À Toi NOTRE PÈRE par les Saints Cœurs de JÉSUS, MARIE et JOSEPH..

Forum Catholique sous la protection de Saint Michel, faisant mémoire de Sylvie la fondatrice, Prières, Dévotions au Sacré Coeur, au Coeur Immaculé de Marie, au Coeur Chaste de Joseph et autres, Fidélité aux 3 Blancheurs et au Magistère de l'Eglise...
 
AccueilPortailS'enregistrerConnexion
Derniers sujets
» Angélus: trois attitudes pour préparer Noël
par Raphaël de l'Enfant Jésus Aujourd'hui à 20:02

» Chapelet du dimanche 17 décembre 2017 à Lourdes
par Raphaël de l'Enfant Jésus Aujourd'hui à 19:48

» Textes Liturgiques du Lundi 18 décembre 2017 : Férie de l'Avent : semaine avant Noël.
par Lumen Aujourd'hui à 19:02

» À Marie « Reine des Pyrénées »
par Raphaël de l'Enfant Jésus Aujourd'hui à 9:05

» Pensée du jour: Mon tout-petit, Ma toute-petite, c'est par un cri d'Amour du Père que tu as été créé/e...
par Raphaël de l'Enfant Jésus Aujourd'hui à 8:42

» La vieillesse, temps de vie, temps de Dieu
par Lumen Aujourd'hui à 0:52

» Neuvaine à Sainte Anne pour couples en espérance d'enfant
par Lumen Hier à 22:51

» ROSAIRE PERPÉTUEL
par Lumen Hier à 22:36

» Prions pour et avec les malades
par Lumen Hier à 22:31

» Par mes paroles et par mes actes
par Lumen Hier à 22:22

» Nous pouvons recommencer en tout temps notre rêve de relation filiale avec DIEU !
par Lumen Hier à 21:38

» Le Mois de Jésus naissant**
par Lumen Hier à 21:25

» LE COMPENDIUM Abrégé du Catéchisme de l’Église Catholique.
par Lumen Hier à 20:56

» Cours de cathéchisme pour adultes avec le Père Laguérie (en 32 leçons)
par Lumen Hier à 20:07

» La messe expliquée - Le rite pénitentiel 3/9
par Lumen Hier à 20:03

» La Liturgie pour les nuls
par Lumen Hier à 19:57

» Jeudis théologie : La Miséricorde comme arme contre le terrorisme ?
par Lumen Hier à 19:51

» Pour l'Avent: "Avec S. Augustin, désirer la venue du Seigneur"
par Lumen Hier à 19:44

» Avent dans la Ville 2017 : • Jésus, Lumière des nations •
par Lumen Hier à 19:32

» Donne-nous notre Pain de ce jour (Vie) : Parole de DIEU*
par Lumen Hier à 19:08

» Chapelet du samedi 16 décembre 2017 à Lourdes
par Raphaël de l'Enfant Jésus Hier à 18:51

» Pénitencerie apostolique : « La fête du pardon avec le pape François »
par Raphaël de l'Enfant Jésus Hier à 18:40

» Causes des saints : instruction sur l’authentification et la conservation des reliques
par Raphaël de l'Enfant Jésus Hier à 18:31

» Jeunes : le pape invite à regarder « ceux que personne ne voit jamais »
par Raphaël de l'Enfant Jésus Hier à 18:15

» Médias: le pape plaide pour une information fiable, avec des données et des faits vérifiés
par Raphaël de l'Enfant Jésus Hier à 18:02

» Textes Liturgiques du Dimanche 17 décembre 2017 : 3ème Semaine de l'Avent.
par Lumen Hier à 17:52

» Journée mondiale du malade 2018: « Voici ton fils »
par Raphaël de l'Enfant Jésus Hier à 17:47

» Noël : le pape encourage les artistes à semer la tendresse, la paix, l’accueil
par Raphaël de l'Enfant Jésus Hier à 9:50

» Prier le chapelet, est-ce facile ?
par Raphaël de l'Enfant Jésus Hier à 9:24

» Pensée du jour: Demeure malléable et dans l'action de grâce, tant dans les peines et les épreuves...
par Raphaël de l'Enfant Jésus Hier à 8:49

» Prions avec Luisa Piccarreta
par Lumen Ven 15 Déc 2017 - 23:57

» Mois de Notre Dame de la Salette
par Lumen Ven 15 Déc 2017 - 23:37

» Les deux Bougies
par Lumen Ven 15 Déc 2017 - 23:00

» Le temps de Dieu
par Lumen Ven 15 Déc 2017 - 22:30

» Continuer à porter un regard émerveillé sur Marie, l'Immaculée. Elle est si belle de Dieu !
par Lumen Ven 15 Déc 2017 - 22:11

» Chapelet du vendredi 15 décembre 2017 à Lourdes
par Raphaël de l'Enfant Jésus Ven 15 Déc 2017 - 20:19

» Textes Liturgiques du Samedi 16 décembre 2017 : 2ème Semaine de l'Avent.
par Lumen Ven 15 Déc 2017 - 17:58

» Notre Dame de Guadalupe: « le cantique d’Elisabeth, chant de la fécondité »
par Raphaël de l'Enfant Jésus Ven 15 Déc 2017 - 10:33

» Les ambassadeurs de sept pays reçus par le pape
par Raphaël de l'Enfant Jésus Ven 15 Déc 2017 - 10:06

» Sainte-Marthe : « Montre-moi tes plaies, je veux les guérir »
par Raphaël de l'Enfant Jésus Ven 15 Déc 2017 - 9:32

Qui est en ligne ?
Il y a en tout 26 utilisateurs en ligne :: 2 Enregistrés, 0 Invisible et 24 Invités :: 2 Moteurs de recherche

Lumen, Raphaël de l'Enfant Jésus

Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 264 le Jeu 27 Mar 2014 - 20:02

Partagez | 
 

 Le Chapelet récité avec vous ! par Gilbert Chevalier (aveugle)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
AuteurMessage
Gilbert Chevalier



Messages : 295
Date d'inscription : 29/06/2015

MessageSujet: Re: Le Chapelet récité avec vous ! par Gilbert Chevalier (aveugle)   Mar 7 Juil 2015 - 15:36

42 PAROLES DE SAINTS

1- « Un fidèle serviteur de la Mère de Dieu ne périra jamais. »

(Saint Bernard)

**************************************************************************************
2- « Il est moralement impossible qu’un serviteur de Marie se damne, pourvu qu’il la serve fidèlement et qu’il se recommande à elle. »

(Saint Alphonse de Liguori)

**************************************************************************************
3- « Regardez comme un signe très probable de votre salut si vous persévérez à invoquer Marie chaque jour. »

(Bienheureux Alain de la Roche)

**************************************************************************************
4- « Le péché mortel lui-même ne m’enlèverait pas ma confiance, non ! Ce n’est pas parce que j’ai été préservée du péché mortel que je m’élève à Dieu par la confiance et l’amour. Ah ! je le sens ! quand même j’aurais sur la conscience tous les crimes qui peuvent se commettre, je ne perdrais rien de ma confiance. »

(Sainte Thérèse de l’Enfant-Jésus)

**************************************************************************************
5- « On n’a jamais trop de confiance dans le bon Dieu si puissant et si miséricordieux. »

(Sainte Thérèse de l’Enfant-Jésus)

**************************************************************************************
6- « Mettez fin à la volonté de pécher, et je vous promets que vous trouverez Marie disposée, bien plus qu’aucune Mère selon la chair, à vous aider. »

(Saint Grégoire VII à la comtesse Mathilde)

**************************************************************************************
7- « Toute la perfection de l’amour envers Dieu consiste dans la résignation à sa sainte Volonté. »

(Saint Jean Chrysostome)

**************************************************************************************
8- « Notre Dieu aime par-dessus tout les âmes résignées. »

(Saint Alphonse de Liguori)

**************************************************************************************
9- « Pour être de vrais serviteurs de Marie, il faut le bon propos de changer de vie et de ne plus offenser Dieu. »

(Saint Alphonse de Liguori)

**************************************************************************************
10- « La Sainte Vierge a déclaré à sainte Brigitte qu’elle n’est la Mère que de ceux qui veulent se corriger ; elle n’est donc pas la mère des pécheurs obstinés. »

(Saint Alphonse de Liguori)

**************************************************************************************
11- « Comment pourrait-il jamais arriver qu’un serviteur de Marie vînt à se perdre ! »

(Saint Alphonse de Liguori)

**************************************************************************************
12- « Si quelqu’un se trouve dominé par quelque passion et n’est pas encore résolu à sortir du péché mais désire en être délivré, qu’il prie Marie de l’aider à rompre cette funeste chaîne et qu’il tâche au moins de commencer à résister et à éloigner l’occasion ; notre bonne Reine lui tendra la main et le consolera. »

(Saint Alphonse de Liguori)

**************************************************************************************
13- « Et ces Pontifes, qui osera dire qu’ils aient failli, même sur un point, à la mission qu’ils tenaient du Christ de confirmer leurs frères dans la foi ? »

(Benoît XV dans "Principi apostolorum" du 5 octobre 1920, parlant de tous les Papes)

**************************************************************************************
14- « Nous sommes forcés, dirent un jour les démons à saint Dominique par la voix d’un hérétique possédé, nous sommes forcés de déclarer qu’aucuns de ceux qui persévèrent dans la dévotion à Marie et au saint Rosaire ne vont en enfer, parce que la Sainte Vierge obtient aux pécheurs un véritable repentir avant leur mort. »

(Rapporté par saint Alphonse de Liguori)

**************************************************************************************
15- « Quiconque, dit la Sainte Vierge à saint Simon Stock le 16 juillet 1251, quiconque mourra revêtu de cet habit (le saint Scapulaire de Notre-Dame du Mont-Carmel), ne souffrira pas les flammes éternelles. »

**************************************************************************************
16- « J’ai décrété dans ma bonté, dit Dieu le Père à sainte Catherine de Sienne dans "Le Dialogue", que quiconque, juste ou pécheur, recourrait à Marie avec amour et respect, ne pourrait jamais être la victime et la proie du monstre infernal. »

**************************************************************************************
17- « Sans prier, il est impossible de se sauver. »

(Saint Alphonse de Liguori)

**************************************************************************************
18- « Il en est beaucoup qui servent mieux le bon Dieu sans avoir le recueillement qu’ils désirent que s’ils l’avaient en effet, car alors ils se conduisent avec plus de soin et d’humilité, tandis qu’autrement ils se laisseraient peut-être aller à la vanité et par suite à la tiédeur, persuadés qu’ils ont trouvé ce qu’ils cherchaient. »

(Saint Bonaventure)

**************************************************************************************
19- « Pour être sauvé, il suffit d’invoquer Marie. »

(Saint Alphonse de Liguori)

**************************************************************************************
20- « Ô Marie, si je mets ma confiance en vous, je serai sauvé. »

(Saint André de Crète)

**************************************************************************************
21- « Nous devons croire que la meilleure manière de mourir pour nous, c’est celle que Dieu aura déterminée. Et soyons également résignés quant à l’époque de notre mort, disant : “Seigneur, pourvu que vous nous sauviez, faites-nous mourir comme il vous plaît.” »

(Saint Alphonse de Liguori)

**************************************************************************************
22- « Celui qui ne demande pas ne reçoit pas. »

(Saint Alphonse de Liguori)

**************************************************************************************
23- « Je désire beaucoup de n’être pas privée des sacrements à ma dernière heure ; mais j’aime encore mieux ce que Dieu veut, car je suis persuadée que la meilleure disposition que l’on puisse avoir pour bien mourir, c’est de se soumettre à la Volonté de Dieu. Je souhaite donc tel genre de mort qu’il plaira au Seigneur de m’envoyer. »

(Sainte Gertrude)

**************************************************************************************
24- « Lorsqu’on se trouve dans une bonne disposition quoique médiocre, on doit désirer la mort pour sortir du péril que l’on court continuellement ici-bas de perdre la grâce de Dieu. »

(Bienheureux Jean d’Avila)

**************************************************************************************
25- « Si Dieu veut que vous terminiez votre vie à présent, malgré que vous n’ayez rien fait encore et rien acquis pour votre âme, que feriez-vous si vous pouviez la prolonger contre son gré ? Qui sait si plus tard vous auriez cette bonne mort que vous pouvez espérer maintenant ! Qui sait si, changeant de volonté, vous ne tomberiez pas dans d’autres péchés et si vous ne vous damneriez pas ! »

(Saint Alphonse de Liguori)

**************************************************************************************
26- « Ayez la ferme confiance que si vous persévérez jusqu’à la mort dans la vraie dévotion envers Marie, votre salut est assuré. »

(Saint Alphonse de Liguori)

**************************************************************************************
27- « Faites votre devoir et tout ira bien. »

(Saint Pie X)

**************************************************************************************
28- « C’est principalement quand une maladie est mortelle qu’il faut l’accepter en toute patience et se résigner même à la mort si la fin de notre vie est arrivée ; et qu’on ne dise pas qu’on ne se trouve pas préparé, car la résignation à la mort pour faire la Volonté de Dieu suffit seule pour assurer le salut éternel. »

(Saint Alphonse de Liguori)

**************************************************************************************
29- « Saint Michel interviendra dans la lutte personnelle de l’Église : c’est lui qui est le chef de cette Église si persécutée mais non bientôt anéantie comme le pense les méchants. C’est lui qui également est le protecteur spécial de la France et qui l’aidera à se replacer à son rang de Fille aînée de l’Église. Mais quand saint Michel interviendra-t-il ? Je ne le sais. Que la Sainte Vierge ne sois pas oubliée : la France est son royaume privilégié entre tous ; elle la sauvera. On fait bien de demander partout des Rosaires et des chapelets : c’est cette prière qui est la plus efficace dans les besoins présents. »

("Le manuscrit du Purgatoire" en 1880)

**************************************************************************************
30- « Tout ce que Dieu permet est pour notre salut ; combien sont aveugles ceux qui pensent le contraire. »

(Sainte Catherine de Sienne)

**************************************************************************************
31- « Ayez recours à Marie et certainement elle vous protègera. »

(Saint Alphonse de Liguori)

**************************************************************************************
32- « Récitant tous les jours un Rosaire, si vous êtes fidèles à le dire malgré la grandeur de vos péchés, dévotement jusqu’à la mort, croyez-moi, vous recevrez une couronne de gloire qui ne flétrira jamais. Quand vous seriez sur le bord de l’abîme, quand vous auriez déjà un pied dans l’enfer, quand vous auriez vendu votre âme au diable comme un magicien, quand vous seriez un hérétique endurci et obstiné comme un démon, vous vous convertirez tôt où tard et vous sauverez, pourvu que, je le répète, et remarquez les paroles et les termes de mon conseil, vous disiez tous les jours le Saint Rosaire, dévotement jusqu’à la mort, pour connaître la vérité et obtenir la contrition et le pardon de vos péchés. »

(Saint Louis-Marie Grignion de Montfort, "Le Secret admirable du Très Saint Rosaire")

**************************************************************************************
33- « Ce que demande Marie, c’est peu de chose : le plus petit hommage, pourvu qu’il soit persévérant. »

(Saint Jean Berchmans)

**************************************************************************************
34- « Si nous avons été fidèle à la moindre pratique de dévotion envers la Sainte Vierge, jamais elle ne permettra que nous mourions dans le péché. »

(Saint Jean-Marie Vianney)

**************************************************************************************
35- « En invoquant Marie, vous ne connaîtrez pas la désespérance. »

(Saint Bernard)

**************************************************************************************
36- « Adhérez à la Volonté de Dieu
Et tout n’en ira que mieux. »

(Mère Anne-Élisabeth, "Année Sainte de la Visitation")

**************************************************************************************
37- « Un Dieu à aimer,
Une âme à sauver,
Un Paradis à gagner. »

(Devise de Sœur Jeanne-Françoise Marcher, "Année Sainte de la Visitation")

**************************************************************************************
38- « Il ne faut que vouloir ce que Dieu veut pour n’avoir ni chagrin ni tristesse. »

(Mère Anne-Élisabeth Cousinot, "Année Sainte de la Visitation")


**************************************************************************************
39- « Se remettre entre les mains de Dieu, on n’est bien que là. »

(Mère Anne-Élisabeth Cousinot, "Année Sainte de la Visitation")

**************************************************************************************
40- « On ne peut faire de progrès dans la vertu que par les occasions ; il ne faut pas les négliger : c’est la pratique qui nous apprend tout ce que nous devons savoir. »

(Mère Anne-Élisabeth Cousinot, "Année Sainte de la Visitation")

**************************************************************************************
41- « La première chose qu’une âme doit faire en chaque action,
c’est de s’établir dans la paix. »

(Mère Anne-Élisabeth Cousinot, "Année Sainte de la Visitation")

**************************************************************************************
42- « La véritable conversion d’une âme consiste à suivre le mouvement de la grâce dans le moment présent, à regarder la Volonté de Dieu et à s’y conformer. »

(Mère Anne-Élisabeth Cousinot, "Année Sainte de la Visitation")

**************************************************************************************


Téléchargement PDF ici : http://www.sitew.com/fs/Root/cohsg-Recueil_de_paroles_de_Saints_1.pdf
Revenir en haut Aller en bas
Gilbert Chevalier



Messages : 295
Date d'inscription : 29/06/2015

MessageSujet: Re: Le Chapelet récité avec vous ! par Gilbert Chevalier (aveugle)   Mar 7 Juil 2015 - 18:10

LOURDES DANS LES TEMPS DE FOI
en 6 vidéos

LOURDES 1897 & 1923
Procession du Saint-Sacrement




Voici que les frères Lumière
En mille-huit-cents-quatre-vingt-dix-sept,
Ont fait éclore la lumière
De plus un mille-huit-cents-cinquante-sept.

Vingt-et-un mai mille-neuf-cents-vingt-trois,
Que voyons-nous ? Voyez là :
Lourdes au début du cinéma,
Mais ce n'est pas du cinéma !


LOURDES 1957 & 1958
Procession aux flambeaux




LOURDES 1969
Pèlerinage des malades de Suisse Romande
en deux parties


Mille-neuf-cents-cinquante-sept, la Basilique
Se construit dans le monde catholique :
C'est Saint-Pie-X, à Lourdes, s'il vous plaît !
Qui eût cru que cela se ferait ?

Une procession aux flambeaux
À Lourdes, que c'est beau
Pour marquer le centenaire
De Notre-Dame, en lumières !




C'est avec les malades
Que Jésus se plaît bien :
La procession des malades
À Lourdes le montre bien !

Sur l'esplanade du Rosaire,
Jésus bénit ses adorateurs
Qui viennent prier sa Sainte Mère
À Lourdes avec beaucoup de ferveur.


AVE MARIA DE LOURDES
les 60 couplets du Centenaire




INTÉGRALITÉ des PAROLES du Cantique de Procession de Lourdes, téléchargeable ici :
http://www.sitew.com/fs/Root/cmqk6-AVE_MARIA_DE_LOURDES_Le_Cantique_de_Procession.pdf
Revenir en haut Aller en bas
Gilbert Chevalier



Messages : 295
Date d'inscription : 29/06/2015

MessageSujet: Re: Le Chapelet récité avec vous ! par Gilbert Chevalier (aveugle)   Mer 8 Juil 2015 - 8:02

REVIENS ÂME CHÉRIE

Reviens, reviens âme chérie
À ton Dieu qui t'en supplie.
Tourne, tourne les yeux
Vers la belle Fleur du bon Dieu.
Jette-toi aux pieds de Marie,
Eusses-tu commis tous les crimes,
Eusses-tu mérité tous les abîmes,
Si tu viens à cette Mère chérie,
Elle pardonnera tes iniquités
Si tu veux bien te relever.
Alors n'hésite pas un instant,
Car c'est dans ce terrible temps
Qu'il faut recourir à elle surtout
Pour n'être pas mangés par les loups
Qui courent là, qui sont partout
Et qui nous cataloguent de fous.
Alors reviens, reviens âme chérie
Vers ta douce Mère Marie
Qui consolera ton pauvre cœur :
Vive Notre-Dame des cœurs !

Gilbert Chevalier
l'Aveugle-Vendéen

NOTRE-DAME DES CŒURS
(cantique de St Louis-Marie Grignion de Montfort)



Revenir en haut Aller en bas
Gilbert Chevalier



Messages : 295
Date d'inscription : 29/06/2015

MessageSujet: Re: Le Chapelet récité avec vous ! par Gilbert Chevalier (aveugle)   Mer 8 Juil 2015 - 18:24

NEUVAINE à NOTRE-DAME du MONT-CARMEL
(du 8 au 16 juillet)


Ô Bienheureuse Vierge Immaculée, beauté et gloire du Carmel,
vous qui regardez avec une bonté toute spéciale
ceux qui revêtent votre habit bien-aimé,
jetez aussi sur moi un regard propice
et couvrez-moi du manteau de votre maternelle protection.
Fortifiez ma faiblesse par votre puissance,
éclairez les ténèbres de mon esprit par votre sagesse,
augmentez en moi la foi, l’espérance et la charité.
Ornez mon âme de grâces et de vertus
qui la rendent chère à votre divin Fils et à vous.
Assistez-moi durant ma vie,
consolez-moi à la mort par votre présence,
et présentez-moi à l’auguste Trinité
comme votre enfant et votre dévot serviteur,
pour vous louer et vous bénir éternellement en Paradis.
Ainsi soit-il.

Trois Ave Maria et trois Gloria Patri.

(Consécration approuvée par Léon XIII)




PREMIER JOUR

Notre-Dame du Mont-Carmel
Conduisez-nous au Ciel,
Et que votre Scapulaire
Nous évite l'enfer.

DEUXIÈME JOUR

Que jamais nous ne nous séparions
Du Scapulaire du Carmel,
Mais que toujours nous le portions,
Et nous irons au Ciel.

TROISIÈME JOUR

Marie a promis à ceux
Qui porteraient son Scapulaire
Qu'ils n'iront point dans le feu
Brûler avec Lucifer.

QUATRIÈME JOUR

La promesse de notre bonne Mère
N'est pas une promesse vaine.
Portons donc toujours son Scapulaire
Et nous n'irons point dans la géhenne.

CINQUIÈME JOUR

Incroyants, je vous le dis, portez
De Marie les saintes Livrées,
Et un jour vous vous convertirez :
Essayez pour voir et vous verrez.

SIXIÈME JOUR

À vous aussi, apostats, je dis :
Portez la Livrée de Marie,
Et certainement vous reviendrez
Dans l’Église que vous avez quittée.

SEPTIÈME JOUR

Et vous, hérétiques endurcis,
Si vous revêtez le saint Habit,
Un jour viendra où vous abjurerez
Les erreurs que vous avez embrassées.

HUITIÈME JOUR

Si les schismatiques se revêtent
De ce Scapulaire qui reflète
La grande miséricorde de Notre-Dame,
Ils reviendront de leur schisme infâme.

NEUVIÈME JOUR

Si les excommuniés veulent revenir
En la communion de la sainte Église,
Qu'ils daignent donc revêtir
Sans attendre, cette sainte Chemise.

CONCLUSION

Revêts-toi du saint Scapulaire :
Garde-le jusqu'à la mort
Et tu n'iras pas en enfer
Mais tu arriveras au Port.

Gilbert Chevalier
l'Aveugle-Vendéen


LE SERVITEUR FIDÈLE
(cantique de St Louis-Marie Grignion de Montfort)




Vous pouvez vous procurer des Scapulaires ici :
http://www.traditions-monastiques.com/fr/piete-objets-scapulaire-chapelet/11-scapulaire-mont-carmel-etoffe-scp2301.html
Revenir en haut Aller en bas
Gilbert Chevalier



Messages : 295
Date d'inscription : 29/06/2015

MessageSujet: Re: Le Chapelet récité avec vous ! par Gilbert Chevalier (aveugle)   Jeu 9 Juil 2015 - 10:24

LE PURGATOIRE DE LA TERRE

Il arrive souvent que l'enfer
Ne se trouve pas toujours en enfer.
Que ceux qui veulent bien comprendre
Comprennent ce que je veux rendre.
Je veux le dire en cet endroit
Qu'au ciel encore nous ne sommes pas
Mais dans le purgatoire
De cette vie dérisoire.
Oh ! oui, je le clame bien haut,
Pour dire les choses comme il faut,
La terre est vraiment un purgatoire,
Ou bien un ciel ou un enfer,
Mais toujours un lieu transitoire :
Pour qui vit mal, c'est un enfer
Avant l'enfer proprement dit.
Pour qui vit bien, sans contredit,
C'est un ciel avant le Ciel.
Mais pour la plupart des mortels
C'est un purgatoire anticipé
Et qui peut nous faire éviter
Le véritable, celui-là,
Si nous n'y mettons obstacle.
Mais notre véritable habitacle,
Je le souhaite et pour vous et pour moi,
C'est le Ciel, assurément.
Je vous salue bien cordialement !

Gilbert Chevalier
l'Aveugle-Vendéen
Revenir en haut Aller en bas
Gilbert Chevalier



Messages : 295
Date d'inscription : 29/06/2015

MessageSujet: Re: Le Chapelet récité avec vous ! par Gilbert Chevalier (aveugle)   Jeu 9 Juil 2015 - 17:27

MORTALIUM ANIMOS

LETTRE ENCYCLIQUE
DE SA SAINTETÉ LE PAPE PIE XI
SUR L'UNITÉ DE LA VÉRITABLE ÉGLISE.


Aux Patriarches, Primats, Archevêques, et autres ordinaires des lieux en paix et communion avec le Siège Apostolique
Vénérables Frères, Salut et Bénédiction Apostolique

Jamais peut-être dans le passé, les esprits des hommes n'ont été saisis aussi fort que nous le voyons de nos jours, du désir de renforcer et d'étendre pour le bien commun de la société humaine, les relations fraternelles qui nous lient à cause de notre communauté d'origine et de nature.

Les peuples, en effet, ne jouissent pas encore pleinement des bienfaits de la paix; et même, çà et là, de vieilles et de nouvelles discordes provoquent l'éruption de séditions et de guerres civiles. Par ailleurs, la plupart, assurément, des controverses qui touchent à la tranquillité et à la prospérité des peuples ne peuvent d'aucune manière recevoir de solution sans l'action concertée et les efforts des chefs des États et de ceux qui en gèrent et poursuivent les intérêts. On comprend donc aisément, et cela d'autant mieux que plus personne ne refuse d'admettre l'unité du genre humain, pourquoi la plupart des hommes désirent voir, au nom de cette fraternité universelle, les divers peuples s'unir entre eux par des liens chaque jour plus étroits.

C'est un résultat semblable que d'aucuns s'efforcent d'obtenir dans les choses qui regardent l'ordre de la Loi nouvelle, apportée par le Christ Notre Seigneur. Convaincus qu'il est très rare de rencontrer des hommes dépourvus de tout sens religieux, on les voit nourrir l'espoir qu'il serait possible d'amener sans difficulté les peuples, malgré leurs divergences, religieuses, à une entente fraternelle sur la profession de certaines doctrines considérées comme un fondement commun de vie spirituelle. C'est pourquoi, ils se mettent à tenir des congrès, des réunions, des conférences, fréquentés par un nombre appréciable d'auditeurs, et, à leurs discussions, ils invitent tous les hommes indistinctement, les infidèles de tout genre comme les fidèles du Christ, et même ceux qui, par malheur, se sont séparés du Christ ou qui, avec âpreté et obstination, nient la divinité de sa nature et de sa mission.

De telles entreprises ne peuvent, en aucune manière, être approuvées par les catholiques, puisqu'elles s'appuient sur la théorie erronée que les religions sont toutes plus ou moins bonnes et louables, en ce sens que toutes également, bien que de manières différentes, manifestent et signifient le sentiment naturel et inné qui nous porte vers Dieu et nous pousse à reconnaître avec respect sa puissance. En vérité, les partisans de cette théorie s'égarent en pleine erreur, mais de plus, en pervertissant la notion de la vraie religion ils la répudient, et ils versent par étapes dans le naturalisme et l'athéisme. La conclusion est claire: se solidariser des partisans et des propagateurs de pareilles doctrines, c'est s'éloigner complètement de la religion divinement révélée.

Il est vrai, quand il s'agit de favoriser l'unité entre tous les chrétiens, certains esprits sont trop facilement séduits par une apparence de bien. N'est-il pas juste, répète-t-on, n'est-ce pas même un devoir pour tous ceux qui invoquent le nom du Christ, de s'abstenir d'accusations réciproques et de s'unir enfin un jour par les liens de la charité des uns envers les autres ? Qui donc oserait affirmer qu'il aime le Christ s'il ne cherche de toutes ses forces à réaliser le vœu du Christ lui-même demandant à son Père que ses disciples soient "un" (Joan. XVII, 21) ? Et de plus le Christ n'a-t-il pas voulu que ses disciples fussent marqués et distingués des autres hommes par ce signe qu'ils s'aimeraient entre eux: " C'est à ce signe que tous connaîtront que vous êtes mes disciples : si vous avez de l'amour les uns pour les autres " (Joan. XIII, 35) ?

Plaise à Dieu, ajoute-t-on, que tous les chrétiens soient "un" ! Car par l'unité, ils seraient beaucoup plus forts pour repousser la peste de l'impiété qui, s'infiltrant et se répandant chaque jour davantage, s'apprête à ruiner l’Évangile.

Tels sont, parmi d'autres du même genre, les arguments que répandent et développent ceux qu'on appelle panchrétiens. Et il s'en faut que ces panchrétiens soient peu nombreux et disséminés; ils se sont, au contraire, multipliés en organisations complètes et ils ont fondé des associations largement répandues, que dirigent, le plus souvent, des non catholiques, quelles que soient leurs divergences en matières de foi. Leur entreprise est, d'ailleurs, poursuivie si activement qu'elle obtient en beaucoup d'endroits l'accueil de personnes de tout ordre et qu'elle séduit même de nombreux catholiques par l'espoir de former une union conforme, apparemment, aux vœux de notre Mère la Sainte Église, laquelle, certes, n'a rien plus à cœur que de rappeler et de ramener à son giron ses enfants égarés.

Mais en fait, sous les séductions et le charme de ces discours, se cache une erreur assurément fort grave, qui disloque de fond en comble les fondements de la foi catholique.

Avertis par la conscience de notre charge apostolique de ne pas laisser circonvenir par des erreurs pernicieuses le troupeau du Seigneur, nous faisons appel, vénérables frères, à votre zèle pour prendre garde à un tel malheur. Nous avons, en effet, la confiance que, par l'écrit et par la parole, chacun de vous pourra plus facilement atteindre son peuple et lui faire comprendre les principes et les raisons que nous allons exposer et que les catholiques pourront y trouver une règle de pensée et de conduite pour les entreprises visant à réunir, de quelque manière que ce soit, en un seul corps, tous ceux qui se réclament du nom chrétien.

Dieu, Auteur de toutes choses, nous a créés pour le connaître et le servir; étant notre Créateur, il a donc un droit absolu à notre sujétion. Certes, Dieu aurait pu n'imposer à l'homme, comme règle, que la loi naturelle qu'il a, en le créant, gravée dans son cœur, et dans la suite en diriger les développements par sa providence ordinaire; mais en fait il préféra promulguer des préceptes à observer, et, au cours des âges, c'est-à-dire depuis les débuts de l'humanité jusqu'à la venue du Christ Jésus et sa prédication, il enseigna lui-même aux hommes les obligations dues à lui, Créateur, par tout être doué de raison : " Dieu, qui, à diverses reprises et en plusieurs manières, parla jadis à nos pères par les prophètes, nous a, une dernière fois, parlé en ces jours-ci par son Fils " (Hebr. I, 1-2).

Il en résulte qu'il ne peut y avoir de vraie religion en dehors de celle qui s'appuie sur la parole de Dieu révélée: cette révélation, commencée à l'origine et continuée sous la Loi Ancienne, le Christ Jésus lui-même l'a parachevée sous la Loi Nouvelle. Mais, si Dieu a parlé - et l'histoire porte témoignage qu'il a de fait parlé -, il n'est personne qui ne voie que le devoir de l'homme, c'est de croire sans réserve à Dieu qui parle et d'obéir totalement à Dieu qui commande.

Pour que nous remplissions convenablement ce double devoir en vue de la gloire de Dieu et de notre salut, le Fils unique de Dieu a établi sur terre son Église. Or, ceux qui se déclarent chrétiens ne peuvent pas, pensons-nous, refuser de croire que le Christ a fondé une Église, et une Église unique; mais si, en outre, on leur demande de quelle nature doit être, suivant la volonté de son Fondateur, cette Église, alors tous ne s'entendent plus. Par exemple, un bon nombre d'entre eux nient que l’Église doive être visible et décelable extérieurement, en ce sens, du moins, qu'elle doive se présenter comme un seul corps de fidèles unanimes à professer une seule et même doctrine sous un seul magistère et un seul gouvernement; pour eux, au contraire, l’Église visible n'est rien d'autre qu'une fédération réalisée entre les diverses communautés de chrétiens malgré leurs adhésions à des doctrines différentes et même contradictoires.

Or, en vérité, son Église, le Christ Notre Seigneur l'a établie en société parfaite, extérieure par nature et perceptible aux sens, avec la mission de continuer dans l'avenir l’œuvre de salut du genre humain, sous la conduite d'un seul chef (Matth. XVI, 18; Luc. XXII, 32; Joan. XXI, 15-17), par l'enseignement de vive voix (Marc. XVI, 15) et par l'administration des sacrements, sources de la grâce céleste (Joan. III, 5; VI, 48-59; XX, 22; cf. Matth. XVIII, 18; etc.); c'est pourquoi, dans les paraboles, il l'a déclarée semblable à un royaume (Matth. XIII), à une maison (cf. Matth. XVI, 18), à un bercail (Joan. X, 16) et à un troupeau (Joan. XXI, 15-17). Sans aucun doute, cette Église, si admirablement établie, ne pouvait finir ni s'éteindre à la mort de son Fondateur et des Apôtres qui furent les premiers chargés de la propager, car elle avait reçu l'ordre de conduire, sans distinction de temps et de lieux, tous les hommes au salut éternel: " Allez donc et enseignez toutes les nations " (Matth. XXVIII, 19). Dans l'accomplissement ininterrompu de cette mission, l’Église pourra-t-elle manquer de force et d'efficacité, quand le Christ lui-même lui prête son assistance continuelle: " Voici que je suis avec vous, tous les jours, jusqu'à la consommation des siècles " (Matth. XXVIII, 20) ?

Il est, par conséquent, impossible, non seulement que l’Église ne subsiste aujourd'hui et toujours, mais aussi qu'elle ne subsiste pas absolument la même qu'aux temps apostoliques; - à moins que nous ne voulions dire - à Dieu ne plaise ! - ou bien que le Christ Notre Seigneur a failli à son dessein ou bien qu'il s'est trompé quand il affirma que les portes de l'enfer ne prévaudraient jamais contre elle (Matth. XVI, 18).

C'est ici l'occasion d'exposer et de réfuter la fausse théorie dont visiblement dépend toute cette question et d'où partent les multiples activités concertées des non-catholiques en vue de confédérer, comme nous l'avons dit, les églises chrétiennes.

Les auteurs de ce projet ont pris l'habitude d'alléguer, presque à l'infini, les paroles du Christ : " Qu'ils soient un... Il n'y aura qu'un bercail et qu'un pasteur " (Joan. XVII, 21; X, 15), mais en voulant que, par ces mots, soient signifiés un vœu et une prière du Christ Jésus qui, jusqu'à ce jour, auraient été privés de résultat. Ils soutiennent, en effet, que l'unité de foi et de gouvernement, caractéristique de la véritable et unique Église du Christ, n'a presque jamais existé jusqu'à présent et n'existe pas aujourd'hui; que cette unité peut, certes, être souhaitée et qu'elle sera peut-être un jour établie par une entente commune des volontés, mais qu'il faut entre-temps la tenir pour une sorte de rêve. Ils ajoutent que l’Église, en elle-même, de sa nature, est divisée en parties, c'est-à-dire constituée de très nombreuses églises ou communautés particulières, encore séparées, qui, malgré quelques principes communs de doctrine, diffèrent pour tout le reste; que chaque église jouit de droits parfaitement identiques; que l’Église ne fut une et unique que tout au plus depuis l'âge apostolique jusqu'aux premiers conciles œcuméniques.

Il faut donc, disent-ils, négliger et écarter les controverses même les plus anciennes et les divergences de doctrine qui déchirent encore aujourd'hui le nom chrétien, et, au moyen des autres vérités doctrinales, constituer et proposer une certaine règle de foi commune: dans la profession de cette foi, tous sentiront qu'ils sont frères plus qu'ils ne le sauront; seulement, une fois réunies en une fédération universelle, les multiples églises ou communautés pourront s'opposer avec force et succès aux progrès de l'impiété.

C'est là, vénérables frères, leur opinion commune. Il en est, toutefois, qui affirment et concèdent que le protestantisme a rejeté trop inconsidérément certains dogmes de foi et plusieurs pratiques du culte extérieur, agréables et utiles sans aucun doute, que l’Église Romaine, au contraire, conserve encore. Ils se hâtent, d'ailleurs, d'ajouter que cette Église Romaine, elle aussi, s'est égarée, qu'elle a corrompu la religion primitive en lui ajoutant certaines doctrines moins étrangères que contraires à l’Évangile et en obligeant à y croire; parmi ces doctrines, ils citent en premier lieu celle de la primauté de juridiction attribuée à Pierre et à ses successeurs sur le siège romain. Dans ce nombre, il en est, assez peu, il est vrai, qui concèdent au Pontife romain soit une primauté honorifique, soit une certaine juridiction ou pouvoir, qui, estiment-ils toutefois, découle non du droit divin mais, d'une certaine façon, du consentement des fidèles; d'autres vont jusqu'à désirer que leurs fameux congrès, qu'on pourrait qualifier de bariolés, soient présidés par le Pontife lui-même. Pourtant, si on peut trouver des non-catholiques, d'ailleurs nombreux, qui prêchent à pleine voix une communion fraternelle dans le Christ Jésus, on n'en trouverait pas à qui vienne la pensée de se soumettre et d'obéir au Vicaire de Jésus-Christ quand il enseigne et quand il commande. Entre-temps, ils affirment qu'ils traiteront volontiers avec l’Église Romaine, mais à droits égaux, c'est-à-dire en égaux avec un égal; mais s'ils pouvaient traiter, il ne semble pas douteux qu'ils le feraient avec la pensée de ne pas être tenus, par le pacte éventuellement conclu, à renoncer aux opinions en raison desquelles, encore maintenant, ils restent dans leurs errements et dans leurs erreurs hors de l'unique bercail du Christ.

Dans ces conditions, il va de soi que le Siège Apostolique ne peut, d'aucune manière, participer à leurs congrès et que, d'aucune manière, les catholiques ne peuvent apporter leurs suffrages à de telles entreprises ou y collaborer; s'ils le faisaient, ils accorderaient une autorité à une fausse religion chrétienne, entièrement étrangère à l'unique Église du Christ.

Pouvons-nous souffrir - ce serait le comble de l'iniquité - que soit mise en accommodements la vérité, et la vérité divinement révélée? Car, en la circonstance, il s'agit de respecter la vérité révélée. Puisque c'est pour instruire de la foi évangélique tous les peuples que le Christ Jésus envoya ses Apôtres dans le monde entier et que, pour les garder de toute erreur, il voulut qu'ils fussent auparavant instruits de toute vérité par l'Esprit-Saint (Joan. XVI, 13), est-il vrai que, dans l’Église que Dieu lui-même assiste comme chef et gardien, cette doctrine des Apôtres a complètement disparu ou a été jamais falsifiée? Si notre Rédempteur a déclaré explicitement que son Évangile est destiné non seulement aux temps apostoliques, mais aussi aux âges futurs, l'objet de la foi a-t-il pu, avec le temps, devenir si obscur et si incertain qu'il faille aujourd'hui tolérer même les opinions contradictoires?

Si cela était vrai, il faudrait également dire que tant la descente du Saint-Esprit sur les Apôtres que la présence perpétuelle de ce même Esprit dans l’Église et la prédication elle-même de Jésus-Christ ont perdu, depuis plusieurs siècles, toute leur efficacité et tout leur utilité: affirmation évidemment blasphématoire.

De plus, quand le Fils unique de Dieu a commandé à ses envoyés d'enseigner toutes les nations, il a en même temps imposé à tous les hommes le devoir d'ajouter foi à ce qui leur serait annoncé par les " témoins préordonnés par Dieu " (Act. X, 41), et il a sanctionné cet ordre par ces mots : " Celui qui croira et sera baptisé sera sauvé ; mais celui qui ne croira pas sera condamné " (Marc. XVI, 16). Or, l'un et l'autre de ces deux commandements, qui ne peuvent pas ne pas être observés, celui d'enseigner et celui de croire pour obtenir la vie éternelle, ces deux commandements ne peuvent même pas se comprendre si l’Église n'expose pas intégralement et visiblement la doctrine évangélique et si, dans cet exposé, elle n'est à l'abri de tout danger d'erreur. Aussi, ils s'égarent également, ceux qui pensent que le dépôt de la vérité existe quelque part sur terre, mais que sa recherche exige de si durs labeurs, des études et des discussions si prolongées que, pour le découvrir et entrer en sa possession, à peine la vie de l'homme y suffirait; comme si le Dieu très bon avait parlé par les prophètes et par son Fils unique à cette fin que seulement un petit nombre d'hommes enfin mûris par l'âge pût apprendre les vérités révélées par eux, et nullement pour donner une doctrine de foi et de morale qui dirigerait l'homme pendant tout le cours de sa vie mortelle.

Il est vrai, ces panchrétiens qui cherchent à fédérer les églises, semblent poursuivre le très noble dessein de promouvoir la charité entre tous les chrétiens; mais comment la charité pourrait-elle tourner au détriment de la foi? Personne sans doute n'ignore que saint Jean lui-même, l'Apôtre de la charité, que l'on a vu dans son Évangile, dévoiler les secrets du Cœur Sacré de Jésus et qui ne cessait d'inculquer dans l'esprit de ses fidèles le précepte nouveau: " Aimez-vous les uns les autres ", interdisait de façon absolue tout rapport avec ceux qui ne professaient pas la doctrine du Christ, entière et pure: " Si quelqu'un vient à vous et n'apporte pas cette doctrine, ne le recevez pas dans votre maison et ne le saluez même pas " (Joan. II, 10). C'est pourquoi, puisque la charité a pour fondement une foi intègre et sincère, c'est l'unité de foi qui doit être le lien principal unissant les disciples du Christ.

Comment, dès lors, concevoir la légitimité d'une sorte de pacte chrétien, dont les adhérents, même dans les questions de foi, garderaient chacun leur manière particulière de penser et de juger, alors même qu'elle serait en contradiction avec celles des autres? Et par quelle formule, Nous le demandons, pourraient-ils constituer une seule et même société de fidèles, des hommes qui divergent en opinions contradictoires? Par exemple, au sujet de la sainte Tradition, ceux qui affirment qu'elle est une source authentique de la Révélation et ceux qui le nient? De même, pour la hiérarchie ecclésiastique, composée d'évêques, de prêtres et de ministres, ceux qui pensent qu'elle est d'institution divine et ceux qui déclarent qu'elle a été introduite peu à peu selon les temps et les circonstances? Également au sujet de la très sainte Eucharistie, ceux qui adorent le Christ véritablement présent en elle grâce à cette merveilleuse transformation du pain et du vin appelée transsubstantiation, et ceux qui affirment que le corps du Christ ne s'y trouve présent que par la foi ou par un signe et la vertu du Sacrement; ceux qui reconnaissent à la même Eucharistie à la fois la nature de sacrifice et celle de sacrement, et ceux qui n'y voient rien d'autre que le souvenir et la commémoraison de la Cène du Seigneur? Et aussi, quant aux Saints régnant avec le Christ et spécialement Marie Mère de Dieu, ceux qui croient qu'il est bon et utile de les invoquer par des supplications et de vénérer leurs images, et ceux qui prétendent que ce culte ne peut être rendu, parce qu'opposé à l'honneur de Jésus-Christ " seul médiateur entre Dieu et les hommes " (I Tim. II, 5)?

En vérité, nous ne savons pas comment, à travers une si grande divergence d'opinions, la voie vers l'unité de l’Église pourrait être ouverte, quand cette unité ne peut naître que d'un magistère unique, d'une règle unique de foi et d'une même croyance des chrétiens. En revanche, nous savons très bien que, par là, une étape est facilement franchie vers la négligence de la religion ou indifférentisme et vers ce qu'on nomme le modernisme, dont les malheureuses victimes soutiennent que la vérité des dogmes n'est pas absolue, mais relative, c'est-à-dire qu'elle s'adapte aux besoins changeants des époques et des lieux et aux diverses tendances des esprits, puisqu'elle n'est pas contenue dans une révélation immuable, mais qu'elle est de nature à s'accommoder à la vie des hommes.

De plus, quant aux vérités à croire, il est absolument illicite d'user de la distinction qu'il leur plaît d'introduire dans les dogmes de foi, entre ceux qui seraient fondamentaux et ceux qui seraient non fondamentaux, comme si les premiers devaient être reçus par tous tandis que les seconds pourraient être laissés comme matières libres à l'assentiment des fidèles: la vertu surnaturelle de foi a en effet, pour objet formel l'autorité de Dieu révélant, autorité qui ne souffre aucune distinction de ce genre. C'est pourquoi tous les vrais disciples du Christ accordent au dogme de l'Immaculée Conception de la Mère de Dieu la même foi que, par exemple, au mystère de l'Auguste Trinité, et de même ils ne croient pas à l'Incarnation de Notre Seigneur autrement qu'au magistère infaillible du Pontife Romain dans le sens, bien entendu, qu'il a été défini par le Concile œcuménique du Vatican. Car, de la diversité et même du caractère récent des époques où, par un décret solennel, l’Église a sanctionné et défini ces vérités, il ne s'ensuit pas qu'elles n'ont pas la même certitude, qu'elles ne sont pas avec la même force imposées à notre foi: n'est-ce pas Dieu qui les a toutes révélées?

En effet, le magistère de l’Église - lequel, suivant le plan divin, a été établi ici-bas pour que les vérités révélées subsistent perpétuellement intactes et qu'elles soient transmises facilement et sûrement à la connaissance des hommes - s'exerce chaque jour par le Pontife Romain et par les évêques en communion avec lui; mais en outre, toutes les fois qu'il s'impose de résister plus efficacement aux erreurs et aux attaques des hérétiques ou d'imprimer dans l'esprit des fidèles des vérités expliquées avec plus de clarté et de précision, ce magistère comporte le devoir de procéder opportunément à des définitions en formes et termes solennels.

Certes, cet usage extraordinaire du magistère n'introduit aucune nouveauté à la somme des vérités qui sont contenues, au moins implicitement, dans le dépôt de la Révélation confié par Dieu à l’Église; mais ou bien il rend manifeste ce qui jusque là pouvait peut-être paraître obscur à plusieurs, ou bien il prescrit de regarder comme de foi ce que, auparavant, certains mettaient en discussion.

On comprend donc, Vénérables Frères, pourquoi ce Siège Apostolique n'a jamais autorisé ses fidèles à prendre part aux congrès des non-catholiques: il n'est pas permis, en effet, de procurer la réunion des chrétiens autrement qu'en poussant au retour des dissidents à la seule véritable Église du Christ, puisqu'ils ont eu jadis le malheur de s'en séparer.

Le retour à l'unique véritable Église, disons-Nous, bien visible à tous les regards, et qui, par la volonté de son Fondateur, doit rester perpétuellement telle qu'il l'a instituée lui-même pour le salut de tous. Car jamais au cours des siècles, l’Épouse mystique du Christ n'a été souillée, et elle ne pourra jamais l'être, au témoignage de saint Cyprien: " L’Épouse du Christ ne peut commettre un adultère: elle est intacte et pure. Elle ne connaît qu'une seule demeure; par sa chaste pudeur, elle garde l'inviolabilité d'un seul foyer " (De cath. Ecclesiae unitate, VI). Et le saint martyr s'étonnait vivement, et à bon droit, qu'on pût croire " que cette unité provenant de la stabilité divine, consolidée par les sacrements célestes, pouvait être déchirée dans l'Église et brisée par le heurt des volontés discordantes " (ibid.). Le corps mystique du Christ, c'est-à-dire l’Église, étant un (I Cor., XII, 12), formé de parties liées et coordonnées (Eph. IV, 16) à l'instar d'un corps physique, il est absurde et ridicule de dire qu'il peut se composer de membres épars et disjoints; par suite, quiconque ne lui est pas uni n'est pas un de ses membres et n'est pas attaché à sa tête qui est le Christ (Eph.V, 30; 1,22).

Or, dans cette unique Église du Christ, personne ne se trouve, personne ne demeure, si, par son obéissance, il ne reconnaît et n'accepte l'autorité et le pouvoir de Pierre et de ses légitimes successeurs. N'ont-ils pas obéi à l’Évêque de Rome, Pasteur suprême des âmes, les ancêtres de ceux qui, aujourd'hui, sont enfoncés dans les erreurs de Photius et des novateurs? Des fils ont, hélas ! déserté la maison paternelle, laquelle ne s'est point pour cela effondrée et n'a pas péri, soutenue qu'elle était par l'assistance perpétuelle de Dieu. Qu'ils reviennent donc au Père commun, qui oubliera les insultes proférées jadis contre le Siège Apostolique et les recevra avec la plus grande affection. Si, comme ils le répètent, ils désirent se joindre à nous et aux nôtres, pourquoi ne se hâteraient-ils pas d'aller vers l’Église, " mère et maîtresse de tous les fidèles du Christ " (Conc. Latran IV, c. 5).

Qu'ils écoutent Lactance s'écriant: " Seule... l’Église catholique est celle qui garde le vrai culte. Elle est la source de vérité, la demeure de la foi, le temple de Dieu; qui n'y entre pas ou qui en sort, se prive de tout espoir de vie et de salut. Que personne ne se flatte d'une lutte obstinée. Car c'est une question de vie et de salut; si l'on n'y veille avec précaution et diligence, c'est la perte et la mort " (Divin. Instit., IV. 30, 11-12).

Que les fils dissidents reviennent donc au Siège Apostolique, établi en cette ville que les princes des Apôtres, Pierre et Paul, ont consacrée de leur sang, au Siège " racine et mère de l’Église catholique " (S. Cypr., Ep. 48 ad Cornelium, 3).

Qu'ils y reviennent, non certes avec l'idée et l'espoir que " l’Église du Dieu vivant, colonne et fondement de la vérité " (I Tim. II, 15) renoncera à l'intégrité de la foi et tolérera leurs erreurs, mais, au contraire, pour se confier à son magistère et à son gouvernement. Plaise à Dieu que cet heureux événement, que tant de nos prédécesseurs n'ont pas connu, Nous ayons le bonheur de le voir, que nous puissions embrasser avec un cœur de père les fils dont nous déplorons la funeste séparation; plaise à Dieu notre Sauveur, " qui veut que tous les hommes soient sauvés et parviennent à la connaissance de la vérité " (I Tim. II,4), d'entendre Notre ardente supplication pour qu'il daigne appeler tous les égarés à l'unité de l’Église. En cette affaire certainement très importante, Nous faisons appel et Nous voulons que l'on recoure à l'intercession de la Bienheureuse Vierge Marie, Mère de la divine grâce, victorieuse de toutes les hérésies et Secours des chrétiens, afin qu'elle Nous obtienne au plus tôt la venue de ce jour tant désiré où tous les hommes écouteront la voix de son divin Fils " en gardant l'unité de l'Esprit dans le lien de la paix " (Eph. IV, 3).

Vous comprenez, Vénérables Frères, combien nous souhaitons cette union. Nous désirons que Nos fils le sachent aussi, non seulement ceux qui appartiennent à l'univers catholique, mais aussi tous ceux qui sont séparés de nous. Si, par une humble prière, ces derniers implorent les lumières célestes, il n'est pas douteux qu'ils ne reconnaissent la seule vraie Église de Jésus-Christ et qu'ils n'y entrent enfin, unis à Nous par une charité parfaite. Dans cette attente, comme gage des bienfaits divins et en témoignage de Notre bienveillance paternelle, Nous vous accordons de tout cœur, Vénérables Frères, ainsi qu'à votre clergé et à votre peuple, la bénédiction apostolique.

Donné à Rome, près Saint-Pierre, le 6 janvier, en la fête de l’Épiphanie de Notre-Seigneur Jésus-Christ, l'an 1928, le sixième de Notre Pontificat.


© Copyright - Libreria Editrice Vaticana


Revenir en haut Aller en bas
Gilbert Chevalier



Messages : 295
Date d'inscription : 29/06/2015

MessageSujet: Re: Le Chapelet récité avec vous ! par Gilbert Chevalier (aveugle)   Ven 10 Juil 2015 - 10:24

LA POÉSIE

La poésie est toujours bienvenue,
Car elle permet de dire bien des choses
Qui sans elle serait peu connues
Quand on les exprime en prose ;
Elle apprend à dompter sa langue
Afin de ne blesser personne ;
Elle exclut toute harangue :
Bref, la poésie est bonne.
Les contributions qui me sont personnelles,
Sont faites dans un but bien spécifique,
Savoir de redire à mes frères mortels
La bonne et saine doctrine catholique
Que l'on ne connaît plus aujourd'hui
Du fait, hélas, des malheurs du temps,
Et qu'il faut connaître pour être sauvé,
Sans quoi l'on est exposé
À se perdre éternellement.

Gilbert Chevalier
l'Aveugle-Vendéen
Revenir en haut Aller en bas
Gilbert Chevalier



Messages : 295
Date d'inscription : 29/06/2015

MessageSujet: Re: Le Chapelet récité avec vous ! par Gilbert Chevalier (aveugle)   Ven 10 Juil 2015 - 11:48



LA PUISSANCE DU SAINT ROSAIRE

« Récitant tous les jours un Rosaire,
si vous êtes fidèles à le dire malgré la grandeur de vos péchés,
dévotement jusqu'à la mort,
croyez-moi, vous recevrez une couronne de gloire qui ne flétrira jamais.
Quand vous seriez sur le bord de l'abîme,
quand vous auriez déjà un pied dans l'enfer,
quand vous auriez vendu votre âme au diable comme un magicien,
quand vous seriez un hérétique endurci et obstiné comme un démon,
vous vous convertirez tôt où tard et vous sauverez,
pourvu que, je le répète, et remarquez les paroles et les termes de mon conseil,
VOUS DISIEZ TOUS LES JOURS LE SAINT ROSAIRE,
DÉVOTEMENT JUSQU’À LA MORT,
POUR CONNAÎTRE LA VÉRITÉ
ET OBTENIR LA CONTRITION ET LE PARDON DE VOS PÉCHÉS. »


(Saint Louis-Marie Grignion de Montfort, "Le Secret admirable du Très Saint Rosaire")

Revenir en haut Aller en bas
Gilbert Chevalier



Messages : 295
Date d'inscription : 29/06/2015

MessageSujet: Re: Le Chapelet récité avec vous ! par Gilbert Chevalier (aveugle)   Ven 10 Juil 2015 - 20:16

LA SALUTAIRE PROMESSE
ATTACHÉE AU PORT DU SCAPULAIRE
DE NOTRE-DAME DU MONT-CARMEL




Le 16 juillet 1251, la très sainte Vierge apparut à St Simon Stock,
tenant en ses mains le Scapulaire de l’Ordre du Carmel, et lui dit :
« Reçois, mon cher fils, ce Scapulaire de ton Ordre,
comme le signe distinctif de ma Confrérie,
et la marque du privilège que j’ai obtenu pour toi et les enfants du Carmel :
CELUI QUI MOURRA REVÊTU DE CET HABIT SERA PRÉSERVÉ DES FEUX ÉTERNELS ;
c’est un signe de salut, une sauvegarde dans les périls,
et le gage d’une paix et d’une protection spéciale jusqu’à la fin des siècles. »


« Le sens de la promesse de Marie est donc que cette Mère de miséricorde obtiendra aux confrères et consœurs mourants la grâce de n’être pas surpris de la mort en état de péché mortel, fallût-il, en bien des occasions, par une protection miraculeuse, écarter de funestes accidents pour les préserver de la mort, ou prolonger la vie aux malades, et leur ménager un moment favorable de conversion et de salut. Voilà le sens naturel et seul légitime de la promesse de Marie. »

(R.P. Brocard de Sainte Thérèse, 1846)


« Si vous voulez mourir dans votre péché, vous y mourrez, chrétiens auditeurs ;
Dieu même ne peut forcer une volonté déterminée à se perdre.
Oui, vous mourrez dans l’impénitence, mais vous ne mourrez point sous le Scapulaire. »

(Bienheureux Claude de la Colombière, sermon du 16 juillet 1675 à Lyon)


« Des Papes et des cardinaux, des empereurs et des rois et d’innombrables fidèles se sont fait, depuis six siècles, un honneur de porter cette livrée de Marie pour s’assurer la protection spéciale de la Très Sainte Vierge durant leur vie et à l’heure de la mort et pour participer aux pieuses faveurs spirituelles que le vicaire de Jésus-Christ a accordées aux membres de la confrérie du Carmel. On peut dire que, de même que le signe de la Croix est la marque caractéristique du chrétien, le Scapulaire est la marque distinctive des enfants et des dévots serviteurs de Marie. »

(Manuel des indulgences, 1897)






Neuvaine à Notre-Dame du Mont-Carmel ici :
http://forumdeprieres.forumsactifs.com/t14747p15-le-chapelet-recite-avec-vous-par-gilbert-chevalier-aveugle

Vous pouvez vous procurer des Scapulaires ici :

http://www.traditions-monastiques.com/fr/piete-objets-scapulaire-chapelet/11-scapulaire-mont-carmel-etoffe-scp2301.html
Revenir en haut Aller en bas
Gilbert Chevalier



Messages : 295
Date d'inscription : 29/06/2015

MessageSujet: Re: Le Chapelet récité avec vous ! par Gilbert Chevalier (aveugle)   Sam 11 Juil 2015 - 10:11

QUI FAUT-IL ÉCOUTER ?

Comment faut-il se positionner
Par rapport aux fins dernières ?
Mes chers amis, il nous faut écouter
Ce que dit l'Église et le Saint-Père
Car c'est de là que vient la vérité
Sur toutes choses, croyons-le bien.
Et qui s'écarte de ce point
Tombe dans l'obscurité.
Car de l'Église ne peut venir
Aucune erreur ; et s'il s'en trouve,
Cette seule chose prouve
Que des astres sont tombés
Par permission, pour nous punir
De toutes nos iniquités.
Et que sont ces astres morts ?
Sont-ils encore de notre bord ?
Réfléchissons un peu, voulez-vous,
Et pensons à ce que peut être un loup :
Il n'est point de la bergerie
Car il mange les agneaux :
Il mérite l'éternelle infamie.
Ne soyons donc pas de ce lot.
Le mépris de la saine doctrine, voyez-vous,
Conduit effectivement chez ces loups.
Quant à l'ignorance qui est excusable,
Il n'y a que l'invincible en l'occurrence ;
Quant à la crasse, elle est damnable
Car elle est une grave offense
À notre Dieu qui est toujours prêt
À éclairer ceux qui en ont le souhait,
Mais qui punit fort sévèrement
Ceux qui restent dans l'endurcissement
Et qui ne font rien pour se repentir,
Ce qui, il faut bien le dire,
Est le grand mal de ce temps-ci
Où l'on préfère de beaucoup être occi
Plutôt que de revenir à résipiscence,
Et là, Dieu brille par son absence
Jusqu'au jour où il vient inopinément
Se venger de ces cœurs très méchants
Qui l'oublient volontairement
Pour pouvoir pécher plus aisément.
Il y a bien des sortes d'ignorance
Comme l'enseigne la théologie,
Mais toutes n'ont pas la même importance ;
C'est pourquoi je me suis limité
À ce qu'il y a de plus caractérisé.
Mais pour aller dans la vraie Vie
Il n'est pas besoin de savoir
Plus qu'il ne faut, plus qu'il ne vaut ;
Le principal est de vouloir
Ce que veut notre Dieu Très-Haut.

Gilbert Chevalier
l'Aveugle-Vendéen
Revenir en haut Aller en bas
Gilbert Chevalier



Messages : 295
Date d'inscription : 29/06/2015

MessageSujet: Re: Le Chapelet récité avec vous ! par Gilbert Chevalier (aveugle)   Sam 11 Juil 2015 - 21:17

PRIÈRE DE LA MÉDAILLE DE SAINT BENOÎT



Que la sainte Croix soit ma lumière !
Que le Dragon ne soit point mon guide !
Retire-toi, Satan : (ter)
Ne me conseille jamais tes vanités !

Que la sainte Croix soit ma lumière !
Que le Dragon ne soit point mon guide !
Retire-toi, Satan ! (ter)
Les breuvages que tu offres, c’est le mal :
Bois toi-même tes poisons.

Saint Benoît, priez pour nous. (ter)


Description et explication de la Médaille de St Benoît ici :
http://www.traditions-monastiques.com/fr/medailles-saint-benoit-croix/98-medaille-saint-benoit-med3401.html




SAINT BENOÎT

De saint Benoît, écoutez
La parole de vérité.
- Ô mon ordre, vous reviendrez
Plus qu'aux jours d'antiquité :
Bientôt vous refleurirez
Après le temps calamiteux
Et vous redeviendrez
Mon saint ordre glorieux.
Les jours que vous vivez aujourd'hui
Passeront vite, je vous le dis,
Et quand ils seront passés,
Les uns aux autres vous direz :
« Que nous est-il donc arrivé
Dans nos temps de calamité ?
Il nous semble qu'en un jour,
Et même moins qu'en un jour,
Tout ce que nous vivons est passé,
Que le mauvais temps a trépassé. »
La chose est bien véridique,
Car la sainte Église catholique
Est indéfectible, et vous aussi
Verrez le beau temps que je prédis.
- Merci, saint Benoît, vous nous rassurez,
Et dorénavant nous le savons :
Sous votre houlette nous arriverons
Au saint temps que vous nous prédisez.


Gilbert Chevalier
l'Aveugle-Vendéen
Revenir en haut Aller en bas
Gilbert Chevalier



Messages : 295
Date d'inscription : 29/06/2015

MessageSujet: Re: Le Chapelet récité avec vous ! par Gilbert Chevalier (aveugle)   Dim 12 Juil 2015 - 7:54

LUCIFER

Vrai de vrai, il y a un saint Lucifer
De Cagliari, si je ne me trompe.
Quant à l'autre, le bout de ferraille,
Laissons-le dans son radiateur
Avec Tubal-Caïn, son très cher
Et tous les damnés de l'horrible pompe
Qui hurlent dans le fond des entrailles
De la terre, leur éternel malheur.
Surtout, point de réhabilitation
Pour un tel monstre, animateur des loges
Où il se fait voir avec sa toge
Ou autrement, peu importe, non ?
Car ce monsieur apparaît visiblement
Dans ces antres ténébreuses
Dans le plus simple appareil souvent
À une gente de plus en plus nombreuse.
Ce sont là les profondeurs de Satan
Comme nous l'explique très bien saint Jean.
N'ayons donc pas de scrupule
Pour appeler un chat, un chat.
Lucifer n'est pas Hercule,
Mais le diable et Satan et voilà.
Lucifer est son nom,
Et il le gardera
Pour sa plus grande confusion :
Rien à ajouter à cela.

Gilbert Chevalier
l'Aveugle-Vendéen
Revenir en haut Aller en bas
Gilbert Chevalier



Messages : 295
Date d'inscription : 29/06/2015

MessageSujet: Re: Le Chapelet récité avec vous ! par Gilbert Chevalier (aveugle)   Dim 12 Juil 2015 - 21:12

LITANIES DE NOTRE-DAME DU MONT-CARMEL



Seigneur, ayez pitié de nous.
Jésus-Christ, ayez pitié de nous.
Seigneur, ayez pitié de nous.

Jésus, écoutez-nous.
Jésus, exaucez-nous.

Père céleste, qui êtes Dieu, ayez pitié de nous.
Dieu le Fils, Rédempteur du monde, ayez pitié de nous.
Esprit-Saint, qui êtes Dieu, ayez pitié de nous.
Trinité sainte, qui êtes un seul Dieu, ayez pitié de nous.

Sainte Marie, priez pour nous, pécheurs.
Notre-Dame du Mont-Carmel,
Notre-Dame du Mont-Carmel, Reine du Ciel,
Notre-Dame du Mont-Carmel, victorieuse de Satan,
Notre-Dame du Mont-Carmel, fille très obéissante,
Notre-Dame du Mont-Carmel, vierge très pure,
Notre-Dame du Mont-Carmel, épouse très dévouée,
Notre-Dame du Mont-Carmel, Mère très tendre,
Notre-Dame du Mont-Carmel, parfait modèle de vertu,
Notre-Dame du Mont-Carmel, ancre sûre d’espérance,
Notre-Dame du Mont-Carmel, refuge dans l’affliction,
Notre-Dame du Mont-Carmel, dispensatrice des dons de Dieu,
Notre-Dame du Mont-Carmel, tour forte contre nos ennemis,
Notre-Dame du Mont-Carmel, notre aide dans le danger,
Notre-Dame du Mont-Carmel, chemin menant à Jésus,
Notre-Dame du Mont-Carmel, notre lumière dans les ténèbres,
Notre-Dame du Mont-Carmel, notre consolation à l’heure de la mort,
Notre-Dame du Mont-Carmel, Avocate des pécheurs les plus abandonnés,

Pour ceux qui sont endurcis dans le vice, nous venons à vous avec confiance, ô Notre-Dame du Mont-Carmel.
Pour ceux qui offensent votre divin Fils, nous venons à vous avec confiance, ô Notre-Dame du Mont-Carmel.
Pour ceux qui négligent de prier, nous venons à vous avec confiance, ô Notre-Dame du Mont-Carmel.
Pour ceux qui sont à l’agonie, nous venons à vous avec confiance, ô Notre-Dame du Mont-Carmel.
Pour ceux qui diffèrent leur conversion, nous venons à vous avec confiance, ô Notre-Dame du Mont-Carmel.
Pour ceux qui souffrent en Purgatoire, nous venons à vous avec confiance, ô Notre-Dame du Mont-Carmel.
Pour ceux qui ne vous connaissent pas, nous venons à vous avec confiance, ô Notre-Dame du Mont-Carmel.

Agneau de Dieu, qui effacez les péchés du monde, pardonnez-nous, Seigneur.
Agneau de Dieu, qui effacez les péchés du monde, exaucez-nous, Seigneur.
Agneau de Dieu, qui effacez les péchés du monde, ayez pitié de nous, Seigneur.

Jésus-Christ, écoutez-nous.
Jésus-Christ, exaucez-nous.

V. Notre-Dame du Mont-Carmel, espérance des désespérés,
R. Intercédez pour nous auprès de votre divin Fils.

Oraison

Notre-Dame du Mont-Carmel, glorieuse Reine des anges,
canal de la plus tendre miséricorde de Dieu envers les hommes,
refuge et avocate des pécheurs,
je me prosterne devant vous avec confiance,
vous suppliant de m’obtenir qu’à la mort je sois revêtu de votre saint habit.
En retour je vous promets solennellement d’avoir recours à vous
dans toutes mes épreuves, mes souffrances, mes tentations
et je ferai tout en mon pouvoir pour engager les autres à vous aimer,
à vous vénérer et à vous invoquer dans tous leurs besoins.
Je vous remercie pour les grâces sans nombre
que j’ai reçues de votre miséricorde et par votre puissante intercession.
Continuez d’être ma défense dans le danger, mon guide
pendant la vie et ma consolation à l’heure de la mort. Amen.



Revenir en haut Aller en bas
Gilbert Chevalier



Messages : 295
Date d'inscription : 29/06/2015

MessageSujet: Re: Le Chapelet récité avec vous ! par Gilbert Chevalier (aveugle)   Lun 13 Juil 2015 - 7:54

LE ROI DE TYR

La complainte sur le roi de Tyr
Est d'une magnificence extraordinaire ;
Elle décrit le passé et le devenir
Du serviteur du porte-lumière,
Celui-là même qui se nomme Lucifer,
Et voilà pour ce qui est du passé,
Et quant à l'avenir, l'homme de fer,
Le fils de perdition, l'homme de péché,
Serviteur de celui qui a été réprouvé
Dès les temps antiques, avant les géants,
Et qui lui-même est déjà damné
Quoiqu'il fût encore dans le néant.
Voilà ce mystère de l'aquilon,
Qui mordit la femme à son talon
Mais dont la tête sera écrasée
Par la Sainte Vierge Immaculée.
Quant à son serviteur l'Antéchrist,
Il fut réprouvé avant d'être né :
Se faisant passer pour le Christ,
Au fond de l'enfer il sera jeté.
L'Écriture est toujours véridique,
Quoiqu'on ne la comprenne pas toujours ;
Mais qu'importe, quand on est catholique,
On ne se trompe pas en suivant l’Église
D'où nous vient la lumière et le jour,
À moins que comme l'Intrus on la brise :
Dans ce cas-là, point de rémission,
C'est une assurée damnation
Pour cet homme damné, six cents soixante-six,
Ou pour être plus exact, six-six-six
Et pour tous ceux qui le suivent, nombreux
À cause de ses sophismes riants
Qui les conduiront tous dans le feu
À moins qu'ils s'en séparent promptement.
Voilà l'histoire mystérieuse
De cet ange damné du matin
Que le saint Curé appelait le grappin
Et de cet homme, son serviteur
Qu'on appelle l'Exterminateur
Qui ravit de ce temps la terre entière
Mais qui finira dans l'eau bourbeuse
Après son grand règne éphémère
Dont l'Apostasie est le commencement
Pour finir dans d'éternels tourments.

Gilbert Chevalier
l'Aveugle-Vendéen
Revenir en haut Aller en bas
Gilbert Chevalier



Messages : 295
Date d'inscription : 29/06/2015

MessageSujet: Re: Le Chapelet récité avec vous ! par Gilbert Chevalier (aveugle)   Lun 13 Juil 2015 - 20:27

« À LA FIN, MON CŒUR-IMMACULÉ TRIOMPHERA. »
(Notre-Dame de Fatima, le 13 juillet 1917)




AVE MARIA DE FATIMA
(instrumental pour 18 couplets, suivi de la version chantée)




« Priez le Rosaire,
Portez votre croix,
Afin que la terre
Revienne à la foi. »

1- Devant votre image,
Nous sommes venus :
Vous, la Vierge sage,
Donnez-nous Jésus !

R./ Ave, ave, ave Maria !
Ave, ave, ave Maria !


2- Pour nos fils et filles,
Nous sommes venus :
Gardez nos familles,
Mère de Jésus !

3- Pour notre patrie,
Nous sommes venus :
Ô douce Marie,
Donnez-lui Jésus !

4- Pour la paix du monde,
Nous sommes venus :
Ô Vierge féconde,
Donne-lui Jésus !

5- Pour la sainte Église,
Nous sommes venus :
En croix elle est mise,
Montrez-lui Jésus !

6- Enfin, pour nous-mêmes,
Nous sommes venus :
Ô Vierge que j’aime,
Donnez-moi Jésus !

7- Je crois en ma Mère :
La paix fleurira
Lorsque notre terre
À Dieu reviendra !

8- Joyeuse lumière
Brillant dans la nuit,
Notre cœur espère :
En vous il se fie.

9- Mère de la grâce,
Salut des pécheurs,
Effacez les traces
De tant de noirceurs.

10- Vous êtes la route
Vers ce qui est beau :
Écartez le doute,
L’effroi du tombeau.

11- Céleste refuge
Des jours de douleur,
À l’heure où Dieu juge,
Rendez-nous vainqueurs.

12- Étoile brillante,
Menez-nous enfin
Vers l’aube éclatante
Du beau jour sans fin.

13- Comme Suzeraine
Soyez bienvenue :
Soyez notre Reine,
Mère de Jésus.

14- « Priez le Rosaire,
Portez votre croix,
Afin que la terre
Revienne à la foi. »

15- Que par notre Reine,
Le Seigneur son Fils
Règne en nos domaines
Comme au Paradis.

Téléchargement PDF ici : http://www.sitew.com/fs/Root/cslkw-AVE_MARIA_DE_FATIMA.pdf


Revenir en haut Aller en bas
Gilbert Chevalier



Messages : 295
Date d'inscription : 29/06/2015

MessageSujet: Re: Le Chapelet récité avec vous ! par Gilbert Chevalier (aveugle)   Mar 14 Juil 2015 - 7:55

À LA MORT

À la mort, pas de pancarte,
Ni de plusieurs chemins à la carte !
Non, non, chacun portera son fardeau !
Je ne porterai pas celui d'un autre sur mon dos,
Ni lui d'ailleurs ne portera le mien,
Mais chacun, chacun portera le sien.
Soyons bien certains de cette vérité :
Le catéchisme ne nous l'a-t-il pas enseignée ?
J'espère pour moi, et pour chacun de vous
Que nous nous retrouverons tous là-haut
Heureux, avec les Saints et le Très-Haut
Et notre Sainte Vierge. Bonne vie à tous !

Gilbert Chevalier
l'Aveugle-Vendéen
Revenir en haut Aller en bas
Gilbert Chevalier



Messages : 295
Date d'inscription : 29/06/2015

MessageSujet: Re: Le Chapelet récité avec vous ! par Gilbert Chevalier (aveugle)   Mar 14 Juil 2015 - 16:14

14 juillet 2015

Allons, enfants de la patrie,
Le jour de gloire est arrivé.
- Oui, voici que la fille aînée
De l’Église sera rétablie http://gloria.tv/album/dC2XRJ6oKPi/media/NLwFzz56hRf

Gilbert Chevalier
l'Aveuge-Vendéen
Revenir en haut Aller en bas
Gilbert Chevalier



Messages : 295
Date d'inscription : 29/06/2015

MessageSujet: Re: Le Chapelet récité avec vous ! par Gilbert Chevalier (aveugle)   Mar 14 Juil 2015 - 18:25

LA FRANCE REPENTANTE AUX PIEDS DU SACRÉ-CŒUR



PITIÉ, MON DIEU !





VŒU NATIONAL
AU SACRÉ-CŒUR DE JÉSUS
Cantique du pèlerinage de Paray-le-Monial (juin 1873)


1- Pitié, mon Dieu ! c’est pour notre patrie
Que nous prions au pied de cet autel.
Les bras liés et la face meurtrie,
Elle a porté ses regards vers le ciel.

R./ Dieu de clémence,
Ô Dieu vainqueur !
Sauvez Rome et la France,
Par votre Sacré-Cœur !
(bis)

2- Pitié, mon Dieu ! sur un nouveau Calvaire,
Gémit le Chef de votre Église en pleurs :
Glorifiez le Successeur de Pierre
Par un triomphe égal à ses douleurs.

3- Pitié, mon Dieu ! la Vierge immaculée
N’a pas en vain fait entendre sa voix :
Sur notre terre ingrate et désolée
Les fleurs du Ciel croîtront comme autrefois.

4- Pitié, mon Dieu ! pour tant d’hommes fragiles,
Vous outrageant, sans savoir ce qu’ils font :
Faites renaître, en traits indélébiles,
Le sceau du Christ, imprimé sur leur front !

5- Pitié, mon Dieu ! votre Cœur adorable
À nos soupirs ne sera pas fermé :
Il nous convie au mystère ineffable
Qui ravissait l’Apôtre bien-aimé.

6- Pitié, mon Dieu ! que la source de vie
Auprès de nous ne coule pas en vain !
Mais qu’en ces lieux Marguerite-Marie
Nous associe à son tourment divin !

7- Pitié, mon Dieu ! Quand, à votre servante
De votre Cœur vous dévoiliez l’amour,
Vous avez vu la France pénitente
À ce trésor venant puiser un jour.

8- Pitié, mon Dieu ! trop faibles sont nos âmes
Pour désarmer votre juste courroux :
Embrasez-les de généreuses flammes
Et rendez-les moins indignes de vous !

9- Pitié, mon Dieu ! Si votre main châtie
Un peuple ingrat qui semble la braver,
Elle commande à la mort, à la vie :
Par un miracle elle peut nous sauver.

10- Pitié, mon Dieu ! Que votre règne arrive !
Que votre nom soit partout respecté :
Que sur la terre à vos lois attentive
Tout obéisse à votre volonté !

Revenir en haut Aller en bas
Gilbert Chevalier



Messages : 295
Date d'inscription : 29/06/2015

MessageSujet: Re: Le Chapelet récité avec vous ! par Gilbert Chevalier (aveugle)   Mer 15 Juil 2015 - 8:07

PENSÉES INSONDABLES

Des milliards et des milliards d'âmes en enfer,
Voilà la vérité, chers amis, croyez-moi !
Des milliards et milliards d'anges avec Lucifer,
Anges rebelles, bien sûr, cela va de soi !
Mais aussi, des milliards et des milliards de saints,
Cela, chères amies, est aussi bien certain,
Avec des milliards et des milliards de bons anges !
Que l'esprit humain est étroit : c'est étrange !
Voulons-nous mettre une barrière à la puissance divine ?
Ô homme, ver de terre, éloigne-toi !
Mais, bons chrétiens qui savez la saine doctrine,
Sûr, nous serons sauvés en disant « Ave Maria ! »
La miséricorde de Dieu est infinie
Comme sont infinis tous ses attributs ;
Nous sommes tous bien d'accord là-dessus,
Et nous ne pouvons mettre aucune borne
À cette Majesté qui n'est ternie
Par aucune de nos petites pensées.
Mais attention, qui le suborne
Verra sa colère se déclencher.
La colère de Dieu est incommensurable,
Et sa miséricorde est infiniment ineffable.
Sa colère n'a rien à voir avec notre colère :
La sienne est terrible, la nôtre est poussière.
Sa miséricorde n'a rien à voir avec nos miséricordiettes :
La sienne est incompréhensible, les nôtres de misérables bêtes.
Mais au ciel, justice et paix s'embrassent
Car les attributs de Dieu jamais ne passent.
Nous discourons beaucoup sur la miséricorde,
Nous qui ne faisons jamais miséricorde !
Il n'y a qu'à voir les conversations
Qui souvent ici-même se font !
Que vous soyez ou non d'accord, ô mortels,
Le courroux de Dieu pour les damnés est éternel.
Sa colère envers nous est plutôt une médecine
Pour nous faire revenir à résipiscence,
Et que nous pratiquions la pénitence,
Car Dieu vers la miséricorde toujours s'incline.
Comme nous l'enseignent tous les saints,
La véritable nature de notre bon Dieu,
C'est l’amour ; c'est pourquoi il nous veut heureux,
Et c'est nous qui le forçons pour ainsi dire
À se servir de sa terrible ire !
Alors vraiment, ne nous en plaignons point.
Ô terrible réalité
Des tourments des pauvres damnés,
Tourments, qui ne sont pas des images,
Que nous ne pouvons pas imaginer
Tant ils sont grands et multipliés !
À l'inverse ce ne sont pas des images
Les joies ineffables du Paradis,
Mais des réalités bien réelles,
Mais non des réalités charnelles :
Bref, cela ne peut être dit.
Que nous soyons sur la même longueur d'onde
Ou non, peu importe, sans contredit.
Quand Dieu est en colère, il inonde
Tout, de son feu et de sa pluie ;
Sodome et Gomorrhe en firent les frais,
Et que d'autres exemples qui nous effraient !
La colère a plusieurs acceptions :
Il y a le péché capital de colère,
Mais aussi, sachons-le la sainte colère,
Tel le zèle d’Élie pour les bons.
Mais je ne suis pas théologien,
Et je n'ai aucune mission ;
C'est pourquoi je n'ose aller plus loin
Dans toute mon explication.

l'Aveugle-Vendéen
(19/09/2013)
Revenir en haut Aller en bas
Gilbert Chevalier



Messages : 295
Date d'inscription : 29/06/2015

MessageSujet: Re: Le Chapelet récité avec vous ! par Gilbert Chevalier (aveugle)   Mer 15 Juil 2015 - 21:00

La MARSEILLAISE des VENDÉENS
(par l’Abbé Lusson)



Une des figures les plus originales du martyrologe Vendéen est assurément celle de l’Abbé René-Charles LUSSON, vicaire de Saint Georges de Montaigu au moment de la Révolution, fusillé à Noirmoutier le 03 janvier 1794, en vertu de la Commission Militaire.

Lorsque les Prêtres Vendéens en 1792 durent choisir entre la persécution et l’exil, l’Abbé LUSSON n’hésita pas un seul instant. Il ne voulut pas abandonner ses paroissiens. Il refusa d’accompagner en Espagne son curé, l’Abbé FOUASSON, et demeura à son poste, bien décider à affronter la haine des persécuteurs. Le jeune prêtre qui connaissait bien son Bocage semblait avoir deviné que l’heure de la lutte était proche.

À partir du mois de mars 1792, date à laquelle un arrêté avait été pris contre lui, et jusqu’à l’époque du soulèvement un an après, il se tint caché dans les environs de Saint Georges de Montaigu pour échapper aux recherches des agents de l’autorité. Lorsque l’insurrection éclata dans le district de Montaigu, et que les paysans, poussés à bout et enfin révoltés, se décidèrent à recourir aux armes, le vicaire de Saint Georges de Montaigu, s’empressa, comme l’Abbé BARBOTIN en Anjou et comme tant d’autres ailleurs de se mettre à la disposition des insurgés et il devint le Prêtre courageux et intrépide.

L’Abbé LUSSON était en même temps poète à ses heures, et il avait trouvé original de composer sur l’air de la fameuse Marseillaise une poésie dont voici les paroles mâtinées de Patois Vendéen :


1- Allons, armées Catholique
Le jour de Gloire est arrivé !
Contre nous de la République
L’étendard sanglant est levé. (bis)
Ontendez-vous dans tchiés campagne
Les cris impurs daux scélérats,
Le venant duchque dans vos bras
Prendre vos feilles et vos femmes.

R./ Aux armes Poitevins, formez vos bataillons !
Marchons, marchons !
Le sang daux Bleux rougira nos seillons.


2- Quoé ! daux infâmes hérétiques
Ferlant la loé dans nos foyers ?
Quoé ! daux muscadins de boutiques
Nous écraseriant sô lûs pieds ? (bis)
Et le Rodrigue abominable
Infâme suppôt dau démaon
S’installerait en la mésaon
De noutre Jésus adorable ?

3- Tremblez pervers, et vous timides
La bourrée daux deux partis,
Tremblez, vous intrigues perdides
Vant enfin recevoir lû prix ! (bis)
Ttot est levé pre ve cambattre :
De Saint Jean de Monts à Beaupréau,
D’Angers à la ville d’Airvault,
Nous gâsne vélant que se battre !

4- Chrétiens, vrais fails de l’Église,
Séparez de vous ennemis !
La faiblesse à la paour soumise
Que voirez en pays conquis (bis)
Mais tchiès citoyens sanguinaires
Mais les adhérents de Camus
Tchiès prêtres jureux et intrus
Cause de totes nos misères.

5- Ô Saint Vierge Marie !
Condis, soutins nous bras vengeurs
Contre ine séquelle ennemie :
Combats avec tes zélateurs ! (bis)
À nous étondards la victoëre
Est premise de tchiau moument
Que le régicide expirant
Voie taon triomphe et noutre gloëre !

Cette Marseillaise Vendéenne connut tout de suite un grand succès parmi les insurgés, et elle contribua même à la victoire des Vendéens du 19 mars 1793 contre l’Armée Républicaine commandé par le Général MARCÉ.

L’Abbé LUSSON continua à exercer bravement son ministère d’aumônier tout au long de l’année 1793. Il se trouvait à Noirmoutier en compagnie de D’ELBÉE lors de la prise de l’île par les Bleus. C’était une victime de choix toute désignée à la fureur de la commission militaire, et les balles des séides du représentant TURREAU en firent un martyr, le 3 janvier 1794.
Revenir en haut Aller en bas
Gilbert Chevalier



Messages : 295
Date d'inscription : 29/06/2015

MessageSujet: Re: Le Chapelet récité avec vous ! par Gilbert Chevalier (aveugle)   Jeu 16 Juil 2015 - 7:56

AU PARADIS

Oui il est sûr qu'au Paradis
L'on se comprendra mieux qu'ici
Puisque la langue sera la même.
Mais au ciel surtout on s'aime,
C'est pourquoi l'on parle tous pareil,
Et pas besoin d'appareil
Pour communiquer entre nous
Puisqu'on se comprendra tous.

Gilbert Chevalier
l'Aveugle-Vendéen
Revenir en haut Aller en bas
Gilbert Chevalier



Messages : 295
Date d'inscription : 29/06/2015

MessageSujet: Re: Le Chapelet récité avec vous ! par Gilbert Chevalier (aveugle)   Jeu 16 Juil 2015 - 17:33

La MARSEILLAISE des VENDÉENS
(paroles de l’Abbé Lusson)




Intégralité des paroles dans deux posts plus hauts et ici :
http://gloria.tv/album/45bkrwm8m56/media/yMcWp6YV3eH
Revenir en haut Aller en bas
Gilbert Chevalier



Messages : 295
Date d'inscription : 29/06/2015

MessageSujet: Re: Le Chapelet récité avec vous ! par Gilbert Chevalier (aveugle)   Jeu 16 Juil 2015 - 18:22

16 juillet :
FÊTE de NOTRE-DAME du MONT-CARMEL




Retrouvez l'explication de La salutaire promesse attachée au port du Scapulaire de Notre-Dame du Mont-Carmel,
dans un post plus haut ou ici :
http://gloria.tv/album/45bkrwm8m56/media/Gqtfo7KLG1n

« Combien d’âmes ont dû, même en des circonstances humainement désespérées,
leur suprême conservation et leur salut éternel au Scapulaire dont ils étaient revêtus.
Qui le porte fait profession d’appartenir à Notre-Dame. »
(Pie XII, allocution du 11 octobre 1950)

« Tous considèrent cet habit (du Scapulaire)
comme le témoignage de cette consécration au très saint Cœur de la Vierge Immaculée,
que nous recommandions récemment encore. »
(Pie XII, lettre du 11 février 1950)


PRÉCIEUX SCAPULAIRE
(cantique)




1- Combien de fois, dans la bataille,
Sur la poitrine du guerrier,
Ce saint habit, de la mitraille
Repoussa le plomb meurtrier !

R./ Précieux Scapulaire,
Gage de mon bonheur,
Saint habit de ma Mère,
Repose sur mon cœur !


2- Combien de fois, quand la tourmente
Épouvantait les matelots,
Plongé dans la mer écumante,
Ce saint habit calma les flots !

3- Combien de fois, quand l’incendie
Se répandait comme un torrent,
On vit cette étoffe bénie
Éteindre le brasier ardent !

4- Saint habit, l’univers publie
Et ta puissance et tes bienfaits !
Dans tous les malheurs de la vie,
Sois mon ferme espoir à jamais !

5- Les jours de l’homme, sur la terre,
Sont aussi des jours de combats :
Sois mon bouclier dans la guerre,
Et je ne succomberai pas !

6- Quand du monde la vague impure
Partout me présente la mort,
Mère, ton habit me rassure,
Ta main me guide vers le port.

7- Quand les passions dans nos âmes
Allument leur brûlante ardeur,
Le Scapulaire éteint ces flammes
Et porte la paix dans le cœur.

8- Surtout à mon heure dernière,
Je veux te presser sur mon cœur :
Qui meurt avec toi, Scapulaire,
Échappe à l’éternel malheur !

Téléchargement PDF ici :

http://www.sitew.com/fs/Root/cuax1-Precieux_Scapulaire_de_Notre_Dame_du_Mont_Carmel_.pdf




De Marie, voulez-vous revêtir
Les incomparables Livrées ?
Voici donc, pour vous faire plaisir
Où vous pourrez les trouver :

http://www.traditions-monastiques.com/fr/piete-objets-scapulaire-chapelet/11-scapulaire-mont-carmel-etoffe-scp2301.html
Revenir en haut Aller en bas
Gilbert Chevalier



Messages : 295
Date d'inscription : 29/06/2015

MessageSujet: Re: Le Chapelet récité avec vous ! par Gilbert Chevalier (aveugle)   Ven 17 Juil 2015 - 7:56

AVE, AVE, AVE MARIA

La dévotion aux Trois Ave Maria
Est, hélas, sur notre terre,
Plus de mise en ce temps-ci !
Et pourtant, pour quiconque les dit
Fidèlement, il se sauvera
Et trouvera la lumière.

Gilbert Chevalier
l'Aveugle-Vendéen
Revenir en haut Aller en bas
Gilbert Chevalier



Messages : 295
Date d'inscription : 29/06/2015

MessageSujet: Re: Le Chapelet récité avec vous ! par Gilbert Chevalier (aveugle)   Ven 17 Juil 2015 - 21:30

17 juillet :
Les 16 Bienheureuses CARMÉLITES de COMPIÈGNE



LA MARSEILLAISE DES CARMÉLITES


Cantique composé par les Carmélites de Compiègne la veille de leur martyre, le 16 juillet 1794, sur l'air de la Marseillaise.

1- Livrons nos cœurs à l’allégresse,
Le jour de gloire est arrivé !
Loin de nous toute faiblesse
Voyant l’étendard arrivé !(bis)
Préparons nous à la victoire,
Marchons tous en vrai conquérant
Sous le drapeau d’un Dieu mourant :
Courons, volons tous à la gloire !

Ranimons notre ardeur :
Nos corps sont au Seigneur !
Montons, montons à l'échafaud et rendons-le vainqueur !


2- Ô bonheur toujours désirable
Pour des catholiques français,
De suivre la route admirable
Qui, déjà faite tant de fois, (bis)
Par les martyrs vers le supplice,
D'après Jésus avec le roi.
Chrétiens, signalons notre foi !
Adorons d'un Dieu la justice.

Que le prêtre fervent,
Le fidèle constant,
Scellent, scellent, de tout leur sang la foi d'un Dieu mourant !


3- Grand Dieu qui voyez ma faiblesse,
Je désire et je crains toujours :
Confidemment l'ardeur me presse,
Mais donnez-moi votre secours ! (bis)
Je ne puis vous cacher ma crainte,
Pensant aux prisons, à la mort,
Mais vous serez mon réconfort.
Je le dis : Non, plus de contrainte !

Hâtez donc le moment,
J'attends mon changement :
Seigneur, Seigneur, sans différer, rendez mon cœur content !


4- Vierge Sainte, notre modèle,
Auguste Reine des martyrs,
Daignez seconder notre zèle
En purifiant nos désirs, (bis)
Protégez encore la France,
Assistez-nous du haut des cieux,
Faites ressentir en ces lieux
Les effets de votre puissance ;

Soutenez vos enfants,
Soumis, obéissants.
Mourons, mourons, avec Jésus et notre roi croyant !


5- Voyez, ô divine Marie,
De vos enfants le saint transport !
Si de Dieu nous tenons la vie,
Pour lui nous acceptons la mort ! (bis)
Montrez-vous notre tendre Mère,
Présentez-nous à Jésus-Christ ;
Et qu'animées de son esprit,
Nous puissions en quittant la terre,

Au céleste séjour,
Du feu du saint Amour,
Chanter, chanter avec les Saints ses bontés pour toujours !


Version originale ici : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5489795v/texteBrut (chapître septième)


CHANT DE RECONNAISSANCE À NOTRE-DAME DU MONT-CARMEL
(poésie de Ste Thérèse de l'Enfant-Jésus)



POUR LA PRISE D'HABIT DE MARIE-AGNÈS DE LA SAINTE FACE
(poésie de Ste Thérèse de l'Enfant-Jésus)



« Que je suis heureuse que vous soyez revêtue du saint Scapulaire !
C’est un signe assuré de prédestination
et n’êtes-vous pas par là unie plus intimement à vos Sœurs du Carmel ? »

(Sainte Thérèse de l’Enfant-Jésus, dans une lettre à une amie)



Revenir en haut Aller en bas
Gilbert Chevalier



Messages : 295
Date d'inscription : 29/06/2015

MessageSujet: Re: Le Chapelet récité avec vous ! par Gilbert Chevalier (aveugle)   Sam 18 Juil 2015 - 8:01

LE PRÉCIEUX-SANG

Le Précieux-Sang de Jésus
Nous lave de nos péchés
Si nous savons l'employer
À bien nous repentir,
À bien nous convertir
Sans obstination ni refus
Afin d'aller au ciel
Au bonheur éternel.


Gilbert Chevalier
l'Aveugle-Vendéen
Revenir en haut Aller en bas
Gilbert Chevalier



Messages : 295
Date d'inscription : 29/06/2015

MessageSujet: Re: Le Chapelet récité avec vous ! par Gilbert Chevalier (aveugle)   Sam 18 Juil 2015 - 21:33

18 juillet :
Saint CAMILLE de LELLIS




LES JEUX DE HASARD
(cantique de St Louis-Marie Grignion de Montfort)
- 2 vidéos -




1- Le jeu, de soi, n’est pas un mal,
Il ne contient rien de fatal,
C’est bien tout le contraire :
C’est une récréation
Sans effort ni contention,
C’est un juste relâchement
Pour travailler plus fortement
Quand il est nécessaire.

2- Dieu n’a pas défendu le jeu
Quand il est fait en temps et lieu,
Sans choquer sa Sagesse ;
Pour se délasser doucement,
Pour se réjouir saintement,
Pour récréer notre prochain,
Pour chasser de soi le chagrin,
Le trouble et la tristesse.

3- Des saints, quoique très sérieux,
Ont joué quelquefois des jeux,
Comme on lit dans l’histoire :
Leur charité les inventait,
Le Saint-Esprit les y portait,
C’était des jeux très innocents,
Charitables compatissants,
Pleins de grâce et de gloire.

4- Voici les qualités du jeu
Pour être glorieux à Dieu,
Pour être salutaire :
Évitez les jeux de hasard,
Car l’âme s’y perd tôt ou tard.
Les jeux d’esprit sont les meilleurs :
Dieu les aime en ses serviteurs,
Ceux qui jouent pour lui plaire.

5- Le jeu ne doit pas être ardent,
Mais modéré, doux et prudent,
Dans un temps convenable,
Sans dispute, plein de douceur,
Sans injustice, plein d’honneur,
Modeste sans captivité,
Sans intérêt d’iniquité,
Honnête et charitable.

6- Au lieu des cartes et des dés,
Prenez les dames, les échecs
Ou des jeux de la sorte ;
N’y jouez pas à tous moments,
Mais en certains lieux, certains temps,
Avec quelque ami du bon Dieu.
Pour lors, on vous permet le jeu
Et même on vous y porte.

7- Mais combien de jeux défendus !
Combien de gens s’y sont perdus
Sans en voir la malice !
Les jeux du hasard sont trouvés
Par le diable et les réprouvés,
Pour perdre le temps précieux
Donné pour acquérir les cieux
En faisant la justice.

8- Ô temps, ô don du Saint-Esprit,
Ô prix du Sang de Jésus-Christ,
Ô temps d’un prix immense !
Joueur de cartes et de dés,
Quand tu mourras, mille regrets
D’avoir ainsi perdu ton temps
En tes jeux et vains passe-temps,
Sans faire pénitence.

9- Si les damnés dans les enfers
Avaient une heure que tu perds,
Suivraient-ils ta folie ?
On les verrait pleurer, crier,
Jeûner et se mortifier.
Ah ! que feraient-ils s’ils l’avaient ?
Tu l’as, fais donc ce qu’ils feraient,
Le reste de ta vie !

10- Un joueur est toujours troublé,
Inquiet, changeant, déréglé,
De même que sa chance ;
Il perd, par son esprit de gain,
La charité pour le prochain :
Il ne cherche qu’à l’attraper,
Qu’à le surprendre et le tromper,
Sans aucune indulgence.

11- Que de péchés fait un joueur,
Des mains, de la bouche et du cœur,
Sans presque qu’il y pense !
Des blasphèmes, des jurements,
Des cris et des emportements,
Mille mensonges déguisés,
Mille larcins fins et rusés,
La haine et la vengeance.

12- Un joueur passe dans son jeu,
Il n’est plus pour soi ni pour Dieu,
C’est le jeu qui l’entraîne.
Dans le jeu sont tous ses transports,
Toute son âme et tout son corps :
C’est pour lui seul qu’il est actif,
C’est de lui seul qu’il est captif,
C’est sa cruelle chaîne.

13- On croit au jeu gagner du bien,
Mais tant s’en faut : on perd le sien,
C’est ce que l’on éprouve.
L’argent gagné par un joueur,
N’étant point béni du Seigneur,
Tôt ou tard fait mauvaise fin,
Les saints l’appellent un larcin,
Mais le plus fin qu’on trouve.

14- Un joueur ami du brelan
Est un fin voleur de Satan,
Mais voleur véritable
Qui vole ses pauvres enfants,
Sa femme et ses pauvres parents ;
Croyant que son bien est à lui,
Il meurt avec le bien d’autrui,
Ô malheur déplorable !

15- Il est pour Dieu plein de froideur,
Plein de paresse et de tiédeur
Pour le bien de son âme :
La messe dure trop longtemps,
Il s’éloigne des sacrements ;
Méchant, endurci, paresseux,
Il roule, il va de jeux en jeux
Et des jeux dans les flammes.

16- Les joueurs sont des boute-feux,
Des fainéants, des scandaleux
En toute république ;
Ils montrent toute iniquité
En enseignant l’oisiveté.
Ces jeux publics et les brelans
Font périr quantité de gens,
C’est la perte publique !

17- Les rois ont défendu les jeux
Sous des châtiments rigoureux,
Comme une fine peste.
Les Conciles par leurs canons,
Les saints Pères par leurs raisons
Lancent anathèmes contre eux.
Malgré tout, le monde en tous lieux
Met le poison funeste.

18- Monde trompeur, retire-toi !
Tu ne me feras pas la loi
Par tes jeux diaboliques.
Avec toi jamais, nulle part !
Malheur à tes jeux de hasard !
Malheur même à tous tes joueurs !
Afin d’éviter leurs malheurs,
J’évite leurs pratiques.


- 2 vidéos -




5 autres versions ici : https://www.youtube.com/watch?v=14taoTrKOTo&index=15&list=PLkkHVphgJH9aW073qAl2orEUEPzAV3Hg2
Revenir en haut Aller en bas
Gilbert Chevalier



Messages : 295
Date d'inscription : 29/06/2015

MessageSujet: Re: Le Chapelet récité avec vous ! par Gilbert Chevalier (aveugle)   Dim 19 Juil 2015 - 8:06

L'AMOUR DIVIN

Oui, l'Amour divin
Est ce qu'il y a de plus beau,
Est ce qu'il y a de plus chaud !
Mais l'amour-propre humain
Met souvent un obstacle
À la dilection divine
Et rend souvent les oracles
De Dieu, inopérants :
Nous les couvrons d'épines !
Alors, repentons-nous-en.
Oui, de l'Amour divin
On ne peut dire à peu près rien
Tant il est infini,
Tant nous sommes finis !
Le peu de chose que l'on en dit
Est comme si nous n'avions rien dit.


Gilbert Chevalier
l'Aveugle-Vendéen
Revenir en haut Aller en bas
Gilbert Chevalier



Messages : 295
Date d'inscription : 29/06/2015

MessageSujet: Re: Le Chapelet récité avec vous ! par Gilbert Chevalier (aveugle)   Dim 19 Juil 2015 - 18:48

19 juillet :
Saint VINCENT de PAUL




« La véritable charité, telle que l’entendait saint Vincent de Paul,
naît de l’amour de Dieu,
s’entretient par la prière et par l’exercice de toutes les vertus chrétiennes. »


(Nouveau formulaire de prières pour les enfants de Marie, 1914)


L'AMOUR DU PROCHAIN
(sur le canon de Pachelbel, cantique montfortain)





1- Entr’aimez-vous, Jésus l’ordonne,
C’est son précepte souverain :
Que chacun aime son prochain !
Ne haïssez jamais personne,
Si vous voulez entrer un jour
Dans l’heureux règne de l’Amour.

2- Dans les premiers temps de l’Église,
Quel amour parmi les chrétiens !
Ils mettaient en commun leurs biens ;
« Aimons-nous ! » c’était leur devise :
Ils n’étaient tous en Jésus-Christ
Qu’un cœur, qu’une âme et qu’un esprit.

3- Entre eux l’amour était extrême
Et ne pouvait aller plus loin ;
Puisque, s’il eût été besoin,
Au jugement d’un païen même,
L’un pour l’autre eût voulu mourir,
Prêts en tout à se secourir.

4- Cet exemple qu’il nous faut suivre,
Si fort négligé de nos jours,
Ne reprendra-t-il point son cours ?
Afin de le faire revivre,
Changeons nos mœurs, suivons leurs pas,
Nous entr’aimant jusqu’au trépas.

5- Aimer seulement de parole,
Se bornant à de vains discours,
Quand on peut donner du secours,
C’est une charité frivole :
L’amour sincère est effectif,
Et non purement affectif.

6- Ne nous souffrons point d’autre dette
Que celle de la Charité,
Qui fixe dans l’éternité,
Dans le temps n’est jamais complète ;
N’en différons plus le paiement,
Il enrichit infiniment.

7- Ce que vous craignez qu’on vous fasse,
Ne le faites pas à autrui ;
Mais au contraire faites-lui
Ce qu’il devrait à votre place :
C’est ce que veut la Charité,
C’est la règle de l’équité !

8- En peu de mots, pour beaucoup dire :
Avec la Charité tout sert,
Sans la Charité tout se perd !
Quoi de plus fort pour nous induire
À mettre en pratique par choix
Une vertu d’un si grand poids ?

9- Grand Dieu, Charité par essence,
Source des plus vives ardeurs,
Daignez en pénétrer nos cœurs !
Et si notre amour est immense,
Votre esprit règnera dans nous,
Et nous règnerons avec vous.


LES TENDRESSES DE LA CHARITÉ DU PROCHAIN
sur des airs variés
(cantique de St Louis-Marie Grignion de Montfort)



Je ne veux plus chanter en vain,
Car en chantant mon cœur s’explique
Et la charité du prochain
Ouvrant mon cœur fait ce cantique :
VIVE LA SAINTE CHARITÉ !
Dont je sens mon cœur transporté.
Revenir en haut Aller en bas
Gilbert Chevalier



Messages : 295
Date d'inscription : 29/06/2015

MessageSujet: Re: Le Chapelet récité avec vous ! par Gilbert Chevalier (aveugle)   Lun 20 Juil 2015 - 8:02

POÈME LUMINEUX

Oh ! qu'il est bon d'aimer le bon Dieu !
Et tous ceux qui l'aiment vraiment
Un jour sont éclairés incessamment
Et viennent à lui, s'ils le veulent,
-Car Dieu laisse la volonté
De l'aimer ou de ne pas l'aimer- ;
L'âme aimant Dieu n'est plus seule
Car alors elle trouve son centre
Qui n'est point dans une obscure antre
Mais dans la sainte Église immortelle
Qui sera toujours éternelle,
Étant la maison des bienheureux.

Gilbert Chevalier
l'Aveugle-Vendéen
Revenir en haut Aller en bas
Gilbert Chevalier



Messages : 295
Date d'inscription : 29/06/2015

MessageSujet: Re: Le Chapelet récité avec vous ! par Gilbert Chevalier (aveugle)   Lun 20 Juil 2015 - 18:13

20 juillet :
Le saint prophète ÉLIE



« Nier l’avènement futur et personnel d’Élie,
c’est une hérésie ou une erreur qui approche de l’hérésie. »

(Saint Robert Bellarmin)


* * * * * * * * * *

LE RETOUR D’ÉLIE

Si Élie ne venait pas,

Que deviendrions-nous ?

Nous serions tous, par les loups,

Mis en pièces et à bas.

Mais Élie reviendra

Et reviendra bientôt,

Non pas seul cette fois :

Envoyé par le Très-Haut,

Avec Hénoch il reviendra

Pour nous tirer d’un mauvais pas

Qui dure depuis plus de cinquante ans

Et qui fait que nous sommes sans

Sacrements et sans liturgie,

Sans dogme ni morale !

Il n’y a plus que la Vierge Marie

Pour nous tirer de ce canal

Qui est obscur et sans lumière,

Plein de serpents et de vipères.

Quand Élie et Hénoch reviendront,

Ils rétabliront toutes choses,

Et c’est alors que nous verrons

Éclore une nouvelle rose,

Rose d’or de la Papauté

Qui remettra tout en vérité

À sa place ; et seront chassés

Tous les loups qui ont dévoyé

Toute notre humanité

Jusqu’à vouloir la détruire.

Et alors sera passé

Ce temps néfaste du délire.

Que viennent donc Hénoch et Élie

Avec la Sainte Vierge Marie

Pour détruire l’Antéchrist

Et faire régner le Christ !


Gilbert Chevalier,
l'Aveugle-Vendéen


NOTE EXPLICATIVE :

Le poète se projette ici dans le temps
qui précèdera immédiatement la venue des deux Témoins.


* * * * * * * * * *

LE PARFAIT ET ZÉLÉ MISSIONNAIRE
(cantique de St Louis-Marie Grignion de Montfort)


Revenir en haut Aller en bas
Gilbert Chevalier



Messages : 295
Date d'inscription : 29/06/2015

MessageSujet: Re: Le Chapelet récité avec vous ! par Gilbert Chevalier (aveugle)   Mar 21 Juil 2015 - 8:03

LE PAUVRE VIOLONEUX

Oh ! que je suis pauvre de paroles
Pour dire les choses comme il faut !
Il me faudrait tant d'oboles
Pour remplir mon pauvre chapeau.
Je suis l'aveugle sur le trottoir
En train de jouer son violon
Et que le passant passe sans voir
Pour ne se poser nulle question.
Je suis bien à la périphérie
De l'existence des existants !
Mais ainsi l'a voulu Marie
Et j'en suis très fort content.
Je ne suis pas un Monsieur,
Oh ! ben non, oh ! bedame,
Mais je suis un pauvre gueux
Qui veut sauver son âme.
Et pour la sauver, que faire ?
Il faut aller à Marie !
Recourir à elle, c'est faire
Bien assurément son Paradis.
Je remercie ce cher piéton
Qui, me voyant avec mon violon,
A mis dans mon chapeau une obole.
Voilà qui est réconfortant
Et qui me pousse en avant
Pour chanter d'autres paroles.
Vive Jésus, vive Marie,
Vive les saints du Paradis,
Qui m'ont envoyé un piéton
Pour réconforter mon violon.

Gilbert Chevalier
l'Aveugle-Vendéen
Revenir en haut Aller en bas
Gilbert Chevalier



Messages : 295
Date d'inscription : 29/06/2015

MessageSujet: Re: Le Chapelet récité avec vous ! par Gilbert Chevalier (aveugle)   Mar 21 Juil 2015 - 18:18

PAROLES DE SAINTS

43- « Le Pape est infaillible quand il parle comme Pape, mais non quand il parle comme homme ; et il parle comme Pape lorsqu’il enseigne publiquement et officiellement des vérités qui intéressent toute l’Église, au moyen de ce qu’on appelle une bulle ou une encyclique ou quelque autre acte de ce genre. »

(Mgr de Ségur)

**************************************************************************************
44- « Il n’y aura pas d’excuse au jour du jugement pour qui meurt dans le péché. En vain allèguera-t-il l’impuissance où il était de résister aux tentations dont il se voyait tourmenté. Jésus-Christ lui répondra : “Si la force te manquait, pourquoi ne me l’a tu pas demandée ? Je te l’aurais donnée. Et si tu étais déjà tombé dans le péché, pourquoi ne recourais-tu pas à moi ? Je t’en aurais retiré.” »

(Saint Alphonse de Liguori)

**************************************************************************************
45- « Si vous voulez vous sauver et vous maintenir dans la grâce de Dieu, il le faut prier souvent de vous protéger de sa main. »

(Saint Alphonse de Liguori)

**************************************************************************************
46- « Nous ne savons par où sortir de cette affaire, mais Dieu le sait bien. »

(Mère Anne-Élisabeth Cousinot dans une affaire qui lui semblait perdue, "Année Sainte de la Visitation")

**************************************************************************************
47- « La prière que le pécheur fait pour sortir du péché naît du désir de rentrer en grâce avec Dieu ; or ce désir est un don qui ne vient certainement que de Dieu-même. Pourquoi donc Dieu donnerait-il au pécheur ce bon désir s’il ne voulait pas l’exaucer ? »

(Saint Bernard)

**************************************************************************************
48- « Le bon Dieu ne souffre pas qu’une âme qui lui a été dévouée pendant sa vie périsse en ses derniers moments. »

("Le manuscrit du Purgatoire")

**************************************************************************************
49- « Les personnes qui ont aimé la Sainte Vierge, qui l’ont invoquée toute leur vie, reçoivent d’elle beaucoup de grâces dans les dernières luttes. Il en est encore de même pour celles qui ont été dévouées à saint Joseph, à saint Michel ou à quelque autre saint : c’est alors surtout qu’on est heureux d’avoir un intercesseur près de Dieu dans ce pénible moment. »

("Le manuscrit du Purgatoire")

**************************************************************************************
50- « Remerciez sans cesse le Seigneur si, parmi les miséricordes qu’il vous a faites, il a daigné vous accorder une dévotion particulière envers sa Sainte Mère, car c’est une grande preuve qu’il veut vous sauver. »

(Saint Alphonse de Liguori)

**************************************************************************************
51- « Oh ! qu’elles sont précieuses, les grâces que Jésus attache à la dévotion aux douleurs de Marie ! »

(Saint Alphonse de Liguori)

**************************************************************************************
52- « Peu de personnes savent prier comme Jésus le voudrait. On manque de confiance, et pourtant Jésus n’exauce que d’après l’ardeur de nos désirs et la mesure de notre amour. Voilà pourquoi souvent les grâces qu’on sollicite restent sans effet. »

("Le manuscrit du Purgatoire")

**************************************************************************************
53- « On ne connaît pas assez la miséricordieuse bonté du Cœur de Jésus. Dans le monde, chacun la mesure d’après sa manière de voir, et cette manière est défectueuse. Il suit de là qu’on prie mal. »

("Le manuscrit du Purgatoire")

**************************************************************************************
54- « Vous ne comprendrez jamais assez la bonté du bon Dieu. Si on se donnait la peine d’y réfléchir quelquefois, ce serait suffisant pour devenir un saint. »

("Le manuscrit du Purgatoire")

**************************************************************************************
55- « Il arrive quelquefois que, dans nos prières, il nous semble que le Seigneur ne veuille pas nous prêter l’oreille ; malgré cela, continuons toujours de prier et d’espérer ! En agissant ainsi, nous obtiendrons du Seigneur tout ce que nous voudrons . »

(Saint Alphonse de Liguori)

**************************************************************************************
56- « Bien que parfois, soit à cause de notre état d’aridité, soit par suite d’une faute commise, nous n’éprouvions pas en priant cette confiance sensible que nous voudrions avoir, efforçons-nous néanmoins de prier sans nous relâcher : Dieu ne laissera pas pour cela de nous exaucer, car il lui est agréable de nous voir espérer en lui contre toute espérance, quoique dans les troubles, les craintes ou les tentations et malgré le sentiment de défiance que nous fait éprouver quelque embarras ou quelque peine intérieure. »

(Saint Alphonse de Liguori)

**************************************************************************************
57- « Dieu fait tout ou le permet,
C’est pourquoi tout me satisfait. »

(Saint Louis-Marie Grignion de Montfort)


**************************************************************************************
58- « Le Seigneur, quand il vous donne à souffrir, le fait en médecin, et l’affliction qu’il vous envoie n’est pas un effet de votre condamnation mais un remède destiné à vous sauver. Mais malheur à vous si, après vos péchés, Dieu vous exempte des coups de sa verge en cette vie, car c’est un signe qu’il vous exclu du nombre de ses enfants. »

(Saint Augustin)

**************************************************************************************
59- « Si vous persévérez jusqu’à la mort dans la vraie dévotion à Marie, ayez, sans l’ombre d’hésitation, la ferme confiance que votre salut est certain. »

(Saint Alphonse de Liguori)

**************************************************************************************
60- « En invoquant Marie, vous ne connaîtrez pas la désespérance. »

(Saint Bernard)

**************************************************************************************
61- « Dieu n’accorde la dévotion envers sa Sainte Mère qu’à ceux qu’il a résolu de sauver. »

(Saint Jean Damascène)

**************************************************************************************
62- « Si vous voulez être sauvé,
Si le salut vous touche,
Ayez le Pater et l’Ave
Très souvent dans la bouche.
Récitez votre chapelet
Et même le Rosaire :
Ô belle oraison d’un parfait !
Ô divine prière !
Le Rosaire est admirable !
Il donne à tous du secours,
Il guérit l’âme incurable :
Disons-le donc tous les jours ! »

(Saint Louis-Marie Grignion de Montfort)

**************************************************************************************
63- « Le démon, lorsqu’il veut se rendre maître d’une âme, tâche de lui faire abandonner la dévotion envers la Sainte Vierge ; ce canal une fois fermé, l’âme perd facilement la lumière, la crainte de Dieu et enfin le salut éternel. En abandonnant la dévotion à cette Reine du Ciel, on se ferme ce canal salutaire et on s’expose à se perdre. Malheur à l’âme qui, négligeant de se recommander à Marie, se ferme ce canal des grâces. »

(Saint Alphonse de Liguori)

**************************************************************************************
64- « Celui-là est tout puissant qui se défie entièrement de soi-même pour se confier uniquement à moi. »

(Le Sacré-Cœur à sainte Marguerite-Marie)

**************************************************************************************
65- « Combien n’en est-il pas maintenant en enfer, qui eussent été sauvés si, ayant une fois commencé d’offrir leurs hommages à Marie, ils eussent continué jusqu’à la fin ! »

(Saint Alphonse de Liguori)

**************************************************************************************
66- « Ceux qui travaillent à me faire connaître et aimer des autres, seront prédestinés. »

(La Sainte Vierge dans "Les gloires de Marie")

**************************************************************************************
67- « Celui qui s’attache à mon service aura la persévérance. »

(La Sainte Vierge dans "Les gloires de Marie")

**************************************************************************************
68- « Par l’Ave Maria
Le péché se détruira !
Par l’Ave Maria
Le Grand Jésus règnera ! »

(Saint Louis-Marie Grignion de Montfort)


**************************************************************************************
69- « Un signe certain de prédestination, c’est de s’efforcer constamment d’imiter mon Cœur. »

(Imitation du Sacré-Cœur de Jésus)

**************************************************************************************
70- « Il ne peut y avoir aucune dévotion meilleure quant à l’objet auquel elle aspire, et la fin à laquelle elle tend, que celle qui est destinée à honorer le Cœur de Jésus qui bat, qui palpite continuellement pour nous sur les Autels et dans le Très Saint Sacrement de l’Eucharistie. »

(Saint Pie X, allocution "Vi Ringrazio" du 13 octobre 1908)

**************************************************************************************
71- « Quiconque s’attache au service de Marie sera loin de la damnation, quand même il aurait par le passé beaucoup offensé Dieu. »

(Saint Alphonse de Liguori)

**************************************************************************************
72- « Celui qui se recommande à Marie ne peut se perdre : celui-là seul se perd qui ne recourt pas à elle. »

(Saint Alphonse de Liguori)

**************************************************************************************
73- « Pour être de vrais serviteurs de Marie, il faut le bon propos de changer de vie et de ne plus offenser Dieu. Elle a déclaré elle-même à sainte Brigitte qu’elle n’est la Mère que de ceux qui veulent se corriger ; elle n’est donc pas la mère des pécheurs obstinés. Si donc quelqu’un se trouve dominé par quelque passion et n’est pas encore résolu à sortir du péché mais désire en être délivré, qu’il prie Marie de l’aider à rompre cette funeste chaîne et qu’il tâche au moins de commencer à résister et à éloigner l’occasion ; notre bonne Reine lui tendra la main et le consolera. En outre, pour être un vrai serviteur de Marie, il faut obtenir sa protection spéciale par les prières et les pieux hommages. Il est vrai qu’elle prie pour tous ; mais elle prie toujours avec plus d’efficacité pour ceux de ses serviteurs qui l’honorent davantage. C’est pourquoi, quiconque s’attache à son service sera loin de la damnation, quand même il aurait par le passé beaucoup offensé Dieu. Celui qui se recommande à elle ne peut se perdre : celui-là seul se perd qui ne recourt point à elle.»

(Saint Alphonse de Liguori)

**************************************************************************************
74- « Le pouvoir de juridiction est confié à un homme par simple injonction et n’adhère point à lui de manière inamovible ; c’est pourquoi elle ne demeure point dans les schismatiques et les hérétiques. Aussi, ils ne peuvent ni absoudre ni excommunier ni concéder des indulgences ou autres choses semblables ; que s’ils le font, rien n’est opéré. »

(Saint Thomas d’Aquin)

**************************************************************************************
75- « Marie prie pour tous, mais elle prie toujours avec plus d’efficacité pour ceux de ses serviteurs qui l’honorent davantage. »

(Saint Alphonse de Liguori)

**************************************************************************************
76- « Pour être un vrai serviteur de Marie, il faut, en outre de la résolution de changer de vie, obtenir sa protection spéciale par les prières et les pieux hommages. »

(Saint Alphonse de Liguori)

**************************************************************************************
77- « Il est certain que c’est, non la pensée, mais le consentement qui fait le péché. »

(Saint Alphonse de Liguori)

**************************************************************************************
78- « Marie promet la persévérance à ceux qui la servent. »

(Saint Alphonse de Liguori)

**************************************************************************************
79- « Peut-il aimer le monde corrompu celui qui aime Dieu incorruptible ? »

(Saint Bonaventure)

**************************************************************************************
80- « Les tentations, si grandes qu’elles soient, ne souillent nullement notre âme lorsqu’elles nous viennent sans qu’il y ait de notre faute et que nous les repoussons. »

(Saint Alphonse de Liguori)

**************************************************************************************
81- « Sainte Catherine de Sienne et la bienheureuse Angèle de Foligno furent fortement tentées d’incontinence ; mais ces tentations, loin de diminuer leur pureté l’augmentèrent plutôt. »

(Saint Alphonse de Liguori)

**************************************************************************************
82- « Chaque fois qu’on surmonte la tentation, on gagne un degré de grâce pour lequel on aura ensuite dans le ciel un degré de gloire. »

(Saint Alphonse de Liguori)

**************************************************************************************
83- « Pratiquez le bien hardiment,
Mais pour Dieu seul et pour lui plaire,
Sans appréhender lâchement
Ce qu’on peut penser, dire ou faire,
Afin d’être la bonne odeur
De Jésus-Christ, votre Sauveur. »

(Saint Louis-Marie Grignion de Montfort)


**************************************************************************************
84- « Homme sage, ne craignez point
Les persécutions du monde ;
La sagesse gît en ce point,
Le christianisme s’y fonde ;
Un bon chrétien, en vérité,
Est un chrétien persécuté. »

(Saint Louis-Marie Grignion de Montfort)

**************************************************************************************
85- « Il est certain que c’est, non la pensée, mais le consentement qui fait le péché. Ainsi, les tentations, si grandes qu’elles soient, ne souillent nullement notre âme lorsqu’elles nous viennent sans qu’il y ait de notre faute et que nous les repoussons. Ainsi sainte Catherine de Sienne et la bienheureuse Angèle de Foligno furent elles-mêmes fortement tentées d’incontinence ; mais ces tentations, loin de diminuer leur pureté l’augmentèrent plutôt. Chaque fois qu’on surmonte la tentation, on gagne un degré de grâce pour lequel on aura ensuite dans le ciel un degré de gloire. »

(Saint Alphonse de Liguori)


**************************************************************************************
86- « Un moine ayant éprouvé durant la nuit beaucoup de tentations impures et les ayant vaincues, un ange apparut avec une couronne ornée de pierreries à un frère convers pour qu’il la remît à ce valeureux guerrier. »

(Les chroniques de Cîteaux)


**************************************************************************************
87- « La dévotion d’un pécheur pour Marie est un signe infaillible de l’arrivée prochaine de la grâce. »

(Saint Alphonse de Liguori)

**************************************************************************************
88- « Dès qu’une âme affligée se recommande à Dieu, ou il l’a délivre du mal qu’elle souffre, ou il lui donne la grâce de le supporter avec patience, et par là elle honore le Seigneur qui a coutume de permettre que les âmes qu’il chérit davantage soient plus tourmentées par les tentations ; ainsi en agit-il avec tous les saints. »

(Saint Alphonse de Liguori)


**************************************************************************************
89- « Chaque effort que tu fais pour repousser les mauvaises pensées, quand même tu ne parviendrais pas à les éloigner de ton esprit, sera récompensé. »

(Marie à sainte Brigitte)

**************************************************************************************
90- « Si vous me demandez quelles sont les moyens de vaincre les tentations, je vous répondrai : le premier est la prière, le second la prière, le troisième la prière ; et si vous m’interrogiez mille fois, je répèterais mille fois la même chose. »

(Saint Alphonse de Liguori)

**************************************************************************************
91- « Le Signe de la Croix dissipe toutes les machinations du démon. »

(Saint Augustin)

**************************************************************************************
92- « Le Seigneur permet les tentations parce qu’elles nous excitent à pratiquer les vertus ; mais il ne souffre pas que nous soyons tentés au-delà de nos forces. »

(Saint Alphonse de Liguori)

**************************************************************************************
93- « Il n’y a pas de tempête aussi dangereuse pour un navire qu’un trop long calme ; de même, la tentation fait que l’homme ne se corrompt pas dans l’inaction : il recourt alors à Dieu par la prière , il renouvelle ses bons propos et produit des actes fervents d’humilité, de confiance et de résignation, s’attachant plus fortement à Dieu. »

(Saint Jérôme)

**************************************************************************************
94- « Les mortifications, méditations, communions, œuvres de charité envers le prochain, sont agréables au Seigneur lorsqu’elles sont conformes à sa Volonté ; autrement, loin de les agréer, il les déteste et les punit. »

(Saint Alphonse de Liguori)

**************************************************************************************
95- « Nos œuvres ne peuvent servir à la gloire de Dieu quand elles ne sont pas faites selon son bon plaisir. »

(Saint Alphonse de Liguori)

**************************************************************************************
96- « La plus grande gloire que nous puissions procurer à Dieu, c’est d’accomplir en tout sa sainte Volonté. »

(Saint Alphonse de Liguori)

**************************************************************************************
97- « Celui qui prie est sûr de l’assistance de Dieu. »

(Saint Alphonse de Liguori)

**************************************************************************************
98- « Celui que Marie protège est assuré de ne pas se perdre. »

(Saint Alphonse de Liguori)

**************************************************************************************
99- « Si les séraphins croyaient faire la Volonté de Dieu s’il leur témoignait le désir de les voir brûler en enfer, ils se précipiteraient à l’instant dans cet abîme de feu pour se conformer à sa sainte Volonté, et cela avec un extrême plaisir. »

(Saint Alphonse de Liguori)

**************************************************************************************
100- « Tout ce que nous avons à désirer et que nous devons demander à Dieu, c’est qu’il fasse en nous sa Volonté, car en cela consiste toute la sainteté. »

(Le cardinal Petrucci)

**************************************************************************************


Téléchargement PDF ici : http://www.sitew.com/fs/Root/cohsg-Recueil_de_paroles_de_Saints_1.pdf
Revenir en haut Aller en bas
Gilbert Chevalier



Messages : 295
Date d'inscription : 29/06/2015

MessageSujet: Re: Le Chapelet récité avec vous ! par Gilbert Chevalier (aveugle)   Mer 22 Juil 2015 - 9:45

LES VRAIS PÉRIPHÉRIES

Moi aussi, mes biens chers amis,
Je suis à la périphérie !
Périphérie de qui, de quoi ?
Périphérie de l’Église ? non pas !
Mais alors, de quelle périphérie ?
Ah ! Mais devinez, chers amis !
C'est la périphérie qu'on appelle
Improprement existentielle,
Mais qui en fait, existe bien :
C'est la périphérie que tous les Saints
Ont expérimentée dans leur vie
À cause de leurs exemples et avis
Pour remettre sur le droit chemin
Ceux qui ne vivaient pas bien,
Ce qui leur a valu
D'être à jamais des exclus
De ce monde de trompeurs
Qui n'ont que des panneaux de valeurs
Qui ne valent rien, cela va de soi,
Mais qui trompent à tour de bras
Pour atterrir dans le fossé
Avec des grands mots alambiqués,
Des phrases qui ne veulent rien dire,
Des poignées de mains et des sourires,
Bref tout ce qu'il faut pour tromper.
Avec cela, que puis-je ajouter ?
N'est-ce donc pas éloquent ?
Eh bien, chers amis, tenons-nous-en
Là, et croyons-le bien :
Il vaut mieux suivre les Saints !
Vive les vraies périphéries
Qui nous conduisent au Paradis !

Gilbert Chevalier
l'Aveugle-Vendéen
Revenir en haut Aller en bas
Gilbert Chevalier



Messages : 295
Date d'inscription : 29/06/2015

MessageSujet: Re: Le Chapelet récité avec vous ! par Gilbert Chevalier (aveugle)   Mer 22 Juil 2015 - 21:28

22 juillet :
Sainte MARIE-MADELEINE




« Un acte de contrition parfaite remet le péché à l’instant même
pourvu qu’on ait l’intention de se confesser plus tard si on le peut.
Prenez l’habitude de faire souvent des actes de contrition parfaite
et d’en faire un chaque fois
que vous auriez le malheur de commettre un péché grave.
Vous n’aurez pas toujours un confesseur à vos côtés pour vous absoudre :
vous resteriez donc dans la disgrâce de Dieu jusqu’à la prochaine confession !
Durant ce temps vous travaillerez sans mérite
puisqu’en état de péché mortel on ne mérite plus rien devant Dieu,
et vous seriez exposé à chaque instant à mourir
en mauvais état de conscience et à vous damner.
Un acte de contrition parfaite préviendra tous ces malheurs.
Voyez la grande pécheresse sainte Madeleine :
à peine a-t-elle fait son acte de parfait repentir que le Seigneur lui dit :
Tes nombreux péchés te sont remis parce que tu as beaucoup aimé.” »

(Saint Alphonse de Liguori)


ACTE DE CONTRITION



Mon Dieu, j’ai un très regret de vous avoir offensé,
Parce que vous êtes infiniment bon,
Parce que vous êtes infiniment aimable,
Et que le péché vous déplaît.

Je prends la ferme résolution
Avec le secours de votre grâce,
De ne plus vous offenser
Et de faire pénitence.





LA PÉNITENTE AMOUREUSE
(cantique de St Louis-Marie Grignion de Montfort)
en deux versions


Revenir en haut Aller en bas
Gilbert Chevalier



Messages : 295
Date d'inscription : 29/06/2015

MessageSujet: Re: Le Chapelet récité avec vous ! par Gilbert Chevalier (aveugle)   Jeu 23 Juil 2015 - 7:58

LA BONNE POÉSIE

La poésie est agréable,
C'est même une récréation,
Et quand elle est bien affable,
Elle enlève toute contention.
La poésie est très aimable,
Quand elle faite dans un bon esprit,
Qu'elle célèbre notre Dieu adorable,
Les saints, Jésus et Marie.

Gilbert Chevalier
l'Aveugle-Vendéen
Revenir en haut Aller en bas
Gilbert Chevalier



Messages : 295
Date d'inscription : 29/06/2015

MessageSujet: Re: Le Chapelet récité avec vous ! par Gilbert Chevalier (aveugle)   Jeu 23 Juil 2015 - 8:01

Rappel du sujet



Le Chapelet voulez réciter
Régulièrement tous les jours ?
N'hésitez donc pas à télécharger
Ces liens pour le dire toujours :
- vidéo : https://www.youtube.com/watch?v=5xgxKl0fNw0&list=PLkkHVphgJH9aNesOerQCbAn80qsyGHuO2&index=69
- audio (mp3) : http://gloria.tv/album/UdJfFSaiXVw/media/fyP7FnEEzK3

Revenir en haut Aller en bas
Gilbert Chevalier



Messages : 295
Date d'inscription : 29/06/2015

MessageSujet: Re: Le Chapelet récité avec vous ! par Gilbert Chevalier (aveugle)   Jeu 23 Juil 2015 - 20:47

LE RETOUR DE L'ENFANT PRODIGUE



LE PÉCHEUR CONVERTI
en 5 tableaux
(cantique de St Louis-Marie Grignion de Montfort)




LITANIES DU REPENTIR PAR AMOUR


Seigneur, ayez pitié de moi.
Jésus-Christ, ayez pitié de moi.
Seigneur, ayez pitié de moi.

Jésus-Christ, écoutez-moi.
Jésus-Christ, exaucez-moi.

Père céleste, qui êtes Dieu, ayez pitié de moi.
Fils Rédempteur du monde, qui êtes Dieu, ayez pitié de moi.
Esprit-Saint, qui êtes Dieu, ayez pitié de moi.
Trinité Sainte, qui êtes un seul Dieu, ayez pitié de moi.

Vous qui, par votre longanimité et par le délai des châtiments,
faites éclater votre toute-puissance et votre bonté, ayez pitié de moi.
Vous qui attendez si patiemment la conversion des pécheurs,
ayez pitié de moi.
Vous qui invitez si affectueusement les pécheurs à la pénitence,
ayez pitié de moi.

D’avoir péché, je me repens de tout mon cœur, ô mon Dieu !
D’avoir péché tant de fois si grièvement,
D’avoir péché par pensées, par paroles et par actions,
D’avoir péché de propos délibéré et avec malice,
D’avoir péché par des négligences et omissions innombrables,
D’avoir violé si légèrement vos saintes lois,
De n’avoir pas craint votre toute-puissance,
D’avoir méprisé votre amour,
D’avoir abusé de votre bonté et de votre longanimité,
D’avoir renouvelé les douleurs de votre divin Fils,
D’avoir mérité vos justes châtiments en ce monde et en l’autre,
De toutes ces fautes,
Mais je me repens beaucoup plus et surtout à cause de vous-même,
Parce que je vous ai offensé,
Parce que je vous ai déplu,
Parce que j’ai contristé le Cœur de votre divin Fils,
Parce que vous êtes au-dessus de toutes choses,
Parce que je vous aime par-dessus toutes choses,

En union de ce repentir d’amour qu’ont eu saint Pierre, sainte Madeleine
et tous les saints pénitents, qui toute leur vie ont pleuré leurs péchés,
je me repens de tout mon cœur, ô mon Dieu !
En union de cette horreur extrême pour le moindre péché,
qu’a toujours eue la Bienheureuse Vierge Marie,
je me repens de tout mon cœur, ô mon Dieu !
En union de cette douleur incompréhensible
qu’à sentie votre divin Fils sur la montagne des Oliviers,
à cause de mes péchés et de ceux de tout le monde,
je me repens de tout mon cœur, ô mon Dieu !

Agneau de Dieu, qui effacez les péchés du monde,
pardonnez-moi, Seigneur.
Agneau de Dieu, qui effacez les péchés du monde,
exaucez-moi, Seigneur.
Agneau de Dieu, qui effacez les péchés du monde,
ayez pitié de moi, Seigneur.

Jésus-Christ, écoutez-moi.
Jésus-Christ, exaucez-moi.

5 Pater et 5 Ave.



Mon Dieu, je me repens de mes péchés de tout mon cœur ;
je les hais et les déteste parce qu’ils offensent votre Majesté infinie,
sont la cause de la mort de votre divin Fils Jésus,
et constituent ma ruine spirituelle.
Je ne veux plus en commettre à l’avenir,
et je me propose d’en fuir les occasions.
Seigneur, miséricorde, pardonnez-moi.


Je vous aime, ô Jésus, mon amour, je vous aime plus que moi-même,
et parce que je vous aime,
je me repens de tout mon cœur de vous avoir offensé ;
ne permettez pas que je me sépare encore de vous.
Faites que je vous aime toujours ;
puis disposez de moi selon votre sainte volonté.



LE PÉCHEUR CONTRIT
(cantique de St Louis-Marie Grignion de Montfort)


Revenir en haut Aller en bas
Gilbert Chevalier



Messages : 295
Date d'inscription : 29/06/2015

MessageSujet: Re: Le Chapelet récité avec vous ! par Gilbert Chevalier (aveugle)   Ven 24 Juil 2015 - 7:56

LES LITANIES

Les litanies sont des belles prières
Que l’Église nous fait réciter
Afin de nous inculquer
L'art de les bien dire et faire.
Le diable a aussi ses litanies,
Ce sont les incantations des sorciers :
Celles-là, il faut les réprouver
Et les jeter aux orties.
Mais les belles litanies
De la Sainte Vierge, du Précieux-Sang,
Du Sacré-Cœur, et tant et tant
D'autres, sont de belles mélodies.

Gilbert Chevalier
l'Aveugle-Vendéen
Revenir en haut Aller en bas
Gilbert Chevalier



Messages : 295
Date d'inscription : 29/06/2015

MessageSujet: Re: Le Chapelet récité avec vous ! par Gilbert Chevalier (aveugle)   Ven 24 Juil 2015 - 21:03

L'ABANDON À LA PROVIDENCE
(cantique de St Louis-Marie Grignion de Montfort)




LA SAINTE PROVIDENCE

Qu'est-ce que la Providence ?
Ce n'est pas ce que nous voulons,
Mais c'est ce que le bon Dieu veut
Et qui est souvent en discordance
Avec ce que nous voulons
Et ce que ne veut pas le bon Dieu.


Gilbert Chevalier
l'Aveugle-Vendéen

Revenir en haut Aller en bas
Gilbert Chevalier



Messages : 295
Date d'inscription : 29/06/2015

MessageSujet: Re: Le Chapelet récité avec vous ! par Gilbert Chevalier (aveugle)   Sam 25 Juil 2015 - 7:59

PASSER PAR-DESSOUS

Dans la vie, que de contradictions !
Dans la vie, que de désillusions !
Mais comme disait une très chère sainte,
Thérèse de l'Enfant-Jésus pour la nommer,
Par-dessus il ne faut pas sauter :
Il faut pratiquer une feinte,
Savoir, passer par-dessous,
Et tout va bien du coup.

Gilbert Chevalier
l'Aveugle-Vendéen
Revenir en haut Aller en bas
Gilbert Chevalier



Messages : 295
Date d'inscription : 29/06/2015

MessageSujet: Re: Le Chapelet récité avec vous ! par Gilbert Chevalier (aveugle)   Sam 25 Juil 2015 - 16:51

« Le SCAPULAIRE et le ROSAIRE sont inséparables. »
(Sœur Lucie de Fatima)



« Le Scapulaire et le Rosaire de Marie,
dévotions si respectables,
m’ont été chères dès mon enfance. »
(Saint Alphonse de Liguori)



AVE MARIA DE LOURDES
Instrumental pour 12 couplets




ROSAIRE ET SCAPULAIRE

1- Toujours mon Rosaire,
Moi je le dirai,
Et le Scapulaire
Toujours porterai !

R./ Ave, ave, ave Maria !
Ave, ave, ave, Maria !


2- Le saint Scapulaire
Est un saint habit,
Et le saint Rosaire
Est vraiment sans prix !

3- Avec mon Rosaire
Je combats l'enfer,
Et mon Scapulaire
Le met dans les fers.

4- Car le saint Rosaire
Fait peur au démon,
Et le Scapulaire
L'envoie tout au fond !

5- Le saint Scapulaire
Me protège bien,
Et le saint Rosaire
Me fait bon chrétien.

6- Avec le Rosaire
Tout problème fuit,
Et le Scapulaire,
La paix rétablit.

7- Le saint Scapulaire
Éteint tous les feux,
Et le saint Rosaire
Nous met dans les Cieux.

8- Le très saint Rosaire
Fait que l'on vit bien,
Et le Scapulaire
Fait que l'on meurt bien.

9- Le saint Scapulaire
Toujours porterai,
Et le saint Rosaire
Toujours le dirai !


Gilbert Chevalier
l'Aveugle-Vendéen



AVE MARIA DE FATIMA
Instrumental pour 12 couplets


Revenir en haut Aller en bas
Gilbert Chevalier



Messages : 295
Date d'inscription : 29/06/2015

MessageSujet: Re: Le Chapelet récité avec vous ! par Gilbert Chevalier (aveugle)   Dim 26 Juil 2015 - 10:01

LE FOU DU BOIS

Quand tout va ou rien ne va,
Quand tout marche de travers,
On compose quelques vers,
Et quand tout marche très bien,
On chantonne ce petit refrain :
Ave, ave, ave Maria !
Faisons donc comme le Fou du Bois :
Chantons Ave Maria !
Je suis comme le Fou du Bois
Disant mes Ave Maria !
Je vous assure, à ce compte-là,
In excelsis, Gloria,
Je serai sauvé, croyez-moi !
Eh bien, faites donc comme moi.
Ave, ave, ave Maria !
Quand tout va ou rien ne va.




Gilbert Chevalier
l'Aveugle-Vendéen

Revenir en haut Aller en bas
Gilbert Chevalier



Messages : 295
Date d'inscription : 29/06/2015

MessageSujet: Re: Le Chapelet récité avec vous ! par Gilbert Chevalier (aveugle)   Dim 26 Juil 2015 - 18:25

26 juillet :
SAINTE ANNE
Patronne de la Bretagne




SAINTE ANNE, Ô BONNE MÈRE !

R./ Sainte Anne, ô bonne Mère !
Toi que nous implorons :
Entends notre prière
Et bénis tes Bretons !

1- Pour montrer à la terre
Que nous croyons au Ciel,
Notre Bretagne est fière
D’entourer ton autel.

2- Quand l’erreur se déchaîne
Pour vaincre notre foi,
Puissante Souveraine,
Nous espérons en toi !

3- Protège le Saint-Père,
Dont le cœur humble et grand
Souffre sur le Calvaire
Comme Jésus mourant.

4- Fais que la Sainte Église
Répande en liberté
Sur la terre soumise
L’auguste vérité.

5- Rends à la noble France
Sa gloire d’autrefois :
Fais grandir sa puissance
À l’ombre de la Croix.

6- Que le monde redise
En tout temps, en tout lieu :
La fille de l’Église
Est le soldat de Dieu !

7- Soutiens dans la tourmente
Les pauvres matelots :
Sauve la barque errante
De la fureur des flots.

8- Conserve à la Bretagne
Ses valeureux soldats :
Ton cœur les accompagne
Au milieu des combats.

9- Que le pauvre village
Et les riches cités,
Sous ton doux patronage
Soient toujours abrités !

10- Ta Fille Immaculée,
Reine au divin séjour,
À notre âme troublée
Sourit avec amour.

11- Dis-lui notre misère,
Afin que sa bonté
Fléchisse la colère
De Jésus irrité.

12- Ô Sainte Anne, ô Marie,
Nos vœux montent vers vous !
Sauvez notre patrie :
Priez, priez pour nous !


LITANIES DE SAINT JOACHIM ET SAINTE ANNE



Un pieux anachorète,
qui s’était consacré d’une manière spéciale au service de la très sainte Vierge,
se trouvant un jour dans une grande affliction de cœur,
pria la très sainte Mère de Dieu d’avoir pitié de lui.
La très sainte Vierge lui apparut aussitôt,
entourée d’un grand nombre de Saints qui publiaient ses louanges,
et elle s’empressa de consoler son dévot Serviteur.
« Je viens, ô mon fils, lui dit-elle, pour adoucir tes peines,
car tu m’as toujours honorée avec une grande dévotion.
Je t’exhorte à honorer du fond du cœur mes parents Anne et Joachim,
et quelque malheur qui fonde sur toi,
tu pourras les invoquer en toute confiance, ils viendront à ton secours,
car tu dois savoir que mon divin Fils a promis de délivrer de tout malheur
et d’admettre à la gloire éternelle
tous ceux qui auraient été dévots envers Anne, ma mère ;
toi donc, ô mon fils, observe et prêche aux autres cette belle dévotion. »

Elle disparut alors, laissant dans sa grotte un doux parfum du Paradis.

(Les Bollandistes)
Revenir en haut Aller en bas
Gilbert Chevalier



Messages : 295
Date d'inscription : 29/06/2015

MessageSujet: Re: Le Chapelet récité avec vous ! par Gilbert Chevalier (aveugle)   Lun 27 Juil 2015 - 7:58

LA TÉLÉ

Il y a une lucarne de perdition,
C'est l'horrible télévision
Par laquelle on voit tout et n'importe quoi
Et devant laquelle on reste coi.
L'on est assis dans un fauteuil
En fumant une cigarette
Et l'on se laisse prendre à l’écueil
De cette monstrueuse bête.
Internet, croyez-moi, n'est pas mieux :
Il ravit les cœurs et les yeux,
Et que d'âmes en enfer un jour diront :
« Ah ! si nous ne l'avions jamais eu,
Nous ne serions pas dans la perdition.
Mais hélas ! nous avons été tous eus,
Et l'Araignée nous a mangés,
Elle nous a tous dévorés
De sa bouche à mille fils
Dévorant tous nos profils,
Car nous nous sommes vendus
Afin de nous procurer un plus
En regardant des choses ignobles
Tout en défendant des choses nobles. »
Quel remède, chers amis, à cela ?
Récitez les TROIS AVE MARIA !

Gilbert Chevalier
l'Aveugle-Vendéen
Revenir en haut Aller en bas
Gilbert Chevalier



Messages : 295
Date d'inscription : 29/06/2015

MessageSujet: Re: Le Chapelet récité avec vous ! par Gilbert Chevalier (aveugle)   Lun 27 Juil 2015 - 20:35

PIERRE de KÉRIOLET
le Pénitent Breton
&
NOTRE-DAME de MISÉRICORDE




Les restes mortels du pénitent breton, Pierre de Kériolet,
reposent dans la basilique de Sainte Anne d'Auray
(dont il fut un fervent dévot après sa conversion),
non loin de ceux d'Yves Nicolazic, le Voyant de Sainte Anne.


LE PÉCHEUR CONVERTI PAR L'INTERCESSION DE MARIE
(cantique de St Louis-Marie Grignion de Montfort)




1- Écoutez, pauvres pécheurs, les bontés de Marie :
Elle m’a comblé de biens,
Et c’est d’elle que je tiens
La vie ! (ter)

2- Mes péchés n’ont mérité qu’une mort éternelle :
L’enfer m’est justement dû !
Je serais déjà perdu
Sans elle ! (ter)

3- Dieu prêt de me condamner, cette Mère très tendre
L’a tant prié, tant pressé,
Qu’il s’est vu comme forcé
D’attendre. (ter)

4- Qui concevra maintenant combien elle m’est bonne,
Qui publiera ses bontés
Et ses libéralités ?
Personne ! (ter)

5- Marie est tout mon soutien, dans ma grande misère !
Dans tous mes besoins pressants
Je lui dis, comme un enfant :
« Ma Mère ! » (ter)

6- Le démon me tente-t-il avec toute sa suite ?
Je l’invoque incontinent :
Au nom de Marie, il prend
La fuite ! (ter)

7- Elle me guide et conduit à la Vie éternelle :
Car dans les pas dangereux
Je tourne aussitôt les yeux
Vers elle ! (ter)

8- Voyant que je dois beaucoup, et toujours infidèle,
Elle se fait mon paiement,
Mon gage et mon supplément
Fidèle. (ter)

9- Si je souffre quelque mal, elle m’aide et soulage ;
Si je suis prêt d’abîmer,
Elle-même vient calmer
L’orage. (ter)

10- Si je tombe, ou suis tombé, si le démon me tente,
Elle vient d’un air bénin
Me tendre et m’offrir sa main
Puissante. (ter)

11- Elle m’inspire surtout une paix très profonde,
De l’amour pour son cher Fils,
De l’horreur et du mépris
Du monde. (ter)

12- Quelqu’un de vous, ô pécheurs, veut-il rompre sa chaîne
Et s’empêcher de périr ?
Qu’il vienne donc la servir :
Qu’il vienne ! (ter)

13- Qu’est-ce qui peut engager cette grande Princesse
À prendre soin d’un pécheur ?
C’est où l’amour de son Cœur
L’abaisse. (ter)

14- Si mes péchés très griefs, si ma misère extrême
N’ont point borné sa bonté,
Qu’il espère en sûreté
De même ! (ter)

15- Quelqu’un veut-il ressentir sa douceur maternelle ?
Qu’il l’imite fermement
Et qu’il lui soit constamment
Fidèle ! (ter)


Revenir en haut Aller en bas
Gilbert Chevalier



Messages : 295
Date d'inscription : 29/06/2015

MessageSujet: Re: Le Chapelet récité avec vous ! par Gilbert Chevalier (aveugle)   Mar 28 Juil 2015 - 8:08

LA TOURTERELLE & LE ROUGE-GORGE

Quand le chant de la tourterelle
Frappe nos pauvres oreilles,
Aussitôt nos cœurs s'éveillent
Et nous pensons alors au ciel
Comme cela est arrivé
À sainte Thérèse avant d'expirer.

« Viens-t'en, petit rouge-gorge,
Car je veux te caresser ;
Moi aussi, j'ai mal à la gorge :
Mais je vais au ciel bientôt aller ! »
Disait sur son lit de douleurs
Une sainte bien chère à nos cœurs,
Thérèse de l'Enfant-Jésus,
Alors petite et inconnue.

Gilbert Chevalier
l'Aveugle-Vendéen
Revenir en haut Aller en bas
Gilbert Chevalier



Messages : 295
Date d'inscription : 29/06/2015

MessageSujet: Re: Le Chapelet récité avec vous ! par Gilbert Chevalier (aveugle)   Mar 28 Juil 2015 - 21:04

HUMANI GENERIS

LETTRE ENCYCLIQUE
DE SA SAINTETÉ LE PAPE PIE XII
SUR QUELQUES OPINIONS FAUSSES
QUI MENACENT DE RUINER
LES FONDEMENTS DE LA DOCTRINE CATHOLIQUE.


Vénérables Frères,

Que la famille humaine tout entière ne s'entende pas en matière religieuse et morale et qu'elle tende à se tenir loin de la vérité, c'est bien là pour tout homme honnête et plus encore pour tous les vrais fils de l’Église la raison d'une douleur très vive: en tous temps certes, mais combien plus aujourd'hui que nous voyons les coups frapper de toutes parts les principes mêmes de la formation chrétienne.

On ne peut s'étonner, il est vrai, que mésententes en ces domaines et éloignement de la vérité aient toujours sévi, en dehors du bercail du Christ. En effet, si, en principe du moins, la raison humaine est, par sa propre force et à sa seule lumière naturelle, apte à parvenir à la connaissance vraie et certaine d'un Dieu unique et personnel, qui par sa Providence protège et gouverne le monde, et à l'intuition aussi de la loi naturelle inscrite par Dieu en nos âmes, nombreux, pourtant, sont les obstacles qui empêchent cette même raison d'user de sa force native efficacement et avec fruits. Et de fait, les vérités qui concernent Dieu et qui ont rapport aux relations qui existent entre Dieu et les hommes ne transcendent-elles pas absolument l'ordre du sensible? et, passées dans le domaine de la vie pratique qu'elles doivent informer ne commandent-elles pas le don de soi et l'abnégation? Or, l'intelligence humaine, dans la recherche de si hautes vérités, souffre d'une grave difficulté en raison d'abord de l'impulsion des sens et de l'imagination et en raison aussi des passions vicieuses nées du péché originel. Voilà comment les hommes en sont venus à se pénétrer si facilement eux-mêmes de ce principe que, dans ce domaine, est faux ou pour le moins douteux tout ce qu'ils ne veulent pas être vrai.

C'est pourquoi il faut tenir que la révélation divine est moralement nécessaire pour que tout ce qui n'est pas, de soi, inaccessible à la raison en matière de foi et de mœurs, puisse être, dans l'état actuel du genre humain, connu de tous promptement, avec une certitude ferme et sans mélange d'erreur (1).

Bien plus, l'esprit humain peut éprouver parfois des difficultés à formuler un simple jugement certain de " crédibilité " au sujet de la foi catholique, encore que Dieu ait disposé un grand nombre de signes extérieurs éclatants qui nous permettent de prouver, de façon certaine, l'origine divine de la religion chrétienne avec les seules lumières naturelles de notre raison. En effet, que le mènent les préjugés ou que l'excitent les passions et la volonté mauvaise, l'homme peut opposer un refus et résister autant à l'évidence irrécusable des signes extérieurs qu'aux célestes lumières que Dieu verse en nos âmes.

Quiconque observe attentivement ceux qui sont hors du bercail du Christ découvre sans peine les principales voies sur lesquelles se sont engagés un grand nombre de savants. En effet, c'est bien eux qui prétendent que le système dit de l'évolution s'applique à l'origine de toutes les choses; or, les preuves de ce système ne sont pas irréfutables même dans le champ limité des sciences naturelles. Ils l'admettent pourtant sans prudence aucune, sans discernement et on les entend qui professent, avec complaisance et non sans audace, le postulat moniste et panthéiste d'un unique tout fatalement soumis à l'évolution continue. Or, très précisément, c'est de ce postulat que se servent les partisans du communisme pour faire triompher et propager leur matérialisme dialectique dans le but d'arracher des âmes toute idée de Dieu.

La fiction de cette fameuse évolution, faisant rejeter tout ce qui est absolu, constant et immuable, a ouvert la voie à une philosophie nouvelle aberrante, qui, dépassant l'idéalisme, l'immanentisme et le pragmatisme, s'est nommé existentialisme, parce que, négligeant les essences immuables des choses, elle n'a souci que de l'existence de chacun.

A cela s'ajoute un faux historicisme qui, ne s'attachant qu'aux événements de la vie humaine, renverse les fondements de toute vérité et de toute loi absolue dans le domaine de la philosophie et plus encore dans celui des dogmes chrétiens.

En présence d'une telle confusion d'opinions, nous pourrions être sans doute un peu consolés de voir ceux qui étaient nourris jadis des principes du rationalisme désirer revenir aujourd'hui aux sources de la vérité divinement révélée, reconnaître et professer que la Parole de Dieu, conservée dans la Sainte Écriture, est bien le fondement de nos sciences sacrées. Mais comment ne pas être affligés de voir un grand nombre d'entre eux faire d'autant plus fi de la raison humaine qu'ils adhérent plus fermement à la Parole de Dieu et repousser d'autant plus vivement le magistère ecclésiastique qu'ils exaltent plus volontiers l'autorité de Dieu révélant: ils oublient, ce faisant, que ce magistère est institué par le Christ Notre Seigneur pour garder et interpréter le dépôt divin révélé. Toutes prétentions qui sont non seulement en contradiction flagrante avec la Sainte Écriture, mais démontrées fausses encore par l'expérience de tous. En effet ceux qui sont séparés de la véritable Église se plaignent souvent, et publiquement, de leur désaccord en matière dogmatique au point d'avouer, comme malgré eux, la nécessité d'un magistère vivant.

Par ailleurs, les théologiens et les philosophes catholiques, auxquels incombe la lourde charge de défendre la vérité divine et humaine et de l'inculquer à toutes les âmes, n'ont pas le droit d'ignorer ni de négliger les systèmes qui s'écartent plus ou moins de la droite voie. Bien plus, il leur faut les connaître à fond, d'abord parce qu'on ne peut guérir que les maux que l'on connaît bien, puis parce que dans les systèmes erronés peut se cacher quelque lueur de vérité, et parce qu'enfin ces erreurs poussent l'esprit à scruter avec plus de soin et à apprécier mieux telle ou telle vérité philosophique et théologique.

Ah! si nos philosophes et nos théologiens s'étaient efforcés de tirer de l'examen prudent de ces systèmes l'avantage que nous disons, il n'y, aurait, pour le magistère de l’Église, aucune raison d'intervenir. Toutefois, même si nous tenons pour certain que les docteurs catholiques se sont gardés en général de ces erreurs, il n'est pas moins certain qu'il en est aujourd'hui, tout comme aux temps apostoliques, pour s'attacher, plus qu'il convient, aux nouveautés dans la crainte de passer pour ignorants de tout ce que charrie un siècle de progrès scientifiques: on les voit alors qui, dans leur prétention de se soustraire à la direction du magistère sacré, se trouvent en grand danger de s'écarter peu à peu de la vérité divinement révélée et d'induire avec eux les autres dans l'erreur.

Il y a plus. Nous observons un autre danger qui est, lui, d'autant plus grave qu'il est plus caché sous les voiles de la vertu. De fait, parmi ceux qui déplorent la mésentente entre les hommes et la confusion des esprits, il en est plusieurs qui se montrent remués par un zèle imprudent des âmes: dans leur ardeur, ils brûlent d'un désir pressant d'abattre les enceintes qui séparent d'honnêtes gens: on les voit adopter alors un " irénisme " tel que, laissant de côté tout ce qui divise, ils ne se contentent pas d'envisager l'attaque contre un athéisme envahissant par l'union de toutes les forces, mais ils vont jusqu'à envisager une conciliation des contraires, seraient-ils même des dogmes. Et de même que certains jadis avaient déjà demandé si l'apologétique traditionnelle de l'Église ne constituait pas un obstacle plutôt qu'un secours pour gagner les âmes au Christ, aujourd'hui il en est encore qui ne craignent pas de soulever, avec sérieux, la question de savoir si la théologie et Sa méthode, telles qu'elles sont enseignées dans nos écoles avec l'approbation de l'autorité ecclésiastique, ne doivent pas être non seulement perfectionnées, mais en tous points réformées. Ils pensent qu'ainsi le règne du Christ serait plus efficacement propagé dans toutes les parties du monde parmi les hommes de toute culture, et de toute opinion religieuse.

Et si ceux-là ne prétendaient qu'à accommoder aux conditions et aux nécessités de notre temps la science ecclésiastique et sa méthode en nous offrant un plan nouveau, il n'y aurait pour ainsi dire pas de raison de nous alarmer; mais emportés par un irénisme imprudent, quelques-uns semblent prendre pour des obstacles à la restauration de l'unité fraternelle tout ce qui s'appuie sur les lois et les principes mêmes que donna le Christ, et sur les institutions qu'il a établies, sur tout ce qui se dresse, en somme, comme autant de défenses et de soutiens pour l'intégrité de la foi: l'écroulement de l'ensemble assurerait l'union, pensent-ils, mais, disons-le, ce serait pour la ruine.

Ces opinions nouvelles, qu'elles s'inspirent d'un désir condamnable de nouveauté ou de quelque raison fort louable, ne sont pas exposées toujours avec la même hâte, la même précision et dans les mêmes termes; ajoutons qu'elles sont loin d'obtenir l'accord unanime de leurs auteurs. En effet ce que certains aujourd'hui enseignent d'une façon voilée avec des précautions et des distinctions, d'autres le proposeront demain avec plus d'audace, en plein jour et sans mesure aucune, causant ainsi le scandale de beaucoup, surtout dans le jeune clergé, et un grave tort à l'autorité de l’Église. Si l'on montre plus de prudence en s'exprimant dans les ouvrages édités, on est plus libre en privé dans les dissertations qu'on se communique, dans les conférences et les assemblées. Et ces opinions ne sont pas seulement divulguées parmi le clergé séculier et régulier, dans les Séminaires et les instituts religieux, mais aussi parmi les laïques et principalement parmi ceux qui se consacrent à l'instruction de la jeunesse.

En ce qui concerne la théologie, le propos de certains est d'affaiblir le plus possible la signification des dogmes et de libérer le dogme de la formulation en usage dans l’Église depuis si longtemps et des notions philosophiques en vigueur chez les Docteurs catholiques, pour faire retour, dans l'exposition de la doctrine catholique, à la façon de s'exprimer de la Sainte Écriture et des Pères. Ils nourrissent l'espoir que le dogme, ainsi débarrassé de ses éléments qu'ils nous disent extrinsèques à la révélation, pourra être comparé, avec fruit, aux opinions dogmatiques de ceux qui sont séparés de l'unité de l’Église: on parviendrait alors à assimiler au dogme catholique tout ce qui plaît aux dissidents.

Bien plus, lorsque la doctrine catholique aura été réduite à un pareil état, la voie sera ouverte, pensent-ils, pour donner satisfaction aux besoins du jour en exprimant le dogme au moyen des notions de la philosophie moderne, de l'immanentisme, par exemple, de l'idéalisme, de l'existentialisme ou de tout autre système à venir. Que cela puisse et doive même être fait ainsi, de plus audacieux l'affirment pour la bonne raison, disent-ils, que les mystères de la foi ne peuvent pas être signifiés par des notions adéquatement vraies, mais par des notions, selon eux, approximatives et toujours changeables, par lesquelles la vérité est indiquée sans doute jusqu'à un certain point, mais fatalement déformée. C'est pourquoi ils ne croient pas absurde, mais absolument nécessaire que la théologie qui a utilisé au cours des siècles différentes philosophies comme ses instruments propres substitue aux notions anciennes des notions nouvelles, de telle sorte que, sous des modes divers et souvent opposés, et pourtant présentés par eux comme équivalents, elle nous exprime les vérités divines, sous le mode qui sied à des êtres humains. Ils ajoutent que l'histoire des dogmes consiste à exprimer les formes variées qu'a revêtues la vérité successivement selon les diverses doctrines et selon les systèmes qui ont vu le jour tout au long des siècles.

Or, il ressort, avec évidence, de ce que nous avons dit, que tant d'efforts non seulement conduisent à ce qu'on appelle le " relativisme " dogmatique, mais le comportent déjà en fait : le mépris de la doctrine communément enseignée et le mépris des termes par lesquels on le signifie le favorisent déjà trop. Certes il n'est personne qui ne sache que les mots qui expriment ces notions, tels qu'ils sont employés dans nos écoles et par le magistère de l'Église, peuvent toujours être améliorés et perfectionnés : on sait d'ailleurs que l’Église n'a pas eu recours toujours aux mêmes termes. Et puis, il va de soi que l’Église ne peut se lier à n'importe quel système philosophique dont la vie est de courte durée: ce que les docteurs catholiques, en parfait accord, ont composé au cours des siècles pour parvenir à une certaine intelligence du dogme, ne s'appuie assurément pas sur un fondement aussi caduc. En effet, il n'est pas d'autre appui que les principes et les notions tirés de l'expérience des choses créées; et dans la déduction de ces connaissances, la vérité révélée a, comme une étoile, brillé sur l'intelligence des hommes grâce au ministère de l’Église. On ne s'étonne donc pas que les Conciles œcuméniques aient employé et aussi sanctionné certaines de ces notions: aussi, s'en écarter n'est point permis.

Voilà pourquoi négliger, rejeter ou priver de leur valeur tant de biens précieux qui au cours d'un travail plusieurs fois séculaire des hommes d'un génie et d'une sainteté peu commune, sous la garde du magistère sacré et la conduite lumineuse de l'Esprit-Saint, ont conçus, exprimés et perfectionnés en vue d'une présentation de plus en plus exacte des vérités de la foi, et leur substituer des notions conjecturales et les expressions flottantes et vagues d'une philosophie nouvelle appelées à une existence éphémère, comme la fleur des champs, ce n est pas seulement pécher par imprudence grave, mais c'est faire du dogme lui-même quelque chose comme un roseau agité par le vent. Le mépris des mots et des notions dont ont coutume de se servir les théologiens scolastiques conduit très vite à énerver la théologie qu'ils appellent spéculative et tiennent pour dénuée de toute véritable certitude, sous prétexte qu'elle s'appuie sur la raison théologique.

De fait, ô douleur, les amateurs de nouveautés passent tout naturellement du dédain pour la théologie scolastique au manque d'égards, voire au mépris pour le magistère de l’Église lui-même qui si fortement approuve, de toute son autorité, cette théologie. Ne présentent-ils pas ce magistère comme une entrave au progrès, un obstacle pour la science? Certains non-catholiques y voient déjà un injuste frein qui empêche quelques théologiens plus cultivés de rénover leur science. Et alors que ce magistère, en matière de foi et de mœurs, doit être pour tout théologien la règle prochaine et universelle de vérité, puisque le Seigneur Christ lui a confié le dépôt de la foi - les Saintes Écritures et la divine Tradition - pour le conserver, le défendre et l'interpréter, cependant le devoir qu'ont les fidèles d'éviter aussi les erreurs plus ou moins proches de l'hérésie et pour cela " de conserver les constitutions et les décrets par lesquels le Saint-Siège proscrit et interdit ces opinions qui faussent les esprits " (2), est parfois aussi ignoré d'eux que s'il n'existait pas. Ce qu'exposent les Encycliques des Pontifes Romains sur le caractère et la constitution de l’Église est, de façon habituelle et délibérée, négligé par certains dans le but très précis de faire prévaloir une notion vague qu'ils nous disent puisée chez les anciens Pères et surtout chez les Grecs. A les entendre, les Pontifes, en effet, n'auraient jamais dessein de se prononcer sur les questions débattues entre théologiens ; aussi le devoir s'impose à tous de revenir aux sources primitives et aussi d'expliquer les constitutions et décrets plus récents du magistère selon les textes des anciens.

Tout cela semble dit de façon très habile, mais tout cela est faux en réalité. Car s'il est exact que, en général, les Pontifes laissent la liberté aux théologiens
dans les matières où les docteurs du meilleur renom professent des opinions différentes, l'histoire pourtant nous apprend que bien des choses laissées d'abord à la libre discussion ne peuvent plus dans la suite souffrir aucune discussion.

Et l'on ne doit pas penser que ce qui est proposé dans les lettres Encycliques n'exige pas de soi l'assentiment, sous le prétexte que les Papes n'y exerceraient pas le pouvoir suprême de leur magistère. C'est bien, en effet, du magistère ordinaire que relève cet enseignement et pour ce magistère vaut aussi la parole : "Qui vous écoute, m'écoute... " (3), et le plus souvent ce qui est proposé et imposé dans les Encycliques appartient depuis longtemps d'ailleurs à la doctrine catholique. Que si dans leurs Actes, les Souverains Pontifes portent à dessein un jugement sur une question jusqu'alors disputée, il apparaît donc à tous que, conformément à l'esprit et à la volonté de ces mêmes Pontifes, cette question ne peut plus être tenue pour une question libre entre théologiens.

Il est vrai encore que les théologiens doivent toujours remonter aux sources de la révélation divine; car il leur appartient de montrer de quelle manière ce qui est enseigné par le magistère vivant " est explicitement ou implicitement trouvé " (4) dans la Sainte Écriture et la divine " tradition ". Ajoutons que ces deux sources de la doctrine révélée contiennent tant de trésors et des trésors si précieux de vérités qu'il est impossible de les épuiser jamais. C'est bien la raison pour laquelle nos sciences sacrées trouvent toujours une nouvelle jeunesse dans l'étude des sources sacrées ; tandis que toute spéculation qui néglige de pousser plus avant l'examen du dépôt sacré ne peut qu'être stérile : l'expérience est là, qui le prouve. Mais on ne peut pas, pour cette raison, équiparer la théologie, même celle qu'on dit positive, à une science purement historique. Car Dieu a donné à son Église, en même temps que les sources sacrées, un magistère vivant pour éclairer et pour dégager ce qui n'est contenu qu'obscurément et comme implicitement dans le dépôt de la foi. Et ce dépôt, ce n'est ni à chaque fidèle, ni même aux théologiens que le Christ l'a confié pour en assurer l'interprétation authentique, mais au seul magistère de l’Église. Or si l’Église exerce sa charge, comme cela est arrivé tant de fois au cours des siècles, par la voie ordinaire ou par la voie extraordinaire, il est évident qu'il est d'une méthode absolument fausse d'expliquer le clair par l'obscur, disons bien qu'il est nécessaire que tous s'astreignent à suivre l'ordre inverse. Aussi notre Prédécesseur, d'immortelle mémoire, Pie IX, lorsqu'il enseigne que la théologie a la si noble tâche de démontrer comment une doctrine définie par l’Église est contenue dans les sources, ajoute ces mots, non sans de graves raisons: " dans le sens même où l’Église l'a définie ".

Mais pour en revenir aux systèmes nouveaux auxquels nous avons touché plus haut, il y a certains points que quelques-uns proposent ou qu'ils distillent, pour ainsi dire, dans les esprits, qui tournent au détriment de l'autorité divine de la Sainte Écriture. Ainsi on a audacieusement perverti le sens de la définition du Concile du Vatican sur Dieu, auteur de la Sainte Écriture; et la théorie qui n'admet l'inerrance des lettres sacrées que là où elles enseignent Dieu, la morale et la religion, on la professe en la renouvelant, bien qu'elle ait été plusieurs fois condamnée. Bien plus, de la façon la plus incorrecte, on nous parle d'un sens humain des Livres Saints, sous lequel se cacherait le sens divin, le seul, nous dit-on, qui serait infaillible. Dans l'interprétation de la Sainte Écriture, on s'interdit de tenir compte de l'analogie de la foi et de la tradition ecclésiastique. En conséquence, c'est la doctrine des Saints Pères et du magistère sacré qui devrait être ramenée, pour ainsi dire, à la juste balance de l’Écriture et de l’Écriture telle qu'elle est expliquée par des exégètes qui ne font appel qu'à la lumière de la raison; et, partant, ce n'est plus la Sainte Écriture qu'il faudrait expliquer selon la pensée de l’Église que le Christ institua gardienne et interprète de tout le dépôt de la vérité divinement révélée.

En outre, le sens littéral de la Sainte Écriture et son explication faite laborieusement, sous le contrôle de l’Église, par tant d'exégètes de si grande valeur doivent céder, d'après les inventions qui plaisent aux novateurs, à une exégèse nouvelle, dite symbolique et spirituelle; et ainsi seulement, les Livres Saints de l'Ancien Testament, qui seraient aujourd'hui encore ignorés dans l’Église, comme une source qu'on aurait enclose, seraient enfin ouverts à tous. Ils assurent que toutes les difficultés, par ce moyen, s'évanouiront, qui ne paralysent que ceux-là qui se tiennent attachés au sens littéral de la Bible.

Il n'est personne qui ne puisse voir à quel point tant de prétentions s'écartent des principes et des règles d'herméneutique si justement fixés par Nos Prédécesseurs d'heureuse mémoire Léon XIII dans l'Encyclique "Providentissimus" et Benoît XV dans l'Encyclique "Spiritus Paraclitus" et par Nous-même dans l'Encyclique "Divino afflante Spiritu".

Il n'est pas étonnant que pareilles nouveautés aient déjà produit des fruits empoisonnés dans toutes les parties, ou presque, de la théologie. On révoque en doute que la raison humaine, sans le secours de la révélation et de la grâce divine, puisse démontrer l'existence d'un Dieu personnel par des arguments tirés des choses créées; on nie que le monde ait eu un commencement et l'on soutient que la création est nécessaire, puisqu'elle procède de la nécessaire libéralité de l'amour de Dieu; on refuse aussi à Dieu l'éternelle et infaillible prescience des libres actions de l'homme. Or tout cela s'oppose aux déclarations du Concile du Vatican (5).

Quelques-uns aussi se demandent si les Anges sont des créatures personnelles, et si la matière diffère essentiellement de l'esprit. D'autres corrompent la véritable gratuité de l'ordre surnaturel, puisqu'ils tiennent que Dieu ne peut pas créer des êtres doués d'intelligence sans les ordonner et les appeler à la vision béatifique. Ce n'est pas assez ! au mépris de toutes définitions du Concile de Trente, on a perverti la notion du péché originel, et du même coup, la notion du péché en général, dans le sens même où il est une offense à Dieu, et ainsi la notion de la satisfaction offerte pour nous par le Christ. Il s'en trouve encore pour prétendre que la doctrine de la transsubstantiation, toute fondée sur une notion philosophique périmée (la notion de substance), doit être corrigée, de telle sorte que la présence réelle dans la Sainte Eucharistie soit ramenée à un certain symbolisme, en ce sens que les espèces consacrées ne seraient que les signes efficaces de la présence spirituelle du Christ et de son intime union avec les membres fidèles dans le Corps Mystique.

Certains estiment qu'ils ne sont pas liés par la doctrine que Nous avons exposée il y a peu d'années dans notre lettre Encyclique et qui est fondée sur les sources de la " révélation ", selon laquelle le Corps Mystique et l’Église catholique romaine sont une seule et même chose (6). Quelques-uns réduisent à une formule vaine la nécessité d'appartenir à la véritable Église pour obtenir le salut éternel. D'autres enfin attaquent injustement le caractère rationnel de la crédibilité de la foi chrétienne.

Il est trop certain que ces erreurs et d'autres du même ordre s'insinuent dans l'esprit de plusieurs de Nos fils, qu'abuse un zèle imprudent des âmes ou une fausse science: il Nous faut donc, l'âme accablée de tristesse, leur répéter des vérités très connues et leur signaler, non sans angoisse pour le cœur, des erreurs manifestes et des dangers d'erreur auxquels ils s'exposent.

On sait combien l’Église estime la raison humaine dans le pouvoir qu'elle a de démontrer avec certitude l'existence d'un Dieu personnel, de prouver victorieusement par les signes divins les fondements de la foi chrétienne elle-même, d'exprimer exactement la loi que le Créateur a inscrite dans l'âme humaine et enfin de parvenir à une certaine intelligence des mystères, qui nous est très fructueuse (7). La raison cependant ne pourra remplir tout son office avec aisance et en pleine sécurité que si elle reçoit une formation qui lui est due : c'est-à-dire quand elle est imprégnée de cette philosophie saine qui est pour nous un vrai patrimoine transmis par les siècles du passé chrétien et qui jouit encore d'une autorité d'un ordre supérieur, puisque le magistère de l’Église a soumis à la balance de la révélation divine, pour les apprécier, ses principes et ses thèses essentielles qu'avaient peu à peu mis en lumière et définis des hommes de génie. Cette philosophie reconnue et reçue dans l’Église défend, seule, l'authentique et juste valeur de la connaissance humaine, les principes inébranlables de la métaphysique, à savoir de raison suffisante, de causalité et de finalité la poursuite enfin, effective, de toute vérité certaine et immuable.

Dans cette philosophie, sans doute sont traitées des parties qui ni directement ni indirectement ne touchent à la foi et aux mœurs: aussi l’Église les laisse-t-elle à la libre discussion des philosophes. Mais pour beaucoup d'autres, surtout dans le domaine des principes et des thèses essentielles que Nous avons rappelés plus haut, de liberté de discussion il n'y a point. Même dans ces questions essentielles, il est permis de donner à la philosophie un vêtement plus juste et plus riche, de la renforcer de développements plus efficaces, de la débarrasser de quelques procédés scolaires insuffisamment adaptés, de l'enrichir discrètement aussi d'éléments apportés par une pensée humaine qui sainement progresse, mais il n'est jamais possible de la bouleverser, de la contaminer de principes faux ou même de la tenir pour un monument sans doute imposant mais absolument suranné. Car la vérité et toute son explication philosophique ne peuvent pas changer chaque jour, surtout quand il s'agit de principes évidents, par soi, pour tout esprit humain ou de ces thèmes qui prennent appui aussi bien sur la sagesse des siècles que sur leur accord avec la révélation divine qui les étaye si fortement. Tout ce que l'esprit humain, adonne à la recherche sincère, peut découvrir de vrai ne peut absolument pas s'opposer à une vérité déjà acquise; Dieu, Souveraine Vérité a créé l'intelligence humaine et la dirige, il faut le dire, non point pour qu'elle puisse opposer chaque jour des nouveautés à ce qui est solidement acquis, mais pour que, ayant rejeté les erreurs qui se seraient insinuées en elle, elle élève progressivement le vrai sur le vrai selon l'ordre et la complexion même que nous discernons dans la nature des choses d'où nous tirons la vérité.

C'est pourquoi un chrétien, qu'il soit philosophe ou théologien, ne peut pas se jeter à la légère, pour les adopter, sur toutes les nouveautés qui s'inventent chaque jour; qu'il en fasse au contraire un examen très appliqué, qu'il les pèse en une juste balance ; et ainsi, se gardant de perdre ou de contaminer la vérité déjà acquise, il évitera de causer un dommage certain à la foi elle-même et de la mettre gravement en péril.

Si l'on a bien saisi ces précisions, on verra sans peine pour quelle raison l’Église exige que ses futurs prêtres soient instruits des disciplines philosophiques " selon la méthode, selon la doctrine et les principes du Docteur Angélique " (Cool; c'est que l'expérience de plusieurs siècles lui a parfaitement appris que la méthode de l'Aquinate l'emporte singulièrement sur toutes les autres, soit pour former les étudiants, soit pour approfondir les vérités peu accessibles ; sa doctrine forme comme un accord harmonieux avec la révélation divine ; elle est de toutes la plus efficace pour mettre en sûreté les fondements de la foi, comme pour recueillir utilement et sans dommage les fruits d'un progrès véritable (9).

C'est pour tant de motifs, qu'il est au plus haut point lamentable que la philosophie reçue et reconnue dans l’Église soit aujourd'hui méprisée par certains qui, non sans imprudence, la déclarent vieillie dans sa forme et rationaliste (comme ils osent dire) dans son processus de pensée. Nous les entendons répétant que cette philosophie, la nôtre, soutient faussement qu'il peut y avoir une métaphysique absolument vraie; et ils affirment de façon péremptoire que les réalités, et surtout les réalités transcendantes, ne peuvent être mieux exprimées que par des doctrines disparates, qui se complètent les unes les autres, encore qu'elles s'opposent entre elles toujours en quelque façon. Aussi concèdent-ils que la philosophie qu'enseignent Nos écoles, avec son exposition claire des problèmes et leurs solutions, avec sa détermination si rigoureuse du sens de toutes les notions et ses distinctions précises, peut être utile pour initier de jeunes esprits à la théologie scolastique et qu'elle était remarquablement accommodée aux esprits du moyen-âge; mais elle n'offre plus, selon eux, une méthode qui réponde à notre culture moderne et aux nécessités du temps. Ils opposent ensuite que la philosophia perennis n'est qu'une philosophie des essences immuables, alors que l'esprit moderne doit nécessairement se porter vers l'existence de chacun et vers la vie toujours fluente. Et tandis qu'ils méprisent cette philosophie, ils en exaltent d'autres, anciennes ou récentes, de l'Orient ou de l'Occident, de sorte qu'ils semblent insinuer dans les esprits que n'importe quelle philosophie, n'importe quelle manière personnelle de penser, avec, si besoin est, quelques retouches ou quelques compléments, peut s'accorder avec le dogme catholique : or, cela est absolument faux, surtout quand il s'agit de ces produits de l'imagination qu'on appelle l'immanentisme, l'idéalisme, le matérialisme soit historique soit dialectique ou encore l'existentialisme, qu'il professe l'athéisme ou pour le moins qu'il nie toute valeur au raisonnement métaphysique. Quel catholique pourrait avoir le moindre doute sur toutes ces choses

Enfin ils reprochent à cette philosophie de ne s'adresser qu'à l'intelligence dans le processus de la connaissance, puisqu'elle néglige, disent-ils, l'office de la volonté et celui des affections de l'âme. Or cela n'est pas vrai. Jamais la philosophie chrétienne n'a nié l'utilité et l'efficacité des bonnes dispositions de toute l'âme humaine pour connaître à fond et pour embrasser les vérités religieuses et morales; bien mieux, elle a toujours professé que le défaut de ces dispositions peut être cause que l'intelligence, sous l'influence des passions et de la volonté mauvaise, s'obscurcisse à ce point qu'elle ne voit plus juste. Bien mieux encore, le Docteur commun estime que l'intelligence peut d'une certaine manière percevoir les biens supérieurs d'ordre moral soit naturel soit surnaturel, mais dans la mesure seulement où l'âme éprouve une certaine connaturalité affective avec ces mêmes biens, soit par nature, soit par don de grâce (10). Et l'on ne peut pas ne pas saisir l'intérêt du secours apporté par cette connaissance obscure aux recherches de notre esprit. Cependant autre chose est de reconnaître aux dispositions affectives de la volonté le pouvoir d'aider la raison à poursuivre une science plus certaine et plus ferme des choses; et autre chose, ce que soutiennent ces novateurs, à savoir: attribuer aux facultés d'appétit et d'affection un certain pouvoir d'intuition et dire que l'homme, incapable de savoir par la raison et avec certitude la vérité qu'il doit embrasser, se tourne vers la volonté pour faire choix et décider librement entre des opinions erronées: n'est-ce pas là mêler indûment la connaissance et l'acte de la volonté?

Il n'est pas étonnant que, par ces nouveaux systèmes, on soit amené à mettre en danger les deux disciplines philosophiques qui, par leur nature même, sont étroitement liées avec l'enseignement de la foi, la théodicée et l'éthique; on en vient donc à penser que leur rôle n'est pas de démontrer quelque chose de certain sur Dieu ou sur un autre être transcendant, mais bien plutôt de montrer que ce que la foi enseigne sur un Dieu personnel et sur ses commandements s'accorde parfaitement avec les nécessités de la vie et que par voie de conséquence il faut que tous l'embrassent pour éviter le désespoir et pour parvenir au salut éternel. Or tout cela s'oppose manifestement aux documents de Nos Prédécesseurs Léon XIII et Pie X et ne peut s'accorder avec les décrets du Concile du Vatican. Nous n'aurions certes pas à déplorer ces écarts loin de la vérité si tous, même en philosophie, voulaient écouter le magistère de l'Église avec tout le respect qui lui est dû; car il lui revient, de par l'institution divine, non seulement de garder et d'interpréter le dépôt de la vérité divinement révélée, mais encore d'exercer toute sa vigilance sur les disciplines philosophiques pour que de faux systèmes ne portent pas atteinte aux dogmes catholiques.

Il nous reste à dire un mot des sciences qu'on dit positives, mais qui sont plus ou moins connexes avec les vérités de la foi chrétienne. Nombreux sont ceux qui demandent avec instance que la religion catholique tienne le plus grand compte de ces disciplines. Et cela est assurément louable lorsqu'il s'agit de faits réellement démontrés; mais cela ne doit être accepté qu'avec précaution, dès qu'il s'agit bien plutôt d' " hypothèses " qui, même si elles trouvent quelque appui dans la science humaine, touchent à la doctrine contenue dans la Sainte Écriture et la "Tradition ". Dans le cas où de telles vues conjecturales s'opposeraient directement ou indirectement à la doctrine révélée par Dieu, une requête de ce genre ne pourrait absolument pas être admise.

C'est pourquoi le magistère de l’Église n'interdit pas que la doctrine de l' " évolution ", dans la mesure où elle recherche l'origine du corps humain à partir d'une matière déjà existante et vivante - car la foi catholique nous ordonne de maintenir la création immédiate des âmes par Dieu - soit l'objet, dans l'état actuel des sciences et de la théologie d'enquêtes et de débats entre les savants de l'un et de l'autre partis : il faut pourtant que les raisons de chaque opinion, celle des partisans comme celle des adversaires, soient pesées et jugées avec le sérieux, la modération et la retenue qui s'imposent; à cette condition que tous soient prêts à se soumettre au jugement de l’Église à qui le mandat a été confié par le Christ d'interpréter avec autorité les Saintes Écritures et de protéger les dogmes de la foi (11). Cette liberté de discussion, certains cependant la violent trop témérairement : ne se comportent-ils pas comme si l'origine du corps humain à partir d'une matière déjà existante et vivante était à cette heure absolument certaine et pleinement démontrée par les indices jusqu'ici découverts et par ce que le raisonnement en a déduit; et comme si rien dans les sources de la révélation divine n'imposait sur ce point la plus grande prudence et la plus grande modération.

Mais quand il s'agit d'une autre vue conjecturale qu'on appelle le polygénisme, les fils de l’Église ne jouissent plus du tout de la même liberté. Les fidèles en effet ne peuvent pas adopter une théorie dont les tenants affirment ou bien qu'après Adam il y a eu sur la terre de véritables hommes qui ne descendaient pas de lui comme du premier père commun par génération naturelle, ou bien qu'Adam désigne tout l'ensemble des innombrables premiers pères. En effet on ne voit absolument pas comment pareille affirmation peut s'accorder avec ce que les sources de la vérité révélée et les Actes du magistère de l’Église enseignent sur le péché originel, lequel procède d'un péché réellement commis par une seule personne Adam et, transmis à tous par génération, se trouve en chacun comme sien (12).

Comme dans le domaine de la biologie et de l'anthropologie, il en est qui, dans le domaine de l'histoire, négligent audacieusement les limites et les précautions que l’Église établit. Et en particulier, il Nous faut déplorer une manière vraiment trop libre d'interpréter les livres historiques de l'Ancien Testament, dont les tenants invoquent à tort, pour se justifier, la lettre récente de la Commission Pontificale biblique à l'Archevêque de Paris (13), Cette lettre, en effet, avertit clairement que les onze premiers chapitres de la Genèse, quoiqu'ils ne répondent pas exactement aux règles de la composition historique, telles que les ont suivies les grands historiens grecs et latins et que les suivent les savants d'aujourd'hui, appartient néanmoins au genre historique en un sens vrai, que des exégètes devront étudier encore et déterminer: cette Lettre dit encore que les mêmes chapitres, dans le style simple et figuré, bien approprié à l'état des esprits d'un peuple peu cultivé, rapportent les vérités essentielles sur lesquelles repose la poursuite de notre salut éternel, ainsi qu'une description populaire de l'origine du genre humain et du peuple élu. Si par ailleurs, les anciens hagiographes ont puisé quelque chose dans les narrations populaires (ce qu'on peut assurément concéder), on ne doit jamais oublier qu'ils l'ont fait sous l'inspiration divine qui les a préservés de toute erreur dans le choix et l'appréciation de ces documents.

Mais tout ce qui a été emprunté aux narrations populaires et accueilli dans les Saintes Lettres ne peut absolument pas être équiparé aux mythologies ou aux fables du même genre, qui procèdent bien plutôt de l'imagination dénuée de tout frein que de ce remarquable souci de vérité et de simplicité qui éclate dans les Saintes Lettres, même de l'Ancien Testament, à ce point que nos hagiographes doivent être proclamés nettement supérieurs aux écrivains profanes de l'antiquité.

Nous savons, certes, que la plupart des maîtres catholiques dont les travaux profitent aux lycées, aux séminaires, aux collèges d'instituts religieux demeurent éloignés de ces erreurs aujourd'hui répandues ouvertement ou on secret, soit par passion de nouveauté, soit même par un propos mal réglé d'apostolat. Mais nous savons aussi que ces nouveaux systèmes peuvent gagner des imprudents ; c'est pourquoi Nous préférons Nous opposer à elles dès leur principe, plutôt que d'avoir à porter remède à un mal déjà invétéré.

Aussi, après avoir mûrement pesé et considéré la chose devant Dieu, pour ne pas manquer à Notre devoir sacré, Nous enjoignons aux Évêques et aux Supérieurs de familles religieuses, leur en faisant une très grave obligation de conscience, de veiller avec le plus grand soin à ce que ces opinions ne soient pas exposées dans les écoles, dans les réunions, dans n'importe quels écrits, et qu'elles ne soient pas enseignées on quelque manière que ce soit aux clercs et aux fidèles.

Que ceux qui sont professeurs d'instituts ecclésiastiques sachent qu'ils ne peuvent exercer on toute tranquillité de conscience la charge d'enseigner qui leur est confiée, s'ils n'acceptent pas religieusement les normes doctrinales que Nous avons édictées, et s'ils ne les suivent pas exactement au cours de la formation de leurs élèves. Le respect et l'obéissance qu'ils doivent professer envers le magistère de l’Église dans leur travail quotidien, ils les doivent inculquer aussi au cœur et à l'esprit de leurs élèves.

Oui, qu'ils travaillent, usant de toutes leurs forces et de toute leur application, à faire avancer les disciplines qu'ils enseignent, mais qu'ils se gardent aussi d'outrepasser les limites que nous avons fixées en vue de protéger les vérités de la foi et la doctrine catholique. Face aux nouveaux problèmes qui se posent pour le grand public en raison de la culture et du progrès moderne, qu'ils apportent leur large part dans la recherche la plus diligente, mais avec la prudence et les précautions qui s'imposent ; et enfin qu'ils ne pensent pas, cédant trop volontiers à un faux " irénisme " que pourront être heureusement ramenés dans le sein de l’Église les dissidents et les égarés si on ne leur enseigne pas sincèrement à tous la vérité, telle qu'elle est, intègre si vivante dans l’Église sans la corrompre et sans l'amoindrir.

Fondé sur cet espoir que ravive votre zèle pastoral, comme gage des célestes bienfaits et comme témoignage de Notre paternelle bienveillance, Nous donnons, de grand cœur, à chacun de vous, Vénérables Frères, et aussi à votre clergé et à votre peuple, la Bénédiction Apostolique.

Donné à Rome, près Saint-Pierre, le 12 août 1950, en la douzième année de Notre Pontificat.

NOTES

(1) Conc. Vatic. D. B., 1876, Const. De Fide cath., ch. 2, De revelatione

(2) C. I. C., can. 1324, cfr. Conc. Vatic.,

D. B., 1820, Const. De Fide cath., ch. 4. De fide et ratione, post canones.

(3) LUC, X, 16.

(4) PIE IX, Inter gravissimas, 28 oct. 1870,

Acta, vol. I, p. 260.

(5) Cfr. Conc. Vatic., Const. De Fide cath.

ch. 1, De Deo rerum omnium creatore.

(6) Cfr. Litt. Enc. Mystici Corporis Christi,

A. A.S., vol. XXXV, p. 193 et suiv.

(7) Cfr. Conc. Vat., D. B., 1796.

(Cool C. I. C., can. 1366, 2.

(9) A. A. S., vol. XXXVIII, 1946, p. 387.

(10) Cfr. S. THOM., Summa Theol., II-II, qu. 1, art. 4 ad. 3 et qu. 45, art. 2, in c.

(11) Cfr. Allocut. Pont. ad membra Academiae Scientiarum, 30 nov. 1941 ; A. S. S.,

vol. XXXIII, p. 506.

(12) Cfr. Rom., V, 12-19 ; Conc. Trid., sess. V., can. 1-4.

(13) 16 janvier 1948 : A. A. S., vol. XL, pp. 45-48.


© Copyright - Libreria Editrice Vaticana


Revenir en haut Aller en bas
Gilbert Chevalier



Messages : 295
Date d'inscription : 29/06/2015

MessageSujet: Re: Le Chapelet récité avec vous ! par Gilbert Chevalier (aveugle)   Mer 29 Juil 2015 - 8:04

LES PAS DE SAINTE THÉRÈSE

« Un pas pour les vrais missionnaires,
Non pour les révolutionnaires !
Un pas pour Jésus, mon doux Christ,
Non pour l'Exterminateur, l'Antéchrist,
Dans le temps duquel j'aurais aimé
Vivre pour être par lui martyrisée. »

Gilbert Chevalier
l'Aveugle-Vendéen
Revenir en haut Aller en bas
Gilbert Chevalier



Messages : 295
Date d'inscription : 29/06/2015

MessageSujet: Re: Le Chapelet récité avec vous ! par Gilbert Chevalier (aveugle)   Mer 29 Juil 2015 - 21:19



PRIÈRE À NOTRE-DAME DE TOUTE-MISÉRICORDE


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le Chapelet récité avec vous ! par Gilbert Chevalier (aveugle)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le Chapelet récité avec vous ! par Gilbert Chevalier (aveugle)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 6Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
À Toi NOTRE PÈRE par les Saints Cœurs de JÉSUS, MARIE et JOSEPH.. :: PRIERES :: Toutes les Prières du Forum-
Sauter vers: