À Toi NOTRE PÈRE par les Saints Cœurs de JÉSUS, MARIE et JOSEPH..

Forum Catholique sous la protection de Saint Michel, faisant mémoire de Sylvie la fondatrice, Prières, Dévotions au Sacré Coeur, au Coeur Immaculé de Marie, au Coeur Chaste de Joseph et autres, Fidélité aux 3 Blancheurs et au Magistère de l'Eglise...
 
AccueilPortailS'enregistrerConnexion
Derniers sujets
» Prions aux intentions du Pape, défis de l'humanité
par Lumen Aujourd'hui à 15:55

» Je bénirai le Seigneur ...
par Lumen Aujourd'hui à 15:12

» ROSAIRE PERPÉTUEL
par Lumen Aujourd'hui à 14:53

» Jésus nous livre un grand secret : prier sans se décourager...
par Lumen Aujourd'hui à 14:50

» Neuvaine au Christ Roi de l'Univers : Du 16 au 26 novembre
par Lumen Aujourd'hui à 14:29

» Donne-nous notre Pain de ce jour (Vie) : Parole de DIEU*
par Lumen Aujourd'hui à 14:13

» La vision du Ciel de Saint André le fol en Christ
par Raphaël de l'Enfant Jésus Aujourd'hui à 11:54

» 56 apparitions de Marie pour demander d’une manière nouvelle l’Esprit Saint (II)
par Raphaël de l'Enfant Jésus Aujourd'hui à 10:24

» Pensée du jour: En acceptant Mon Amour, le mal et la souffrance sont vaincus.
par Raphaël de l'Enfant Jésus Aujourd'hui à 10:03

» Le Point Culminant
par Lumen Hier à 20:45

» Prières
par Raphaël de l'Enfant Jésus Hier à 20:23

» Une Crise Annoncée ?
par Lumen Hier à 20:20

» Chapelet du vendredi 17 novembre 2017 à Lourdes
par Raphaël de l'Enfant Jésus Hier à 20:14

» Catéchèse du pape Benoît XVI : Psaume 119 (118) "unique dans son genre", qui indique la voie du bonheur
par Lumen Hier à 19:51

» Vers la paix avec la spiritualité franciscaine
par Lumen Hier à 18:44

» Prions pour et avec les malades
par Lumen Hier à 18:12

» Chaque instant est un nouveau départ
par Lumen Hier à 18:01

» Dans la Divine Trinité, la communication est parfaite
par Lumen Hier à 17:47

» Neuvaine de la Présentation de Marie au Temple
par Lumen Hier à 13:07

» Consécration aux Cœurs de Jésus et Marie pour Notre Dame de Fatima
par Lumen Hier à 12:41

» Marie retrouve Jésus au temple
par Lumen Hier à 12:20

» 56 apparitions de Marie pour demander d’une manière nouvelle l’Esprit Saint (I)
par Raphaël de l'Enfant Jésus Hier à 10:15

» Pensée du jour: Apprends à te laisser guider par l'Amour. Je t'aime.
par Raphaël de l'Enfant Jésus Hier à 9:59

» Un grain de sel
par Lumen Jeu 16 Nov 2017 - 21:49

» Où est le Règne de Dieu ?
par Lumen Jeu 16 Nov 2017 - 20:53

» Chapelet du jeudi 16 novembre 2017 à Lourdes
par Raphaël de l'Enfant Jésus Jeu 16 Nov 2017 - 20:17

» Prier avec le Frère Charles de Foucauld
par Lumen Jeu 16 Nov 2017 - 15:24

» « Les religieux de saint Joseph nous ont appris à aimer Notre Dame »
par Raphaël de l'Enfant Jésus Jeu 16 Nov 2017 - 9:49

» Pensée du jour: Mon enfant, Je t'aime! Je t'aime! Je t'aime! Ces mots doivent se graver dans ton âme...
par Raphaël de l'Enfant Jésus Jeu 16 Nov 2017 - 9:16

» La messe n’est pas un spectacle, on a besoin de se préparer en silence
par Raphaël de l'Enfant Jésus Mer 15 Nov 2017 - 19:57

» Prier le "nouveau" Notre-Père
par Lumen Mer 15 Nov 2017 - 19:26

» Refusons la misère
par Lumen Mer 15 Nov 2017 - 18:46

» Clergé: ce qu’est un serviteur inutile, par le cardinal Stella
par Raphaël de l'Enfant Jésus Mer 15 Nov 2017 - 18:35

» Chapelet du mercredi 15 novembre 2017 à Lourdes
par Raphaël de l'Enfant Jésus Mer 15 Nov 2017 - 18:21

» Migrants : « merci pour ce que vous faites »
par Raphaël de l'Enfant Jésus Mer 15 Nov 2017 - 17:58

» Audience générale: la messe, rencontre d’amour
par Raphaël de l'Enfant Jésus Mer 15 Nov 2017 - 17:46

» La visite des mages
par Lumen Mer 15 Nov 2017 - 17:32

» Prier chaque jour
par Lumen Mer 15 Nov 2017 - 13:12

» C'est notre jour de reconnaissance, de merci !
par Lumen Mer 15 Nov 2017 - 12:28

» Notre-Dame-de-la-Paix, l’édifice chrétien le plus large au monde
par Raphaël de l'Enfant Jésus Mer 15 Nov 2017 - 10:30

Qui est en ligne ?
Il y a en tout 26 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 26 Invités :: 2 Moteurs de recherche

Aucun

Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 264 le Jeu 27 Mar 2014 - 20:02

Partagez | 
 

 Donne-nous notre Pain de ce jour (Vie) : Parole de DIEU

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1 ... 9 ... 14, 15, 16, 17, 18  Suivant
AuteurMessage
Lumen
Admin
avatar

Messages : 4231
Date d'inscription : 18/10/2014
Localisation : France

MessageSujet: Re: Donne-nous notre Pain de ce jour (Vie) : Parole de DIEU   Lun 23 Jan 2017 - 9:59

Bonjour à vous tous, amis qui aimez la Parole de Vie, goûtez et voyez comme est bon le Seigneur 
Bonjour Nicolas, Merci !




Lundi 23 janvier 2017 : Le lundi de la 3e semaine du temps ordinaire

L'Église fête : Semaine de prière pour l'unité des chrétiens


Si un royaume est divisé contre lui-même, ce royaume ne peut pas tenir.

Les saints du jour (Lundi 23 janvier)

 Saint Salaman le silencieux ermite en Palestine (+ v. 400)

Saint Jean l'Aumônier Patriarche d'Alexandrie (+ 619)

Sainte Marianne Cope, Américaine, membre des Sœurs de Saint François de Syracuse,
évangélisatrice des lépreux à Molokai (1838-1918).
 

 Bse Marie-Antonie (Teresa Grillo), Veuve Michel, fondatrice :
"Congrégation des Petites Sœurs de la Divine Providence" (1855-1944)

pour approfondir (site en italien) :
>>> Congregazione Piccole Suore della Divina Provvidenza  


Prière avant la lecture

"O Dieu, rends-moi digne de trouver ma joie dans la compréhension du salut opéré par ton Fils bien-aimé. O notre Seigneur, écarte de moi le voile des passions qui couvre les yeux de mon esprit. Allume ta sainte lumière dans mon cœur, pour que mon esprit saisisse le sens intime du texte et que l’œil illuminé de mon âme sonde les saints mystères cachés dans ta Parole. Par ta grâce et ta miséricorde, Seigneur, fais que jamais, ni le jour ni la nuit, ton souvenir ne s’éloigne de mon cœur. Amen." Prière d'un mystique syrien oriental, Gabriel Bunge.




Homélie :

"Les scribes, qui étaient descendus de Jérusalem, disaient : « Il est possédé par Béelzéboul ; c’est par le chef des démons qu’il expulse les démons. »

Les appelant près de lui, Jésus leur dit en parabole : « Comment Satan peut-il expulser Satan ?Si un royaume est divisé contre lui-même, ce royaume ne peut pas tenir.
Des scribes sont descendus de Jérusalem, alertés par leurs condisciples de Capharnaüm, parce que ­Jésus opère des guérisons et pardonne les péchés. Le diagnostic des scribes est terrible, Jésus est possédé par Belzébul, le chef des démons.
L’accusation est odieuse ! C’est de Satan que Jésus détiendrait son pouvoir sur les forces du mal.
Jésus répond par la petite parabole du royaume divisé contre lui-même.
Si le Satan, le Diable, est divisé, il signe sa propre ruine. Nous sommes la maison de Dieu bien défendue.
Jésus exerce sa tendresse et sa miséricorde envers nous toujours. Dans la même attitude d’amour où il nous sauve par sa présence, Jésus glorifie le Père et il nous réconcilie avec lui. Jésus fait sans cesse l’œuvre de Dieu et le Satan n’a pas d’autre armure de combat que nous, si nous refusons de faire l’œuvre de Dieu.


"Si les gens d’une même maison se divisent entre eux, ces gens ne pourront pas tenir. Si Satan s’est dressé contre lui-même, s’il est divisé, il ne peut pas tenir ; c’en est fini de lui."

Mais personne ne peut entrer dans la maison d’un homme fort et piller ses biens, s’il ne l’a d’abord ligoté. Alors seulement il pillera sa maison.
Jésus manifeste qu’il est vraiment le Sauveur des hommes.
Les scribes se trompent grandement quand ils disent : « c’est par le chef des démons qu’il expulse les démons. »
Par sa seule présence Jésus arrête les méfaits de l’adversaire, du Satan.
Ce Satan est inoffensif contre nous si nous lui résistons. Si nous lui refusons ce que nous sommes, son armement de combat lui est alors enlevé immédiatement. La lumière nous est donnée par la Parole de Dieu qui est vivante. Elle est donnée à chacun de nous.
Si l’Adversaire est ainsi enchaîné, comment peut-il faire encore des dégâts ? Il est ligoté certes, mais il est imprudent d’aller dans le « périmètre » de son usurpation, dans la « zone » de son action malfaisante. Il n’est pas chez lui quand il domine l’humanité, il s’est « approprié » la maison de Dieu. « Personne ne peut entrer dans la maison de l’homme fort s’il ne l’a d’abord ligoté. »


Amen, je vous le dis : Tout sera pardonné aux enfants des hommes : leurs péchés et les blasphèmes qu’ils auront proférés. Mais si quelqu’un blasphème contre l’Esprit Saint, il n’aura jamais de pardon. Il est coupable d’un péché pour toujours."  

Jésus parla ainsi parce qu’ils avaient dit : « Il est possédé par un esprit impur. »
C’est un blasphème contre l’Esprit Saint que de ne pas le reconnaître à l’œuvre dans le Christ. Jésus conclut ainsi : « Tout sera pardonné aux fils des hommes, les péchés et les blasphèmes ; Mais si quelqu’un blasphème contre l’Esprit Saint, il reste sans pardon à jamais. »
Ce blasphème contre l’Esprit Saint, c’est la parole des scribes qui avaient dit : « Il est possédé par un esprit impur. » Pour être pardonné, il nous faut croire dans la source même du pardon qu’est l’Esprit Saint, qui est à l’œuvre en Jésus. Jésus, mû par l’Esprit-Saint, est le Fils bien aimé du Père et de Marie.
Le Père réalise son œuvre en Jésus, dans l’Esprit-Saint, il est l’expression parfaite du Père qui libère l’humanité. Il nous faut retrouver la pauvreté et l’humilité de Jésus. A la suite de Jeanne d’Arc devant ses juges, nous disons nous aussi : « Si je ne suis pas dans la vérité, que Dieu m’y mette ! Et si j’y suis que Dieu m’y garde ! »



Citation :
Nous demandons à Dieu la grâce d’une grande douceur et d’une grande humilité.


Père Gilbert Adam
Homélies et Le Pauvre qui guérit

Source :



Origène (v. 185-253), prêtre et théologien
Homélies sur l'Exode, n°1, 5 (trad. Sr Isabelle de la Source, Lire la Bible, Médiaspaul 1990, t. 2, p. 14)


« Il expulse les démons »

Reconnais-le : « en toi s'est levé un nouveau roi, un roi d'Égypte ». C'est lui qui te réquisitionne pour ses travaux, t'oblige à fabriquer pour lui la brique et le mortier. C'est lui qui t'impose contremaîtres et surveillants, lui qui te pousse par le fouet et la verge à des travaux de terre, te force à lui bâtir des villes. C'est lui qui t'incite à parcourir le monde, à remuer terres et mers pour satisfaire tes convoitises...

     Ce roi d'Egypte sait que la guerre est imminente. Il pressent la venue de « celui qui peut dépouiller ses principautés et ses puissances, triompher d'elles avec audace et les clouer au bois de la croix »...; il sent toute proche l'heure de la destruction de son peuple. Voilà pourquoi il déclare : « Le peuple d'Israël est plus puissant que nous ! » Puisse-t-il en dire autant à notre sujet et nous sentir plus puissants que lui ! Comment le sentira-t-il ? Si je n'accueille pas les pensées mauvaises et les convoitises perverses qu'il m'inspire ; si je repousse « ses flèches enflammées, avec le bouclier de la foi » ; si, chaque fois qu'il fait quelque suggestion à mon âme, me souvenant du Christ mon Seigneur, je lui dis : « Arrière, Satan. Il est écrit : 'C'est le Seigneur ton Dieu que tu adoreras, c'est lui seul que tu serviras' »...

     Car il vient, le Seigneur Jésus..., pour se soumettre les « principautés, puissances et pouvoirs », pour soustraire les fils d'Israël aux violences de leurs ennemis..., pour nous apprendre de nouveau à voir Dieu en esprit, à délaisser les travaux de Pharaon, à sortir de la terre d'Égypte, à renoncer aux mœurs barbares des Égyptiens, « à dépouiller entièrement le vieil homme avec ses œuvres et à revêtir l'homme nouveau créé selon Dieu », « à nous renouveler sans cesse de jour en jour » à l'image de celui qui nous a créés, le Christ Jésus notre Seigneur, à qui sont gloire et puissance dans les siècles des siècles. Amen.

(Références bibliques : Ex 1,8 ; Col 2,14-15 ; Ex 1,9 ; Ep 6,7 ; Mt 4,10 ; Dt 6,13 ; Col 1,16 ; Ep 4,22-24 ; Col 3,9-10 ; 2Co 4,16)



Source :











_________________

Quand je dis Dieu c'est un poème, c'est une étoile dans ma vie, 
du feu qui coule dans mes veines, un grand soleil pour aujourd'hui !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Donne-nous notre Pain de ce jour (Vie) : Parole de DIEU   Lun 23 Jan 2017 - 19:12

Bonsoir Lumen,

Bonsoir à toutes et à tous,





Mardi 24 Janvier 2017

Saint François de Sales, Évêque et Docteur de l’Église
Mort en 1622. L’un des grands esprits de son temps : évêque de Genève-Annecy, prédicateur, écrivain,cofondateur de l’Ordre de la Visitation. Docteur de l’Église depuis 1877.

3ième semaine du Temps Ordinaire
(Couleur liturgique : Blanc )
Année A







(Première lecture)
Lettre aux Hébreux 10 : 1 à 10


« ME VOICI, JE SUIS VENU, MON DIEU, POUR FAIRE TA VOLONTÉ »

Frères,
la Loi de Moïse
ne présente que l’ébauche des biens à venir,
et non pas l’expression même des réalités.
Elle n’est donc jamais capable,
par ses sacrifices qui sont toujours les mêmes,
offerts indéfiniment chaque année,
de mener à la perfection ceux qui viennent y prendre part.
Si ce culte les avait purifiés une fois pour toutes,
ils n’auraient plus aucun péché sur la conscience
et, dans ce cas, n’aurait-on pas cessé d’offrir les sacrifices ?
Mais ceux-ci, au contraire,
comportent chaque année un rappel des péchés.
Il est impossible, en effet,
que du sang de taureaux et de boucs enlève les péchés.
Aussi, en entrant dans le monde,
le CHRIST dit :

TU n’as voulu ni sacrifice ni offrande,
mais TU M’as formé un corps.
TU n’as pas agréé les holocaustes
ni les sacrifices pour le péché ;
alors, J’ai dit :
ME VOICI,
JE SUIS VENU, MON DIEU, POUR FAIRE TA VOLONTÉ,
ainsi qu’il est écrit de Moi dans le Livre.
Le CHRIST commence donc par dire :
Tu n’as pas voulu ni agréé
les sacrifices et les offrandes,
les holocaustes et les sacrifices pour le péché,


ceux que la Loi prescrit d’offrir.
Puis IL déclare :

ME VOICI, JE SUIS VENU POUR FAIRE TA VOLONTÉ.

Ainsi, IL supprime le premier état de choses pour établir le second.
Et c’est grâce à cette VOLONTÉ que nous sommes sanctifiés,
par l’offrande que JÉSUS CHRIST a faite de SON CORPS,
une fois pour toutes.

– PAROLE du SEIGNEUR.


Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris








Que tous sachent ce que TU as fait pour moi !


Du répertoire du chef de chorale. Psaume appartenant au recueil de David.

[Psaume 39 (40) ; entièrement]




Psaume 39 (40) : 2abc et 4ab, 7 et 8a, 10, 11


R/ ME VOICI, SEIGNEUR,
JE VIENS FAIRE TA VOLONTÉ.


D’un grand espoir, j’espérais le SEIGNEUR :
IL s’est penché vers moi.
Dans ma bouche IL a mis un chant nouveau,
une louange à notre DIEU.
R/


TU ne voulais ni offrande ni sacrifice,
TU as ouvert mes oreilles ;
TU ne demandais ni holocauste ni victime,
alors j’ai dit : « Voici, je viens. »
R/


J’annonce la justice
dans la grande assemblée ;
vois, je ne retiens pas mes lèvres,
SEIGNEUR, TU le sais.
R/


Je n’ai pas enfoui TA JUSTICE au fond de mon cœur,
je n’ai pas caché TA FIDÉLITÉ, TON SALUT ;
j’ai dit TON AMOUR ET TA VÉRITÉ
à la grande assemblée.
R/


Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris







Évangile de JÉSUS-CHRIST selon Saint Marc 3 : 31 à 35

Acclamation de l’Évangile :
Alléluia. Alléluia.
TU ES BÉNI, PÈRE, SEIGNEUR du Ciel et de la Terre, TU as révélé aux tout-petits les Mystères du Royaume !
Alléluia.
(cf. Mt 11, 25)




« Celui qui fait la VOLONTÉ DE DIEU, celui-là est pour Moi un frère, une sœur, une mère »

En ce temps-là,
comme JÉSUS était dans une maison,
arrivent sa mère et ses frères.
Restant au-dehors, ils LE font appeler.
Une foule était assise autour de LUI ;
et on LUI dit :
« Voici que ta mère et tes frères sont là dehors :
ils TE cherchent. »
Mais IL leur répond :
« Qui est ma mère ? qui sont mes frères ? »
Et parcourant du regard
ceux qui étaient assis en cercle autour de LUI,
IL dit :
« Voici ma mère et mes frères.
Celui qui fait la VOLONTÉ DE DIEU,
celui-là est pour Moi un frère, une sœur, une mère. »

– Acclamons la PAROLE de DIEU.


Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris


Évangile + commentaire (audio)


Écouté sur :
http://radiofidelite.fr/fr/









Textes du jour, lu sur :
Les services de la liturgie Catholique

http://www.aelf.org/office-messe?date_my=24/01/2017


Liens :
http://www.aelf.org/office-messe
http://services.liturgiecatholique.fr/






Amicalement, fraternellement
Nicolas

Revenir en haut Aller en bas
Lumen
Admin
avatar

Messages : 4231
Date d'inscription : 18/10/2014
Localisation : France

MessageSujet: Re: Donne-nous notre Pain de ce jour (Vie) : Parole de DIEU   Mar 24 Jan 2017 - 14:05

Bonjour à vous tous, amis qui aimez la Parole de Vie, goûtez et voyez comme est bon le Seigneur 
Bonjour Nicolas, Merci !




Mardi 24 janvier 2017 : Le mardi de la 3e semaine du temps ordinaire

L'Église fête : Semaine de prière pour l'unité des chrétiens


« Voici ma mère et mes frères. Celui qui fait la volonté de Dieu,
celui-là est pour moi un frère, une sœur, une mère. »


Les saints du jour (Mardi 24 janvier)

 Saint Timothée, disciple de saint Paul, premier évêque d'Ephèse et martyr. 97.

 Saint François de Sales, Évêque et Docteur de l'Église, Co-Fondateur
de l’Ordre de la Visitation (1567-1622).

pour approfondir :
>>> INTRODUCTION A LA VIE DÉVOTE  
>>> TRAITÉ DE L’AMOUR DE DIEU
>>> ENTRETIENS SPIRITUELS

Bienheureuse Marie Poussepin, Vierge et Fondatrice des « Sœurs Dominicaines
de la Présentation » (1653-1744).



Prière avant la lecture

"O Dieu, rends-moi digne de trouver ma joie dans la compréhension du salut opéré par ton Fils bien-aimé. O notre Seigneur, écarte de moi le voile des passions qui couvre les yeux de mon esprit. Allume ta sainte lumière dans mon cœur, pour que mon esprit saisisse le sens intime du texte et que l’œil illuminé de mon âme sonde les saints mystères cachés dans ta Parole. Par ta grâce et ta miséricorde, Seigneur, fais que jamais, ni le jour ni la nuit, ton souvenir ne s’éloigne de mon cœur. Amen." Prière d'un mystique syrien oriental, Gabriel Bunge.




Homélie :

Il serait certes erroné d’interpréter ces versets comme si Jésus rejetait les membres de sa famille ; mais Notre-Seigneur affirme néanmoins clairement qu’il s’en est détaché au profit d’une autre famille, rassemblant tous ceux qui « font la volonté de Dieu ».

On peut rapprocher ce passage de celui où Jésus déclare bienheureux « ceux qui écoutent la Parole de Dieu et qui l’observent » (Lc 11, 27). Il s’agit donc d’un appel adressé avec insistance par le Maître à entrer dans une nouvelle parenté, spirituelle cette fois, moyennant l’obéissance à la volonté de Dieu reconnu comme Père.

Ce verset a sans nul doute marqué la conscience de la jeune communauté chrétienne. Le disciple ne suit donc pas seulement un Rabbi, dont il accueille la doctrine ; il entre également dans une famille spirituelle, rassemblant tous ceux qui, renonçant à un mode d’agir selon l’esprit du monde, s’évertuent à « faire la volonté » de Celui que Jésus est venu leur révéler et dont ils réclament la paternité.

Ce qui détermine si nous sommes « dehors » ou « dedans », ce n’est pas une confession de foi superficielle, mais une adhésion existentielle qui conduit à un changement radical de vie, que nous désignons pas le terme de « conversion » : il ne suffit pas de crier « Seigneur, Seigneur » pour entrer dans le Royaume ; mais il s’agit de manifester que le Christ est véritablement Seigneur de nos vies, en obéissant à la Parole qu’il nous transmet au nom de son Père.

Notre obéissance au Père est l’expression concrète de notre volonté d’être ses fils, d’entrer dans sa famille, et d’accéder ainsi aux biens « que l’œil ne peut voir, que l’oreille ne peut entendre, mais que Dieu a préparé pour ceux qui l’aiment » (1 Co 2, 9).

Bien sûr il est impossible de nous imaginer ce que sera cette filiation divine lorsqu’elle sera accomplie dans l’Esprit ; pourtant dès à présent nous pouvons en avoir un avant-goût à l’école de la Sainte Famille. Saint Joseph n’est-il pas « l’ombre du Père », à qui s’est parfaitement soumis le Fils de Dieu afin de nous donner l’exemple ? Marie n’est-t-elle pas la « servante du Seigneur », en qui sa volonté peut librement s’accomplir ? La Sainte Famille constitue ainsi les prémisses de cette « famille de Dieu » qui deviendra l’Eglise et dans laquelle nous avons été intégrés par le baptême.

Puissions-nous reconnaître la grandeur de l’appel qui nous rassemble en un seul Corps, et être renouvelés dans le don de l’Esprit de crainte, afin de vivre en frères de Jésus et fils du Très-Haut.



Père Philippe
Boire à la Source

Source :



Sainte Vierge Marie, mère du Christ, mère de l’Eglise

Isaac de l'Étoile (?-v. 1171), moine cistercien
Homélie 51, pour l'Assomption ; PL 194, 1862 (trad. bréviaire)


« Celui qui fait la volonté de Dieu, celui-là est mon frère, ma sœur, ma mère »

Le Fils de Dieu est le premier-né d'un grand nombre de frères (Rm 8,29) car, étant Fils unique par nature, il s'est associé par la grâce une multitude de frères qui ne font qu'un avec lui : « À tous ceux qui l'ont reçu, il a donné de pouvoir devenir enfants de Dieu » (Jn 1,12). Devenu fils d'homme, il a fait de la multitude des hommes des fils de Dieu. Il se les est associés, alors qu'il est unique par son amour et sa puissance. Les hommes, en eux-mêmes, par leur naissance selon la chair, sont une multitude ; mais par la seconde naissance, la naissance divine, ils ne sont avec lui qu'un seul. Le seul Christ, unique et total, c'est la tête et le corps (Col 1,18).

     Et ce Christ unique est le Fils d'un seul Dieu dans le ciel et d'une seule mère sur la terre. Il y a beaucoup de fils, et il n'y a qu'un seul fils. Et de même que la tête et le corps sont un seul fils et plusieurs fils, de même Marie et l'Église sont une seule mère et plusieurs mères, une seule vierge et plusieurs vierges. L'une et l'autre sont mères ; l'une et l'autre, vierges. L'une et l'autre ont conçu du Saint-Esprit, sans désir charnel. L'une et l'autre ont donné une progéniture à Dieu le Père, sans péché. L'une a engendré, sans aucun péché, une tête pour le corps ; l'autre a fait naître, dans la rémission des pêchés, un corps pour la tête. L'une et l'autre sont mères du Christ, mais aucune des deux ne l'enfante tout entier sans l'autre. Aussi c'est à juste titre que, dans les Écritures divinement inspirées, ce qui est dit en général de la vierge mère qu'est l'Église s'applique en particulier à la Vierge Marie. Et ce qui est dit de la vierge mère qu'est Marie en particulier se comprend en général de la vierge mère qu'est l'Église.



Source :











_________________

Quand je dis Dieu c'est un poème, c'est une étoile dans ma vie, 
du feu qui coule dans mes veines, un grand soleil pour aujourd'hui !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Donne-nous notre Pain de ce jour (Vie) : Parole de DIEU   Mar 24 Jan 2017 - 19:44

Bonsoir Lumen,

Bonsoir à toutes et à tous,





Mercredi 25 Janvier 2017


La conversion de Saint Paul, Apôtre
Sur la route de Damas, le CHRIST ressuscité se révèle à Saul, intransigeant défenseur de la tradition hébraïque, et le change en l’Apôtre Paul, qui portera le message chrétien hors des milieux juifs.


3ième semaine du Temps Ordinaire
(Couleur liturgique : Blanc )
Année A







(Première lecture)
Livre des Actes des Apôtres 22 : 3 à 16


« Lève-toi et reçois le baptême, sois lavé de tes péchés en invoquant le NOM DE JÉSUS »

En ces jours-là,
Paul dit au peuple :
« Je suis Juif,
né à Tarse en Cilicie,
mais élevé ici dans cette ville,
où, à l’école de Gamaliel,
j’ai reçu une éducation strictement conforme à la Loi de nos pères ;
j’avais pour DIEU une ardeur jalouse,
comme vous tous aujourd’hui.
J’ai persécuté à mort ceux qui suivent le CHEMIN DU SEIGNEUR JÉSUS ;
j’arrêtais hommes et femmes, et les jetais en prison ;
le grand prêtre et tout le collège des anciens
peuvent en témoigner.
Ces derniers m’avaient donné des lettres pour nos frères de Damas
où je me rendais :
je devais ramener à Jérusalem,
ceux de là-bas, enchaînés, pour qu’ils subissent leur châtiment.

Donc, comme j’étais en route et que j’approchais de Damas,
soudain vers midi, une GRANDE LUMIÈRE venant du Ciel
m’enveloppa de SA CLARTÉ.
Je tombai sur le sol,
et j’entendis une VOIX me dire :
‘ Saul, Saul,
pourquoi me persécuter ?’
Et moi je répondis :
‘Qui es-tu, SEIGNEUR ?
– JE SUIS JÉSUS LE NAZARÉEN, CELUI que tu persécutes.’
Ceux qui étaient avec moi virent la LUMIÈRE,
mais n’entendirent pas la VOIX DE CELUI qui me parlait.
Alors je dis :
‘Que dois-je faire, SEIGNEUR ?’
Le SEIGNEUR me répondit :
‘Relève-toi, va jusqu’à Damas,
et là on te dira tout ce qu’il t’est prescrit de faire.’

Comme je n’y voyais plus rien,
à cause de l’ÉCLAT DE CETTE LUMIÈRE,
je me rendis à Damas,
conduit par la main de mes compagnons.
Or, Ananie, un homme religieux selon la Loi,
à qui tous les Juifs résidant là rendaient un bon témoignage,
vint se placer près de moi
et me dit :
‘Saul, mon frère,
retrouve la vue.’
Et moi, au même instant, je retrouvai la vue,
et je le vis.
Il me dit encore :
‘Le DIEU de nos pères t’a destiné à connaître SA VOLONTÉ,
à voir CELUI QUI EST LE JUSTE
et à entendre la VOIX qui sort de SA BOUCHE.
Car tu seras pour LUI, devant tous les hommes,
le témoin de ce que tu as vu et entendu.
Et maintenant, pourquoi tarder ?
Lève-toi et reçois le baptême,
sois lavé de tes péchés en invoquant SON NOM.’

– PAROLE du SEIGNEUR.


Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris








Louange Universelle


[Psaume 116 (117) ; entièrement]



Psaume 116 (117) : 1, 2


R/ Allez dans le monde entier.
Proclamez l’Évangile.


Louez le SEIGNEUR, tous les peuples ;
fêtez-LE, tous les pays !
R/


SON AMOUR envers nous s'est montré le plus fort ;
ÉTERNELLE EST LA FIDÉLITÉ DU SEIGNEUR !
R/


Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris







Évangile de JÉSUS-CHRIST selon Saint Marc 16 : 15 à 18

Acclamation de l’Évangile :
Alléluia. Alléluia.
C’est MOI qui vous ai choisis du milieu du monde,
afin que vous alliez, que vous portiez du fruit,
et que votre fruit demeure, dit le SEIGNEUR.
Alléluia.
(cf. Jn 15, 16)




« Allez dans le monde entier, proclamez l’Évangile »

En ce temps-là,
JÉSUS RESSUSCITÉ dit aux Onze Apôtres :
« Allez dans le monde entier.
Proclamez l’Évangile à toute la CRÉATION.
Celui qui croira et sera baptisé
sera sauvé ;
celui qui refusera de croire
sera condamné.
Voici les signes qui accompagneront
ceux qui deviendront croyants :
en MON NOM, ils expulseront les démons ;
ils parleront en langues nouvelles ;
ils prendront des serpents dans leurs mains
et, s’ils boivent un poison mortel,
il ne leur fera pas de mal ;
ils imposeront les mains aux malades,
et les malades s’en trouveront bien. »

– Acclamons la PAROLE de DIEU.


Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris


Évangile + commentaire (audio)


Écouté sur :
http://radiofidelite.fr/fr/









Textes du jour, lu sur :
Les services de la liturgie Catholique

http://www.aelf.org/office-messe?date_my=25/01/2017


Liens :
http://www.aelf.org/office-messe
http://services.liturgiecatholique.fr/






Amicalement, fraternellement
Nicolas

Revenir en haut Aller en bas
Lumen
Admin
avatar

Messages : 4231
Date d'inscription : 18/10/2014
Localisation : France

MessageSujet: Re: Donne-nous notre Pain de ce jour (Vie) : Parole de DIEU   Mer 25 Jan 2017 - 12:42

Bonjour à vous tous, amis qui aimez la Parole de Vie, goûtez et voyez comme est bon le Seigneur 
Bonjour Nicolas, Merci !




Mercredi 25 janvier 2017 :  Fête de la Conversion de Saint Paul.
pour approfondir :
La conversion de saint Paul. 34 ou 35.

L'Église fête : Clôture de la Semaine de prière pour l'unité des chrétiens


Allez dans le monde entier. Proclamez l’Évangile à toute la création.


Les saints du jour (Mercredi 25 janvier)

 Saint Ananie, Compagnon de Saint Paul (✝ 60).

 Bienheureux Henri Suso, Dominicain de Constance (✝ 1366).

Bienheureuse Marie-Antonie (Teresa Grillo), veuve, Fondatrice de la "Congrégation
des Petites Sœurs de la Divine Providence" (1855-1944).



Prière avant la lecture

"O Dieu, rends-moi digne de trouver ma joie dans la compréhension du salut opéré par ton Fils bien-aimé. O notre Seigneur, écarte de moi le voile des passions qui couvre les yeux de mon esprit. Allume ta sainte lumière dans mon cœur, pour que mon esprit saisisse le sens intime du texte et que l’œil illuminé de mon âme sonde les saints mystères cachés dans ta Parole. Par ta grâce et ta miséricorde, Seigneur, fais que jamais, ni le jour ni la nuit, ton souvenir ne s’éloigne de mon cœur. Amen." Prière d'un mystique syrien oriental, Gabriel Bunge.




Homélie :


"Puis il leur dit : « Allez dans le monde entier. Proclamez l’Évangile à toute la création."

« Saul, Saul, pourquoi me persécutes- tu ? lui dit Jésus. » Qui es-tu Seigneur ? répondit Saul. Je suis Jésus que tu persécutes ! »
Nous fêtons aujourd’hui la Conversion de l’apôtre Paul qui a cru dans le mystère de Jésus qui lui parle. L’apôtre découvre que tout frère, sauvé dans le Sang du Christ, est « ’partie’ de Jésus lui-même. »
Le mystère de Dieu est un mystère d’amour débordant qui a pris chair de la Vierge Marie.
Jésus, dans sa Résurrection, est au cœur de l’Église. Il revit son mystère dans les pauvres.
Les persécuteurs d’hier peuvent devenir les Apôtres de demain. Paul, dans la menace des juifs, se rappelle le martyre d’Étienne. Il faisait partie des persécuteurs. Il gardait les vêtements de ceux qui lapidaient Étienne.
Ananie, dans sa peur de Saul, s’en souvient, mais Jésus lui dit : « Je lui ferai découvrir tout ce qu’il lui faudra souffrir pour mon Nom. » L’apôtre est identifié au Christ qu’il sert. C’est une tâche si belle d’annoncer le mystere de l’unité de l’Amour au sein de l’humanité.
« Jésus ressuscité » désire que cet Amour se répande dans toute l’humanité. C’est un mystère de relations personnelles. Nous affirmons qu’il nous faut continuellement sortir de nous-mêmes pour rencontrer Dieu.
C’est précisément comme Abraham et comme Marie qui sortent de leur quotidien pour apporter, dans la réalité quotidienne du monde, la certitude de la présence de Dieu. Cette Présence de Dieu nous donne vie et salut. Elle nous ouvre un avenir avec lui, à une plénitude de vie divine.


« Celui qui croira et sera baptisé sera sauvé ; celui qui refusera de croire sera condamné. »

Paul, par sa conversion après la résurrection de Jésus, se trouve dans une nouvelle situation. Jésus est le Seigneur de tout l’univers, il est son Roi véritable.
Il agit dans notre monde par les premiers témoins de sa Résurrection. Par une foi nouvelle, avec eux, nous entrons dans un chemin qui s’est inauguré, et qui se poursuit. Les premiers témoins nous guident pour l’accueillir.
Jésus ressuscité dit aux onze apôtres : Allez dans le monde entier, proclamez la Bonne Nouvelle.
Cette bonne nouvelle est un amour nouveau qui déloge du cœur de l’homme les germes d’égoïsme, de domination et de violence.
Demeurer dans le Christ pour être plus unis dans cet Amour infini est notre appel. Nous contemplons cette unité de l’Amour réalisé dans la vie de la Vierge Marie. Nous sommes appelés à ressembler à Jésus, à le porter comme Marie l’a porté.
Ainsi nous sommes les témoins de cet Amour infini qui réalise les cieux nouveaux et la terre nouvelle.
L’univers est invité à vivre de cet Amour que nous pouvons déjà contempler en Église.
Paul découvre ce mystère, il comprend combien nous devons être unis pour annoncer cette Bonne Nouvelle : « Père qu’ils soient un pour que le monde croie. » C’est le grand amour que nous contemplons dans le mystère de la « Trinité sainte. »


« Voici les signes qui accompagneront ceux qui deviendront croyants : en mon nom, ils expulseront les démons ; ils parleront en langues nouvelles ; ils prendront des serpents dans leurs mains et, s’ils boivent un poison mortel, il ne leur fera pas de mal ; ils imposeront les mains aux malades, et les malades s’en trouveront bien. »

Ce chemin nous fait quitter la peur pour aller vers des cieux nouveaux et une terre nouvelle. C’est l’Esprit Saint qui réalise en nous dans l’Église, le mystère du Christ, cette œuvre de régénération de l’humanité, dans l’amour.
Jésus demeure présent et agissant dans son Église, des fleuves d’eau vive coulent désormais de son sein. C’est dans ces fleuves d’eau que l’humanité est régénérée. Jésus agit dans cette situation nouvelle qui dépasse tout ce dont nous avons la maîtrise.
Désormais, dans le rejet de ses concitoyens pour Jésus, l’apôtre Paul comprend le mystère du Christ qui est rejeté.
Cette situation se révèle à lui comme uns bonne nouvelle qui porte en elle la possibilité d’une véritable évolution personnelle et communautaire. Elle est une invitation à entrer dans la foi, portée par la Parole des témoins.
Cette entrée dans le corps du Christ Ressuscité nous fait appartenir à un nouveau Corps. Une nouvelle vie d’amour s’offre à nous, portée par le Christ Ressuscité qui a traversé la mort, et qui nous conduit à un ailleurs véritable. C’est en perdant tout ce que nous avons que nous débouchons sur la vie en plénitude.



Citation :
Nous demandons à Dieu la grâce de comprendre la beauté de notre appel et d’y être fidèle.


Père Gilbert Adam
Homélies et Le Pauvre qui guérit

Source :



Saint Augustin (354-430), évêque d'Hippone (Afrique du Nord) et docteur de l'Église
Sermon 279


Le persécuteur transformé en prédicateur

Du haut du ciel la voix du Christ a renversé Saul : il a reçu l'ordre de ne plus poursuivre ses persécutions, et il est tombé la face contre terre. Il fallait qu'il soit d'abord terrassé, et ensuite relevé ; d'abord frappé, puis guéri. Car le Christ n'aurait jamais vécu en lui, si Saul n'était pas mort à son ancienne vie de péché. Ainsi renversé à terre, qu'est-ce qu'il entend ? « Saul, Saul, pourquoi me persécutes-tu ? Il est dur pour toi de regimber contre l'aiguillon » (Ac 26,14). Et lui de répondre : « Qui es-tu, Seigneur ? » Alors la voix d'en haut continue : « Je suis Jésus de Nazareth que tu persécutes ». Les membres sont encore sur la terre, c'est la tête qui crie du haut du ciel ; elle ne dit pas : « Pourquoi persécutes-tu mes serviteurs ? » mais « Pourquoi me persécutes-tu ? »

     Et Paul, qui mettait toute son ardeur à persécuter, se dispose déjà à obéir : « Que veux-tu que je fasse ? » Déjà le persécuteur est transformé en prédicateur, le loup se change en brebis, l'ennemi en défenseur. Paul apprend ce qu'il doit faire : s'il est devenu aveugle, si la lumière du monde lui est soustraite pour un temps, c'est pour faire briller dans son cœur la lumière intérieure. La lumière est enlevée au persécuteur pour être rendue au prédicateur ; au moment même où il ne voyait plus rien de ce monde, il a vu Jésus. C'est un symbole pour les croyants : ceux qui croient en Christ doivent fixer sur lui le regard de leur âme, sans tenir compte des choses extérieures...

     Saul est donc conduit à Ananie ; le loup ravageur est amené à la brebis. Mais le Pasteur, qui conduit tout du haut des cieux la rassure... : « Sois sans inquiétude. Je lui ferai découvrir tout ce qu'il lui faudra souffrir pour mon nom » (Ac 9,16). Quelle merveille ! Le loup est amené captif à la brebis... L'Agneau, qui est mort pour les brebis, leur apprend à ne plus craindre.



Source :








L'amour est patient,
l'amour est serviable,
l'amour n'est pas envieux,
il ne se vante pas,
il ne se gonfle pas d'orgueil,
il ne fait rien de malhonnête,
il n'est pas intéressé,
il ne s'emporte pas,
il n'entretient pas de rancune,
il ne se réjouit pas
de voir l'autre dans son tort,
mais il se réjouit
avec celui qui a raison ;
il supporte tout,
il fait confiance en tout,
il espère tout, il endure tout.
L'amour ne passera jamais.


(1ère lettre de Saint Paul aux Corinthiens 12, 4-8.)






_________________

Quand je dis Dieu c'est un poème, c'est une étoile dans ma vie, 
du feu qui coule dans mes veines, un grand soleil pour aujourd'hui !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Donne-nous notre Pain de ce jour (Vie) : Parole de DIEU   Mer 25 Jan 2017 - 20:50

Bonsoir Lumen,

Bonsoir à toutes et à tous,





Jeudi 26 Janvier 2017

Saint Timothée et Saint Tite, Évêques
Ier siècle. Deux des plus fidèles disciples de Saint Paul, qui leur adressa des épîtres pastorales figurant dans le Nouveau Testament.

3ième semaine du Temps Ordinaire
(Couleur liturgique : Blanc )
Année A







(Première lecture)
Lettre de Saint Paul Apôtre à Tite 1 : 1 à 5


« Tite, mon enfant selon la foi qui nous est commune »

Paul, serviteur de DIEU,
Apôtre de JÉSUS CHRIST
au service de la foi de ceux que DIEU a choisis
et de la pleine CONNAISSANCE DE LA VÉRITÉ
qui est en accord avec la piété.
Nous avons l’espérance de la VIE ÉTERNELLE,
promise depuis toujours par DIEU qui ne ment pas.
Aux temps fixés, IL A MANIFESTÉ SA PAROLE
dans la proclamation de l’Évangile
qui m’a été confiée par ORDRE DE DIEU NOTRE SAUVEUR.
Je m’adresse à toi, Tite, mon véritable enfant
selon la foi qui nous est commune :
à toi, la grâce et la paix
de la part de DIEU LE PÈRE
et du CHRIST JÉSUS NOTRE SAUVEUR.

Si je t’ai laissé en Crète,
c’est pour que tu finisses de tout organiser
et que, dans chaque ville, tu établisses des Anciens
comme je te l’ai commandé moi-même.

– PAROLE du SEIGNEUR.


Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris








Le SEIGNEUR fait SON ENTRÉE au Temple


Psaume appartenant au recueil de David.

[Psaume 23 (24) ; entièrement]




Psaume 23 (24) : 1 et 2, 3 et 4ab, 5 et 6


R/ Voici le peuple
de ceux qui cherchent TA FACE, SEIGNEUR.


Au SEIGNEUR, le monde et sa richesse,
la Terre et tous ses habitants !
C’est LUI qui l’a fondée sur les mers
et la garde inébranlable sur les flots.
R/


Qui peut gravir la MONTAGNE DU SEIGNEUR
et se tenir dans le LIEU SAINT ?
L’homme au cœur pur, aux mains innocentes,
qui ne livre pas son âme aux idoles.
R/


Il obtient, du SEIGNEUR, la BÉNÉDICTION,
et de DIEU SON SAUVEUR, la JUSTICE.
Voici le peuple de ceux qui LE cherchent !
Voici Jacob qui recherche TA FACE !
R/


Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris







Évangile de JÉSUS-CHRIST selon Saint Marc 4 : 21 à 25

Acclamation de l’Évangile :
Alléluia. Alléluia.
TA PAROLE EST LA LUMIÈRE de mes pas, LA LAMPE de ma route.
Alléluia.
(Ps 118, 105)




« La lampe est apportée pour être mise sur le lampadaire. La mesure que vous utilisez sera utilisée pour vous »

En ce temps-là,
JÉSUS disait à la foule :
« Est-ce que la lampe est apportée
pour être mise sous le boisseau ou sous le lit ?
N’est- ce pas pour être mise sur le lampadaire ?
Car rien n’est caché,
sinon pour être manifesté ;
rien n’a été gardé secret,
sinon pour venir à la clarté.
Si quelqu’un a des oreilles pour entendre,
qu’il entende ! »
IL leur disait encore :
« Faites attention à ce que vous entendez !
La mesure que vous utilisez
sera utilisée aussi pour vous,
et il vous sera donné encore plus.
Car celui qui a,
on lui donnera ;
celui qui n’a pas,
on lui enlèvera même ce qu’il a. »

– Acclamons la PAROLE de DIEU.


Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris


Évangile + commentaire (audio)


Écouté sur :
http://radiofidelite.fr/fr/









Textes du jour, lu sur :
Les services de la liturgie Catholique

http://www.aelf.org/office-messe?date_my=26/01/2017


Liens :
http://www.aelf.org/office-messe
http://services.liturgiecatholique.fr/






Amicalement, fraternellement
Nicolas

Revenir en haut Aller en bas
Lumen
Admin
avatar

Messages : 4231
Date d'inscription : 18/10/2014
Localisation : France

MessageSujet: Re: Donne-nous notre Pain de ce jour (Vie) : Parole de DIEU   Jeu 26 Jan 2017 - 13:46

Bonjour à vous tous, amis qui aimez la Parole de Vie, goûtez et voyez comme est bon le Seigneur 
Bonjour Nicolas, Merci !




Jeudi 26 janvier 2017 :  Mémoire des saints Timothée et Tite, évêques, compagnons de saint Paul


La mesure que vous utilisez sera utilisée aussi pour vous,
et il vous sera donné encore plus.



Les saints du jour (Jeudi 26 janvier)

 Saint Polycarpe, évêque de Smyrne, martyr. 166.

 Sainte Paule Veuve romaine, disciple de saint Jérôme (+ 404)

Saint Robert de Molesme Abbé, fondateur de Citeaux (+ 1110)

Bienheureux Gabriele Maria Allegra, Missionnaire Franciscain o.f.m., traducteur
de la 1ère Bible en chinois (1907-1976).



Prière avant la lecture

"O Dieu, rends-moi digne de trouver ma joie dans la compréhension du salut opéré par ton Fils bien-aimé. O notre Seigneur, écarte de moi le voile des passions qui couvre les yeux de mon esprit. Allume ta sainte lumière dans mon cœur, pour que mon esprit saisisse le sens intime du texte et que l’œil illuminé de mon âme sonde les saints mystères cachés dans ta Parole. Par ta grâce et ta miséricorde, Seigneur, fais que jamais, ni le jour ni la nuit, ton souvenir ne s’éloigne de mon cœur. Amen." Prière d'un mystique syrien oriental, Gabriel Bunge.




Homélie :


"Il leur disait encore : « Est-ce que la lampe est apportée pour être mise sous le boisseau ou sous le lit ? N’est-ce pas pour être mise sur le lampadaire ?

Jésus prononce cette Parole devant les disciples qui lui demandent “pourquoi” il enseigne en paraboles. Jésus distingue ceux “à qui il a été donné de connaître les mystères du royaume des cieux, et ceux à qui cela n’a pas été donné.”
La Révélation de la pensée de Dieu est donnée dans un monde enténébré, pour éclairer des cœurs, qui à leur tour, en éclaireront d’autres pour qu’elles parviennent au But de leur vie. Cette “lampe” est alimentée par l’huile de l’Onction de l’Esprit Saint.
Cette “lumière” est la révélation que donne l’Esprit de Jésus manifesté à Israël au par les prophètes. Jésus est la Lampe qui dispense la Lumière de Vie. Il révèle la volonté de Dieu en faveur des hommes, et les dangers à éviter. Jésus réserve ces explications aux apôtres pour qu’ils deviennent des lumières véritables envoyées dans le monde pour que tous entendent.
Toutes les lampes sont allumées par l’Esprit de Dieu et éclairent la voie en conduisant vers Jésus.
La Vérité n’est pas envoyée pour être dissimulée, mais pour être exposée et éclairer ceux qui sont loin ! « Je suis la lumière du monde, » dit Jésus de lui-même. Il vient éclairer nos ténèbres les plus douloureuses.
Lumière du monde, Jésus descend dans nos ténèbres pour y faire jaillir la lumière. Ces paroles éclairent notre vie car mettre la lumière dans un endroit ténébreux, c’est révéler ce qui s’y trouve !


« Car rien n’est caché, sinon pour être manifesté ; rien n’a été gardé secret, sinon pour venir à la clarté. Si quelqu’un a des oreilles pour entendre, qu’il entende ! »

Jésus est le Verbe fait chair, la Lampe incarnée au milieu de la création.
Le Royaume de Dieu est une Lumière intelligente, sainte, et bienfaisante. Il faudra que tout ce qui était “caché” et “secret” dans les ténèbres soit “mis au jour” aux heures prévues par Dieu avant la fondation du monde. C’est pourquoi tout ce que nous dirons dans les ténèbres sera entendu dans la lumière.
C’est un encouragement que Jésus donne à ceux qui vont supporter une persécution inévitable. Il suffit au disciple d’être traité comme son maître, et au serviteur comme son seigneur. Cette Lumière sera glorieuse, car elle est sous le regard de Dieu qui rendra à chacun selon ses œuvres. Elle est adressée à ceux qui entendent le message.
Un jour, toute parole prononcée, tout mouvement et toute action opérée sera devant nous, dans la lumière de Dieu ! C’est avec ce que nous sommes devenu, que nous servons les autres que Dieu nous sert. Nous donnons à Dieu le Don de l’Amour pour servir.
Jésus, Lumière du monde, nous donne l’Esprit-Saint qui fait en nous œuvre de lumière. Tout progresse pour le bien de ceux qui aiment la lumière. La lumière de l’amour l’emportera sur tout.


« Il leur disait encore : « Faites attention à ce que vous entendez ! La mesure que vous utilisez sera utilisée aussi pour vous, et il vous sera donné encore plus. Car celui qui a, on lui donnera ; celui qui n’a pas, on lui enlèvera même ce qu’il a. »

L’enseignement de Jésus et de son Esprit Saint est la Bonne Nouvelle. “La manière dont nous écoutons” est la qualité de l’oreille, et sa capacité à transmettre les Paroles de Jésus.
Plus nous boirons à la Source pour en abreuver les autres, plus la Source leur donnera son Eau vive qui fortifie. Cette Parole, nous la mettons en pratique avec persévérance. Ce qui est écouté est la voix de Dieu, ou celle du monde, ou celle des démons.
C’est ainsi que se réalise l’œuvre de Dieu bâtie sur le fondement de Jésus.
Un jour, comme pour l’Annonciation, sera révélé le mystère de l’amour pour tous.
Aujourd’hui, Jésus lumière du monde, veut faire de nous des lumières pour le monde.
Il n’y aura plus de lieu dans l’obscurité, la lampe sera mise sur le porte–lampe. Une lampe bien concrète dont nous avons l’expérience ! Jésus est la lumière du monde qui vient éclairer nos ténèbres.



[/color]
Citation :
Nous demandons la grâce de comprendre cette parole, pour que la lumière descende au plus profond de notre cœur.



Père Gilbert Adam
Homélies et Le Pauvre qui guérit

Source :




Benoît XVI, pape de 2005 à 2013
Audience générale du 03/05/2006 (trad. © copyright Libreria Editrice Vaticana)


Saints Timothée et Tite, successeurs des apôtres

La communauté, née de l'annonce évangélique, reconnaît qu'elle est convoquée par la parole de ceux qui, les premiers, ont fait l'expérience du Seigneur et ont été envoyés par lui. Elle sait qu'elle peut compter sur la conduite des Douze, comme aussi sur celle de ceux qui, petit à petit, s'associent à eux comme successeurs dans le ministère de la Parole et le service de la communion. En conséquence, la communauté se sent engagée à transmettre aux autres la « joyeuse nouvelle » de la présence actuelle du Seigneur et de son mystère pascal, à l'œuvre dans l'Esprit.

On voit ceci bien mis en évidence dans les lettres pauliniennes : « Je vous ai transmis ce que j'ai moi-même reçu » (1Co 15,3). Et ceci est important. Saint Paul sait que, à l'origine, il a été appelé par le Christ, qu'il est un véritable apôtre et pourtant, pour lui aussi, ce qui compte fondamentalement c'est la fidélité à ce qu'il a reçu. Il ne voulait pas « inventer » un nouveau christianisme, pour ainsi dire « paulinien ». Aussi insiste-t-il : « Je vous ai transmis ce que j'ai moi-même reçu ». Il a transmis le don initial qui vient du Seigneur et est la vérité qui sauve. Puis, vers la fin de sa vie, il écrit à Timothée : « Tu es le dépositaire de l'Évangile, garde-le dans toute sa pureté, grâce à l'Esprit Saint qui habite en nous » (2Tm 1,14).

C'est ce que montre avec efficacité aussi cet ancien témoignage de la foi chrétienne, écrit par Tertullien vers l'an 200 : « (Les apôtres) ont affirmé la foi en Jésus Christ et ont établi des Églises pour la Judée et, sitôt après, éparpillés dans le monde, ont annoncé la même doctrine et une même foi aux nations et donc ils ont fondé l'Église presque dans chaque ville. À partir de celles-ci, les autres Églises ont échangé et propagé leur foi et les semences de la doctrine, et elles l'échangent continuellement pour être vraiment des Églises. De cette manière, elles aussi sont réputées apostoliques en tant que descendance des Églises des apôtres ».



Source :













_________________

Quand je dis Dieu c'est un poème, c'est une étoile dans ma vie, 
du feu qui coule dans mes veines, un grand soleil pour aujourd'hui !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Donne-nous notre Pain de ce jour (Vie) : Parole de DIEU   Jeu 26 Jan 2017 - 19:15

Bonsoir Lumen,

Bonsoir à toutes et à tous,





Vendredi 27 Janvier 2017

Sainte Angèle Mérici, Vierge
Morte en 1540. Tertiaire de Saint François, elle fonda à la fin de sa vie la Compagnie de Sainte-Ursule (Ursulines), un institut de vierges consacrées vivant dans le monde.

3ième semaine du Temps Ordinaire
(Couleur liturgique : Vert )
Année A







(Première lecture)
Lettre aux Hébreux 10 : 32 à 39


« Vous avez soutenu le dur combat. Ne perdez pas votre assurance »

Frères,
souvenez-vous de ces premiers jours
où vous veniez de recevoir la LUMIÈRE DU CHRIST :
vous avez soutenu alors le dur combat des souffrances,
tantôt donnés en spectacle sous les insultes et les brimades,
tantôt solidaires de ceux qu’on traitait ainsi.
En effet, vous avez montré de la compassion
à ceux qui étaient en prison ;
vous avez accepté avec joie
qu’on vous arrache vos biens,
car vous étiez sûrs de posséder un bien encore meilleur, et permanent.
Ne perdez pas votre assurance ;
grâce à elle, vous serez largement récompensés.
Car l’endurance vous est nécessaire
pour accomplir LA VOLONTÉ DE DIEU
et obtenir ainsi la réalisation des promesses.
En effet, encore un peu, très peu de temps,
et CELUI qui doit venir arrivera,
IL ne tardera pas.
Celui qui est juste à mes yeux par la foi vivra ;
mais s’il abandonne,
je ne trouve plus mon bonheur en lui.
Or nous ne sommes pas, nous, de ceux qui abandonnent
et vont à leur perte,
mais de ceux qui ont la foi
et sauvegardent leur âme.

– PAROLE du SEIGNEUR.


Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris








Ne t’irrite pas du succès des méchants


Du recueil de David.

[Psaume 36 (37) ; entièrement]




Psaume 36 (37) : 3 et 4, 5 et 6, 23 et 24, 39 et 40ac


R/ Le salut des justes vient du SEIGNEUR.

Fais confiance au SEIGNEUR, agis bien,
habite la Terre et reste fidèle ;
mets ta joie dans le SEIGNEUR :
IL comblera les désirs de ton cœur.
R/


Dirige ton chemin vers le SEIGNEUR,
fais-LUI confiance, et LUI, IL agira.
IL fera lever comme le jour ta justice,
et ton droit comme le plein midi.
R/


Quand le SEIGNEUR conduit les pas de l’homme,
ils sont fermes et sa marche LUI plaît.
S’il trébuche, il ne tombe pas
car le SEIGNEUR le soutient de SA MAIN.
R/


Le SEIGNEUR EST LE SALUT pour les justes,
leur abri au temps de la détresse.
Le SEIGNEUR les aide et les délivre,
car ils cherchent en LUI leur refuge.
R/


Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris







Évangile de JÉSUS-CHRIST selon Saint Marc 4 : 26 à 34

Acclamation de l’Évangile :
Alléluia. Alléluia.
TU ES BÉNI, PÈRE, SEIGNEUR du Ciel et de la Terre, TU as révélé aux tout- petits les Mystères du Royaume !
Alléluia.
(cf. Mt 11, 25)




« L’homme qui jette en terre la semence, qu’il dorme ou qu’il se lève, la semence grandit, il ne sait comment »

En ce temps-là,
JÉSUS disait aux foules :
« Il en est du Règne de DIEU
comme d’un homme qui jette en terre la semence :
nuit et jour,
qu’il dorme ou qu’il se lève,
la semence germe et grandit,
il ne sait comment.
D’elle-même, la terre produit d’abord l’herbe,
puis l’épi, enfin du blé plein l’épi.
Et dès que le blé est mûr,
il y met la faucille,
puisque le temps de la moisson est arrivé. »

Il disait encore :
« À quoi allons-nous comparer le Règne de DIEU ?
Par quelle parabole pouvons-nous Le représenter ?
Il est comme une graine de moutarde :
quand on la sème en terre,
elle est la plus petite de toutes les semences.
Mais quand on l’a semée,
elle grandit et dépasse toutes les plantes potagères ;
et elle étend de longues branches,
si bien que les oiseaux du ciel
peuvent faire leur nid à son ombre. »

Par de nombreuses paraboles semblables,
JÉSUS leur annonçait la Parole,
dans la mesure où ils étaient capables de l’entendre.
IL ne leur disait rien sans parabole,
mais IL expliquait tout à Ses Disciples en particulier.

– Acclamons la PAROLE de DIEU.


Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris


Évangile + commentaire (audio)


Écouté sur :
http://radiofidelite.fr/fr/









Textes du jour, lu sur :
Les services de la liturgie Catholique

http://www.aelf.org/office-messe?date_my=27/01/2017


Liens :
http://www.aelf.org/office-messe
http://services.liturgiecatholique.fr/






Amicalement, fraternellement
Nicolas

Revenir en haut Aller en bas
Lumen
Admin
avatar

Messages : 4231
Date d'inscription : 18/10/2014
Localisation : France

MessageSujet: Re: Donne-nous notre Pain de ce jour (Vie) : Parole de DIEU   Ven 27 Jan 2017 - 13:18

Bonjour à vous tous, amis qui aimez la Parole de Vie, goûtez et voyez comme est bon le Seigneur 
Bonjour Nicolas, Merci !




Vendredi 27 janvier 2017 : Le vendredi de la 3e semaine du temps ordinaire 


À Monaco : fête de sainte Dévote, vierge et martyre, patronne principale - lectures propres


Il en est du règne de Dieu comme d’un homme qui jette en terre la semence : nuit et jour, qu’il dorme ou qu’il se lève, la semence germe et grandit, il ne sait comment.


Les saints du jour (Vendredi 27 janvier)

 Sainte Dévote, Vierge et martyre, Patronne de la Principauté de Monaco,
Patronne principale de la Corse (✝ 304).


 Saint Jean Chrysostome, patriarche de Constantinople, Docteur de l'Eglise. 407.

Sainte Angèle Merici, Vierge, Fondatrice de la « Congrégation des Ursulines » (1474-1540).
Pour approfondir :
Sainte Angela Merici, fondatrice des « Ursulines » († 1540)


Prière avant la lecture

"O Dieu, rends-moi digne de trouver ma joie dans la compréhension du salut opéré par ton Fils bien-aimé. O notre Seigneur, écarte de moi le voile des passions qui couvre les yeux de mon esprit. Allume ta sainte lumière dans mon cœur, pour que mon esprit saisisse le sens intime du texte et que l’œil illuminé de mon âme sonde les saints mystères cachés dans ta Parole. Par ta grâce et ta miséricorde, Seigneur, fais que jamais, ni le jour ni la nuit, ton souvenir ne s’éloigne de mon cœur. Amen." Prière d'un mystique syrien oriental, Gabriel Bunge.




Homélie :

Il disait : « Il en est du règne de Dieu comme d’un homme qui jette en terre la semence : nuit et jour, qu’il dorme ou qu’il se lève, la semence germe et grandit, il ne sait comment. D’elle-même, la terre produit d’abord l’herbe, puis l’épi, enfin du blé plein l’épi. Et dès que le blé est mûr, il y met la faucille, puisque le temps de la moisson est arrivé."

L’image de la croissance du blé, rend compte du Royaume qui surgit, qui se manifeste en nous. Cette réalité nous dépasse, nous en percevons le développement en dehors de nous, alors que nous croyions posséder notre propre vie.
Jésus, le Verbe de Dieu, est le seul qui possède sa propre vie et qui la sème comme un Amour. Il voit pousser le Royaume qu’il a semé, sa Parole reçue devient la semence qui anime la vie d’autres personnes. Elles en sont façonnées et apparemment, d’elles-mêmes, propagent la Bonne Nouvelle de l‘Évangile en croissance.
La terre, dans le temps et dans l’espace, produit l’herbe, puis l’épi, puis du blé plein l’épi, dans la croissance de la semence. Au terme, la moisson donne à cette croissance tout son sens, c’est le temps de la moisson.
Cette croissance a donc une finalité, un terme, elle n’a pas de sens en elle-même.
La finalité de cette croissance pour nous est l’amour partagé, universellement.
L’espérance glorieuse de l’amour de Dieu qui se vit dans notre vie dés le matin, et qui annonce le soir, manifeste l’amour infini du Père pour tous, le Royaume. Les dimensions le temps et de l’espace sont nécessaires à la croissance de notre vie spirituelle qui se développe dans la douceur et dans l’humilité de la « terre. »


Il disait encore : « À quoi allons-nous comparer le règne de Dieu ? Par quelle parabole pouvons-nous le représenter ? Il est comme une graine de moutarde : quand on la sème en terre, elle est la plus petite de toutes les semences. Mais quand on l’a semée, elle grandit et dépasse toutes les plantes potagères ; et elle étend de longues branches, si bien que les oiseaux du ciel peuvent faire leur nid à son ombre."

Jésus prend la comparaison de la semence la plus petite ! Elle va devenir un arbre immense dans lequel les oiseaux du ciel viendront faire leur nid.
Quand nous avons donné à Dieu notre temps et notre espace, tout ce qui est à notre disposition, Dieu peut prendre « corps » en nous. Il nous faut respecter le temps et l’espace pour que le grain pousse, que nous dormions ou que nous soyons éveillés, que nous y pensions ou que nous n’y pensions pas, la croissance s’opère.
L’image de la graine de moutarde qui dépasse toutes les plantes potagères, et qui donne refuge aux « oiseaux du ciel » est déjà l’annonce de l’arbre de la Croix ou se vivra la Passion de Jésus.
Il deviendra passage vers la vie pour beaucoup après lui. Quand cela arrive, la miséricorde de Dieu reprend tout sans cesse, et si nous sommes dans la volonté de Dieu, le Règne de Dieu va s’accomplir. Il nous donne de vivre librement, gracieusement en paix et de réjouir du bonheur de Dieu.


"Par de nombreuses paraboles semblables, Jésus leur annonçait la Parole, dans la mesure où ils étaient capables de l’entendre. Il ne leur disait rien sans parabole, mais il expliquait tout à ses disciples en particulier."

Jésus, depuis le début, sait le chemin qu’il nous propose. Il le donne à comprendre à ses disciples, « dans la mesure où ils étaient capables de comprendre. » Jésus nous offre de prendre son chemin.
Notre désir de paix, d’unité, de vie se vit dans l’humilité, car nous portons en nous le mensonge, la faiblesse de la haine ! C’est humblement que nous perdrons notre vie comme le grain qui meurt, pour qu’elle renaisse nouvelle en nous et en l’autre.
Nous comprenons la promesse de vie qui nous a été faite. La Parole a commencé son œuvre de vie et de lumière, nous en connaissons le terme. Le passage par la Croix nous est donné pour que cette vie nouvelle s’effectue en nous.
Nous recevons cette promesse de vie. Le « oui » à la vie qu’elle porte, fait de nous des grains de blé offerts pour l’Eucharistie.
Suivre humblement Jésus sur son chemin de Vie est une grande espérance qui nous est donnée. Nous voulons demeurer dans l’adoration et la vigilance, rechercher constamment la volonté du Père pour que la vie de Dieu progresse en nous.
Jésus, le plus petit des enfants des hommes, va grandir en nous. C’est le mystère du Verbe de Dieu incarné, qui s’est fait chair de la Vierge Marie qui est énoncé. Des semences du Verbe vont se développer dans notre vie si nous n’y mettons pas d’obstacle. La pâte de notre existence va être transformée, il nous faut demeurer sous le soleil de Dieu et sans cesse purifier notre cœur.



Citation :
Nous demandons la grâce d’accomplir la volonté du Père, pour que grandisse dans notre vie le Règne de Dieu.


Père Gilbert Adam
Homélies et Le Pauvre qui guérit

Source :



Saint Ambroise (v. 340-397), évêque de Milan et docteur de l'Église
Commentaire sur l'évangile de St Luc, 7, 183s (trad. cf SC 52, p. 77)


« Si bien que les oiseaux du ciel peuvent faire leur nid à son ombre »

Le Seigneur lui-même est un grain de moutarde... Si le Christ est un grain de moutarde, comment est-il le plus petit et comment grandit-il ? Ce n'est pas en sa nature, mais selon son apparence qu'il redevient grand. Vous voulez savoir comment il est le moindre ? « Nous l'avons vu, et il n'avait ni prestance ni beauté » (Is 53,2). Apprenez qu'il est le plus grand : « Il resplendit de beauté plus que les enfants des hommes » (Ps 44,3). En effet celui qui n'avait ni éclat ni beauté est devenu supérieur aux anges (Hé 1,4), dépassant toute la gloire des prophètes d'Israël... Il est la moindre de toutes les semences, parce qu'il n'est pas venu avec la royauté, ni avec les richesses, ni avec la sagesse de ce monde. Or soudain, comme un arbre, il a épanoui la cime élevée de sa puissance, si bien que nous disons : « Sous son ombre désirée je me suis assis » (Ct 2,3).

     Souvent, à mon avis, il paraissait à la fois arbre et graine. Il est graine quand on dit : « N'est-il pas le fils de Joseph le charpentier ? » (Mt 13,55). Mais au cours même de ces paroles il a soudain grandi... : « D'où lui vient, disaient-ils, cette sagesse ? » (v. 54). Il est donc graine en son apparence, arbre par sa sagesse. Dans la frondaison de ses branches pourront se reposer en sécurité l'oiseau de nuit en sa demeure, le passereau solitaire sur le toit (Ps 101,8.), celui qui a été enlevé jusqu'au paradis (2Co 12,4), celui qui « sera enlevé dans les airs sur les nuées » (1Th 4,17). Là reposent également les puissances et les anges des cieux et tous ceux à qui leurs actions spirituelles ont permis de prendre leur vol. Saint Jean y a reposé quand il était appuyé sur la poitrine de Jésus (Jn 13,25)...

     Et nous « qui étions loin » (Ep 2,13), rassemblés du milieu des nations, longtemps ballottés dans le vide du monde par les tempêtes de l'esprit du mal, déployant les ailes des vertus nous dirigeons notre vol pour que cette ombre des saints nous abrite de la chaleur accablante de ce monde. Déjà nous reprenons vie dans la paix et la sécurité de ce séjour du moment que notre âme, courbée auparavant sous le poids des péchés, est « arrachée, comme le passereau, au filet des chasseurs » (Ps 123,7) et s'est transportée sur les branches et les montagnes du Seigneur (cf Ps 10,1).



Source :









_________________

Quand je dis Dieu c'est un poème, c'est une étoile dans ma vie, 
du feu qui coule dans mes veines, un grand soleil pour aujourd'hui !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Donne-nous notre Pain de ce jour (Vie) : Parole de DIEU   Sam 28 Jan 2017 - 14:17

Bonjour Lumen,

Bonjour à toutes et à tous,






Samedi 28 Janvier 2017

Saint Thomas d’Aquin, Prêtre et Docteur de l’Église
Mort en 1274. Dominicain, disciple de Saint Albert le Grand, professeur en France et en Italie. Son oeuvre monumentale et audacieuse a renouvelé la philosophie et la théologie de son temps.

3ième semaine du Temps Ordinaire
(Couleur liturgique : Blanc )
Année A







(Première lecture)
Lettre aux Hébreux 11 : 1 et 2, 8 à 19


« Il attendait la ville dont DIEU LUI-MÊME EST LE BÂTISSEUR ET L’ARCHITECTE »

Frères,
la foi est une façon de posséder ce que l’on espère,
un moyen de connaître des réalités qu’on ne voit pas.
Et quand l’Écriture rend témoignage aux anciens,
c’est à cause de leur foi.


Grâce à la foi, Abraham obéit à l’appel de DIEU :
il partit vers un pays
qu’il devait recevoir en héritage,
et il partit sans savoir où il allait.
Grâce à la foi, il vint séjourner en immigré dans la Terre promise,
comme en terre étrangère ;
il vivait sous la tente,
ainsi qu’Isaac et Jacob,
héritiers de la même promesse,
car il attendait la ville qui aurait de vraies fondations,
la ville dont DIEU LUI-MÊME EST LE BÂTISSEUR ET L’ARCHITECTE.
Grâce à la foi, Sara, elle aussi, malgré son âge,
fut rendue capable d’être à l’origine d’une descendance
parce qu’elle pensait que DIEU EST FIDÈLE À SES PROMESSES.
C’est pourquoi, d’un seul homme, déjà marqué par la mort,
a pu naître une descendance aussi nombreuse
que les Étoiles du Ciel
et que le sable au bord de la mer,
une multitude innombrable.
C’est dans la foi, sans avoir connu la réalisation des promesses,
qu’ils sont tous morts ;
mais ils l’avaient vue et saluée de loin,
affirmant que, sur la Terre,
ils étaient des étrangers et des voyageurs.
Or, parler ainsi, c’est montrer clairement
qu’on est à la recherche d’une patrie.
S’ils avaient songé à celle qu’ils avaient quittée,
ils auraient eu la possibilité d’y revenir.
En fait, ils aspiraient à une patrie meilleure,
celle des Cieux.
Aussi DIEU n’a pas honte d’être appelé leur DIEU,
puisqu’IL leur a préparé une ville.


Grâce à la foi, quand il fut soumis à l’épreuve,
Abraham offrit Isaac en sacrifice.
Et il offrait le fils unique,
alors qu’il avait reçu les promesses
et entendu cette parole :

C’est par Isaac qu’une descendance portera ton nom.

Il pensait en effet
que DIEU est capable même de ressusciter les morts ;
c’est pourquoi son fils lui fut rendu :
il y a là une préfiguration.

– PAROLE du SEIGNEUR.


Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris








Le Cantique prophétique de Zacharie


[Cantique ; Saint Luc, 68 à 79 ; entièrement]



Cantique ; Saint Luc, 1 : 69 et 70, 71 et 72, 73 à 75


R/ Béni soit le SEIGNEUR, le DIEU d’Israël,
car IL a visité Son Peuple.


IL a fait surgir la FORCE qui nous sauve
dans la maison de David, Son Serviteur,
comme IL l’avait dit par la bouche des Saints,
par Ses Prophètes, depuis les temps anciens :
R/


SALUT qui nous arrache à l’ennemi,
à la main de tous nos oppresseurs,
AMOUR qu’IL montre envers nos pères,
mémoire de SON ALLIANCE SAINTE,
R/


serment juré à notre père Abraham
de nous rendre sans crainte,
afin que, délivrés de la main des ennemis,
nous LE servions dans la Justice et la Sainteté,
en SA PRÉSENCE, tout au long de nos jours.
R/


Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris







Évangile de JÉSUS-CHRIST selon Saint Marc 4 : 35 à 41

Acclamation de l’Évangile :
Alléluia. Alléluia.
DIEU a tellement aimé le monde qu’IL a donné SON FILS UNIQUE, afin que ceux qui croient en LUI aient la VIE ÉTERNELLE.
Alléluia.
(Jn 3, 16)




« Qui est-IL donc, CELUI-CI, pour que même le vent et la mer LUI obéissent ? »

Ce jour-là, le soir venu, JÉSUS dit à Ses Disciples :
« Passons sur l’autre rive. »
Quittant la foule, ils emmenèrent JÉSUS, comme IL était,
dans la barque,
et d’autres barques L’accompagnaient.
Survient une violente tempête.
Les vagues se jetaient sur la barque,
si bien que déjà elle se remplissait.
LUI dormait sur le coussin à l’arrière.
Les Disciples LE réveillent et LUI disent :
« MAÎTRE, nous sommes perdus ;
cela ne TE fait rien ? »
Réveillé, IL menaça le vent et dit à la mer :
« Silence, tais-toi ! »
Le vent tomba,
et il se fit un grand calme.
JÉSUS leur dit :
« Pourquoi êtes-vous si craintifs ?
N’avez-vous pas encore la foi ? »
Saisis d’une grande crainte,
ils se disaient entre eux :
« Qui est-IL donc, CELUI-CI,
pour que même le vent et la mer LUI obéissent ? »

– Acclamons la PAROLE de DIEU.


Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris


Évangile + commentaire (audio)


Écouté sur :
http://radiofidelite.fr/fr/









Textes du jour, lu sur :
Les services de la liturgie Catholique

http://www.aelf.org/office-messe?date_my=28/01/2017


Liens :
http://www.aelf.org/office-messe
http://services.liturgiecatholique.fr/






Amicalement, fraternellement
Nicolas

Revenir en haut Aller en bas
Lumen
Admin
avatar

Messages : 4231
Date d'inscription : 18/10/2014
Localisation : France

MessageSujet: Re: Donne-nous notre Pain de ce jour (Vie) : Parole de DIEU   Sam 28 Jan 2017 - 14:31

Bonjour à vous tous, amis qui aimez la Parole de Vie, goûtez et voyez comme est bon le Seigneur 
Bonjour Nicolas, Merci !




Samedi 28 janvier 2017 : Le samedi de la 3e semaine du temps ordinaire 


« Pourquoi êtes-vous si craintifs ? N’avez-vous pas encore la foi ? »


Les saints du jour (Samedi 28 janvier)

 Saint Ephrem le Syrien Diacre et Docteur de l'Eglise (+ 373)

 Saint Thomas d'Aquin, Prêtre Dominicain, Docteur de l'Église (1225-1274).
Pour approfondir :
Les œuvres de Saint Thomas d’Aquin

Saint Julien Maunoir Jésuite missionnaire en Bretagne (1606 - 1683)

Saint Joseph Freinademetz, Prêtre de la Société du Verbe Divin, Missionnaire en Chine (1852-1908)

Bienheureux Charlemagne Empereur d'Occident (+ 814)


Prière avant la lecture

"O Dieu, rends-moi digne de trouver ma joie dans la compréhension du salut opéré par ton Fils bien-aimé. O notre Seigneur, écarte de moi le voile des passions qui couvre les yeux de mon esprit. Allume ta sainte lumière dans mon cœur, pour que mon esprit saisisse le sens intime du texte et que l’œil illuminé de mon âme sonde les saints mystères cachés dans ta Parole. Par ta grâce et ta miséricorde, Seigneur, fais que jamais, ni le jour ni la nuit, ton souvenir ne s’éloigne de mon cœur. Amen." Prière d'un mystique syrien oriental, Gabriel Bunge.




Homélie :


"Ce jour-là, le soir venu, il dit à ses disciples : « Passons sur l’autre rive. »"

Quittant la foule, ils emmenèrent Jésus, comme il était, dans la barque, et d’autres barques l’accompagnaient.
Jésus est fatigué, mais il est sans peur. Face aux difficultés, il est l’Homme de Dieu, toujours ouvert à sa Présence. C’est avec un grand courage qu’il affronte les douleurs de l’humanité. Les disciples le regardent comme un Maître qui fait de nombreux miracles. Les gestes de Jésus sont surprenants, ils vont conduire les apôtres à poser sur lui un véritable acte de foi. Ils vont passer d’une lecture extérieure de ses actes à une compréhension intérieure du Sauveur.
Jésus a foi dans la nature humaine à laquelle il redonne une grande confiance. Jésus, par tout ce qu’il fait, nous donne de le découvrir, à la suite de ses disciples. Il marche à nos côtés, avec ses disciples, il nous faut passer d’un regard humain à un acte de foi au mystère de « celui qui vient nous sauver. »
Aujourd’hui, nous fêtons Saint Thomas d’Aquin, le docteur angélique. Avec une finesse psychologique rare, saint Thomas décrit le processus des actions que nous mettons en œuvre pour arriver à poser des actes qui soient humains, et qui respectent l’œuvre de Dieu. Nous demandons à Dieu cette intelligence pour guider notre vie, afin que tout ce que nous entreprenons, serve la Gloire de Dieu, et répande son amour pour nos frères.


Survient une violente tempête. Les vagues se jetaient sur la barque, si bien que déjà elle se remplissait. Lui dormait sur le coussin à l’arrière.

Les disciples le réveillent et lui disent : « Maître, nous sommes perdus ; cela ne te fait rien ? »
Jésus est sans cesse en prière, en état d’amour. Il demeure sous le souffle de l’Esprit Saint. Il va maintenant conforter la foi de ses disciples. Il va leur donner du courage en leur donnant confiance au-delà des évidences qu’ils vivent. Il avait dit à ses disciples : « Passons sur l’autre rive. » Il leur a demandé de prendre le risque de la traversée. Les disciples sont maintenant dans la peur et l’interrogation. Ils essayent de comprendre. Sans la foi en Jésus qui dort, ils ne peuvent pas aller au delà de l’interrogation ? « Maître, nous sommes perdus ; cela ne te fait rien ? »
Les compagnons de Jésus n’ont pas encore fait l’expérience d’être sauvés par lui de la violente tempête. Nous sommes les disciples et les compagnons de Jésus. Nous voulons prendre son chemin malgré notre faiblesse, pour que notre vie renaisse, toute nouvelle, en lui.
C’est par l’humilité, par la douceur, par la délicatesse que nous allons avancer dans l’œuvre de Dieu qui grandit en nous. Elle grandira infiniment, au-delà même de ce que nous pouvons espérer et penser. Notre souci sera de ne pas défaire ce que Dieu fait en nous, et de nous ajuster au travail de Dieu. Il nous faut le courage du saut dans la foi pour avancer dans le chemin spirituel.


Réveillé, il menaça le vent et dit à la mer : « Silence, tais-toi ! » Le vent tomba, et il se fit un grand calme.

Jésus leur dit : « Pourquoi êtes-vous si craintifs ? N’avez-vous pas encore la foi ? » Saisis d’une grande crainte, ils se disaient entre eux : « Qui est-il donc, celui-ci, pour que même le vent et la mer lui obéissent ? »
Jésus commande aux éléments, au vent et à la mer. Les disciples s’interrogent : « Qui est-il donc, celui-ci, pour que même le vent et la mer lui obéissent ? » Ils ne peuvent pas encore poser un jugement définitif sur Jésus. Ce Jésus faible, fatigué et dormant sur le coussin, est le Jésus fort qui calme la tempête ! Ils découvrent dans la même personne, ces deux aspects de force et de faiblesse.
Notre foi nous conduira à tenir ensemble les deux aspects dans l’unique personne de Jésus. C’est de cette foi dont Jésus veut nous parler dans cet Évangile, de façon à nous en donner le sens véritable. C’est la foi qui nous fait comprendre les événements de l’intérieur. C’est l’amour qui nous permet de comprendre véritablement l’être humain que nous sommes. Cette foi naîtra de la résurrection.
Elle va illuminer le corps de Jésus. Sa vie de Ressuscité nous permet de comprendre la vérité et la justesse des actes qu’il a posés. Jésus sait le chemin qu’il parcourt. Il le donne à comprendre à ses apôtres.
Si nous demeurons dans l’amour, nos actes seront humains. Il en est ainsi du règne de Dieu, nos actes, nos pensées, et nos paroles nous conduisent au cœur de Dieu.



Citation :
Nous demandons la grâce de laisser Dieu travailler en nous.


Père Gilbert Adam
Homélies et Le Pauvre qui guérit

Source :



Saint Antoine de Padoue (v. 1195-1231), franciscain, docteur de l'Église
Sermons pour le dimanche et les fêtes des saints (trad. Eds. Franciscaines 1944, p.74)


« Et il se fit un grand calme »

« Jésus monta dans une barque. » Dès que quelqu'un monte dans la barque de la pénitence, il se fait un grand trouble sur la mer. La mer, c'est notre cœur. « Le cœur de l'homme est compliqué et malade : qui pourra le connaître ? » dit Jérémie (17,9) ; « étonnants sont les soulèvements de cette mer » (Ps 92,4). L'orgueil la gonfle, l'ambition la porte hors de ses limites, la tristesse la couvre de ses nuages, les pensées vaines y jettent le trouble, la luxure et la gourmandise la font écumer. Or seuls ceux qui montent dans la barque de la pénitence sentent ce mouvement de la mer, cette violence du vent, cette agitation des flots. Ceux qui demeurent à terre ne s'aperçoivent de rien... Le diable, dès qu'il se sent méprisé par le pénitent, éclate en scandales et soulève la tempête ; il ne s'en va « qu'en criant et en secouant violemment » (Mc 9,26).

     « Alors Jésus commanda aux vents et à la mer. » Dieu dit à Job : « Qui donc a fixé des limites à la mer ? ... Je lui ai dit : Tu viendras jusqu'ici, sans aller plus loin ; ici, tu briseras tes flots tumultueux » (38,8-11). Seul le Seigneur peut fixer des limites à l'amertume de la persécution et de la tentation... Quand il fait cesser la tentation, il dit : « Ici, tu arrêteras tes flots tumultueux ». La tentation cèdera devant la miséricorde de Jésus Christ. Quand le diable nous tente, nous devons. dire, avec toute la dévotion de notre âme : « Au nom de Jésus de Nazareth, qui a commandé aux vents et à la mer, je te commande de t'éloigner de moi » (cf Ac 16,18).

     « Et il se fit un grand calme. » C'est ce que nous lisons au livre de Tobie : « Je le sais, Seigneur : celui qui t'honore, après avoir été éprouvé en cette vie, sera couronné ; s'il subit la tentation, il sera délivré ; s'il a à souffrir, il rencontrera ta miséricorde, car tu ne mets pas ta joie dans notre perte. Après la tempête, tu nous rends le calme ; après les larmes et les pleurs, tu nous verses la joie » (3,21-22 Vlg).



Source :









_________________

Quand je dis Dieu c'est un poème, c'est une étoile dans ma vie, 
du feu qui coule dans mes veines, un grand soleil pour aujourd'hui !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Donne-nous notre Pain de ce jour (Vie) : Parole de DIEU   Sam 28 Jan 2017 - 19:57

Bonsoir Lumen,

Bonsoir à toutes et à tous,





Dimanche 22 Janvier 2017


4ième Dimanche du Temps Ordinaire


(Couleur liturgique : Vert )
Année A










Lien :
http://www.ktotv.com/emissions/priere-et-vie-de-l-eglise/priere/en-marche-vers-dimanche

Vu sur :
www.KTOTV.com






(Première lecture)
Livre du Prophète Sophonie 2 : 3 et 3 : 12 et 13


« Je laisserai chez toi un peuple pauvre et petit »

Cherchez le SEIGNEUR,
vous tous, les humbles du pays,
qui accomplissez SA LOI.
Cherchez la justice,
cherchez l’humilité :
peut-être serez-vous à l’abri
au jour de la colère du SEIGNEUR.

Je laisserai chez toi un peuple pauvre et petit ;
il prendra pour abri le NOM DU SEIGNEUR.
Ce reste d’Israël ne commettra plus d’injustice ;
ils ne diront plus de mensonge ;
dans leur bouche, plus de langage trompeur.
Mais ils pourront paître et se reposer,
nul ne viendra les effrayer.


– PAROLE du SEIGNEUR.



Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris







Le SEIGNEUR, PROTECTEUR des faibles


Psaume 145 (146), entièrement



Psaume 145 (146) : 7, 8, 9ab et 10b


R/ Heureux les pauvres de cœur,
car le Royaume des Cieux est à eux !


Le SEIGNEUR fait justice aux opprimés ;
aux affamés, IL donne le pain,
le SEIGNEUR délie les enchaînés.
R/


Le SEIGNEUR ouvre les yeux des aveugles,
le SEIGNEUR redresse les accablés,
le SEIGNEUR aime les justes.
R/


Le SEIGNEUR protège l’étranger,
IL soutient la veuve et l’orphelin,
le SEIGNEUR EST TON DIEU pour toujours.
R/


Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris


« Chants audio du Psaume 145 (146) »

Du CD, Signes :

http://www.mirari.fr/kAvu







(Deuxième lecture)
Première Lettre de Saint Paul Apôtre aux Corinthiens 1 : 26 à 31


« Ce qu’il y a de faible dans le monde, voilà ce que DIEU a choisi »

Frères,
vous qui avez été appelés par DIEU, regardez bien :
parmi vous, il n’y a pas beaucoup de sages aux yeux des hommes,
ni de gens puissants ou de haute naissance.
Au contraire, ce qu’il y a de fou dans le monde,
voilà ce que DIEU a choisi,
pour couvrir de confusion les sages ;
ce qu’il y a de faible dans le monde,
voilà ce que DIEU a choisi,
pour couvrir de confusion ce qui est fort ;
ce qui est d’origine modeste, méprisé dans le monde,
ce qui n’est pas,
voilà ce que DIEU a choisi,
pour réduire à rien ce qui est ;
ainsi aucun être de chair ne pourra s’enorgueillir devant DIEU.
C’est GRÂCE À DIEU, en effet, que vous êtes dans le CHRIST JÉSUS,
LUI qui est devenu pour nous SAGESSE VENANT DE DIEU,
JUSTICE, SANCTIFICATION, RÉDEMPTION.
Ainsi, comme il est écrit :

Celui qui veut être fier,
qu’il mette sa fierté dans le SEIGNEUR.



– PAROLE du SEIGNEUR.



Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris








Évangile de JÉSUS-CHRIST selon Saint Matthieu 5 : 1 à 12a

Acclamation de l’Évangile :
Alléluia. Alléluia.

Réjouissez-vous, soyez dans l’allégresse,
car votre récompense est grande dans les Cieux !

Alléluia.
(Mt 5, 12)




Heureux les pauvres de cœur

En ce temps-là,
voyant les foules,
JÉSUS gravit la montagne.
IL s’assit, et Ses Disciples s’approchèrent de LUI.
Alors, ouvrant la bouche, IL les enseignait.
IL disait :
« Heureux les pauvres de cœur,
car le Royaume des Cieux est à eux.
Heureux ceux qui pleurent,
car ils seront consolés.
Heureux les doux,
car ils recevront la Terre en héritage.
Heureux ceux qui ont faim et soif de la justice,
car ils seront rassasiés.
Heureux les miséricordieux,
car ils obtiendront miséricorde.
Heureux les cœurs purs,
car ils verront DIEU.
Heureux les artisans de paix,
car ils seront appelés Fils de DIEU.
Heureux ceux qui sont persécutés pour la justice,
car le Royaume des Cieux est à eux.
Heureux êtes-vous si l’on vous insulte,
si l’on vous persécute
et si l’on dit faussement toute sorte de mal contre vous,
à cause de Moi.
Réjouissez-vous, soyez dans l’allégresse,
car votre récompense est grande dans les Cieux ! »

– Acclamons la PAROLE de DIEU.



Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris











Textes du jour, lu sur :
Les services de la liturgie Catholique

http://www.aelf.org/2017-01-29/romain/messe


Liens :
http://www.aelf.org/office-messe
http://services.liturgiecatholique.fr/






Amicalement, fraternellement
Nicolas

Revenir en haut Aller en bas
Lumen
Admin
avatar

Messages : 4231
Date d'inscription : 18/10/2014
Localisation : France

MessageSujet: Re: Donne-nous notre Pain de ce jour (Vie) : Parole de DIEU   Dim 29 Jan 2017 - 12:42

Bonjour à vous tous, amis qui aimez la Parole de Vie, goûtez et voyez comme est bon le Seigneur 
Bonjour Nicolas, Merci !




Dimanche 29 janvier 2017 : Quatrième dimanche du temps ordinaire 


Heureux les pauvres de cœur, car le royaume des Cieux est à eux.


Les saints du jour (Dimanche 29 janvier)

 Saint Aphraate le Perse, anachorète († v. 378)

 Saint Gildas, Abbé en Bretagne (✝ 570).

Bienheureuse Villana de Botti, Tertiaire Dominicaine (✝ 1360)

Bienheureux Bronisław Markiewicz, Prêtre polonais, Fondateur de
la Congrégation de Saint Michel Archange (✝ 1912).



Prière avant la lecture

"O Dieu, rends-moi digne de trouver ma joie dans la compréhension du salut opéré par ton Fils bien-aimé. O notre Seigneur, écarte de moi le voile des passions qui couvre les yeux de mon esprit. Allume ta sainte lumière dans mon cœur, pour que mon esprit saisisse le sens intime du texte et que l’œil illuminé de mon âme sonde les saints mystères cachés dans ta Parole. Par ta grâce et ta miséricorde, Seigneur, fais que jamais, ni le jour ni la nuit, ton souvenir ne s’éloigne de mon cœur. Amen." Prière d'un mystique syrien oriental, Gabriel Bunge.



Homélie :


"Voyant les foules, Jésus gravit la montagne. Il s’assit, et ses disciples s’approchèrent de lui. Alors, ouvrant la bouche, il les enseignait. Il disait : « Heureux les pauvres de cœur, car le royaume des Cieux est à eux."

Jésus n’encourage ni la misère, ni le drame de ceux qui meurent de faim ! Le mot de « pauvre » a une longue histoire dans la Parole. Dans les textes les plus anciens, le pauvre est l’homme courbé, abaissé, opprimé, incapable de résister et de tenir tête aux puissants. C’était sur son humiliation que l’accent était mis.
Très vite la coloration de ce mot de pauvre est devenue religieuse, alors que les oppresseurs apparaissaient comme des orgueilleux et des impies. Le pauvre fera figure d’homme paisible, qui met sa confiance en Dieu et attend de lui son secours.
La première béatitude de Jésus s’adresse à tous ceux qui ont un cœur assez pauvre pour se retrouver petits devant Dieu. Ils ont les mains ouvertes pour recevoir de lui seul la force de l’espérance. La joie de Jésus transpire sur les visages de ses disciples : « Heureux, » c’est d’abord de la joie de Jésus dont il s’agit ! Les Béatitudes sont la carte d’identité de Jésus.
Nous pourrions les décliner en manifestant combien Jésus est le « pauvre ! » "Le fils de l’homme n’a pas ou reposer sa tête." « Apprenez de moi que je suis doux et humble de cœur ! » Le « pauvre » d’assise est devenu dans le Christ comme le symbole de Dame Pauvreté ! Nous jugeons sur les signes extérieurs de richesse ou de pauvreté bien trompeurs. Dieu, lui regarde le cœur, car on peut être riche avec un cœur de pauvre, et pauvre avec un cœur de riche. La pauvreté matérielle peut nous prédisposer à la pauvreté du cœur.


« Heureux ceux qui pleurent, car ils seront consolés. Heureux les doux, car ils recevront la terre en héritage. Heureux ceux qui ont faim et soif de la justice, car ils seront rassasiés. Heureux les miséricordieux, car ils obtiendront miséricorde. Heureux les cœurs purs, car ils verront Dieu. Heureux les artisans de paix, car ils seront appelés fils de Dieu.

Dieu aime toute personne comme elle est. Jésus n’a pas dit : « Heureux » les incapables, ceux qui ont peur de vivre, mais heureux les doux. Heureux ceux qui refusent la volonté de puissance et qui acceptent de combattre sans abuser de leurs forces. Heureux ceux qui laissent toujours aux autres un espace pour être libres et pour se dépasser. Nous pourrions faire une lecture de toutes ces Béatitudes en les appliquant aux membres du Corps du Christ. Nous trouverions alors autant de visages significatifs de chacune des béatitudes. Il y a tellement de visages qui pourraient ainsi défiler sous nos yeux ! Dieu a une tendresse spéciale pour ceux qui sont attentifs aux autres. Une mère garde des trésors de patience et de compréhension pour tous ses enfants. Celui qui est le plus fragile et le plus démuni a toute son attention. Il n’y a que de l’attention pour ses enfants dans le cœur de Dieu.

Heureux ceux qui sont persécutés pour la justice, car le royaume des Cieux est à eux. Heureux êtes-vous si l’on vous insulte, si l’on vous persécute et si l’on dit faussement toute sorte de mal contre vous, à cause de moi. Réjouissez-vous, soyez dans l’allégresse, car votre récompense est grande dans les cieux.

C’est la douceur même de Jésus qui lui fait dire : « Chargez-vous de mon joug, et mettez-vous à mon école. » La fraîcheur de l’Evangile nous est donnée dans la suite de Jésus. Elle nous emmène dans un réalisme nourrit de vérité intérieure et d’accueil filial de l’œuvre de Dieu. Elle est faite de miséricorde inlassable envers le monde. C’est sous le signe de l’innocence que nous pouvons la vivre. Cet accueil nous oblige à une grâce de conversion. « Réjouissez-vous, soyez dans l’allégresse, » dans la persécution, relève de bien plus que de l’héroïsme ! La Tradition a illustré très fortement le lien qui unissait Jésus portant sa Croix glorieuse et le disciple, à la suite de Jésus, qui porte lui aussi sa croix qui doit devenir « glorieuse. » Paul dira : « Je ne veux plus voir que Jésus et Jésus crucifié, le monde est un crucifié pour moi et je suis un crucifié pour le monde » ! C’était vraiment la joie de Paul, et elle était si profonde !


Citation :
Nous demandons la grâce de contempler Jésus dans les Béatitudes.


Père Gilbert Adam
Homélies et Le Pauvre qui guérit

Source :



Bienheureux Guerric d'Igny (v. 1080-1157), abbé cistercien
Sermon pour la Toussaint, 3.5-6 (trad. cf SC 202, p. 503s)


« Le Royaume des cieux est à eux »

« Heureux les pauvres de cœur : le Royaume des cieux est à eux ! » Oui, heureux ceux qui rejettent les fardeaux sans valeur, mais bien pesants, de ce monde ; ceux qui ne veulent plus devenir riches, si ce n'est en possédant le Créateur du monde, et lui seul, pour lui-même ; ceux qui sont comme des gens qui n'ont rien mais qui par lui possèdent tout (2 Co 6,10). Est-ce qu'ils ne possèdent pas tout, ceux qui possèdent celui qui contient tout et dispose tout, ceux dont Dieu est « la part et l'héritage » ? (Nb 18,20) « Rien ne manque à ceux qui le craignent » (Ps 33,10). Dieu leur donne tout ce qu'il sait leur être nécessaire ; il se donnera lui-même à eux un jour, pour qu'ils soient dans la joie... Glorifions-nous donc, mes frères, d'être pauvres pour le Christ, et efforçons-nous d'être humbles avec le Christ. Il n'y a rien de plus détestable qu'un pauvre orgueilleux et rien de plus misérable...

     « Le Royaume de Dieu n'est pas nourriture et boisson, mais justice, paix et joie dans l'Esprit Saint » (Rm 14,17). Si nous sentons que nous avons tout cela en nous, pourquoi ne pas proclamer avec assurance que le Royaume de Dieu est au-dedans de nous ? (Lc 17,21) Or ce qui est en nous est véritablement à nous ; personne ne peut nous l'arracher. C'est pourquoi, quand il proclame le bonheur des pauvres, le Seigneur a raison de dire, non pas : « Le Royaume des cieux sera à eux », mais « est à eux ». Il l'est non seulement à cause d'un droit fermement établi, mais aussi à cause d'un gage absolument sûr, une expérience déjà du bonheur parfait. Non seulement parce que le Royaume est préparé pour eux depuis le début du monde (Mt 25,34), mais aussi parce qu'ils ont déjà commencé à entrer en sa possession. Ils possèdent déjà le trésor céleste dans des vases d'argile (2 Co 4,7) ; ils portent déjà Dieu dans leur corps et dans leur cœur.



Source :











_________________

Quand je dis Dieu c'est un poème, c'est une étoile dans ma vie, 
du feu qui coule dans mes veines, un grand soleil pour aujourd'hui !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Donne-nous notre Pain de ce jour (Vie) : Parole de DIEU   Dim 29 Jan 2017 - 22:13

Bonsoir Lumen,

Bonsoir à toutes et à tous,





Lundi 30 Janvier 2017

De la férie

4ième semaine du Temps Ordinaire
(Couleur liturgique : Vert )
Année A







(Première lecture)
Lettre aux Hébreux 11 : 32 à 40


« Par leur foi, ils ont conquis des royaumes. Pour nous DIEU avait prévu mieux encore »

Frères,
sur la puissance de la foi,
que dire encore ?
Le temps me manquerait pour rappeler l’histoire
de Gédéon, Baraq, Samson, Jephté,
David, Samuel et les Prophètes.
Par leur foi,
ils ont conquis des royaumes,
pratiqué la justice,
obtenu la réalisation de certaines promesses.
Ils ont fermé la gueule des lions,
éteint la flamme des brasiers,
échappé au tranchant de l’épée,
retrouvé leurs forces après la maladie,
montré du courage à la guerre,
mis en fuite des armées étrangères.
Des femmes dont les enfants étaient morts
les ont retrouvés ressuscités.
Mais certains autres ont été torturés
et n’ont pas accepté la libération qui leur était proposée,
car ils voulaient obtenir une meilleure résurrection.
D’autres ont subi l’épreuve des moqueries et des coups de fouet,
des chaînes et de la prison.
Ils furent lapidés, sciés en deux,
massacrés à coups d’épée.
Ils allèrent çà et là,
vêtus de peaux de moutons ou de toisons de chèvres,
manquant de tout, harcelés et maltraités
– mais en fait, c’est le monde qui n’était pas digne d’eux !
Ils menaient une vie errante dans les déserts et les montagnes,
dans les grottes et les cavernes de la terre.
Et, bien que, par leur foi,
ils aient tous reçu le TÉMOIGNAGE DE DIEU,
ils n’ont pas obtenu la réalisation de la promesse.
En effet, pour nous DIEU avait prévu mieux encore,
et IL ne voulait pas les mener sans nous à la perfection.

– PAROLE du SEIGNEUR.


Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris








SEIGNEUR, c’est TOI qui es ma SÉCURITÉ


Du répertoire du chef de chorale. Psaume appartenant au recueil de David.

[Psaume 30 (31) ; entièrement]




Psaume 30 (31) : 20, 21, 22, 23, 24


R/ Soyez forts, prenez courage,
vous tous qui espérez le SEIGNEUR !


Qu’ils sont GRANDS, TES BIENFAITS !
TU les réserves à ceux qui TE craignent.
TU combles, à la face du monde,
ceux qui ont en TOI leur REFUGE.
R/


TU les caches au plus secret de TA FACE,
loin des intrigues des hommes.
TU leur réserves un lieu sûr,
loin des langues méchantes.
R/


Béni soit le SEIGNEUR :
SON AMOUR a fait pour moi des MERVEILLES !
R/


Et moi, dans mon trouble, je disais :
« Je ne suis plus devant TES YEUX. »
Pourtant, TU écoutais ma prière
quand je criais vers TOI.
R/


Aimez le SEIGNEUR, vous, Ses Fidèles :
le SEIGNEUR veille sur les siens ;
mais IL rétribue avec rigueur,
qui se montre arrogant.
R/


Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris







Évangile de JÉSUS-CHRIST selon Saint Marc 5 : 1 à 20

Acclamation de l’Évangile :
Alléluia. Alléluia.
UN GRAND PROPHÈTE s’est levé parmi nous,
et DIEU a visité Son Peuple.
Alléluia.
(Lc 7, 16)




« Esprit impur, sors de cet homme ! »

En ce temps-là,
JÉSUS et Ses Disciples
arrivèrent sur l’autre rive,
de l’autre côté de la mer de Galilée,
dans le pays des Géraséniens.
Comme JÉSUS sortait de la barque,
aussitôt un homme possédé d’un esprit impur
s’avança depuis les tombes à SA RENCONTRE ;
il habitait dans les tombeaux
et personne ne pouvait plus l’attacher,
même avec une chaîne ;
en effet on l’avait souvent attaché
avec des fers aux pieds et des chaînes,
mais il avait rompu les chaînes, brisé les fers,
et personne ne pouvait le maîtriser.
Sans arrêt, nuit et jour,
il était parmi les tombeaux et sur les collines,
à crier, et à se blesser avec des pierres.
Voyant JÉSUS de loin,
il accourut, se prosterna devant LUI
et cria d’une voix forte :
« Que me veux-TU, JÉSUS, FILS DU DIEU TRÈS-HAUT ?
Je T’adjure par DIEU,
ne me tourmente pas ! »
JÉSUS lui disait en effet :
« Esprit impur, sors de cet homme ! »
Et IL lui demandait :
« Quel est ton nom ? »
L’homme LUI dit :
« Mon nom est Légion,
car nous sommes beaucoup. »
Et ils suppliaient JÉSUS avec insistance
de ne pas les chasser en dehors du pays.
Or, il y avait là, du côté de la colline, un grand troupeau de porcs
qui cherchait sa nourriture.
Alors, les esprits impurs supplièrent JÉSUS :
« Envoie-nous vers ces porcs,
et nous entrerons en eux. »
IL le leur permit.
Ils sortirent alors de l’homme et entrèrent dans les porcs.
Du haut de la falaise, le troupeau se précipita dans la mer :
il y avait environ deux mille porcs,
et ils se noyaient dans la mer.
Ceux qui les gardaient prirent la fuite,
ils annoncèrent la nouvelle dans la ville et dans la campagne,
et les gens vinrent voir ce qui s’était passé.
Ils arrivent auprès de JÉSUS, ils voient le possédé
assis, habillé, et revenu à la raison,
lui qui avait eu la légion de démons,
et ils furent saisis de crainte.
Ceux qui avaient vu tout cela leur racontèrent l’histoire du possédé
et ce qui était arrivé aux porcs.
Alors ils se mirent à supplier JÉSUS
de quitter leur territoire.
Comme JÉSUS remontait dans la barque,
le possédé LE suppliait de pouvoir être avec LUI.
IL n’y consentit pas,
mais IL lui dit :
« Rentre à la maison, auprès des tiens,
annonce-leur tout ce que le SEIGNEUR
a fait pour toi dans SA MISÉRICORDE. »
Alors l’homme s’en alla,
il se mit à proclamer dans la région de la Décapole
ce que JÉSUS avait fait pour lui,
et tout le monde était dans l’admiration.

– Acclamons la PAROLE de DIEU.


Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris


Évangile + commentaire (audio)


Écouté sur :
http://radiofidelite.fr/fr/









Textes du jour, lu sur :
Les services de la liturgie Catholique

http://www.aelf.org/2017-01-30/romain/messe


Liens :
http://www.aelf.org/office-messe
http://services.liturgiecatholique.fr/






Amicalement, fraternellement
Nicolas

Revenir en haut Aller en bas
Lumen
Admin
avatar

Messages : 4231
Date d'inscription : 18/10/2014
Localisation : France

MessageSujet: Re: Donne-nous notre Pain de ce jour (Vie) : Parole de DIEU   Lun 30 Jan 2017 - 14:43

Bonjour à vous tous, amis qui aimez la Parole de Vie, goûtez et voyez comme est bon le Seigneur 
Bonjour Nicolas, Merci !




Lundi 30 janvier 2017 : Le lundi de la 4e semaine du temps ordinaire 


« Rentre à la maison, auprès des tiens, annonce-leur tout
ce que le Seigneur a fait pour toi dans sa miséricorde. »



Les saints du jour (Lundi 30 janvier)

 Sainte Martine, vierge et martyre († 226). Pour approfondir :  Sainte Martine, vierge et martyre. 236.

Saint Jean Chrysostome Evêque de Constantinople, Docteur de l'Eglise (+ 407)

 Sainte Bathilde, reine de France et Moniale à Chelles (vers 630-✝ 680).

Saint Mutien Marie Wiaux, Frère des Écoles Chrétiennes (✝ 1917).

Bienheureuse Maria Bolognesi, laïque et mystique (1924-1980).


Prière avant la lecture

"O Dieu, rends-moi digne de trouver ma joie dans la compréhension du salut opéré par ton Fils bien-aimé. O notre Seigneur, écarte de moi le voile des passions qui couvre les yeux de mon esprit. Allume ta sainte lumière dans mon cœur, pour que mon esprit saisisse le sens intime du texte et que l’œil illuminé de mon âme sonde les saints mystères cachés dans ta Parole. Par ta grâce et ta miséricorde, Seigneur, fais que jamais, ni le jour ni la nuit, ton souvenir ne s’éloigne de mon cœur. Amen." Prière d'un mystique syrien oriental, Gabriel Bunge.




Homélie :


Ils arrivèrent sur l’autre rive, de l’autre côté de la mer de Galilée, dans le pays des Géraséniens.

Comme Jésus sortait de la barque, aussitôt un homme possédé d’un esprit impur s’avança depuis les tombes à sa rencontre ; il habitait dans les tombeaux et personne ne pouvait plus l’attacher, même avec une chaîne ; en effet on l’avait souvent attaché avec des fers aux pieds et des chaînes, mais il avait rompu les chaînes, brisé les fers, et personne ne pouvait le maîtriser.
Jésus et ses disciples passe sur l’autre côté du lac, dans un pays païen.
La foi nous dit que notre Dieu créateur est bon, sans ombre de mal et que tout être créé, comme tel, est bon.
Mais vient un mystère d’obscurité, de nuit. Le mal ne vient pas de la source de l’être lui-même, il n’est pas originel.
Le mal vient d’une liberté créée, d’une liberté mal utilisée.
Obscur, le mal n’est pas logique. Jésus est face à une humanité disloquée, éclatée.
Nous retrouvons mystérieusement ce dont souffre beaucoup de nos contemporains : « J’étais comme un puzzle dont les pièces étaient toutes répandues par terre, progressivement les pièces se sont rapprochées et j’ai retrouvé mon unité, » témoignait un jeune !
Nous avons là comme l’extrême de la souffrance humaine à l’œuvre dans la vie d’un homme, le « mystère d’iniquité, » comme l’appelle l’apôtre Paul. Tout ce qui peut être infligé à l’humanité par la méchanceté, la perfidie du menteur, est intolérable ! Jésus, le Sauveur du monde, est venu nous en libérer.


Sans arrêt, nuit et jour, il était parmi les tombeaux et sur les collines, à crier, et à se blesser avec des pierres.

Voyant Jésus de loin, il accourut, se prosterna devant lui et cria d’une voix forte : « Que me veux-tu, Jésus, fils du Dieu Très-Haut ? Je t’adjure par Dieu, ne me tourmente pas ! » Jésus lui disait en effet : « Esprit impur, sors de cet homme ! » Et il lui demandait : « Quel est ton nom ? » L’homme lui dit : « Mon nom est Légion, car nous sommes beaucoup. »
La puissance du mal dans le cœur de cet homme est indéniable. Ce mal vient d’une source subordonnée, Dieu est plus fort avec sa lumière, l’humanité peut être guérie. Effectivement, Dieu a introduit la guérison, il est entré en personne dans l’histoire, cet homme qui souffre sera guéri.
Cette dissolution de la personnalité, l’éclatement intérieur de ce pauvre homme dit bien sa souffrance : « Je t’adjure par Dieu, ne me fais pas souffrir ! » Cet homme hurle sa vie comme beaucoup de personnes aujourd’hui dans les hôpitaux psychiatriques ou dans les lieux de l’humanité les plus reculés ou femmes et hommes sont à la torture !
Jésus fait face à l’ennemi de la nature humaine, vient nous donner la paix. Le Christ crucifié et ressuscité, nouvel Adam, oppose au fleuve pollué du mal un fleuve de lumière. Et ce fleuve est présent dans l’histoire, le fleuve de lumière qui vient du Christ est présent, il est puissant.


…Or, il y avait là, du côté de la colline, un grand troupeau de porcs qui cherchait sa nourriture. Ceux qui les gardaient prirent la fuite, ils annoncèrent la nouvelle dans la ville et dans la campagne, et les gens vinrent voir ce qui s’était passé.

Ils arrivent auprès de Jésus, ils voient le possédé assis, habillé, et revenu à la raison, lui qui avait eu la légion de démons, et ils furent saisis de crainte. Ceux qui avaient vu tout cela leur racontèrent l’histoire du possédé et ce qui était arrivé aux porcs. Alors ils se mirent à supplier Jésus de quitter leur territoire. Comme Jésus remontait dans la barque, le possédé le suppliait de pouvoir être avec lui. Il n’y consentit pas, mais il lui dit : « Rentre à la maison, auprès des tiens, annonce-leur tout ce que le Seigneur a fait pour toi dans sa miséricorde. » Alors l’homme s’en alla, il se mit à proclamer dans la région de la Décapole ce que Jésus avait fait pour lui, et tout le monde était dans l’admiration.
Cet évangile manifeste la souffrances de l’humanité qui fait corps avec le mal-être, la douleur qui l’étreint : Si vous saviez comme je suis moche ! Est- ce que je pourrais vous dire jusqu’où va ma misère ? est-ce que vous pourriez l’entendre ? disent beaucoup de jeunes.
Cette souffrance est répandue dans le monde, c’est la coupe de malédiction que Jésus absorbera dans l’agonie et la Passion !
Dieu, en Jésus, fera surgir de là une coupe de bénédiction : le sang du Christ qui nous purifie et qui nous pacifie.
Aujourd’hui, c’est dans la célébration de l’Eucharistie qu’aboutit sur l’autel toute la souffrance du monde.
Avec Jésus, en lui et par lui, les tourmentés de la terre reçoivent la lumière du Christ ressuscité qui va leur permettre de retrouver la Paix.



Citation :
Nous demandons la grâce d’être libéré et de demeurer en Jésus.


Père Gilbert Adam
Homélies et Le Pauvre qui guérit

Source :



Sainte Teresa de Calcutta (1910-1997), fondatrice des Sœurs Missionnaires de la Charité
No Greater Love (trad. Il n'y a pas de plus grand amour, Lattès 1997, p.26)


« Le possédé suppliait Jésus de pouvoir être avec lui... Mais il lui dit : ' Rentre auprès des tiens, annonce-leur tout ce que le Seigneur a fait pour toi ' »

Nous sommes appelés à aimer le monde. Et Dieu a tellement aimé le monde qu'il lui a donné Jésus (Jn 3,16). Aujourd'hui, il aime tellement le monde qu'il nous donne au monde, toi et moi, pour que nous soyons son amour, sa compassion et sa présence par une vie de prière, de sacrifices, d'abandon. La réponse que Dieu attend de toi est que tu deviennes contemplatif, que tu sois contemplatif.

     Prenons Jésus au mot, et soyons des contemplatifs au cœur du monde car, si nous avons la foi, nous sommes en sa présence perpétuelle. Par la contemplation, l'âme puise directement dans le cœur de Dieu les grâces que la vie active a la charge de distribuer. Nos existences doivent être liées au Christ vivant qui est en nous. Si nous ne vivons pas en présence de Dieu, nous ne pouvons pas persévérer.

     Qu'est-ce-que la contemplation ? Vivre la vie de Jésus. C'est ainsi que je la comprends. Aimer Jésus, vivre sa vie au sein de la nôtre, vivre la nôtre au sein de la sienne... La contemplation ne revient pas à s'enfermer dans un cabinet obscur, mais à permettre à Jésus de vivre sa Passion, son amour, son humilité en nous, de prier avec nous, d'être avec nous, et de sanctifier à travers nous. Notre vie et notre contemplation sont une. Ce n'est pas là une question de faire mais d'être. Il s'agit en fait de la pleine jouissance de notre esprit par l'Esprit Saint qui insuffle en nous la plénitude de Dieu et nous envoie dans toute la création comme son message personnel d'amour (Mc 16,15).



Source :










_________________

Quand je dis Dieu c'est un poème, c'est une étoile dans ma vie, 
du feu qui coule dans mes veines, un grand soleil pour aujourd'hui !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Donne-nous notre Pain de ce jour (Vie) : Parole de DIEU   Lun 30 Jan 2017 - 19:48

Bonsoir Lumen,

Bonsoir à toutes et à tous,





Mardi 31 Janvier 2017

Saint Jean Bosco, Prêtre
1815-1888. Né de parents pauvres, près de Turin, il fut le Prêtre des enfants abandonnés et désoeuvrés. Fondateurs des Salésiens et des Filles de Marie Auxiliatrice.

4ième semaine du Temps Ordinaire
(Couleur liturgique : Blanc )
Année A







(Première lecture)
Lettre aux Hébreux 12 : 1 à 4


« Courons avec endurance l’épreuve qui nous est proposée »

Frères,
nous aussi, entourés de cette immense nuée de témoins,
et débarrassés de tout ce qui nous alourdit
– en particulier du péché qui nous entrave si bien –,
courons avec endurance
l’épreuve qui nous est proposée,
les yeux fixés sur JÉSUS,
qui est à l’origine et au terme de la foi.
Renonçant à la joie qui LUI était proposée,
IL a enduré la Croix en méprisant la honte de ce supplice,
et IL siège à la DROITE DU TRÔNE DE DIEU.
Méditez l’exemple
de CELUI qui a enduré de la part des pécheurs une telle hostilité,
et vous ne serez pas accablés par le découragement.
Vous n’avez pas encore résisté jusqu’au sang
dans votre lutte contre le péché.

– PAROLE du SEIGNEUR.


Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris








Mon DIEU, mon DIEU, pourquoi m’as-TU abandonné ?


Du répertoire du chef de chorale. À chanter sur l’air de “Biche de l’aurore”. Psaume appartenant au recueil de David.

[Psaume 21 (22) ; entièrement]




Psaume 21 (22) : 26b et 27, 28 et 30, 31 et 32


R/ Ils loueront le SEIGNEUR,
ceux qui LE cherchent.


Devant ceux qui TE craignent, je tiendrai mes promesses.
Les pauvres mangeront : ils seront rassasiés ;
ils loueront le SEIGNEUR, ceux qui LE cherchent :
« À vous, toujours, la vie et la joie ! »
R/


La Terre entière se souviendra et reviendra vers le SEIGNEUR,
chaque famille de nations se prosternera devant LUI.
Tous ceux qui festoyaient s’inclinent ;
promis à la mort, ils plient en SA PRÉSENCE.
R/


Et moi, je vis pour LUI : ma descendance LE servira ;
on annoncera le SEIGNEUR aux générations à venir.
On proclamera SA JUSTICE au peuple qui va naître :
Voilà SON ŒUVRE !
R/


Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris







Évangile de JÉSUS-CHRIST selon Saint Marc 5 : 21 à 43

Acclamation de l’Évangile :
Alléluia. Alléluia.
Le Christ a pris nos souffrances, il a porté nos maladies.
Alléluia.
(Mt 8, 17)




« Jeune fille, je te le dis, lève-toi ! »

En ce temps-là,
JÉSUS regagna en barque l’autre rive,
et une grande foule s’assembla autour de LUI.
IL était au bord de la mer.
Arrive un des chefs de synagogue, nommé Jaïre.
Voyant JÉSUS, il tombe à SES PIEDS
et LE supplie instamment :
« Ma fille, encore si jeune, est à la dernière extrémité.
Viens lui imposer les mains
pour qu’elle soit sauvée et qu’elle vive. »
JÉSUS partit avec lui,
et la foule qui LE suivait
était si nombreuse qu’elle L’écrasait.

Or, une femme, qui avait des pertes de sang depuis douze ans…
– elle avait beaucoup souffert
du traitement de nombreux médecins,
et elle avait dépensé tous ses biens
sans avoir la moindre amélioration ;
au contraire, son état avait plutôt empiré –
… cette femme donc, ayant appris ce qu’on disait de JÉSUS,
vint par-derrière dans la foule et toucha SON VÊTEMENT.
Elle se disait en effet :
« Si je parviens à toucher seulement SON VÊTEMENT,
je serai sauvée. »
À l’instant, l’hémorragie s’arrêta,
et elle ressentit dans son corps qu’elle était guérie de son mal.
Aussitôt JÉSUS se rendit compte qu’une force était sortie de LUI.
IL se retourna dans la foule, et IL demandait :
« Qui a touché MES VÊTEMENTS ? »
Ses Disciples LUI répondirent :
« TU vois bien la foule qui T’écrase,
et TU demandes : “Qui m’a touché ?” »
Mais LUI regardait tout autour
pour voir celle qui avait fait cela.
Alors la femme, saisie de crainte et toute tremblante,
sachant ce qui lui était arrivé,
vint se jeter à SES PIEDS et lui dit toute la vérité.
JÉSUS lui dit alors :
« Ma fille, ta foi t’a sauvée.
Va en paix et sois guérie de ton mal. »

Comme IL parlait encore,
des gens arrivent de la maison de Jaïre, le chef de synagogue,
pour dire à celui-ci :
« Ta fille vient de mourir.
À quoi bon déranger encore le MAÎTRE ? »
JÉSUS, surprenant ces mots, dit au chef de synagogue :
« Ne crains pas, crois seulement. »
IL ne laissa personne L’accompagner,
sauf Pierre, Jacques, et Jean, le frère de Jacques.
Ils arrivent à la maison du chef de synagogue.
JÉSUS voit l’agitation,
et des gens qui pleurent et poussent de grands cris.
IL entre et leur dit :
« Pourquoi cette agitation et ces pleurs ?
L’enfant n’est pas morte : elle dort. »
Mais on se moquait de LUI.
Alors IL met tout le monde dehors,
prend avec LUI le père et la mère de l’enfant,
et ceux qui étaient avec LUI ;
puis IL pénètre là où reposait l’enfant.
IL saisit la main de l’enfant, et lui dit :
« Talitha koum »,
ce qui signifie :
« Jeune fille, Je te le dis, lève-toi ! »
Aussitôt la jeune fille se leva et se mit à marcher
– elle avait en effet douze ans.
Ils furent frappés d’une grande stupeur.
Et JÉSUS leur ordonna fermement
de ne le faire savoir à personne ;
puis IL leur dit de la faire manger.

– Acclamons la PAROLE de DIEU.


Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris


Évangile + commentaire (audio)


Écouté sur :
http://radiofidelite.fr/fr/









Textes du jour, lu sur :
Les services de la liturgie Catholique

http://www.aelf.org/2017-01-31/romain/messe


Liens :
http://www.aelf.org/office-messe
http://services.liturgiecatholique.fr/






Amicalement, fraternellement
Nicolas

Revenir en haut Aller en bas
Lumen
Admin
avatar

Messages : 4231
Date d'inscription : 18/10/2014
Localisation : France

MessageSujet: Re: Donne-nous notre Pain de ce jour (Vie) : Parole de DIEU   Mar 31 Jan 2017 - 15:45

Bonjour à vous tous, amis qui aimez la Parole de Vie, goûtez et voyez comme est bon le Seigneur 
Bonjour Nicolas, Merci !




Mardi 31 janvier 2017 : Le mardi de la 4e semaine du temps ordinaire 


« Ma fille, ta foi t’a sauvée. Va en paix et sois guérie de ton mal. »


Les saints du jour (Lundi 30 janvier)

 Saints Cyr et Jean d'Alexandrie Martyr (4ème s.)  

 Sainte Ulphe, Ermite (8ème s.).

Saint François-Xavier-Marie Bianchi, Prêtre Barnabite « Apôtre de Naples » (1743-1815).

 Saint Jean (Giovanni) Bosco, Prêtre et Fondateur de la « Congrégation Salésienne (SDB) » et de
l'Institut des « Filles de Marie-Auxiliatrice (FMA) » (1815-1888).



Prière avant la lecture

"O Dieu, rends-moi digne de trouver ma joie dans la compréhension du salut opéré par ton Fils bien-aimé. O notre Seigneur, écarte de moi le voile des passions qui couvre les yeux de mon esprit. Allume ta sainte lumière dans mon cœur, pour que mon esprit saisisse le sens intime du texte et que l’œil illuminé de mon âme sonde les saints mystères cachés dans ta Parole. Par ta grâce et ta miséricorde, Seigneur, fais que jamais, ni le jour ni la nuit, ton souvenir ne s’éloigne de mon cœur. Amen." Prière d'un mystique syrien oriental, Gabriel Bunge.

Lectures du jour:
 




Homélie :


"Des gens présentaient à Jésus des enfants pour qu’il pose la main sur eux ; mais les disciples les écartèrent vivement."

Jésus enseigne sur la manière de devenir disciples. Cette petite scène de Jésus qui accueille les enfants, est vivante et rafraîchissante. A l’école de Jésus, Saint Jean Bosco a fondé pour eux des instituts qui les prenaient en charge dans le respect et dans l’amour. Pour lui, ces petits nous donne la tendresse et sa miséricorde de Dieu. Jésus a déjà manifesté son attachement au monde de l’enfance, face aux prétentions orgueilleuses des Douze. Il montre à ses disciples que les enfants sont le modèle de l’accueil du Royaume de Dieu. Ceux qui présentent ces enfants à Jésus, veulent obtenir de lui un geste de bénédiction. Nous contemplons Jésus accueillant les enfants que l’amour de leur maman amène jusqu’à lui. Il les embrasse, les bénit leur impose les mains. Dieu se manifeste dans l’accueil des enfants, dans les bénédictions et dans l’imposition des mains. Jésus, manifestement, met ces petits à la première place. Il n’hésite pas à dire que le Royaume sera dans cet accueil, dans cet enveloppement d’amour. Jésus est l’Enfant bien aimé du Père et de Marie, il amène ses disciples dans ce lieu de l’Amour, il nous remet dans cette intimité. C’est dans ce lieu d’intimité et d’amour que se donne l’Esprit Saint. Quand Jésus embrasse les petits enfants, les bénit, leur impose les mains, le Saint-Esprit est à l’œuvre. Comme les Apôtres, nous pourrions penser qu’il y a des choses plus importantes à faire !

"Voyant cela, Jésus se fâcha et leur dit : « Laissez les enfants venir à moi, ne les empêchez pas, car le royaume de Dieu est à ceux qui leur ressemblent."

Nous sommes choqués par l’attitude hostile des disciples. Au temps de Jésus, les enfants sont objets de mépris de la part des adultes. Ils sont mis au rang des « exclus », comme les malades, les femmes et les esclaves. Jésus est heurté profondément : « Voyant cela, Jésus se fâcha. » Les enfants, comme les autres « exclus, » ont leur place dans le Royaume. Les enfants et « ceux qui leur ressemblent, » sont les bénéficiaires du Règne de Dieu dit Jésus. Le Saint-Esprit est le lien entre le cœur de Jésus et le cœur de ces enfants. Il est là véritablement, et les enfants ne s’y trompent pas, ils le reconnaissent dans ce geste d’amour. Ils ont besoin des baisers de leur maman et de leur papa qui leurs manifestent ainsi l’Amour de Dieu pour eux. Tout ce que nous faisons pour eux garde notre cœur au niveau de l’amour. Dieu est à l’œuvre sans cesse dans sa tendresse et sa miséricorde.

"Amen, je vous le dis : celui qui n’accueille pas le royaume de Dieu à la manière d’un enfant n’y entrera pas."

Il les embrassait et les bénissait en leur imposant les mains.
L’enfant est d’abord un « pauvre, » un être totalement dépendant d’autrui. Il est le signe vivant d’une grande capacité d’écoute et de confiance. La grande disponibilité de l’enfant en fait un exemple pour les croyants. Jésus affirme avec solennité qu’il nous faut nous faire « petits » pour accueillir le Règne de Dieu. Jésus forme ses disciples à l’humilité. Les petits, les pauvres, les exclus sont au cœur de la vie de la communauté. A l’Agonie de Jésus dit avec force ce mot de tendresse infinie : « Abba, Papa. » Les pauvres, dans leur désarroi et leur manque, nous remettent sans cesse dans ce lieu de l’agonie de Jésus. L’enfant appelle l’adulte à l’amour et dans sa vulnérabilité il est don de cet amour. L’enfant est à la source, il reçoit de la source de l’Amour et il redonne le don de l’amour. « C’est à leur pareil qu’appartient le Royaume de Dieu, » dit Jésus. Nous sommes dans un mouvement trinitaire, Jésus, le Bien Aimé du Père demeure dans son Sein, l’Esprit Saint est la manifestation de cet Amour.



Citation :
Nous demandons la grâce de la toute petitesse, de la tendresse et de la joie de Dieu.


Père Gilbert Adam
Homélies et Le Pauvre qui guérit

Source :



Dans l’Evangile d’aujourd’hui, nous voyons l’amour de Jésus pour les petits enfants. Il leur impose les mains, il les embrasse, il prie pour eux. Il est évident que leur bien-être lui tient à cœur. L’Eglise continue encore aujourd’hui à transmettre l’amour du Seigneur pour les plus jeunes. Cet amour s’exprime surtout à travers l’éducation chrétienne des enfants. La famille, en tant qu’église domestique, a une responsabilité fondamentale dans l’éducation à la foi. C’est au cœur de la famille chrétienne que l’enfant doit expérimenter le don de la foi en Jésus Christ. Le Catéchisme de l’Eglise Catholique soutien ce principe : « De nos jours, dans un monde souvent étranger et même hostile à la foi, les familles croyantes sont d’une importance primordiale comme des centres d’une foi vivante et rayonnante. C’est pour cette raison que le Concile Vatican II, reprenant un terme ancien, appelle la famille l’Ecclesia domestica. C’est au sein de la famille que les parents sont par leur parole et par leur exemple… les premiers témoins de la foi aux yeux de leurs enfants. Ils doivent les encourager chacun dans la vocation qui lui est propre, en veillant avec un soin particulier à une vocation à la vie religieuse. »

« Ne les empêchez pas » Il y a bien des choses dans le monde d’aujourd’hui qui empêchent les enfants de connaître et d’aimer la vérité révélée par Jésus Christ. Une des choses les plus graves qui empêche les jeunes de connaître le Christ est le scandale. Jésus a sévèrement mis en garde ceux qui causent le scandale : « Si quelqu’un doit scandaliser un de ses petits qui croient en moi, il serait préférable pour lui de se voir suspendre autour du cou une de ses meules qui tournent les ânes et d’être englouti en pleine mer ». Matthieu 18,6).
Les enfants devraient jouir de l’exemple chrétien de leurs parents, de leurs professeurs, des responsables civiques et religieux et de tous ceux qui détiennent une position d’autorité. Le Catéchisme nous enseigne que quand ceux qui détiennent l’autorité sont cause de scandale, c’est très grave : « Le scandale revêt une gravité particulière en vertu de l’autorité de ceux qui le causent ou de la faiblesse de ceux qui le subissent. »(CEC 2285)

Jésus aime tout particulièrement les enfants car ils représentent la pureté et l’innocence du cœur. Les deux sont des conditions nécessaires pour entrer dans le Royaume de Dieu « Heureux ceux qui ont le cœur pur, car ils verront Dieu ! » (Matthieu 5,7) La formation du cœur est absolument nécessaire parce que le Seigneur nous a enseigné que « c’est du cœur que viennent les mauvaises pensées, les meurtres, les adultères, les débauches, les vols, les faux témoignages, les calomnies. » (Matthieu 15,19 ) Ainsi, tout chrétien doit s’efforcer de ressembler à un enfant afin d’atteindre la sainteté.



Source : Catholique.org










_________________

Quand je dis Dieu c'est un poème, c'est une étoile dans ma vie, 
du feu qui coule dans mes veines, un grand soleil pour aujourd'hui !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Donne-nous notre Pain de ce jour (Vie) : Parole de DIEU   Mar 31 Jan 2017 - 19:49

Bonsoir Lumen,

Bonsoir à toutes et à tous,





Mercredi 1er Février 2017

De la férie

4ième semaine du Temps Ordinaire
(Couleur liturgique : Vert )
Année A







(Première lecture)
Lettre aux Hébreux 12 : 4 à 7, 11 à 15


« Quand le SEIGNEUR aime quelqu’un, IL lui donne de bonnes leçons »

Frères,
vous n’avez pas encore résisté jusqu’au sang
dans votre lutte contre le péché,
et vous avez oublié cette parole de réconfort,
qui vous est adressée comme à des fils :

Mon fils, ne néglige pas les LEÇONS DU SEIGNEUR,
ne te décourage pas quand IL te fait des reproches.
Quand le SEIGNEUR aime quelqu’un,
IL lui donne de bonnes leçons ;
IL corrige tous ceux qu’IL accueille comme Ses Fils.


Ce que vous endurez est une leçon.
DIEU se comporte envers vous comme envers des fils ;
et quel est le fils auquel son père ne donne pas des leçons ?
Quand on vient de recevoir une leçon,
on n’éprouve pas de la joie mais plutôt de la tristesse.
Mais plus tard, quand on s’est repris grâce à la leçon,
celle-ci produit un fruit de paix et de justice.
C’est pourquoi,
redressez les mains inertes et les genoux qui fléchissent,
et rendez droits pour vos pieds les sentiers tortueux.
Ainsi, celui qui boite ne se fera pas d’entorse ;
bien plus, il sera guéri.
Recherchez activement la paix avec tous,
et la Sainteté sans laquelle personne ne verra le SEIGNEUR.
Soyez vigilants :
que personne ne se dérobe à la GRÂCE DE DIEU,
qu’il ne pousse chez vous aucune plante aux fruits amers,
cela causerait du trouble,
et beaucoup en seraient infectés.

– PAROLE du SEIGNEUR.


Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris








Je veux dire merci au SEIGNEUR


Du recueil de David.

[Psaume 102 (103) ; entièrement]




Psaume 102 (103) : 1 et 2, 13 et 14, 17 et 18a


R/ L’AMOUR DU SEIGNEUR,
sur ceux qui LE craignent,
est de toujours à toujours.


Bénis le SEIGNEUR, ô mon âme,
bénis SON NOM TRÈS SAINT, tout mon être !
Bénis le SEIGNEUR, ô mon âme,
n’oublie aucun de SES BIENFAITS !
R/


Comme la tendresse du père pour ses fils,
la TENDRESSE DU SEIGNEUR pour qui LE craint !
IL sait de quoi nous sommes pétris,
IL se souvient que nous sommes poussière.
R/


Mais l’AMOUR DU SEIGNEUR, sur ceux qui LE craignent,
est de toujours à toujours,
et SA JUSTICE pour les enfants de leurs enfants,
pour ceux qui gardent SON ALLIANCE.
R/


Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris







Évangile de JÉSUS-CHRIST selon Saint Marc 6 : 1 à 6

Acclamation de l’Évangile :
Alléluia. Alléluia.
Mes Brebis écoutent MA VOIX, dit le SEIGNEUR ; Moi, Je les connais, et elles Me suivent.
Alléluia.
(Jn 10, 27)




« Un Prophète n’est méprisé que dans son pays »

En ce temps-là,
JÉSUS se rendit dans son lieu d’origine,
et Ses Disciples LE suivirent.
Le jour du sabbat,
IL se mit à enseigner dans la synagogue.
De nombreux auditeurs, frappés d’étonnement, disaient :
« D’où cela LUI vient-IL ?
Quelle est cette SAGESSE qui LUI a été donnée,
et CES GRANDS MIRACLES qui se réalisent par SES MAINS ?
N’est-IL pas le charpentier, le FILS de Marie,
et le frère de Jacques, de José, de Jude et de Simon ?
Ses sœurs ne sont-elles pas ici chez nous ? »
Et ils étaient profondément choqués à SON SUJET.
JÉSUS leur disait :
« Un Prophète n’est méprisé que dans son pays,
sa parenté et sa maison. »
Et là IL ne pouvait accomplir aucun miracle ;
IL guérit seulement quelques malades
en leur imposant les mains.
Et IL s’étonna de leur manque de foi.
Alors JÉSUS parcourait les villages d’alentour en enseignant.

– Acclamons la PAROLE de DIEU.


Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris


Évangile + commentaire (audio)


Écouté sur :
http://radiofidelite.fr/fr/









Textes du jour, lu sur :
Les services de la liturgie Catholique

http://www.aelf.org/2017-02-01/romain/messe


Liens :
http://www.aelf.org/office-messe
http://services.liturgiecatholique.fr/






Amicalement, fraternellement
Nicolas

Revenir en haut Aller en bas
Lumen
Admin
avatar

Messages : 4231
Date d'inscription : 18/10/2014
Localisation : France

MessageSujet: Re: Donne-nous notre Pain de ce jour (Vie) : Parole de DIEU   Mer 1 Fév 2017 - 15:47

Bonjour à vous tous, amis qui aimez la Parole de Vie, goûtez et voyez comme est bon le Seigneur 
Bonjour Nicolas, Merci !




Mercredi 01 février 2017 : Le mercredi de la 4e semaine du temps ordinaire 


Quelle est cette sagesse qui lui a été donnée,
et ces grands miracles qui se réalisent par ses mains ?



Les saints du jour (Mercredi 01 février)

 Saint Ignace, patriarche d'Antioche, Père de l'Eglise, martyr. 107 ou 116.

 Saintes Perpétue et Félicité, Martyres d'Afrique du Nord († 203)

Sainte Brigitte de Kildare, Abbesse en Irlande, Co-Patronne de l'Irlande (✝ 523).

 Bienheureux Louis (Luigi) Variara, Prêtre et Fondateur de la Congrégation des
« Filles des Très Saints Cœurs de Jésus et de Marie » (1875-1923)


Bienheureuse Candelaria de San José (Susana Paz Castillo Ramírez), Religieuse
et Co-Fondatrice des « Hermanas Carmelitas Venezolanas » (1863-1940).


Bienheureux Benedict Daswa, Catéchiste et martyr en Afrique du Sud (1946-1990)


Prière avant la lecture

"O Dieu, rends-moi digne de trouver ma joie dans la compréhension du salut opéré par ton Fils bien-aimé. O notre Seigneur, écarte de moi le voile des passions qui couvre les yeux de mon esprit. Allume ta sainte lumière dans mon cœur, pour que mon esprit saisisse le sens intime du texte et que l’œil illuminé de mon âme sonde les saints mystères cachés dans ta Parole. Par ta grâce et ta miséricorde, Seigneur, fais que jamais, ni le jour ni la nuit, ton souvenir ne s’éloigne de mon cœur. Amen." Prière d'un mystique syrien oriental, Gabriel Bunge.




Homélie :


Sorti de là, Jésus se rendit dans son lieu d’origine, et ses disciples le suivirent.

Le jour du sabbat, il se mit à enseigner dans la synagogue. De nombreux auditeurs, frappés d’étonnement, disaient : « D’où cela lui vient-il ? Quelle est cette sagesse qui lui a été donnée, et ces grands miracles qui se réalisent par ses mains ?
Jésus revient à Nazareth, dans le berceau de son enfance. Il est le fils de Marie, ses frères et ses sœurs, c’est à dire ses cousins, cousines, sa famille éloignée est là. Le jour du sabbat, il se rend à la synagogue. Nous pouvons imaginer la joie de Marie sa mère ! Ses compatriotes l’accueillent aussi avec une grande joie. Mais dès que Jésus se met à enseigner, leur étonnement se transforme en rejet.
Ils sont « profondément choqués à cause de Lui. » Pour eux, Jésus n’est que le charpentier du village, le fils de Marie.
Comment regarder Jésus qui vient dans notre quotidien. Le recevoir dans sa mission d’évangélisation dans notre vie n’est pas aisé ! Sa Parole change notre vie, elle actualise le Don de Dieu pour aujourd’hui.
Si Jésus n’est pas reçu, Dieu est absent de notre quotidien, c’est comme avant. Là, « Jésus ne pouvait accomplir aucun miracle. »
Pour que Dieu puisse agir, il faut nous mettre à l’école de l’Esprit Saint, et grandir dans la foi. Si nous manquons de Foi, Jésus ne peut pas agir. L’œuvre de Dieu est proportionnée à notre foi ; Nous prions alors : « Je crois Seigneur, mais viens au secours de mon peu de Foi ! » Cette Parole est toujours très actuelle,


N’est-il pas le charpentier, le fils de Marie, et le frère de Jacques, de José, de Jude et de Simon ? Ses sœurs ne sont-elles pas ici chez nous ? » Et ils étaient profondément choqués à son sujet.

A l’étonnement, au rejet des nazaréens, répond un autre étonnement, celui de Jésus devant leur manque de foi. Deux attitudes humaines étonnent Jésus, la foi sans faille du centurion, le manque de foi manifesté ici. Si nous défendons une vérité de foi qui va à l’encontre de l’opinion générale, nous rencontrons mépris et critique au sein de notre propre communauté. Regarder le passé comme immuable, alors que tout a changé autour de nous, nous établi dans une fausse sécurité. Des lors plus rien ne bougera, la mort sera installée. Nous entendons quelquefois : « Cela fait quinze ans que je vis avec cette personne, c’est toujours la même chose, rien ne peut bouger ! » Il nous faut grandir dans l’Esprit Saint qui fait toute chose nouvelle. Alors nous allons pouvoir nous émerveiller ! La parole de Dieu ouvre nos yeux pour la construction du Royaume de Dieu.

Jésus leur disait : « Un prophète n’est méprisé que dans son pays, sa parenté et sa maison. » Et là il ne pouvait accomplir aucun miracle ; il guérit seulement quelques malades en leur imposant les mains.

Et il s’étonna de leur manque de foi. Jésus parcourait les villages d’alentour en enseignant.
Dieu se sert souvent des personnes de notre entourage pour nous transmettre l’Evangile. Il nous est difficile d’accepter leur témoignage. Dieu nous parle par nos proches à des moments importants de notre vie, il nous faut l’accueillir. Lorsque nous écoutons un inconnu, « venu d’ailleurs, » nous annoncer une chose extraordinaire, même si ce qu’il dit ne repose pas sur un fondement réel, nous l’écoutons ! Les égarements de notre nature arrêtent l’action de Dieu. Nous trouvons nous aussi dans notre vie le doute et le manque de foi. Nos actions sont le fruit de nos pensées et non de l’Esprit Saint. Jésus nous donne son Esprit Saint pour ouvrir notre cœur. Aimés, choisis de Dieu, nous sommes comblés par Dieu qui veut que nous lui fassions une confiance infinie. Dans sa miséricorde infinie il nous donne les moyens de progresser dans notre vie pour hâter la venue du Règne. Mû par l’Esprit, nous sommes en constante progression, l’Esprit-Saint agit sans cesse au milieu de nous et à travers nous.



Citation :
Nous demandons la grâce d’une grande foi pour nous laisser renouveler par la parole de Dieu.


Père Gilbert Adam
Homélies et Le Pauvre qui guérit

Source :



Saint Athanase (295-373), évêque d'Alexandrie, docteur de l'Église
Lettre à Épictète, 5-9 (trad. bréviaire, 1er janvier ; rev.)


« N'est-il pas le charpentier, le fils de Marie ? »

Le Verbe, la Parole éternelle de Dieu, « a pris en charge la descendance d'Abraham ; c'est pourquoi il devait se faire en tous points semblable à ses frères » (He 2,16-17) et prendre un corps pareil au nôtre. C'est pourquoi Marie est vraiment nécessaire pour qu'il prenne ce corps en elle et l'offre en notre faveur comme étant le sien... Gabriel le lui avait annoncé en termes soigneusement choisis. Il n'a pas dit, de façon banale : « Celui qui va naître en toi »... ; il a dit : « Celui qui va naître de toi »...

     Tout cela s'est fait ainsi pour que le Verbe, en assumant notre nature et en l'offrant en sacrifice, la fasse totalement sienne. Il a voulu nous revêtir ensuite de sa propre nature divine, ce qui permet à Saint Paul de dire : « Il faut que ce qui est périssable en nous devienne impérissable, que ce qui est mortel revête l'immortalité » (1Co 15,53). Cela ne s'est pas fait de façon simulée comme certains hérétiques l'ont imaginé : jamais de la vie ! Le Sauveur est devenu vraiment homme, et le salut de l'homme tout entier est venu de là... Notre salut n'est pas une apparence, il n'est pas pour le corps seul, mais pour l'homme tout entier, âme et corps, et ce salut est venu du Verbe lui-même.

     Ce qui est venu de Marie était donc humain par nature, selon les Écritures, et le corps du Seigneur était un vrai corps ; oui, un vrai corps, puisqu'il était identique au nôtre, car Marie est notre sœur, puisque nous descendons tous d'Adam.



Source :











_________________

Quand je dis Dieu c'est un poème, c'est une étoile dans ma vie, 
du feu qui coule dans mes veines, un grand soleil pour aujourd'hui !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Donne-nous notre Pain de ce jour (Vie) : Parole de DIEU   Mer 1 Fév 2017 - 20:55

Bonsoir Lumen,

Bonsoir à toutes et à tous,





Jeudi 2 Février 2017


Présentation du SEIGNEUR au Temple
Fête du SEIGNEUR


4ième semaine du Temps Ordinaire
(Couleur liturgique : Blanc )
Année A





(Première lecture)
Livre du Prophète Malachie 3 : 1 à 4


« Soudain viendra dans Son Temple le SEIGNEUR que vous cherchez »

Ainsi PARLE le SEIGNEUR DIEU :
Voici que J’envoie Mon MESSAGER
pour qu’IL prépare le CHEMIN devant Moi ;
et soudain viendra dans Son Temple
le SEIGNEUR que vous cherchez.
Le MESSAGER de l’ALLIANCE que vous désirez,
LE voici qui vient – dit le SEIGNEUR de l’Univers.
Qui pourra soutenir le Jour de Sa VENUE ?
Qui pourra rester debout lorsqu’IL se montrera ?
Car IL est pareil au feu du fondeur,
pareil à la lessive des blanchisseurs.
IL s’installera pour fondre et purifier :
IL purifiera les fils de Lévi,
IL les affinera comme l’or et l’argent ;
ainsi pourront-ils, aux YEUX du SEIGNEUR,
présenter l’offrande en toute justice.
Alors, l’offrande de Juda et de Jérusalem
sera bien accueillie du SEIGNEUR,
comme il en fut aux jours anciens,
dans les années d’autrefois.


– PAROLE du SEIGNEUR.


Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris




Ou bien :




(Première lecture)
Lettre aux Hébreux 2 : 14 à 18


« IL LUI fallait se rendre en tout semblable à ses frères »

Puisque les enfants des hommes ont en commun le sang et la chair,
JÉSUS a partagé, LUI AUSSI, pareille condition :
ainsi, par Sa Mort, IL a pu réduire à l’impuissance
celui qui possédait le pouvoir de la mort,
c’est-à-dire le diable,
et IL a rendu libres tous ceux qui, par crainte de la mort,
passaient toute leur vie dans une situation d’esclaves.
Car ceux qu’IL prend en charge, ce ne sont pas les Anges,
c’est la descendance d’Abraham.
IL LUI fallait donc se rendre en tout semblable à Ses Frères,
pour devenir un GRAND PRÊTRE MISÉRICORDIEUX et DIGNE DE FOI
pour les RELATIONS AVEC DIEU,
afin d’enlever les péchés du peuple.
Et parce qu’IL a souffert jusqu’au bout l’épreuve de SA PASSION,
IL est capable de porter secours à ceux qui subissent une épreuve.


– PAROLE du SEIGNEUR.


Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris






Le SEIGNEUR fait Son ENTRÉE au Temple


Psaume appartenant au recueil de David.

Psaume 23 (24), entièrement



Psaume 23 (24) : 7, 8, 9, 10


R/ C’est le SEIGNEUR, DIEU de l’Univers ; c’est LUI, le ROI de GLOIRE.

Portes, levez vos frontons,
élevez-vous, Portes Éternelles :
qu’IL entre, le ROI de GLOIRE !
R/

Qui est ce ROI de GLOIRE ?
C’est le SEIGNEUR, le FORT, le VAILLANT,
le SEIGNEUR, le VAILLANT des combats.
R/

Portes, levez vos frontons,
levez-les, Portes Éternelles :
qu’IL entre, le ROI de GLOIRE !
R/

Qui donc est ce ROI de GLOIRE ?
C’est le SEIGNEUR, DIEU de l’Univers ;
c’est LUI, le ROI de GLOIRE.
R/

Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris






Évangile de JÉSUS-CHRIST selon Saint Luc 2 : 22 à 40

Acclamation de l’Évangile :
Alléluia. Alléluia. LUMIÈRE qui se révèle aux nations et donne GLOIRE à Ton Peuple Israël. Alléluia. (Lc 2, 32)



« Mes yeux ont vu Ton SALUT »

Quand fut accompli le temps prescrit par la Loi de Moïse
pour la purification,
les Parents de JÉSUS L’amenèrent à Jérusalem
pour LE présenter au SEIGNEUR,
selon ce qui est écrit dans la Loi :

Tout premier-né de sexe masculin
sera consacré au SEIGNEUR.


Ils venaient aussi offrir
le sacrifice prescrit par la Loi du SEIGNEUR :

un couple de tourterelles
ou deux petites colombes.



Or, il y avait à Jérusalem un homme appelé Syméon.
C’était un homme juste et religieux,
qui attendait la Consolation d’Israël,
et l’ESPRIT SAINT était sur lui.
Il avait reçu de l’ESPRIT SAINT l’ANNONCE
qu’il ne verrait pas la mort
avant d’avoir vu le CHRIST, le MESSIE du SEIGNEUR.
Sous l’ACTION de l’ESPRIT, Syméon vint au Temple.
Au moment où les Parents présentaient l’ENFANT JÉSUS
pour se conformer au rite de la Loi qui LE concernait,
Syméon reçut l’ENFANT dans ses bras,
et il bénit DIEU en disant :
« Maintenant, Ô MAÎTRE SOUVERAIN,
TU peux laisser Ton Serviteur s’en aller
en paix, selon Ta PAROLE.
Car mes yeux ont vu le SALUT
que TU préparais à la face des peuples :
LUMIÈRE qui se révèle aux nations
et donne GLOIRE à ton peuple Israël. »
Le père et la Mère de l’ENFANT
s’étonnaient de ce qui était dit de LUI.
Syméon les bénit,
puis il dit à Marie Sa Mère :
« Voici que cet ENFANT
provoquera la chute et le relèvement de beaucoup en Israël.
IL sera un SIGNE de CONTRADICTION
– et Toi, Ton Âme sera traversée d’un glaive – :
ainsi seront dévoilées
les pensées qui viennent du cœur d’un grand nombre. »

Il y avait aussi une femme Prophète,
Anne, fille de Phanuel, de la tribu d’Aser.
Elle était très avancée en âge ;
après sept ans de mariage,
demeurée veuve,
elle était arrivée à l’âge de 84 ans.
Elle ne s’éloignait pas du Temple,
servant DIEU jour et nuit dans le jeûne et la prière.
Survenant à cette heure même,
elle proclamait les LOUANGES de DIEU
et parlait de l’ENFANT
à tous ceux qui attendaient la délivrance de Jérusalem.

Lorsqu’ils eurent achevé
tout ce que prescrivait la Loi du SEIGNEUR,
ils retournèrent en Galilée, dans leur ville de Nazareth.

L’ENFANT, LUI, grandissait et se fortifiait,
rempli de SAGESSE,
et la GRÂCE de DIEU était sur LUI.


– Acclamons la PAROLE de DIEU.



Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris


Évangile + commentaire (audio)


Écouté sur :
http://radiofidelite.fr/fr/









Textes du jour, lu sur :
Les services de la liturgie Catholique

http://www.aelf.org/2017-02-02/romain/messe


Liens :
http://www.aelf.org/office-messe
http://services.liturgiecatholique.fr/






Amicalement, fraternellement
Nicolas

Revenir en haut Aller en bas
Lumen
Admin
avatar

Messages : 4231
Date d'inscription : 18/10/2014
Localisation : France

MessageSujet: Re: Donne-nous notre Pain de ce jour (Vie) : Parole de DIEU   Jeu 2 Fév 2017 - 10:41

Bonjour à vous tous, amis qui aimez la Parole de Vie, goûtez et voyez comme est bon le Seigneur 
Bonjour Nicolas, Merci !




Jeudi 02 février 2017 : Fête de la Présentation du Seigneur au Temple. 
Pour approfondir : La Purification de la très sainte Vierge Marie.  


Voici que cet enfant provoquera la chute et le relèvement de beaucoup en Israël.


Les saints du jour (Jeudi 02 février)

 Sainte Catherine de Ricci, Vierge, Mystique, Prieure des Dominicaines de Prato (1522-1590). 

Sainte Jeanne de Lestonnac, Fondatrice de la Compagnie de Marie Notre-Dame (✝ 1640)

 Saint Jean-Théophane Vénard, Missionnaire m.e.p. et martyr (1829-1861) 

Bienheureuse Maria Domenica Mantovani, Vierge, Co-Fondatrice de l'Institut
des« Petites Sœurs de la Sainte-Famille » (1862-1934).
 

Vénérable François Libermann, Juif converti, Prêtre, Fondateur de la Société du Saint Cœur de Marie 
fusionnant ensuite avec la Congrégation du Saint-Esprit (1802✝ 1852))
 


Prière avant la lecture

"O Dieu, rends-moi digne de trouver ma joie dans la compréhension du salut opéré par ton Fils bien-aimé. O notre Seigneur, écarte de moi le voile des passions qui couvre les yeux de mon esprit. Allume ta sainte lumière dans mon cœur, pour que mon esprit saisisse le sens intime du texte et que l’œil illuminé de mon âme sonde les saints mystères cachés dans ta Parole. Par ta grâce et ta miséricorde, Seigneur, fais que jamais, ni le jour ni la nuit, ton souvenir ne s’éloigne de mon cœur. Amen." Prière d'un mystique syrien oriental, Gabriel Bunge.




Homélie :


« Quand fut accompli le temps prescrit par la loi de Moïse pour la purification, les parents de Jésus l’amenèrent à Jérusalem pour le présenter au Seigneur. »

Dans la foule anonyme du Temple, un vieillard et un tout jeune foyer se retrouvent. Marie serre dans ses bras Jésus, l’offrande du monde, le propre Fils de Dieu, et Joseph apporte l’offrande des pauvres : deux jeunes colombes. 
Quant à Siméon, c’est un homme de l’Esprit, pleinement « ajusté »
 au vouloir de Dieu, tout en accueil de la miséricorde, c’est un homme de foi, d’amour et d’espérance que l’Esprit envoie au-devant du Messie. Il reçoit l’Enfant : c’est la nouvelle alliance dans les bras de l’ancienne ; c’est l’instant de fidélité que Dieu préparait depuis Abraham. 
Marie et Joseph suivent les exigences du premier testament. Cependant ils sont mus par l’Esprit Saint, dans une toute nouvelle perspective. Voilà réalisée la première rencontre de Jésus avec son peuple. Cette rencontre se réalise dans la Liturgie d’une manière surprenante. Marie porte l’enfant, comme nous portons nos « cierges allumés » signes de notre Baptême. Jésus est la Lumière du monde. Marie, habitée par l’Esprit Saint, le serre sur son cœur. Il est ce « petit » qu’elle aime plus que tout, qui vient à la rencontre de son Peuple qui attendait, la consolation d’Israël. L’Esprit Saint, par l’intermédiaire de Siméon est donné à son Peuple : « L’Esprit saint lui avait révélé qu’il ne verrait pas la mort avant d’avoir vu le messie du Seigneur. » Il en est transformé, illuminé, à la grande surprise de Marie et de Joseph, tous sont dans l’émerveillement.


« Syméon reçut l’enfant dans ses bras, et il bénit Dieu en disant : « Maintenant, ô Maître souverain, tu peux laisser ton serviteur s’en aller en paix, selon ta parole. »

Siméon, l’enfant au creux du bras, se met à bénir Dieu, l’Esprit, illuminant sa prière, dévoile le destin de l’Enfant et celui de sa Mère. Pour lui-même, le vieillard parle de départ et de paix. Pour l’Enfant, Siméon annonce un destin universel : il sera le salut de tous les peuples. Tous les hommes seront éclairés par la lumière qui émane de cet Enfant, et l’irruption de cette lumière tracera une frontière entre l’assentiment et le refus : face au Fils de Dieu, au fils de Marie, face à Jésus vrai Dieu et vrai homme, un discernement s’imposera à tout homme, à qui se révélera le fond de son cœur, la pente secrète de sa liberté. Le contact avec cet Enfant transforme le vieillard ; « Mes yeux ont vu ton salut. » Salut opéré par le Mystère du Dieu Vivant qui a pris chair humaine. Mystère de Dieu qui désormais va se donner à l’intérieur même de cette nature humaine habitée par la divinité. Ce vieillard, mu par l’Esprit Saint, a découvert le Secret. Quand nous entrons dans l’Église avec notre petit cierge allumé, nous nous souvenons de notre Baptême. Ce jour là, nous sommes devenus « lumière du monde. » C’est Jésus cette lumière que nous resplendissons. Nous aimons cette lumière, nous la regardons, nous nous réjouissons, nous nous réchauffons à sa chaleur, elle illumine notre visage.

« Syméon les bénit, puis il dit à Marie sa mère : « Voici que cet enfant provoquera la chute et le relèvement de beaucoup en Israël. Il sera un signe de contradiction et toi, ton âme sera traversée d’un glaive : ainsi seront dévoilées les pensées qui viennent du cœur d’un grand nombre."

Un grand étonnement passe dans le regard de Marie, un glaive traversera ta vie ; l’épreuve révélera le fond des cœurs. 
Quant à nous, frères et sœurs au cœur partagé, qui sentons si fragile en nous la frontière entre le don et le refus, entre l’abandon et l’inquiétude, nous avons trouvé la lumière pour nos pas et la paix que Dieu nous demande de porter au monde. 
Gardons et portons l’Enfant Jésus, c’est lui qui nous conduit. Le sort de la mère, est lié à l’Enfant, le sort de l’épouse, est lié à l’Époux. Marie entrant dans les mystères douloureux va chérir Jésus plus encore. Elle aime Celui-là qui va l’entraîner avec Lui, au salut du monde. Elle est la Mère de Compassion qui le suivra partout, comme l’épouse suit l’Agneau partout où il va. « Quand ils eurent accompli tout ce qui était conforme à la Loi du Seigneur, ils retournèrent en Galilée, à Nazareth, leur ville. Cependant l’enfant grandissait, se fortifiait et se remplissait de sagesse. Et la grâce de Dieu était sur lui. » Marie et Jésus présentés au Temple, ouvrent un chemin de libération au monde, il nous a sauvé. Nous savons que nous sommes appelés à le suivre, Syméon reçut l’enfant dans ses bras, et il bénit Dieu en disant : "Maintenant, ô Maître souverain, tu peux laisser ton serviteur s’en aller en paix, selon ta parole." Humainement c’est impossible, mais rien n’est impossible à Dieu, l’Esprit Saint nous est donné.



Citation :
Nous demandons la grâce de suivre Jésus et l’aimer.


Père Gilbert Adam
Homélies et Le Pauvre qui guérit

Source : 



Saint Bernard (1091-1153), moine cistercien et docteur de l'Église 
1er sermon pour la Purification (trad. Brésard, 2000 ans A, p. 272 rev.)


« Soudain viendra dans son temple le Seigneur que vous cherchez » (Ml 3,1)

Aujourd'hui la Vierge Mère introduit le Seigneur du temple dans le temple du Seigneur. Joseph aussi y amène au Seigneur ce fils qui n'est pas le sien, mais le Fils bien-aimé en qui Dieu a mis toute sa faveur (Mt 3,17). Syméon, le juste, reconnaît celui qu'il attendait ; Anne, la veuve, le loue. Une première procession est célébrée en ce jour par ces quatre personnages, une procession qui, par la suite, allait être célébrée dans la joie par l'univers entier... Ne vous étonnez pas de ce que cette procession est si petite, puisqu'il est bien petit aussi celui que le temple reçoit. Mais en ce lieu, il n'y a pas de pécheur : tous sont justes, tous sont saints, tous sont parfaits. 

Ne sauveras-tu que ceux-là, Seigneur ? Ton corps va grandir, ta tendresse elle aussi grandira... Je vois maintenant une seconde procession où des foules précèdent le Seigneur, où des foules le suivent ; ce n'est plus la Vierge qui la porte, mais un petit âne. Il ne dédaigne donc personne..., si du moins il ne leur manque pas ces vêtements des apôtres (Mt 21,7) : leur doctrine, leur mœurs, et la charité qui couvre une multitude de péchés (1P 4,8.). Mais j'irai plus loin et je dirai qu'à nous aussi, il nous a réservé une place dans cette procession-là... David, roi et prophète, s'est réjoui de voir ce jour. « Il l'a vu et s'en est réjoui » (Jn 8,56) ; sinon aurait-il chanté : « Nous avons reçu ta miséricorde, ô Dieu, au milieu de ton temple » ? (Ps 47,8.) David a reçu cette miséricorde du Seigneur, Syméon l'a reçue, et nous aussi nous l'avons reçue, comme tous ceux qui sont prédestinés à la vie, puisque « le Christ est le même hier, aujourd'hui et pour toujours » (He 13,8.)... 

Embrassons donc cette miséricorde que nous avons reçue au milieu du temple, et comme la bienheureuse Anne, ne nous en éloignons pas. Car « le temple de Dieu est saint, et ce temple, c'est vous » dit l'apôtre Paul (1Co 3,17). Elle est proche de vous cette miséricorde ; « elle est proche de vous, la parole de Dieu, dans votre bouche et dans votre cœur » (Rm 10,8.). De fait, le Christ n'habite-t-il pas dans vos cœurs par la foi ? (Ep 3,17) Voilà son temple, voilà son trône... Oui, c'est dans le cœur que nous recevons la miséricorde, c'est dans le cœur qu'habite le Christ, c'est dans le cœur qu'il murmure des paroles de paix à son peuple, à ses saints, à tous ceux qui rentrent dans leur cœur.



Source : 









_________________

Quand je dis Dieu c'est un poème, c'est une étoile dans ma vie, 
du feu qui coule dans mes veines, un grand soleil pour aujourd'hui !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Donne-nous notre Pain de ce jour (Vie) : Parole de DIEU   Jeu 2 Fév 2017 - 19:30

Bonsoir Lumen,

Bonsoir à toutes et à tous,





Vendredi 3 Février 2017

Saint Anschaire, Évêque

Saint Blaise, Évêque et Martyr
Mort vers 316. Évêque de Sébaste, en Arménie. Il refusa de sacrifier aux idoles et fut décapité.

4ième semaine du Temps Ordinaire
(Couleur liturgique : Vert )
Année A







(Première lecture)
Lettre aux Hébreux 13 : 1 à 8


« JÉSUS CHRIST, hier et aujourd’hui, EST LE MÊME, IL L’EST POUR L’ÉTERNITÉ »

Frères,
que demeure l’amour fraternel !
N’oubliez pas l’hospitalité :
elle a permis à certains, sans le savoir,
de recevoir chez eux des Anges.
Souvenez-vous de ceux qui sont en prison,
comme si vous étiez prisonniers avec eux.
Souvenez-vous de ceux qui sont maltraités,
car vous aussi, vous avez un corps.
Que le mariage soit honoré de tous,
que l’union conjugale ne soit pas profanée,
car les débauchés et les adultères seront jugés par DIEU.
Que votre conduite ne soit pas inspirée par l’amour de l’argent :
contentez-vous de ce que vous avez,
car DIEU LUI-MÊME a dit :

Jamais Je ne te lâcherai,
jamais Je ne t’abandonnerai.

C’est pourquoi nous pouvons dire en toute assurance :

Le SEIGNEUR EST MON SECOURS,
je n’ai rien à craindre !
Que pourrait me faire un homme ?

Souvenez-vous de ceux qui vous ont dirigés :
ils vous ont annoncé la PAROLE DE DIEU.
Méditez sur l’aboutissement de la vie qu’ils ont menée,
et imitez leur foi.
JÉSUS CHRIST, hier et aujourd’hui, EST LE MÊME,
IL L’EST POUR L’ÉTERNITÉ.

– PAROLE du SEIGNEUR.


Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris








Je veux dire merci au SEIGNEUR


Du recueil de David.

[Psaume 102 (103) ; entièrement]




Psaume 26 (27) : 1, 3, 5, 9abcd


R/ Le SEIGNEUR est ma LUMIÈRE et mon SALUT.

Le SEIGNEUR est ma LUMIÈRE et mon SALUT ;
de qui aurais-je crainte ?
Le SEIGNEUR EST LE REMPART de ma vie ;
devant qui tremblerais-je ?
R/


Qu’une armée se déploie devant moi,
mon cœur est sans crainte ;
que la bataille s’engage contre moi,
je garde confiance.
R/


Oui, IL me réserve un lieu sûr
au jour du malheur ;
IL me cache au plus secret de SA TENTE,
IL m’élève sur le roc.
R/


C’est TA FACE, SEIGNEUR, que je cherche :
ne me cache pas TA FACE.
N’écarte pas ton serviteur avec colère :
TU restes mon secours.
R/


Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris







Évangile de JÉSUS-CHRIST selon Saint Marc 6 : 14 à 29

Acclamation de l’Évangile :
Alléluia. Alléluia.
Heureux ceux qui ont entendu la PAROLE dans un cœur bon et généreux, qui la retiennent et portent du fruit par leur persévérance.
Alléluia.
(cf. Lc 8, 15)




« Celui que j’ai fait décapiter, Jean, le voilà ressuscité ! »

En ce temps-là,
comme le NOM DE JESUS devenait célèbre,
le roi Hérode en entendit parler.
On disait :
« C’est Jean, celui qui baptisait :
il est ressuscité d’entre les morts,
et voilà pourquoi des miracles se réalisent par lui. »
Certains disaient :
« C’est le Prophète Élie. »
D’autres disaient encore :
« C’est un Prophète comme ceux de jadis. »
Hérode entendait ces propos et disait :
« Celui que j’ai fait décapiter, Jean,
le voilà ressuscité ! »
Car c’était lui, Hérode, qui avait donné l’ordre d’arrêter Jean
et de l’enchaîner dans la prison,
à cause d’Hérodiade, la femme de son frère Philippe,
que lui-même avait prise pour épouse.
En effet, Jean lui disait :
« Tu n’as pas le droit
de prendre la femme de ton frère. »
Hérodiade en voulait donc à Jean,
et elle cherchait à le faire mourir.
Mais elle n’y arrivait pas
parce que Hérode avait peur de Jean :
il savait que c’était un homme juste et Saint,
et il le protégeait ;
quand il l’avait entendu, il était très embarrassé ;
cependant il l’écoutait avec plaisir.
Or, une occasion favorable se présenta
quand, le jour de son anniversaire,
Hérode fit un dîner pour ses dignitaires,
pour les chefs de l’armée et pour les notables de la Galilée.
La fille d’Hérodiade fit son entrée et dansa.
Elle plut à Hérode et à ses convives.
Le roi dit à la jeune fille :
« Demande-moi ce que tu veux,
et je te le donnerai. »
Et il lui fit ce serment :
« Tout ce que tu me demanderas, je te le donnerai,
même si c’est la moitié de mon royaume. »
Elle sortit alors pour dire à sa mère :
« Qu’est-ce que je vais demander ? »
Hérodiade répondit :
« La tête de Jean, celui qui baptise. »
Aussitôt la jeune fille s’empressa de retourner auprès du roi,
et lui fit cette demande :
« Je veux que, tout de suite,
tu me donnes sur un plat la tête de Jean le Baptiste. »
Le roi fut vivement contrarié ;
mais à cause du serment et des convives,
il ne voulut pas lui opposer un refus.
Aussitôt il envoya un garde
avec l’ordre d’apporter la tête de Jean.
Le garde s’en alla décapiter Jean dans la prison.
Il apporta la tête sur un plat,
la donna à la jeune fille,
et la jeune fille la donna à sa mère.

Ayant appris cela,
les disciples de Jean vinrent prendre son corps
et le déposèrent dans un tombeau.

– Acclamons la PAROLE de DIEU.


Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris


Évangile + commentaire (audio)


Écouté sur :
http://radiofidelite.fr/fr/









Textes du jour, lu sur :
Les services de la liturgie Catholique

http://www.aelf.org/2017-02-03/romain/messe


Liens :
http://www.aelf.org/office-messe
http://services.liturgiecatholique.fr/






Amicalement, fraternellement
Nicolas

Revenir en haut Aller en bas
Lumen
Admin
avatar

Messages : 4231
Date d'inscription : 18/10/2014
Localisation : France

MessageSujet: Re: Donne-nous notre Pain de ce jour (Vie) : Parole de DIEU   Ven 3 Fév 2017 - 11:32

Bonjour à vous tous, amis qui aimez la Parole de Vie, goûtez et voyez comme est bon le Seigneur 
Bonjour Nicolas, Merci !




Vendredi 03 février 2017 : Le vendredi de la 4e semaine du temps ordinaire


« Celui que j’ai fait décapiter, Jean, le voilà ressuscité ! »


Les saints du jour (Vendredi 03 février)

 Saint Syméon le Théodoque (1er s.) 

Sainte Anne de Jérusalem Nouveau Testament : Prophétesse, fille de Phanuel

 Saint Blaise de Sébaste, Évêque et martyr en Arménie († v. 320). Pour approfondir :
Saint Blaise, évêque de Sébaste et martyr. 316.

Saint Anschaire, Évêque de Hambourg et de Brême (801-✝ 865). 

Sainte Claudine Thévenet, Fondatrice de la Congrégation des Sacrés-Cœurs de Jésus
et de Marie (1774-✝ 1837).
 


Prière avant la lecture

"O Dieu, rends-moi digne de trouver ma joie dans la compréhension du salut opéré par ton Fils bien-aimé. O notre Seigneur, écarte de moi le voile des passions qui couvre les yeux de mon esprit. Allume ta sainte lumière dans mon cœur, pour que mon esprit saisisse le sens intime du texte et que l’œil illuminé de mon âme sonde les saints mystères cachés dans ta Parole. Par ta grâce et ta miséricorde, Seigneur, fais que jamais, ni le jour ni la nuit, ton souvenir ne s’éloigne de mon cœur. Amen." Prière d'un mystique syrien oriental, Gabriel Bunge.




Homélie :


"Le roi Hérode apprit cela ; en effet, le nom de Jésus devenait célèbre. On disait : « C’est Jean, celui qui baptisait : il est ressuscité d’entre les morts, et voilà pourquoi des miracles se réalisent par lui."

Hérode aimait entendre Jean le Baptiste, mais sa vie n’était pas en harmonie avec ce que disait Jean. Dans l’ambigüité d’Hérode, nous retrouvons ambiguïté de nos existences ! C’est à cause de son serment, pour des raisons troublantes, que le roi Hérode fera exécuter le prophète Jean Baptiste. Cet homme n’avait pas commis de mal, il avait fait paraître au grand jour la vérité d’Hérode : « Tu n’as pas le droit de prendre la femme de ton frère, lui disait-il. » Hérode, en le faisant mourir, ne lui a pas demandé de renier le Christ, mais de taire la Vérité qui est le Christ ! Un nouvel embarras se retrouve chez lui quand il entend parler de Jésus et de son action bienfaisante dans le Peuple.
Cette parole manifeste la difficulté d’Hérode de se retrouver face à lui-même dans la paix.
Nous aussi, nous sommes scandalisés par les violences injustes.
Jésus, à la mort de Jean le Baptiste, rassemble ses disciples, il les envoie en mission. Ils devront faire face à beaucoup de difficultés extérieures, qui sont en relation avec les difficultés intérieures de notre être pécheur.
Pour tenir bon et être guéri, nous voulons découvrir le visage de Jésus. Il nous est bon de nous revêtir de ses sentiments. C’est en l’annonçant, que nous découvrons ses traits et son visage.


"En effet, Jean lui disait : « Tu n’as pas le droit de prendre la femme de ton frère. »

Hérodiade en voulait donc à Jean, et elle cherchait à le faire mourir. Mais elle n’y arrivait pas parce que Hérode avait peur de Jean : il savait que c’était un homme juste et saint, et il le protégeait ; quand il l’avait entendu, il était très embarrassé ; cependant il l’écoutait avec plaisir.
C’est à cause d’Hérodiade, qui elle-même demande à sa fille la tête du prophète, qu’Hérode fait décapiter Jean le Baptiste. C’est à cause de son serment auprès des invités qu’Hérode se prononce : « Celui que j’ai fait décapiter, Jean, le voilà ressuscité ! »
En souffrant le premier la Passion, Jean signifiait que Jésus lui aussi devait souffrir.
En naissant, Jean avait témoigné que le Christ allait naître ; en prêchant il avait témoigné que le Christ allait prêcher, en baptisant, qu’il allait baptiser. En souffrant le premier sa passion, Jean le Baptiste signifiait que le Christ devait lui aussi la souffrir.
Lui qui avait annoncé la bonne nouvelle de la liberté d’une paix supérieure, est jeté en prison. Lui qui était venu rendre témoignage à la lumière, est enfermé dans l’obscurité d’un cachot. Celui à qui il fut donné de baptiser le Rédempteur du monde, par son propre sang, est baptisé. Il vit descendre sur Jésus la grâce du Saint Esprit. Il entendit la voix du Père s’adresser au Christ.
Nous demandons la grâce, comme Jean, de témoigner de Jésus par toute notre vie !


Le roi fut vivement contrarié ; mais à cause du serment et des convives, il ne voulut pas lui opposer un refus.

Aussitôt il envoya un garde avec l’ordre d’apporter la tête de Jean. Le garde s’en alla décapiter Jean dans la prison. Il apporta la tête sur un plat, la donna à la jeune fille, et la jeune fille la donna à sa mère. Ayant appris cela, les disciples de Jean vinrent prendre son corps et le déposèrent dans un tombeau.
Jean Baptiste est mort pour le Christ, pour lui, il est a subi la prison. Maintenant, dans sa mort, il annonce la mort de Jésus. La Vérité qu’il annonce est en relation avec sa mission de Précurseur. Jean Baptiste prophétise que Jésus donnera sa vie pour nous : « Je suis la Voie, la Vérité et la Vie, » avait dit Jésus. C’est pour la vérité de Jésus que Jean a été décapité, qu’il a répandu son sang. Il a témoigné de la venue de Jésus qui est la voie, la vérité et la vie.
Il nous faut demeurer ferme dans la foi pour « renforcer » en nous l’homme intérieur.
Hérode n’a pas su faire la vérité en lui. Nous nous trouvons, nous aussi dans des ambiguïtés et des difficultés qui ont besoin d’être nommées, reconnues, pour que nous en soyons libérés.
Les apôtres suivront le Maître dans son combat, dans sa passion, et dans sa résurrection.
Nous témoignons nous aussi, dans la lumière de son amour.



Citation :
Nous demandons la grâce de découvrir le visage de Jésus et de l’annoncer.


Père Gilbert Adam
Homélies et Le Pauvre qui guérit

Source : 


[

Saint Bède le Vénérable (v. 673-735), moine, docteur de l'Église
Homélie 23 (livre 2) ; CCL 122, 354s (trad. Orval rev.)


Jean Baptiste, martyr de la vérité (Ml 3,1)

Il n'y a aucun doute que saint Jean Baptiste a subi la prison pour notre Rédempteur qu'il précédait par son témoignage, que c'est pour lui qu'il a donné sa vie. Car si son persécuteur ne lui a pas demandé de nier le Christ, mais de taire la vérité, c'est cependant pour le Christ qu'il est mort. Le Christ lui-même a dit en effet : « Je suis la vérité » (Jn 14,6). Puisque c'est pour la vérité qu'il a répandu son sang, c'est donc pour le Christ. En naissant, Jean avait témoigné que le Christ allait naître ; en prêchant, il avait témoigné que le Christ allait prêcher ; en baptisant, qu'il allait baptiser. En souffrant le premier sa passion, il signifiait que le Christ devait lui aussi la souffrir...

     Cet homme si grand est parvenu donc au terme de sa vie par l'effusion de son sang après une captivité longue et pénible. Lui qui avait annoncé la bonne nouvelle de la liberté d'une paix supérieure est jeté en prison par des impies. Il est enfermé dans l'obscurité d'un cachot, lui « qui était venu rendre témoignage à la lumière » (Jn 1,7)... Celui à qui il a été donné de baptiser le Rédempteur du monde, d'entendre la voix du Père s'adresser au Christ et de voir descendre sur lui la grâce du Saint Esprit est baptisé par son propre sang.

     L'apôtre Paul l'a bien dit : « Il vous a été accordé par le Christ, non seulement de croire en lui, mais encore de souffrir pour lui » (Ph 1,29). Et s'il dit que souffrir pour le Christ est un don de celui-ci à ses élus, c'est parce que comme il le dit ailleurs : « Il n'y a pas de commune mesure entre les souffrances du temps présent et la gloire à venir qui va se révéler en nous » (Rm 8,18).



Source : 










_________________

Quand je dis Dieu c'est un poème, c'est une étoile dans ma vie, 
du feu qui coule dans mes veines, un grand soleil pour aujourd'hui !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Donne-nous notre Pain de ce jour (Vie) : Parole de DIEU   Ven 3 Fév 2017 - 19:32

Bonsoir Lumen,

Bonsoir à toutes et à tous,





Samedi 4 Février 2017

Bienheureuse VIERGE MARIE
Les Samedis du Temps Ordinaire où il n’y a pas de mémoire obligatoire, on peut faire mémoire de la VIERGE MARIE, selon une tradition qui honore la foi et l’espérance sans défaut de MARIE le Samedi Saint.


De la férie

4ième semaine du Temps Ordinaire
(Couleur liturgique : Vert )
Année A







(Première lecture)
Lettre aux Hébreux 13 : 15 à17, 20 et 21


« Que le DIEU DE LA PAIX, LUI qui a fait remonter d’entre les morts le PASTEUR par EXCELLENCE, vous forme en tout ce qui est bon »

Frères,
en toute circonstance,
offrons à DIEU, PAR JÉSUS, un sacrifice de louange,
c’est-à-dire les paroles de nos lèvres qui proclament SON NOM.
N’oubliez pas d’être généreux et de partager.
C’est par de tels sacrifices que l’on plaît à DIEU.
Faites confiance à ceux qui vous dirigent
et soyez-leur soumis ;
en effet, ils sont là pour veiller sur vos âmes,
ce dont ils auront à rendre compte.
Ainsi, ils accompliront leur tâche avec joie,
sans avoir à se plaindre,
ce qui ne vous serait d’aucun profit.
Que le DIEU DE LA PAIX,
LUI qui a fait remonter d’entre les morts,
GRÂCE AU SANG DE L’ALLIANCE ÉTERNELLE,
le BERGER des brebis, le PASTEUR par EXCELLENCE,
NOTRE SEIGNEUR JÉSUS,
que ce DIEU vous forme en tout ce qui est bon
pour accomplir SA VOLONTÉ,
qu’IL réalise en nous ce qui est agréable à SES YEUX,
par JÉSUS CHRIST, à qui appartient la GLOIRE
pour les siècles des siècles. Amen.

– PAROLE du SEIGNEUR.


Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris








Le SEIGNEUR est mon BERGER


Psaume appartenant au recueil de David.

[Psaume 22 (23) ; entièrement]




Psaume 22 (23) : 1 et 2ab, 2c et 3, 4, 5, 6


R/ Le SEIGNEUR est mon BERGER :
rien ne saurait me manquer.


Le SEIGNEUR est mon BERGER :
je ne manque de rien.
Sur des prés d’herbe fraîche,
IL me fait reposer.
R/


IL me mène vers les eaux tranquilles
et me fait revivre ;
IL me conduit par le JUSTE CHEMIN
pour l’HONNEUR DE SON NOM.
R/


Si je traverse les ravins de la mort,
je ne crains aucun mal,
car TU es avec moi :
TON BÂTON me guide et me rassure.
R/


TU prépares la table pour moi
devant mes ennemis ;
TU répands le parfum sur ma tête,
ma coupe est débordante.
R/


Grâce et bonheur m’accompagnent
tous les jours de ma vie ;
j’habiterai la MAISON DU SEIGNEUR
pour la durée de mes jours.
R/


Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris







Évangile de JÉSUS-CHRIST selon Saint Marc 6 : 30 à 34

Acclamation de l’Évangile :
Alléluia. Alléluia.
Mes brebis écoutent MA VOIX, dit le SEIGNEUR ; Moi, Je les connais, et elles Me suivent.
Alléluia.
(Jn 10, 27)




« Ils étaient comme des brebis sans berger »

En ce temps- là,
les Apôtres se réunirent auprès de JESUS,
et LUI annoncèrent tout ce qu’ils avaient fait et enseigné.
IL leur dit :
« Venez à l’écart dans un endroit désert,
et reposez-vous un peu. »
De fait, ceux qui arrivaient et ceux qui partaient étaient nombreux,
et l’on n’avait même pas le temps de manger.
Alors, ils partirent en barque
pour un endroit désert, à l’écart.
Les gens les virent s’éloigner,
et beaucoup comprirent leur intention.
Alors, à pied, de toutes les villes,
ils coururent là-bas
et arrivèrent avant eux.
En débarquant, JESUS vit une grande foule.
IL fut saisi de compassion envers eux,
parce qu’ils étaient comme des brebis sans berger.
Alors, IL se mit à les enseigner longuement.
– Acclamons la PAROLE de DIEU.


Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris


Évangile + commentaire (audio)


Écouté sur :
http://radiofidelite.fr/fr/









Textes du jour, lu sur :
Les services de la liturgie Catholique

http://www.aelf.org/2017-02-04/romain/messe


Liens :
http://www.aelf.org/office-messe
http://services.liturgiecatholique.fr/






Amicalement, fraternellement
Nicolas

Revenir en haut Aller en bas
Lumen
Admin
avatar

Messages : 4231
Date d'inscription : 18/10/2014
Localisation : France

MessageSujet: Re: Donne-nous notre Pain de ce jour (Vie) : Parole de DIEU   Sam 4 Fév 2017 - 13:35

Bonjour à vous tous, amis qui aimez la Parole de Vie, goûtez et voyez comme est bon le Seigneur 
Bonjour Nicolas, Merci !




Samedi 04 février 2017 : Le samedi de la 4e semaine du temps ordinaire


« Venez à l’écart dans un endroit désert et reposez-vous un peu. »


Les saints du jour (Samedi 04 février)

 Sainte Véronique, femme ayant essuyé le visage du Christ montant au Golgotha (1er s.). 

Saint Raban Maur, Abbé de Fulda et Archevêque de Mayence (✝ 856).

 Sainte Jeanne de Valois, reine et Fondatrice de l’Ordre des Annonciades
(† 1505)
 
Pour approfondir : Sainte Jeanne de Valois, veuve. 1505.

Bienheureux Marie-Eugène de l'Enfant-Jésus (Henri Grialou), Prêtre et Fondateur de l'Institut séculier Carmélitain Notre-Dame de Vie (1894-1967). 


Prière avant la lecture

"O Dieu, rends-moi digne de trouver ma joie dans la compréhension du salut opéré par ton Fils bien-aimé. O notre Seigneur, écarte de moi le voile des passions qui couvre les yeux de mon esprit. Allume ta sainte lumière dans mon cœur, pour que mon esprit saisisse le sens intime du texte et que l’œil illuminé de mon âme sonde les saints mystères cachés dans ta Parole. Par ta grâce et ta miséricorde, Seigneur, fais que jamais, ni le jour ni la nuit, ton souvenir ne s’éloigne de mon cœur. Amen." Prière d'un mystique syrien oriental, Gabriel Bunge.



Homélie :


"Les Apôtres se réunirent auprès de Jésus, et lui annoncèrent tout ce qu’ils avaient fait et enseigné."

Les apôtres ont contemplé comment Jésus agissait avec eux.
Ils ont vu son amour déborder en acte de guérison. Ils se réunirent auprès de Jésus après leur mission.
L’amour est sorti de leurs mains et de leurs cœurs. Ils ont véritablement fait comme Jésus, leur joie déborde !
Ils pouvaient être fatigués, mais l’Esprit Saint passait par eux, et ils étaient donnés aux foules.
Ils guérissaient comme Jésus, ils chassaient les démons comme lui.
Cet amour est reçu, il peut être donné, il n’y a pas d’autre repos que celui d’aimer et d’être aimé.
Le repos des disciples sera de faire comme Jésus, de dire comme lui et d’être comme Jésus.
Le fait de voir Jésus ému de pitié pour cette foule et de l’enseigner reposera les apôtres.
Ce sera une source dans le désert qui jaillit, qui fait tout refleurir.
Les apôtres reviendront toujours auprès de Jésus après leur mission, ils le contempleront agissant en eux et faisant des guérisons.
Nous rendons grâce à Dieu d’être ses envoyés dans le monde.
Jésus les prenant à l’écart dans un endroit désert leur dit : « Reposez-vous un peu. »
Le lieu du repos de Dieu, c’est l’expérience de son amour. Faire l’expérience de l’amour infini du cœur de notre Père, comme Jésus, est le plus grand repos.


Il leur dit : « Venez à l’écart dans un endroit désert, et reposez-vous un peu. » De fait, ceux qui arrivaient et ceux qui partaient étaient nombreux, et l’on n’avait même pas le temps de manger.

Le repos des disciples est Jésus lui-même, l’envoyé du Père, qui vit pleinement de son Amour infini. Vivre de foi, d’espérance et d’amour, demeurer dans le Christ est le repos du disciple.
Jésus annonce la parole à partir de notre bouche aujourd’hui encore ! Nous devenons sa parole.
Jésus va soigner et guérir par nos mains. Il sera le salut par nous, continuant son œuvre d’amour par nous !
C’est ainsi que nous demeurons dans son repos.
Jésus, entouré de tout le peuple des affamés, des assoiffés, des gens qui souffrent, monte sur la montagne pour contempler son Père. Les apôtres aussi, entourés par un peuple d’affamés, d’assoiffés et de souffrants viennent à Jésus, dans l’amour, ils offrent tout.
Le Peuple a vraiment pris sa place dans le cœur de Jésus. Cette place est donnée par Dieu pour qu’il y resplendisse de son repos et de sa lumière. Baptisés en lui, confirmés dans son amour, bénéficiaires de la communion à son amour infini, nous aussi, nous pouvons trouver la vie de Dieu.


"Alors, ils partirent en barque pour un endroit désert, à l’écart. Les gens les virent s’éloigner, et beaucoup comprirent leur intention. Alors, à pied, de toutes les villes, ils coururent là-bas et arrivèrent avant eux."

En débarquant, Jésus vit une foule nombreuse et il en eut pitié, parce qu’ils étaient comme des brebis qui n’ont pas de berger, et il se mit à les enseigner longuement.
La foule est immense et ses besoins sont grands. Les gens qui les virent s’éloigner, ont devancé la barque !
Jésus instruisant cette foule, c’est le repos des disciples ; Jésus donnant à manger à cette foule, c’est le repos des disciples.
La gloire de Dieu c’est Jésus qui nous sauve, dans le même mouvement d’amour où il nous sauve, il rend gloire à son Père.
La gloire des disciples est de faire la même œuvre que Jésus, alors ils peuvent trouver le repos.
Au cœur du mystère Pascal, le repos de Jésus se donne : « Par lui, avec lui et en lui, à toi Dieu le Père, tout honneur et toute gloire. » Près de Jésus, nous chantons les merveilles de Dieu et nous entrons dans le repos de Dieu. Le septième jour, Dieu se reposa. Il fait éclater son amour sur toutes les œuvres qu’il a faites. « Tu les regardas, et tu les enveloppas de beauté, » dit saint Jean de la Croix. Entrer dans le regard de Dieu, dans la contemplation du Dieu vivant, est le plus grand repos.



Citation :
Nous demandons la grâce d’être saisis de pitié comme Jésus.


Père Gilbert Adam
Homélies et Le Pauvre qui guérit

Source : 



Origène (v. 185-253), prêtre et théologien
Commentaire sur le Cantique des cantiques, II, 4, 17s (trad. Brésard, 2000 ans B, p. 196 rev ; cf SC 375, p. 341)


« Alors, il se mit à les instruire longuement »

« Indique-moi, toi que mon cœur aime, dit l'Épouse du Cantique des cantiques, où tu fais paître ton troupeau, où tu le mets au repos. » (1,7) Je pense que dans le psaume vingt-deux, le prophète, placé sous la garde du même berger, parle aussi de ce lieu dont parlait l'Épouse quand il dit : « Le Seigneur est mon berger ; rien ne me manquera » (v.1). Il savait que les autres bergers, sous l'effet de la paresse ou de l'inexpérience, faisaient paître leurs troupeaux dans des lieux plus arides. C'est pourquoi il dit du Seigneur, ce berger parfait : « Dans un lieu verdoyant il m'a fait reposer. Il m'a conduit vers une eau qui réconforte » (v.2). Il montre là que ce berger donne à ses brebis des eaux non seulement abondantes, mais encore saines et pures, qui les abreuvent parfaitement...

     Cette formation première, donnée par le pasteur, est celle des commencements ; la suite concerne les progrès et la perfection. Nous venons de parler de prairies et de verdure. Il semble bon de voir ceci dans les évangiles. J'y ai trouvé ce bon berger parlant des pâturages des brebis : il dit qu'il est le berger mais aussi la porte : « Si quelqu'un entre en passant par moi, il sera sauvé ; il pourra aller et venir, et il trouvera un pâturage » (Jn 10,9). C'est donc bien lui que l'Épouse questionne... Elle appelle « midi », bien sûr, ces lieux secrets du cœur où l'âme obtient du Verbe de Dieu une lumière plus brillante de science. C'est, en effet, l'heure où le soleil atteint le point le plus haut de sa course. Donc, si le Christ, « Soleil de justice » (Ml 3,20), manifeste à son Église les sublimes secrets de ses vertus, il lui découvre alors des pâturages agréables et des lieux où l'on se repose à midi.

     Car lorsqu'elle en est encore aux commencements de son instruction et qu'elle ne reçoit de lui que les premiers commencements de la connaissance, le prophète dit : « Dieu la secourra le matin, au lever du jour » (Ps 45,6). Mais parce qu'elle recherche à présent des biens plus parfaits et désire des réalités supérieures, elle demande la lumière de la connaissance à son midi.



Source : 









_________________

Quand je dis Dieu c'est un poème, c'est une étoile dans ma vie, 
du feu qui coule dans mes veines, un grand soleil pour aujourd'hui !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Donne-nous notre Pain de ce jour (Vie) : Parole de DIEU   Sam 4 Fév 2017 - 19:51

Bonsoir Lumen,

Bonsoir à toutes et à tous,





Dimanche 5 Février 2017


5ième Dimanche du Temps Ordinaire


(Couleur liturgique : Vert )
Année A










Lien :
http://www.ktotv.com/emissions/priere-et-vie-de-l-eglise/priere/en-marche-vers-dimanche

Vu sur :
www.KTOTV.com






(Première lecture)
Livre du Prophète Isaïe 58 : 7 à 10


« Ta lumière jaillira comme l’aurore »

Ainsi PARLE le SEIGNEUR :
Partage ton pain avec celui qui a faim,
accueille chez toi les pauvres sans abri,
couvre celui que tu verras sans vêtement,
ne te dérobe pas à ton semblable.
Alors ta lumière jaillira comme l’aurore,
et tes forces reviendront vite.
Devant toi marchera ta justice,
et la GLOIRE DU SEIGNEUR fermera la marche.
Alors, si tu appelles, le SEIGNEUR répondra ;
si tu cries, IL dira : « ME VOICI. »
Si tu fais disparaître de chez toi
le joug, le geste accusateur, la parole malfaisante,
si tu donnes à celui qui a faim ce que toi, tu désires,
et si tu combles les désirs du malheureux,
ta lumière se lèvera dans les ténèbres
et ton obscurité sera Lumière de midi.


– PAROLE du SEIGNEUR.



Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris







Le bonheur tranquille des fidèles


Psaume 111 (112), entièrement



Psaume 111 (112) : 4 et 5, 6 et 7, 8a et 9


R/ Lumière des cœurs droits,
le juste s’est levé dans les ténèbres.


Lumière des cœurs droits, il s’est levé dans les ténèbres,
homme de justice, de tendresse et de pitié.
L’homme de bien a pitié, il partage ;
il mène ses affaires avec droiture.
R/


Cet homme jamais ne tombera ;
toujours on fera mémoire du juste.
Il ne craint pas l’annonce d’un malheur :
le cœur ferme, il s’appuie sur le SEIGNEUR.
R/


Son cœur est confiant, il ne craint pas.
À pleines mains, il donne au pauvre ;
à jamais se maintiendra sa justice,
sa puissance grandira, et sa gloire !
R/


Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris


« Chants audio du Psaume 111 (112) »

Du CD, Signes :

http://www.mirari.fr/XWyu







(Deuxième lecture)
Première Lettre de Saint Paul Apôtre aux Corinthiens 2 : 1 à 5


« Je suis venu vous annoncer le MYSTÈRE DU CHRIST CRUCIFIÉ »

Frères,
quand je suis venu chez vous,
je ne suis pas venu vous annoncer le MYSTÈRE DE DIEU
avec le prestige du langage ou de la sagesse.
Parmi vous, je n’ai rien voulu connaître d’autre que JÉSUS CHRIST,
ce MESSIE CRUCIFIÉ.
Et c’est dans la faiblesse, craintif et tout tremblant,
que je me suis présenté à vous.
Mon langage, ma proclamation de l’Évangile,
n’avaient rien d’un langage de sagesse qui veut convaincre ;
mais c’est l’ESPRIT et SA PUISSANCE qui se manifestaient,
pour que votre foi repose, non pas sur la sagesse des hommes,
mais sur la PUISSANCE DE DIEU.


– PAROLE du SEIGNEUR.



Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris








Évangile de JÉSUS-CHRIST selon Saint Matthieu 5 : 13 à 16

Acclamation de l’Évangile :
Alléluia. Alléluia.

MOI, JE SUIS LA LUMIÈRE du monde, dit le SEIGNEUR.
Celui qui Me suit aura la LUMIÈRE DE LA VIE.

Alléluia.
(cf. Jn 8, 12)




Vous êtes la LUMIÈRE du monde

En ce temps-là,
JÉSUS disait à Ses Disciples :
« Vous êtes le sel de la Terre.
Mais si le sel devient fade,
comment lui rendre de la saveur ?
Il ne vaut plus rien :
on le jette dehors et il est piétiné par les gens.

Vous êtes la LUMIÈRE du monde.
Une ville située sur une montagne
ne peut être cachée.
Et l’on n’allume pas une lampe
pour la mettre sous le boisseau ;
on la met sur le lampadaire,
et elle brille pour tous ceux qui sont dans la maison.
De même, que votre LUMIÈRE brille devant les hommes :
alors, voyant ce que vous faites de bien,
ils rendront GLOIRE à votre PÈRE qui est aux Cieux. »


– Acclamons la PAROLE de DIEU.



Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris











Textes du jour, lu sur :
Les services de la liturgie Catholique

http://www.aelf.org/2017-02-05/romain/messe


Liens :
http://www.aelf.org/office-messe
http://services.liturgiecatholique.fr/






Amicalement, fraternellement
Nicolas

Revenir en haut Aller en bas
Lumen
Admin
avatar

Messages : 4231
Date d'inscription : 18/10/2014
Localisation : France

MessageSujet: Re: Donne-nous notre Pain de ce jour (Vie) : Parole de DIEU   Dim 5 Fév 2017 - 14:48

Bonjour à vous tous, amis qui aimez la Parole de Vie, goûtez et voyez comme est bon le Seigneur 
Bonjour Nicolas, Merci !




Dimanche 05 février 2017 : Cinquième dimanche du temps ordinaire


que votre lumière brille devant les hommes


Les saints du jour (Dimanche 05 février)

 Le Patriarche Jacob 

 Sainte Agathe de Catane, vierge et martyre en Sicile (✝ 251) Pour approfondir :
Sainte Agathe, vierge et martyre. 251.

Saint Jésus Mendez Montoya, Prêtre et martyr au Mexique (1880-✝ 1928). 


Prière avant la lecture

"O Dieu, rends-moi digne de trouver ma joie dans la compréhension du salut opéré par ton Fils bien-aimé. O notre Seigneur, écarte de moi le voile des passions qui couvre les yeux de mon esprit. Allume ta sainte lumière dans mon cœur, pour que mon esprit saisisse le sens intime du texte et que l’œil illuminé de mon âme sonde les saints mystères cachés dans ta Parole. Par ta grâce et ta miséricorde, Seigneur, fais que jamais, ni le jour ni la nuit, ton souvenir ne s’éloigne de mon cœur. Amen." Prière d'un mystique syrien oriental, Gabriel Bunge.



Sel de la terre et Lumière du monde mais avec ton Esprit d'Amour
Seigneur, reçu lors notre baptême !

Homélie :

"« Vous êtes le sel de la terre. Mais si le sel devient fade, comment lui rendre de la saveur ? Il ne vaut plus rien : on le jette dehors et il est piétiné par les gens."

Jésus attend de nous que nous soyons le sel de cette terre : « Vous êtes le sel de la terre, et la lumière du monde, » dit-il.
Le sel comme la Lumière donne vie. Le soleil, à son lever, éclaire toute la réalité du monde.
Ce sont d’abord les formes qui se dessinent, ensuite les couleurs qui se font plus précises.
C’est ainsi que progressivement la nature apparaît dans toute sa beauté !
Il en est de même du Christ dans l’humanité. Le sel donne goût et saveur à toute nourriture, il assainit, il conserve, il vivifie, il est connu du monde entier. Dans la symbolique biblique, il figure la sagesse.
Il exprime l’amitié et la joie fraternelle. Nous avons reçu de Dieu le don de la terre entière.
Nous avons à lui communiquer la saveur du Royaume, à lui révéler les secrets de la sagesse de Dieu.
Porteurs de la Parole de Dieu qui est le sel de la vie, notre rôle est urgent.
Jésus fait le lien entre l’action de nos vies dans l’humanité, si cette action a sa source en elle-même, elle se décompose si facilement. Les Chrétiens, à la suite de Jésus, manifeste au monde la richesse et la beauté de l’œuvre de Dieu, sel de la terre, lumière du monde.


« Vous êtes la lumière du monde. Une ville située sur une montagne ne peut être cachée. Et l’on n’allume pas une lampe pour la mettre sous le boisseau ; on la met sur le lampadaire, et elle brille pour tous ceux qui sont dans la maison."

Jésus prend une deuxième image : « Vous êtes la lumière du monde. » C’est une perspective immense, démesurée, presque infinie.
Cette lumière, qui est capable d’éclairer le monde entier, est empreinte de modestie.
Nous n’en sommes que le reflet, le témoin. Cette lumière n’a pas sa source en nous.
C’est une lumière participée qui vient de Dieu. « Vous » êtes la lumière du monde, c’est « ensemble avec lui » que Jésus le déclare, « vous » êtes la lumière du monde !
Dieu a mis quelque chose en nous, tous ensemble, qui doit rayonner jusqu’aux confins de la terre, et jusqu’à la fin du monde.
Cette lumière n’est pas celle de l’éclat, elle est celle de la grâce.
Cette vie intérieure mise en nous par le Créateur, nous est donnée par Jésus.
C’est dans ce lien, que réside la véritable illumination du monde.
C’est la clarté qui jaillit des actes de pur amour. À ce signe, à l’amour que vous aurez les uns pour les autres, tous vous reconnaîtront pour mes disciples, dit Jésus. La visibilité de la communauté est celle du bien qu’elle fait : « Voyez comme ils s’aiment. »
C’est notre amour qui est lumière de Dieu et le sel de la terre !


"De même, que votre lumière brille devant les hommes : alors, voyant ce que vous faites de bien, ils rendront gloire à votre Père qui est aux cieux."

La troisième image prise par Jésus est la ville située au sommet d’un mont qui ne peut être cachée. Le voyageur égaré en pleine nature, dans la nuit, comprend ce que peut représenter la lumière des lampes allumées dans une ville haute.
C’est de la foi, qui rayonne d’autant plus qu’elle est chantée et partagée, célébrée par le Corps du Christ tout entier, dont il s’agit. C’est la préfiguration de la Jérusalem nouvelle et éternelle, rassemblée dans l’élévation et l’harmonie, que s’éclaire le phare du monde. Aujourd’hui, les villes peuvent devenir des « visions de paix, » là où le Père sera reconnu, parce qu’on y vivra tous en frères.
Quelle belle lumière pour la terre et quel signe pour le monde, qu’une ville, un quartier, une communauté vivant sous le regard de Dieu, ou chacun s’efforce de conserver l’unité de l’Esprit par le lien qu’est la paix.
Nous voulons vivre de cette parole de Dieu et l’annoncer ! En voyant ce que vous faites de bien, dit Jésus, les hommes rendront gloire à votre Père qui est aux cieux.



Citation :
Nous demandons la grâce de l’humilité, pour nous effacer pour que l’œuvre d’amour du Père apparaisse.


Père Gilbert Adam
Homélies et Le Pauvre qui guérit

Source : 



Saint Josémaria Escriva de Balaguer (1902-1975), prêtre, fondateur
Homélie du 4/5/57 in Es Cristo que pasa § 148 (trad. Quand le Christ passe, Le Laurier 1989, p. 264)


« Elle brille pour tous ceux qui sont dans la maison »

Remplir le monde de lumière, être sel et lumière, c'est ainsi que le Seigneur a décrit la mission de ses disciples. Porter jusqu'aux derniers confins de la terre la bonne nouvelle de l'amour de Dieu. C'est à cela que tous les chrétiens doivent consacrer leur vie, d'une manière ou d'une autre... La grâce de la foi ne nous a pas été conférée pour rester cachée, mais bien au contraire, pour briller devant les hommes...

     Certains se demanderont peut-être comment ils peuvent communiquer cette connaissance du Christ aux autres. Je vous répondrai : avec naturel, avec simplicité, en vivant exactement comme vous le faites au milieu du monde, adonnés que vous êtes à votre travail professionnel et au soin de votre famille, en prenant part à toutes les aspirations nobles des hommes, en respectant la légitime liberté de chacun... La vie ordinaire peut être sainte et remplie de Dieu, le Seigneur nous appelle à sanctifier nos tâches habituelles, parce que là aussi réside la perfection chrétienne.

     N'oublions pas que la presque totalité des journées que Marie a passées sur cette terre se sont déroulées d'une manière bien semblable aux journées de millions d'autres femmes, consacrées elles aussi à leur famille, à l'éducation de leurs enfants, aux tâches du foyer. De tout cela, Marie sanctifie jusqu'au plus petit détail, à ce que beaucoup considèrent à tort comme insignifiant et sans valeur... Vie ordinaire bénie, qui peut être tellement pleine d'amour de Dieu ! Car voilà ce qui explique la vie de Marie : son amour, poussé jusqu'à l'oubli de soi, toute contente qu'elle était de se trouver à sa place, là où Dieu la voulait. C'est pourquoi le plus petit de ses gestes n'est jamais banal, mais apparaît, au contraire, comme plein de signification... Il nous appartient d'essayer d'être comme elle, dans les circonstances précises où Dieu a voulu que nous vivions.



Source : 










_________________

Quand je dis Dieu c'est un poème, c'est une étoile dans ma vie, 
du feu qui coule dans mes veines, un grand soleil pour aujourd'hui !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Donne-nous notre Pain de ce jour (Vie) : Parole de DIEU   Dim 5 Fév 2017 - 20:25

Bonsoir Lumen,

Bonsoir à toutes et à tous,





Lundi 6 Février 2017

Saint Paul Miki et ses compagnons, Martyrs
Mort en 1597. Paul Miki, jésuite japonais, était l’un des vingt-six chrétiens – religieux et laïcs – qui furent crucifiés sur une colline, près de Nagasaki.

5ième semaine du Temps Ordinaire
(Couleur liturgique : Rouge )
Année A







(Première lecture)
Livre de la Genèse 1 : 1 à 19


« DIEU dit. Et ce fut ainsi »

Au commencement,
DIEU créa le ciel et la Terre.
La Terre était informe et vide,
les ténèbres étaient au-dessus de l’abîme
et le SOUFFLE DE DIEU planait au-dessus des eaux.

DIEU dit :
« Que la lumière soit. »
Et la lumière fut.
DIEU vit que la lumière était bonne,
et DIEU sépara la lumière des ténèbres.
DIEU appela la lumière « jour »,
IL appela les ténèbres « nuit ».
Il y eut un soir, il y eut un matin :
premier jour.

Et DIEU dit :
« Qu’il y ait un firmament au milieu des eaux,
et qu’il sépare les eaux. »
DIEU fit le firmament,
IL sépara les eaux qui sont au-dessous du firmament
et les eaux qui sont au-dessus.
Et ce fut ainsi.
DIEU appela le firmament « ciel ».
Il y eut un soir, il y eut un matin :
deuxième jour.

Et DIEU dit :
« Les eaux qui sont au-dessous du ciel,
qu’elles se rassemblent en un seul lieu,
et que paraisse la terre ferme. »
Et ce fut ainsi.
DIEU appela la terre ferme « terre »,
et IL appela la masse des eaux « mer ».
Et DIEU vit que cela était bon.

DIEU dit :
« Que la terre produise l’herbe,
la plante qui porte sa semence,
et que, sur la terre, l’arbre à fruit donne,
selon son espèce,
le fruit qui porte sa semence. »
Et ce fut ainsi.
La terre produisit l’herbe,
la plante qui porte sa semence, selon son espèce,
et l’arbre qui donne, selon son espèce,
le fruit qui porte sa semence.
Et DIEU vit que cela était bon.
Il y eut un soir, il y eut un matin :
troisième jour.

Et DIEU dit :
« Qu’il y ait des luminaires au firmament du ciel,
pour séparer le jour de la nuit ;
qu’ils servent de signes
pour marquer les fêtes, les jours et les années ;
et qu’ils soient, au firmament du ciel,
des luminaires pour éclairer la Terre. »
Et ce fut ainsi.
DIEU fit les deux grands luminaires :
le plus grand pour commander au jour,
le plus petit pour commander à la nuit ;
il fit aussi les Etoiles.
DIEU les plaça au firmament du ciel
pour éclairer la Terre,
pour commander au jour et à la nuit,
pour séparer la lumière des ténèbres.
Et DIEU vit que cela était bon.
Il y eut un soir, il y eut un matin :
quatrième jour.

– PAROLE du SEIGNEUR.


Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris








Merci à DIEU le CRÉATEUR


[Psaume 103 (104) ; entièrement]



Psaume 103 (104) : 1 et 2a, 5 et 6, 10 et 12, 24 et 35c


R/ Que DIEU se réjouisse en SES ŒUVRES !

Bénis le SEIGNEUR, ô mon âme ;
SEIGNEUR mon DIEU, TU ES SI GRAND !
REVÊTU DE MAGNIFICENCE,
TU AS POUR MANTEAU LA LUMIÈRE !
R/


TU as donné son assise à la Terre :
qu’elle reste inébranlable au cours des temps.
TU l’as vêtue de l’abîme des mers :
les eaux couvraient même les montagnes.
R/


Dans les ravins TU fais jaillir des sources
et l’eau chemine aux creux des montagnes ;
les oiseaux séjournent près d’elle :
dans le feuillage on entend leurs cris.
R/


Quelle profusion dans TES ŒUVRES, SEIGNEUR !
Tout cela, TA SAGESSE l’a fait ;
la Terre s’emplit de TES BIENS.
Bénis le SEIGNEUR, ô mon âme !
R/


Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris







Évangile de JÉSUS-CHRIST selon Saint Marc 6 : 53 à 56

Acclamation de l’Évangile :
Alléluia. Alléluia.
JÉSUS proclamait l’Évangile du Royaume et guérissait toute infirmité dans le peuple.
Alléluia.
(cf. Mt 4, 23)




« Tous ceux qui touchèrent la frange de SON MANTEAU étaient sauvés »

En ce temps-là,
après la traversée,
abordant à Génésareth
JESUS et Ses Disciples accostèrent.
Ils sortirent de la barque,
et aussitôt les gens reconnurent JESUS :
ils parcoururent toute la région,
et se mirent à apporter les malades sur des brancards
là où l’on apprenait que JESUS se trouvait.
Et dans tous les endroits où IL se rendait,
dans les villages, les villes ou les campagnes,
on déposait les infirmes sur les places.
Ils LE suppliaient de leur laisser toucher
ne serait-ce que la frange de SON MANTEAU.
Et tous ceux qui La touchèrent
étaient sauvés.

– Acclamons la PAROLE de DIEU.


Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris


Évangile + commentaire (audio)


Écouté sur :
http://radiofidelite.fr/fr/









Textes du jour, lu sur :
Les services de la liturgie Catholique

http://www.aelf.org/2017-02-06/romain/messe


Liens :
http://www.aelf.org/office-messe
http://services.liturgiecatholique.fr/






Amicalement, fraternellement
Nicolas

Revenir en haut Aller en bas
Lumen
Admin
avatar

Messages : 4231
Date d'inscription : 18/10/2014
Localisation : France

MessageSujet: Re: Donne-nous notre Pain de ce jour (Vie) : Parole de DIEU   Lun 6 Fév 2017 - 13:02

Bonjour à vous tous, amis qui aimez la Parole de Vie, goûtez et voyez comme est bon le Seigneur 
Bonjour Nicolas, Merci !




Lundi 06 février 2017 : Le lundi de la 5e semaine du temps ordinaire


Ils le suppliant de leur laisser toucher ne serait-ce que la frange de son manteau.


Les saints du jour (Lundi 06 février)

 Sainte Dorothée, vierge, saint Théophile, magistrat, et leurs compagnons, martyrs à Césarée en Cappadoce. 304. Pour approfondir : Sainte Dorothée (vierge) et de Saint Théophile (avocat), martyrs († 304).

 Saint Amand d'Elnone Evêque de Maastricht (+ 679) 

Saint Photios (+ 891)

 Saint Paul Miki et ses compagnons martyrs au Japon (✝ 1597) 

  Sainte Xénia "folle en Christ" (+ 1806) ou Ksenija de Saint Pétersbourg. 

Saint Alfonso Maria Fusco, prêtre et fondateur (1839-1910) 

 Bienheureuse Maria Theresia Bonzel, Religieuse et Fondatrice des : « Sœurs Franciscaines de l'Adoration Perpétuelle » (1830-1905). 

Vénérable Marthe Robin, vierge, Mystique stigmatisée et Fondatrice de l'Association des Foyers de Charité, « victime » offerte pour l’Amour de Dieu (1902-1981) 


Prière avant la lecture

"O Dieu, rends-moi digne de trouver ma joie dans la compréhension du salut opéré par ton Fils bien-aimé. O notre Seigneur, écarte de moi le voile des passions qui couvre les yeux de mon esprit. Allume ta sainte lumière dans mon cœur, pour que mon esprit saisisse le sens intime du texte et que l’œil illuminé de mon âme sonde les saints mystères cachés dans ta Parole. Par ta grâce et ta miséricorde, Seigneur, fais que jamais, ni le jour ni la nuit, ton souvenir ne s’éloigne de mon cœur. Amen." Prière d'un mystique syrien oriental, Gabriel Bunge.



Homélie :

"Après la traversée, abordant à Génésareth, ils accostèrent. Ils sortirent de la barque, et aussitôt les gens reconnurent Jésus."

Jésus parcourt les villes et les villages guérissant les malades et expulsant les démons.
Il voit l’urgence de secourir ces personnes. Il se met à leur service, en s’oubliant lui-même.
Sa mission est de redonner aux malades la santé du corps et de l’âme.
Il cherche à rétablir en chacun l’équilibre perdu à cause du péché.
Quiconque s’approche de lui expérimente comme une création nouvelle de tout son être.
C’est la merveilleuse réalité de celui qui expérimente Jésus en sa personne, à travers la grâce.
Il est nécessaire chaque jour, de nous approcher de lui, la source de la vie, afin de ne pas nous laisser gagner par la routine, la lassitude et le péché. Ce sont les pauvres et les petits qui entrent les premiers dans le Royaume de Dieu.
Nous sommes heureux de ce bouleversement, de cette révolution incroyable que Jésus est venu apporter au monde.
Dieu est l’ami des pauvres et des petits, des malades et des pécheurs.
Jésus réveille notre vie et nous lui rendons grâce pour ses merveilles.
Nous sortons du tourbillon quotidien et nous contemplons tout ce qui nous est donné.
La variété de tout ce que Jésus fait est impressionnante.


"ils parcoururent toute la région, et se mirent à apporter les malades sur des brancards là où l’on apprenait que Jésus se trouvait."

Toucher Jésus aujourd’hui, consiste à le toucher par sa Parole, par les sacrements, dans la foi, comme on le touchait physiquement alors.
Aujourd’hui, nous avons les mêmes possibilités de toucher Jésus que les foules qui le suivaient en Palestine.
Nous jouissons des dons de Dieu qui nous permettent de le toucher avec une intimité et une proximité que n’avaient pas les disciples d’alors. La présence de Dieu pour nous est la présence consolatrice de Jésus dans l’Eucharistie, par la grâce sacramentelle.
Tous les malheureux dont l’Évangile nous parle n’avaient pas accès au Temple à cause de leurs infirmités !
Dans le rayonnement de Jésus, toute personne se sent reconnue, aimée.
Au cœur de la création, « l’homme et la femme » sont la réalité la plus merveilleuse que Dieu a faite dans cet univers si beau.
Quand nous sommes passés par l’épreuve et le manque, nous sommes plus présents à la création et nous sommes plus présents les uns aux autres, à l’essentiel !
- Seigneur Jésus, je sais que Tu es proche de moi, que Tu es présent dans ma vie, et que Tu peux me guérir, de mes faiblesses, de mes complexes, de tous mes maux. Donne-moi une foi simple et spontanée qui cherche sans cesse à te toucher par tous les moyens que Tu nous as donnés : l’Eucharistie, le sacrement de Réconciliation et la prière.


"Et dans tous les endroits où il se rendait, dans les villages, les villes ou les campagnes, on déposait les infirmes sur les places. Ils le suppliaient de leur laisser toucher ne serait-ce que la frange de son manteau. Et tous ceux qui la touchèrent étaient sauvés."

Il nous faut toucher au moins la frange de son manteau pour être guéri. Il est dit clairement : « Tous ceux qui le touchaient étaient sauvés. »
Nous rendons grâce au Créateur, et à Jésus qui nous le manifeste, devant toutes les merveilles de la Création. L’action de grâce ne finit plus. Jésus nous fait savoir que le Temple Saint est désormais son Corps, et nous savons que nous sommes le temple de Dieu.
Nous demandons la grâce de retrouver et de contempler en Jésus la Force de Dieu qui nous sauve.
La manière de toucher Jésus, c’est la prière, la méditation, le contact assidu avec lui dans les sacrements.
Aujourd’hui, Jésus nous donne son Corps et son Sang pour que nous ayons la Vie.
La personne humaine, nourrie de l’eucharistie, est devenue Présence de Dieu.
Les moments difficiles de notre existence sont reconnus comme précieux, car ils nous mettent devant la Passion de Jésus, la réalité de l’amour infini qui nous est donnée. Dieu, en nous guérissant, nous remet au cœur de la création qui est si merveilleuse.



Citation :
Nous demandons à Dieu la grâce de reconnaître la merveille de la vie qu’il nous donne.


Père Gilbert Adam
Homélies et Le Pauvre qui guérit

Source : 



Saint Augustin (354-430), évêque d'Hippone (Afrique du Nord) et docteur de l'Église
Sermon 306, passim


« Tous ceux qui touchèrent la frange de son manteau étaient sauvés »

Tout homme veut être heureux ; il n'est personne qui ne le veuille, et si fortement qu'il le désire avant tout. Bien mieux : tout ce qu'il veut en plus de cela, il ne le veut que pour cela. Les hommes suivent des passions différentes, tel celle-ci, tel autre celle-là ; il y a aussi bien des manières de gagner sa vie dans le monde : chacun choisit sa profession et s'y exerce. Mais qu'on s'engage dans tel ou tel genre de vie, tous les hommes agissent en cette vie pour être heureux... Qu'est-ce donc que cette vie capable de rendre heureux que tous souhaitent mais que tous n'ont pas ? Cherchons-la...

     Si je demande à quelqu'un : « Veux-tu vivre ? », personne ne sera tenté de me répondre : « Je ne veux pas »... De même si je demande : « Veux-tu vivre en bonne santé ? », personne ne me répondra : « Je ne veux pas ». La santé est un bien précieux aux yeux du riche, et pour le pauvre elle est souvent le seul bien qu'il possède... Tous sont d'accord pour aimer la vie et la santé. Or, lorsque l'homme jouit de la vie et de la santé, peut-il se contenter de cela ?...

     Un jeune homme riche a demandé au Seigneur : « Bon maître, que dois-je faire pour avoir la vie éternelle ? » (Mc 10,17) Il craignait de mourir et il était contraint de mourir... Il savait qu'une vie de douleurs et de tourments n'est pas une vie, qu'on devait plutôt lui donner le nom de mort... Seule la vie éternelle peut être heureuse. Santé et vie d'ici bas ne l'assurent pas, vous craignez trop de les perdre : appelez cela « toujours craindre » et non « toujours vivre »... Si notre vie n'est pas éternelle, si elle ne comble pas éternellement nos désirs, elle ne peut pas être heureuse, elle n'est plus même une vie... Lorsque nous serons entrés dans cette vie-là, nous serons certains d'y demeurer toujours. Nous aurons la certitude de posséder éternellement la vraie vie, sans aucune crainte, car nous serons dans ce Royaume dont il est dit : « Et son règne n'aura pas de fin » (Lc 1,33).



Source : 









_________________

Quand je dis Dieu c'est un poème, c'est une étoile dans ma vie, 
du feu qui coule dans mes veines, un grand soleil pour aujourd'hui !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Donne-nous notre Pain de ce jour (Vie) : Parole de DIEU   Lun 6 Fév 2017 - 20:50

Bonsoir Lumen,

Bonsoir à toutes et à tous,





Mardi 7 Février 2017

De la férie

5ième semaine du Temps Ordinaire
(Couleur liturgique : Vert )
Année A







(Première lecture)
Livre de la Genèse 1 : 20 à 2 : 4a


« Faisons l’homme à notre image, selon NOTRE RESSEMBLANCE »

Quand IL créa le ciel et la Terre,
DIEU dit encore :
« Que les eaux foisonnent
d’une profusion d’êtres vivants,
et que les oiseaux volent au-dessus de la terre,
sous le firmament du ciel. »
DIEU créa, selon leur espèce,
les grands monstres marins,
tous les êtres vivants qui vont et viennent
et foisonnent dans les eaux,
et aussi, selon leur espèce,
tous les oiseaux qui volent.
Et DIEU vit que cela était bon.
DIEU les bénit par CES PAROLES :
« Soyez féconds et multipliez-vous,
remplissez les mers,
que les oiseaux se multiplient sur la Terre. »
Il y eut un soir, il y eut un matin :
cinquième jour.

Et DIEU dit :
« Que la Terre produise des êtres vivants
selon leur espèce,
bestiaux, bestioles et bêtes sauvages
selon leur espèce. »
Et ce fut ainsi.
DIEU fit les bêtes sauvages selon leur espèce,
les bestiaux selon leur espèce,
et toutes les bestioles de la Terre selon leur espèce.
Et DIEU vit que cela était bon.

DIEU dit :
« Faisons l’homme à NOTRE IMAGE,
selon NOTRE RESSEMBLANCE.
Qu’il soit le maître des poissons de la mer, des oiseaux du ciel,
des bestiaux, de toutes les bêtes sauvages,
et de toutes les bestioles
qui vont et viennent sur la Terre. »
DIEU créa l’homme à SON IMAGE,
à l’IMAGE DE DIEU IL le créa,
IL les créa homme et femme.
DIEU les bénit et leur dit :
« Soyez féconds et multipliez-vous,
remplissez la Terre et soumettez-la.
Soyez les maîtres
des poissons de la mer, des oiseaux du ciel,
et de tous les animaux qui vont et viennent sur la Terre. »
DIEU dit encore :
« Je vous donne toute plante qui porte sa semence
sur toute la surface de la Terre,
et tout arbre dont le fruit porte sa semence :
telle sera votre nourriture.
À tous les animaux de la Terre,
à tous les oiseaux du ciel,
à tout ce qui va et vient sur la terre
et qui a souffle de vie,
Je donne comme nourriture toute herbe verte. »
Et ce fut ainsi.
Et DIEU vit tout ce qu’IL avait fait ;
et voici : cela était très bon.
Il y eut un soir, il y eut un matin :
sixième jour.

Ainsi furent achevés le ciel et la Terre,
et tout leur déploiement.
Le septième jour,
DIEU avait achevé l’ŒUVRE qu’IL avait faite.
IL se reposa, le septième jour,
de toute l’ŒUVRE qu’IL avait faite.
Et DIEU bénit le septième jour :
IL le sanctifia
puisque, ce jour-là, IL se reposa
de toute l’ŒUVRE de CREATION qu’IL avait faite.

Telle fut l’Origine du ciel et de la Terre
lorsqu’ils furent créés.

– PAROLE du SEIGNEUR.


Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris








La GLOIRE de DIEU et la grandeur de l’homme


Psaume appartenant au répertoire du chef de chorale et au recueil de David. Accompagnement sur la harpe de Gat.

[Psaume 8 ; entièrement]




Psaume 8 : 4 et 5, 6 et 7, 8 et 9


R/ Ô SEIGNEUR notre DIEU,
qu’IL EST GRAND, TON NOM par toute la Terre !


À voir TON CIEL, ouvrage de TES DOIGTS,
la Lune et les Étoiles que TU fixas,
qu’est-ce que l’homme pour que TU penses à lui,
le fils d’un homme, que TU en prennes souci ?
R/


TU l’as voulu un peu moindre qu’un dieu,
le couronnant de gloire et d’honneur ;
TU l’établis sur les ŒUVRES DE TES MAINS,
TU mets toute chose à ses pieds.
R/


Les troupeaux de bœufs et de brebis,
et même les bêtes sauvages,
les oiseaux du ciel et les poissons de la mer,
tout ce qui va son chemin dans les eaux.
R/


Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris







Évangile de JÉSUS-CHRIST selon Saint Marc 7 : 1 à 13

Acclamation de l’Évangile :
Alléluia. Alléluia.
Incline mon cœur vers TES EXIGENCES ; fais-moi la grâce de TA LOI, SEIGNEUR.
Alléluia.
(Ps 118, 36a.29b)




« Vous laissez de côté le COMMANDEMENT DE DIEU, pour vous attacher à la tradition des hommes »

En ce temps-là,
les pharisiens et quelques scribes, venus de Jérusalem,
se réunissent auprès de JESUS,
et voient quelques-uns de Ses Disciples prendre leur repas
avec des mains impures, c’est-à-dire non lavées.
– Les pharisiens en effet, comme tous les Juifs,
se lavent toujours soigneusement les mains avant de manger,
par attachement à la tradition des anciens ;
et au retour du marché,
ils ne mangent pas avant de s’être aspergés d’eau,
et ils sont attachés encore par tradition
à beaucoup d’autres pratiques :
lavage de coupes, de carafes et de plats.
Alors les pharisiens et les scribes demandèrent à JESUS :
« Pourquoi Tes Disciples ne suivent-ils pas la tradition des anciens ?
Ils prennent leurs repas avec des mains impures. »
JESUS leur répondit :
« Isaïe a bien prophétisé à votre sujet, hypocrites,
ainsi qu’il est écrit :

Ce peuple M’honore des lèvres,
mais son cœur est loin de Moi.
C’est en vain qu’ils Me rendent un culte ;
les doctrines qu’ils enseignent ne sont que des préceptes humains.


Vous aussi, vous laissez de côté le COMMANDEMENT DE DIEU,
pour vous attacher à la tradition des hommes. »
IL leur disait encore :
« Vous rejetez bel et bien le COMMANDEMENT DE DIEU
pour établir votre tradition.
En effet, Moïse a dit :

Honore ton père et ta mère.

Et encore :

Celui qui maudit son père ou sa mère sera mis à mort.

Mais vous, vous dites :
Supposons qu’un homme déclare
à son père ou à sa mère :
“Les ressources qui m’auraient permis de t’aider
sont korbane , c’est-à-dire Don réservé à DIEU”,
alors vous ne l’autorisez plus à faire quoi que ce soit
pour son père ou sa mère ;
vous annulez ainsi la PAROLE DE DIEU
par la tradition que vous transmettez.
Et vous faites beaucoup de choses du même genre. »

– Acclamons la PAROLE de DIEU.


Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris


Évangile + commentaire (audio)


Écouté sur :
http://radiofidelite.fr/fr/









Textes du jour, lu sur :
Les services de la liturgie Catholique

http://www.aelf.org/2017-02-07/romain/messe


Liens :
http://www.aelf.org/office-messe
http://services.liturgiecatholique.fr/






Amicalement, fraternellement
Nicolas

Revenir en haut Aller en bas
Lumen
Admin
avatar

Messages : 4231
Date d'inscription : 18/10/2014
Localisation : France

MessageSujet: Re: Donne-nous notre Pain de ce jour (Vie) : Parole de DIEU   Mar 7 Fév 2017 - 13:38

Bonjour à vous tous, amis qui aimez la Parole de Vie, goûtez et voyez comme est bon le Seigneur 
Bonjour Nicolas, Merci !




Mardi 07 février 2017 : Le mardi de la 5e semaine du temps ordinaire


vous laissez de côté le commandement de Dieu, pour vous attacher à la tradition des hommes.


Les saints du jour (Mardi 07 février 2017)

Saint Parthénios, Evêque de Lampsaque (4ème s.)

 Saint Amand d'Elnone Evêque de Maastricht (+ 679) 

 Saint Égide Marie de St Joseph, Religieux o.f.m. (1729-1812) 
Pour un approfondissement biographique : >>> Ègide Marie de Saint Joseph

Bienheureuse Rosalie Rendu, Sœur de Saint-Vincent-de-Paul (✝ 1856).

 Bienheureuse Eugénie Smet (Marie de la Providence), Fondatrice des Auxiliatrices
des Âmes du Purgatoire (✝ 1871).
 

 Bienheureux Pie IX, Pape (255ème) de 1846 à 1878 (✝ 1878). 

Bienheureuse Clara Ludmilla Szczesna, Religieuse polonaise, Co-Fondatrice de
la Congrégation des Servantes du Sacré Cœur de Jésus (1863-✝ 1916)
 


Prière avant la lecture

"O Dieu, rends-moi digne de trouver ma joie dans la compréhension du salut opéré par ton Fils bien-aimé. O notre Seigneur, écarte de moi le voile des passions qui couvre les yeux de mon esprit. Allume ta sainte lumière dans mon cœur, pour que mon esprit saisisse le sens intime du texte et que l’œil illuminé de mon âme sonde les saints mystères cachés dans ta Parole. Par ta grâce et ta miséricorde, Seigneur, fais que jamais, ni le jour ni la nuit, ton souvenir ne s’éloigne de mon cœur. Amen." Prière d'un mystique syrien oriental, Gabriel Bunge.



Homélie :

"Les pharisiens et quelques scribes, venus de Jérusalem, se réunissent auprès de Jésus, et voient quelques-uns de ses disciples prendre leur repas avec des mains impures, c’est-à-dire non lavées."

Les pharisiens et quelques scribes sont enfermés dans quelques pratiques hygiéniques naturelles. Quelles que soient leur importance, c’est le grand Roi qui a créé le ciel et la terre et qui habite en nous qui attire notre attention.
Dieu veut nous mener à son amour, à sa gloire. Qu’il est admirable de méditer sur la grandeur de ce beau Dieu !
Dieu est un mystère d’amour qui se donne dans les relations personnelles !
Il nous donne de contempler Jésus, son Verbe éternel, le Fils de Dieu qui s’est fait chair de la Vierge Marie. Non seulement nous contemplons le mystère du Père et du Fils, mais aussi le mystère de l’Esprit Saint, leur Amour.
Nous levons les yeux vers Celui qui est venu "pour nous et pour notre Salut." C’est un mystère d’Amour qui nous est révélé explicitement à l’Annonciation de l’ange à Marie. En venant chez nous, Dieu n’a fait que descendre, il se met toujours à la dernière place.
Nous reconnaissons Jésus, réellement Présent et Vivant, dans la Sainte Eucharistie. C’est l’Esprit Saint qui nous fait entrer dans ce Don au delà de tout Don. Ainsi, Dieu est présent dans le sanctuaire de notre cœur par l’Esprit Saint que nous avons reçu.
Jésus est présent dans notre vie par la foi, il nous attire vers notre Père.


"…Alors les pharisiens et les scribes demandèrent à Jésus : « Pourquoi tes disciples ne suivent-ils pas la tradition des anciens ? Ils prennent leurs repas avec des mains impures. »"

Jésus leur répondit : « Isaïe a bien prophétisé à votre sujet, hypocrites, ainsi qu’il est écrit : Ce peuple m’honore des lèvres, mais son cœur est loin de moi.
Ce qui nous empêche d’être heureux et d’être totalement donnés nous dit Jésus, c’est de vivre dans le mensonge.
Jésus veut chasser le mensonge de notre vie, en éclairant l’extérieur et l’intérieur de notre humanité.
L’extérieur, c’est le paraître superficiel, ce sont tous nos masques. C’est l’image idéale de nous-mêmes que nous poursuivons. Nous la projetons sur tout ce qui nous entoure par nos rites de purification. C’est de là que bouillonnent l’agressivité et la rancœur.
Là se glissent le mépris et l’égoïsme. C’est là que naît le désir d’utiliser les autres à notre profit. C’est du dedans, du cœur de l’homme, que sortent la méchanceté, l’envie, l’orgueil et la démesure. « Ce qui sort du cœur, dit Jésus, voilà ce qui rend l’homme impur. » L’intérieur, c’est le véritable et l’authentique de notre vie. C’est ce que nous sommes devant Dieu et que nous accueillons humblement. Demeurer dans la véritable liberté que Jésus est venu nous apporter est notre bonheur. Nous rendons grâce à Dieu, qui, avec la tendresse d’un époux nous redit son amour. Il nous fait revenir à l’essentiel de notre vie, à l’unité qui nous constitue quand nous recevons le don de la vie tel que Dieu nous l’a donné.


"…Moïse a dit : Honore ton père et ta mère. Et encore : Celui qui maudit son père ou sa mère sera mis à mort. Mais vous, vous dites : Supposons qu’un homme déclare à son père ou à sa mère : “Les ressources qui m’auraient permis de t’aider sont korbane, c’est-à-dire don réservé à Dieu,” alors vous ne l’autorisez plus à faire quoi que ce soit pour son père ou sa mère ; vous annulez ainsi la parole de Dieu par la tradition que vous transmettez."

Et vous faites beaucoup de choses du même genre. »
Nous connaissons ce que Jésus nous reproche, il peut réconcilier en nous l’être et le paraître. Ce qui fait notre souffrance quotidienne, c’est que notre démarche vers Dieu est marquée d’une ambiguïté. Notre vérité est totale quand nous sommes à l’écoute du Dieu vivant, quand son amour vrai est en nous. Lui seul est capable d’ôter nos masques sans nous décourager.
Il veut que du plus secret de notre être parte toute compréhension, tout amour et toute décision. Seule la prière nous ouvre un chemin d’humilité. Jésus, le Fils du Père, nous donne de contempler le Père invisible. Marie manifeste la tendresse infinie du cœur de notre Père. La mère de Jésus est le miroir limpide qui nous donne de contempler l’image et la ressemblance du Dieu vivant. Nous aussi, nous sommes capables de donner tout ce que nous avons reçu !



Citation :
Nous demandons au Saint-Esprit la grâce de nous introduire dans le cœur de Dieu pour y trouver notre unité.


Père Gilbert Adam
Homélies et Le Pauvre qui guérit

Source : 



Saint Thomas d'Aquin (1225-1274), théologien dominicain, docteur de l'Église
Prière quotidienne devant le crucifix


« Ce peuple m'honore des lèvres, mais son cœur est loin de moi »

Que je ne désire rien en dehors de toi... Donne-moi souvent de porter mon cœur vers toi et, quand je faiblis, de peser ma faute avec douleur, avec un ferme propos de me corriger. Donne-moi, Seigneur Dieu, un cœur vigilant que nulle pensée curieuse n'entraîne loin de toi  un cœur noble que nulle affection indigne n'abaisse  un cœur droit que nulle intention équivoque ne dévie  un cœur ferme que nulle adversité ne brise  un cœur libre que nulle passion violente ne domine.

     Accorde-moi, Seigneur mon Dieu, une intelligence qui te connaisse, un empressement qui te cherche, une sagesse qui te trouve, une vie qui te plaise, une persévérance qui t'attende avec confiance et une confiance qui te possède à la fin. Accorde-moi par la pénitence d'être affligé de ce que tu as enduré, d'user en chemin de tes bienfaits par la grâce, de jouir de tes joies surtout dans la patrie par la gloire. Ô toi qui, étant Dieu, vis et règnes dans tous les siècles. Amen.



Source : 










_________________

Quand je dis Dieu c'est un poème, c'est une étoile dans ma vie, 
du feu qui coule dans mes veines, un grand soleil pour aujourd'hui !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Donne-nous notre Pain de ce jour (Vie) : Parole de DIEU   Mar 7 Fév 2017 - 20:10

Bonsoir Lumen,

Bonsoir à toutes et à tous,





Mercredi 8 Février 2017


Saint Jérome Émilien
Mort en 1537. Ancien soldat vénitien converti en captivité, il fonda en 1534 la Compagnie des Serviteurs des Pauvres pour l’éducation des enfants abandonnés.

Sainte Joséphine Bakhita, Vierge
Morte en 1947. Après avoir connu l’horreur de l’esclavage, cette native du Darfour devint religieuse canossienne en Italie. Canonisée en 2000, elle est la première Sainte soudanaise.


5ième semaine du Temps Ordinaire
(Couleur liturgique : Vert )
Année A







(Première lecture)
Livre de la Genèse 2 : 4b à 9, 15 à 17


« Le SEIGNEUR DIEU prit l’homme et le conduisit dans le jardin d’Éden »

Lorsque le SEIGNEUR DIEU fit la Terre et le ciel,
aucun buisson n’était encore sur la Terre,
aucune herbe n’avait poussé,
parce que le SEIGNEUR DIEU n’avait pas encore fait pleuvoir sur la Terre,
et il n’y avait pas d’homme pour travailler le sol.
Mais une source montait de la Terre
et irriguait toute la surface du sol.
Alors le SEIGNEUR DIEU modela l’homme
avec la poussière tirée du sol ;
IL insuffla dans ses narines le souffle de vie,
et l’homme devint un être vivant.
Le SEIGNEUR DIEU planta un jardin en Éden, à l’orient,
et y plaça l’homme qu’IL avait modelé.
Le SEIGNEUR DIEU fit pousser du sol
toutes sortes d’arbres à l’aspect désirable et aux fruits savoureux ;
il y avait aussi l’ARBRE DE VIE au milieu du jardin,
et l’arbre de la connaissance du bien et du mal.
Le SEIGNEUR DIEU prit l’homme
et le conduisit dans le jardin d’Éden
pour qu’il le travaille et le garde.
Le SEIGNEUR DIEU donna à l’homme cet ORDRE :
« Tu peux manger les fruits
de tous les arbres du jardin ;
mais l’arbre de la connaissance du bien et du mal,
tu n’en mangeras pas ;
car, le jour où tu en mangeras,
tu mourras. »

– PAROLE du SEIGNEUR.


Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris








Merci à DIEU le CRÉATEUR


[Psaume 103 (104) ; entièrement]



Psaume 103 (104) : 1 et 2a, 27 et 28, 29bc et 30


R/ Bénis le SEIGNEUR, ô mon âme !

Bénis le SEIGNEUR, ô mon âme ;
SEIGNEUR mon DIEU, TU ES SI GRAND !
REVÊTU DE MAGNIFICENCE,
TU AS POUR MANTEAU LA LUMIÈRE !
R/


Tous, ils comptent sur TOI
pour recevoir leur nourriture au temps voulu.
TU donnes : eux, ils ramassent ;
TU ouvres la MAIN : ils sont comblés.
R/


TU reprends leur souffle, ils expirent
et retournent à leur poussière.
TU envoies TON SOUFFLE : ils sont créés ;
TU renouvelles la face de la Terre.
R/


Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris







Évangile de JÉSUS-CHRIST selon Saint Marc 7 : 14 à 23

Acclamation de l’Évangile :
Alléluia. Alléluia.
TA PAROLE, SEIGNEUR, EST VÉRITÉ ; dans cette VÉRITÉ, sanctifie-nous.
Alléluia.
(cf. Jn 17, 17ba)




« Ce qui sort de l’homme, voilà ce qui rend l’homme impur »

En ce temps-là,
appelant de nouveau la foule, JESUS lui disait :
« Écoutez-Moi tous, et comprenez bien.
Rien de ce qui est extérieur à l’homme
et qui entre en lui
ne peut le rendre impur.
Mais ce qui sort de l’homme,
voilà ce qui rend l’homme impur. »

Quand il eut quitté la foule pour rentrer à la maison,
Ses Disciples L’interrogeaient sur cette parabole.
Alors IL leur dit :
« Êtes-vous donc sans intelligence, vous aussi ?
Ne comprenez-vous pas
que tout ce qui entre dans l’homme, en venant du dehors,
ne peut pas le rendre impur,
parce que cela n’entre pas dans son cœur,
mais dans son ventre, pour être éliminé ? »
C’est ainsi que JESUS déclarait purs tous les aliments.

IL leur dit encore :
« Ce qui sort de l’homme,
c’est cela qui le rend impur.
Car c’est du dedans, du cœur de l’homme,
que sortent les pensées perverses :
inconduites, vols, meurtres,
adultères, cupidités, méchancetés,
fraude, débauche, envie,
diffamation, orgueil et démesure.
Tout ce mal vient du dedans,
et rend l’homme impur. »

– Acclamons la PAROLE de DIEU.


Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris


Évangile + commentaire (audio)


Écouté sur :
http://radiofidelite.fr/fr/









Textes du jour, lu sur :
Les services de la liturgie Catholique

http://www.aelf.org/2017-02-08/romain/messe


Liens :
http://www.aelf.org/office-messe
http://services.liturgiecatholique.fr/






Amicalement, fraternellement
Nicolas

Revenir en haut Aller en bas
Lumen
Admin
avatar

Messages : 4231
Date d'inscription : 18/10/2014
Localisation : France

MessageSujet: Re: Donne-nous notre Pain de ce jour (Vie) : Parole de DIEU   Mer 8 Fév 2017 - 12:32

Bonjour à vous tous, amis qui aimez la Parole de Vie, goûtez et voyez comme est bon le Seigneur 
Bonjour Nicolas, Merci !




Mercredi 08 février 2017 : Le mercredi de la 5e semaine du temps ordinaire


ce qui sort de l’homme, voilà ce qui rend l’homme impur.


Les saints du jour (Mercredi 08 février)

Saint Etienne de Grandmont Fondateur de Grandmont (+ 1124)

 Saint Jean de Matha, prêtre, fondateur de l'Ordre de la
Très Sainte Trinité pour la Rédemption des Captifs. 1213.
 

 Saint Jérôme Émilien, Prêtre et Fondateur des « Clercs réguliers de Somasque » (1481-1537) 

Sainte Joséphine Bakhita, esclave soudanaise puis Religieuse Canossienne (1869-1947).

  Bienheureuse Speranza di Gesù, Fondatrice des Servantes de l'Amour Miséricordieux
et des Fils de l'Amour Miséricordieux (1893-✝ 1983).
 


Prière avant la lecture

"O Dieu, rends-moi digne de trouver ma joie dans la compréhension du salut opéré par ton Fils bien-aimé. O notre Seigneur, écarte de moi le voile des passions qui couvre les yeux de mon esprit. Allume ta sainte lumière dans mon cœur, pour que mon esprit saisisse le sens intime du texte et que l’œil illuminé de mon âme sonde les saints mystères cachés dans ta Parole. Par ta grâce et ta miséricorde, Seigneur, fais que jamais, ni le jour ni la nuit, ton souvenir ne s’éloigne de mon cœur. Amen." Prière d'un mystique syrien oriental, Gabriel Bunge.



Homélie :

Appelant de nouveau la foule, il lui disait : « Écoutez-moi tous, et comprenez bien. Rien de ce qui est extérieur à l’homme et qui entre en lui ne peut le rendre impur. Mais ce qui sort de l’homme, voilà ce qui rend l’homme impur. »

En disant, « Ce qui sort de l’homme, » Jésus nous remet devant notre liberté intérieure, il nous remet devant notre capacité de choisir. Jésus combat un ritualisme aliénant, il nous conduit à distinguer la connaissance de ce qui profane et celle de ce qui est sacré.
Nous avons besoin de revenir à l’origine de notre histoire pour sortir de l’enfermement dans lequel le « rituel religieux » nous emprisonne à propos du pur et de l’impur ! Entrer dans l’émerveillement et dans l’action de grâce nous fait sortir de ce repli sur soi mortifère.
L’homme et de la femme, créés à l’image et à la ressemblance de Dieu ont une capacité étonnante de resplendir de l’amour infini de Dieu. Avec la création, nous rendons grâce à Dieu pour tout ce qu’il a fait : « Tout cela était très bon. »
Revenir à l’origine, c’est retrouver notre liberté dans le choix de Dieu, dans la relation d’amour avec notre Créateur. Cette dépendance d’amour est structurante. Dépendre d’un plus grand que soi est libérant.
Le frère qui est à côté de moi est plus grand que moi, puisqu’il dépend directement de Dieu. La Parole que Dieu nous adresse nous aide à demeurer dans le silence de l’Amour. Il nous faut demander que Dieu change notre cœur et qu’il nous donne un cœur vraiment pur pour le contempler : « Heureux les cœurs purs ils verront Dieu. » Beaucoup de choses se pressent en notre for intérieur, elles nous préoccupent, il nous faut les discerner.


Quand il eut quitté la foule pour rentrer à la maison, ses disciples l’interrogeaient sur cette parabole. Alors il leur dit : « Êtes-vous donc sans intelligence, vous aussi ? Ne comprenez-vous pas que tout ce qui entre dans l’homme, en venant du dehors, ne peut pas le rendre impur, parce que cela n’entre pas dans son cœur, mais dans son ventre, pour être éliminé ? »

Le combat que Jésus nous propose se mène dans notre cœur. Ce mouvement nous rend à nous-même en nous donnant d’agir non pas à partir de nos idées, mais à partir de la relation avec Celui qui habite et murmure en notre cœur son Amour.
Notre cœur reçois la vie de Dieu. Avec intelligence et volonté nous avançons dans notre marche vers lui. C’est avec conscience, en lien avec Dieu, que nous nous adressons les uns aux autres. Le pur et l’impur sont des propriétés extérieures qui peuvent être manipulées par le monde.
C’est en conservant le contact avec Dieu, que nous devenons pur.
Il nous faut entrer en nous-mêmes pour retrouver ce contact avec Dieu.
Nous voulons nous ouvrir et nous abandonner à Dieu qui nous donne d’être dans tout ce que nous recevons de lui.
Nous contemplons le cœur de Marie, c’est du dedans, de son cœur, que sortait la louange vers son Dieu.
Dieu agit dans le cœur de l’homme qui lui fait confiance. Nous demandons à Dieu qu’il purifie notre cœur, qu’il nous donne la parole qui convient.


"Il leur dit encore : « Ce qui sort de l’homme, c’est cela qui le rend impur. Car c’est du dedans, du cœur de l’homme, que sortent les pensées perverses : inconduites, vols, meurtres, adultères, cupidités, méchancetés, fraude, débauche, envie, diffamation, orgueil et démesure. Tout ce mal vient du dedans, et rend l’homme impur. »

Jésus part de ce qui sort de l’homme, de notre capacité à nous déterminer.
Selon la manière dont nous considérons la parole qui sort de notre bouche, elle sera profanée, ou sanctifiée, rendue sainte et porteuse de relation sanctifiante selon notre choix. Le souhait de Dieu, devant son enfant bien-aimé, c’est qu’il demeure dans le lien d’amour qui le fait exister. Harmoniser notre cœur avec le cœur de Dieu ne se fait pas avec des pratiques extérieures !
Il s’agit de retrouver une pureté de cœur pour regarder nos frères avec des pensées en harmonie avec le cœur de Dieu.
Nous pouvons évoquer Marie. A Cana, elle est témoin de la transformation qui s’opère à partir des cuves destinées à la purification. Jésus, grâce à sa Passion, va transformer ces « cuves » en coupes de bénédiction.
Ce sera la grâce du vin nouveau ! Laisser l’action de grâces habiter notre cœur pour regarde nos frères en vérité, comme Dieu les regarde est une conversion purifiante.



Citation :
Nous demandons à Jésus qu’il nous donne son Corps et son Sang en nourriture pour que nous communions à sa vie.


Père Gilbert Adam
Homélies et Le Pauvre qui guérit

Source : 



Isaac le Syrien (7e siècle), moine près de Mossoul
Discours spirituels, 1ère série, n° 21 (trad. Touraille, DDB 1981, p. 143)


« Dieu, crée en moi un cœur pur » (Ps 50,12)

Il est dit que seule l'aide de Dieu sauve. Quand un homme sait qu'il n'a plus de secours, il prie beaucoup. Et plus il prie, plus son cœur se fait humble, car on ne peut pas prier et demander sans être humble. « Un cœur brisé et humilié, Dieu ne le méprisera pas » (Ps 50,19). Tant que le cœur ne s'est pas fait humble, il lui est impossible en effet d'échapper à la distraction. Car l'humilité recueille le cœur.

     Quand l'homme s'est fait humble, aussitôt la compassion l'entoure, et son cœur sent alors le secours divin. Il découvre qu'une force monte en lui, la force de la confiance. Quand l'homme sent ainsi le secours de Dieu, quand il sent qu'il est là et qu'il vient à son aide, son cœur aussitôt est comblé de foi, et il comprend alors que la prière est le refuge du secours, la source du salut, le trésor de la confiance, le port dégagé de la tempête, la lumière de ceux qui sont dans les ténèbres, le soutien des faibles, l'abri au temps des épreuves, l'aide au plus fort de la maladie, le bouclier qui délivre dans les combats, la flèche lancée contre l'ennemi. En un mot la multitude des biens entre en lui par la prière. Il a donc ses délices désormais dans la prière de la foi. Son cœur rayonne de confiance.



Source : 










_________________

Quand je dis Dieu c'est un poème, c'est une étoile dans ma vie, 
du feu qui coule dans mes veines, un grand soleil pour aujourd'hui !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Donne-nous notre Pain de ce jour (Vie) : Parole de DIEU   Mer 8 Fév 2017 - 19:53

Bonsoir Lumen,

Bonsoir à toutes et à tous,





Jeudi 9 Février 2017

De la férie

5ième semaine du Temps Ordinaire
(Couleur liturgique : Vert )
Année A







(Première lecture)
Livre de la Genèse 2 : 18 à 25


« DIEU amena la femme vers l’homme. Et tous deux ne feront plus qu’un »

Le SEIGNEUR DIEU dit :
« Il n’est pas bon que l’homme soit seul.
Je vais lui faire une aide qui lui correspondra. »
Avec de la terre, le SEIGNEUR DIEU modela
toutes les bêtes des champs et tous les oiseaux du ciel,
et IL les amena vers l’homme
pour voir quels noms il leur donnerait.
C’étaient des êtres vivants,
et l’homme donna un nom à chacun.
L’homme donna donc leurs noms à tous les animaux,
aux oiseaux du ciel et à toutes les bêtes des champs.
Mais il ne trouva aucune aide qui lui corresponde.
Alors le SEIGNEUR DIEU fit tomber sur lui un sommeil mystérieux,
et l’homme s’endormit.
Le SEIGNEUR DIEU prit une de ses côtes,
puis IL referma la chair à sa place.
Avec la côte qu’IL avait prise à l’homme,
IL façonna une femme
et IL l’amena vers l’homme.
L’homme dit alors :
« Cette fois-ci, voilà l’os de mes os
et la chair de ma chair !
On l’appellera femme – Ishsha –,
elle qui fut tirée de l’homme – Ish. »
À cause de cela,
l’homme quittera son père et sa mère,
il s’attachera à sa femme,
et tous deux ne feront plus qu’un.

Tous les deux, l’homme et sa femme, étaient nus,
et ils n’en éprouvaient aucune honte l’un devant l’autre.

– PAROLE du SEIGNEUR.


Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris








Le bonheur des fidèles


Chant des pèlerinages.

[Psaume 127 (128) ; entièrement]




Psaume 127 (128) : 1 et 2, 3, 4 et 5


R/ Heureux qui craint le SEIGNEUR !

Heureux qui craint le SEIGNEUR
et marche selon SES VOIES !
Tu te nourriras du travail de tes mains :
Heureux es-tu ! À toi, le bonheur !
R/


Ta femme sera dans ta maison
comme une vigne généreuse,
et tes fils, autour de la table,
comme des plants d’olivier.
R/


Voilà comment sera béni
l’homme qui craint le SEIGNEUR.
De Sion, que le SEIGNEUR te bénisse !
Tu verras le bonheur de Jérusalem tous les jours de ta vie.
R/


Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris







Évangile de JÉSUS-CHRIST selon Saint Marc 7 : 24 à 30

Acclamation de l’Évangile :
Alléluia. Alléluia.
Accueillez dans la DOUCEUR LA PAROLE semée en nous : c’est ELLE qui peut vous sauver.
Alléluia.
(cf. Jc 1, 21bc)




« Les petits chiens, sous la table, mangent bien les miettes des petits enfants ! »

En ce temps-là,
JESUS partit et se rendit dans le territoire de Tyr.
IL était entré dans une maison,
et IL ne voulait pas qu’on le sache,
mais IL ne put rester inaperçu :
une femme entendit aussitôt parler de LUI ;
elle avait une petite fille possédée par un esprit impur ;
elle vint se jeter à SES PIEDS.
Cette femme était païenne, syro-phénicienne de naissance,
et elle LUI demandait d’expulser le démon hors de sa fille.
IL lui disait :
« Laisse d’abord les enfants se rassasier,
car il n’est pas bien de prendre le pain des enfants
et de le jeter aux petits chiens. »
Mais elle LUI répliqua :
« SEIGNEUR, les petits chiens, sous la table,
mangent bien les miettes des petits enfants ! »
Alors IL lui dit :
« À cause de cette parole, va :
le démon est sorti de ta fille. »
Elle rentra à la maison,
et elle trouva l’enfant étendue sur le lit :
le démon était sorti d’elle.

– Acclamons la PAROLE de DIEU.


Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris


Évangile + commentaire (audio)


Écouté sur :
http://radiofidelite.fr/fr/









Textes du jour, lu sur :
Les services de la liturgie Catholique

http://www.aelf.org/2017-02-09/romain/messe


Liens :
http://www.aelf.org/office-messe
http://services.liturgiecatholique.fr/






Amicalement, fraternellement
Nicolas

Revenir en haut Aller en bas
Lumen
Admin
avatar

Messages : 4231
Date d'inscription : 18/10/2014
Localisation : France

MessageSujet: Re: Donne-nous notre Pain de ce jour (Vie) : Parole de DIEU   Jeu 9 Fév 2017 - 12:40

Bonjour à vous tous, amis qui aimez la Parole de Vie, goûtez et voyez comme est bon le Seigneur 
Bonjour Nicolas, Merci !




Jeudi 09 février 2017 : Le jeudi de la 5e semaine du temps ordinaire

L'Église fête : Au Liban : fête de saint Maron (Maroun), patron du Liban


« À cause de cette parole, va : le démon est sorti de ta fille. »


Les saints du jour (Jeudi 09 février)

Sainte Apolline, vierge et martyre à Alexandrie († 249)
Pour approfondissement :
Sainte Apolline, ou Apollonie, vierge et martyre. 249.

 Saint Nicéphore d'Antioche Martyr (+ 260) 

 Saint Maron, Moine au Liban, Père de l'Église Maronite, Patron du Liban (✝ 410). 

Bienheureuse Anna Katharina Emmerick « Mystique du Land de Münster » (1774-1824).


Prière avant la lecture

"O Dieu, rends-moi digne de trouver ma joie dans la compréhension du salut opéré par ton Fils bien-aimé. O notre Seigneur, écarte de moi le voile des passions qui couvre les yeux de mon esprit. Allume ta sainte lumière dans mon cœur, pour que mon esprit saisisse le sens intime du texte et que l’œil illuminé de mon âme sonde les saints mystères cachés dans ta Parole. Par ta grâce et ta miséricorde, Seigneur, fais que jamais, ni le jour ni la nuit, ton souvenir ne s’éloigne de mon cœur. Amen." Prière d'un mystique syrien oriental, Gabriel Bunge.



Homélie :

"En partant de là, Jésus se rendit dans le territoire de Tyr. Il était entré dans une maison, et il ne voulait pas qu’on le sache. Mais il ne put rester inaperçu : une femme entendit aussitôt parler de lui ; elle avait une petite fille possédée par un esprit impur ; elle vint se jeter à ses pieds.

Cette femme était païenne, syro-phénicienne de naissance, et elle lui demandait d’expulser le démon hors de sa fille.
Nous entrons dans la mission de Jésus envers les païens. Cette femme qui demande avec humilité la guérison pour sa fille est persévérante, elle est païenne. C’est dans la douceur et l’humilité que Jésus fatigué se cache, « évitant les lieux habités ».
Cette femme le trouve malgré tout, c’est ce qui est étonnant ! Elle est entrée, dans sa détresse, en Communion d’Amour avec le Dieu qui sauve l’humanité. C’est l’humilité de cette femme qui lui donne de trouver Jésus doux et humble. Elle est l’enfant bien aimée du Père. Cette femme attend tout de lui.
Dieu donne tout ce dont nous avons besoin. Jésus ne cherche que la gloire de son Père, il veut que nous lui demandions ce dont nous avons besoin. C’est une joie pour Lui de nous faire le Don d’une vie renouvelée.
Nous nous tournons vers lui avec un cœur rempli d’amour et d’humilité. La relation filiale avec notre Père est tellement importante, elle nous est donnée pour qu’à partir d’elle, nous ne nous laissions pas dominer par des idéologies.
A l’école de cette femme, nous nous ouvrons à la grâce de Dieu. Cette femme a une confiance illimitée en Jésus.


Il lui disait : « Laisse d’abord les enfants se rassasier, car il n’est pas bien de prendre le pain des enfants et de le jeter aux petits chiens. »

Mais elle lui répliqua : « Seigneur, les petits chiens, sous la table, mangent bien les miettes des petits enfants ! »
Cette femme étrangère fait preuve d’une bien grande audace en venant aborder Jésus, le Rabbi juif. Elle veut, avec insistance, que Jésus expulse un démon de sa fille. Cette femme ne conteste pas que le salut de Dieu soit offert en priorité pour Israël. Elle fait preuve d’une admirable confiance et demande à Jésus que les étrangers puissent recueillir sous la table, les miettes de la nourriture offerte au peuple élu.
Jésus voit là une véritable profession de foi. Il n’hésite pas à lui donner un signe que le Royaume de Dieu est là, pour elle aussi.
Cette femme qui magnifie Jésus devient notre modèle dans la foi. A l’école de cette femme, nous nous ouvrons à la grâce de Dieu. Il se communique à elle dans une communion de personne renouvelée !
Jésus renverse les barrières qui séparaient deux mondes, juif et païen. Il laisse entendre que le pain dont il veut rassasier les foules est d’abord destiné à Israël. Ce pain est cependant partagé à tous, même à ceux qui viennent de loin. La foi des étrangers, leur accueil de la Bonne Nouvelle, leur donne le droit de prendre part au banquet du Royaume. L’Évangile ne connait pas de frontières, la foi ouvre à tous la source du salut.


Alors il lui dit : « À cause de cette parole, va : le démon est sorti de ta fille. »

Nous rendons grâce pour cette merveille. Dieu notre Père envoie Jésus son Fils pour faire la communion avec tous, dans le Saint-Esprit. L’œuvre de Dieu nous dépasse toujours.
Le « pain partagé » enrichit notre réflexion sur le mystère eucharistique.
Jésus nourrit de pain les enfants d’Israël, la femme syro-phénicienne le convainc de donner aussi les miettes à sa fille qui a besoin d’être guérie. Cette parole montre la foi profonde en Jésus de cette femme. Elle souhaite la délivrance de sa fille soumise à des comportements incontrôlés : « Viens expulser le démon hors de ma fille. » Elle savait, dans une confiance et une soumission totale à la volonté de Dieu, que Jésus pouvait sauver sa fille. Jésus opère une libération, mais avant, il situe les raisons de sa venue dans le monde !
La Parole de Dieu montre les qualités étonnantes d’un cœur ouvert au Dieu d’Israël. Intensifions notre prière dans une attitude d’humilité, d’action de grâces pour ce qui nous est donné. Dans notre vie, quel que soit les événements heureux ou douloureux que nous avons à vivre, nous demeurons enracinés dans l’Amour. L’exultation nous est donnée dans l’action de grâce.
Apprends-nous Seigneur Jésus, à nous mettre à la disposition des autres.



Citation :
Nous demandons la grâce que l’humilité nous garde dans le don de Dieu.


Père Gilbert Adam
Homélies et Le Pauvre qui guérit

Source : 



Guigues le Chartreux (?-1188), prieur de la Grande Chartreuse l
Lettre sur la vie contemplative, 6-7 (trad. Orval ; cf SC 163, p. 95)


« Seigneur, que personne ne peut voir sinon les cœurs purs (Mt 5,8.)

« Seigneur, que personne ne peut voir sinon les cœurs purs (Mt 5,8.), je recherche, par la lecture et la méditation, ce qu'est la vraie pureté de cœur et comment on peut l'obtenir pour devenir capable, grâce à elle, de te connaître, si peu que ce soit. J'ai cherché ton visage, Seigneur, j'ai cherché ton visage (Ps 26,8.).
J'ai longtemps médité en mon cœur, et un feu s'est allumé dans ma méditation : le désir de te connaître davantage. Quand tu romps pour moi le pain de la sainte Écriture, tu m'es connu dans cette fraction du pain (Lc 24,30-35). Et plus je te connais, plus je désire te connaître, non seulement dans l'écorce de la lettre mais dans la saveur de l'expérience.

     « Je ne demande pas cela, Seigneur, en raison de mes mérites, mais à cause de ta miséricorde. J'avoue, en effet, que je suis pécheur et indigne, mais ‘les petits chiens eux-mêmes mangent des miettes qui tombent de la table de leurs maîtres’. Donne-moi donc, Seigneur, les gages de l'héritage futur, une goutte au moins de la pluie céleste pour rafraîchir ma soif, car je brûle d'amour »...

     C'est par de tels discours que l'âme appelle son Époux. Et le Seigneur, qui regarde les justes et qui non seulement écoute leur prière mais est présent dans cette prière, n'attend pas la fin de celle-ci. Il l'interrompt au milieu de son cours ; il se présente tout-à-coup, il se hâte de venir à la rencontre de l'âme qui le désire, ruisselant de la douce rosée du ciel comme du parfum le plus précieux.
Il recrée l'âme fatiguée, il nourrit celle qui a faim, il fortifie sa fragilité, il la vivifie en la mortifiant par un admirable oubli d'elle-même, il la rend sobre en l'enivrant.



Source : 









_________________

Quand je dis Dieu c'est un poème, c'est une étoile dans ma vie, 
du feu qui coule dans mes veines, un grand soleil pour aujourd'hui !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Donne-nous notre Pain de ce jour (Vie) : Parole de DIEU   Jeu 9 Fév 2017 - 19:51

Bonsoir Lumen,

Bonsoir à toutes et à tous,





Vendredi 10 Février 2017

Sainte Scholastique, Vierge
Morte en 543. Soeur de Saint Benoît de Nursie, elle fonda un monastère au pied du mont Cassin. Elle est considérée comme la première moniale bénédictine.

5ième semaine du Temps Ordinaire
(Couleur liturgique : Blanc )
Année A







(Première lecture)
Livre de la Genèse 3 : 1 à 8


« Vous serez comme des dieux, connaissant le bien et le mal »

Le serpent était le plus rusé de tous les animaux des champs
que le SEIGNEUR DIEU avait faits.
Il dit à la femme :
« Alors, DIEU vous a vraiment dit :
“Vous ne mangerez d’aucun arbre du jardin” ? »
La femme répondit au serpent :
« Nous mangeons les fruits des arbres du jardin.
Mais, pour le fruit de l’arbre qui est au milieu du jardin,
DIEU a dit :
“Vous n’en mangerez pas, vous n’y toucherez pas,
sinon vous mourrez.” »
Le serpent dit à la femme :
« Pas du tout ! Vous ne mourrez pas !
Mais DIEU sait que, le jour où vous en mangerez,
vos yeux s’ouvriront,
et vous serez comme des dieux,
connaissant le bien et le mal. »
La femme s’aperçut que le fruit de l’arbre devait être savoureux,
qu’il était agréable à regarder
et qu’il était désirable, cet arbre, puisqu’il donnait l’intelligence.
Elle prit de son fruit,
et en mangea.
Elle en donna aussi à son mari,
et il en mangea.
Alors leurs yeux à tous deux s’ouvrirent
et ils se rendirent compte qu’ils étaient nus.
Ils attachèrent les unes aux autres des feuilles de figuier,
et ils s’en firent des pagnes.
Ils entendirent la VOIX DU SEIGNEUR DIEU
qui se promenait dans le jardin à la brise du jour.
L’homme et sa femme allèrent se cacher aux REGARDS DU SEIGNEUR DIEU
parmi les arbres du jardin.

– PAROLE du SEIGNEUR.


Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris








Le bonheur d’être pardonné


Poème chanté appartenant au recueil de David.

[Psaume 31 (32) ; entièrement]




Psaume 31 (32) : 1 et 2, 5cdef, 6 et 7


R/ Heureux l’homme dont la faute est enlevée !

Heureux l’homme dont la faute est enlevée,
et le péché remis !
Heureux l’homme dont le SEIGNEUR ne retient pas l’offense,
dont l’esprit est sans fraude !
R/


J’ai dit : « Je rendrai grâce au SEIGNEUR
en confessant mes péchés. »
Et TOI, TU as enlevé l’offense de ma faute.
R/


Ainsi chacun des tiens TE priera aux heures décisives ;
même les eaux qui débordent ne peuvent L’atteindre.
TU es un REFUGE pour moi, mon ABRI dans la détresse ;
de chants de délivrance, TU m’as entouré.
R/


Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris







Évangile de JÉSUS-CHRIST selon Saint Marc 7 : 31 à 37

Acclamation de l’Évangile :
Alléluia. Alléluia.
SEIGNEUR, ouvre notre cœur pour nous rendre attentifs aux PAROLES DE TON FILS.
Alléluia.
(cf. Ac 16, 14b)




« IL fait entendre les sourds et parler les muets »

En ce temps-là,
JESUS quitta le territoire de Tyr ;
passant par Sidon, IL prit la direction de la mer de Galilée
et alla en plein territoire de la Décapole.
Des gens LUI amènent un sourd
qui avait aussi de la difficulté à parler,
et supplient JESUS de poser la main sur lui.
JESUS l’emmena à l’écart, loin de la foule,
lui mit les doigts dans les oreilles,
et, avec SA SALIVE, lui toucha la langue.
Puis, les yeux levés au ciel,
IL soupira et lui dit :
« Effata ! », c’est-à-dire : « Ouvre-toi ! »
Ses oreilles s’ouvrirent ;
sa langue se délia,
et il parlait correctement.
Alors JESUS leur ordonna
de n’en rien dire à personne ;
mais plus IL leur donnait CET ORDRE,
plus ceux-ci LE proclamaient.
Extrêmement frappés, ils disaient :
« IL a bien fait toutes choses :
IL fait entendre les sourds et parler les muets. »

– Acclamons la PAROLE de DIEU.


Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris


Évangile + commentaire (audio)


Écouté sur :
http://radiofidelite.fr/fr/









Textes du jour, lu sur :
Les services de la liturgie Catholique

http://www.aelf.org/2017-02-10/romain/messe


Liens :
http://www.aelf.org/office-messe
http://services.liturgiecatholique.fr/






Amicalement, fraternellement
Nicolas

Revenir en haut Aller en bas
Lumen
Admin
avatar

Messages : 4231
Date d'inscription : 18/10/2014
Localisation : France

MessageSujet: Re: Donne-nous notre Pain de ce jour (Vie) : Parole de DIEU   Ven 10 Fév 2017 - 13:37

Bonjour à vous tous, amis qui aimez la Parole de Vie, goûtez et voyez comme est bon le Seigneur 
Bonjour Nicolas, Merci !




Vendredi 10 février 2017 : Le vendredi de la 5e semaine du temps ordinaire


« Il a bien fait toutes choses : il fait entendre les sourds et parler les muets. »


Les saints du jour (Vendredi 10 février)

 Saint Hiéromartyr Charalampos (3ème s.) 

Sainte Scholastique, Moniale, sœur de Saint Benoît (480-543)
Pour approfondissement :
Sainte Scholastique, vierge. 543.

 Sainte Anne Princesse de Novgorod (+ 1056) 

 Bienheureuse Eusebia Palomino Yenes, Fille de Marie Auxiliatrice (1899-1935) 

Bienheureuxx Alojzije Stépinac, Cardinal archevêque et martyr (1898-1960)
Pour approfondissement :
>>> Bienheureux Louis STEPINAC

 Vénérable Madeleine de Jésus, Religieuse Passioniste italienne (1888-✝ 1960)

Prière avant la lecture

"O Dieu, rends-moi digne de trouver ma joie dans la compréhension du salut opéré par ton Fils bien-aimé. O notre Seigneur, écarte de moi le voile des passions qui couvre les yeux de mon esprit. Allume ta sainte lumière dans mon cœur, pour que mon esprit saisisse le sens intime du texte et que l’œil illuminé de mon âme sonde les saints mystères cachés dans ta Parole. Par ta grâce et ta miséricorde, Seigneur, fais que jamais, ni le jour ni la nuit, ton souvenir ne s’éloigne de mon cœur. Amen." Prière d'un mystique syrien oriental, Gabriel Bunge.



Homélie :

"Jésus quitta le territoire de Tyr ; passant par Sidon, il prit la direction de la mer de Galilée et alla en plein territoire de la Décapole."

Des gens lui amènent un sourd qui avait aussi de la difficulté à parler et supplient Jésus de poser la main sur lui.
Les liens qui unissent la foule et Jésus sont admirables. Une complicité unit les pauvres et la miséricorde infinie de Dieu. Tout heureux de ce que Jésus va faire, des gens lui amène cette personne souffrante. Déjà « on » sait qu’il va agir, communiquant ainsi la foi à cet homme qui ne connaissait peut-être pas Jésus. Jésus va nouer un lien unique avec lui ! Jésus guérit donc à la fois la surdité de l’homme et sa langue embarrassée. Les deux maux sont liés, en effet : souvent les muets sont muets parce qu’ils sont sourds ; ils ne peuvent rien dire parce qu’ils n’ont jamais rien entendu. Ils ont grandi et vieilli dans un monde sans paroles et sans sons.
Ainsi en va-t-il de nous-mêmes devant Dieu dans la prière ; souvent c’est notre surdité qui nous rend muets et timides.
Faute d’entendre la parole de Dieu, nous ne trouvons plus de mots pour lui parler ou pour parler de lui.
Que l’Évangile aujourd’hui soit notre guérison. Qu’un seul ordre de Jésus nous rende perméables à sa parole et ardents pour la louange et le témoignage.
Il nous donne la vie et il nous la donne en plénitude. Nous le croyons et nous sommes conscients que dans la foi, nous sommes sauvés par Jésus dans ce mystère de guérison que nous célébrons. C’est de nous dont il s’agit, dans une intimité unique avec lui, dans le don qu’il nous fait de lui-même.


"Jésus l’emmena à l’écart, loin de la foule, lui mit les doigts dans les oreilles, et, avec sa salive, lui toucha la langue. Puis, les yeux levés au ciel, il soupira et lui dit : « Effata ! » c’est-à-dire : « Ouvre-toi ! »

Ses oreilles s’ouvrirent ; sa langue se délia, et il parlait correctement.
Jésus regarde longuement le ciel, pour bien signifier d’où va venir la guérison : c’est la puissance de Dieu qui va se manifester. Jésus soupire ; non pas qu’il soit fatigué d’opérer des miracles, mais pour reprendre à son compte le gémissement de l’humanité souffrante.
Puis vient la parole, une seule parole, qui accomplit la guérison, une parole si mystérieuse que Marc l’a conservée telle quelle dans l’araméen populaire que parlait Jésus : « Effata ! » Ouvre-toi : c’est un ordre et un programme de vie.
Nous avons été créés dans une relation d’amour avec Dieu et avec nos frères. Cette relation filiale ouvre à un Amour encore plus grand, à une harmonie encore plus belle. Les désirs en attente de cet homme prennent corps au rythme de Dieu.
Jésus refait les « gestes » de l’acte créateur. Cet homme pourra consentir à l’Amour infini de Dieu évoqué par Jésus quand il lève les yeux ! Il peut devenir l’enfant bien-aimé du Père.


"Alors Jésus leur ordonna de n’en rien dire à personne ; mais plus il leur donnait cet ordre, plus ceux-ci le proclamaient.

Extrêmement frappés, ils disaient : « Il a bien fait toutes choses : il fait entendre les sourds et parler les muets. »
Nous comprenons l’enthousiasme de cette foule tellement est grand son désir. Nous sommes créés à l’image et à la ressemblance de Dieu et c’est dans ce consentement que nous allons devenir ce que nous sommes.
Cet Amour va à l’infini de notre désir puisque nous sommes faits pour un amour infini. Baptisés dans le Christ, nous sommes baignés dans les sources d’eau vives du salut. La parole de Dieu nous est donnée pour nous remettre devant le mystère de Jésus qui nous aime.
Jésus opère des « choses » encore si grandes et si mystérieuses quand nous célébrons l’eucharistie.
Quand nous célébrons le mystère pascal, la rencontre avec Jésus s’opère pour chacun de nous !
Dans le don qu’il nous fait de lui-même, il nous guérit, nous visite, et il nous établit dans un cœur à cœur avec lui.
Quand nous recevons le Pain de vie, c’est Jésus, dans son humanité et dans sa divinité, qui vient nous visiter et nous guérir. Il nous plonge dans le mystère pascal, dans un cœur à cœur avec lui !



Citation :
Nous demandons la grâce de méditer la parole de Dieu chaque jour.


Père Gilbert Adam
Homélies et Le Pauvre qui guérit

Source : 



Saint Augustin (354-430), évêque d'Hippone (Afrique du Nord) et docteur de l'Église
Discours sur les psaumes, Ps 102,5-6 ; PL 37, 1319


« Jésus l'emmena à l'écart, loin de la foule, et lui mit les doigts dans les oreilles »

« Dieu te guérit de toute maladie. » (Ps 102,3) Toutes tes maladies seront guéries, ne crains pas. Tu diras qu'elles sont grandes ; mais le médecin est plus grand. Pour un médecin tout-puissant, il n'y a pas de maladie incurable. Laisse-toi simplement soigner, ne repousse pas sa main ; il sait ce qu'il a à faire. Ne te réjouis pas seulement lorsqu'il agit avec douceur mais supporte-le aussi quand il taille. Accepte la douleur du remède en pensant à la santé qu'il va te rendre.

     Voyez, mes frères, tout ce que supportent les hommes dans leur maladies physiques pour prolonger leur vie de quelques jours... Toi du moins, tu ne souffres pas pour un résultat douteux : celui qui t'a promis la santé ne peut pas se tromper. Pourquoi est-ce que les médecins se trompent parfois ? Parce qu'ils n'ont pas créé ce corps qu'ils soignent. Mais Dieu a fait ton corps, Dieu a fait ton âme. Il sait comment recréer ce qu'il a créé ; il sait comment reformer ce qu'il a formé. Tu n'as qu'à t'abandonner entre ses mains de médecin... Supporte donc ses mains, ô âme, qui « le bénis et qui n'oublies aucun de ses bienfaits : il te guérit de toutes tes maladies » (Ps 102,2-3).

     Celui qui t'avait fait pour n'être jamais malade si tu avais voulu garder ses préceptes, ne te guérira-t-il pas ? Celui qui a fait les anges et qui, en te recréant, te rendra égal aux anges, ne te guérira-t-il pas ? Celui qui a fait le ciel et la terre ne te guérira-t-il pas, après t'avoir fait à son image ? (Gn 1,26) Il te guérira, mais il faut que tu consentes à être guéri. Il guérit parfaitement tout malade, mais il ne le guérit pas malgré lui... Ta santé, c'est le Christ.



Source : 










_________________

Quand je dis Dieu c'est un poème, c'est une étoile dans ma vie, 
du feu qui coule dans mes veines, un grand soleil pour aujourd'hui !


Dernière édition par Lumen le Dim 12 Fév 2017 - 14:56, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Donne-nous notre Pain de ce jour (Vie) : Parole de DIEU   Ven 10 Fév 2017 - 19:37

Bonsoir Lumen,

Bonsoir à toutes et à tous,




Samedi 11 Février 2017


NOTRE-DAME de Lourdes
En invoquant l’IMMACULÉE MÈRE de DIEU, qui se manifesta à Bernadette dans la grotte de Massabielle à Lourdes, le peuple chrétien découvre en MARIE l’image de l’Église à venir. C’est aujourd’hui la journée mondiale des malades, instituée en 1992 par le Pape Jean-Paul II.


5ième semaine du Temps Ordinaire
(Couleur liturgique : Vert )
Année A







(Première lecture)
Livre de la Genèse 3 : 9 à 24


« Le SEIGNEUR DIEU le renvoya du jardin d’Éden, pour qu’il travaille la terre »

Quand l’homme eut désobéi à DIEU,
le SEIGNEUR DIEU l’appela et lui dit :
« Où es-tu donc ? »
Il répondit :
« J’ai entendu TA VOIX dans le jardin,
j’ai pris peur parce que je suis nu,
et je me suis caché. »
Le SEIGNEUR reprit :
« Qui donc t’a dit que tu étais nu ?
Aurais-tu mangé de l’arbre
dont Je t’avais interdit de manger ? »
L’homme répondit :
« La femme que TU m’as donnée,
c’est elle qui m’a donné du fruit de l’arbre,
et j’en ai mangé. »
Le SEIGNEUR DIEU dit à la femme :
« Qu’as-tu fait là ? »
La femme répondit :
« Le serpent m’a trompée,
et j’ai mangé. »
Alors le SEIGNEUR DIEU dit au serpent :
« Parce que tu as fait cela,
tu seras maudit parmi tous les animaux
et toutes les bêtes des champs.
Tu ramperas sur le ventre et tu mangeras de la poussière
tous les jours de ta vie.
Je mettrai une hostilité entre toi et la femme,
entre ta descendance et sa descendance :
celle-ci te meurtrira la tête,
et toi, tu lui meurtriras le talon. »
Le SEIGNEUR DIEU dit ensuite à la femme :
« Je multiplierai la peine de tes grossesses ;
c’est dans la peine que tu enfanteras des fils.
Ton désir te portera vers ton mari,
et celui-ci dominera sur toi. »
IL dit enfin à l’homme :
« Parce que tu as écouté la voix de ta femme,
et que tu as mangé le fruit de l’arbre
que Je t’avais interdit de manger :
maudit soit le sol à cause de toi !
C’est dans la peine que tu en tireras ta nourriture,
tous les jours de ta vie.
De lui-même, il te donnera épines et chardons,
mais tu auras ta nourriture en cultivant les champs.
C’est à la sueur de ton visage que tu gagneras ton pain,
jusqu’à ce que tu retournes à la terre dont tu proviens ;
car tu es poussière,
et à la poussière tu retourneras. »

L’homme appela sa femme Ève (c’est-à-dire : la vivante),
parce qu’elle fut la mère de tous les vivants.
Le SEIGNEUR DIEU fit à l’homme et à sa femme des tuniques de peau
et les en revêtit.
Puis le SEIGNEUR DIEU déclara :
« Voilà que l’homme est devenu comme l’un de nous
par la connaissance du bien et du mal !
Maintenant, ne permettons pas qu’il avance la main,
qu’il cueille aussi le fruit de l’Arbre de Vie,
qu’il en mange et vive éternellement ! »
Alors le SEIGNEUR DIEU le renvoya du jardin d’Éden,
pour qu’il travaille la terre d’où il avait été tiré.
IL expulsa l’homme,
et IL posta, à l’orient du jardin d’Éden,
les Kéroubim, armés d’un glaive fulgurant,
pour garder l’accès de l’Arbre de Vie.

– PAROLE du SEIGNEUR.


Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris








L’homme passe, DIEU RESTE


Prière de Moïse, l’envoyé de DIEU.

[Psaume 89 (90) ; entièrement]




Psaume 89 (90) : 2, 3 et 4, 5 et 6, 12 et 13


R/ D’âge en âge, SEIGNEUR,
TU as été notre REFUGE.


Avant que naissent les montagnes,
que TU enfantes la Terre et le monde,
de toujours à toujours,
TOI, TU ES DIEU.
R/


TU fais retourner l’homme à la poussière ;
TU as dit : « Retournez, fils d’Adam ! »
À TES YEUX, mille ans sont comme hier,
c’est un jour qui s’en va, une heure dans la nuit.
R/


TU les as balayés : ce n’est qu’un songe ;
dès le matin, c’est une herbe changeante :
elle fleurit le matin, elle change ;
le soir, elle est fanée, desséchée.
R/


Apprends-nous la vraie mesure de nos jours :
que nos cœurs pénètrent la Sagesse.
Reviens, SEIGNEUR, pourquoi tarder ?
Ravise-TOI par égard pour Tes Serviteurs.
R/


Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris







Évangile de JÉSUS-CHRIST selon Saint Marc 8 : 1 à 10

Acclamation de l’Évangile :
Alléluia. Alléluia.
L’homme ne vit pas seulement de pain, mais de toute PAROLE qui sort de la BOUCHE DE DIEU.
Alléluia.
(Mt 4, 4b)




« Les gens mangèrent et furent rassasiés »

En ces jours-là,
comme il y avait une grande foule,
et que les gens n’avaient rien à manger,
JESUS appelle à LUI Ses Disciples et leur dit :
« J’ai de la compassion pour cette foule,
car depuis trois jours déjà ils restent auprès de Moi,
et n’ont rien à manger.
Si Je les renvoie chez eux à jeun,
ils vont défaillir en chemin,
et certains d’entre eux sont venus de loin. »
Ses Disciples LUI répondirent :
« Où donc pourra-t-on trouver du pain
pour les rassasier ici, dans le désert ? »
IL leur demanda :
« Combien de pains avez-vous ? »
Ils LUI dirent :
« Sept. »
Alors IL ordonna à la foule de s’asseoir par terre.
Puis, prenant les sept pains
et rendant grâce,
IL les rompit,
et IL les donnait à Ses Disciples
pour que ceux-ci les distribuent ;
et ils les distribuèrent à la foule.
Ils avaient aussi quelques petits poissons,
que JESUS bénit et fit aussi distribuer.
Les gens mangèrent et furent rassasiés.
On ramassa les morceaux qui restaient :
cela faisait sept corbeilles.
Or, ils étaient environ quatre mille.
Puis JESUS les renvoya.
Aussitôt, montant dans la barque avec Ses Disciples,
IL alla dans la région de Dalmanoutha.

– Acclamons la PAROLE de DIEU.


Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris


Évangile + commentaire (audio)


Écouté sur :
http://radiofidelite.fr/fr/









Textes du jour, lu sur :
Les services de la liturgie Catholique

http://www.aelf.org/2017-02-11/romain/messe


Liens :
http://www.aelf.org/office-messe
http://services.liturgiecatholique.fr/






Amicalement, fraternellement
Nicolas

Revenir en haut Aller en bas
Lumen
Admin
avatar

Messages : 4231
Date d'inscription : 18/10/2014
Localisation : France

MessageSujet: Re: Donne-nous notre Pain de ce jour (Vie) : Parole de DIEU   Sam 11 Fév 2017 - 12:56

Bonjour à vous tous, amis qui aimez la Parole de Vie, goûtez et voyez comme est bon le Seigneur 
Bonjour Nicolas, Merci !




Samedi 11 février 2017 : Le samedi de la 5e semaine du temps ordinaire

L'Eglise fête : Notre-Dame de Lourdes, Première apparition (1858).
Journée Mondiale du Malade.



Les saints du jour (Samedi 11 février)

 Saint Séverin, Abbé de Saint Maurice d'Agaune en Valais († 508) 

Saint Grégoire II Pape (89 ème) de 715 à 731 (+ 731)

 Saint Benoît d'Aniane Abbé d'Aniane et réformateur (+ 821) 

 Saint Pascal Ier Pape (98 ème) de 817 à 824 (+ 824) 

Saint Pedro de Jésus Maldonado Lucero, Prêtre et martyr (1892- † 1937).





Prière avant la lecture

Prière à Notre-Dame de Lourdes

Marie, tu t’es montrée à Bernadette dans le creux du rocher.
Dans le froid et l’ombre de l’hiver,
Tu apportais la chaleur d’une présence,
la lumière et la beauté.

Dans le creux de nos vies obscures,
au creux du monde où le Mal est puissant,
apporte l’espérance,
redonne la confiance !

Toi, qui es l’Immaculée Conception,
viens en aide aux pécheurs que nous sommes.
Donne-nous l’humilité de la conversion,
le courage de la pénitence.
Apprends-nous à prier pour tous les hommes.

Guide-nous vers les sources de la vraie vie.
Fais de nous des pèlerins en marche au sein de ton Eglise.
Aiguise en nous la faim de l’Eucharistie,
le pain de la route, le pain de vie.

En toi, Marie, l’Esprit-Saint accomplit des merveilles :
par sa puissance, il t’a placée auprès du Père,
dans la gloire de ton Fils, à jamais vivant.
Regarde avec tendresse
les misères de nos corps et de nos coeurs.
Brille pour tous, comme une douce lumière,
au passage de la mort.

Avec Bernadette, nous te prions, Marie,
dans la simplicité des enfants.
Fais-nous entrer, comme elle, dans l’esprit des Béatitudes.
Alors, nous pourrons, dès ici-bas,
commencer à connaître la joie du Royaume
et chanter avec toi :
Magnificat !

Gloire à toi, Vierge Marie,
heureuse servante du Seigneur,
Mère de Dieu,
demeure de l’Esprit Saint !





Commentaire


Ce récit peut sembler une répétition du miracle de la multiplication des pains décrite en 6, 35-44. Une série de différences entre ces deux passages montrent toutefois que ce nouveau récit de la multiplication des pains n'est pas un simple doublet, mais que l'évangéliste a voulu donner à ce miracle une nouvelle interprétation et une dimension particulière.

Relevons ces différences apparemment minimes. La foule que Jésus nourrit compte 4,000 personnes, au lieu de 5,000 dans le récit précédent. Cette foule se trouve avec Jésus depuis trois jours. Les disciples savent le nombre de pains dont ils disposent. Jésus rend grâce à Dieu pour les pains et une seconde fois pour les poissons. Les disciples ramassent les restes dans sept corbeilles, au lieu de douze. Il est évident que ces différences ont une valeur symbolique dont il faut chercher le sens.

Le contexte nous permet de découvrir la signification que Marc a voulu donner à ce nouveau récit de la multiplication des pains. Il décrit deux miracles que Jésus accomplit dans des territoires païens, juste avant notre récit. Il guérit à distance la fille d'une syro-phénicienne, qui était possédée d'esprit mauvais (7, 24-30). Toujours en terrain païen, mais à l'est du lac de Galilée, dans la Décapole, il guérit un homme sourd et muet (7, 31-37). À la suite de ces deux signes en faveur de païens, Jésus nourrit une foule avec le pain qu'on donne aux enfants, selon la supplication de la femme cananéenne (7, 28).

Dans les deux récits, la foule que Jésus nourrit se trouve dans le désert de notre monde et le langage du Christ rappelle celui du repas eucharistique. À la place des cinq pains et des deux poissons, les disciples ont sept pains et ils recueillent à la fin sept corbeilles de restes. Cette répétition du chiffre sept suggère la totalité – tel est le sens général du chiffre sept – des dons eucharistiques offerts aux païens, à égalité avec ceux offerts aux Juifs en 6, 35-44. Dans le Royaume qu'instaure le Christ, aucun privilège n'existe, aucune ségrégation, tous sont invités et sont égaux. Jésus offre le salut et la vie à tous, sans distinction de race ou de rang social, car l'amour de Dieu s'étend à toute personne qu'il a créée.

Jésus manifeste cet amour divin par sa compassion pour cette foule païenne qui n'a rien mangé depuis trois jours. Il ne veut pas les renvoyer à jeun dans leur foyer, car ces gens pourraient défaillir en chemin. Il ne se contente pas de leur enseigner la vérité, mais il révèle l'amour de Dieu en offrant à cette humanité perdue dans le désert la nourriture qui procure la vie. Cette compassion de Jésus se prolonge comme tout naturellement dans les siens qui ont le devoir de venir au secours des pauvres et des déshérités avec qui le Seigneur s'identifie, "C'est à moi que vous l'avez fait" (Mt 25, 40).

La situation de cette foule de 4,000 païens qui n'ont rien mangé depuis trois jours pose un immense défi à Jésus. Il peut bien avouer qu'il "a pitié de ces gens", mais comment montrer sa compassion? Ce défi, il le partage avec ses disciples, qui en mesure toute l'ampleur: "Dans cet endroit désert, où pourrait-on trouver de quoi les faire manger à leur faim?" Sans être interpellés par des défis de cette ampleur, nous faisons face parfois à des demandes ou à des besoins qui semblent nous dépasser ou peut-être nous déranger. Nous sommes facilement tentés de démissionner ou de nous défiler, de nous dire que la situation nous dépasse et que nous n'y pouvons rien. Si Mère Térésa avait abdiqué devant la misère immense de Calcutta, sa communauté pour les miséreux de l'Inde et du monde n'aurait pas vu le jour.



Père Jean-Louis D'Aragon, SJ
1962-2017
55 années de service de la communauté

Source : 



Catéchisme de l'Église catholique
§ 1391-1395


Le Christ se donne lui-même en nourriture

Les fruits de la communion eucharistique : Recevoir l'eucharistie dans la communion porte comme fruit principal l'union intime au Christ Jésus. Le Seigneur dit en effet : « Qui mange ma chair et boit mon sang demeure en moi et moi en lui » (Jn 6,56). La vie en Christ trouve son fondement dans le banquet eucharistique : « De même qu'envoyé par le Père, qui est vivant, moi je vis par le Père, de même celui qui me mange vivra, lui aussi, par moi » (Jn 6,57)...

Ce que l'aliment matériel produit dans notre vie corporelle, la communion le réalise de façon admirable dans notre vie spirituelle. La communion à la chair du Christ ressuscité, « vivifiée par l'Esprit Saint et vivifiante », conserve, accroît et renouvelle la vie de grâce reçue au baptême. Cette croissance de la vie chrétienne a besoin d'être nourrie par la communion eucharistique, pain de notre pèlerinage, jusqu'au moment de la mort, où il nous sera donné comme viatique.

La communion nous sépare du péché : Le corps du Christ que nous recevons dans la communion est « livré pour nous », et le sang que nous buvons est « versé pour la multitude en rémission des péchés ». C'est pourquoi l'eucharistie ne peut pas nous unir au Christ sans nous purifier en même temps des péchés commis et nous préserver des péchés futurs : « Chaque fois que nous le recevons, nous annonçons la mort du Seigneur » (1Co 11,26). Si nous annonçons la mort du Seigneur, nous annonçons la rémission des péchés...

Comme la nourriture corporelle sert à restaurer la perte des forces, l'eucharistie fortifie la charité qui, dans la vie quotidienne, tend à s'affaiblir ; et cette charité vivifiée efface les péchés véniels... Par la même charité qu'elle allume en nous, l'eucharistie nous préserve des péchés mortels futurs.



Source : 









_________________

Quand je dis Dieu c'est un poème, c'est une étoile dans ma vie, 
du feu qui coule dans mes veines, un grand soleil pour aujourd'hui !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Donne-nous notre Pain de ce jour (Vie) : Parole de DIEU   Sam 11 Fév 2017 - 19:17

Bonsoir Lumen,

Bonsoir à toutes et à tous,





Dimanche 12 Février 2017


6ième Dimanche du Temps Ordinaire


(Couleur liturgique : Vert )
Année A










Lien :
http://www.ktotv.com/emissions/priere-et-vie-de-l-eglise/priere/en-marche-vers-dimanche

Vu sur :
www.KTOTV.com






(Première lecture)
Livre de Ben Sira le Sage 15 : 15 à 20


« IL n’a commandé à personne d’être impie »

Si tu le veux, tu peux observer les commandements,
il dépend de ton choix de rester fidèle.
Le SEIGNEUR a mis devant toi l’eau et le feu :
étends la main vers ce que tu préfères.
La vie et la mort sont proposées aux hommes,
l’une ou l’autre leur est donnée selon leur choix.
Car LA SAGESSE DU SEIGNEUR EST GRANDE,
FORT EST SON POUVOIR, ET IL VOIT TOUT.
SES REGARDS sont tournés vers ceux qui LE craignent,
IL connaît toutes les actions des hommes.
IL n’a commandé à personne d’être impie,
IL n’a donné à personne la permission de pécher.


– PAROLE du SEIGNEUR.



Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris







MYSTÈRE et MERVEILLE de la LOI de DIEU


Psaume 118 (119), entièrement



Psaume 118 (119) : 1 et 2, 4 et 5, 17 et 18, 33 et 34


R/ Heureux ceux qui marchent
suivant LA LOI DU SEIGNEUR !


Heureux les hommes intègres dans leurs voies
qui marchent suivant LA LOI DU SEIGNEUR !
Heureux ceux qui gardent SES EXIGENCES,
ils LE cherchent de tout cœur !
R/


TOI, TU promulgues des PRÉCEPTES
à observer entièrement.
Puissent mes voies s’affermir
à observer TES COMMANDEMENTS !
R/


Sois bon pour ton serviteur, et je vivrai,
j’observerai TA PAROLE.
Ouvre mes yeux,
que je contemple LES MERVEILLES DE TA LOI.
R/


Enseigne-moi, SEIGNEUR, LE CHEMIN DE TES ORDRES ;
à les garder, j’aurai ma récompense.
Montre-moi comment garder TA LOI,
que je l’observe de tout cœur.
R/


Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris


« Chants audio du Psaume 118 (119) »

Du CD, Signes :

http://www.mirari.fr/MHG2







(Deuxième lecture)
Première Lettre de Saint Paul Apôtre aux Corinthiens 2 : 6 à 10


« La SAGESSE QUE DIEU avait prévue dès avant les siècles pour nous donner la gloire »

Frères,
c’est bien de sagesse que nous parlons
devant ceux qui sont adultes dans la foi,
mais ce n’est pas la sagesse de ce monde,
la sagesse de ceux qui dirigent ce monde
et qui vont à leur destruction.
Au contraire, ce dont nous parlons,
c’est de LA SAGESSE DU MYSTÈRE DE DIEU,
SAGESSE TENUE CACHÉE,
établie par LUI dès avant les siècles,
pour nous donner la gloire.
Aucun de ceux qui dirigent ce monde ne L’a connue,
car, s’ils L’avaient connue,
ils n’auraient jamais crucifié le SEIGNEUR DE GLOIRE.
Mais ce que nous proclamons, c’est, comme dit l’Écriture :

ce que l’œil n’a pas vu,
ce que l’oreille n’a pas entendu,
ce qui n’est pas venu à l’esprit de l’homme,
ce que DIEU a préparé pour ceux dont IL EST AIMÉ.


Et c’est à nous que DIEU, PAR L’ESPRIT, en a fait la RÉVÉLATION.
Car l’ESPRIT scrute le fond de toutes choses,
même LES PROFONDEURS DE DIEU.


– PAROLE du SEIGNEUR.



Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris








Évangile de JÉSUS-CHRIST selon Saint Matthieu 5 : 17 à 37

Acclamation de l’Évangile :
Alléluia. Alléluia.

TU ES BÉNI, PÈRE,
SEIGNEUR DU CIEL ET DE LA TERRE,
TU as révélé aux tout-petits
les Mystères du Royaume !

Alléluia.
(cf. Mt 11, 25)




Il a été dit aux Anciens. Eh bien ! Moi, Je vous dis

En ce temps-là,
JESUS disait à Ses Disciples :
« Ne pensez pas que Je sois venu abolir la Loi ou les Prophètes :
Je ne suis pas venu abolir, mais accomplir.
AMEN, Je vous le dis :
Avant que le ciel et la Terre disparaissent,
pas un seul iota, pas un seul trait ne disparaîtra de la Loi
jusqu’à ce que tout se réalise.
Donc, celui qui rejettera
un seul de ces plus petits commandements,
et qui enseignera aux hommes à faire ainsi,
sera déclaré le plus petit dans le Royaume des Cieux.
Mais celui qui les observera et les enseignera,
celui-là sera déclaré grand dans le Royaume des Cieux.
Je vous le dis en effet :
Si votre justice ne surpasse pas celle des scribes et des pharisiens,
vous n’entrerez pas dans le Royaume des Cieux.

Vous avez appris qu’il a été dit aux anciens :

Tu ne commettras pas de meurtre,

et si quelqu’un commet un meurtre,
il devra passer en jugement.
Eh bien ! Moi, Je vous dis :
Tout homme qui se met en colère contre son frère
devra passer en jugement.
Si quelqu’un insulte son frère,
il devra passer devant le tribunal.
Si quelqu’un le traite de fou,
il sera passible de la géhenne de feu.
Donc, lorsque tu vas présenter ton offrande à l’autel,
si, là, tu te souviens que ton frère a quelque chose contre toi,
laisse ton offrande, là, devant l’autel,
va d’abord te réconcilier avec ton frère,
et ensuite viens présenter ton offrande.
Mets-toi vite d’accord avec ton adversaire
pendant que tu es en chemin avec lui,
pour éviter que ton adversaire ne te livre au juge,
le juge au garde,
et qu’on ne te jette en prison.
AMEN, Je te le dis :
tu n’en sortiras pas
avant d’avoir payé jusqu’au dernier sou.

Vous avez appris qu’il a été dit :

Tu ne commettras pas d’adultère.

Eh bien ! Moi, Je vous dis :
Tout homme qui regarde une femme avec convoitise
a déjà commis l’adultère avec elle dans son cœur.
Si ton œil droit entraîne ta chute,
arrache-le
et jette-le loin de toi,
car mieux vaut pour toi perdre un de tes membres
que d’avoir ton corps tout entier jeté dans la géhenne.
Et si ta main droite entraîne ta chute,
coupe-la
et jette-la loin de toi,
car mieux vaut pour toi perdre un de tes membres
que d’avoir ton corps tout entier qui s’en aille dans la géhenne.
Il a été dit également :

Si quelqu’un renvoie sa femme,
qu’il lui donne un acte de répudiation.


Eh bien ! Moi, Je vous dis :
Tout homme qui renvoie sa femme,
sauf en cas d’union illégitime,
la pousse à l’adultère ;
et si quelqu’un épouse une femme renvoyée,
il est adultère.

Vous avez encore appris qu’il a été dit aux anciens :

Tu ne manqueras pas à tes serments,
mais tu t’acquitteras de tes serments envers le SEIGNEUR.


Eh bien ! Moi, Je vous dis de ne pas jurer du tout,
ni par le Ciel, car c’est le TRONE DE DIEU,
ni par la Terre, car elle est SON MARCHEPIED,
ni par Jérusalem, car elle est la Ville du GRAND ROI.
Et ne jure pas non plus sur ta tête,
parce que tu ne peux pas
rendre un seul de tes cheveux blanc ou noir.
Que votre parole soit ‘oui’, si c’est ‘oui’,
‘non’, si c’est ‘non’.
Ce qui est en plus
vient du Mauvais. »


– Acclamons la PAROLE de DIEU.



Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris











Textes du jour, lu sur :
Les services de la liturgie Catholique

http://www.aelf.org/2017-02-12/romain/messe


Liens :
http://www.aelf.org/office-messe
http://services.liturgiecatholique.fr/






Amicalement, fraternellement
Nicolas

Revenir en haut Aller en bas
Lumen
Admin
avatar

Messages : 4231
Date d'inscription : 18/10/2014
Localisation : France

MessageSujet: Re: Donne-nous notre Pain de ce jour (Vie) : Parole de DIEU   Dim 12 Fév 2017 - 16:51

Bonjour à vous tous, amis qui aimez la Parole de Vie, goûtez et voyez comme est bon le Seigneur 
Bonjour Nicolas, Merci !




Dimanche 12 février 2017 : Sixième dimanche du temps ordinaire


Que votre parole soit “oui”, si c’est “oui”, “non”, si c’est “non”.


Les saints du jour (Dimanche 12 février)

 Sainte Eulalie de Barcelone, vierge et martyre à Barcelone (✝ 304) 

Saints martyrs d’Abitène, Saint Saturnin et ses compagnons († 304).

 Saint Alexis de Moscou Traducteur des évangiles en russe (+ 1378) 
Voir aussi : Alexis de Moscou

Bienheureuse Ombeline, Moniale Cistercienne - Sœur de Saint Bernard (✝ v. 1135).

 Bienheureux Réginald, Frère Prêcheur (✝ 1220). 

Vénérable Louis-Marie Baudouin, Prêtre et Fondateur des Fils de Marie Immaculée et des Ursulines de Jésus (✝ 1835).

Prière avant la lecture

"O Dieu, rends-moi digne de trouver ma joie dans la compréhension du salut opéré par ton Fils bien-aimé. O notre Seigneur, écarte de moi le voile des passions qui couvre les yeux de mon esprit. Allume ta sainte lumière dans mon cœur, pour que mon esprit saisisse le sens intime du texte et que l’œil illuminé de mon âme sonde les saints mystères cachés dans ta Parole. Par ta grâce et ta miséricorde, Seigneur, fais que jamais, ni le jour ni la nuit, ton souvenir ne s’éloigne de mon cœur. Amen." Prière d'un mystique syrien oriental, Gabriel Bunge.




Homélie :


« Ne pensez pas que je sois venu abolir la Loi ou les Prophètes : je ne suis pas venu abolir, mais accomplir."

Amen, je vous le dis : Avant que le ciel et la terre disparaissent, pas un seul iota, pas un seul trait ne disparaîtra de la Loi jusqu’à ce que tout se réalise.
Jésus parle d’autorité et son discours est neuf, émanant de la profondeur de sa personne. Ce n’est pas une nouveauté extérieure qu’il apporte, mais un renouvellement tout intérieur. « Vous avez appris, » « et bien moi je vous dis. »
A chaque fois, que Jésus reprend "ce qui a été dit aux anciens," dans son interpretation, il pointe une attitude de vie plus intérieure. Jésus propose, partant du fait du « meurtre, » de veiller à la simple « colère ; » partant du fait du « faux serment » de veiller au simple fait de « jurer. »
Jésus nous conduit à retrouver l’intégralité de notre personne. Ce lieu intérieur de la Présence de Dieu, que nous pouvons habiter en lui, dans notre relation avec lui. Jésus, dans son amour infini, nous réconcilie avec nous-même et avec Dieu : "Car je vous le dis, en vérité : avant que ne passent le ciel et la terre, pas un i, pas un point sur l’i, ne passera de la Loi, que tout ne soit réalisé."
L’harmonie nouvelle que Jésus apporte à l’humanité passe par son cœur ! Il est celui qui nous sauve en aimant son Père, et qui le "glorifie" en nous sauvant !
Celui qui exécutera ces moindres préceptes, et les enseignera, celui-là sera tenu pour grand dans le Royaume des Cieux.


…Donc, lorsque tu vas présenter ton offrande à l’autel, si, là, tu te souviens que ton frère a quelque chose contre toi, laisse ton offrande, là, devant l’autel, va d’abord te réconcilier avec ton frère, et ensuite viens présenter ton offrande.

Mets-toi vite d’accord avec ton adversaire pendant que tu es en chemin avec lui, pour éviter que ton adversaire ne te livre au juge, le juge au garde, et qu’on ne te jette en prison. Amen, je te le dis : tu n’en sortiras pas avant d’avoir payé jusqu’au dernier sou.
Jésus nous demande de respecter nos frères, d’accomplir avec lui un chemin de l’Amour qui est libérant. Dans les temps tourmentés que nous vivons, Jésus nous aide à être à la hauteur des événements que nous subissons.
Nous ne pouvons pas ignorer les coupables qui peuvent devenir de dangereux fauteurs de trouble dans la société. Nous sommes prudents face à ceux qui manifestent des difficultés qui nous conduisent à une insécurité permanente. La loi, si elle est nécessaire, est impuissante à nous procurer le salut.
La vie qui nous est donnée par Dieu, est don sans mérite de notre part. Jésus rend plus forte la loi de Dieu et il nous aide à reconnaître humblement qu’il faut nous convertir en nous aimant mieux les uns les autres.


"…Que votre parole soit “oui”, si c’est “oui ;” “Non”, si c’est “non”. Ce qui est en plus vient du Mauvais."

La loi nécessite la compréhension de l’autre, l’amitié, l’amour, la grâce et le pardon. Nous touchons non seulement la "délicatesse" de Jésus, mais la vérité profonde de son être.
La vie et le salut nous sont donnés par grâce, par amour. Jésus nous révèle que la vie ne se mérite pas. L’impuissance de la loi à procurer le salut manifeste que la vie nous est donnée par Dieu, elle est don.
C’est du respect du à l’autre dont il s’agit ! Nous croyons que la vie et le salut qui viennent de Dieu sont un Don à respecter en soi-même et en l’autre. Toucher à son frère, c’est toucher à Dieu lui-même. Jésus révèle le fonctionnement de nos lois humaines.
Sans loi, nous retombons vite dans la jungle. Jésus nous demande d’être vrai. L’amour de Dieu et l’amour des frères est le même amour qui fonde notre vivre ensemble. Ces paroles sont pour nous salutaires. Elles opèrent le discernement auquel il nous faut sans cesse revenir si nous voulons avoir la vie.



Citation :
Nous demandons la grâce que notre langage soit : « Oui ? oui », « Non ? non » pour demeurer dans la lumière de la vérité.


Père Gilbert Adam
Homélies et Le Pauvre qui guérit

Source : 



Saint Irénée de Lyon (v. 130-v. 208), évêque, théologien et martyr
Contre les hérésies IV,13,3 (trad. SC 100, p. 525s rev)


La Loi enracinée dans nos cœurs

Il y a des préceptes naturels de la Loi qui donnent déjà la justice ; même avant le don de la Loi à Moïse des hommes observaient ces préceptes, et ils étaient justifiés par leur foi et plaisaient à Dieu. Ces préceptes-là, le Seigneur ne les a pas abolis, mais étendus et accomplis. C'est ce que prouvent ces paroles : « Il a été dit aux anciens : Tu ne commettras pas d'adultère. Mais moi, je vous dis : Quiconque regarde une femme pour la convoiter a déjà commis l'adultère avec elle dans son cœur. » Et encore : « Il a été dit : Tu ne tueras pas. Mais moi, je vous dis : Quiconque se met en colère contre son frère sans motif en répondra au tribunal » (Mt 5,21s)... Et ainsi de suite. Tous ces préceptes n'impliquent ni la contradiction ni l'abolition des précédents, mais leur accomplissement et leur extension. Comme le Seigneur le dit lui-même : « Si votre justice ne dépasse celle des scribes et des pharisiens, vous n'entrerez pas dans le Royaume des cieux » (Mt 5,20).

     En quoi consistait-il, ce dépassement ? D'abord, à croire non plus seulement au Père, mais aussi à son Fils dorénavant manifesté, car c'est lui qui mène l'homme à la communion et à l'union avec Dieu. Ensuite, à ne pas dire seulement, mais à faire — car « ils disaient et ne faisaient pas » (Mt 23,3) — et à se garder non seulement des actes mauvais, mais même de leur désir. En enseignant cela, il ne contredisait pas la Loi, mais il accomplissait la Loi et enracinait en nous les prescriptions de la Loi... Prescrire de s'abstenir non seulement des actes défendus par la Loi, mais même de leur désir, n'est pas le fait de quelqu'un qui contredit et abolit la Loi ; c'est le fait de celui qui l'accomplit et l'étend.



Source : 









_________________

Quand je dis Dieu c'est un poème, c'est une étoile dans ma vie, 
du feu qui coule dans mes veines, un grand soleil pour aujourd'hui !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Donne-nous notre Pain de ce jour (Vie) : Parole de DIEU   Dim 12 Fév 2017 - 20:55

Bonsoir Lumen,

Bonsoir à toutes et à tous,




Lundi 13 Février 2017

De la férie

6ième semaine du Temps Ordinaire
(Couleur liturgique : Vert )
Année A







(Première lecture)
Livre de la Genèse 4 : 1 à 15, 25


« Caïn se jeta sur son frère Abel et le tua »

L’homme s’unit à Ève, sa femme :
elle devint enceinte, et elle mit au monde Caïn.
Elle dit alors :
« J’ai acquis un homme
avec l’aide du SEIGNEUR ! »
Dans la suite, elle mit au monde Abel, frère de Caïn.
Abel devint berger, et Caïn cultivait la terre.
Au temps fixé, Caïn présenta des produits de la terre
en offrande au SEIGNEUR.
De son côté, Abel présenta les premiers-nés de son troupeau,
en offrant les morceaux les meilleurs.
Le SEIGNEUR tourna SON REGARD vers Abel et son offrande,
mais vers Caïn et son offrande, IL ne le tourna pas.
Caïn en fut très irrité et montra un visage abattu.
Le SEIGNEUR dit à Caïn :
« Pourquoi es-tu irrité, pourquoi ce visage abattu ?
Si tu agis bien, ne relèveras-tu pas ton visage ?
Mais si tu n’agis pas bien…,
le péché est accroupi à ta porte.
Il est à l’affût, mais tu dois le dominer. »
Caïn dit à son frère Abel :
« Sortons dans les champs. »
Et, quand ils furent dans la campagne,
Caïn se jeta sur son frère Abel et le tua.
Le SEIGNEUR dit à Caïn :
« Où est ton frère Abel ? »
Caïn répondit :
« Je ne sais pas.
Est-ce que je suis, moi, le gardien de mon frère ? »
Le SEIGNEUR reprit :
« Qu’as-tu fait ?
La voix du sang de ton frère
crie de la terre vers Moi !
Maintenant donc, sois maudit
et chassé loin de cette terre
qui a ouvert la bouche pour boire le sang de ton frère,
versé par ta main.
Tu auras beau cultiver la terre,
elle ne produira plus rien pour toi.
Tu seras un errant,
un vagabond sur la Terre. »
Alors Caïn dit au SEIGNEUR :
« Mon châtiment est trop lourd à porter !
Voici qu’aujourd’hui TU m’as chassé de cette terre.
Je dois me cacher loin de TOI,
je serai un errant,
un vagabond sur la Terre,
et le premier venu qui me trouvera me tuera. »
Le SEIGNEUR lui répondit :
« Si quelqu’un tue Caïn, Caïn sera vengé sept fois. »
Et le SEIGNEUR mit un signe sur Caïn
pour le préserver d’être tué par le premier venu qui le trouverait.

Adam s’unit encore à sa femme,
et elle mit au monde un fils.
Elle lui donna le nom de Seth
(ce qui veut dire : accordé),
car elle dit :
« DIEU m’a accordé une nouvelle descendance
à la place d’Abel, tué par Caïn. »

– PAROLE du SEIGNEUR.


Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris








DIEU paraît pour prononcer SON JUGEMENT


Psaume appartenant au recueil d’Assaf.

[Psaume 49 (50) ; entièrement]




Psaume 49 (50) : 1 et 5a, 7ac et 8, 16bc et 17, 20 et 21abc


R/ Offre à DIEU le sacrifice d’action de grâce.

Le DIEU des dieux, le SEIGNEUR,
parle et convoque la Terre
du Soleil levant jusqu’au Soleil couchant :
« Assemblez, devant Moi, Mes Fidèles.
R/


« Écoute, Mon Peuple, Je parle.
Moi, DIEU, JE SUIS TON DIEU !
Je ne t’accuse pas pour tes sacrifices ;
tes holocaustes sont toujours devant Moi.
R/


« Qu’as-tu à réciter MES LOIS,
à garder MON ALLIANCE à la bouche,
toi qui n’aimes pas les reproches
et rejettes loin de toi MES PAROLES ?
R/


« Tu t’assieds, tu diffames ton frère,
tu flétris le fils de ta mère.
Voilà ce que tu fais ; garderai-Je le silence ?
Penses-tu que JE SUIS comme toi ? »
R/


Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris







Évangile de JÉSUS-CHRIST selon Saint Marc 8 : 11 à 13

Acclamation de l’Évangile :
Alléluia. Alléluia.
MOI, JE SUIS LE CHEMIN, LA VÉRITÉ ET LA VIE, dit le SEIGNEUR. Personne ne va vers le PÈRE sans passer par MOI.
Alléluia.
(Jn 14, 6)




« Pourquoi cette génération cherche-t-elle un signe ? »

En ce temps-là,
les pharisiens survinrent
et se mirent à discuter avec JESUS ;
pour LE mettre à l’épreuve,
ils cherchaient à obtenir de LUI un signe venant du Ciel.
JESUS soupira au plus profond de LUI-MEME et dit :
« Pourquoi cette génération cherche-t-elle un signe ?
AMEN, Je vous le déclare :
aucun signe ne sera donné à cette génération. »
Puis IL les quitta, remonta en barque,
et IL partit vers l’autre rive.

– Acclamons la PAROLE de DIEU.


Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris


Évangile + commentaire (audio)


Écouté sur :
http://radiofidelite.fr/fr/









Textes du jour, lu sur :
Les services de la liturgie Catholique

http://www.aelf.org/2017-02-13/romain/messe


Liens :
http://www.aelf.org/office-messe
http://services.liturgiecatholique.fr/






Amicalement, fraternellement
Nicolas

Revenir en haut Aller en bas
Lumen
Admin
avatar

Messages : 4231
Date d'inscription : 18/10/2014
Localisation : France

MessageSujet: Re: Donne-nous notre Pain de ce jour (Vie) : Parole de DIEU   Lun 13 Fév 2017 - 14:01

Bonjour à vous tous, amis qui aimez la Parole de Vie, goûtez et voyez comme est bon le Seigneur 
Bonjour Nicolas !




Lundi 13 février 2017 : Le lundi de la 6e semaine du temps ordinaire


Pourquoi cette génération cherche-t-elle un signe ?


Les saints du jour (Lundi 13 février)

 Saint Fulcran de Lodève, Évêque et Confesseur (✝ 1006). 

Saint Syméon le Myroblite (+ 1200)

Bienheureux Jourdain de Saxe, premier successeur de Saint Dominique (vers 1190-1237).

 Bienheureux Ange Tancrède, Frère Mineur (✝ 1257). 

 Bienheureuse Eustochium de Padoue, Religieuse Bénédictine (✝ 1468). 


Prière avant la lecture

"O Dieu, rends-moi digne de trouver ma joie dans la compréhension du salut opéré par ton Fils bien-aimé. O notre Seigneur, écarte de moi le voile des passions qui couvre les yeux de mon esprit. Allume ta sainte lumière dans mon cœur, pour que mon esprit saisisse le sens intime du texte et que l’œil illuminé de mon âme sonde les saints mystères cachés dans ta Parole. Par ta grâce et ta miséricorde, Seigneur, fais que jamais, ni le jour ni la nuit, ton souvenir ne s’éloigne de mon cœur. Amen." Prière d'un mystique syrien oriental, Gabriel Bunge.


Lectures du jour :
Voir / Textes du jour



Homélie :

"Les pharisiens survinrent et se mirent à discuter avec Jésus ; pour le mettre à l’épreuve, ils cherchaient à obtenir de lui un signe venant du ciel."

Jésus refuse de donner un signe tel qu’on lui demande car aucun signe ne peut parler aussi fort que sa personne. Aucune preuve ne peut être plus évidente que ses « œuvres » comme la multiplication des pains qui précède notre texte. Jésus ne donne pas de signe parce il réalise dans sa personne la Parole vivante de Dieu : Il est le signe.
Tout comme Jonas fut un signe pour les Ninivites, de même, le Fils de l’homme le sera pour cette génération. Il ne donne pas de signe, mais il nous fait découvrir peu à peu le mystère de sa Personne pour nous faire découvrir que le Royaume, c’est Lui.
Jésus vient restaurer notre relation avec Dieu. Au lieu d’être reçu, il est suspecté ! Cette attitude détériore toute relation qui demande à priori la confiance, surtout dans la relation avec Dieu.
Les Pharisiens se sont approprié le monopole de la relation à Dieu et de ses dons !
Nous recevons de Dieu l’action de grâce qui déborde en supplication et en reconnaissance. Dieu est si bon qu’il nous donne ce qu’il a de meilleur. La Vierge Marie, en présentant Jésus au Temple a donné ce qu’elle avait reçu de plus merveilleux : Jésus. Elle l’a remis à Dieu. C’est la meilleure manière de garder le don en Dieu. Le consacrer, le mettre au service de Dieu au lieu de nous l’approprier.


"Jésus soupira au plus profond de lui-même et dit : « Pourquoi cette génération cherche-t-elle un signe ? Amen, je vous le déclare : aucun signe ne sera donné à cette génération. »

Nous voulons des signes parce que nous ne savons pas contempler Jésus.
Nous ne savons pas discerner Jésus qui est l’homme nouveau, jailli du cœur du Père.
Nous ne savons plus être frappé d’étonnement ni demeurer suspendu à ses lèvres.
Nous voulons des signes plutôt que découvrir la beauté de la Parole divine. Nous voulons des signes toujours plus puissants qui nous dispensent de le chercher dans la prière, de le découvrir dans la contemplation de sa Présence.
Nous voulons des signes parce que nous ne savons pas voir qu’il y a autour de nous des signes qui nous le montrent.
Les hommes et les femmes qui vivent quotidiennement selon l’Evangile et acceptent que leur vie soit ainsi transformée sont des témoins vivants. Notre vie est remplie des signes de la tendresse de Dieu !
Jésus a beaucoup parlé, Il a fait des signes étonnants, mais les Pharisiens ne croient pas en Lui.
Alors Jésus soupire au plus profond de lui-même, Il est meurtri. Il remonte dans la barque et il s’en va, montrant ainsi son désaccord. Il est en droit d’attendre une relation d’amour qui donne de vivre dans la reconnaissance.
Dieu attend que nous demeurions fidèles dans cette relation d’amour.


"Puis il les quitta, remonta en barque, et il partit vers l’autre rive."

Le paradoxe qui transpire tout au long de l’Évangile, c’est qu’en se faisant voir en son Fils, Dieu devient méconnaissable pour ceux qui ne croient pas en lui. Jésus provoque nos regards sur sa personne.
Il est le chemin pour découvrir le visage de Dieu. Sa personne est cette porte étroite venue vers nous pour que nous ne puissions aller vers Lui. Tout signe qui ferait du bruit ne lui rend pas témoignage, tout signe qui suscite l’enthousiasme des foules est obstacle à la discrétion que Jésus a choisie en se faisant l’un de nous.
Jésus préfère nous convaincre en touchant nos cœurs. C’est là, dans ce lieu secret, qu’il vient nous faire signe.
Nous voulons rendre grâce à Dieu pour tout ce qu’il nous donne et cultiver ce don de Dieu.
Nous demeurons dans l’action de grâce, nous demeurons dans la grâce du don qu’il nous a fait.
Le don que Dieu nous fait est infini, il est de toujours à toujours, nous demeurons dans le don de Dieu, ainsi qu’il demeure et nous et nous nous réjouissons de ce don. Les merveilles que Dieu fait sont innombrables, le signe de l’Amour infini de Dieu est à l’intérieur de notre relation à Dieu.



Citation :
Nous demandons la grâce de dire merci à Dieu de tout ce qu’il nous donne.


Père Gilbert Adam
Homélies et Le Pauvre qui guérit

Source : 



Saint Hilaire (v. 315-367), évêque de Poitiers et docteur de l'Église
La Trinité, livre 12, 52-53 (trad. Sr Isabelle de la Source, Lire la Bible, Mediaspaul 1988, t. 1, p. 19)


« Pourquoi cette génération demande-t-elle un signe ? »

Père saint, Dieu tout-puissant, lorsque j'élève vers ton ciel la faible lumière de mes yeux, puis-je douter qu'il est ton ciel ? Quand je contemple la course des étoiles, leur retour dans le cycle de l'année, quand je vois les Pléiades, la Petite Ourse et l'Étoile du matin et que je considère comment chacune brille au poste qui lui est assigné, je comprends, ô Dieu, que tu es là, dans ces astres que je ne comprends pas. Lorsque je vois « les vagues superbes de la mer » (Ps 92,4), je ne saisis pas l'origine de ces eaux, je ne saisis même pas ce qui met en branle leurs flux et leurs reflux réguliers, et pourtant, je crois qu'il est une cause — impénétrable certes pour moi — à ces réalités que j'ignore, et là aussi je perçois ta présence.

     Si je tourne mon esprit vers la terre qui, par le dynamisme de forces cachées, décompose toutes les semences qu'elle a accueillies dans son sein, les fait lentement germer et les multiplie, puis leur donne de grandir, je ne trouve rien là que je puisse comprendre avec mon intelligence ; mais cette ignorance m'aide à te discerner, toi, puisque, si je ne connais pas la nature mise à mon service, cependant je te rencontre par le fait même qu'elle est là, pour mon usage.

     Si je me tourne vers moi, l'expérience me dit que je ne me connais pas moi-même et je t'admire d'autant plus que je suis pour moi un inconnu. En effet, même si je ne peux pas les comprendre, je fais l'expérience des mouvements de mon esprit qui juge, de ses opérations, de sa vie, et cette expérience, c'est à toi que je la dois, toi qui m'as donné en partage cette nature sensible qui fait ma joie, même si son origine est au-delà des prises de mon intelligence. Je ne me connais pas moi-même, mais en moi je te trouve et, en te trouvant, je t'adore.



Source : 









_________________

Quand je dis Dieu c'est un poème, c'est une étoile dans ma vie, 
du feu qui coule dans mes veines, un grand soleil pour aujourd'hui !


Dernière édition par Lumen le Mar 14 Fév 2017 - 12:45, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Donne-nous notre Pain de ce jour (Vie) : Parole de DIEU   Lun 13 Fév 2017 - 19:20

Bonsoir Lumen,

Bonsoir à toutes et à tous,





Mardi 14 Février 2017

Saint Cyrille, Moine ; Saint Méthode, Évêque
IX ième siècle. Ces deux frères, originaires de l’Empire byzantin, évangélisèrent les Slaves et inventèrent l’alphabet cyrilique. Copatrons de l’Europe avec Saint Benoît.

6ième semaine du Temps Ordinaire
(Couleur liturgique : Blanc )
Année A







(Première lecture)
Livre de la Genèse 6 : 5 à 8 ; 7 : 1 à 5, 10


« Je vais effacer de la surface du sol les hommes que j’ai créés »

Le SEIGNEUR vit que la méchanceté de l’homme
était grande sur la Terre,
et que toutes les pensées de son coeur
se portaient uniquement vers le mal
à longueur de journée.
Le SEIGNEUR se repentit d’avoir fait l’homme sur la Terre ;
IL s’irrita en SON CŒUR et IL dit :
« Je vais effacer de la surface du sol
les hommes que J’ai créés
– et non seulement les hommes
mais aussi les bestiaux, les bestioles et les oiseaux du ciel –
car Je me repens de les avoir faits. »
Mais Noé trouva grâce aux YEUX DU SEIGNEUR.
Le SEIGNEUR dit à Noé :
« Entre dans l’arche, toi et toute ta famille,
car J’ai vu qu’au sein de cette génération,
devant Moi, tu es juste.
De tous les animaux purs,
tu prendras sept mâles et sept femelles ;
des animaux qui ne sont pas purs,
tu en prendras deux, un mâle et une femelle ;
et de même des oiseaux du ciel,
sept mâles et sept femelles,
pour que leur race continue à vivre
à la surface de la Terre.
Encore sept jours, en effet,
et Je vais faire tomber la pluie sur la Terre,
pendant quarante jours et quarante nuits ;
J’effacerai de la surface du sol
tous les êtres que J’ai faits. »
Noé fit tout ce que le SEIGNEUR lui avait ordonné.

Sept jours plus tard,
les eaux du déluge étaient sur la Terre.

– PAROLE du SEIGNEUR.


Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris








La VOIX du SEIGNEUR


Psaume appartenant au recueil de David.

[Psaume 28 (29) ; entièrement]




Psaume 28 (29) : 1 et 2, 3ac et 4, 3bc et 9c et 10


R/ Le SEIGNEUR bénit Son Peuple
en Lui donnant la paix.


Rendez au SEIGNEUR, vous, les dieux,
rendez au SEIGNEUR GLOIRE ET PUISSANCE.
Rendez au SEIGNEUR LA GLOIRE DE SON NOM,
adorez le SEIGNEUR, ÉBLOUISSANT DE SAINTETÉ.
R/


La VOIX DU SEIGNEUR domine les eaux,
le SEIGNEUR domine la masse des eaux.
VOIX DU SEIGNEUR DANS SA FORCE,
VOIX DU SEIGNEUR QUI ÉBLOUIT.
R/


Le DIEU DE LA GLOIRE déchaîne le tonnerre,
Et tous dans SON TEMPLE s’écrient : « GLOIRE ! »
Au déluge le SEIGNEUR a siégé ;
IL siège, le SEIGNEUR, IL EST ROI POUR TOUJOURS !
R/


Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris







Évangile de JÉSUS-CHRIST selon Saint Marc 8 : 14 à 21

Acclamation de l’Évangile :
Alléluia. Alléluia.
Si quelqu’un M’aime, il gardera MA PAROLE, dit le SEIGNEUR ; MON PÈRE l’aimera, et NOUS viendrons vers lui.
Alléluia.
(Jn 14, 23)




« Prenez garde au levain des pharisiens et au levain d’Hérode ! »

En ce temps-là,
les Disciples avaient oublié d’emporter des pains ;
ils n’avaient qu’un seul pain avec eux dans la barque.
Or JESUS leur faisait cette recommandation :
« Attention ! Prenez garde au levain des pharisiens
et au levain d’Hérode ! »
Mais ils discutaient entre eux sur ce manque de pains.
JESUS s’en rend compte et leur dit :
« Pourquoi discutez- vous sur ce manque de pains ?
Vous ne saisissez pas ? Vous ne comprenez pas encore ?
Vous avez le cœur endurci ?
Vous avez des yeux et vous ne voyez pas,
vous avez des oreilles et vous n’entendez pas !
Vous ne vous rappelez pas ?
Quand J’ai rompu les cinq pains pour cinq mille personnes,
combien avez-vous ramassé
de paniers pleins de morceaux ? »
Ils LUI répondirent :
« Douze.
– Et quand J’en ai rompu sept pour quatre mille,
combien avez-vous rempli de corbeilles
en ramassant les morceaux ? »
Ils LUI répondirent :
« Sept. »
IL leur disait :
« Vous ne comprenez pas encore ? »

– Acclamons la PAROLE de DIEU.


Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris


Évangile + commentaire (audio)


Écouté sur :
http://radiofidelite.fr/fr/









Textes du jour, lu sur :
Les services de la liturgie Catholique

http://www.aelf.org/2017-02-14/romain/messe


Liens :
http://www.aelf.org/office-messe
http://services.liturgiecatholique.fr/






Amicalement, fraternellement
Nicolas

Revenir en haut Aller en bas
Lumen
Admin
avatar

Messages : 4231
Date d'inscription : 18/10/2014
Localisation : France

MessageSujet: Re: Donne-nous notre Pain de ce jour (Vie) : Parole de DIEU   Mar 14 Fév 2017 - 13:24

Bonjour à vous tous, amis qui aimez la Parole de Vie, goûtez et voyez comme est bon le Seigneur 
Bonjour Nicolas !




Mardi 14 février 2017 : Fête des Saints Cyrille et Méthode, Apôtres des Slaves, Co-Patrons de l'Europe (IXe siècle).


Allez ! Voici que je vous envoie comme des agneaux au milieu des loups.


Les saints du jour (Mardi 14 février)

 Saint Valentin, Évêque et martyr († v. 273) 

Geneviève de Gaulle Anthonioz (1920-2002).


Prière avant la lecture

"O Dieu, rends-moi digne de trouver ma joie dans la compréhension du salut opéré par ton Fils bien-aimé. O notre Seigneur, écarte de moi le voile des passions qui couvre les yeux de mon esprit. Allume ta sainte lumière dans mon cœur, pour que mon esprit saisisse le sens intime du texte et que l’œil illuminé de mon âme sonde les saints mystères cachés dans ta Parole. Par ta grâce et ta miséricorde, Seigneur, fais que jamais, ni le jour ni la nuit, ton souvenir ne s’éloigne de mon cœur. Amen." Prière d'un mystique syrien oriental, Gabriel Bunge.




Homélie :

"Après cela, parmi les disciples le Seigneur en désigna encore soixante-douze, et il les envoya deux par deux, en avant de lui, en toute ville et localité où lui-même allait se rendre."

Il leur dit : « La moisson est abondante, mais les ouvriers sont peu nombreux. Priez donc le maître de la moisson d’envoyer des ouvriers pour sa moisson. Allez ! Voici que je vous envoie comme des agneaux au milieu des loups.
Avec ces nouveaux patrons de l’Europe, Saints Cyrille et Méthode, nous commençons par prier.
C’est l’amour immense de Jésus que nous voudrions voir resplendir en Europe et dans le monde.
Le peuple d’Europe auquel nous appartenons est le Peuple où Dieu a développé son Église dés l’origine.
Mais c’est aussi de là que se sont venues les grandes brisures de cette Eglise !
Par notre foi, notre espérance et notre amour, il nous faut nous offrir plus encore pour que Jésus réunisse à nouveau le peuple de Dieu que nous formons. Il est envoyé partout pour témoigner de l’unité de l’Amour de Jésus. Prier et aller dit Jésus, la prière est d’autant plus forte, qu’une fois faite, elle nous investit totalement dans le champ de la mission avec d’autant plus de force, qu’elle est en lien avec le Père.
Que nous prions ou que nous agissions, nous sommes renvoyés vers un Autre qui est Dieu et qui développe en nous une grande liberté d’action ! Nous n’avons pas à chercher à obtenir pour nous-mêmes un résultat, car nous attestons que l’action d’un Autre, de Dieu, est dans cette action même.


"Ne portez ni bourse, ni sac, ni sandales, et ne saluez personne en chemin. Mais dans toute maison où vous entrerez, dites d’abord : “Paix à cette maison.”

S’il y a là un ami de la paix, votre paix ira reposer sur lui ; sinon, elle reviendra sur vous. Restez dans cette maison, mangeant et buvant ce que l’on vous sert ; car l’ouvrier mérite son salaire. Ne passez pas de maison en maison.
Jésus invite ses envoyés à vivre comme lui, dans la Paix. Cette mission c’est lui-même qui vit dans l’envoyé que nous sommes, son action ne cesse de renvoyer à un autre, son Père. Ce beau programme nous le faisons nôtre en cette fête des Saints Cyrille et Méthode. Nos visages sont marqués par l’amour de Jésus. C’est là que resplendit l’amour infini de Dieu qui se fait Paix et Joie.
C’est dans la pauvreté et le dénuement que je peux rencontrer l’autre qui est différent et qui donne la Paix, qui nous interpelle par cette parole libérante. C’est ainsi que s’établit le Royaume de Dieu, que l’action de l’Esprit Saint se trouve en nous, et que nous le reconnaissons aussi en l’autre.
Jésus veut rayonner dans notre cœur comme Il a rayonné dans la vie de Marie. Le Fils éternel du Père fait de nous les enfants de Dieu témoins de son Amour. Nous demandons pour le monde cet ardent amour du cœur de Jésus. Nous l’annonçons dans la faiblesse, cette faiblesse se retrouve dans l’Eglise. Cependant elle manifeste que Dieu fait son œuvre d’Amour chez nous : « Le Dieu qui a dit : La lumière brillera au milieu des ténèbres, a Lui-même brillé dans nos cœurs. » Elle brille dans toute maison ou nous annonçons la bonne nouvelle.


"Dans toute ville où vous entrerez et où vous serez accueillis, mangez ce qui vous est présenté."

Guérissez les malades qui s’y trouvent et dites-leur : “Le règne de Dieu s’est approché de vous.” Restez dans cette maison, mangeant et buvant ce que l’on vous servira ; car le travailleur mérite son salaire.
Nous sommes l’humanité à partir de laquelle resplendit l’amour infini de Dieu. En chacun de nous rayonne le visage du Christ et c’est ensemble que nous l’annonçons. L’Esprit Saint qui nous unit donne le resplendissement de Dieu à toute chair.
Dieu aime les pauvres, il aime en chacun de nous cette part de pauvreté qui nous rend humble. Il est vraiment lui-même dans cette attitude nous ouvrant à l’amour divin pour que nous soyons transformés, qu’il nous unifie, et nous tourne vers les autres.
Le Verbe de Dieu a pris un visage humain en la Vierge Marie. Il donne à l’humanité de resplendir cet amour infini du Dieu invisible.
Quand le Verbe de Dieu prend chair dans le sein de la Vierge Marie, l’amour resplendit dans le cœur de cette mère. Cet amour infini s’établit entre ces deux cœurs, il rayonne sur le visage de Marie qui donne à Jésus son visage. En tissant dans son sein le visage du Fils unique du Père, Marie trouve elle-même son propre visage. Ainsi le mystère de l’amour infini de Dieu commence à se répandre dans l’humanité et va se perpétuer jusqu’à ce que Jésus revienne.



Citation :
Nous demandons la grâce de comprendre la beauté du don de Dieu.


Père Gilbert Adam
Homélies et Le Pauvre qui guérit

Source :
 



Saint Jean-Paul II (1920-2005), pape
Encyclique « Ut unum sint », 19 (trad. copyright © Libreria Editrice Vaticana)


Saints Cyrille et Méthode, apôtres des slaves

La doctrine doit être présentée d'une manière qui la rende compréhensible à ceux auxquels Dieu lui-même la destine. Dans l'encyclique « Slavorum apostoli » j'ai rappelé que, pour ce motif même, Cyrille et Méthode se sont employés à traduire les notions de la Bible et les concepts de la théologie grecque dans le contexte d'une pensée et d'expériences historiques très différentes.

     Ils voulaient que l'unique parole de Dieu soit « rendue ainsi accessible selon les moyens d'expression propres à chaque civilisation ». Ils ont compris donc qu'ils ne pouvaient pas « imposer aux peuples à qui ils devaient prêcher ni la supériorité indiscutable de la langue grecque et de la culture byzantine, ni les usages et les comportements de la société plus avancée dans laquelle ils avaient été formés ». Ils mettaient en pratique « la parfaite communion dans l'amour [qui] préserve l'Église de toute forme de particularisme et d'exclusivisme ethnique ou de préjugé racial, comme de toute arrogance nationaliste ».



Source : 










_________________

Quand je dis Dieu c'est un poème, c'est une étoile dans ma vie, 
du feu qui coule dans mes veines, un grand soleil pour aujourd'hui !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Donne-nous notre Pain de ce jour (Vie) : Parole de DIEU   Mar 14 Fév 2017 - 19:20

Bonsoir Lumen,

Bonsoir à toutes et à tous,




Mercredi 15 Février 2017

De la férie

6ième semaine du Temps Ordinaire
(Couleur liturgique : Vert )
Année A







(Première lecture)
Livre de la Genèse 8 : 6 à 13, 20 à 22


« Noé regarda : et voici que la surface du sol était sèche »

Au bout de quarante jours,
Noé ouvrit la fenêtre de l’arche qu’il avait construite,
et il lâcha le corbeau ;
celui-ci fit des allers et retours,
jusqu’à ce que les eaux se soient retirées, laissant la terre à sec.
Noé lâcha aussi la colombe
pour voir si les eaux avaient baissé à la surface du sol.
La colombe ne trouva pas d’endroit où se poser,
et elle revint vers l’arche auprès de lui,
parce que les eaux étaient sur toute la surface de la Terre ;
Noé tendit la main, prit la colombe,
et la fit rentrer auprès de lui dans l’arche.
Il attendit encore sept jours,
et lâcha de nouveau la colombe hors de l’arche.
Vers le soir, la colombe revint,
et voici qu’il y avait dans son bec un rameau d’olivier tout frais !
Noé comprit ainsi que les eaux avaient baissé sur la Terre.
Il attendit encore sept autres jours et lâcha la colombe,
qui, cette fois-ci, ne revint plus vers lui.
C’est en l’an six cent un de la vie de Noé,
au premier mois, le premier jour du mois,
que les eaux s’étaient retirées,
laissant la Terre à sec.
Noé enleva le toit de l’arche, et regarda :
et voici que la surface du sol était sèche.

Noé bâtit un autel au SEIGNEUR ;
il prit, parmi tous les animaux purs et tous les oiseaux purs,
des victimes qu’il offrit en holocauste sur l’autel.
Le SEIGNEUR respira l’agréable odeur,
et IL se dit en LUI-MEME :
« Jamais plus Je ne maudirai le sol à cause de l’homme :
le cœur de l’homme est enclin au mal dès sa jeunesse,
mais jamais plus Je ne frapperai tous les vivants
comme Je l’ai fait.
Tant que la Terre durera,
semailles et moissons,
froidure et chaleur,
été et hiver,
jour et nuit
jamais ne cesseront. »

– PAROLE du SEIGNEUR.


Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris








Prière d’un homme arraché à la mort


[Psaume 115 (116B) ; entièrement]



Psaume 115 (116B) : 12 et 13, 14 et 15, 18 et 19


R/ SEIGNEUR, je T’offrirai le sacrifice d’Action de Grâce.

Comment rendrai-je au SEIGNEUR
tout le bien qu’IL m’a fait ?
J’élèverai la coupe du salut,
j’invoquerai le NOM DU SEIGNEUR.
R/


Je tiendrai mes promesses au SEIGNEUR,
oui, devant tout Son Peuple.
Il en coûte au SEIGNEUR
de voir mourir les siens !
R/


Je tiendrai mes promesses au SEIGNEUR,
oui, devant tout Son Peuple,
à l’entrée de la MAISON DU SEIGNEUR,
au milieu de Jérusalem !
R/


Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris







Évangile de JÉSUS-CHRIST selon Saint Marc 8 : 22 à 26

Acclamation de l’Évangile :
Alléluia. Alléluia.
Que le PÈRE DE NOTRE SEIGNEUR JÉSUS CHRIST
OUVRE À SA LUMIÈRE les yeux de notre cœur,
pour que nous percevions l’espérance que donne SON APPEL.
Alléluia.
(cf. Ep 1, 17-18)




« L’aveugle se trouva guéri, et il distinguait tout avec netteté »

En ce temps-là,
JESUS et Ses Disciples arrivèrent à Bethsaïde.
Des gens LUI amènent un aveugle
et LE supplient de le toucher.
JESUS prit l’aveugle par la main
et le conduisit hors du village.
IL lui mit de la salive sur les yeux
et lui imposa les mains.
IL lui demandait :
« Aperçois-tu quelque chose ? »
Levant les yeux, l’homme disait :
« J’aperçois les gens :
ils ressemblent à des arbres
que je vois marcher. »
Puis JESUS, de nouveau, imposa les mains
sur les yeux de l’homme ;
celui-ci se mit à voir normalement,
il se trouva guéri,
et il distinguait tout avec netteté.
JESUS le renvoya dans sa maison en disant :
« Ne rentre même pas dans le village. »

– Acclamons la PAROLE de DIEU.


Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris


Évangile + commentaire (audio)


Écouté sur :
http://radiofidelite.fr/fr/









Textes du jour, lu sur :
Les services de la liturgie Catholique

http://www.aelf.org/2017-02-15/romain/messe


Liens :
http://www.aelf.org/office-messe
http://services.liturgiecatholique.fr/






Amicalement, fraternellement
Nicolas

Revenir en haut Aller en bas
Lumen
Admin
avatar

Messages : 4231
Date d'inscription : 18/10/2014
Localisation : France

MessageSujet: Re: Donne-nous notre Pain de ce jour (Vie) : Parole de DIEU   Mer 15 Fév 2017 - 14:15

Bonjour à vous tous, amis qui aimez la Parole de Vie, goûtez et voyez comme est bon le Seigneur 
Bonjour Nicolas, Merci !




Mercredi 15 février 2017 : Le mercredi de la 6e semaine du temps ordinaire


Jésus le renvoya dans sa maison en disant : « Ne rentre même pas dans le village. »


Les saints du jour (Mercredi 15 février)

 Saint Onésime, converti par Saint Paul († 95). 

Saint Faustin et son compagnon Jovite, martyrs près de Brescia (+ 122)

Saint Claude La Colombière, Jésuite, Confesseur de Sainte Marguerite-Marie
Alacoque (1641- ✝ 1682).


 Bienheureux Michał Sopoćko, Fondateur de la Congrégation des
Sœurs de Jésus Miséricordieux (1888- ✝ 1975)
 

Vénérable Anne-Madeleine Rémuzat, Religieuse à Marseille (1696-✝ 1730)


Prière avant la lecture

"O Dieu, rends-moi digne de trouver ma joie dans la compréhension du salut opéré par ton Fils bien-aimé. O notre Seigneur, écarte de moi le voile des passions qui couvre les yeux de mon esprit. Allume ta sainte lumière dans mon cœur, pour que mon esprit saisisse le sens intime du texte et que l’œil illuminé de mon âme sonde les saints mystères cachés dans ta Parole. Par ta grâce et ta miséricorde, Seigneur, fais que jamais, ni le jour ni la nuit, ton souvenir ne s’éloigne de mon cœur. Amen." Prière d'un mystique syrien oriental, Gabriel Bunge.




Homélie :

"Jésus et ses disciples arrivent à Bethsaïde. Des gens lui amènent un aveugle et le supplient de le toucher."

La Parole de Dieu, en nous éclairant, nous redonne les étapes de notre conversion. Dans notre chemin, il nous faut contempler Jésus. Tous les « aveugles » du monde sont là rassemblés en lui, eux qui portent le poids du quotidien.
Ils sont portés maternellement par l’Église et Jésus est là qui guérit les cœurs. Si nous sommes dans des situations de grandes douleurs, des difficultés et des ténèbres, Jésus nous prend par la main et nous met un peu à l’écart, nous portons nos blessures et nos souffrances avec lui !
Par sa Parole vivante, Jésus nous redit combien il nous aime. La foi nous donne de voir clair et notre intelligence est éclairée par la foi.
A l’écart, Jésus nous manifeste son Amour de différentes manières. Nous bénissons Dieu pour les dons qu’il nous donne et nous étendons cette bénédiction à tous ceux qui nous entourent.
Jésus parle un langage qui résonnent dans notre humanité. Il ouvre pour nous, avec des sentiments humains, un chemin d’humilité.
Comme l’aveugle se laisse conduire par Jésus qui le prend par la main, nous avançons aussi !


"Jésus prit l’aveugle par la main et le conduisit hors du village. Il lui mit de la salive sur les yeux et lui imposa les mains. Il lui demandait : « Aperçois-tu quelque chose ? »

Levant les yeux, l’homme disait : « J’aperçois les gens : ils ressemblent à des arbres que je vois marcher. » Puis Jésus, de nouveau, imposa les mains sur les yeux de l’homme ; celui-ci se mit à voir normalement, il se trouva guéri, et il distinguait tout avec netteté.
Le cœur de cet homme créé à l’image et à la ressemblance de Dieu, résonne à l’amour de Jésus. Hors des bruits, hors de la foule et hors des curieux, Jésus le conduit ; « Il lui mit de la salive sur les yeux. »
C’est une pratique pour les guérisseurs païens que de prendre de la salive et de faire des onctions avec cette salive.
Cet homme commence à voir un petit peu la réalité, progressivement, l’espérance s’installe en lui.
Jésus lui impose les mains : « Est-ce que tu vois clair maintenant ? » Déjà il voit plus clair.
Dieu se livre dans sa parole avec une tendresse toute humaine et une miséricorde incroyable.
Nous avons aussi l’expérience de cheminer les uns avec les autres, et Jésus est présent dans cette marche.
Celui qui accompagne l’autre est souvent le plus petit, le plus faible.


"Jésus le renvoya dans sa maison en disant : « Ne rentre même pas dans le village."

Les contacts de Jésus à notre égard ne nous dépaysent pas, il sait aller à notre cœur. S’il se sert des pratiques en cours dans l’humanité, il les vivifie de son Esprit Saint. Ce cheminement avec Jésus manifeste sa tendresse pour nous.
Dans les premiers temps de notre vie spirituelle, nous commençons à voir, mais indistinctement. Nous commençons à nous conduire mieux, mais avec combien d’ambiguïtés et encore beaucoup de confusion. En fonction de notre cheminement, d’autres étapes nous sont proposées, elles sont adaptées à notre marche. La manière d’agir de Jésus correspond à notre développement personnel.
Dans cet Évangile nous réalisons que nous sommes aussi pris par la main avec Jésus.
C’est dans l’Eucharistie qu’il nous touche de toutes manières. Bien mieux encore que par sa salive, nous mangeons son Corps et nous buvons son Sang, nous recevons sa Vie. C’est le mystère de Dieu venu dans notre chair humaine pour nous sauver que nous célébrons le salut de l’humanité.



Citation :
Nous demandons la grâce que cette action de Jésus soit de plus en plus forte pour nous. Que son amour et sa lumière rayonnent dans notre vie.


Père Gilbert Adam
Homélies et Le Pauvre qui guérit

Source :
 


]
Le miracle eucharistique de Chirattakonam
le 5 mai 2001

Saint Théophile d'Antioche (?-v. 186), évêque
Premier discours à Autolycus, 2, 7 ; PG 6, 1026s (trad. Orval rev.)


« Heureux les cœurs purs, car ils verront Dieu » (Mt 5,8.)

Tel un miroir brillant, l'homme doit avoir une âme pure. Une fois la rouille au miroir, l'homme ne peut plus y voir le reflet de son visage. De même, tant qu'il y a le péché dans l'homme, il n'est pas possible à cet homme de voir Dieu...

     Mais si tu veux, tu peux guérir. Confie-toi au médecin, il ouvrira les yeux de ton âme et de ton cœur. Qui est le médecin ? C'est Dieu qui guérit et vivifie par le Verbe et la Sagesse. C'est par sa Parole, son Verbe, et sa Sagesse que Dieu a fait l'univers : « Par sa Parole les cieux ont été faits, et par son souffle, son Esprit, toute leur puissance » (Ps 32,6). Sa Sagesse est toute-puissante : « Dieu par la Sagesse a fondé la terre, il a établi les cieux avec intelligence » (Pr 3,19)...

     Si tu sais cela, homme, et si tu mènes une vie pure, sainte et juste, tu peux voir Dieu. Qu'avant tout la foi et la crainte de Dieu prennent place en ton cœur, et tu comprendras cela. Quand tu auras déposé la condition mortelle et revêtu une nature impérissable, alors tu seras digne de voir Dieu. Car Dieu aura ressuscité ta chair devenue immortelle avec ton âme. Et alors, devenu immortel, tu verras l'Immortel, si maintenant tu lui donnes ta foi.



Source : 









_________________

Quand je dis Dieu c'est un poème, c'est une étoile dans ma vie, 
du feu qui coule dans mes veines, un grand soleil pour aujourd'hui !


Dernière édition par Lumen le Jeu 16 Fév 2017 - 13:22, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Donne-nous notre Pain de ce jour (Vie) : Parole de DIEU   Mer 15 Fév 2017 - 19:50

Bonsoir Lumen,

Bonsoir à toutes et à tous,





Jeudi 16 Février 2017

De la férie

6ième semaine du Temps Ordinaire
(Couleur liturgique : Vert )
Année A







(Première lecture)
Livre de la Genèse 9 : 1 à 13


« Je mets mon arc au milieu des nuages, pour qu’il soit le Signe de l’ALLIANCE entre MOI et la Terre »

DIEU bénit Noé et ses fils. IL leur dit :
« Soyez féconds, multipliez-vous, remplissez la Terre.
Vous serez la crainte et la terreur
de tous les animaux de la Terre,
de tous les oiseaux du ciel,
de tout ce qui va et vient sur le sol,
et de tous les poissons de la mer :
ils sont livrés entre vos mains.
Tout ce qui va et vient, tout ce qui vit
sera votre nourriture ;
comme Je vous avais donné l’herbe verte,
Je vous donne tout cela.
Mais, avec la chair, vous ne mangerez pas
le principe de vie, c’est-à-dire le sang.
Quant au sang, votre principe de vie,
J’en demanderai compte à tout animal
et J’en demanderai compte à tout homme ;
à chacun, Je demanderai compte
de la vie de l’homme, son frère.
Si quelqu’un verse le sang de l’homme,
par l’homme son sang sera versé.
Car DIEU a fait l’homme à Son Image.
Et vous, soyez féconds, multipliez-vous,
devenez très nombreux sur la Terre ;
oui, multipliez-vous ! »
DIEU dit encore à Noé et à ses fils :
« Voici que MOI, J’établis MON ALLIANCE avec vous,
avec votre descendance après vous,
et avec tous les êtres vivants qui sont avec vous :
les oiseaux, le bétail, toutes les bêtes de la Terre,
tout ce qui est sorti de l’arche.
Oui, J’établis MON ALLIANCE avec vous :
aucun être de chair ne sera plus détruit par les eaux du déluge,
il n’y aura plus de déluge pour ravager la Terre. »
DIEU dit encore :
« Voici le Signe de l’ALLIANCE que J’établis entre MOI et vous,
et avec tous les êtres vivants qui sont avec vous,
pour les générations à jamais :
Je mets MON ARC au milieu des nuages,
pour qu’il soit le Signe de l’ALLIANCE entre MOI et la Terre. »

– PAROLE du SEIGNEUR.


Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris








Détresse et espérance


Prière d’un malheureux à bout de force, qui expose sa plainte au SEIGNEUR.

[Psaume 101 (102) ; entièrement]




Psaume 101 (102) : 16 à 18, 19 à 21, 22 et 23 et 29


R/ Du Ciel, le SEIGNEUR regarde la Terre.

Les nations craindront le NOM DU SEIGNEUR,
et tous les rois de la Terre, SA GLOIRE :
quand le SEIGNEUR rebâtira Sion,
quand IL apparaîtra dans SA GLOIRE,
IL se tournera vers la prière du spolié,
IL n’aura pas méprisé sa prière.
R/


Que cela soit écrit pour l’âge à venir,
et le peuple à nouveau créé chantera son DIEU :
« Des HAUTEURS, SON SANCTUAIRE, le SEIGNEUR s’est penché ;
du Ciel, IL regarde la Terre
pour entendre la plainte des captifs
et libérer ceux qui devaient mourir. »
R/


On publiera dans Sion le NOM DU SEIGNEUR
et SA LOUANGE dans tout Jérusalem,
au rassemblement des royaumes et des peuples
qui viendront servir le SEIGNEUR.
Les fils de Tes Serviteurs trouveront un séjour,
et devant TOI se maintiendra leur descendance.
R/


Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris







Évangile de JÉSUS-CHRIST selon Saint Marc 8 : 27 à 33

Acclamation de l’Évangile :
Alléluia. Alléluia.
TES PAROLES, SEIGNEUR, sont ESPRIT et elles sont vie.
TU as les PAROLES de la VIE ÉTERNELLE.
Alléluia.
(cf. Jn 6, 63c.68c)




« TU ES LE CHRIST. – Il fallait que le FILS de l’Homme souffre beaucoup »

En ce temps-là,
JESUS s’en alla, ainsi que Ses Disciples,
vers les villages situés aux environs de Césarée-de-Philippe.
Chemin faisant, IL interrogeait Ses Disciples :
« Au dire des gens, QUI SUIS-JE ? »
Ils LUI répondirent :
« Jean le Baptiste ;
pour d’autres, Élie ;
pour d’autres, un des Prophètes. »
Et LUI les interrogeait :
« Et vous, que dites-vous ? Pour vous, QUI SUIS-JE ? »
Pierre, prenant la PAROLE, LUI dit :
« TU ES LE CHRIST. »
Alors, IL leur défendit vivement
de parler de LUI à personne.
IL commença à leur enseigner
qu’il fallait que le FILS de l’Homme souffre beaucoup,
qu’IL soit rejeté
par les anciens, les grands prêtres et les scribes,
qu’IL soit tué,
et que, TROIS JOURS APRES, IL RESSUSCITE.
JESUS disait cette PAROLE ouvertement.
Pierre, LE prenant à part,
se mit à LUI faire de vifs reproches.
Mais JESUS se retourna
et, voyant Ses Disciples, IL interpella vivement Pierre :
« Passe derrière MOI, Satan !
Tes pensées ne sont pas celles de DIEU,
mais celles des hommes. »

– Acclamons la PAROLE de DIEU.


Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris


Évangile + commentaire (audio)


Écouté sur :
http://radiofidelite.fr/fr/









Textes du jour, lu sur :
Les services de la liturgie Catholique

http://www.aelf.org/2017-02-16/romain/messe


Liens :
http://www.aelf.org/office-messe
http://services.liturgiecatholique.fr/






Amicalement, fraternellement
Nicolas

Revenir en haut Aller en bas
Lumen
Admin
avatar

Messages : 4231
Date d'inscription : 18/10/2014
Localisation : France

MessageSujet: Re: Donne-nous notre Pain de ce jour (Vie) : Parole de DIEU   Jeu 16 Fév 2017 - 14:38

Bonjour à vous tous, amis qui aimez la Parole de Vie, goûtez et voyez comme est bon le Seigneur 




Jeudi 16 février 2017 : Le jeudi de la 6e semaine du temps ordinaire


« Et vous, que dites-vous ? Pour vous, qui suis-je ? »


Les saints du jour (Jeudi 16 février)

 Sainte Julienne de Nicomédie, Martyre en Bithynie (4ème s.) 

Bienheureux Mariano Arciero, Prêtre (1707-1788).

Bienheureux Joseph Allamano, Prêtre et Fondateur de deux Congrégations :
« Missionnaires de la Consolata » et « Sœurs Missionnaires de la Consolata » (1851-1926).



Prière avant la lecture

"O Dieu, rends-moi digne de trouver ma joie dans la compréhension du salut opéré par ton Fils bien-aimé. O notre Seigneur, écarte de moi le voile des passions qui couvre les yeux de mon esprit. Allume ta sainte lumière dans mon cœur, pour que mon esprit saisisse le sens intime du texte et que l’œil illuminé de mon âme sonde les saints mystères cachés dans ta Parole. Par ta grâce et ta miséricorde, Seigneur, fais que jamais, ni le jour ni la nuit, ton souvenir ne s’éloigne de mon cœur. Amen." Prière d'un mystique syrien oriental, Gabriel Bunge.




Homélie :

"Jésus s’en alla, ainsi que ses disciples, vers les villages situés aux environs de Césarée-de-Philippe. Chemin faisant, il interrogeait ses disciples : « Au dire des gens, qui suis-je ? »

Ils lui répondirent : « Jean le Baptiste ; pour d’autres, Élie ; pour d’autres, un des prophètes. » Et lui les interrogeait : « Et vous, que dites-vous ? Pour vous, qui suis-je ? » Pierre, prenant la parole, lui dit : « Tu es le Christ. » Alors, il leur défendit vivement de parler de lui à personne.
Les réponses fusent alors : « C’est Jean-Baptiste qui est ressuscité, disent les uns. » Hérode se souvient de ses méfaits ! « C’est Jean Baptiste, dit-il qui est ressuscité, ou Jérémie, ou encore un des prophètes disent les autres. » Jésus se fait encore plus proche de ses Apôtres, sa question devient plus pressante : « Et pour vous dit-il qui suis-je ? »
Il s’agit du rapport entre l’humanité et la divinité. Mais il s’agit aussi de moi, de ma relation à Jésus. La réponse des gens est évasive ! L’Evangile nous offre un véritable tournant, une voie nouvelle dans la suite de Jésus. Une deuxième étape s’annonce ainsi dans sa vie. Jusqu’alors il faisait des miracles et des guérisons, Jésus manifestait la force de Dieu. Le passage entre le fils de l’homme et le fils de Dieu se dessine.
Nous sommes concernés par cette réponse. Chacun de nous n’est pas seulement l’enfant de sa famille, nous sommes aussi l’enfant de Dieu. Chacun mérite un respect et une considération unique ! En effet chaque personne humaine prend sa dignité du fait qu’elle est « enfant du Père. » Etre enfants du Père, nous encourage à « enlever nos chaussures, » et à nous mettre en adoration devant l’autre. Le Père n’est pas loin de nous et son Esprit Saint nous anime comme « enfant du Père. » Dieu est présent, nous croyons qu’il est avec nous, notre réponse est enthousiaste ! Mais si nous nous réveillons avec des angoisses, que le temps est gris, nous avons alors l’impression que Dieu nous a abandonné !


"Il commença à leur enseigner qu’il fallait que le Fils de l’homme souffre beaucoup, qu’il soit rejeté par les anciens, les grands prêtres et les scribes, qu’il soit tué, et que, trois jours après, il ressuscite.

Jésus annonce qu’il va être rejeté, qu’il va souffrir beaucoup, et qu’il sera tué mais que le troisième jour, il ressuscite ! Que veut dire la résurrection pour les disciples ? Jésus, pour la première fois, leur enseigne le silence car il lui faudra passer par la souffrance ! Ce passage obligé par la Passion de Jésus est toujours à l’œuvre dans le monde ! C’est ouvertement que Jésus disait ces choses.
Les disciples ne comprennent pas comment Jésus peut-être traité de la sorte, beaucoup souffrir, être rejeté par les anciens ! Pierre le dit à Jésus. La réponse est immédiate : Tes pensées ne sont pas les pensées de Dieu, ce sont les pensées des hommes. Maintenant Jésus va annoncer un chemin d’humiliation et de douleur. En effet, ni sa parole, ni ses miracles et ses guérisons n’ont suffis pour convertir le Peuple de Dieu.
Les gens ne les comprennent pas. Ce qui va convertir l’humanité vers Dieu, ce sera la Passion et la Résurrection de Jésus.
Nous « butons » tous devant la souffrance, ce qui l’augmente encore. Nous avons besoin d’une conversion pour reconnaître que Jésus est le Sauveur qui porte la Croix et qui nous sauve vraiment. Le reconnaître devient une urgence pour aujourd’hui. Le fils de l’homme annonce des merveilles qu’Il réalise déjà.


"Jésus disait cette parole ouvertement. Pierre, le prenant à part, se mit à lui faire de vifs reproches.

Mais Jésus se retourna et, voyant ses disciples, il interpella vivement Pierre : « Passe derrière moi, Satan ! Tes pensées ne sont pas celles de Dieu, mais celles des hommes. »
« Pierre, devant la Passion, dit à Jésus : Certainement pas Seigneur ! » Il a une réaction toute naturelle. Jésus réagit vivement pour enlever les peurs devant les souffrances de sa Passion. « Passe derrière moi, Satan ! » lui dit-il alors. Le menteur est intervenu auprès de Pierre. Il veut que nous soyons toujours les premiers dans le succès. Quand nous marchons avec Jésus pour accomplir la volonté de notre Père des cieux, nous sommes très vite face à la Croix de Jésus.
Pascal disait déjà : « Le Christ est en agonie jusqu’à la fin du monde. » Jésus dit à Pierre : Passe derrière moi, c’est à dire mets toi à mon école, fais-toi mon disciple dans la douceur et l’humilité. Prends ta croix chaque jour, jusqu’à ce que je revienne.
La réalité de la suite de Jésus est le partage de la victoire de son Amour sur tout mal. Ainsi est vaincue l’humiliation, le rejet et la souffrance par l’Amour. La conversion est de croire que ce chemin est royal, que là se trouve un trône royal, le trône de la croix d’où Jésus continue, par son humanité, à sauver le monde. Nous demandons à Dieu de nous convertir pour reconnaitre Jésus dans tous les aspects de notre vie, y compris les plus difficiles ! Nous demandons la grâce d’entrer dans cette nouvelle perspective offerte par Jésus : « Tu es le Fils de Dieu. »



Citation :
Nous demandons la grâce d’être convertis, et d’entendre cette parole de Dieu.


Père Gilbert Adam
Homélies et Le Pauvre qui guérit

Source :
 



Saint Jean de la Croix (1542-1591), carme, docteur de l'Église
Cantique spirituel, 36-37 (trad. Mame 1936)


« Tes pensées ne sont pas celles de Dieu »

La profondeur de la sagesse et de la science de Dieu est immense, à tel point que l'âme, bien qu'elle en connaisse les merveilles dans une certaine mesure, peut toujours pénétrer plus avant encore. À la vue de ces richesses incalculables, saint Paul jetait ce cri d'admiration : « Ô profondeur des trésors de la sagesse et de la science de Dieu ! Que ses jugements sont incompréhensibles et ses voies impénétrables ! » (Rm 11,33) L'âme souhaite ardemment s'enfoncer chaque jour davantage dans ces divines profondeurs, dans cet abîme inscrutable des jugements et des voies de Dieu ; les connaître est une jouissance inestimable et qui surpasse tout sentiment...

Oh ! si l'on comprenait combien il est impossible de... posséder ces immenses trésors sans passer par des souffrances. Avec quelle ardeur l'âme désirerait la grâce de souffrir des croix ; avec quelle consolation, quelle joie elle les accueillerait pour pouvoir entrer dans les secrets de cette sagesse divine ! ... Car la porte qui introduit dans les trésors de la sagesse est d'autant plus étroite (Mt 7,13) qu'elle n'est autre que la croix elle-même. Un grand nombre d'âmes, il est vrai, aspirent à jouir des délices qu'elle procure ; mais il y en a bien peu qui désirent passer par la seule porte qui y conduise.



Source : 










_________________

Quand je dis Dieu c'est un poème, c'est une étoile dans ma vie, 
du feu qui coule dans mes veines, un grand soleil pour aujourd'hui !
Revenir en haut Aller en bas
Lumen
Admin
avatar

Messages : 4231
Date d'inscription : 18/10/2014
Localisation : France

MessageSujet: Re: Donne-nous notre Pain de ce jour (Vie) : Parole de DIEU   Ven 17 Fév 2017 - 12:39

Bonjour à vous tous, amis qui aimez la Parole de Vie, goûtez et voyez comme est bon le Seigneur 




Vendredi 17 février 2017 : Le vendredi de la 6e semaine du temps ordinaire


Si quelqu’un veut marcher à ma suite, qu’il renonce à lui-même, qu’il prenne sa croix et qu’il me suive.


Les saints du jour (Vendredi 17 février)

 Saint Polychrone Evêque et martyr en Chaldée, à Babylone (+ 251) 

Saint Théodore le Conscrit Martyr (+ 303)
ou Théodore le Tiron.


Saint Alexis Falconieri (1200 - 1310). Fête des 7 Saints Fondateurs de l’Ordre des Servites de Marie.

Janani Luwum et ses Compagnons, Martyrs (+1977)

Bienheureuse Élisabetta Sanna, veuve italienne du Tiers-Ordre des Minimes (✝ 1857)

Bienheureux Antoni Leszczewicz, Prêtre et Martyr (1890-1943)


Prière avant la lecture

"O Dieu, rends-moi digne de trouver ma joie dans la compréhension du salut opéré par ton Fils bien-aimé. O notre Seigneur, écarte de moi le voile des passions qui couvre les yeux de mon esprit. Allume ta sainte lumière dans mon cœur, pour que mon esprit saisisse le sens intime du texte et que l’œil illuminé de mon âme sonde les saints mystères cachés dans ta Parole. Par ta grâce et ta miséricorde, Seigneur, fais que jamais, ni le jour ni la nuit, ton souvenir ne s’éloigne de mon cœur. Amen." Prière d'un mystique syrien oriental, Gabriel Bunge.


LECTURES DE LA MESSE:
 




Homélie :

« Appelant la foule avec ses disciples, il leur dit : « Si quelqu’un veut marcher à ma suite, qu’il renonce à lui-même, qu’il prenne sa croix et qu’il me suive.

Car celui qui veut sauver sa vie la perdra ; mais celui qui perdra sa vie à cause de moi et de l’Évangile la sauvera.
Suivre Jésus nous fait entrer dans le mystère de Dieu prenant la nature humaine. « Il est venu, il a souffert, il est mort, il est ressuscité, il reviendra. » Quand nous voulons suivre l’Agneau partout ou il va, faire corps avec Jésus, nous entrons dans la Parole de Dieu et nous regardons Marie dans ce qu’elle a vécu.
Être du Christ en vérité, c’est naître à la passion d’amour de Jésus, passion qui nous fait retrouver l’innocence !
L’agonie de Jésus nous est donnée pour guérir de la culpabilité et de l’angoisse. Simon de Cyrène aide Jésus à porter sa croix, ce sera sa guérison. La passion de Jésus se déroule sous nos yeux, dans l’humanité, Parole de Dieu qui est vivante.
Nous contemplons le Christ souffrant dans nos frères. Ressuscité il est toujours présent, c’est lui qui nous fait entrer dans sa Passion. Jésus insiste !
Passer par un autre chemin serait se perdre, s’égarer, et rencontrer la mort.
Dans le Christ, nous avons été immergés, libérés du chemin de la mort.
Des frères, au moment de la venue de Jésus, vivront tellement de lui que le royaume sera là.
Cette suite de Jésus sur la terre est pour l’éternité, en vue du royaume qui est déjà là.


"Quel avantage, en effet, un homme a-t-il à gagner le monde entier si c’est au prix de sa vie ?"

Que pourrait-il donner en échange de sa vie ? Celui qui a honte de moi et de mes paroles dans cette génération adultère et pécheresse, le Fils de l’homme aussi aura honte de lui, quand il viendra dans la gloire de son Père avec les saints anges. »
Il y a différentes manières de témoigner de notre foi en Jésus. Nous avons peur de son agonie, du combat qui se vit en nous et en dehors de nous. « Si l’on traite ainsi le bois vert qu’adviendra-t-il du bois sec ! »
Mais Jésus est toujours à l’œuvre dans notre vie. Nous lui demandons la grâce d’être vrai face à lui. Que sa vie soit notre vie. Que le cœur de Jésus soit dans notre cœur. Que Marie et l’Esprit Saint forment en nous l’enfant du Père.
Nous demandons la grâce de marcher derrière Jésus, la grâce de vivre de son amour infini, de vivre quelque chose de sa Passion d’amour. Le chemin que Jésus a pris est le chemin du plus grand amour, le chemin de la victoire de l’amour. C’est la victoire de l’amour envers tout ce qui s’oppose à l’amour.
Marcher derrière Jésus, c’est marcher sur les routes escarpées du combat spirituel. C’est faire face à l’adversité de l’Adversaire. Il ne nous faut pas quitter le chemin de l’amour. Avec Jésus, prendre sa croix, c’est agir avec son Amour infini.


"Et il leur disait : « Amen, je vous le dis : parmi ceux qui sont ici, certains ne connaîtront pas la mort avant d’avoir vu le règne de Dieu venu avec puissance. »

Suivre Jésus, c’est saisir la profondeur du don qu’il est lui-même. Or il y a en nous un « moi » qui lui résiste et nous éloigne de lui. Pour adhérer à notre vraie personne et découvrir l’enfant de Dieu qui sommeille en nous, le Christ est notre chemin.
Pour entrer à cette profondeur du mystère de Jésus, nous découvrons les sentiments qui étaient dans le cœur de Marie. Sentiments de tendre compassion.
Que notre foi soit vivante pour suivre Jésus et mettre notre foi en pratique pour donner la vie.
Quand nous sommes en haute montagne, nous sommes derrière le premier de cordée. Nous ne le quittons pas des yeux. Il est celui que nous regardons bien plus que le chemin. Il est le chemin et tout dépend de lui.
Jésus est le premier de cordée dans notre vie chrétienne. Nous sommes derrière lui, nous regardons vers lui sans cesse pour arriver au but ! Il n’est pas seulement le chemin, il est la vie. Marcher à la lumière de sa parole, de son Evangile, nous met dans la vérité. Cette vérité nous libère de nous mêmes. Marcher derrière Jésus n’est pas prendre un autre chemin que le sien.
Jésus doit donc devenir « ma » tête. Tout ce que je vais faire va être en fonction de lui.



Citation :
Puissions-nous vivre de cette foi vivante.


Père Gilbert Adam
Homélies et Le Pauvre qui guérit

Source :
 



Saint François Xavier (1506-1552), missionnaire jésuite
Lettre du 10 mai 1546 (trad. coll. Foi vivante Cerf, 1996, p. 58 rev.)


Un grand missionnaire prêt à perdre sa vie

Ce pays… est très dangereux, car ses habitants, pleins de perfidie, mêlent souvent le poison à la nourriture et à la boisson. Voilà pourquoi il ne se trouve personne pour y aller s'occuper des chrétiens. Mais ceux-ci ont besoin d'un enseignement spirituel et de quelqu'un qui les baptise pour sauver leur âme ; c'est pourquoi je ressens l'obligation de perdre ma vie corporelle pour porter secours à la vie spirituelle du prochain… Je place mon espérance et ma confiance en Dieu notre Seigneur, avec le désir de me conformer, selon mes pauvres petits moyens, à la parole du Christ, notre Rédempteur et Seigneur : « Qui veut sauver sa vie, la perdra ; qui la perdra à cause de moi, la sauvegardera »

     Il est facile, bien sûr, ce comprendre les mots et le sens général de cette parole du Seigneur ; cependant quand on veut la mettre en pratique et se disposer à décider de perdre sa vie pour Dieu afin de la retrouver en lui, quand on s'expose aux périls où l'on pressent la probabilité d'y laisser sa vie...,  tout devient si obscur que les mots, pourtant si clairs, viennent à s'obscurcir eux aussi. En pareil cas, me semble-t-il, seul arrive à comprendre celui — si savant soit-il — à qui Dieu notre Seigneur, dans son infinie miséricorde, daigne l'expliquer dans ses circonstances particulières. C'est alors que l'on reconnaît la condition de notre chair, c'est-à-dire combien elle est faible et infirme.



Source : 









_________________

Quand je dis Dieu c'est un poème, c'est une étoile dans ma vie, 
du feu qui coule dans mes veines, un grand soleil pour aujourd'hui !
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Donne-nous notre Pain de ce jour (Vie) : Parole de DIEU   

Revenir en haut Aller en bas
 
Donne-nous notre Pain de ce jour (Vie) : Parole de DIEU
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 15 sur 18Aller à la page : Précédent  1 ... 9 ... 14, 15, 16, 17, 18  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
À Toi NOTRE PÈRE par les Saints Cœurs de JÉSUS, MARIE et JOSEPH.. :: LA SAINTE BIBLE, LES SAINTES ECRITURES :: Notre Pain de ce jour (Vie) : Parole de DIEU-
Sauter vers: