À Toi NOTRE PÈRE par les Saints Cœurs de JÉSUS, MARIE et JOSEPH..

Forum Catholique sous la protection de Saint Michel, faisant mémoire de Sylvie la fondatrice, Prières, Dévotions au Sacré Coeur, au Coeur Immaculé de Marie, au Coeur Chaste de Joseph et autres, Fidélité aux 3 Blancheurs et au Magistère de l'Eglise...
 
AccueilPortailS'enregistrerConnexion
Derniers sujets
» Prions aux intentions du Pape, défis de l'humanité
par Lumen Aujourd'hui à 15:55

» Je bénirai le Seigneur ...
par Lumen Aujourd'hui à 15:12

» ROSAIRE PERPÉTUEL
par Lumen Aujourd'hui à 14:53

» Jésus nous livre un grand secret : prier sans se décourager...
par Lumen Aujourd'hui à 14:50

» Neuvaine au Christ Roi de l'Univers : Du 16 au 26 novembre
par Lumen Aujourd'hui à 14:29

» Donne-nous notre Pain de ce jour (Vie) : Parole de DIEU*
par Lumen Aujourd'hui à 14:13

» La vision du Ciel de Saint André le fol en Christ
par Raphaël de l'Enfant Jésus Aujourd'hui à 11:54

» 56 apparitions de Marie pour demander d’une manière nouvelle l’Esprit Saint (II)
par Raphaël de l'Enfant Jésus Aujourd'hui à 10:24

» Pensée du jour: En acceptant Mon Amour, le mal et la souffrance sont vaincus.
par Raphaël de l'Enfant Jésus Aujourd'hui à 10:03

» Le Point Culminant
par Lumen Hier à 20:45

» Prières
par Raphaël de l'Enfant Jésus Hier à 20:23

» Une Crise Annoncée ?
par Lumen Hier à 20:20

» Chapelet du vendredi 17 novembre 2017 à Lourdes
par Raphaël de l'Enfant Jésus Hier à 20:14

» Catéchèse du pape Benoît XVI : Psaume 119 (118) "unique dans son genre", qui indique la voie du bonheur
par Lumen Hier à 19:51

» Vers la paix avec la spiritualité franciscaine
par Lumen Hier à 18:44

» Prions pour et avec les malades
par Lumen Hier à 18:12

» Chaque instant est un nouveau départ
par Lumen Hier à 18:01

» Dans la Divine Trinité, la communication est parfaite
par Lumen Hier à 17:47

» Neuvaine de la Présentation de Marie au Temple
par Lumen Hier à 13:07

» Consécration aux Cœurs de Jésus et Marie pour Notre Dame de Fatima
par Lumen Hier à 12:41

» Marie retrouve Jésus au temple
par Lumen Hier à 12:20

» 56 apparitions de Marie pour demander d’une manière nouvelle l’Esprit Saint (I)
par Raphaël de l'Enfant Jésus Hier à 10:15

» Pensée du jour: Apprends à te laisser guider par l'Amour. Je t'aime.
par Raphaël de l'Enfant Jésus Hier à 9:59

» Un grain de sel
par Lumen Jeu 16 Nov 2017 - 21:49

» Où est le Règne de Dieu ?
par Lumen Jeu 16 Nov 2017 - 20:53

» Chapelet du jeudi 16 novembre 2017 à Lourdes
par Raphaël de l'Enfant Jésus Jeu 16 Nov 2017 - 20:17

» Prier avec le Frère Charles de Foucauld
par Lumen Jeu 16 Nov 2017 - 15:24

» « Les religieux de saint Joseph nous ont appris à aimer Notre Dame »
par Raphaël de l'Enfant Jésus Jeu 16 Nov 2017 - 9:49

» Pensée du jour: Mon enfant, Je t'aime! Je t'aime! Je t'aime! Ces mots doivent se graver dans ton âme...
par Raphaël de l'Enfant Jésus Jeu 16 Nov 2017 - 9:16

» La messe n’est pas un spectacle, on a besoin de se préparer en silence
par Raphaël de l'Enfant Jésus Mer 15 Nov 2017 - 19:57

» Prier le "nouveau" Notre-Père
par Lumen Mer 15 Nov 2017 - 19:26

» Refusons la misère
par Lumen Mer 15 Nov 2017 - 18:46

» Clergé: ce qu’est un serviteur inutile, par le cardinal Stella
par Raphaël de l'Enfant Jésus Mer 15 Nov 2017 - 18:35

» Chapelet du mercredi 15 novembre 2017 à Lourdes
par Raphaël de l'Enfant Jésus Mer 15 Nov 2017 - 18:21

» Migrants : « merci pour ce que vous faites »
par Raphaël de l'Enfant Jésus Mer 15 Nov 2017 - 17:58

» Audience générale: la messe, rencontre d’amour
par Raphaël de l'Enfant Jésus Mer 15 Nov 2017 - 17:46

» La visite des mages
par Lumen Mer 15 Nov 2017 - 17:32

» Prier chaque jour
par Lumen Mer 15 Nov 2017 - 13:12

» C'est notre jour de reconnaissance, de merci !
par Lumen Mer 15 Nov 2017 - 12:28

» Notre-Dame-de-la-Paix, l’édifice chrétien le plus large au monde
par Raphaël de l'Enfant Jésus Mer 15 Nov 2017 - 10:30

Qui est en ligne ?
Il y a en tout 26 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 26 Invités :: 2 Moteurs de recherche

Aucun

Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 264 le Jeu 27 Mar 2014 - 20:02

Partagez | 
 

 Donne-nous notre Pain de ce jour (Vie) : Parole de DIEU

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4 ... 10 ... 18  Suivant
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Donne-nous notre Pain de ce jour (Vie) : Parole de DIEU   Lun 14 Mar 2016 - 19:05

Bonsoir Lumen,

Bonsoir à toutes et à tous,




Mardi 15 Mars 2016

De la férie

5ième semaine du Temps de Carême
(Couleur liturgique : Violet )
Année C





(Première lecture)
Livre des Nombres 21 : 4 à 9


« Tous ceux qui auront été mordus, qu’ils regardent le serpent, alors ils vivront ! »

En ces jours-là,
les Hébreux quittèrent Hor-la-Montagne
par la route de la mer des Roseaux
en contournant le pays d’Édom.
Mais en chemin, le peuple perdit courage.
Il récrimina contre DIEU et contre Moïse :
« Pourquoi nous avoir fait monter d’Égypte ?
Était- ce pour nous faire mourir dans le désert,
où il n’y a ni pain ni eau ?
Nous sommes dégoûtés de cette nourriture misérable ! »
Alors le SEIGNEUR envoya contre le peuple
des serpents à la morsure brûlante,
et beaucoup en moururent dans le peuple d’Israël.
Le peuple vint vers Moïse et dit :
« Nous avons péché,
en récriminant contre le SEIGNEUR et contre toi.
Intercède auprès du SEIGNEUR
pour qu’IL éloigne de nous les serpents. »
Moïse intercéda pour le peuple,
et le SEIGNEUR dit à Moïse :
« Fais-toi un serpent brûlant,
et dresse-le au sommet d’un mât :
tous ceux qui auront été mordus,
qu’ils le regardent, alors ils vivront ! »
Moïse fit un serpent de bronze
et le dressa au sommet du mât.
Quand un homme était mordu par un serpent,
et qu’il regardait vers le serpent de bronze,
il restait en vie !

– PAROLE du SEIGNEUR.


Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris







Détresse et espérance


Prière d’un malheureux à bout de force, qui expose sa plainte au SEIGNEUR.

[Psaume 101 (102) ; entièrement]



Psaume 101 (102) : 2 et 3, 16 à 18, 19 à 21

R/ SEIGNEUR, entends ma prière :
que mon cri parvienne jusqu’à TOI !


SEIGNEUR, entends ma prière :
que mon cri parvienne jusqu’à TOI !
Ne me cache pas TON VISAGE
le jour où je suis en détresse !
Le jour où j’appelle, écoute- moi ;
viens vite, réponds- moi !
R/

Les nations craindront le NOM DU SEIGNEUR,
et tous les rois de la Terre, SA GLOIRE :
quand le SEIGNEUR rebâtira Sion,
quand IL apparaîtra dans SA GLOIRE,
IL se tournera vers la prière du spolié,
IL n’aura pas méprisé sa prière.
R/

Que cela soit écrit pour l’âge à venir,
et le peuple à nouveau créé chantera son DIEU :
« Des Hauteurs, SON SANCTUAIRE, le SEIGNEUR s’est penché ;
du Ciel, IL regarde la Terre
pour entendre la plainte des captifs
et libérer ceux qui devaient mourir. »
R/

Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris






Évangile de JÉSUS-CHRIST selon Saint Jean 8 : 21 à 30

Acclamation de l’Évangile :
GLOIRE ET LOUANGE À TOI, SEIGNEUR JÉSUS !
FILS de l’Homme, élevé sur la Croix, TU attires à TOI tous les hommes.
GLOIRE ET LOUANGE À TOI, SEIGNEUR JÉSUS !
(cf. Ez 33, 11)




« Quand vous aurez élevé le FILS de l’Homme, alors vous comprendrez que Moi, JE SUIS »

En ce temps- là,
JÉSUS disait aux Pharisiens :
« Je m’en vais ;
vous Me chercherez,
et vous mourrez dans votre péché.
Là où Moi Je vais,
vous ne pouvez pas aller. »
Les Juifs disaient :
« Veut-IL donc se donner la mort,
puisqu’IL dit :
“Là où moi je vais,
vous ne pouvez pas aller” ? »
IL leur répondit :
« Vous, vous êtes d’en bas ;
Moi, JE SUIS D’EN HAUT.
Vous, vous êtes de ce monde ;
Moi, Je ne suis pas de ce monde.
C’est pourquoi Je vous ai dit
que vous mourrez dans vos péchés.
En effet, si vous ne croyez pas que Moi, JE SUIS,
vous mourrez dans vos péchés. »
Alors, ils LUI demandaient :
« TOI, qui es-TU ? »
JÉSUS leur répondit :
« Je n’ai pas cessé de vous le dire.
À votre sujet, J’ai beaucoup à dire
et à juger.
D’ailleurs CELUI qui M’a envoyé dit la VÉRITÉ,
et ce que J’ai entendu de LUI,
Je le dis pour le monde. »
Ils ne comprirent pas qu’IL leur parlait du PÈRE.
JÉSUS leur déclara :
« Quand vous aurez élevé le FILS de l’Homme,
alors vous comprendrez que Moi, JE SUIS,
et que Je ne fais rien de MOI-MÊME ;
ce que Je dis là,
Je le dis comme le PÈRE Me l’a enseigné.
CELUI qui M’a envoyé est avec MOI ;
IL ne M’a pas laissé seul,
parce que Je fais toujours ce qui LUI est AGRÉABLE. »
Sur CES PAROLES DE JÉSUS,
beaucoup crurent en LUI.

– Acclamons la PAROLE de DIEU.


Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris











Textes du jour, lu sur :
Les services de la liturgie Catholique

http://www.aelf.org/office-messe?date_my=15/03/2016

Liens :
http://www.aelf.org/office-messe
http://services.liturgiecatholique.fr/






Amicalement, fraternellement
Nicolas

Revenir en haut Aller en bas
Lumen
Admin
avatar

Messages : 4231
Date d'inscription : 18/10/2014
Localisation : France

MessageSujet: Re: Donne-nous notre Pain de ce jour (Vie) : Parole de DIEU   Mar 15 Mar 2016 - 10:35

Bonjour à vous tous, amis qui aimez la Parole de Vie, goûtez et voyez comme est bon le Seigneur !
Bonjour Nicolas, Merci !



Homélie :

« Jésus leur dit encore : « Je m’en vais et vous me chercherez et vous mourrez dans votre péché."

Où je vais, vous ne pouvez venir. » Les Juifs disaient donc : « Va-t-il se donner la mort, qu’il dise : « Où je vais, vous ne pouvez venir » Et il leur disait : « Vous, vous êtes d’en bas ; moi, je suis d’en haut. Vous, vous êtes de ce monde ; moi, je ne suis pas de ce monde." Quelle profondeur donne à notre quotidien cette page qui nous invite à prendre de la hauteur, « d’être d’en haut », de vivre des « choses d’en haut ». L’émerveillement nous donne de vivre, il nous conduit à la connaissance. Notre foi commence et s’achève dans l’émerveillement, nous entrons dans le temps du regard qui nous élève jusqu’au Père. Notre regard sur le Christ, élevé sur la Croix, s’élève jusqu’à la résurrection. Jésus nous redit sans cesse que le mystère de Dieu est un mystère d’amour. Mais nous sommes encore comme le peuple d’Israël déporté en Égypte qui a continué à récriminer contre Dieu. Cet esclavage « matériel » est le signe d’un esclavage plus profond qui est l’esclavage du péché. Comme Jésus déjà mort, dit l’Évangile, était encore sur la croix, le soldat s’approcha, « lui ouvrit le côté d’un coup de sa lance, et il en jaillit du sang et de l’eau. Jésus n’a fait que du bien, dans la douceur et la tendresse de Dieu. Devant la dureté du cœur de ceux qui se sont appropriés la loi et qui croient servir Dieu dans la contestation, Jésus dit : « Je m’en vais, » vous me chercherez et vous mourrez dans votre péché. Entendre de Jésus ce message d’amour, de paix et de douceur , c’est déjà être déjà guéri.

Ils lui disaient donc : « Qui es-tu ? » Jésus leur dit : « Dès le commencement ce que je vous dis. J’ai sur vous beaucoup à dire et à juger ; mais celui qui m’a envoyé est véridique et je dis au monde ce que j’ai entendu de lui. » Ils ne comprirent pas qu’il leur parlait du Père."

Jésus a le cœur blessé par ces juifs qui ne comprennent pas ses paroles. Pourtant, notre pâque est une œuvre plus merveilleuse encore que l’acte de la création au commencement du monde. Notre émerveillement passe par le détournement de notre regard de nous-même pour rejoindre la réalité du monde et de notre Salut. Marie est présente quand Jésus est dans la faiblesse de l’agonie, là elle nous rejoind dans notre faiblesse. Elle sera encore présente quand son fils sera crucifié pour nous. Lorsque Jésus est mis à mort et nous sauve par sa Croix, Marie perçoit le combat de Jésus pour son peuple, elle souffre de la violence et de la haine contre son fils, contre le Fils unique du Père ! Elle en a le cœur brisé : « Dieu est Amour, » mais cet amour ne peut être reçu que par un désir et une attente. Quand le soldat s’approcha, « lui ouvrit le côté « Il jaillit de son côté de l’eau et du sang. » Cette eau et ce sang sont le symbole du baptême et de l’Eucharistie. L’Église est née par le bain du Baptême issu du côté transpercé de Jésus. Le Christ a formé l’Église à partir de son côté, comme il a formé Ève à partir du côté d’Adam. Jésus libére l’humanité de l’esclavage du menteur pour qu’elle retrouve la soif du Dieu vivant.

"Jésus leur dit donc : « Quand vous aurez élevé le Fils de l’homme, alors vous saurez que Je Suis et que je ne fais rien de moi-même, mais je dis ce que le Père m’a enseigné, et celui qui m’a envoyé est avec moi ; il ne m’a pas laissé seul, parce que je fais toujours ce qui lui plaît. » 

Comme il disait cela, beaucoup crurent en lui." L’émerveillement suprême est de nourrir notre vie quotidienne de la Croix qui fait de nous des Chrétiens. Si la Passion de Jésus nous affecte, nous voulons l’imiter en portant nos croix avec Lui. Thérèse de Lisieux, dans une lettre à sa sœur Céline disait :« Regarde sa Face adorable !…Regarde ces yeux éteints et blessés !…Regarde ces plaies…Regarde Jésus dans sa Face…Là tu verras comme il nous aime ». La venue de Jésus nous offre cette délivrance : Du ciel, le Seigneur s’est penché, il entend la plainte des captifs, il veut libérer son peuple de la mort. Dieu se laisse toucher par la vulnérabilité de sa créature, il deviendra l’agonisant qui veut nous rejoindre pour nous sortir de la détresse. Marie a cru en lui, elle s’est laisser toucher par Dieu, elle a crié sa soif d’aimer, sa soif d’être aimée. L’humanité peut devenir elle-même en Dieu, tout ce qu’elle a reçu est de lui, son avenir est en Dieu. Le Christ, unit son épouse l’Eglise, en lui donnant l’aliment qui la fait naitre, son Corps Ressuscité. Ainsi que la femme engendre de son propre sang et nourrit de son lait ses enfants, de même le Christ nourrit constamment de son Corps et de son Sang celle qu’il a engendrée.

Citation :
Nous demandons la grâce de rejoindre la bonté du cœur de Jésus.

Père Gilbert Adam
Homélies et Le Pauvre qui guérit




Saint Léon le Grand (?-v. 461), pape et docteur de l'Église
15ème sermon sur la Passion, 3-4 (trad. bréviaire ; cf SC 75 bis, p. 189)


« Quand vous aurez élevé le Fils de l'homme, alors vous comprendrez que moi, Je suis »

Celui qui vénère vraiment la Passion du Seigneur doit si bien regarder Jésus crucifié par les yeux du cœur qu'il reconnaisse sa propre chair dans la sienne... Aucun malade ne se voit refuser la victoire de la croix, et il n'y a personne qui ne trouve un secours dans la prière du Christ ; si elle a profité à beaucoup de ses bourreaux, combien davantage aidera-t-elle ceux qui se tournent vers lui !

   Cette adoption de notre nature par la divinité, grâce à laquelle « le Verbe s'est fait chair et a demeuré parmi nous » (Jn 1,14), a-t-elle exclu aucun homme de sa miséricorde, sauf s'il refuse la foi ? L'homme n'a-t-il pas une nature commune avec le Christ, s'il accueille celui qui l'a assumée, et s'il a été régénéré par l'Esprit qui l'a engendré ? De plus, qui ne reconnaîtrait pas nos propres faiblesses en Lui, Lui qui a « pris la condition d'esclave » ? (Ph 2,7)...

   Il est nôtre, ce corps sans vie qui gisait dans le sépulcre, mais qui a ressuscité le troisième jour et qui, au-dessus de toutes les hauteurs célestes, est monté jusqu'à la droite de la majesté du Père. Si nous marchons dans la voie de ses commandements, et si nous n'avons pas honte de confesser tout ce qu'il a fait pour notre salut dans l'abaissement de sa chair, nous aussi nous serons élevés jusqu'à partager sa gloire. Car ce qu'il a annoncé s'accomplira de façon éclatante : « Celui qui se prononcera pour moi devant les hommes, moi aussi je me prononcerai pour lui devant mon Père qui est aux cieux » (Mt 10,32).
   


 Evangelizo.org 















Quand je dis Dieu c'est un poème, c'est une étoile dans ma vie, 
du feu qui coule dans mes veines, un grand soleil pour aujourd'hui !



Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Donne-nous notre Pain de ce jour (Vie) : Parole de DIEU   Mar 15 Mar 2016 - 19:16

Bonsoir Lumen,

Bonsoir à toutes et à tous,




Mercredi 16 Mars 2016

De la férie

5ième semaine du Temps de Carême
(Couleur liturgique : Violet )
Année C





(Première lecture)
Livre du prophète Daniel 3 : 14 à 20, 91 et 92, 95


« DIEU a envoyé SON ANGE et délivré Ses Serviteurs »

En ces jours-là,
le roi Nabucodonosor parla ainsi :
« Est-il vrai, Sidrac, Misac et Abdénago,
que vous refusez de servir mes dieux
et d’adorer la statue d’or que j’ai fait ériger ?
Êtes-vous prêts, maintenant, à vous prosterner
pour adorer la statue que j’ai faite,
quand vous entendrez le son du cor, de la flûte, de la cithare,
de la harpe, de la lyre, de la cornemuse
et de toutes les sortes d’instruments ?
Si vous n’adorez pas cette statue,
vous serez immédiatement jetés dans la fournaise de feu ardent ;
et quel est le dieu qui vous délivrera de ma main ? »
Sidrac, Misac et Abdénago dirent au roi Nabucodonosor :
« Ce n’est pas à nous de te répondre.
Si notre DIEU, que nous servons, peut nous délivrer,
IL nous délivrera de la fournaise de feu ardent et de ta main, ô roi.
Et même s’IL ne le fait pas,
sois-en bien sûr, ô roi :
nous ne servirons pas tes dieux,
nous n’adorerons pas la statue d’or que tu as érigée. »
Alors Nabucodonosor fut rempli de fureur
contre Sidrac, Misac et Abdénago,
et son visage s’altéra.
Il ordonna de chauffer la fournaise
sept fois plus qu’à l’ordinaire.
Puis il ordonna aux plus vigoureux de ses soldats
de ligoter Sidrac, Misac et Abdénago
et de les jeter dans la fournaise de feu ardent.

Le roi Nabucodonosor les entendit chanter.
Stupéfait, il se leva précipitamment
et dit à ses conseillers :
« Nous avons bien jeté trois hommes, ligotés,
au milieu du feu ? »
Ils répondirent :
« Assurément, ô roi. »
Il reprit :
« Eh bien moi, je vois quatre hommes
qui se promènent librement au milieu du feu,
ils sont parfaitement indemnes,
et le quatrième ressemble à un être divin. »
Et Nabucodonosor s’écria :
« Béni soit le DIEU de Sidrac, Misac et Abdénago,
qui a envoyé SON ANGE et délivré Sses Serviteurs !
Ils ont mis leur confiance en LUI,
et ils ont désobéi à l’ordre du roi ;
ils ont livré leur corps
plutôt que de servir et d’adorer
un autre dieu que leur DIEU. »

– PAROLE du SEIGNEUR.


Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris







Le cantique des trois amis de Daniel


[Livre du Prophète Daniel 3 : 46 à 90 ; entièrement]


Livre du Prophète Daniel 3 : 52, 53, 54, 55, 56

R/ À TOI, LOUANGE ET GLOIRE ÉTERNELLEMENT !

Béni sois-TU, SEIGNEUR, DIEU de nos pères :
R/

Béni soit le NOM TRÈS SAINT DE TA GLOIRE :
R/

Béni sois-TU DANS TON SAINT TEMPLE DE GLOIRE :
R/

Béni sois-TU SUR LE TRÔNE DE TON RÈGNE :
R/

Béni sois-TU, TOI qui sondes les abîmes :
R/

TOI qui sièges au-dessus des Kéroubim :
R/

Béni sois-TU au firmament, dans le Ciel
R/

Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris






Évangile de JÉSUS-CHRIST selon Saint Jean 8 : 31 à 42

Acclamation de l’Évangile :
TA PAROLE, SEIGNEUR, EST VÉRITÉ
ET TA LOI, DÉLIVRANCE.

Heureux ceux qui ont entendu la PAROLE
dans un cœur bon et généreux,
qui LA retiennent et portent du fruit par leur persévérance.
TA PAROLE, SEIGNEUR, EST VÉRITÉ
ET TA LOI, DÉLIVRANCE.

(cf. Lc 8, 15)




« Si le FILS vous rend libres, réellement vous serez libres »

En ce temps-là,
JÉSUS disait à ceux des Juifs qui croyaient en LUI :
« Si vous demeurez fidèles à Ma PAROLE,
vous êtes vraiment Mes Disciples ;
alors vous connaîtrez LA VÉRITÉ,
et LA VÉRITÉ vous rendra libres. »
Ils LUI répliquèrent :
« Nous sommes la descendance d’Abraham,
et nous n’avons jamais été les esclaves de personne.
Comment peux-TU dire :
“Vous deviendrez libres” ? »
JÉSUS leur répondit :
« AMEN, AMEN, Je vous le dis :
qui commet le péché
est esclave du péché.
L’esclave ne demeure pas pour toujours dans la maison ;
le fils, lui, y demeure pour toujours.
Si donc le FILS vous rend libres,
réellement vous serez libres.
Je sais bien que vous êtes la descendance d’Abraham,
et pourtant vous cherchez à Me tuer,
parce que Ma PAROLE ne trouve pas sa place en vous.
Je dis ce que Moi, J’ai vu
auprès de MON PÈRE,
et vous aussi, vous faites ce que vous avez entendu
chez votre père. »
Ils LUI répliquèrent :
« Notre père, c’est Abraham. »
JÉSUS leur dit :
« Si vous étiez les enfants d’Abraham,
vous feriez les œuvres d’Abraham.
Mais maintenant, vous cherchez à Me tuer,
Moi, un Homme qui vous ai dit LA VÉRITÉ
que J’ai entendue de DIEU.
Cela, Abraham ne l’a pas fait.
Vous, vous faites les œuvres de votre père. »
Ils LUI dirent :
« Nous ne sommes pas nés de la prostitution !
Nous n’avons qu’un seul PÈRE : c’est DIEU. »
JÉSUS leur dit :
« Si DIEU était votre PÈRE,
vous M’aimeriez,
car Moi, c’est de DIEU QUE JE SUIS SORTI
et que JE VIENS.
Je ne suis pas venu de MOI-MÊME ;
c’est LUI qui M’a envoyé. »

– Acclamons la PAROLE de DIEU.


Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris









Textes du jour, lu sur :
Les services de la liturgie Catholique

http://www.aelf.org/office-messe?date_my=16/03/2016

Liens :
http://www.aelf.org/office-messe
http://services.liturgiecatholique.fr/






Amicalement, fraternellement
Nicolas

Revenir en haut Aller en bas
Lumen
Admin
avatar

Messages : 4231
Date d'inscription : 18/10/2014
Localisation : France

MessageSujet: Re: Donne-nous notre Pain de ce jour (Vie) : Parole de DIEU   Mer 16 Mar 2016 - 11:10

Bonjour à vous tous, amis qui aimez la Parole de Vie, goûtez et voyez comme est bon le Seigneur !
Bonjour Nicolas, Merci !




Homélie :

« Jésus dit alors aux Juifs qui l’avaient cru : « Si vous demeurez dans ma parole, vous êtes vraiment mes disciples, et vous connaîtrez la vérité et la vérité vous libérera..»

Ils lui répondirent : « Nous sommes la descendance d’Abraham et jamais nous n’avons été esclaves de personne. Comment peux-tu dire : « Vous deviendrez libres ? » Jésus leur répondit : « En vérité, en vérité, je vous le dis, quiconque commet le péché est esclave. Or l’esclave ne demeure pas à jamais dans la maison, le fils y demeure à jamais. Si donc le Fils vous libère, vous serez réellement libres.» La parole prononcée par Jésus est entendue, elle produit son effet, certains suivent, d’autres quittent, dès lors ceux qui suivent Jésus, continue à parler de l’enjeu de la situation qui se vit au sein du peuple juif. La vérité de Jésus révèle aux Juifs leur mystère qu’il ne connaissent pas ! Nous ne pouvons pas dire que nous n’avons pas de ténèbres parce que nous serions de la descendance d’Abraham ! Les adversaires de Jésus s’acharnent, cependant certains s’interrogent ! Nous aussi nous sommes concernés. Nous « détectons » les ennemis de Jésus, et nous avons à découvrir qui sont les amis de Jésus ! L’épreuve démasque notre ambiguïté et notre ambivalence, tout ce qui n’est pas amour en nous a encore besoin d’être purifié. Les véritables amis de Jésus l’accompagnent dans le grand combat qu’il va mener jusqu’à la croix. La vérité de l’amour infini de Dieu doit prendre tout notre être à la suite de Jésus, pour que nous ne soyons plus qu’amour.

« Je sais, vous êtes la descendance d’Abraham ; mais vous cherchez à me tuer, parce que ma parole ne pénètre pas en vous. »

« Je dis ce que j’ai vu chez mon Père ; et vous, vous faites ce que vous avez entendu auprès de votre père. » Jésus dit à ses interlocuteurs leur situation, ils sont pécheurs. Ce qui pourrait les sauver, c’est le contact avec lui, parce qu’il jouit d’une autre relation, il est Fils du Père. C’est ce qui le rend différent, et cette différence, il la leur offre, mais ils doivent le reconnaître. Or, ils n’acceptent pas de se convertir, et Jésus sait qu’il n’a pas de prise sur eux. La situation ne fait qu’empirer. Dès lors, tant que l’erreur nous tient dans le mensonge et nous alourdit, nous demeurons dans les ténèbres. Si nous sommes mus par nos peurs, nos intérêts propres, nous sommes ligotés et nous ne sommes pas libres. Il y a tant de manières d’adhérer aux idoles intérieures ou extérieures, elles empêchent Jésus de nous purifier. Mais Jésus vient à bout de nos ténèbres. Il est le Fils de Dieu qui descend dans nos enfers, avec notre liberté, il peut nous sortir de notre rétrécissement. Dès que nous venons à sa lumière, grâce à la Parole de Dieu, nous rayonnons de son amour et nous devenons les témoins de la Vérité. Nous demandons à Dieu la grâce de nous sortir de nos ténèbres et dans nos enfermements. Jésus le Sauveur du monde nous libère. Pour demeurer dans la lumière, il nous faut résister franchement à tout mensonge.

"Ils lui répondirent : « Notre père, c’est Abraham. » Jésus leur dit : « Si vous êtes enfants d’Abraham, faites les œuvres d’Abraham." » 

Or maintenant vous cherchez à me tuer, moi, un homme qui vous ai dit la vérité, que j’ai entendue de Dieu. Cela, Abraham ne l’a pas fait ! Vous faites les œuvres de votre père. » Ils lui dirent : « Nous ne sommes pas nés de la prostitution ; nous n’avons qu’un seul Père : Dieu. » Jésus leur dit : « Si Dieu était votre Père, vous m’aimeriez, car c’est de Dieu que je suis sorti et que je viens ; je ne viens pas de moi-même ; mais lui m’a envoyé. » Jésus ne renonce pas à mettre ses adversaires dans la lumière, il les prend aux mots. Etre dans une filiation implique de se comporter en cohérence avec elle. C’est ce que lui vit en profondeur lui-même, il en témoignera par sa Croix, sous peu. La grandeur de la parole de l’homme, c’est qu’elle dit la vérité. Le salut consiste à se fier à la parole de l’autre, il consiste à avoir foi en l’autre. Jésus leur manifeste l’enfermement de ses adversaires, il ouvre ainsi la possibilité d’un changement. Mais le doute émit sur Jésus est grave : Nous ne sommes pas nés de la prostitution ! L’Esprit Saint nous éclaire pour que nous ayons la certitude que Dieu vient nous purifier du mensonge au plus profond de notre être. Purifiés, nous devenons alors « sauveurs avec Jésus, » pour être soutiens de nos frères. La Vérité de Jésus travaille en nous et l’Esprit Saint nous empêche de laisser le menteur avoir prise sur nous. Si nous passons par le feu nous ne serons pas brûlés ! Le Christ est vainqueur en vaillant sauveur, il se tient dans le cœur de tout croyant et il le sauve !

Citation :
Nous supplions Jésus de nous donner la liberté intérieure qui vient à bout de nos incrédulités.

Père Gilbert Adam
Homélies et Le Pauvre qui guérit




Saint Pacien de Barcelone (?-v. 390), Évêque
Homélie sur le baptême, 6-7, PL 13, 1093-94 (trad. bréviaire 19e samedi alt.)


« Si c'est le Fils qui vous rend libres, vous serez vraiment libres »

Frères, nous avons une nouvelle naissance par le baptême... « Si nous avons mis notre espoir en ce monde seulement, nous sommes les plus à plaindre de tous les hommes » (1Co 15,19). La vie en ce monde, comme vous le voyez, peut être aussi longue pour les animaux, les bêtes sauvages et les oiseaux que pour nous, ou même plus longue. Mais ce qui est propre à l'homme, c'est ce que le Christ nous a donné par son Esprit — la vie sans fin — mais à condition de ne plus pécher... « Car le salaire du péché, c'est la mort ; mais le don de Dieu, c'est la vie éternelle dans le Christ Jésus notre Seigneur » (Rm 6,23).

Mes petits enfants, retenez avant tout ceci : autrefois les nations étaient livrées aux puissances des ténèbres ; maintenant nous avons été libérés, grâce à la victoire de Jésus Christ notre Seigneur. C'est lui qui nous a rachetés.... Il a délivré les enchaînés, et il a brisé nos liens, comme David l'avait dit : « Le Seigneur redresse les opprimés, le Seigneur délie les enchaînés, le Seigneur ouvre les yeux des aveugles » (Ps 145,7). Et encore : « Tu as brisé mes chaînes, je t'offrirai le sacrifice de louange » (Ps 115,16). Oui, nous sommes délivrés de nos chaînes, rassemblés à l'appel du Seigneur par le sacrement du baptême..., libérés par le sang du Christ et l'invocation de son nom...

Donc, mes bien-aimés, une fois pour toutes nous sommes baptisés, une fois pour toutes nous sommes libérés, une fois pour toutes nous sommes accueillis dans le Royaume immortel. Une fois pour toutes, « heureux ceux dont les crimes sont pardonnés, dont les péchés sont couverts » (Ps 31,1). Tenez fermement ce que vous avez reçu, conservez-le pour votre joie, ne péchez plus. Désormais, gardez-vous purs et irréprochables pour le jour du Seigneur.
   


 Evangelizo.org 

















Quand je dis Dieu c'est un poème, c'est une étoile dans ma vie, 
du feu qui coule dans mes veines, un grand soleil pour aujourd'hui !


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Donne-nous notre Pain de ce jour (Vie) : Parole de DIEU   Mer 16 Mar 2016 - 19:09

Bonsoir Lumen,

Bonsoir à toutes et à tous,




Jeudi 17 Mars 2016

Saint Patrice, Évêque


5ième semaine du Temps de Carême
(Couleur liturgique : Violet )
Année C





(Première lecture)
Livre de la Genèse 17 : 3 à 9


« Tu deviendras le père d’une multitude de nations »

En ces jours-là,
Abram tomba face contre terre
et DIEU lui parla ainsi :
« Moi, voici l’ALLIANCE que Je fais avec toi :
tu deviendras le père d’une multitude de nations.
Tu ne seras plus appelé du nom d’Abram,
ton nom sera Abraham,
car Je fais de toi le père d’une multitude de nations.
Je te ferai porter des fruits à l’infini,
de toi Je ferai des nations,
et des rois sortiront de toi.
J’établirai MON ALLIANCE entre Moi et toi,
et après toi avec ta descendance,
de génération en génération ;
ce sera une ALLIANCE ÉTERNELLE ;
ainsi Je serai ton DIEU
et le DIEU de ta descendance après toi.
À toi et à ta descendance après toi
Je donnerai le pays où tu résides,
tout le pays de Canaan en propriété perpétuelle,
et Je serai leur DIEU. »
DIEU dit à Abraham :
« Toi, tu observeras MON ALLIANCE,
toi et ta descendance après toi,
de génération en génération. »

– PAROLE du SEIGNEUR.


Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris







Histoire de la FIDÉLITÉ de DIEU


[Psaume 104 (105) ; entièrement]


Psaume 104 (105) : 4 et 5, 6 et 7, 8 et 9

R/ Le SEIGNEUR s’est toujours souvenu de SON ALLIANCE.

Cherchez le SEIGNEUR et SA PUISSANCE,
recherchez sans trêve SA FACE ;
souvenez-vous des MERVEILLES qu’IL a faites,
de SES PRODIGES, des JUGEMENTS qu’IL prononça.
R/

Vous, la race d’Abraham son serviteur,
les fils de Jacob, qu’IL a choisis.
Le SEIGNEUR, c’est LUI notre DIEU :
SES JUGEMENTS font LOI pour l’Univers.
R/

IL s’est toujours souvenu de SON ALLIANCE,
PAROLE édictée pour mille générations :
PROMESSE faite à Abraham,
GARANTIE par serment à Isaac.
R/

Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris






Évangile de JÉSUS-CHRIST selon Saint Jean 8 : 51 à 59

Acclamation de l’Évangile :
TES PAROLES, SEIGNEUR, SONT ESPRIT
ET ELLES SONT VIE.

Aujourd’hui, ne fermez pas votre cœur,
mais écoutez la VOIX DU SEIGNEUR.
TES PAROLES, SEIGNEUR, SONT ESPRIT
ET ELLES SONT VIE.

(cf. Ps 94, 8a.7d)




« Abraham votre père a exulté, sachant qu’il verrait Mon JOUR »

En ce temps-là,
JÉSUS disait aux Juifs :
« AMEN, AMEN, Je vous le dis :
si quelqu’un garde Ma PAROLE,
jamais il ne verra la mort. »
Les Juifs LUI dirent :
« Maintenant nous savons bien que TU as un démon.
Abraham est mort, les Prophètes aussi,
et TOI, TU dis :
“Si quelqu’un garde ma parole,
il ne connaîtra jamais la mort.”
Es-TU donc plus grand que notre père Abraham ?
Il est mort, et les Prophètes aussi sont morts.
Pour qui TE prends-TU ? »
JÉSUS répondit :
« Si Je Me glorifie MOI-MÊME,
Ma GLOIRE n’est rien ;
c’est MON PÈRE qui Me glorifie,
LUI dont vous dites : “IL est notre DIEU”,
alors que vous ne LE connaissez pas.
Moi, Je LE connais
et, si Je dis que Je ne LE connais pas,
Je serai comme vous, un menteur.
Mais Je LE connais,
et SA PAROLE, Je LA garde.
Abraham votre père a exulté,
sachant qu’il verrait Mon JOUR.
Il L’a vu, et il s’est réjoui. »
Les Juifs LUI dirent alors :
« TOI qui n’as pas encore cinquante ans,
TU as vu Abraham ! »
JÉSUS leur répondit :
« AMEN, AMEN, Je vous le dis :
avant qu’Abraham fût,
Moi, JE SUIS. »
Alors ils ramassèrent des pierres pour les LUI jeter.
Mais JÉSUS, en se cachant,
sortit du Temple.

– Acclamons la PAROLE de DIEU.


Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris








Textes du jour, lu sur :
Les services de la liturgie Catholique

http://www.aelf.org/office-messe?date_my=17/03/2016

Liens :
http://www.aelf.org/office-messe
http://services.liturgiecatholique.fr/






Amicalement, fraternellement
Nicolas

Revenir en haut Aller en bas
Lumen
Admin
avatar

Messages : 4231
Date d'inscription : 18/10/2014
Localisation : France

MessageSujet: Re: Donne-nous notre Pain de ce jour (Vie) : Parole de DIEU   Jeu 17 Mar 2016 - 13:35

Bonjour à vous tous, amis qui aimez la Parole de Vie, goûtez et voyez comme est bon le Seigneur !
Bonjour Nicolas, Merci !




Homélie :

"Les Juifs lui dirent : « Maintenant nous savons que tu as un démon. Abraham est mort, les prophètes aussi, et tu dis : « Si quelqu’un garde ma parole, il ne goûtera jamais de la mort. »

Es-tu donc plus grand qu’Abraham, notre père, qui est mort ? Les prophètes aussi sont morts. Qui prétends-tu être ? » Jésus répondit : « Si je me glorifie moi-même, ma gloire n’est rien ; c’est mon Père qui me glorifie, lui dont vous dites : « Il est notre Dieu », et vous ne le connaissez pas ; mais moi, je le connais ; et si je disais : « Je ne le connais pas », je serais semblable à vous, un menteur. Mais je le connais et je garde sa parole. Abraham, votre père, exulta à la pensée qu’il verrait mon Jour. Il l’a vu et fut dans la joie. » Jésus promet la victoire sur la mort pour ceux qui gardent sa parole, les Juifs, non croyants, ne sont pas intéressés par une victoire sur la mort. Ils veulent avoir raison dans la discussion pour déshonorer Jésus. Ils préparent, à l’intérieur d’eux-mêmes, des arguments, pour ne pas voir que Jésus peut les sauver du péché et des conséquences du péché, dont la mort. En effet, pour garder la parole de Jésus, il leur faut changer de vie. « Abraham avait contemplé le jour de Sa venue et s’était réjoui de le voir. » Tous savaient que Dieu avait conclu une alliance avec Abraham par laquelle Il avait promit le salut de toute sa descendance. Mais ils ignoraient l’étendue de la lumière de Dieu. Jésus leur révèle qu’Abraham avait vu le Messie dans le jour de Yahvé, et Il a appelé ce jour, son jour, il se l’est donc approprié ! En avançons vers Pâques, nous entrons dans cette lutte à mort contre Jésus, le Sauveur du monde. Nous renouvelons notre foi en Jésus qui nous délivre des idoles et qui nous sauve de « l’image » que nous nous fabriquons de Dieu .

Les Juifs lui dirent alors : « Tu n’as pas cinquante ans et tu as vu Abraham ! » Jésus leur dit : « En vérité, en vérité, je vous le dis, avant qu’Abraham existât, Je Suis. »

Dans cette révélation, Jésus montre qu’Il possède la vision de Dieu. Il se manifeste à eux comme présence préexistante au temps d’Abraham : « Avant qu’Abraham ait existé, moi, je suis ». C’est une proclamation éclatante de sa divinité. Les Juifs pouvaient la comprendre, et ils auraient pu également croire en Lui s’ils avaient eu plus de connaissance du Père. Ces hommes qui se réclament d’Abraham ne veulent pas être délogés : « Quitte ton pays, ta culture, ta parenté, et va, » est-il dit à Abram qui entre dans une démarche d’espérance dans laquelle chacun de nous se trouve encore. Jésus leur dit : « Abraham n’a jamais fait comme vous ! » Jésus, avec toute la puissance de sa divinité, glorifie le Père en accomplissant parfaitement sa volonté. Il dit, « Je connais le Père et je garde sa parole. Le Père connaît le Fils et le Fils connaît le Père», leur connaissance dans l’Esprit Saint est totale, complète et parfaite, elle se donne en même temps totalement. Comme Jésus garde la parole du Père, nous gardons la parole de Jésus. L’adoration nous devient nécessaire comme la respiration, nous rendons grâce à Dieu pour son immense gloire. Nous avons de la peine nous aussi, à nous laisser déloger de nos idées et de nos petites certitudes ! C’est par sa tendresse et sa miséricorde que Jésus nous aide à dépasser la vision étriquée de Dieu et des hommes que nous pouvons avoir.

« Ils ramassèrent alors des pierres pour les lui jeter ; mais Jésus se déroba et sortit du Temple.» 

Jésus donne une manifestation glorieuse de sa divinité, il utilise les mêmes termes par lesquels Dieu a révélé son nom à Moïse « Je suis celui qui suis. » ‘De toute éternité, j’existe’, dit Jésus. Il se tient devant eux, et donne le témoignage de son existence divine. Quand nous sommes dans l’épreuve, « furieux » contre quelqu’un, contre Dieu, notre colère procède bien souvent du même mouvement : Le même « mensonge » est à l’œuvre qui nous fait nous fait mentir à nous-mêmes, à Dieu, et aux autres. Chaque fois que nous sommes dérangés et que nous résistons au dérangement, nous croyons être dans notre bon droit. C’est la même attitude que ces hommes qui ne peuvent plus « supporter » que Jésus les dérange. Son Amour pour les pauvres est dérangeant, son accueil de la misère humaine est provoquant. Jésus dit aux Juifs : « Amen, amen, je vous le dis : Si quelqu’un reste fidèle à ma parole, il ne verra jamais la mort. » Nous croyons que la mort n’a pas le dernier mot, qu’elle est vaincue par la Passion de Jésus, lui qui est vrai Dieu et vrai Homme, il est l’amour parfait qui est le pardon.

Citation :
Nous demandons la grâce d’être dépouillés de nous mêmes pour suivre Jésus qui nous donne sa Vie

Père Gilbert Adam
Homélies et Le Pauvre qui guérit




Saint Ambroise (v. 340-397), Évêque de Milan et Docteur de l'Église
Sur Abraham, I, 67-78 (trad. coll. Pères dans la foi, Migne 1999, p. 87)


« Abraham a vu mon jour »

« Dieu dit à Abraham : Prends ton fils bien-aimé, cet Isaac que tu as chéri ; pars sur les hauteurs et tu me l'offriras en holocauste » (Gn 22,2). Isaac préfigure le Christ qui va souffrir : il vient sur une ânesse..., et quand le Seigneur est venu souffrir pour nous sa Passion, il a détaché le petit de l'ânesse et s'est assis dessus... Abraham dit à ses serviteurs : « Nous reviendrons vers vous » ; sans qu'il le sache, c'était une prophétie... Isaac a porté sur lui le bois, et le Christ a porté le gibet de la croix. Abraham accompagnait son fils ; le Père accompagnait le Christ. Il dit en effet : « Vous me laisserez seul, mais je ne suis pas seul ; le Père est avec moi » (Jn 16,32). Isaac dit à son père... : « Voici le bois, où est l'agneau pour l'holocauste ? » Ce sont des paroles prophétiques, mais il ne le sait pas ; le Seigneur en effet préparait un Agneau pour le sacrifice. Abraham aussi a prophétisé en répondant : « Dieu pourvoira à l'agneau pour l'holocauste, mon fils »...

« L'ange dit : ' Abraham, Abraham ! ... N'étends pas la main sur l'enfant, ne lui fais rien ; car je sais maintenant que tu crains Dieu, toi qui n'as pas épargné ton fils bien-aimé pour moi ' (cf Rm 8,32)... Abraham leva les yeux et regarda : voici qu'un bélier était pendu par les cornes dans un buisson. » Pourquoi un bélier ? C'est lui qui a le plus de valeur dans tout le troupeau. Pourquoi pendu ? Pour te faire voir que ce n'était pas une victime terrestre... Notre corne, notre force, c'est le Christ (Lc 1,69), qui est supérieur à tout homme, comme nous le lisons : « Tu es le plus beau des enfants des hommes » (Ps 44,3). Seul, il a été élevé de terre et exalté, comme il nous l'enseigne par ces paroles : « Je ne suis pas de ce monde, moi ; je suis d'en haut » (Jn 8,23). Abraham l'a vu dans ce sacrifice, il a aperçu sa Passion. C'est pourquoi le Seigneur dit de lui : « Abraham a vu mon jour et s'est réjoui ». Il est apparu à Abraham, lui révélant que son corps souffrirait la Passion par laquelle il a racheté le monde. Il indique même le genre de Passion en le montrant pendu ; ce buisson est le gibet de la croix. Et élevé sur ce bois, le guide incomparable du troupeau a tout attiré à lui, pour se faire connaître de tous.
   


 Evangelizo.org 

















Quand je dis Dieu c'est un poème, c'est une étoile dans ma vie, 
du feu qui coule dans mes veines, un grand soleil pour aujourd'hui !


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Donne-nous notre Pain de ce jour (Vie) : Parole de DIEU   Jeu 17 Mar 2016 - 19:12

Bonsoir Lumen,

Bonsoir à toutes et à tous,




Vendredi 18 Mars 2016

Saint Cyrille, Évêque, Docteur de l'Église


5ième semaine du Temps de Carême
(Couleur liturgique : Violet )
Année C





(Première lecture)
Livre du Prophète Jérémie 20 : 10 à 13


« Le SEIGNEUR est avec moi, tel un guerrier redoutable »

Moi, Jérémie,
j’entends les calomnies de la foule :
« Dénoncez-le ! Allons le dénoncer,
celui-là, l’Épouvante-de-tous-côtés. »
Tous mes amis guettent mes faux pas, ils disent :
« Peut-être se laissera-t-il séduire…
Nous réussirons,
et nous prendrons sur lui notre revanche ! »
Mais le SEIGNEUR est avec moi, tel un guerrier redoutable :
mes persécuteurs trébucheront, ils ne réussiront pas.
Leur défaite les couvrira de honte,
d’une confusion éternelle, inoubliable.

SEIGNEUR de l’Univers, TOI qui scrutes l’homme juste,
TOI qui vois les reins et les cœurs,
fais-moi voir la revanche que TU leur infligeras,
car c’est à TOI que j’ai remis ma cause.
Chantez le SEIGNEUR, louez le SEIGNEUR :
IL a délivré le malheureux de la main des méchants.

– PAROLE du SEIGNEUR.


Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris







Un roi remercie DIEU après la victoire


Du répertoire du chef de chorale. Chant appartenant au recueil de David, le serviteur du SEIGNEUR. David adressa ces paroles au SEIGNEUR quand CELUI-CI l’eut délivré de tous ses ennemis, en particulier de Saül.

[Psaume 17 (18) ; entièrement]


Psaume 17 (18) : 2 et 3, 4, 5 et 6, 7

R/ Dans mon angoisse, j’appelai le SEIGNEUR ;
IL entend ma voix.


Je t’aime, SEIGNEUR, ma Force :
SEIGNEUR, mon Roc, ma Forteresse,
DIEU mon Libérateur, le Rocher qui m’abrite,
mon Bouclier, mon Fort, mon Arme de Victoire !
R/

Louange à DIEU !
Quand je fais appel au SEIGNEUR,
je suis sauvé de tous mes ennemis.
R/

Les liens de la mort m’entouraient,
le torrent fatal m’emportait ;
des liens infernaux m’étreignaient :
j’étais pris aux pièges de la mort.
R/

Dans mon angoisse, j’appelai le SEIGNEUR ;
vers mon DIEU, je lançai un cri ;
de SON TEMPLE IL entend ma voix :
mon cri parvient à SES OREILLES.
R/

Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris






Évangile de JÉSUS-CHRIST selon Saint Jean 10 : 31 à 42

Acclamation de l’Évangile :
GLOIRE À TOI, SEIGNEUR,
FILS DU DIEU VIVANT !

TES PAROLES, SEIGNEUR, sont ESPRIT et elles sont VIE ;
TU as les PAROLES de la VIE ÉTERNELLE.
GLOIRE À TOI, SEIGNEUR,
FILS DU DIEU VIVANT !

(cf. Jn 6, 63c.68c)




« Ils cherchaient à L’arrêter, mais IL échappa à leurs mains »

En ce temps-là,
de nouveau, des Juifs prient des pierres
pour lapider JÉSUS.
CELUI-CI reprit la PAROLE :
« J’ai multiplié sous vos yeux les ŒUVRES BONNES
qui viennent du PÈRE.
Pour laquelle de ces ŒUVRES voulez-vous Me lapider ? »
Ils LUI répondirent :
« Ce n’est pas pour une œuvre bonne
que nous voulons TE lapider,
mais c’est pour un blasphème :
TU n’es qu’un homme,
et TU TE fais Dieu. »
JÉSUS leur répliqua :
« N’est-il pas écrit dans votre Loi :
J’ai dit : Vous êtes des dieux ?
Elle les appelle donc des dieux,
ceux à qui la PAROLE de DIEU s’adressait,
et l’Écriture ne peut pas être abolie.
Or, CELUI que le PÈRE a consacré
et envoyé dans le monde,
vous LUI dites : “Tu blasphèmes”,
parce que J’ai dit : “JE SUIS LE FILS DE DIEU”.
Si Je ne fais pas les ŒUVRES de MON PÈRE,
continuez à ne pas Me croire.
Mais si Je Les fais,
même si vous ne Me croyez pas,
croyez les ŒUVRES.
Ainsi vous reconnaîtrez, et de plus en plus,
que le PÈRE est en Moi,
et Moi dans le PÈRE. »
Eux cherchaient de nouveau à L’arrêter,
mais IL échappa à leurs mains.

IL repartit de l’autre côté du Jourdain,
à l’endroit où, au début, Jean baptisait ;
et IL y demeura.
Beaucoup vinrent à LUI en déclarant :
« Jean n’a pas accompli de signe ;
mais tout ce que Jean a dit de CELUI-CI
était VRAI. »
Et là, beaucoup crurent en LUI.

– Acclamons la PAROLE de DIEU.


Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris









Textes du jour, lu sur :
Les services de la liturgie Catholique

http://www.aelf.org/office-messe?date_my=18/03/2016

Liens :
http://www.aelf.org/office-messe
http://services.liturgiecatholique.fr/






Amicalement, fraternellement
Nicolas

Revenir en haut Aller en bas
Lumen
Admin
avatar

Messages : 4231
Date d'inscription : 18/10/2014
Localisation : France

MessageSujet: Re: Donne-nous notre Pain de ce jour (Vie) : Parole de DIEU   Ven 18 Mar 2016 - 14:43

Bonjour à vous tous, amis qui aimez la Parole de Vie, goûtez et voyez comme est bon le Seigneur !
Bonjour Nicolas, Merci !




Homélie :

"Jésus dit aux juifs : « Je vous ai montré quantité de bonnes œuvres, venant du Père ; pour laquelle de ces œuvres me lapidez-vous ? »

Ils lui répondirent : « Ce n’est pas pour une bonne œuvre que nous te lapidons, mais pour un blasphème et parce que toi, n’étant qu’un homme, tu te fais Dieu. » Jésus leur répondit : « N’est-il pas écrit dans votre Loi : J’ai dit, vous êtes des dieux ? Alors qu’elle a appelé dieux ceux à qui la parole de Dieu fut adressée, et l’Écriture ne peut être récusée, à celui que le Père a consacré et envoyé dans le monde vous dites : « Tu blasphèmes », parce que j’ai dit : « Je suis Fils de Dieu » ! L’expression "Je suis Fils de Dieu" est insupportable pour les juifs ! Ce sera le point déterminant de sa condamnation. Jésus montre la vérité de son Etre de Fils de Dieu, mais ils le tiennent pour un blasphémateur et le condamnent à être lapidé. Jésus, parle des œuvres qu’Il a accomplies ; Il leur explique pourquoi Il se nomme “Fils de Dieu”. Ces sujets sont incompris par ses adversaires, tout est vain : ce que Jésus dit est d’une telle ampleur qu’ils n’arrivent pas à le saisir. Les seuls qui comprendrons le sens de ces Paroles sont les simples et les petits, car le Royaume des cieux est caché aux grands et savants. Le père du mensonge est à l’œuvre dans cette discordance qui manifeste la volonté propre de ses adversaires, en opposition à la volonté de Dieu.

"Les Juifs apportèrent de nouveau des pierres pour le lapider."

Si je ne fais pas les œuvres de mon Père, ne me croyez pas ; mais si je les fais, quand bien même vous ne me croiriez pas, croyez en ces œuvres, afin de reconnaître une bonne fois que le Père est en moi et moi dans le Père. » Jésus mourra pour avoir dit la vérité sur lui-même, pour être fidèle à son identité, à sa mission et à sa Personne. Il lance un appel à la conversion mais cet appel est rejeté. Jésus est le visage inconnu de Dieu, il fonde une nouvelle fraternité et il sera abandonné. On crachera sur Lui, et Il sera abandonné, mais Il fonde une nouvelle fraternité. Jésus dérange, et cette révolte exprime notre péché ! Il en est ainsi parce que nous ne connaissons pas le Dieu d’amour. Jésus n’a pas cessé de créer des liens d’amour, de faire le bien, et le mal se déchaîne contre Lui ! Nous faisons aussi cette expérience, c’est quand nous apportons de l’amour dans certaines situations, que la haine se décuple. C’est le combat spirituel dans lequel nous sommes engagés, le Dieu Amour plus fort que la mort est notre victoire sur tout ce qui s’oppose à l’amour.

"De nouveau Jésus s’en alla au-delà du Jourdain, au lieu où Jean avait d’abord baptisé, et il y demeura." 

JBeaucoup vinrent à lui et disaient : « Jean n’a fait aucun signe ; mais tout ce que Jean a dit de celui-ci était vrai. » Et là, beaucoup crurent en lui." A nouveau la Croix de Jésus se profile à l’horizon, comme un véritable étendard. Le « ton » monte très fort entre les responsables religieux et Jésus. L’agressivité va s’abattre farouchement sur Lui. Nous contemplerons la douceur de Jésus et son humilité dans sa Passion les Jours Saints. « Oh admirable vertu de la Croix ! Oh ineffable gloire du Père ! En elle nous pouvons contempler le tribunal du Seigneur, le jugement du monde et le pouvoir du Crucifié. Oh oui Seigneur ! Tu as attiré à toi toutes les choses, lorsque t’as tendu tes mains vers le peuple incrédule et rebelle, l’univers entier a compris qu’il devait rendre hommage à ta majesté ! » (Saint Léon le Grand). Jésus doit fuir de l’autre coté du Jourdan et tout ceux qui croient en Lui le rejoignent, ils sont prêts à l’écouter et à le suivre. C’est à cette profondeur que le baptême nous atteint pour nous remettre dans le jaillissement de la vie. Le premier fruit de ce don est une fraternité renouvelée. Pour rétablir ces liens fraternels il nous faut d’abord rétablir les liens filiaux avec notre Père des cieux. Nous sommes frères et sœurs parce que nous avons le même Père. Devenons les enfants tendrement aimés de Dieu. Nous approchons des jours saints et la Parole de Jésus nous provoque à le contempler, à nous convertir.

Citation :
Nous demandons la grâce de méditer cette Parole si actuelle.


Père Gilbert Adam
Homélies et Le Pauvre qui guérit




Saint Thomas More (1478-1535), homme d'État anglais, martyr
Traité sur la Passion, Le Christ les aima jusqu'au bout, homélie 1 (trad. Delhougne, Les Pères commentent, p. 218)


Le Christ donne sa vie pour ses ennemis

Méditons profondément sur l'amour du Christ notre Sauveur, qui « a aimé les siens jusqu'au bout » (Jn 13,1), à tel point que pour leur bien, volontairement, il a souffert une mort douloureuse et a manifesté le plus haut degré d'amour qui puisse exister. Car il a dit lui-même : « Il n'y a pas de plus grand amour que de donner sa vie pour ses amis » (Jn 15,13). Oui, c'est bien là le plus grand amour qu'on ait jamais montré. Et pourtant notre Sauveur en donna un plus grand encore, car il donna cette preuve d'amour à la fois pour ses amis et pour ses ennemis.

     Quelle différence entre cet amour fidèle et les autres formes d'amour faux et inconstant que l'on trouve dans notre pauvre monde !... Qui peut être sûr, dans l'adversité, de garder beaucoup de ses amis, quand notre Sauveur lui-même, lorsqu'il a été arrêté, est resté seul, abandonné des siens? Quand vous partez, qui voudra partir avec vous? Seriez-vous roi, votre royaume ne vous laisserait-il pas partir seul pour vous oublier aussitôt? Même votre famille ne vous laisserait-elle pas partir, comme une pauvre âme abandonnée qui ne sait où aller?

     Alors, apprenons à aimer en tout temps, comme nous devrions aimer : Dieu par-dessus toute chose, et toutes les autres choses à cause de lui. Car tout amour qui ne se rapporte pas à cette fin, c'est-à-dire à la volonté de Dieu, est un amour tout à fait vain et stérile. Tout amour que nous portons à un être créé quelconque et qui affaiblit notre amour envers Dieu est un amour détestable et un obstacle à notre marche vers le ciel... Donc, puisque notre Seigneur nous a tant aimés pour notre salut, implorons assidûment sa grâce, de crainte qu'en comparaison de son grand amour, nous soyons trouvés remplis d'ingratitude.
 

  
 Evangelizo.org 

















Quand je dis Dieu c'est un poème, c'est une étoile dans ma vie, 
du feu qui coule dans mes veines, un grand soleil pour aujourd'hui !





Dernière édition par Lumen le Sam 19 Mar 2016 - 13:25, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Donne-nous notre Pain de ce jour (Vie) : Parole de DIEU   Ven 18 Mar 2016 - 19:20

Bonsoir Lumen,

Bonsoir à toutes et à tous,



Samedi 19 Mars 2016

Saint Joseph, Époux de la Vierge Marie


5ième semaine du Temps de Carême
(Couleur liturgique : Blanc )
Année C





(Première lecture)
Deuxième Livre de Samuel 7 : 4 et 5a, 12 à 14a, 16


« Le SEIGNEUR DIEU LUI donnera le trône de David son père »

Cette nuit-là, la PAROLE DU SEIGNEUR fut adressée au Prophète Nathan :
« Va dire à mon serviteur David :
Ainsi PARLE le SEIGNEUR :
Quand tes jours seront accomplis
et que tu reposeras auprès de tes pères,
Je te susciterai dans ta descendance UN SUCCESSEUR,
qui naîtra de toi,
et Je rendrai stable SA ROYAUTÉ.
C’est LUI qui bâtira une maison pour MON NOM,
et Je rendrai stable pour toujours SON TRÔNE ROYAL.
Moi, Je serai pour LUI UN PÈRE ;
et LUI sera pour MOI UN FILS.
Ta maison et ta royauté subsisteront toujours devant Moi,
ton trône sera stable pour toujours. »

– PAROLE du SEIGNEUR.


Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris






Où sont passées les promesses faites à David ?


Poème chanté attribué Étan l’Ezrahite.

[Psaume 88 (89) ; entièrement]


Psaume 88 (89) : 2 et 3, 4 et 5, 27 et 29

R/ Sa dynastie, sans fin subsistera.

L'Amour du SEIGNEUR, sans fin je le chante ;
TA FIDÉLITÉ, je l'annonce d'âge en âge.
Je le dis : C'est un Amour bâti pour toujours ;
TA FIDÉLITÉ est plus stable que les Cieux.
R/

« Avec MON ÉLU, J'ai fait une ALLIANCE,
j'ai juré à David, mon serviteur :
J'établirai ta dynastie pour toujours,
Je te bâtis un trône pour la suite des âges.
R/

« IL ME dira : TU ES MON PÈRE,
MON DIEU, MON ROC ET MON SALUT !
Sans fin JE LUI garderai MON AMOUR,
MON ALLIANCE avec LUI sera FIDÈLE. »
R/

Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris







(Deuxième lecture)
Lettre de Saint Paul Apôtre aux Romains 4 : 13, 16 à 18, 22


« Espérant contre toute espérance, il a cru »

Frères,
ce n’est pas en vertu de la Loi
que la promesse de recevoir le monde en héritage
a été faite à Abraham et à sa descendance,
mais en vertu de la justice obtenue par la foi.
Voilà pourquoi on devient héritier par la foi :
c’est une grâce,
et la promesse demeure ferme
pour tous les descendants d’Abraham,
non pour ceux qui se rattachent à la Loi seulement,
mais pour ceux qui se rattachent aussi à la foi d’Abraham,
lui qui est notre père à tous.
C’est bien ce qui est écrit :

J’ai fait de toi le père d’un grand nombre de nations.

Il est notre père devant DIEU en qui il a cru,
DIEU qui donne la vie aux morts
et qui appelle à l’existence ce qui n’existe pas.
Espérant contre toute espérance, il a cru ;
ainsi est-il devenu le père d’un grand nombre de nations,
selon cette parole :

Telle sera la descendance que tu auras !

Et voilà pourquoi

il lui fut accordé d’être juste.

– PAROLE du SEIGNEUR.


Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris






Évangile de JÉSUS-CHRIST selon Saint Matthieu 1 : 16, 18 à 21, 24a

Acclamation de l’Évangile :
GLOIRE ET LOUANGE À TOI, SEIGNEUR JÉSUS.
Heureux les habitants de TA MAISON, SEIGNEUR :
ils pourront TE chanter encore !
GLOIRE ET LOUANGE À TOI, SEIGNEUR JÉSUS.
(Ps 83 (84), 5)




« JOSEPH fit ce que l’Ange du SEIGNEUR lui avait prescrit »

Jacob engendra JOSEPH, l’époux de MARIE,
de laquelle fut engendré JÉSUS,
que l’on appelle CHRIST.

Or, voici comment fut engendré JÉSUS CHRIST :
MARIE, Sa Mère, avait été accordée en mariage à JOSEPH ;
avant qu’ils aient habité ensemble,
Elle fut enceinte
par l’ACTION DE L’ESPRIT SAINT.
JOSEPH, son époux, qui était un Homme Juste,
et ne voulait pas La dénoncer publiquement,
décida de La renvoyer en secret.
Comme Il avait formé ce projet,
voici que l’Ange du SEIGNEUR
Lui apparut en songe et lui dit :
« JOSEPH, fils de David,
ne crains pas de prendre chez Toi MARIE, ton épouse,
puisque l’ENFANT qui est engendré en Elle
vient de l’ESPRIT SAINT ;
Elle enfantera un FILS,
et Tu LUI donneras le NOM de JÉSUS
(c’est-à-dire : LE-SEIGNEUR-SAUVE),
car c’est LUI qui sauvera son peuple de ses péchés. »

Quand JOSEPH se réveilla,
Il fit ce que l’Ange du SEIGNEUR Lui avait prescrit.

– Acclamons la PAROLE de DIEU.


Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris








Textes du jour, lu sur :
Les services de la liturgie Catholique

http://www.aelf.org/office-messe?date_my=19/03/2016

Liens :
http://www.aelf.org/office-messe
http://services.liturgiecatholique.fr/






Amicalement, fraternellement
Nicolas

Revenir en haut Aller en bas
Lumen
Admin
avatar

Messages : 4231
Date d'inscription : 18/10/2014
Localisation : France

MessageSujet: Re: Donne-nous notre Pain de ce jour (Vie) : Parole de DIEU   Sam 19 Mar 2016 - 13:26

Bonjour à vous tous, amis qui aimez la Parole de Vie, goûtez et voyez comme est bon le Seigneur !
Bonjour Nicolas, Merci !




Homélie :

"Or telle fut la genèse de Jésus Christ.

Marie, sa mère, était fiancée à Joseph : or, avant qu’ils eussent mené vie commune, elle se trouva enceinte par le fait de l’Esprit Saint. Joseph, son mari, qui était un homme juste et ne voulait pas la dénoncer publiquement, résolut de la répudier sans bruit." L’Église célèbre la solennité de Saint Joseph dans le Carême, il nous faut entrer dans la joie de cette fête. Joseph nous conduit sur le chemin de notre conversion, élevant son regard, il s’efforce de s’adapter au plan de Dieu. Joseph, en regardant les autres, essaie toujours d’interpréter dans le bon sens toutes leurs actions afin de sauvegarder leur bonne renommée. Si Marie nous fait entrer dans le mystère de Jésus, Joseph entre dans une très rude épreuve. Celle que le Père a choisie de toute éternité pour être la mère de son Fils unique, Joseph l’a aussi choisie comme épouse. Or avant qu’ils aient habité ensemble, Marie est enceinte ! Joseph connaît la qualité de cœur de Marie, il n’a aucun doute par rapport à elle, c’est l’œuvre du Saint Esprit. Mais Joseph ne se sent pas digne d’accueillir le Mystère de Dieu qui se passe en Marie, il fait le choix de rentrer chez lui en renvoyant Marie secrètement.

"Alors qu’il avait formé ce dessein, voici que l’Ange du Seigneur lui apparut en songe et lui dit : « Joseph, fils de David, ne crains pas de prendre chez toi Marie, ta femme :"

car ce qui a été engendré en elle vient de l’Esprit Saint ; elle enfantera un fils, et tu l’appelleras du nom de Jésus : car c’est lui qui sauvera son peuple de ses péchés. »" Dieu a un plan d’amour sur chacun de nous, car « Dieu est amour ». Il est mystérieux pour Saint Joseph de voir que Marie, « avant qu’ils aient habité ensemble, fut enceinte par l’action de l’Esprit Saint ». Il avait décidé de la répudier, mais « en secret » et « lorsque l’ange du Seigneur lui apparut en songe », lui dévoilant qu’il devait devenir le père légal de l’Enfant, il accepte immédiatement « et il prend chez lui son épouse ». Le mystère de l’annonciation a été une épreuve de foi pour Marie, mais c’est aussi une épreuve de charité. Son amour pour Joseph est grand, mais son amour pour Dieu est infini. Elle devient si proche du mystère de Dieu qu’elle garde le silence et se recueille dans son cœur. Elle a consenti à ce que Dieu lui demande et ni Joseph, ni son peuple, ne peut pas comprendre ce mystère. Marie a été épousée par le Dieu-Trinité, toute la vie de Dieu qui circule en elle vient de l’Esprit Saint. Advient un monde nouveau dans lequel Dieu se rend si proche de l’humanité. Marie est seule, marchant dans la foi la plus obscure en Dieu. "Bienheureuse, toi qui as cru, lui dira Élisabeth qui a pénétré son secret : « Comment m’est il donné que la mère de mon Seigneur vienne jusqu’à moi ? »

"Une fois réveillé, Joseph fit comme l’Ange du Seigneur lui avait prescrit : il prit chez lui sa femme ;" 

Entrer dans la foi de Marie, c’est entrer dans la foi chrétienne, c’est laisser advenir le Fils unique de Dieu dans notre propre nature humaine : « Ne crains pas de prendre chez toi Marie, ton épouse. » C’est pour Joseph un bouleversement fondamental, il s’agit d’accueillir une vie toute nouvelle qui lui est donnée. Cette vie toute nouvelle nous est aussi offerte, elle nous situe les uns vis-à-vis dans autres, comme Marie et Joseph, dans une toute autre dimension où l’Esprit Saint lui-même est le roi d’amour. L’Esprit Saint nous invite à son propre mystère d’Amour, il nous propose de vivre de Dieu ! Marie vit Dieu au plus intime de son être de femme, le fils unique du Père prend chair en elle. Après Élisabeth, Joseph est le premier à entrer dans ce mystère, un nouvel amour l’unit à Dieu et l’unit à Marie. Grâce à lui, Jésus adviendra dans le monde de façon légitime : « Tu lui donneras le nom de Jésus. » En recevant le Verbe de Dieu venu dans le monde, nous devenons, à la suite de Jésus, « enfant de Dieu. » Nous découvrons aussi ce que Dieu attend de nous, qu’il renforce notre désir : « Que les mérites de l’Époux de Marie soient notre secours. » Que nous entrions dans l’acceptation de la volonté de Dieu et l’exercice de la charité envers notre prochain.

Citation :
Nous demandons la grâce de devenir ce que nous sommes, l’enfant de Dieu.


Père Gilbert Adam
Homélies et Le Pauvre qui guérit




Saint Jean-Paul II (1920-2005), Pape 
Exhortation apostolique « Redemptoris custos », 25-26 (trad. © copyright Libreria Editrice Vaticana)


La primauté de la vie intérieure chez Saint Joseph

Le climat de silence qui accompagne tout ce qui se réfère à la figure de Joseph s'étend aussi à son travail de charpentier dans la maison de Nazareth. Toutefois, c'est un silence qui révèle d'une manière spéciale le profil intérieur de cette figure. Les évangiles parlent exclusivement de ce que « fit » Joseph ; mais ils permettent de découvrir dans ses actions, enveloppées de silence, un climat de profonde contemplation. Joseph était quotidiennement en contact avec le mystère « caché depuis les siècles » (Col 1,26), qui « établit sa demeure » (Jn 1,14) sous son toit. Cela explique par exemple pourquoi sainte Thérèse d'Avila, la grande réformatrice du Carmel contemplatif, s'est faite la promotrice du renouveau du culte rendu à saint Joseph dans la chrétienté occidentale.

           Le sacrifice absolu que Joseph a fait de toute son existence aux exigences de la venue du Messie dans sa maison trouve son juste motif « dans son insondable vie intérieure, d'où lui viennent des ordres et des réconforts tout à fait particuliers et d'où découlent pour lui la logique et la force, propres aux âmes simples et transparentes, des grandes décisions, comme celle de mettre aussitôt à la disposition des desseins divins sa liberté, sa vocation humaine légitime, son bonheur conjugal, acceptant la condition, la responsabilité et le poids de la famille et renonçant, au profit d'un amour virginal incomparable, à l'amour conjugal naturel qui la constitue et l'alimente » (Pape Paul VI).

           Cette soumission à Dieu, qui est promptitude de la volonté à se consacrer à tout ce qui concerne son service, n'est autre que l'exercice de la dévotion qui constitue une des expressions de la vertu de religion [selon S. Thomas d'Aquin]
 

  
 Evangelizo.org 

















Quand je dis Dieu c'est un poème, c'est une étoile dans ma vie, 
du feu qui coule dans mes veines, un grand soleil pour aujourd'hui !




Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Donne-nous notre Pain de ce jour (Vie) : Parole de DIEU   Sam 19 Mar 2016 - 22:13

Bonsoir Lumen,

Bonsoir à toutes et à tous,




Dimanche 20 Mars 2015


Dimanche des Rameaux

et de
la PASSION du SEIGNEUR


(Couleur liturgique : Rouge )
Année C





L’Entrée Messianique du SEIGNEUR à Jérusalem






Procession et rituel




Gloire à TOI, SAUVEUR des hommes, notre CHEF et notre ROI !
Gloire à TOI pour TON ROYAUME qu’il advienne ! Hosanna !



Récit de l’entrée à Jérusalem


Selon Saint Luc 19 : 28 à 40

En ce temps-là,
Jésus partit en avant pour monter à Jérusalem.
Lorsqu’il approcha de Bethphagé et de Béthanie,
près de l’endroit appelé mont des Oliviers,
il envoya deux de ses disciples,
en disant :
« Allez à ce village d’en face.
À l’entrée, vous trouverez un petit âne attaché,
sur lequel personne ne s’est encore assis.
Détachez-le et amenez-le.
Si l’on vous demande :
‘Pourquoi le détachez-vous ?’
vous répondrez :
‘Parce que le Seigneur en a besoin.’ »
Les envoyés partirent
et trouvèrent tout comme Jésus leur avait dit.
Alors qu’ils détachaient le petit âne,
ses maîtres leur demandèrent :
« Pourquoi détachez-vous l’âne ? »
Ils répondirent :
« Parce que le Seigneur en a besoin. »
Ils amenèrent l’âne auprès de Jésus,
jetèrent leurs manteaux dessus,
et y firent monter Jésus.
À mesure que Jésus avançait,
les gens étendaient leurs manteaux sur le chemin.
Alors que déjà Jésus approchait de la descente du mont des Oliviers,
toute la foule des disciples, remplie de joie,
se mit à louer Dieu à pleine voix
pour tous les miracles qu’ils avaient vus,
et ils disaient :
« Béni soit celui qui vient,
le Roi, au nom du Seigneur.
Paix dans le ciel
et gloire au plus haut des cieux ! »
Quelques pharisiens, qui se trouvaient dans la foule,
dirent à Jésus :
« Maître, réprimande tes disciples ! »
Mais il prit la parole en disant :
« Je vous le dis :
si eux se taisent,
les pierres crieront. »



– Acclamons la PAROLE de DIEU.


Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris


Rituel de l’ouverture des portes
le Dimanche des Rameaux


Psaume 23 (24) : 7 à 10


Portes, levez vos frontons,
élevez-vous, portes éternelles :
qu'IL entre, le ROI de Gloire !

Qui est ce ROI de Gloire ?

C'est le SEIGNEUR, le Fort, le Vaillant,
le SEIGNEUR, le Vaillant des combats.



Portes, levez vos frontons,
levez-les, portes éternelles :
qu'IL entre, le ROI de Gloire !

Qui donc est ce ROI de Gloire ?

C'est le SEIGNEUR, DIEU de l'Univers ;
c'est LUI, le ROI de Gloire.


Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris







Image hébergée par servimg.com Messe de la PASSION Image hébergée par servimg.com





(Première lecture)
Livre du Prophète Isaïe 50 : 4 à 7


« je n’ai pas caché ma face devant les outrages, je sais que je ne serai pas confondu » (troisième chant du serviteur du Seigneur)

le Seigneur mon Dieu m’a donné le langage des disciples,
pour que je puisse, d’une parole,
soutenir celui qui est épuisé.
chaque matin, il éveille,
il éveille mon oreille
pour qu’en disciple, j’écoute.
le Seigneur mon Dieu m’a ouvert l’oreille,
et moi, je ne me suis pas révolté,
je ne me suis pas dérobé.
j’ai présenté mon dos à ceux qui me frappaient,
et mes joues à ceux qui m’arrachaient la barbe.
je n’ai pas caché ma face devant les outrages et les crachats.
le Seigneur mon Dieu vient à mon secours ;
c’est pourquoi je ne suis pas atteint par les outrages,
c’est pourquoi j’ai rendu ma face dure comme pierre :
je sais que je ne serai pas confondu.

– PAROLE du SEIGNEUR.


Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris




Mon DIEU, Mon DIEU, pourquoi M’as-TU abandonné ?


Du répertoire du chef de chorale. A chanter sur l’air de « Biche de l’aurore ». Psaume appartenant au recueil de David.

[Psaume 21 (22) ; entièrement]




Psaume 21 (22) : 8 et 9, 17 et 18a, 19 et 20, 22c à 24a


R/ Mon DIEU, Mon DIEU, pourquoi M'as-TU abandonné ?

Tous ceux qui me voient Me bafouent,
ils ricanent et hochent la tête :
« IL comptait sur le SEIGNEUR : qu'IL LE délivre !
Qu'IL LE sauve, puisqu'IL est Son Ami ! »
R/


Oui, des chiens Me cernent,
une bande de vauriens M'entoure.
Ils Me percent les Mains et les Pieds ;
Je peux compter tous Mes Os.
R/


Ils partagent entre eux Mes Habits
et tirent au sort Mon Vêtement.
Mais TOI, SEIGNEUR, ne sois pas loin :
Ô Ma Force, viens vite à Mon Aide !
R/


Mais TU M'as répondu !
Et Je proclame Ton NOM devant Mes Frères,
Je TE loue en pleine assemblée.
Vous qui LE craignez, louez le SEIGNEUR.
R/


Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris


« Chants audio du Psaume 21 (22) »

Du CD, Signes :

http://www.mirari.fr/EWgS




(Deuxième lecture)
Lettre de Saint Paul Apôtre aux Philippiens 2 : 6 à 11


« Il s’est abaissé : c’est pourquoi Dieu l’a exalté »

le Christ Jésus,
ayant la condition de Dieu,
ne retint pas jalousement
le rang qui l’égalait à Dieu.
mais il s’est anéanti,
prenant la condition de serviteur,
devenant semblable aux hommes.
reconnu homme à son aspect,
il s’est abaissé,
devenant obéissant jusqu’à la mort,
et la mort de la Croix.
c’est pourquoi Dieu l’a exalté :
il l’a doté du Nom
qui est au-dessus de tout nom,
afin qu’au Nom de Jésus
tout genou fléchisse
au Ciel, sur Terre et aux enfers,
et que toute langue proclame :
« Jésus Christ est Seigneur »
à la Gloire de Dieu le Père.

– PAROLE du SEIGNEUR.


Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris




La PASSION de notre SEIGNEUR JÉSUS-CHRIST
Selon Saint Luc 22 : 14 à 23 : 56

Acclamation de l’Évangile :

GLOIRE et LOUANGE à TOI,
SEIGNEUR JÉSUS !


Pour nous,
le CHRIST s'est fait Obéissant,
jusqu'à la mort,
et la mort sur une Croix.
Voilà pourquoi
DIEU L'a élevé SOUVERAINEMENT
et LUI a donné le NOM qui est au-dessus de tout nom.

GLOIRE et LOUANGE à TOI,
SEIGNEUR JÉSUS !




Indications pour la lecture dialoguée : Les sigles désignant les divers interlocuteurs sont les suivants :
L = Lecteur
X = Jésus
D = Disciples et amis
A = Autres personnages.
F = Foule



L. Quand l’heure fut venue,
Jésus prit place à table,
et les Apôtres avec lui.
Il leur dit :


X « J’ai désiré d’un grand désir manger cette Pâque avec vous
avant de souffrir !
Car je vous le déclare :
jamais plus je ne la mangerai
jusqu’à ce qu’elle soit pleinement accomplie
dans le royaume de Dieu. »


L. Alors, ayant reçu une coupe et rendu grâce,
il dit :


X « Prenez ceci et partagez entre vous.
Car je vous le déclare :
désormais, jamais plus
je ne boirai du fruit de la vigne
jusqu’à ce que le royaume de Dieu soit venu. »



L. Puis, ayant pris du pain et rendu grâce,
il le rompit
et le leur donna, en disant :


X « Ceci est mon corps, donné pour vous.
Faites cela en mémoire de moi. »


L. Et pour la coupe, après le repas, il fit de même, en disant :

X « Cette coupe est la nouvelle Alliance en mon sang
répandu pour vous.
Et cependant, voici que la main de celui qui me livre
est à côté de moi sur la table.
En effet, le Fils de l’homme s’en va
selon ce qui a été fixé.
Mais malheureux cet homme-là
par qui il est livré ! »


L. Les Apôtres commencèrent à se demander les uns aux autres
quel pourrait bien être, parmi eux, celui qui allait faire cela.
Ils en arrivèrent à se quereller :
lequel d’entre eux, à leur avis, était le plus grand ?
Mais il leur dit :



X « Les rois des nations
les commandent en maîtres,
et ceux qui exercent le pouvoir sur elles
se font appeler bienfaiteurs.
Pour vous, rien de tel !
Au contraire, que le plus grand d’entre vous
devienne comme le plus jeune,
et le chef, comme celui qui sert.
Quel est en effet le plus grand :
celui qui est à table, ou celui qui sert ?
N’est-ce pas celui qui est à table ?
Eh bien moi, je suis au milieu de vous
comme celui qui sert.
Vous, vous avez tenu bon avec moi dans mes épreuves.
Et moi, je dispose pour vous du Royaume,
comme mon Père en a disposé pour moi.
Ainsi vous mangerez et boirez à ma table
dans mon Royaume,
et vous siégerez sur des trônes
pour juger les douze tribus d’Israël.
Simon, Simon,
voici que Satan vous a réclamés
pour vous passer au crible comme le blé.
Mais j’ai prié pour toi,
afin que ta foi ne défaille pas.
Toi donc, quand tu sera revenu,
affermis tes frères. »


L. Pierre lui dit :

D. « Seigneur, avec toi, je suis prêt
à aller en prison et à la mort. »


L. Jésus reprit :

X « Je te le déclare, Pierre :
le coq ne chantera pas aujourd’hui
avant que toi, par trois fois,
tu aies nié me connaître. »



L. Puis il leur dit :

X « Quand je vous ai envoyés sans bourse, ni sac, ni sandales,
avez-vous donc manqué de quelque chose ? »


L. Ils lui répondirent :

D. « Non, de rien. »

L. Jésus leur dit :

X « Eh bien maintenant, celui qui a une bourse,
qu’il la prenne,
de même celui qui a un sac ;
et celui qui n’a pas d’épée,
qu’il vende son manteau pour en acheter une.
Car, je vous le déclare :
il faut que s’accomplisse en moi ce texte de l’Écriture :

Il a été compté avec les impies.

De fait, ce qui me concerne
va trouver son accomplissement. »


L. Ils lui dirent :

D. « Seigneur, voici deux épées. »

L. Il leur répondit :

X « Cela suffit. »


L. Jésus sortit pour se rendre, selon son habitude,
au mont des Oliviers,
et ses disciples le suivirent.
Arrivé en ce lieu, il leur dit :


X « Priez, pour ne pas entrer en tentation. »

L. Puis il s’écarta
à la distance d’un jet de pierre environ.
S’étant mis à genoux,
il priait en disant :


X « Père, si tu le veux,
éloigne de moi cette coupe ;
cependant, que soit faite non pas ma volonté,
mais la tienne. »


L. Alors, du ciel, lui apparut un ange
qui le réconfortait.
Entré en agonie,
Jésus priait avec plus d’insistance,
et sa sueur devint comme des gouttes de sang
qui tombaient sur la terre.
Puis Jésus se releva de sa prière
et rejoignit ses disciples
qu’il trouva endormis, accablés de tristesse.
Il leur dit :


X « Pourquoi dormez-vous ?
Relevez-vous
et priez, pour ne pas entrer en tentation. »



L. Il parlait encore,
quand parut une foule de gens.
Celui qui s’appelait Judas, l’un des Douze,
marchait à leur tête.
Il s’approcha de Jésus pour lui donner un baiser.
Jésus lui dit :


X « Judas, c’est par un baiser que tu livres le Fils de l’homme ? »

L. Voyant ce qui allait se passer,
ceux qui entouraient Jésus lui dirent :


D. « Seigneur, et si nous frappions avec l’épée ? »

L. L’un d’eux frappa le serviteur du grand prêtre
et lui trancha l’oreille droite.
Mais Jésus dit :


X « Restez-en là ! »

L. Et, touchant l’oreille de l’homme,
il le guérit.
Jésus dit alors à ceux qui étaient venus l’arrêter,
grands prêtres, chefs des gardes du Temple et anciens :


X « Suis-je donc un bandit,
pour que vous soyez venus avec des épées et des bâtons ?
Chaque jour, j’étais avec vous dans le Temple,
et vous n’avez pas porté la main sur moi.
Mais c’est maintenant votre heure
et le pouvoir des ténèbres. »



L. S’étant saisis de Jésus, ils l’emmenèrent
et le firent entrer dans la résidence du grand prêtre.
Pierre suivait à distance.
On avait allumé un feu au milieu de la cour,
et tous étaient assis là.
Pierre vint s’asseoir au milieu d’eux.
Une jeune servante le vit assis près du feu ;
elle le dévisagea et dit :


A. « Celui-là aussi était avec lui. »

L. Mais il nia :

D. « Non, je ne le connais pas. »

L. Peu après, un autre dit en le voyant :

F. « Toi aussi, tu es l’un d’entre eux. »

L. Pierre répondit :

D. « Non, je ne le suis pas. »

L. Environ une heure plus tard,
un autre insistait avec force :


F. « C’est tout à fait sûr ! Celui-là était avec lui,
et d’ailleurs il est Galiléen. »


L. Pierre répondit :

D. « Je ne sais pas ce que tu veux dire. »

L. Et à l’instant même, comme il parlait encore,
un coq chanta.
Le Seigneur, se retournant,
posa son regard sur Pierre.
Alors Pierre se souvint de la parole que le Seigneur lui avait dite :
« Avant que le coq chante aujourd’hui,
tu m’auras renié trois fois. »
Il sortit et, dehors, pleura amèrement.

Les hommes qui gardaient Jésus
se moquaient de lui et le rouaient de coups.
Ils lui avaient voilé le visage,
et ils l’interrogeaient :


F. « Fais le prophète !
Qui est-ce qui t’a frappé ? »


L. Et ils proféraient contre lui beaucoup d’autres blasphèmes.

Lorsqu’il fit jour,
se réunit le collège des anciens du peuple,
grands prêtres et scribes,
et on emmena Jésus devant leur conseil suprême.
Ils lui dirent :


F. « Si tu es le Christ,
dis-le nous. »


L. Il leur répondit :

X « Si je vous le dis,
vous ne me croirez pas ;
et si j’interroge,
vous ne répondrez pas.
Mais désormais le Fils de l’homme
sera assis à la droite de la Puissance de Dieu. »


L. Tous lui dirent alors :

F. « Tu es donc le Fils de Dieu ? »

L. Il leur répondit :

X « Vous dites vous-mêmes que je le suis. »

L. Ils dirent alors :

F. « Pourquoi nous faut-il encore un témoignage ?
Nous-mêmes, nous l’avons entendu de sa bouche. »


L. L’assemblée tout entière se leva,
et on l’emmena chez Pilate.

On se mit alors à l’accuser :


F. « Nous avons trouvé cet homme
en train de semer le trouble dans notre nation :
il empêche de payer l’impôt à l’empereur,
et il dit qu’il est le Christ, le Roi. »


L. Pilate l’interrogea :

A. « Es-tu le roi des Juifs ? »

L. Jésus répondit :

X « C’est toi-même qui le dis. »

L. Pilate s’adressa aux grands prêtres et aux foules :

A. « Je ne trouve chez cet homme
aucun motif de condamnation. »


L. Mais ils insistaient avec force :

F. « Il soulève le peuple
en enseignant dans toute la Judée ;
après avoir commencé en Galilée, il est venu jusqu’ici. »


L. À ces mots, Pilate demanda si l’homme était Galiléen.
Apprenant qu’il relevait de l’autorité d’Hérode,
il le renvoya devant ce dernier,
qui se trouvait lui aussi à Jérusalem en ces jours-là.

À la vue de Jésus,
Hérode éprouva une joie extrême :
en effet, depuis longtemps il désirait le voir
à cause de ce qu’il entendait dire de lui,
et il espérait lui voir faire un miracle.
Il lui posa bon nombre de questions,
mais Jésus ne lui répondit rien.
Les grands prêtres et les scribes étaient là,
et ils l’accusaient avec véhémence.
Hérode, ainsi que ses soldats,
le traita avec mépris et se moqua de lui :
il le revêtit d’un manteau de couleur éclatante
et le renvoya à Pilate.
Ce jour-là, Hérode et Pilate devinrent des amis,
alors qu’auparavant il y avait de l’hostilité entre eux.

Alors Pilate convoqua
les grands prêtres, les chefs et le peuple.
Il leur dit :


A. « Vous m’avez amené cet homme
en l’accusant d’introduire la subversion dans le peuple.
Or, j’ai moi-même instruit l’affaire devant vous
et, parmi les faits dont vous l’accusez,
je n’ai trouvé chez cet homme aucun motif de condamnation.
D’ailleurs, Hérode non plus,
puisqu’il nous l’a renvoyé.
En somme, cet homme n’a rien fait qui mérite la mort.
Je vais donc le relâcher
après lui avoir fait donner une correction. »


L. Ils se mirent à crier tous ensemble :

F. « Mort à cet homme !
Relâche-nous Barabbas. »


L. Ce Barabbas avait été jeté en prison
pour une émeute survenue dans la ville, et pour meurtre.
Pilate, dans son désir de relâcher Jésus,
leur adressa de nouveau la parole.
Mais ils vociféraient :


F. « Crucifie-le ! Crucifie-le ! »

L. Pour la troisième fois, il leur dit :

A. « Quel mal a donc fait cet homme ?
Je n’ai trouvé en lui
aucun motif de condamnation à mort.
Je vais donc le relâcher
après lui avoir fait donner une correction. »


L. Mais ils insistaient à grands cris,
réclamant qu’il soit crucifié ;
et leurs cris s’amplifiaient.
Alors Pilate décida de satisfaire leur requête.
Il relâcha celui qu’ils réclamaient,
le prisonnier condamné pour émeute et pour meurtre,
et il livra Jésus à leur bon plaisir.


L. Comme ils l’emmenaient,
ils prirent un certain Simon de Cyrène,
qui revenait des champs,
et ils le chargèrent de la croix
pour qu’il la porte derrière Jésus.
Le peuple, en grande foule, le suivait,
ainsi que des femmes
qui se frappaient la poitrine
et se lamentaient sur Jésus.
Il se retourna et leur dit :


X « Filles de Jérusalem,
ne pleurez pas sur moi !
Pleurez plutôt sur vous-mêmes et sur vos enfants !
Voici venir des jours où l’on dira :
‘Heureuses les femmes stériles,
celles qui n’ont pas enfanté,
celles qui n’ont pas allaité !’
Alors on dira aux montagnes :
‘Tombez sur nous’,
et aux collines :
‘Cachez-nous.’
Car si l’on traite ainsi l’arbre vert,
que deviendra l’arbre sec ? »



L. Ils emmenaient aussi avec Jésus
deux autres, des malfaiteurs, pour les exécuter.
Lorsqu’ils furent arrivés au lieu dit : Le Crâne (ou Calvaire),
là ils crucifièrent Jésus,
avec les deux malfaiteurs,
l’un à droite et l’autre à gauche.
Jésus disait :


X « Père, pardonne-leur :
ils ne savent pas ce qu’ils font. »


L. Puis, ils partagèrent ses vêtements
et les tirèrent au sort.


Le peuple restait là à observer.
Les chefs tournaient Jésus en dérision et disaient :


F. « Il en a sauvé d’autres :
qu’il se sauve lui-même,
s’il est le Messie de Dieu, l’Élu ! »


L. Les soldats aussi se moquaient de lui ;
s’approchant, ils lui présentaient de la boisson vinaigrée,
en disant :


F. « Si tu es le roi des Juifs,
sauve-toi toi-même ! »


L. Il y avait aussi une inscription au-dessus de lui :
« Celui-ci est le roi des Juifs. »


L’un des malfaiteurs suspendus en croix l’injuriait :


A. « N’es-tu pas le Christ ?
Sauve-toi toi-même, et nous aussi ! »


L. Mais l’autre lui fit de vifs reproches :

A. « Tu ne crains donc pas Dieu !
Tu es pourtant un condamné, toi aussi !
Et puis, pour nous, c’est juste :
après ce que nous avons fait,
nous avons ce que nous méritons.
Mais lui, il n’a rien fait de mal. »


L. Et il disait :

A. « Jésus, souviens-toi de moi
quand tu viendras dans ton Royaume. »


L. Jésus lui déclara :

X « Amen, je te le dis :
aujourd’hui, avec moi, tu seras dans le Paradis. »



L. C’était déjà environ la sixième heure (c’est-à-dire : midi) ;
l’obscurité se fit sur toute la terre jusqu’à la neuvième heure,
car le soleil s’était caché.
Le rideau du Sanctuaire se déchira par le milieu.
Alors, Jésus poussa un grand cri :


X « Père, entre tes mains je remets mon esprit. »

L. Et après avoir dit cela, il expira.


(Ici, on fléchit les genoux et on s’arrête un instant.)


À la vue de ce qui s’était passé,
le centurion rendit gloire à Dieu :


A. « Celui-ci était réellement un homme juste. »

L. Et toute la foule des gens qui s’étaient rassemblés pour ce spectacle,
observant ce qui se passait,
s’en retournaient en se frappant la poitrine.
Tous ses amis,
ainsi que les femmes qui le suivaient depuis la Galilée,
se tenaient plus loin pour regarder.


Alors arriva un membre du Conseil, nommé Joseph ;
c’était un homme bon et juste,
qui n’avait donné son accord
ni à leur délibération, ni à leurs actes.
Il était d’Arimathie, ville de Judée,
et il attendait le règne de Dieu.
Il alla trouver Pilate
et demanda le corps de Jésus.
Puis il le descendit de la croix,
l’enveloppa dans un linceul
et le mit dans un tombeau taillé dans le roc,
où personne encore n’avait été déposé.
C’était le jour de la Préparation de la fête,
et déjà brillaient les lumières du sabbat.
Les femmes qui avaient accompagné Jésus depuis la Galilée
suivirent Joseph.
Elles regardèrent le tombeau
pour voir comment le corps avait été placé.
Puis elles s’en retournèrent
et préparèrent aromates et parfums.
Et, durant le sabbat, elles observèrent le repos prescrit.




– Acclamons la PAROLE de DIEU.




Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris









Lien :
http://www.ktotv.com/emissions/priere-et-vie-de-l-eglise/priere/en-marche-vers-dimanche

Vu sur :
www.KTOTV.com






Textes du jour, lu sur :
Les services de la liturgie Catholique

http://www.aelf.org/office-messe?date_my=20/03/2016


Liens :
http://www.aelf.org/office-messe
http://services.liturgiecatholique.fr/






Amicalement, fraternellement
Nicolas

Revenir en haut Aller en bas
Lumen
Admin
avatar

Messages : 4231
Date d'inscription : 18/10/2014
Localisation : France

MessageSujet: Re: Donne-nous notre Pain de ce jour (Vie) : Parole de DIEU   Dim 20 Mar 2016 - 15:19

Bonjour à vous tous, amis qui aimez la Parole de Vie, goûtez et voyez comme est bon le Seigneur !
Bonjour Nicolas, Merci !


Homélie :

Quand l’heure fut venue, Jésus se mit à table, et les Apôtres avec lui. Il leur dit : « J’ai ardemment désiré manger cette Pâque avec vous avant de souffrir ! Car je vous le déclare : jamais plus je ne la mangerai jusqu’à ce qu’elle soit pleinement réalisée dans le royaume de Dieu. »

Dans son immense Amour, Jésus nous ouvre son cœur et nous embrasse d’Amour après avoir embrassé l’humanité dans le corps de Marie. Dans son mystère, Jésus nous introduit dans l’admirable échange Eucharistique : « Jésus se mit à table. » Judas est présent, lui qui donnera à Jésus le baiser de la trahison. Jésus dont l’amour est trahi, lui donnera celui de la miséricorde. Tout baiser est vécu en silence, les aimés qui s’embrassent ne parlent pas, ils sont dans leur cœur profond. Dans l’Evangile de Luc Jésus dira : « Judas, c’est par un baiser que tu livres le Fils de l’homme ! » Jean dit : « Ce que tu fais, fais-le vite. » Jésus manifeste une conscience vive de ce qui va se produire. Il va au-devant de son sort et de sa mort. Sa vie est une lente montée vers Jérusalem, Jésus marchait « en avant de ses disciples vers Jérusalem ». Il ouvre sa Passion : « J’ai tellement désiré manger cette Pâque avec vous ». Mais il dit encore : « Maintenant le Fils de l’homme est glorifié. » Dans l’angoisse, Jésus prie avec plus d’insistance, et sa sueur devint comme des gouttes de sang qui tombaient jusqu’à terre. Les mains liées, une couronne d’épines sur la tête, un manteau de dérision sur les épaules : « Il est glorifié. » Il est glorifié parce qu’il est Amour. À genoux il a lavé les pieds de ses disciples. C’est le propre de l’Amour que de s’abaisser. Dieu, l’amour infini, va connaître un abaissement infini. La douceur et l’humilité du cœur de Jésus sont victorieuses de toute cette violence…

…Et l’autre malfaiteur disait : « Jésus, souviens-toi de moi quand tu viendras inaugurer ton Règne. » Jésus lui répondit : « Amen, je te le déclare : aujourd’hui, avec moi, tu seras dans le Paradis. »

Il était déjà presque midi ; l’obscurité se fit dans tout le pays jusqu’à trois heures, car le soleil s’était caché. Le rideau du Temple se déchira par le milieu. Alors, Jésus poussa un grand cri : « Père, entre tes mains je remets mon esprit. » Après avoir dit cela, il expira. A la vue de ce qui s’était passé, le centurion rendait gloire à Dieu : « Sûrement, cet homme, c’était un juste. » Et tous les gens qui s’étaient rassemblés pour ce spectacle, voyant ce qui était arrivé, s’en retournaient en se frappant la poitrine. « Celui que j’embrasserai, c’est lui, » avait dit Judas qui a vendu Jésus pour 30 pièces d’argent. Ce baiser de trahison déclarait que le temps était arrivé de mettre fin à ce à quoi il ne croyait plus ! Dans cette tragédie qui le tue, Jésus console les femmes de Jérusalem : Ne pleurez pas sur moi, pleurez sur vous mêmes ! Il prie pour que le Père pardonne à ses bourreaux : Père, pardonne-leur car ils ne savent pas ce qu’ils font. Et au larron qui dit : « Souviens-toi de moi quand tu seras dans ton royaume. » Jésus a ces paroles stupéfiantes, comme une absolution : « Aujourd’hui, tu seras avec moi dans le paradis. » Enveloppant sa dernière parole de toute sa confiance et dans la sérénité Jésus dira : « Père, entre tes mains, je remets mon Esprit. »

C’était le vendredi, et déjà brillaient les lumières du sabbat. Les femmes qui accompagnaient Jésus depuis la Galilée suivirent Joseph. Elles regardèrent le tombeau pour voir comment le corps avait été placé. 

Puis elles s’en retournèrent et préparèrent aromates et parfums. Nous sommes invités à partager les sentiments et les souffrances de Jésus dont nous sommes les disciples. Dans son amour infini, Jésus se donne dans une humilité extraordinaire. En appelant Judas « ami, » Jésus lui fait pressentir que c’est justement pour cette heure qu’il a été envoyé. Il nous livre la suprême consigne de toute sa vie : pour lui, ami et ennemi sont des mots semblables, identiques, interchangeables ! L’ami d’hier peut devenir l’ennemi de demain et l’ennemi d’hier peut devenir l’ami d’aujourd’hui ! Pierre malgré son engagement à suivre Jésus partout où il irait, va le renier avant que le coq ne chante. Au cœur de nos trahisons, nous entendrons Jésus nous appeler ami. Un mot délicieux qui nous dévoile le vrai visage de Dieu. Il y a une grande douceur à entendre le Dieu du ciel et de la terre, nous appeler ami, dans les moments les plus sombres de notre chemin. Son chemin est un chemin de douceur et de bonté. Du haut de la croix, il pardonne à ceux qui ne savent pas ce qu’ils font. C’est un grand mystère dans lequel nous devons pénétrer. Celui qui s’est fait le plus petit des enfant de la Femme manifeste Dieu qui est une relation d’amour.

Citation :
Nous entrons dans cette grande semaine sainte, et nous demandons de toucher l’amour du cœur de notre Père

Père Gilbert Adam
Homélies et Le Pauvre qui guérit




Saint André de Crète (660-740), Moine et Évêque
Homélie pour le Dimanche des Rameaux PG 97, 989-993 (trad. bréviaire)


« Voici ton roi qui vient vers toi » (Za 9,9 ; Mt 21,5)

Venez, gravissons ensemble le mont des Oliviers ; allons à la rencontre du Christ. Il revient aujourd'hui de Béthanie et il s'avance de son plein gré vers sa sainte et bienheureuse passion, afin de mener à son terme le mystère de notre salut. Il vient donc, faisant route vers Jérusalem, lui qui est venu du ciel pour nous, alors que nous gisions au plus bas, afin de nous élever avec lui, comme le dit l'Écriture, « au-dessus de toutes les puissances et de tous les êtres qui nous dominent, quel que soit leur nom » (Ep 1,21). Mais il vient sans ostentation et sans faste. Car, dit le prophète, « il ne protestera pas, il ne criera pas, on n'entendra pas sa voix » (Is 42,2). Il sera doux et humble, il fera son entrée modestement...

Alors, courons avec lui qui se hâte vers sa passion ; imitons ceux qui allèrent au-devant de lui. Non pas pour étendre sur son chemin, comme eux ils l'ont fait, des rameaux d'olivier, des vêtements ou des palmes. C'est nous-mêmes qu'il faut abaisser devant lui, autant que nous le pouvons, par l'humilité du cœur et la droiture de l'esprit, afin d'accueillir le Verbe qui vient (Jn 1,9), afin que Dieu trouve place en nous, lui que rien ne peut contenir.

Car il se réjouit de se montrer à nous ainsi dans toute sa douceur, lui qui est doux, « lui qui monte au-dessus du couchant » (Ps 56,12), c'est-à-dire au-dessus de notre condition dégradée. Il est venu pour devenir notre compagnon, nous élever et nous ramener vers lui par la parole qui nous unit à Dieu.
 

  
 Evangelizo.org 















Quand je dis Dieu c'est un poème, c'est une étoile dans ma vie, 
du feu qui coule dans mes veines, un grand soleil pour aujourd'hui !



Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Donne-nous notre Pain de ce jour (Vie) : Parole de DIEU   Dim 20 Mar 2016 - 19:27

Bonsoir Lumen,

Bonsoir à toutes et à tous,




Lundi 21 Mars 2016

Lundi Saint


(Couleur liturgique : Violet )
Année C





(Première lecture)
Livre du Prophète Isaïe 42 : 1 à 7


« IL ne criera pas, IL ne fera pas entendre Sa VOIX au-dehors »

Ainsi PARLE le SEIGNEUR :
« Voici Mon SERVITEUR que Je SOUTIENS,
Mon ÉLU qui a toute Ma FAVEUR.
J’ai fait reposer sur LUI Mon ESPRIT ;
aux nations, IL proclamera le DROIT.
IL ne criera pas, IL ne haussera pas le Ton,
IL ne fera pas entendre Sa VOIX au-dehors.
IL ne brisera pas le roseau qui fléchit,
IL n’éteindra pas la mèche qui faiblit,
IL proclamera le DROIT en VÉRITÉ.
IL ne faiblira pas, IL ne fléchira pas,
jusqu’à ce qu’IL établisse le DROIT sur la Terre,
et que les îles lointaines
aspirent à recevoir Ses LOIS. »

Ainsi PARLE DIEU, le SEIGNEUR,
qui crée les Cieux et les déploie,
qui affermit la terre et ce qu’elle produit ;
IL donne le SOUFFLE au peuple qui L’habite,
et l’ESPRIT à ceux qui LA parcourent :
« Moi, le SEIGNEUR, Je T’ai appelé selon la JUSTICE ;
Je TE saisis par la MAIN, Je TE façonne,
Je fais de TOI l’ALLIANCE du peuple,
la LUMIÈRE des nations :
TU ouvriras les yeux des aveugles,
TU feras sortir les captifs de leur prison,
et, de leur cachot, ceux qui habitent les ténèbres. »


– PAROLE du SEIGNEUR.


Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris







Chez le SEIGNEUR, je me sens en SÉCURITÉ

Du recueil de David.

[Psaume 26 (27) ; entièrement ]


Psaume 26 (27) : 1, 2, 3, 13 et 14

R/ Le SEIGNEUR est ma LUMIÈRE et mon SALUT

Le SEIGNEUR est ma LUMIÈRE et mon SALUT ;
de qui aurais-je crainte ?
Le SEIGNEUR est le REMPART de ma vie ;
devant qui tremblerais-je ?
R/

Si des méchants s'avancent contre moi
pour me déchirer,
ce sont eux, mes ennemis, mes adversaires,
qui perdent pied et succombent.
R/

Qu'une armée se déploie devant moi,
mon cœur est sans crainte ;
que la bataille s'engage contre moi,
je garde confiance.
R/

J'en suis sûr, je verrai les BONTÉS du SEIGNEUR
sur la Terre des vivants.
« Espère le SEIGNEUR, sois fort et prends courage ;
espère le SEIGNEUR ! »
R/

Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris






Évangile de JÉSUS-CHRIST selon Saint Jean 12 : 1 à 11

Acclamation de l’Évangile :
LOUANGE à TOI, SEIGNEUR, ROI d'ÉTERNELLE GLOIRE !
Salut, Ô CHRIST, notre ROI : TOI SEUL as pris en pitié nos égarements.
LOUANGE à TOI, SEIGNEUR, ROI d'ÉTERNELLE GLOIRE !



« Laisse-la observer cet usage en vue du jour de Mon ensevelissement ! »

Six jours avant la Pâque,
JÉSUS vint à Béthanie où habitait Lazare,
qu’IL avait réveillé d’entre les morts.
On donna un repas en l’HONNEUR de JÉSUS.
Marthe faisait le service,
Lazare était parmi les convives avec JÉSUS.
Or, Marie avait pris une livre d’un parfum très pur
et de très grande valeur ;
elle répandit le parfum sur les PIEDS de JÉSUS,
qu’elle essuya avec ses cheveux ;
la maison fut remplie de l’odeur du parfum.
Judas Iscariote, l’un de Ses Disciples,
celui qui allait LE livrer,
dit alors :
« Pourquoi n’a-t-on pas vendu ce parfum
pour trois cents pièces d’argent,
que l’on aurait données à des pauvres ? »
Il parla ainsi, non par souci des pauvres,
mais parce que c’était un voleur :
comme il tenait la bourse commune,
il prenait ce que l’on y mettait.
JÉSUS lui dit :
« Laisse-la observer cet usage
en vue du jour de Mon ensevelissement !
Des pauvres, vous en aurez toujours avec vous,
mais Moi, vous ne M’aurez pas toujours. »

Or, une grande foule de Juifs apprit que JÉSUS était là,
et ils arrivèrent, non seulement à cause de JÉSUS,
mais aussi pour voir ce Lazare
qu’IL avait réveillé d’entre les morts.
Les grands prêtres décidèrent alors
de tuer aussi Lazare,
parce que beaucoup de Juifs, à cause de lui,
s’en allaient, et croyaient en JÉSUS.


– Acclamons la PAROLE de DIEU.



Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris










Textes du jour, lu sur :
Les services de la liturgie Catholique

http://www.aelf.org/office-messe?date_my=21/03/2016

Liens :
http://www.aelf.org/office-messe
http://services.liturgiecatholique.fr/






Amicalement, fraternellement
Nicolas

Revenir en haut Aller en bas
Lumen
Admin
avatar

Messages : 4231
Date d'inscription : 18/10/2014
Localisation : France

MessageSujet: Re: Donne-nous notre Pain de ce jour (Vie) : Parole de DIEU   Lun 21 Mar 2016 - 11:44

Bonjour à vous tous, amis qui aimez la Parole de Vie, goûtez et voyez comme est bon le Seigneur !
Bonjour Nicolas, Merci !


Homélie :

Six jours avant la Pâque, Jésus vint à Béthanie, où était Lazare, que Jésus avait ressuscité d’entre les morts."

On lui fit là un repas. Marthe servait. Lazare était l’un des convives. Alors Marie, prenant une livre d’un parfum de nard pur, de grand prix, oignit les pieds de Jésus et les essuya avec ses cheveux ; et la maison s’emplit de la senteur du parfum." L’onction de Marie contribue à la « grande entrée » dans la Passion, la Croix et la Résurrection de Jésus, son geste est prophétique. Le geste d’Amour qu’elle accomplit révèle le drame qui va bientôt commencer : l’Époux va « entrer dans sa gloire » et il ne s’y avance pas sans l’Épouse à ses côtés. Marie, la mère de Jésus, s’efface devant Marie de Magdala qui surviendra encore au matin de Pâques. Toute femme est appelée à rejoindre l’Époux qui vient, à témoigner de son amour pour lui, de sa vie immortelle. Nous sommes devant le désir de Marie, d’aller, à la suite de Jésus, qui va nous sauver. Ce désir correspond au désir de l’humanité pour son Dieu, avec tout l’amour qui est contenu dans ce désir. En ce lundi saint, l’Eglise médite ce récit du geste de Marie de Béthanie qui apporte ce vase de parfum précieux, signe de son amour pour Jésus. Ainsi c’est avec grande Foi que nous entrons dans la Semaine Sainte, pour fêter le mystère pascal, car ce parfum en est le signe. Marie brise le vase de parfum de grande confiance, traduction de sa qualité, parfum « de grande foi », car on se rend compte de sa qualité, non pas quand on l’achète, mais lorsque l’on aura brisé le vase ! Cette signification mystérieuse du parfum de grande foi est la porte d’entrée de la grande semaine sainte.

"Mais Judas l’Iscariote, l’un des disciples, celui qui allait le livrer, dit : « Pourquoi ce parfum n’a-t-il pas été vendu trois cents deniers qu’on aurait donnés à des pauvres ? »

Mais il dit cela non par souci des pauvres, mais parce qu’il était voleur et que, tenant la bourse, il dérobait ce qu’on y mettait. Jésus dit alors : « Laisse-la : c’est pour le jour de ma sépulture qu’elle devait garder ce parfum. Les pauvres, en effet, vous les aurez toujours avec vous ; mais moi, vous ne m’aurez pas toujours. » Judas l’Iscariote dénonce durement le geste de Marie, sans même faire mention d’elle. Ses propos illustrent une accusation inacceptable : Pour des motifs « religieux et humanitaires, » venir en aide aux pauvres, se cache une immense jalousie ! En ce début de semaine sainte, un homme et une femme manifestent comment l’humanité traverse l’accusation et la férocité du monde pour rejoindre éternelle beauté de l’humanité. La foi chrétienne est une connaissance amoureuse du Christ qui, dans sa mort, nous révèle l’amour du Père pour toute l’humanité, pour « les pauvres du Seigneur ». Celui qui se laisse saisir par l’amour du Christ et lui donne tout son amour, ne peut que laver les pieds de ses frères les hommes. Jésus, dans quelques jours, le jeudi saint, lavera les pieds de ses disciples. Judas refuse de s’ouvrir, comme il refusera la possibilité du pardon, après la trahison, il ira se pendre. Nourris de la Parole de Dieu, nous entrons avec une foi nouvelle, d’un grand prix, qu’on ne peut pas trafiquer.

"La grande foule des Juifs apprit qu’il était là et ils vinrent, pas seulement pour Jésus, mais aussi pour voir Lazare, qu’il avait ressuscité d’entre les morts." 

Les grands prêtres décidèrent de tuer aussi Lazare, parce que beaucoup de Juifs, à cause de lui, s’en allaient et croyaient en Jésus." Marie de Béthanie situe notre attention sur la personne humaine, corps et âme ; elle-même est évoquée par son corps, par ses gestes forts : onction au moyen d’une huile parfumée. Jésus reprendra le geste de Marie : il lavera les pieds de ses disciples et les essuiera comme Marie qui baigne de parfum les pieds d’un homme pour magnifier son corps de Fils, d’Époux et de Christ. Jésus lavera les pieds des siens afin qu’ils « aient part » à toute la joie du matin de Pâque. S’il y a dans le monde tant de souffrances, tant de guerres, c’est parce que l’humanité a perdu la joie d’aimer Dieu. Elle est vraiment extraordinaire, la tendresse de l’amour de Dieu pour nous, elle nous aide à garder nos cœurs purs et à demeurer dans notre amour des autres. Quand nous regardons le tabernacle dans lequel Jésus rayonne, nous comprenons combien il nous aime. Il accomplit le Salut en nous sauvant sur sa Croix. Il sera élevé dans la gloire du Père. Marie, la Mère de Jésus, porte tout cela dans le silence de son cœur.

Citation :
Nous demandons la grâce d’entrer dans le désir de Jésus et de le suivre comme Marie avec un amour tout renouvelé.


Père Gilbert Adam
Homélies et Le Pauvre qui guérit




Saint Chromace d'Aquilée (?-407), Évêque
Sermon 11 (trad. SC 154, p 213s)


« C'est vraiment une bonne œuvre qu'elle vient d'accomplir envers moi » (Mt 26,10)

L'Evangile nous rapporte aujourd'hui que, le Seigneur étant à table avec Lazare qu'il avait ressuscité des morts, « Marie, la sœur de Lazare et de Marthe, prit une livre d'un parfum de nard et en oignit les pieds de Jésus »... Sainte Marie, on le lit souvent dans l'évangile, plut beaucoup au Christ par la grandeur extraordinaire de sa foi. Dans le passage qui précède, en pleurant la mort de son frère, elle fit pleurer aussi le Seigneur ; car elle provoqua à la tendresse l'auteur de la tendresse. Et, bien qu'il ait été sur le point de ressusciter Lazare de la mort, le Seigneur pleura, alors que Marie pleurait, pour bien montrer à la fois sa propre tendresse et le mérite de Marie... Les larmes du Seigneur nous montrent le mystère de la chair assumée ; la résurrection de Lazare met en lumière la puissance de sa divinité...

Dans ce passage-ci, voyez le dévouement et la foi de cette sainte femme. Les autres étaient à table avec le Seigneur ; elle, elle oignait ses pieds. Les autres échangeaient avec le Seigneur paroles et propos ; elle, dans le silence de sa foi, elle essuyait ses pieds avec ses cheveux. Les autres paraissaient à l'honneur, elle au service ; mais le service rendu par Marie avait plus de prix aux yeux du Christ que la place honorable des convives. D'ailleurs,... le Seigneur dit à son sujet : « En vérité, je vous le dis, partout où sera proclamé cet Évangile, dans le monde entier, on redira aussi à sa mémoire ce qu'elle vient de faire » (Mt 26,13).

Quel a été donc le service rendu par cette sainte femme, pour qu'il ait été proclamé dans le monde entier, et qu'on le proclame chaque jour ? Voyez son humilité. Elle n'a pas commencé par oindre la tête du Seigneur, mais ses pieds... Elle a commencé par les pieds pour mériter d'en arriver à la tête, parce que « qui s'abaisse », comme il est écrit, « sera élevé, et qui s'élève sera abaissé » (Mt 23,12). Elle s'est abaissée pour être élevée.
 

  
 Evangelizo.org 















Quand je dis Dieu c'est un poème, c'est une étoile dans ma vie, 
du feu qui coule dans mes veines, un grand soleil pour aujourd'hui !



Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Donne-nous notre Pain de ce jour (Vie) : Parole de DIEU   Lun 21 Mar 2016 - 19:13

Bonsoir Lumen,

Bonsoir à toutes et à tous,





Mardi 22 Mars 2016

Mardi Saint


(Couleur liturgique : Violet )
Année C





(Première lecture)
Livre du Prophète Isaïe 49 : 1 à 6


« Je fais de TOI la LUMIÈRE des nations, pour que Mon SALUT parvienne jusqu’aux extrémités de la Terre »

Écoutez-Moi, îles lointaines !
Peuples éloignés, soyez attentifs !
J’étais encore dans le sein maternel
quand le SEIGNEUR M’a appelé ;
J’étais encore dans les entrailles de Ma Mère
quand IL a prononcé Mon NOM.
IL a fait de Ma BOUCHE une ÉPÉE TRANCHANTE,
IL M’a protégé par l’OMBRE de Sa MAIN ;
IL a fait de Moi une FLÈCHE ACÉRÉE,
IL M’a caché dans Son CARQUOIS.
IL M’a dit :
« Tu es mon serviteur, Israël,
en toi je manifesterai ma splendeur. »
Et moi, je disais :
« Je me suis fatigué pour rien,
c’est pour le néant, c’est en pure perte
que j’ai usé mes forces. »
Et pourtant, mon droit subsistait auprès du Seigneur,
ma récompense, auprès de mon Dieu.
Maintenant le Seigneur parle,
lui qui m’a façonné dès le sein de ma mère
pour que je sois son serviteur,
que je lui ramène Jacob,
que je lui rassemble Israël.
Oui, j’ai de la valeur aux yeux du Seigneur,
c’est mon Dieu qui est ma force.
Et il dit :
« C’est trop peu que tu sois mon serviteur
pour relever les tribus de Jacob,
ramener les rescapés d’Israël :
je fais de toi la lumière des nations,
pour que mon salut parvienne
jusqu’aux extrémités de la terre. »


– PAROLE du SEIGNEUR.


Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris







Ne me laisse pas, maintenant que je vieillis

[Psaume 70 (71) ; entièrement ]


Psaume 70 (71) : 1 et 2, 3, 5a et 6, 15ab et 17

R/ Ma bouche annonce Ton SALUT, SEIGNEUR.

En TOI, SEIGNEUR, j'ai mon REFUGE :
garde-moi d'être humilié pour toujours.
Dans Ta JUSTICE, défends-moi, libère-moi,
tends l'OREILLE vers moi, et sauve-moi.
R/

Sois le ROCHER qui m'accueille,
toujours accessible ;
TU as résolu de me sauver :
ma FORTERESSE et mon ROC, c'est TOI !
R/

SEIGNEUR mon DIEU, TU es mon ESPÉRANCE,
TOI, mon SOUTIEN dès avant ma naissance,
TU m'as choisi dès le ventre de ma mère ;
TU seras ma LOUANGE toujours !
R/

Ma bouche annonce tout le jour
Tes ACTES de JUSTICE et de SALUT ;
Mon DIEU, tu m'as INSTRUIT dès ma jeunesse,
jusqu'à présent, j'ai proclamé Tes MERVEILLES.
R/

Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris






Évangile de JÉSUS-CHRIST selon Saint Jean 13 : 21 à 33, 36 à 38

Acclamation de l’Évangile :
LOUANGE à TOI, SEIGNEUR, ROI d'ÉTERNELLE GLOIRE !
Salut, ô CHRIST, notre ROI :
obéissant au PÈRE ;
comme l’agneau vers l’abattoir,
TU TE laisses conduire à la Croix.
LOUANGE à TOI, SEIGNEUR, ROI d'ÉTERNELLE GLOIRE !



« L’un de vous Me livrera… Le coq ne chantera pas avant que tu M’aies renié trois fois »

En ce temps-là,
au cours du repas que JÉSUS prenait avec Ses Disciples,
IL fut bouleversé en Son ESPRIT,
et IL rendit ce TÉMOIGNAGE :
« AMEN, AMEN, Je vous le dis :
l’un de vous Me livrera. »
Les Disciples se regardaient les uns les autres avec embarras,
ne sachant pas de qui JÉSUS parlait.
Il y avait à table, appuyé contre JÉSUS,
l’un de Ses Disciples, celui que JÉSUS aimait.
Simon-Pierre lui fait signe de demander à JÉSUS
de qui IL veut parler.
Le Disciple se penche donc sur la poitrine de JÉSUS
et LUI dit :
« SEIGNEUR, qui est-ce ? »
JÉSUS lui répond :
« C’est celui à qui Je donnerai la bouchée
que Je vais tremper dans le plat. »
IL trempe la bouchée,
et la donne à Judas, fils de Simon l’Iscariote.
Et, quand Judas eut pris la bouchée,
Satan entra en lui.
JÉSUS lui dit alors :
« Ce que tu fais, fais-le vite. »
Mais aucun des convives ne comprit
pourquoi IL lui avait dit cela.
Comme Judas tenait la bourse commune,
certains pensèrent que JÉSUS voulait lui dire
d’acheter ce qu’il fallait pour la fête,
ou de donner quelque chose aux pauvres.
Judas prit donc la bouchée, et sortit aussitôt.
Or il faisait nuit.

Quand il fut sorti, JÉSUS déclara :
« Maintenant le FILS de l’Homme est GLORIFIÉ,
et DIEU est GLORIFIÉ en LUI.
Si DIEU est GLORIFIÉ en LUI,
DIEU aussi LE GLORIFIERA ;
et IL LE GLORIFIERA bientôt.

Petits enfants,
c’est pour peu de temps encore
que Je suis avec vous.
Vous Me chercherez,
et, comme Je l’ai dit aux Juifs :
“Là où Je vais,
vous ne pouvez pas aller”,
Je vous le dis maintenant à vous aussi. »

Simon-Pierre LUI dit :
« SEIGNEUR, où vas-TU ? »
JÉSUS lui répondit :
« Là où Je vais,
tu ne peux pas Me suivre maintenant ;
tu Me suivras plus tard. »
Pierre LUI dit :
« SEIGNEUR, pourquoi ne puis-je pas TE suivre à présent ?
Je donnerai ma vie pour TOI ! »
JÉSUS réplique :
« Tu donneras ta vie pour Moi ?
Amen, amen, Je te le dis :
le coq ne chantera pas
avant que tu M’aies renié trois fois. »


– Acclamons la PAROLE de DIEU.


Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris










Textes du jour, lu sur :
Les services de la liturgie Catholique

http://www.aelf.org/office-messe?date_my=22/03/2016

Liens :
http://www.aelf.org/office-messe
http://services.liturgiecatholique.fr/






Amicalement, fraternellement
Nicolas

Revenir en haut Aller en bas
Lumen
Admin
avatar

Messages : 4231
Date d'inscription : 18/10/2014
Localisation : France

MessageSujet: Re: Donne-nous notre Pain de ce jour (Vie) : Parole de DIEU   Mar 22 Mar 2016 - 16:35

Bonjour à vous tous, amis qui aimez la Parole de Vie, goûtez et voyez comme est bon le Seigneur !
Bonjour Nicolas, Merci !


Homélie :

« Les disciples se regardaient les uns les autres et se demandaient de qui il parlait."

Un de ses disciples, celui que Jésus aimait, était placé à table contre le sein de Jésus. Simon Pierre lui fait signe de lui demander de qui il parlait. Ce disciple se penche alors tout contre la poitrine de Jésus et lui dit : Seigneur, qui est–ce ? Jésus lui répond : C’est celui pour qui je tremperai moi–même le morceau et à qui je le donnerai. Il trempe le morceau, le prend et le donne à Judas, fils de Simon l’Iscariote. C’est alors, après le morceau, que le Satan entra en lui. Jésus lui dit : Ce que tu fais, fais–le vite." La liturgie aujourd’hui met l’accent sur le drame qui se prépare et qui débouchera sur la croix du vendredi saint. « Quand Judas eut pris la bouchée, il sortit aussitôt ; il faisait nuit. » C’est la trahison, l’arrogance avec laquelle nous croyons ne pas avoir besoin de l’amour de Dieu. Nous comprenons que Jésus, ce soir-là, ait été « bouleversé au plus profond de lui-même. » Deux de ses amis vont, l’un le trahir, et l’autre le renier ; L’un d’eux vivra dans les remords et se donnera la mort ; L’autre vivra le repentir et deviendra le premier chef de l’Église. Le même amour de Jésus, peut conduire ainsi à deux choix différents, qui déboucheront l’un sur la mort, l’autre sur la vie. Si je choisis d’agir selon mes plans, plutôt que selon la volonté de Dieu, je choisis de me détacher de Son amour, et de ce qui est le meilleur pour moi. Il nous faut beaucoup d’humilité pour se regarder ainsi : "Amen, amen, je vous le dis : l’un de vous me trahira ». C’est un moment difficile pour Jésus qui doit vaincre le péché, la haine, la violence. "Père, éloigne ce calice ? Mais non, je suis venu pour cela. Père, que ta volonté soit faite."

« Aucun de ceux qui étaient à table ne sut pourquoi Jésus lui disait cela. En effet, comme Judas tenait la bourse, quelques–uns pensaient que Jésus lui disait : « Achète ce dont nous avons besoin pour la fête », ou : « Va donner quelque chose aux pauvres. »

Judas prit donc le morceau et sortit aussitôt. Il faisait nuit. Lorsque Judas fut sorti, Jésus dit : Maintenant le Fils de l’homme a été glorifié, et Dieu a été glorifié en lui." Mais le péché n’aura pas le dernier mot, c’est la miséricorde de Dieu qui nous apporte un “retournement”. Ce renversement de situation consiste à se détacher des créatures pour s’attacher à Dieu seul et retrouver ainsi une liberté authentique. Décidons-nous maintenant, la semaine sainte est l’occasion propice de se tourner vers Jésus en vérité. Sur la croix, Jésus tend les bras à tous. Nul n’est exclu, le Fils de l’homme est glorifié, c’est pour cela qu’il est venu ! Jésus a pour Judas une parole d’amitié : "Fais vite ce que tu fais !" Nous pensons ce matin, au baiser de Judas : celui que j’embrasserai, c’est lui ! baiser d’une mort appréhendée, baiser qui est une déclaration que le temps est arrivé de mettre fin à un Amour. Nous voulons demeurer dans le grand désir de Jésus, demeurer dans l’amour quoiqu’il arrive. Jésus qui demeure dans le sein du Père nous entraîne dans ce mystère d’amour. C’est en effet autour de Jésus, dans son Eucharistie, que nous sommes rassemblés. Avec Marie dans sa compassion, nous vivons cette semaine sainte, nous voulons nous laisser toucher par les douleurs de Jésus. Avec Marie, nous demeurons dans l’Amour qui est au-delà de l’amour.

"Mes enfants, je suis avec vous encore un peu. Vous me chercherez et comme j’ai dit aux Juifs : « Là où, moi, je vais, vous, vous ne pouvez pas venir », à vous aussi je le dis maintenant."  

Simon Pierre lui dit : Seigneur, où vas–tu ? Jésus lui répondit : Là où je vais, tu ne peux pas me suivre maintenant ; tu me suivras plus tard. Seigneur, lui dit Pierre, pourquoi ne puis–je pas te suivre maintenant ? Je suis prêt à me défaire de ma vie pour toi. Jésus répondit : Tu es prêt à te défaire de ta vie pour moi ! Amen, amen, je te le dis, un coq n’aura pas chanté que tu m’auras renié par trois fois." Nous observons combien Jésus fut bouleversé par le comportement de Judas, son ami, l’un des douze. Un des disciples qui étaient tous les jours avec lui, qui jouissaient de toute son intimité. Nous considérons la bonté de Jésus qui n’a pas forcé sa liberté. Il s’est livré entre nos mains, il est venu pour nous sauver. Le Verbe de Dieu est descendu pour se faire petit enfant dans le cœur de Marie. Il a grandi, il a dit l’amour incroyable du Père : Il n’est pas reçu, Jésus est en danger, son amour est en danger, Marie qui l’a reçu a été touchée par Lui. Jésus va entraîner Marie et à sa suite l’humanité dans son mystère d’amour. Déjà, nous sommes entraînés, dans la résurrection de Jésus, à vivre de son Amour. L’humanité entre ainsi dans le mystère de Dieu.

Citation :
Nous demandons la grâce d’être fidèle et de vivre l’aujourd’hui de Jésus.


Père Gilbert Adam
Homélies et Le Pauvre qui guérit




Saint Maxime de Turin (?-v. 420)), Évêque
CC Sermon 76, 317 ; PL 57, 353 (trad. coll. Pères dans la foi, Migne 1996, p. 117)


« Le coq ne chantera pas avant que tu m'aies renié trois fois »

Se retournant, le Seigneur fixe son regard sur Pierre. Et Pierre, prenant conscience de ce qu'il vient de dire, se repent et pleure... ; il fond en larmes et reste muet... (Lc 22,61-62) Oui, les larmes sont des prières muettes ; elles méritent le pardon sans le réclamer ; sans plaider leur cause elles obtiennent miséricorde... Les mots peuvent ne pas réussir à exprimer une prière, jamais les larmes ; les larmes expriment toujours ce que nous ressentons, alors que les paroles peuvent être impuissantes. Voilà pourquoi Pierre ne recourt plus à des paroles : les paroles l'avaient poussé à trahir, à pécher, à renier sa foi. Il préfère avouer son péché par des larmes, ayant renié en parlant...

Imitons-le dans ce qu'il dit par ailleurs, quand le Seigneur lui demande trois fois : « Simon, m'aimes-tu ? » (Jn 21,17) Trois fois, il répond : « Seigneur, tu sais que je t'aime. » Le Seigneur lui dit alors : « Pais mes brebis », et cela par trois fois. Cette parole compense son égarement précédent ; celui qui avait renié le Seigneur trois fois le confesse trois fois ; trois fois il s'était rendu coupable, trois fois il obtient la grâce par son amour. Voyez donc quel bénéfice Pierre a tiré de ses larmes ! ... Avant de verser des larmes, c'était un traître ; ayant versé des larmes, il a été choisi comme pasteur, et celui qui s'était mal conduit a reçu la charge de conduire les autres.
 

  
 Evangelizo.org 
















Quand je dis Dieu c'est un poème, c'est une étoile dans ma vie, 
du feu qui coule dans mes veines, un grand soleil pour aujourd'hui !


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Donne-nous notre Pain de ce jour (Vie) : Parole de DIEU   Mar 22 Mar 2016 - 18:57

Bonsoir Lumen,

Bonsoir à toutes et à tous,




Mercredi 23 Mars 2016

Mercredi Saint


(Couleur liturgique : Violet )
Année C





(Première lecture)
Livre du Prophète Isaïe 50 : 4 à 9a


« Je n’ai pas caché ma face devant les outrages »

Le SEIGNEUR mon DIEU m’a donné le langage des disciples,
pour que je puisse, d’une parole,
soutenir celui qui est épuisé.
Chaque matin, IL éveille,
IL éveille mon oreille
pour qu’en disciple, j’écoute.
Le SEIGNEUR mon DIEU m’a ouvert l’oreille,
et moi, je ne me suis pas révolté,
je ne me suis pas dérobé.
J’ai présenté mon dos à ceux qui me frappaient,
et mes joues à ceux qui m’arrachaient la barbe.
Je n’ai pas caché ma face devant les outrages et les crachats.
Le SEIGNEUR mon DIEU vient à mon secours ;
c’est pourquoi je ne suis pas atteint par les outrages,
c’est pourquoi j’ai rendu ma face dure comme pierre :
je sais que je ne serai pas confondu.
IL est proche, CELUI qui me justifie.
Quelqu’un veut-il plaider contre moi ?
Comparaissons ensemble !
Quelqu’un veut-il m’attaquer en justice ?
Qu’il s’avance vers moi !
Voilà le SEIGNEUR mon DIEU, IL prend ma défense ;
qui donc me condamnera ?


– PAROLE du SEIGNEUR.


Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris







L’amour que j’ai pour ton peuple
Du répertoire du chef de chorale et du recueil de David; accompagnement sur guitares.
[Psaume 68 (69) ; entièrement ]


Psaume 68 (69) : 8 à 10, 21 et 22, 31 et 33 et 34

R/ Dans Ton GRAND AMOUR, mon DIEU, fais-moi grâce.

C'est pour TOI que J'endure l'insulte,
que la honte Me couvre le visage :
Je suis un étranger pour mes frères,
un inconnu pour les fils de ma mère.
L'amour de ta maison m'a perdu ;
on t'insulte, et l'insulte retombe sur Moi.
R/

L'insulte M'a broyé le cœur,
le mal est incurable ;
J’espérais un secours, mais en vain,
des consolateurs, Je n'en ai pas trouvé.
À mon pain, ils ont mêlé du poison ;
quand J'avais soif, ils M'ont donné du Vinaigre.
R/

Mais Je louerai le NOM de DIEU par un Cantique,
Je vais LE MAGNIFIER, LUI rendre grâce.
Les pauvres L'ont vu, ils sont en fête :
« Vie et joie, à vous qui cherchez DIEU ! »
Car le SEIGNEUR écoute les humbles,
IL n'oublie pas les Siens emprisonnés.
R/

Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris






Évangile de JÉSUS-CHRIST selon Saint Matthieu 26 : 14 à 25

Acclamation de l’Évangile :
LOUANGE à TOI, SEIGNEUR, ROI d'ÉTERNELLE GLOIRE !
Salut, ô CHRIST, notre ROI :
obéissant au PÈRE ;
comme l’agneau vers l’abattoir,
TU TE laisses conduire à la Croix.
LOUANGE à TOI, SEIGNEUR, ROI d'ÉTERNELLE GLOIRE !



« Le FILS de l’Homme s’en va, comme il est écrit ; mais malheureux celui par qui IL est livré ! »

En ce temps-là,
l’un des Douze, nommé Judas Iscariote,
se rendit chez les grands prêtres
et leur dit :
« Que voulez-vous me donner,
si je vous LE livre ? »
Ils lui remirent trente pièces d’argent.
Et depuis, Judas cherchait une occasion favorable
pour LE livrer.

Le premier jour de la fête des pains sans levain,
les Disciples s’approchèrent et dirent à JÉSUS :
« Où veux-TU que nous TE fassions les préparatifs
pour manger la Pâque ? »
IL leur dit :
« Allez à la ville, chez untel,
et dites-lui :
“Le MAÎTRE te fait dire :
Mon TEMPS est PROCHE ;
c’est chez toi que Je veux célébrer la Pâque
avec Mes Disciples.” »
Les Disciples firent ce que JÉSUS leur avait prescrit
et ils préparèrent la Pâque.

Le soir venu,
JÉSUS se trouvait à table avec les Douze.
Pendant le repas, IL déclara :
« Amen, Je vous le dis :
l’un de vous va Me livrer. »
Profondément attristés,
ils se mirent à LUI demander, chacun son tour :
« Serait-ce moi, SEIGNEUR ? »
Prenant la PAROLE, IL dit :
« Celui qui s’est servi au plat en même temps que Moi,
celui-là va Me livrer.
Le FILS de l’Homme s’en va,
comme il est écrit à Son SUJET ;
mais malheureux celui
par qui le FILS de l’Homme est livré !
Il vaudrait mieux pour lui qu’il ne soit pas né,
cet homme-là ! »
Judas, celui qui LE livrait,
prit la parole :
« RABBI, serait-ce moi ? »
JÉSUS lui répond :
« C’est toi-même qui l’as dit ! »


– Acclamons la PAROLE de DIEU.


Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris










Textes du jour, lu sur :
Les services de la liturgie Catholique

http://www.aelf.org/office-messe?date_my=23/03/2016

Liens :
http://www.aelf.org/office-messe
http://services.liturgiecatholique.fr/






Amicalement, fraternellement
Nicolas

Revenir en haut Aller en bas
Lumen
Admin
avatar

Messages : 4231
Date d'inscription : 18/10/2014
Localisation : France

MessageSujet: Re: Donne-nous notre Pain de ce jour (Vie) : Parole de DIEU   Mer 23 Mar 2016 - 17:54

Bonjour à vous tous, amis qui aimez la Parole de Vie, goûtez et voyez comme est bon le Seigneur !
Bonjour Nicolas, Merci !


Homélie :

« Alors l’un des Douze, appelé Judas Iscariote, se rendit auprès des grands prêtres et leur dit : « Que voulez-vous me donner, et moi je vous le livrerai ? »

Ceux-ci lui versèrent trente pièces d’argent. Et de ce moment il cherchait une occasion favorable pour le livrer. » Judas mène ses tractations secrètes avec les chefs des prêtres, Jésus révèle au grand jour leur complot : « L’un de vous va me livrer ». Judas marchande avec les ennemis du Seigneur sur le prix de sa trahison ; Jésus annonce qu’il livre sa vie gratuitement : « Ma vie nul ne la prend mais c’est moi qui la donne. » Judas est à l’affût d’une occasion favorable pour livrer son Maître ;Jésus déclare : « L’heure est venue : voici que le Fils de l’homme va être livré aux mains des pécheurs. » Les hommes tendent leurs filets, croyant saisir Jésus à l’improviste, mais ils n’auraient aucun pouvoir sur lui, si cela ne leur avait pas été donné d’en haut. Judas compose avec les ennemis de Jésus, il entre en dialogue avec eux. Depuis la faute de l’origine, nous ne pouvons pas entrer en dialogue avec l’ennemi ! Ève a été entraînée dans un tourbillon que nous ne pouvons plus maîtriser : « La vie et la mort s’affrontèrent dans un duel prodigieux. Le maître de la vie mourut. Vivant il règne. » Chaque détail de la liturgie nous introduit dans la compréhension du mystère de notre salut, de l’amour infini de Dieu pour que l’humanité sorte de l’enfermement et du mensonge et que nous soyons arraché du pouvoir du Satan. Nous voulons rejoindre le désir de Jésus : « J’ai désiré d’un grand désir manger cette Pâque avec vous avant de souffrir. »

Le premier jour des Azymes, les disciples s’approchèrent de Jésus et lui dirent : « Où veux-tu que nous te préparions de quoi manger la Pâque ? »

Il dit : « Allez à la ville, chez un tel, et dites-lui : « Le Maître te fait dire : Mon temps est proche, c’est chez toi que je vais faire la Pâque avec mes disciples. » Les disciples firent comme Jésus leur avait ordonné et préparèrent la Pâque. » La dernière Pâque que Jésus célèbre au milieu des siens, et au cours de laquelle il va institué l’Eucharistie, est pénétrée d’une profonde joie et d’un recueillement empreint de tristesse. Jésus s’apprête à sauver le monde, c’est la tristesse à la pensée que son départ va causer du désarroi dans le groupe des disciples. La souffrance que sa Passion va causer à ceux qu’il aime, en particulier Marie, elle est doublée d’une tristesse devant la trahison de l’apôtre qu’il avait choisi avec amour. Jésus manifeste sa volonté, il envoie ses disciples en ville, il est habité par l’offrande qu’il fait de Lui-même dans le mystère pascal : « J’ai désiré d’un grand désir manger cette Pâque avec vous avant de souffrir. » Nous reviendrons sans cesse à l’amour infini de Dieu qui sauve l’humanité. La foi est la réponse adaptée à cet amour infini de Dieu pour nous qui provoque notre amour de l’humanité. Ce mémorial est célébré dans le Mystère Pascal jusqu’à ce qu’il revienne.
Revenir en haut Aller en bas
Lumen
Admin
avatar

Messages : 4231
Date d'inscription : 18/10/2014
Localisation : France

MessageSujet: Re: Donne-nous notre Pain de ce jour (Vie) : Parole de DIEU   Mer 23 Mar 2016 - 18:27

« Le soir venu, Jésus était à table avec les Douze. Et tandis qu’ils mangeaient, il dit : « En vérité je vous le dis, l’un de vous me livrera. » 

Fort attristés, ils se mirent chacun à lui dire : « Serait-ce moi, Seigneur ? Il répondit : « Quelqu’un qui a plongé avec moi la main dans le plat, voilà celui qui va me livrer ! Le Fils de l’homme s’en va selon qu’il est écrit de lui ; mais malheur à cet homme-là par qui le Fils de l’homme est livré ! Mieux eût valu pour cet homme-là de ne pas naître ! » Judas, celui qui allait le livrer, lui demanda : « Serait-ce moi, Rabbi ? Tu l’as dit », répond Jésus." Si Jésus avertit ses apôtres, ce n’est pas pour jeter le trouble, mais pour avertir les disciples de tous les temps des ruses de l’ennemi qui rôde comme un lion, cherchant qui dévorer. Il y a mille manières de trahir, cela peut se faire en diluant son message, en consentant à des compromissions, en relativisant le caractère surnaturel du Don de Dieu, en mélangeant l’Evangile mis sur un pied d’égalité avec des apports d’autres traditions. Nous nous souvenons que jamais Jésus n’a retiré son amour à Judas : au moment où celui-ci le trahissait par un baiser, c’est du nom de « mon ami » qu’il l’a accueilli. Jésus donne à Judas la capacité de renouer avec lui. Jésus est libre, il se donne librement, il le signifie par le lavement des pieds, par la Cène. C’est l’angoisse des apôtres qui maintenant se manifeste. Ils interrogent Jésus du fond de leur cœur : Serait-ce moi ? Le pape a comparé le fait de médire au fait d’« écorcher l’autre » : « Chaque fois que nous jasons, chaque fois que nous ‘écorchons’ l’autre, nous faisons la même chose que Judas », a-t-il insisté.

Citation :
Nous demandons la grâce de demeurer sur le cœur de Jésus et de ne pas quitter la communion fraternelle.


Père Gilbert Adam
Homélies et Le Pauvre qui guérit




Bienheureuse Teresa de Calcutta (1910-1997), Fondatrice des Sœurs Missionnaires de la Charité
Jesus, the Word to Be Spoken (trad. Jésus, celui qu'on invoque, Nouvelle Cité 1988, ch. 8.)


« Celui qui vient de se servir en même temps que moi, celui-là va me livrer »

Voyez de quelle compassion le Christ a fait preuve à l'égard de Judas, l'homme qui a reçu tant d'amour et pourtant a trahi son propre Maître, ce Maître qui a gardé un silence sacré sans le trahir auprès de ses compagnons. Jésus, en effet, aurait pu facilement parler ouvertement et dire aux autres les intentions cachées de Judas et ses agissements ; mais non. Il a préféré faire preuve de miséricorde et de charité ; au lieu de le condamner, il l'a appelé ami (Mt 26,50). Si seulement Judas avait regardé Jésus dans les yeux comme Pierre l'a fait (Lc 22,61), Judas aurait été l'ami de la miséricorde de Dieu. Jésus a toujours éprouvé de la miséricorde. 

  
 Evangelizo.org 















Quand je dis Dieu c'est un poème, c'est une étoile dans ma vie, 
du feu qui coule dans mes veines, un grand soleil pour aujourd'hui !



Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Donne-nous notre Pain de ce jour (Vie) : Parole de DIEU   Mer 23 Mar 2016 - 19:27

Bonsoir Lumen,

Bonsoir à toutes et à tous,




Jeudi 24 Mars 2016

Jeudi Saint (Messe CHRISMALE)


(Couleur liturgique : Blanc )
Année C





(Première lecture)
Livre du Prophète Isaïe 61 : 1 à 3a, 6a, 8b et 9


Le SEIGNEUR m’a consacré par l’Onction, IL m’a envoyé annoncer la bonne nouvelle aux humbles, et leur donner l’huile de joie

L’ESPRIT du SEIGNEUR DIEU est sur moi
parce que le SEIGNEUR m’a consacré par l’Onction.
IL m’a envoyé annoncer la bonne nouvelle aux humbles,
guérir ceux qui ont le cœur brisé,
proclamer aux captifs leur délivrance,
aux prisonniers leur libération,
proclamer une année de BIENFAITS accordée par le SEIGNEUR,
et un jour de vengeance pour notre DIEU,
consoler tous ceux qui sont en deuil,
ceux qui sont en deuil dans Sion,
mettre le diadème sur leur tête au lieu de la cendre,
l’huile de joie au lieu du deuil,
un habit de fête au lieu d’un esprit abattu.
Vous serez appelés « Prêtres du SEIGNEUR » ;
on vous dira « Servants de notre DIEU ».
Loyalement, Je vous donnerai la récompense,
Je conclurai avec vous une ALLIANCE ÉTERNELLE.
Vos descendants seront connus parmi les nations,
et votre postérité, au milieu des peuples.
Qui les verra pourra reconnaître
la descendance bénie du SEIGNEUR.


– PAROLE du SEIGNEUR.


Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris







Où sont passées les promesses faites à David ?

Poème chanté attribué à Étan l’Ezrahite.

[Psaume 88 (89) ; entièrement ]


Psaume 88 (89) : 20ab et 21, 22 et 25, 27 et 29

R/ Ton AMOUR, SEIGNEUR,
sans fin je LE chante !


Autrefois, TU as parlé à Tes Amis,
dans une vision TU leur as dit :
« J’ai trouvé David, Mon Serviteur,
Je l’ai sacré avec mon Huile Sainte.
R/

« Ma MAIN sera pour toujours avec lui,
Mon BRAS fortifiera son courage.
Mon AMOUR et Ma FIDÉLITÉ sont avec lui,
Mon NOM accroît sa vigueur.
R/

« IL me dira : “TU es mon Père,
mon DIEU, mon ROC et mon SALUT !”
Sans fin Je lui garderai Mon AMOUR,
Mon ALLIANCE avec lui sera fidèle. »
R/

Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris







(Deuxième lecture)
Apocalypse de saint Jean 1 : 5 à 8


« IL a fait de nous un royaume et des prêtres pour Son DIEU et PÈRE »

Que la GRÂCE et la PAIX vous soient données
de la PART de JÉSUS CHRIST, le TÉMOIN FIDÈLE,
le PREMIER-NÉ des morts,
le PRINCE des Rois de la Terre.

À LUI qui nous aime,
qui nous a délivrés de nos péchés par Son SANG,
qui a fait de nous un royaume
et des prêtres pour Son DIEU et PÈRE,
à LUI, la GLOIRE et la SOUVERAINETÉ
pour les siècles des siècles. Amen.
Voici qu’IL vient avec les nuées,
tout œil LE verra,
ils LE verront, ceux qui L’ont transpercé ;
et sur LUI se lamenteront toutes les tribus de la Terre.
Oui ! Amen !

Moi, JE SUIS l’ALPHA et l’OMÉGA,
dit le SEIGNEUR DIEU,
CELUI qui EST, qui ÉTAIT et qui VIENT,
le SOUVERAIN de l’Univers.


– PAROLE du SEIGNEUR.


Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris







Évangile de JÉSUS-CHRIST selon Saint Luc 4 : 16 à 21

Acclamation de l’Évangile :
GLOIRE et LOUANGE à TOI, SEIGNEUR JÉSUS !
L’ESPRIT du SEIGNEUR est sur Moi :
Il M’a envoyé porter la Bonne Nouvelle aux pauvres.
GLOIRE et LOUANGE à TOI, SEIGNEUR JÉSUS !
(cf. Is 61, 1)



« L’ESPRIT du SEIGNEUR est sur Moi ; Il M’a consacré par l’Onction »

En ce temps-là,
JÉSUS vint à Nazareth, où IL avait été élevé.
Selon Son HABITUDE,
IL entra dans la synagogue le jour du sabbat,
et IL se leva pour faire la Lecture.
On LUI remit le Livre du Prophète Isaïe.
IL ouvrit le Livre et trouva le passage où il est écrit :

L’ESPRIT du SEIGNEUR est sur Moi
parce que le SEIGNEUR M’a consacré par l’Onction.
IL M’a envoyé porter la Bonne Nouvelle aux pauvres,
annoncer aux captifs leur libération,
et aux aveugles qu’ils retrouveront la vue,
remettre en liberté les opprimés,
annoncer une année favorable accordée par le SEIGNEUR.


JÉSUS referma le Livre, le rendit au servant et s’assit.
Tous, dans la synagogue, avaient les yeux fixés sur LUI.
Alors IL se mit à leur dire :
« Aujourd’hui s’accomplit ce passage de l’Écriture
que vous venez d’entendre. »


– Acclamons la PAROLE de DIEU.


Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris






Jeudi Saint (Messe du soir)



Évangile de JÉSUS-CHRIST selon Saint Jean 13 : 1 à 15

Évangile + commentaire (audio)


Écouté sur :
http://radiofidelite.fr/fr/










Textes du jour, lu sur :
Les services de la liturgie Catholique

http://www.aelf.org/office-messe?date_my=24/03/2016

Liens :
http://www.aelf.org/office-messe
http://services.liturgiecatholique.fr/






Amicalement, fraternellement
Nicolas

Revenir en haut Aller en bas
Lumen
Admin
avatar

Messages : 4231
Date d'inscription : 18/10/2014
Localisation : France

MessageSujet: Re: Donne-nous notre Pain de ce jour (Vie) : Parole de DIEU   Jeu 24 Mar 2016 - 13:32

Bonjour à vous tous, amis qui aimez la Parole de Vie, goûtez et voyez comme est bon le Seigneur !
Bonjour Nicolas, Merci !



Homélie :

"Avant la fête de la Pâque, Jésus, sachant que son heure était venue de passer de ce monde vers le Père, ayant aimé les siens qui étaient dans le monde, les aima jusqu’à la fin.

Au cours d’un repas, alors que déjà le diable avait mis au cœur de Judas Iscariote, fils de Simon, le dessein de le livrer, sachant que le Père lui avait tout remis entre les mains et qu’il était venu de Dieu et qu’il s’en allait vers Dieu, il se lève de table, dépose ses vêtements, et prenant un linge, il s’en ceignit. Puis il met de l’eau dans un bassin et il commença à laver les pieds des disciples et à les essuyer avec le linge dont il était ceint. C’est un geste qui aurait pu paraître banal, car à l’époque de Jésus, il était de bon ton de laver les pieds de ses hôtes pour les accueillir. Mais généralement, cette tâche revenait à un serviteur de la maison. C’est ce qui étonne Pierre, Jésus se fait le serviteur, par ce geste ingrat et humiliant, il se baisse, s’abaisse et lave ces pieds poussiéreux, et il les essuye. Jésus n’hésite pas, toute sa vie est orientée en ce sens. Il nous prépare, comme ses disciples, au don de l’Eucharistie qui nous sera donnée, pour que nous ayons le courage d’entrer dans sa Passion. Jésus fait le don total de tout lui-même, de sa personne, pour le salut de l’humanité et la gloire de son Père. Il nous donne en partage son Corps et son Sang, prémices de l’acte d’amour suprême de sa crucifixion. Jésus ressuscitera en corps de gloire, dans le Corps que Marie lui a tissé. « Ayant aimé les siens, il les aima jusqu’au bout » d’une manière incroyable, il n’y a pas d’autre mesure à l’amour que l’amour.

"Jésus vient à Simon-Pierre qui lui dit : « Seigneur, toi, me laver les pieds ? »

Jésus lui répondit : « Ce que je fais, tu ne le sais pas à présent ; par la suite tu comprendras. » Pierre lui dit : « Non, tu ne me laveras pas les pieds, jamais ! » Jésus lui répondit : « Si je ne te lave pas, tu n’as pas de part avec moi. » Simon-Pierre lui dit : « Seigneur, pas seulement les pieds, mais aussi les mains et la tête ! » Jésus lui dit : « Qui s’est baigné n’a pas besoin de se laver ; il est pur tout entier. Vous aussi, vous êtes purs ; mais pas tous. » Il connaissait en effet celui qui le livrait ; voilà pourquoi il dit : « Vous n’êtes pas tous purs. » Jésus fait ce geste non pas avant le repas comme à l’accoutumée, mais pendant le repas, il veut ainsi montrer combien ce dernier repas, revêt une importance véritable. En lavant les pieds de tous ses disciples, y compris Judas, Jésus veut les faire entrer dans cet amour du Père qu’il est venu révéler. Le geste du lavement des pieds donne aux disciples d’entrer dans le mystère de la Croix qui approche et lui donne sens. Nous entrons dans la nouvelle Alliance avec Jésus dans une passivité d’amour incroyable. C’est dans le prolongement du lavement des pieds que Jésus prend du pain, prononce la bénédiction et dit : « Prenez et mangez en tous ceci est mon corps livré pour vous. » Jésus va nous sauver par sa Passion, par sa mort et par sa Résurrection, par la victoire de son amour infini sur toute violence.

"Quand Jésus leur eut lavé les pieds, qu’il eut repris ses vêtements et se fut remis à table, il leur dit : « Comprenez-vous ce que je vous ai fait ?

Vous m’appelez Maître et Seigneur, et vous dites bien, car je le suis. Si donc je vous ai lavé les pieds, moi le Seigneur et le Maître, vous aussi vous devez vous laver les pieds les uns aux autres. Car c’est un exemple que je vous ai donné, pour que vous fassiez, vous aussi comme moi j’ai fait pour vous." Jésus nous invite à nous laisser laver « les pieds » par lui, à nous mettre à son écoute, à le regarder, à nous laisser servir. C’est lui qui agit dans nos vies, nous le contemplons jusque sur la Croix, là où son amour va jusqu’au bout. Dans cet amour mutuel, quand Jésus, le maître et Seigneur se fait serviteur, les chrétiens lui rendent grâce d’agir ainsi en eux. Dieu est vraiment l’ami du pauvre et c’est son seul et véritable Ami. Pour aimer le pauvre, le soigner, il nous faut être en harmonie avec le cœur de Dieu. Un nouvel Amour nous est donné, une Vie nouvelle nous est donnée et nous expérimentons que nous nous aimons les uns les autres en vérité. Ainsi Jésus nous prépare à recevoir son Corps et son Sang pour que nous puissions nous laver les pieds les uns les autres.

Citation :
Nous demandons la grâce de comprendre l’amour du cœur de Jésus, d’être proches de nos frères.

Père Gilbert Adam
Homélies et Le Pauvre qui guérit




Bienheureux Guerric d'Igny (v. 1080-1157), Abbé cistercien
1er Sermon pour les Rameaux ; SC 202 (trad. SC, p. 165s rev.)


« Ayant aimé les siens qui étaient dans le monde, il les aima jusqu'au bout »

« Ayez en vous les sentiments du Christ Jésus »... « Lui qui est de condition divine », égal à Dieu par nature, puisqu'il partage sa puissance, son éternité et son être même..., il a rempli l'office de serviteur « en s'humiliant lui-même et en se faisant obéissant à son Père jusqu'à la mort, et la mort de la croix » (Ph 2,5-8.). On pourrait considérer comme négligeable qu'étant son Fils et son égal, il ait servi son Père comme un serviteur ; mieux que cela, il a servi son propre serviteur plus qu'aucun autre serviteur. Car l'homme avait été créé pour servir son Créateur ; quoi de plus juste pour toi que de servir celui qui t'a fait, sans qui tu ne serais pas ? Et quoi de plus heureux que de le servir, puisque le servir, c'est régner ? Mais l'homme a dit à son Créateur : « Je ne servirai pas » (Jr 2,20).

      « Eh bien, c'est moi qui te servirai ! dit le Créateur à l'homme. Mets-toi à table ; je ferai le service ; je te laverai les pieds. Repose-toi ; je prendrai sur moi tes maux ; je porterai toutes tes faiblesses... Si tu es fatigué ou chargé, je te porterai, toi et ta charge, afin d'être le premier à accomplir ma loi : ' Portez les fardeaux les uns des autres ' (Gal 6,2)... Si tu as faim ou soif..., me voici prêt à être immolé pour que tu puisses manger ma chair et boire mon sang... Si on t'emmène en captivité ou si on te vend, me voici...; rachète-toi en donnant le prix que tu tireras de moi ; je me donne moi-même comme prix... Si tu es malade, si tu crains la mort, je mourrai à ta place, pour que de mon sang tu te fasses un remède de vie... »

     Ô mon Seigneur, à quel prix tu as racheté mon service inutile !... Avec quel art plein d'amour, de douceur et de bienveillance tu as récupéré et soumis ce serviteur rebelle, en triomphant du mal par le bien, en confondant mon orgueil par ton humilité, en comblant l'ingrat de tes bienfaits ! Voilà, voilà comment ta sagesse a triomphé.
 

  
 Evangelizo.org
















Quand je dis Dieu c'est un poème, c'est une étoile dans ma vie, 
du feu qui coule dans mes veines, un grand soleil pour aujourd'hui !


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Donne-nous notre Pain de ce jour (Vie) : Parole de DIEU   Jeu 24 Mar 2016 - 21:22

Bonsoir Lumen,

Bonsoir à toutes et à tous,




Vendredi 25 Mars 2016

Vendredi SAINT

(Couleur liturgique : Rouge )
Année C





Célébration de la PASSION du SEIGNEUR




(Première lecture)
Livre du Prophète Isaïe 52 : 13 à 15 et 53 : 1 à 12


« C’est à cause de nos fautes qu’IL a été broyé »

Mon SERVITEUR réussira, dit le SEIGNEUR ;
IL montera, IL s’élèvera, IL sera exalté !
La multitude avait été consternée en LE voyant,
car IL était si défiguré
qu’IL ne ressemblait plus à un homme ;
IL n’avait plus l’apparence d’un fils d’homme.
IL étonnera de même une multitude de nations ;
devant LUI les rois resteront bouche bée,
car ils verront ce que, jamais, on ne leur avait dit,
ils découvriront ce dont ils n’avaient jamais entendu parler.

Qui aurait cru ce que nous avons entendu ?
Le BRAS PUISSANT du SEIGNEUR, à qui s’est-IL révélé ?
Devant LUI, le SERVITEUR a poussé comme une plante chétive,
une racine dans une terre aride ;
IL était sans apparence ni beauté qui attire nos regards,
SON ASPECT n’avait rien pour nous plaire.
Méprisé, abandonné des hommes,
homme de douleurs, familier de la souffrance,
IL était pareil à celui devant qui on se voile la face ;
et nous L’avons méprisé, compté pour rien.
En fait, c’étaient nos souffrances qu’IL portait,
nos douleurs dont IL était chargé.
Et nous, nous pensions qu’IL était frappé,
meurtri par DIEU, humilié.
Or, c’est à cause de nos révoltes qu’IL a été transpercé,
à cause de nos fautes qu’IL a été broyé.
Le châtiment qui nous donne la Paix a pesé sur LUI :
par SES BLESSURES, nous sommes guéris.
Nous étions tous errants comme des brebis,
chacun suivait son propre chemin.
Mais le SEIGNEUR a fait retomber sur LUI
nos fautes à nous tous.

Maltraité, IL s’humilie,
IL n’ouvre pas la bouche :
comme un agneau conduit à l’abattoir,
comme une brebis muette devant les tondeurs,
IL n’ouvre pas la bouche.
Arrêté, puis jugé, IL a été supprimé.
Qui donc s’est inquiété de SON SORT ?
IL a été retranché de la Terre des vivants,
frappé à mort pour les révoltes de son peuple.
On a placé SA TOMBE avec les méchants,
SON TOMBEAU avec les riches ;
et pourtant IL n’avait pas commis de violence,
on ne trouvait pas de tromperie dans SA BOUCHE.
Broyé par la souffrance, IL a plu au SEIGNEUR.
S’IL remet SA VIE en SACRIFICE DE RÉPARATION,
IL verra une descendance, IL prolongera SES JOURS :
par LUI, ce qui plaît au SEIGNEUR réussira.

Par suite de SES TOURMENTS, IL verra la Lumière,
la connaissance LE comblera.
Le JUSTE, mon SERVITEUR, justifiera les multitudes,
IL se chargera de leurs fautes.
C’est pourquoi, parmi les grands, Je LUI donnerai SA PART,
avec les puissants IL partagera le butin,
car IL s’est dépouillé LUI-MÊME
jusqu’à la mort,
et IL a été compté avec les pécheurs,
alors qu’IL portait le péché des multitudes
et qu’IL intercédait pour les pécheurs.


Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris





SEIGNEUR, c’est TOI qui es ma sécurité


Du répertoire du chef de chorale. Psaume appartenant au recueil de David.

[Psaume 30 (31) ; entièrement]



Psaume 30 (31) : 2ab et 6, 12, 13 et 14ad, 15 et 16, 17 et 25


R/ Ô PÈRE, dans Tes MAINS Je remets Mon ESPRIT

En TOI, SEIGNEUR, J’ai mon REFUGE ;
garde-Moi d’être humilié pour toujours.
En Tes MAINS Je remets Mon ESPRIT ;
TU Me rachètes, SEIGNEUR, DIEU de VÉRITÉ.
R/


Je suis la risée de Mes adversaires
et même de Mes voisins ;
Je fais peur à Mes Amis,
s’ils Me voient dans la rue, ils Me fuient.
R/


On M’ignore comme un mort oublié,
comme une chose qu’on jette.
J’entends les calomnies de la foule :
ils s’accordent pour M’ôter la vie.
R/


Moi, Je suis sûr de TOI, SEIGNEUR,
Je dis : « TU es Mon DIEU ! »
Mes jours sont dans Ta MAIN : délivre-Moi
des mains hostiles qui s’acharnent.
R/


Sur Ton Serviteur, que s’illumine Ta FACE ;
sauve-Moi par Ton AMOUR.
Soyez forts, prenez courage,
vous tous qui espérez le SEIGNEUR !
R/


Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris


« Chants audio du Psaume 30 (31) »

Du CD, Signes :

http://www.mirari.fr/psoi






(Deuxième lecture)
Lettre aux Hébreux 4 : 14 à 16 ; 5 : 7 à 9


IL apprit l’OBÉISSANCE et IL est devenu pour tous ceux qui LUI obéissent la cause du SALUT ÉTERNEL

Frères,
en JÉSUS, le FILS DE DIEU,
nous avons le GRAND PRÊTRE par EXCELLENCE,
CELUI qui a traversé les Cieux ;
tenons donc ferme l’affirmation de notre foi.
En effet, nous n’avons pas un GRAND PRÊTRE
incapable de compatir à nos faiblesses,
mais un GRAND PRÊTRE éprouvé en toutes choses,
à notre ressemblance, excepté le péché.
Avançons-nous donc avec assurance
vers le TRÔNE de la Grâce,
pour obtenir miséricorde
et recevoir, en temps voulu, la Grâce de SON SECOURS.

Le CHRIST,
pendant les jours de SA VIE dans la chair,
offrit, avec un grand cri et dans les larmes,
des prières et des supplications
à DIEU qui pouvait LE sauver de la mort,
et IL fut exaucé
en raison de SON GRAND RESPECT.
Bien qu’IL soit le FILS,
IL apprit par SES SOUFFRANCES l’OBÉISSANCE
et, conduit à SA PERFECTION,
IL est devenu pour tous ceux qui LUI obéissent
la cause du SALUT ÉTERNEL.


Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris






La PASSION de notre SEIGNEUR JÉSUS-CHRIST

Selon Saint Jean 18 : 1 à 40 et 19 : 1 à 42

Acclamation de l’Évangile :

Le CHRIST s’est anéanti,
prenant la condition de Serviteur.


Pour nous, le CHRIST est devenu OBÉISSANT,
jusqu’à la mort, et la mort de la Croix.
C’est pourquoi DIEU L’a exalté :
IL L’a doté du NOM qui est au-dessus de tout nom.

Le CHRIST s’est anéanti,
prenant la condition de Serviteur.



(La lecture de la Passion se fait sans salutation au début, ni acclamation à la fin.)







Indications pour la lecture dialoguée : Les sigles désignant les divers interlocuteurs sont les suivants :
L = Lecteur
X = Jésus
D = Disciples et amis
A = Autres personnages.
F = Foule



L. En ce temps-là,
après le repas,
JÉSUS sortit avec Ses Disciples
et traversa le torrent du Cédron ;
il y avait là un jardin,
dans lequel IL entra avec Ses Disciples.
Judas, qui LE livrait, connaissait l’endroit, lui aussi,
car JÉSUS et Ses Disciples s’y étaient souvent réunis.
Judas, avec un détachement de soldats
ainsi que des gardes envoyés par les grands prêtres et les pharisiens,
arrive à cet endroit.
Ils avaient des lanternes, des torches et des armes.
Alors JÉSUS, sachant tout ce qui allait LUI arriver,
s’avança et leur dit :


X « Qui cherchez-vous? »

L. Ils LUI répondirent :

F. « JÉSUS le Nazaréen. »

L. IL leur dit :

X « C’est Moi, Je Le SUIS. »

L. Judas, qui LE livrait, se tenait avec eux.
Quand JÉSUS leur répondit : « C’est Moi, Je Le SUIS »,
ils reculèrent, et ils tombèrent à terre.
IL leur demanda de nouveau :


X « Qui cherchez-vous? »

L. Ils dirent :

F. « JÉSUS le Nazaréen. »

L. JÉSUS répondit :

X « Je vous l’ai dit : c’est Moi, Je Le SUIS.
Si c’est bien Moi que vous cherchez,
ceux-là, laissez-les partir. »


L. Ainsi s’accomplissait la PAROLE qu’IL avait dite :
« Je n’ai perdu aucun
de ceux que TU M’as donnés. »
Or Simon-Pierre
avait une épée ; il la tira,
frappa le serviteur du grand prêtre et lui coupa l’oreille droite.
Le nom de ce serviteur était Malcus.
JÉSUS dit à Pierre :


X « Remets ton épée au fourreau.
La COUPE que M’a donnée le PÈRE,
vais-Je refuser de LA boire ? »


Procès devant les autorités juives

L. Alors la troupe, le commandant et les gardes juifs
se saisirent de JÉSUS et LE ligotèrent.
Ils L’emmenèrent d’abord chez Hanne, beau-père
de Caïphe, qui était grand prêtre cette année-là.
Caïphe était celui qui avait donné aux Juifs ce conseil :
« Il vaut mieux qu’un Seul Homme meure pour le peuple. »

Or Simon-Pierre, ainsi qu’un autre Disciple, suivait JÉSUS.
Comme ce Disciple était connu du grand prêtre,
il entra avec JÉSUS dans le palais du grand prêtre.
Pierre se tenait près de la porte, dehors.
Alors l’autre Disciple – celui qui était connu du grand prêtre –
sortit, dit un mot à la servante qui gardait la porte,
et fit entrer Pierre.
Cette jeune servante dit alors à Pierre :


A. « N’es-tu pas, toi aussi, l’un des Disciples de Cet Homme ? »

L. Il répondit :

D. « Non, je ne Le suis pas ! »

L. Les serviteurs et les gardes se tenaient là ;
comme il faisait froid,
ils avaient fait un feu de braise pour se réchauffer.
Pierre était avec eux, en train de se chauffer.
Le grand prêtre interrogea JÉSUS
sur Ses Disciples et sur Son ENSEIGNEMENT.
JÉSUS lui répondit :


X « Moi, J’ai parlé au monde ouvertement.
J’ai toujours enseigné à la synagogue et dans le Temple,
là où tous les Juifs se réunissent,
et Je n’ai jamais parlé en cachette.
Pourquoi M’interroges-tu?
Ce que Je leur ai dit, demande-le
à ceux qui M’ont entendu.
Eux savent ce que J’ai dit. »


L. À ces mots, un des gardes, qui était à côté de JÉSUS,
LUI donna une gifle en disant :


A. « C’est ainsi que TU réponds au grand prêtre ! »

L. JÉSUS lui répliqua :

X « Si J’ai mal parlé,
montre ce que J’ai dit de mal.
Mais si J’ai bien parlé,
pourquoi Me frappes-tu? »


L. Hanne L’envoya, toujours ligoté, au grand prêtre Caïphe.


Simon-Pierre était donc en train de se chauffer.
On lui dit :


A. « N’es-tu pas, toi aussi, L’un de Ses Disciples ? »

L. Pierre LE nia et dit :

D. « Non, je ne Le suis pas ! »

L. Un des serviteurs du grand prêtre,
parent de celui à qui Pierre avait coupé l’oreille,
insista :


A. « Est-ce
que moi, je ne t’ai pas vu
dans le jardin avec LUI ? »


L. Encore une fois, Pierre le nia.
Et aussitôt un coq chanta.


Procès devant les autorités romaines

Alors on emmène JÉSUS de chez Caïphe au Prétoire.
C’était le matin.
Ceux qui L’avaient amené n’entrèrent pas dans le Prétoire,
pour éviter une souillure
et pouvoir manger l’agneau pascal.
Pilate sortit donc à leur rencontre et demanda :


A. « Quelle accusation portez-vous
contre Cet Homme ? »


L. Ils lui répondirent :

F. « S’IL n’était pas un malfaiteur,
nous ne t’aurions pas livré Cet Homme. »


L. Pilate leur dit :

A. « Prenez-LE vous-mêmes et jugez-LE
suivant votre Loi. »


L. Les Juifs lui dirent :

F. « Nous n’avons pas le droit
de mettre quelqu’un à mort. »


L. Ainsi s’accomplissait la PAROLE que JÉSUS avait dite
pour signifier de quel genre de mort IL allait mourir.
Alors Pilate rentra dans le Prétoire ;
il appela JÉSUS et LUI dit :


A. « Es-TU le Roi des Juifs ? »

L. JÉSUS lui demanda :

X « Dis-tu cela de toi-même,
Ou bien d’autres te l’ont dit à Mon SUJET ? »


L. Pilate répondit :

A. « Est-ce que je suis juif, moi ?
Ta nation et les grands prêtres T’ont livré à moi :
qu’as-TU donc fait ? »


L. JÉSUS déclara :

X « Ma ROYAUTÉ n’est pas de ce monde ;
si Ma ROYAUTÉ était de ce monde,
J’aurais des gardes qui se seraient battus
pour que Je ne sois pas livré aux Juifs.
En fait, Ma ROYAUTÉ n’est pas d’ici. »


L. Pilate LUI dit :

A. « Alors, TU es Roi ? »

L. JÉSUS répondit :

X « C’est toi-même
qui dis que Je suis Roi.
Moi, Je suis NÉ, Je SUIS VENU dans le monde pour ceci :
rendre TÉMOIGNAGE à la VÉRITÉ.
Quiconque appartient à la VÉRITÉ
écoute Ma voix. »


L. Pilate LUI dit :

A. « Qu’est-ce que la VÉRITÉ ? »

L. Ayant dit cela, il sortit de nouveau à la rencontre des Juifs,
et il leur déclara :


A. « Moi, je ne trouve en LUI
aucun motif de condamnation.
Mais, chez vous, c’est la coutume
que je vous relâche quelqu’un pour la Pâque :
voulez-vous donc que je vous relâche le Roi des Juifs ? »


L. Alors ils répliquèrent en criant :

F. « Pas LUI !
Mais Barabbas ! »



L. Or ce Barabbas était un bandit.

Alors Pilate fit saisir JÉSUS pour qu’IL soit flagellé.
Les soldats tressèrent avec des épines une Couronne
qu’ils LUI posèrent sur la TÊTE ;
puis ils LE revêtirent d’un Manteau Pourpre.
Ils s’avançaient vers LUI
et ils disaient :


F. « Salut à TOI, Roi des Juifs ! »


L. Et ils LE giflaient.

Pilate, de nouveau, sortit dehors et leur dit :


A. « Voyez, je vous L’amène dehors
pour que vous sachiez
que je ne trouve en LUI aucun motif de condamnation. »


L. JÉSUS donc sortit dehors,
portant la Couronne d’Épines et le Manteau Pourpre.
Et Pilate leur déclara :


A. « Voici l’Homme. »

L. Quand ils LE virent,
les grands prêtres et les gardes se mirent à crier :


F. « Crucifie-LE! Crucifie-LE! »

L. Pilate leur dit :

A. « Prenez-LE vous-mêmes, et crucifiez-LE ;
moi, je ne trouve en LUI aucun motif de condamnation. »


L. Ils lui répondirent :

F. « Nous avons une Loi,
et suivant la Loi IL doit mourir,
parce qu’IL s’est fait FILS de DIEU. »


L. Quand Pilate entendit ces paroles, il redoubla de crainte.
Il rentra dans le Prétoire, et dit à JÉSUS :


A. « D’où es-TU ? »

L. JÉSUS ne lui fit aucune réponse.
Pilate LUI dit alors :


A. « TU refuses de me parler, à moi ?
Ne sais-TU pas que j’ai pouvoir de TE relâcher,
et pouvoir de TE crucifier ? »


L. JÉSUS répondit :

X « Tu n’aurais aucun pouvoir sur Moi
si tu ne l’avais reçu d’en HAUT ;
c’est pourquoi celui qui M’a livré à toi
porte un péché plus grand. »


L. Dès lors, Pilate cherchait à LE relâcher ;
mais des Juifs se mirent à crier :


F. « Si tu LE relâches,
tu n’es pas un ami de l’empereur.
Quiconque se fait Roi
s’oppose à l’empereur. »


L. En entendant ces paroles, Pilate amena JÉSUS au-dehors;
il LE fit asseoir sur une estrade
au lieu dit le Dallage
– en hébreu : Gabbatha.
C’était le jour de la Préparation de la Pâque,
vers la sixième heure, environ midi.
Pilate dit aux Juifs :


A. « Voici votre Roi. »

L. Alors ils crièrent :

F. « À mort ! À mort !
Crucifie-LE ! »


L. Pilate leur dit :

A. « Vais-je crucifier votre Roi ? »

L. Les grands prêtres répondirent :

F. « Nous n’avons pas d’autre roi que l’empereur. »

L. Alors, il leur livra JÉSUS pour qu’IL soit crucifié.

Le Chemin de la Croix

Ils se saisirent de JÉSUS.
Et LUI-MÊME, portant Sa Croix,
sortit en direction du lieu dit Le Crâne (ou Calvaire),
qui se dit en hébreu Golgotha.
C’est là qu’ils LE crucifièrent, et deux autres avec LUI,
un de chaque côté, et JÉSUS au milieu.
Pilate avait rédigé un écriteau qu’il fit placer sur la Croix ;
il était écrit :
« JÉSUS le Nazaréen, ROI des Juifs. »
Beaucoup de Juifs lurent cet écriteau,
parce que l’endroit où l’on avait crucifié JÉSUS était proche de la ville,
et que c’était écrit en hébreu, en latin et en grec.
Alors les grands prêtres des Juifs dirent à Pilate :


F. « N’écris pas : “ROI des Juifs” ; mais :
“Cet Homme a dit : Je suis le Roi des Juifs.” »


L. Pilate répondit :

A. « Ce que j’ai écrit, je l’ai écrit. »

L. Quand les soldats eurent crucifié JÉSUS,
ils prirent Ses HABITS ;
ils en firent quatre parts, une pour chaque soldat.
Ils prirent aussi la Tunique ;
c’était une Tunique sans couture,
tissée tout d’une pièce de haut en bas.
Alors ils se dirent entre eux :


A. « Ne La déchirons pas,
désignons par le sort celui qui L’aura. »


L. Ainsi s’accomplissait la PAROLE de l’Écriture :
Ils se sont partagé Mes HABITS ;
ils ont tiré au sort Mon VÊTEMENT.

C’est bien ce que firent les soldats.

Or, près de la Croix de JÉSUS se tenaient Sa MÈRE
et la sœur de sa mère, Marie, femme de Cléophas,
et Marie Madeleine.
JÉSUS, voyant Sa MÈRE,
et près d’ELLE le Disciple qu’IL aimait,
dit à Sa MÈRE :


X « Femme, voici ton fils. »

L. Puis IL dit au Disciple :

X « Voici ta mère. »

L. Et à partir de cette heure-là,
le Disciple LA prit chez lui.


La mort et la sépulture

Après cela, sachant que tout, désormais, était achevé
pour que l’Écriture s’accomplisse jusqu’au bout,
JÉSUS dit :


X « J’ai soif. »

L. Il y avait là un récipient plein d’une boisson vinaigrée.
On fixa donc une éponge remplie de ce vinaigre
à une branche d’hysope,
et on l’approcha de Sa BOUCHE.
Quand IL eut pris le vinaigre, JÉSUS dit :


X « TOUT EST ACCOMPLI. »

L. Puis, inclinant la TÊTE,
IL remit l’ESPRIT.


(Ici, on fléchit les genoux et on s’arrête un instant.)


Comme c’était le jour de la Préparation (c’est-à-dire le vendredi),
il ne fallait pas laisser les corps en croix durant le sabbat,
d’autant plus que ce sabbat était le grand jour de la Pâque.
Aussi les Juifs demandèrent à Pilate qu’on enlève les corps
après leur avoir brisé les jambes.
Les soldats allèrent donc briser les jambes du premier,
puis de l’autre homme crucifié avec JÉSUS.
Quand ils arrivèrent à JÉSUS,
voyant qu’IL était déjà mort,
ils ne LUI brisèrent pas les JAMBES,
mais un des soldats avec sa lance LUI perça le CÔTÉ ;
et aussitôt, il en sortit du Sang et de l’Eau.
Celui qui a vu rend témoignage,
et son témoignage est véridique ;
et celui-là sait qu’il dit vrai
afin que vous aussi, vous croyiez.
Cela, en effet, arriva
pour que s’accomplisse l’Écriture :
Aucun de Ses OS ne sera brisé.
Un autre passage de l’Écriture dit encore :
Ils lèveront les yeux vers CELUI qu’ils ont transpercé.
Après cela, Joseph d’Arimathie,
qui était Disciple de JÉSUS,
mais en secret par crainte des Juifs,
demanda à Pilate de pouvoir enlever le CORPS de JÉSUS.
Et Pilate le permit.
Joseph vint donc enlever le CORPS de JÉSUS.
Nicodème – celui qui, au début, était venu trouver JÉSUS pendant
la nuit – vint lui aussi ;
il apportait un mélange de myrrhe et d’aloès
pesant environ cent livres.
Ils prirent donc le CORPS de JÉSUS,
qu’ils lièrent de linges,
en employant les aromates
selon la coutume juive d’ensevelir les morts.
À l’endroit où JÉSUS avait été crucifié, il y avait un jardin
et, dans ce jardin, un tombeau neuf
dans lequel on n’avait encore déposé personne.
À cause de la Préparation de la Pâque juive,
et comme ce tombeau était proche,
c’est là qu’ils déposèrent JÉSUS.




– Acclamons la PAROLE de DIEU.



Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris


Évangile + commentaire (audio)


Écouté sur :
http://radiofidelite.fr/fr/









Textes du jour, lu sur :
Les services de la liturgie Catholique

http://www.aelf.org/office-messe?date_my=25/03/2016


Liens :
http://www.aelf.org/office-messe
http://services.liturgiecatholique.fr/






Amicalement, fraternellement
Nicolas

Revenir en haut Aller en bas
Lumen
Admin
avatar

Messages : 4231
Date d'inscription : 18/10/2014
Localisation : France

MessageSujet: Re: Donne-nous notre Pain de ce jour (Vie) : Parole de DIEU   Ven 25 Mar 2016 - 13:01

Bonjour à vous tous, amis qui aimez la Parole de Vie, goûtez et voyez comme est bon le Seigneur !
Bonjour Nicolas, Merci !



Homélie :

« Tu es roi ! dit Pilate ? »

Jésus montre la vérité, mais les juifs le tiennent pour un blasphémateur et le condamnent à être lapidé. Jésus leur parle des œuvres qu’Il a accomplies, les actes de Dieu qui l’accréditent, Il leur explique pourquoi Il se nomme “Fils de Dieu.” Ces sujets sont incompréhensibles pour ses adversaires. Jésus leur parle de son cheminement, de l’engagement de sa personne, des faits qui font qu’il soit connu et aimé, mais tout est vain. Ce que Jésus dit est d’une ampleur d’Amour telle qu’ils n’arrivent pas à la saisir. Les seuls qui peuvent comprendre le sens de ses Paroles sont les simples et les petits, car le Royaume des cieux est caché aux grands et aux savants. Pilate doit faire régner l’ordre, il est en difficultés avec les grands-prêtres pour lesquels il faut que Jésus soit crucifié. Nous ne détournons pas les yeux du visage de Jésus en agonie : "Voici l’homme ! » dit Pilate. C’est le triste état de l’humanité plongée dans le non-amour, avec son insupportable couronne d’orgueil qui vient déchirer si douloureusement le visage de Jésus, car l’homme n’a plus visage humain. Jésus est notre Roi d’Amour qui vit une Passion d’Amour pour son peuple. La Parole de Dieu nous est donnée pour que nous entrions dans la Vérité de Jésus qui donne sa vie pour nous. Nous l’écoutons avec amour pendant la Passion de Jésus et nous lui demandons la vie.

« Je suis venu rendre témoignage à la vérité, dit Jésus. »

Jésus mourra pour avoir dit la vérité sur lui-même, pour avoir été fidèle à sa personne, à son identité et à sa mission. Il est le Roi d’Amour dont la vérité parle d’elle-même, si nous voulons bien l’écouter. "Il faut qu’il meure pour le salut de tous !" Jésus dérange, il est mystérieux, il met le pouvoir en danger !Jésus présente aux grands prêtres des arguments qu’ils pourraient accepter, mais ce n’est pas leur avis, ils usent d’affirmations provoquantes : "Nous n’avons pas d’autre roi que César !" Pilate, quant à lui, cherche l’identité de Jésus. Derrière la douleur de l’envoyé de Dieu, ce qui transparaît et nous inonde, c’est l’amour fou de Dieu, le visage de Notre Père, qui du haut de la Croix dit encore : "Celui-ci est mon Fils, mon Bien aimé en qui j’ai mis tout mon amour" ! Jésus, le Sauveur du monde, combat pour nous sauver, il est à l’origine d’une Humanité toute nouvelle. Derrière le visage défiguré de Jésus, la plus grande tendresse de Dieu nous est donnée. Nous ne séparons plus les souffrances de la Croix de la beauté du lavement des pieds. Nous ne séparons plus la violence de la Passion, du torrent d’amour de Notre Père qui descend, par le cœur de Jésus, pour nous soigner, nous guérir, nous sauver ! C’est la Vie et l’Amour de Jésus que nous venons chercher au pied de la Croix !

« Quand je serai élevé de terre, j’attirerai tout à moi avait dit Jésus.»

A nouveau la Croix de Jésus s’élève de toutes ses forces, comme un véritable étendard : Oh admirable vertu de la Croix ! Oh ineffable gloire du Père ! En elle, nous pouvons contempler le jugement du monde et le pouvoir du Crucifié. Jésus attire à lui toutes choses. Dans les souffrances de Jésus crucifié, le coup de lance du soldat, nous sommes à l’apogée de l’Amour infini de Dieu qui sauve le monde. Ce mystère sera reçu par Jean et par Marie au pied de la Croix, comme l’expression la plus brutale des violences de l’humanité. Quand le cœur de Jésus sera transpercé, il coulera le sang et l’eau qui donneront une nouvelle Vie divine à l’humanité en proie à la douleur. Nous sommes ainsi rejoints, et sauvés de la violence, grâce à Jésus qui vainc le mal par le bien : "Ils regarderont celui qu’ils ont transpercé." Jésus, dans un grand cri, donnera encore son souffle, le Saint-Esprit. Par son cœur ouvert, l’eau du baptême, et le sang de l’Eucharistie nous célébrons cette vie nouvelle. Jésus est déjà glorifié, au delà de son aspect défiguré, dans sa Passion, il manifeste une beauté qui est toute intérieure. Désormais, ce sont les pauvres que nous côtoyons qui nous la manifestent, car la beauté vient de l’intérieur.

Citation :
Nous demandons la grâce d’entrer plus avant dans le mystère de Jésus pauvre, en qui resplendit de la vie divine.

Père Gilbert Adam
Homélies et Le Pauvre qui guérit




Sévérien de Gabala (?-v. 408), Évêque en Syrie
6e Homélie sur la création du monde, 5-6 (trad. Sœur Isabelle de la Source, Lire la Bible; Médiaspaul 1988, t. 1, p. 31)


La croix, arbre de vie

Il y avait au milieu du Paradis un arbre. Le serpent s'en servit pour tromper nos premiers parents. Remarquez cette chose étonnante : pour abuser l'homme, le serpent va recourir à un sentiment inhérent à sa nature. En façonnant l'homme, le Seigneur en effet avait mis en lui, outre une connaissance générale de l'univers, le désir de Dieu. Dès que le démon découvrit ce désir ardent, il dit à l'homme : « Vous deviendrez comme des dieux (Gn 3,5). Maintenant vous n'êtes que des hommes et vous ne pouvez pas être toujours avec Dieu ; mais si vous devenez comme des dieux, vous serez toujours avec lui »... Ainsi, c'est le désir d'être égal à Dieu qui séduisit la femme..., elle mangea et elle engagea l'homme à en faire autant... Or, après la faute, « Adam entendit la voix du Seigneur qui se promenait dans le Paradis vers le soir » (Gn 3,8.)... Béni soit le Dieu des saints d'avoir visité Adam vers le soir ! Et de le visiter encore maintenant vers le soir, sur la croix.

     Car c'est bien à l'heure où Adam venait de manger que le Seigneur souffrit sa passion, à ces heures marquées par la faute et le jugement, c'est-à-dire entre la sixième heure et la neuvième. À la sixième heure, Adam mangea, selon la loi de la nature ; ensuite il se cacha. Et vers le soir, Dieu vint à lui.

     Adam avait désiré devenir Dieu ; il avait désiré une chose impossible. Le Christ a comblé ce désir. « Tu as voulu devenir, dit-il, ce que tu ne pouvais être ; mais moi, je désire devenir homme, et je le peux. Dieu fait tout le contraire de ce que tu as fait en te laissant séduire. Tu as désiré ce qui était au-dessus de toi ; je prends, moi, ce qui est au-dessous de moi. Tu as désiré être l'égal de Dieu ; je veux, moi, devenir l'égal de l'homme... Tu as désiré devenir Dieu et tu ne l'as pas pu. Moi, je me fais homme, pour rendre possible ce qui était impossible. » Oui, c'est bien pour cela que Dieu est venu. Il en témoigne à ses apôtres : « J'ai désiré d'un grand désir manger cette pâque avec vous » (Lc 22,15)... Il est descendu vers le soir et il a dit : « Adam, où es-tu ? » (Gn 3,9)... Celui qui est venu pour souffrir est le même que celui qui est descendu dans le Paradis.
 

  
 Evangelizo.org


Ô bon et très doux Jésus,
Me voici agenouillé en votre Sainte Présence.
Je Vous prie et Vous conjure,
Avec toute la ferveur de mon âme,
De daigner graver dans mon coeur
De vifs sentiments de Foi, d'Espérance et de Charité,
Un vrai repentir de mes péchés
Et une volonté très ferme de m'en corriger,
Tandis qu'avec un grand amour et une grande compassion
Je considère et contemple en esprit vos cinq Plaies,
Ayant devant les yeux les paroles
Que déjà le prophète David

Vous faisait dire de Vous-même, ô bon Jésus :


"Ils ont percé mes mains et mes pieds;

ils ont compté tous mes os."
















Quand je dis Dieu c'est un poème, c'est une étoile dans ma vie, 
du feu qui coule dans mes veines, un grand soleil pour aujourd'hui !


Revenir en haut Aller en bas
Lumen
Admin
avatar

Messages : 4231
Date d'inscription : 18/10/2014
Localisation : France

MessageSujet: Re: Donne-nous notre Pain de ce jour (Vie) : Parole de DIEU   Sam 26 Mar 2016 - 14:06

Bonjour à vous tous, amis qui aimez la Parole de Vie, goûtez et voyez comme est bon le Seigneur !
Bonjour Nicolas, Merci !



Homélie :

Le premier jour de la semaine, de grand matin, les femmes se rendirent au sépulcre, portant les aromates qu’elles avaient préparés.

Elles trouvèrent la pierre roulée sur le côté du tombeau. Elles entrèrent, mais ne trouvèrent pas le corps du Seigneur Jésus. Le mystère de Jésus qui nous sauve, a commencé avec la foi de Marie, à l’Annonciation. Aujourd’hui, à la Résurrection de Jésus, d’autres femmes sont là : Marie Madeleine, Jeanne, et Marie mère de Jacques ; Ces femmes laissent leur cœur l’emporter sur la raison, elles enfantent une humanité nouvelle ! Malgré leur peine, elles ne manquent pas de réalisme : `Qui nous roulera la pierre ?’ Elles sont attendues par deux messagers vêtus de lumière : `Pourquoi cherchez vous le Vivant parmi les morts ? Il n’est pas ici, il est ressuscité.’ Jésus s’est livré totalement à l’Amour. En cette nuit de Pâque, tout l’amour de Dieu nous est donné dans une course de feu. C’est la Pâque. Le passage que nous célébrons au cœur de la nuit. Comme à Noël, Marie avait donné son corps et son sang à Jésus et elle avait mis au monde le plus merveilleux des enfants des hommes, elle l’avait enveloppé de son amour. En cette nuit, après sa Passion, Jésus, dans son corps né de Marie, est à jamais vivant. C’est un secret d’amour, il s’est livré totalement à l’amour : « Ayant aimé les siens qui étaient dans le monde, il les aima jusqu’au bout. » Il est brûlé d’amour, son sacrifice est parfait. Marie, femme d’Israël, a conservé dans son cœur toutes ses paroles, elle l’aimait.

Les femmes ne savaient que penser, lorsque deux hommes se présentèrent à elles, avec un vêtement éblouissant.

Saisies de crainte, elles baissaient le visage vers le sol. Ils leur dirent : « Pourquoi cherchez-vous le Vivant parmi les morts ? Il n’est pas ici, il est ressuscité. Rappelez-vous ce qu’il vous a dit quand il était encore en Galilée : ’Il faut que le Fils de l’homme soit livré aux mains des pécheurs, qu’il soit crucifié et que, le troisième jour, il ressuscite.’ » Alors elles se rappelèrent ses paroles. L’annonce pascale se fait dans le calme et la discrétion de l’aube. Il en est ainsi bien souvent, quand naît dans notre vie la foi chrétienne, elle est d’abord une petite flamme fragile, qu’il faut préserver soigneusement pour qu’elle se fortifie et puisse résister au souffle des vents impétueux. Le tombeau est vide et la recherche du corps mort de Jésus est maintenant sans objet. Les prédictions de Jésus sont maintenant réalisées, les Onze et les frères peuvent annoncer la Bonne Nouvelle de Pâques. Mais les apôtres ne croient pas, leur souffrance est trop lourde à porter. Pierre lui-même, venu constater que le tombeau est vide s’en retourne chez lui, `tout étonné,’ sans plus ! Ainsi la foi est une confiance qui doit sans cesse se renouveler, elle est tout autant une affaire de cœur que d’intelligence. « Il faut que le Fils de l’homme soit livré aux mains des pécheurs, qu’il soit crucifié et que le troisième jour, il ressuscite disait Jésus. » Dans cette Sainte Veillée, Dieu a donné son Fils Jésus annoncé par les prophètes, il s’est révélé comme le Dieu d’amour.

Revenues du tombeau, les femmes rapportèrent tout cela aux Onze et à tous les autres.

C’étaient Marie Madeleine, Jeanne, et Marie mère de Jacques ; les autres femmes qui les accompagnaient disaient la même chose aux Apôtres. Mais ces propos leur semblèrent délirants, et ils ne les croyaient pas. Pierre cependant courut au tombeau ; mais en se penchant, il ne vit que le linceul. Il s’en retourna chez lui, tout étonné de ce qui lui était arrivé. La nuit de Pâques est avant tout un grand feu d’amour. La Résurrection est ce grand feu de Pâques qui brûle dans le cœur de Jésus glorifié par son Père. Il brule dans le cœur des ressuscités. Jean, qui a reçu Marie chez lui, a été témoin de la transformation intérieure de la « Femme. » Son cœur, uni au Cœur de Jésus s’est remis à battre d’une vie nouvelle, la vie du Ressuscité. Elle lui avait tout donné, tout ce qu’elle avait pour vivre, la victoire de l’amour sur la mort réchauffe le cœur de la bien-aimée qui sent que la vie lui revient. Cette vie, encore bien plus qu’avant, est un secret d’amour. Alors que les femmes cherchent la tombe de Jésus, les hommes cherchent une réponse aux questions qui leur serrent le cœur. Le cierge de Pâques dans la nuit est la lumière des baptisés, ils le reçoivent pour leur marche à la rencontre de Jésus qui va venir. La foi, est cette petite lumière qui nous permet de nous orienter et de traverser la cité des hommes dans les ténèbres.

Citation :
Dans cette nuit très sainte, nous demandons que le feu qui s’est allumé dans le secret de la nuit, brule à l’intérieur de nos cœurs.

Père Gilbert Adam
Homélies et Le Pauvre qui guérit




Saint Augustin (354-430), Evêque d'Hippone (Afrique du Nord) et Docteur de l'Église
2ème homélie pour la Nuit Sainte ; PLS 2, 549-552 ; Sermon Morin Guelferbytanus 5 (trad. coll. Icthus 10, p. 197s)


La nuit qui nous délivre du sommeil de la mort

Frères, veillons, car jusqu'à cette nuit le Christ est demeuré dans la tombe. C'est en cette nuit qu'est survenue la résurrection de sa chair. Sur la croix elle a été en butte aux railleries ; aujourd'hui, les cieux et la terre l'adorent. Cette nuit fait partie déjà de notre dimanche. Il fallait bien que le Christ ressuscite la nuit, car sa résurrection a illuminé nos ténèbres... Comme notre foi, fortifiée par la résurrection du Christ, chasse tout sommeil, ainsi cette nuit, illuminée par nos veilles, se remplit de clarté. Elle nous fait espérer, avec l'Église répandue sur toute la terre, de ne point être surpris dans la nuit. (Mc 13,33)

Chez tant de peuples que cette fête, partout si solennelle, rassemble au nom du Christ, le soleil s'est couché — mais le jour n'est pas tombé ; les clartés du ciel ont fait place aux clartés de la terre... Celui qui nous a donné la gloire de son nom (Ps 28,2) a aussi illuminé cette nuit. Celui à qui nous disons « Tu illumines mes ténèbres » (Ps 18,29), répand sa clarté dans nos cœurs. Comme nos yeux éblouis contemplent ces flambeaux brillants, ainsi notre esprit éclairé nous fait voir combien cette nuit est lumineuse –- cette sainte nuit où le Seigneur a commencé en sa propre chair la vie qui ne connaît ni sommeil ni mort !
 

  
 Evangelizo.org



















Quand je dis Dieu c'est un poème, c'est une étoile dans ma vie, 
du feu qui coule dans mes veines, un grand soleil pour aujourd'hui !


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Donne-nous notre Pain de ce jour (Vie) : Parole de DIEU   Sam 26 Mar 2016 - 19:02

Bonsoir Lumen,

Bonsoir à toutes et à tous,





Samedi 26 Mars 2016; Dimanche 27 Mars 2016

Résurrection du SEIGNEUR
Solennité du SEIGNEUR

(Couleur liturgique : Blanc )
Année C















Messe du jour de Pâques


(Première lecture)
Livre des Actes des Apôtres 10 : 34a, 37 à 43


« Nous avons mangé et bu avec LUI après Sa RESURRECTION d’entre les morts »

En ces jours-là,
quand Pierre arriva à Césarée
chez un centurion de l’armée romaine,
il prit la parole et dit :
« Vous savez ce qui s’est passé à travers tout le pays des Juifs,
depuis les commencements en Galilée,
après le baptême proclamé par Jean :
JÉSUS de Nazareth,
DIEU LUI a donné l’Onction d’ESPRIT SAINT et de PUISSANCE.
Là où IL passait, IL faisait LE BIEN
et guérissait tous ceux qui étaient sous le pouvoir du diable,
car DIEU était avec LUI.
Et nous, nous sommes Témoins
de tout ce qu’IL a fait dans le pays des Juifs et à Jérusalem.
CELUI qu’ils ont supprimé en LE suspendant au bois du supplice,
DIEU L’A RESSUSCITÉ le TROISIÈME JOUR.
IL LUI a donné de se manifester,
non pas à tout le peuple,
mais à des témoins que DIEU avait choisis d’avance,
à nous qui avons mangé et bu avec LUI
après Sa RÉSURRECTION d’entre les morts.
DIEU nous a chargés d’annoncer au peuple et de témoigner
que LUI-MÊME L’a établi JUGE des vivants et des morts.
C’est à JÉSUS que tous les Prophètes rendent ce TÉMOIGNAGE :
Quiconque croit en LUI
reçoit par SON NOM le PARDON de ses péchés. »


– PAROLE du SEIGNEUR.



Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris






Vivre pour raconter ce que le SEIGNEUR a fait


[Psaume 117 (118) ; entièrement]



Psaume 117 (118) : 1 et 2, 16 et 17, 22 et 23


R/ Voici le Jour que fit le SEIGNEUR,qu’Il soit pour nous Jour de Fête et de Joie !

Rendez Grâce au SEIGNEUR : IL est BON !
ÉTERNEL est SON AMOUR !
Oui, que le dise Israël :
ÉTERNEL est SON AMOUR !
R/


Le BRAS du SEIGNEUR se lève,
le BRAS du SEIGNEUR est FORT !
Non, je ne mourrai pas, je vivrai,
pour annoncer les ACTIONS du SEIGNEUR.
R/


La Pierre qu'ont rejetée les bâtisseurs
est devenue la Pierre d'Angle ;
c'est là l'ŒUVRE du SEIGNEUR,
la MERVEILLE devant nos yeux.
R/


[center] Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris


« Chants audio du Psaume 117 (118) »

Du CD, Signes :

http://www.mirari.fr/Q8D4






(Deuxième lecture)
Lettre de Saint Paul Apôtre aux Colossiens 3 : 1 à 4


« Recherchez les RÉALITÉS d’en HAUT, LÀ OÙ EST LE CHRIST »

Frères,
si vous êtes ressuscités avec le CHRIST,
recherchez les RÉALITÉS d’en HAUT :
C’EST LÀ QU’EST LE CHRIST, ASSIS À LA DROITE DE DIEU.
Pensez aux Réalités d’en Haut,
non à celles de la Terre.

En effet, vous êtes passés par la mort,
et votre vie reste cachée avec le CHRIST en DIEU.
Quand paraîtra le CHRIST, votre vie,
alors vous aussi, vous paraîtrez avec LUI dans la GLOIRE.


– PAROLE du SEIGNEUR.



Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris


On peut aussi choisir le texte suivant :
Première Lettre de Saint Paul Apôtre aux Corinthiens 5 : 6b à 8






Séquence

À la Victime Pascale,
chrétiens, offrez le sacrifice de louange.

L’AGNEAU a racheté les brebis;
le CHRIST innocent a réconcilié
l’homme pécheur avec le PÈRE.

La mort et la vie s’affrontèrent
en un duel prodigieux.
Le MAÎTRE de la VIE mourut ; VIVANT, IL RÈGNE.

“Dis-nous, Marie Madeleine,
qu’as-tu vu en chemin ?”

“J’ai vu le sépulcre du CHRIST VIVANT,
j’ai vu la GLOIRE du RESSUSCITÉ.

J’ai vu les Anges Ses Témoins,
le suaire et les vêtements.

Le CHRIST, mon Espérance, est RESSUSCITÉ !
IL vous précédera en Galilée.”

Nous le savons : le CHRIST
est vraiment RESSUSCITÉ des morts.

ROI VICTORIEUX,
prends-nous tous en pitié !
Amen.







Évangile de JÉSUS-CHRIST selon Saint Jean 20 : 1 à 9

Acclamation de l’Évangile :
Alléluia. Alléluia.

Notre Pâque immolée, c’est le CHRIST !
Célébrons la Fête dans le SEIGNEUR !

Alléluia.

(cf. 1 Co 5, 7b-8a)




« Il fallait que JÉSUS ressuscite d’entre les morts »

Le premier jour de la semaine,
Marie Madeleine se rend au tombeau de grand matin ;
c’était encore les ténèbres.
Elle s’aperçoit que la pierre a été enlevée du tombeau.
Elle court donc trouver Simon-Pierre
et l’autre Disciple,
celui que JÉSUS aimait,
et elle leur dit :
« On a enlevé le SEIGNEUR de Son Tombeau,
et nous ne savons pas où on L’a déposé. »
Pierre partit donc avec l’autre Disciple
pour se rendre au Tombeau.
Ils couraient tous les deux ensemble,
mais l’autre Disciple courut plus vite que Pierre
et arriva le premier au Tombeau.
En se penchant, il s’aperçoit que les linges sont posés à plat ;
cependant il n’entre pas.
Simon-Pierre, qui le suivait, arrive à son tour.
Il entre dans le Tombeau ;
il aperçoit les linges, posés à plat,
ainsi que le suaire qui avait entouré la TÊTE de JÉSUS,
non pas posé avec les linges,
mais roulé à part à sa place.
C’est alors qu’entra l’autre Disciple,
lui qui était arrivé le premier au Tombeau.
Il vit, et il crut.
Jusque-là, en effet, les Disciples n’avaient pas compris
que, selon l’Écriture,
il fallait que JÉSUS ressuscite d’entre les morts.


– Acclamons la PAROLE de DIEU.



Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris

Au lieu de cet Évangile, on peut lire celui qui a été lu à la Veillée pascale.
Pour la messe du soir de Pâques, on peut aussi lire l’Évangile de Luc 24,13-35










Textes du jour, lu sur :
Les services de la liturgie Catholique

http://www.aelf.org/office-messe?date_my=27/03/2016


Liens :
http://www.aelf.org/office-messe
http://services.liturgiecatholique.fr/






Amicalement, fraternellement
Nicolas

Revenir en haut Aller en bas
Lumen
Admin
avatar

Messages : 4231
Date d'inscription : 18/10/2014
Localisation : France

MessageSujet: Re: Donne-nous notre Pain de ce jour (Vie) : Parole de DIEU   Dim 27 Mar 2016 - 14:03

Bonjour à vous tous, amis qui aimez la Parole de Vie, goûtez et voyez comme est bon le Seigneur !
Bonjour Nicolas, Merci !



Homélie :

Le premier jour de la semaine, Marie de Magdala vient de bonne heure au tombeau, comme il faisait encore sombre, et elle aperçoit la pierre enlevée du tombeau.

Elle court alors et vint trouver Simon-Pierre, ainsi que l’autre disciple, celui que Jésus aimait, et elle leur dit : « On a enlevé le Seigneur du tombeau et nous ne savons pas où on l’a mis. » Marie de Magdala est venue au tombeau, ne trouvant pas le corps de Jésus, elle fait venir les deux disciples et va leur permettre de vivre une expérience merveilleuse. Deux hommes sortent du tombeau, cela signifie que la résurrection n’est pas seulement celle de Jésus, c’est la leur, c’est déjà la mienne, c’est la nôtre. Croire au Christ ressuscité, c’est aussi croire que je ressuscite avec Lui. Je suis le disciple bien-aimé invité à la suite de l’Unique « Bien-Aimé », nom que Jésus veut nous donner aujourd’hui, pour passer de la mort à la vie avec lui. Ce grand matin a vu le germe d’une immense espérance prendre corps dans l’humanité. L’Evangile nous enseigne à regarder le tombeau comme une présence et une plénitude en ce jour de Résurrection, c’est le passage permanent de la mort à la vie, de la tristesse à la joie, du vide à l’espérance et de la solitude à la présence paisible de Dieu. C’est le Christ mort et vivant, « pour nous les hommes, et pour notre salut, » qui commence son œuvre de rassemblement.

Pierre sortit donc, ainsi que l’autre disciple, et ils se rendirent au tombeau. Ils couraient tous les deux ensemble.

L’autre disciple, plus rapide que Pierre, le devança à la course et arriva le premier au tombeau. Se penchant, il aperçoit les linges, gisant à terre ; pourtant il n’entra pas. Alors arrive aussi Simon-Pierre, qui le suivait ; il entra dans le tombeau ; et il voit les linges, gisant à terre, ainsi que le suaire qui avait recouvert sa tête ; non pas avec les linges, mais roulé à part dans un endroit." Quand Pierre et l’autre disciple sont partis pour se rendre au tombeau, leur vie est orientée vers la vie du Christ Jésus. Pierre entre dans le tombeau, puis le disciple bien-aimé y pénètre à son tour. Ils entrent dans le tombeau et ils en ressortent. Le tombeau vide de Jésus est plein à nouveau, il ne désemplira pas. Pierre et l’autre disciple viennent d’accomplir un geste qu’une parole va bientôt accompagner : l’annonce du Christ mort et ressuscité. C’est par la foi que nous allons annoncer le passage de la mort à la vie. Le disciple bien-aimé « voit et croit », Pierre sera abordé par Jésus, plus tard : « Pierre, m’aimes-tu ? » Pour nous, l’essentiel est de faire le geste de passer de la mort à la vie avec Celui qui était mort et qui maintenant est le Vivant. L’évangile nous enseigne en ce jour de résurrection à ne plus penser nos tombeaux en termes d’absence et de vide, mais bien en termes de présence et de plénitude.

Alors entra aussi l’autre disciple, arrivé le premier au tombeau. Il vit et il crut.

En effet, ils ne savaient pas encore que, d’après l’Écriture, il devait ressusciter d’entre les morts." Deux hommes, Pierre et Jean sont entrés et sortis du tombeau de Jésus en ce matin de la Résurrection. Comme cela arrive souvent pour nous aussi, avec la Parole vivante de Dieu, nous accomplissons quelque chose que nous ne comprenons pas tout de suite, mais plus tard. Pierre et Jean comprendront l’immensité de ce qu’ils ont vécu. Pierre n’est pas encore revenu de son reniement, et il court avec Jean. Pierre et Jean courent « ensemble » pour se rendre au tombeau, ils confirment que le tombeau est vide. Jean, qui a reçu Marie comprend maintenant la Parole de Jésus, il croit que le Christ Jésus est ressuscité. Jean « vit » le tombeau vide, il se passe en lui quelque chose de surprenant qui précise tout ce qu’il a vécu dans ces jours. Dans la nuit de la foi, il est éclairé : « Il vit, et il crut. » Déjà, il croit en Jésus qui le ressuscite avec Lui. En un instant, l’obscurité s’est transformée en lumière, et le vide en vérité : « Il fallait que Jésus ressuscite d’entre les morts. » Nous demandons une grâce de lumière pour nous et pour tous ceux qui cherchent la vérité. L’Église refait intérieurement le même parcours chaque année, tout fragilement, se laissant guider par la Parole de Dieu. Elle porte en elle les trésors de la vie éternelle, de la Résurrection de Jésus. Pour Marie, la mère de Jésus, la résurrection est tout intérieure. Dans la nuit de la foi, chacun peut se réchauffer auprès de Jésus ressuscité ! Ce bonheur se donne en Église rassemblée pour implorer l’amour immense de Dieu.

Citation :
Nous demandons la grâce d’être renouvelés au matin de Pâques, pour avancer joyeux vers Jésus ressuscité.

Père Gilbert Adam
Homélies et Le Pauvre qui guérit




Saint Épiphane de Salamine (? - 403), Évêque
Homélie 3 pour la Résurrection (attribuée) ; PG 43, 465 (trad. Bouchet, Lectionnaire, p.195 et Brésard, 2000 ans A, p.124)


« Voici le jour que le Seigneur a fait, jour de fête et de joie » (Ps 117,24)

Le Soleil de justice (Ma 3,20), disparu depuis trois jours, se lève aujourd'hui et illumine toute la création. Christ au tombeau depuis trois jours et existant avant les siècles ! Il pousse comme une vigne et remplit de joie toute la terre habitée. Fixons nos yeux sur le lever d'un soleil qui ne connaîtra pas de déclin ; devançons le jour et soyons remplis de la joie de cette lumière !

Les portes des enfers sont brisées par le Christ, les morts se dressent comme d'un sommeil. Le Christ se lève, lui la résurrection des morts, et il vient réveiller Adam. Le Christ, résurrection de tous les morts, se lève et vient délivrer Ève de la malédiction. Le Christ se lève, lui la résurrection, et il a transfiguré dans sa beauté ce qui était sans beauté ni éclat (Is 53,2). Comme un dormeur, le Seigneur s'est éveillé et a déjoué toutes les ruses de l'ennemi. Il est ressuscité et il donne la joie à toute la création ; il est ressuscité et la prison de l'enfer a été vidée ; il est ressuscité et il a transformé le corruptible en incorruptible (1Co 15,53). Le Christ ressuscité a établi Adam dans l'incorruptibilité, sa dignité première.

Dans le Christ, l'Église devient aujourd'hui un ciel nouveau (Ap 21,1), un ciel plus beau à contempler que le soleil visible. Le soleil que nous voyons tous les jours ne peut se mesurer avec ce Soleil-là ; tel un serviteur pénétré de respect, il s'est éclipsé devant lui quand il l'a vu pendu à la croix (Mt 27,45). C'est de ce Soleil que le prophète dit : « Le Seigneur, Soleil de justice, s'est levé pour ceux qui le craignent » (Ma 3,20)... Par lui, le Christ, Soleil de justice, l'Église devient un ciel resplendissant de quantité d'étoiles, jaillies de la piscine baptismale dans leur lumière neuve. « Voici le jour que le Seigneur a fait ; exultons de joie en esprit et réjouissons-nous en lui » (Ps 117,24), pleins d'une allégresse divine.
 

  
 Evangelizo.org





















Quand je dis Dieu c'est un poème, c'est une étoile dans ma vie, 
du feu qui coule dans mes veines, un grand soleil pour aujourd'hui !




Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Donne-nous notre Pain de ce jour (Vie) : Parole de DIEU   Dim 27 Mar 2016 - 19:29

Bonsoir Lumen,

Bonsoir à toutes et à tous,




Lundi 28 Mars 2016

Lundi dans l’Octave de Pâques
Solennité du SEIGNEUR

(Couleur liturgique : Blanc )
Année C





(Première lecture)
Livre des Actes des Apôtres 2 : 14, 22b à 33


« Ce JÉSUS, DIEU L’a ressuscité ; nous tous, nous en sommes témoins »

Le jour de la Pentecôte,
Pierre, debout avec les onze autres Apôtres,
éleva la voix et leur fit cette déclaration :
« Vous, Juifs,
et vous tous qui résidez à Jérusalem,
sachez bien ceci,
prêtez l’oreille à mes paroles.
Il s’agit de JÉSUS le Nazaréen,
Homme que DIEU a accrédité auprès de vous
en accomplissant par LUI des MIRACLES, des PRODIGES
et des SIGNES au milieu de vous,
comme vous le savez vous-mêmes.
Cet Homme, livré selon le DESSEIN BIEN ARRÊTÉ et la PRESCIENCE DE DIEU,
vous L’avez supprimé
en LE clouant sur le bois par la main des impies.
Mais DIEU L’a ressuscité
en LE délivrant des douleurs de la mort,
car il n’était pas possible qu’elle LE retienne en son pouvoir.
En effet, c’est de LUI que parle David dans le Psaume :
Je voyais le SEIGNEUR devant Moi sans relâche :
IL est à Ma Droite, Je suis inébranlable.
C’est pourquoi Mon COEUR est en Fête,
et Ma LANGUE exulte de Joie ;
Ma CHAIR elle-même reposera dans l’espérance :
TU ne peux M’abandonner au séjour des morts
ni laisser Ton FIDÈLE voir la corruption.
TU M’as appris des CHEMINS DE VIE,
TU Me rempliras d’ALLÉGRESSE par TA PRÉSENCE.

Frères, il est permis de vous dire avec assurance,
au sujet du patriarche David,
qu’il est mort, qu’il a été enseveli,
et que son tombeau est encore aujourd’hui chez nous.
Comme il était Prophète, il savait que DIEU lui avait juré
de faire asseoir sur son trône un Homme issu de lui.
Il a vu d’avance la RÉSURRECTION du CHRIST,
dont il a parlé ainsi :
IL n’a pas été abandonné à la mort,
et Sa CHAIR n’a pas vu la corruption.

Ce JÉSUS, DIEU L’a ressuscité ;
nous tous, nous en sommes Témoins.
Élevé par la DROITE de DIEU,
IL a reçu du PÈRE l’ESPRIT SAINT qui était promis,
et IL L’a répandu sur nous,
ainsi que vous LE voyez et L’entendez. »


– PAROLE du SEIGNEUR.



Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris







Joie d’un homme que DIEU a délivré de la mort

Poème appartenant au recueil de David.

[Psaume 15 (16), entièrement]



Psaume 15 (16) : 1 et 2a et 5, 7 et 8, 9 et 10, 2ab et 11

R/ Garde- Moi, Mon DIEU :
J’ai fait de TOI Mon REFUGE.


Garde-moi, mon DIEU : j'ai fait de TOI mon Refuge.
J'ai dit au SEIGNEUR : « Tu es mon DIEU !
SEIGNEUR, mon Partage et ma Coupe :
de TOI dépend mon Sort. »
R/

Je bénis le SEIGNEUR qui me Conseille :
même la nuit mon cœur m'avertit.
Je garde le SEIGNEUR devant moi sans relâche ;
IL est à ma Droite : je suis inébranlable.
R/

Mon cœur exulte, mon âme est en fête,
ma chair elle-même repose en confiance :
TU ne peux m'abandonner à la mort
ni laisser Ton Ami voir la corruption.
R/

TU m'apprends le Chemin de la VIE :
devant Ta FACE, débordement de Joie !
À Ta Droite, éternité de délices !
R/

Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris






Évangile de JÉSUS-CHRIST selon Saint Matthieu 28 : 8 à 15

Acclamation de l’Évangile :
Alléluia. Alléluia.
Voici le jour que fit le SEIGNEUR,
qu’IL soit pour nous jour de FÊTE et de JOIE !
Alléluia.

(Ps 117, 24)




« Allez annoncer à Mes Frères qu’ils doivent se rendre en Galilée : c’est là qu’ils Me verront »

En ce temps-là,
quand les femmes eurent entendu les Paroles de l’Ange,
vite, elles quittèrent le Tombeau,
remplies à la fois de crainte et d’une grande joie,
et elles coururent porter la nouvelle à Ses Disciples.
Et voici que JÉSUS vint à leur rencontre
et leur dit :
« Je vous salue. »
Elles s’approchèrent, LUI saisirent les PIEDS
et se prosternèrent devant LUI.
Alors JÉSUS leur dit :
« Soyez sans crainte,
allez annoncer à Mes Frères
qu’ils doivent se rendre en Galilée :
c’est là qu’ils Me verront. »
Tandis qu’elles étaient en chemin,
quelques-uns des gardes allèrent en ville
annoncer aux grands prêtres tout ce qui s’était passé.
Ceux-ci, après s’être réunis avec les anciens
et avoir tenu conseil,
donnèrent aux soldats une forte somme
en disant :
« Voici ce que vous direz :
“Ses Disciples sont venus voler le CORPS,
la nuit pendant que nous dormions.”
Et si tout cela vient aux oreilles du gouverneur,
nous lui expliquerons la chose,
et nous vous éviterons tout ennui. »
Les soldats prirent l’argent et suivirent les instructions.
Et cette explication s’est propagée chez les Juifs
jusqu’à aujourd’hui.


– Acclamons la PAROLE de DIEU.



Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris











Textes du jour, lu sur :
Les services de la liturgie Catholique

http://www.aelf.org/office-messe?date_my=28/03/2016


Liens :
http://www.aelf.org/office-messe
http://services.liturgiecatholique.fr/






Amicalement, fraternellement
Nicolas

Revenir en haut Aller en bas
Lumen
Admin
avatar

Messages : 4231
Date d'inscription : 18/10/2014
Localisation : France

MessageSujet: Re: Donne-nous notre Pain de ce jour (Vie) : Parole de DIEU   Lun 28 Mar 2016 - 14:25

Bonjour à vous tous, amis qui aimez la Parole de Vie, goûtez et voyez comme est bon le Seigneur !
Bonjour Nicolas, Merci !



Homélie :

"Quittant vite le tombeau, tout émues et pleines de joie, elles coururent porter la nouvelle à ses disciples."

Et voici que Jésus vint à leur rencontre : « Je vous salue, » dit-il. Et elles de s’approcher et d’étreindre ses pieds en se prosternant devant lui. Alors Jésus leur dit : « Ne craignez point ; allez annoncer à mes frères qu’ils doivent partir pour la Galilée, et là ils me verront. » Jésus est le même, et pour nous commence une nouvelle manière de nous être présent, dans notre quotidien, là où se vivent nos rencontres avec lui. La joie de la résurrection fait de ces femmes qui sont allées au tombeau, de courageuses messagères, elles sont « toutes joyeuses » dans leur cœur, à cause du fait que Jésus est ressuscité. Elles coururent porter la nouvelle aux disciples, et voici que Jésus vint à leur rencontre, c’est ainsi que Jésus les remercie. Jésus, par sa Résurrection, s’est uni à chacun de nous, il a réveillé le cœur de ces femmes qui cheminent ensemble, elles sont maintenant chargées d’annoncer la Résurrection aux Apôtres. Comme elles, l’Église, aujourd’hui encore, se prosterne devant son Seigneur et Jésus lui donne toujours d’annoncer la bonne nouvelle de sa Résurrection. Jésus révèle ainsi son grand désir d’être annoncé au monde pour l’attirer à lui et le sauver. Le désir de l’épouse correspond au désir l’Epoux, le mystère de l’amour divin pourra se réaliser : « Mon âme a soif de Dieu, ma chair te désire sans cesse, disait le psalmiste. »

Tandis qu’elles s’en allaient, voici que quelques hommes de la garde vinrent en ville rapporter aux grands prêtres tout ce qui s’était passé.

Ceux-ci tinrent une réunion avec les anciens et, après avoir délibéré, ils donnèrent aux soldats une forte somme d’argent, avec cette consigne : « Vous direz ceci : « Ses disciples sont venus de nuit et l’ont dérobé tandis que nous dormions." Dans la trahison de Judas, l’argent et le mensonge étaient à l’œuvre pour la condamnation de Jésus. C’est encore avec de l’argent que le menteur fera son l’œuvre pour masquer la Résurrection. Malgré l’opposition que devra subir l’Eglise, le Christ ressuscité sera annoncé a toutes les générations. Quelqu’un a essuyé toutes larmes de nos yeux, il est venu nous montrer son imprenable bonté, signe de la beauté de Dieu. Nous sommes là, pour communiquer en Jésus, la beauté « en personne ». Les réactions des femmes, en présence de Jésus, expriment l’attitude la plus profonde de l’être humain devant Dieu, l’adoration. Leurs vies était brisée par la crucifixion de Jésus, leur Maitre se donne à elle dans cet envoi en mission : « Allez dire à mes frères, vous me verrez en Galilée. » Le désir de ces femmes a provoqué la rencontre avec Jésus le Sauveur qui fait d’elles des missionnaires. Le mystère de l’Église continue l’œuvre de Jésus, et l’Église vivra le même combat que celui du Christ.

"Les grands prêtres dirent que si l’affaire vient aux oreilles du gouverneur, ils se chargent de l’amadouer et de leur épargner tout ennui."

Les soldats, ayant pris l’argent, exécutèrent la consigne, et cette histoire s’est colportée parmi les Juifs jusqu’à ce jour." Le regard de Jésus sur nous ne porte pas sur nos trahisons, nos méconnaissances de son nom, mais sur nos souffrances de nous voir mener une vie si douloureuse. Il est frappant de voir à quel point Jésus dans les Evangiles apporte la guérison, il nous sort du mensonge et nous montre ce qui est bien pour vivre ensemble, en Lui. Pâques nous oblige à aller dehors et à nous saluer comme des ressuscités, c’est le matin de Dieu au cœur des autres. Ces femmes vont vers les disciples et c’est Jésus qui surgit pour elles, apparition toute humble et toute personnelle. La Parole vivante et vivifiante de Dieu est à l’œuvre, et nous avons besoin de l’amour de l’Esprit Saint pour entrer dans le mystère de la résurrection de Jésus. C’est au jour de la Pentecôte, que Pierre annoncera avec force le mystère de la Résurrection, pour l’humanité qui aspire de toutes ses forces au Don de Dieu. Aujourd’hui le mystère de la Résurrection est annoncé par les femmes aux disciples afin qu’ils puissent voir Jésus. C’est encore notre tâche quotidienne et notre mission divine depuis notre baptême : annoncer le Christ partout.

Citation :
Nous demandons à Dieu la grâce de travailler à l’annonce de la Bonne Nouvelle.

Père Gilbert Adam
Homélies et Le Pauvre qui guérit




Saint Jean Chrysostome (v. 345-407), Prêtre à Antioche puis Évêque de Constantinople, Docteur de l'Église
Homélie sur le Grand Samedi, 10-12 (attrib.) ; PG 88, 1860-1866 (trad. Delhougne, Les Pères commentent, p. 55)


« Jésus vint à leur rencontre et leur dit : Je vous salue ; réjouissez-vous »

« Venez voir l'endroit où reposait le Seigneur » (Mt 28,6)...    Venez voir l'endroit où a été rédigé l'acte garantissant votre résurrection. Venez voir l'endroit où la mort a été ensevelie. Venez voir l'endroit où un corps, grain non semé par l'homme, a produit une multitude d'épis pour l'immortalité... « Allez annoncer à mes frères qu'ils doivent se rendre en Galilée : c'est là qu'ils me verront. Annoncez à mes disciples les mystères que vous avez contemplés. »

Voilà ce que le Seigneur a dit aux femmes. Et maintenant encore, au bord de la piscine baptismale, il se tient invisible auprès des croyants, il embrasse les nouveaux baptisés comme des amis et des frères... Il remplit leurs cœurs et leurs âmes d'allégresse et de joie. Il lave leurs souillures dans les fontaines de sa grâce. Il oint du parfum de l'Esprit ceux qui ont été régénérés. Le Seigneur devient celui qui les nourrit et il devient leur nourriture. Il procure à ses serviteurs leur part de nourriture spirituelle. Il dit à tous les fidèles : « Prenez, mangez le pain du ciel, recevez la source qui jaillit de mon côté, celle où l'on puise toujours sans que jamais elle se tarisse. Vous qui avez faim, rassasiez-vous ; vous qui avez soif, enivrez-vous d'un vin sobre et salutaire. »
 

  
 Evangelizo.org



















Quand je dis Dieu c'est un poème, c'est une étoile dans ma vie, 
du feu qui coule dans mes veines, un grand soleil pour aujourd'hui !


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Donne-nous notre Pain de ce jour (Vie) : Parole de DIEU   Lun 28 Mar 2016 - 19:02

Bonsoir Lumen,

Bonsoir à toutes et à tous,




Mardi 29 Mars 2016

Mardi dans l’Octave de Pâques
Solennité du SEIGNEUR

(Couleur liturgique : Blanc )
Année C





(Première lecture)
Livre des Actes des Apôtres 2 : 36 à 41


« Convertissez-vous, et que chacun de vous soit baptisé au NOM de JÉSUS CHRIST »

Le jour de la Pentecôte, Pierre disait à la foule :
« Que toute la maison d’Israël le sache donc avec certitude :
DIEU L’a fait SEIGNEUR et CHRIST,
ce JÉSUS que vous aviez crucifié. »
Les auditeurs furent touchés au cœur ;
ils dirent à Pierre et aux autres Apôtres :
« Frères, que devons-nous faire ? »
Pierre leur répondit :
« Convertissez-vous,
et que chacun de vous soit baptisé au NOM de JÉSUS CHRIST
pour le pardon de ses péchés ;
vous recevrez alors le DON du SAINT-ESPRIT.
Car la PROMESSE est pour vous,
pour vos enfants
et pour tous ceux qui sont loin,
aussi nombreux que le SEIGNEUR notre DIEU les appellera. »
Par bien d’autres Paroles encore,
Pierre les adjurait et les exhortait en disant :
« Détournez-vous de cette génération tortueuse,
et vous serez sauvés. »

Alors, ceux qui avaient accueilli la Parole de Pierre
furent baptisés.
Ce jour- là, environ trois mille personnes
se joignirent à eux.


– PAROLE du SEIGNEUR.



Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris







Louange au DIEU CRÉATEUR et SAUVEUR

[Psaume 32 (33), entièrement]



Psaume 32 (33) : 4 et 5, 18 et 19, 20 et 22

R/ Toute la Terre, SEIGNEUR, est remplie de Ton Amour.

Oui, Elle est Droite, la Parole du SEIGNEUR ;
IL est FIDÈLE en tout ce qu'IL fait.
IL aime le Bon Droit et la Justice ;
la Terre est remplie de Son AMOUR.
R/

DIEU veille sur ceux qui LE craignent,
qui mettent leur espoir en Son AMOUR,
pour les délivrer de la mort,
les garder en vie aux jours de famine.
R/

Nous attendons notre Vie du SEIGNEUR :
IL est pour nous un APPUI, un BOUCLIER.
Que Ton AMOUR, SEIGNEUR, soit sur nous
comme notre espoir est en TOI !
R/

Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris





Évangile de JÉSUS-CHRIST selon Saint Jean 20 : 11 à 18

Acclamation de l’Évangile :
Alléluia. Alléluia.
Voici le jour que fit le SEIGNEUR,
qu’IL soit pour nous jour de FÊTE et de JOIE !
Alléluia.

(Ps 117, 24)




« “J’ai vu le SEIGNEUR !”, et elle raconta ce qu’IL lui avait dit »

En ce temps- là,
Marie Madeleine se tenait près du Tombeau,
au-dehors, tout en pleurs.
Et en pleurant,
elle se pencha vers le Tombeau.
Elle aperçoit Deux Anges vêtus de blanc,
assis l’un à la tête et l’autre aux pieds,
à l’endroit où avait reposé le CORPS de JÉSUS.
Ils lui demandent :
« Femme, pourquoi pleures-tu ? »
Elle leur répond :
« On a enlevé mon SEIGNEUR,
et je ne sais pas où on L’a déposé. »
Ayant dit cela, elle se retourna ;
elle aperçoit JÉSUS qui se tenait là,
mais elle ne savait pas que c’était JÉSUS.
JÉSUS lui dit :
« Femme, pourquoi pleures-tu ?
Qui cherches-tu ? »
Le prenant pour le jardinier, elle LUI répond :
« Si c’est TOI qui L’as emporté,
dis-Moi où TU L’as déposé,
et Moi, j’irai LE prendre. »
JÉSUS lui dit alors :
« Marie ! »
S’étant retournée, elle LUI dit en hébreu :
« RABBOUNI ! »,
c’est-à-dire : MAÎTRE.
JÉSUS reprend :
« Ne Me retiens pas,
car Je ne suis pas encore monté vers le PÈRE.
Va trouver Mes Frères pour leur dire
que Je monte vers Mon PÈRE et Votre PÈRE,
vers Mon DIEU et Votre DIEU. »
Marie Madeleine s’en va donc annoncer aux Disciples :
« J’ai vu le SEIGNEUR ! »,
et elle raconta ce qu’IL lui avait dit.


– Acclamons la PAROLE de DIEU.



Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris










Textes du jour, lu sur :
Les services de la liturgie Catholique

http://www.aelf.org/office-messe?date_my=29/03/2016


Liens :
http://www.aelf.org/office-messe
http://services.liturgiecatholique.fr/






Amicalement, fraternellement
Nicolas

Revenir en haut Aller en bas
Lumen
Admin
avatar

Messages : 4231
Date d'inscription : 18/10/2014
Localisation : France

MessageSujet: Re: Donne-nous notre Pain de ce jour (Vie) : Parole de DIEU   Mar 29 Mar 2016 - 14:16

Bonjour à vous tous, amis qui aimez la Parole de Vie, goûtez et voyez comme est bon le Seigneur !
Bonjour Nicolas, Merci !



Homélie :

"Marie se tenait près du tombeau, au-dehors, tout en pleurs.

Or, tout en pleurant, elle se pencha vers l’intérieur du tombeau et elle voit deux anges, en vêtements blancs, assis là où avait reposé le corps de Jésus, l’un à la tête et l’autre aux pieds. Jésus, au lendemain de Pâques, s’adresse à Marie Madeleine qui essaye d’entrer en relation avec lui. Après le départ de Pierre et de Jean, demeure dans son cœur le drame de la Passion, elle demeure au tombeau pour retrouver le corps mort de Jésus ! Or ce sont des anges qui lui apparaissent ! Jésus, dans un premier temps, s’adresse à Madeleine, en se plaçant au niveau de sa foi : Il lui demande : « Femme, pourquoi pleures-tu ? » Avec des yeux myopes, elle lui répond comme à quelqu’un qui s’intéresse à son désarroi. Ce temps est nécessaire pour entrer dans le mystère de l’humanité ressuscitée de Jésus qui continue à cheminer au milieu des nous. Le nouvel amour apporté par Jésus fait son chemin et il va s’étayer solidement en elle. Dieu veut sauver ses enfants avec leur aide et par leur amour les uns envers les autres. C’est en nous aimant et en nous entraidant que nous sommes délivrés du mal, que nous sommes protégés de la souffrance, car toute souffrance vient d’un manque d’amour. Nous voulons que la volonté de Dieu soit faite dans ce nouvel amour qui se réalise en nous dans un grand désir, dans la nuit de la foi ! Nous interpellons Jésus dans la prière, sa Parole nous aide à le rechercher, Il est là et il nous appelle aussi par notre nom et nous le célébrons ! La bonne nouvelle nous transporte dans le domaine de la foi dans le Ressuscité.

"Ayant dit cela, Marie-Madeleine se retourna, et elle voit Jésus qui se tenait là, mais elle ne savait pas que c’était Jésus.

Jésus lui dit : « Femme, pourquoi pleures-tu ? Qui cherches-tu ? » Le prenant pour le jardinier, elle lui dit : « Seigneur, si c’est toi qui l’as emporté, dis-moi où tu l’as mis, et je l’enlèverai. » Jésus lui dit : « Marie ! » Se retournant, elle lui dit en hébreu : « Rabbouni ! » ce qui veut dire : « Maître. » Jésus, l’appelle par son nom : « Marie ! ». Elle est frappée au point d’entrer dans la résurrection et la vie, en Jésus Lui-même, le Ressuscité, le Vivant pour toujours. Et voici Madeleine croyante et apôtre qui « s’en va annoncer aux disciples : ’J’ai vu le Seigneur, et voilà ce qu’il m’a dit’ ». C’est dans le grand désir de son cœur, de sa prière fervente que lui est adressé le cri d’amour : Marie ! Elle est ainsi appelée par son nom, elle est reconnue. Crucifié une fois pour toutes, Jésus remet Marie-Madeleine debout à jamais, la Résurrection de Jésus lui fait vivre le mystère de sa propre résurrection. Elle ressuscite avec lui, à la fois c’est fait, et pourtant, c’est encore à venir. A la suite de Marie-Madeleine, l’Église accueille la Résurrection de Jésus à travers la Parole de Dieu, l’expérience des mystères du Christ qui donnent la vie. Nous entrons alors dans une tension vivante et vivifiante dans l’Amour de Dieu et l’Amour des frères : « Va trouver mes frères. »

Jésus lui dit : « Ne me touche pas, car je ne suis pas encore monté vers le Père. Mais va trouver mes frères et dis-leur : je monte vers mon Père et votre Père, vers mon Dieu et votre Dieu. »

Marie de Magdala vient annoncer aux disciples qu’elle a vu le Seigneur et qu’il lui a dit cela." La tentation de retenir Dieu est constante chez nous, nous le retenons quand nous aimons qu’il se conforme à l’idée que nous avons de lui. Notre Dieu est Sauveur, il est Père, un Dieu d’Amour qui nous apporte le bonheur, il vient au secours de tous nos besoins. Jésus, par sa Résurrection nous délivre de tout mal, il nous protège de toute souffrance et il exauce nos désirs. Nous laissons Jésus aller vers son Père qui est aussi notre Père, il nous envoie son Esprit qui nous éclaire de l’intérieur et nous fait comprendre le plan de salut que Dieu a établi avec amour pour ses enfants. Marie de Magdala devient l’apôtre des Apôtres leur annonçant la Bonne Nouvelle de la résurrection de Jésus. La foi en Jésus ressuscité est en elle, elle l’a vu, et elle annonce les merveilles de Dieu. Nos vies sont bouleversées et sont en profonde transformation de Résurrection jusqu’à ce que Jésus revienne. Chaque année nous revivons le cœur de notre foi, dans la liturgie eucharistique : La venue de Jésus dans la chair, sa passion, sa résurrection, son ascension et l’attente de sa venue dans la gloire. Après avoir contemplé Jésus dans le don de soi, dans sa Parole, nourris de son Corps et de son Sang, abreuvés par l’Esprit Saint, c’est dans notre vie qu’il se manifeste.

Citation :
Nous demandons à Jésus la grâce d’être vraiment ressuscités, d’être transformés en Pierre vivante au milieu des hommes.

Père Gilbert Adam
Homélies et Le Pauvre qui guérit




Saint Ambroise (v. 340-397), Évêque de Milan et Docteur de l'Église
Sur la virginité, 17-21(trad. Solesmes 1980 p. 167 rev.)


« Avez-vous vu celui que mon cœur aime ? » (Ct 3,3)

« Pourquoi pleures-tu ? » C'est toi qui es cause de tes larmes, toi qui te fais pleurer... Tu pleures parce que tu ne crois pas au Christ : crois et tu le verras. Le Christ est là, il ne fait jamais défaut à ceux qui le cherchent. « Pourquoi pleures-tu ? » Ce n'est pas les larmes qu'il faut, mais une foi alerte et digne de Dieu. Ne pense pas aux choses mortelles et tu ne pleureras pas... Pourquoi pleurer ce qui réjouit les autres ?

           « Qui cherches-tu ? » Ne vois-tu pas que le Christ est la force de Dieu, que le Christ est la sagesse de Dieu, que le Christ est sainteté, que le Christ est chasteté, que le Christ est pureté, que le Christ est né d'une vierge, que le Christ est du Père et auprès du Père et dans le Père toujours ; né et pourtant non pas crée, non pas déchu, toujours aimé, vrai Dieu de vrai Dieu ? « On a enlevé le Seigneur du tombeau et je ne sais où on l'a mis. » Tu te trompes, femme ; tu penses que le Christ a été enlevé du tombeau par d'autres et non pas ressuscité par sa propre puissance. Mais personne n'enlève la puissance de Dieu, personne n'enlève la sagesse de Dieu, personne n'enlève la vénérable chasteté. Le Christ n'est pas enlevé du tombeau du juste ni de l'intime de la vierge et du secret de son âme fidèle ; et même s'il en est qui veulent le ravir, ils ne peuvent l'enlever.

          Alors le Seigneur lui dit : « Marie, regarde-moi ». Tant qu'elle ne croit pas, c'est « une femme » ; quand elle commence à se tourner vers lui elle est appelée Marie. Elle reçoit le nom de celle qui a enfanté le Christ ; car c'est l'âme qui enfante spirituellement le Christ. « Regarde-moi », dit-il. Qui regarde le Christ se corrige ; on s'égare quand on ne voit pas le Christ. Aussi, se retournant, elle le voit et dit : « Rabbi, ce qui veut dire Maître ». Qui regarde se tourne ; qui se tourne saisit plus complètement ; qui voit progresse. Aussi appelle-t-elle Maître celui qu'elle croyait mort ; elle a trouvé celui qu'elle croyait perdu.
 

  
 Evangelizo.org

















Quand je dis Dieu c'est un poème, c'est une étoile dans ma vie, 
du feu qui coule dans mes veines, un grand soleil pour aujourd'hui !



Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Donne-nous notre Pain de ce jour (Vie) : Parole de DIEU   Mar 29 Mar 2016 - 19:19

Bonsoir Lumen,

Bonsoir à toutes et à tous,




Mercredi 30 Mars 2016

Mercredi dans l’Octave de Pâques
Solennité du SEIGNEUR

(Couleur liturgique : Blanc )
Année C





(Première lecture)
Livre des Actes des Apôtres 3 : 1 à 10


« Ce que j’ai, je te le donne : au NOM de JÉSUS, lève-toi et marche »

En ces jours-là,
Pierre et Jean montaient au Temple
pour la prière de l’après-midi, à la neuvième heure.
On y amenait alors un homme, infirme de naissance,
que l’on installait chaque jour à la porte du Temple,
appelée la « Belle-Porte »,
pour qu’il demande l’aumône à ceux qui entraient.
Voyant Pierre et Jean qui allaient entrer dans le Temple,
il leur demanda l’aumône.
Alors Pierre, ainsi que Jean, fixa les yeux sur lui,
et il dit :
« Regarde-nous ! »
L’homme les observait,
s’attendant à recevoir quelque chose de leur part.
Pierre déclara :
« De l’argent et de l’or, je n’en ai pas ;
mais ce que j’ai, je te le donne :
au NOM de JÉSUS CHRIST le Nazaréen,
lève-toi et marche. »
Alors, le prenant par la main droite,
il le releva
et, à l’instant même,
ses pieds et ses chevilles s’affermirent.
D’un bond, il fut debout
et il marchait.
Entrant avec eux dans le Temple,
il marchait, bondissait, et louait DIEU.
Et tout le peuple le vit marcher et louer DIEU.
On le reconnaissait :
c’est bien lui qui était assis à la « Belle-Porte » du Temple
pour demander l’aumône.
Et les gens étaient frappés de stupeur et désorientés
devant ce qui lui était arrivé.


– PAROLE du SEIGNEUR.



Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris







Histoire de la Fidélité de DIEU

[Psaume 104 (105), entièrement]



Psaume 104 (105) : 1 et 2, 3 et 4, 6 et 7, 8 et 9

R/ Joie pour les cœurs qui cherchent DIEU.

Rendez Grâce au SEIGNEUR, proclamez Son NOM,
annoncez parmi les peuples Ses HAUTS FAITS ;
chantez et jouez pour LUI,
redites sans fin Ses MERVEILLES.
R/

Glorifiez-vous de Son NOM TRÈS SAINT :
joie pour les cœurs qui cherchent DIEU !
Cherchez le SEIGNEUR et Sa PUISSANCE,
recherchez sans trêve Sa FACE.
R/

Vous, la race d'Abraham Son Serviteur,
les fils de Jacob, qu'IL a choisis.
Le SEIGNEUR, c'est LUI notre DIEU :
Ses JUGEMENTS font LOI pour l'Univers.
R/

IL s'est toujours souvenu de Son ALLIANCE,
Parole édictée pour mille générations :
promesse faite à Abraham,
garantie par serment à Isaac.
R/

Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris






Évangile de JÉSUS-CHRIST selon Saint Luc 24 : 13 à 35

Acclamation de l’Évangile :
Alléluia. Alléluia.
Voici le jour que fit le SEIGNEUR,
qu’IL soit pour nous jour de FÊTE et de JOIE !
Alléluia.

(Ps 117, 24)




IL se fit reconnaître par eux à la Fraction du Pain

Le même jour (c’est-à-dire le premier jour de la semaine),
deux Disciples faisaient route
vers un village appelé Emmaüs,
à deux heures de marche de Jérusalem,
et ils parlaient entre eux de tout ce qui s’était passé.

Or, tandis qu’ils s’entretenaient et s’interrogeaient,
JÉSUS LUI-MÊME s’approcha,
et IL marchait avec eux.
Mais leurs yeux étaient empêchés de LE reconnaître.
JÉSUS leur dit :
« De quoi discutez-vous en marchant ? »
Alors, ils s’arrêtèrent, tout tristes.
L’un des deux, nommé Cléophas, LUI répondit :
« TU es bien le seul étranger résidant à Jérusalem
qui ignore les événements de ces jours-ci. »
IL leur dit :
« Quels ÉVÉNEMENTS ? »
Ils LUI répondirent :
« Ce qui est arrivé à JÉSUS de Nazareth,
Cet Homme qui était un Prophète
PUISSANT par Ses ACTES et Ses PAROLES
DEVANT DIEU et devant tout le peuple :
comment les grands prêtres et nos chefs L’ont livré,
ils L’ont fait condamner à mort et ils L’ont crucifié.
Nous, nous espérions que c’était LUI qui allait délivrer Israël.
Mais avec tout cela,
voici déjà le troisième jour qui passe depuis que c’est arrivé.
À vrai dire, des femmes de notre groupe
nous ont remplis de stupeur.
Quand, dès l’aurore, elles sont allées au Tombeau,
elles n’ont pas trouvé Son CORPS ;
elles sont venues nous dire
qu’elles avaient même eu une vision :
des Anges, qui disaient qu’IL est VIVANT.
Quelques-uns de nos compagnons sont allés au Tombeau,
et ils ont trouvé les choses comme les femmes l’avaient dit ;
mais LUI, ils ne L’ont pas vu. »
IL leur dit alors :
« Esprits sans intelligence !
Comme votre cœur est lent à croire
tout ce que les Prophètes ont dit !
Ne fallait-il pas que le CHRIST
souffrît cela pour entrer dans Sa GLOIRE ? »
Et, partant de Moïse et de tous les Prophètes,
IL leur interpréta, dans toute l’Écriture,
ce qui LE concernait.

Quand ils approchèrent du village où ils se rendaient,
JÉSUS fit semblant d’aller plus loin.
Mais ils s’efforcèrent de LE retenir :
« Reste avec nous,
car le soir approche et déjà le jour baisse. »
IL entra donc pour rester avec eux.

Quand IL fut à table avec eux,
ayant pris le Pain,
IL prononça la BÉNÉDICTION
et, L’ayant rompu, IL le leur donna.
Alors leurs yeux s’ouvrirent, et ils LE reconnurent,
mais IL disparut à leurs regards.
Ils se dirent l’un à l’autre :
« Notre cœur n’était-il pas brûlant en nous,
tandis qu’IL nous parlait sur la route
et nous ouvrait les Écritures ? »
À l’instant même, ils se levèrent et retournèrent à Jérusalem.
Ils y trouvèrent réunis les onze Apôtres et leurs compagnons,
qui leur dirent :
« Le SEIGNEUR est RÉELLEMENT RESSUSCITÉ :
IL est apparu à Simon-Pierre. »
À leur tour, ils racontaient ce qui s’était passé sur la route,
et comment le SEIGNEUR s’était fait reconnaître par eux
à la Fraction du Pain.


– Acclamons la PAROLE de DIEU.



Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris










Textes du jour, lu sur :
Les services de la liturgie Catholique

http://www.aelf.org/office-messe?date_my=30/03/2016


Liens :
http://www.aelf.org/office-messe
http://services.liturgiecatholique.fr/






Amicalement, fraternellement
Nicolas

Revenir en haut Aller en bas
Lumen
Admin
avatar

Messages : 4231
Date d'inscription : 18/10/2014
Localisation : France

MessageSujet: Re: Donne-nous notre Pain de ce jour (Vie) : Parole de DIEU   Mer 30 Mar 2016 - 10:35

Bonjour à vous tous, amis qui aimez la Parole de Vie, goûtez et voyez comme est bon le Seigneur !
Bonjour Nicolas, Merci !



Homélie :

"Et voici que, ce même jour, deux d’entre eux faisaient route vers un village du nom d’Emmaüs, distant de Jérusalem de soixante stades, et ils conversaient entre eux de tout ce qui était arrivé.

Et il advint, comme ils conversaient et discutaient ensemble, que Jésus en personne s’approcha, et il faisait route avec eux ; mais leurs yeux étaient empêchés de le reconnaître." La démarche de reconnaissance de Jésus s’offre à nous par la force de l’Esprit qui travaille toute chair. Les diverses expériences de nos vies peuvent être racontées, elles sont d’espoir, de réussite, d’échec, d’abandon et de nouveauté, une nouvelle forme d’intelligence va leur être proposée, les relier, leur donner sens. Dès lors, ce qui paraissait épars, sans sens, sans vie se retrouve pris dans une nouvelle perspective qui peut faire surgir une nouvelle capacité d’engagement. Les disciples d’Emmaus avaient mis en Jésus une grande espérance, ils étaient séduits en le voyant accomplir de si grandes choses ! Mais le mystère de la souffrance et de la mort atroce de Jésus les a fixés dans la nuit, ils prennent de la distance, ces disciples manquent d’espérance, leur vie leur échappe, ils sont dans la détresse. Marie, la mère de Jésus, dans sa souffrance, ne s’est pas éloignée de Jésus son amour, elle n’a pas douter de Lui, elle l’a suivi partout, jusqu’à la Croix ! Quand Jésus est ressuscité, elle qui est restée proche de lui, elle ressuscite avec lui, et le reçoit dans son cœur. Elle n’a pas le cœur empêché de communier avec lui, elle demeure dans l’Amour malgré la souffrance.

"Jésus dit aux disciples d’Emmaus : « Quels sont donc ces propos que vous échangez en marchant ? » Et ils s’arrêtèrent, le visage sombre.

Prenant la parole, l’un d’eux, nommé Cléophas, lui dit : « Tu es bien le seul habitant de Jérusalem à ignorer ce qui y est arrivé ces jours-ci ! » « Quoi donc ? » leur dit-il. Ils lui dirent : « Ce qui concerne Jésus le Nazarénien, qui s’est montré un prophète puissant en œuvres et en paroles devant Dieu et devant tout le peuple, comment nos grands prêtres et nos chefs l’ont livré pour être condamné à mort et l’ont crucifié. Nous espérions, nous, que c’était lui qui allait délivrer Israël ; mais avec tout cela, voilà le troisième jour depuis que ces choses sont arrivées !" Cette initiative d’amour prise par Jésus rend possible la rencontre et la reconnaissance progressive. L’inconnu qui a rejoint les deux disciples ne les aveugle pas de sa gloire, il les invite à écouter une parole déjà dite par Dieu, une parole qui commente divinement l’histoire de Jésus. Cette compréhension confirme l’appel à se mettre en route. Ce chemin d’Emmaüs s’offre à chacun de nous pour recevoir dans la vie et la Passion de Jésus un nouveau sens à nos propres expériences. Désormais la souffrance humaine change de signe, au lieu d’être source de révolte, elle devient chemin de rédemption. Les disciples sont avec Jésus, déjà ils amorcent le chemin du retour car Jésus ouvre leur cœur à la Parole de Dieu.

"…Quand Jésus fut à table avec eux, il prit le pain, dit la bénédiction, le rompit et le leur donna. Alors leurs yeux s’ouvrirent, et ils le reconnurent, mais il disparut à leurs regards.

Et ils se dirent l’un à l’autre : « Notre cœur n’était-il pas tout brûlant au-dedans de nous, quand il nous parlait en chemin, quand il nous expliquait les Écritures ? A cette heure même, ils partirent et s’en retournèrent à Jérusalem. Ils trouvèrent réunis les Onze et leurs compagnons, qui dirent : « C’est bien vrai ! le Seigneur est ressuscité et il est apparu à Simon ! » Et eux de raconter ce qui s’était passé en chemin, et comment ils l’avaient reconnu à la fraction du pain." Une action nouvelle peut être posée à partir de là, action en appel de confirmation, action ouverte vers l’autre. Jésus apprend à ses disciples que la souffrance peut être vaincue dans l’Amour ! Il réchauffe le cœur de ses disciples qui ne le reconnaissent pas ! C’est quand il a rompu le pain qu’ils l’ont reconnu ! C’est ainsi pour nous, il ne nous faut pas seulement la Parole, mais encore le geste d’amour de Jésus joint à la parole. Les sacrements sont la réalisation du geste qui se joint à la parole ! Nous accompagnons nous aussi des personnes qui sont dans la souffrance de ce monde. Avec eux nous relisons leur vie, éclairés par la parole de Dieu qui éclaire. Jésus présent fait le geste étonnant de la rencontre, son Amour est donné dans l’Église : « Ceci est mon corps, livré pour vous ; Ceci est mon sang, versé pour vous. » Nous comprenons alors le mystère de notre vocation chrétienne, la mort est vaincue par l’Amour qui demeure.

Citation :
Nous demandons la grâce de lire la Parole de Dieu et de recevoir le Pain rompu pour inviter Jésus dans notre vie.

Père Gilbert Adam
Homélies et Le Pauvre qui guérit




Sainte Thérèse-Bénédicte de la Croix [Édith Stein] (1891-1942), Carmélite, Martyre, Copatronne de l'Europe
Pour le 6 janvier 1941 (trad. Source cachée, Cerf 1999, p. 279)


« Il marchait avec eux »

Le même Sauveur, que la Parole de l'Écriture nous met sous les yeux dans son humanité en nous le montrant sur tous les chemins qu'il a parcourus sur la terre, habite parmi nous caché sous l'apparence du pain eucharistique, il vient à nous tous les jours comme Pain de Vie. Dans ces deux aspects, il se fait proche de nous et sous ces deux aspects il désire que nous le cherchions et que nous le trouvions. L'un appelle l'autre. Lorsque nous voyons avec les yeux de la foi le Sauveur devant nous, comme l'Ecriture nous le dépeint, alors grandit notre désir de l'accueillir en nous dans le Pain de Vie. Le pain eucharistique à son tour avive notre désir de faire toujours plus profondément connaissance avec le Seigneur à partir de la Parole de l'Écriture, et donne des forces à notre esprit pour une meilleure compréhension. 

  
 Evangelizo.org

















Quand je dis Dieu c'est un poème, c'est une étoile dans ma vie, 
du feu qui coule dans mes veines, un grand soleil pour aujourd'hui !


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Donne-nous notre Pain de ce jour (Vie) : Parole de DIEU   Mer 30 Mar 2016 - 18:48

Bonsoir Lumen,

Bonsoir à toutes et à tous,




Jeudi 31 Mars 2016

Jeudi dans l’Octave de Pâques
Solennité du SEIGNEUR

(Couleur liturgique : Blanc )
Année C






(Première lecture)
Livre des Actes des Apôtres 3 : 11 à 26


« Vous avez tué le Prince de la vie, lui que Dieu a ressuscité d’entre les morts »

En ces jours-là,
l’infirme que Pierre et Jean venaient de guérir
ne les lâchait plus.
Tout le peuple accourut vers eux
au Portique dit de Salomon.
Les gens étaient stupéfaits.
Voyant cela, Pierre interpella le peuple :
« Hommes d’Israël,
pourquoi vous étonner ?
Pourquoi fixer les yeux sur nous,
comme si c’était en vertu de notre puissance personnelle
ou de notre piété
que nous lui avons donné de marcher ?
Le DIEU d’Abraham, d’Isaac et de Jacob, le DIEU de nos pères,
a glorifié Son SERVITEUR JÉSUS,
alors que vous, vous L’aviez livré,
vous L’aviez renié en présence de Pilate
qui était décidé à LE relâcher.
Vous avez renié le SAINT et le JUSTE,
et vous avez demandé
qu’on vous accorde la grâce d’un meurtrier.
Vous avez tué le PRINCE de la VIE,
LUI que DIEU a ressuscité d’entre les morts,
nous en sommes Témoins.
Tout repose sur la foi dans le NOM de JÉSUS CHRIST :
c’est ce NOM LUI-MÊME qui vient d’affermir cet homme
que vous regardez et connaissez ;
oui, la foi qui vient par JÉSUS
l’a rétabli dans son intégrité physique,
en votre présence à tous.
D’ailleurs, frères, je sais bien
que vous avez agi dans l’ignorance, vous et vos chefs.
Mais DIEU a ainsi accompli ce qu’IL avait d’avance annoncé
par la bouche de tous les Prophètes :
que le CHRIST, Son MESSIE souffrirait.

Convertissez-vous et tournez-vous vers DIEU
pour que vos péchés soient effacés.
Ainsi viendront les TEMPS DE LA FRAÎCHEUR de la PART du SEIGNEUR,
et IL enverra le CHRIST JÉSUS
qui vous est destiné.
Il faut en effet que le Ciel L’accueille
jusqu’à l’époque où tout sera rétabli,
comme DIEU l’avait dit par la bouche des Saints,
ceux d’autrefois, Ses Prophètes.
Moïse a déclaré :
Le SEIGNEUR votre DIEU suscitera pour vous,
du milieu de vos frères, un PROPHÈTE comme moi :
vous L’écouterez en tout ce qu’IL vous dira.
Quiconque n’écoutera pas Ce PROPHÈTE
sera retranché du peuple.

Ensuite, tous les Prophètes
qui ont parlé depuis Samuel et Ses Successeurs,
aussi nombreux furent-ils,
ont annoncé les jours où nous sommes.
C’est vous qui êtes les fils des Prophètes et de l’Alliance
que DIEU a conclue avec vos pères,
quand IL disait à Abraham :
En ta descendance seront bénies
toutes les familles de la Terre.

C’est pour vous d’abord
que DIEU a suscité son Serviteur,
et IL L’a envoyé vous bénir,
pourvu que chacun de vous se détourne de sa méchanceté. »


– PAROLE du SEIGNEUR.



Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris







La GLOIRE de DIEU et la grandeur de l’homme

Psaume appartenant au répertoire du chef de chorale et au recueil de David. Accompagnement sur la harpe de Gat.

[Psaume 8, entièrement]



Psaume 8 : 4 et 5, 6 et 7, 8 et 9

R/ Ô SEIGNEUR, notre DIEU qu'IL est GRAND Ton NOM, par toute la Terre.

À voir Ton Ciel, ouvrage de Tes DOIGTS,
la Lune et les étoiles que TU fixas,
qu'est-ce que l'homme pour que TU penses à lui,
le fils d'un homme, que TU en prennes souci ?
R/

TU l'as voulu un peu moindre qu'un dieu,
le couronnant de gloire et d'honneur ;
TU l'établis sur les ŒUVRES de Tes MAINS,
TU mets toute chose à ses pieds :
R/

les troupeaux de bœufs et de brebis,
et même les bêtes sauvages,
les oiseaux du ciel et les poissons de la mer,
tout ce qui va son chemin dans les eaux.
R/

Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris






Évangile de JÉSUS-CHRIST selon Saint Luc 24 : 35 à 48

Acclamation de l’Évangile :
Alléluia. Alléluia.
Voici le jour que fit le SEIGNEUR,
qu’IL soit pour nous jour de FÊTE et de JOIE !
Alléluia.

(Ps 117, 24)




« Ainsi est-il écrit que le CHRIST souffrirait, qu’IL ressusciterait d’entre les morts le troisième jour »

En ce temps-là,
les Disciples qui rentraient d’Emmaüs
racontaient aux onze Apôtres et à leurs compagnons
ce qui s’était passé sur la route,
et comment le SEIGNEUR s’était fait reconnaître par eux
à la Fraction du Pain.
Comme ils en parlaient encore,
LUI-MÊME fut présent au milieu d’eux,
et leur dit :
« La Paix soit avec vous ! »
Saisis de frayeur et de crainte,
ils croyaient voir un esprit.
JÉSUS leur dit :
« Pourquoi êtes-vous bouleversés ?
Et pourquoi ces pensées qui surgissent dans votre cœur ?
Voyez Mes MAINS et Mes PIEDS : c’est bien Moi !
Touchez-Moi, regardez :
un esprit n’a pas de chair ni d’os
comme vous constatez que J’en ai. »
Après cette Parole,
IL leur montra Ses MAINS et Ses PIEDS.
Dans leur joie, ils n’osaient pas encore y croire,
et restaient saisis d’étonnement.
JÉSUS leur dit :
« Avez-vous ici quelque chose à manger ? »
Ils LUI présentèrent une part de poisson grillé
qu’IL prit et mangea devant eux.
Puis IL leur déclara :
« Voici les PAROLES que Je vous ai dites
quand J’étais encore avec vous :
“Il faut que s’accomplisse
tout ce qui a été écrit à Mon SUJET
dans la Loi de Moïse, les Prophètes et les Psaumes.” »
Alors IL ouvrit leur intelligence
à la compréhension des Écritures.
IL leur dit :
« Ainsi est-il écrit que le CHRIST souffrirait,
qu’IL ressusciterait d’entre les morts le troisième jour,
et que la conversion serait proclamée en Son NOM,
pour le pardon des péchés,
à toutes les nations,
en commençant par Jérusalem.
À vous d’en être les Témoins. »


– Acclamons la PAROLE de DIEU.



Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris










Textes du jour, lu sur :
Les services de la liturgie Catholique

http://www.aelf.org/office-messe?date_my=31/03/2016


Liens :
http://www.aelf.org/office-messe
http://services.liturgiecatholique.fr/






Amicalement, fraternellement
Nicolas

Revenir en haut Aller en bas
Lumen
Admin
avatar

Messages : 4231
Date d'inscription : 18/10/2014
Localisation : France

MessageSujet: Re: Donne-nous notre Pain de ce jour (Vie) : Parole de DIEU   Jeu 31 Mar 2016 - 11:43

Bonjour à vous tous, amis qui aimez la Parole de Vie, goûtez et voyez comme est bon le Seigneur !
Bonjour Nicolas, Merci !



Homélie :

"Les disciples d’Emmaus de raconter ce qui s’était passé en chemin, et comment ils l’avaient reconnu à la fraction du pain.

Tandis qu’ils disaient cela, lui se tint au milieu d’eux et leur dit : « Paix à vous ! » Saisis de frayeur et de crainte, ils pensaient voir un esprit. Mais il leur dit : « Pourquoi tout ce trouble, et pourquoi des doutes montent-ils en votre cœur ? Voyez mes mains et mes pieds ; c’est bien moi ! Palpez-moi et rendez-vous compte qu’un esprit n’a ni chair ni os, comme vous voyez que j’en ai. » Ayant dit cela, il leur montra ses mains et ses pieds." La Parole insiste sur le fait que Jésus ressuscité a un corps avec de la chair et des os, et qu’il mange ! Ce récit a une pertinence particulière, la rencontre de Jésus vivant dont parlent les évangiles n’est pas le fruit d’une projection imaginaire de leur désir de le revoir. Jésus manifeste sa présence, librement, volontairement, comme il veut et quand il veut. C’est toujours Jésus qui a l’initiative et qui se manifeste vivant, au milieu de nous. L’Eucharistie n’abolit pas toute impression d’absence, car entre le sacrement visible et la réalité invisible un espace reste ouvert, qui est celui de la foi. Jésus nous aide à le reconnaître, les disciples d’Emmaüs sont dans une joie étonnante, ils rencontrent leurs compagnons et chacun dit ce qu’il a vu. Cela provoque une grande communion et une grande joie entre eux. C’est vrai ! Jésus est vraiment vivant, tout ce qu’il a dit s’est réalisé, il est un chemin d’amour.

"Et comme, dans leur joie, les disciples ne croyaient pas encore et demeuraient saisis d’étonnement, Jésus leur dit : « Avez-vous ici quelque chose à manger ?

Ils lui présentèrent un morceau de poisson grillé. Il le prit et le mangea devant eux." Après cette parole Jésus leur montra ses mains et ses pieds." Jésus ressuscité donne des signes et nous sommes bouleversés par son amour empreint de tendresse. Quand je touche ou me laisse toucher consciemment et avec tout mon être, j’accepte que la vie circule, j’accepte la résurrection de tout ce qui est mort. En traversant la mort, Jésus est resté le même, il souligne le lien vital qui existe entre son passé d’humilité et de souffrance et son aujourd’hui de gloire, que nous célébrons dans le mystère pascal. La reconnaissance de Jésus ressuscité nous permet, à sa suite, la reconnaissance de nous-mêmes comme des serviteurs souffrants promis à la résurrection. Le mystère de la résurrection est le mystère de l’espérance. Il faut que l’Esprit Saint nous soit donné pour que nous entrions dans ce mystère, tout ce que Jésus a fait, nous essayons de le refaire. C’est une communion de vie, une présence au mystère de Jésus, une intégration de tout notre être dans son Mystère. En grandissant dans la foi, nous devenons des témoins d’espérance, Jésus prend « corps » en nous et nous sommes ses témoins.

"Puis il leur dit : « Telles sont bien les paroles que je vous ai dites quand j’étais encore avec vous : il faut que s’accomplisse tout ce qui est écrit de moi dans la Loi de Moïse, les Prophètes et les Psaumes. »

Alors il leur ouvrit l’esprit à l’intelligence des Écritures, et il leur dit : « Ainsi est-il écrit que le Christ souffrirait et ressusciterait d’entre les morts le troisième jour, et qu’en son Nom le repentir en vue de la rémission des péchés serait proclamé à toutes les nations, à commencer par Jérusalem. De cela vous êtes témoins." Jésus est tout près de nous par sa Parole, tout près de nous dans les sacrements, ces gestes de toucher ou d’être touché, si près de celui avec lequel nous entrons en relation. Nous comprenons que le long cheminement de la résurrection est toujours à faire. C’est l’Esprit Saint qui conduit à la vérité toute entière, notre vie désormais est dans Christ ressuscité. « La paix soit avec vous, » dit Jésus. S’il nous donne cette paix, c’est pour que nos cœurs soient pacifiés et que sa présence provoque en nous une grande transformation. C’est pourquoi, comme pour Marie de Magdala près du tombeau, comme pour les deux voyageurs d’Emmaüs, cette nouvelle rencontre du Ressuscité débouche pour les Onze sur une mission nouvelle : « C’est vous, dit Jésus, qui êtes témoins de tout cela. »

Citation :
Nous demandons la grâce de croire vraiment en la Résurrection de Jésus pour que nous nous recevions de Lui et que nous vivions par Lui.

Père Gilbert Adam
Homélies et Le Pauvre qui guérit




Bienheureux John Henry Newman (1801-1890), Cardinal, Théologien, Fondateur de l'Oratoire en Angleterre
Sermons on Subjects of the Day, n° 10 (trad. AELF)


« La paix soit avec vous »

Le cœur de chaque chrétien devrait représenter en miniature l'Église catholique, puisque le même Esprit fait de l'Église tout entière aussi bien que de chacun de ses membres le Temple de Dieu (1Co 3,16). Comme il fait l'unité de l'Église qui, laissée à elle-même, se diviserait en de nombreux partis, ainsi il rend l'âme une, en dépit de ses divers goûts et facultés, de ses tendances contradictoires. De même qu'il donne la paix à la multitude des nations qui sont de par leur nature en discorde les unes avec les autres, de même il soumet l'âme à une gérance ordonnée et il établit la raison et la conscience comme souverains sur les aspects inférieurs de notre nature... Et soyons bien assurés que ces deux opérations de notre divin Consolateur dépendent l'une de l'autre. Tant que les chrétiens ne rechercheront pas l'unité et la paix intérieures en leur propre cœur, jamais l'Église elle-même ne sera dans la paix et l'unité au sein de ce monde qui les entoure. Et de façon à peu près semblable, tandis que l'Eglise à travers le monde est dans cet état de désordre lamentable que nous constatons, il n'est aucun pays en particulier, simple portion de cette Église, qui ne soit nécessairement lui-même dans un état de grande confusion religieuse.

C'est là une chose à laquelle il nous faut bien songer à l'heure actuelle, car elle tempérera nos espoirs et dissipera nos illusions ; nous ne pouvons pas espérer la paix chez nous si nous sommes en guerre au-dehors.
 

  
 Evangelizo.org


















Quand je dis Dieu c'est un poème, c'est une étoile dans ma vie, 
du feu qui coule dans mes veines, un grand soleil pour aujourd'hui !



Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Donne-nous notre Pain de ce jour (Vie) : Parole de DIEU   Jeu 31 Mar 2016 - 19:11

Bonsoir Lumen,

Bonsoir à toutes et à tous,




Vendredi 1er Avril 2016

Vendredi dans l’Octave de Pâques
Solennité du SEIGNEUR

(Couleur liturgique : Blanc )
Année C






(Première lecture)
Livre des Actes des Apôtres 4 : 1 à 12


« En nul autre que LUI, il n’y a de SALUT »

En ces jours- là,
après la guérison de l’infirme,
comme Pierre et Jean parlaient encore au peuple,
les prêtres survinrent,
avec le commandant du Temple
et les sadducéens ;
ils étaient excédés de les voir enseigner le peuple
et annoncer, en la Personne de JÉSUS,
la résurrection d’entre les morts.
Ils les firent arrêter et placer sous bonne garde jusqu’au lendemain,
puisque c’était déjà le soir.
Or, beaucoup de ceux qui avaient entendu la Parole
devinrent croyants ;
à ne compter que les hommes,
il y en avait environ cinq mille.
Le lendemain se réunirent à Jérusalem
les chefs du peuple, les anciens et les scribes.
Il y avait là Hanne le grand prêtre,
Caïphe, Jean, Alexandre,
et tous ceux qui appartenaient aux familles de grands prêtres.
Ils firent amener Pierre et Jean au milieu d’eux
et les questionnèrent :
« Par quelle PUISSANCE, par le NOM de qui,
avez-vous fait cette guérison ? »
Alors Pierre, rempli de l’ESPRIT SAINT,
leur déclara :
« Chefs du peuple et anciens,
nous sommes interrogés aujourd’hui
pour avoir fait du bien à un infirme,
et l’on nous demande comment cet homme a été sauvé.
Sachez-le donc, vous tous,
ainsi que tout le peuple d’Israël :
c’est par le NOM de JÉSUS le Nazaréen,
LUI que vous avez crucifié
mais que DIEU a ressuscité d’entre les morts,
c’est par LUI que cet homme
se trouve là, devant vous, bien portant.
Ce JÉSUS est la PIERRE méprisée de vous, les bâtisseurs,
mais devenue la PIERRE d’ANGLE.
En nul autre que LUI, il n’y a de SALUT,
car, sous le ciel, aucun autre NOM n’est donné aux hommes,
qui puisse nous sauver. »


– PAROLE du SEIGNEUR.



Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris







Vivre pour raconter ce que le SEIGNEUR a fait

[Psaume 117 (118), entièrement]



Psaume 117 (118) : 1 et 2 et 4, 22 à 24, 25 à 27a

R/ La PIERRE qu’ont rejetée les bâtisseurs
est devenue la PIERRE d’ANGLE.


Rendez Grâce au SEIGNEUR : IL est BON !
ÉTERNEL est son AMOUR !
Oui, que le dise Israël :
ÉTERNEL est Son AMOUR !
Qu'ils le disent, ceux qui craignent le SEIGNEUR :
ÉTERNEL est Son AMOUR !
R/

La Pierre qu'ont rejetée les bâtisseurs
est devenue la Pierre d'Angle :
c'est là l'ŒUVRE du SEIGNEUR,
la MERVEILLE devant nos yeux.
Voici le Jour que fit le SEIGNEUR,
qu'Il soit pour nous Jour de Fête et de Joie !
R/

Donne, SEIGNEUR, donne le SALUT !
Donne, SEIGNEUR, donne la VICTOIRE !
Béni soit au NOM du SEIGNEUR
CELUI qui vient !
De la Maison du SEIGNEUR,
nous vous bénissons !
DIEU, le SEIGNEUR, nous illumine.
R/

Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris






Évangile de JÉSUS-CHRIST selon Saint Jean 21 : 1 à 14

Acclamation de l’Évangile :
Alléluia. Alléluia.
Voici le jour que fit le SEIGNEUR,
qu’IL soit pour nous jour de FÊTE et de JOIE !
Alléluia.

(Ps 117, 24)




« JÉSUS s’approche ; IL prend le pain et le leur donne ; et de même pour le poisson »

En ce temps- là,
JÉSUS se manifesta encore aux Disciples
sur le bord de la mer de Tibériade, et voici comment.
Il y avait là, ensemble, Simon- Pierre,
avec Thomas, appelé Didyme (c’est-à-dire Jumeau),
Nathanaël, de Cana de Galilée,
les fils de Zébédée,
et deux autres de Ses Disciples.
Simon-Pierre leur dit :
« Je m’en vais à la pêche. »
Ils lui répondent :
« Nous aussi, nous allons avec toi. »
Ils partirent et montèrent dans la barque ;
or, cette nuit- là, ils ne prirent rien.
Au lever du jour, JÉSUS se tenait sur le rivage,
mais les Disciples ne savaient pas que c’était LUI.
JÉSUS leur dit :
« Les enfants,
auriez-vous quelque chose à manger ? »
Ils LUI répondirent :
« Non. »
IL leur dit :
« Jetez le filet à droite de la barque,
et vous trouverez. »
Ils jetèrent donc le filet,
et cette fois ils n’arrivaient pas à le tirer,
tellement il y avait de poissons.
Alors, le Disciple que JÉSUS aimait
dit à Pierre :
« C’est le SEIGNEUR ! »
Quand Simon-Pierre entendit que c’était le SEIGNEUR,
il passa un vêtement,
car il n’avait rien sur lui,
et il se jeta à l’eau.
Les autres Disciples arrivèrent en barque,
traînant le filet plein de poissons ;
la terre n’était qu’à une centaine de mètres.
Une fois descendus à terre,
ils aperçoivent, disposé là, un feu de braise
avec du poisson posé dessus,
et du pain.
JÉSUS leur dit :
« Apportez donc de ces poissons
que vous venez de prendre. »
Simon-Pierre remonta
et tira jusqu’à terre le filet plein de gros poissons :
il y en avait cent cinquante-trois.
Et, malgré cette quantité, le filet ne s’était pas déchiré.
JÉSUS leur dit alors :
« Venez manger. »
Aucun des Disciples n’osait LUI demander :
« Qui es-tu ? »
Ils savaient que c’était le SEIGNEUR.
JÉSUS s’approche ;
IL prend le pain
et le leur donne ;
et de même pour le poisson.


C’était la troisième fois
que JÉSUS ressuscité d’entre les morts
se manifestait à Ses Disciples.


– Acclamons la PAROLE de DIEU.



Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris










Textes du jour, lu sur :
Les services de la liturgie Catholique

http://www.aelf.org/office-messe?date_my=01/04/2016


Liens :
http://www.aelf.org/office-messe
http://services.liturgiecatholique.fr/






Amicalement, fraternellement
Nicolas

Revenir en haut Aller en bas
Lumen
Admin
avatar

Messages : 4231
Date d'inscription : 18/10/2014
Localisation : France

MessageSujet: Re: Donne-nous notre Pain de ce jour (Vie) : Parole de DIEU   Ven 1 Avr 2016 - 15:28

Bonjour à vous tous, amis qui aimez la Parole de Vie, goûtez et voyez comme est bon le Seigneur !
Bonjour Nicolas, Merci !



Homélie :

"Après cela, Jésus se manifesta de nouveau aux disciples sur le bord de la mer de Tibériade.

Il se manifesta ainsi. Simon-Pierre, Thomas, appelé Didyme, Nathanaël, de Cana en Galilée, les fils de Zébédée et deux autres de ses disciples se trouvaient ensemble. Je vais à la pêche dit Pierre ! Nous allons avec toi disent les autres apôtres !" Ils partent à la pêche tous ensemble, mais cette nuit ils ne prennent rien. Au petit matin, sur le bord de la rive « quelqu’un » leur dit : « Est-ce que vous avez pris du poisson ? » Non ! Répondent-ils. « Jetez les filets à droite entendent-ils. » Ils s’exécutent et prennent une telle quantité de poissons que le filet se rompait ! Le disciple que Jésus aimait dit à Pierre : « C’est le Seigneur. » Pierre plonge et arrive au bord du rivage." Jésus Ressuscité prend toujours l’initiative des rencontres avec ses apôtres, dans sa nouvelle condition d’existence et dans une humilité très étonnante. C’est sur la grève du lac de Galilée, l’endroit qui leur est familier car c’est leur lieu de travail, que Jésus va les rencontrer. Les apôtres ne sont pas familiers avec la personne de Jésus Ressuscité, ils ont de la peine à le reconnaître dans sa simplicité. Pierre et les disciples sont encore sous le choc de la Passion de Jésus et leur foi dans le Ressuscité demeure encore bien timide. Pierre annonce qu’il va à la pêche, et c’est là que Jésus les rejoint, au moment de l’effort infructueux. Jésus a préparé un petit déjeuner à ces hommes qui ont peiné toute la nuit sans rien prendre. Progressivement les flots de l’Amour infini de Dieu recouvrent l’incrédulité qui s’oppose à la foi, c’est l’amour infini de Dieu qui va se révéler encore.

"Jésus leur dit : « Apportez de ces poissons que vous venez de prendre. »

Alors Simon-Pierre monta dans le bateau et tira à terre le filet, plein de gros poissons : cent cinquante trois ; et quoiqu’il y en eût tant, le filet ne se déchira pas." Tous voient le fruit de la pêche et Jean s’écrie : « C’est le Seigneur ! » Le disciple que Jésus aimait a été le premier à « voir » Jésus et à le dire ; mais Pierre a été le seul à se jeter à l’eau, comme pour s’y laver de ses reniements avant de rencontrer le regard de Jésus. En redisant trois fois son amour pour Jésus, Pierre se découvre pardonné, transfiguré, recréé par un amour plus puissant que toutes les morts spirituelles. C’est ainsi que Jésus emmène son peuple sur le rivage de la résurrection ! C’est pour nous aussi, qui avons une vie remplie d’activités et d’occupations de toutes sortes. Souvent, nous avons l’impression de revenir les mains vides, dans notre vie à la recherche de ce qui peut nous rendre heureux. Avec Jésus, c’est la victoire de l’Amour qui prend corps en chacun de nous, Victoire sur la mort, sur la haine, sur tout ce qui s’oppose à l’amour. Jésus, invisiblement, passe devant nos difficultés et son œuvre s’accomplit. Il conduit l’Église de Dieu menée par l’Esprit Saint, c’est lui, dans son Église, qui va continuer son œuvre de grâce dans l’humanité.

"Jésus leur dit : « Venez déjeuner. » Aucun des disciples n’osait lui demander : « Qui es-tu ? » sachant que c’était le Seigneur.

Jésus vient, il prend le pain et il le leur donne ; et de même le poisson. Ce fut là, la troisième fois que Jésus se manifesta aux disciples une fois ressuscité d’entre les morts." Jésus, le Ressuscité, a demandé aux apôtres de retourner pêcher, avec l’ordre de jeter le filet à droite de la barque, c’est là qu’ils ont trouvé une grande quantité de poissons. Lorsque la vie nous paraît terne, décevante, insatisfaisante, Jésus nous demande de revisiter ces situations, de jeter un nouveau regard sur notre quotidien, le regard de la foi. C’est à l’aide de ce regard que nous pouvons reconnaître les signes de la présence active de Jésus Ressuscité, dans le déroulement de nos journées. Pierre est décontenancé, avec les apôtres devant la Présence de Jésus. Il recevra l’Esprit Saint de Pentecôte, et Jésus l’enverra sur les rivages du monde. La résurrection de Jésus fait son « travail » de sanctification dans l’Église, elle se réalise au cœur des Apôtres qui sont chargés de proclamer les merveilles de Dieu. Nous sommes appelés à vivre l’aventure de la foi, c’est une expérience partagée avec d’autres. La résurrection de Jésus se révèle maintenant dans la résurrection des Apôtres.

Citation :
Nous demandons la grâce de comprendre le message de Jésus ressuscité, que le feu de son Amour brûle en nous.

Père Gilbert Adam
Homélies et Le Pauvre qui guérit




Saint Maxime de Turin (?-v. 420), évêque
CC Sermon 53, sur le Ps 117 Homélie sur le Ps 14 (trad. coll. Icthus, vol. 10, p. 256)


« Au lever du jour, Jésus était là sur le rivage »

Ce jour qu'a fait le Seigneur (Ps 117,24) pénètre tout ; il contient tout, il embrasse tout, ciel, terre et enfer ! ... Et quel est ce jour du ciel sinon le Christ, dont parle le prophète : « Le jour au jour énonce le récit » (Ps 18,3). Oui, ce jour est le Fils à qui le Père, qui est aussi la lumière du jour, énonce le secret de sa divinité. C'est lui, ce jour qui dit par la voix du Sage : « J'ai créé un jour qui se lèvera à jamais dans le ciel » (Si 24,32)... Ainsi la lumière du Christ luit à jamais, elle rayonne, elle flamboie, et les ténèbres du péché ne peuvent l'étreindre. « La lumière brille dans les ténèbres, et les ténèbres ne l'ont pas retenue » (Jn 1,5).

   À la résurrection du Christ, tous les éléments sont glorifiés ; je suis sûr que le soleil a brillé ce jour-là d'un plus vif éclat. Ne devait-il pas entrer dans la joie de la résurrection, lui qui s'était attristé à la mort du Christ ? (Mt 27,45)... Comme un serviteur fidèle, il s'est obscurci pour accompagner le Christ dans la tombe ; aujourd'hui, il doit resplendir pour saluer la résurrection... Frères, réjouissons-nous en ce saint jour ; que nul, au souvenir de son péché, ne se dérobe à la joie commune ! Que personne ne désespère du pardon. Une faveur immense l'attend. Si le Seigneur, sur la croix, a eu pitié d'un bandit..., de quels bienfaits la gloire de sa résurrection ne nous comblera-t-elle pas ?


Evangelizo.org

















Quand je dis Dieu c'est un poème, c'est une étoile dans ma vie, 
du feu qui coule dans mes veines, un grand soleil pour aujourd'hui !



Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Donne-nous notre Pain de ce jour (Vie) : Parole de DIEU   Ven 1 Avr 2016 - 19:10

Bonsoir Lumen,

Bonsoir à toutes et à tous,




Samedi 2 Avril 2016

Samedi dans l’Octave de Pâques
Solennité du SEIGNEUR

(Couleur liturgique : Blanc )
Année C






(Première lecture)
Livre des Actes des Apôtres 4 : 13 à 21


« Il nous est impossible de nous taire sur ce que nous avons vu et entendu »

En ces jours-là,
les chefs du peuple, les Anciens et les scribes
constataient l’assurance de Pierre et de Jean
et, se rendant compte que c’était des hommes sans culture
et de simples particuliers,
ils étaient surpris ;
d’autre part, ils reconnaissaient en eux
ceux qui étaient avec JÉSUS.
Mais comme ils voyaient, debout avec eux, l’homme qui avait été guéri,
ils ne trouvaient rien à redire.
Après leur avoir ordonné de quitter la salle du Conseil suprême,
ils se mirent à discuter entre eux.
Ils disaient :
« Qu’allons-nous faire de ces gens-là ?
Il est notoire, en effet, qu’ils ont opéré un MIRACLE ;
cela fut manifeste pour tous les habitants de Jérusalem,
et nous ne pouvons pas le nier.
Mais pour en limiter la diffusion dans le peuple,
nous allons les menacer
afin qu’ils ne parlent plus à personne
en ce NOM-LÀ. »
Ayant rappelé Pierre et Jean,
ils leur interdirent formellement
de parler ou d’enseigner au NOM de JÉSUS.
Ceux-ci leur répliquèrent :
« Est-il JUSTE devant DIEU de vous écouter,
plutôt que d’écouter DIEU ?
À vous de juger.
Quant à nous, il nous est impossible
de nous taire sur ce que nous avons vu et entendu. »
Après de nouvelles menaces, ils les relâchèrent,
faute d’avoir trouvé le moyen de les punir :
c’était à cause du peuple,
car tout le monde rendait GLOIRE à DIEU
pour ce qui était arrivé.


– PAROLE du SEIGNEUR.



Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris







Vivre pour raconter ce que le SEIGNEUR a fait

[Psaume 117 (118), entièrement]



Psaume 117 (118) : 1 et 14 et 15ab, 16 à 18, 19 à 21

R/ SEIGNEUR, je TE rends GRÂCE, car TU m'as exaucé.

Rendez GRÂCE au SEIGNEUR : IL est BON !
ETERNEL est Son AMOUR !
Ma Force et mon Chant, c'est le SEIGNEUR ;
IL est pour moi le SALUT.
Clameurs de joie et de victoire
sous les tentes des justes.
R/

Le BRAS du SEIGNEUR se lève,
le BRAS du SEIGNEUR est FORT !
Non, je ne mourrai pas, je vivrai
pour annoncer les ACTIONS du SEIGNEUR :
IL m'a frappé, le SEIGNEUR, IL m'a frappé,
mais sans me livrer à la mort.
R/

Ouvrez-moi les portes de justice :
j'entrerai, je rendrai GRÂCE au SEIGNEUR.
« C'est ici la Porte du SEIGNEUR :
qu'ils entrent, les justes ! »
Je TE rends GRÂCE car TU m'as exaucé :
TU es pour moi le SALUT.
R/

Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris






Évangile de JÉSUS-CHRIST selon Saint Marc 16 : 9 à 15

Acclamation de l’Évangile :
Alléluia. Alléluia.
Voici le jour que fit le SEIGNEUR,
qu’IL soit pour nous jour de FÊTE et de JOIE !
Alléluia.

(Ps 117, 24)




« Allez dans le monde entier. Proclamez l’Évangile »

Ressuscité le matin, le premier jour de la semaine,
JÉSUS apparut d’abord à Marie Madeleine,
de laquelle IL avait expulsé sept démons.
Celle-ci partit annoncer la nouvelle
à ceux qui, ayant vécu avec LUI, s’affligeaient et pleuraient.
Quand ils entendirent que JÉSUS était vivant
et qu’elle L’avait vu,
ils refusèrent de croire.
Après cela, IL se manifesta sous un autre aspect
à deux d’entre eux
qui étaient en chemin pour aller à la campagne.
Ceux-ci revinrent L’annoncer aux autres,
qui ne les crurent pas non plus.
Enfin, IL se manifesta aux Onze eux-mêmes
pendant qu’ils étaient à table :
IL leur reprocha leur manque de foi et la dureté de leurs cœurs
parce qu’ils n’avaient pas cru
ceux qui L’avaient contemplé ressuscité.
Puis IL leur dit :
« Allez dans le monde entier.
Proclamez l’Évangile à toute la CRÉATION. »


– Acclamons la PAROLE de DIEU.



Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris










Textes du jour, lu sur :
Les services de la liturgie Catholique

http://www.aelf.org/office-messe?date_my=02/04/2016


Liens :
http://www.aelf.org/office-messe
http://services.liturgiecatholique.fr/






Amicalement, fraternellement
Nicolas

Revenir en haut Aller en bas
Lumen
Admin
avatar

Messages : 4231
Date d'inscription : 18/10/2014
Localisation : France

MessageSujet: Re: Donne-nous notre Pain de ce jour (Vie) : Parole de DIEU   Sam 2 Avr 2016 - 21:57

Bonjour à vous tous, amis qui aimez la Parole de Vie, goûtez et voyez comme est bon le Seigneur !
Bonjour Nicolas, Merci !



Homélie :

"Ressuscité le matin, le premier jour de la semaine, il apparut d’abord à Marie de Magdala dont il avait chassé sept démons.

Celle-ci alla le rapporter à ceux qui avaient été ses compagnons et qui étaient dans le deuil et les larmes. Et ceux-là, l’entendant dire qu’il vivait et qu’elle l’avait vu, ne la crurent pas." Jésus fait le choix délibéré de se montrer ressuscité à Marie de Magdala, elle le reconnaît et elle croit. Depuis longtemps elle l’a suivi sur les routes, écouté sa prédication, et elle sait comme personne les merveilles qu’il a accomplies en elle. Elle a toujours eu confiance en lui vivant, elle aura aussi confiance en lui ressuscité. Imaginons un instant sa stupeur quand elle va annoncer la merveilleuse nouvelle de la résurrection aux disciples de Jésus, ses plus proches amis, qu’elle veut leur mettre du baume au cœur par cette nouvelle et qu’ils ne la croient pas. Pourquoi ne la croient-ils pas ? L’image que nous pouvons prendre pour qualifier le cheminement des apôtres est celle d’un fer « trempé, » plongé dans un feu. L’Evangile nous donne d’arriver à la certitude de Marie Madeleine qui fait dire à l’Apôtre : « pour moi vivre c’est le Christ ». Le fer « trempé, » n’est pas seulement rougi au feu, il est blanchi, mais il faudra ensuite le plonger dans l’eau glacée pour qu’il devienne incassable. Après cette « trempe, » le fer ne faiblira plus ! L’image peut s’arrêter là ! Les disciples de Jésus étaient, dans un premier temps, tout ouvert à Jésus, il y eu la trahison de Judas, le reniement de Pierre, le délaissement des neuf, l’abandon ! Saint Marc nous raconte comment Marie-Madeleine est venue au tombeau, comment le doute des apôtres est devenu comme un refroidissement intense de leur foi. Mais ils ont été plongé dans le feu d’amour de Jésus, ce feu d’amour a fait d’eux des disciples face à un monde refroidi.

"Après cela, Jésus se manifesta sous d’autres traits à deux d’entre eux qui étaient en chemin et s’en allaient à la campagne.

Et ceux-là revinrent l’annoncer aux autres, mais on ne les crut pas non plus." Jésus leur dit : « Pourquoi n’avez-vous pas cru ? » Jésus poursuit son action d’Amour dans le cœur de ses disciples. Il se montre « sous un aspect inhabituel » aux disciples d’Emmaüs, mais leurs yeux sont aveugles à la gloire du ressuscité, leurs esprits refusent de croire à la résurrection, ils ne le reconnaîtront qu’au un signe de la fraction du pain. La conduite des disciples peut nous étonner, ils ont connu personnellement Jésus, ils ont apprécié ses dons, son cœur, les qualités incomparables de sa prédication. Mais, alors que Jésus est déjà ressuscité, et que l’une des femmes du groupe leur annonce la Nouvelle, ils choisissent de ne pas la croire. Marie, la mère de Jésus, est devenue Mère de notre Foi. Elle a reçu son Amour d’une manière de plus en plus forte ; Dés que le Christ est ressuscité, elle est remise debout, elle est réchauffée de l’intérieur. Marie est entrée dans le Mystère de Jésus ressuscité, la foi de l’annonciation est passée au feu de la Passion et de la Résurrection comme une Pâque, un passage tout intérieur.

"Enfin Jésus se manifesta aux Onze eux-mêmes pendant qu’ils étaient à table, et il leur reprocha leur incrédulité et leur obstination à ne pas ajouter foi à ceux qui l’avaient vu ressuscité.

Et il leur dit : « Allez dans le monde entier, proclamez l’Évangile à toute la création." De nos jours, rien n’a vraiment changé, la foi en la Résurrection a été commentée, attestée par les fidèles, arrosée du sang des martyrs. Les successeurs des disciples de Jésus aiment à s’identifier à eux. Nous sommes dans la situation des disciples de Jésus qui sont face au refus de croire. Il nous faut nous jeter aux pieds de Jésus, car l’humanité, immergée dans l’ignorance et dans le manque de vie spirituelle, pourrait encore être plongée dans le feu de l’Amour infini de Dieu. Jésus nous a fait sortir du doute pour mettre en nos cœurs une foi inflexible dont nous ne sortiront plus, mais il nous faut la nourrir. Nous contemplons la transformation opérée dans les « onze ! » Pierre et Jean, ces hommes sans instruction répliquent au grand prêtre : "À vous de juger, il vaut mieux obéir à Dieu plutôt qu’aux hommes. " Faites de nous ce que vous voudrez, nous ne pouvons plus cacher ce que nous avons vu.

Citation :
Nous demandons la grâce de ressusciter avec Jésus pour proclamer la Bonne Nouvelle qui vient de Dieu.

Père Gilbert Adam
Homélies et Le Pauvre qui guérit




Saint Léon le Grand (?-v. 461), Pape et Docteur de l'Église
Sermon 58 (71), le 20e sur la Passion (trad. cf coll. Icthus v.10, p. 284 et SC 74, p. 252)


« Ceux qui avaient été ses compagnons étaient dans le deuil et les larmes... Il leur dit : ' Allez dans le monde entier, proclamer la Bonne Nouvelle ' »

Ne soyons pas pris par le spectacle des choses de ce monde ; que les biens de la terre ne détournent pas nos regards du ciel. Tenons pour dépassé ce qui n'est déjà presque plus rien ; que notre esprit, attaché à ce qui doit demeurer, fixe son désir aux promesses d'éternité. Bien que nous ne sommes encore « sauvés qu'en espérance » (Rm 8,24), bien que nous portions encore une chair sujette à la corruption et à la mort, on peut bien affirmer pourtant que nous vivons hors de la chair, si nous échappons à l'emprise de ses passions. Non, nous ne méritons plus le nom de cette chair dont nous avons fait taire les appels...

Que le peuple de Dieu donc prenne conscience qu'il est « une créature nouvelle dans le Christ » (2Co 5,17). Qu'il comprenne bien qui l'a choisi, et qui il a lui-même choisi. Que l'être nouveau ne retourne pas à l'inconstance de son état ancien. Que « celui qui a mis la main à la charrue » (Lc 9,62) ne cesse de travailler, qu'il veille au grain qu'il a semé, qu'il ne se retourne pas vers ce qu'il a abandonné. Que personne ne retombe dans la déchéance d'où il s'est relevé. Et si, parce que la chair est faible, quelqu'un gît encore dans une de ses maladies, qu'il prenne la ferme résolution de guérir et de s'en relever. Telle est la voie du salut ; telle est la manière d'imiter la résurrection commencée dans le Christ... Que nos pas quittent les sables mouvants pour marcher sur la terre ferme, car il est écrit : « Le Seigneur mène les pas de l'homme et sa marche lui plaît. Quand le juste vient à tomber, il ne reste pas à terre, car le Seigneur lui tient la main » (Ps 36,23s).

Frères bien-aimés, gardez bien ces réflexions à l'esprit, non seulement pour célébrer les fêtes de Pâques, mais pour sanctifier toute votre vie.



Evangelizo.org

















Quand je dis Dieu c'est un poème, c'est une étoile dans ma vie, 
du feu qui coule dans mes veines, un grand soleil pour aujourd'hui !


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Donne-nous notre Pain de ce jour (Vie) : Parole de DIEU   Dim 3 Avr 2016 - 9:10

Bonjour Lumen,

Bonjour à toutes et à tous,





Dimanche 3 Avril 2016


Dimanche de la DIVINE MISÉRICORDE


(Couleur liturgique : Blanc )
Année C









Lien :
http://www.ktotv.com/emissions/priere-et-vie-de-l-eglise/priere/en-marche-vers-dimanche

Vu sur :
www.KTOTV.com






(Première lecture)
Livre des Actes des Apôtres 5 : 12 à 16


« Des foules d’hommes et de femmes, en devenant croyants, s’attachèrent au SEIGNEUR »

À Jérusalem,
par les mains des Apôtres,
beaucoup de Signes et de Prodiges
s’accomplissaient dans le peuple.
Tous les croyants, d’un même cœur,
se tenaient sous le portique de Salomon.
Personne d’autre n’osait se joindre à eux ;
cependant tout le peuple faisait leur éloge ;
de plus en plus, des foules d’hommes et de femmes,
en devenant croyants, s’attachaient au SEIGNEUR.
On allait jusqu’à sortir les malades sur les places,
en les mettant sur des civières et des brancards :
ainsi, au passage de Pierre,
son ombre couvrirait l’un ou l’autre.
La foule accourait aussi des villes voisines de Jérusalem,
en amenant des gens malades ou tourmentés par des esprits impurs.
Et tous étaient guéris.


– PAROLE du SEIGNEUR.



Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris






Vivre pour raconter ce que le SEIGNEUR a fait


[Psaume 117 (118) ; entièrement]



Psaume 117 (118) : 2 à 4, 22 à 24, 25 à 27


R/ Rendez grâce au SEIGNEUR : IL est BON ! ÉTERNEL est SON AMOUR !

Oui, que le dise Israël :
ÉTERNEL est SON AMOUR !
Que le dise la maison d’Aaron :
ÉTERNEL est SON AMOUR !
Qu’ils le disent, ceux qui craignent le SEIGNEUR :
ÉTERNEL est SON AMOUR !
R/


La PIERRE qu’ont rejetée les bâtisseurs
est devenue la PIERRE D’ANGLE :
c’est là l’ŒUVRE du SEIGNEUR,
la MERVEILLE devant nos yeux.
Voici le Jour que fit le SEIGNEUR,
qu’Il soit pour nous jour de fête et de joie !
R/


Donne, SEIGNEUR, donne le SALUT !
Donne, SEIGNEUR, donne la VICTOIRE !
Béni soit au NOM du SEIGNEUR CELUI qui vient !
De la MAISON du SEIGNEUR, nous vous bénissons !
DIEU, le SEIGNEUR, nous illumine.
R/


[center] Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris


« Chant audio du Psaume 117 (118) »

Du CD, Signes :

http://www.mirari.fr/kZPP







(Deuxième lecture)
Apocalypse de Saint Jean 1 : 9 à 11a, 12 et 13, 17 à 19


« J’étais mort, et ME voilà vivant pour les Siècles des Siècles »

Moi, Jean, votre frère,
partageant avec vous la détresse,
la Royauté et la Persévérance en JÉSUS,
je me trouvai dans l’île de Patmos
à cause de la PAROLE de DIEU
et du TÉMOIGNAGE de JÉSUS.
Je fus saisi en ESPRIT, le JOUR DU SEIGNEUR,
et j’entendis derrière moi une VOIX FORTE,
pareille au son d’une trompette.
Elle disait :
« Ce que tu vois, écris-le dans un Livre
et envoie-le aux Sept Églises :
à Éphèse, Smyrne, Pergame, Thyatire,
Sardes, Philadelphie et Laodicée. »

Je me retournai pour regarder
quelle était cette VOIX qui me parlait.
M’étant retourné,
j’ai vu Sept Chandeliers d’Or,
et au milieu des Chandeliers un ÊTRE
qui semblait un FILS d’Homme,
revêtu d’une longue tunique,
une ceinture d’or à hauteur de poitrine.
Quand je LE vis,
je tombai à SES PIEDS comme mort,
mais IL posa sur moi SA MAIN DROITE, en disant :
« Ne crains pas.
MOI, JE SUIS LE PREMIER ET LE DERNIER,
LE VIVANT :
J’étais mort,
et ME voilà VIVANT POUR LES SIÈCLES DES SIÈCLES ;
Je détiens les clés de la mort et du séjour des morts.
Écris donc CE QUE TU AS VU,
CE QUI EST,
CE QUI VA ENSUITE ADVENIR. »


– PAROLE du SEIGNEUR.



Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris






Évangile de JÉSUS-CHRIST selon Saint Jean 20 : 19 à 31

Acclamation de l’Évangile :
Alléluia. Alléluia.
Thomas, parce que tu M’as vu, tu crois,
dit le SEIGNEUR.
Heureux ceux qui croient sans avoir vu !
Alléluia.
(Jn 20, 29)




« Huit jours plus tard, JÉSUS vient »

C’était après la mort de JÉSUS.
Le soir venu, en ce premier jour de la semaine,
alors que les portes du lieu où se trouvaient les Disciples
étaient verrouillées par crainte des Juifs,
JÉSUS vint, et IL était là au milieu d’eux.
IL leur dit :
« La PAIX soit avec vous ! »
Après cette PAROLE, IL leur montra SES MAINS et SON CÔTÉ.
Les Disciples furent remplis de joie
en voyant le SEIGNEUR.
JÉSUS leur dit de nouveau :
« La PAIX soit avec vous !
De même que le PÈRE M’a envoyé,
Moi aussi, Je vous envoie. »
Ayant ainsi parlé, IL souffla sur eux
et IL leur dit :
« Recevez l’ESPRIT SAINT.
À qui vous remettrez ses péchés,
ils seront remis ;
à qui vous maintiendrez ses péchés,
ils seront maintenus. »

Or, l’un des Douze, Thomas,
appelé Didyme (c’est-à-dire Jumeau),
n’était pas avec eux quand JÉSUS était venu.
Les autres Disciples lui disaient :
« Nous avons vu le SEIGNEUR ! »
Mais il leur déclara :

« Si je ne vois pas dans SES MAINS la marque des clous,
si je ne mets pas mon doigt dans la marque des clous,
si je ne mets pas la main dans SON CÔTÉ,
non, je ne croirai pas ! »

Huit jours plus tard,
les Disciples se trouvaient de nouveau dans la maison,
et Thomas était avec eux.
JÉSUS vient,
alors que les portes étaient verrouillées,
et IL était là au milieu d’eux.
IL dit :
« La PAIX soit avec vous ! »
Puis IL dit à Thomas :
« Avance ton doigt ici, et vois MES MAINS ;
avance ta main, et mets-la dans MON CÔTÉ :
cesse d’être incrédule,
sois croyant. »
Alors Thomas LUI dit :
« Mon SEIGNEUR et mon DIEU ! »
JÉSUS lui dit :
« Parce que tu M’as vu, tu crois.
Heureux ceux qui croient sans avoir vu. »

Il y a encore beaucoup d’autres SIGNES
que JÉSUS a faits en présence des Disciples
et qui ne sont pas écrits dans ce Livre.
Mais ceux-là ont été écrits
pour que vous croyiez
que JÉSUS est le CHRIST, le FILS de DIEU,
et pour qu’en croyant, vous ayez la VIE en SON NOM.


– Acclamons la PAROLE de DIEU.



Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris












Textes du jour, lu sur :
Les services de la liturgie Catholique

http://www.aelf.org/office-messe?date_my=03/04/2016


Liens :
http://www.aelf.org/office-messe
http://services.liturgiecatholique.fr/






Amicalement, fraternellement
Nicolas


Revenir en haut Aller en bas
Lumen
Admin
avatar

Messages : 4231
Date d'inscription : 18/10/2014
Localisation : France

MessageSujet: Re: Donne-nous notre Pain de ce jour (Vie) : Parole de DIEU   Dim 3 Avr 2016 - 17:04

Bonjour à vous tous, amis qui aimez la Parole de Vie, goûtez et voyez comme est bon le Seigneur !
Bonjour Nicolas, Merci !



Homélie :

Ce même soir, le premier jour de la semaine, les disciples avaient verrouillé les portes du lieu où ils étaient, car ils avaient peur des Juifs.

Jésus vint, et il était là au milieu d’eux. Il leur dit : La paix soit avec vous ! Après cette parole, il leur montra ses mains et son côté. Les disciples furent remplis de joie en voyant le Seigneur. Jésus leur dit de nouveau : « La paix soit avec vous ! De même que le Père m’a envoyé, moi aussi, je vous envoie. » Dans ce dimanche de la Miséricorde, nous découvrons Jésus qui envoie ses disciples en Mission. Il revient à nous, dans l’humilité, nous donnant la Vie qui ne meurt plus. Par l’Esprit Saint, il nous transmet un Amour nouveau. Un temps d’attente nous est offert pour que nous croyons davantage dans le mystère d’Amour de Jésus, qui nous fait vivre de lui. Dans ces cinquante jours de prière, nous demandons que le Saint Esprit nous soit donné. Ce Lien d’Amour unique est irremplaçable pour que la paix soit avec nous. La vie nouvelle du Ressuscité va animer progressivement le corps de toute l’humanité. Cette vie porte avec elle une espérance grandissante, une foi et un amour qui ont traversé la mort. Cette vie d’Amour nous fait demeurer dans la Vérité, elle nous ramène à notre Père. Dans cette nouvelle existence, nous cherchons Jésus, et nous sommes fortifiés par son Amour. Sa parole fait progressivement un travail de Résurrection en chacun de nous et Jésus nous envoie dans le monde qu’il a sauvé.

Ayant ainsi parlé, il répandit sur eux son souffle et il leur dit : « Recevez l’Esprit Saint. Tout homme à qui vous remettrez ses péchés, ils lui seront remis ; tout homme à qui vous maintiendrez ses péchés, ils lui seront maintenus. »

Or, l’un des Douze, Thomas (dont le nom signifie : Jumeau) n’était pas avec eux quand Jésus était venu. Les autres disciples lui disaient : « Nous avons vu le Seigneur ! » Mais il leur déclara : « Si je ne vois pas dans ses mains la marque des clous, si je ne mets pas mon doigt à l’endroit des clous, si je ne mets pas la main dans son côté, non, je ne croirai pas ! » Thomas n’était pas avec eux, il ne s’était pas enfermé. Il respecte la situation dans laquelle se trouvent les apôtres, mais il ne s’enferme pas. Il veut faire l’expérience de Jésus Ressuscité dans un contact direct, immédiat avec lui. Jésus répond à son appel, il vient à lui, et Thomas le reconnaît. Son attitude de courage et de foi le relie directement à Jésus. Heureux Thomas qui nous aide à être dans une position juste. Jésus ressuscité établit avec chacun de nous une relation d’amour, il nous donne de pardonner. La communauté éclatée va se laisser transformer par la Résurrection de Jésus. L’orage s’est abattu sur la maison de Dieu, la violence, la malédiction, la mort même ont fait leur ravage ! Mais Jésus Ressuscité est passé au travers de tout cet enfer, avec un amour infini, il nous entraine à sa suite dans une communauté de réconciliation.

Huit jours plus tard, les disciples se trouvaient de nouveau dans la maison, et Thomas était avec eux. Jésus vient, alors que les portes étaient verrouillées, et il était là au milieu d’eux. Il dit : « La paix soit avec vous ! »

Puis il dit à Thomas : « Avance ton doigt ici, et vois mes mains ; avance ta main, et mets-la dans mon côté : cesse d’être incrédule, sois croyant. » Thomas lui dit alors : « Mon Seigneur et mon Dieu ! » Jésus lui dit : « Parce que tu m’as vu, tu crois. Heureux ceux qui croient sans avoir vu. » 1l y a encore beaucoup d’autres signes que Jésus a faits en présence des disciples et qui ne sont pas mis par écrit dans ce livre. Thomas, dès qu’il perçoit la présence de Jésus Ressuscité, proclame sa foi. Les disciples vont témoigner par la suite et « rendre raison de l’espérance qui est en eux. » Jésus leur donne son Esprit Saint, le Paraclet, qui témoigne en faveur de lui. Cet Esprit de vérité se joint à notre esprit pour attester que nous sommes enfant de Dieu et héritier du Christ. Il redit en chacun : « Abba, Père » et il intercède en nous par des gémissements au-delà de toute parole. Désormais, l’Eucharistie nous fait vivre dans la paix et la joie de Jésus Ressuscité. L’Église est à la fois anamnèse de l’œuvre de Jésus, actualisation de la vie du Seigneur Ressuscité, et prophétie de sa gloire. Baptisés par l’eau qui est sortie du côté de Jésus, la Vie déborde en source jaillissante sur le monde.

Citation :
Nous demandons la grâce de ressusciter pour annoncer Jésus au monde.

Père Gilbert Adam
Homélies et Le Pauvre qui guérit




Bienheureux Paul VI, pape de 1963-1978
Exhortation apostolique « Gaudete in Domino » sur la joie chrétienne (trad. DC 1677 du 1/6/75)


« Les disciples furent remplis de joie en voyant le Seigneur »

La joie pascale n'est pas seulement celle d'une transfiguration possible : elle est celle de la nouvelle présence du Christ ressuscité dispensant aux siens l'Esprit Saint pour qu'il demeure avec eux. Ainsi l'Esprit Paraclet est donné à l'Eglise comme principe inépuisable de sa joie d'épouse du Christ glorifié... L'Esprit qui procède du Père et du Fils, dont il est le vivant amour mutuel, est donc communiqué désormais au peuple de l'Alliance nouvelle et à chaque âme disponible à son action intime. Il fait de nous sa demeure : « doux hôte de l'âme » (Veni Sancte). Avec lui, le cœur de l'homme est habité par le Père et le Fils. L'Esprit Saint y suscite une prière filiale qui jaillit du tréfonds de l'âme et s'exprime dans la louange, l'action de grâces, la réparation et la supplication. Alors nous pouvons goûter la joie proprement spirituelle, qui est un fruit de l'Esprit Saint (Ga 5,22)...

   Une telle joie caractérise dès lors toutes les vertus chrétiennes. Les humbles joies humaines, qui sont dans nos vies comme les semences d'une réalité plus haute, sont transfigurées. La joie spirituelle, ici-bas, inclura toujours en quelque mesure la douloureuse épreuve de la femme en travail d'enfantement, et un certain abandon apparent, semblable à celui de l'orphelin : pleurs et lamentations, tandis que le monde fera étalage d'une satisfaction mauvaise. Mais la tristesse des disciples, qui est selon Dieu et non selon le monde, sera promptement changée en une joie spirituelle que personne ne pourra leur enlever (Jn 16, 20-22).



Evangelizo.org

















Quand je dis Dieu c'est un poème, c'est une étoile dans ma vie, 
du feu qui coule dans mes veines, un grand soleil pour aujourd'hui !



Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Donne-nous notre Pain de ce jour (Vie) : Parole de DIEU   Dim 3 Avr 2016 - 19:07

Bonsoir Lumen,

Bonsoir à toutes et à tous,





Lundi 4 Avril 2016

Annonciation du SEIGNEUR
Solennité du SEIGNEUR


(Couleur liturgique : Blanc )
Année C






(Première lecture)
Livre du Prophète Isaïe 7 : 10 à 14 ; 8 : 10


« Voici que la Vierge concevra »

En ces jours-là,
le SEIGNEUR parla ainsi au roi Acaz :
« Demande pour toi un signe de la Part du SEIGNEUR ton DIEU,
au fond du séjour des morts
ou sur les sommets, là-haut. »
Acaz répondit :
« Non, je n’en demanderai pas,
je ne mettrai pas le SEIGNEUR à l’épreuve. »
Isaïe dit alors :
« Écoutez, maison de David !
Il ne vous suffit donc pas de fatiguer les hommes :
il faut encore que vous fatiguiez mon DIEU !
C’est pourquoi le SEIGNEUR LUI-MÊME
vous donnera un Signe :
Voici que la Vierge est enceinte,
Elle enfantera un FILS,
qu’elle appellera EMMANUEL,
car DIEU EST AVEC NOUS. »


– PAROLE du SEIGNEUR.



Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris






Que tous sachent ce que TU as fait pour moi !

Du répertoire du chef de chorale. Psaume appartenant au recueil de David.

[Psaume 39 (40), entièrement]



Psaume 39 (40) : 7 et 8a, 8b et 9, 10, 11

R/ Me voici, SEIGNEUR,
je viens faire TA VOLONTÉ.


TU ne voulais ni offrande ni sacrifice,
TU as ouvert mes oreilles ;
TU ne demandais ni holocauste ni victime,
alors j'ai dit : « Voici, je viens.
R/

« Dans le Livre, est écrit pour moi
ce que TU veux que je fasse.
Mon DIEU, voilà ce que j'aime :
TA LOI me tient aux entrailles. »
R/

J'annonce la justice
dans la grande assemblée ;
vois, je ne retiens pas mes lèvres,
SEIGNEUR, TU le sais.
R/

Je n'ai pas enfoui TA JUSTICE au fond de mon cœur,
je n'ai pas caché TA FIDÉLITÉ, TON SALUT ;
j'ai dit TON AMOUR et TA VÉRITÉ
à la grande assemblée.
R/

Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris







(Deuxième lecture)
Lettre aux Hébreux 10 : 4 à 10


« Me voici, je suis venu, mon DIEU, pour faire TA VOLONTÉ, ainsi qu’il est écrit de moi dans le Livre »

Frères,
il est impossible que du sang de taureaux et de boucs
enlève les péchés.
Aussi, en entrant dans le monde,
le CHRIST dit :

TU n’as voulu ni sacrifice ni offrande,
mais TU M’as formé un corps.
TU n’as pas agréé les holocaustes
ni les sacrifices pour le péché ;
alors, J’ai dit : Me voici,
Je suis venu, mon DIEU, pour faire TA VOLONTÉ,
ainsi qu’il est écrit de Moi dans le Livre.


Le CHRIST commence donc par dire :

TU n’as pas voulu ni agréé
les sacrifices et les offrandes,
les holocaustes et les sacrifices pour le péché,


ceux que la Loi prescrit d’offrir.
Puis IL déclare :

Me voici, Je suis venu pour faire TA VOLONTÉ.

Ainsi, IL supprime le premier état de choses pour établir le second.
Et c’est grâce à cette VOLONTÉ que nous sommes sanctifiés,
par l’OFFRANDE que JÉSUS CHRIST a faite de SON CORPS,
une fois pour toutes.


– PAROLE du SEIGNEUR.



Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris






Évangile de JÉSUS-CHRIST selon Saint Luc 1 : 26 à 38

Acclamation de l’Évangile :
Alléluia. Alléluia.
Le VERBE s’est fait chair,
IL a habité parmi nous
et nous avons vu SA GLOIRE.
Alléluia.

(Jn 1, 14ab)




« Voici que Tu vas concevoir et enfanter un FILS »

En ce temps-là,
l’Ange Gabriel fut envoyé par DIEU
dans une ville de Galilée, appelée Nazareth,
à une jeune fille vierge,
accordée en mariage à un homme de la maison de David,
appelé Joseph ;
et le nom de la jeune fille était Marie.
L’Ange entra chez Elle et dit :
« Je Te salue, Comblée-de-grâce,
le SEIGNEUR est avec Toi. »
À cette Parole, Elle fut toute bouleversée,
et Elle se demandait ce que pouvait signifier cette Salutation.
L’Ange Lui dit alors :
« Sois sans crainte, Marie,
car Tu as trouvé grâce auprès de DIEU.
Voici que Tu vas concevoir et enfanter un FILS ;
Tu LUI donneras le NOM de JÉSUS.
IL sera GRAND,
IL sera appelé FILS du TRÈS-HAUT ;
le SEIGNEUR DIEU
LUI donnera le Trône de David son père ;
IL régnera pour toujours sur la maison de Jacob,
et SON RÈGNE n’aura pas de fin. »
Marie dit à l’Ange :
« Comment cela va-t-il se faire,
puisque je ne connais pas d’homme ? »
L’Ange Lui répondit :
« L’ESPRIT SAINT viendra sur Toi,
et la PUISSANCE du TRÈS-HAUT
Te prendra sous SON OMBRE ;
c’est pourquoi CELUI qui va naître sera SAINT,
IL sera appelé FILS de DIEU.
Or voici que, dans sa vieillesse, Élisabeth, ta parente,
a conçu, elle aussi, un fils
et en est à son sixième mois,
alors qu’on l’appelait la femme stérile.
Car rien n’est impossible à DIEU. »
Marie dit alors :
« Voici la Servante du SEIGNEUR ;
que tout m’advienne selon TA PAROLE. »
Alors l’Ange La quitta.


– Acclamons la PAROLE de DIEU.



Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris











Textes du jour, lu sur :
Les services de la liturgie Catholique

http://www.aelf.org/office-messe?date_my=04/04/2016


Liens :
http://www.aelf.org/office-messe
http://services.liturgiecatholique.fr/






Amicalement, fraternellement
Nicolas

Revenir en haut Aller en bas
Lumen
Admin
avatar

Messages : 4231
Date d'inscription : 18/10/2014
Localisation : France

MessageSujet: Re: Donne-nous notre Pain de ce jour (Vie) : Parole de DIEU   Lun 4 Avr 2016 - 11:50

Bonjour à vous tous, amis qui aimez la Parole de Vie, goûtez et voyez comme est bon le Seigneur !
Bonjour Nicolas, Merci !



Homélie :

"Le nom de la vierge était Marie."

L’ange Gabriel entra et lui dit : « Réjouis- toi, comblée de grâce, le Seigneur est avec toi. » A cette parole elle fut toute troublée, et elle se demandait ce que signifiait cette salutation. Et l’ange lui dit : « Sois sans crainte, Marie ; car tu as trouvé grâce auprès de Dieu. Tu enfanteras un fils, Il sera grand, on l’appellera le Fils du Très Haut." « Le nom de la jeune fille était Marie », Marie est située dans son espace à Nazareth, dans sa position sociale, une vierge accordée en mariage, dans son histoire qui pèse peu devant son nom : « Marie ». En ce Nom s’exprime tout elle même, sa manière de vivre. Ce choix de Dieu s’est manifesté en ce jour où l’Ange présenta à Marie le désir de Dieu de venir parmi nous. Par l’Annonciation à Marie comblée de grâce depuis sa conception immaculée, Dieu s’est préparé une demeure digne de lui. Nous voulons développer en nous ce mystère de fécondité et de joie ou Dieu se donne dans un Amour infini. Il réveille en nous ce qu’il a caché, de possibilités d’amour enfouies dans le secret. C’est à Marie, que l’Ange s’adresse, comme c’est aussi à nous, que Dieu dans son mystère, s’adresse, et nous sommes toujours bien au-delà de ce qu’est notre situation. Ayons confiance en nous, l’œuvre de salut du monde se révèle dans un échange merveilleux, entre Dieu et nous, Dieu prend l’initiative, il fait le premier pas, c’est lui qui se dérange.

"Voici que tu concevras dans ton sein et enfanteras un fils, et tu l’appelleras du nom de Jésus.

Il sera grand, et sera appelé Fils du Très-Haut. Le Seigneur Dieu lui donnera le trône de David, son père ; il régnera sur la maison de Jacob pour les siècles et son règne n’aura pas de fin. » Marie dit à l’ange : « Comment cela sera-t-il, puisque je ne connais pas d’homme ? » L’appel de Dieu Le révèle à nous, mais il nous révèle aussi à nous-mêmes. La parole reçue va nous permettre de réaliser ce que nous portons en nous, de nous faire accéder à notre être plus plénier. Nous nous confions à la parole du Seigneur dans l’action de sa grâce. Nous donnons la possibilité au Seigneur d’agir en nous, de répandre sur nous sa grâce. L’Ange est émerveillé devant la beauté de celle qui rayonne de la grâce de Dieu. Marie est dans l’étonnement, elle pressent un mystère qui la dépasse. Préparée par la Parole de Dieu qui avait annoncé ce mystère, Marie va l’accomplir par son oui. En disant un Oui inconditionné à Dieu, elle ouvre à l’humanité un nouvel espace de liberté, elle lui redonne la possibilité d’un nouveau oui, possible, pour un tout nouvel amour.

L’ange lui répondit : « L’Esprit Saint viendra sur toi, et la puissance du Très-Haut te prendra sous son ombre ;

c’est pourquoi l’être saint qui naîtra sera appelé Fils de Dieu. Et voici qu’Élisabeth, ta parente, vient, elle aussi, de concevoir un fils dans sa vieillesse, et elle en est à son sixième mois, elle qu’on appelait la stérile ; car rien n’est impossible à Dieu. » Marie dit alors : « Je suis la servante du Seigneur ; qu’il m’advienne selon ta parole ! » Et l’ange la quitta."Marie a reçu la parole, elle a pris connaissance du contexte de sa liberté et elle répond, elle parle, elle s’abandonne à cette Parole qui la constitue en son être, elle accepte le travail de la révélation de Dieu, d’elle, de l’humanité. Ce moment est grand, merveilleux. A nous aussi il est donné de dire notre propre « oui », d’entrer dans ce mouvement de révélation, de création, nous pouvons nouer avec Jésus une alliance profonde dans laquelle nous trouvons notre véritable place en relation avec tous. C’est en contemplant ce qui advient à la vierge Marie que nous pouvons comprendre ce que Jésus veut réaliser avec toute l’Eglise. A la suite de Marie, nous pourrons désormais dire un oui total à Dieu dans notre vie ! Ce oui nous entraîne à une totale dépossession de nous mêmes, alors nous pouvons entrer dans le mystère de l’amour infini de Dieu. Cet amour renouvelle notre vie et nous entraîne bien au delà de nos espérances, il sera un oui dans le oui de Marie qui nous a ouvert un chemin de réponse à l’amour infini de Dieu.

Citation :
Nous demandons la grâce d’un oui sans repentance pour notre vie à Dieu.

Père Gilbert Adam
Homélies et Le Pauvre qui guérit




Sainte Catherine de Sienne (1347-1380), tertiaire dominicaine, docteur de l'Église, copatronne de l'Europe
Prière du 25 mars 1379 (Élévation 21)


« Le Tout-Puissant a fait pour moi des merveilles » (Lc 1,49)

Marie, temple de la Trinité, foyer de feu divin, Mère de miséricorde..., tu es la tige nouvelle (Is 11,1) qui a produit la fleur qui embaume le monde, le Verbe, le Fils unique de Dieu. C'est en toi, terre féconde, que ce Verbe a été semé (Mt 13,3s). Tu as caché le feu dans la cendre de notre humanité. Vase d'humilité où brûle la lumière de la sagesse véritable..., par le feu de ton amour, par la flamme de ton humilité, tu as attiré à toi et vers nous le Père éternel...

   Grâce à cette lumière, ô Marie, tu n'as jamais été comme les vierges insensées (Mt 25,1s), mais tu étais remplie de la vertu de prudence. C'est pour cela que tu as voulu savoir comment pourrait s'accomplir ce que l'ange t'annonçait. Tu savais que « Tout est possible à Dieu » ; tu n'en avais aucun doute. Pourquoi dire alors : « Je ne connais pas d'homme » ?

   Ce n'était pas la foi qui te manquait ; c'était ton humilité profonde qui te faisait dire cela. Tu ne doutais pas de la puissance de Dieu ; tu te regardais comme indigne d'un si grand prodige. Si tu as été troublée par la parole de l'ange, ce n'était pas par crainte. À la lumière même de Dieu, il me semble que c'était plutôt par admiration. Et qu'est-ce que tu admirais, ô Marie, sinon l'immensité de la bonté de Dieu ? Te regardant toi-même, tu te jugeais indigne de cette grâce et tu demeurais stupéfaite. Ta question est la preuve de ton humilité. Tu n'étais pas remplie de crainte, mais uniquement d'admiration devant l'immense bonté de Dieu, comparée à ta petitesse, à ton humble condition (Lc 1,48).



Evangelizo.org

















Quand je dis Dieu c'est un poème, c'est une étoile dans ma vie, 
du feu qui coule dans mes veines, un grand soleil pour aujourd'hui !



Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Donne-nous notre Pain de ce jour (Vie) : Parole de DIEU   Lun 4 Avr 2016 - 18:55

Bonsoir Lumen,

Bonsoir à toutes et à tous,




Mardi 5 Avril 2016


2ème Semaine du Temps Pascal


Saint Vincent Ferrier, Prêtre
Mort en 1419. Prédicateur dominicain, il sillona inlassablement les routes d’Espagne, d’Italie et de France, afin d’appeler les chrétiens à la pénitence et à la conversion.

(Couleur liturgique : Blanc )
Année C






(Première lecture)
Livre des Actes des Apôtres 4 : 32 à 37


« Un seul cœur et une seule âme »

La multitude de ceux qui étaient devenus croyants
avait un seul cœur et une seule âme ;
et personne ne disait
que ses biens lui appartenaient en propre,
mais ils avaient tout en commun.
C’est avec une GRANDE PUISSANCE
que les Apôtres rendaient témoignage
de la RÉSURRECTION du SEIGNEUR JÉSUS,
et une grâce abondante reposait sur eux tous.
Aucun d’entre eux n’était dans l’indigence,
car tous ceux qui étaient propriétaires de domaines ou de maisons
les vendaient,
et ils apportaient le montant de la vente
pour le déposer aux pieds des Apôtres ;
puis on le distribuait en fonction des besoins de chacun.

Il y avait un lévite originaire de Chypre, Joseph,
surnommé Barnabé par les Apôtres,
ce qui se traduit : « homme du réconfort ».
Il vendit un champ qu’il possédait
et en apporta l’argent
qu’il déposa aux pieds des Apôtres.

– PAROLE du SEIGNEUR.


Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris






Le SEIGNEUR est ROI


[Psaume 92 (93), entièrement]


Psaume 92 (93) : 1abc, 1d et 2, 5

R/ Le SEIGNEUR EST ROI ;
IL s’est vêtu de MAGNIFICENCE.


Le SEIGNEUR EST ROI ;
IL s’est vêtu de MAGNIFICENCE,
le SEIGNEUR a revêtu SA FORCE.
R/

Et la Terre tient bon, inébranlable ;
dès l’Origine TON TRÔNE TIENT BON,
depuis toujours, TU ES.
R/

TES VOLONTÉS sont vraiment immuables :
la SAINTETÉ emplit TA MAISON,
SEIGNEUR, pour la suite des temps.
R/

Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris






Évangile de JÉSUS-CHRIST selon Saint Jean 3 : 7b à 15

Acclamation de l’Évangile :
Alléluia. Alléluia.
Il faut que le FILS de l’Homme soit élevé,
afin qu’en LUI tout croyant ait la VIE ÉTERNELLE.
Alléluia.

(cf. Jn 3, 15)




« Nul n’est monté au Ciel sinon CELUI qui est descendu du Ciel, le FILS de l’Homme »

En ce temps-là,
JÉSUS disait à Nicodème :
« Il vous faut naître d’en haut.
Le vent souffle où il veut :
tu entends sa voix,
mais tu ne sais ni d’où il vient ni où il va.
Il en est ainsi
pour qui est né du Souffle de l’ESPRIT. »
Nicodème reprit :
« Comment cela peut-il se faire ? »
JÉSUS lui répondit :
« Tu es un maître qui enseigne Israël
et tu ne connais pas ces choses-là ?
AMEN, AMEN, Je te le dis :
nous parlons de ce que nous savons,
nous témoignons de ce que nous avons vu,
et vous ne recevez pas notre témoignage.
Si vous ne croyez pas
lorsque Je vous parle des choses de la Terre,
comment croirez-vous
quand Je vous parlerai des choses du Ciel ?
Car nul n’est monté au Ciel
sinon CELUI qui est descendu du Ciel,
le FILS de l’Homme.
De même que le serpent de bronze
fut élevé par Moïse dans le désert,
ainsi faut-il que le FILS de l’Homme soit élevé,
afin qu’en LUI tout homme qui croit
ait la VIE ÉTERNELLE. »

– Acclamons la PAROLE de DIEU.


Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris











Textes du jour, lu sur :
Les services de la liturgie Catholique

http://www.aelf.org/office-messe?date_my=05/04/2016


Liens :
http://www.aelf.org/office-messe
http://services.liturgiecatholique.fr/






Amicalement, fraternellement
Nicolas

Revenir en haut Aller en bas
Lumen
Admin
avatar

Messages : 4231
Date d'inscription : 18/10/2014
Localisation : France

MessageSujet: Re: Donne-nous notre Pain de ce jour (Vie) : Parole de DIEU   Mar 5 Avr 2016 - 10:44

Bonjour à vous tous, amis qui aimez la Parole de Vie, goûtez et voyez comme est bon le Seigneur !
Bonjour Nicolas, Merci !



Homélie :

"Nicodème reprit : « Comment cela peut-il se faire ? » Jésus lui répondit : « Toi, tu es chargé d’instruire Israël, et tu ne connais pas ces choses-là ?

Amen, amen, je te le dis : nous parlons de ce que nous savons, nous témoignons de ce que nous avons vu, et vous n’acceptez pas notre témoignage. Si vous ne croyez pas lorsque je vous parle des choses de la terre, comment croirez-vous quand je vous parlerai des choses du ciel ? La démarche de Nicodème est d’une grande beauté, la réponse de Jésus est plus merveilleuse encore. Nicodème cherche le mystère de Dieu, il prie, il éprouve un profond besoin de vie spirituelle. Jésus lui indique un chemin de renaissance. Il lui faut descendre dans ses profondeurs. Le Saint- Esprit « souffle où il veut, » il faut renaitre. Une nouvelle vie régénérée par l’action de l’Esprit de Dieu est nécessaire pour que Nicodème entre dans la Vie Éternelle. Rien ne doit rester en dehors du renouvellement que Dieu opère par l’Esprit Saint, ce sont les « choses » du ciel. L’Amour infini de Dieu se réalise maintenant chez les hommes. Nicodème qui ne comprend pas, sera fidèle à Jésus, il sera à la Croix où Jésus prendra sur lui notre égoïsme, notre péché, notre mort. Nous croyons que Jésus remis debout nous ressuscite avec lui, cette expérience est vraiment extraordinaire, le Christ ressuscité prend possession de l’humanité nouvelle qui est l’Église, il donne sa vie pour nous et nous donnons notre vie pour nos frères.

"Ne sois pas étonné si je t’ai dit qu’il vous faut renaître. Le vent souffle où il veut : tu entends le bruit qu’il fait, mais tu ne sais pas d’où il vient ni où il va. Il en est ainsi de tout homme qui est né du souffle de l’Esprit. »

Jésus propose à Nicodème une sortie de la perception d’un Dieu extérieur à lui, pour le rencontrer en lui, dans une nouvelle naissance. Venu du ciel, Jésus nous communique la vie du ciel, l’amour infini de Dieu. Plus j’aime Dieu, plus je me découvre moi-même et plus j’aime les personnes avec lesquelles je vis. Nous reconnaissons que nous sommes, comme Nicodème, des gens vieillis tant nous vivons hors de nous-mêmes. Nous voyons tout de l’extérieur, nous observons le visage et le comportement de l’autre, mais nous ne voyons pas ce que Dieu opère en lui. Le chemin que Jésus nous propose est en fait une renaissance par l’intérieur. Il nous propose un voyage au pays de l’intériorité. Trop souvent nous cherchons Dieu en dehors, dans un ciel inaccessible. Pâques est un éveil intérieur. La victoire du Christ Jésus est en nous. Une pierre est roulée dans notre cœur qui nous fait respirer un esprit nouveau, dont nous ne savons pas d’où il vient mais dont nous pressentons l’existence. Dans la profondeur de notre vie humaine se trouve une vie qui n’est pas de nous, une Présence qui appelle à entrer en conversation avec Dieu.

"Car nul n’est monté au ciel sinon celui qui est descendu du ciel, le Fils de l’homme."

De même que le serpent de bronze fut élevé par Moïse dans le désert, ainsi faut-il que le Fils de l’homme soit élevé, afin que tout homme qui croit obtienne par lui la vie éternelle." Nicodème, pour naître en Dieu, doit entrer en lui-même. C’est un mouvement de retournement vers l’intérieur, Jésus l’invite à tourner le dos à la recherche d’un Dieu extérieur, car il peut trouver Dieu en lui. Jésus suggère à Nicodème une plongée dans ses origines, là ou il n’y a pas de regard extérieur. Il va le contempler, quand élevé sur la Croix, Jésus nous sauve, et il nous ressuscite. L’Esprit Saint nous est donné, et grâce à l’Esprit Saint, nous renaissons à une vie nouvelle et nous obtenons l’adoption filiale. La participation à la grâce du Christ nous donne de participer à la vie éternelle, à la gloire éternelle. Nicodème comprendra que naître du souffle de l’Esprit, c’est faire mourir le vieil homme en soi, ne pas être préoccupé de soi-même. C’est à la Croix que cette transformation lui sera donnée par Jésus ! Cette unification de son être, Nicodème la comprendra plus tard, à la Résurrection, il en sera régénéré dans tout ce qu’il est. Nicodème qui sera au tombeau avec le Christ, le regardera vivre, donné pour les autres. Jésus lui propose de le contempler et d’entrer dans sa propre expérience avec son Père.

Citation :
Nous demandons la grâce d’être des témoins de Jésus ressuscité.


Père Gilbert Adam
Homélies et Le Pauvre qui guérit




Saint Hilaire (v. 315-367), Évêque de Poitiers et Docteur de l'Église
La Trinité, 12, 55s ; PL 10, 472 (trad. DDB 1981, vol.3, p. 152 rev.)


« Tu ne sais pas d'où il vient ni où il va »(Lc 1,49)

Dieu tout-puissant, selon l'apôtre Paul ton Esprit Saint « scrute et connaît les profondeurs de ton être » (1Co 2,10-11), et il intercède pour moi, te parle à ma place par des« gémissements inexprimables » (Rm 8,26)... Rien en dehors de toi ne scrute ton mystère ; rien qui soit étranger à toi n'est assez puissant pour mesurer la profondeur de ta majesté infinie. Tout ce qui pénètre en toi est de toi ; rien de ce qui est extérieur à toi n'a le pouvoir de te sonder.. 

Je crois fermement que ton Esprit Saint vient de toi par ton Fils unique ; même si je ne comprends pas ce mystère, j'en garde la conviction profonde. Car dans les réalités spirituelles qui sont ton domaine, mon esprit est borné, comme l'assure ton Fils unique : « Ne t'étonne pas si je t'ai dit : Il vous faut naître d'en haut. Car l'Esprit Saint souffle où il veut ; tu entends sa voix, mais tu ne sais ni d'où il vient, ni où il va. Ainsi en est-il de quiconque est né de l'eau et de l'Esprit »

Je crois à ma nouvelle naissance sans la comprendre, et je tiens bon dans la foi ce qui m'échappe. Je sais que j'ai le pouvoir de renaître, mais je ne sais pas comment cela s'accomplit. L'Esprit n'est limité par rien ; il parle quand il veut, il dit ce qu'il veut et où il veut. La raison de son départ et de sa venue me reste inconnue, mais j'ai la conviction profonde de sa présence.



Evangelizo.org









[i]










Quand je dis Dieu c'est un poème, c'est une étoile dans ma vie, 
du feu qui coule dans mes veines, un grand soleil pour aujourd'hui !



Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Donne-nous notre Pain de ce jour (Vie) : Parole de DIEU   Mar 5 Avr 2016 - 19:07

Bonsoir Lumen,

Bonsoir à toutes et à tous,





Mercredi 6 Avril 2016


2ème Semaine du Temps Pascal


De la férie

(Couleur liturgique : Blanc )
Année C






(Première lecture)
Livre des Actes des Apôtres 5 : 17 à 26


« Les hommes que vous aviez mis en prison, voilà qu’ils se tiennent dans le Temple et enseignent le peuple ! »

En ces jours-là,
intervint le grand prêtre, ainsi que tout son entourage,
c’est-à-dire le groupe des sadducéens,
qui étaient remplis d’une ardeur jalouse pour la Loi.
Ils mirent la main sur les Apôtres
et les placèrent publiquement sous bonne garde.
Mais, pendant la nuit, l’Ange du SEIGNEUR
ouvrit les portes de la prison et les fit sortir.
Il leur dit :
« Partez, tenez-vous dans le Temple
et là, dites au peuple toutes ces paroles de vie. »
Ils l’écoutèrent ;
dès l’aurore, ils entrèrent dans le Temple,
et là, ils enseignaient.
Alors arriva le grand prêtre, ainsi que son entourage.
Ils convoquèrent le Conseil suprême,
toute l’assemblée des anciens d’Israël,
et ils envoyèrent chercher les Apôtres dans leur cachot.
En arrivant, les gardes ne les trouvèrent pas à la prison.
Ils revinrent donc annoncer :
« Nous avons trouvé le cachot parfaitement verrouillé,
et les gardes en faction devant les portes ;
mais, quand nous avons ouvert,
nous n’avons trouvé personne à l’intérieur. »
Ayant entendu ce rapport,
le commandant du Temple et les grands prêtres, tout perplexes,
se demandaient ce qu’il adviendrait de cette affaire.
Là-dessus, quelqu’un vient leur annoncer :
« Les hommes que vous aviez mis en prison,
voilà qu’ils se tiennent dans le Temple
et enseignent le peuple ! »
Alors, le commandant partit avec son escorte
pour les ramener, mais sans violence,
parce qu’ils avaient peur d’être lapidés par le peuple.

– PAROLE du SEIGNEUR.


Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris






Le SEIGNEUR m’a délivré de toutes mes craintes

Du recueil de David. Devant Abimélek, David s’était fait passer pour fou. Après avoir été mis à la porte par celui-ci, il prononça les paroles que voici.

[Psaume 33 (34), entièrement]



Psaume 33 (34) : 2 et 3, 4 et 5, 6 et 7, 8 et 9

R/ Un pauvre crie ;
le SEIGNEUR entend.


Je bénirai le SEIGNEUR en tout temps,
SA LOUANGE sans cesse à mes lèvres.
Je me glorifierai dans le SEIGNEUR :
que les pauvres m’entendent et soient en fête !
R/

Magnifiez avec moi le SEIGNEUR,
exaltons tous ensemble SON NOM.
Je cherche le SEIGNEUR, IL me répond :
de toutes mes frayeurs, IL me délivre.
R/

Qui regarde vers LUI resplendira,
sans ombre ni trouble au visage.
Un pauvre crie ; le SEIGNEUR entend :
IL le sauve de toutes ses angoisses.
R/

L’Ange du SEIGNEUR campe à l’entour
pour libérer ceux qui LE craignent.
Goûtez et voyez : le SEIGNEUR EST BON !
Heureux qui trouve en LUI Son Refuge !
R/

Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris






Évangile de JÉSUS-CHRIST selon Saint Jean 3 : 16 à 21

Acclamation de l’Évangile :
Alléluia. Alléluia.
DIEU a tellement aimé le monde
qu’IL a donné SON FILS UNIQUE,
afin que ceux qui croient en LUI aient la VIE ÉTERNELLE.
Alléluia.

(Jn 3, 16)




« DIEU a envoyé SON FILS dans le monde, pour que, par LUI, le monde soit sauvé »

En ce temps-là, JÉSUS disait à Nicodème :
« DIEU a tellement aimé le monde
qu’IL a donné SON FILS UNIQUE,
afin que quiconque croit en LUI ne se perde pas,
mais obtienne la VIE ÉTERNELLE.
Car DIEU a envoyé SON FILS dans le monde,
non pas pour juger le monde,
mais pour que, par LUI, le monde soit sauvé.
Celui qui croit en LUI échappe au Jugement ;
celui qui ne croit pas est déjà jugé,
du fait qu’il n’a pas cru au NOM du FILS UNIQUE DE DIEU.
Et le Jugement, le voici :
la LUMIÈRE est venue dans le monde,
et les hommes ont préféré les ténèbres à la LUMIÈRE,
parce que leurs œuvres étaient mauvaises.
Celui qui fait le mal déteste la LUMIÈRE :
il ne vient pas à la LUMIÈRE,
de peur que ses œuvres ne soient dénoncées ;
mais celui qui fait la VÉRITÉ vient à la LUMIÈRE,
pour qu’il soit manifeste
que SES OEUVRES ont été accomplies en UNION avec DIEU. »

– Acclamons la PAROLE de DIEU.


Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris









Textes du jour, lu sur :
Les services de la liturgie Catholique

http://www.aelf.org/office-messe?date_my=06/04/2016


Liens :
http://www.aelf.org/office-messe
http://services.liturgiecatholique.fr/






Amicalement, fraternellement
Nicolas

Revenir en haut Aller en bas
Lumen
Admin
avatar

Messages : 4231
Date d'inscription : 18/10/2014
Localisation : France

MessageSujet: Re: Donne-nous notre Pain de ce jour (Vie) : Parole de DIEU   Mer 6 Avr 2016 - 3:49

Bonjour à vous tous, amis qui aimez la Parole de Vie, goûtez et voyez comme est bon le Seigneur !
Bonjour Nicolas, Merci !



Homélie :

"Car Dieu a envoyé son Fils dans le monde, non pas pour juger le monde, mais pour que, par lui, le monde soit sauvé."

Qui croit en lui n’est pas jugé ; qui ne croit pas est déjà jugé, parce qu’il n’a pas cru au Nom du Fils unique de Dieu." Nicodème est venu trouver Jésus de nuit pour lui demander comment avoir la vie éternelle. Jésus est à son écoute, mais il faudra du temps à Nicodème pour comprendre Jésus qui lui parle d’une naissance nouvelle, pour être introduit dans le monde de l’amour venu d’en haut. Nous sommes, aujourd’hui encore, dans la douleur à laquelle les disciples sont confrontés : Jésus apporte au monde la Bonne Nouvelle de la réconciliation et de la paix, mais cette annonce n’est pas reçue, elle est méconnue et rejetée. Discerner entre lumière et ténèbres n’est pas aisé car la distinction entre lumière et ténèbres est devenue bien floue dans le monde. La Lumière de Dieu est venue dans le monde en la personne de Jésus. Le passage du monde « d’en bas », au monde « d’en haut », se fera par une nouvelle naissance en Jésus Christ. Celle-ci donne la foi en Dieu qui vient nous sortir des ténèbres. Les œuvres que Jésus accomplit sont des œuvres bonnes, il a une belle attention aux plus petits, il guérit des malades, il éloigne les démons. La prédication de Jésus est un message d’espérance, un message qui est exigeant, plein de vérité. Dieu compatissant aux faiblesses de l’humanité, est si présent déjà dans la Parole de Dieu de la première Alliance.

"Celui qui croit en lui échappe au Jugement, celui qui ne veut pas croire est déjà jugé, parce qu’il n’a pas cru au nom du Fils unique de Dieu."

Le Jugement, le voici : quand la lumière est venue dans le monde, les hommes ont préféré les ténèbres à la lumière, parce que leurs œuvres étaient mauvaises." Nicodème comprendra que Jésus fait le lien entre le ciel et le monde d’en-bas, quand il nous libère par sa Passion. Dieu a envoyé son Fils dans le monde, non pas pour juger le monde mais pour le sauver. Il nous est difficile aujourd’hui de proclamer la foi chrétienne. Nous sommes invités à la discrétion, voire au silence, car la vérité est devenue taboue, et nous entendons répéter avec force : « Il n’y a pas une vérité, mais des vérités. » Nous qui cherchons le repos dans une foi véritable, nous nous trouvons devant une multitude de d’opinions. Seule la puissance de l’amour infini de Dieu peut nous apporter la libération. Nous sommes heureux quand nous reconnaissons en l’autre une foi sincère au Dieu éternel, et un désir de vivre en quête de la Vérité ultime.

"Quiconque, en effet, commet le mal hait la lumière et ne vient pas à la lumière, de peur que ses œuvres ne soient démontrées coupables,"

mais celui qui fait la vérité vient à la lumière, afin que soit manifesté que ses œuvres sont faites en Dieu. » La Bonne Nouvelle de notre foi en Jésus est confirmée dans les innombrables témoignages des saints qui ont cru en Lui. Avec eux, pour que la foi chrétienne soit vraie, nous luttons contre les faux-témoignages qui ternissent la Parole de Jésus. Chaque personne doit être respectée dans le choix de sa conscience. Elle peut alors s’approcher de la vérité, et reconnaître Jésus comme la lumière qui éclaire le monde. La liberté religieuse est nécessaire, elle est constitutive de la dignité de la personne humaine qui cherche Dieu. Nicodème sera au tombeau pour recevoir le corps de Jésus à la Croix et pour l’ensevelir. A la Résurrection de Jésus, il comprendra quand il lui parlait de naissance nouvelle. En accueillant Jésus, il entre dans une confiance infinie, un amour qui n’aura pas de fin, car Jésus sera toujours présent désormais. Nous aussi, nous agirons dans la vérité en désirant le Royaume avec un grand amour qui nous fera demeurer dans la lumière de la Résurrection.

Citation :
Nous demandons à l’Esprit Saint la grâce de cette lumière que Jésus est venu nous apporter.


Père Gilbert Adam
Homélies et Le Pauvre qui guérit




Saint Antoine de Padoue (v. 1195-1231), Franciscain et Docteur de l'Église
Sermons pour le dimanche et les fêtes des saints (trad. Bayart, Eds. franciscaines 1944, p147)


« Dieu a tant aimé le monde qu'il a donné son Fils unique »

Le Père nous a envoyé son Fils, qui est « le don le meilleur, le don parfait » (Jc 1,17). Le don le meilleur, que rien ne surpasse ; le don parfait, auquel on ne peut rien ajouter. Le Christ est le don le meilleur parce que celui que le Père nous donne ainsi est son Fils, souverain, éternel comme lui. Le Christ est le don parfait ; comme le dit l'apôtre Paul : « Avec lui, Dieu nous a tout donné » (Rm 8,32)... Il nous a donné celui « qui est la tête de l'Eglise » (Ep 5,23). Il ne pouvait pas nous donner davantage. Le Christ est le don parfait parce que, en nous le donnant, le Père a porté par lui toutes choses à leur perfection.

« Le Fils de l'homme, dit saint Matthieu, est venu sauver ce qui était perdu » (18,11). C'est pourquoi l'Eglise s'écrie : « Chantez au Seigneur un chant nouveau » (Ps 97,1), comme pour nous dire : O fidèles, vous que le Fils de l'homme a sauvés et renouvelés, chantez un chant nouveau, car vous devez « rejeter tout ce qui est ancien, maintenant que les fruits nouveaux vous sont donnés » (Lv 26,10). Chantez, parce que le Père « a fait des merveilles » (Ps 97,1) lorsqu'il nous a envoyé tout don parfait, son Fils. « Devant les yeux des nations il a révélé sa justice » (Ps 97,2) quand il nous a donné tout don parfait, son Fils unique, qui justifie les nations et achève la perfection de toutes choses.



Evangelizo.org




















Quand je dis Dieu c'est un poème, c'est une étoile dans ma vie, 
du feu qui coule dans mes veines, un grand soleil pour aujourd'hui !



Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Donne-nous notre Pain de ce jour (Vie) : Parole de DIEU   Mer 6 Avr 2016 - 19:35

Bonsoir Lumen,

Bonsoir à toutes et à tous,




Jeudi 7 Avril 2016


2ème Semaine du Temps Pascal


Saint Jean-Baptiste de la Salle, Prêtre
Mort en 1719. On doit à ce prêtre Rémois, patron des éducateurs, la fondation de l’Institut des Frères des Écoles chrétiennes pour l’instruction des enfants pauvres.

(Couleur liturgique : Blanc )
Année C






(Première lecture)
Livre des Actes des Apôtres 5 : 27 à 33


« Nous sommes les témoins de tout cela, avec l’ESPRIT SAINT »

En ces jours-là,
le commandant du Temple et son escorte,
ayant amené les Apôtres, les présentèrent au Conseil suprême,
et le grand prêtre les interrogea :
« Nous vous avions formellement interdit
d’enseigner au NOM de CELUI-LÀ,
et voilà que vous remplissez Jérusalem de votre enseignement.
Vous voulez donc faire retomber sur nous
le SANG de cet Homme ! »
En réponse, Pierre et les Apôtres déclarèrent :
« Il faut obéir à DIEU
plutôt qu’aux hommes.
Le DIEU de nos pères a ressuscité JÉSUS,
que vous aviez exécuté en LE suspendant au bois du supplice.
C’est LUI que DIEU, par SA MAIN DROITE, a élevé,
en faisant de LUI le PRINCE et le SAUVEUR,
pour accorder à Israël la conversion
et le pardon des péchés.
Quant à nous, nous sommes les témoins de tout cela,
avec l’ESPRIT SAINT,
que DIEU a donné à ceux qui LUI obéissent. »
Ceux qui les avaient entendus étaient exaspérés
et projetaient de les supprimer.

– PAROLE du SEIGNEUR.


Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris






Le SEIGNEUR m’a délivré de toutes mes craintes

Du recueil de David. Devant Abimélek, David s’était fait passer pour fou. Après avoir été mis à la porte par celui-ci, il prononça les paroles que voici.

[Psaume 33 (34), entièrement]



Psaume 33 (34) : 2 et 9, 17 et 18, 19 et 20

R/ Un pauvre crie ;
le SEIGNEUR entend.


Je bénirai le SEIGNEUR en tout temps,
SA LOUANGE sans cesse à mes lèvres.
Goûtez et voyez : le SEIGNEUR EST BON !
Heureux qui trouve en LUI Son Refuge !
R/

Le SEIGNEUR affronte les méchants
pour effacer de la Terre leur mémoire.
Le SEIGNEUR entend ceux qui L’appellent :
de toutes leurs angoisses, IL les délivre.
R/

IL est proche du cœur brisé,
IL sauve l’esprit abattu.
Malheur sur malheur pour le juste,
mais le SEIGNEUR chaque fois le délivre.
R/

Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris






Évangile de JÉSUS-CHRIST selon Saint Jean 3 : 31 à 36

Acclamation de l’Évangile :
Alléluia. Alléluia.
Thomas, parce que tu M’as vu tu crois,
dit le SEIGNEUR.
Heureux ceux qui croient sans avoir vu.
Alléluia.

(Jn 20, 29)




« Le PÈRE aime le FILS et IL a tout remis dans SA MAIN »

En ce temps-là, JÉSUS disait à Nicodème :
« CELUI qui vient d’en Haut est au-dessus de tous.
Celui qui est de la Terre est terrestre,
et il parle de façon terrestre.
CELUI qui vient du Ciel est au-dessus de tous,
IL témoigne de ce qu’IL a vu et entendu,
et personne ne reçoit Son Témoignage.
Mais CELUI qui reçoit Son Témoignage
certifie par là que DIEU EST VRAI.
En effet, CELUI que DIEU a envoyé
dit les PAROLES DE DIEU,
car DIEU LUI donne l’ESPRIT sans mesure.
Le PÈRE aime le FILS
et IL a tout remis dans SA MAIN.
Celui qui croit au FILS a la VIE ÉTERNELLE ;
celui qui refuse de croire le FILS ne verra pas la vie,
mais la colère de DIEU demeure sur LUI. »

– Acclamons la PAROLE de DIEU.


Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris







Textes du jour, lu sur :
Les services de la liturgie Catholique

http://www.aelf.org/office-messe?date_my=07/04/2016


Liens :
http://www.aelf.org/office-messe
http://services.liturgiecatholique.fr/






Amicalement, fraternellement
Nicolas

Revenir en haut Aller en bas
Lumen
Admin
avatar

Messages : 4231
Date d'inscription : 18/10/2014
Localisation : France

MessageSujet: Re: Donne-nous notre Pain de ce jour (Vie) : Parole de DIEU   Jeu 7 Avr 2016 - 14:03

Bonjour à vous tous, amis qui aimez la Parole de Vie, goûtez et voyez comme est bon le Seigneur !
Bonjour Nicolas, Merci !



Homélie :

« Celui qui vient d’en haut est au-dessus de tous ; celui qui est de la terre est terrestre et parle en terrestre.

Celui qui vient du ciel témoigne de ce qu’il a vu et entendu, et son témoignage, nul ne l’accueille. » Entre le ciel et la terre, il n’y a pas de commune mesure. Jésus témoigne du ciel, de cet au-delà, de tout que personne n’a jamais vu, à part Celui qui vient d’en haut. Jésus vient du ciel, il est l’unique source de connaissance d’en haut. Le témoignage de Jésus est celui d’une personne qui s’engage pour la vérité. Celui qui accepte son témoignage certifie que Dieu dit la vérité, la réception du témoignage de Jésus est liée à la vie du témoin. À tout moment et en toutes circonstances, il faut nous efforcer d’avoir la pensée de Dieu. Avoir les sentiments de Jésus et aspirer à regarder l’humanité du même regard que lui, le Verbe devenu chair. Si nous agissons comme “celui qui vient d’en haut”, nous pourrons découvrir des choses positives qui arrivent autour de nous, car l’amour de Dieu et son action continuent en faveur de l’homme. En accueillant le Don de l’amour que Dieu nous fait en surabondance, nous devenons les enfants bien aimés du Père, les frères et sœurs de Jésus qui s’aiment. C’est ainsi que nous vivons de la Vie même de Dieu, de son Amour infini. Etre édifié dans la vérité, c’est être édifié en Dieu.

"Qui accueille son témoignage certifie que Dieu est véridique ;"

en effet, celui que Dieu a envoyé prononce les paroles de Dieu, car il donne l’Esprit sans mesure." Dieu aime son Fils et il nous aime : il nous fait participer à son Amour et nous appelle à en être des acteurs dans la communion à son Fils bien-aimé, dans l’Esprit Saint. Dieu a tout remis entre les mains de Jésus son Fils. Ainsi sont reliés les deux extrêmes du Fils du Père du ciel, et des enfants d’adoption de la terre. La distance infinie qui subsistait depuis toujours entre le monde d’en haut et le monde d’en bas est conciliée dans un rapport d’amour. Tout homme qui croit au Fils obtiendra la vie éternelle. Accepter le témoignage de Jésus, c’est se tourner vers Dieu comme un enfant se tourne vers son père. Devenir le témoin de Jésus, c’est surmonter ses peurs, les menaces et les réels obstacles qui peuvent mener au martyre. Le menteur, l’accusateur des frères, l’adversaire, attise la colère de l’homme, il domine et opprime l’humanité. Dominer et imposer ses idées aux autres, n’est pas compatible avec l’amour de Dieu. Nous faisons chaque jour l’expérience de l’incompréhension entre nous car nous sommes terrestres. Laissons la place à l’autre, vivons nos relations en vérité, dans le Christ Jésus.

« Le Père aime le Fils et a tout remis dans sa main. »

Qui croit au Fils a la vie éternelle ; qui refuse de croire au Fils ne verra pas la vie ; mais la colère de Dieu demeure sur lui. » À tout moment et en toutes circonstances, nous nous efforçons de servir, sans rien attendre en retour. C’est ainsi créer une communion profondément humaine, dans le respect de chacun, dans une grande gratuité. A la suite de Jésus, servir et témoigner vont toujours de pair, notre monde a besoin de témoins authentiques. Croire en Jésus c’est adhérer à son amour infini et par cette vie nouvelle lui rendre témoignage. Jésus vient du ciel, il rend témoignage de ce qu’il a vu. Jésus vient du Père, il est le seul qui puisse parler de Dieu et des hommes. « Celui qui accepte son témoignage certifie que Dieu est véritable. » La vérité de Dieu c’est l’amour qu’il propose, il n’y a pas d’autre vérité qu’une vie d’amour qui est une vie de lumière. La terre et le ciel, en Jésus, se sont rencontrés. A la suite de Jésus, les Apôtres, en donnant leur vie comme lui, rendent témoignage, ils manifestent que Jésus est le Messie, Celui qui vient de Dieu.

Citation :
Nous demandons la grâce de nous laisser former par la parole de Dieu.


Père Gilbert Adam
Homélies et Le Pauvre qui guérit




Aphraate (?-v. 345), Moine et Evêque près de Mossoul
Les Exposés, n° 6 (trad. SC 349, p. 394 rev.)


« Dieu lui donne l'Esprit sans compter »

Si à partir d'un feu tu allumes d'autres feux en une multitude d'endroits, le premier n'en est pas amoindri... Ainsi en est-il pour Dieu et son Messie ; ils sont un, tout en demeurant dans la multitude des hommes. Le soleil non plus n'est en rien amoindri parce que sa puissance se répand sur la terre. Et combien plus grande est la force de Dieu puisque c'est par la force de Dieu que subsiste le soleil...

Cela pesait à Moïse de conduire seul le camp d'Israël. Le Seigneur lui a dit : « Voici que je vais prendre de l'Esprit qui est sur toi pour le donner à soixante-dix hommes parmi les anciens d'Israël » (Nb 11,17). Quand il a pris de l'esprit de Moïse et que les soixante-dix hommes en ont été remplis, est-ce que Moïse a été en rien amoindri ? Est-ce que l'on s'apercevait qu'il avait moins d'esprit ? Le bienheureux apôtre Paul dit aussi : Dieu a partagé de l'Esprit du Christ-Messie et l'a envoyé dans les prophètes [du Nouveau Testament] (1Co 12,11.28). Mais le Messie n'a été en rien lésé, car son Père lui a donné l'Esprit sans mesure.

C'est en ce sens...que le Christ-Messie habite dans les hommes croyants. Et il n'est en rien lésé s'il est partagé à la multitude, car c'est l'Esprit du Christ qu'ont reçu les prophètes, chacun d'eux autant qu'il pouvait en porter. Et encore aujourd'hui, c'est ce même Esprit du Messie qui est versé sur toute chair pour que prophétisent fils et filles, vieillards et jeunes gens, serviteurs et servantes (Jl 3,1 ;Ac 2,17). Le Messie est en nous, et le Messie est au ciel à la droite de son Père. Il n'a pas reçu l'Esprit avec mesure, mais son Père l'a aimé et a tout livré entre ses mains, lui donnant pouvoir sur tout son trésor... Notre Seigneur dit encore : « Tout m'a été confié par mon Père » (Mt 11,27)... L'apôtre Paul dit enfin : « Tout sera soumis au Christ, sauf son Père qui lui a tout soumis. Quand tout lui aura été soumis, alors il se soumettra lui aussi à Dieu son Père qui lui a tout soumis, et Dieu sera tout en tous » (1Co 15,27-28).



Evangelizo.org




















Quand je dis Dieu c'est un poème, c'est une étoile dans ma vie, 
du feu qui coule dans mes veines, un grand soleil pour aujourd'hui !



Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Donne-nous notre Pain de ce jour (Vie) : Parole de DIEU   Jeu 7 Avr 2016 - 19:38

Bonsoir Lumen,

Bonsoir à toutes et à tous,




Vendredi 8 Avril 2016


2ème Semaine du Temps Pascal


De la férie

(Couleur liturgique : Blanc )
Année C






(Première lecture)
Livre des Actes des Apôtres 5 : 34 à 42


« Ils repartaient tout joyeux d’avoir été jugés dignes de subir des humiliations pour le NOM de JÉSUS »

En ces jours-là,
comme les Apôtres étaient en train de comparaître
devant le Conseil suprême,
intervint un pharisien nommé Gamaliel,
docteur de la Loi, qui était honoré par tout le peuple.
Il ordonna de les faire sortir un instant,
puis il dit :
« Vous, Israélites,
prenez garde à ce que vous allez faire à ces gens-là.
Il y a un certain temps, se leva Theudas
qui prétendait être quelqu’un,
et à qui se rallièrent quatre cents hommes environ ;
il a été supprimé,
et tous ses partisans ont été mis en déroute et réduits à rien.
Après lui, à l’époque du recensement,
se leva Judas le Galiléen
qui a entraîné beaucoup de monde derrière lui.
Il a péri lui aussi,
et tous ses partisans ont été dispersés.
Eh bien, dans la circonstance présente, je vous le dis :
ne vous occupez plus de ces gens-là, laissez-les.
En effet, si leur résolution ou leur entreprise vient des hommes,
elle tombera.
Mais si elle vient de DIEU,
vous ne pourrez pas les faire tomber.
Ne risquez donc pas
de vous trouver en guerre contre DIEU. »
Les membres du Conseil se laissèrent convaincre ;
ils rappelèrent alors les Apôtres
et, après les avoir fait fouetter,
ils leur interdirent de parler au NOM de JÉSUS,
puis ils les relâchèrent.
Quant à eux, quittant le Conseil suprême,
ils repartaient tout joyeux d’avoir été jugés dignes
de subir des humiliations pour le NOM de JÉSUS.
Tous les jours, au Temple et dans leurs maisons,
sans cesse, ils enseignaient et annonçaient la Bonne Nouvelle :
le CHRIST, C’EST JÉSUS.

– PAROLE du SEIGNEUR.


Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris






Chez le SEIGNEUR, je me sens en sécurité

Du recueil de David.

[Psaume 26 (27), entièrement]



Psaume 26 (27) : 1, 4, 13 et 14

R/ J’ai demandé une chose au SEIGNEUR :
habiter SA MAISON.


Le SEIGNEUR est Ma Lumière et Mon Salut ;
de qui aurais-je crainte ?
Le SEIGNEUR est le Rempart de ma vie ;
devant qui tremblerais- je ?
R/

J’ai demandé une chose au SEIGNEUR,
la seule que je cherche :
habiter la MAISON du SEIGNEUR
tous les jours de ma vie,
pour admirer le SEIGNEUR dans SA BEAUTÉ
et m’attacher à SON TEMPLE.
R/

J’en suis sûr, je verrai les BONTÉS du SEIGNEUR
sur la Terre des vivants.
« Espère le SEIGNEUR, sois fort et prends courage ;
espère le SEIGNEUR. »
R/

Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris






Évangile de JÉSUS-CHRIST selon Saint Jean 6 : 1 à 15

Acclamation de l’Évangile :
Alléluia. Alléluia.
L’homme ne vit pas seulement de pain,
mais de toute PAROLE qui sort de la BOUCHE DE DIEU.
Alléluia.

(Mt 4, 4b)




« IL en distribua aux convives, autant qu’ils en voulaient »

En ce temps-là,
JÉSUS passa de l’autre côté de la mer de Galilée,
le lac de Tibériade.
Une grande foule LE suivait,
parce qu’elle avait vu les Signes
qu’IL accomplissait sur les malades.
JÉSUS gravit la montagne,
et là, IL était assis avec Ses Disciples.
Or, la Pâque, la fête des Juifs, était proche.
JÉSUS leva les yeux
et vit qu’une foule nombreuse venait à LUI.
IL dit à Philippe :
« Où pourrions-nous acheter du pain
pour qu’ils aient à manger ? »
IL disait cela pour le mettre à l’épreuve,
car IL savait bien, LUI, ce qu’IL allait faire.
Philippe LUI répondit :
« Le salaire de deux cents journées ne suffirait pas
pour que chacun reçoive un peu de pain. »
Un de Ses Disciples, André, le frère de Simon-Pierre, LUI dit :
« Il y a là un jeune garçon qui a cinq pains d’orge
et deux poissons,
mais qu’est-ce que cela pour tant de monde ! »
JÉSUS dit :
« Faites asseoir les gens. »
Il y avait beaucoup d’herbe à cet endroit.
Ils s’assirent donc, au nombre d’environ cinq mille hommes.
Alors JÉSUS prit les pains
et, après avoir rendu grâce,
IL les distribua aux convives ;
IL leur donna aussi du poisson,
autant qu’ils en voulaient.
Quand ils eurent mangé à leur faim,
IL dit à Ses Disciples :
« Rassemblez les morceaux en surplus,
pour que rien ne se perde. »
Ils les rassemblèrent, et ils remplirent douze paniers
avec les morceaux des cinq pains d’orge,
restés en surplus pour ceux qui prenaient cette nourriture.

À la vue du Signe que JÉSUS avait accompli,
les gens disaient :
« C’est vraiment LUI le Prophète annoncé,
CELUI qui vient dans le monde. »
Mais JÉSUS savait qu’ils allaient venir L’enlever
pour faire de LUI leur roi ;
alors de nouveau IL se retira dans la montagne,
LUI SEUL.

– Acclamons la PAROLE de DIEU.


Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris










Textes du jour, lu sur :
Les services de la liturgie Catholique

http://www.aelf.org/office-messe?date_my=08/04/2016


Liens :
http://www.aelf.org/office-messe
http://services.liturgiecatholique.fr/






Amicalement, fraternellement
Nicolas

Revenir en haut Aller en bas
Lumen
Admin
avatar

Messages : 4231
Date d'inscription : 18/10/2014
Localisation : France

MessageSujet: Re: Donne-nous notre Pain de ce jour (Vie) : Parole de DIEU   Ven 8 Avr 2016 - 14:05

Bonjour à vous tous, amis qui aimez la Parole de Vie, goûtez et voyez comme est bon le Seigneur !
Bonjour Nicolas, Merci !



Homélie :

« Après cela, Jésus s’en alla de l’autre côté de la mer de Galilée ou de Tibériade. Une grande foule le suivait, à la vue des signes qu’il opérait sur les malades.

Jésus gravit la montagne et là, il s’assit avec ses disciples. Or la Pâque, la fête des Juifs, était proche." Jésus, saisi de pitié, de compassion, est le Berger de son peuple : « En débarquant, il vit une foule nombreuse et il en eut pitié, parce qu’ils étaient comme des brebis qui n’ont pas de berger, et il se mit à les enseigner longuement. » Il a pitié de ses brebis, il les conduit sur de verts pâturages, il les rassasie, et il va chercher celle qui est perdue. Le discours sur le Pain de vie prend ses racines dans ce miracle de la multiplication des pains : À partir de cinq pains et de deux poissons, Jésus nourrit une foule nombreuse. Ce signe que Jésus accomplit nous montre qu’il a un pouvoir sur la nature. Le chemin de la vie divine est ouvert, c’est la vie du Père qui est donnée et nous comprenons mieux la Parole de Jésus. Nous entrons dans son mystère pour prendre corps en lui, comme l’enfant bien aimé du Père. Jésus qui a rejoint son Père dans le royaume est encore plus proche de nous, il est plus intime à nous-mêmes que nous ne le sommes à nous-mêmes. Il nous fait exister en lui, par lui et pour Lui. Cette transformation se fait par la puissance de l’amour de Dieu qui opère aujourd’hui dans la multiplication des pains.

"Levant alors les yeux et voyant qu’une grande foule venait à lui, Jésus dit à Philippe : « Où achèterons-nous des pains pour que mangent ces gens ? »

Il disait cela pour le mettre à l’épreuve, car lui-même savait ce qu’il allait faire. Philippe lui répondit : « Deux cents deniers de pain ne suffisent pas pour que chacun en reçoive un petit morceau. » Un de ses disciples, André, le frère de Simon-Pierre, lui dit : « Il y a ici un enfant, qui a cinq pains d’orge et deux poissons ; mais qu’est-ce que cela pour tant de monde ? » La foule pouvait survivre à une nuit de jeûne, mais la faim est le signe d’une nécessité plus haute. La faim, comme la soif, renvoient à des nécessités naturelles : manger, boire, sans quoi on meurt, mais elles renvoient aussi à des nécessités vitales d’ordre spirituel, elles révèlent le sens de notre existence humaine devant Dieu. Dans le discours sur le pain de vie qui suit la multiplication des pains, Jésus dira : « Je suis le pain de la vie. Qui vient à moi n’aura jamais faim, qui croit en moi n’aura jamais soif. » Après la multiplication des pains, Jésus reprochera à la foule de ne pas avoir compris le sens du miracle : « En vérité, en vérité je vous le dis, vous me cherchez non pas parce que vous avez vu des signes, mais parce que vous avez mangé du pain et avez été rassasiés. » Jésus est celui qui comble de biens les affamés, mais la multiplication des pains est signe d’une réalité plus haute : Jésus vient apporter une autre nourriture. Il est celui qui vient combler la faim existentielle de l’être humain ; celui qui vient désaltérer sa soif d’aimer et d’être aimé. La perspective de la communion fraternelle s’annonce, la lumière du don et du partage est donnée.

"Jésus leur dit : « Faites s’étendre les gens. » Il y avait beaucoup d’herbe en ce lieu. Ils s’étendirent donc, au nombre d’environ cinq mille hommes.

Alors Jésus prit les pains et, ayant rendu grâces, il les distribua aux convives, de même aussi pour les poissons, autant qu’ils en voulaient. Quand ils furent repus, il dit à ses disciples : « Rassemblez les morceaux en surplus, afin que rien ne soit perdu. » Ils les rassemblèrent donc et remplirent douze couffins avec les morceaux des cinq pains d’orge restés en surplus à ceux qui avaient mangé. A la vue du signe qu’il venait de faire, les gens disaient : « C’est vraiment lui le prophète qui doit venir dans le monde. » Alors Jésus, se rendant compte qu’ils allaient venir s’emparer de lui pour le faire roi, s’enfuit à nouveau dans la montagne, tout seul." Les miracles proclament le Royaume de Dieu qui vient, ils accompagnent la Parole, l’éclairent et la confirment. Nous recevons dans ce signe l’amitié de Jésus pour nous, une promesse. Nous découvrons un chemin à parcourir ensemble au cours duquel l’amitié s’épanouira, s’approfondira, il montre une direction, un sens à notre vie. La vie que Jésus nous donne, c’est la vie éternelle, la guérison qu’il nous procure, c’est le salut éternel, et le Pain dont il nous nourrit, c’est lui-même. A partir du don des cinq pains et des deux poissons de l’enfant, nous percevons la nourriture qui va nourrir la foule pour la transformer en action de grâce. A partir de cette nourriture pour la vie terrestre, Jésus nous entraine à sa vie divine, il demeure avec nous pour toujours. Il nous rassemble tous ensemble pour former un Peuple nouveau que l’Esprit Saint anime.

Citation :
Nous demandons la grâce d’être ressuscites avec Jésus


Père Gilbert Adam
Homélies et Le Pauvre qui guérit




Saint Albert le Grand (v. 1200-1280), dominicain
Livre sur le sacrement (trad. rev. Tournay)


« Jésus prit les pains et, après avoir rendu grâce, les leur distribua »

Seigneur, lavés et purifiés au plus profond de nous-mêmes, vivifiés par ton Esprit Saint, comblés par ton eucharistie, fais que nous ayons part à la grâce qui a été la part des saints apôtres et des disciples qui ont reçu le sacrement de ta main. Développe en nous la sollicitude et l'empressement à te suivre, comme tes membres (1Co 12,27), pour que nous soyons dignes de recevoir de toi le sens et l'expérience de ton aliment spirituel. Développe en nous le zèle de Pierre pour détruire toute volonté qui serait contraire à la tienne, ce zèle que Pierre a conçu à la Cène... Développe en nous la paix intérieure, la résolution et la joie qui ont été goûtées par saint Jean, incliné sur ta poitrine (Jn 13,25) ; que nous puissions puiser ainsi ta sagesse, que nous apprenions le goût de ta douceur, de ta bonté. Développe en nous la foi dans sa rectitude, développe l'espérance ferme et une charité parfaite.

Par l'intercession de tous les saints apôtres et de tous tes disciples bienheureux, fais-nous recevoir de ta main le sacrement, fais-nous éviter sans cesse la trahison de Judas et inspire à notre esprit ce que ton Esprit a inspiré aux saints qui sont maintenant dans le ciel, réalisant en eux la perfection de la béatitude. Réalise tout cela, toi qui vis et règnes avec le Père dans l'unité d'un même Esprit, dès avant tout commencement et bien au-delà des siècles. Amen.



Evangelizo.org




















Quand je dis Dieu c'est un poème, c'est une étoile dans ma vie, 
du feu qui coule dans mes veines, un grand soleil pour aujourd'hui !


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Donne-nous notre Pain de ce jour (Vie) : Parole de DIEU   

Revenir en haut Aller en bas
 
Donne-nous notre Pain de ce jour (Vie) : Parole de DIEU
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 18Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4 ... 10 ... 18  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
À Toi NOTRE PÈRE par les Saints Cœurs de JÉSUS, MARIE et JOSEPH.. :: LA SAINTE BIBLE, LES SAINTES ECRITURES :: Notre Pain de ce jour (Vie) : Parole de DIEU-
Sauter vers: