À Toi NOTRE PÈRE par les Saints Cœurs de JÉSUS, MARIE et JOSEPH..

Forum Catholique sous la protection de Saint Michel, faisant mémoire de Sylvie la fondatrice, Prières, Dévotions au Sacré Coeur, au Coeur Immaculé de Marie, au Coeur Chaste de Joseph et autres, Fidélité aux 3 Blancheurs et au Magistère de l'Eglise...
 
AccueilPortailS'enregistrerConnexion
Derniers sujets
» Prions aux intentions du Pape, défis de l'humanité
par Lumen Aujourd'hui à 15:55

» Je bénirai le Seigneur ...
par Lumen Aujourd'hui à 15:12

» ROSAIRE PERPÉTUEL
par Lumen Aujourd'hui à 14:53

» Jésus nous livre un grand secret : prier sans se décourager...
par Lumen Aujourd'hui à 14:50

» Neuvaine au Christ Roi de l'Univers : Du 16 au 26 novembre
par Lumen Aujourd'hui à 14:29

» Donne-nous notre Pain de ce jour (Vie) : Parole de DIEU*
par Lumen Aujourd'hui à 14:13

» La vision du Ciel de Saint André le fol en Christ
par Raphaël de l'Enfant Jésus Aujourd'hui à 11:54

» 56 apparitions de Marie pour demander d’une manière nouvelle l’Esprit Saint (II)
par Raphaël de l'Enfant Jésus Aujourd'hui à 10:24

» Pensée du jour: En acceptant Mon Amour, le mal et la souffrance sont vaincus.
par Raphaël de l'Enfant Jésus Aujourd'hui à 10:03

» Le Point Culminant
par Lumen Hier à 20:45

» Prières
par Raphaël de l'Enfant Jésus Hier à 20:23

» Une Crise Annoncée ?
par Lumen Hier à 20:20

» Chapelet du vendredi 17 novembre 2017 à Lourdes
par Raphaël de l'Enfant Jésus Hier à 20:14

» Catéchèse du pape Benoît XVI : Psaume 119 (118) "unique dans son genre", qui indique la voie du bonheur
par Lumen Hier à 19:51

» Vers la paix avec la spiritualité franciscaine
par Lumen Hier à 18:44

» Prions pour et avec les malades
par Lumen Hier à 18:12

» Chaque instant est un nouveau départ
par Lumen Hier à 18:01

» Dans la Divine Trinité, la communication est parfaite
par Lumen Hier à 17:47

» Neuvaine de la Présentation de Marie au Temple
par Lumen Hier à 13:07

» Consécration aux Cœurs de Jésus et Marie pour Notre Dame de Fatima
par Lumen Hier à 12:41

» Marie retrouve Jésus au temple
par Lumen Hier à 12:20

» 56 apparitions de Marie pour demander d’une manière nouvelle l’Esprit Saint (I)
par Raphaël de l'Enfant Jésus Hier à 10:15

» Pensée du jour: Apprends à te laisser guider par l'Amour. Je t'aime.
par Raphaël de l'Enfant Jésus Hier à 9:59

» Un grain de sel
par Lumen Jeu 16 Nov 2017 - 21:49

» Où est le Règne de Dieu ?
par Lumen Jeu 16 Nov 2017 - 20:53

» Chapelet du jeudi 16 novembre 2017 à Lourdes
par Raphaël de l'Enfant Jésus Jeu 16 Nov 2017 - 20:17

» Prier avec le Frère Charles de Foucauld
par Lumen Jeu 16 Nov 2017 - 15:24

» « Les religieux de saint Joseph nous ont appris à aimer Notre Dame »
par Raphaël de l'Enfant Jésus Jeu 16 Nov 2017 - 9:49

» Pensée du jour: Mon enfant, Je t'aime! Je t'aime! Je t'aime! Ces mots doivent se graver dans ton âme...
par Raphaël de l'Enfant Jésus Jeu 16 Nov 2017 - 9:16

» La messe n’est pas un spectacle, on a besoin de se préparer en silence
par Raphaël de l'Enfant Jésus Mer 15 Nov 2017 - 19:57

» Prier le "nouveau" Notre-Père
par Lumen Mer 15 Nov 2017 - 19:26

» Refusons la misère
par Lumen Mer 15 Nov 2017 - 18:46

» Clergé: ce qu’est un serviteur inutile, par le cardinal Stella
par Raphaël de l'Enfant Jésus Mer 15 Nov 2017 - 18:35

» Chapelet du mercredi 15 novembre 2017 à Lourdes
par Raphaël de l'Enfant Jésus Mer 15 Nov 2017 - 18:21

» Migrants : « merci pour ce que vous faites »
par Raphaël de l'Enfant Jésus Mer 15 Nov 2017 - 17:58

» Audience générale: la messe, rencontre d’amour
par Raphaël de l'Enfant Jésus Mer 15 Nov 2017 - 17:46

» La visite des mages
par Lumen Mer 15 Nov 2017 - 17:32

» Prier chaque jour
par Lumen Mer 15 Nov 2017 - 13:12

» C'est notre jour de reconnaissance, de merci !
par Lumen Mer 15 Nov 2017 - 12:28

» Notre-Dame-de-la-Paix, l’édifice chrétien le plus large au monde
par Raphaël de l'Enfant Jésus Mer 15 Nov 2017 - 10:30

Qui est en ligne ?
Il y a en tout 26 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 26 Invités :: 2 Moteurs de recherche

Aucun

Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 264 le Jeu 27 Mar 2014 - 20:02

Partagez | 
 

 Donne-nous notre Pain de ce jour (Vie) : Parole de DIEU

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1 ... 5, 6, 7 ... 12 ... 18  Suivant
AuteurMessage
Lumen
Admin
avatar

Messages : 4231
Date d'inscription : 18/10/2014
Localisation : France

MessageSujet: Re: Donne-nous notre Pain de ce jour (Vie) : Parole de DIEU   Lun 30 Mai 2016 - 18:08

Bonjour à vous tous, amis qui aimez la Parole de Vie, goûtez et voyez comme est bon le Seigneur !
Bonjour Nicolas, Merci !


Homélie :

« Jésus dit à ses disciples : « Si quelqu’un veut venir à ma suite, qu’il se renie lui-même, qu’il se charge de sa croix, et qu’il me suive. »

Qui veut en effet sauver sa vie la perdra, mais qui perdra sa vie à cause de moi la trouvera." Si quelqu’un veut marcher derrière moi, qu’il renonce à lui-même, qu’il prenne sa croix et qu’il me suive. La vie chrétienne est l’heureuse découverte de Jésus. Elle est aussi une marche à la suite de Jésus, le Crucifié, dans le renoncement. Jésus annonce sa Passion, son départ vers Jérusalem, avec sa mort et sa résurrection, « le troisième jour » : « Si quelqu’un veut venir après moi, qu’il me suive ! » Jésus ne contraint personne, il laisse chacun à son propre choix. Le moyen le plus puissant pour attirer à lui ceux qui le désire, c’est de leur donner la liberté de pouvoir le faire. Les biens que Jésus nous offrent sont si grands, qu’ils méritent que nous courions de nous-mêmes à leur recherche, que nous les désirions de notre propre mouvement. Nous vérifions la vérité de cette Parole de Dieu avec sainte Jeanne d’Arc. « Mue par ses voix, » Jeanne s’est adaptée à la vérité qui venait de Dieu au risque d’être perçue comme une sorcière, une folle. Elle sera brûlée vive comme une hérétique. Ce qui était important pour elle, c’était d’être fidèle au don de Dieu qui lui était fait, c’était d’être fidèle à l’Esprit Saint qui l’anime. Dans sa mission, elle a été consacrée dans la vérité. « Qui veut en effet sauver sa vie la perdra, mais qui perdra sa vie à cause de moi la trouvera. »

Que servira-t-il donc à l’homme de gagner le monde entier, s’il ruine sa propre vie ?"

Ou que pourra donner l’homme en échange de sa propre vie ? Si nous marchons derrière Jésus, nous acceptons de prendre des risques par amour pour lui. Jésus marche devant nous, il a assumé le premier l’existence risquée qu’il nous offre, sans autre raison que son amour pour nous. Celui qui prend sa croix, commence à vivre, en suivant Jésus, une étrange folie qui est la plus douce des sagesses. Il va perdre l’avoir, le valoir, le pouvoir, il se perd lui-même des yeux, n’ayant de regard que pour Celui qui marche devant. C’est une grande Sagesse que Jésus vient nous annoncer, il marque jusqu’à quel point nous devons nous renoncer, et mépriser les biens, les plaisirs et la gloire qui ne viendrait pas de Dieu. Nous témoignons du courage de Jésus dans ses souffrances, de l’humilité, de la douceur, et de la modestie de Jésus, tout ce qui est nécessaire pour souffrir en vrai chrétien. Avec Jeanne d’Arc nous voulons que notre vie soit dans la suite de Jésus, nous laissons résonner en nous la Parole de Jésus : Ce qui en nous n’est pas dans la vérité du Don de Dieu doit devenir une offrande sacrée.

« C’est qu’en effet le Fils de l’homme doit venir dans la gloire de son Père, avec ses anges, et alors il rendra à chacun selon sa conduite."

Trouver son âme, c’est trouver sa vie, se trouver soi-­même en Dieu et selon Dieu. Nous voulons creuser un chemin de bonté et aller à Jésus par le chemin de l’amour, dans le don de soi. La suite de Jésus pauvre implique une nouvelle relation à Dieu, il s’agit d’insérer notre vie chaque jour dans le projet de Dieu. Consacrés dans la vérité de Jésus, nous sommes envoyés au monde. Pour Jeanne d’Arc, marcher à la suite de Jésus, c’était se renier elle-même, et se charger de sa croix, et le suivre. Tout ce qui pouvait lui être encore « personnel : » amour propre, volonté propre, idée propre, devait éclater, pour être remis dans la vérité qui vient de Dieu. Pour être capables d’affronter l’adversaire dans le combat spirituel, il faut être consacrés dans la vérité. Mus par l’Esprit Saint, que nous soyons dans la lumière qui vient du cœur de Dieu. Nous rendons grâce à Dieu en lui chantant toujours des hymnes. Avec Jeanne d’Arc, nous voulons faire refleurir les déserts, afin que l’humanité soit agréable à Dieu et devant les hommes par la miséricorde de Jésus.


Citation :
Nous demandons la grâce de la confiance pour demeurer dans les sentiments du cœur de Jésus.


Père Gilbert Adam
Homélies et Le Pauvre qui guérit


Source :  



Sainte Catherine de Sienne (1347-1380), tertiaire dominicaine, docteur de l'Église, co-patronne de l'Europe
Le Dialogue, 24 (trad. Guigues, Seuil 1953, p. 95 rev.)


« Moi, je suis la vraie vigne, et mon Père est le vigneron » (Jn 15,1)

Dieu a dit à sainte Catherine : Sais-tu ce que je fais lorsque mes serviteurs veulent suivre la doctrine du doux Verbe d'amour ? Je les taille pour qu'ils produisent beaucoup de fruit et pour que leurs fruits soient doux et ne redeviennent pas sauvages. Le vigneron taille les sarments de la vigne pour qu'ils produisent un meilleur vin ; n'est-ce pas ce que je fais, moi, le vrai vigneron ? (Jn 15,1) Mes serviteurs qui sont en moi, je les taille par beaucoup de tribulations pour qu'ils produisent des fruits plus abondants et meilleurs et pour que leur vertu soit éprouvée ; mais ceux qui demeurent stériles je les coupe et je les mets au feu (Jn 15,6).

Les vrais ouvriers travaillent bien leur âme ; ils en arrachent tout amour-propre et retournent la terre de leur amour pour moi. Ils fertilisent et accroissent ainsi la semence de la grâce qu'ils ont reçue dans le saint baptême. En cultivant leur vigne, ils cultivent aussi celle de leur prochain ; ils ne peuvent pas cultiver l'une sans l'autre. Souviens-toi que tout mal et tout bien se font par le moyen du prochain. C'est ainsi que vous êtes mes vignerons, issus de moi, l'éternel vigneron. C'est moi qui vous ai unis et greffés sur cette vigne grâce à l'union que j'ai établie avec vous... Tous ensemble vous ne formez qu'une seule vigne universelle... ; vous êtes unis dans la vigne du corps mystique de la sainte Église dont vous tirez votre vie. Dans cette vigne est planté le cep de mon Fils unique sur lequel vous devez tous être greffés pour rester en vie.


Evangelizo.org













Quand je dis Dieu c'est un poème, c'est une étoile dans ma vie, 
du feu qui coule dans mes veines, un grand soleil pour aujourd'hui !



Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Donne-nous notre Pain de ce jour (Vie) : Parole de DIEU   Lun 30 Mai 2016 - 19:10

Bonsoir Lumen,

Bonsoir à toutes et à tous,





Mardi 31 Mai 2016


La Visitation de la VIERGE MARIE
Fête de la VIERGE MARIE
Une charité attentive, la joie d’un coeur ouvert au projet DIVIN...
La rencontre de MARIE et Élisabeth fait déjà percevoir des signes du salut apporté par le CHRIST.



9ième semaine du Temps Ordinaire

(Couleur liturgique :
Blanc )

Année C






(Première lecture)
Livre du Prophète Sophonie 3 : 14 à 18


« Le roi d’Israël, le SEIGNEUR, est en toi »

Pousse des cris de joie, fille de Sion !
Éclate en ovations, Israël !
Réjouis-toi, de tout ton cœur bondis de joie,
fille de Jérusalem !
Le SEIGNEUR a levé les sentences qui pesaient sur toi,
IL a écarté tes ennemis.
Le roi d’Israël, le SEIGNEUR, est en toi.
Tu n’as plus à craindre le malheur.
Ce jour-là, on dira à Jérusalem :
« Ne crains pas, Sion !
Ne laisse pas tes mains défaillir !
Le SEIGNEUR ton DIEU est en toi,
c’est LUI, le HÉROS qui apporte le Salut.
IL aura en toi SA JOIE et SON ALLÉGRESSE,
IL te renouvellera par SON AMOUR ;
IL exultera pour toi et se réjouira,
comme aux jours de fête. » ?
J’ai écarté de toi le malheur,
pour que tu ne subisses plus l’humiliation.

– PAROLE du SEIGNEUR.


Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris








[Cantique d’Isaïe 12 ; entièrement]



Cantique d’Isaïe : 12 : 2, 3, 4abcd, 4e et 5, 6

R/ IL est GRAND au milieu de toi,
le DIEU SAINT d’Israël.


Voici le DIEU qui me sauve :
j’ai confiance, je n’ai plus de crainte.
Ma Force et mon Chant, c’est le SEIGNEUR ;
IL est pour moi le Salut.
R/

Exultant de joie,
vous puiserez les eaux
aux sources du Salut.
R/

Ce jour-là, vous direz :
« Rendez grâce au SEIGNEUR,
proclamez SON NOM,
annoncez parmi les peuples SES HAUTS FAITS ! »
R/

Redites-le : « SUBLIME EST SON NOM ! »
Jouez pour le SEIGNEUR,
IL montre SA MAGNIFICENCE,
et toute la Terre le sait.
R/

Jubilez, criez de joie,
habitants de Sion,
car IL EST GRAND au milieu de toi,
le SAINT d’Israël !
R/

Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris






Évangile de JÉSUS-CHRIST selon Saint Luc 1 : 39 à 56

Acclamation de l’Évangile :
Alléluia. Alléluia.
Heureuse es-Tu, VIERGE MARIE,
Toi qui as cru que s’accompliraient pour Toi
les PAROLES DU SEIGNEUR.
Alléluia.

(cf. Lc 1, 45)




« D’où m’est-il donné que la Mère de mon SEIGNEUR vienne jusqu’à moi ? »

En ces jours-là,
MARIE se mit en route et se rendit avec empressement
vers la région montagneuse, dans une ville de Judée.
Elle entra dans la maison de Zacharie
et salua Élisabeth.
Or, quand Élisabeth entendit la salutation de MARIE,
l’enfant tressaillit en elle.
Alors, Élisabeth fut remplie d’ESPRIT SAINT,
et s’écria d’une voix forte :
« Tu es bénie entre toutes les femmes,
et le FRUIT de Tes entrailles est BÉNI.
D’où m’est-il donné
que la Mère de mon SEIGNEUR vienne jusqu’à moi ?
Car, lorsque Tes paroles de salutation sont parvenues à mes oreilles,
l’enfant a tressailli d’allégresse en moi.
Heureuse celle qui a cru à l’accomplissement des PAROLES
qui lui furent dites de la part du SEIGNEUR. »
MARIE dit alors :
« Mon âme exalte le SEIGNEUR,
exulte mon esprit en DIEU, mon SAUVEUR !
IL s’est penché sur son humble servante ;
désormais tous les âges me diront Bienheureuse.
Le PUISSANT fit pour moi des MERVEILLES ;
SAINT EST SON NOM !
SA MISÉRICORDE s’étend d’âge en âge
sur ceux qui LE craignent.
Déployant la FORCE DE SON BRAS,
IL disperse les superbes.
IL renverse les puissants de leurs trônes,
IL élève les humbles.
IL comble de biens les affamés,
renvoie les riches les mains vides.
IL relève Israël son serviteur,
IL se souvient de SON AMOUR
de la PROMESSE faite à nos pères,
en faveur d’Abraham et sa descendance à jamais. »

MARIE resta avec Élisabeth environ trois mois,
puis elle s’en retourna chez elle.

– Acclamons la PAROLE de DIEU.


Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris








Textes du jour, lu sur :
Les services de la liturgie Catholique

http://www.aelf.org/office-messe?date_my=31/05/2016


Liens :
http://www.aelf.org/office-messe
http://services.liturgiecatholique.fr/






Amicalement, fraternellement
Nicolas

Revenir en haut Aller en bas
Lumen
Admin
avatar

Messages : 4231
Date d'inscription : 18/10/2014
Localisation : France

MessageSujet: Re: Donne-nous notre Pain de ce jour (Vie) : Parole de DIEU   Mar 31 Mai 2016 - 13:22

Bonjour à vous tous, amis qui aimez la Parole de Vie, goûtez et voyez comme est bon le Seigneur !
Bonjour Nicolas, Merci !



Homélie pour la Visitation de Marie à sa cousine Elisabeth - Origène

Les meilleurs vont vers les moins bons, pour leur procurer quelque avantage par leur venue. Ainsi, le Sauveur vient près de Jean pour sanctifier son baptême ; et dès que Marie eut entendu l'ange lui annoncer qu'elle allait concevoir le Sauveur et que sa cousine Elisabeth était enceinte, elle partit, se rendit en hâte vers le haut pays et entra dans la maison d'Elisabeth. Car Jésus, dans le sein de Marie, se hâtait de sanctifier Jean, encore dans le sein de sa mère. Avant l'arrivée de Marie et son salut, l'enfant n'avait pas tressailli dans le sein de sa mère ; mais dès que Marie eut prononcé la parole que le Fils de Dieu, dans son sein maternel, lui avait suggérée, l'enfant tressaillit de joie et, dès lors, de son précurseur, Jésus fit un prophète.

Marie, tout à fait digne d'être mère du Fils de Dieu, devait, après son entretien avec l'ange, gravir la montagne et demeurer sur les sommets. D'où ces mots : « En ces jours-là, Marie partit et se rendit en hâte vers le haut pays. » Il lui fallait aussi, parce qu'elle était active et pleine de sollicitude se hâter avec zèle et, remplie de l'Esprit-Saint, être conduite sur les sommets et protégée par la puissance divine, qui l'avait déjà couverte de son ombre. Elle vint donc « dans une ville de Juda ; elle entra chez Zacharie et salua Elisabeth. Or, dès qu'Elisabeth eut entendu la salutation de Marie, l'enfant tressaillit dans son sein et Elisabeth fut remplie du Saint-Esprit.[1] »

C'est pourquoi il n'est pas douteux que, si Elisabeth fut alors remplie du Saint-Esprit ce fut à cause de son fils. Car ce n'est pas la mère qui, la première, a mérité le Saint-Esprit ; mais lorsque Jean, encore enfermé dans son sein, eut reçu le Saint-Esprit, alors, Elisabeth, après la sanctification de son fils, fut remplie du Saint-Esprit. Tu pourras le croire, si tu as remarqué une chose semblable à propos du Sauveur... Car Marie fut remplie du Saint-Esprit, quand elle commença à avoir le Sauveur en son sein. En effet, dès qu'elle eut reçu l'Esprit Saint, créateur du corps du Seigneur, et que le Fils de Dieu eut commencé à être dans son sein, Marie aussi fut remplie de l'Esprit-Saint.

« Alors Elisabeth poussa un grand cri et dit : Tu es bénie entre les femmes.[2] »

Si la naissance du Sauveur n'avait pas été céleste et bienheureuse, si elle n'avait pas eu quelque chose de divin et de supérieur à l'humanité, jamais sa doctrine ne se serait répandue sur toute la terre. S'il y avait eu dans le sein de Marie un homme au lieu du Fils de Dieu, comment pourrait-on expliquer, au temps du Christ comme maintenant, des guérisons de maladies de toutes sortes, non seulement physiques, mais encore morales ?...

Avant Jean, Elisabeth prophétise ; avant la naissance du Seigneur notre Sauveur, Marie prophétise. Et de même que le péché a commencé par une femme pour atteindre ensuite l'homme, de même le salut a débuté par des femmes, pour que les autres, oubliant la faiblesse de leur sexe, imitent la vie et la conduite des saintes, surtout de celles que l'Evangile nous décrit maintenant. Voyons donc la prophétie de la Vierge. « Mon âme magnifie le Seigneur, dit-elle, et mon esprit exalte en Dieu mon Sauveur.[3] » Deux principes, l'âme et l'esprit, s'acquittent d'une double louange. L'âme célèbre le Seigneur, l'esprit célèbre Dieu, non pas que la louange du Seigneur soit différente de celle de Dieu, mais parce que Dieu est aussi Seigneur et que le Seigneur est également Dieu.

On me demande comment l'ame magnifie (c'est-à-dire agrandit) le Seigneur. Car, si le Seigneur ne peut être ni augmenté ni diminué, s'il est ce qu'il est, comment Marie peut-elle dire maintenant : « Mon âme magnifie le Seigneur » ? Si je considère que le Seigneur notre Sauveur est « l'image du Dieu invisible[4] », si je vois mon âme faite « à l'image du créateur[5] », afin d'être l'image de l'image (car mon âme n'est pas exactement l'image de Dieu, mais elle a éte créée à la ressemblance de la première image) alors voici ce que je comprendrai : à la manière de ceux dont le métier est de peindre des images et d'utiliser leur art à reproduire un seul modèle, le visage d'un roi par exemple, chacun de nous donne à son âme l'image du Christ ; il en trace une image plus ou moins grande, délavée ou ternie, ou, au contraire, claire et lumineuse, ressemblant au modèle. Donc, lorsque j'aurai agrandi l'image de l'image, c'est-à-dire mon âme, lorsque je l'aurai « magnifiée » par mes actions, mes pensées et mes paroles, alors l'image de Dieu grandira et le Seigneur lui-même sera « magnifié » dans mon âme qui en est l'image. De même que le Seigneur grandit dans cette image que nous sommes de lui, de méme, si nous tombons dans le peché, il diminue et décroît...

Voilà pourquoi l'âme de Marie magnifie d'abord le Seigneur et ensuite « son esprit exulte en Dieu. » En effet, si nous n'avons pas grandi auparavant, nous ne pouvons exulter. « Parce que, dit-elle, il a jeté les yeux sur l'humilité de sa servante.[6] » Quelle est cette humilité de Marie que le Seigneur a regardée ? Qu'avait d'humble et de bas la mère du Sauveur qui portait en elle le Fils de Dieu ? « Il a jeté les yeux sur l'humilité de sa servante », cela veut dire à peu près : il a jeté les yeux sur la justice de sa servante, sur sa tempérance, sur sa force et sur sa sagesse. D'ailleurs, il est naturel que Dieu regarde les vertus. On me dira peut-être : Je comprends que Dieu regarde la justice et la sagesse de sa servante ; mais il n'est pas évident qu'il fasse attention à son humilité. Celui qui cherche à comprendre doit remarquer que précisement l'humilité est designée dans les Ecritures comme l'une des vertus. Du reste, le Sauveur déclare : « Apprenez de moi que je suis doux et humble de coeur ; et vous trouverez soulagement pour vos âmes.[7] »

« Désormais toutes les générations me diront bienheureuse.[8] » Si je comprends dans le sens le plus simple les mots « toutes les générations », je l'interprète des croyants. Mais si je réfléchis plus profondément, je remarque qu'il vaut bien mieux ajouter : « car le Tout-Puissant a fait pour moi de grandes choses.[9] » En effet, puisque « tout homme qui s'abaisse sera élevé[10] », Dieu qui a regardé l'humilité de la bienheureuse Marie, a naturellement le Tout-Puissant fait pour elle de grandes choses.

« Et sa miséricorde s'étend d'âge en âge.[11] » La miséricorde de Dieu s'étend non pas sur une, deux, trois, ni même cinq genérations, mais éternellement, d'âge en âge. « Pour ceux qui le craignent, il a déployé la force de son bras.[12]] » Si, malgré ta faiblesse, tu approches du Seigneur dans la crainte, tu pourras entendre sa promesse en réponse à ta crainte. Quelle est cette promesse ? Il se fait, dit Marie, la force de ceux qui le craignent. La force ou la puissance est une qualité royale... Si donc tu crains Dieu, il te donne sa force et sa puissance, il te donne son Royaume, afin que, soumis au Roi des rois, tu possèdes le Royaume des Cieux, dans le Christ Jésus.

« Marie demeura avec Elisabeth environ trois mois, puis elle s'en retourna chez elle.[13] » S'il a suffi de la venue de Marie chez Elisabeth et de sa salutation pour que l'enfant tressaille de joie et qu'Elisabeth, remplie de l'Esprit-Saint, prophétise ce que rapporte l'Evangile, si une seule heure a apporté de si grandes transformations, il nous reste à imaginer quels progrès Jean a réalisés pendant les trois mois du séjour de Marie près d'Elisabeth. Si en un instant le petit enfant a tressailli et, pourrait-on dire, bondi de joie, et si Elisabeth a été remplie de l'Esprit Saint, il est anormal que, pendant trois mois, ni Jean, ni Elisabeth n'aient pas réalisé de progrès au voisinage de la mère du Seigneur et en la présence du Sauveur lui-même.


Origène

----------------------------------------------------------------------------------


[1] Evangile selon saint Luc, I 39-41.

[2] Evangile selon saint Luc, I 42.

[3] Evangile selon saint Luc, I 46-47.

[4] Epître de saint Paul aux Colossiens, I 15.

[5] Livre de la Genèse I 27.

[6] Evangile selon saint Luc, I 48.

[7] Evangile selon saint Matthieu, XI 29.

[8] Evangile selon saint Luc, I 48.

[9] Evangile selon saint Luc, I 49.

[10] Evangile selon saint Luc, XIV 11.

[11] Evangile selon saint Luc, I 50.

[12] Evangile selon saint Luc, I 50-51.

[13] Evangile selon saint Luc, I 56.


Source :  



Une homélie grecque du 4e siècle
attribuée à tort à saint Grégoire de Néocésarée, dit le Thaumaturge,

no. 2 ; PG 10, 1156s (trad. Quéré, Luc commenté, DDB 1987, p. 38)


« Comment ai-je ce bonheur que la mère de mon Seigneur vienne jusqu'à moi ? »

« Dès qu'Élisabeth eut entendu la salutation de Marie, l'enfant tressaillit de joie en son sein et Élisabeth fut remplie de l'Esprit Saint. » Ainsi opère la voix de Marie, qui remplit Élisabeth de l'Esprit Saint. Comme une source éternelle, elle énonce à sa cousine, de sa langue prophétique, un fleuve de grâces, et elle fait remuer et tressaillir les pieds de l'enfant retenu en son sein : figure d'une danse merveilleuse ! Lorsque paraît Marie, comblée de grâces, tout déborde de joie.

      « Alors Élisabeth poussa un grand cri et dit : Bénie es-tu entre les femmes et béni le fruit de ton sein ! Comment m'est-il donné que la mère de mon Seigneur vienne à moi ? » Tu es bénie entre les femmes. Tu es le principe de leur régénération. Tu nous a ouvert le libre accès du paradis et tu as chassé nos douleurs anciennes. Non, après toi, la multitude des femmes ne souffrira plus. Les héritières d'Ève ne redouteront plus sa vieille malédiction, ni les douleurs de l'accouchement. Car Jésus Christ, le rédempteur de notre humanité, le Sauveur de toute la nature, l'Adam spirituel qui guérit les blessures de l'homme terrestre, Jésus Christ sort de tes entrailles sacrées. « Bénie es-tu entre les femmes et béni le fruit de ton sein ! »


Evangelizo.org










Magnificat * anima mea Dominum.
Et exsultavit spiritus meus * in Deo salutari meo.
Quia respexit humilitatem ancillae suae: * ecce enim ex hoc beatam me dicent omnes generationes.
Quia fecit mihi magna qui potens est: * et sanctum nomen eius.
Et misericordia eius a progenie in progenies * timentibus eum.
Fecit potentiam in brachio suo * dispersit superbos mente cordis sui.
Deposuit potentes de sede, * et exaltavit humiles.
Esurientes implevit bonis: * et divites dimisit inanes.
Suscepit Israel puerum suum, * recordatus misericordiae suae.
Sicut locutus est ad patres nostros * Abraham at semini eius in saecula.
Gloria Patri, et Filio, * et Spiritui Sancto.
Sicut erat in principio, et nunc, et semper, * et in saecula saeculorum. Amen.









Quand je dis Dieu c'est un poème, c'est une étoile dans ma vie, 
du feu qui coule dans mes veines, un grand soleil pour aujourd'hui !



Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Donne-nous notre Pain de ce jour (Vie) : Parole de DIEU   Mar 31 Mai 2016 - 19:01

Bonsoir Lumen,

Bonsoir à toutes et à tous,




Mercredi 1er Juin 2016

Saint Justin, Martyr
Mort en 165. Philosophe païen converti à l’âge de 30 ans. Il ouvrit à Rome une école de catéchistes et défendit, par ses écrits, la foi chrétienne. Décapité sous Marc Aurèle.

9ième semaine du Temps Ordinaire

(Couleur liturgique :
Rouge )

Année C






(Première lecture)
Deuxième Lettre de Saint Paul Apôtre à Timothée 1 : 1 à 3, 6 à 12


« Ravive le DON GRATUIT DE DIEU, ce DON qui est en toi depuis que je t’ai imposé les mains »

Paul, Apôtre du CHRIST JÉSUS
par la VOLONTÉ DE DIEU,
selon la PROMESSE DE LA VIE
que nous avons dans le CHRIST JÉSUS,
à Timothée,
mon enfant bien-aimé.
À toi, la grâce, la MISÉRICORDE et la PAIX
de la part de DIEU le PÈRE
et du CHRIST JÉSUS notre SEIGNEUR.
Je suis plein de gratitude envers DIEU,
à qui je rends un culte avec une conscience pure,
à la suite de mes ancêtres,
je LUI rends grâce en me souvenant continuellement de toi dans mes prières,
nuit et jour.
Voilà pourquoi, je te le rappelle, ravive le DON GRATUIT DE DIEU,
ce DON qui est en toi depuis que je t’ai imposé les mains.
Car ce n’est pas un esprit de peur que DIEU nous a donné,
mais un Esprit de Force, d’Amour et de pondération.
N’aie pas honte de rendre témoignage à notre SEIGNEUR,
et n’aie pas honte de moi, qui suis son prisonnier ;
mais, avec la FORCE de DIEU, prends ta part des souffrances
liées à l’annonce de l’Évangile.
Car DIEU nous a sauvés,
IL nous a appelés à une VOCATION SAINTE,
non pas à cause de nos propres actes,
mais à cause de SON PROJET à LUI et de SA GRÂCE.
Cette GRÂCE nous avait été donnée dans le CHRIST JÉSUS
avant tous les siècles,
et maintenant elle est devenue visible,
car notre SAUVEUR, le CHRIST JÉSUS, s’est manifesté :
IL a détruit la mort,
et IL a fait resplendir la VIE et l’IMMORTALITÉ
par l’annonce de l’Évangile,
pour lequel j’ai reçu la charge
de messager, d’Apôtre et d’Enseignant.
Et c’est pour cette raison que je souffre ainsi ;
mais je n’en ai pas honte,
car je sais en qui j’ai cru,
et j’ai la conviction qu’IL est assez PUISSANT
pour sauvegarder, jusqu’au jour de SA VENUE,
le dépôt de la foi qu’IL m’a confié.

– PAROLE du SEIGNEUR.


Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris






L’attente des humiliés


Chant des pèlerinages.

[ Psaume 122 (123) ; entièrement ]




Psaume 122 (123) : 1 et 2ab, 2cdef

R/ Vers TOI, SEIGNEUR, j’ai les yeux levés.

Vers TOI j’ai les yeux levés,
vers TOI qui es au Ciel,
comme les yeux de l’esclave
vers la main de son maître.
R/

Comme les yeux de la servante
vers la main de sa maîtresse,
nos yeux, levés vers le SEIGNEUR notre DIEU,
attendent sa pitié.
R/

Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris






Évangile de JÉSUS-CHRIST selon Saint Marc 12 : 18 à 27

Acclamation de l’Évangile :
Alléluia. Alléluia.
Moi, JE SUIS LA RÉSURRECTION et LA VIE, dit le SEIGNEUR.
Celui qui croit en Moi ne mourra jamais.
Alléluia.

(cf. Jn 11, 25a-26)




« IL n’est pas le DIEU des morts, mais des vivants »

En ce temps-là,
des sadducéens
– ceux qui affirment qu’il n’y a pas de résurrection –
vinrent trouver JÉSUS.
Ils L’interrogeaient :
« MAÎTRE, Moïse nous a prescrit :

Si un homme a un frère qui meurt
en laissant une femme, mais aucun enfant,
il doit épouser la veuve
pour susciter une descendance à son frère.


Il y avait sept frères ;
le premier se maria,
et mourut sans laisser de descendance.
Le deuxième épousa la veuve,
et mourut sans laisser de descendance.
Le troisième pareillement.
Et aucun des sept ne laissa de descendance.
Et en dernier, après eux tous, la femme mourut aussi.
À la résurrection, quand ils ressusciteront,
duquel d’entre eux sera-t-elle l’épouse,
puisque les sept l’ont eue pour épouse ? »
JÉSUS leur dit :
« N’êtes-vous pas en train de vous égarer,
en méconnaissant les Écritures et la PUISSANCE de DIEU ?
Lorsqu’on ressuscite d’entre les morts,
on ne prend ni femme ni mari,
mais on est comme les Anges dans les Cieux.
Et sur le fait que les morts ressuscitent,
n’avez-vous pas lu dans le Livre de Moïse,
au récit du buisson ardent,
comment DIEU lui a dit :

Moi, JE SUIS le DIEU d’Abraham,
le DIEU d’Isaac,
le DIEU de Jacob ?


IL n’est pas le DIEU des morts, mais des vivants.
Vous vous égarez complètement. »

– Acclamons la PAROLE de DIEU.


Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris









Textes du jour, lu sur :
Les services de la liturgie Catholique

http://www.aelf.org/office-messe?date_my=01/06/2016


Liens :
http://www.aelf.org/office-messe
http://services.liturgiecatholique.fr/






Amicalement, fraternellement
Nicolas

Revenir en haut Aller en bas
Lumen
Admin
avatar

Messages : 4231
Date d'inscription : 18/10/2014
Localisation : France

MessageSujet: Re: Donne-nous notre Pain de ce jour (Vie) : Parole de DIEU   Mer 1 Juin 2016 - 16:42

Bonjour à vous tous, amis qui aimez la Parole de Vie, goûtez et voyez comme est bon le Seigneur !
Bonjour Nicolas, Merci !


Homélie :

"Des sadducéens, qui disent qu’il n’y a pas de résurrection, viennent interroger Jésus :

Maître, voici ce que Moïse nous a prescrit : Si quelqu’un meurt sans enfant, laissant une femme derrière lui, son frère prendra la femme et suscitera une descendance au défunt. … A la résurrection, quand ils se relèveront, duquel sera–t–elle la femme ? Car les sept l’ont eue pour femme !" Jésus dit que l’attente confiante de la résurrection est associé à la vie qui est présente maintenant. Dans son évocation de l’alliance avec Abraham, Isaac et Jacob, c’est l’éternel présent de cette alliance qui est évoqué. Jésus nous emmène plus loin que les considérations sur la résurrection de la fin des temps. Il dira : « Dieu n’est pas le Dieu des morts mais des vivants, » le présent des vivants est le Don du Dieu, maintenant et toujours. Jésus témoigne en faveur d’une rencontre entre le futur de la résurrection et le présent ici et maintenant. La prédication de Jésus, avec douceur et humilité, réaffirme ce qui est déjà dit à propos de la résurrection aujourd’hui et qui inaugure déjà la fin des temps. L’histoire des sadducéens montre combien nos esprits peuvent être limités, elle montre aussi la stérilité de l’humanité quand elle réfléchit en l’absence du Dieu vivant.

"Jésus reprit : Voilà pourquoi vous vous égarez ; vous ne comprenez ni les Écritures, ni la puissance de Dieu.

En effet, quand on se relève d’entre les morts, on ne prend ni femme ni mari, mais on est comme des anges dans les cieux. Quant au fait que les morts se réveillent, n’avez–vous pas lu, dans le livre de Moïse, ce que Dieu lui a dit près du buisson : C’est moi, le Dieu d’Abraham, le Dieu d’Isaac et le Dieu de Jacob !" Nous contemplons la patience de Jésus mis à l’épreuve ! Il redit combien la génération humaine est importante jusqu’à ce que le nombre des élus soit complet. Les sadducéens, dans leur discours, reprennent une conception de la résurrection mal comprise, ils ne réussissent pas à se séparer d’une nécessité d’engendrer dans l’au delà. Ils sont dans l’incapacité de voir advenir ici et maintenant, la vraie vie. Les justes vivent dans l’espérance d’un accomplissement de la promesse de Dieu, ils ont part à cet accomplissement qui s’amorce aujourd’hui. Ils peuvent voir dans l’accomplissement des promesses de Jésus, un accomplissement de leur propre espérance. La vie dans l’amour, dont nous avons l’expérience dans la communion des saints, est déjà pour maintenant. La tendresse de Dieu manifestée par Jésus aujourd’hui, annonce une Vie et un Amour éternel que nous vivons à sa suite.

"Dieu n’est pas le Dieu des morts, mais des vivants. Vous vous égarez complètement."

Les temps sont accomplis, le Royaume de Dieu est tout proche. Par la puissance de la tendresse de Dieu et de son Envoyé Jésus Christ, une « naissance » d’amour nous est donnée. Cette fécondité de vie et d’Amour s’est manifestée dans la maternité de Marie, la Mère de Jésus. L’égarement des sadducéens les met hors de toute espérance, il leur fait ignorer ce que Jésus est venu révéler. C’est un manque d’espérance dans le « jour de Dieu, » dans la résurrection qui fait naitre l’homme à la filiation divine. Dans la puissance de l’Amour infini de Dieu, Jésus est entré à Jérusalem comme le messie attendu à la fin des temps. La venue du règne de Dieu est l’accomplissement des Ecritures annoncée par les prophètes. Jésus le manifestera par sa Passion, sa mort et sa Résurrection. Dans cette nouvelle génération qui nous prépare le ciel, nous sommes à jamais avec Dieu. Cet Amour tout nouveau annonce une éternité de bonheur : « Le Christ Jésus s’est manifesté en détruisant la mort, en faisant resplendir la vie ». Cette vie, située dans l’Amour infini de Dieu est là pour qui veut la recevoir. Cette « naissance » d’amour nous est donnée en Église, par l’imposition des mains, dans la puissance de l’Amour infini de Dieu.

Citation :
Nous demandons la grâce d’entrer dans le mystère de l’Amour infini de Dieu, de la Résurrection du Christ.


Père Gilbert Adam
Homélies et Le Pauvre qui guérit


Source :  



Catéchisme de l'Église catholique
§ 988-994


« Il n'est pas le Dieu des morts, mais des vivants »

« Je crois à la résurrection de la chair » : le Credo chrétien –- profession de notre foi en Dieu le Père, le Fils et le Saint Esprit, et dans son action créatrice, salvatrice et sanctificatrice –- culmine en la proclamation de la résurrection des morts à la fin des temps, et en la vie éternelle. Nous croyons fermement, et ainsi nous espérons, que de même que le Christ est vraiment ressuscité des morts, et qu'il vit pour toujours, de même après leur mort les justes vivront pour toujours avec le Christ ressuscité et qu'il les ressuscitera au dernier jour. Comme la sienne, notre résurrection sera l'œuvre de la très sainte Trinité... Le terme « chair » désigne l'homme dans sa condition de faiblesse et de mortalité. La « résurrection de la chair » signifie qu'il n'y aura pas seulement, après la mort, la vie de l'âme immortelle, mais que même nos « corps mortels » (Rm 8,11) reprendront vie.

     Croire en la résurrection des morts a été dès ses débuts un élément essentiel de la foi chrétienne. « Une conviction des chrétiens : la résurrection des morts ; cette croyance nous fait vivre » (Tertullien)... La résurrection des morts a été révélée progressivement par Dieu à son peuple. L'espérance en la résurrection corporelle des morts s'est imposée comme une conséquence intrinsèque de la foi en un Dieu créateur de l'homme tout entier, âme et corps. Le créateur du ciel et de la terre est aussi Celui qui maintient fidèlement son alliance avec Abraham et sa descendance. C'est dans cette double perspective que commencera à s'exprimer la foi en la résurrection...

     Les pharisiens et bien des contemporains du Seigneur espéraient la résurrection. Jésus l'enseigne fermement. Aux sadducéens qui la nient il répond : « Vous ne connaissez ni les Écritures ni la puissance de Dieu, vous êtes dans l'erreur ». La foi en la résurrection repose sur la foi en Dieu qui « n'est pas un Dieu des morts, mais des vivants ». Mais il y a plus : Jésus lie la foi en la résurrection à sa propre personne : « Je suis la résurrection et la vie » (Jn 11,25). C'est Jésus lui-même qui ressuscitera au dernier jour ceux qui auront cru en lui et qui auront mangé son corps et bu son sang (Jn 6,40.54).


Evangelizo.org













Quand je dis Dieu c'est un poème, c'est une étoile dans ma vie, 
du feu qui coule dans mes veines, un grand soleil pour aujourd'hui !



Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Donne-nous notre Pain de ce jour (Vie) : Parole de DIEU   Mer 1 Juin 2016 - 19:31

Bonsoir Lumen,

Bonsoir à toutes et à tous,





Jeudi 2 Juin 2016


Saint Pothin, Sainte Blandine et leurs compagnons, Martyrs
Morts en 177. Parmi la cinquantaine de chrétiens martyrisés à Lyon figuraient le vieil évêque Pothin, le diacre Sanctus, l’adolescent Ponticus et la petite esclave Blandine.

Saint Marcellin et Saint Pierre ; Martyrs
IVe siècle. Martyrs de l’Église de Rome. Marcellin était Prêtre ; Pierre, exorciste. Tous deux furent victimes de la persécution antichrétienne de Dioclétien.


9ième semaine du Temps Ordinaire

(Couleur liturgique :
Vert )

Année C






(Première lecture)
Deuxième Lettre de Saint Paul Apôtre à Timothée 2 : 8 à 15


« On n’enchaîne pas la PAROLE DE DIEU ! Si nous sommes morts avec le CHRIST, avec LUI nous vivrons »

Bien-aimé,
souviens-toi de JÉSUS CHRIST,
ressuscité d’entre les morts,
le descendant de David :
voilà mon Évangile.
C’est pour LUI que j’endure la souffrance,
jusqu’à être enchaîné comme un malfaiteur.
Mais on n’enchaîne pas la PAROLE DE DIEU !
C’est pourquoi je supporte tout
pour ceux que DIEU a choisis,
afin qu’ils obtiennent, eux aussi,
le SALUT qui est dans le CHRIST JÉSUS,
avec la GLOIRE ÉTERNELLE.

Voici une PAROLE digne de foi :
Si nous sommes morts avec LUI,
avec LUI nous vivrons.
Si nous supportons l’épreuve,
avec LUI nous régnerons.
Si nous LE rejetons,
LUI aussi nous rejettera.
Si nous manquons de foi,
LUI reste FIDÈLE à SA PAROLE,
car IL ne peut se rejeter LUI-MÊME.
Voilà ce que tu dois rappeler,
en déclarant solennellement devant DIEU
qu’il faut bannir les querelles de mots :
elles ne servent à rien,
sinon à perturber ceux qui les écoutent.
Toi-même, efforce-toi de te présenter devant DIEU
comme quelqu’un qui a fait ses preuves,
un ouvrier qui n’a pas à rougir de ce qu’il a fait
et qui trace tout droit le CHEMIN de la PAROLE DE VÉRITÉ.

– PAROLE du SEIGNEUR.


Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris






Fait-moi connaître TA VOLONTÉ et pardonne mes torts


Du recueil de David.

[ Psaume 24 (25) ; entièrement ]




Psaume 24 (25) : 4 et 5ab, 8 et 9, 10 et 14

R/ SEIGNEUR, enseigne-moi TES VOIES.

SEIGNEUR, enseigne-moi TES VOIES,
fais-moi connaître TA ROUTE.
Dirige-moi par TA VÉRITÉ, enseigne-moi,
car TU ES LE DIEU qui me sauve.
R/

IL EST DROIT, IL EST BON, le SEIGNEUR,
LUI qui montre aux pécheurs le CHEMIN.
SA JUSTICE dirige les humbles,
IL enseigne aux humbles SON CHEMIN.
R/

Les VOIES du SEIGNEUR sont AMOUR ET VÉRITÉ
pour qui veille à SON ALLIANCE et à SES LOIS.
Le SECRET du SEIGNEUR est pour ceux qui LE craignent ;
à ceux-là, IL fait connaître SON ALLIANCE.
R/

Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris






Évangile de JÉSUS-CHRIST selon Saint Marc 12 : 28b à 34

Acclamation de l’Évangile :
Alléluia. Alléluia.
Notre SAUVEUR, le CHRIST JÉSUS, a détruit la mort ;
IL a fait resplendir la VIE par l’Évangile.
Alléluia.

(2 Tm 1, 10)




« Il n’y a pas de commandement plus grand que ceux-là »

En ce temps-là,
un scribe s’avança pour demander à JÉSUS :
« Quel est le premier de tous les commandements ? »
JÉSUS lui fit cette réponse :
« Voici le premier :

Écoute, Israël :
le SEIGNEUR notre DIEU EST L’UNIQUE SEIGNEUR.
Tu aimeras le SEIGNEUR ton DIEU
de tout ton cœur, de toute ton âme,
de tout ton esprit et de toute ta force.


Et voici le second :

Tu aimeras ton prochain comme toi-même.

Il n’y a pas de commandement plus grand que ceux-là. »
Le scribe reprit :
« Fort bien, MAÎTRE,
TU as dit vrai :
DIEU EST L’UNIQUE
et il n’y en a pas d’autre que LUI.
L’aimer de tout son cœur,
de toute son intelligence, de toute sa force,
et aimer son prochain comme soi-même,
vaut mieux que toute offrande d’holocaustes et de sacrifices. »
JÉSUS, voyant qu’il avait fait une remarque judicieuse, lui dit :
« Tu n’es pas loin du Royaume de DIEU. »
Et personne n’osait plus L’interroger.

– Acclamons la PAROLE de DIEU.


Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris









Textes du jour, lu sur :
Les services de la liturgie Catholique

http://www.aelf.org/office-messe?date_my=02/06/2016


Liens :
http://www.aelf.org/office-messe
http://services.liturgiecatholique.fr/






Amicalement, fraternellement
Nicolas

Revenir en haut Aller en bas
Lumen
Admin
avatar

Messages : 4231
Date d'inscription : 18/10/2014
Localisation : France

MessageSujet: Re: Donne-nous notre Pain de ce jour (Vie) : Parole de DIEU   Jeu 2 Juin 2016 - 13:43

Bonjour à vous tous, amis qui aimez la Parole de Vie, goûtez et voyez comme est bon le Seigneur !
Bonjour Nicolas, Merci !




Jeudi 02 juin 2016 : Le jeudi de la 9e semaine du temps ordinaire
Jésus dit : Tu aimeras le Seigneur, ton Dieu, de tout ton cœur, de toute ton âme, de toute ton 
intelligence et de toute ta force et tu aimeras ton prochain comme toi-même.


Sainte Blandine (vierge), de Saint Pothin (Évêque de Lyon), et de leurs 46 compagnons, 
Martyrs à Lyon (✝ 177)


Saints Marcellin et Pierre, Martyrs à Rome (✝ 304)

Père Jacques de Jésus (Lucien Bunel), Prêtre du Carmel (1900-1945).
En France, sa cause en Béatification est introduite à Rome le 29 Avril 1997.


 Les saints du jour (Jeudi 02 juin)


Lectures du jour :
 Voir / Textes du jour



Homélie :

"Un des scribes, qui les avait entendus débattre et voyait qu’il leur avait bien répondu, vint lui demander : Quel est le premier de tous les commandements ?"

Jésus répondit : Le premier, c’est : Écoute, Israël ! Le Seigneur, notre Dieu, le Seigneur est un, et tu aimeras le Seigneur, ton Dieu, de tout ton cœur, de toute ton âme, de toute ton intelligence et de toute ta force. Le second, c’est : Tu aimeras ton prochain comme toi–même. Il n’y a pas d’autre commandement plus grand que ceux–là."Selon la tradition des rabbins, la Loi de Moïse comprenait 613 commandements, dont 365 étaient des interdictions, et 213 des préceptes positifs. L’une des règles d’interprétation avait tendance à situer tous les commandements sur le même plan : « Que le commandement léger te soit aussi cher que le commandement grave ! »Cela pouvait partir d’une bonne intention, et exprimer un amour de Dieu très attentif, mais cela pouvait aussi bien virer au légalisme pointilleux, et parfois aboutir à une déformation des consciences. Au temps de Jésus quelques hommes clairvoyants dans leur foi essayaient d’établir une hiérarchie parmi ces multiples obligations de la Loi ; d’où la question de ce spécialiste à Jésus : « Quel commandement est le premier de tous ? » A la réponse de Jésus, l’homme unit les deux commandements de l’amour de Dieu et de l’amour des frères.

"Le scribe lui dit : C’est bien, maître ; tu as dit avec vérité qu’il est un et qu’il n’y en a pas d’autre que lui, et que l’aimer de tout son cœur, de toute son intelligence et de toute sa force, et aimer son prochain comme soi–même,"

c’est plus que tous les holocaustes et les sacrifices. Jésus lui dit : Tu n’es pas loin du royaume des cieux ;" Jésus a répondu en citant d’abord le beau texte que tous avaient en mémoire, que tous les hommes juifs devaient réciter au moins deux fois par jour. La réunion des deux commandements dans l’Amour de Dieu, c’est aimer son frère comme soi-même. Nous sommes confrontés à ce défi qui est d’aimer. Nous avons l’expérience de ce qui s’oppose à l’amour en nous. Saint François d’Assise disait déjà : « L’amour n’est pas aimé. » Jésus nous a rendu vainqueurs de tout ce qui s’oppose à l’amour, par sa Croix, Il a glorifié le Père en nous sauvant de la haine. Jésus est l’amour qui se donne en nourriture pour nous communiquer sa vie. l’Eucharistie, l’Amour infini de Dieu en Jésus Christ nous transforme jusqu’à ce que nous devenions amour. Si nous célébrons l’Eucharistie, c’est pour manger le Pain de vie afin d’obtenir la vie.

"Jésus, voyant qu’il avait répondu judicieusement lui dit : Tu n’es pas loin du royaume de Dieu."

Et personne n’osait plus l’interroger." Les deux commandements sont semblables, l’amour du prochain, comme l’amour pour Dieu, doit mobiliser toute la personne et toutes ses forces. On ne peut vraiment s’approcher de Dieu, sans commencer à aimer tout ce que Dieu aime, et plus on est près de Dieu, plus on se rend proche des autres enfants de Dieu. Tu n’es pas loin, puisque tu cherches la vérité, puisque tu veux la trouver auprès de moi, dit Jésus. Tu n’es pas loin, si tu as entrevu l’importance de la charité, si tu as compris qu’il faut vouloir concrètement pour ton frère ce que tu veux pour toi, une vie joyeuse, donnée, efficace, la reconnaissance par les autres, et l’amitié de Dieu. Jésus est vainqueur, par son Amour, de tout ce qui s’oppose à l’Amour. Nous le suivons pour mourir à nous-mêmes et pour advenir à la Vie ! Nous sommes invités à participer au salut de nos frères et à entrer ainsi dans le Royaume. Le mystère eucharistique est le grand brasier d’amour qui régénère l’humanité. Quand nous mangeons le Pain de vie et que nous buvons le Vin de noces, nous faisons advenir en nous, comme Marie à l’Annonciation, le mystère du Fils de Dieu.

Citation :
Nous demandons la grâce d’être plongés dans la Source de la vie.


Père Gilbert Adam
Homélies et Le Pauvre qui guérit


Source :  



Saint Augustin (354-430), Évêque d'Hippone (Afrique du Nord) et Docteur de l'Église
De Trinitate, 8,12 ; PL 42, 958 (trad. Orval)


Aimer Dieu, son prochain et soi-même

Celui qui n'aime pas son frère n'est pas dans l'amour, et celui qui n'est pas dans l'amour n'est pas en Dieu, car « Dieu est amour » (1Jn 4,8.). 

En outre, celui qui n'est pas en Dieu n'est pas dans la lumière, car « Dieu est lumière, il n'y a pas de ténèbres en lui » (1Jn 1,5). Celui donc qui n'est pas dans la lumière, quoi d'étonnant qu'il ne voie pas la lumière, autrement dit, qu'il ne voie pas Dieu, puisqu'il est dans les ténèbres ? Il voit son frère d'une vue humaine, qui ne permet pas de voir Dieu. Mais si ce frère qu'il voit d'une vue humaine, il l'aimait d'un amour spirituel, il verrait Dieu qui est l'amour même, de cette vue intérieure qui permet de le voir... 

Qu'il ne soit plus question de savoir combien de charité nous devons à notre frère, combien à Dieu : incomparablement plus à Dieu qu'à nous, autant à nos frères qu'à nous-mêmes ; or nous nous aimons d'autant plus nous-mêmes que nous aimons Dieu davantage. C'est donc d'une seule et même charité que nous aimons Dieu et le prochain, mais nous aimons Dieu pour lui-même, nous et le prochain pour Dieu.


Evangelizo.org













Quand je dis Dieu c'est un poème, c'est une étoile dans ma vie, 
du feu qui coule dans mes veines, un grand soleil pour aujourd'hui !


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Donne-nous notre Pain de ce jour (Vie) : Parole de DIEU   Jeu 2 Juin 2016 - 19:06

Bonsoir Lumen,

Bonsoir à toutes et à tous,





Vendredi 3 Juin 2016


SACRÉ-CŒUR de JÉSUS
Solennité du SEIGNEUR
Nul mieux que JÉSUS n’a su révéler la BONTÉ DU COEUR DE DIEU, SON ATTENTION aux petits et à leurs misères quotidiennes.


9ième semaine du Temps Ordinaire

(Couleur liturgique :
Blanc )

Année C






(Première lecture)
Livre du Prophète Ézékiel 34 : 11 à 16


« C’est Moi qui ferai paître Mon Troupeau, et c’est Moi qui le ferai reposer »

Ainsi Parle le SEIGNEUR DIEU :
Voici que Moi-Même, Je m’occuperai de Mes Brebis,
et Je veillerai sur elles.
Comme un berger veille sur les brebis de son troupeau
quand elles sont dispersées,
ainsi Je veillerai sur Mes Brebis,
et J’irai les délivrer dans tous les endroits où elles ont été dispersées
un jour de nuages et de sombres nuées.
Je les ferai sortir d’entre les peuples,
Je les rassemblerai des différents pays
et Je les ramènerai sur leur terre ;
Je les ferai paître sur les montagnes d’Israël,
dans les vallées, dans les endroits les meilleurs.
Je les ferai paître dans un bon pâturage,
et leurs prairies seront sur les hauteurs d’Israël.
Là, Mes Brebis se reposeront dans de belles prairies,
elles brouteront dans de gras pâturages, sur les monts d’Israël.
C’est Moi qui ferai paître Mon Troupeau,
et c’est Moi qui le ferai reposer,
– Oracle du SEIGNEUR DIEU.
La brebis perdue, Je la chercherai ;
l’égarée, Je la ramènerai.
Celle qui est blessée, Je la panserai.
Celle qui est malade, Je lui rendrai des forces.
Celle qui est grasse et vigoureuse,
Je la garderai, Je la ferai paître selon le droit.

– PAROLE du SEIGNEUR.


Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris






Le SEIGNEUR est mon BERGER

Psaume appartenant au recueil de David.



Psaume 22 (23) : 1 et 2ab, 2c et 3, 4, 5, 6

R/ Le SEIGNEUR est mon BERGER :
rien ne saurait me manquer.


Le SEIGNEUR est mon BERGER :
je ne manque de rien.
Sur des prés d’herbe fraîche,
IL me fait reposer.
R/

IL me mène vers les eaux tranquilles
et me fait revivre ;
IL me conduit par le JUSTE CHEMIN
pour l’HONNEUR de SON NOM.
R/

Si je traverse les ravins de la mort,
je ne crains aucun mal,
car TU es avec moi,
TON BÂTON me guide et me rassure.
R/

TU prépares la table pour moi
devant mes ennemis ;
TU répands le parfum sur ma tête,
ma coupe est débordante.
R/

Grâce et bonheur m’accompagnent
tous les jours de ma vie ;
j’habiterai la MAISON du SEIGNEUR
pour la durée de mes jours.
R/

Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris






(Deuxième lecture)
Lettre de Saint Paul Apôtre aux Romains 5 : 5b à 11


« La Preuve que DIEU nous aime »

Frères,
l’AMOUR DE DIEU a été répandu dans nos cœurs
par l’ESPRIT SAINT qui nous a été donné.
Alors que nous n’étions encore capables de rien,
le CHRIST, au temps fixé par DIEU,
est mort pour les impies que nous étions.
Accepter de mourir pour un homme juste,
c’est déjà difficile ;
peut-être quelqu’un s’exposerait-il à mourir
pour un homme de bien.
Or, la preuve que DIEU nous aime,
c’est que le CHRIST est mort pour nous,
alors que nous étions encore pécheurs.
À plus forte raison, maintenant que le SANG DU CHRIST
nous a fait devenir des Justes,
serons-nous sauvés par LUI
de la colère de DIEU.
En effet, si nous avons été réconciliés avec DIEU
par la mort de SON FILS
alors que nous étions ses ennemis,
à plus forte raison,
maintenant que nous sommes réconciliés,
serons-nous sauvés en ayant part à SA VIE.
Bien plus, nous mettons notre fierté en DIEU,
par notre SEIGNEUR JÉSUS CHRIST,
par qui, maintenant, nous avons reçu la RÉCONCILIATION.

– PAROLE du SEIGNEUR.


Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris






Évangile de JÉSUS-CHRIST selon Saint Luc 15 : 3 à 7

Acclamation de l’Évangile :
Alléluia. Alléluia.
JE SUIS LE BON PASTEUR, dit le SEIGNEUR ;
Je connais Mes Brebis
et Mes Brebis ME connaissent.
Alléluia.

(Jn 10, 14)




« Réjouissez-vous avec moi, car j’ai retrouvé ma brebis qui était perdue »

En ce temps-là,
s’adressant aux pharisiens et aux scribes,
JÉSUS disait cette parabole :
« Si l’un de vous a cent brebis et qu’il en perd une,
n’abandonne-t-il pas les 99 autres dans le désert
pour aller chercher celle qui est perdue,
jusqu’à ce qu’il la retrouve ?
Quand il l’a retrouvée,
il la prend sur ses épaules, tout joyeux,
et, de retour chez lui, il rassemble ses amis et ses voisins
pour leur dire :
‘Réjouissez-vous avec moi,
car j’ai retrouvé ma brebis,
celle qui était perdue !’
Je vous le dis :
C’est ainsi qu’il y aura de la joie dans le Ciel
pour un seul pécheur qui se convertit,
plus que pour 99 justes
qui n’ont pas besoin de conversion. »

– Acclamons la PAROLE de DIEU.


Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris









Textes du jour, lu sur :
Les services de la liturgie Catholique

http://www.aelf.org/office-messe?date_my=03/06/2016


Liens :
http://www.aelf.org/office-messe
http://services.liturgiecatholique.fr/






Amicalement, fraternellement
Nicolas

Revenir en haut Aller en bas
Lumen
Admin
avatar

Messages : 4231
Date d'inscription : 18/10/2014
Localisation : France

MessageSujet: Re: Donne-nous notre Pain de ce jour (Vie) : Parole de DIEU   Ven 3 Juin 2016 - 15:21

Bonjour à vous tous, amis qui aimez la Parole de Vie, goûtez et voyez comme est bon le Seigneur !
Bonjour Nicolas, Merci !


Homélie :

Alors Jésus leur dit cette parabole : « Si l’un de vous a cent brebis et en perd une, ne laisse-t-il pas les quatre-vingt-dix-neuf autres dans le désert pour aller chercher celle qui est perdue, jusqu’à ce qu’il la retrouve ?

Jésus, dans cette parabole, donne une manifestation de son amour et de sa proximité avec ceux qu’il vient sauver. Toute la raison d’être de sa Mission tient au salut des personnes perdues, égarées, qu’il rencontre. Jésus, bon berger, est soucieux et préoccupé par la vie et la sécurité de chacune des brebis de son troupeau. Or, le soir, au moment de les rentrer dans la bergerie, si le berger s’aperçoit que l’une d’entre elles s’est égarée, il part à sa recherche. Dans son cœur, la brebis manquante vaut tout le troupeau. Il n’est pas question de la laisser livrée à son sort et aux prédateurs, car sans lui, elle n’a aucune chance de survie. C’est la Parole qui nous est donnée quand nous célébrons la fête du Sacré Cœur de Jésus, son amour fou pour nous. Dieu notre Père nous a tout donné en nous donnant Jésus. Joie de Jésus quand il nous dit : Réjouissez-vous avec moi, car ma petite brebis, celle qui était perdue, je l’ai retrouvée ! Il s’agit de chacun de nous, nous sommes « la petite brebis de Jésus. » Jésus veille sur chacune de nos vies, il veut prononcer sur chacun de nous une Parole d’amour. Si nous sommes présents à cet amour, Jésus se réjouit, Il ne nous prend pas seulement sur ses épaules mais il nous prend vraiment dans son cœur. Nous découvrons qu’il est toujours avec nous, c’est sa joie. Sa joie est que nous comprenions que nous sommes ses enfants en vérité. C’est parce que notre chemin est semé d’obstacles que Jésus nous soutient sans cesse. Jésus m’aime, mon chemin de croix, il le connaît de l’intérieur, et Il me délivre.

Quand il l’a retrouvée, tout joyeux, il la prend sur ses épaules, et, de retour chez lui, il réunit ses amis et ses voisins ; il leur dit : ’Réjouissez-vous avec moi, car j’ai retrouvé ma brebis, celle qui était perdue !’

Nous ne savons ni combien de temps la recherche a duré, ni dans quel lieu elle a conduit ses pas. Jésus se contente de dire qu’il poursuivra la recherche jusqu’à ce qu’il la retrouve. Le fait d’avoir retrouvé la brebis perdue met le bon berger dans la joie, le troupeau est de nouveau complet. Nous pouvons supposer le soulagement des siens en entendant la voix du berger et le retour de la petite brebis. Jésus qui s’est fait l’un de nous a épousé notre humanité, il aime la nature humaine que nous habitons. Il a aimé Marie en laquelle il a été conçu, sa maman qui l’a porté. Jésus aime notre monde qu’il a créé avec toutes ses beautés. Il a épousé toute la douleur de notre humanité, toute sa détresse, toute son agonie. Il nous donne son Esprit Saint, son amour pour nous soutenir. L’Esprit Saint a soutenu Jésus dans tous les événements de sa vie, jusqu’à sa mort, quand son cœur a été ouvert laissant couler l’eau et le sang. L’eau qui s’est écoulée de son coté, préfigurait l’eau du baptême dans laquelle avons été baptisés. De son cœur ouvert a coulé le sang qui préfigurait déjà l’eucharistie. Ainsi Jésus nous fait le don de son corps et son sang, de toute sa vie.

Je vous le dis : C’est ainsi qu’il y aura de la joie dans le ciel pour un seul pécheur qui se convertit, plus que pour quatre-vingt-dix-neuf justes qui n’ont pas besoin de conversion.

Le bon berger appelle ses amis et ses voisins pour fêter le salut de sa brebis perdue. Il fait participer à sa grande joie ceux qui lui sont le plus proches. Jésus annonce ainsi la réalité de ce qui se produit au ciel, lorsqu’un seul pécheur sur terre retrouve le chemin de la bergerie. Il montre aux pharisiens à quel point chacun ils comptent pour Lui et pour Dieu, ils comptent plus que l’ensemble de la communauté. Pour le bon berger, la perte d’une seule brebis est un fardeau plus grand que le reste du troupeau. Jésus nous donne tout, l’Esprit Saint, son Esprit d’amour, il nous donne sa Mère. Jésus qui fait tout ce qu’Il voit faire au Père, nous a tout donné. Il nous invite à entrer dans ce Don d’Amour. Il fait de nous les enfants de notre Père des cieux. Il accompagne notre vie d’une manière très présente, et toute puissante ! Nous rendons grâce à Dieu pour son Sacré-Cœur qui nous dit combien c’est dans son amour qu’Il porte toute notre vie.

Citation :
Nous demandons la grâce de comprendre que nous prenons notre identité et notre consistance dans l’amour infini de Dieu.


Père Gilbert Adam
Homélies et Le Pauvre qui guérit


Source :  



Saint Jean Eudes (1601-1680), prêtre, prédicateur, fondateur d'instituts religieux
Cœur admirable, livre 12 ; OC 8, p. 350-352


« Voici à quoi se reconnaît l'amour : ce n'est pas nous qui avons aimé Dieu,
c'est lui qui nous a aimés, et il a envoyé son Fils » (1Jn 4,10)

Le Cœur de notre Sauveur est un foyer ardent d'amour au regard de nous : d'amour purifiant, d'amour illuminant, d'amour sanctifiant, d'amour transformant, et d'amour déifiant. D'amour purifiant, dans lequel les cœurs sont purifiés plus parfaitement que l'or dans le feu. D'amour illuminant, qui dissipe les ténèbres de l'enfer dont la terre est couverte, et qui nous fait entrer dans les lumières admirables du ciel : « Il nous a appelés des ténèbres à son admirable lumière » (1P 2,9). D'amour sanctifiant, qui détruit le péché dans nos âmes, pour y établir le règne de la grâce. D'amour transformant, qui transforme les serpents en colombes, les loups en agneaux, les bêtes en anges, les enfants du diable en enfants de Dieu, les enfants de colère et de malédiction en enfants de grâce et de bénédiction. D'amour déifiant, qui fait les hommes dieux, les rendant participants de la sainteté de Dieu, de sa miséricorde, de sa patience, de sa bonté, de son amour, de sa charité et de ses autres divines perfections : « participants de la nature divine » (2P 1,4).

Le Cœur de Jésus est un feu qui répand ses flammes de tous côtés, dans le ciel, sur la terre, et par tout l'univers ; feux et flammes qui embrasent les cœurs des séraphins, et qui embraseraient tous les cœurs de la terre, si les glaces du péché ne s'y opposaient.

Il a un amour extraordinaire pour les hommes, tant pour les bons et pour ses amis que pour les méchants et pour ses ennemis, pour lesquels il a une charité si ardente, que tous les torrents des eaux de leurs péchés ne sont pas capables de l'éteindre.


Evangelizo.org













Quand je dis Dieu c'est un poème, c'est une étoile dans ma vie, 
du feu qui coule dans mes veines, un grand soleil pour aujourd'hui !



Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Donne-nous notre Pain de ce jour (Vie) : Parole de DIEU   Ven 3 Juin 2016 - 19:08

Bonsoir Lumen,

Bonsoir à toutes et à tous,





Samedi 4 Juin 2016


Le CŒUR IMMACULÉ de MARIE
La célébration du CŒUR IMMACULÉ de MARIE nous invite à communier plus profondément à son ouverture à DIEU.


9ième semaine du Temps Ordinaire

(Couleur liturgique :
Blanc )

Année C






(Première lecture)
Livre du Prophète Isaïe 61 : 9 à 11


« Je tressaille de joie dans le SEIGNEUR »

09 Leurs descendants seront connus parmi les nations, et leur postérité, au milieu des peuples. Qui les verra pourra reconnaître la descendance bénie du SEIGNEUR.

10 Je tressaille de joie dans le SEIGNEUR, mon âme exulte en mon DIEU. Car IL m’a vêtue des VÊTEMENTS du SALUT, IL m’a couverte du manteau de la justice, comme le jeune marié orné du diadème, la jeune mariée que parent ses joyaux.

11 Comme la Terre fait éclore son germe, et le jardin, germer ses semences, le SEIGNEUR DIEU fera germer la JUSTICE et la LOUANGE devant toutes les nations.

– PAROLE du SEIGNEUR.


Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris






Anne remercie le SEIGNEUR

[Premier Livre de Samuel 2 : 1 à 11 ; entièrement]


Premier Livre de Samuel 2 : 1, 4 et 5ab, 6 et 7, 8abcd

R/ Mon coeur exulte à cause du SEIGNEUR : C’est LUI qui me sauve.

Mon cœur exulte à cause du SEIGNEUR ;
mon front s’est relevé grâce à mon DIEU !
Face à mes ennemis, s’ouvre ma bouche :
oui, je me réjouis de TA VICTOIRE !
R/

L’arc des forts est brisé,
mais le faible se revêt de vigueur.
Les plus comblés s’embauchent pour du pain,
et les affamés se reposent.
R/

06 Le SEIGNEUR fait mourir et vivre ;
IL fait descendre à l’abîme et en ramène.
le SEIGNEUR rend pauvre et riche ;
IL abaisse et IL élève.
R/

De la poussière, IL relève le faible,
IL retire le pauvre de la cendre
pour qu’il siège parmi les princes,
et reçoive un trône de gloire.
R/

Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris






Évangile de JÉSUS-CHRIST selon Saint Luc 2 : 41 à 51

Acclamation de l’Évangile :
Alléluia. Alléluia.
Heureuse VIERGE MARIE ! Attentive à garder la PAROLE de DIEU, Elle LA méditait dans SON CŒUR !
Alléluia.




« Sa Mère gardait dans SON CŒUR tous CES ÉVÉNEMENTS »

41 Chaque année, les Parents de JÉSUS se rendaient à Jérusalem pour la fête de la Pâque.

42 Quand IL eut douze ans, Ils montèrent en pèlerinage suivant la coutume.

43 À la fin de la fête, comme Ils s’en retournaient, le JEUNE JÉSUS resta à Jérusalem à l’insu de Ses Parents.

44 Pensant qu’IL était dans le convoi des pèlerins, Ils firent une journée de chemin avant de LE chercher parmi leurs parents et connaissances.

45 Ne LE trouvant pas, Ils retournèrent à Jérusalem, en continuant à LE chercher.

46 C’est au bout de TROIS JOURS qu’Ils LE trouvèrent dans le Temple, assis au milieu des docteurs de la Loi : IL les écoutait et leur posait des questions,

47 et tous ceux qui L’entendaient s’extasiaient sur SON INTELLIGENCE et sur SES RÉPONSES.

48 En Le voyant, Ses Parents furent frappés d’étonnement, et Sa Mère LUI dit : « Mon Enfant, pourquoi nous as-TU fait cela ? Vois comme Ton Père et Moi, nous avons souffert en TE cherchant ! »

49 IL leur dit : « Comment se fait-il que vous M’ayez cherché ? Ne saviez-vous pas qu’il Me faut être chez MON PÈRE ? »

50 Mais ils ne comprirent pas ce qu’IL leur disait.

51 IL descendit avec eux pour se rendre à Nazareth, et IL leur était soumis. Sa Mère gardait dans SON CŒUR tous CES ÉVÉNEMENTS.


– Acclamons la PAROLE de DIEU.



Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris










Amicalement, fraternellement
Nicolas

Revenir en haut Aller en bas
Lumen
Admin
avatar

Messages : 4231
Date d'inscription : 18/10/2014
Localisation : France

MessageSujet: Re: Donne-nous notre Pain de ce jour (Vie) : Parole de DIEU   Sam 4 Juin 2016 - 18:27

Bonjour à vous tous, amis qui aimez la Parole de Vie, goûtez et voyez comme est bon le Seigneur !
Bonjour Nicolas, Merci !


Homélie :

"Chaque année, les parents de Jésus allaient à Jérusalem pour la fête de la Pâque. Quand il eut douze ans, ils firent le pèlerinage suivant la coutume.

Comme ils s’en retournaient à la fin de la semaine, le jeune Jésus resta à Jérusalem sans que ses parents s’en aperçoivent." Marie, dans son mystère d’humilité, s’efface devant l’autre, elle s’efface devant Jésus. Elle s’émerveille sans cesse de lui. "Comment m’est-il donné que la mère de mon Seigneur vienne jusqu’à moi ? » entend-t-elle de la bouche d’Élisabeth. « Bénie sois-tu, ma fille par le Dieu Très Haut, entre toutes les femmes de la terre, et béni soit le Seigneur qui a créé le ciel et la terre et qui t’a conduite pour blesser à la tête le chef de nos ennemis. Jamais l’espérance dont tu as fait preuve ne s’effacera du souvenir des hommes, mais ils se rappelleront éternellement la puissance de Dieu, » dit la Parole. Marie est la femme confiante, mue par la Parole qui vient de Dieu ! La foi de Marie « attire », pour ainsi dire, le don de l’Esprit Saint, avant tout dans la conception du Fils de Dieu. L’archange Gabriel lui dit : « L’Esprit Saint viendra sur toi, et la puissance du Très-Haut te prendra sous son ombre. » Le cœur de Marie est le temple de l’Esprit de vérité où chaque parole et chaque événement sont conservés dans la foi, dans l’espérance et dans la charité, elle est en parfaite harmonie avec son Fils divin.

« Pensant que Jésus était avec leurs compagnons de route, ils firent une journée de chemin avant de le chercher parmi leurs parents et connaissances.

Ne le trouvant pas, ils revinrent à Jérusalem en continuant à le chercher. C’est au bout de trois jours qu’ils le trouvèrent dans le Temple, assis au milieu des docteurs de la Loi : il les écoutait et leur posait des questions, et tous ceux qui l’entendaient s’extasiaient sur son intelligence et sur ses réponses. » Marie ne comprend pas ce qui arrive, elle a besoin de lumière. C’est dans l’abandon à Dieu qu’elle se situe devant l’émerveillement des docteurs de la loi. Cette souffrance dans la confiance, Marie nous l’apprend : C’est le mystère de son Cœur Immaculé et douloureux. Pour réaliser l’œuvre de Dieu ce Passage par la douleur est important. Dans son angoisse, elle manifeste sa situation, la pauvreté de son être. Marie est la première qui suivra l’Agneau partout ou il va, il l’a préparée pour cela ! Le très saint Cœur de Jésus, pendant toute la période de sa vie cachée à Nazareth, a trouvé dans le Cœur Immaculé de Marie sa Mère, un foyer ardent de prière et d’attention toujours constante à la voix de l’Esprit. Les noces de Cana témoignent de l’harmonie particulière entre mère et le fils pour rechercher la volonté de Dieu. Cela nous conduit directement au Calvaire, où Marie se tient sous la croix avec les autres femmes et avec l’apôtre Jean. La mère et le disciple recueillent spirituellement le testament de Jésus : ses dernières paroles et son dernier souffle, dans lequel il commence à diffuser l’Esprit. Ils recueillent le cri silencieux de son Sang, entièrement versé pour nous. Marie savait d’où venait ce sang : il s’était formé en elle par l’opération de l’Esprit Saint, et elle savait que cette même puissance créatrice allait ressusciter Jésus, comme il l’avait promis.

"En voyant Jésus, ses parents furent stupéfaits, et sa mère lui dit : « Mon enfant, pourquoi nous as-tu fait cela ? Vois comme nous avons souffert en te cherchant, ton père et moi ! »

Jésus leur dit : « Comment se fait-il que vous m’ayez cherché ? Ne le saviez-vous pas ? C’est chez mon Père que je dois être. » Mais ils ne comprirent pas ce qu’il leur disait. Il descendit avec eux pour rentrer à Nazareth, et il leur était soumis. Sa mère gardait dans son cœur tous ces événements." Marie apprend un nouveau Chemin de confiance ! Elle est la première dont le cœur humain a battu au rythme du cœur de Dieu ! Le Cœur du tout petit Jésus, premier formé dans sa chair, est le réceptacle du Don qu’elle fait d’elle même à Dieu. Le cœur Immaculé de Marie est élargi par le cœur de Jésus aux dimensions du monde. C’est à la Croix que ce mystère sera révélé, ce recouvrement nous l’annonce déjà. Ce Cœur que nous fêtons au lendemain du Sacré-Cœur bat en résonance du cœur du Christ, il doit devenir notre propre cœur ! Marie est, pour toutes les générations, l’image et le modèle de l’Église qui, avec l’Esprit, avance dans le temps, en invoquant le retour glorieux du Christ : « Viens, Seigneur Jésus. » Tous les événements de notre vie, heureux et douloureux, sont mis à l’école de Marie. Il faut que notre cœur s’attendrisse et s’élargisse au maximum. Ces trois jours qui paraissent interminables annoncent déjà les trois jours de la Passion de Jésus.

Citation :
Nous demandons pour nos frères souffrants la grâce de la consolation, que le Saint-Esprit agisse en plénitude.


Père Gilbert Adam
Homélies et Le Pauvre qui guérit


Source :  


Saint Jean Eudes (1601-1680), prêtre, prédicateur, fondateur d'instituts religieux
Le Cœur admirable, livre 9, ch. 4


« Sa mère gardait dans son cœur tous ces événements »

Entre les fêtes de la Vierge Marie, celle de son cœur est comme le cœur et la reine des autres, parce que le cœur est le siège de l'amour et de la charité. Quel est le sujet de cette solennité ? C'est le cœur de la Fille unique et bien-aimée du Père éternel ; c'est le cœur de la Mère de Dieu ; c'est le cœur de l'Épouse du Saint-Esprit ; c'est le cœur de la Mère très bonne de tous les fidèles. C'est un cœur tout embrasé d'amour envers Dieu, tout enflammé de charité pour nous.

     Il est tout amour pour Dieu, car il n'a jamais rien aimé que Dieu seul, et ce que Dieu voulait qu'il aime en lui et pour lui. Il est tout amour, parce que la bienheureuse Vierge a toujours aimé Dieu de tout son cœur, de toute son âme et de toutes ses forces (Mc 12,30). Il est tout amour parce que non seulement elle a toujours voulu tout ce que Dieu voulait et n'a jamais rien voulu de ce qu'il ne voulait pas, mais encore parce qu'elle a toujours mis toute sa joie en la très aimable volonté de Dieu.

     Il est tout amour pour nous. Elle nous aime du même amour dont elle aime Dieu, car c'est Dieu qu'elle regarde et aime en nous. Et elle nous aime du même amour dont elle aime l'Homme Dieu, qui est son fils Jésus. Car elle sait qu'il est notre chef, notre tête, et que nous sommes ses membres (Col 2,19) et par conséquent que nous ne sommes qu'un avec lui.


Evangelizo.org












Quand je dis Dieu c'est un poème, c'est une étoile dans ma vie, 
du feu qui coule dans mes veines, un grand soleil pour aujourd'hui !


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Donne-nous notre Pain de ce jour (Vie) : Parole de DIEU   Sam 4 Juin 2016 - 20:29

Bonsoir Lumen,

Bonsoir à toutes et à tous,





Dimanche 5 Juin 2016

10ième Dimanche du Temps Ordinaire

(Couleur liturgique : Vert )
Année C











Lien :
http://www.ktotv.com/emissions/priere-et-vie-de-l-eglise/priere/en-marche-vers-dimanche

Vu sur :
www.KTOTV.com






(Première lecture)
Premier Livre des Rois 17 : 17 à 24


« Regarde, ton fils est vivant ! »

En ces jours-là,
le fils de la femme chez qui habitait le Prophète Élie
tomba malade ;
le mal fut si violent que l’enfant expira.
Alors la femme dit à Élie :
« Que me veux-tu, homme de DIEU ?
Tu es venu chez moi pour rappeler mes fautes
et faire mourir mon fils ! »
Élie répondit :
« Donne-moi ton fils ! »
Il le prit des bras de sa mère,
le porta dans sa chambre en haut de la maison
et l’étendit sur son lit.
Puis il invoqua le SEIGNEUR :
« Seigneur, mon DIEU,
cette veuve chez qui je loge,
LUI veux-tu du mal jusqu’à faire mourir son fils ? »
Par trois fois, il s’étendit sur l’enfant
en invoquant le SEIGNEUR :
« SEIGNEUR, mon DIEU, je T’en supplie,
rends la vie à cet enfant ! »
Le SEIGNEUR entendit la prière d’Élie ;
le souffle de l’enfant revint en lui :
il était vivant !
Élie prit alors l’enfant,
de sa chambre il le descendit dans la maison,
le remit à sa mère et dit :
« Regarde, ton fils est vivant ! »
La femme lui répondit :
« Maintenant je sais que tu es un homme de DIEU,
et que, dans ta bouche, la PAROLE du SEIGNEUR EST VÉRIDIQUE. »


– PAROLE du SEIGNEUR.



Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris






SEIGNEUR, TU m’as rendu la vie

Chant pour la consécration du Temple, appartenant au recueil de David.


[Psaume 29 (30) ; entièrement]




Psaume 29 (30) : 3 et 4, 5 et 6ab, 6cd et 12, 13


R/ Je T’exalte, SEIGNEUR :
TU m’as relevé.


Quand j’ai crié vers TOI, SEIGNEUR,
mon DIEU, TU m’as guéri ;
SEIGNEUR, TU m’as fait remonter de l’abîme
et revivre quand je descendais à la fosse.
R/


Fêtez le SEIGNEUR, vous, Ses Fidèles,
rendez grâce en rappelant SON NOM TRÈS SAINT.
Sa Colère ne dure qu’un instant,
SA BONTÉ, toute la VIE.
R/


Avec le soir, viennent les larmes,
mais au matin, les cris de joie !
TU as changé mon deuil en une danse,
mes habits funèbres en parure de joie !
R/


Que mon cœur ne se taise pas,
qu’il soit en fête pour TOI,
et que sans fin, SEIGNEUR, mon DIEU,
je TE rende grâce !
R/


[center] Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris


« Chants audio du Psaume 29 (30) »

Du CD, Signes :

http://www.mirari.fr/o0aX






(Deuxième lecture)
Lettre de Saint Paul Apôtre aux Galates 1 : 11 à 19


« DIEU a trouvé bon de révéler en moi SON FILS, pour que je L’annonce parmi les nations »

Frères, je tiens à ce que vous le sachiez,
l’Évangile que j’ai proclamé
n’est pas une invention humaine.
Ce n’est pas non plus d’un homme
que je l’ai reçu ou appris,
mais par RÉVÉLATION de JÉSUS CHRIST.
Vous avez entendu parler
du comportement que j’avais autrefois dans le judaïsme :
je menais une persécution effrénée contre l’Église de DIEU,
et je cherchais à la détruire.
J’allais plus loin dans le judaïsme
que la plupart de mes frères de race qui avaient mon âge,
et, plus que les autres, je défendais avec une ardeur jalouse
les traditions de mes pères.
Mais DIEU m’avait mis à part dès le sein de ma mère ;
dans Sa Grâce, IL m’a appelé ;
et IL a trouvé bon
de révéler en moi SON FILS,
pour que je L’annonce parmi les nations païennes.
Aussitôt, sans prendre l'avis de personne,
sans même monter à Jérusalem
pour y rencontrer ceux qui étaient Apôtres avant moi,
je suis parti pour l’Arabie
et, de là, je suis retourné à Damas.
Puis, trois ans après,
je suis monté à Jérusalem
pour faire la connaissance de Pierre,
et je suis resté quinze jours auprès de lui.
Je n’ai vu aucun des autres Apôtres
sauf Jacques, le frère du SEIGNEUR.


– PAROLE du SEIGNEUR.



Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris






Évangile de JÉSUS-CHRIST selon Saint Luc 7 : 11 à 17

Acclamation de l’Évangile :
Alléluia. Alléluia.

Un GRAND PROPHÈTE s’est levé parmi nous :
et DIEU a visité Son Peuple.

Alléluia.
(Lc 7, 16)




« Jeune homme, Je te l’ordonne, lève-toi »

En ce temps-là,
JÉSUS se rendit dans une ville appelée Naïm.
Ses Disciples faisaient route avec LUI,
ainsi qu’une grande foule.
IL arriva près de la porte de la ville
au moment où l’on emportait un mort pour l’enterrer ;
c’était un fils unique, et sa mère était veuve.
Une foule importante de la ville accompagnait cette femme.
Voyant celle-ci, le SEIGNEUR fut saisi de compassion pour elle
et lui dit :
« Ne pleure pas. »
IL s’approcha et toucha le cercueil ;
les porteurs s’arrêtèrent,
et JÉSUS dit :
« Jeune homme, Je te l’ordonne, lève-toi. »
Alors le mort se redressa
et se mit à parler.
Et JÉSUS le rendit à sa mère.

La crainte s’empara de tous,
et ils rendaient GLOIRE À DIEU en disant :
« Un GRAND PROPHÈTE s’est levé parmi nous,
et DIEU a visité Son Peuple. »
Et cette PAROLE sur JÉSUS se répandit
dans la Judée entière et dans toute la région.


– Acclamons la PAROLE de DIEU.



Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris











Textes du jour, lu sur :
Les services de la liturgie Catholique

http://www.aelf.org/office-messe?date_my=05/06/2016


Liens :
http://www.aelf.org/office-messe
http://services.liturgiecatholique.fr/






Amicalement, fraternellement
Nicolas

Revenir en haut Aller en bas
Lumen
Admin
avatar

Messages : 4231
Date d'inscription : 18/10/2014
Localisation : France

MessageSujet: Re: Donne-nous notre Pain de ce jour (Vie) : Parole de DIEU   Dim 5 Juin 2016 - 12:56

Bonjour à vous tous, amis qui aimez la Parole de Vie, goûtez et voyez comme est bon le Seigneur !
Bonjour Nicolas, Merci !


Homélie :

« Jésus se rendait dans une ville appelée Naïm. Ses disciples faisaient route avec lui, ainsi qu’une grande foule.

Il arriva près de la porte de la ville au moment où l’on transportait un mort pour l’enterrer ; c’était un fils unique, et sa mère était veuve. Une foule considérable accompagnait cette femme. En la voyant, le Seigneur fut saisi de pitié pour elle, et lui dit : « Ne pleure pas. » Rencontrant une veuve dont le fils unique vient de mourir, Jésus s’ouvre à cette situation limite. Il éprouve de la pitié pour cette femme, elle n’est pas loin de la situation que Marie sa propre mère va devoir vivre. Elle révèle la Mort, cette réalité qui nous paralyse tous, qui rompt notre capacité d’action, qui nous rend inertes. En voyant cette femme, Jésus dit : « Ne pleure pas. » Les amis, autour de Jésus, sont dans la joie, c’est une foule heureuse ! Mais il y a cette autre foule, considérable, qui exprime sa douleur. La mort est là, à nouveau, pour cette femme veuve qui avait déjà vécu la mort de son mari. Dans notre vie, nous sommes en permanence situés entre ces deux réalités, cette foule qui fait route avec Jésus, elle est heureuse parce que Jésus est là, Il est vivant. Jésus est au cœur de sa Mission. Dans ses relations avec son peuple et ses disciples, il réalise des merveilles. Il manifeste quelque chose de son être, de sa vocation, de la nouveauté qu’il apporte. Et dans le monde, une « autre grande foule » malheureuse ! Dans ces deux foules, Jésus est présent, et nous vivons avec lui dans la foi, dans la charité et dans l’espérance !

Jésus s’avança et toucha la civière ; les porteurs s’arrêtèrent, et Jésus dit : « Jeune homme, je te l’ordonne, lève-toi. »

Alors le mort se redressa, s’assit et se mit à parler. Et Jésus le rendit à sa mère. Jésus est présent à la vie de cette veuve, il est ouvert à ce qui est devant lui, il n’esquive pas, il ressent. La première chose qu’il demande à la mère, c’est de ne pas se laisser submerger, ne pas se laisser enfoncer dans la détresse, le néant, le vide. Jésus donne un ordre qui s’impose à lui, il commande aux porteurs et enfin au jeune homme même. « Jeune homme, je te l’ordonne, lève-toi. » Le mort se redresse. Toute la foule est retournée. Tous ceux qui venaient en pleurant font maintenant partie d’une seule foule autour de Jésus qui a redonné la vie à cet homme. Il en est de même pour nous ! Nous pouvons, nous aussi, être paralysé par la maladie ou cloué dans un fauteuil et en même temps être debout intérieurement, si Jésus est là ! Mais nous pouvons aussi être debout physiquement, et déjà « mort » intérieurement, par une mort intérieure qui nous mine ! Cet amour de Jésus qui nous ressuscite nous est offert sans cesse pour assumer les épreuves de notre vie.

« La crainte s’empara de tous, et ils rendaient gloire à Dieu : « Un grand prophète s’est levé parmi nous, et Dieu a visité son peuple. »

Et cette parole se répandit dans toute la Judée et dans les pays voisins. La crainte s’empara de tous, et ils rendaient gloire à Dieu : « Un grand prophète s’est levé parmi nous, et Dieu a visité son peuple. » Et cette parole se répandit dans toute la Judée et dans les pays voisins. » Le mort est rendu à la vie, rendu à sa mère, c’est un grand signe. Mais ce n’est qu’un signe, le signe que la mort peut être traversée, qu’elle doit être traversée, dépassée. Jésus doit faire le premier pas, il passera par la mort, pour faire mourir la mort. Marie sa mère, connaîtra l’épreuve de cette traversée elle aussi, pour pouvoir porter nos propres morts et être avec nous dans l’épreuve. Ce signe unifie les deux foules, en un peuple, une bonne nouvelle se répand encore plus loin, « dans toute la Judée et dans les pays voisins. » Dans la nuit de nos cœurs et dans la nuit du monde il y a désormais une espérance ! Nous marchons dans foi avec Jésus qui est le don du Dieu vivant. Entrer dans l’espérance c’est croire dans l’amour nouveau qui nous habite et ne demande qu’à grandir. La tempête de notre vie n’est pas loin, la nuit est déjà là, il fait froid, les épreuves ne manquent pas, mais Jésus est vivant. Cette veuve dont le fils unique mort est rendu à la vie, nous fait contempler Marie dont le Fils unique Jésus a traversé la mort. Cette foule c’est l’humanité qui avance progressivement vers Jésus ressuscité.

Citation :
Nous demandons la grâce d’être debout parce que Jésus est vivant au milieu de nous.


Père Gilbert Adam
Homélies et Le Pauvre qui guérit


Source :  



Saint Fulgence de Ruspe (467-532), évêque en Afrique du Nord
Le Pardon des péchés ; CCL 91A, 693 (trad. bréviaire 33e lun rev.)


« Je te l'ordonne, lève-toi »

« En un instant, en un clin d'œil, quand retentira le signal au dernier jour, car il retentira, les morts ressusciteront, impérissables ; et nous, nous serons transformés. » En disant « nous », saint Paul parle de ceux qui recevront le don de la transformation future, c'est-à-dire de ses compagnons dans la communion de l'Église et dans une vie droite. Il suggère la nature de cette transformation quand il continue : « Il faut que ce qui est périssable en nous devienne impérissable ; il faut que ce qui est mortel revête l'immortalité » (1Co 15,52-53). Pour recevoir alors cette transformation en juste récompense, il faut qu'elle soit précédée maintenant par la transformation qui vient de l'abondance de la grâce...

     Dans la vie présente, c'est donc la grâce qui agit, afin que la justification, par laquelle nous ressuscitons spirituellement, commence cette transformation ; et ensuite, à la résurrection du corps qui achève la transformation des hommes justifiés, la glorification demeurera parfaite... La grâce de la justification d'abord, et ensuite celle de la glorification les transforme de telle sorte que la glorification demeure en eux immuable et éternelle.

     En effet, ils sont transformés ici-bas par cette première résurrection, celle qui les éclaire pour qu'ils se convertissent. Par elle, ils passent de la mort à la vie, du péché à la justice, de l'incroyance à la foi, d'une conduite mauvaise à une vie sainte. C'est pourquoi la seconde mort est sans pouvoir sur eux. L'Apocalypse dit à leur sujet : « Heureux ceux qui ont part à la première résurrection : la seconde mort est sans pouvoir sur eux » (20,6)... Aussi chacun doit se hâter de participer à la première résurrection, s'il ne veut pas être condamné au châtiment de la seconde mort. Ceux qui, transformés en cette vie par leur respect pour Dieu, passent d'une vie mauvaise à une vie bonne, passent de la mort à la vie ; et ensuite, leur vie de misère sera transformée en vie de gloire.


Evangelizo.org












Quand je dis Dieu c'est un poème, c'est une étoile dans ma vie, 
du feu qui coule dans mes veines, un grand soleil pour aujourd'hui !



Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Donne-nous notre Pain de ce jour (Vie) : Parole de DIEU   Dim 5 Juin 2016 - 19:20

Bonsoir Lumen,

Bonsoir à toutes et à tous,






Lundi 6 Juin 2016

Saint Norbert, Évêque
Mort en 1134. Fondateur de l’ordre des chanoines réguliers de Prémontré, qu’il plaça sous la règle de Saint Augustin. Il termina sa vie comme Archevêque de Magdebourg.

10ième semaine du Temps Ordinaire

(Couleur liturgique :
Vert )

Année C






(Première lecture)
Premier Livre des Rois 17 : 1 à 6


« Élie se tenait devant la FACE du SEIGNEUR DIEU d’Israël »

En ces jours-là,
le Prophète Élie, de Tishbé en Galaad, dit au roi Acab :
« Par le SEIGNEUR QUI EST VIVANT,
par le DIEU d’Israël dont je suis le serviteur,
pendant plusieurs années il n’y aura pas de rosée ni de pluie,
à moins que j’en donne l’ordre. »
La PAROLE DU SEIGNEUR lui fut adressée :
« Va-t’en d’ici, dirige-toi vers l’est,
et cache-toi près du torrent de Kérith,
qui se jette dans le Jourdain.
Tu boiras au torrent,
et j’ordonne aux corbeaux de t’apporter ta nourriture. »
Le Prophète fit ce que le SEIGNEUR lui avait dit,
et alla s’établir près du torrent de Kérith,
qui se jette dans le Jourdain.
Les corbeaux lui apportaient du pain et de la viande, matin et soir,
et le Prophète buvait au torrent.

– PAROLE du SEIGNEUR.


Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris






Qui pourra me secourir ?

Chant pour les pèlerinages.


Psaume 120 (121) : 1 et 2, 3 et 4, 5 et 6, 7 et 8

R/ Le secours me viendra du SEIGNEUR
qui a fait le Ciel et la Terre.


Je lève les yeux vers les montagnes :
d’où le secours me viendra-t-il ?
Le secours me viendra du SEIGNEUR
qui a fait le Ciel et la Terre.
R/

Qu’IL empêche ton pied de glisser,
qu’il ne dorme pas, ton GARDIEN.
Non, IL ne dort pas, ne sommeille pas,
le GARDIEN d’Israël.
R/

Le SEIGNEUR, ton GARDIEN, le SEIGNEUR, ton OMBRAGE,
se tient près de toi.
Le Soleil, pendant le jour, ne pourra te frapper,
ni la lune, durant la nuit.
R/

Le SEIGNEUR te gardera de tout mal,
IL gardera ta vie.
Le SEIGNEUR te gardera, au départ et au retour,
maintenant, à jamais.
R/

Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris






Évangile de JÉSUS-CHRIST selon Saint Matthieu 5 : 1 à 12

Acclamation de l’Évangile :
Alléluia. Alléluia.
Réjouissez-vous, soyez dans l’allégresse,
car votre récompense est grande dans les Cieux !
Alléluia.

(Mt 5, 12)




« Heureux les pauvres de cœur »

En ce temps-là,
voyant les foules,
JÉSUS gravit la montagne.
IL s’assit, et Ses Disciples s’approchèrent de LUI.
Alors, ouvrant la bouche, IL les enseignait.

IL disait :

« Heureux les pauvres de cœur,
car le Royaume des Cieux est à eux.
Heureux ceux qui pleurent,
car ils seront consolés.
Heureux les doux,
car ils recevront la terre en héritage.
Heureux ceux qui ont faim et soif de la justice,
car ils seront rassasiés.
Heureux les miséricordieux,
car ils obtiendront miséricorde.
Heureux les cœurs purs,
car ils verront DIEU.
Heureux les artisans de paix,
car ils seront appelés FILS DE DIEU.
Heureux ceux qui sont persécutés pour la justice,
car le Royaume des Cieux est à eux.
Heureux êtes-vous si l’on vous insulte,
si l’on vous persécute
et si l’on dit faussement toute sorte de mal contre vous,
à cause de Moi.
Réjouissez-vous, soyez dans l’allégresse,
car votre récompense est grande dans les Cieux !
C’est ainsi qu’on a persécuté
les Prophètes qui vous ont précédés. »

– Acclamons la PAROLE de DIEU.


Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris









Textes du jour, lu sur :
Les services de la liturgie Catholique

http://www.aelf.org/office-messe?date_my=06/06/2016


Liens :
http://www.aelf.org/office-messe
http://services.liturgiecatholique.fr/






Amicalement, fraternellement
Nicolas

Revenir en haut Aller en bas
Lumen
Admin
avatar

Messages : 4231
Date d'inscription : 18/10/2014
Localisation : France

MessageSujet: Re: Donne-nous notre Pain de ce jour (Vie) : Parole de DIEU   Lun 6 Juin 2016 - 14:23

Bonjour à vous tous, amis qui aimez la Parole de Vie, goûtez et voyez comme est bon le Seigneur !
Bonjour Nicolas, Merci !



Homélie :

"Heureux les pauvres en esprit, car le royaume des cieux est à eux !

Heureux ceux qui pleurent, car ils seront consolés ! Heureux ceux qui sont doux, car ils hériteront la terre !" A l’époque où Jésus prêche, le mot de "pauvre" a une longue histoire dans son peuple. Jésus s’adresse à tous ceux qui ont un cœur assez pauvre pour se retrouver petits devant Dieu, les mains ouvertes pour recevoir de lui seul la force et l’espérance. Jésus s’adresse à toute l’humanité, ceux qui ont de quoi vivre et ceux qui n’ont même pas le minimum, il leur dit : « Gardez un cœur de pauvre, » devant vos frères et devant Dieu. En toute personne il voit quelqu’un qui a besoin d’être aimé, d’être pardonné, d’être sauvé. Les pauvres sont un chemin d’humanité, un chemin vers Dieu. Les béatitudes sont les traits du visage du Christ, du visage de Marie. Ce sont ces traits du visage de l’Eglise, le visage de chacun de nous. Jésus est le rayonnement des béatitudes, Marie sa mère y trouvait elle aussi l’épanouissement de son visage. Dans cette unité étonnante du nouvel Adam et de la nouvelle Ève se dessine une nouvelle humanité. Cette « identité » est la nôtre désormais. Notre photo d’identité chrétienne est dans le texte des béatitudes, c’est là que nous trouvons notre « visage. »

"Heureux ceux qui ont faim et soif de justice, car ils seront rassasiés !

Heureux ceux qui sont compatissants, car ils obtiendront compassion ! Heureux ceux qui ont le cœur pur, car ils verront Dieu ! Heureux les artisans de paix, car ils seront appelés fils de Dieu !" Dieu aime tout homme comme il est, et il aime tellement chaque homme qu’il ne peut pas faire de catégories ! C’est nous qui divisons, qui refusons, qui excluons. Nous jugeons sur des signes extérieurs, Dieu, regarde le cœur, car on peut être riche avec un cœur de pauvre, et pauvre avec un cœur de riche. Dans un monde où les relations sociales sont souvent durcies, la tentation peut nous venir de fermer plus ou moins la porte du Royaume à des hommes différents de nous ; et volontiers nous dresserions des barrières, là où le Christ est passé pour les détruire. Il arrive même que la haine parasite dans le cœur du chrétien son désir évangélique de justice et de liberté. Et c’est pourquoi les différentes béatitudes viennent préciser celles des pauvres de cœur. Cette entrée dans les béatitudes, est une entrée dans un bonheur qui n’aura pas de fin : C’est l’appartenance au Royaume de Dieu. Dans la foi, notre vie est désormais cachée en Christ.

"Heureux ceux qui sont persécutés à cause de la justice, car le royaume des cieux est à eux !

Heureux êtes–vous lorsqu’on vous insulte, qu’on vous persécute et qu’on répand faussement sur vous toutes sortes de méchancetés, à cause de moi. Réjouissez–vous et soyez transportés d’allégresse, parce que votre récompense est grande dans les cieux ; car c’est ainsi qu’on a persécuté les prophètes qui vous ont précédés." Si Jésus a pris notre chair humaine, s’il est venu parmi nous, c’est pour faire de nous des enfants tendrement aimés du cœur de notre Père. Nous nous acheminons avec Jésus vers la plénitude d’un bonheur infini, qui s’épanouira à jamais au ciel. Heureux les doux, ceux qui refusent la volonté de puissance, ceux qui acceptent de combattre sans haïr, ceux qui savent ne pas abuser de leurs forces, ceux qui laissent toujours aux autres un espace où être libres et les moyens de se dépasser. La fraîcheur de l’Evangile nous ramène au réalisme des baptisés, confirmés par l’Esprit, à base de vérité et d’accueil filial de ce que Dieu fait, de miséricorde envers le monde. Les Béatitudes sont une merveilleuse école de vie spirituelle ! Dieu venu dans la chair humaine. Nous contemplons l’Esprit Saint, cet amour étonnant de Dieu à l’œuvre dans l’humanité dans son immense pauvreté.

Citation :
Nous demandons la grâce que le visage de Jésus donné dans les béatitudes resplendisse sur chacun de nous.


Père Gilbert Adam
Homélies et Le Pauvre qui guérit


Source :  



Isaac de l'Étoile (?-v. 1171), moine cistercien  
Sermon 1, pour la Toussaint (trad. cf SC 130, p.93s)


« Heureux les pauvres de cœur »

Tous les hommes sans exception désirent le bonheur, la béatitude. Mais ils ont sur elle des idées différentes : pour l'un, elle est dans la volupté des sens et la douceur de la vie ; pour un autre, dans la vertu ; pour un autre, dans la connaissance de la vérité. C'est pourquoi celui qui enseigne tous les hommes...commence par redresser ceux qui s'égarent, dirige ceux qui sont sur la route, et accueille ceux qui frappent à la porte... Celui donc qui est « le Chemin, la Vérité et la Vie » (Jn 14,6) redresse, dirige, accueille, et il commence par cette parole : « Heureux les pauvres en esprit ».

   La fausse sagesse de ce monde, qui est vraiment folie (1Co 3,19), se prononce sans comprendre ce qu'elle affirme ; elle déclare bienheureuse « la race étrangère, dont la main droite est remplie d'injustice, dont la bouche profère le mensonge » parce que « leurs greniers sont pleins et débordants, leurs brebis fécondes et leurs vaches grasses » (Ps 143,7-13). Mais toutes leurs richesses sont incertaines, leur paix n'est pas la paix (Jr 6,14), leur joie est stupide. Au contraire, la Sagesse de Dieu, le Fils par nature, la main droite du Père, la bouche qui dit la vérité, proclame bienheureux les pauvres, destinés à être rois, rois du Royaume éternel. Il semble dire : « Vous cherchez la béatitude, mais elle n'est pas où vous cherchez ; vous courez, mais hors du chemin. Voici le chemin qui conduit au bonheur : la pauvreté volontaire à cause de moi, tel est le chemin. Le Royaume des cieux en moi, voilà la béatitude. Vous courez beaucoup mais mal ; plus vous allez vite, plus vous vous éloignez du terme... »

   Ne craignons pas, frères. Nous sommes pauvres ; écoutons le Pauvre recommander aux pauvres la pauvreté. Nous pouvons croire en son expérience. Pauvre il est né, pauvre il a vécu, pauvre il est mort. Il n'a pas voulu s'enrichir ; oui, il a accepté de mourir. Croyons donc la Vérité qui nous indique le chemin vers la vie. Il est ardu, mais il est court ; la béatitude, elle, est éternelle. Le chemin est étroit, mais il mène à la vie (Mt 7,14).


Evangelizo.org



















Quand je dis Dieu c'est un poème, c'est une étoile dans ma vie, 
du feu qui coule dans mes veines, un grand soleil pour aujourd'hui !



Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Donne-nous notre Pain de ce jour (Vie) : Parole de DIEU   Lun 6 Juin 2016 - 19:05

Bonsoir Lumen,

Bonsoir à toutes et à tous,





Mardi 7 Juin 2016

De la férie

10ième semaine du Temps Ordinaire
(Couleur liturgique : Vert )
Année C





(Première lecture)
Premier Livre des Rois 17 : 7 à 16


« La jarre de farine ne s’épuisa pas, ainsi que le SEIGNEUR l’avait annoncé par l’intermédiaire d’Élie »

En ces jours-là,
sur l’ordre du Prophète Élie,
au bout d’un certain temps,
il ne tombait plus une goutte de pluie dans tout le pays,
et le torrent où buvait le Prophète finit par être à sec.
Alors la PAROLE du SEIGNEUR lui fut adressée :
« Lève-toi, va à Sarepta, dans le pays de Sidon ;
tu y habiteras ;
il y a là une veuve que J’ai chargée de te nourrir. »
Le Prophète Élie partit pour Sarepta,
et il parvint à l’entrée de la ville.
Une veuve ramassait du bois ;
il l’appela et lui dit :
« Veux-tu me puiser, avec ta cruche,
un peu d’eau pour que je boive ? »
Elle alla en puiser.
Il lui dit encore :
« Apporte-moi aussi un morceau de pain. »
Elle répondit :
« Je le jure par la vie du SEIGNEUR ton DIEU :
je n’ai pas de pain.
J’ai seulement, dans une jarre,
une poignée de farine,
et un peu d’huile dans un vase.
Je ramasse deux morceaux de bois,
je rentre préparer pour moi et pour mon fils ce qui nous reste.
Nous le mangerons,
et puis nous mourrons. »
Élie lui dit alors :
« N’aie pas peur, va, fais ce que tu as dit.
Mais d’abord cuis-moi une petite galette et apporte-la moi,
ensuite tu en feras pour toi et ton fils.
Car ainsi Parle le SEIGNEUR, DIEU d’Israël :
Jarre de farine point ne s’épuisera,
vase d’huile point ne se videra,
jusqu’au jour où le SEIGNEUR
donnera la pluie pour arroser la terre. »

La femme alla faire ce qu’Élie lui avait demandé,
et pendant longtemps, le Prophète, elle-même et son fils
eurent à manger.
Et la jarre de farine ne s’épuisa pas,
et le vase d’huile ne se vida pas,
ainsi que le SEIGNEUR l’avait annoncé par l’intermédiaire d’Élie.

– PAROLE du SEIGNEUR.


Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris







Défendu par DIEU contre de fausses accusations


Du répertoire du chef de chorale. Psaume appartenant au recueil de David. Accompagnement sur instruments à cordes.

Psaume 4, entièrement




Psaume 4 : 2, 3, 4 et 5, 7 et 8


R/ Sur nous, SEIGNEUR, que s’illumine TON VISAGE !

Quand je crie, réponds-moi,
DIEU, ma JUSTICE !
TOI qui me libères dans la détresse,
pitié pour moi, écoute ma prière !
R/

Fils des hommes,
jusqu’où irez-vous dans l’insulte à MA GLOIRE,
l’amour du néant et la course au mensonge ?
R/

Sachez que le SEIGNEUR a mis à part Son Fidèle,
le SEIGNEUR entend quand je crie vers LUI.
Mais vous, tremblez, ne péchez pas ;
réfléchissez dans le secret, faites silence.
R/

Beaucoup demandent : « Qui nous fera voir le bonheur ? »
Sur nous, SEIGNEUR, que s’illumine TON VISAGE !
TU mets dans mon cœur plus de joie
que toutes leurs vendanges et leurs moissons.
R/

Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris






Évangile de JÉSUS-CHRIST selon Saint Matthieu 5 : 13 à 16

Acclamation de l’Évangile :
Alléluia. Alléluia.
Que votre lumière brille devant les hommes :
alors, voyant ce que vous faites de bien,
ils rendront GLOIRE à votre PÈRE.
Alléluia.

(Mt 5, 16)




« Vous êtes le sel de la Terre »

En ce temps-là,
JÉSUS disait à Ses Disciples :
« Vous êtes le sel de la Terre.
Mais si le sel devient fade,
comment lui rendre de la saveur ?
Il ne vaut plus rien :
on le jette dehors et il est piétiné par les gens.

Vous êtes la lumière du monde.
Une ville située sur une montagne
ne peut être cachée.
Et l’on n’allume pas une lampe
pour la mettre sous le boisseau ;
on la met sur le lampadaire,
et elle brille pour tous ceux qui sont dans la maison.
De même, que votre lumière brille devant les hommes :
alors, voyant ce que vous faites de bien,
ils rendront GLOIRE à votre PÈRE qui est aux Cieux. »

– Acclamons la PAROLE de DIEU.


Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris







Textes du jour, lu sur :
Les services de la liturgie Catholique

http://www.aelf.org/office-messe?date_my=07/06/2016


Liens :
http://www.aelf.org/office-messe
http://services.liturgiecatholique.fr/






Amicalement, fraternellement
Nicolas

Revenir en haut Aller en bas
Lumen
Admin
avatar

Messages : 4231
Date d'inscription : 18/10/2014
Localisation : France

MessageSujet: Re: Donne-nous notre Pain de ce jour (Vie) : Parole de DIEU   Mar 7 Juin 2016 - 15:14

Bonjour à vous tous, amis qui aimez la Parole de Vie, goûtez et voyez comme est bon le Seigneur !
Bonjour Nicolas, Merci !


Homélie :

"C’est vous qui êtes le sel de la terre. Mais si le sel devient fade, avec quoi le salera–t–on ?

Il n’est plus bon qu’à être jeté dehors et foulé aux pieds par les gens." Jésus lance un appel à ses disciples, un appel à sortir de soi vers les autres pour donner de la saveur à la vie, un appel à éclairer l’humanité. Cette demande de Jésus nous invite à vivre le plus humainement possible. En effet, il n’est pas demandé au sel d’être autre chose que du sel, mais d’être vraiment du sel. Nous savons que le sel conserve, qu’il donne de la saveur à ce qu’il touche, à la nourriture que nous mangeons. Il est le signe de l’hospitalité. Dans de nombreuses cultures, nous retrouvons le symbole du partage du pain et du sel. C’est tout comme la lumière, il lui est simplement demandé de remplir son office, d’éclairer. Pour chacun de nous, l’enjeu est d’être simplement soi-même. Ce qui est humain, c’est d’échanger, de recevoir et de donner. Notre vie trouve sa vraie dimension dans ce double mouvement. L’humanité est elle-même, quand elle échange des gestes d’amitié, des paroles de réconfort, des services d’amour, des partages de biens. Après les béatitudes, l’enseignement de Jésus à ses disciples se poursuit. Jésus est venu nous rendre pleinement capable de vivre le don de soi. L’Eucharistie ravive en nous le goût de l’échange.

"C’est vous qui êtes la lumière du monde.

Une ville située sur une montagne ne peut être cachée. On n’allume pas une lampe pour la mettre sous le boisseau, mais on la met sur le porte–lampe, et elle brille pour tous ceux qui sont dans la maison dit encore Jésus." A partir de ce que nous avons reçu, et dont nous avons conscience, nous pouvons donner, échanger. Il est bon de prendre le temps de recevoir ce qui nous a été donné, d’en prendre conscience, de le goûter, de l’estimer, d’en louer le Seigneur Jésus. Alors jaillit la lumière du Don. Cette prise de conscience nous donne de pouvoir être nous-mêmes en notre vie, d’offrir ce que nous avons reçu. Nous pouvons faire advenir ainsi la lumière. Alors nous pouvons chanter : « La ’ténèbre’ n’est pas ’ténèbre’ devant toi Seigneur. » Tout est revenu dans la lumière à partir du Don que Jésus a fait de lui-même. Par sa venue dans notre humanité, Jésus est la lumière qui donne forme et couleurs à toute la réalité du monde. Notre mission dans le monde est précieuse, nous sommes, à la suite de Jésus, ces femmes et ces hommes de foi et d’espérance qui demeurent dans l’amour de Dieu. Demeurant ainsi continuellement dans la communion à leurs frères, ils sont lumière du monde.

Que votre lumière brille ainsi devant les gens, afin qu’ils voient vos belles œuvres et glorifient votre Père qui est dans les cieux.

Notre prière à Jésus est de vivre avec lui, pour recevoir de sa vie la lumière, et pour obtenir son amour. Il nous faut être capable d’aimer et de servir en tout, alors nous demandons la grâce d’être pleinement reconnaissant de tout le bien que nous avons reçu au cours de notre vie. Cette reconnaissance peut nous accompagner tout au long de nos jours. Chaque jour, nous prenons le temps d’apprécier ce qui nous fait vivre, de le recevoir comme un cadeau qui nous est fait. Nous cherchons comment redonner ce que nous avons reçu à notre tour. C’est ainsi que notre vie demeure vivante, capable de se donner, de respecter l’autre, de dire du bien de lui. Parce que nous prenons le temps de recevoir, et de donner, nous sommes le sel de la terre et la lumière du monde qui manifeste le Dieu de la Vie. Tout vient de Dieu et tout retourne à Dieu avec action de grâce ! La rencontre de deux personnes mues par l’Esprit Saint est signe d’espérance, tout comme Jésus qui s’est fait Pain de vie, qui est la Lumière du monde dans le Don qu’il fait de lui-même.

Citation :
Nous demandons la grâce de faire ce que Dieu veut, que nous soyons dans la foi et l’espérance, plein d’amour pour notre peuple.


Père Gilbert Adam
Homélies et Le Pauvre qui guérit


Source :  



Saint Chromace d'Aquilée (?-407), évêque
Homélies sur l'évangile de Matthieu, n°5 (trad. bréviaire 11/06)


« Que votre lumière brille devant les hommes »

Le Seigneur avait appelé ses disciples « sel de la terre » parce qu'ils ont relevé par la saveur de la sagesse céleste les cœurs des hommes affadis par le démon. Et maintenant il les appelle « lumière du monde » parce que, éclairés par lui, qui est la lumière éternelle et véritable, ils sont devenus à leur tour une lumière dans les ténèbres (Jn 1,5). Parce qu'il est lui-même le « Soleil de justice » (Ml 3,20), il peut aussi appeler ses disciples « lumière du monde » ; c'est par eux, comme par des rayons étincelants, qu'il déverse la lumière de sa connaissance sur la terre entière. En effet, ils ont chassé les ténèbres de l'erreur loin du cœur des hommes, en montrant la lumière de la vérité.

     Éclairés par eux, nous aussi, de ténèbres que nous étions, nous sommes devenus lumière, comme dit saint Paul : « Autrefois, vous n'étiez que ténèbres ; maintenant, dans le Seigneur, vous êtes devenus lumière. Vivez comme des fils de la lumière » (Ep 5,8.). Et encore : « Vous n'appartenez pas à la nuit, ni aux ténèbres ; vous êtes des fils de la lumière, des fils du jour » (1Th 5,5). Saint Jean a eu raison d'affirmer dans sa lettre : « Dieu est lumière » ; celui qui demeure en Dieu est dans la lumière, comme il est lui-même dans la lumière (1Jn 1,5-7). Puisque nous avons la joie d'être libérés des ténèbres de l'erreur nous devons vivre dans la lumière, marcher dans la lumière comme des vrais enfants de la lumière.


Evangelizo.org














Quand je dis Dieu c'est un poème, c'est une étoile dans ma vie, 
du feu qui coule dans mes veines, un grand soleil pour aujourd'hui !





Dernière édition par Lumen le Mar 7 Juin 2016 - 21:47, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Donne-nous notre Pain de ce jour (Vie) : Parole de DIEU   Mar 7 Juin 2016 - 19:27

Bonsoir Lumen,

Bonsoir à toutes et à tous,





Mercredi 8 Juin 2016

De la férie

10ième semaine du Temps Ordinaire
(Couleur liturgique : Vert )
Année C





(Première lecture)
Premier Livre des Rois 18 : 20 à 39


« Que tout ce peuple sache que c’est TOI, SEIGNEUR, qui es DIEU, et qui as retourné leur cœur ! »

En ces jours-là,
le roi Acab convoqua tout Israël
et réunit les prophètes de Baal sur le mont Carmel.
Élie se présenta devant la foule et dit :
« Combien de temps allez-vous danser
pour l’un et pour l’autre ?
Si c’est le SEIGNEUR qui est DIEU, suivez le SEIGNEUR ;
si c’est Baal, suivez Baal. »
Et la foule ne répondit mot.
Élie continua :
« Moi, je suis le seul qui reste des Prophètes du SEIGNEUR,
tandis que les prophètes de Baal sont quatre cent cinquante.
Amenez-nous deux jeunes taureaux ;
qu’ils en choisissent un,
qu’ils le dépècent et le placent sur le bûcher,
mais qu’ils n’y mettent pas le feu.
Moi, je préparerai l’autre taureau,
je le placerai sur le bûcher,
mais je n’y mettrai pas le feu.
Vous invoquerez le nom de votre dieu,
et moi, j’invoquerai le NOM DU SEIGNEUR :
le dieu qui répondra par le feu,
c’est LUI qui est DIEU. »
La foule répondit :
« C’est d’accord. »

Élie dit alors aux prophètes de Baal :
« Choisissez votre taureau et commencez,
car vous êtes les plus nombreux.
Invoquez le nom de votre dieu,
mais ne mettez pas le feu. »
Ils prirent le taureau et le préparèrent,
et ils invoquèrent le nom de Baal
depuis le matin jusqu’au milieu du jour,
en disant :
« ô Baal, réponds-nous ! »
Mais il n’y eut ni voix ni réponse ;
et ils dansaient devant l’autel qu’ils avaient dressé.
Au milieu du jour, Élie se moqua d’eux en disant :
« Criez plus fort, puisque c’est un dieu :
il a des soucis ou des affaires,
ou bien il est en voyage ;
il dort peut-être, mais il va se réveiller ! »
Ils crièrent donc plus fort
et, selon leur coutume, ils se tailladèrent jusqu’au sang
avec des épées et des lances.
Dans l’après-midi, ils se livrèrent à des transes prophétiques
jusqu’à l’heure du sacrifice du soir,
mais il n’y eut ni voix, ni réponse, ni le moindre signe.

Alors Élie dit à la foule :
« Approchez. »
Et toute la foule s’approcha de lui.
Il releva l’Autel du SEIGNEUR, qui avait été démoli.
Il prit douze pierres,
selon le nombre des tribus des fils de Jacob
à qui le SEIGNEUR avait dit :
« Ton nom sera Israël. »
Avec ces pierres il érigea un Autel au SEIGNEUR.
Il creusa autour de l’Autel
une rigole d’une capacité d’environ trente litres.
Il disposa le bois,
dépeça le taureau et le plaça sur le bûcher.
Puis il dit :
« Emplissez d’eau quatre cruches,
et versez-les sur la victime et sur le bois. »
Et l’on fit ainsi.
Il dit :
« Une deuxième fois ! »
Et l’on recommença.
Il dit :
« Une troisième fois ! »
Et l’on recommença encore.
L’eau ruissela autour de l’autel,
et la rigole elle-même fut remplie d’eau.

À l’heure du sacrifice du soir,
Élie le Prophète s’avança et dit :
« SEIGNEUR, DIEU d’Abraham, d’Isaac et d’Israël,
on saura aujourd’hui que TU ES DIEU en Israël,
que je suis Ton Serviteur,
et que j’ai accompli toutes ces choses sur TON ORDRE.
Réponds-moi, SEIGNEUR, réponds-moi,
pour que tout ce peuple sache
que c’est TOI, SEIGNEUR, QUI ES DIEU,
et qui as retourné leur cœur ! »
Alors le feu du SEIGNEUR tomba,
IL dévora la victime et le bois,
les pierres et la poussière,
et l’eau qui était dans la rigole.
Tout le peuple en fut témoin ;
les gens tombèrent face contre terre et dirent :
« C’est le SEIGNEUR QUI EST DIEU !
C’est le SEIGNEUR QUI EST DIEU ! »

– PAROLE du SEIGNEUR.


Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris







Joie d’un homme que DIEU a délivré de la mort


Poème appartenant au recueil de David.

Psaume 15 (16), entièrement




Psaume 15 (16) : 1 et 2, 3ac et 4, 5 et 8, 10a et 11


R/ Garde-moi, mon DIEU,
j’ai fait de TOI mon REFUGE.


Garde-moi, mon DIEU :
j’ai fait de TOI mon REFUGE.
J’ai dit au SEIGNEUR : « TU es mon DIEU !
Je n’ai pas d’autre bonheur que TOI. »
R/

Toutes les idoles du pays,
ne cessent d’étendre leurs ravages,
Je n’irai pas leur offrir le sang des sacrifices ;
leur nom ne viendra pas sur mes lèvres !
R/

SEIGNEUR, mon PARTAGE et ma COUPE :
de TOI dépend mon sort.
Je garde le SEIGNEUR devant moi sans relâche ;
IL est à ma Droite : je suis inébranlable.
R/

TU ne peux m’abandonner à la mort.
TU m’apprends le CHEMIN de la VIE :
devant TA FACE, débordement de joie !
À TA DROITE, éternité de délices !
R/

Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris






Évangile de JÉSUS-CHRIST selon Saint Matthieu 5 : 17 à 19

Acclamation de l’Évangile :
Alléluia. Alléluia.
Fais-moi connaître TA ROUTE, mon DIEU ;
dirige-moi par TA VÉRITÉ.
Alléluia.

(cf. Ps 24, 4b.5a)




« Je ne suis pas venu abolir, mais accomplir »

En ce temps-là,
JÉSUS disait à Ses Disciples :
« Ne pensez pas que Je sois venu abolir la Loi ou les Prophètes :
Je ne suis pas venu abolir, mais accomplir.
AMEN, Je vous le dis :
Avant que le Ciel et la Terre disparaissent,
pas un seul iota, pas un seul trait
ne disparaîtra de la Loi
jusqu’à ce que tout se réalise.
Donc, celui qui rejettera
un seul de ces plus petits Commandements,
et qui enseignera aux hommes à faire ainsi,
sera déclaré le plus petit dans le Royaume des Cieux.
Mais celui qui les observera et les enseignera,
celui-là sera déclaré Grand dans le Royaume des Cieux. »

– Acclamons la PAROLE de DIEU.


Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris










Textes du jour, lu sur :
Les services de la liturgie Catholique

http://www.aelf.org/office-messe?date_my=08/06/2016


Liens :
http://www.aelf.org/office-messe
http://services.liturgiecatholique.fr/






Amicalement, fraternellement
Nicolas

Revenir en haut Aller en bas
Lumen
Admin
avatar

Messages : 4231
Date d'inscription : 18/10/2014
Localisation : France

MessageSujet: Re: Donne-nous notre Pain de ce jour (Vie) : Parole de DIEU   Mer 8 Juin 2016 - 14:27

Bonjour à vous tous, amis qui aimez la Parole de Vie, goûtez et voyez comme est bon le Seigneur !
Bonjour Nicolas, Merci !



Mercredi 08 juin 2016 :  Le mercredi de la 10e semaine du temps ordinaire
Ne pensez pas que je sois venu pour abolir la Loi ou les Prophètes.
Je ne suis pas venu pour abolir, mais pour accomplir.



Saint Médard et saint Gildard, frères, Evêque de Noyon et Archevêque de Rouen. (v. 457 - v. 545)

Saint Jacques Berthieu, Prêtre, Jésuite martyr à Madagascar (1838-1896)

Bienheureuse Marie-Thérèse (Mariam Thresia) Chiramel Mankidiyan, Carmélite - Fondatrice
de la Congrégation des Sœurs de la Sainte Famille en Inde (✝ 1926)


Bienheureux István Sándor, Religieux Salésien hongrois martyr (✝ 1953)

Bienheureux Nicolas de Gesturi, Prêtre, Religieux o.f.m. Capucin (1882-1958)

Vénérable Anne de Xainctonge, Fondatrice de la Compagnie de Sainte-Ursule (✝ 1621)

Emilien (Emiliano) Tardif, Prêtre, Fondateur d’une Communauté charismatique
de laïcs, Les Serviteurs du Christ Vivant (1928-1999)


 Les saints du jour (Mercredi 08 juin)



Homélie :

Amen, je vous le dis, en effet, jusqu’à ce que le ciel et la terre passent, pas un seul iota ou un seul trait de lettre de la Loi ne passera, jusqu’à ce que tout soit arrivé.

En Jésus, nous avons la plénitude de la Révélation. Il est le Verbe, la Parole de Dieu devenue chair vivante, qui vient à nous pour nous faire connaître qui est Dieu, et combien Il nous aime. Jésus nous donne d’entrer dans la Révélation divine par la Parole divine de la première Alliance. Il nous faut demeurer dans le mystère de la « création » dans une attitude d’adoration. Que nous puissions rencontrer le Dieu créateur, et nous remettre totale entre ses mains. Dieu s’est révélé à l’humanité à travers les prophètes. Il attend de nous une réponse d’amour. C’est la fidélité à l’enseignement de Jésus : « Si vous m’aimez, vous resterez fidèles à mes commandements. » L’enseignement de Jésus nous révèle à la fois ce qui a toujours été enseigné. Le mystère qui s’accomplit par l’Incarnation de Jésus. Tout ce qui à déjà été dit dans le premier Testament est ressaisi par Jésus, comme dans une « assomption de l’humanité ! » A la fois, le passé est respecté, l’amour infini de Dieu est révélé dans le mystère de la Trinité sainte, elle nous emporte plus loin encore. Dieu agit dans le monde et nous le reconnaissons par la foi. Il nous aide dans nos combats et nos luttes dans l’espérance. Emmanuel, « Dieu avec nous, » est un amour infiniment plus grand que nous pourrions l’espérer !

Ne pensez pas que je sois venu pour abolir la Loi ou les Prophètes. Je ne suis pas venu pour abolir, mais pour accomplir.

Garder les commandements de Dieu est la preuve que nous l’aimons avec des œuvres et en vérité. « Car l’amour de Dieu, c’est cela : garder ses commandements. Ses commandements ne sont pas un fardeau, dit Saint Jean. » L’amour n’est pas seulement un sentiment ; il requiert aussi des œuvres, des œuvres d’amour. Il requiert de vivre le double précepte de la charité de Dieu et des frères, c’est là, la sécurité d’une foi vivante. Mais, comme dans le passé, nous quittons le Dieu vivant pour les idoles. Déjà dans le premier Testament, Élie le prophète, fidèle au Dieu de l’Alliance, nous aide à entrer dans une cette perspective de fidélité. Le peuple s’était perverti, il était resté le seul Prophète du Dieu vivant : « Combien de temps plierez-vous le genou des deux côtés ? » disait-il. Le peuple se crée toujours des idoles, et il marche, clopin-clopant, avec ces idoles, comme si ces dieux étaient le vrai Dieu. Élie était face aux quatre cent cinquante prophètes de Baal. Il démontre alors que le « Dieu unique » est enraciné dans la création, qu’Il marche avec son peuple dans la nuit de la foi.

« Donc, celui qui rejettera un seul de ces plus petits commandements, et qui enseignera aux hommes à faire ainsi, sera déclaré le plus petit dans le Royaume des cieux.

Celui qui les observera et les enseignera sera déclaré grand dans le Royaume des Cieux » La vérité de notre vie montre la fidélité du Saint Esprit en nos cœurs. « Celui qui dit : ‘Je le connais’, et qui ne garde pas ses commandements, est un menteur : la vérité n’est pas en lui, dit saint Jean. » Jésus nous enseigne ainsi la subtilité de la malice qui s’infiltre en nous, en même temps qu’il nous apprend l’importance du bon exemple. Jésus assume en lui toute la révélation de Dieu, dans une simplification de plus en plus grande, et il nous dit : « Mon commandement, l’unique, c’est de vous aimer les uns les autres. » Toute notre existence se construit dans l’amour de Dieu qui se traduit dans l’amour des sœurs et des frères. Il nous faut sans cesse nous remettre fondamentalement entre les mains du Dieu vivant. C’est dans cette attitude d’adoration, que nous pouvons vraiment nous abandonner à Dieu. Il soutient notre nature humaine dans sa fragilité, il accompagne les pauvres et les petits que nous sommes. Le Dieu vivant nous rend proches les uns des autres, dans l’offrande de Jésus, il reprend tout en Lui. Entrons dans une adoration profonde, dans le sacrifice d’action de grâces, là ou le Dieu vivant est reconnu comme le Dieu d’Amour.

Citation :
Nous demandons la grâce d’adorer le Dieu vivant et de déborder d’action de grâce.


Père Gilbert Adam
Homélies et Le Pauvre qui guérit


Source :  



Saint Augustin (354-430), évêque d'Hippone (Afrique du Nord) et docteur de l'Église
Discours sur les psaumes, Ps 149


« Je ne suis pas venu abolir, mais accomplir »

Frères, « chantons au Seigneur un cantique nouveau » (Ps 149,1). Au vieil homme, le vieux cantique ; à l'homme nouveau , un cantique nouveau. Ancienne alliance, ancien cantique ; nouvelle alliance, nouveau cantique. Les promesses de l'ancienne alliance sont d'ordre surtout temporel et terrestre. Ceux qui restent attachés aux choses de la terre chantent encore l'ancien cantique ; pour chanter le cantique nouveau il faut aimer les biens éternels. Cet amour est à la fois nouveau et éternel ; toujours nouveau, parce qu'il ne vieillit jamais.

Mais, à bien y réfléchir, il est ancien, cet amour ; comment serait-il donc nouveau ? Mes frères, la vie éternelle est-elle née d'hier ? La vie éternelle, c'est le Christ, et en tant que Dieu il n'est pas né d'hier. Car « Au commencement était le Verbe... et le Verbe était Dieu ; il était au commencement avec Dieu. Tout a été fait par lui ; sans lui rien n'a été fait » (Jn 1,1s). S'il a fait les choses anciennes, qu'est-il, sinon éternel, coéternel au Père ? C'est nous qui, par le péché, sommes tombés dans le vieillissement... L'homme a vieilli par suite de son péché ; c'est par la grâce de Dieu qu'il est renouvelé. Tous ceux qui sont ainsi renouvelés dans le Christ, ceux-là chantent un cantique nouveau, car ils commencent à s'établir dans la vie éternelle.


Evangelizo.org














Quand je dis Dieu c'est un poème, c'est une étoile dans ma vie, 
du feu qui coule dans mes veines, un grand soleil pour aujourd'hui !


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Donne-nous notre Pain de ce jour (Vie) : Parole de DIEU   Mer 8 Juin 2016 - 19:20

Bonsoir Lumen,

Bonsoir à toutes et à tous,





Jeudi 9 Juin 2016


Saint Éphrem, Diacre et Docteur de l’Église
Mort en 373. Les hymnes et les traités théologiques de ce diacre syrien font de lui l’un des écrivains les plus féconds du IVe siècle. Proclamé Docteur de l’Église en 1920.


10ième semaine du Temps Ordinaire
(Couleur liturgique : Vert )
Année C





(Première lecture)
Premier Livre des Rois 18 : 41 à 46


« Élie a prié de nouveau, et le ciel a donné la pluie »

En ces jours-là,
le Prophète Élie dit au roi Acab :
« Monte, tu peux maintenant manger et boire,
car j’entends le grondement de la pluie. »
Acab monta pour aller manger et boire.
Élie, de son côté, monta sur le sommet du Carmel,
il se courba vers la terre
et mit son visage entre ses genoux.
Il dit à son serviteur :
« Monte, et regarde du côté de la mer. »
Le serviteur monta, regarda et dit :
« Il n’y a rien. »
Sept fois de suite, Élie lui dit :
« Retourne. »
La septième fois, le serviteur annonça :
« Voilà un nuage qui monte de la mer,
gros comme le poing. »
Alors Élie dit au serviteur :
« Va dire au roi Acab :
“Attelle ton char et descends de la montagne,
avant d’être arrêté par la pluie.” »
Peu à peu, le ciel s’obscurcit de nuages, poussés par le vent,
et il tomba une grosse pluie.
Acab monta sur son char
et partit pour la ville de Yizréel.
La MAIN du SEIGNEUR s’empara du Prophète ;
Élie retroussa son vêtement et courut en avant d’Acab
jusqu’à l’entrée de la ville de Yizréel.

– PAROLE du SEIGNEUR.


Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris







DIEU, TU mérites bien qu’on TE loue


Du répertoire du chef de chorale. Psaume appartenant au recueil de David. Chant.

Psaume 64 (65), entièrement




Psaume 64 (65) : 10abcd, 10e et 11, 12 et 13


R/ Il est beau de TE louer, DIEU, dans Sion.

TU visites la Terre et TU l’abreuves,
TU la combles de richesses ;
les ruisseaux de DIEU regorgent d’eau :
TU prépares les moissons.
R/

Ainsi, TU prépares la Terre,
TU arroses les sillons ;
TU aplanis le sol, TU le détrempes sous les pluies,
TU bénis les semailles.
R/

TU couronnes une année de bienfaits ;
sur TON PASSAGE, ruisselle l’abondance.
Au désert, les pâturages ruissellent,
les collines débordent d’allégresse.
R/

Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris






Évangile de JÉSUS-CHRIST selon Saint Matthieu 5 : 20 à 26

Acclamation de l’Évangile :
Alléluia. Alléluia.
Je vous donne un Commandement Nouveau,
dit le SEIGNEUR :
« Aimez-vous les uns les autres,
comme Je vous ai aimés. »
Alléluia.

(cf. Jn 13, 34)




« Tout homme qui se met en colère contre son frère devra passer en jugement »

En ce temps-là,
JÉSUS disait à Ses Disciples :
« Je vous le dis :
Si votre justice ne surpasse pas celle des scribes et des pharisiens,
vous n’entrerez pas dans le Royaume des Cieux.

Vous avez appris qu’il a été dit aux anciens :

Tu ne commettras pas de meurtre,

et si quelqu’un commet un meurtre,
il devra passer en jugement.
Eh bien ! Moi, Je vous dis :
Tout homme qui se met en colère contre son frère
devra passer en jugement.
Si quelqu’un insulte son frère,
il devra passer devant le tribunal.
Si quelqu’un le traite de fou,
il sera passible de la géhenne de feu.
Donc, lorsque tu vas présenter ton offrande à l’autel,
si, là, tu te souviens que ton frère a quelque chose contre toi,
laisse ton offrande, là, devant l’autel,
va d’abord te réconcilier avec ton frère,
et ensuite viens présenter ton offrande.
Mets-toi vite d’accord avec ton adversaire
pendant que tu es en chemin avec lui,
pour éviter que ton adversaire ne te livre au juge,
le juge au garde,
et qu’on ne te jette en prison.
AMEN, Je te le dis : tu n’en sortiras pas
avant d’avoir payé jusqu’au dernier sou. »

– Acclamons la PAROLE de DIEU.


Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris









Textes du jour, lu sur :
Les services de la liturgie Catholique

http://www.aelf.org/office-messe?date_my=09/06/2016


Liens :
http://www.aelf.org/office-messe
http://services.liturgiecatholique.fr/






Amicalement, fraternellement
Nicolas

Revenir en haut Aller en bas
Lumen
Admin
avatar

Messages : 4231
Date d'inscription : 18/10/2014
Localisation : France

MessageSujet: Re: Donne-nous notre Pain de ce jour (Vie) : Parole de DIEU   Jeu 9 Juin 2016 - 11:51

Bonjour à vous tous, amis qui aimez la Parole de Vie, goûtez et voyez comme est bon le Seigneur !
Bonjour Nicolas, Merci !



Jeudi 09 juin 2016 :  Le jeudi de la 10e semaine du temps ordinaire
« Lorsque tu vas présenter ton offrande sur l’autel, si là tu te souviens
que ton frère a quelque chose contre toi, laisse ton offrande
et va d’abord te réconcilier avec ton frère. »



Saints Prime et Félicien, frères, martyrs (+ 286)

Saint Éphrem le Syrien, Diacre et Docteur de l'Église († 373)

Saint Joseph de Anchieta, Jésuite Missionnaire au Brésil (✝ 1597)

Bienheureuse Anne-Marie Taïgi, épouse et mère, Tertiaire Trinitaire (1769-1837)

 Les saints du jour (Jeudi 09 juin)



Homélie :

"Vous avez entendu qu’il a été dit aux anciens : Tu ne commettras pas de meurtre ;

celui qui commet un meurtre sera passible du jugement. Mais moi, je vous dis : Quiconque se met en colère contre son frère sera passible du jugement. Celui qui traitera son frère de raka sera passible du sanhédrin. Celui qui le traitera de fou sera passible de la géhenne de feu." Jésus nous appelle à être intègres dans la pratique de la célébration liturgique qui est en lien avec notre façon de vivre au quotidien. Il nous demande de nous réconcilier avec nos frères. Un premier pas sur ce chemin de réconciliation est de prier pour nos ennemis comme Jésus nous l’a demandé. Si nous avons été sérieusement blessés, prions Jésus de cicatriser ces souvenirs douloureux et d’obtenir la grâce de pardonner. Nous demandons à Jésus de visiter les temps et les lieux de l’offense pour y mettre son amour, et que nous soyons libres pour pouvoir pardonner. Jésus, la veille de sa Passion, prend le pain et dit : « Prenez et mangez, ceci est mon Corps ! » Nous comprenons, dans ce contexte de Don que Jésus fait de lui-même, la nécessité de nous réconcilier avec nos frères. Aujourd’hui encore, à tous ceux qui l’ont bafoué, rejeté, humilié, profané Jésus pardonne : « Père, pardonne leur, ils ne savent pas ce qu’ils font. » A nous qui partageons le Pain de vie, il est demandé de ne pas avoir « quelque chose » contre notre frère.

"Arrange–toi vite avec ton adversaire, pendant que tu es encore en chemin avec lui, de peur que l’adversaire ne te livre au juge, le juge au garde, et que tu ne sois mis en prison."

Jésus nous appelle à aller au-delà de la loi. Le chrétien, instruit par Jésus et rempli du Saint-Esprit, essaye de se surpasser pour arriver au maximum possible de l’amour. « Quand tu viens poser ton offrande sur l’autel ! » Cette Parole est tellement libérante, car avoir quelque chose contre notre frère, du ressentiment, de la jalousie, de la dissension est un contre-témoignage de cette participation à la table de Jésus ! Dans notre désir, dans notre volonté, dans toutes nos actions quotidiennes Dieu agit. « Jésus est venu chez les siens et les siens ne l’ont pas reçu ! » Les Apôtres sont toujours témoins de ce refus donné à Jésus. Nous sommes solidaires de notre Peuple et de Jésus livré, renié, trahi, rejeté, humilié, bafoué de toutes manières. Nous sommes toujours dans l’action de grâce devant le mystère du Christ qui donne sa vie pour nous. Dans cette vie nouvelle que Dieu nous donne, nous sommes transformés.

"Amen, je te le dis, tu ne sortiras pas de là avant d’avoir payé jusqu’au dernier quadrant."

Jésus nous apprend à mettre en avant l’amour de Dieu et des frères, amour qui nous fera aller au-delà de la Loi simple et à reconnaître humblement nos fautes dans une conversion sincère. Dans la recherche de la réconciliation avec nos frères, nous devons d’abord être réconciliés avec nous mêmes. C’est l’Amour infini de Dieu que nous fêtons quand nous célébrons le mystère pascal. Nous voulons nous approcher de ce mystère avec un grand amour dans le cœur. Marie, la première en chemin, a vécu profondément cette Parole qui a porté du fruit. Elle a reçu Jésus dans sa chair avec un amour infini, c’est l’alliance indissoluble de l’humanité et de la divinité. Elle est unie à jamais dans la révélation de cet Amour incroyable. En Marie, l’humanité reçoit le don de Dieu, Jésus, le don de Dieu prend corps en notre humanité. Nous nous laissons transformer par ce mystère de l’Eucharistie qui fait de nous un être nouveau. Nous nous approchons de l’autel, « porteur » de cet amour infini, et nous demandons pardon inlassablement pour notre misère. Il nous faut prendre la résolution de ne garder aucune dissension volontaire. Nous demandons à Dieu de renouveler notre cœur et notre regard pour ne pas permettre que la communauté soit divisée, elle est le Corps du Christ qu’Il a régénéré par son Sang.

Citation :
Nous demandons la grâce de regarder cet Évangile avec beaucoup de sérieux.


Père Gilbert Adam
Homélies et Le Pauvre qui guérit


Source :  



Origène (v. 185-253), prêtre et théologien
Petit traité sur la prière, 8-9 ; PG 11, 442-443 (trad. Orval)


« Va d'abord te réconcilier avec ton frère »

Personne ne pourra obtenir quoi que ce soit par la prière s'il ne prie pas avec de bonnes dispositions et une foi droite... Il ne s'agit pas de parler beaucoup... ; il s'agit de ne pas venir à la prière avec une âme troublée par des ressentiments. On n'imagine pas que quelqu'un vienne à l'oraison sans préparer son cœur ; on n'imagine pas non plus que celui qui prie puisse obtenir le pardon de ses péchés s'il n'a pas d'abord pardonné de tout son cœur à son frère qui lui demande pardon...

En premier lieu donc, celui qui se dispose à prier aura grand avantage à adopter une attitude qui l'aide à se mettre en présence de Dieu et qui l'aide à lui parler comme à quelqu'un qui le voit et lui est présent. Certaines images ou certains souvenirs d'événements passés encombrent l'esprit qui se laisse envahir par eux ; ainsi il est utile de se souvenir que Dieu est là et qu'il connaît les mouvements les plus secrets de notre âme. Elle se dispose alors à plaire à celui qui est présent, qui la voit et prévient toutes ses pensées, à celui qui scrute les cœurs et sonde les reins (Ps 7,10)...

Comme le disent les Saintes Écritures, il faut que celui qui prie élève des mains pures, qu'il pardonne à chacun de ceux qui l'ont offensé, rejette tout ce qui trouble son âme et ne s'irrite contre personne... Qui peut douter que cet état d'âme soit le plus favorable ? Paul l'enseigne lorsqu'il dit dans sa première lettre à Timothée : « Je veux que les hommes prient en tout lieu, élevant des mains pures, sans ressentiment ni contestation » (2,8.).


Evangelizo.org














Quand je dis Dieu c'est un poème, c'est une étoile dans ma vie, 
du feu qui coule dans mes veines, un grand soleil pour aujourd'hui !


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Donne-nous notre Pain de ce jour (Vie) : Parole de DIEU   Jeu 9 Juin 2016 - 19:35

Bonsoir Lumen,

Bonsoir à toutes et à tous,





Vendredi 10 Juin 2016

De la férie

10ième semaine du Temps Ordinaire
(Couleur liturgique : Vert )
Année C





(Première lecture)
Premier Livre des Rois 19 : 9a, 11 à 16


« Tiens-toi sur la montagne devant le SEIGNEUR »

En ces jours-là,
lorsque le Prophète Élie fut arrivé à l’Horeb, la Montagne de DIEU,
il entra dans une caverne
et y passa la nuit.
Et voici que la PAROLE du SEIGNEUR lui fut adressée.
IL lui dit :
« Sors et tiens-toi sur la Montagne devant le SEIGNEUR,
car IL va passer. »
À l’approche du SEIGNEUR, il y eut un ouragan,
si fort et si violent
qu’il fendait les montagnes et brisait les rochers,
mais le SEIGNEUR n’était pas dans l’ouragan ;
et après l’ouragan, il y eut un tremblement de terre,
mais le SEIGNEUR n’était pas dans le tremblement de terre ;
et après ce tremblement de terre, un feu,
mais le SEIGNEUR n’était pas dans ce feu ;
et après ce feu, le murmure d’une brise légère.
Aussitôt qu’il l’entendit,
Élie se couvrit le visage avec son manteau,
il sortit et se tint à l’entrée de la caverne.
Alors il entendit une voix qui disait :
« Que fais-tu là, Élie ? »
Il répondit :
« J’éprouve une ardeur jalouse
pour TOI, SEIGNEUR, DIEU de l’Univers.
Les fils d’Israël ont abandonné TON ALLIANCE,
renversé TES AUTELS,
et tué TES PROPHÈTES par l’épée ;
moi, je suis le seul à être resté
et ils cherchent à prendre ma vie. »
Le SEIGNEUR lui dit :
« Repars vers Damas,
par le chemin du désert.
Arrivé là, tu consacreras par l’Onction Hazaël
comme roi de Syrie ;
puis tu consacreras Jéhu, fils de Namsi,
comme roi d’Israël ;
et tu consacreras Élisée, fils de Shafath, d’Abel-Mehola,
comme Prophète pour te succéder. »

– PAROLE du SEIGNEUR.


Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris







Chez le SEIGNEUR, je me sens en sécurité.


Du recueil de David.

Psaume 26 (27), entièrement




Psaume 26 (27) : 7 et 8ab, 8c et 9abc, 13 et 14


R/ C’est TA FACE, SEIGNEUR, que je cherche.

Écoute, SEIGNEUR, je T’appelle !
Pitié ! Réponds-moi !
Mon cœur m’a redit TA PAROLE :
« Cherchez Ma Face. »
R/

C’est TA FACE, SEIGNEUR, que je cherche :
ne me cache pas TA FACE.
N’écarte pas Ton Serviteur avec colère :
TU restes mon secours.
R/

Mais j’en suis sûr, je verrai les BONTÉS du SEIGNEUR
sur la Terre des vivants.
« Espère le SEIGNEUR, sois fort et prends courage ;
espère le SEIGNEUR. »
R/

Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris






Évangile de JÉSUS-CHRIST selon Saint Matthieu 5 : 27 à 32

Acclamation de l’Évangile :
Alléluia. Alléluia.
Vous brillez comme des astres dans l’Univers
en tenant ferme la PAROLE DE VIE.
Alléluia.

(Ph 2, 15d.16a)




« Tout homme qui regarde une femme avec convoitise a déjà commis l’adultère »

En ce temps-là,
JÉSUS disait à Ses Disciples :
« Vous avez appris qu’il a été dit :

Tu ne commettras pas d’adultère.

Eh bien ! Moi, Je vous dis :
Tout homme qui regarde une femme avec convoitise
a déjà commis l’adultère avec elle dans son cœur.
Si ton œil droit entraîne ta chute,
arrache-le et jette-le loin de toi,
car mieux vaut pour toi perdre un de tes membres
que d’avoir ton corps tout entier jeté dans la géhenne.
Et si ta main droite entraîne ta chute,
coupe-la et jette-la loin de toi,
car mieux vaut pour toi perdre un de tes membres
que d’avoir ton corps tout entier qui s’en aille dans la géhenne.

Il a été dit également :

Si quelqu’un renvoie sa femme,
qu’il lui donne un acte de répudiation.


Eh bien ! Moi, Je vous dis :
Tout homme qui renvoie sa femme,
sauf en cas d’union illégitime,
la pousse à l’adultère ;
et si quelqu’un épouse une femme renvoyée,
il est adultère. »

– Acclamons la PAROLE de DIEU.


Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris








Textes du jour, lu sur :
Les services de la liturgie Catholique

http://www.aelf.org/office-messe?date_my=10/06/2016


Liens :
http://www.aelf.org/office-messe
http://services.liturgiecatholique.fr/






Amicalement, fraternellement
Nicolas

Revenir en haut Aller en bas
Lumen
Admin
avatar

Messages : 4231
Date d'inscription : 18/10/2014
Localisation : France

MessageSujet: Re: Donne-nous notre Pain de ce jour (Vie) : Parole de DIEU   Ven 10 Juin 2016 - 13:49

Bonjour à vous tous, amis qui aimez la Parole de Vie, goûtez et voyez comme est bon le Seigneur !
Bonjour Nicolas, Merci !



Vendredi 10 juin 2016 :  Le vendredi de la 10e semaine du temps ordinaire
Si ta main droite doit causer ta chute, coupe–la et jette–la loin de toi,
car il est avantageux pour toi de perdre seulement une partie de ton corps
et que celui–ci n’aille pas tout entier dans la géhenne.



Saint Landry, Évêque de Paris (✝ 656)

Saints Martyrs ATHONITES

Bienheureuse Diane d'Andalo, Directrice de la Communauté des Dominicaines de Sainte-Agnès
à Bologne (✝ 1236)


Bienheureux Marc-Antoine Durando, Fondateur de l'Institut des Soeurs de Jésus de Nazareth (+ 1880)

Bienheureux Edouard Jean Marie POPPE, Prêtre « Apôtre de l'Eucharistie et de la Mission » (1890-1924)

 Les saints du jour (Vendredi 10 juin)



Homélie :

Vous avez entendu qu’il a été dit : Tu ne commettras pas d’adultère. Mais moi, je vous dis : Quiconque regarde une femme de façon à la désirer a déjà commis l’adultère avec elle dans son cœur.

Jésus approfondit les exigences du sermon des Béatitudes. Il donne à la loi une ampleur toute nouvelle pour que la vie surabonde. C’est la raison pour laquelle son observation consiste à élargir les conditions pour avoir la vie. Dieu nous donne la loi de l’amour pour arriver au sommet de la charité. Nous cherchons toujours la loi du moindre effort. Dieu qui nous a donné beaucoup, nous demande beaucoup. En Jésus, il s’est donné lui-même pour que nous ayons la Vie. Si l’homme se prend comme « mesure », il devient l’ennemi de Dieu et de ses frères. Le mot d’adultère est constitué par « Ad », aller vers l’ « ultime. » Il s’agit d’une relation de domination avec Dieu et avec les humains et particulièrement entre l’homme et la femme. Pour cet ultime, il convient de se référer à Dieu. Faire « comme je veux, » en excluant les autres et Dieu est mortifère. Jésus n’hésite pas à prendre l’image de la gangrène. Si un membre est gangrené le chirurgien « coupe » la partie malade avant que le corps tout entier ne soit gangrené. La parole de Dieu est très réaliste : « Il faut à tous prix en sauver quelques uns. »

"Si ton œil droit doit causer ta chute, arrache–le et jette–le loin de toi.

Car il est avantageux pour toi de perdre seulement une partie de ton corps et que celui–ci ne soit pas jeté tout entier dans la géhenne." Jésus nous veut épanouis, il manifeste son autorité sur l’humanité créée à l’image et à la ressemblance de Dieu. L’alliance avec Dieu nous engage à la pureté du cœur et de la pensée. Le langage humain de l’amour ne peut pas être banalisé. Nous ne pouvons pas faire des autres l’objet de notre pensée ! Il est nécessaire d’éviter les pensées et les occasions idolâtres qui nous rendraient égal à Dieu. Jésus est exigent car il veut pour nous le bonheur de l’amour. La relation avec Dieu et entre nous demande de notre part un « cœur » pur, et des « yeux » clairs. C’est dans le même regard d’amour que nous aimons et servons Dieu et que nous aimons et servons nos frères. C’est par le même acte d’Amour que Jésus nous sauve sur la Croix et qu’Il glorifie le Père. C’est l’Amour qui vient de Dieu qui est notre mesure. Élie, le prophète de l’amour est le messager qui annonce Jésus dans son désir : « J’éprouve une ardeur jalouse pour toi, Seigneur Dieu de l’univers ».

"Il a été dit : Que celui qui répudie sa femme lui donne une attestation de rupture.

Mais moi, je vous dis : Quiconque répudie sa femme, sauf en cas d’inconduite sexuelle, la rend adultère, et celui qui épouse une femme répudiée commet l’adultère." La dignité du mariage fait partie du projet de Dieu pour l’homme et pour la femme, afin que par l’amour et le don mutuel, ils deviennent une seule chair. Il est en encore le signe de l’alliance du Christ et de l’Église. Nous ne pouvons pas vivre l’alliance de la vie conjugale selon l’ordre du monde. C’est dans l’ardeur de l’amour de Dieu que se construit la fidélité. Marie, dans sa compassion, offre à Dieu tout ce qu’elle est. Elle est unie à l’offrande de Jésus, et de tout son amour, elle offre tout ce que Jésus vit pour ses frères. Marie a épousé la cause de Jésus. C’est dans cette alliance nouvelle, qui contient tous les amours, c’est dans l’ardeur de l’Amour trinitaire que nous pouvons accomplir le dessein d’amour du cœur de Dieu dans notre vie. Jésus nous donnera « son » commandement nouveau, il est très significatif de cet unique amour : « Mon commandement, le seul, ‘aimez-vous les uns les autres’.

Citation :
Nous demandons la grâce de comprendre la parole de Dieu pour devenir dignes du beau nom de chrétiens et vivre du nouvel amour du Christ.


Père Gilbert Adam
Homélies et Le Pauvre qui guérit


Source :  



L'Imitation de Jésus Christ, traité spirituel du 15e siècle
Livre II, ch. 4 (trad. Lammenais)


« Si ton œil est vraiment clair, ton corps tout entier sera dans la lumière » (Mt 6,22)

L'homme s'élève au-dessus de la terre sur deux ailes : la simplicité et la pureté.
La simplicité doit être dans l'intention, et la pureté dans l'affection.
La simplicité cherche Dieu ; la pureté le trouve et le goûte.
Nulle bonne œuvre ne te sera difficile, si tu es libre au dedans de toute affection déréglée.
Si tu ne veux que ce que Dieu veut, et ce qui est utile au prochain, tu jouiras de la liberté intérieure.
Si ton cœur était droit, alors toute créature te serait un miroir de vie et un livre rempli de saintes instructions.
Il n'est point de créature si petite et si vile qui ne présente quelque image de la bonté de Dieu.
Si tu avais en toi assez d'innocence et de pureté, tu verrais tout sans obstacle. Un cœur pur pénètre le ciel et l'enfer.
Chacun juge des choses du dehors selon ce qu'il est au dedans de lui-même.
S'il est quelque joie dans le monde, le cœur pur la possède.


Evangelizo.org














Quand je dis Dieu c'est un poème, c'est une étoile dans ma vie, 
du feu qui coule dans mes veines, un grand soleil pour aujourd'hui !



Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Donne-nous notre Pain de ce jour (Vie) : Parole de DIEU   Ven 10 Juin 2016 - 19:19

Bonsoir Lumen,

Bonsoir à toutes et à tous,




Samedi 11 Juin 2016


Saint Barnabé
1er siècle. Natif de Chypre, il fut l’un des premiers convertis au christianisme. Il se porta garant de Saint Paul auprès du collège des Douze et l’accompagna dans ses missions apostoliques.


10ième semaine du Temps Ordinaire
(Couleur liturgique : Rouge )
Année C







(Première lecture)
Livre des Actes des Apôtres 11 : 21b à 26 ; 13 : 1 à 3


« C’était un homme de bien, rempli d’ESPRIT SAINT et de foi »

En ces jours-là, à Antioche,
un grand nombre de gens devinrent croyants
et se tournèrent vers le SEIGNEUR.
La nouvelle parvint aux oreilles de l’Église de Jérusalem,
et l’on envoya Barnabé jusqu’à Antioche.
À son arrivée, voyant la GRÂCE de DIEU à l’ŒUVRE,
il fut dans la joie.
Il les exhortait tous
à rester d’un cœur ferme attachés au SEIGNEUR.
C’était en effet un homme de bien,
rempli d’ESPRIT SAINT et de foi.
Une foule considérable s’attacha au SEIGNEUR.
Barnabé partit alors à Tarse chercher Saul.
L’ayant trouvé, il l’amena à Antioche.
Pendant toute une année, ils participèrent aux assemblées de l’Église,
ils instruisirent une foule considérable.
Et c’est à Antioche que, pour la première fois,
les Disciples reçurent le Nom de « Chrétiens ».

Or il y avait dans l’Église qui était à Antioche
des prophètes et des hommes chargés d’enseigner :
Barnabé, Syméon appelé Le Noir, Lucius de Cyrène,
Manahène, compagnon d’enfance d’Hérode le Tétrarque,
et Saul.
Un jour qu’ils célébraient le culte du SEIGNEUR
et qu’ils jeûnaient,
l’ESPRIT SAINT leur dit :
« Mettez à part pour moi Barnabé et Saul
en vue de l’ŒUVRE à laquelle je les ai appelés. »
Alors, après avoir jeûné et prié,
et leur avoir imposé les mains,
ils les laissèrent partir.

– PAROLE du SEIGNEUR.


Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris







Joie d’un homme que DIEU a délivré de la mort


Poème appartenant au recueil de David.

Psaume 15 (16), entièrement




Psaume 15 (16) : 1 et 2a et 5, 7 et 8, 9 et 10


R/ SEIGNEUR, mon Partage et ma Coupe !

Garde-moi, mon DIEU : j’ai fait de TOI mon REFUGE.
J’ai dit au SEIGNEUR : « TU ES MON DIEU !
SEIGNEUR, mon Partage et ma Coupe :
de TOI dépend mon sort.
R/

Je bénis le SEIGNEUR qui me conseille :
même la nuit mon cœur m’avertit.
Je garde le SEIGNEUR devant moi sans relâche ;
IL est à ma Droite : je suis inébranlable.
R/

Mon cœur exulte, mon âme est en fête,
ma chair elle-même repose en confiance :
TU ne peux m’abandonner à la mort
ni laisser ton ami voir la corruption.
R/

Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris






Évangile de JÉSUS-CHRIST selon Saint Matthieu 5 : 33 à 37

Acclamation de l’Évangile :
Alléluia. Alléluia.
Incline mon cœur vers TES EXIGENCES ;
fais-moi la GRÂCE de TA LOI, SEIGNEUR.
Alléluia.

(Ps 118, 36a.29b)




« Moi, je vous dis de ne pas jurer du tout »

En ce temps-là,
JÉSUS disait à ses disciples :
« Vous avez encore appris qu’il a été dit aux anciens :

Tu ne manqueras pas à tes serments,
mais tu t’acquitteras de tes serments envers le SEIGNEUR.


Eh bien ! Moi, Je vous dis de ne pas jurer du tout,
ni par le Ciel, car c’est le TRÔNE DE DIEU,
ni par la Terre, car elle est Son Marchepied,
ni par Jérusalem, car elle est la Ville du GRAND ROI.
Et ne jure pas non plus sur ta tête,
parce que tu ne peux pas
rendre un seul de tes cheveux blanc ou noir.
Que votre parole soit “oui”, si c’est “oui”,
“non”, si c’est “non”.
Ce qui est en plus vient du Mauvais. »

– Acclamons la PAROLE de DIEU.


Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris









Textes du jour, lu sur :
Les services de la liturgie Catholique

http://www.aelf.org/office-messe?date_my=11/06/2016


Liens :
http://www.aelf.org/office-messe
http://services.liturgiecatholique.fr/






Amicalement, fraternellement
Nicolas

Revenir en haut Aller en bas
Lumen
Admin
avatar

Messages : 4231
Date d'inscription : 18/10/2014
Localisation : France

MessageSujet: Re: Donne-nous notre Pain de ce jour (Vie) : Parole de DIEU   Sam 11 Juin 2016 - 13:47

Bonjour à vous tous, amis qui aimez la Parole de Vie, goûtez et voyez comme est bon le Seigneur !
Bonjour Nicolas, Merci !



Samedi 11 juin 2016 :  Saint Barnabé - Mémoire
« Sur votre route, proclamez que le Royaume des cieux est tout proche. »

Saint Barnabé, disciple et compagnon de Saint Paul, Apôtre (1er siècle)

Saint Jean de Saint-Facond (de Sahagún), Prêtre, Religieux de l’Ordre des
Ermites de Saint-Augustin (o.e.s.a.) à Salamanque (1430-1479)


Sainte Maria-Rosa (Marie-Rose), Fondatrice de la Congrégation des Sœurs de
Notre-Dame de la Consolation en Espagne (✝ 1876)


Sainte Paola Frassinetti, Vierge, fondatrice de la Congrégation des
‘Sœurs de Sainte-Dorothée’ (1809-1882)


Saints martyrs de Pékin (✝ 1900)

Bienheureuse Hildegarde Burjan, Fondatrice des Sœurs de la Caritas Socialis (✝ 1933)

Bienheureuse Yolande, Princesse hongroise, Clarisse (✝ 1299)

 Les saints du jour (Samedi 11 juin)


Lectures du jour :
 Voir / Textes du jour



Homélie :

"Sur votre route… guérissez les malades, ressuscitez les morts, purifiez les lépreux, chassez les démons."

Vous avez reçu gratuitement : donnez gratuitement." Saint Barnabé nous est connu par le livre des Actes des Apôtres qui le dépeint comme « un homme de valeur, rempli d’ Esprit-Saint et de Foi ». Il mit tous ses biens à la disposition des Apôtres, et il comprit très vite que les païens pouvaient entrer dans l’ Eglise sans autre condition que de croire en Jésus, le Messie de Dieu. C’est lui qui introduisit Paul dans le collège des Douze en l’initiant au travail apostolique. Le prénom Barnabé signifie « fils d’ encouragement ». Saint Barnabé qui est fêté aujourd’hui en Église est appelé avec les apôtres pour la même mission : « Guérissez les malades, ressuscitez les morts, purifiez les lépreux, chassez les démons. » A sa suite, nous sommes conviés à une sanctification du corps de l’humanité : « Vous avez reçu gratuitement, donnez gratuitement. » L’amour de Dieu, les dons de Dieu, sont gratuits, « donnez gratuitement ce que vous avez reçu gratuitement. » L’Église s’adjoint ceux qui sont nécessaires pour la Mission, il avait fallu remplacer Judas par Mathias. Les « Douze » représentent en effet les douze tribus d’Israël. C’est dans une rencontre de prière que l’Esprit Saint dit : « Mettez-moi à part Paul et Barnabé, » pour eux, une mission particulière est donnée. Après avoir jeûné, prié, et leur avoir imposé les mains, l’Eglise les envoya. Ainsi Barnabé apparaît avec les Apôtres, l’homme qui a suivi Jésus est appelé à entrer dans le corps apostolique.

"Ne vous procurez ni or ni argent, ni petite monnaie pour en garder sur vous ; ni sac pour la route, ni tunique de rechange, ni sandales, ni bâton."

Car le travailleur mérite sa nourriture. Dans chaque ville ou village où vous entrerez, informez-vous pour savoir qui est digne de vous accueillir, et restez chez lui jusqu’à votre départ." L’Église naissante se développe comme un Corps vivant sous l’inspiration du Saint Esprit. En lui, elle se donne les moyens de vivre et de continuer l’œuvre de Jésus. Dieu est fidèle à son plan d’amour infini. Dans le collège des Douze, Pierre porte l’unité. Jésus lui avait dit : « Tu es Pierre et sur cette pierre, je bâtirai mon Église et les portes de l’enfer ne prévaudront point contre elle. » Prenant la route des hommes, l’Eglise de Jésus est vivante, elle ne s’installe pas, mais elle est animée par la vitalité du Saint-Esprit qui travaille en elle ! Cette Église sainte, composée de pécheurs, demande au Saint-Esprit de faire son œuvre. Dans sa pauvreté, l’Eglise laisse en elle Jésus opérer des guérisons. Rendons grâce au Seigneur pour ceux qui, jusqu’ à ce jour, nous ont encouragé à Le suivre, à l’aimer, à le servir : ceux qui nous ont éduqué à la vie de Foi et à la prière. Nous demandons à Jésus, par l’ intercession de saint Barnabé, la grâce de Lui rester fidèlement attachés et d’ être source d’ encouragement pour nos frères et sœurs.

"En entrant dans la maison, saluez ceux qui l’habitent. Si cette maison en est digne, que votre paix vienne sur elle."

Si elle n’en est pas digne, que votre paix retourne vers vous." Continuellement l’Église apporte la Paix de Jésus ressuscité au monde. A la suite des Apôtres de Jésus, Barnabé a découvert le Christ comme unique force, unique nécessaire, comme le Trésor pour lequel on peut tout engager et tout sacrifier, à commencer par « l’or, l’ argent, les tuniques de rechange, les sandales. » La véritable fonction libératrice de l’ Eglise consiste dans le fait qu’elle atteste la Vérité au sein du monde. Elle atteste que Dieu existe, qu’Il nous connaît, que Dieu est tel qu’est Jésus Christ et qu’en Lui, Il nous montre le chemin. Avec la grâce de Dieu qui fait en elle œuvre de sanctification, l’Église de Dieu s’établit là où le Saint Esprit la conduit. Elle va, se désencombrant sans cesse, « pérégrinant », souffrant dans les chemins ou elle annonce son Seigneur. Chacun, en fonction de la grâce qui lui est donnée, annonce le salut ! Jésus est avec elle sur la route des hommes et elle le suit dans les angoisses et dans sa lutte implacable contre le menteur. C’est ainsi que nous sommes solidaires de tous les combats du monde : « Proclamer que le Royaume de Dieu est là. »

Citation :
Nous demandons à l’Esprit Saint de nous garder vivants et aimants à la suite de Jésus.


Père Gilbert Adam
Homélies et Le Pauvre qui guérit


Source :  



Concile Vatican II
Constitution dogmatique sur l'Église, « Lumen Gentium », 21


« Vous avez reçu gratuitement, donnez gratuitement »

En la personne des évêques qu'assistent les prêtres, le Seigneur Jésus Christ, Pontife Suprême, est présent au milieu de ses fidèles. Assis en effet à la droite du Père, il ne cesse pas d'être présent au sein de la communauté de ses pontifes. Et d'abord, par le ministère des évêques, il adresse à tous les peuples la parole de Dieu ; il administre continuellement aux croyants les sacrements de la foi ; grâce à leur sollicitude paternelle il incorpore de nouveaux membres à son Corps au moyen de la régénération surnaturelle ; et enfin, par leur sagesse et leur prudence, il dirige et prépare le Peuple du Nouveau Testament dans sa marche vers la béatitude éternelle...

Pour remplir une si haute charge, les apôtres ont été enrichis par le Christ des trésors de l'Esprit Saint, qui est descendu sur eux (Ac 1,8; 2,4; Jn 20,22). Par l'imposition des mains ils ont conféré eux-mêmes ce don spirituel à leurs collaborateurs (1Tm 4,14; 2Tm 1,6), don qui a été transmis jusqu'à nous dans la consécration épiscopale. Le saint Concile enseigne d'autre part que cette consécration épiscopale confère la plénitude du sacrement de l'Ordre, que la coutume liturgique de l'Église et la voix des saints Pères appellent sacerdoce suprême, résumé du ministère sacré. La consécration épiscopale confère aussi, avec la charge de sanctifier, celle d'enseigner et de gouverner ; cependant, de par leur nature, ces charges ne peuvent être exercées que dans la communion hiérarchique avec le chef et les autres membres du collège. De la tradition, en effet..., il ressort clairement que, par l'imposition des mains et par les paroles de la consécration, la grâce de l'Esprit Saint est conférée et le caractère sacré imprimé de telle sorte que les évêques tiennent, de façon éminente et visible, la place du Christ lui-même, Maître, Pasteur et Pontife, et agissent à sa place.


Evangelizo.org














Quand je dis Dieu c'est un poème, c'est une étoile dans ma vie, 
du feu qui coule dans mes veines, un grand soleil pour aujourd'hui !



Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Donne-nous notre Pain de ce jour (Vie) : Parole de DIEU   Sam 11 Juin 2016 - 19:16

Bonsoir Lumen,

Bonsoir à toutes et à tous,






Dimanche 12 Juin 2016

11ième Dimanche du Temps Ordinaire

(Couleur liturgique : Vert )
Année C











Lien :
http://www.ktotv.com/emissions/priere-et-vie-de-l-eglise/priere/en-marche-vers-dimanche

Vu sur :
www.KTOTV.com






(Première lecture)
Deuxième Livre de Samuel 12 : 7 à 10, 13


« Le SEIGNEUR a passé sur ton péché : tu ne mourras pas »

En ces jours-là,
après le péché de David,
le Prophète Nathan lui dit :
« Ainsi PARLE le SEIGNEUR DIEU d’Israël :
Je t’ai consacré comme roi d’Israël,
Je t’ai délivré de la main de Saül,
puis Je t’ai donné la maison de ton maître,
J’ai mis dans tes bras les femmes de ton maître ;
Je t’ai donné la maison d’Israël et de Juda
et, si ce n’est pas assez,
J’ajouterai encore autant.
Pourquoi donc as-tu méprisé le SEIGNEUR
en faisant ce qui est mal à SES YEUX ?
Tu as frappé par l’épée Ourias le Hittite ;
sa femme, tu l’as prise pour femme ;
lui, tu l’as fait périr par l’épée des fils d’Ammone.
Désormais, l’épée ne s’écartera plus jamais de ta maison,
parce que tu M’as méprisé
et que tu as pris la femme d’Ourias le Hittite
pour qu’elle devienne ta femme. »
David dit à Nathan :
« J’ai péché contre le SEIGNEUR ! »
Nathan lui répondit :
« Le SEIGNEUR a passé sur ton péché,
tu ne mourras pas. »


– PAROLE du SEIGNEUR.



Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris






Le bonheur d’être pardonné

Poème chanté appartenant au recueil de David.


[Psaume 31 (32) ; entièrement]




Psaume 31 (32) : 1 et 2, 5abcd, 5ef et 7, 10bc et 11


R/ Enlève, SEIGNEUR,
l’offense de ma faute.


Heureux l’homme dont la faute est enlevée,
et le péché remis !
Heureux l’homme dont le SEIGNEUR ne retient pas l’offense,
dont l’esprit est sans fraude !
R/


Je T’ai fait connaître ma faute,
je n’ai pas caché mes torts.
J’ai dit : « Je rendrai grâce au SEIGNEUR
en confessant mes péchés. »
R/


Et TOI, TU as enlevé l’offense de ma faute.
TU es un REFUGE pour moi,
mon abri dans la détresse,
de chants de délivrance, TU m’as entouré.
R/


L’AMOUR du SEIGNEUR entourera
ceux qui comptent sur LUI.
Que le SEIGNEUR soit votre joie, hommes justes !
Hommes droits, chantez votre allégresse !
R/


[center] Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris


« Chants audio du Psaume 31 (32) »

Du CD, Signes :

http://www.mirari.fr/A63V






(Deuxième lecture)
Lettre de Saint Paul Apôtre aux Galates 2 : 16, 19 à 21


« Je vis, mais ce n’est plus moi, c’est le CHRIST qui vit en moi »

Frères,
nous avons reconnu
que ce n’est pas en pratiquant la Loi de Moïse
que l’homme devient juste devant DIEU,
mais seulement par la foi en JÉSUS CHRIST ;
c’est pourquoi nous avons cru, nous aussi, au CHRIST JÉSUS
pour devenir des justes par la foi au CHRIST,
et non par la pratique de la Loi,
puisque, par la pratique de la Loi, personne ne deviendra juste.
Par la Loi, je suis mort à la Loi
afin de vivre pour DIEU ;
avec le CHRIST, je suis crucifié.
Je vis, mais ce n’est plus moi,
c’est le CHRIST qui vit en moi.
Ce que je vis aujourd’hui dans la chair,
je le vis dans la foi au FILS DE DIEU
qui m’a aimé et s’est livré LUI-MÊME pour moi.
Il n’est pas question pour moi de rejeter la GRÂCE DE DIEU.
En effet, si c’était par la Loi qu’on devient juste,
alors le CHRIST serait mort pour rien.


– PAROLE du SEIGNEUR.



Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris






Évangile de JÉSUS-CHRIST selon Saint Luc 7 : 36 à 8 : 3

Acclamation de l’Évangile :
Alléluia. Alléluia.

Près du SEIGNEUR EST L’AMOUR,
près de LUI, abonde le rachat.

Alléluia.
(Ps 129, 7)




« Ses nombreux péchés sont pardonnés, puisqu’elle a montré beaucoup d’amour »

En ce temps-là,
un pharisien avait invité JÉSUS à manger avec lui.
JÉSUS entra chez lui et prit place à table.
Survint une femme de la ville, une pécheresse.
Ayant appris que JÉSUS était attablé dans la maison du pharisien,
elle avait apporté un flacon d’albâtre contenant un parfum.
Tout en pleurs, elle se tenait derrière LUI, près de SES PIEDS,
et elle se mit à mouiller de ses larmes les PIEDS DE JÉSUS.
Elle Les essuyait avec ses cheveux,
Les couvrait de baisers
et répandait sur eux le parfum.

En voyant cela,
le pharisien qui avait invité JÉSUS se dit en lui-même :
« Si cet homme était prophète,
il saurait qui est cette femme qui le touche,
et ce qu’elle est : une pécheresse. »
JÉSUS, prenant la PAROLE, lui dit :
« Simon, J’ai quelque chose à te dire.
– Parle, Maître. »
JÉSUS reprit :
« Un créancier avait deux débiteurs ;
le premier lui devait cinq cents pièces d’argent,
l’autre cinquante.
Comme ni l’un ni l’autre ne pouvait les lui rembourser,
il en fit grâce à tous deux.
Lequel des deux l’aimera davantage ? »
Simon répondit :
« Je suppose que c’est celui à qui on a fait grâce
de la plus grande dette.
– Tu as raison », lui dit JÉSUS.
IL se tourna vers la femme
et dit à Simon :
« Tu vois cette femme ?
Je suis entré dans ta maison,
et tu ne M’as pas versé de l’eau sur les PIEDS ;
elle, elle Les a mouillés de ses larmes
et essuyés avec ses cheveux.
Tu ne M’as pas embrassé ;
elle, depuis qu’elle est entrée,
n’a pas cessé d’embrasser MES PIEDS.
Tu n’as pas fait d’onction sur MA TÊTE ;
elle, elle a répandu du parfum sur MES PIEDS.
Voilà pourquoi Je te le dis :
ses péchés, ses nombreux péchés, sont pardonnés,
puisqu’elle a montré beaucoup d’amour.
Mais celui à qui on pardonne peu
montre peu d’amour. »
IL dit alors à la femme :
« Tes péchés sont pardonnés. »
Les convives se mirent à dire en eux-mêmes :
« Qui est cet Homme,
qui va jusqu’à pardonner les péchés ? »
JÉSUS dit alors à la femme :
« Ta foi t’a sauvée.
Va en paix ! »
Ensuite, il arriva que JÉSUS, passant à travers villes et villages,
proclamait et annonçait la Bonne Nouvelle du RÈGNE DE DIEU.
Les Douze L’accompagnaient,
ainsi que des femmes qui avaient été guéries
de maladies et d’esprits mauvais :
Marie, appelée Madeleine,
de laquelle étaient sortis sept démons,
Jeanne, femme de Kouza, intendant d’Hérode,
Suzanne, et beaucoup d’autres,
qui les servaient en prenant sur leurs ressources.


– Acclamons la PAROLE de DIEU.



Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris











Textes du jour, lu sur :
Les services de la liturgie Catholique

http://www.aelf.org/office-messe?date_my=12/06/2016


Liens :
http://www.aelf.org/office-messe
http://services.liturgiecatholique.fr/






Amicalement, fraternellement
Nicolas

Revenir en haut Aller en bas
Lumen
Admin
avatar

Messages : 4231
Date d'inscription : 18/10/2014
Localisation : France

MessageSujet: Re: Donne-nous notre Pain de ce jour (Vie) : Parole de DIEU   Dim 12 Juin 2016 - 14:00

Bonjour à vous tous, amis qui aimez la Parole de Vie, goûtez et voyez comme est bon le Seigneur !
Bonjour Nicolas, Merci !


Homélie :

Un pharisien avait invité Jésus à manger avec lui. Jésus entra chez lui et prit place à table.

Survint une femme de la ville, une pécheresse. Elle avait appris que Jésus mangeait chez le pharisien, et elle apportait un vase précieux plein de parfum. Tout en pleurs, elle se tenait derrière lui, à ses pieds, et ses larmes mouillaient les pieds de Jésus. Elle les essuyait avec ses cheveux, les couvrait de baisers et y versait le parfum.La pécheresse a perdu son honneur, elle n’existe plus comme une personne aux yeux du monde, mais elle a pressenti qu’elle pouvait encore donner quelque chose à Jésus. Elle pouvait venir pleurer à ses pieds, les couvrir de parfum et de baisers. Par ce langage du corps, elle réussit à dire à Jésus, en même temps son amour et son respect. La réponse de Jésus à Simon qui s’interroge est limpide : « Ses péchés, ses nombreux péchés, ont été pardonnés parce qu’elle a montré beaucoup d’amour. » Nous pouvons nous imaginer la stupeur du pharisien ! En fait nous sommes tous concernés. Ce qui habite le fond de notre cœur va surgir au grand jour quand l’occasion sera donnée, nous pourrions parler de notre ’inconscient’ qui surgit : "En voyant cette femme, le pharisien qui avait invité Jésus se dit : « Si cet homme était prophète, il saurait qui est la femme qui le touche et ce qu’elle est : une pécheresse. » En fait, il s’agit de l’amour inconditionné de Jésus, cette femme en est la bénéficiaire.

"Jésus dit à Simon : j’ai quelque chose à te dire. Maître, parle, répondit–il.

Un créancier avait deux débiteurs ; l’un devait cinq cents deniers et l’autre cinquante. Comme ils n’avaient pas de quoi le rembourser, il leur fit grâce à tous les deux. Lequel des deux l’aimera le plus ? Simon répondit : Je suppose que c’est celui à qui il a fait grâce de la plus grosse somme. Il lui dit : Tu as bien jugé." Le jugement du pharisien s’appuie sur ce qu’il sait de la femme qui s’est approchée de Jésus. Celle qui se montre capable de tellement aimer, et qui a été accueillie comme telle par Jésus, est restaurée dans la grâce du pardon. Le chemin de l’amour passe nécessairement par le chemin de la reconnaissance et de la confession des fautes. Nous découvrons alors la grâce qui nous est faite gratuitement, sans que nous l’ayons méritée. Face à cette femme, le pharisien pouvait se trouver ’juste’ ! Or il n’en est rien. Nous avons tous des défenses si fortes qu’elles nous empêchent de regarder la réalité en face ! Jésus est venu pour nous libérer de toutes ces barrières, mais encore faut-il que nous le lui demandions. Cette femme, à sa manière qui est touchante, demande cette libération.

"Je te le dis : si ses péchés, ses nombreux péchés, sont pardonnés, c’est à cause de son grand amour. Mais celui à qui on pardonne peu montre peu d’amour. »

Puis il s’adressa à la femme : « Tes péchés sont pardonnés. » Les invités se dirent : « Qui est cet homme, qui va jusqu’à pardonner les péchés ? » Jésus dit alors à la femme : « Ta foi t’a sauvée. Va en paix ! » Cette femme est parvenue à montrer tant d’amour, elle a fait l’expérience du pardon de Jésus. Elle rentre dans une nouvelle qualité de l’amour, un plus grand amour est né en elle. Ce qui est le plus important pour nous, c’est de reconnaître l’immensité de l’amour miséricordieux de Jésus. Nous n’expérimentons cet amour de Dieu pour nous, que dans la mesure du pardon qui nous est fait, alors nous comprenons l’amour de Dieu qui nous fait la grâce d’une plus grande pureté de cœur. Nous sommes admis au festin eucharistique de l’amour, nous nous souvenons que nous ne sommes pas dignes de le recevoir, mais qu’une seule parole de Dieu suffit pour nous purifier de nos péchés et nous relever dans son amour. La preuve que Dieu nous aime, c’est qui nous accueille encore aujourd’hui, alors que nous en sommes indignes, pêcheurs toujours pardonnés, restaurés et purifiés dans l’amour.

Citation :
Nous demandons la grâce de changer notre regard pour rencontrer l’amour infini de Jésus !


Père Gilbert Adam
Homélies et Le Pauvre qui guérit


Source :  



Saint [Padre] Pio de Pietrelcina (1887-1968), capucin
CE, 18.16 ; AD, 54 (trad. Une Pensée, Médiaspaul 1991, p. 63)


« Qui est cet homme, qui va jusqu'à pardonner les péchés ? »

Que l'espérance en la miséricorde de Dieu nous soutienne dans le tumulte des passions et des contrariétés. Courons avec confiance vers le sacrement de pénitence, où le Seigneur nous attend à tout moment avec une tendresse infinie. Et une fois nos péchés pardonnés, oublions-les, car le Seigneur l'a déjà fait avant nous. En admettant même que tu aies commis tous les péchés du monde, le Seigneur te le répète : « Tes nombreux péchés te sont remis parce que tu as beaucoup aimé ».

Seigneur Jésus, tu es toute douceur : comment pourrais-je donc vivre sans toi ? Viens, Seigneur, prendre toi seul possession de mon cœur.


Evangelizo.org














Quand je dis Dieu c'est un poème, c'est une étoile dans ma vie, 
du feu qui coule dans mes veines, un grand soleil pour aujourd'hui !



Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Donne-nous notre Pain de ce jour (Vie) : Parole de DIEU   Dim 12 Juin 2016 - 19:26

Bonsoir Lumen,

Bonsoir à toutes et à tous,




Lundi 13 Juin 2016


Saint Antoine de Padoue, Prêtre et Docteur de l'Église
Mort en 1231. Ce grand prédicateur franciscain, né à Lisbonne, a été proclamé “Docteur évangélique de l’Église” par Pie XII en 1946. Un des Saints les plus populaires.


11ième semaine du Temps Ordinaire
(Couleur liturgique : Blanc )
Année C







(Première lecture)
Premier Livre des Rois 21 : 1 à 16


« Naboth a été lapidé et il est mort »

En ce temps-là,
Naboth, de la ville de Yizréel, possédait une vigne
à côté du palais d’Acab, roi de Samarie.
Acab dit un jour à Naboth :
« Cède-moi ta vigne ;
elle me servira de jardin potager,
car elle est juste à côté de ma maison ;
je te donnerai en échange une vigne meilleure,
ou, si tu préfères,
je te donnerai l’argent qu’elle vaut. »
Naboth répondit à Acab :
« Que le SEIGNEUR me préserve
de te céder l’héritage de mes pères ! »
Acab retourna chez lui sombre et irrité,
parce que Naboth lui avait dit :
« Je ne te céderai pas l’héritage de mes pères. »
Il se coucha sur son lit, tourna son visage vers le mur,
et refusa de manger.
Sa femme Jézabel vint lui dire :
« Pourquoi es-tu de mauvaise humeur ?
Pourquoi ne veux-tu pas manger ? »
Il répondit :
« J’ai parlé à Naboth de Yizréel.
Je lui ai dit :
“Cède-moi ta vigne pour de l’argent,
ou, si tu préfères,
pour une autre vigne en échange.”
Mais il a répondu :
“Je ne te céderai pas ma vigne !” »
Alors sa femme Jézabel lui dit :
« Est-ce que tu es le roi d’Israël, oui ou non ?
Lève-toi, mange, et retrouve ta bonne humeur :
moi, je vais te donner la vigne de Naboth. »

Elle écrivit des lettres au nom d’Acab,
elle les scella du sceau royal,
et elle les adressa aux anciens et aux notables
de la ville où habitait Naboth.
Elle avait écrit dans ces lettres :
« Proclamez un jeûne,
faites comparaître Naboth devant le peuple.
Placez en face de lui deux vauriens,
qui témoigneront contre lui :
“Tu as maudit DIEU et le roi !”
Ensuite, faites-le sortir de la ville,
lapidez-le, et qu’il meure ! »

Les anciens et les notables qui habitaient la ville de Naboth
firent ce que Jézabel avait ordonné dans ses lettres.
Ils proclamèrent un jeûne
et firent comparaître Naboth devant le peuple.
Alors arrivèrent les deux individus
qui se placèrent en face de lui
et portèrent contre lui ce témoignage :
« Naboth a maudit DIEU et le roi. »
On fit sortir Naboth de la ville,
on le lapida, et il mourut.
Puis on envoya dire à Jézabel :
« Naboth a été lapidé et il est mort. »
Lorsque Jézabel en fut informée, elle dit à Acab :
« Va, prends possession de la vigne de ce Naboth
qui a refusé de la céder pour de l’argent,
car il n’y a plus de Naboth : il est mort. »
Quand Acab apprit que Naboth était mort,
il se rendit à la vigne de Naboth
et en prit possession.

– PAROLE du SEIGNEUR.


Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris







Prière d’un homme reçu chez le SEIGNEUR


Du répertoire du chef de chorale. Avec accompagnement de flûtes. Psaume appartenant au recueil de David.

Psaume 5 , entièrement




Psaume 5 : 2 et 3, 5 et 6ab, 6c et 7


R/ Comprends ma plainte, SEIGNEUR.

Écoute mes paroles, SEIGNEUR,
comprends ma plainte ;
entends ma voix qui T’appelle,
Ô mon ROI et mon DIEU !
R/

TU n’es pas un DIEU ami du mal,
chez TOI, le méchant n’est pas reçu.
Non, l’insensé ne tient pas
devant ton regard.
R/

TU détestes tous les malfaisants,
TU extermines les menteurs ;
l’homme de ruse et de sang,
le SEIGNEUR le hait.
R/

Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris






Évangile de JÉSUS-CHRIST selon Saint Matthieu 5 : 38 à 42

Acclamation de l’Évangile :
Alléluia. Alléluia.
TA PAROLE EST LA LUMIÈRE de mes pas,
la LAMPE de ma route.
Alléluia.

(Ps 118, 105)




« Moi, Je vous dis de ne pas riposter au méchant »

En ce temps-là,
JÉSUS disait à Ses Disciples :
« Vous avez appris qu’il a été dit :

Œil pour œil, et dent pour dent.

Eh bien ! Moi, Je vous dis de ne pas riposter au méchant ;
mais si quelqu’un te gifle sur la joue droite,
tends-lui encore l’autre.
Et si quelqu’un veut te poursuivre en justice
et prendre ta tunique,
laisse-lui encore ton manteau.
Et si quelqu’un te réquisitionne pour faire mille pas,
fais-en deux mille avec lui.
À qui te demande, donne ;
à qui veut t’emprunter, ne tourne pas le dos. »

– Acclamons la PAROLE de DIEU.


Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris








Textes du jour, lu sur :
Les services de la liturgie Catholique

http://www.aelf.org/office-messe?date_my=13/06/2016


Liens :
http://www.aelf.org/office-messe
http://services.liturgiecatholique.fr/






Amicalement, fraternellement
Nicolas

Revenir en haut Aller en bas
Lumen
Admin
avatar

Messages : 4231
Date d'inscription : 18/10/2014
Localisation : France

MessageSujet: Re: Donne-nous notre Pain de ce jour (Vie) : Parole de DIEU   Lun 13 Juin 2016 - 14:27

Bonjour à vous tous, amis qui aimez la Parole de Vie, goûtez et voyez comme est bon le Seigneur !
Bonjour Nicolas, Merci !



Homélie :

"Vous avez entendu qu’il a été dit : Œil pour œil, et dent pour dent. Mais moi, je vous dis de ne pas vous opposer au mauvais.

Si quelqu’un te frappe sur la joue droite, tends–lui aussi l’autre." Nous savons que la vengeance est à proscrire, qu’il nous faut dialoguer, et que nous allons céder notre « droit », si cela en vaut la peine, tant la paix est une valeur importante. Nous apprenons de Jésus, que l’ennemi reste un frère pour qui je peux continuer à vouloir du bien. Il me faut donc être prêt à pardonner, à garder confiance avec la possibilité d’admettre qu’un jour, la vérité se révèle. Cette Parole éclaire ce qui ce qui se cache en secret de violence en nous, et par la même, ce qui alimente la violence dans le monde ! « Eh bien moi je vous dis de ne pas riposter aux méchants, » humainement cela est impossible, mais rien n’est impossible à Dieu. Pour nous convertir, il nous faut regarder vers Jésus. L’Évangile, la Bonne Nouvelle, est une contemplation de Jésus qui nous sauve. Nous avons besoin d’intégrer le mystère du salut de Jésus crucifié qui nous sauve. Nous laisser sauver, c’est nous laisser transformer profondément par le visage de Jésus. Nous disons que c’est par sa mort que Jésus nous a sauvés, c’est pour nous un passage incontournable : Si nous n’acceptons pas de mourir, nous n’entrerons pas dans la vie.

"Si quelqu’un veut te faire un procès pour te prendre ta tunique, laisse– lui aussi ton vêtement."

C’est dans des cas concrets que se réalise ce chemin, Jésus laisse à chacun le soin de trouver la meilleure solution, adaptée à nos capacités et aux circonstances. Il nous propose une pratique de non-violence : « Si on vous pourchasse dans une ville, fuyez dans une autre ! » Cependant, Jésus n’a pas hésité à aller à Jérusalem où il savait qu’il allait être arrêté. Il ne se défend pas au Jardin des Oliviers. Il refuse de répondre aux questions piégées de Caïphe, d’Hérode ou de Pilate, mais, par contre quand on le gifle, il s’insurge fortement : Pourquoi me frappes-tu ? Jésus sait pardonner à Pierre qui l’a renié, et aux bourreaux « qui n’ont pas conscience de ce qu’ils font. » Une manière d’arrêter l’injustice pour celui qui a froid, c’est de lui donner un vêtement, et d’arrêter ainsi toute perspective de violence. Nous pouvons faire cela si nous restons en communion avec Jésus qui nous sauve. « Si quelqu’un te réquisitionne pour faire un mille, fais–en deux avec lui. » Jésus veut que nous allions plus avant dans la compréhension, l’accueil les uns des autres. Nous sommes dans un combat spirituel disproportionné : « Vous ne luttez pas contre des ennemis visibles, mais des forces invisibles, » dira l’apôtre Paul. Une sœur ou un frère n’est pas un ennemi car nous luttons contre des « forces invisibles. » L’adversaire, le véritable ennemi se cache et c’est libérant de le savoir et de tenir bon dans l’épreuve.

"Donne à celui qui te demande, et ne te détourne pas de celui qui veut t’emprunter quelque chose."

Quand il s’agit de lui, Jésus sait renoncer à son droit, mais quand il s’agit de sa mission ou de la dignité du Temple, il n’hésite pas à intervenir très fortement. Ses invectives contre les gavés ou contre les hypocrites sont sans ménagement. Et c’est avec un fouet, qu’il chasse les animaux qui font de la maison de prière un marché, une caverne de voleurs. Ce n’est pas facile de faire un bon visage quand l’agressivité « monte » autour de nous. La progression de la violence serait de croire qu’elle est juste, alors qu’elle est fondée sur le mensonge ! Pour devenir un artisan de paix, il nous faut arrêter toute violence ! Jésus dit à la Résurrection : « Je vous donne ma paix, ce n’est pas à la manière du monde que je vous la donne. » Cette paix résulte d’un profond changement du cœur, elle est la seule qui peut amener la paix des âmes. Jésus a voulu que nous prenions Corps, dans son Corps Eucharistique. Il nous transforme de l’intérieur pour nous rendre semblables à lui. Quand nous célébrons la Passion et la Résurrection de Jésus, nous sommes invités aux noces de l’Agneau qui enlève le péché du monde. Grâce à lui nous pouvons arrêter l’injustice et la violence. Ainsi le bonheur immense du règne de Dieu va s’installer progressivement en nous et dans le monde.

Citation :
Nous demandons la grâce d’être des consolateurs les uns pour les autres dans l’Esprit Saint.


Père Gilbert Adam
Homélies et Le Pauvre qui guérit


Source :  



Concile Vatican II
Message aux jeunes


« Moi, je vous dis de ne pas riposter au méchant »

C'est au nom du Dieu juste et bon et de son Fils Jésus que nous vous exhortons, jeunes gens et jeunes filles du monde entier, à élargir vos cœurs aux dimensions du monde, à entendre l'appel de vos frères et à mettre hardiment à leur service vos jeunes énergies. Luttez contre tout égoïsme. Refusez de laisser libre cours aux instincts de violence et de haine qui engendrent les guerres et leur cortège de misères. Soyez généreux, purs, respectueux, sincères. Et construisez dans l'enthousiasme un monde meilleur que celui de vos aînés !

L'Église vous regarde avec confiance et avec amour. Riche d'un long passé toujours vivant en elle, et marchant vers la perfection humaine dans le temps et vers les destinées ultimes de l'histoire et de la vie, elle est la vraie jeunesse du monde. Elle possède ce qui fait la force et le charme des jeunes : la faculté de se réjouir de ce qui commence, de se donner sans retour, de se renouveler et de repartir pour de nouvelles conquêtes. Regardez-la et vous retrouverez en elle le visage du Christ, le vrai héros, humble et sage, le prophète de la vérité et de l'amour, le compagnon et l'ami des jeunes. C'est bien au nom du Christ que nous vous saluons, que nous vous exhortons et vous bénissons.


Evangelizo.org














Quand je dis Dieu c'est un poème, c'est une étoile dans ma vie, 
du feu qui coule dans mes veines, un grand soleil pour aujourd'hui ! 



Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Donne-nous notre Pain de ce jour (Vie) : Parole de DIEU   Lun 13 Juin 2016 - 19:09

Bonsoir Lumen,

Bonsoir à toutes et à tous,





Mardi 14 Juin 2016

De la férie

11ième semaine du Temps Ordinaire
(Couleur liturgique : Vert )
Année C







(Première lecture)
Premier Livre des Rois 21 : 16 à 29


« Tu as fait pécher Israël »

Après la mort de Naboth,
la PAROLE DU SEIGNEUR fut adressée au Prophète Élie de Tishbé :
« Lève-toi, va trouver Acab,
qui règne sur Israël à Samarie.
Il est en ce moment dans la vigne de Naboth,
où il s’est rendu pour en prendre possession.
Tu lui diras :
“AINSI PARLE LE SEIGNEUR :
Tu as commis un meurtre,
et maintenant tu prends possession.
C’est pourquoi, ainsi PARLE LE SEIGNEUR :
À l’endroit même où les chiens ont lapé le sang de Naboth,
les chiens laperont ton sang à toi aussi.” »
Acab dit à Élie :
« Tu m’as donc retrouvé, toi, mon ennemi ! »
Élie répondit :
« Oui, je t’ai retrouvé.
Puisque tu t’es déshonoré
en faisant ce qui est mal aux YEUX DU SEIGNEUR,
je vais faire venir sur toi le malheur :
je supprimerai ta descendance,
j’exterminerai tous les mâles de ta maison,
esclaves ou hommes libres en Israël.
Je ferai à ta maison ce que j’ai fait à celle de Jéroboam, fils de Nebath,
et à celle de Baasa, fils d’Ahias, tes prédécesseurs,
car tu as provoqué ma colère et fait pécher Israël.
Et le SEIGNEUR a encore CETTE PAROLE contre Jézabel :
“Les chiens dévoreront Jézabel
sous les murs de la ville de Yizréel !”
Celui de la maison d’Acab qui mourra dans la ville
sera dévoré par les chiens ;
celui qui mourra dans la campagne
sera dévoré par les oiseaux du ciel. »

On n’a jamais vu personne se déshonorer comme Acab
en faisant comme lui ce qui est mal aux YEUX DU SEIGNEUR,
sous l’influence de sa femme Jézabel.
Il s’est conduit d’une manière abominable
en s’attachant aux idoles, comme faisaient les Amorites
que le SEIGNEUR avait chassés devant les Israélites.

Quand Acab entendit les PAROLES prononcées par Élie,
il déchira ses habits,
se couvrit le corps d’une toile à sac – un vêtement de pénitence – ;
et il jeûnait, il gardait la toile à sac pour dormir,
et il marchait lentement.
Alors la PAROLE DU SEIGNEUR fut adressée à Élie :
« Tu vois comment Acab s’est humilié devant moi !
Puisqu’il s’est humilié devant moi,
je ne ferai pas venir le malheur de son vivant ;
c’est sous le règne de son fils
que je ferai venir le malheur sur sa maison. »

– PAROLE du SEIGNEUR.


Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris







Prière pour obtenir le pardon


Psaume appartenant au répertoire du chef de chorale et au recueil de David. Il fait allusion à la visite que le Prophète Natan rendit à David après que celui-ci eut commis adultère avec Bethsabbée.

Psaume 50 (51) , entièrement




Psaume 50 (51) : 3 et 4, 5 et 6ab, 11 et 16


R/ Pitié, SEIGNEUR, car nous avons péché !

Pitié pour moi, mon DIEU, dans TON AMOUR,
selon TA GRANDE MISÉRICORDE, efface mon péché.
Lave-moi tout entier de ma faute,
purifie-moi de mon offense.
R/

Oui, je connais mon péché,
ma faute est toujours devant moi.
Contre TOI, ET TOI SEUL, j’ai péché,
ce qui est mal à TES YEUX, je l’ai fait.
R/

Détourne TA FACE de mes fautes,
enlève tous mes péchés.
Libère-moi du sang versé, DIEU, mon DIEU SAUVEUR,
et ma langue acclamera TA JUSTICE.
R/

Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris






Évangile de JÉSUS-CHRIST selon Saint Matthieu 5 : 43 à 48

Acclamation de l’Évangile :
Alléluia. Alléluia.
Je vous donne un COMMANDEMENT NOUVEAU,
dit le SEIGNEUR :
« Aimez-vous les uns les autres,
comme Je vous ai aimés. »
Alléluia.

(cf. Jn 13, 34)




« Aimez vos ennemis »

En ce temps-là,
JÉSUS disait à Ses Disciples :
« Vous avez appris qu’il a été dit :

Tu aimeras ton prochain
et tu haïras ton ennemi.


Eh bien ! Moi, Je vous dis :
Aimez vos ennemis,
et priez pour ceux qui vous persécutent,
afin d’être vraiment les Fils de votre PÈRE qui est aux Cieux ;
car IL fait lever Son Soleil sur les méchants et sur les bons,
IL fait tomber la pluie sur les justes et sur les injustes.
En effet, si vous aimez ceux qui vous aiment,
quelle récompense méritez-vous ?
Les publicains eux-mêmes n’en font-ils pas autant ?
Et si vous ne saluez que vos frères,
que faites-vous d’extraordinaire ?
Les païens eux-mêmes n’en font-ils pas autant ?
Vous donc, vous serez parfaits
comme votre PÈRE CÉLESTE EST PARFAIT. »

– Acclamons la PAROLE de DIEU.


Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris








Textes du jour, lu sur :
Les services de la liturgie Catholique

http://www.aelf.org/office-messe?date_my=14/06/2016


Liens :
http://www.aelf.org/office-messe
http://services.liturgiecatholique.fr/






Amicalement, fraternellement
Nicolas

Revenir en haut Aller en bas
Lumen
Admin
avatar

Messages : 4231
Date d'inscription : 18/10/2014
Localisation : France

MessageSujet: Re: Donne-nous notre Pain de ce jour (Vie) : Parole de DIEU   Mar 14 Juin 2016 - 14:29

Bonjour à vous tous, amis qui aimez la Parole de Vie, goûtez et voyez comme est bon le Seigneur !
Bonjour Nicolas, Merci !



Mardi 14 juin 2016 :  Le mardi de la 11e semaine du temps ordinaire
« Vous avez entendu qu’il a été dit : Tu aimeras ton prochain et tu détesteras ton ennemi.
Mais moi, je vous dis : Aimez vos ennemis et priez pour ceux qui vous persécutent. »


Saint Élisée, Prophète de l'Ancien Testament (IXème siècle av. JC)

Saint Méthode le Confesseur (Saint Orthodoxe), Patriarche de Constantinople (vers 787-847)

 Bienheureuse Francisca de Paula de Jesus, laïque brésilienne (✝ 1895)

 Les saints du jour (Mardi 14 juin )



Homélie :

Eh bien ! moi, je vous dis : Aimez vos ennemis, et priez pour ceux qui vous persécutent, afin d’être vraiment les fils de votre Père qui est aux cieux ; car il fait lever son soleil sur les méchants et sur les bons, il fait tomber la pluie sur les justes et sur les injustes.

La Parole au temps de Jésus est un savoir ancien, qui est sans force. Elle ne se réfère pas à sa Source, comme une Parole vivante qui interpelle. L’humanité qui l’entend devient fragilisée, elle peut entrer dans une rupture avec le Dieu Vivant. Mais, à l’origine, la parole de Dieu est lumineuse, et Jésus la reprend, il nous revivifie : « Aimez vos ennemis. Faites du bien à ceux qui vous persécutent." C’est salutaire de ne pas transmettre la violence qui ravage le monde ! Jésus nous a sauvé par sa Croix alors que nous étions encore ses ennemis. C’est à cause de nos violences, de nos péchés que Jésus est crucifié. Si je veux véritablement être sauvé, il me faut le reconnaître. Alors la grâce peut m’atteindre et je deviens l’ami de Jésus. Dans une conscience très profonde que nous avons été graciés, et qu’il nous a été fait miséricorde, nous pouvons faire miséricorde : « Pitié pour moi, mon Dieu, dans ton amour, / selon ta grande miséricorde efface mon péché, / lave moi tout entier de ma faute, / purifie-moi de mon offense. Oui je connais mon péché. Ma faute est toujours devant moi. Contre Toi et Toi seul j’ai péché. Ce qui est mal à tes yeux je l’ai fait. Détourne ta face de mes fautes … »

"En effet, si vous aimez ceux qui vous aiment, quelle récompense aurez–vous ? Et si vous ne saluez que vos frères, que faites–vous d’extraordinaire ? "

La Parole de Jésus agit avec force, il parle à partir de son expérience propre : « Eh bien moi, je vous dis ! » Nous trouvons dans ce qu’il dit, la lumière et la force de résister au menteur et de réaliser ce qu’il énonce : « être les fils de votre Père. » Mais si je sème l’injustice, je récolte des fruits de violence ! Dans une conscience mal éclairée, Acab accomplit une action qui est en provenance du mauvais : « On n’a jamais vu personne se déshonorer comme Acab, en faisant comme lui ce qui est mal aux yeux du Seigneur. Sous l’influence de sa femme Jézabel, il s’est conduit d’une manière abominable. » En effet, ce que nous semons dans la violence et dans l’obscurité, nous le récoltons dans la violence et dans l’obscurité, car le mal crie vengeance, la violence se réalise à son heure ! Seule, la Parole vivante de Dieu vient à notre secours. C’est la source qui irrigue le cœur de celui qui reçoit cette Parole, son action pourra prendre appui sur cette Parole vivante qui l’engendre. Cette parole se justifie par elle-même, et non par des considérations extérieures, elle devient créatrice pour celui qui la reçoit.

"Et si vous ne saluez que vos frères, que faites-vous d’extraordinaire ? Les païens eux-mêmes n’en font-ils pas autant ? Vous serez donc parfaits, comme votre Père céleste est parfait."

La perfection de Dieu, c’est son immense amour et sa miséricorde sans fin. C’est dans cet amour que nous voulons vivre. Si nous nous considérons comme des justes, nous ne pouvons pas faire miséricorde à nos frères. La Parole de Dieu nous rejoint, elle rejoint en nous l’origine, le don de Dieu sans cesse. Chacun de nous fait l’expérience d’être rejoint par une Parole qui oriente sa vie, qui l’engendre, qui la sort de son enfermement. C’est à ce niveau que Jésus nous convoque. Nous découvrons en nous cette capacité d’actualiser la Parole de Création. Par Lui, avec Lui, et en Lui, nous transmettons cette Vie d’Amour sans conditions. L’Évangile nous propose ainsi un chemin d’humilité. Dans nos familles et dans nos communautés, nous devenons des artisans de Paix. Jésus nous sauve par sa Parole vivante : « Aimez vos ennemis et priez pour ceux qui vous persécutent. »


Citation :
Nous demandons la grâce d’être « parfaits comme notre Père des cieux est parfait. »


Père Gilbert Adam
Homélies et Le Pauvre qui guérit


Source :  



Saint Augustin (354-430), évêque d'Hippone (Afrique du Nord) et docteur de l'Église
Commentaire sur la 1ère lettre de saint Jean, n°1,9 ; SC 75 (trad. SC ,p. 134 ; Bouchet, Lectionnaire, p. 291)


« Soyez parfaits comme votre Père céleste est parfait »

« À ce signe nous reconnaissons que nous sommes en Dieu : si en lui nous sommes parfaits. » Jean veut dire ici : parfaits dans l'amour (1Jn 4,17). Quelle est la perfection de l'amour ? D'aimer nos ennemis et de les aimer à ce point qu'ils deviennent nos frères. Notre amour, en effet, ne doit pas être selon la chair. Aime donc tes ennemis en souhaitant qu'ils deviennent tes frères ; aime tes ennemis de sorte qu'ils soient appelés à entrer en communion avec toi.

     Ainsi aima en effet celui qui, pendu sur la croix, disait : « Père, pardonne-leur, car ils ne savent pas ce qu'ils font » (Lc 23,34). Il voulait les arracher à la mort éternelle par une prière toute pleine de miséricorde et une puissance très forte. Nombre d'entre eux ont cru d'ailleurs, et ils ont été pardonnés d'avoir versé le sang du Christ. Ils l'avaient versé en s'acharnant contre lui ; ils l'ont bu ensuite lorsqu'ils ont cru. « À ce signe nous savons que nous sommes en lui : si en lui nous sommes parfaits. » C'est à cette perfection de l'amour des ennemis que le Seigneur nous invite lorsqu'il dit : « Soyez donc parfaits comme votre Père céleste est parfait. »



Evangelizo.org














Quand je dis Dieu c'est un poème, c'est une étoile dans ma vie, 
du feu qui coule dans mes veines, un grand soleil pour aujourd'hui ! 



Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Donne-nous notre Pain de ce jour (Vie) : Parole de DIEU   Mar 14 Juin 2016 - 19:17

Bonsoir Lumen,

Bonsoir à toutes et à tous,





Mercredi 15 Juin 2016

De la férie

11ième semaine du Temps Ordinaire
(Couleur liturgique : Vert )
Année C







(Première lecture)
Deuxième Livre des Rois 2 : 1, 6 à 14


« Un char de feu les sépara. Alors, Élie monta au Ciel »

Voici comment le SEIGNEUR enleva Élie au Ciel dans un ouragan.
Ce jour-là, Élie et Élisée étaient partis de Guilgal.
Arrivés à Jéricho, Élie dit à Élisée :
« Arrête-toi ici ;
et moi, le SEIGNEUR m’envoie au Jourdain. »
Mais Élisée répliqua :
« Par le SEIGNEUR QUI EST VIVANT,
et par ta vie,
je ne te quitterai pas. »
Ils continuèrent donc tous les deux.
Cinquante frères-prophètes, qui les avaient suivis,
s’arrêtèrent à distance,
pendant que tous deux se tenaient au bord du Jourdain.
Élie prit son manteau, le roula et en frappa les eaux,
qui s’écartèrent de part et d’autre.
Ils traversèrent tous deux à pied sec.
Pendant qu’ils passaient, Élie dit à Élisée :
« Dis-moi ce que tu veux que je fasse pour toi
avant d’être enlevé loin de toi. »
Élisée répondit :
« Que je reçoive une double part
de l’ESPRIT que tu as reçu ! »
Élie reprit :
« Tu demandes quelque chose de difficile :
tu l’obtiendras
si tu me vois lorsque je serai enlevé loin de toi.
Sinon, tu ne l’obtiendras pas. »

Ils étaient en train de marcher tout en parlant
lorsqu’un char de feu, avec des chevaux de feu, les sépara.
Alors, Élie monta au Ciel dans un ouragan.
Élisée le vit et se mit à crier :
« Mon père !…Mon père !…
Char d’Israël et ses cavaliers ! »
Puis il cessa de le voir.
Il saisit ses vêtements et les déchira en deux.
Il ramassa le manteau qu’Élie avait laissé tomber,
il revint et s’arrêta sur la rive du Jourdain.
Avec le manteau d’Élie, il frappa les eaux,
mais elles ne s’écartèrent pas.
Élisée dit alors :
« Où est donc le SEIGNEUR, le DIEU d’Élie ? »
Il frappa encore une fois,
les eaux s’écartèrent,
et il traversa.

– PAROLE du SEIGNEUR.


Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris







SEIGNEUR, c’est TOI qui es ma sécurité


Du répertoire du chef de chorale. Psaume appartenant au recueil de David.

Psaume 30 (31) , entièrement




Psaume 30 (31) : 20, 21, 24


R/ Soyez forts, prenez courage,
vous tous qui espérez le SEIGNEUR !


Qu’ils sont GRANDS, TES BIENFAITS !
Tu les réserves à ceux qui TE craignent.
TU combles, à la face du monde,
ceux qui ont en TOI leur refuge.
R/

TU les caches au plus SECRET DE TA FACE,
loin des intrigues des hommes.
TU leur réserves un lieu sûr,
loin des langues méchantes.
R/

Aimez le SEIGNEUR, vous, Ses Fidèles :
le SEIGNEUR veille sur Les Siens ;
mais IL rétribue avec RIGUEUR
qui se montre arrogant.
R/

Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris






Évangile de JÉSUS-CHRIST selon Saint Matthieu 6 : 1 à 6, 16 à 18

Acclamation de l’Évangile :
Alléluia. Alléluia.
Si quelqu’un M’aime, il gardera MA PAROLE, dit le SEIGNEUR ;
MON PÈRE l’aimera, et NOUS viendrons vers lui.
Alléluia.

(Jn 14, 23)




« Ton PÈRE qui voit dans le secret te le rendra »

En ce temps-là,
JÉSUS disait à Ses Disciples :
« Ce que vous faites pour devenir des justes,
évitez de l’accomplir devant les hommes
pour vous faire remarquer.
Sinon, il n’y a pas de récompense pour vous
auprès de votre PÈRE qui est aux Cieux.
Ainsi, quand tu fais l’aumône,
ne fais pas sonner la trompette devant toi,
comme les hypocrites qui se donnent en spectacle
dans les synagogues et dans les rues,
pour obtenir la gloire qui vient des hommes.
AMEN, Je vous le déclare : ceux-là ont reçu leur récompense.
Mais toi, quand tu fais l’aumône,
que ta main gauche ignore ce que fait ta main droite,
afin que ton aumône reste dans le secret ;
ton PÈRE qui voit dans le secret
te le rendra.

Et quand vous priez,
ne soyez pas comme les hypocrites :
ils aiment à se tenir debout
dans les synagogues et aux carrefours
pour bien se montrer aux hommes quand ils prient.
AMEN, Je vous le déclare : ceux-là ont reçu leur récompense.
Mais toi, quand tu pries,
retire-toi dans ta pièce la plus retirée,
ferme la porte,
et prie ton PÈRE qui est présent dans le secret ;
ton PÈRE qui voit dans le secret
te le rendra.

Et quand vous jeûnez,
ne prenez pas un air abattu, comme les hypocrites :
ils prennent une mine défaite
pour bien montrer aux hommes qu’ils jeûnent.
AMEN, Je vous le déclare : ceux-là ont reçu leur récompense.
Mais toi, quand tu jeûnes,
parfume-toi la tête et lave-toi le visage ;
ainsi, ton jeûne ne sera pas connu des hommes,
mais seulement de ton PÈRE qui est présent au plus secret ;
ton PÈRE qui voit au plus secret
te le rendra. »

– Acclamons la PAROLE de DIEU.


Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris









Textes du jour, lu sur :
Les services de la liturgie Catholique

http://www.aelf.org/office-messe?date_my=15/06/2016


Liens :
http://www.aelf.org/office-messe
http://services.liturgiecatholique.fr/






Amicalement, fraternellement
Nicolas

Revenir en haut Aller en bas
Lumen
Admin
avatar

Messages : 4231
Date d'inscription : 18/10/2014
Localisation : France

MessageSujet: Re: Donne-nous notre Pain de ce jour (Vie) : Parole de DIEU   Mer 15 Juin 2016 - 15:11

Bonjour à vous tous, amis qui aimez la Parole de Vie, goûtez et voyez comme est bon le Seigneur !
Bonjour Nicolas, Merci !


Homélie :

"Gardez–vous de pratiquer votre justice devant les gens, pour être vus par eux, autrement vous n’aurez pas de récompense auprès de votre Père qui est dans les cieux.

Quand donc tu fais un acte de compassion, ne sonne pas de la trompette devant toi, comme les hypocrites le font dans les synagogues et dans les rues, afin d’être glorifiés par les gens. Amen, je vous le dis, ils tiennent là leur récompense." Dès notre plus jeune âge, nous voulons être bien, avoir une belle image de soi, être reconnu des autres, de nos parents, de nos maitres. « Vivre comme des justes, » est une aspiration qui est au cœur de tout homme, il s’agit pour nous d’être quelqu’un de bien. Cette aspiration nous est proposé au nom de Jésus, à la suite de son appel. Un chemin vraiment nouveau peut alors s’ouvrir pour nous, il s’agit de rejoindre notre Père qui voit dans le secret. Dieu notre Père se donne dans un secret d’amour, c’est ainsi que tout ce que Dieu touche devient un feu d’amour qui est un secret. La prière, l’aumône, le jeûne en sont le fruit, qui se mue en secours des pauvres pour que la communauté vive.

"Lorsque vous priez, ne soyez pas comme les hypocrites, qui se plaisent à prier debout dans les synagogues et aux coins des grandes rues, pour se montrer aux gens.

Amen je vous le dis, ils tiennent là leur récompense. Mais toi quand tu pries, entre dans la pièce la plus retirée, ferme la porte et prie ton Père qui est dans le secret ; et ton Père, qui voit dans le secret, te le rendra." Jésus nous propose de vivre hors du regard des autres. Le secret est le Cœur de notre Père où je peux vivre autrement, où je peux faire autrement, où mon être s’exprime autrement, où je puis rencontrer autrement. Que mon cœur se mette à agir à partir de lui seul, pour Jésus. Mon cœur trouve un espace où il peut se mettre à être intérieurement. Le mystère de l’amour infini de Dieu demande une limpidité, une clarté, une pureté étonnante dans le cœur de ceux qui le reçoivent. Cette limpidité ne s’apprend que dans la relation d’amour, de prière avec Dieu. L’Esprit Saint est à l’œuvre pour nous donner cet enseignement de Jésus qui nous transforme. Pour nous aider à entrer dans ce mystère, Marie a tout donné à Jésus pour qu’il puisse prendre « corps » en elle, et au milieu de nous. C’est dans cette humilité et douceur que Jésus a lavé les pieds de ses disciples, pour nous donner un exemple de sa tendresse. Dans l’Eucharistie, c’est son Corps qu’il nous donne. L’Esprit d’amour nous est ainsi donné concrètement pour que nous puissions marcher, avec Jésus, dans la volonté du Père.

"Toi quand tu jeûnes, parfume–toi la tête et lave–toi le visage, afin de ne pas montrer que tu jeûnes aux gens, mais à ton Père qui est là, dans le secret,

et ton Père, qui voit, là, dans le secret, te le rendra." C’est dans ce nouvel espace de la préparation aux noces, que peu à peu, nous prenons la mesure de l’intériorité, du secret d’amour qui nous habite. Nous faisons ainsi l’expérience unique de la relation avec un autre, infiniment respectueux, qui est notre Père. « Ton Père est présent dans le secret. » C’est dans ce secret de l’Amour du cœur de notre Père que Jésus nous introduit dans la patience et dans l’attente. C’est bien un secret d’amour que de patienter jusqu’au retour de l’Epoux dans notre cœur. Jésus, dans l’Esprit Saint, est uni à l’épouse humanité préfigurée par Marie. Ses enfants constituent l’Église, Jésus purifie chacun de nous au feu d’amour de sa vie et de son sang. Le souci de l’épouse est d’être trouvée dans l’Esprit Saint, le feu d’amour annoncé déjà dans le buisson ardent qui illumine Moise. Les noces de l’Agneau sont scellées à la Croix. Elles sont des noces de sang qui glorifient Jésus et qui nous font entrer dans sa glorification par le Père : « Qu’ils soient un Père comme toi en moi et moi en toi, » dit Jésus.


Citation :
Nous demandons à Jésus la grâce de nous laisser pacifier afin que nous correspondions à l’amour de Dieu.


Père Gilbert Adam
Homélies et Le Pauvre qui guérit


Source :



Saint [Padre] Pio de Pietrelcina (1887-1968), capucin
GF, 173 ; Ep 3, 982-983 (trad. Une Pensée, Mediaspaul 1991, p. 24)


« Ferme la porte et prie ton Père qui est présent dans le secret »

Sois assidu à la prière et à la méditation. Tu m'as dit que tu avais déjà commencé. C'est là une bien grande consolation pour un père qui t'aime comme lui-même ! Continue donc à progresser dans cet exercice de l'amour envers Dieu. Fais chaque jour un pas de plus : de nuit, à la faible lueur de la lampe, parmi les faiblesses et dans la sécheresse de l'esprit ; ou de jour, dans la joie et l'illumination qui éblouit l'âme...

Si tu le peux, parle au Seigneur dans l'oraison, loue-le. Si tu n'y parviens pas parce que tu n'es pas encore bien avancé dans la vie spirituelle, ne t'inquiète pas : enferme-toi dans ta chambre et mets-toi en présence de Dieu. Il te verra et appréciera ta présence et ton silence. Ensuite, il te prendra par la main, te parlera, fera les cent pas dans les allées de ce jardin qu'est l'oraison, et tu y trouveras ta consolation. Rester en présence de Dieu simplement pour manifester notre volonté de nous reconnaître ses serviteurs, voilà un excellent exercice spirituel qui nous fait avancer dans le chemin de la perfection.

Lorsque tu es uni à Dieu par la prière, examine qui tu es, en vérité ; parle-lui si tu le peux, et si cela t'est impossible, arrête-toi, reste devant lui. Ne te donne pas d'autre peine.


Evangelizo.org














Quand je dis Dieu c'est un poème, c'est une étoile dans ma vie,
du feu qui coule dans mes veines, un grand soleil pour aujourd'hui !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Donne-nous notre Pain de ce jour (Vie) : Parole de DIEU   Mer 15 Juin 2016 - 19:10

Bonsoir Lumen,

Bonsoir à toutes et à tous,





Jeudi 16 Juin 2016

De la férie

11ième semaine du Temps Ordinaire
(Couleur liturgique : Vert )
Année C







(Première lecture)
Livre de Ben Sira le Sage (Siracide) 48 : 1 à 14


« Quand Élie fut enveloppé dans le tourbillon, Élisée fut rempli de son esprit »

Le Prophète Élie surgit comme un feu,
sa parole brûlait comme une torche.
Il fit venir la famine sur Israël,
et, dans son ardeur, les réduisit à un petit nombre.
Par la PAROLE DU SEIGNEUR, il retint les eaux du ciel,
et à trois reprises il en fit descendre le feu.
Comme tu étais redoutable, Élie, dans tes prodiges !
Qui pourrait se glorifier d’être ton égal ?
Toi qui as réveillé un mort
et, par la PAROLE DU TRÈS-HAUT, l’as fait revenir du séjour des morts ;
toi qui as précipité des rois vers leur perte,
et jeté à bas de leur lit de glorieux personnages ;
toi qui as entendu au Sinaï des reproches,
au mont Horeb des décrets de châtiment ;
toi qui as donné l’onction à des rois pour exercer la vengeance,
et à des Prophètes pour prendre ta succession ;
toi qui fus enlevé dans un tourbillon de feu
par un char aux coursiers de feu ;
toi qui fus préparé pour la fin des temps,
ainsi qu’il est écrit,
afin d’apaiser la colère avant qu’elle n’éclate,
afin de ramener le cœur des pères vers les fils
et de rétablir les tribus de Jacob…
heureux ceux qui te verront,
heureux ceux qui, dans l’amour, se seront endormis ;
nous aussi, nous posséderons la vraie vie.

Quand Élie fut enveloppé dans le tourbillon,
Élisée fut rempli de son esprit,
et pendant toute sa vie aucun prince ne l’a intimidé,
personne n’a pu le faire fléchir.
Rien ne lui résista,
et, jusque dans la tombe,
son corps manifesta son pouvoir de Prophète.
Pendant sa vie, il a fait des prodiges ;
après sa mort, des œuvres merveilleuses.

– PAROLE du SEIGNEUR.


Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris







Le SEIGNEUR est ROI; joie sur toute la Terre


Psaume 96 (97) , entièrement



Psaume 96 (97) : 1 et 2, 3 et 4, 5 et 6, 7 et 10ab


R/ Que le SEIGNEUR soit votre joie, hommes justes !

Le SEIGNEUR EST ROI ! Exulte la Terre !
Joie pour les îles sans nombre !
Ténèbre et nuée L’entourent,
JUSTICE ET DROIT sont l’APPUI de SON TRÔNE.
R/

Devant LUI s’avance un feu
qui consume alentour ses ennemis.
Quand SES ÉCLAIRS illuminèrent le monde,
la Terre LE vit et s’affola.
R/

Les montagnes fondaient comme cire devant le SEIGNEUR,
devant le MAÎTRE de toute la Terre.
Les Cieux ont proclamé SA JUSTICE,
et tous les peuples ont vu SA GLOIRE.
R/

Honte aux serviteurs d’idoles qui se vantent de vanités !
À genoux devant LUI, tous les dieux !
Haïssez le mal, vous qui aimez le SEIGNEUR,
car IL garde la Vie de Ses Fidèles.
R/

Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris






Évangile de JÉSUS-CHRIST selon Saint Matthieu 6 : 7 à 15

Acclamation de l’Évangile :
Alléluia. Alléluia.
Vous avez reçu un ESPRIT qui fait de vous des Fils ;
c’est en LUI que nous crions « ABBA », PÈRE.
Alléluia.

(Rm 8, 15bc)




« Vous donc, priez ainsi »

En ce temps-là,
JÉSUS disait à Ses Disciples :
« Lorsque vous priez,
ne rabâchez pas comme les païens :
ils s’imaginent qu’à force de paroles ils seront exaucés.
Ne les imitez donc pas,
car votre PÈRE sait de quoi vous avez besoin,
avant même que vous l’ayez demandé.
Vous donc, priez ainsi :

Notre PÈRE, qui es aux Cieux,
que TON NOM soit sanctifié,
que TON RÈGNE vienne,
que TA VOLONTÉ soit faite
sur la Terre comme au Ciel.
Donne-nous aujourd’hui notre pain de ce jour.
Remets-nous nos dettes,
comme nous-mêmes nous remettons leurs dettes
à nos débiteurs.
Et ne nous laisse pas entrer en tentation,
mais délivre-nous du Mal.

Car, si vous pardonnez aux hommes leurs fautes,
votre PÈRE CÉLESTE vous pardonnera aussi.
Mais si vous ne pardonnez pas aux hommes,
votre PÈRE non plus ne pardonnera pas vos fautes. »

– Acclamons la PAROLE de DIEU.


Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris









Textes du jour, lu sur :
Les services de la liturgie Catholique

http://www.aelf.org/office-messe?date_my=16/06/2016


Liens :
http://www.aelf.org/office-messe
http://services.liturgiecatholique.fr/






Amicalement, fraternellement
Nicolas

Revenir en haut Aller en bas
Lumen
Admin
avatar

Messages : 4231
Date d'inscription : 18/10/2014
Localisation : France

MessageSujet: Re: Donne-nous notre Pain de ce jour (Vie) : Parole de DIEU   Jeu 16 Juin 2016 - 15:31

Bonjour à vous tous, amis qui aimez la Parole de Vie, goûtez et voyez comme est bon le Seigneur !
Bonjour Nicolas, Merci !


Homélie :

En priant, ne multipliez pas les paroles, comme les non–Juifs, qui s’imaginent qu’à force de paroles ils seront exaucés.

Ne faites pas comme eux, car votre Père sait de quoi vous avez besoin avant que vous le lui demandiez. Dans le tout petit enfant qui nait, comme en chacun de nous, il y a, au plus profond, une confiance. Cette confiance est plus profonde que les foyers de guerre qui vont exister par la suite chez nous. Jésus renforce cette confiance en crucifiant en nous par sa Passion, tout ce qui s’oppose à l’Amour. Il nous introduit dans une Filiation nouvelle avec notre Père et une nouvelle fraternité entre nous. Sur la croix Jésus priera : « Père, pardonne leurs, ils ne savent pas ce qu’ils font. »Il est remis totalement entre les mains du Père. En Lui, chacun de nous est rétabli dans la filiation, dans le don de notre Père qui est là, pour nous. Dieu, en nous, va faire une œuvre de réconciliation. Jésus réclame de nous une confiance infinie quand nous nous tournons vers notre Père des cieux. Le « Notre Père » qu’Il nous enseigne est devenu la prière des Chrétiens, c’est la récapitulation de toutes les prières, de toutes les demandes que nous pouvons faire à Dieu. Nous nous préparons, au fil du temps, à dire en vérité le Notre Père. Chacun de nous le récite selon son histoire, de sa propre manière. La Parole de Dieu, chaque jour, nous travaille et notre Père des cieux veille sur tout ce dont nous avons besoin.

Voici donc comment vous devez prier : Notre Père qui es dans les cieux !

Que ton nom soit reconnu pour sacré, que ton règne vienne, que ta volonté advienne sur la terre comme au ciel. « Votre Père sait de quoi vous avez besoin avant même que vous l’ayez demandé ». Les expériences si douloureuses que l’humanité peut infliger à ses semblables nous obligent à nous tourner sans cesse vers la Passion de Jésus. Les paroles du Notre Père « Pardonne-nous nos offenses », nous précipitent dans le cœur du Christ pour y puiser de quoi continuer notre prière. Nous ne nous sentons pas le courage de pardonner à ceux qui nous ont fait tant souffrir, mais avec Jésus, avec l’aide de Dieu, c’est possible. Le pardon que Dieu nous octroie est total, il va jusqu’à l’oubli. Nous oublions bien vite les faveurs que l’on nous a faites, mais les offenses, nous les collectionnons. Si les couples savaient oublier les offenses de l’autre, combien de drames familiaux seraient évités ou résolus. Quand nous prions cet Évangile, nous affirmons que Dieu notre Père veille sur chacun de nous. Que d’inquiétude à vaincre, que de douleurs à surmonter, que de travail à faire pour arriver, enfin, avec un regard clair et limpide, vers notre Père. Il aime vraiment chacun de ses enfants.

"Donne–nous, aujourd’hui, notre pain pour ce jour ;

remets–nous nos dettes, comme nous aussi nous l’avons fait pour nos débiteurs ; ne nous fais pas entrer dans l’épreuve, mais délivre–nous du Mauvais. Si vous pardonnez aux gens leurs fautes, votre Père céleste vous pardonnera, à vous aussi, mais si vous ne pardonnez pas aux gens, votre Père ne vous pardonnera pas non plus vos fautes." Que d’hommes, de femmes et d’enfants manquent d’une manière vitale de l’indispensable, de ce qu’il faut pour vivre ! Jésus nous propose de venir au secours les uns des autres, il nous donne un idéal grand et difficile. Pour le pardon des offenses, il fixe une mesure très raisonnable : la nôtre. « Car, si vous pardonnez aux hommes leurs fautes, votre Père céleste vous pardonnera aussi. Mais si vous ne pardonnez pas aux hommes, à vous non plus votre Père ne pardonnera pas vos fautes » Nous voulons que Dieu nous pardonne et les autres aussi, mais à nous, le pardon coûte beaucoup. Il est difficile de demander pardon ; mais pardonner coûte encore davantage. Si nous étions vraiment humbles, ce ne serait pas si difficile, mais l’orgueil rend les choses pénible. Nous savons que plus grande sera notre humilité, plus grande sera la facilité de pardonner ; plus l’orgueil est grand, plus grande la difficulté du pardon. Quel travail intérieur il nous faut, pour arriver, tout simplement, devant le regard d’amour de notre Père.


Citation :
Nous demandons à Jésus la grâce de préparer notre cœur au pardon pour travailler à la réconciliation du monde.


Père Gilbert Adam
Homélies et Le Pauvre qui guérit


Source :



Saint Cyprien (v. 200-258), évêque de Carthage et martyr
La Prière du Seigneur, 14-15 (trad. Hamman, La Prière en Afrique, DDB 1982, p.50)


« Que ta volonté soit faite sur la terre comme dans les cieux »

Non pas que Dieu fasse ce qu'Il veut, mais que nous nous puissions faire ce qu'Il veut. Qui peut empêcher Dieu de faire ce qu'Il veut ? Mais nous autres, nous sommes contrecarrés par le démon qui nous empêche d'obéir en toute chose, intérieurement et extérieurement, à la volonté de Dieu. Aussi demandons-nous que sa volonté s'accomplisse en nous ; pour qu'elle s'accomplisse, nous avons besoin de son secours. Personne n'est fort par ses propres ressources, mais sa force est dans la bonté et dans la miséricorde de Dieu...

La volonté de Dieu est celle que le Christ a faite et enseignée : l'humilité dans la conduite, la solidité dans la foi, la modestie dans les paroles, la justice dans les actes, la miséricorde dans les œuvres, la discipline dans les mœurs. La volonté de Dieu, c'est de ne faire de tort à personne, de supporter celui qu'on nous fait, de garder la paix avec nos frères, d'aimer Dieu de tout notre cœur, l'aimer parce qu'il est Père et le craindre parce qu'il est Dieu. Ne rien préférer au Christ, puisqu'il nous a préférés à tout, adhérer inviolablement à sa charité, nous tenir sous la croix avec courage et confiance. Quand il s'agit de combattre pour son nom ou son honneur, montrer de la constance en nos paroles ; faire preuve de confiance dans les difficultés afin de soutenir la lutte, de patience dans la mort afin d'obtenir la couronne. Voilà ce que signifie vouloir être cohéritier du Christ, accomplir le précepte de Dieu, faire la volonté de Dieu.


Evangelizo.org














Quand je dis Dieu c'est un poème, c'est une étoile dans ma vie,
du feu qui coule dans mes veines, un grand soleil pour aujourd'hui !



Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Donne-nous notre Pain de ce jour (Vie) : Parole de DIEU   Jeu 16 Juin 2016 - 19:07

Bonsoir Lumen,

Bonsoir à toutes et à tous,





Vendredi 17 Juin 2016

De la férie

11ième semaine du Temps Ordinaire
(Couleur liturgique : Vert )
Année C







(Première lecture)
Deuxième Livre des Rois 11 : 1 à 4, 9 à 18, 20


« On donna l’onction à Joas et on l’acclama en criant : “Vive le roi ! »

En ces jours-là,
lorsque Athalie, mère d’Ocozias,
apprit que son fils était mort,
elle entreprit de faire périr toute la descendance royale.
Mais Josabeth, fille du roi Joram et sœur d’Ocozias,
prit Joas, un des fils du roi Ocozias,
pour le soustraire au massacre.
Elle le cacha, lui et sa nourrice,
dans une chambre de la MAISON DU SEIGNEUR,
pour le dissimuler aux regards d’Athalie ;
c’est ainsi qu’il évita la mort.
Il demeura avec Josabeth pendant six ans,
caché dans la MAISON DU SEIGNEUR,
tandis qu’Athalie régnait sur le pays.

Au bout de sept ans,
le prêtre Joad envoya chercher
les officiers des mercenaires et des gardes,
et les fit venir près de lui dans la MAISON DU SEIGNEUR.
Il conclut une alliance avec eux,
leur fit prêter serment dans la MAISON DU SEIGNEUR,
et leur montra le fils du roi.
Les officiers exécutèrent tous les ordres du prêtre Joad.
Chacun prit ses hommes,
ceux qui entraient en service le jour du sabbat,
et ceux qui en sortaient ce jour-là,
et tous rejoignirent le prêtre Joad.
Celui-ci leur remit les lances et les carquois du roi David,
qui étaient conservés dans la MAISON DU SEIGNEUR.
Les gardes se postèrent, les armes à la main, devant l’autel,
du côté sud et du côté nord de la Maison,
afin d’entourer le futur roi.
Alors Joad fit avancer le fils du roi,
lui remit le diadème et la Charte de l’Alliance,
et on le fit roi.
On lui donna l’onction,
on l’acclama en battant des mains et en criant :
« Vive le roi ! »

Athalie entendit cette clameur des gardes et du peuple,
et elle accourut vers le peuple à la MAISON DU SEIGNEUR.
Et voilà ce qu’elle vit :
le roi debout sur l’estrade, selon le rituel ;
auprès de lui les officiers et les trompettes,
et tout le peuple du pays criant sa joie
tandis que les trompettes sonnaient.
Alors, elle déchira ses vêtements et s’écria :
« Trahison ! Trahison ! »
Le prêtre Joad donna cet ordre aux officiers :
« Faites-la sortir de la Maison, à travers vos rangs.
Si quelqu’un veut la suivre, frappez-le par l’épée. »
En effet, le prêtre Joad avait interdit
de la mettre à mort dans la MAISON DU SEIGNEUR.
On mit la main sur elle,
et elle arriva au palais par la porte des Chevaux.
C’est là qu’elle fut mise à mort.

Joad conclut une alliance
entre le SEIGNEUR, le roi et le peuple,
pour que le peuple soit le Peuple du SEIGNEUR ;
il conclut l’alliance entre le roi et le peuple.
Alors, tous les gens du pays entrèrent dans le temple de Baal
et le démolirent.
Ils mirent en pièces ses autels et ses statues
et, devant les autels, ils tuèrent Matane, prêtre de Baal.
Le prêtre Joad posta ensuite des gardes
devant la MAISON DU SEIGNEUR.
Tous les gens du pays étaient dans la joie,
et la ville retrouva le calme.
Quant à Athalie,
on l’avait mise à mort par l’épée dans la maison du roi.

– PAROLE du SEIGNEUR.


Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris







Sion, RÉSIDENCE du SEIGNEUR et ville de David.


Chant des pèlerinages.

Psaume 131 (132) , entièrement




Psaume 131 (132) : 11, 12, 13 et 14, 17 et 18


R/ Le SEIGNEUR a fait choix de Sion ;
elle est le séjour qu’IL désire.


Le SEIGNEUR l’a juré à David,
et jamais IL ne reprendra SA PAROLE :
« C’est un homme issu de toi
que Je placerai sur ton trône.
R/

« Si tes fils gardent MON ALLIANCE,
les VOLONTÉS que Je leur fais connaître,
leurs fils, eux aussi, à tout jamais,
siégeront sur le trône dressé pour toi. »
R/

Car le SEIGNEUR a fait choix de Sion ;
elle est le séjour qu’IL désire :
« Voilà Mon REPOS à tout jamais,
c’est le séjour que J’avais désiré.
R/

« Là, Je ferai germer la force de David ;
pour Mon MESSIE, J’ai allumé une lampe.
Je vêtirai SES ENNEMIS de honte,
mais, sur LUI, la COURONNE FLEURIRA. »
R/

Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris






Évangile de JÉSUS-CHRIST selon Saint Matthieu 6 : 19 à 23

Acclamation de l’Évangile :
Alléluia. Alléluia.
Heureux les pauvres de cœur,
car le Royaume des Cieux est à eux !
Alléluia.

(Mt 5, 3)




« Là où est ton trésor, là aussi sera ton cœur »

En ce temps-là,
JÉSUS disait à Ses Disciples :
« Ne vous faites pas de trésors sur la Terre,
là où les mites et les vers les dévorent,
où les voleurs percent les murs pour voler.
Mais faites-vous des trésors dans le Ciel,
là où il n’y a pas de mites ni de vers qui dévorent,
pas de voleurs qui percent les murs pour voler.
Car là où est ton trésor,
là aussi sera ton cœur.

La lampe du corps, c’est l’œil.
Donc, si ton œil est limpide,
ton corps tout entier sera dans la LUMIÈRE ;
mais si ton œil est mauvais,
ton corps tout entier sera dans les ténèbres.
Si donc la Lumière qui est en toi est ténèbres,
comme elles seront grandes, les ténèbres ! »

– Acclamons la PAROLE de DIEU.


Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris









Textes du jour, lu sur :
Les services de la liturgie Catholique

http://www.aelf.org/office-messe?date_my=17/06/2016


Liens :
http://www.aelf.org/office-messe
http://services.liturgiecatholique.fr/






Amicalement, fraternellement
Nicolas

Revenir en haut Aller en bas
Lumen
Admin
avatar

Messages : 4231
Date d'inscription : 18/10/2014
Localisation : France

MessageSujet: Re: Donne-nous notre Pain de ce jour (Vie) : Parole de DIEU   Ven 17 Juin 2016 - 14:47

Bonjour à vous tous, amis qui aimez la Parole de Vie, goûtez et voyez comme est bon le Seigneur !
Bonjour Nicolas, Merci !



Homélie :

« Amassez-vous des trésors dans le ciel : là, point de mite ni de ver qui consument, point de voleurs qui perforent et cambriolent.

"Là où est ton trésor, là aussi sera ton cœur." Jésus nous fait cette offre : . « Mais faites-vous des trésors dans le ciel, là où les mites et la rouille ne dévorent pas, où les voleurs ne percent pas les murs pour voler » Le ciel est le grenier de nos bonnes actions qui constituent un trésor pour toujours. L’intention de notre cœur peut manquer de droiture, par malice, par méchanceté, par manque de sagesse. Nous vivons alors comme si nous étions venu au monde pour accumuler des richesses et nous ne pensons à rien d’autre. Nous voulons susciter l’admiration des autres. Nous nous trompons, et nous souffrons, nous nous chargeons de préoccupations et de déceptions et nous ne trouvons pas le bonheur que nous cherchons. Jésus sait aller à l’essentiel de notre vie. Notre trésor, c’est l’amour infini que nous recevons de Dieu qui nous a fait advenir à la vie. Nous redisons à Jésus combien son amour est notre trésor ! L’amour que nous recevons de Dieu bat dans notre cœur rempli d’amour, Dieu n’en finira jamais de nous aimer ! Cet amour, nous pouvons le donner en retour, à l’infini. Nous sommes alors entraînés dans la danse de l’amour. C’est cet amour qui nous constitue, il nous fait devenir ce que nous sommes.

« L’œil est la lampe du corps. Si ton œil est bon, tout ton corps sera illuminé, mais si ton œil est mauvais, tout ton corps sera dans les ténèbres. Si donc la lumière qui est en toi est ténèbres, combien sont grandes les ténèbres !

Jésus nous dit que « la lampe du corps, c’est l’œil. » En parlant de l’œil, Jésus se réfère à l’intention de l’homme. Lorsque son intention est droite, lucide, dirigée vers Dieu, toutes nos actions sont brillantes et resplendissante. Par contre, lorsque notre intention n’est pas droite, « qu’elles ténèbres y aura-t-il ! » Nous avons tous entendu cette expression : « avoir un œil mauvais, noir ! » C’est un œil qui n’est pas branché sur l’amour infini de Dieu. Jésus fait le lien entre notre cœur, notre corps, nos yeux. Notre corps peut devenir lumière si notre cœur est dans la lumière. Comment garder ce trésor ? Quand notre petite barque vogue dans l’amour infini de Dieu, dans cet amour véritable, nos yeux sont clairs, tout ce que nous sommes est unifié. Par contre, dans la désolation, dans l’adversité, notre amour se purifie comme l’or au creuset. Il nous faut demeurer dans l’amour ! Le chemin de Jésus, c’est une vie qui n’est qu’amour, un amour qui est lumière.

Amassez–vous plutôt des trésors dans le ciel, là où ni vers ni rouille ne détruisent et où les voleurs ne fracturent ni ne volent. Car là où est ton trésor, là aussi sera ton cœur.

Nous sommes de passage en ce monde, et notre vie passe, il nous faut plonger notre regard dans le Cœur de Jésus. Si nous sommes sincères avec nous-mêmes, nous savons en vue de quoi nous employons nos efforts, estce qui nous motive. Certes, nous sommes du Christ, et nous voulons travailler honnêtement, assurer la tranquillité de notre famille, travailler pour aider les autres. Mais il nous faut le chercher dans le Christ Jésus. Comme il nous l’a demandé, nous célébrons le mystère pascal, le lieu de la victoire de l’amour sur toutes les puissances des ténèbres. Entraînés par Jésus, mû par l’Esprit Saint, nous pouvons passer au travers de toutes les épreuves ! Ceux dont le regard reste sans cesse fixé sur le Père des cieux prennent le chemin des béatitudes : « Méfiez-vous quand on dira toute sorte de bien de vous, c’est ainsi que l’on a traité les faux prophètes. Heureux serez-vous quand on vous insultera, quand on dira du mal de vous, à cause de moi, » alors, soyez dans la joie ! Uni au Sauveur, notre joie est d’être avec Jésus. Là où est notre trésor, là est notre cœur.


Citation :
Nous demandons la grâce que notre seul trésor soit l’amour infini du cœur de Dieu.


Père Gilbert Adam
Homélies et Le Pauvre qui guérit


Source :



Saint Césaire d'Arles (470-543), moine et évêque
Sermon 32, 1-3 ; SC 243 (trad. SC p. 163 rev.)


« Là où est ton trésor, là aussi est ton cœur »

Dieu accepte nos offrandes d'argent et prend plaisir aux dons que nous faisons aux pauvres, mais à cette condition : que tout pécheur, quand il offre à Dieu son argent, lui offre en même temps son âme... Quand le Seigneur dit : « Rendez à César ce qui est à César, et à Dieu ce qui est à Dieu » (Mc 12,17), que semble-t-il dire d'autre sinon : « Comme vous rendez à César son image sur la pièce d'argent, rendez aussi à Dieu en vous-mêmes l'image de Dieu » (cf. Gn 1,26)...

C'est pourquoi, comme nous l'avons déjà dit souvent, quand nous distribuons de l'argent aux pauvres, offrons notre âme à Dieu afin que là où est notre trésor, là aussi puisse être notre cœur. En effet, pourquoi Dieu nous demande-t-il de [donner de] l'argent ? C'est à coup sûr parce qu'il sait que nous l'aimons particulièrement et que nous y pensons sans cesse ; et que là où est notre argent, là aussi est notre cœur. C'est pourquoi Dieu nous exhorte à faire des trésors dans le ciel en faisant des dons aux pauvres ; c'est pour que notre cœur suive là où nous avons déjà envoyé notre trésor et que, lorsque le prêtre dit : « Élevons notre cœur », nous puissions répondre avec une conscience tranquille : « Nous le tournons vers le Seigneur ».



Evangelizo.org













Quand je dis Dieu c'est un poème, c'est une étoile dans ma vie,
du feu qui coule dans mes veines, un grand soleil pour aujourd'hui !



Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Donne-nous notre Pain de ce jour (Vie) : Parole de DIEU   Ven 17 Juin 2016 - 19:34

Bonsoir Lumen,

Bonsoir à toutes et à tous,





Samedi 18 Juin 2016


Bienheureuse VIERGE MARIE
Les Samedis du Temps Ordinaire où il n’y a pas de mémoire obligatoire, on peut faire mémoire de la VIERGE MARIE, selon une tradition qui honore la foi et l’espérance sans défaut de MARIE le Samedi Saint.


11ième semaine du Temps Ordinaire
(Couleur liturgique : Vert )
Année C







(Première lecture)
Deuxième Livre des Chroniques 24 : 17 à 25


« Zacharie, que vous avez assassiné entre le sanctuaire et l’autel »

Après la mort de Joad,
les princes de Juda vinrent se prosterner devant le roi Joas,
et alors le roi les écouta.
Les gens abandonnèrent
la MAISON DU SEIGNEUR, DIEU de leurs pères,
pour servir les poteaux sacrés et les idoles.
À cause de cette infidélité,
la colère de DIEU s’abattit sur Juda et sur Jérusalem.
Pour les ramener à LUI, DIEU envoya chez eux des Prophètes.
Ceux-ci transmirent le message,
mais personne ne les écouta.
DIEU revêtit de SON ESPRIT
Zacharie, le fils du prêtre Joad.
Zacharie se présenta devant le peuple et lui dit :
« AINSI PARLE DIEU :
Pourquoi transgressez-vous
les COMMANDEMENTS DU SEIGNEUR ?
Cela fera votre malheur :
puisque vous avez abandonné le SEIGNEUR,
le SEIGNEUR vous abandonne. »
Ils s’ameutèrent alors contre lui
et, par commandement du roi, le lapidèrent
sur le parvis de la MAISON DU SEIGNEUR.
Le roi Joas, en faisant mourir Zacharie, fils de Joad,
oubliait la fidélité que Joad lui avait témoignée.
Zacharie s’était écrié en mourant :
« Que le SEIGNEUR le voie, et qu’IL fasse justice ! »

Or, à la fin de l’année, l’armée d’Aram monta contre le roi Joas
et arriva en Juda et à Jérusalem.
Ses hommes massacrèrent tous les princes du peuple
et envoyèrent tout le butin au roi de Damas.
L’armée d’Aram ne comptait qu’un petit nombre d’hommes,
et pourtant le SEIGNEUR leur livra une armée très importante,
parce que les gens de Juda avaient abandonné le SEIGNEUR,
DIEU de leurs pères ;
et Joas reçut le châtiment qu’il méritait.
Lorsque les Araméens partirent,
le laissant dans de grandes souffrances,
ses serviteurs complotèrent contre lui
parce qu’il avait répandu le sang du fils du prêtre Joad,
et ils le tuèrent sur son lit.
Il mourut, et on l’ensevelit dans la Cité de David,
mais non pas dans les tombeaux des rois.

– PAROLE du SEIGNEUR.


Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris







Où sont les promesses faites à David ?


Poème chanté attribué à Étan l’Ezrahite.

Psaume 88 (89) , entièrement




Psaume 88 (89) : 4 et 5, 29 et 30, 31 et 32, 33 et 34


R/ Sans fin, je lui garderai mon amour.

« Avec mon élu, J’ai fait une alliance,
J’ai juré à David, mon serviteur :
J’établirai ta dynastie pour toujours,
Je te bâtis un trône pour la suite des âges. »
R/

« Sans fin Je lui garderai MON AMOUR,
mon ALLIANCE avec lui sera fidèle ;
Je fonderai sa dynastie pour toujours,
son trône aussi durable que les Cieux.
R/

« Si ses fils abandonnent MA LOI
et ne suivent pas MES VOLONTÉS,
s’ils osent violer MES PRÉCEPTES
et ne gardent pas MES COMMANDEMENTS.
R/

« Je punirai leur faute en les frappant.
et Je châtierai leur révolte,
mais sans lui retirer MON AMOUR,
ni démentir MA FIDÉLITÉ. »
R/

Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris






Évangile de JÉSUS-CHRIST selon Saint Matthieu 6 : 24 à 34

Acclamation de l’Évangile :
Alléluia. Alléluia.
JÉSUS CHRIST s’est fait pauvre, LUI qui était riche,
pour que vous deveniez riches par SA PAUVRETÉ.
Alléluia.

(cf. 2 Co 8, 9)




« Ne vous faites pas de souci pour demain »

En ce temps-là,
JÉSUS disait à Ses Disciples :
« Nul ne peut servir deux maîtres :
ou bien il haïra l’un et aimera l’autre,
ou bien il s’attachera à l’un et méprisera l’autre.
Vous ne pouvez pas servir à la fois DIEU et l’Argent.

C’est pourquoi Je vous dis :
Ne vous souciez pas,
pour votre vie, de ce que vous mangerez,
ni, pour votre corps, de quoi vous le vêtirez.
La vie ne vaut-elle pas plus que la nourriture,
et le corps plus que les vêtements ?
Regardez les oiseaux du ciel :
ils ne font ni semailles ni moisson,
ils n’amassent pas dans des greniers,
et votre PÈRE CÉLESTE les nourrit.
Vous-mêmes, ne valez-vous pas
beaucoup plus qu’eux ?
Qui d’entre vous, en se faisant du souci,
peut ajouter une coudée à la longueur de sa vie ?
Et au sujet des vêtements, pourquoi se faire tant de souci ?
Observez comment poussent les lis des champs :
ils ne travaillent pas, ils ne filent pas.
Or je vous dis que Salomon lui-même, dans toute sa gloire,
n’était pas habillé comme l’un d’entre eux.
Si DIEU donne un tel vêtement à l’herbe des champs,
qui est là aujourd’hui,
et qui demain sera jetée au feu,
ne fera-t-il pas bien davantage pour vous,
hommes de peu de foi ?

Ne vous faites donc pas tant de souci ;
ne dites pas : “Qu’allons-nous manger ?”
ou bien : “Qu’allons-nous boire ?”
ou encore : “Avec quoi nous habiller ?”
Tout cela, les païens le recherchent.
Mais votre PÈRE CÉLESTE sait que vous en avez besoin.
Cherchez d’abord le ROYAUME DE DIEU et SA JUSTICE,
et tout cela vous sera donné par surcroît.
Ne vous faites pas de souci pour demain :
demain aura souci de lui-même ;
à chaque jour suffit sa peine. »

– Acclamons la PAROLE de DIEU.


Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris









Textes du jour, lu sur :
Les services de la liturgie Catholique

http://www.aelf.org/office-messe?date_my=18/06/2016


Liens :
http://www.aelf.org/office-messe
http://services.liturgiecatholique.fr/






Amicalement, fraternellement
Nicolas

Revenir en haut Aller en bas
Lumen
Admin
avatar

Messages : 4231
Date d'inscription : 18/10/2014
Localisation : France

MessageSujet: Re: Donne-nous notre Pain de ce jour (Vie) : Parole de DIEU   Sam 18 Juin 2016 - 14:37

Bonjour à vous tous, amis qui aimez la Parole de Vie, goûtez et voyez comme est bon le Seigneur !
Bonjour Nicolas, Merci !


Homélie :

Votre Père céleste sait que vous en avez besoin dit Jésus. Ne vous inquiétez donc pas du lendemain, car le lendemain s’inquiétera de lui–même.

Notre Père crée l’humanité et il lui donne maîtrise sur l’univers, « Dieu vit que tout ce qu’il avait fait était très bon. » Tout était pour l’homme et le femme, bonheur et beauté. Mais l’épreuve est passée par là, et ces jours de bonheur sont passés. Dieu nourrit toujours les oiseaux du ciel, il habille toujours l’herbe des champs, mais il nous faut travailler pour subvenir à nos besoins. Cependant, à chaque jour suffit sa peine, dit Jésus ! « Ne vous inquiétez pas pour votre vie de ce que vous mangerez, ni pour votre corps de quoi vous le vêtirez.» La vie n’est-elle pas plus que la nourriture, et le corps plus que le vêtement ? Nous choisissons chaque jour la parole de Dieu qui nous donne une lumière étonnante. La nature, le travail de la terre, les légumes, les fleurs, les fruits poussent, et la vie triomphe toujours. « Ne vous faites pas tant de soucis, » pour votre vie, Jésus se répète car ses paroles ont quelque chose de réellement important à recevoir progressivement. Jésus nous dit de ne pas nous faire « tant »/i] de soucis, demain se souciera de lui-même. »

« Qui d’entre vous d’ailleurs peut, en s’en inquiétant, ajouter une seule coudée à la longueur de sa vie ?

Et du vêtement, pourquoi vous inquiéter ? Observez les lis des champs, comme ils poussent : ils ne peinent ni ne filent. Or je vous dis que Salomon lui-même, dans toute sa gloire, n’a pas été vêtu comme l’un d’eux. » Si nous avons de la peine à vivre chaque jour, c’est le signe que nous allons vers le Royaume. Jésus nous demande de bâtir le Royaume des cieux. C’est la présence de Dieu en nous qui fait notre beauté ! Elle nous permet de demeurer au niveau du cœur, au niveau des relations fraternelles. Avec cette présence de Dieu, nous nous respectons les uns les autres, nous nous accueillons humblement. Avec un cœur de pauvre, nous rendons grâce à Dieu qui continue à nous donner la vie. Jésus nous dit que notre souci et notre peine consistent d’abord à [i]« chercher le royaume de Dieu et sa justice. Tout le reste vous sera donné par surcroît. »
Nous peinons à construire le Royaume en dehors des repères de ce monde : « Vous ne pouvez pas servir Dieu et l’Argent. »

Personne ne peut être esclave de deux maîtres ; en effet, ou bien il détestera l’un et il aimera l’autre, ou bien il s’attachera à l’un et il méprisera l’autre.

Vous ne pouvez être esclaves de Dieu et de Mamon. C’est pourquoi je vous dis : Ne vous inquiétez pas, pour votre vie, de ce que vous mangerez ou de ce que vous boirez, ni, pour votre corps, de ce dont vous serez vêtus. La vie n’est–elle pas plus que la nourriture, et le corps plus que le vêtement ? Nous nous laissons emporter par le courant de la vie, elle est si belle la vie. Elle nous est donnée pour que nous demeurions à la source de la tendresse de Dieu qui nous donne son amour. Dieu se fait tendresse et bonté, il est toujours débordant d’amour pour nous. Nous voulons être attentifs et fidèles à la vie qui nous est donnée. Dieu présent déverse des flots d’eau vive en notre cœur. La justice du Royaume consiste à refuser de vivre les uns sans les autres. Jésus nous demande de faire passer la justice du Royaume avant celle de ce monde, à faire passer les relations d’amitié et de justice entre tous avant les possessions personnelles. Ce royaume sera à chercher toujours, car il n’est jamais totalement trouvé, tout disciple est appelé à le faire advenir. Certes, nous avons de la peine à construire le Royaume. Nous ne pouvons qu’y tendre, jour après jour, poser le pas que nous pouvons faire aujourd’hui sans nous soucier de celui du lendemain. Nous avons moins de souci quand nous sommes d’abord préoccupés du souci des autres !


Citation :
Nous demandons la grâce d’être trouvés fidèles à la joie de Dieu qui est en nous.


Père Gilbert Adam
Homélies et Le Pauvre qui guérit


Source :



Saint Vincent de Paul (1581-1660), prêtre, fondateur de communautés religieuses
Entretien du 21/02/1659 (Seuil 1960, p. 547)


Chercher d'abord le règne de Dieu

« Cherchez premièrement le royaume de Dieu et sa justice, et toutes les choses dont vous avez besoin vous seront données par-dessus »... Il est donc dit que l'on cherche le royaume de Dieu. « Que l'on cherche », ce n'est qu'un mot, mais il me semble qu'il dit bien des choses. Il veut dire... de travailler incessamment pour le royaume de Dieu, et non pas demeurer en un état lâche et arrêté, de faire attention à son intérieur pour le bien régler, mais non à l'extérieur pour s'y amuser... Cherchez Dieu en vous, car saint Augustin avoue que, pendant qu'il l'a cherché hors de lui, il ne l'a pas trouvé. Cherchez-le en votre âme, comme en sa demeure agréable ; c'est le fond où ses serviteurs qui tâchent de mettre toutes les vertus en pratique les établissent. Il faut la vie intérieure, il faut tendre là ; si on y manque, on manque à tout... Cherchons à nous rendre intérieurs... Cherchons la gloire de Dieu, cherchons le règne de Jésus Christ...

     « Mais, [vous me direz], il y a tant de choses à faire, tant d'offices à la maison, tant d'emplois à la ville, aux champs ; travail partout ; faut-il donc laisser tout là pour ne penser qu'à Dieu ? » Non, mais il faut sanctifier ces occupations en y cherchant Dieu, et les faire pour l'y trouver plutôt que pour les voir faites. Notre Seigneur veut que devant tout nous cherchions sa gloire, son royaume, sa justice, et, pour cela, que nous fassions notre capital de la vie intérieure, de la foi, de la confiance, de l'amour, des exercices de religion..., des travaux et des peines, en la vue de Dieu, notre souverain Seigneur... Si une fois nous sommes ainsi établis en la recherche de la gloire de Dieu, nous sommes assurés que le reste suivra..



Evangelizo.org












Quand je dis Dieu c'est un poème, c'est une étoile dans ma vie,
du feu qui coule dans mes veines, un grand soleil pour aujourd'hui !



Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Donne-nous notre Pain de ce jour (Vie) : Parole de DIEU   Sam 18 Juin 2016 - 19:37

Bonsoir Lumen,

Bonsoir à toutes et à tous,





Dimanche 19 Juin 2016

12ième Dimanche du Temps Ordinaire

(Couleur liturgique : Vert )
Année C











Lien :
http://www.ktotv.com/emissions/priere-et-vie-de-l-eglise/priere/en-marche-vers-dimanche

Vu sur :
www.KTOTV.com






(Première lecture)
Livre du Prophète Zacharie 12 : 10 à 11a ; 13 : 1


« Ils regarderont vers CELUI qu’ils ont transpercé »

Ainsi PARLE LE SEIGNEUR :
Je répandrai sur la maison de David
et sur les habitants de Jérusalem
un ESPRIT DE GRÂCE et de supplication.
Ils regarderont vers Moi.
CELUI qu’ils ont transpercé,
ils feront une lamentation sur LUI
comme on se lamente sur un fils unique ;
ils pleureront sur LUI amèrement
comme on pleure sur un premier-né.
Ce jour-là, il y aura grande lamentation dans Jérusalem.

Ce jour-là, il y aura une source
qui jaillira pour la maison de David
et pour les habitants de Jérusalem :
elle les lavera de leur péché et de leur souillure.


– PAROLE du SEIGNEUR.



Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris






TA BONTÉ vaut mieux que la vie

Psaume appartenant au recueil de David. Il fait allusion au séjour de David dans le désert de Juda.


[Psaume 62 (63) ; entièrement]




Psaume 62 (63) : 2, 3 et 4, 5 et 6, 8 et 9


R/ Mon âme a soif de TOI,
SEIGNEUR, mon DIEU.


DIEU, TU es mon DIEU,
je TE cherche dès l’aube :
mon âme a soif de TOI ;
après TOI languit ma chair,
terre aride, altérée, sans eau.
R/


Je T’ai contemplé au Sanctuaire,
j’ai vu TA FORCE et TA GLOIRE.
TON AMOUR vaut mieux que la vie :
TU seras LA LOUANGE de mes lèvres !
R/


Toute ma vie je vais TE bénir,
lever les mains en invoquant TON NOM.
Comme par un festin je serai rassasié ;
la joie sur les lèvres, je dirai TA LOUANGE.
R/


Oui, TU es venu à mon secours :
je crie de joie à l’ombre de TES AILES.
Mon âme s’attache à TOI,
TA MAIN DROITE me soutient.
R/


[center] Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris


« Chants audio du Psaume 62 (63) »

Du CD, Signes :

http://www.mirari.fr/f6dy






(Deuxième lecture)
Lettre de Saint Paul Apôtre aux Galates 3 : 26 à 29


« Vous tous que le baptême a unis au CHRIST, vous avez revêtu le CHRIST »

Frères,
tous, dans le CHRIST JÉSUS,
vous êtes Fils de DIEU
par la foi.
En effet, vous tous que le baptême a unis au CHRIST,
vous avez revêtu le CHRIST ;
il n’y a plus ni juif ni grec,
il n’y a plus ni esclave ni homme libre,
il n’y a plus l’homme et la femme,
car tous, vous ne faites plus qu’un
dans le CHRIST JÉSUS.
Et si vous appartenez au CHRIST,
vous êtes de la descendance d’Abraham :
vous êtes héritiers selon la promesse.


– PAROLE du SEIGNEUR.



Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris






Évangile de JÉSUS-CHRIST selon Saint Luc 9 : 18 à 24

Acclamation de l’Évangile :
Alléluia. Alléluia.

Mes brebis écoutent MA VOIX, dit le SEIGNEUR ;
Moi, Je les connais, et elles Me suivent.

Alléluia.
(Jn 10, 27)




« TU ES LE CHRIST, LE MESSIE DE DIEU. – Il faut que le FILS de l’Homme souffre beaucoup »

En ce jour-là, JÉSUS était en prière à l’écart.
Comme Ses Disciples étaient là,
IL les interrogea :
« Au dire des foules, qui suis-Je ? »
Ils répondirent :
« Jean le Baptiste ;
mais pour d’autres, Élie ;
et pour d’autres, un Prophète d’autrefois qui serait ressuscité. »
JÉSUS leur demanda :
« Et vous, que dites-vous ? Pour vous, qui suis-Je ? »
Alors Pierre prit la Parole et dit :
« LE CHRIST, LE MESSIE DE DIEU. »
Mais JÉSUS, avec autorité,
leur défendit vivement de le dire à personne,
et déclara :
« Il faut que le FILS de l’Homme souffre beaucoup,
qu’IL soit rejeté
par les anciens, les grands prêtres et les scribes,
qu’IL soit tué,
et que, le troisième jour, IL ressuscite. »

IL leur disait à tous :
« Celui qui veut marcher à Ma Suite,
qu’il renonce à lui-même,
qu’il prenne sa croix chaque jour
et qu’il Me suive.
Car celui qui veut sauver sa vie
la perdra ;
mais celui qui perdra sa vie à cause de Moi
la sauvera. »


– Acclamons la PAROLE de DIEU.



Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris











Textes du jour, lu sur :
Les services de la liturgie Catholique

http://www.aelf.org/office-messe?date_my=19/06/2016


Liens :
http://www.aelf.org/office-messe
http://services.liturgiecatholique.fr/






Amicalement, fraternellement
Nicolas

Revenir en haut Aller en bas
Lumen
Admin
avatar

Messages : 4231
Date d'inscription : 18/10/2014
Localisation : France

MessageSujet: Re: Donne-nous notre Pain de ce jour (Vie) : Parole de DIEU   Sam 18 Juin 2016 - 22:25

Bonjour à vous tous, amis qui aimez la Parole de Vie, goûtez et voyez comme est bon le Seigneur !
Bonjour Nicolas, Merci !



Homélie :

Et il advint, comme Jésus était à prier, seul, n’ayant avec lui que les disciples, qu’il les interrogea en disant : « Qui suis-je, au dire des foules ?

« Ils répondirent : « Jean le Baptiste ; pour d’autres, Élie ; pour d’autres, un des anciens prophètes est ressuscité. Mais pour vous, leur dit-il, qui suis- je ? » Pierre répondit : « Le Christ de Dieu. » L’identité de Jésus est une question essentielle pour les disciples : « Mais pour vous, qui suis-je » ? leur dit Jésus. La réponse que nous lui apportons aura de grandes conséquences sur notre manière de nous situer face à lui et dans notre vie. Ce sera aussi la manière dont nous nous comprenons, dont nous comprenons le monde qui se reçoit de cette réponse. Cette question essentielle de l’identité de Jésus dit beaucoup de la manière dont nous le comprenons déjà. Pierre manifeste le cri de l’humanité qui recherche son Sauveur et son Dieu. Jésus leur prescrivit de ne le dire à personne, car son heure n’était pas encore venue. Nous sommes si blessés et si pécheurs, que nous pourrions encore nous retourner contre Dieu par une attitude toute humaine, et de recherche d’intérêt personnel ! Il nous faut sortir de la colère et de la violence, de la vengeance et de la mort qui sommeille en nous. Cette conversion opère un retournement pour entrer dans les paroles de Jésus qui sont le fruit de sa relation au Père. Dieu nous donne un esprit d’amour qui fait naître en nous la bonté et la reconnaissance. C’est le don qui nous donne de nous tourner gracieusement vers Jésus le Sauveur ! Nous nous rendons compte alors que Dieu est amour, qu’il est amour au cœur de notre humanité en détresse.

« Mais lui leur enjoignit et prescrivit de ne le dire à personne. « Le Fils de l’homme, dit-il, doit souffrir beaucoup, être rejeté par les anciens, les grands prêtres et les scribes, être tué et, le troisième jour, ressusciter. »

Jésus parle à ses disciples de son secret, de la relation avec son Père qui l’assure en son être, et qui lui donne sa mission. La réponse de Pierre : Tu es « le Messie de Dieu » deviendra pour lui l’accomplissement d’un long cheminement qui lui fera reconnaître Jésus comme le Messie ! Jésus appelle alors ses disciples à la discrétion concernant son chemin, chemin qui révèle son être, sa manière d’être, mais aussi la manière dont il est le Sauveur de l’humanité qui va le rejeter : Il faut « Qu’il soit rejeté par les anciens, les chefs des prêtres et les scribes. » La croix de Jésus est annoncée mystérieusement, elle nous sauvera de la mort. Nous comprenons le réalisme de la prière de Jésus qui lui donne une telle présence. Par le baptême, nous sommes marqués du signe de la croix de Jésus annoncée dans cet Évangile. Vivre de la croix, de la victoire de l’amour à la suite de Jésus, c’est vivre avant tout de son immense amour.

Et il disait à tous : « Si quelqu’un veut venir à ma suite, qu’il se renie lui-même, qu’il se charge de sa croix chaque jour, et qu’il me suive.

Qui veut en effet sauver sa vie la perdra, mais qui perdra sa vie à cause de moi, celui-là la sauvera. Avec ces Paroles, nous comprenons le chemin personnel que chacun aura à faire pour se déterminer à suivre Jésus crucifié. Il les dispose ainsi à quitter ce qu’il connaisse trop bien pour accepter de recevoir la révélation de l’identité messianique de Jésus. Il les appelle à le suivre : « Celui qui veut marcher à ma suite qu’il me suive ! » Nous acceptons que Jésus nous donne notre identité véritable, celle que son appel nous appelle à être, en renaissant du pardon. Le secret du cœur de Dieu est ainsi est révélé, il veut combler l’humanité de son amour infini. Il nous faut vivre dans l’amour et le respect du Saint Nom de Dieu dans les moments de détresse, d’angoisse et de mort. Il nous faut nous convertir au plus profond de notre vie pour entrer dans l’Amour de Dieu. Jésus, Dieu annoncé par les prophètes, est porteur du secret de son plus grand amour. Cet Amour, qui est recherché de toutes manières par la créature, va de déception en déception, jusqu’au jour où est découvert Jésus qui est notre ami : « Oui, tu es mon Dieu, je te cherche dès l’aube. Toute ma vie, je vais te bénir, lever les mains en invoquant ton nom. »


Citation :
Nous demandons la grâce de la prière et de la supplication de Jésus pour laisser l’amour de Dieu prendre tout en nous.


Père Gilbert Adam
Homélies et Le Pauvre qui guérit


Source :



Saint Jean XXIII (1881-1963), Pape
Journal de l'âme, 1930, retraite à Rusciuk


« Qu'il prenne sa croix chaque jour »

L'amour de la croix de mon Seigneur m'attire de plus en plus ces jours-ci. Jésus béni, que ce ne soit pas là un feu de paille qui s'éteindra à la première pluie, mais un incendie qui brûle sans jamais se consumer ! J'ai trouvé ces jours-ci une autre belle prière qui correspond très bien à mes conditions spirituelles... : « Ô Jésus, mon amour crucifié, je vous adore dans toutes vos souffrances... J'embrasse de tout mon cœur, pour l'amour de vous, toutes les croix de corps et d'esprit qui m'arriveront. Et je fais profession de mettre toute ma gloire, mon trésor et mon contentement dans votre croix, c'est-à-dire dans les humiliations, privations et souffrances, disant avec Saint Paul : ' Que jamais je ne me glorifie, sinon dans la croix de notre Seigneur Jésus Christ ' (Ga 6,14). Quant à moi, je ne veux d'autre paradis en ce monde que la croix de mon Seigneur Jésus Christ »... Tout me persuade que le Seigneur me veut tout pour lui, sur la « voie royale de la sainte croix ». Et c'est sur cette voie, et non sur une autre, que je veux le suivre...

     Une note caractéristique de cette retraite a été une grande paix et une grande joie intérieures, qui me donnent le courage de m'offrir au Seigneur pour tous les sacrifices qu'il voudra demander à ma sensibilité. De ce calme et de cette joie, je veux que toute ma personne et toute ma vie soient toujours plus pénétrées, au-dedans et au-dehors... Je veillerai à garder cette joie intérieure et extérieure... La comparaison de Saint François de Sales que je me plais à répéter parmi d'autres : « Je suis comme un oiseau qui chante dans un buisson d'épines », doit être une continuelle invitation pour moi. Donc, peu de confidences sur ce qui peut faire souffrir ; beaucoup de discrétion et d'indulgence en jugeant les hommes et les situations ; m'efforcer de prier spécialement pour ceux qui me font souffrir ; et puis en toute chose une grande bonté, une patience sans limites, en me souvenant que tout autre sentiment...n'est pas conforme à l'esprit de l'Évangile et de la perfection évangélique. Du moment que je fais triompher la charité à tout prix, je veux bien passer pour un homme de rien. Je me laisserai écraser, mais je veux être patient et bon jusqu'à l'héroïsme.



Evangelizo.org












Quand je dis Dieu c'est un poème, c'est une étoile dans ma vie,
du feu qui coule dans mes veines, un grand soleil pour aujourd'hui !



Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Donne-nous notre Pain de ce jour (Vie) : Parole de DIEU   Dim 19 Juin 2016 - 19:00

Bonsoir Lumen,

Bonsoir à toutes et à tous,





Lundi 20 Juin 2016

De la férie

12ième semaine du Temps Ordinaire
(Couleur liturgique : Vert )
Année C







(Première lecture)
Deuxième Livre des Rois 17 : 5 à 8, 13 à 15a, 18


« Le SEIGNEUR a écarté les tribus d’Israël loin de SA FACE. Il n’est resté que la seule tribu de Juda »

En ces jours-là,
Salmanasar, roi d’Assour, lança des attaques
à travers tout le pays d’Israël,
et monta contre Samarie,
qu’il assiégea pendant trois ans.
La neuvième année du règne d’Osée,
il s’empara de Samarie
et déporta les gens d’Israël au pays d’Assour.
Cela arriva
parce que les fils d’Israël avaient péché contre le SEIGNEUR leur DIEU,
LUI qui les avait fait monter du pays d’Égypte
et les avait arrachés au pouvoir de Pharaon, roi d’Égypte.
Ils avaient adoré d’autres dieux
et suivi les coutumes des nations
que le SEIGNEUR avait dépossédées devant eux.
Voilà ce qu’avaient fait les rois d’Israël.
Or, le SEIGNEUR avait donné cet avertissement
à Israël et à Juda,
par l’intermédiaire de tous les Prophètes et de tous les voyants :
« Détournez-vous de votre conduite mauvaise.
Observez MES COMMANDEMENTS et MES DÉCRETS,
selon toute la Loi que J’ai prescrite à vos pères
et que Je leur ai fait parvenir
par l’intermédiaire de Mes Serviteurs les Prophètes. »
Mais ils n’ont pas obéi et ils ont raidi leur nuque
comme l’avaient fait leurs pères,
qui n’avaient pas fait confiance au SEIGNEUR leur DIEU.
Ils ont méprisé SES LOIS,
ainsi que l’Alliance qu’IL avait conclue avec leurs pères
et les avertissements qu’IL leur avait donnés.
Alors le SEIGNEUR s’est mis dans une grande colère
contre les tribus d’Israël
et les a écartées loin de SA FACE.
Il n’est resté que la seule tribu de Juda.

– PAROLE du SEIGNEUR.


Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris







DIEU répond aux appels de Son Peuple vaincu


Du répertoire du chef de chorale. Accompagnement sur la guitare. Poème commémoratif appartenant au recueil de David. Pour enseigner. Il fait allusion à l’expédition menée par David contre les Syriens de Mésopotamie et ceux de Soba. Au retour Joab battit l’armée de l’Édom, soit douze mille hommes, dans la vallée du Sel.

Psaume 59 (60) , entièrement




Psaume 59 (60) : 3 et 4, 5 et 6, 13 et 14


R/ Sauve-nous par TA DROITE,
SEIGNEUR, réponds-nous !


DIEU, TU nous as rejetés, brisés ;
TU étais en colère, reviens-nous !
TU as secoué, disloqué le pays ;
répare ses brèches : il s’effondre.
R/

TU mets à dure épreuve Ton Peuple,
TU nous fais boire un vin de vertige.
TU as donné un étendard à Tes Fidèles,
était-ce pour qu’ils fuient devant l’arc ?
R/

Porte-nous secours dans l’épreuve :
néant, le salut qui vient des hommes !
Avec DIEU nous ferons des prouesses,
et LUI piétinera nos oppresseurs !
R/

Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris






Évangile de JÉSUS-CHRIST selon Saint Matthieu 7 : 1 à 5

Acclamation de l’Évangile :
Alléluia. Alléluia.
ELLE EST VIVANTE, efficace, la PAROLE DE DIEU ;
ELLE juge des intentions et des pensées du cœur.
Alléluia.

(cf. He 4, 12)




« Enlève d’abord la poutre de ton œil »

En ce temps-là,
JÉSUS disait à Ses Disciples :
« Ne jugez pas,
pour ne pas être jugés ;
de la manière dont vous jugez,
vous serez jugés ;
de la mesure dont vous mesurez,
on vous mesurera.
Quoi ! tu regardes la paille dans l’œil de ton frère ;
et la poutre qui est dans ton œil,
tu ne la remarques pas ?
Ou encore : Comment vas-tu dire à ton frère :
“Laisse-moi enlever la paille de ton œil”,
alors qu’il y a une poutre dans ton œil à toi ?
Hypocrite ! Enlève d’abord la poutre de ton œil ;
alors tu verras clair
pour enlever la paille qui est dans l’œil de ton frère. »

– Acclamons la PAROLE de DIEU.


Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris









Textes du jour, lu sur :
Les services de la liturgie Catholique

http://www.aelf.org/office-messe?date_my=20/06/2016


Liens :
http://www.aelf.org/office-messe
http://services.liturgiecatholique.fr/






Amicalement, fraternellement
Nicolas

Revenir en haut Aller en bas
Lumen
Admin
avatar

Messages : 4231
Date d'inscription : 18/10/2014
Localisation : France

MessageSujet: Re: Donne-nous notre Pain de ce jour (Vie) : Parole de DIEU   Dim 19 Juin 2016 - 22:01

Bonjour à vous tous, amis qui aimez la Parole de Vie, goûtez et voyez comme est bon le Seigneur !
Bonjour Nicolas, Merci !




Lundi 20 juin 2016 : Le lundi de la 12e semaine du temps ordinaire
« Ne jugez pas, afin de ne pas être jugés. Car c’est avec le jugement
par lequel vous jugez qu’on vous jugera, et c’est avec la mesure à laquelle vous mesurez
qu’on mesurera pour vous. »


Saint Silvère, Pape (58ème) de 536 à 537 et martyr (✝ 537)

Saint Nicolas Cabasilas (+ 1391)

Bienheureuse Marguerite Ebner, Mystique Dominicaine allemande (✝ 1351)

Bienheureuse Margaret Ball, veuve irlandaise emprisonnée à soixante-dix ans, martyre (v. 1515-1584)

Les saints du jour (Dimanche 19 juin)



Homélie :

Pourquoi regardes–tu la paille qui est dans l’œil de ton frère, et ne remarques–tu pas la poutre qui est dans ton œil ?

« Comment peux-tu dire à ton frère laisse-moi retirer la paille de ton œil, alors qu’il y a une poutre dans ton œil à toi. » La manière bienveillante dont nous jugeons et agissons avec nos voisins, change les relations de notre voisinage. Nous sommes surpris des changements d’attitude que nous obtenons, avec de la bienveillance dans notre regard. Jésus nous dit de corriger ce qui est ténébreux dans notre regard et dans notre vie pour mieux voir notre prochain. Si je suis gêné par le « défaut » de l’autre, c’est que ce "défaut" agit puissamment en moi, sinon, le « défaut » de l’autre ne me gênerait pas à ce point ! Nous projetons sur le visage de l’autre ce qui se trouve dans notre cœur, sans nous en apercevoir, dans un processus inconscient ! La seule manière d’être vrai avec nos frères, c’est d’entrer dans la vérité de Dieu. Lui, Dieu, ne cesse pas de nous regarder avec bienveillance. Il nous attire à lui par son amour qui nous faire grandir. Dégagés de tout jugement, nous voyons nos familles, nos communautés et l’Eglise dans une lumière nouvelle. Alors nous pouvons bâtir la civilisation de l’Amour.

Hypocrite, ôte d’abord la poutre de ton œil ! Alors tu verras comment ôter la paille de l’œil de ton frère.

Jésus nous demande de ne pas juger rapidement et injustement sur un fait ou une personne, mais de réfléchir d’abord à notre attitude en de pareilles circonstances. Si nous avons commis une erreur semblable, sans nous en apercevoir, notre inconscient est à l’œuvre. Cette situation nous rappelle alors que nous sommes fragiles. Nous jugeons souvent avec l’intention de servir Dieu et d’aider nos frères, mais ce n’est pas de manière appropriée, c’est pour nous-mêmes, pour avoir bonne conscience. Lorsque nous voyons les péchés de nos frères, ce sont les nôtres qui apparaissent ! Il nous arrive de vouloir “retirer la paille de l’œil de notre frère alors qu’il y a une poutre dans le nôtre.”Jésus est la bienveillance totale et absolue, il n’y a en Lui aucune accusation. Dans le regard de Jésus, nous contemplons la bienveillance de Dieu. C’est le regard dont nous avons besoin pour nous édifier dans le Christ. Si nous nous regardons les uns et les autres comme aimés de Dieu, nous serons dans le regard de Dieu, et tout changera dans la famille, le couple et les enfants. Tout changera pour la communauté parce que nous nous regarderons autrement. C’est une véritable délivrance que nous demandons dans la prière, car Jésus peut vraiment nous sauver. L’Apocalypse révèle que celui qui accuse est menteur des l’origine. C’est « l’accusateur des frères, celui qui les accuse jour et nuit. »

« Ne jugez pas pour ne pas être jugés. Le jugement que vous portez contre les autres sera porté contre vous. »

Jésus démasque nos projections pour nous en délivrer. « La mesure dont vous vous servez pour les autres servira aussi pour vous. » Nous aimons un regard bienveillant qui nous encourage et nous aide à grandir. C’est dans la mesure ou nous aimerons, que nous grandirons. Certes la prudence envers l’autre est nécessaire, elle nous donne de progresser dans l’amour. Face à l’adversaire qui agit avec violence pour détruire l’amour de Jésus, je dois réagir. Cependant un regard encourageant remet debout, il nous permet de nous regarder les uns et les autres dans la vérité de l’amour. Si nous avons le désir de demeurer en Jésus, nous verrons de bonnes et de mauvaises choses. Mais nous demanderons à Jésus de rendre un jugement, et nous lui remettrons notre jugement pour qu’il l’éclaire. Cela nous aidera à demeurer avec lui, à ne pas juger à chaque instant ce que tout le monde le fait : « La mesure dont vous vous servez pour les autres servira aussi pour vous. »


Citation :
Nous demandons la grâce d’être libérés de l’adversaire pour devenir l’ami de Jésus.


Père Gilbert Adam
Homélies et Le Pauvre qui guérit


Source :



Saint Jean Climaque (v. 575-v. 650), moine au Mont Sinaï
L'Échelle sainte, 10ème degré (trad. Bellefontaine 1978, coll. SO 24, p. 138 rev.)


« Qu'as-tu à regarder la paille dans l'œil de ton frère ? »

J'ai entendu certains parler en mal de leur prochain, et je les ai repris. Pour se défendre, ces ouvriers du mal ont répliqué : « C'est par charité et par sollicitude que nous parlons ainsi ! » Mais je leur ai répondu : Cessez de pratiquer une pareille charité, sinon vous accuseriez de mensonge celui qui dit : « Qui dénigre en secret son prochain, celui-là je le repousse » (Ps 100,5). Si tu l'aimes, comme tu le dis, prie en secret pour lui, et ne te moque pas de cet homme. C'est cette manière d'aimer qui plaît au Seigneur ; ne perds pas cela de vue, et tu veilleras très soigneusement à ne pas juger les pécheurs. Judas était du nombre des apôtres et le larron faisait partie des malfaiteurs, mais quel changement étonnant en un instant ! .

Réponds donc à celui qui te dit du mal de son prochain : « Arrête, frère ! Je tombe moi-même chaque jour dans des fautes plus graves ; dès lors, comment pourrais-je condamner celui-ci ? » Tu obtiendras ainsi un double profit : tu te guériras toi-même et tu guériras ton prochain. Ne pas juger est un raccourci qui conduit au pardon des péchés si cette parole est vraie : « Ne jugez pas, et vous ne serez pas jugés »... Certains ont commis de grandes fautes à la vue de tous, mais ils ont accompli en secret de plus grands actes de vertu. Ainsi leurs détracteurs se sont-ils trompés en ne s'attachant qu'à la fumée sans voir le soleil.

Les censeurs hâtifs et sévères tombent dans cette illusion parce qu'ils ne gardent pas le souvenir et le souci constant de leurs propres péchés... Juger les autres, c'est usurper sans honte une prérogative divine ; les condamner, c'est ruiner notre propre âme... Comme un bon vendangeur mange les raisins mûrs et ne cueille pas les raisins verts, de même, un esprit bienveillant et sensé note soigneusement toutes les vertus qu'il voit dans les autres ; mais c'est l'insensé qui scrute les fautes et les déficiences.



Evangelizo.org












Quand je dis Dieu c'est un poème, c'est une étoile dans ma vie,
du feu qui coule dans mes veines, un grand soleil pour aujourd'hui !


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Donne-nous notre Pain de ce jour (Vie) : Parole de DIEU   Lun 20 Juin 2016 - 19:08

Bonsoir Lumen,

Bonsoir à toutes et à tous,





Mardi 21 Juin 2016

Saint Louis de Gonzague
Mort en 1591. Issu d’une illustre famille de Mantoue, il renonça à ses droits pour entrer chez les Jésuites. Il mourut, à 23 ans, après s’être dévoué auprès des pestiférés de Rome.

12ième semaine du Temps Ordinaire
(Couleur liturgique : Blanc )
Année C







(Première lecture)
Deuxième Livre des Rois 19 : 9b à 11, 14 à 21, 31 à 35a, 36


« Je protégerai cette ville, Je la sauverai à cause de MOI-MÊME et à cause de David »

En ces jours-là,
Sennakérib, roi d’Assour, envoya des messagers dire à Ézékias :
« Vous parlerez à Ézékias, roi de Juda, en ces termes :
Ne te laisse pas tromper par ton DIEU,
en qui tu mets ta confiance,
et ne dis pas :
“Jérusalem ne sera pas livrée
aux mains du roi d’Assour !”
Tu sais bien ce que les rois d’Assour
ont fait à tous les pays :
ils les ont voués à l’anathème.
Et toi seul, tu serais délivré ? »

Ézékias prit la lettre de la main des messagers ;
il la lut.
Puis il monta à la MAISON DU SEIGNEUR,
déplia la lettre devant le SEIGNEUR,
et, devant LUI, pria en disant :
« SEIGNEUR, DIEU d’Israël, TOI qui sièges sur les Kéroubim,
TU ES LE SEUL DIEU de tous les royaumes de la Terre,
c’est TOI qui as fait le Ciel et la Terre.
Prête l’oreille, SEIGNEUR, et entends,
ouvre les yeux, SEIGNEUR, et vois !
Écoute le message envoyé par Sennakérib
pour insulter le DIEU VIVANT.
Il est vrai, SEIGNEUR, que les rois d’Assour
ont ravagé les nations et leur territoire,
et brûlé leurs dieux :
en réalité, ce n’étaient pas des dieux,
mais un ouvrage de mains d’hommes,
fait avec du bois et de la pierre ;
c’est pourquoi ils ont pu les faire disparaître.
Maintenant, je T’en supplie, SEIGNEUR notre DIEU,
sauve-nous de la main de Sennakérib,
et tous les royaumes de la Terre
sauront que TU ES, SEIGNEUR, LE SEUL DIEU ! »

Alors le Prophète Isaïe, fils d’Amots, envoya dire à Ézékias :
« Ainsi parle le SEIGNEUR, DIEU d’Israël :
J’ai entendu la prière que tu M’as adressée
au sujet de Sennakérib, roi d’Assour.
Voici la PAROLE que le SEIGNEUR a prononcée contre lui :
Elle te méprise, elle te nargue,
la vierge, la fille de Sion.
Elle hoche la tête pour se moquer de toi,
la fille de Jérusalem.
Oui, un reste sortira de Jérusalem,
et des survivants, de la montagne de Sion.
Il fera cela, l’amour jaloux du SEIGNEUR !

Et voici ce que dit le SEIGNEUR au sujet du roi d’Assour :
Il n’entrera pas dans cette ville,
il ne lui lancera pas une seule flèche,
il ne lui opposera pas un seul bouclier,
il n’élèvera pas un seul remblai :
il retournera par le chemin
par lequel il est venu.
Non, il n’entrera pas dans cette ville,
– ORACLE du SEIGNEUR.
Je protégerai cette ville, Je la sauverai
à cause de MOI-MÊME
et à cause de David mon serviteur. »

La nuit même, l’Ange du SEIGNEUR sortit
et frappa 185 000 hommes dans le camp assyrien.
Le matin, quand on se leva, ce n’était que des cadavres.
Sennakérib, roi d’Assour, plia bagage et s’en alla.
Il revint à Ninive et y demeura.

– PAROLE du SEIGNEUR.


Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris







La CITÉ du GRAND ROI


Chant. Psaume appartenant au recueil de la confrérie de Coré.

Psaume 47 (48) , entièrement




Psaume 47 (48) : 2 et 3ab, 3cd et 4, 10 et 11cd


R/ La ville du SEIGNEUR,
DIEU l’affermira pour toujours.


IL EST GRAND, le SEIGNEUR, HAUTEMENT LOUÉ,
dans la ville de notre DIEU,
SA SAINTE MONTAGNE, altière et belle,
joie de toute la Terre.
R/

La Montagne de Sion, c’est le pôle du monde,
la cité du GRAND ROI ;
DIEU se révèle, en ses palais,
vraie citadelle.
R/

DIEU, nous revivons TON AMOUR
au milieu de TON TEMPLE.
TA MAIN DROITE qui donne la VICTOIRE
réjouit la Montagne de Sion.
R/

Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris






Évangile de JÉSUS-CHRIST selon Saint Matthieu 7 : 6, 12 à 14

Acclamation de l’Évangile :
Alléluia. Alléluia.
Moi, JE SUIS LA LUMIÈRE du monde, dit le SEIGNEUR.
Celui qui Me suit aura la LUMIÈRE de la VIE.
Alléluia.

(Jn 8, 12)




« Tout ce que vous voudriez que les autres fassent pour vous, faites-le pour eux »

En ce temps-là,
JÉSUS disait à Ses Disciples :
« Ne donnez pas aux chiens ce qui est sacré ;
ne jetez pas vos perles aux pourceaux,
de peur qu’ils ne les piétinent,
puis se retournent pour vous déchirer.

Tout ce que vous voudriez que les autres fassent pour vous,
faites-le pour eux, vous aussi :
voilà ce que disent la Loi et les Prophètes.

Entrez par la porte étroite.
Elle est grande, la porte,
il est large, le chemin
qui conduit à la perdition ;
et ils sont nombreux, ceux qui s’y engagent.
Mais elle est étroite, la porte,
il est resserré, le chemin
qui conduit à la vie ;
et ils sont peu nombreux, ceux qui le trouvent. »

– Acclamons la PAROLE de DIEU.


Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris









Textes du jour, lu sur :
Les services de la liturgie Catholique

http://www.aelf.org/office-messe?date_my=21/06/2016


Liens :
http://www.aelf.org/office-messe
http://services.liturgiecatholique.fr/






Amicalement, fraternellement
Nicolas

Revenir en haut Aller en bas
Lumen
Admin
avatar

Messages : 4231
Date d'inscription : 18/10/2014
Localisation : France

MessageSujet: Re: Donne-nous notre Pain de ce jour (Vie) : Parole de DIEU   Lun 20 Juin 2016 - 22:32

Bonjour à vous tous, amis qui aimez la Parole de Vie, goûtez et voyez comme est bon le Seigneur !
Bonjour Nicolas, Merci !



Mardi 21 juin 2016 : Le mardi de la 12e semaine du temps ordinaire
Tout ce que vous voulez que les gens fassent pour vous,
vous aussi, faites–le de même pour eux : c’est là la Loi et les Prophètes.


Saint Julien de Cilicie

Saint John Rigby martyr en Angleterre (+ 1600) parmi les Quarante martyrs d'Angleterre et du Pays de Galles entre 1535 et 1679

Saint Aubain de Mayence, Martyr (✝ v. 400)

Saint Louis de Gonzague, Jésuite (1568-1591)

Les saints du jour (Mardi 21 juin)



Homélie :

« Ne donnez pas aux chiens ce qui est sacré ; ne jetez pas vos perles aux pourceaux, de peur qu’ils ne les piétinent, puis se retournent pour vous déchirer.

« Ne donnez pas aux chiens ce qui est sacré ! » Ce qui est sacré, c’est la personne humaine, toute personne est une histoire sacrée. Les perles précieuses sont les dons merveilleux que Dieu a mis en nous. Chacun de nous est rempli de richesses. C’est ainsi que nous pouvons comprendre les recommandations de Jésus. Le collier de perles précieuses se constitue en honorant les dons que nous laissons fructifier, en les offrant à Dieu pour qu’il les fasse grandir. C’est ainsi que nous commençons le cheminement de notre vie, en nous respectant nous-mêmes, en considérant l’œuvre de Dieu en nous. Nous voulons laisser grandir la beauté de Dieu qui nous constitue. Elle est ce parfum précieux qu’il nous faut savoir conserver dans un flacon bien fermé, pour ne pas le répandre en vain. Un jour viendra où le parfum pourra être répandu, mais pas n’importe comment, pas pour n’importe qui. Nous sommes le miroir de Dieu qui resplendit du Soleil de Justice. « Ce qui est sacré, ne le donnez pas aux chiens, vos perles ne les donnez pas aux pourceaux. » En nous resituant dans l’adoration et la contemplation, les merveilles que Dieu a faites pour nous, réalisent notre condition chrétienne !

« Demandez, on vous donnera ; cherchez, vous trouverez ; frappez, on vous ouvrira.

En effet, quiconque demande reçoit ; qui cherche trouve ; à qui frappe, on ouvrira. Ou encore : lequel d’entre vous donnera une pierre à son fils quand il lui demande du pain ? Notre secret est l’amour infini de Dieu qui bat dans notre cœur. C’est en lui, que dans le Christ, sont vaincu tout obstacle à l’amour. Ce qui est sacré, c’est l’amour de Dieu qui est avant tout un secret, que nous recevons, et pouvons donner. Nous le donnons dans la discrétion de notre Père des Cieux, de Jésus, du Saint Esprit. Cette discrétion dans le silence, nous donne d’entrer dans l’action de grâce, dans l’Eucharistie. Si nous cheminons sur ce chemin d’humilité, nous rassemblons les trésors que Dieu nous donne, dans la réception profonde de cette singularité qui nous appelle. Alors nous pouvons réaliser le travail précieux de d’approfondissement et d’intensité de notre être, et nous cherchons à aider d’autres sur ce chemin. Notre chemin d’humanisation passe par l’aide au chemin d’humanisation de l’autre. En surabondance d’être avec lui, mon prochain, je dois chercher à me trouver à la bonne distance de lui, à le respecter pour l’aider à devenir lui aussi, sur son chemin de singularité.

« Donc, tout ce que vous voudriez que les autres fassent pour vous, faites-le pour eux, vous aussi : voilà ce que disent la Loi et les Prophètes.

« Entrez par la porte étroite. Elle est grande, la porte, il est large, le chemin qui conduit à la perdition ; et ils sont nombreux, ceux qui s’y engagent. Mais elle est étroite, la porte, il est resserré, le chemin qui conduit à la vie ; et ils sont peu nombreux, ceux qui le trouvent. Dès lors que je sens en moi l’épanouissement que Dieu veut, je m’efforce de le respecter, de le laisser croître. Mon cheminement n’est plus indifférent, je ne vagabonde plus, je marche sur mon chemin, à l’écoute de ce qui en moi, ou dans la rencontre de l’autre, me parle vraiment, me donne de m’ouvrir à la promesse de Dieu pour moi, mais aussi pour tous les autres. Sur ce chemin « étroit, » je rencontre la parole de Jésus, je réalise alors combien elle est vivante, combien elle m’indique la beauté de la Vie qui se donne. Dans l’amour de Dieu, nous nous regardons les uns les autres avec grand respect, temple de l’Esprit Saint, demeure du Dieu vivant, Père, Fils et Saint-Esprit. Dieu nous a créés avec amour, il nous introduit dans sa surabondance d’amour. Pour demeurer dans cet amour nous veillons sur toutes nos pensées afin qu’elles soient en Jésus-Christ. Alors nous demeurons dans la pensée de Jésus et nous avons les uns pour les autres des pensées favorables, pensées de bénédiction et de bonheur.


Citation :
Nous demandons la grâce de faire du bonheur autour de nous.


Père Gilbert Adam
Homélies et Le Pauvre qui guérit


Source :



Origène (v. 185-253), prêtre et théologien
Homélies sur l'Exode, n°5, 3 ; SC 321 (trad. SC p. 157 rev.)


« Il est resserré, le chemin qui conduit à la vie »

Voyons ce que Dieu a dit à Moïse, quelle route il a eu ordre de choisir... Tu croyais peut-être que le chemin que Dieu montre est uni et facile, qu'il ne comporte absolument rien de difficile ou de pénible ; au contraire, c'est une montée, et une montée tortueuse. Car le chemin par où on tend aux vertus ne va pas en descendant, mais en montant, et c'est une montée resserrée et difficile. Écoute le Seigneur encore dire dans l'Évangile : « Combien étroite et resserrée est la voie qui mène à la vie ! » Vois donc combien l'Évangile est en harmonie avec la Loi... N'est-il pas vrai que même des aveugles peuvent le voir clairement : un seul Esprit a écrit la Loi et l'Évangile.

     Le chemin où on s'avance est donc une montée tortueuse...; les actes et la foi comportent bien des difficultés, bien des peines. Car bien des tentations et bien des obstacles s'opposent à ceux qui veulent agir selon Dieu. Ensuite, dans la foi, on trouve bien des choses tortueuses, beaucoup de points de discussion, bien des objections d'hérétiques... Écoute ce que dit Pharaon en voyant la route que Moïse et les Israélites avaient prise : « Ces gens-là s'égarent » (Ex 14,3). Pour Pharaon, ceux qui suivent Dieu s'égarent. C'est que, on l'a dit, le chemin de la sagesse est tortueux, avec maints tournants, maintes difficultés, nombre de détours. Ainsi, confesser qu'il y a un seul Dieu, et affirmer dans la même confession que le Père, le Fils et Saint Esprit sont un seul Dieu, combien tortueux, combien difficile, combien inextricable cela paraît-il aux infidèles ! Ajouter ensuite que « le Seigneur de majesté » a été crucifié (1Co 2,8.), et qu'il est le Fils de l'homme « qui descendit du ciel » (Jn 3,13), combien cela paraît tortueux et combien difficile ! Qui l'entend sans la foi dit : « Ces gens-là s'égarent ». Mais toi, sois ferme, ne mets pas en doute une telle foi, sachant que Dieu te montre cette route de la foi.



Evangelizo.org












Quand je dis Dieu c'est un poème, c'est une étoile dans ma vie,
du feu qui coule dans mes veines, un grand soleil pour aujourd'hui !



Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Donne-nous notre Pain de ce jour (Vie) : Parole de DIEU   Mar 21 Juin 2016 - 19:34

Bonsoir Lumen,

Bonsoir à toutes et à tous,





Mercredi 22 Juin 2016

Saint Jean Fisher, Évêque et Saint Thomas More ; Martyrs
Morts en 1535. Jean Fisher, Évêque de Rochester, et Thomas More, chancelier d’Angleterre, furent tous deux décapités à cause de leur opposition au schisme du roi Henri VIII.

Saint Paulin de Nole, Évêque

12ième semaine du Temps Ordinaire
(Couleur liturgique : Vert )
Année C







(Première lecture)
Deuxième Livre des Rois 22 : 8 à 13 ; 23 : 1 à 3


« Le roi lut devant eux toutes les PAROLES du LIVRE de l’ALLIANCE retrouvé dans la MAISON DU SEIGNEUR et il conclut l’Alliance en présence du SEIGNEUR »

En ces jours-là,
le grand prêtre Helcias dit au secrétaire Shafane :
« J’ai trouvé le LIVRE de la Loi
dans la MAISON DU SEIGNEUR. »
Et Helcias donna le LIVRE à Shafane.
Celui-ci le lut.
Puis, le secrétaire Shafane alla chez le roi Josias
et lui rendit compte de ce qui s’était passé.
Il déclara :
« L’argent trouvé dans la Maison,
tes serviteurs l’ont versé et remis
entre les mains des maîtres d’œuvre,
préposés à la MAISON DU SEIGNEUR. »
Alors Shafane, le secrétaire, annonça au roi :
« Le prêtre Helcias m’a donné un LIVRE. »
Et Shafane fit au roi la lecture de ce LIVRE.

Après avoir entendu les PAROLES DU LIVRE de la Loi,
le roi déchira ses vêtements.
Il donna cet ordre au prêtre Helcias,
à son secrétaire et à ses serviteurs :
« Allez consulter le SEIGNEUR
pour moi, pour le peuple et pour tout Juda
au sujet des PAROLES de ce LIVRE qu’on vient de retrouver.
La fureur du SEIGNEUR est grande :
elle s’est enflammée contre nous
parce que nos pères n’ont pas obéi aux PAROLES de ce LIVRE
et n’ont pas pratiqué tout ce qui s’y trouve. »

Le roi fit convoquer auprès de lui
tous les anciens de Juda et de Jérusalem.
Il monta à la MAISON DU SEIGNEUR avec tous les gens de Juda,
tous les habitants de Jérusalem,
les prêtres et les Prophètes,
et tout le peuple, du plus petit au plus grand.
Il lut devant eux toutes les PAROLES DU LIVRE de l’ALLIANCE
retrouvé dans la MAISON DU SEIGNEUR.
Debout sur l’estrade,
le roi conclut l’Alliance en présence du SEIGNEUR.
Il s’engageait à suivre le SEIGNEUR
en observant SES COMMANDEMENTS, SES ÉDITS ET SES DÉCRETS,
de tout son cœur et de toute son âme,
accomplissant ainsi les PAROLES de l’ALLIANCE
inscrites dans ce LIVRE.
Et tout le peuple s’engagea dans l’ALLIANCE.

– PAROLE du SEIGNEUR.


Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris






MYSTÈRE et MERVEILLE de la LOI de DIEU


Psaume 118 (119) , entièrement




Psaume 118 (119) : 33 et 34, 35 et 36, 37 et 40


R/ Enseigne-moi, SEIGNEUR,
le CHEMIN de TES ORDRES.


Enseigne-moi, SEIGNEUR, le chemin de TES ORDRES ;
à les garder, j’aurai ma récompense.
Montre-moi comment garder TA LOI,
que je l’observe de tout cœur.
R/

Guide-moi sur la VOIE de TES VOLONTÉS,
là, je me plais.
Incline mon cœur vers TES EXIGENCES,
non pas vers le profit.
R/

Détourne mes yeux des idoles :
que TES CHEMINS me fassent vivre.
Vois, j’ai désiré TES PRÉCEPTES :
par TA JUSTICE fais-moi vivre.
R/

Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris






Évangile de JÉSUS-CHRIST selon Saint Matthieu 7 : 15 à 20

Acclamation de l’Évangile :
Alléluia. Alléluia.
Demeurez en Moi, comme Moi en vous, dit le SEIGNEUR ;
celui qui demeure en Moi porte beaucoup de fruit.
Alléluia.

(Jn 15, 4a.5b)




« C’est à leurs fruits que vous les reconnaîtrez »

En ce temps-là,
JÉSUS disait à Ses Disciples :
« Méfiez-vous des faux prophètes
qui viennent à vous déguisés en brebis,
alors qu’au-dedans ce sont des loups voraces.
C’est à leurs fruits que vous les reconnaîtrez.
Va-t-on cueillir du raisin sur des épines,
ou des figues sur des chardons ?
C’est ainsi que tout arbre bon donne de beaux fruits,
et que l’arbre qui pourrit donne des fruits mauvais.
Un arbre bon ne peut pas donner des fruits mauvais,
ni un arbre qui pourrit donner de beaux fruits.
Tout arbre qui ne donne pas de beaux fruits
est coupé et jeté au feu.
Donc, c’est à leurs fruits que vous les reconnaîtrez. »

– Acclamons la PAROLE de DIEU.


Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris









Textes du jour, lu sur :
Les services de la liturgie Catholique

http://www.aelf.org/office-messe?date_my=22/06/2016


Liens :
http://www.aelf.org/office-messe
http://services.liturgiecatholique.fr/






Amicalement, fraternellement
Nicolas

Revenir en haut Aller en bas
Lumen
Admin
avatar

Messages : 4231
Date d'inscription : 18/10/2014
Localisation : France

MessageSujet: Re: Donne-nous notre Pain de ce jour (Vie) : Parole de DIEU   Mar 21 Juin 2016 - 22:44

Bonjour à vous tous, amis qui aimez la Parole de Vie, goûtez et voyez comme est bon le Seigneur !
Bonjour Nicolas, Merci !


Homélie :

"Méfiez-vous des faux prophètes qui viennent à vous déguisés en brebis, alors qu’au-dedans ce sont des loups voraces. C’est à leurs fruits que vous les reconnaîtrez. Va-t-on cueillir du raisin sur des épines, ou des figues sur des chardons ?

Jésus prend ainsi l’image de la nature, celle de l’arbre qui donne des fruits pour nous faire grandir dans la bonté. Nous avons besoin d’un regard de proximité « complice » pour contempler l’autre, s’émouvoir et s’arrêter devant lui, chaque fois que cela est nécessaire. C’est dans notre vie de tous les jours ou se joue ces réalités des bons fruits et des mauvais fruits, ce n’est pas simple. Nous pourrions croire ces affirmations simplistes, mais elles ne le sont pas du tout. Il y a de bons arbres qui dégénèrent et finissent par donner de mauvais fruits et il y a aussi de mauvais arbres qui changent et donnent de bons fruits. Le bon est bon, celui qui fait le bien ne se fatigue pas, et ne cède pas à la tentation de faire le mal. Jésus a souffert de ceux qui ont pris l’apparence des messagers de Dieu et qui appartiennent au menteur ! Ils se sont donné l’habit du berger et, « au dedans, » ce sont des loups voraces. C’est la perversion de l’intériorité qui se donne à voir, mais nous pouvons les reconnaître à leurs actes mauvais. Ainsi, nous voulons rendre présent le parfum de la présence proche de Jésus et son regard personnel. Nous nous initions à cet « art de discernement », pour apprendre à toujours ôter nos sandales devant la terre sacrée de l’autre.

"C’est ainsi que tout arbre bon donne de beaux fruits, et que l’arbre qui pourrit donne des fruits mauvais. Un arbre bon ne peut pas donner des fruits mauvais, ni un arbre qui pourrit donner de beaux fruits."

C’est dans la crainte de Dieu qu’est gardée la vigne du Seigneur et la bonté qui se donne à travers les œuvres bonnes. Par expérience, ce qui est bon est reconnu comme tel, grâce aux actes et non aux paroles. Jésus a revêtu notre humanité pour la rendre « bonne, » portant des fruits d’amour et de concorde. A partir de la création de Dieu, nous sommes éduqués par la bonté de Dieu qui donne de bonnes choses à ses enfants ! Plus que jamais, dans notre vie, dans la docilité à l’Esprit Saint, l’expérience d’accompagnement nous donne la prudence, la capacité de compréhension, pour protéger les brebis qui se confient à nous, des loups qui tentent de disperser le troupeau. Nous avons besoin de nous exercer à l’art de l’écoute, qui est plus que le fait d’entendre. Dans la communication avec l’autre, la capacité du cœur rend possible la proximité, sans laquelle il n’existe pas une véritable rencontre spirituelle.

Tout arbre qui ne produit pas de beau fruit est coupé et jeté au feu. C’est donc à leurs fruits que vous les reconnaîtrez.

Par sa Passion et sa Résurrection, Jésus est venu détruire en nous le mal dans sa racine. Revenus d’entre les morts, il nous délivre de la peur et de la mort. Nous pouvons désormais le reconnaître à sa douceur et son humilité. Jésus nous donne de porter de bons fruits de Paix et d’amour. L’écoute nous aide à découvrir le geste et la parole opportune qui nous secouent de la tranquille condition de spectateurs. C’est seulement à partir de cette écoute respectueuse, capable de compatir, que nous pouvons trouver les chemins pour une croissance authentique. Répondre pleinement à l’amour de Dieu avec la soif de développer le meilleur de ce que Dieu a semé dans notre propre vie. La foi devient crédible par le biais de nos actions : « Montre-moi donc ta foi qui n’agit pas ; moi, c’est par mes actes que je te montrerai ma foi, » dit saint Jacques


Citation :
Nous demandons la grâce de demeurer dans cet amour nouveau que Jésus est venu nous apporter.


Père Gilbert Adam
Homélies et Le Pauvre qui guérit


Source :



Bienheureuse Teresa de Calcutta (1910-1997), fondatrice des Sœurs Missionnaires de la Charité
No Greater Love (trad. Pas de plus grand amour, Lattès 1997, p. 78)


Porter de beaux fruits

Si quelqu'un ressent que Dieu lui demande de s'engager dans la réforme de la société, c'est là une question entre lui et son Dieu. Nous avons tous le devoir de servir Dieu là où nous nous sentons appelés. Je me sens appelée au service des individus, à aimer chaque être humain. Jamais je ne pense en terme de masse, de groupe, mais toujours selon les personnes. Si je pensais aux foules, je n'entamerais jamais rien ; c'est la personne qui compte ; je crois aux rencontres face à face.

     La plénitude de notre cœur transparaît dans nos actes : comment je me comporte avec ce lépreux, comment je me comporte avec cet agonisant, comment je me comporte avec ce SDF. Parfois, il est plus difficile de travailler avec les clochards qu'avec les mourants de nos hospices, car ces derniers sont apaisés, dans l'expectative, prêts à partir vers Dieu. On peut s'approcher du malade, du lépreux, et être convaincu que l'on touche au corps du Christ. Mais lorsqu'il s'agit d'un ivrogne qui braille, il est plus difficile de penser que l'on est face à Jésus caché en lui. Combien pures, aimantes doivent être nos mains pour manifester de la compassion à ces êtres-là !

     Voir Jésus dans la personne la plus spirituellement démunie requiert un cœur pur. Plus défigurée sera l'image de Dieu dans une personne, plus grandes devront être la foi et la vénération dans notre quête du visage de Jésus et dans notre ministère d'amour auprès de lui... Faisons-le avec un sentiment de profonde reconnaissance et de piété. À la mesure du caractère répugnant de la tâche doivent être l'amour et la joie à servir.















Quand je dis Dieu c'est un poème, c'est une étoile dans ma vie,
du feu qui coule dans mes veines, un grand soleil pour aujourd'hui !


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Donne-nous notre Pain de ce jour (Vie) : Parole de DIEU   Mer 22 Juin 2016 - 19:24

Bonsoir Lumen,

Bonsoir à toutes et à tous,






Jeudi 23 Juin 2016

De la férie

12ième semaine du Temps Ordinaire
(Couleur liturgique : Vert )
Année C







(Première lecture)
Deuxième Livre des Rois 24 : 8 à 17


« Le roi Jékonias et tous les soldats furent déportés à Babylone par le roi Nabucodonosor »

Jékonias avait dix-huit ans lorsqu’il devint roi,
et il régna trois mois à Jérusalem.
Sa mère s’appelait Nehoushta, fille d’Elnatane ;
elle était de Jérusalem.
Il fit ce qui est mal aux YEUX du SEIGNEUR,
tout comme avait fait son père.
En ce temps-là, les troupes de Nabucodonosor, roi de Babylone,
montèrent contre Jérusalem, et la ville fut assiégée.
Le roi de Babylone vint en personne attaquer la ville
que son armée assiégeait.
Alors, Jékonias, roi de Juda,
avec sa mère, ses serviteurs, ses officiers et ses dignitaires,
se rendit au roi de Babylone, qui les fit prisonniers.
C’était en la huitième année du règne de Nabucodonosor.
Celui-ci emporta tous les trésors de la MAISON DU SEIGNEUR
avec ceux de la maison du roi.
Il brisa tous les objets en or
que Salomon, roi d’Israël, avait fait faire pour le Temple.
Tout cela, le SEIGNEUR l’avait annoncé.
Nabucodonosor déporta tout Jérusalem,
tous les officiers et tous les vaillants guerriers,
soit dix mille hommes,
sans compter tous les artisans et forgerons :
on ne laissa sur place que la population la plus pauvre.
Le roi Jékonias fut déporté à Babylone
avec la reine mère, les épouses royales,
les dignitaires, l’élite du pays :
tous partirent en exil de Jérusalem à Babylone.
Tous les soldats, au nombre de sept mille,
les artisans et les forgerons au nombre de mille,
tous ceux qui pouvaient combattre,
furent déportés à Babylone par le roi Nabucodonosor.
Celui-ci fit roi, à la place de Jékonias, son oncle Mattanya,
dont il changea le nom en celui de Sédécias.

– PAROLE du SEIGNEUR.


Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris






Viens à notre aide, nous sommes tombés bien bas


Psaume appartenant au recueil d’Assaf.

Psaume 78 (79) , entièrement




Psaume 78 (79) : 1, 2, 3, 4 et 5, 8, 9


R/ Pour la GLOIRE DE TON NOM,
SEIGNEUR, délivre-nous !


DIEU, les païens ont envahi Ton Domaine ;
ils ont souillé TON TEMPLE SACRÉ
et mis Jérusalem en ruines.
R/

Ils ont livré les cadavres de tes serviteurs
en pâture aux rapaces du ciel
et la chair de tes fidèles, aux bêtes de la Terre.
R/

Ils ont versé le sang comme l’eau
aux alentours de Jérusalem :
les morts restaient sans sépulture.
R/

Nous sommes la risée des voisins,
la fable et le jouet de l’entourage.
Combien de temps, SEIGNEUR, durera ta colère
et brûlera le feu de ta jalousie ?
R/

Ne retiens pas contre nous les péchés de nos ancêtres :
que nous vienne bientôt TA TENDRESSE,
car nous sommes à bout de force !
R/

Aide-nous, DIEU NOTRE SAUVEUR,
pour la GLOIRE DE TON NOM !
Délivre-nous, efface nos fautes,
pour la CAUSE DE TON NOM !
R/

Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris






Évangile de JÉSUS-CHRIST selon Saint Matthieu 7 : 21 à 29

Acclamation de l’Évangile :
Alléluia. Alléluia.
Si quelqu’un M’aime, il gardera MA PAROLE, dit le SEIGNEUR ;
MON PÈRE l’aimera, et nous viendrons vers lui.
Alléluia.

(Jn 14, 23)




« La maison construite sur le roc et la maison construite sur le sable »

En ce temps-là,
JÉSUS disait à Ses Disciples :
« Ce n’est pas en Me disant : “SEIGNEUR, SEIGNEUR !”
qu’on entrera dans le Royaume des Cieux,
mais c’est en faisant la VOLONTÉ DE MON PÈRE qui est aux Cieux.
Ce jour-là, beaucoup Me diront :
“SEIGNEUR, SEIGNEUR,
n’est-ce pas en TON NOM que nous avons prophétisé,
en TON NOM que nous avons expulsé les démons,
en TON NOM que nous avons fait beaucoup de miracles ?”
Alors Je leur déclarerai :
“Je ne vous ai jamais connus.
Écartez-vous de Moi, vous qui commettez le mal !”

Ainsi, celui qui entend les PAROLES que Je dis là
et les met en pratique
est comparable à un homme prévoyant
qui a construit sa maison sur le roc.
La pluie est tombée, les torrents ont dévalé,
les vents ont soufflé et se sont abattus sur cette maison ;
la maison ne s’est pas écroulée,
car elle était fondée sur le roc.
Et celui qui entend de Moi CES PAROLES
sans Les mettre en pratique
est comparable à un homme insensé
qui a construit sa maison sur le sable.
La pluie est tombée, les torrents ont dévalé,
les vents ont soufflé, ils sont venus battre cette maison ;
la maison s’est écroulée,
et son écroulement a été complet. »

Lorsque JÉSUS eut terminé CE DISCOURS,
les foules restèrent frappées de SON ENSEIGNEMENT,
car IL les enseignait en Homme qui a autorité,
et non pas comme leurs scribes.

– Acclamons la PAROLE de DIEU.


Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris










Textes du jour, lu sur :
Les services de la liturgie Catholique

http://www.aelf.org/office-messe?date_my=23/06/2016


Liens :
http://www.aelf.org/office-messe
http://services.liturgiecatholique.fr/






Amicalement, fraternellement
Nicolas

Revenir en haut Aller en bas
Lumen
Admin
avatar

Messages : 4231
Date d'inscription : 18/10/2014
Localisation : France

MessageSujet: Re: Donne-nous notre Pain de ce jour (Vie) : Parole de DIEU   Mer 22 Juin 2016 - 21:08

Bonjour à vous tous, amis qui aimez la Parole de Vie, goûtez et voyez comme est bon le Seigneur !
Bonjour Nicolas, Merci !


Homélie :

Ce jour-là, beaucoup me diront : “Seigneur, Seigneur, n’est-ce pas en ton nom que nous avons prophétisé, en ton nom que nous avons expulsé les démons, en ton nom que nous avons fait beaucoup de miracles ?”

Alors je leur déclarerai : “Je ne vous ai jamais connus. Écartez-vous de moi, vous qui commettez le mal !” Jésus les instruisait comme quelqu’un qui a de l’autorité, et non pas comme leurs scribes. L’affirmation de Jésus nous éclaire : "Il ne suffit pas de me dire : ‘Seigneur, Seigneur !’" Cette affirmation exige de nous la responsabilité dans notre condition chrétienne. Elle nous fait sentir l’urgence de témoigner de notre foi. A l’agonie, moment si difficile, Jésus dira au Père : "Non pas ma volonté, mais la tienne," Jésus expérimente pour nous la difficulté de s’en remettre à un autre dans la nuit de la confiance totale. Accomplir la volonté du Père est toute l’œuvre de Jésus : "Pour que le monde soit sauvé !" La raison de la venue de Jésus dans notre chair humaine est cette possibilité de détermination de notre volonté à la volonté du Père pour devenir l’enfant confiant et chéri de son cœur. Nous pouvons en effet faire des œuvres grandes et belles, mais elles ne sont valables que si elles entrent dans le plan de l’amour infini de Dieu. En effet l’ange de ténèbres peut se changer en ange de lumière et nous faire illusion en accomplissant notre propre volonté. Ce n’est pas l’œuvre de Dieu qui est réalisée : "Alors je leur déclarerai : « Je ne vous ai jamais connus ; éloignez– vous de moi, vous qui faites le mal ! » Il y a là pour nous un enseignement puissant qui s’appuie sur l’expérience que nous avons de l’amour de Jésus !

"Ainsi, celui qui entend les paroles que je dis là et les met en pratique est comparable à un homme prévoyant qui a construit sa maison sur le roc.

La pluie est tombée, les torrents ont dévalé, les vents ont soufflé et se sont abattus sur cette maison ; la maison ne s’est pas écroulée, car elle était fondée sur le roc. Le Roc, c’est le Christ qui nous est donné dans sa Passion et sa Résurrection. Il a affronté "la volonté propre" de l’homme esclave du menteur, les forces de mort qui minent l’œuvre d’amour du Père pour les délivrer. C’est la grande œuvre de la Croix qui nous a sauvé et qui nous donne de tenir bon : "La pluie est tombée, les torrents sont venus, les vents ont soufflé et se sont précipités sur cette maison" Le Christ a tenu bon, fidèle à la volonté d’amour du cœur de notre Père. Nous sommes cette maison qui n’est pas tombée, nous demeurons fondés sur le Roc. La clarté du message, unie à la force de la charité, manifeste l’autorité de Jésus, qui étonnait ses contemporains. Notre prière et notre contemplation aujourd’hui, doivent être accompagnée d’une réflexion sérieuse. Comment je parle et j’agis dans ma vie, comment je concrétise mon témoignage ? Comment je traduis le commandement de l’amour dans ma vie ? Ce ne sont ni les paroles, ni les prières sans engagement qui comptent, mais l’effort pour vivre selon l’Amour infini de Dieu.

"Et celui qui entend de moi ces paroles sans les mettre en pratique est comparable à un homme insensé qui a construit sa maison sur le sable."

La pluie est tombée, les torrents ont dévalé, les vents ont soufflé, ils sont venus battre cette maison ; la maison s’est écroulée, et son écroulement a été complet. » Lorsque Jésus eut terminé ce discours, les foules restèrent frappées de son enseignement, car il les enseignait en homme qui a autorité, et non pas comme leurs scribes. Construire sa maison sur la roche est une image claire qui nous invite à attacher du prix à notre engagement de foi. Il ne peut se limiter à de belles paroles, mais doit se fonder sur l’autorité des œuvres imprégnées de charité. Tout ce que nous faisons doit être imprégné de l’amour infini de Dieu. Si belle que soit notre attitude, elle n’a pas de valeur ni de mérite sans la charité. La pureté sans l’amour est comme une lampe sans huile. Qu’elle est belle la sagesse unie à l’amour ! C’est cet amour dont nous parle l’Apôtre, qui provient d’un cœur pur, d’une conscience droite et d’une foi sincère. C’est par sa Passion, l’expérience du don de soi pour nous, et pour la glorification du Père que Jésus nous enseigne. Nous voulons nous mettre à son école.


Citation :
Nous demandons la grâce de demeurer dans cet amour nouveau que Jésus est venu nous apporter.


Père Gilbert Adam
Homélies et Le Pauvre qui guérit


Source :



Saint Benoît (480-547), moine, copatron de l'Europe
Règle, Prologue 19-38 (trad. Rochais, Eds. cisterciennes 1980, p. 7 rev.)


« Pour entrer dans le Royaume des cieux..., il faut faire la volonté de mon Père »

Quoi de plus doux pour nous, frères, que la voix du Seigneur qui nous invite ? Voici que, dans sa tendresse, le Seigneur nous indique le chemin de la vie... Si nous voulons habiter dans la demeure de son Royaume, hâtons-nous par de bonnes actions, sinon nous n'y parviendrons jamais. Avec le prophète, interrogeons le Seigneur en ces termes : « Seigneur, qui habitera en ta demeure et qui reposera sur ta sainte montagne ? » (Ps 14,1) A cette question, frères, écoutons le Seigneur répondre et nous montrer le chemin vers cette demeure : « Celui qui se conduit parfaitement et agit avec justice, qui dit la vérité du fond du cœur..., qui ne fait pas de mal à son prochain et n'admet pas qu'on déshonore son voisin » (v. 2-3)...

     Dans la crainte du Seigneur, ces hommes-là ne se vantent pas de leur bonne conduite ; ils estiment que ce qu'il y a de bien en eux ne peut être de leur fait, mais vient du Seigneur... : « Non pas à nous, Seigneur, non pas à nous, mais à ton nom donne la gloire » (Ps 113b,1). Ainsi l'apôtre Paul disait : « C'est par la grâce de Dieu que je suis ce que je suis » (1Co 15,10)... Et le Seigneur dit dans l'Évangile : « Celui qui entend ces paroles et les met en pratique, je le comparerai à un homme avisé qui a construit sa maison sur le roc. Les torrents sont venus, les vents ont soufflé, ils se sont rués sur cette maison, et elle ne s'est pas écroulée, parce qu'elle était bâtie sur le roc ».

     Ceci dit, le Seigneur attend de nous que, chaque jour, nous répondions à ses saints conseils par des actes. Car les jours de cette vie nous sont donnés comme un délai pour corriger ce qui est mauvais en nous ; l'apôtre dit en effet : « Ne sais-tu pas que Dieu n'est patient que pour t'amener à changer de vie ? » (Rm 2,4) Et le Seigneur dit dans sa tendresse : « Je ne veux pas la mort du pécheur, mais qu'il se convertisse et qu'il vive » (Ez 18,23).















Quand je dis Dieu c'est un poème, c'est une étoile dans ma vie,
du feu qui coule dans mes veines, un grand soleil pour aujourd'hui !



Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Donne-nous notre Pain de ce jour (Vie) : Parole de DIEU   Jeu 23 Juin 2016 - 19:03

Bonsoir Lumen,

Bonsoir à toutes et à tous,




Vendredi 24 Juin 2016


Nativité de Saint Jean Baptiste
Solennité


12ième semaine du Temps Ordinaire
(Couleur liturgique : Blanc )
Année C







(Première lecture)
Livre du Prophète Isaïe 49 : 1 à 6


« Je fais de toi la lumière des nations »

Écoutez-moi,
îles lointaines !
Peuples éloignés, soyez attentifs !
J’étais encore dans le sein maternel
quand le SEIGNEUR m’a appelé ;
j’étais encore dans les entrailles de ma mère
quand IL a prononcé mon nom.
IL a fait de ma bouche une épée tranchante,
IL m’a protégé par l’ombre de Sa MAIN ;
IL a fait de moi une flèche acérée,
IL m’a caché dans Son CARQUOIS.
IL m’a dit :
« Tu es mon serviteur, Israël,
en toi Je manifesterai Ma SPLENDEUR. »
Et moi, je disais :
« Je me suis fatigué pour rien,
c’est pour le néant, c’est en pure perte
que j’ai usé mes forces. »
Et pourtant, mon droit subsistait auprès du SEIGNEUR,
ma récompense, auprès de mon DIEU.
Maintenant le SEIGNEUR parle,
LUI qui m’a façonné dès le sein de ma mère
pour que je sois Son Serviteur,
que je LUI ramène Jacob,
que je LUI rassemble Israël.
Oui, j’ai de la valeur aux YEUX du SEIGNEUR,
c’est mon DIEU qui est ma FORCE.
Et IL dit :
« C’est trop peu que tu sois mon Serviteur
pour relever les tribus de Jacob,
ramener les rescapés d’Israël :
Je fais de toi la lumière des nations,
pour que mon SALUT parvienne
jusqu’aux extrémités de la Terre. »


– PAROLE du SEIGNEUR.



Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris






Merci au DIEU LIBÉRATEUR


[Psaume 138 (139) ; entièrement]




Psaume 138 (139) : 1 et 2 et 3b, 13 et 14ab, 14cd et 15ab


R/ Je TE rends grâce, Ô mon DIEU,
pour tant de MERVEILLES.


Qu’ils rendent grâce au SEIGNEUR de SON AMOUR,
qu’ils offrent des sacrifices d’Action de Grâce,
ceux qui ont vu les ŒUVRES du SEIGNEUR
et SES MERVEILLES parmi les océans.
R/


IL parle, et provoque la tempête,
un vent qui soulève les vagues :
portés jusqu’au ciel, retombant aux abîmes,
leur sagesse était engloutie.
R/


Dans leur angoisse, ils ont crié vers le SEIGNEUR,
et LUI les a tirés de la détresse,
réduisant la tempête au silence,
faisant taire les vagues.
R/


Ils se réjouissent de les voir s’apaiser,
d’être conduits au port qu’ils désiraient.
Qu’ils rendent grâce au SEIGNEUR de SON AMOUR,
de SES MERVEILLES pour les hommes.
R/


[center] Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris







(Deuxième lecture)
Livre des Actes des Apôtres 3 : 22 à 26


« Jean le Baptiste a préparé l’AVÈNEMENT de JÉSUS »

En ces jours-là,
dans la synagogue d’Antioche de Pisidie,
Paul disait aux Juifs :
« DIEU a, pour nos pères, suscité David comme roi,
et IL lui a rendu ce témoignage :

J’ai trouvé David, fils de Jessé ;
c’est un homme selon Mon CŒUR
qui réalisera toutes Mes VOLONTÉS.


De la descendance de David,
DIEU, selon la PROMESSE,
a fait sortir un SAUVEUR pour Israël :
c’est JÉSUS,
dont Jean le Baptiste a préparé l’AVÈNEMENT
en proclamant avant LUI un baptême de conversion
pour tout le peuple d’Israël.
Au moment d’achever sa course,
Jean disait :
“Ce que vous pensez que je suis,
je ne le suis pas.
Mais LE VOICI QUI VIENT après moi,
et je ne suis pas digne de retirer les sandales de Ses PIEDS.”
Vous, frères, les fils de la lignée d’Abraham
et ceux parmi vous qui craignent DIEU,
c’est à nous que la PAROLE du SALUT a été envoyée. »


– PAROLE du SEIGNEUR.



Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris








Évangile de JÉSUS-CHRIST selon Saint Luc 1 : 57 à 66, 80

Acclamation de l’Évangile :
Alléluia. Alléluia.

Toi, petit enfant,
tu seras appelé Prophète du TRÈS-HAUT :
tu marcheras devant, en présence du SEIGNEUR,
et tu prépareras Ses CHEMINS.

Alléluia.
(Lc 1, 76)




« Son nom est Jean »

Quand fut accompli le temps où Élisabeth devait enfanter,
elle mit au monde un fils.
Ses voisins et sa famille apprirent
que le SEIGNEUR lui avait montré la GRANDEUR de Sa MISÉRICORDE,
et ils se réjouissaient avec elle.
Le huitième jour, ils vinrent pour la circoncision de l’enfant.
Ils voulaient l’appeler Zacharie, du nom de son père.
Mais sa mère prit la parole et déclara :
« Non, il s’appellera Jean. »
On lui dit :
« Personne dans ta famille ne porte ce nom-là ! »
On demandait par signes au père
comment il voulait l’appeler.
Il se fit donner une tablette sur laquelle il écrivit :
« Jean est son nom. »
Et tout le monde en fut étonné.
À l’instant même, sa bouche s’ouvrit, sa langue se délia :
il parlait et il bénissait DIEU.
La crainte saisit alors tous les gens du voisinage
et, dans toute la région montagneuse de Judée,
on racontait tous ces événements.
Tous ceux qui les apprenaient
les conservaient dans leur cœur et disaient :
« Que sera donc cet enfant ? »
En effet, la MAIN du SEIGNEUR était avec lui.

L’enfant grandissait
et son esprit se fortifiait.
Il alla vivre au désert
jusqu’au jour où il se fit connaître à Israël.


– Acclamons la PAROLE de DIEU.



Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris








Textes du jour, lu sur :
Les services de la liturgie Catholique

http://www.aelf.org/office-messe?date_my=24/06/2016


Liens :
http://www.aelf.org/office-messe
http://services.liturgiecatholique.fr/






Amicalement, fraternellement
Nicolas

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Donne-nous notre Pain de ce jour (Vie) : Parole de DIEU   

Revenir en haut Aller en bas
 
Donne-nous notre Pain de ce jour (Vie) : Parole de DIEU
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 6 sur 18Aller à la page : Précédent  1 ... 5, 6, 7 ... 12 ... 18  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
À Toi NOTRE PÈRE par les Saints Cœurs de JÉSUS, MARIE et JOSEPH.. :: LA SAINTE BIBLE, LES SAINTES ECRITURES :: Notre Pain de ce jour (Vie) : Parole de DIEU-
Sauter vers: