Forum de prières

Prières, forum religion catholique, Jésus et Marie, informer des dangers du Nouvel Ordre Mondial, Illuminatis, l'antechrist, etc...
 
AccueilPortailS'enregistrerConnexion
Derniers sujets
» Donne-nous notre Pain de ce jour (Vie) : Parole de DIEU
Aujourd'hui à 13:27 par Lumen

» ROSAIRE PERPÉTUEL
Aujourd'hui à 11:58 par Robert

» J'attends que tu Me donnes la liberté d'agir.
Aujourd'hui à 11:54 par Robert

» Prières
Aujourd'hui à 7:53 par Mea culpa

» Mon expérience mariale commence avec ma naissance !
Aujourd'hui à 1:40 par Robert

» Le premier témoignage historique du baptême chrétien, à Rome au milieu du deuxième siècle
Aujourd'hui à 1:38 par Robert

» Prière à la Miséricorde Divine
Hier à 20:46 par Lumen

» Neuvaine à St Joseph pour trouver du travail !
Hier à 20:09 par Lumen

» Message-Lumière de la Famille Myriam
Hier à 18:12 par Lumen

» Pensées Salésiennes : A Tous Les Amis De Saint François De Sales Et Don Bosco
Hier à 17:58 par Lumen

» Neuvaine à la Miséricorde Divine pour la France
Hier à 17:44 par Lumen

» Demeure docile.
Hier à 13:02 par Robert

» 23 avril Fête de la Miséricorde: Plus qu'une indulgence plénière, un second baptême.
Hier à 8:05 par dvdenise

» Chapelet récité à Lourdes aujourd'hui
Hier à 5:35 par dvdenise

» L’Eglise distingue deux types de révélation
Sam 22 Avr - 23:12 par Robert

» « Mon Seigneur et mon Dieu ! »
Sam 22 Avr - 23:06 par Robert

» Notre Histoire Avec Marie
Sam 22 Avr - 17:14 par Lumen

» L’ Imitation de Jésus-Christ - Livre 1
Sam 22 Avr - 15:07 par Lumen

»  Prier pour la France - avant les élections
Sam 22 Avr - 14:44 par Lumen

» La souffrance est aussi nécessaire à l'être humain pour son épanouissement, que la pluie à la plante.
Sam 22 Avr - 12:21 par Robert

» Quelle est la signification des apparitions mariales?
Sam 22 Avr - 12:18 par Robert

» Pape François, Le christianisme n’est pas notre recherche de Dieu mais la recherche de Dieu à notre égard
Sam 22 Avr - 10:13 par Raphaël de l'Enfant Jésus

»  « Si tu le veux, tu peux » ( Sainte Thérèse d'Avila)
Sam 22 Avr - 5:08 par dvdenise

» « Il leur reprocha leur incrédulité »
Ven 21 Avr - 23:51 par Robert

» Film: Abraham (durée 2h50)
Ven 21 Avr - 23:18 par dvdenise

» Le carême, clé de Lourdes
Ven 21 Avr - 21:23 par Lumen

» Père éternel, nous Te rendons grâce pour les Prêtres du monde entier
Ven 21 Avr - 21:01 par Lumen

» Lectio Divina : À l’écoute de la Parole et Méditation - P. Nicolas Bossu, LC
Ven 21 Avr - 16:20 par Lumen

» Mon tout-petit, Ma toute-petite, continue à accueillir Mon Amour, en reconnaissant ta petitesse
Ven 21 Avr - 11:22 par Robert

» Film: La vie de Mère Teresa de Calcutta durée: 2h53
Ven 21 Avr - 3:16 par dvdenise

Qui est en ligne ?
Il y a en tout 12 utilisateurs en ligne :: 1 Enregistré, 0 Invisible et 11 Invités :: 1 Moteur de recherche

Lumen

Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 264 le Jeu 27 Mar - 22:02

Partagez | 
 

 Capsule de réflexion de la semaine

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Lumen
Adore Dieu Trinitaire
Adore Dieu Trinitaire
avatar

Messages : 2540
Date d'inscription : 19/10/2014

MessageSujet: Capsule de réflexion de la semaine   Lun 1 Fév - 21:19


Capsule de réflexion de la semaine

Je viens de recevoir l'autorisation de poster du webmestre,
alors alléluia car c'est un site riche en enseignement


Il y a des capsules qui soulagent la douleur... Il y en a qui tonifient... ou augmentent la capacité à l'effort, etc

En spiritualité,
il y a aussi de ces capsules qui font du bien!

Des capsules de sagesse qui amènent à réfléchir...
qui nous stimulent
et nous invitent
à mieux en vivre...

Ce sont de courts textes qui font appel à nos valeurs et souvent à des éléments de base de notre foi.

Nous en avons sélectionné pour vous et vous en présentons une nouvelle à chaque semaine.



Parle-moi d'amour !





Ce jour-là, le Sage me dit :
La vraie fidélité du couple n'est pas ce que tu penses.
Elle n'est pas contrainte imposée par la loi, la société, l'Église.
Elle n'est pas le respect d'un contrat sous des peines sévères.

Elle est ouverture, route à parcourir, parce que route choisie.
Elle se vit, se développe comme se vit, se développe l'amour des amants.
Elle est cet amour en marche.
Elle est son pain quotidien et le vin de sa joie.

L'amour n'est pas tout fait. Il se fait.
Il n'est pas robe ou costume prêt à porter,
mais pièce d'étoffe à tailler; à monter et à coudre.

Il n'est pas appartement, livré clefs en main,
mais maison à concevoir, bâtir, entretenir et souvent réparer.

Il n'est pas sommet vaincu, mais départ de la vallée,
escalades passionnantes, chutes douloureuses,
dans le froid de la nuit ou la chaleur du soleil éclatant.

Il n'est pas solide ancrage au port du bonheur,
mais levée d'ancre et voyage en pleine mer dans la brise ou la tempête.
Il n'est pas OUI triomphant,
énorme point final qu'on écrit en musique
au milieu des sourires et des bravos,
mais il est multitude de OUI qui pointillent la vie,
parmi une multitude de NON qu'on efface en marchant.

L'amour n'est pas tout fait. Il se fait !





Auteur inconnu, 
présentation du texte d'un diaporama de Jean-Michel Martin




Revenir en haut Aller en bas
Lumen
Adore Dieu Trinitaire
Adore Dieu Trinitaire
avatar

Messages : 2540
Date d'inscription : 19/10/2014

MessageSujet: Re: Capsule de réflexion de la semaine   Lun 8 Fév - 17:39

À portée de main!





Le bonheur n’est pas accroché à la lune,
Suspendu à quelques astres lointains;
Il n’est pas sur Jupiter, Mars ou Neptune,
Mais à portée de main…

Le bonheur n’est pas au-delà des mers,
Dans un monde céleste, merveilleux, incertain.
Il est sur notre propre terre,
À portée de main!

Le bonheur n’est pas dans un château grandiose,
Habité par des reines et des rois;
Il est dans ton jardin de roses,
Dans ta maison de bois…


Le bonheur n’est pas dans une nuit vénitienne,
Faite de musique et d’amour,
Il est dans les choses quotidiennes
Que tu retrouves chaque jour…

Le bonheur n’est pas dans quelques grandes villes,
Où l’on parle de richesse et de joie,
Il est dans ta chambre tranquille,
Tout près de toi…

Le bonheur n’est pas dans les choses qu’on espère,
et qu’on réclame le lendemain;
Il est dans celles qui nous entourent,
Et qui reposent entre nos mains…




Auteur inconnu
Photo: Louise Hébert

Revenir en haut Aller en bas
Lumen
Adore Dieu Trinitaire
Adore Dieu Trinitaire
avatar

Messages : 2540
Date d'inscription : 19/10/2014

MessageSujet: Re: Capsule de réflexion de la semaine   Lun 15 Fév - 19:07

Entrer en Carême...





Entrer en Carême,
C'est ouvrir sa porte
et réapprendre à bouger, à se déplacer, à vivre.
C'est refuser de rester figé dans ses positions,
ses dogmes ou ses certitudes absolues.

Entrer en Carême,
c'est aussi changer de cap.
Mettre le cap sur Dieu
en se laissant déranger par les coutumes des autres,
leurs idées, leurs habitudes, leurs langues.
Se laisser surprendre par la musique de l'autre,
qui dit un autre rythme, un autre temps, une autre chanson.

Entrer en Carême,
c'est aussi se mettre à l'écoute de la Parole,
celle qui, au milieu des bavardages,
nous touche au cœur et nous arrache
non une larme, un billet de banque, un chèque,
mais un geste de pardon, d'amour ou de paix.

Entrer en Carême,
c'est se mettre à l'écoute de la réussite de Dieu,
celle qui accepte la blessure,
celle qui ne profite pas de l'échec du faible,
celle qui n'exploite pas la naïveté ou la sueur du faible.

Entrer en Carême,
c'est se mettre à l'écoute de l'amour de Dieu.
Pas un amour maquignon
qui ne tient compte que du tour de taille,
de la beauté des yeux ou du regard.
Un amour qui vous apprend à lire autrement,
À parler, à partager, à se rencontrer autrement.



Texte publié sur le site du Diocèse de Dijon

Revenir en haut Aller en bas
Lumen
Adore Dieu Trinitaire
Adore Dieu Trinitaire
avatar

Messages : 2540
Date d'inscription : 19/10/2014

MessageSujet: Re: Capsule de réflexion de la semaine   Dim 21 Fév - 19:55

Une relation d'amour





Seigneur, je me demande souvent ce qui peut bien différencier un chrétien d'un non-chrétien. Il me semble assez clair que la différence n'est pas à chercher du côté du comportement, car il nous faut bien reconnaître que parfois les non-chrétiens nous donnent l'exemple d'une vie digne, droite et bien plus généreuse que la nôtre.

Je pense plutôt que cette différence, elle est à chercher du côté de la connaissance ou plutôt de la reconnaissance d'une relation d'amour formidable entre Dieu et les humains, une relation d'amour qui n'est pas la conséquence de nos bonnes actions, mais un amour gratuit, sans raisons apparentes, un amour qui appelle ensuite le nôtre.

C'est reconnaître que quelqu'un existe, quelqu'un de plus grand et de meilleur que nous, quelqu'un qui a un projet d'amour pour chacun de nous, quelqu'un qui est la source de ce qu'il y a de meilleur en nous.

Et tous nous savons qu'une relation d'amour peut tout changer dans une vie. Les époux, les fiancés, les parents le savent encore plus que toute autre personne.

La foi en Jésus-Christ, le Fils de Dieu venu partager notre existence, ne se réduit donc pas à une morale, ni à une dévotion, ni à des principes, ni à une croyance en un être suprême. Elle est une relation d'amour capable de donner le seul sens possible à la vie, tout en laissant le croyant aux prises avec les mêmes souffrances et les mêmes faiblesses que le non croyant.

Mais le croyant se sait aimé malgré tout cela et sait que Dieu triomphera définitivement du mal qui l'habite.



P. Denis Delisle, s.m.

Je m'arrête, Trois cents prières du quotidien, La Bonne Nouvelle, 1983, p. 77



Revenir en haut Aller en bas
Lumen
Adore Dieu Trinitaire
Adore Dieu Trinitaire
avatar

Messages : 2540
Date d'inscription : 19/10/2014

MessageSujet: Re: Capsule de réflexion de la semaine   Mar 23 Fév - 19:34

Dialogue de bougies...




Il y avait une fois, deux bougies posées l'une contre l'autre. La première était grande, belle et toute rouge. De l'autre, il ne restait plus qu'un vilain petit bout à moitié fondu. La première bougie faisait l'importante; elle se savait belle, surtout quand elle se comparaît à cette vilaine compagne presque entièrement consumée et toute ratatinée.

Comme il n'y avait personne d'autre à qui parler, elle se tourna dédaigneusement vers la petite bougie:

- " Comment oses-tu rester près de moi, toi qui es à moitié brûlée et si vilaine ? Qu'est-ce que tu fais ici ? "

- " Ah!, soupira la petite bougie, tu parles de beauté, mais qu'en sais-tu ? Tu n'as jamais brûlé! Tu n'as jamais vécu! Ce que je fais ici ? Tout simplement, te parler de la vie. "

- " Tu veux donc me faire la leçon, à moi, espèce d'avorton, ricana la grosse bougie. Tu veux me parler d'une vie où l'on devient chaque jour plus petit et plus laid, jusqu'à ce que, de toi, il ne reste RIEN! Non merci!
Est-ce que c'est cela ton but ? Moi, en tout cas, je veux rester grande et belle ! "

- " Sais-tu que, de moi, il reste bien plus que tout ce que tu vois ? répondit en souriant la petite bougie. "

- " Ah! Et quoi donc ? dit la grosse bougie.

- " Toute cette lumière, toute cette vie que j'ai pu partager avec les autres... Tous ces souvenirs déposés au cœur des gens tandis que j'allais mon chemin... Toutes ces prières pour les personnes que j'ai rencontrées... "

- "Lumière et vie ? Que veux-tu dire ? "

-"Justement, tu ne le sauras que lorsque toi-même tu seras devenue toute petite et toute laide, comme moi; mais tu dois d'abord te perdre. Alors seulement, tu deviendras ce que tu dois être.

Il faudra te laisser allumer, et tu découvriras ce que veut dire être lumière et vie.





Extrait du feuillet paroissial de Saint-Charles-Garnier, 21 janvier 1996


Revenir en haut Aller en bas
Lumen
Adore Dieu Trinitaire
Adore Dieu Trinitaire
avatar

Messages : 2540
Date d'inscription : 19/10/2014

MessageSujet: Re: Capsule de réflexion de la semaine   Ven 26 Fév - 0:52

Le fermier qui se croyait Dieu...




En ce temps-là, Dieu habitait sur terre. fermier
Un drôle de bonhomme, un fermier, arriva et dit à Dieu:

«Écoute, mon vieux, tu as peut-être créé l'univers, mais tu n'es pas fermier. Je vais t'apprendre un peu."

-"Dis-moi!", fit Dieu, (tout en souriant discrètement dans sa barbe).  

- "Donne-moi un an, dit le fermier, et fais comme je te dis. Tu vas voir: finie la pauvreté!"

Pendant un an, Dieu accorda au fermier tout ce qu'il voulait. Plus de tempête, plus de foudre, plus aucun danger pour le bétail. C'était le grand confort. Le blé poussait dru. Si le fermier voulait du soleil, il faisait soleil; s'il voulait de la pluie, il pleuvait autant qu'il voulait. Cette année-là, tout arriva à point. Le blé poussait tellement haut que le fermier alla trouver Dieu et lui dit: -"Regarde mon vieux. Encore dix ans comme ça et il y en aura assez pour nourrir tout le monde sans que personne ne travaille! "

Mais lorsqu'on fit la récolte, il n'y avait rien à l'intérieur des grains de blé. Des cosses vides. De l'air. Le blé, qui avait poussé si haut, ne contenait rien. Surpris, le fermier demanda à Dieu ce qui s'était passé.

-"Parce qu'il n'y avait ni défi, ni conflit, ni friction, parce que tu as évité tout ce qui était mauvais, le blé n'a pas pris de force. Il faut toujours se battre un peu. Il faut la nuit entre les jours..





La tempête, la foudre, le tonnerre, il en faut.
Ils secouent l'âme du blé."


Auteur inconnu

Revenir en haut Aller en bas
Lumen
Adore Dieu Trinitaire
Adore Dieu Trinitaire
avatar

Messages : 2540
Date d'inscription : 19/10/2014

MessageSujet: Re: Capsule de réflexion de la semaine   Sam 27 Fév - 0:05

Les gros cailloux


Un jour, un vieux professeur de l’Ecole Nationale d’Administration Publique (ENAP) fut engagé pour donner une formation sur l’organisation efficace de son temps à un groupe d’une quinzaine de dirigeants de grosses compagnies nord-américaines. Ce cours constituait l’un des cinq ateliers de leur journée de formation. Le vieux prof n’avait donc qu’une heure pour “passer sa matière”. Debout, devant ce groupe d’élites (qui était prêt à noter tout ce que l’expert allait enseigner), le vieux prof les regarda un par un, lentement, puis leur dit : “Nous allons réaliser une expérience”.
De dessous la table qui le séparait de ses élèves, le vieux prof sortit un immense pot Mason d'un gallon, pot de verre de plus de 4 litres, qu'il posa délicatement en face de lui.





Ensuite il sortit une douzaine de cailloux à peu près gros comme des balles de tennis et les plaça délicatement, un par un, dans le grand pot.




Lorsque le pot fut rempli jusqu'au bord et qu'il fut impossible d'y ajouter un caillou de plus, il leva lentement les yeux vers ses élèves et leur demanda: " Est-ce que ce pot est plein ? ". Tous répondirent: " Oui ". Il attendit quelques secondes et ajouta: "Vraiment?"...
Alors, il se pencha de nouveau et sortit de sous la table un récipient rempli de gravier. Avec minutie, il versa ce gravier sur les gros cailloux puis brassa légèrement le pot. Les morceaux de gravier s'infiltrèrent entre les cailloux... jusqu'au fond du pot.





Le vieux prof leva à nouveau les yeux vers son auditoire et redemanda: " Est-ce que le pot est plein ? " Cette fois, ses brillants élèves commençaient à comprendre son manège. L'un d'eux répondit: " Probablement pas ! " " Bien ! " répondit le vieux prof. Il se penche de nouveau et cette fois, sort de sous la table une chaudière de sable. Avec attention, il verse le sable dans le pot. Le sable va remplir les espaces entre les gros cailloux et le gravier.




Encore une fois, il demande: "Est-ce que ce pot est plein?" Cette fois, sans hésiter et en choeur, les brillants élèves répondirent: "Non!" "Bien!" répondit le vieux prof. Et comme s'y attendaient ses prestigieux élèves, il prit le pichet d'eau qui était sur la table et remplit le pot jusqu'à ras bord.




Le vieux prof leva alors les yeux vers son groupe et demanda : "Que nous démontre cette expérience?" Pas fou, le plus audacieux des élèves, songeant au sujet de ce cours, répondit: "Cela démontre que même lorsque l'on croit que notre agenda est complètement rempli, si on le veut vraiment, on peut y ajouter plus de rendez-vous, plus de choses à faire". "Non" répondit le vieux prof. "Ce n'est pas cela. La grande vérité que nous démontre cette expérience est la suivante: si on ne met pas les gros cailloux en premier dans le pot, on ne pourra jamais les faire entrer tous, ensuite". Il y eut un profond silence, chacun prenant conscience de l'évidence de ces propos. Le vieux prof leur dit alors: "Quels sont les gros cailloux dans votre vie ? Votre santé ? Votre famille ? Vos ami(e)s ? Réaliser vos rêves ? Faire ce que vous aimez ? Apprendre ? Défendre une cause ? Relaxer? Prendre le temps ? Ou... toute autre chose ?

Ce qu'il faut retenir, c'est l'importance de mettre ses GROS CAILLOUX en premier dans sa vie. Si on donne priorité aux peccadilles (le gravier, le sable), on remplira sa vie de peccadilles et on n'aura plus suffisamment de temps précieux à consacrer aux éléments importants de sa vie. Alors, n'oubliez pas de vous poser à vous-même la question: "Quels sont les GROS CAILLOUX dans ma vie ?" Ensuite, mettez-les en premier dans votre pot (vie). D'un geste amical de la main, le vieux professeur salua son auditoire et lentement quitta la salle.



Auteur inconnu






Revenir en haut Aller en bas
Lumen
Adore Dieu Trinitaire
Adore Dieu Trinitaire
avatar

Messages : 2540
Date d'inscription : 19/10/2014

MessageSujet: Re: Capsule de réflexion de la semaine   Sam 27 Fév - 23:15




"APPRIVOISER LA TENDRESSE"

À toi, enfant du monde,
En t'offrant
une minute de paix,
à TOI, enfant du monde,
c'est un rire d'avenir
que je dépose
en attente.

En te donnant
une minute de paix
à TOI, enfant du monde,
c'est une éternité de vie
que je bâtis
contre la violence du temps.

En partageant
avec TOI, enfant du monde,
une minute de paix,
c'est un élan d'amour que je tisse
aux horizons des différences .

En inventant
pour TOI, enfant du monde,
une minute de paix,
c'est un geste d'espoir
que j'agrandis
pour préserver la vie.









Revenir en haut Aller en bas
Lumen
Adore Dieu Trinitaire
Adore Dieu Trinitaire
avatar

Messages : 2540
Date d'inscription : 19/10/2014

MessageSujet: Re: Capsule de réflexion de la semaine   Dim 28 Fév - 22:14


L’Épicerie du Ciel





Je marchais sur le chemin de la vie, il y a déjà longtemps. Un jour, j’ai vu une enseigne : « Épicerie du Ciel». Étonnée, je jette un coup d’œil à l’intérieur et je vois toute une légion d’anges. L’un d’eux me tend un panier et me dit : "Bon magasinage, achète avec soin. Tout ce dont un chrétien a besoin est dans le magasin, prends tout ce que tu peux, tu reviendras chercher le reste demain."

J’ai tout d’abord acheté un peu de Patience, l’Amour était dans la même rangée. Un peu plus loin, il y avait de l'Entente, ce dont on a besoin partout où on va. J'ai pris une boîte ou deux de Sagesse, et quelques sacs de Foi. Je ne pouvais manquer l’Esprit Saint, car il était sur toutes les tablettes. Je me suis arrêté pour prendre de la Force et du Courage aussi pour continuer la course de ma vie.

Bientôt, mon panier fut rempli, mais, je me suis rappelé que j’avais besoin de Grâce. Je n'ai pas oublié le Salut, il était gratuit: j'en ai pris assez pour nous sauver, toi et moi. Enfin, j’ai pensé que j’avais tout ce qu'il me fallait. Alors, je me suis dirigé vers la caisse pour régler mes achats, car je croyais bien avoir tout pour faire la volonté du Maître. Comme je remontais l'allée, j’ai vu la Prière et je n’ai pas pu m'empêcher d'en mettre dans mon panier, car je savais qu'en sortant du magasin, je rencontrerais la Tentation. Paix et Joie étaient en abondance sur la dernière tablette; Chants et Hymnes étaient aussi tout près: alors, je me suis servi. J’ai demandé enfin à l’ange combien je lui devais. Avec un beau sourire, il m’a répondu : "Amie, apporte ça partout où tu iras." " Mais je dois combien ? " Il me répondit en souriant: " Il y a déjà très longtemps que Jésus a payé ta facture! "



(P.A.)





Revenir en haut Aller en bas
Lumen
Adore Dieu Trinitaire
Adore Dieu Trinitaire
avatar

Messages : 2540
Date d'inscription : 19/10/2014

MessageSujet: Re: Capsule de réflexion de la semaine   Mar 1 Mar - 2:05


Les épreuves d'une tasse à thé




Je me rappelle l'époque où, avant d'être une tasse, je n'étais qu'une boule d'argile. Un jour, mon Maître s'empara de moi puis se mit à me frapper de ses mains, à me modeler. Cela me faisait mal et je le suppliai d'arrêter, mais il se contenta de me sourire en disant: " PAS ENCORE ! " J'avais si mal au cœur que je croyais que ma fin était venue. Heureusement, il finit par me sortir de là!

Puis il me plaça sur un tour de potier et me fit tourner, tourner... Je ne comprenais pas pourquoi il voulait me faire passer par le feu. Alors, je hurlai, je Le suppliai d'arrêter, de me faire sortir. À travers la porte vitrée, je distinguais encore son visage, et je le vis me sourire et hocher la tête en disant: "PAS ENCORE !"

Puis soudain, me saisissant, le Maître se mit à me poncer et à me brosser. Il prit un pinceau et me badigeonna de toutes sortes de couleurs. Les vapeurs étaient si fortes que je crus m'évanouir. Je l'implorai d'arrêter, mais, avec le même sourire, il me dit à nouveau: "PAS ENCORE!"

C'est alors qu'il me plaça dans un autre four, deux fois plus chaud que le premier. Cette fois, j'allais suffoquer, j'en étais sûre. En larmes, je le suppliai mais, une fois de plus, il se contenta de me sourire en disant: « PAS ENCORE ! " À ce moment-là, la porte s'ouvrit toute grande et le Maître annonça: « MAINTENANT ! "





Il me prit dans ses mains et me déposa sur une étagère. Ensuite, il me tendit un miroir en me disant de me regarder. Je n'en croyais pas mes yeux.

Je m'écriai: "Oh! Quelle magnifique tasse!" Alors le Maître expliqua: "Je voudrais que tu comprennes: Oui, quand je te frappais et que je te modelais, je savais que cela te faisait mal. Je savais que le tour te donnait des vertiges. Mais si je ne m'étais pas occupé de toi, tu te serais desséchée, et tu serais restée à tout jamais une simple boule d'argile. Ta personnalité n'aurait pas pu s'épanouir.

Je savais que le premier four était brûlant, mais si je ne t'y avais pas mise, tu te serais effritée. Je savais que tu étais incommodée par le ponçage et la peinture, mais si je t'avais épargnée, ta vie serait restée sans couleurs...

Et le second four, oh! je savais bien qu'il te serait presque insupportable! Mais, vois-tu, si je ne t'y avais pas placée, tu n'aurais pas été capable de résister aux pressions de la vie. Ta force n'aurait pas suffi, et tu n'aurais pas survécu longtemps.

Tu vois, alors même que tout te semblait si difficile, je prenais soin de toi. Je savais ce que tu allais devenir. Dès le premier instant, j'entrevoyais déjà le produit fini!..."



Auteur inconnu






Revenir en haut Aller en bas
Lumen
Adore Dieu Trinitaire
Adore Dieu Trinitaire
avatar

Messages : 2540
Date d'inscription : 19/10/2014

MessageSujet: Re: Capsule de réflexion de la semaine   Mer 2 Mar - 0:51

DEUX CHEVAUX, 
UNE CLOCHETTE…



En haut de la rue où j’habite, il y a une prairie dans laquelle se trouvent deux chevaux. De loin, l’un et l’autre ressemblent à n’importe quel autre cheval.
Mais si vous arrêtez votre voiture, ou si vous vous approchez, vous allez remarquer quelque chose de très surprenant.

Regardez dans les yeux d’un des chevaux et vous allez découvrir qu’il est aveugle. Son propriétaire a choisi de ne pas l’abattre, mais lui offre un foyer confortable. C’est vraiment étonnant. Si vous êtes près de là et écoutez attentivement, vous allez entendre le son d’une clochette. Regardant autour pour chercher la provenance du son, vous allez trouver qu’il vient du petit cheval dans la prairie.





Une clochette est attachée au licou de celui-ci. Elle permet à l’ami aveugle de savoir où se trouve l’autre cheval pour le suivre. Si vous restez là à observer les deux amis, vous verrez que le cheval avec clochette est toujours en train de surveiller le cheval aveugle, et que ce dernier écoute la clochette puis marche vers l’endroit où se trouve son ami, dans la confiance.

Chaque soir, quand le cheval à clochette revient à l’écurie, il s’arrête de temps en temps et retourne en arrière pour s’assurer que l’ami aveugle n’est pas trop loin et qu’il peut ainsi entendre la clochette.





Comme le propriétaire de ces deux chevaux, Dieu ne nous rejette pas juste parce que nous ne sommes pas parfaits ou que nous avons des problèmes. Il nous surveille et amène même d’autres personnes dans notre vie pour nous aider quand nous en avons besoin. Des fois, nous sommes le cheval aveugle, guidé par la clochette des personnes que Dieu a mises dans notre vie. D’autres fois, nous sommes le cheval guidant, celui qui aide les autres à trouver leur chemin.
Les bons amis sont ainsi. Il se peut que vous ne les voyiez jamais, mais vous savez qu’ils sont toujours là.



S’il vous plaît, écoutez ma clochette et j’écouterai la vôtre. 




Texte d'un diaporama reçu par courriel . Montage et traduction : ltd 03/05/2009






Revenir en haut Aller en bas
Lumen
Adore Dieu Trinitaire
Adore Dieu Trinitaire
avatar

Messages : 2540
Date d'inscription : 19/10/2014

MessageSujet: Re: Capsule de réflexion de la semaine   Sam 5 Mar - 21:35

Dieu t'a choisi...




Dieu avait besoin d'un père pour son peuple. Il choisit un vieillard. Alors Abraham se leva.

Dieu avait besoin d'un porte-parole. Il choisit un timide qui bégayait. Alors Moïse se leva.

Il avait besoin d'un berger pour conduire son peuple. Il choisit le plus petit et le plus faible. Alors David se leva.

Il avait besoin d'un roc pour édifier son Église. Il choisit un renégat. Alors Pierre se leva.

Il avait besoin d'un visage pour dire aux êtres humains son amour. Il choisit une prostituée. Alors, au matin de Pâques, Marie de Magdala se leva.

Il avait besoin d'un témoin pour crier son message. Il choisit un persécuteur. Alors Paul de Tarse se leva.

Il avait besoin de quelqu'un pour que son peuple se rassemble et aille vers les autres. Alors il t'a choisi.

Même si tu trembles ou si tu hésites, pourrais-tu ne pas te lever?..



Auteur inconnu




Revenir en haut Aller en bas
Lumen
Adore Dieu Trinitaire
Adore Dieu Trinitaire
avatar

Messages : 2540
Date d'inscription : 19/10/2014

MessageSujet: Re: Capsule de réflexion de la semaine   Dim 6 Mar - 23:54

La valeur d'une personne




Un conférencier bien connu aux États-Unis commence son séminaire en tenant bien haut un billet de 20$. Il demande aux gens: “Qui aimerait avoir ce billet?” Tandis que les mains commençaient à se lever, il dit: “Je vais donner ce billet de 20$ à quelqu'un de vous, mais, avant, laissez-moi faire quelque chose avec”.

Il chiffonna alors le billet avec force et il demanda: “Est-ce que vous voulez toujours ce billet?” Les mains continuèrent à se lever.

“Bon, d'accord”, dit le conférencier, “mais que se passera-t-il si je fais cela?”
Cette fois, il jeta le billet froissé par terre et sauta à pieds joints autant que possible tout en le recouvrant des poussières du plancher. Ensuite il demanda: “Qui veut encore ce billet?”

Évidemment, les mains continuaient à se lever! “"Mes amis”, dit-il, “vous venez d'apprendre une leçon: peu importe ce que je fais avec ce billet, vous le voulez toujours parce que sa valeur n'a pas changé. Il vaut toujours 20$.”

“Plusieurs fois, dans votre vie, vous serez froissés, rejetés, souillés par les gens ou les événements. Vous aurez l'impression que vous ne valez plus rien, mais en réalité votre valeur n'aura pas changé aux yeux des gens qui vous aiment!”

“La valeur d'une personne ne tient pas à ce qu'elle fait ou ne fait pas, car elle peut toujours recommencer et atteindre ses objectifs, sa valeur intrinsèque demeurant toujours intacte.”



Journal l'Itinéraire, octobre 2000, page 23




Revenir en haut Aller en bas
Lumen
Adore Dieu Trinitaire
Adore Dieu Trinitaire
avatar

Messages : 2540
Date d'inscription : 19/10/2014

MessageSujet: Re: Capsule de réflexion de la semaine   Mar 8 Mar - 0:31

Dans la nuit et l'espérance



Martin Luther King

Aujourd'hui, dans la nuit du monde et dans l'espérance de la Bonne Nouvelle, j'affirme avec audace ma foi dans l'avenir de l'humanité. Je refuse de croire que les circonstances actuelles rendent les hommes incapables de faire une terre meilleure.

Je refuse de croire que l'être humain ne soit qu'un fétu de paille ballotté par le courant de la vie, sans avoir la possibilité d'influencer en quoi que ce soit le cours des événements.

Je refuse de partager l'avis de ceux qui prétendent que l'homme est à ce point captif de la nuit sans étoile du racisme et de la guerre, que l'aurore radieuse de la paix et de la fraternité ne pourra jamais devenir une réalité.

Je crois que la vérité et l'amour sans conditions auront le dernier mot effectivement. La vie, même vaincue provisoirement, demeure toujours plus forte que la mort.





Je crois fermement que, même au milieu des obus qui éclatent et des canons qui tonnent, il reste l'espoir d'un matin radieux. J'ose croire qu'un jour tous les habitants de la terre pourront recevoir trois repas par jour pour la vie de leur corps, l'éducation et la culture pour la santé de leur esprit, l'égalité et la liberté pour la vie de leur coeur. Je crois également qu'un jour toute l'humanité reconnaîtra en Dieu la source de son amour.

Je crois que la bonté salvatrice et pacifique deviendra un jour la loi. Le loup et l'agneau pourront se reposer ensemble, chaque homme pourra s'asseoir sous son figuier, près de sa vigne, et personne n'aura plus de raison d'avoir peur.



Source des images: http://blogosmose.blogspot.ca/2009/06/quebec-lever-de-soleil-sur-le-lac.html



Revenir en haut Aller en bas
Lumen
Adore Dieu Trinitaire
Adore Dieu Trinitaire
avatar

Messages : 2540
Date d'inscription : 19/10/2014

MessageSujet: Re: Capsule de réflexion de la semaine   Mar 8 Mar - 22:22

Oiseau de bonheur!



C'est vrai qu'on entend plus souvent l'expression: "oiseau de malheur". Tout jeune, j'ai compris ce que voulait signifier cette expression.

J'étais à la campagne, chez mes grands-parents. Il me semble que c'était vers la fin de l'après-midi. Un oiseau, je ne me souviens plus lequel, mais il était noir, était venu percuter contre une vitre de la fenêtre et il était tombé sur la galerie où nous l'avions retrouvé mort.

Ma grand-mère avait dit: - "C'est un oiseau de malheur, il va arriver un malheur".

Des malheurs, en est-il arrivé? Je ne sais, mais j'ai retenu l'expression: quand on est jeune, la mémoire imprime facilement, surtout quand s'ajoute une note émotive.
Et quand, pendant un orage, on disait: - "Pourvu que la foudre ne tombe pas sur la grange", ma grand-mère disait: - "Ne faites pas vos oiseaux de malheur". J'ai compris alors qu'on pouvait être oiseau de malheur, c'est-à-dire annoncer de mauvaises nouvelles. Car c'est bien ainsi qu'on les appelle ceux qui annoncent des mauvaises nouvelles.

C'est vrai qu'il y a des gens qui ne voient que le côté sombre des choses, des événements, des personnes; ce sont des pessimistes. Pour eux, l'avenir est sombre, il n'y a rien d'intéressant, il n'y a que des choses qui tournent mal, il n'y a que des crimes. Bref, le monde va mal.
Il ne faut pas non plus jouer à l'autruche et se faire accroire que tout va comme dans le meilleur des mondes. Dans le fond, je me dis que c'est une question de regard.

Jésus me dit: - "Si ton œil est pur, tout est pur". N'est-ce pas vrai qu'un objet en plein soleil a un côté éclairé et un côté sombre? Ça dépend du côté où je le regarde. Ainsi des événements, des gens: Il y a un côté éclairé et un côté sombre. Et il y a des gens qui ne regardent que le côté sombre. C'est une question de sens, de cœur, de tournure d'esprit. C'est vrai qu'il n'est pas toujours facile de trouver le sens de certaines situations, de certains événements, il n'est pas toujours facile de les regarder du côté éclairé.

Mais de même que l'œil s'habitue à voir à la clarté comme à la noirceur, il y a moyen d'habituer son cœur, son esprit à trouver le côté éclairé de la réalité. Devenir "oiseau de bonheur" s'apprend; c'est être capable de trouver le sens d'un événement, de trouver ce qu'il y a de beau dans l'autre et de révéler ce sens, cette beauté.





Pour ma part, je voudrais toujours vivre au milieu d'une volée "d'oiseaux de bonheur".


Extrait de: "Les dits du Curé" de Pierre Bergevin, prêtre




Revenir en haut Aller en bas
Lumen
Adore Dieu Trinitaire
Adore Dieu Trinitaire
avatar

Messages : 2540
Date d'inscription : 19/10/2014

MessageSujet: Re: Capsule de réflexion de la semaine   Jeu 10 Mar - 22:04

Quand Dieu parle aux hommes




Depuis deux mille ans, dit Dieu, j'essaie de parler aux hommes.

Je leur ai dit sur tous les tons de m'ouvrir leur cœur, de se laisser aimer par moi. Mais les hommes sont de grands distraits.

Si je me fâche, ils oublient tous mes gestes d'amour. Si je suis doux et patient, ils oublient le sérieux de mon affection et ne sentent plus le mal qui les ronge loin de moi.

J'ai tout essayé. Je leur ai narré la foi des patriarches. Je leur ai crié la colère des prophètes. Je leur ai chanté l'émotion du psalmiste. Je leur ai décanté la sérénité des sages. Ils ne comprennent toujours pas.

Mais je veux quand même essayer une dernière fois, leur dire une dernière parole, une parole aux dimensions de mon amour pour eux: immense, profonde, insondable. Une parole unique, si forte, si douce, si palpable et si mystérieuse qu'ils n'en reviennent jamais, qu'ils en soient toujours surpris, étonnés.

Cette parole, dit Dieu, il faudrait qu'elle ait des pieds ... Pourquoi pas! Une parole avec des pieds, pour courir et rejoindre l'homme où qu'il soit. Il faudrait aussi qu'elle ait des mains, pour servir l'homme. Il faudrait qu'elle ait une bouche pour sourire aux hommes, et des oreilles pour les écouter.

Il faudrait que cette parole ait un cœur pour comprendre l'homme.

Et Dieu mit des pieds et des mains, des oreilles, une bouche et un cœur à cette parole, la plus belle qu'il n'ait jamais prononcée. Il prit son souffle et la lança sur la terre.

Et les hommes la découvrirent, presque par hasard, enveloppée de langes,
dans les bras d'une femme qui avait nom: MARIE, et le nom de cette parole, c'est JÉSUS.





Auteur inconnu





Revenir en haut Aller en bas
Lumen
Adore Dieu Trinitaire
Adore Dieu Trinitaire
avatar

Messages : 2540
Date d'inscription : 19/10/2014

MessageSujet: Re: Capsule de réflexion de la semaine   Ven 11 Mar - 23:12

Lettre aux locataires de la maison "TERRE"

Alain Ramsay, prêtre




Chers locataires,

Je vous informe que le contrat de location que nous avions signé il y a quelques millions d'années est arrivé à son terme! Il faudra le renouveler, mais nous aurons à revoir certains points fondamentaux: Vous devrez payer la facture d'énergie. Elle est très élevée!!!

* Avant, je vous fournissais de l'eau en abondance, aujourd'hui, je n'ai plus que cette quantité... Nous devons renégocier son utilisation.
* Pourquoi quelques-uns mangent-ils à satiété tandis que d'autres meurent de faim, alors que les champs sont si grands?... Si vous preniez bien soin de la terre, il y aurait à manger pour tous!
* Vous avez coupé les arbres qui donnent l'ombre, l'air et assurent l'équilibre. Vous devrez replanter des arbres...
* Tous les animaux et toutes les plantes de l'immense jardin doivent être protégés et soignés. J'ai cherché quelques animaux et je ne les ai pas trouvés...
* Je sais très bien que, lorsque je vous ai loué la maison, ils y étaient bien présents...
* Je n'ai pas vu les poissons qui vivaient dans les lacs et les rivières.
Les avez-vous donc tous pêchés?...
* Vous devriez vérifier ce que sont ces étranges couleurs qu'il y a dans le ciel. Je ne vois plus le bleu!...
* En ce qui concerne les déchets, quelle saleté, vous ne trouvez pas???... J'ai trouvé des objets bizarres sur mon chemin! Pneus, sacs en plastique, boites métalliques, etc....
* Le soleil est très chaud et la température du globe a augmenté. Je pense qu'il est temps que l'on discute: Je dois savoir si vous voulez encore vivre là! Dans l'affirmative, que pouvez-vous faire pour tenir les termes du contrat ? J'aimerais bien que vous restiez toujours dans cette maison, mais il y a des limites... Êtes-vous sûrs de pouvoir changer?... J'attends des réponses, mais surtout des attitudes...

Avec toutes mes amitiés.


Votre propriétaire, DIEU.







Revenir en haut Aller en bas
Lumen
Adore Dieu Trinitaire
Adore Dieu Trinitaire
avatar

Messages : 2540
Date d'inscription : 19/10/2014

MessageSujet: Re: Capsule de réflexion de la semaine   Dim 13 Mar - 22:08

La liberté de saint Joseph 

Pape François





Le premier chapitre de l'Évangile de Matthieu nous raconte les faits qui ont précédé la naissance de Jésus, du point de vue de saint Joseph, le fiancé de la Vierge Marie.

Joseph et Marie vivaient à Nazareth ; ils n'habitaient pas encore ensemble, parce que le mariage n'était pas encore accompli. Entre temps, Marie, après avoir accueilli l'annonce de l'Ange, tomba enceinte par l'action de l'Esprit Saint.

Lorsque Joseph se rend compte de ce fait, il en est déconcerté. L'évangile n'explique pas quelles ont été ses pensées, mais il nous dit l'essentiel : il cherche à faire la volonté de Dieu et il est prêt au renoncement le plus radical.

Au lieu de se défendre et de faire valoir ses droits, Joseph choisit la solution qui pour lui représente un énorme sacrifice.
Et l'évangile dit : « Parce que c'était un homme juste, il ne voulait pas la dénoncer publiquement ; il décida de la répudier en secret » (Mt 1,19). Cette courte phrase résume un drame intérieur véritable, si nous pensons à l'amour de Joseph pour Marie !

Mais même dans cette circonstance, Joseph veut faire la volonté de Dieu et décide, certainement avec une grande douleur, de répudier Marie en secret.

Il faut méditer sur ces paroles, pour comprendre quelle a été l'épreuve à laquelle Joseph a dû faire face les jours qui ont précédé la naissance de Jésus.

Une épreuve semblable à celle du sacrifice d'Abraham, lorsque Dieu lui a demandé son fils Isaac (cf. Gn 22) : renoncer à la chose la plus précieuse, à la personne la plus aimée.

Mais, comme dans le cas d'Abraham, le Seigneur intervient : il a trouvé la foi qu'il cherchait et il ouvre une voie différente, une voie d'amour et de bonheur :
« Joseph, lui dit-il, ne crains pas de prendre chez toi Marie, ton épouse: l'enfant qui est engendré en elle vient de l'Esprit Saint » (Mt 1, 20)

Cet évangile nous montre toute la grandeur d'âme de saint Joseph. Il était en train de suivre un bon projet de vie, mais Dieu lui réservait un autre dessein, une mission plus grande.

Joseph était un homme qui écoutait toujours la voix de Dieu, profondément sensible à sa volonté secrète, un homme attentif aux messages qui lui parvenaient du plus profond de son cœur et d'en-haut.

Il ne s'est pas obstiné à suivre son projet de vie, il n'a pas laissé la rancœur empoisonner son esprit, mais il a été prêt à se mettre à la disposition de la nouveauté qui lui était présentée d'une façon déconcertante.

C'était un homme bon. Il n'avait pas de haine, et il n'a pas permis que la rancœur empoisonne son âme ! Cela fait du mal. Ne le permettez jamais ! Il est en cela un exemple. Et c'est ainsi que Joseph est devenu encore plus libre et encore plus grand.

En s'acceptant selon le dessein du Seigneur, Joseph se trouve pleinement lui-même, au-delà de lui-même. Sa liberté de renoncer à ce qui est sien, à la possession de sa propre existence, et sa pleine disponibilité intérieure à la volonté de Dieu nous interpellent et nous montrent le chemin.

Prenons le temps de contempler quelques instants Marie et Joseph : Marie, la femme pleine de grâce qui a eu le courage d'avoir totalement confiance dans la Parole de Dieu ; Joseph, l'homme fidèle et juste qui a préféré croire au Seigneur plutôt que d'écouter les voix du doute et de l'orgueil humain.




Traduction de Zenit, A.B., Extrait de: Saint Joseph du WEB









Revenir en haut Aller en bas
Lumen
Adore Dieu Trinitaire
Adore Dieu Trinitaire
avatar

Messages : 2540
Date d'inscription : 19/10/2014

MessageSujet: Re: Capsule de réflexion de la semaine   Jeu 17 Mar - 20:43

La corde invisible...





Un paysan, avec trois de ses ânes, se rendait au marché pour vendre sa récolte. La ville était loin et il lui faudrait plusieurs jours pour l'atteindre. Le premier soir, il s'arrête pour bivouaquer non loin de la maison d'un vieil ermite. Au moment d'attacher son dernier âne, il s'aperçoit qu'il lui manque une corde.

Si je n'attache pas mon âne, se dit-il, demain, il se sera sauvé dans la montagne! Il monte sur son âne après avoir solidement attaché les deux autres et prend la direction de la maison du vieil ermite.

Arrivé, il demande au vieil homme s'il n'aurait pas une corde à lui donner. Le vieillard avait depuis longtemps fait voeu de pauvreté et n'avait pas la moindre corde, cependant, il s'adressa au paysan et lui dit: "Retourne à ton campement et comme chaque jour, fais le geste de passer une corde autour du cou de ton âne et n'oublie pas de feindre de l'attacher à un arbre."

Perdu pour perdu, le paysan fit exactement ce que lui avait conseillé le vieil homme. Le lendemain, dès qu'il fût réveillé, le premier regard du paysan fût pour son âne. Il était toujours là!

Après avoir chargé les trois baudets, il décide de se mettre en route, mais là, il eut beau faire, tirer sur son âne, le pousser, rien n'y fit. L'âne refusait de bouger.

Désespéré, il retourne voir l'ermite et lui raconte sa mésaventure. - " As-tu pensé à enlever la corde ? " lui demande-t-il. -"Mais il n'y a pas de corde!" lui répond le paysan. -"Pour toi non, mais pour l'âne... " Le paysan retourne au campement et d'un ample mouvement, il mime le geste de retirer la corde. L'âne le suit sans aucune résistance...

Ne nous moquons pas de cet âne. Ne sommes-nous pas, nous aussi, esclaves de nos habitudes, pire, esclaves de nos habitudes mentales? Demandons-nous quelle corde invisible nous empêche de progresser...


Auteur inconnu




Revenir en haut Aller en bas
Lumen
Adore Dieu Trinitaire
Adore Dieu Trinitaire
avatar

Messages : 2540
Date d'inscription : 19/10/2014

MessageSujet: Re: Capsule de réflexion de la semaine   Mar 22 Mar - 0:51

Une Église sans papiers
Guy Gilbert, prêtre de la rue, Paris


L’Église écrit beaucoup. Jésus, lui, n’a laissé aucun écrit, sauf une fois, dans le sable! Il a parlé, certes, mais trois ans seulement.
Par contre, l'Évangile est bourré de ses gestes. Ils ont été si forts, si imagés, si incarnés dans l'émotion populaire de son temps que, 2000 ans après, ils restent d'une force d'actualité intacte.
Avec la puissance prodigieuse du signe qui dépasse toute époque, toute classe, toute religion.

Citons, en vrac des gestes de Jésus:
confronté à la femme adultère, il fait un signe silencieux sur la table; le lavement des pieds qui restera éternellement parlant; son regard, son seul regard accroché à l'escroc Zachée! Les mômes rejetés par ses disciples, comme la vieille écartée, tous sont priés de se rapprocher, etc.

Les évêques, à mon sens, manquent de gestes. Ils parlent, ils écrivent, ils dénoncent. Soit. Leurs homélies font trop souvent se gratter l'assistance, passées les dix premières minutes...






Jean-Paul II m'a ravi par son attitude de pardon qui restera la plus forte de son pontificat: l'accolade à un tueur! Il peut bien écrire mille encycliques sur la miséricorde, son geste restera bien après lui, comme un torrent d'amour.
Un chrétien, converti depuis peu, me priait de l'aider à exprimer sa foi: "Fais des gestes, mon pote; lis l'Évangile, médite les gestes du Christ, ils te mettront sur la route!"

Un évêque, qui venait d'être nommé, s'interrogeait devant moi: "Comment dire à mon peuple que je l'aime ?" Voici ce que j'ai répondu: "Avant d'aller sabler ton intronisation avec le Préfet, réunis les clochards, les sans-logis, les sans-papiers, et fête avec eux ta joie d'être leur père spirituel. Et banquette avec les autorités... après!"

La force incalculable des gestes ! Le Christ en a été le maître incontesté. L'Évangile en est bourré à ras bord. Ce qu’on attend des évêques qui se situent sur le front le plus exposé de l'Évangile, ce sont des gestes qui inspirent et dynamisent. Ils révèleront alors une Église sans-papiers, celle des Béatitudes !




Revenir en haut Aller en bas
Lumen
Adore Dieu Trinitaire
Adore Dieu Trinitaire
avatar

Messages : 2540
Date d'inscription : 19/10/2014

MessageSujet: Re: Capsule de réflexion de la semaine   Dim 27 Mar - 22:05

Alors, la paix viendra

Pierre Gilbert





Si tu crois qu'un sourire est plus fort qu'une arme...
Si tu crois que ce qui rassemble les personnes est plus important que ce qui les divise...
Si tu peux écouter le malheureux qui te fait perdre du temps et lui garder ton sourire...
Si tu sais accepter la critique et en faire ton profit sans la renvoyer et sans te défendre...
Si tu peux te réjouir de la joie de ton voisin...
Si l'injustice qui frappe les autres te révolte autant que celle que tu subis...

Si tu crois qu'un pardon va plus loin que la vengeance...
Si tu sais donner gratuitement de ton temps...
Si pour toi l'étranger que tu rencontres est un frère...
Si tu partages ton pain et que tu sais y joindre un morceau de ton cœur...
Si tu sais préférer l'espérance au soupçon et si le regard d'un enfant parvient encore à désarmer ton cœur...
Si tu crois que l'amour est la seule force de discussion...

ALORS, LA PAIX VIENDRA...


Revenir en haut Aller en bas
Lumen
Adore Dieu Trinitaire
Adore Dieu Trinitaire
avatar

Messages : 2540
Date d'inscription : 19/10/2014

MessageSujet: Re: Capsule de réflexion de la semaine   Mer 30 Mar - 20:44

Le mystère du Vendredi Saint

Philippe Maillard





Ce qui donne de ressusciter, c'est une certaine manière d'être regardé. Le Christ a certainement beaucoup parlé par son regard. Le regard qu'il porte sur moi, sur vous, sur nous tous, permet de réactualiser ce qu'il y a de meilleur en nous.

J'ai été tant de fois le témoin de ces résurrections qui, en apparence, en fonction de l'histoire personnelle des individus, semblaient totalement impossibles... Mais des résurrections toujours menacées, toujours fragiles...

Ce qui m'émeut dans le mystère du Vendredi Saint, c'est que le Christ a voulu partager avec nous cette fragilité, il a voulu partager avec l'homme l'extrémité de la souffrance, de l'humiliation et de la déchéance. Et c'est ce partage qui lui permet de nous pardonner.

Ce qui se passera après la mort ne m'intéresse pas beaucoup. Ce qui m'importe, c'est l'extraordinaire densité que la résurrection donne aujourd'hui à notre vie.

La vie éternelle, je ne sais pas à quoi elle ressemble. Ce que je sais, c'est que je suis appelé à vivre dès maintenant quelque chose de l'éternité, c'est-à-dire quelque chose de ce qui ne peut pas mourir.

Et seul l'amour est éternel.


D'après des propos recueillis par Bertrand Révillon


Cadeau, Je n'oublierai jamais son regard, son doux sourire non plus ! Merci Seigneur de nous avoir donné de vivre de ta vie éternellement ...




Revenir en haut Aller en bas
Lumen
Adore Dieu Trinitaire
Adore Dieu Trinitaire
avatar

Messages : 2540
Date d'inscription : 19/10/2014

MessageSujet: Re: Capsule de réflexion de la semaine   Dim 3 Avr - 1:42

Une homélie pas comme les autres





Ce jour-là, le curé, au moment de l'homélie, s'adressa à ses fidèles en leur disant: « Aujourd'hui, ce n'est pas moi qui vous parlerai, j'ai invité un très grand ami à vous adresser quelques mots.»

L'auditoire, piqué par la curiosité, se fit attentif. Sauf quelques jeunes qui se trouvaient à l'arrière de l'église, les mains dans les poches et riant entre eux.C'est alors qu'un homme d'un âge avancé s'approcha de l'ambon et raconta l'histoire suivante.

« Un jour, un père de famille, excellent marin, proposa à son fils d'aller faire un tour sur son voilier. Mais celui-ci ne voulait accepter que si son père l'autorisait à emmener avec lui son meilleur ami. Le père accepta et les trois partirent tout joyeux. Tout allait bien quand, soudain, s'éleva une tempête imprévisible qui ne permettait plus la maîtrise du bateau. À un moment donné, une vague énorme les précipita tous les trois à la mer. Le marin réussit à s'agripper à un câble qui était encore attaché à son voilier.

Puis, il se mit à chercher du regard son fils et son ami. Dans le creux des vagues, il aperçut son fils à droite et l'ami sur sa gauche, qui luttaient désespérément pour se tenir à flot... Il ne pouvait absolument pas les rejoindre à la nage. C'était impossible.

La seule chose qui lui restait était de leur lancer le câble, mais il frémit de panique: auquel des deux? En un éclair, il se dit que son fils, très religieux, allait sûrement sauver son âme tandis que l'ami ne savait même pas qui était Jésus. Alors, le coeur déchiré, il cria à son fils: " Je t'aime! "

Et il lança le câble à l'autre jeune ».

L’émotion était grande dans l'église. Même les jeunes, en arrière, s'étaient mis à écouter le vieillard qui poursuivit: « Ce père a donc sacrifié son fils pour permettre à un autre jeune de connaître le Sauveur. Eh bien, Dieu a fait la même chose avec nous. Il a sacrifié son Fils unique afin que nous puissions nous sauver. Encore aujourd'hui, Il veut nous sauver et nous lance à chacun de nous, le câble du salut éternel ».

La messe poursuivit son cours dans un climat de recueillement intense. À la fin, le vieillard demeurait dans son banc, lorsqu'un jeune s'approcha de lui avec deux autres compagnons, et l'air moqueur, lui dit: « Excusez, monsieur, votre histoire est intéressante, mais invraisemblable... Quel père de famille ferait une chose pareille? »

Le vieillard, doucement, lui répondit: « C'est justement là qu'est le message: le geste du Père n'est pas logique en soi, mais cette histoire nous fait comprendre ce que Dieu notre Père a fait pour nous ».

Le jeune insista: « En tout cas, c'est une histoire inventée, elle ne tient pas debout! »

Alors, après un long soupir, le vieillard le regarda dans les yeux et lui dit: «Je veux que tu saches que le marin, c'est moi et que l'ami de mon fils, c'est le curé de cette paroisse.»


Auteur inconnu





Revenir en haut Aller en bas
Lumen
Adore Dieu Trinitaire
Adore Dieu Trinitaire
avatar

Messages : 2540
Date d'inscription : 19/10/2014

MessageSujet: Re: Capsule de réflexion de la semaine   Lun 4 Avr - 0:42

Juste me sentir votre enfant...





J'ai parcouru plusieurs kilomètres pour trouver le cadeau parfait pour mon enfant. Après deux longues soirées, fatiguée, j'ai pensé lui demander ce qu'il voulait. Voici la liste de cadeaux qu'il m'a suggérés :

* "J'aimerais être Félix, notre petit chat, pour être moi aussi pris dans vos bras chaque fois que vous revenez à la maison".

* "J'aimerais être un baladeur, pour me sentir écouté par vous deux, sans aucune distraction, n'ayant que mes paroles au bout de vos oreilles fredonnant l'écho de ma solitude..."

* "J'aimerais être un journal pour que vous preniez un peu de temps à chaque jour pour me demander de mes nouvelles..."

* "J'aimerais être un téléviseur pour ne jamais m'endormir le soir, sans avoir été au moins regardé une fois avec intérêt..."

* "J'aimerais être une équipe de hockey pour toi, Papa, afin de te voir t'exciter de joie après chacune de mes victoires; et un roman pour toi, Maman, afin que tu puisses lire mes émotions..."





"À bien y penser, je n'aimerais être qu'une chose, un cadeau inestimable pour vous deux.
Finalement, tout est si simple à bien y penser....



Auteur inconnu





Revenir en haut Aller en bas
Lumen
Adore Dieu Trinitaire
Adore Dieu Trinitaire
avatar

Messages : 2540
Date d'inscription : 19/10/2014

MessageSujet: Re: Capsule de réflexion de la semaine   Lun 4 Avr - 23:00

Ressusciter aujourd'hui...





Chaque fête de Pâques est l'occasion de se rappeler que la résurrection n'est pas ce qui doit arriver après notre mort, mais une réalité nouvelle qui commence aujourd'hui. Chacun de nous façonne, jour après jour, son visage d'éternité. Comme pour le papillon qui sort de sa chrysalide, il faut du temps pour que l'homme ressuscite, émerge de sa gangue de terre et devienne un fils de Dieu, un enfant de lumière.

Il est inutile de chercher à imaginer ce que nous devenons après notre mort, si, en accueillant le Christ pascal, nous ne commençons pas dès maintenant à devenir des vivants.

Rappelons-nous que dans la tradition chrétienne il y a deux naissances. La première, biologique, que nous n'avons pas choisie, qui nous est donnée. Et une « seconde naissance », celle dont parle le Christ, quand il nous dit qu'il nous faut « renaître d'en-haut » par l'accueil et la croissance de son Esprit.

La résurrection est une victoire quotidienne sur les forces de mort. L'au-delà est une réalité déjà présente, intérieure à nous-mêmes. Cette vie nouvelle du Christ ressuscité doit devenir « l'au-dedans » de notre vie quotidienne. Se convertir, c'est sans cesse passer du dehors, de l'écorce superficielle des choses au « dedans », rencontrer l'intimité de Dieu au plus intime de nous-mêmes, lui qui est la vie de notre vie.

Rencontrer le Christ de Pâques, c'est déjà re-naître, c'est s'affranchir de toutes nos servitudes. L'homme qui accueille, jour après jour, son amour vivant et créateur, devient lui aussi un vivant et un créateur. Notre avenir se joue dans notre réponse à cet amour victorieux qui s'offre gratuitement à nous. C'est ce don de nous-mêmes qui nous construit, nous structure comme personne, nous ressuscite comme fils de Dieu.





La résurrection, l'au-delà, c'est Dieu, intime à nous-mêmes, qui nous intériorise et nous libère du moi préfabriqué. Devenir un homme, une personne, sortir de son moi infantile, biologique, égocentrique et mortel, c'est rencontrer le Dieu vivant.

Naître, c'est centrer toutes ses énergies pour aimer comme lui, faire de toute son existence un don de soi-même.

Dieu nous a créés pour devenir des créateurs. Nous devons nous libérer de la pesanteur des déterminismes pour devenir le sanctuaire de la lumière et de l'amour. Tel est le mystère de la transfiguration chrétienne, qui est un mystère d'intériorisation, de personnalisation, de divinisation. Il s'agit de devenir véritablement un « homme » dont l'espace intérieur est devenu assez grand pour accueillir la vie même de Dieu. Et accueillir Dieu, c'est devenir un vivant qui possède en lui tout l'univers.


Citation :
L'immortalité n'est pas ce qui arrive après la mort, elle advient, aujourd'hui et maintenant, chaque fois que l'homme se dépasse pour aimer. C'est chaque jour que nous « immortalisons » notre vie. C'est chaque jour que nous ressuscitons un peu plus.

Michel Hubaut




Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Capsule de réflexion de la semaine   

Revenir en haut Aller en bas
 
Capsule de réflexion de la semaine
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum de prières :: MEDITATIONS-
Sauter vers: