Le Christ, en son temps, a prié dans ce livre. Ces psaumes, il les connaît, je le voudrais comme guide. Ces prières, il les aimait, je le veux comme ami. Ces cris, ce fut sa Paix. Qu’elle descende sur moi et ceux qui aujourd’hui rentreront dans ce livre.

Ce matin, je ne me suis pas levé pour rien : Heureux !




Frère Franck Dubois





psaume 1 en hebreu chanté et phonétique . Pour une femme enceinte


Psaume Chapitre 1

1.1 Heureux l'homme qui ne suit point les conseils des méchants, qui ne se tient pas dans la voie des pécheurs, et ne prend point place dans la société des railleurs,
1.2 mais qui trouve son plaisir dans la Loi de l'Eternel, et médite cette Loi jour et nuit!
1.3 Il sera comme un arbre planté auprès des cours d'eau, qui donne ses fruits en leur saison, et dont les feuilles ne se flétrissent point: tout ce qu'il fera réussira.
1.4 Tels ne sont pas les méchants, mais plutôt comme le chaume que pourchasse le vent.
1.5 Aussi les méchants n'ont-ils pas le dessus dans le jugement, ni les pécheurs dans l'assemblée des justes.
1.6 Car l'Eternel protège la voie des justes, mais la voie des méchants conduit à la ruine.


_________________

Quand je dis Dieu c'est un poème, c'est une étoile dans ma vie, 
du feu qui coule dans mes veines, un grand soleil pour aujourd'hui !
Revenir en haut Aller en bas
Lumen
Admin
avatar

Messages : 6760
Date d'inscription : 18/10/2014
Localisation : France

MessageSujet: Re: "Prier les psaumes avec le Christ", Un Psaume Par Jour   Mer 14 Jan 2015 - 16:14




Père, libère-nous de l'orgueil

Psaume 94 (93)

Ant: Aux jours de malheur, ton amour, Seigneur, me soutient.

1
Mon Seigneur Dieu et Père,
je compte sur toi pour prendre ma revanche

sur les poussées d'orgueil qui m’assaillent
et qui corrompent surtout l'humanité entière.

Devrons-nous les endurer longtemps encore ?
Combien de temps vont durer leurs succès?

Elles se moquent de nos refus;
elles se présentent avec insolence à chaque jour.

Père, elles talonnent la vie de tes enfants;
elles font la honte des gens qui te cherchent.

À cause de l'orgueil sont massacrés les faibles;
il aime détruire les gens sans défense.

Il nous fait croire que tu ne vois rien,
que tu ne sais pas ce qui se passe !

Notre illusion devra bien éclater un jour;
notre aveuglement finira par se faire éblouir.

Celui qui a fait l'oreille, il doit pourtant entendre !
Il doit bien voir, celui qui a fait l'œil !

Il a fait l'humanité, il sait comment l'éduquer;
en lui donnant la capacité de connaître,
il savait que sa science serait pourtant limitée.

2
Il est privilégié, Père, celui que tu éclaires,
celui qui se laisse éduquer par tes pensées:

pour se reposer de ses luttes incessantes,
il pourra enterrer ses indomptables vanités.

Car le Père n'abandonne pas ses enfants;
il ne laisse pas tomber ce qu'il leur a promis:

ils arriveront à juger selon la réalité;
tous les gens sincères y parviendront.

Je ne pouvais compter sur mes forces
pour me protéger contre ces poussées d'orgueil;

si le Père ne venait pas à mon secours,
je gâcherais toute ma vie.

Parfois, dans ma lutte, je frôle l'échec,
mais le Père est présent au temps voulu;

quand je ne sais plus où donner de la tête,
je puis compter sur l'équilibre qu'il m'offre.

Le maître d'illusions veut me faire son complice
pour que je crée des problèmes à l'entourage;

il aime briser la paix du cœur
en accusant tout le monde, innocent ou coupable.

Mais le Père est devenu mon protecteur;
il est comme un rocher où je me retire
pendant qu'il remet la vérité en place

et qu'il anéantit nos fausses grandeurs,
lui, le Seigneur qui fabrique le monde.






Caché en Dieu-silence

Silence ! J’éteindrai la radio, fermerai le journal, l’ordinateur, et le reste, je veux fuir. Ni entendre, ni voir, tout ça est trop cruel. Je veux sortir d’ici, me retirer ailleurs. Je voudrais tellement voir sans m’écorcher les yeux. Entendre et écouter sans blesser mes oreilles. Ne pas devenir fou à fréquenter le monde. Ne pas perdre l’espoir à vivre l’injustice.

Ce silence c’est en Dieu que je le trouverai. Et c’est avec ses yeux que je regarderai. Blotti dans sa paix j’écouterai le monde, sa rumeur, ses cris. Me retirer en Dieu, caché dans son silence : voilà tout mon désir. Ce n’est pas m’absenter des hommes et de leurs luttes. Ce n’est pas déserter et renier mes frères. Jésus est-il plus loin, depuis qu’il est monté ? Son Esprit court encore, sur la terre des vivants et porte jusqu’au Père le grand remous du monde. Je veux joindre ma vie à ce mouvement divin : je veux prêter mon âme à la prière du Fils qui porté par l’Esprit remonte vers le Père. Je veux donner mon corps, ses yeux et ses oreilles, que mes sens aiguisés vibrent chacun plus fort, traversés par la plainte de l’univers entier. Je veux me fatiguer à être dans le monde, et porter dedans moi toute angoisse et toute peine pour les montrer à Dieu qui peut tout apaiser. Je serai son veilleur.

Silence ! Le bruit en moi s’achève. J’éteins toute violence, je mène un peu du monde jusque dans mon refuge. Silence ! Ma paix est contagieuse, lorsque Dieu me rejoint.




Frère Franck Dubois



_________________

Quand je dis Dieu c'est un poème, c'est une étoile dans ma vie, 
du feu qui coule dans mes veines, un grand soleil pour aujourd'hui !
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: "Prier les psaumes avec le Christ", Un Psaume Par Jour   

Revenir en haut Aller en bas
 
"Prier les psaumes avec le Christ", Un Psaume Par Jour
Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
À Toi NOTRE PÈRE par les Saints Cœurs de JÉSUS, MARIE et JOSEPH.. :: LA SAINTE BIBLE, LES SAINTES ECRITURES :: Le Psalmiste : Hymnes, Supplications et Actions de Grâce-
Sauter vers: