À Toi NOTRE PÈRE par les Saints Cœurs de JÉSUS, MARIE et JOSEPH..

Forum Catholique sous la protection de Saint Michel, faisant mémoire de Sylvie la fondatrice, Prières, Dévotions au Sacré Coeur, au Coeur Immaculé de Marie, au Coeur Chaste de Joseph et autres, Fidélité aux 3 Blancheurs et au Magistère de l'Eglise...
 
AccueilPortailS'enregistrerConnexion
Derniers sujets
» Prières
par Mea culpa Aujourd'hui à 6:09

» *LE SAINT ROSAIRE PERPÉTUEL*
par Mea culpa Aujourd'hui à 6:02

» Chapelet du mardi 18 décembre 2018 à Lourdes
par Raphaël de l'Enfant Jésus Hier à 21:30

» RV du dimanche avec Léandre Lachance : Multitude de TRÉSORS pour toi !!
par Lumen Hier à 19:49

» *Vivons les 30 jours de l'Avent avec les prophéties bibliques*
par Lumen Hier à 19:35

» Ici, Joseph prononce son FIAT, et il rejoint celui de Marie le jour de l'Annonciation.
par Lumen Hier à 18:23

» Textes de Saint Josemaria Escriva : “Ne me lâche pas, ne m'abandonne pas”
par Lumen Hier à 18:11

» • Avent dans la Ville 2018 • Léa, la possessive
par Lumen Hier à 18:01

» Jésus aujourd'hui : « on lui donnera le nom d’Emmanuel » (Mt 1, 18-24)
par Lumen Hier à 17:51

» Parole de DIEU** : Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour (Vie), Amen !
par Lumen Hier à 17:27

» Pensée du jour: Mon enfant, si tu savais l'Amour qui existe au Ciel...
par Raphaël de l'Enfant Jésus Hier à 16:26

» Huit jours avant Noël, en mémoire de l’Annonciation
par Raphaël de l'Enfant Jésus Hier à 16:17

» Remercie la vie
par Raphaël de l'Enfant Jésus Hier à 16:09

» Quand les poètes nous parlent de Dieu …
par Lumen Hier à 2:08

» Louez Dieu tous les jours en musique
par Lumen Hier à 1:48

» Jésus s'enracine dans une lignée d'ancêtres concrets. C'est une humanité neuve qui naît en Jésus.
par Lumen Hier à 1:35

» Textes de Saint Josemaria Escriva : Temps de préparation à Noël
par Lumen Hier à 1:15

» • Avent dans la Ville 2018 • Sarah, la stérile
par Lumen Hier à 1:01

» Jésus aujourd'hui : « Jésus, fils de David, fils d’Abraham » (Mt 1, 1-17)
par Lumen Hier à 0:49

» Peut-on être dans la joie et dans la peine en même temps ? OUI Par l'espérance !
par Lumen Lun 17 Déc 2018 - 21:41

» Textes de Saint Josemaria Escriva : "Laisse-Le donc exiger beaucoup de toi !"
par Lumen Lun 17 Déc 2018 - 21:29

» • Avent dans la Ville 2018 • Agar, l’arrogante
par Lumen Lun 17 Déc 2018 - 21:14

» Jésus aujourd'hui : « Que devons-nous faire ? » (Lc 3, 10-18)
par Lumen Lun 17 Déc 2018 - 21:04

» Chapelet du lundi 17 décembre 2018 à Lourdes
par Raphaël de l'Enfant Jésus Lun 17 Déc 2018 - 20:31

» Jésus par sa Naissance en terre étrangère nous fait comprendre que, à sa suite, nous sommes aussi des pèlerins sur la terre
par Lumen Lun 17 Déc 2018 - 18:19

» • Avent dans la Ville 2018 • Ève, l’innocente
par Lumen Lun 17 Déc 2018 - 18:09

» Textes de Saint Josemaria Escriva : “Pour obéir il faut l'humilité”
par Lumen Lun 17 Déc 2018 - 18:02

» Jésus aujourd'hui : « Élie est déjà venu et ils ne l’ont pas reconnu » (Mt 17, 10-13)
par Lumen Lun 17 Déc 2018 - 17:55

» Angélus du « Gaudete »: « L’étincelle du bonheur pour le monde entier »
par Raphaël de l'Enfant Jésus Lun 17 Déc 2018 - 9:53

» Pensée du jour: Ton unique objectif doit être celui d'accomplir la Volonté du Père.
par Raphaël de l'Enfant Jésus Lun 17 Déc 2018 - 9:37

» Parce que sa grand-mère lui a fait connaître Jésus et Marie
par Raphaël de l'Enfant Jésus Lun 17 Déc 2018 - 9:29

» C'est fini, Seigneur...
par Raphaël de l'Enfant Jésus Lun 17 Déc 2018 - 9:19

» Chapelet du dimanche 16 décembre 2018 à Lourdes
par Raphaël de l'Enfant Jésus Dim 16 Déc 2018 - 20:30

» Pensée du jour: Enfant de Mon Cœur, toi que J'ai façonné avec tant d'Amour, Je veux te prendre dans Mes bras...
par Raphaël de l'Enfant Jésus Dim 16 Déc 2018 - 11:59

» La confiance de Marie a permis la Nouvelle Alliance
par Raphaël de l'Enfant Jésus Dim 16 Déc 2018 - 11:51

» Au Père qui nous appelle
par Raphaël de l'Enfant Jésus Dim 16 Déc 2018 - 11:37

» Chapelet du samedi 15 décembre 2018 à Lourdes
par Raphaël de l'Enfant Jésus Sam 15 Déc 2018 - 20:36

» Pensée du jour: Mon enfant, Je veux te garder près de Moi; ne t'éloigne pas de Moi...
par Raphaël de l'Enfant Jésus Sam 15 Déc 2018 - 20:25

» Trois chapelets dans le pack des pèlerins des JMJ
par Raphaël de l'Enfant Jésus Sam 15 Déc 2018 - 10:03

» Rends-nous solidaires
par Raphaël de l'Enfant Jésus Sam 15 Déc 2018 - 9:50

Qui est en ligne ?
Il y a en tout 15 utilisateurs en ligne :: 1 Enregistré, 0 Invisible et 14 Invités :: 2 Moteurs de recherche

Mea culpa

Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 264 le Jeu 27 Mar 2014 - 20:02

Partagez | 
 

 Marche Dans La Bible Pour Connaître Les chemins Du Seigneur !

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Lumen
Admin
avatar

Messages : 8497
Date d'inscription : 18/10/2014
Localisation : France

MessageSujet: Marche Dans La Bible Pour Connaître Les chemins Du Seigneur !   Jeu 5 Mai 2016 - 16:00

Marche dans la Bible :
fais-moi connaître tes chemins !


« Nous sommes appelés à ouvrir grand la porte de notre cœur
à la Parole de Dieu, pour devenir ainsi ses enfants. »

Pape François, 3 janvier 2016

Chers amis,

L'équipe de Retraite dans la Ville et les frères Dominicains de la province de France sont heureux de vous offrir leur nouvelle proposition à partir du lundi 16 mai.
Venez découvrir Dieu en marche vers nous et mettez-vous en marche vers lui !


Pour vous inscrire, il suffit de cliquer ici 




Marche dans la Bible,
pour connaître les chemins du Seigneur !



Avec le concours de six comédiens : Pauline Mereuze, Fred Cacheux, Maryline Fontaine, Jean-Baptiste Germain, Miglé Berekaité, Sébastien Depommier.

d'un musicien : Francesco Agnello


d'un illustrateur : Jakub Bednarz



À travers 23 personnages bibliques :


 





Une équipe de prédicateurs: Pour vous accompagner, le frère Nicolas Burle du couvent de Tours, la sœur Marie Monnet, Dominicaine à Bruxelles, et le frère Pascal Marin du couvent de La Tourette vous partageront leurs méditations.




frère Nicolas Burle


sœur Marie Monnet


frère Pascal Marin

En vous inscrivant, vous recevrez gratuitement par mail, chaque lundi, mercredi et vendredi, la méditation et le texte du jour. Vous pourrez aussi écouter les enregistrements à partir du site internet ou des applis.





Vous êtes nos meilleurs ambassadeurs. Faites connaître Marche dans la Bible à vos amis !

Vous pouvez nous retrouver sur Facebook à la page «  Retraite dans la Ville » en cliquant sur « J'aime ».

L'aventure de Retraite dans la Ville se poursuit grâce à la générosité de beaucoup d'entre vous. Merci pour votre soutien.

Dans la joie de marcher avec vous, grâce à cette nouvelle aventure de la parole de Dieu !

Frère Thierry


Marche dans la Bible, Couvent des Dominicains, 7 avenue Salomon 59000 Lille.
dominicains@retraitedanslaville.org

Revenir en haut Aller en bas
Lumen
Admin
avatar

Messages : 8497
Date d'inscription : 18/10/2014
Localisation : France

MessageSujet: Re: Marche Dans La Bible Pour Connaître Les chemins Du Seigneur !   Lun 16 Mai 2016 - 11:50

La vidéo de lancement – Marche dans la bible





Comme vous le voyez, avec Marche dans la Bible, nous souhaitons développer une approche artistique de la parole de Dieu. Dans cette vidéo, comme sur le site, les illustrations de Jakub Bednarz, les voix de six comédiens, et la musique de Francesco Agnello nous aideront à mieux appréhender la signification des textes bibliques.

Faites découvrir Marche dans la Bible à vos amis et proposez-leur de cheminer avec nous !
Vous pouvez :

     • envoyer le mail d'invitation disponible sur le site (et non pas transférer
       le mail que vous lisez actuellement).

     • partager autour de vous la vidéo de présentation de Marche dans la Bible

     • nous retrouver sur Facebook à la page « Retraite dans la Ville » en cliquant sur
       « J'aime » puis sur « Partager » le post de la vidéo. 

Revenir en haut Aller en bas
Lumen
Admin
avatar

Messages : 8497
Date d'inscription : 18/10/2014
Localisation : France

MessageSujet: Re: Marche Dans La Bible Pour Connaître Les chemins Du Seigneur !   Lun 16 Mai 2016 - 14:14

Noé dans un monde de violence

Genèse 6, 5-9 

 Le Seigneur vit que la méchanceté de l’homme était grande sur la terre, et que toutes les pensées de son cœur se portaient uniquement vers le mal à longueur de journée.
Le Seigneur se repentit d’avoir fait l’homme sur la terre ; il s’irrita en son cœur et il dit :
« Je vais effacer de la surface du sol les hommes que j’ai créés – et non seulement les hommes mais aussi les bestiaux, les bestioles et les oiseaux du ciel – car je me repens de les avoir faits. »

Mais Noé trouva grâce aux yeux du Seigneur.
Voici l’histoire de Noé. Parmi ses contemporains, Noé fut un homme juste, parfait. Noé marchait avec Dieu. 



Jean-Baptiste Germain
 Ecouter 

Méditation 

Commencer sans échauffement

Commencer par un homme juste, parfait, quoi de plus déprimant pour nous lancer dans ces semaines de méditation ? Commencer par l’idéal, assurément parfait, au lieu de commencer par la réalité, forcément plutôt médiocre, n’est-ce pas placer la barre suffisamment haut pour être sûr de passer en dessous ?

Noé, en hébreu, veut dire consolation, repos. Celui qui marche devant nous en homme parfait avec Dieu est donc, pour Dieu et pour nous, l’homme de la consolation et du repos.

Consolation pour Dieu, car, « tandis que la méchanceté de l’homme était grande sur la terre et que toutes les pensées de son cœur se portaient uniquement vers le mal à longueur de journée »,* voilà qu’un homme, Noé, trouve grâce aux yeux du Seigneur.
Repos pour nous, car en raison de ce seul juste, la création trouve grâce aux yeux du Seigneur. Le déluge n’est plus alors l’effacement de tous, mais la révélation du seul juste qui conduit dans son arche la nouvelle création. L’histoire n’est pas finie : elle commence de nouveau.

Commençons donc avec Noé pour commencer avec le Christ, notre consolation et notre repos. Seul juste et seul parfait. Jésus, toi qui descends jusqu’au plus profond de la misère de l’homme pour nous faire Miséricorde. Jésus, toi qui nous sauves du désastre en nous abritant dans l’arche de « ton corps qui est l’Église ».** « Dieu né de Dieu, lumière née de la lumière, vrai Dieu né du vrai Dieu ».*** 
Ô bon Jésus marche aujourd’hui avec nous !
 

* Gn 6,5
** Col 1,24
*** Credo de Nicée Constantinople


Méditation enregistrée dans les studios de Radio RCF Tours S. Martin 

Frère Nicolas Burle, Couvent de Tours
 Ecouter





Revenir en haut Aller en bas
Lumen
Admin
avatar

Messages : 8497
Date d'inscription : 18/10/2014
Localisation : France

MessageSujet: Re: Marche Dans La Bible Pour Connaître Les chemins Du Seigneur !   Mer 18 Mai 2016 - 18:11

Les préparatifs du déluge

Genèse 6, 5-9 

 Noé avait six cents ans quand eut lieu le déluge, c’est-à-dire les eaux sur la terre.
Noé entra dans l’arche avec ses fils, sa femme et les femmes de ses fils, à cause des eaux du déluge.
Des animaux purs et des animaux impurs, des oiseaux et de tout ce qui va et vient sur le sol, un couple – un mâle et une femelle – entra dans l’arche avec Noé,
comme Dieu l’avait ordonné à Noé.
Sept jours plus tard, les eaux du déluge étaient sur la terre.



Jean-Baptiste Germain

Méditation

Entre ici, Noé !

Qu’est-ce qui te retient encore quand le déluge menace ? Regarde une dernière fois ces champs, ces forêts, ces villages et ces villes. Regarde ce monde qui passe : il est magnifique. Combien plus grand et plus magnifique sera le monde qui t’attend après le déluge !

Entre maintenant dans l’arche sombre et vaste comme un tombeau. Entre ici, Noé, avec ce que tu as de plus cher, ce que tu chéris. Entre pour confier ton trésor. Tu as peur de la mort ? Tu as peur de t’enterrer en quittant le monde ? Ne comprends-tu pas qu’il te faut te cacher pour être ensuite exposé ? Tu n’es qu’une poignée pour qu’il soit manifeste que de toi, donc de moi le Seigneur de la vie, va naître un peuple immense. Plus nombreux que les étoiles du ciel, plus nombreux que le sable de la mer. Entre dans ce tombeau pendant les cent cinquante jours durant lesquels les eaux monteront. Puis la pluie cessera. Alors, au bout de quarante jours, tu ouvriras l’arche pour laisser à nouveau voler la colombe sur les eaux, comme en cette veille du premier jour où mon « souffle planait au-dessus des eaux ».

Et sept jours plus tard, dans son bec, je te rapporterai, dans ton tombeau, un rameau de paix et de vie.

« Je vais ouvrir vos tombeaux et je vous en ferai remonter, ô mon peuple, et je vous ramènerai sur la terre. Vous saurez que je suis le Seigneur, quand j’ouvrirai vos tombeaux et vous en ferai remonter, ô mon peuple ! Je mettrai en vous mon esprit, et vous vivrez ; je vous donnerai le repos sur votre terre. Alors vous saurez que je suis le Seigneur : j’ai parlé et je le ferai ! »
 

*Gn 1,2
**Ez 37,12-14


Méditation enregistrée dans les studios de Radio RCF Tours S. Martin


Frère Nicolas Burle, Couvent de Tours




Revenir en haut Aller en bas
Lumen
Admin
avatar

Messages : 8497
Date d'inscription : 18/10/2014
Localisation : France

MessageSujet: Re: Marche Dans La Bible Pour Connaître Les chemins Du Seigneur !   Dim 22 Mai 2016 - 16:03

La sortie de l'arche

Genèse 8, 15-22 

 Dieu parla à Noé et lui dit :
« Sors de l’arche, toi et, avec toi, ta femme, tes fils et les femmes de tes fils.

Tous les animaux qui sont avec toi, tous ces êtres de chair, oiseaux, bestiaux, reptiles qui rampent sur la terre, fais-les sortir avec toi ; qu’ils foisonnent sur la terre, qu’ils soient féconds et se multiplient sur la terre. » Noé sortit donc avec ses fils, sa femme et les femmes de ses fils.
Tous les animaux, tous les reptiles, tous les oiseaux, tout ce qui va et vient sur la terre, sortirent de l’arche, par familles.

Noé bâtit un autel au Seigneur ; il prit, parmi tous les animaux purs et tous les oiseaux purs, des victimes qu’il offrit en holocauste sur l’autel.
Le Seigneur respira l’agréable odeur, et il se dit en lui-même : « Jamais plus je ne maudirai le sol à cause de l’homme : le cœur de l’homme est enclin au mal dès sa jeunesse, mais jamais plus je ne frapperai tous les vivants comme je l’ai fait.

Tant que la terre durera, semailles et moissons, froidure et chaleur, été et hiver, jour et nuit jamais ne cesseront. »



Jean-Baptiste Germain

Méditation

Marchons en chantant !

L’arche s’ouvre et la vie se répand à nouveau sous la mer, sur la terre et dans le ciel. Ce recommencement est plus qu’un nouveau commencement, c’est une bénédiction renouvelée, celle du cinquième jour de la création quand Dieu avait béni les animaux par ces paroles : « Soyez féconds et multipliez-vous, remplissez les mers, que les oiseaux se multiplient sur la terre. » *

L’histoire n’est jamais condamnée à se répéter et à échouer indéfiniment. Là où Adam et Ève, tentés par le serpent s’approprièrent le fruit de l’arbre, ** Noé construit un autel pour sacrifier des animaux au Seigneur. Là où l’on vit l’orgueil et l’égoïsme, l’on voit désormais l’humilité et l’offrande. Là où l’on vit la rupture de l’alliance de l’homme et de la femme avec leur Dieu, l’on voit désormais l’arc-en-ciel, signe de « l’alliance éternelle entre Dieu et tout être vivant qui est sur la terre. » *** Ces animaux, sortant de l’arche en même temps que Noé, l’homme juste, sont aussi le signe de la responsabilité que nous avons toujours vis-à-vis d’eux aujourd’hui.

Comme nous le rappelle le pape François, nous ne sommes pas appelés à être des profiteurs, mais des intendants de la création : « Ensemble, avec toutes les créatures, nous marchons sur cette terre en cherchant Dieu, parce que si le monde a un principe et a été créé, il cherche celui qui l’a créé, il cherche celui qui lui a donné un commencement, celui qui est son créateur. Marchons en chantant ! Que nos luttes et notre préoccupation pour cette planète ne nous enlèvent pas la joie de l’espérance . » ****
 

*Gn 1,22
**Gn 3
***Gn 9,16
****Encyclique Laudato Si


Méditation enregistrée dans les studios de Radio RCF Tours S. Martin


Frère Nicolas Burle, Couvent de Tours




Revenir en haut Aller en bas
Lumen
Admin
avatar

Messages : 8497
Date d'inscription : 18/10/2014
Localisation : France

MessageSujet: Re: Marche Dans La Bible Pour Connaître Les chemins Du Seigneur !   Lun 23 Mai 2016 - 17:11

Le départ d'Abram

Genèse 12, 1-5

 Le Seigneur dit à Abram : « Quitte ton pays, ta parenté et la maison de ton père, et va vers le pays que je te montrerai. Je ferai de toi une grande nation, je te bénirai, je rendrai grand ton nom, et tu deviendras une bénédiction.

Je bénirai ceux qui te béniront ; celui qui te maudira, je le réprouverai. En toi seront bénies toutes les familles de la terre. »
Abram s’en alla, comme le Seigneur le lui avait dit, et Loth s’en alla avec lui. Abram avait soixante-quinze ans lorsqu’il sortit de Harane.

Il prit sa femme Saraï, son neveu Loth, tous les biens qu’ils avaient acquis, et les personnes dont ils s’étaient entourés à Harane ; ils se mirent en route pour Canaan et ils arrivèrent dans ce pays.


Pauline Méreuze

Méditation

L’appel s’entend dans la réponse

Tout commence par un appel ! Un appel qui peut toucher tout le monde, même à soixante-quinze ans, avec une famille nombreuse, des neveux, des nièces et des troupeaux ! Nous avons trop l’idée qu’il faudrait partir seul, on peut partir en groupe ! Et il n’est même pas nécessaire de savoir où l’on va : seul l’appel est important.

Abraham répond à une parole, il ne fuit pas. Va, quitte ton pays, ta parenté, la maison de ton père, pour le pays que je te montrerai. Tout devient relatif, secondaire pour lui, au point qu’il n’a plus d’autre demeure que cette parole qui l’a descellé, déséquilibré, mis en route. Abraham fait confiance et s’appuie sur une promesse qui lui communique son dynamisme, son espérance, son horizon.

Par sa démarche, Abraham engage plus que lui-même : il devient le père des croyants. Il engendre une multitude d’hommes et de femmes comme nous, qui se mettent en route sans autre évidence que la parole qui les aimante. C’est par son mouvement qu’Abraham témoigne de la foi qui l’habite.

Car ce mouvement n’a pas d’autre explication, pas d’autre raison d’être que l’appel entendu et accueilli.

Une parole l’affecte, Abraham est devenu différent au point de paraître étrange, pour tous les autres : un étranger. Et pourtant, nous pouvons nous reconnaître tous en lui. Dans son mouvement d’adhésion à la foi, il devient certes singulier, mais il l’est comme un prototype, comme un modèle à imiter. Abraham est un authentique patriarche, une figure tutélaire en laquelle tous les croyants peuvent se reconnaître.

Qui n’a jamais ressenti qu’une parole l’avait rendu différent ? Et peut-on être chrétien sans se mettre en mouvement, habité par une parole qui devient comme son nouveau pays, son seul et véritable lieu d’enracinement ?
Un Dieu a parlé et « l’appel s’entend dans la réponse ».
 


Méditation enregistrée dans les studios de Radio RCF Bruxelles.


Soeur Marie Monnet, Dominicaine à Bruxelles




Revenir en haut Aller en bas
Lumen
Admin
avatar

Messages : 8497
Date d'inscription : 18/10/2014
Localisation : France

MessageSujet: Re: Marche Dans La Bible Pour Connaître Les chemins Du Seigneur !   Mer 25 Mai 2016 - 14:27

La séparation d'Abram et de Loth

Genèse 13, 7-12

 Il y eut des disputes entre les bergers d'Abram et ceux de Loth.
Abram dit à Loth : « Surtout, qu'il n'y ait pas de querelle entre toi et moi, entre tes bergers et les miens, car nous sommes frères !
N'as-tu pas tout le pays devant toi ? Sépare-toi donc de moi. Si tu vas à gauche, j'irai à droite, et si tu vas à droite, j'irai à gauche . »

Loth leva les yeux et il vit que toute la région du Jourdain était bien irriguée. Avant que le Seigneur détruisît Sodome et Gomorrhe, elle était comme le jardin du Seigneur, comme le pays d'Égypte, quand on arrive au delta du Nil.

Loth choisit pour lui toute la région du Jourdain et il partit vers l'est. C'est ainsi qu'ils se séparèrent.

 Abram habita dans le pays de Canaan, et Loth habita dans les villes de la région du Jourdain ; il poussa ses campements jusqu'à Sodome.


Pauline Méreuze

Méditation

Une séparation non violente

Il y a la séparation du grand départ et celles qui adviennent en cours de route. Partis ensemble, les communautés, les associations, les mouvements, les entreprises, les équipes, voire les familles, se divisent, chacun prenant sa propre direction.
La séparation est toujours douloureuse et nous cherchons à l'éviter. Mais si l'on étouffe, s'il n'y a plus assez de place pour tout le monde, si une trop grande proximité conduit à des frictions, si l'on envisage déjà des conflits plus graves, un certain éloignement est nécessaire. Il faut alors le courage d'assumer une prise de distance. Paradoxalement, celle-ci permet de sauver le lien, la relation, c'est-à-dire l'essentiel.

Dans ce récit, l'ancien accepte d'autonomiser le plus jeune, le laissant choisir l'espace où il pourra se développer. Ce faisant, il évite la promiscuité et maintient la communion. Ce processus, naturel entre les générations, peut l'être aussi entre les peuples, les régions, les pays.

Il faut parfois autonomiser les parties d'un grand tout pour maintenir la relation autrement et leur permettre ainsi de rester en communion. Il faut accepter d'institutionnaliser les différences, pour que les particularités puissent coexister.
Le jeune choisit le lieu le plus prospère. Mais attention, si tout le monde fait de même, la violence va se développer. Nous le savons déjà : Sodome et Gomorrhe seront détruites. L'ancien, lui, s'efface pour que l'autre trouve sa place et grandisse. En apparence, il lui revient la moins bonne part. Mais cette magnanimité est la logique même de la vie et il en sera récompensé.
 


Méditation enregistrée dans les studios de Radio RCF Bruxelles.


Soeur Marie Monnet, Dominicaine à Bruxelles




Revenir en haut Aller en bas
Lumen
Admin
avatar

Messages : 8497
Date d'inscription : 18/10/2014
Localisation : France

MessageSujet: Re: Marche Dans La Bible Pour Connaître Les chemins Du Seigneur !   Ven 27 Mai 2016 - 18:06

La rencontre d'Abram et de Melchisédech

Genèse 14, 17-20

 Le roi de Sodome s’avança vers la vallée de Shavé, c’est-à-dire la vallée du Roi, à la rencontre d’Abram. Celui-ci venait de battre Kedorlahomer et les rois qui l’accompagnaient.

Melkisédek, roi de Salem, fit apporter du pain et du vin : il était prêtre du Dieu très-haut.

Il le bénit en disant : « Béni soit Abram par le Dieu très-haut, qui a créé le ciel et la terre ; et béni soit le Dieu très-haut, qui a livré tes ennemis entre tes mains. » Et Abram lui donna le dixième de tout ce qu’il avait pris.


Pauline Méreuze

Méditation

Le tout premier dialogue interreligieux

Melchisédech est une figure mystérieuse de l’Ancien Testament. Il est roi de Salem, c’est-à-dire roi de paix. C’est lui qui bénit Abraham en offrant à Dieu du pain et du vin. Car il est prêtre et Abraham le reconnaît comme tel, lui donnant un dixième de tous ses biens.

Cette scène est représentée dans de nombreuses églises et je vous invite à y être attentif. Elle est souvent placée face à une autre offrande, un autre repas, le dernier que Jésus partage avec ses disciples, à quelques heures de sa mort.

Ainsi, ce geste ancestral, entre Abraham et Melchisédech, est nôtre aujourd’hui. À chaque fois que nous communions au pain et au vin, au corps et au sang de Jésus, nous aussi, nous vivons cette rencontre. Écoutons bien la prière eucharistique (n°1) : « Et comme il t’a plu d’accueillir les présents d’Abel le Juste, le sacrifice de notre père Abraham, et celui que t’offrit Melchisédech ton grand prêtre, en signe du sacrifice parfait, regarde cette offrande avec amour, et dans ta bienveillance, accepte-la. »

Ce geste de paix, entre le père des croyants et l’autre monde, celui du prêtre étranger, mystérieux et sans âge, c’est déjà le geste de paix que nous pouvons poser aujourd’hui entre nous, croyants, et tous ceux qui sont aux frontières de la foi, au-delà d’elle, dans un autre monde, un peu mystérieux, en d’autres lieux, selon d’autres cultures, avec des religions différentes.

Il n’est pas nécessaire d’être grand prêtre pour célébrer la communion. Il faut juste, sur son propre chemin, être attentif à celui qui vient. Tous ceux qui voyagent ainsi, parfois taxés d’un peu d’idéalisme, disent combien ils sont transformés par l’hospitalité qu’ils ont reçue. Pas seulement par le dépaysement, la splendeur de la nature, ou encore par la beauté des traditions rencontrées. Mais transformés par la force des rencontres inattendues, accueillies, célébrées, autour d’un verre d’eau, d’un coin de couverture partagée, de quelques confidences égrenées. Au-delà de toutes les différences, cette reconnaissance mutuelle est possible, elle est le religieux le plus authentique, là où Dieu est sensible au cœur.

Soyons de ceux-là, sur la route des grands voyages, comme sur celle de la vie quotidienne. Ouverts, attentifs, prêts à entrer en relation. Paix ! Shalom ! Salam !
 


Méditation enregistrée dans les studios de Radio RCF Bruxelles.


Soeur Marie Monnet, Dominicaine à Bruxelles




Revenir en haut Aller en bas
Lumen
Admin
avatar

Messages : 8497
Date d'inscription : 18/10/2014
Localisation : France

MessageSujet: Re: Marche Dans La Bible Pour Connaître Les chemins Du Seigneur !   Mar 31 Mai 2016 - 19:51

L'alliance itinérante

Genèse 15, 13-17

 Au coucher du soleil, un sommeil mystérieux tomba sur Abram, une sombre et profonde frayeur tomba sur lui.

Dieu dit à Abram : « Sache-le bien : tes descendants seront des immigrés dans un pays qui ne leur appartient pas. On en fera des esclaves, on les opprimera pendant quatre cents ans.

Mais la nation qu’ils auront servie, je la jugerai à son tour, et ils sortiront ensuite avec de grands biens.

Quant à toi, tu rejoindras tes pères dans la paix. Tu seras enseveli après une heureuse vieillesse.

Tes descendants ne reviendront ici qu’à la quatrième génération, car alors seulement, la faute des Amorites aura atteint son comble. »


Fred Cacheux

Méditation

Les premiers pas d'Abraham, le croyant

Son nom est Abram. Il n’a pas encore reçu de Dieu le nom d’Abraham, sous lequel nous le connaissons. Être nommé par Dieu, c’est faire partie de son monde, être en lien personnel avec lui. De quoi combler le plus haut désir de vie qui puisse agiter un cœur humain. Pas encore définitivement adopté, il est toujours en phase de test, Abram. Mais il a déjà réussi la plus décisive des épreuves qui lui sont proposées. Il s’est mis en route à l’appel de Dieu. Dieu ne peut introduire à son monde qu’une humanité mobile. Non pas tant géographiquement mobile, que psychologiquement, spirituellement mobile. Mobile dans la pensée, dans le cœur. Lui, pas de doute, il est mobile, Abram, et il est aussi sensible. Cela va de pair. Ainsi, il vit au diapason de ses rêves. Et c’est en rêve qu’il a vu de sombres images. Exil, servitude, oppression...

Il apprend de ses rêves ce que le chemin lui a déjà enseigné : partir à l’appel de Dieu n’est pas l’assurance d’une vie sans histoires, indemne de la souffrance. Bien au contraire. À ses élus, Dieu promet les tribulations, les épreuves, les combats. Mais pas pour rien, toujours vers la vie, comme des brèches, des passages. Et la promesse assure qu’au bout du bout de la route, là, il y aura la paix. Pas le vide, sans présence, sans amour, de ceux qui veulent qu’on « leur fiche la paix ! » Non, une paix profonde, pleine, où la rencontre s’accomplit, enfin. Elle ne peut être que donnée par Dieu, cette paix, au bout du chemin. Mais Abram, le croyant, sait qu’elle est réelle, la paix. Elle ne ment pas. Quelque chose d’elle habite déjà sa foi.
 


Méditation enregistrée dans les studios de Radio RCF Lyon


Frère Pascal Marin, Couvent de la Tourette




Revenir en haut Aller en bas
Lumen
Admin
avatar

Messages : 8497
Date d'inscription : 18/10/2014
Localisation : France

MessageSujet: Re: Marche Dans La Bible Pour Connaître Les chemins Du Seigneur !   Mer 1 Juin 2016 - 17:31

"Ton nom sera Abraham"
"Ton nom sera Abraham, car je te fais père d'une multitude de nations"

Genèse 17, 1-8

 Lorsque Abram eut atteint quatre-vingt-dix-neuf ans, le Seigneur lui apparut et lui dit : « Je suis le Dieu-Puissant ; marche en ma présence et sois parfait. J’établirai mon alliance entre moi et toi, et je multiplierai ta descendance à l’infini. »

Abram tomba face contre terre et Dieu lui parla ainsi :
« Moi, voici l’alliance que je fais avec toi : tu deviendras le père d’une multitude de nations. Tu ne seras plus appelé du nom d’Abram, ton nom sera Abraham, car je fais de toi le père d’une multitude de nations. Je te ferai porter des fruits à l’infini, de toi je ferai des nations, et des rois sortiront de toi.

J’établirai mon alliance entre moi et toi, et après toi avec ta descendance, de génération en génération ; ce sera une alliance éternelle ; ainsi je serai ton Dieu et le Dieu de ta descendance après toi.

À toi et à ta descendance après toi je donnerai le pays où tu résides, tout le pays de Canaan en propriété perpétuelle, et je serai leur Dieu. »


Fred Cacheux

Méditation

Marche en ma présence et tu seras parfait !

Abram a maintenant fait ses preuves. Dieu l’adopte. En signe de cette adoption, il lui donne un nom nouveau, Abraham. Pas de quoi marquer une grande rupture avec le nom d’avant. D’Abram à Abraham, qu’est-ce qui a changé ? Peu de choses d’un point de vue phonétique. Un petit « ah » en plus. Ce « ah ! » qui en français dit la surprise. Toutefois, en hébreu le sens n’est plus le même, nous disent les biblistes. Un Abram, « père des hauteurs » devient alors un Abraham, « père des multitudes ». C’est une promesse de grande fécondité, ce nom nouveau. Le nom d’Abraham venant de Dieu, il sanctifie ce que fut Abram, le marcheur de Dieu. Et Dieu ne lui donne alors qu’une consigne : « Marche en ma présence et sois parfait. » Être parfait, n’est-elle pas écrasante, la demande ? Pas à la mesure de ce que peut un homme, fût-il bon comme Abram, et donc vouée à l’échec ? Car si Abram n’a pas été parfait, de la perfection où Dieu l’entend, Abraham ne le sera pas non plus.

Mais il faut bien comprendre ce que Dieu demande à son élu au moment où il l’adopte en lui donnant un nom. Il ne lui dit pas : marche en ma présence et en plus, « sois parfait », telle une condition. Et si elle n’était pas respectée, elle viendrait invalider l’adoption et la promesse d’une immense fécondité spirituelle. Dieu dit à Abraham : « Continue sur la voie d’Abram, marche en ma présence et ainsi tu seras parfait. Je serai ta perfection. Si tu marches avec moi, la Sainteté du seul Saint sera avec toi. Si tu erres, je te remettrai sur la route. Si tu tombes, je te relèverai. Si tu pèches, tu seras pardonné. »
 


Méditation enregistrée dans les studios de Radio RCF Lyon


Frère Pascal Marin, Couvent de la Tourette




Revenir en haut Aller en bas
Lumen
Admin
avatar

Messages : 8497
Date d'inscription : 18/10/2014
Localisation : France

MessageSujet: Re: Marche Dans La Bible Pour Connaître Les chemins Du Seigneur !   Ven 3 Juin 2016 - 18:59

Le sacrifice d'Isaac
L'ange dit: "N'étends pas la main contre l'enfant ! Ne lui fais aucun mal !"

Livre de la Genèse, chapitre 22, verset 12

 Après ces événements, Dieu mit Abraham à l’épreuve. Il lui dit : « Abraham ! » Celui-ci répondit : « Me voici ! »

Dieu dit : « Prends ton fils, ton unique, celui que tu aimes, Isaac, va au pays de Moriah, et là tu l’offriras en holocauste sur la montagne que je t’indiquerai. »

Abraham se leva de bon matin, sella son âne, et prit avec lui deux de ses serviteurs et son fils Isaac. Il fendit le bois pour l’holocauste, et se mit en route vers l’endroit que Dieu lui avait indiqué.

Le troisième jour, Abraham, levant les yeux, vit l’endroit de loin.
Abraham dit à ses serviteurs : « Restez ici avec l’âne. Moi et le garçon nous irons jusque là-bas pour adorer, puis nous reviendrons vers vous. »

Abraham prit le bois pour l’holocauste et le chargea sur son fils Isaac ; il prit le feu et le couteau, et tous deux s’en allèrent ensemble.
Isaac dit à son père Abraham : « Mon père ! – Eh bien, mon fils ? » Isaac reprit : « Voilà le feu et le bois, mais où est l’agneau pour l’holocauste ? »  

Abraham répondit : « Dieu saura bien trouver l’agneau pour l’holocauste, mon fils. » Et ils s’en allaient tous les deux ensemble.
Abraham et Isaac arrivèrent à l’endroit que Dieu avait indiqué. Abraham y bâtit l’autel et disposa le bois ; puis il lia son fils Isaac et le mit sur l’autel, par-dessus le bois. Abraham étendit la main et saisit le couteau pour immoler son fils.

Mais l’ange du Seigneur l’appela du haut du ciel et dit : « Abraham ! Abraham ! » Il répondit : « Me voici ! » L’ange lui dit : « Ne porte pas la main sur le garçon ! Ne lui fais aucun mal ! Je sais maintenant que tu crains Dieu : tu ne m’as pas refusé ton fils, ton unique. »

Abraham leva les yeux et vit un bélier retenu par les cornes dans un buisson. Il alla prendre le bélier et l’offrit en holocauste à la place de son fils.

Abraham donna à ce lieu le nom de « Le-Seigneur-voit ». On l’appelle aujourd’hui : « Sur-le-mont-le-Seigneur-est-vu. »


Fred Cacheux

Méditation

Un long chemin de conversion !

Dieu a élu Abraham définitivement. Les voilà alliés, ils vont cheminer ensemble. Mais pourquoi, à quelles fins ? Le fameux récit dit de « la ligature d’Isaac » nous donne une réponse. Pas à pas, Dieu initie Abraham à un autre style de vie, le sien. Voilà qui éclaire pour nous les enjeux d’une vie avec Dieu, d’une vie dans la foi. Dans des moments de découragement, on se demande parfois : à quoi bon vivre encore ? Le sens de vivre dans la durée, c’est d’apprendre, sans cesse et encore, ce qu’est la pensée de Dieu, ce à quoi elle nous appelle. La conversion est un long chemin. Il y faut du temps. Et il faut la passion de connaître Dieu, le désir d’entrer dans sa manière d’aimer et d’agir. Par son obéissance sans faille, Abraham a manifesté sa soumission à Dieu. Dieu en échange lui révèle que l'âge où les pères, selon les coutumes ancestrales, avaient droit de vie et de mort sur femmes et enfants et pouvaient si besoin les immoler à une divinité, ce temps-là est fini.

La ligature d’Isaac, c’est le renoncement aux mœurs d’une paternité archaïque. Jésus, lui, nous apprendra que seul Dieu est vrai Père et que parmi nous, dans l’Esprit, il n’y a que des enfants. La scène nous montre aussi ce qui ouvre un chemin à la foi. Le renoncement, mais pas un renoncement à la vie. Tout ce qui n’entre pas dans les vues de Dieu, cela seul exige renoncement et doit être sacrifié. Dieu a montré à Abraham ce qui, chez lui, demande un sacrifice. Non bien sûr le fils béni de la promesse, mais la toute-puissance d’un homme sur son semblable, sans idée de la Miséricorde de Dieu.
 


Méditation enregistrée dans les studios de Radio RCF Lyon


Frère Pascal Marin, Couvent de la Tourette





Revenir en haut Aller en bas
Lumen
Admin
avatar

Messages : 8497
Date d'inscription : 18/10/2014
Localisation : France

MessageSujet: Re: Marche Dans La Bible Pour Connaître Les chemins Du Seigneur !   Lun 6 Juin 2016 - 15:54

Rébecca près d'un puits
"Le serviteur d’Abraham dit : “Seigneur, Dieu de mon maître Abraham,
permets-moi de faire aujourd’hui une heureuse rencontre
et montre ta faveur à l’égard de mon maître.”


Genèse 24, 10-21

 Parmi les chameaux de son maître, le serviteur en prit dix et il s’en alla, emportant tout ce que son maître avait de meilleur. Il se leva et s’en alla vers l’Aram-des-deux-Fleuves, à la ville de Nahor.

Il fit agenouiller les chameaux en dehors de la ville, près d’un puits d’eau, à l’heure du soir, l’heure où les femmes sortent pour y puiser.

Il dit : « Seigneur, Dieu de mon maître Abraham, permets-moi de faire aujourd’hui une heureuse rencontre et montre ta faveur à l’égard de mon maître Abraham. Me voici debout près de la source, et les filles des gens de la ville sortent pour puiser de l’eau. La jeune fille à qui je dirai : “Incline ta cruche pour que je boive”, et qui répondra : “Bois et je vais aussi abreuver tes chameaux”, que cette jeune fille soit celle que tu destines à ton serviteur Isaac ; je saurai ainsi que tu as montré ta faveur à l’égard de mon maître. »

l n’avait pas fini de parler que sortit Rébecca, la fille de Betouël, fils de Milka, elle-même femme de Nahor, le frère d’Abraham ; elle portait sa cruche sur l’épaule.

La jeune fille avait très belle apparence, elle était vierge, aucun homme ne s’était uni à elle. Elle descendit à la source, emplit sa cruche et remonta.

Le serviteur courut à sa rencontre et dit : « De grâce, donne-moi à boire une gorgée d’eau de ta cruche ! » Elle répondit : « Bois, mon seigneur. » Et, de la main, elle s’empressa d’abaisser la cruche pour lui donner à boire.


Miglé Berekaité

Méditation

Site de rencontres

« Rébecca avait très belle apparence, elle était vierge, aucun homme ne s’était uni à elle. » Cette histoire commence comme dans tous les contes de fées : un homme rencontre une femme magnifique. Dans la Bible, c’est souvent au bord d’un puits. Aujourd’hui, c’est souvent dans un bar. Mais voici que l’histoire ne se passe pas comme prévu. Le serviteur d’Abraham ne garde pas cette femme pour lui, il ne la séduit pas, mais il la conduit vers son futur mari : Isaac, le fils d’Abraham.

Séduire signifie « détourner » ou « diriger vers soi ». Conduire signifie au contraire « marcher avec », « faire aller quelqu’un en allant moi-même avec lui ». Notre monde aime les histoires de séduction. Préférons découvrir dans la Bible ces histoires où deux personnes marchent ensemble vers un autre, vers le Tout-Autre qu’est Dieu.

Regardons Jésus rencontrant lui aussi une femme, une Samaritaine, au bord d’un puits.*

Cette scène est-elle une rencontre amoureuse ? Oui. Car Jésus ne la séduit pas pour devenir son septième mari, mais il la conduit vers le Père que « les vrais adorateurs adoreront en esprit et vérité : tels sont les adorateurs que recherche le Père. »

Prenons exemple sur Jean-Baptiste affirmant au sujet du Christ : « Celui à qui l’épouse appartient, c’est l’époux ; quant à l’ami de l’époux, il se tient là, il entend la voix de l’époux, et il en est tout joyeux. Telle est ma joie : elle est parfaite. Lui, il faut qu’il grandisse ; et moi, que je diminue. »*** Cette vertu de conduire et non de séduire a un nom : on l’appelle la chasteté.
 


* Jn 4
** Jn 4,23
***Jn 3,29



Méditation enregistrée dans les studios de Radio RCF Tours S. Martin


Frère Nicolas Burle, Couvent de Tours





Revenir en haut Aller en bas
Lumen
Admin
avatar

Messages : 8497
Date d'inscription : 18/10/2014
Localisation : France

MessageSujet: Re: Marche Dans La Bible Pour Connaître Les chemins Du Seigneur !   Mer 8 Juin 2016 - 19:46

Le mariage d'Isaac et de Rébecca
« Isaac était sorti à la tombée du jour, pour se promener dans la campagne,
lorsque, levant les yeux, il vit arriver des chameaux.
Rébecca, levant les yeux elle aussi, vit Isaac. »


Genèse 24, 62-67

 Isaac s’en revenait du puits de Lahaï-Roï. Il habitait alors le Néguev. Il était sorti à la tombée du jour, pour se promener dans la campagne, lorsque, levant les yeux, il vit arriver des chameaux. Rébecca, levant les yeux elle aussi, vit Isaac.

Elle sauta à bas de son chameau et dit au serviteur : « Quel est cet homme qui vient dans la campagne à notre rencontre ? » Le serviteur répondit : « C’est mon maître. » Alors elle prit son voile et s’en couvrit.

Le serviteur raconta à Isaac tout ce qu’il avait fait. Isaac introduisit Rébecca dans la tente de sa mère Sara ; il l’épousa, elle devint sa femme, et il l’aima. Et Isaac se consola de la mort de sa mère.


Miglé Berekaité

Méditation

Regarde-moi !

Faisons un peu de généalogie.
Lahaï-Roï : « le-Vivant-qui-me-voit ». Ce puits marque la rencontre entre El Roï (Dieu-qui-me-voit) et Agar la servante chassée par Abraham en raison de la jalousie de Sara. Revenue au camp, elle donne naissance à Ismaël (Dieu entend), « car le Seigneur t’a entendue dans ton humiliation »*. Sara donnera naissance plus tard à Isaac. Ismaël et Isaac sont donc fils d’Abraham, de deux mères différentes.

Que faisait alors Isaac au puits de Lahaï-Roï où pleura la mère de son demi-frère ? Quelle était sa prière en attendant que le serviteur de son père lui ramène sa future femme ? Pensait-il à ses parents qui ont tant attendu pour avoir un fils ?

Isaac et Rébecca lèvent les yeux et se voient pour la première fois. Ils lèvent les yeux de leur quotidien, de leur attente même. Selon saint Augustin, un contemplatif est une personne qui sait regarder les visages. Depuis combien de temps n’ai-je pas contemplé le visage de ceux que j’aime, de ceux qui me sont confiés par le Seigneur ?

L’histoire de la vie chrétienne est celle d’un regard posé sur chacun de nous. Souvenons-nous du jeune homme riche qui désire tant la vie éternelle. Jésus posa son regard sur lui, et l’aima. Il lui dit : « Une seule chose te manque : va, vends ce que tu as et donne-le aux pauvres ; alors tu auras un trésor au ciel. Puis viens, suis-moi. »**. « II est nécessaire à l’homme, ce regard aimant : il lui est nécessaire de se savoir aimé, aimé éternellement et choisi de toute éternité. Cet amour éternel manifesté par l’élection divine accompagne l’homme au long de sa vie comme le regard d’amour du Christ. »***
 


* Gn 16,11
** Mc 10,21
*** saint Jean-Paul II



Méditation enregistrée dans les studios de Radio RCF Tours S. Martin


Frère Nicolas Burle, Couvent de Tours




Revenir en haut Aller en bas
Lumen
Admin
avatar

Messages : 8497
Date d'inscription : 18/10/2014
Localisation : France

MessageSujet: Re: Marche Dans La Bible Pour Connaître Les chemins Du Seigneur !   Ven 10 Juin 2016 - 17:28

Les puits d'Isaac
"Va-t-en de chez nous, car tu es devenu
beaucoup plus puissant que nous."


Genèse 26, 1 ; 12-19

 Alors qu’il y avait une famine dans le pays de Guérar, chez Abimélek, roi des Philistins, Isaac fit des semailles sur cette terre et récolta, cette année-là, le centuple. Le Seigneur le bénit, et Isaac devint un personnage important, de plus en plus important, jusqu’à devenir vraiment très important.  

Il avait un troupeau de petit bétail, un troupeau de gros bétail et de nombreux serviteurs. Aussi les Philistins en furent-ils jaloux. Tous les puits qu’avaient creusés les serviteurs de son père Abraham, au temps de celui-ci, les Philistins les bouchèrent en les remplissant de terre. Abimélek, le roi des Philistins, dit à Isaac : « Va-t’en de chez nous, car tu es devenu beaucoup plus puissant que nous. »

Isaac s’en alla donc. Il campa dans la vallée de Guérar et y demeura. Isaac se mit à creuser de nouveau les puits d’eau qu’on avait creusés au temps d’Abraham, son père, et que les Philistins avaient bouchés après la mort d’Abraham. Et il leur donna les noms que leur avait donnés son père. Puis les serviteurs d’Isaac creusèrent dans la vallée et y trouvèrent un puits d’eaux vives.


Miglé Berekaité

Méditation

Le bonheur des autres

L’abbé Pierre, à l’âge de douze ans, vola un jour de la confiture chez lui et laissa un de ses frères accusé à sa place. Ses parents ayant découvert le pot aux roses, il fut privé de participer à une grande fête de famille. Le soir, ses frères et sœurs reviennent enchantés et veulent lui raconter leur merveilleuse journée. Mais lui les accueille sèchement : « Qu’est-ce que cela peut me faire ? Je n’étais pas avec vous. » Après le dîner, son père vint le voir et lui dit : « J’ai entendu ce que tu as dit tout à l’heure et j’en suis très déçu : comment pourras-tu être heureux si tu ne sais pas te réjouir du bonheur des autres ? »  

Selon l’abbé Pierre, cette phrase a changé sa vie. Ce jour-là, il a cessé de ne s’intéresser qu’à lui-même, il a compris que le bonheur des autres était la condition de son bonheur et que le bonheur des autres n’enlevait rien à son bonheur. Il est devenu un ami de Dieu, un ami de la vie qui jaillit.

Le Seigneur avait béni Isaac et il « devint un personnage important, de plus en plus important, jusqu’à devenir vraiment très important. »* Chassé par les jaloux, il aurait pu devenir amer ou violent. Mais il choisit de déblayer les puits de son père Abraham pour que la vie jaillisse de nouveau. Alors, « les serviteurs d’Isaac creusèrent dans la vallée et y trouvèrent un puits d’eaux vives ».** car le Seigneur est venu pour que nous ayons « la vie, la vie en abondance »***. Soyons des serviteurs de la vie : faisons jaillir la vie en abondance pour nos prochains afin d’avoir part à cette vie.
 


* Gn 26,13
** Gn 26,19
*** Jn 10,10



Méditation enregistrée dans les studios de Radio RCF Tours S. Martin


Frère Nicolas Burle, Couvent de Tours





Revenir en haut Aller en bas
Lumen
Admin
avatar

Messages : 8497
Date d'inscription : 18/10/2014
Localisation : France

MessageSujet: Re: Marche Dans La Bible Pour Connaître Les chemins Du Seigneur !   Lun 13 Juin 2016 - 18:47

Le songe de Jacob
Voilà qu'une échelle était dressée sur la terre et que son sommet
atteignait le ciel et des anges de Dieu y montaient et y descendaient


Genèse 28, 1-4 ; 10-15

 Jacob, le fils d’Isaac, partit de Bershéba et se dirigea vers Harane. Il atteignit le lieu où il allait passer la nuit car le soleil s’était couché. Il y prit une pierre pour la mettre sous sa tête, et dormit en ce lieu.

Il eut un songe : voici qu’une échelle était dressée sur la terre, son sommet touchait le ciel, et des anges de Dieu montaient et descendaient. Le Seigneur se tenait près de lui.  

Il dit : « Je suis le Seigneur, le Dieu d’Abraham ton père, le Dieu d’Isaac. La terre sur laquelle tu es couché, je te la donne, à toi et à tes descendants.

Tes descendants seront nombreux comme la poussière du sol, vous vous répandrez à l’orient et à l’occident, au nord et au midi ; en toi et en ta descendance seront bénies toutes les familles de la terre.

Voici que je suis avec toi ; je te garderai partout où tu iras, et je te ramènerai sur cette terre ; car je ne t’abandonnerai pas avant d’avoir accompli ce que je t’ai dit. »


Sébastien Depommier

Méditation

Des films, des rêves et des songes

Dans le parcours d’une vie, on fait nécessairement des haltes. L’esprit prend alors le temps d’anticiper, de songer… Et il y a différentes formes de songes ! Faisons-nous autre chose qu’un rêve collectif quand nous allons dans une salle obscure pour regarder un film ? Le film « Demain », par exemple, n’est-il pas comme un songe qui nous invite à envisager un avenir meilleur ?   

Comme Jacob, il nous est bon de faire des pauses et de laisser notre imaginaire respirer. À quoi songeons-nous alors ? Nous projetons-nous dans l’avenir ? De quel monde rêvons-nous ? Dans la Bible, les songes sont une invitation à voir plus loin, plus haut, à se laisser porter par une inspiration. Les songes s’imposent, nous n’en sommes pas les « réalisateurs ». Quand Joseph est invité à prendre Marie chez lui, en accueillant son futur enfant, c’est l’Esprit qui lui communique un message rassurant, ce n’est pas Joseph « qui se fait un film ».

Jésus reprend cette image du songe de Jacob. Il dit à ses contemporains : « Vous verrez le ciel ouvert et les anges monter et descendre sur le Fils de l’Homme. ».*

Une petite fille me demandait un jour si « le ciel était mou » ou s’il était « dur ». C’était par une nuit étoilée d’août. Elle voulait savoir si le ciel était ouvert ou s’il était hermétiquement fermé, s’il y avait une autre réalité que ce monde ci, quelque chose qui communique de l’un à l’autre, un passage…

Depuis, j’ai compris que notre songe à tous, c’est de savoir si le ciel est mou, s’il est ouvert, s’il est habité, s’il y a quelqu’un. Nous « rêvons », nous espérons que ce soit le cas… Avec Jésus, le rêve s’est fait réalité. Il est l’échelle de Jacob, celui qui établit la communication, le passage. Il relie Dieu et l’humanité.

Alors, attention aux rêves, ils peuvent se réaliser !
 


* Jn 1, 51


Méditation enregistrée dans les studios de Radio RCF Bruxelles.


Soeur Marie Monnet, Dominicaine à Bruxelles





Revenir en haut Aller en bas
Lumen
Admin
avatar

Messages : 8497
Date d'inscription : 18/10/2014
Localisation : France

MessageSujet: Re: Marche Dans La Bible Pour Connaître Les chemins Du Seigneur !   Mer 15 Juin 2016 - 17:21

Jacob arrive chez Laban
Dès que Jacob eut vu Rachel, il s'approcha, roula la pierre de sur la bouche du
puits et abreuva le bétail de son oncle Laban


Genèse 29, 9-14


 Jacob se remit en marche et partit pour le pays des fils de l’Orient. Tout à coup, il aperçut un puits dans la campagne et, près de ce puits, trois troupeaux de petit bétail ; les bêtes étaient couchées car c’est à ce puits qu’on abreuvait les troupeaux. Sur l’orifice du puits était posée une grande pierre.

Jacob parlait encore avec les gens de ce pays quand Rachel arriva avec le petit bétail qui appartenait à son père ; en effet, elle était bergère.  

Dès que Jacob vit Rachel, fille de Laban, le frère de sa mère, et le petit bétail de Laban, il s’avança, roula la pierre posée sur l’orifice du puits et abreuva le petit bétail de Laban.

Alors Jacob embrassa Rachel, et il éclata en sanglots.
Jacob apprit à Rachel qu’il était un parent de son père et le fils de Rébecca. Elle courut en informer son père.

Dès que Laban entendit parler de Jacob, le fils de sa sœur, il courut à sa rencontre, l’étreignit, l’embrassa et l’amena chez lui. Jacob raconta toute l’affaire à Laban et celui-ci lui dit : « Tu es vraiment mes os et ma chair ! » Jacob habita chez lui pendant tout un mois.


Sébastien Depommier

Méditation

Où puiser la joie de l’amour ?

Dans la Bible, beaucoup de rencontres se font autour d’un puits. Agar, la servante d’Abraham, fuit Sara sa maîtresse, car elle est enceinte de son époux et c’est près d’un puits qu’elle reçoit la bénédiction de l’ange. De même, Isaac rencontre sa future épouse Rébecca, auprès d’un puits. Jacob, à la recherche d’une fiancée, tombe fou amoureux de Rachel, en la voyant mener boire son troupeau. C’est également auprès d’un puits que Moïse découvre pour la première fois Tsippora. Et c’est encore auprès d’un puits que la Samaritaine rencontrera Jésus, au puits appelé justement puits de Jacob !    

Dans la Bible, nous ne marchons pas de concept en concept. Pas de système philosophique, encore moins théologique. Pas de théorie de l’amour ! Ce sont des récits, des images. En les parcourant, nous prenons progressivement conscience que certaines d’entre elles, ici celle du puits, en appellent d’autres… Elles se font écho, elles dessinent un sens. En voici un bel exemple dans ce récit : l’image du puits dit quelque chose de la relation entre les hommes et les femmes aujourd’hui !

L’image n’est donc pas moins forte que le concept. Elle dit au contraire un élément fondateur, permanent, structurel, qui traverse les récits, de génération en génération.

L’histoire des patriarches, comme la nôtre, passe par les puits. Ils sont le lieu où se scellent les alliances fondatrices. Ils symbolisent la fin d’une certaine errance, d’une forme d’exil et le début d’une véritable stabilité. L’humanité est pleinement elle-même quand hommes et femmes font alliance. Homme et femme, il les créa. À son image et ressemblance, il les créa. Cette relation – dans la famille, l’éducation, le travail, mais aussi l’enseignement, l’art, la gouvernance, l’innovation, la prise de décision – cette relation est un absolu et c'est elle qui nous révèle le visage de Dieu.
  



Méditation enregistrée dans les studios de Radio RCF Bruxelles.


Soeur Marie Monnet, Dominicaine à Bruxelles





Revenir en haut Aller en bas
Lumen
Admin
avatar

Messages : 8497
Date d'inscription : 18/10/2014
Localisation : France

MessageSujet: Re: Marche Dans La Bible Pour Connaître Les chemins Du Seigneur !   Ven 17 Juin 2016 - 15:45

La fuite de Jacob
Pourquoi as-tu fui en secret et m'as-tu abusé au lieu de m'avertir pour que
je te reconduise dans l'allégresse et les chants ?


Genèse 31, 1-3 ; 17-18 ; 20-23 ; 26-28 ; 36


 Jacob entendit parler les fils de Laban qui disaient : « Jacob a pris tout ce qui appartenait à notre père, c’est à partir des biens de notre père qu’il a bâti toute sa fortune. »

Jacob observa le visage de Laban et constata qu’il ne se comportait plus vis-à-vis de lui comme auparavant..  

Le Seigneur dit à Jacob : « Retourne au pays de tes pères, dans ta parenté. Je serai avec toi. »

Alors, Jacob se leva et fit monter ses fils et ses femmes sur les chameaux. Il emmena aussi tous ses troupeaux et tous les biens qu’il avait acquis – le troupeau qu’il avait acquis en Paddane-Aram – pour retourner chez son père Isaac, au pays de Canaan.

Et Jacob se déroba à la vigilance de Laban l’Araméen, en s’enfuyant sans le prévenir. Il s’enfuit donc avec tout ce qu’il possédait, il se leva, traversa l’Euphrate et se dirigea vers la montagne de Galaad.

Le troisième jour, on avertit Laban de la fuite de Jacob. Laban prit avec lui ses frères et poursuivit Jacob pendant sept jours de marche. Il le rejoignit à la montagne de Galaad.

Laban dit à Jacob : « Qu’as-tu fait ? Tu t’es dérobé à ma vigilance, tu as emmené mes filles comme des captives de guerre ! Pourquoi t’es-tu caché pour fuir ? Tu m’as volé ! Tu ne m’as pas prévenu ! Je t’aurais laissé partir dans la joie et les chants, au son du tambourin et de la cithare. Mais tu ne m’as pas laissé embrasser mes fils et mes filles ! Tu te comportes vraiment comme un fou !.

Jacob s’enflamma de colère et prit Laban à partie. Il s’écria : « Quel crime ai-je fait ? Quelle faute ai-je commise pour que tu t’acharnes contre moi ? »



Sébastien Depommier


Méditation

La ruse, contre les manipulations

La relation à l’autre tourne parfois court. Elle peut déboucher sur une indifférence réciproque, une forme de lassitude, ou pire encore, aboutir à une rupture violente. On s’interroge alors pour comprendre ce qui s’est passé. Le récit biblique ne livre aucune recette, encore moins d’explication univoque. Ici, il semble que Laban a fait de Jacob sa chose. Jacob entrait dans les plans de Laban : il a épousé son aînée contre son gré, puis la cadette et partagé au moins quatorze années de sa vie avec cette famille.    

Dans une relation déséquilibrée, la vie doit se faufiler et prendre des chemins de traverse. Jacob fuit. Il sauve sa peau. Pas n’importe comment, mais en se dérobant à la vigilance de Laban. Il apprend à ruser et invente un stratagème pour retrouver son autonomie. La Bible ne condamne pas cette stratégie, mais elle la valorise, car elle est au service de la liberté et de la vie. Ce récit n’est donc pas une leçon de morale, comme on imagine celle-ci spontanément.

Jacob fuit un mal, il prend ses distances et progressivement, va se constituer un cheptel propre, c’est-à-dire symboliquement quelque chose qui lui soit vraiment personnel. Son mouvement de fuite entraîne une poursuite.  

Mais Laban est faux : il accuse Jacob d’être parti sans le dire, alors que Jacob n’a eu de cesse de lui demander la permission (toujours refusée) de partir. Laban a méprisé le désir de Jacob de retrouver son père, sa source, son être profond. Alors que Jacob instaure la distance, Laban le rattrape et veut le culpabiliser. Il l’aurait laissé partir « dans la joie et les chants ». Il aurait pris le temps des adieux, des embrassades, des saines séparations.

Le propre des relations fausses est de créer un malaise, d’entretenir la confusion, de ne pas accepter les limites, l’espace de chacun. La victime devient coupable. Jésus subit un procès inique. Lui qui pouvait être l’accusateur est devenu l’accusé. Il y a des structures de mensonge. La Bible nous invite à la lucidité, pour nous en libérer. 
 



Méditation enregistrée dans les studios de Radio RCF Bruxelles.


Soeur Marie Monnet, Dominicaine à Bruxelles





Revenir en haut Aller en bas
Lumen
Admin
avatar

Messages : 8497
Date d'inscription : 18/10/2014
Localisation : France

MessageSujet: Re: Marche Dans La Bible Pour Connaître Les chemins Du Seigneur !   Lun 20 Juin 2016 - 12:04

Joseph vendu par ses frères
Voilà l'homme aux songes qui arrive ! Venez, tuons-le.

Genèse 37, 1-2 ; 14 ; 18-27


 Israël, c’est-à-dire Jacob, aimait Joseph plus que tous ses autres enfants, parce qu’il était le fils de sa vieillesse, et il lui fit faire une tunique de grand prix. En voyant qu’il leur préférait Joseph, ses autres fils se mirent à détester celui-ci, et ils ne pouvaient plus lui parler sans hostilité.

Jacob dit à Joseph : « Va voir comment se portent tes frères et comment va le troupeau, et rapporte-moi des nouvelles. » Joseph chercha ses frères et les trouva à Dotane

Ceux-ci l’aperçurent de loin et, avant qu’il arrive près d’eux, ils complotèrent de le faire mourir. Ils se dirent l’un à l’autre : « Voici l’expert en songes qui arrive ! C’est le moment, allons-y, tuons-le, et jetons-le dans une de ces citernes. Nous dirons qu’une bête féroce l’a dévoré, et on verra ce que voulaient dire ses songes ! »

Mais Roubène les entendit, et voulut le sauver de leurs mains. Il leur dit : « Ne touchons pas à sa vie. » Et il ajouta : « Ne répandez pas son sang : jetez-le dans cette citerne du désert, mais ne portez pas la main sur lui. » Il voulait le sauver de leurs mains et le ramener à son père.

Dès que Joseph eut rejoint ses frères, ils le dépouillèrent de sa tunique, la tunique de grand prix qu’il portait, ils se saisirent de lui et le jetèrent dans la citerne, qui était vide et sans eau.

Ils s’assirent ensuite pour manger. En levant les yeux, ils virent une caravane d’Ismaélites qui venait de Galaad. Leurs chameaux étaient chargés d’aromates, de baume et de myrrhe qu’ils allaient livrer en Égypte. Alors Juda dit à ses frères : « Quel profit aurions-nous à tuer notre frère et à dissimuler sa mort ? Vendons-le plutôt aux Ismaélites et ne portons pas la main sur lui, car il est notre frère, notre propre chair. » Ses frères l’écoutèrent.



Marilyne Fontaine

Méditation

Joseph à l'école de la fraternité

C’est l’histoire d’un homme pris dans la tourmente d’une violente inimitié entre frères. Une histoire de frères ennemis. « Frères » et « ennemis », les mots ne vont pas ensemble. Et pourtant de telles histoires sont légion. La Bible, elle-même n’en manque pas. Abel et Caïn, Jacob et Ésaü, les deux frères de la parabole du fils prodigue en saint Luc…     

Mais l’histoire de Joseph ne fait pas nombre. Elle est unique. Elle montre que du sein des conflits fraternels peut s’ouvrir un chemin vers la Paix. Au début du récit, les fils de Jacob forment un groupe cimenté par la haine qu’ils vouent à l’un des leurs, le préféré du père. Des frères, ceux-là ? Non, une bande de vauriens, prêts à tout, meurtre, dissimulation, trahison, mensonge, outrage au père.

À la fin du récit, voilà les frères rassemblés, réunis désormais par des liens de solidarité mutuelle dans une attention bienveillante à leur père vieillissant. L’amour fraternel a délogé la haine. L’opérateur de ce miracle est Joseph  

Le frère exclu a su transformer une fratrie de fait en fraternité de cœur. Mais ce n’est pas sa condition de victime qui lui donne toute seule ce pouvoir. Car Joseph ne se présente pas devant ses frères comme un plaignant qui exige réparation. Non, tout ce qu’il a perdu d’inestimable par leur faute, il le convertit en générosité pour eux. Avoir été exclu, avoir souffert, l’a rendu sensible à la misère de ses frères désormais en détresse. Aussi Joseph préfigure-t-il le Christ.

L’histoire de Joseph, c’est bien en effet que « la pierre rejetée par les bâtisseurs est devenue la pierre d’angle » 
 



Méditation enregistrée dans les studios de Radio RCF Lyon


frère Pascal Marin, Couvent de la Tourette





Revenir en haut Aller en bas
Lumen
Admin
avatar

Messages : 8497
Date d'inscription : 18/10/2014
Localisation : France

MessageSujet: Re: Marche Dans La Bible Pour Connaître Les chemins Du Seigneur !   Mer 22 Juin 2016 - 17:04

Les songes de Pharaon
Les sept vaches maigres et les sept épis grêles :
c'est qu'il y aura sept années de famine


Genèse 41, 17-28 ; 46-47 ; 54 ; 57


 Pharaon dit à Joseph : « Dans le songe, j’étais debout au bord du Nil, et voici que montaient du Nil sept vaches, bien grasses et de belle allure, qui broutaient dans les roseaux.

Puis, derrière elles, montaient sept autres vaches, chétives, très laides et décharnées. Je n’en avais jamais vu d’une telle laideur dans tout le pays d’Égypte.

Les vaches décharnées et laides mangeaient les premières vaches, les grasses, qui entraient dans leur panse. Mais on ne s’apercevait pas que les grasses étaient entrées dans leur panse : elles restaient aussi laides qu’avant. Alors je me suis réveillé.

Mais j’ai encore vu, en songe, sept épis qui montaient sur une seule tige ; ils étaient pleins et beaux. Puis, après eux, germaient sept épis durcis, maigres et desséchés par le vent d’est.

Et les épis maigres avalaient les sept beaux épis. J’en ai parlé aux magiciens, mais personne n’a pu me fournir d’explication. »
Joseph répondit à Pharaon : « Pharaon n’a eu qu’un seul et même songe. Ce que Dieu va faire, il l’a indiqué à Pharaon.

Les sept belles vaches représentent sept années, et les sept beaux épis, sept années : c’est un seul et même songe !
Les sept vaches décharnées et laides qui montaient derrière les autres représentent sept années ; de même, les sept épis vides et desséchés par le vent d’est. Ce seront sept années de famine.

C’est bien ce que j’ai dit à Pharaon : ce que Dieu va faire, il l’a montré à Pharaon.
Joseph avait trente ans quand il se tint en présence de Pharaon, le roi d’Égypte. Il prit congé de lui et parcourut tout le pays d’Égypte.
Pendant les sept années d’abondance, la terre produisit à plein.

Alors commencèrent les sept années de famine, ainsi que Joseph l’avait annoncé. La famine sévissait partout, mais dans tout le pays d’Égypte il y avait du pain.

De partout on vint en Égypte pour acheter du blé à Joseph, car la famine s’aggravait partout.



Marilyne Fontaine

Méditation

Les histoires bibliques nous regardent

Les rêves de Pharaon sont aux couleurs de l’Égypte. Ces vaches et ces épis, ils habillent encore les murs splendides des tombeaux de la vallée des rois. Mais si l’auteur biblique a pu s’inspirer du récit d’un voyageur, relatant ce qu’il a vu là-bas, l’Égypte dont parle la Genèse n’est pas seulement, pas d’abord, un pays réel dans l’histoire réelle. La Bible ne raconte pas l’histoire. Il lui arrive bien sûr de le faire, et c’est aux historiens de discerner là où c’est le cas.

Les récits bibliques sont faits pour éclairer les pas d’un peuple en marche dans le temps. Les pas d’hier, nos pas d’aujourd’hui. Les histoires bibliques regardent l’actualité. Elles prennent en vue notre situation présente, incertaine de son avenir. De quoi demain sera-t-il fait, que nous réserve-t-il ? Vaches grasses ? Vaches maigres ? Pas de réponse à espérer ! Ni prévisionnel, ni historien le récit biblique.

Dans l’histoire de Joseph, l’interprétation du songe de Pharaon ne se décide ni pour « vaches grasses » ni pour « vaches maigres », puisque les deux seront au rendez-vous et à égalité. Mais sur les conseils inspirés de Joseph, abondance et pénurie vont être vécues et traversées dans la foi. La foi préserve de l’orgueil en situation d’abondance et elle donne la force d’espérer en situation de manque. La leçon vaut toujours. La Bible ne raconte pas l’histoire des générations passées. Non, cette sagesse de Dieu qui a su inspirer leurs chemins, elle en garde la mémoire pour que nous marchions nous aussi à sa lumière.  
 


Méditation enregistrée dans les studios de Radio RCF Lyon


frère Pascal Marin, Couvent de la Tourette





Revenir en haut Aller en bas
Lumen
Admin
avatar

Messages : 8497
Date d'inscription : 18/10/2014
Localisation : France

MessageSujet: Re: Marche Dans La Bible Pour Connaître Les chemins Du Seigneur !   Ven 24 Juin 2016 - 14:27

Le départ de Jacob pour l'Égypte
N'aie pas peur de descendre en Égypte, car
là-bas le ferai de toi une grande nation


Genèse 46, 1-6


 Israël, c’est-à-dire Jacob, se mit en route avec tout ce qui lui appartenait. Arrivé à Bershéba, il offrit des sacrifices au Dieu de son père Isaac, et Dieu parla à Israël dans une vision nocturne. Il dit : « Jacob ! Jacob ! » Il répondit : « Me voici. »
Dieu reprit : « Je suis Dieu, le Dieu de ton père. Ne crains pas de descendre en Égypte, car là-bas je ferai de toi une grande nation.

Moi, je descendrai avec toi en Égypte. Moi-même, je t’en ferai aussi remonter, et Joseph te fermera les yeux de sa propre main. »

Jacob partit de Bershéba. Ses fils l’installèrent, avec leurs jeunes enfants et leurs femmes, sur les chariots que Pharaon avait envoyés pour le transporter.

Ils prirent aussi leurs troupeaux et les biens qu’ils avaient acquis au pays de Canaan. Jacob arriva en Égypte avec toute sa descendance.



Marilyne Fontaine

Méditation

Trouver la vie en Terre d'exil

Dans l’histoire de Joseph et de ses frères, avec leur vieux père Jacob, l’Égypte figure le pays de l’exil, où le patriarche a été emmené de force, comme esclave. Or, cet exil va se révéler bon pour lui. Joseph sera adopté par une terre étrangère qui lui offre non seulement une place, mais la plus belle des places, avec honneur et fortune.

L’Égypte est ici le symbole même d’une terre d’exil bonne et généreuse pour les exilés, un pays ouvert qui ne compte pas son accueil. Dans la suite de l’histoire, au livre de l’Exode, l’Égypte va changer du tout au tout. Elle deviendra « une fournaise de fer » *, la prison d’une servitude implacable. Les symboles bibliques ont pouvoir d’éclairer toutes les générations humaines dont la nôtre également . Des pays terres d’accueil pour les exilés qui se transforment en prison, le scénario n’est pas seulement une fiction. Ne menace-t-il pas de se reproduire chez nous dans le contexte actuel de la crise des migrants ?

L’histoire de Joseph nous enseigne aussi quelque chose d’essentiel sur nos fraternités humaines, de sang ou d’élection. Elles étouffent dans leurs clôtures bien étanches séparant ceux qui sont frères et ceux qui ne le sont pas. Pour rester vivantes, réellement fraternelles, il leur faut demeurer ouvertes. Rejeté par les siens, c’est bien en terre d’exil que Joseph va apprendre de la belle hospitalité de ceux qui n’étaient pas ses frères ce que c’est qu’être frère. Et c’est là qu’il puisera le sens d’agir en vrai frère pour les fils de Jacob.
 

* 1 Rois 8, 51


Méditation enregistrée dans les studios de Radio RCF Lyon


frère Pascal Marin, Couvent de la Tourette





Revenir en haut Aller en bas
Lumen
Admin
avatar

Messages : 8497
Date d'inscription : 18/10/2014
Localisation : France

MessageSujet: Re: Marche Dans La Bible Pour Connaître Les chemins Du Seigneur !   Lun 27 Juin 2016 - 13:46

La naissance de Moïse
La fille de Pharaon ouvrit la corbeille parmi les roseaux et vit l’enfant.
C’était un petit garçon, il pleurait. Elle en eut pitié et dit : “c’est un enfant des Hébreux.”


Exode 2, 1-6


 Un homme de la tribu de Lévi avait épousé une femme de la même tribu.
Elle devint enceinte, et elle enfanta un fils. Voyant qu’il était beau, elle le cacha durant trois mois.
Lorsqu’il lui fut impossible de le tenir caché plus longtemps, elle prit une corbeille de jonc, qu’elle enduisit de bitume et de goudron. Elle y plaça l’enfant, et déposa la corbeille au bord du Nil, au milieu des roseaux.

La sœur de l’enfant se tenait à distance pour voir ce qui allait arriver.
La fille de Pharaon descendit au fleuve pour s’y baigner, tandis que ses suivantes se promenaient sur la rive. Elle aperçut la corbeille parmi les roseaux et envoya sa servante pour la prendre.
Elle l’ouvrit et elle vit l’enfant. C’était un petit garçon, il pleurait. Elle en eut pitié et dit : « C’est un enfant des Hébreux. »

La sœur de l’enfant dit alors à la fille de Pharaon : « Veux-tu que j’aille te chercher, parmi les femmes des Hébreux, une nourrice qui, pour toi, nourrira l’enfant ? »

La fille de Pharaon lui répondit : « Va. » La jeune fille alla donc chercher la mère de l’enfant.

La fille de Pharaon dit à celle-ci : « Emmène cet enfant et nourris-le pour moi. C’est moi qui te donnerai ton salaire. » Alors la femme emporta l’enfant et le nourrit.

Lorsque l’enfant eut grandi, elle le ramena à la fille de Pharaon qui le traita comme son propre fils ; elle lui donna le nom de Moïse, en disant : « Je l’ai tiré des eaux. »



Jean-Baptiste Germain


Méditation

La conspiration des femmes

L’Exode s’ouvre par un drame et des miracles. Pharaon, dieu sur terre pour les Égyptiens, ordonne la mort des garçons des Hébreux. Pourtant, des femmes vont désobéir à ce faux dieu, ce dieu du mal et de la mort : les sages-femmes refusent de tuer les enfants, la mère de Moïse cache son fils, la fille du Pharaon adopte l’enfant et le confie de nouveau à Myriam la grande sœur de Moïse et à sa maman, et ses servantes gardent le secret.  

Dans la Bible, les femmes interviennent chaque fois que la survie du peuple élu est en jeu. Car notre Dieu est le Dieu de la vie qui jaillit en abondance. Il suscite, par sa grâce, une multitude d’amis de la vie pour lutter contre les ennemis de la vie. C’est un combat « à vie », pour la vie.

En ouvrant ce livre de l’Exode, notre regard est invité à contempler toutes ces femmes qui se battent pour que les plus faibles et les plus fragiles aient droit à la vie. Ainsi, quelle femme fut plus extraordinaire que sainte Mère Teresa ? Une femme qui n’eut jamais d’enfant, mais qui fut pleinement une mère pour tant d’enfants.

« La vie est une chance, saisis-la.
La vie est beauté, admire-la.
La vie est un rêve, réalise-le.
La vie est béatitude, savoure-la.
La vie est un défi, fais-lui face.
La vie est précieuse, prends-en soin.
La vie est amour, jouis-en.
La vie est mystère, perce-le.
La vie est promesse, remplis-la.
La vie est tristesse, surmonte-la.
La vie est un combat, accepte-le.
La vie est une aventure, ose-la.
La vie est bonheur, mérite-le.
La vie est la vie, défends-la. »
 



Méditation enregistrée dans les studios de Radio RCF Tours S. Martin


frère Nicolas Burle, Couvent de Tours





Revenir en haut Aller en bas
Lumen
Admin
avatar

Messages : 8497
Date d'inscription : 18/10/2014
Localisation : France

MessageSujet: Re: Marche Dans La Bible Pour Connaître Les chemins Du Seigneur !   Mer 29 Juin 2016 - 15:23

Le buisson ardent
Moïse regarda : le buisson brûlait sans se consumer. Moïse se dit alors :
"je vais faire un détour pour voir cette chose extraordinaire."


Exode 3, 1-7


 Moïse était berger du troupeau de son beau-père Jéthro, prêtre de Madiane. Il mena le troupeau au-delà du désert et parvint à la montagne de Dieu, à l’Horeb.

L’ange du Seigneur lui apparut dans la flamme d’un buisson en feu. Moïse regarda : le buisson brûlait sans se consumer.
Moïse se dit alors : « Je vais faire un détour pour voir cette chose extraordinaire : pourquoi le buisson ne se consume-t-il pas ? »
Le Seigneur vit qu’il avait fait un détour pour voir, et Dieu l’appela du milieu du buisson : « Moïse ! Moïse ! » Il dit : « Me voici ! »

Dieu dit alors : « N’approche pas d’ici ! Retire les sandales de tes pieds, car le lieu où tu te tiens est une terre sainte ! »
Et il déclara : « Je suis le Dieu de ton père, le Dieu d’Abraham, le Dieu d’Isaac, le Dieu de Jacob. »
Moïse se voila le visage car il craignait de porter son regard sur Dieu.

Le Seigneur dit : « J’ai vu, oui, j’ai vu la misère de mon peuple qui est en Égypte, et j’ai entendu ses cris sous les coups des surveillants. Oui, je connais ses souffrances.»



Jean-Baptiste Germain


Méditation

Tours et détours

À tous points de vue, j’avais raté ma vie. J’étais prince d’Égypte et me voilà devenu gardien de moutons. Je vivais dans des palais et maintenant je dors dans une tente. J’étais puissant et depuis ma fuite d’Égypte, je ne suis plus qu’un migrant, un errant. J’ai cherché moi-même à faire le salut de mon peuple, le peuple des Hébreux, et je n’ai abouti qu’au meurtre. Désormais j’attends la mort, dans ce désert, rejeté et loin des miens.

Sur mon chemin ordinaire, j’ai vu la puissance humble d’un feu qui brûle sans se consumer. J’ai cessé de regarder ma vie consumée par le feu de ma colère et j’ai fait un détour vers l’extraordinaire. Dieu me vit. Il m’attendait pour m’adresser sa parole.

Dieu est le Dieu de mon père, le Dieu d’Abraham, le Dieu d’Isaac, le Dieu de Jacob. Oui, je suis de ce peuple des Hébreux et leur Dieu est mon Dieu.
Ce peuple dont Dieu a vu la misère et a entendu les cris sous les coups des surveillants, ce peuple dont Dieu connaît les souffrances, ce peuple auquel j’appartiens et vers lequel je suis maintenant envoyé.

Je suis le bon berger, car Dieu a fait de moi aujourd’hui le berger de son peuple. Je ne suis plus un étranger, car Dieu a fait de moi aujourd’hui le chef de mon peuple. Je suis plus puissant que tous les princes de la terre, car Dieu est le seul roi, le seul sauveur, et il a fait de moi aujourd’hui son messager. Je n’attends plus la mort dans ce désert, mais je conduirai mon peuple vers la terre promise, à travers le désert.
 


Méditation enregistrée dans les studios de Radio RCF Tours S. Martin


frère Nicolas Burle, Couvent de Tours





Revenir en haut Aller en bas
Lumen
Admin
avatar

Messages : 8497
Date d'inscription : 18/10/2014
Localisation : France

MessageSujet: Re: Marche Dans La Bible Pour Connaître Les chemins Du Seigneur !   Ven 1 Juil 2016 - 17:18

Aaron interprète de Moïse
"Qui donc a donné une bouche à l’homme ? N’est-ce pas moi le Seigneur ?
Maintenant, va. Je suis avec ta bouche et je te ferai savoir ce que tu devras dire. "


Exode 4, 10-17


 Moïse dit au Seigneur : « Pardon, mon Seigneur, mais moi, je n’ai jamais été doué pour la parole, ni d’hier ni d’avant-hier, ni même depuis que tu parles à ton serviteur ; j’ai la bouche lourde et la langue pesante, moi ! »

Le Seigneur lui dit : « Qui donc a donné une bouche à l’homme ? Qui rend muet ou sourd, voyant ou aveugle ? N’est-ce pas moi, le Seigneur ? Et maintenant, va. Je suis avec ta bouche et je te ferai savoir ce que tu devras dire. »
Moïse répliqua : « Je t’en prie, mon Seigneur, envoie n’importe quel autre émissaire. »

Alors la colère du Seigneur s’enflamma contre Moïse, et il dit :
« Et ton frère Aaron, le lévite ? Je sais qu’il a la parole facile, lui ! Le voici justement qui sort à ta rencontre, et quand il te verra, son cœur se réjouira.
Tu lui parleras et tu mettras mes paroles dans sa bouche. Et moi, je suis avec ta bouche et avec sa bouche, et je vous ferai savoir ce que vous aurez à faire.
C’est lui qui parlera pour toi au peuple ; il sera ta bouche et tu seras son dieu.
Quant à ce bâton, prends-le en main ! C’est par lui que tu accompliras les signes. »



Jean-Baptiste Germain


Méditation

Il m’a donné sa parole

Les peuples du monde ont en commun de célébrer leur histoire en faisant mémoire des événements guerriers et politiques glorieux de leur pays : victoires militaires décisives, indépendances, armistices, révolutions et restaurations. Les arcs de triomphe, les colonnes de victoire et les livres d’histoire sont ainsi de grandes fresques à la gloire des rois, des présidents et des généraux.

Dans ce concert de musiques militaires, le petit peuple insignifiant des Hébreux nous fait entendre une autre mélodie. L’Exode ne célèbre pas la libération d’Égypte par un roi ou par un général, par le pouvoir d’une dynastie ou par la force d’une armée, mais par un prophète : Moïse. Pour libérer les Hébreux, Moïse, qui est pourtant bègue, n’a que sa parole : la Parole du vrai Dieu, face à Pharaon, le faux Dieu.
« Aux uns, les chars ; aux autres, les chevaux ; à nous, le nom de notre Dieu : le Seigneur.

Eux, ils plient et s’effondrent ; nous, debout, nous résistons. »* Les Hébreux auront à apprendre à chaque âge de leur histoire cette vérité fondamentale : le salut ne vient ni des rois ni des armées, mais de la Parole de Dieu, de la puissance de Dieu.
L’histoire des Hébreux est prophétique et non militaire et royale. C’est l’histoire de notre Dieu qui est aujourd’hui avec notre bouche, car il nous a donné pour toujours sa Parole. « Quand vous avez reçu la Parole de Dieu que nous vous faisions entendre, vous l’avez accueillie pour ce qu’elle est réellement, non pas une parole d’hommes, mais la Parole de Dieu qui est à l’œuvre en vous, les croyants. »**
 

* Psaume 19,8-9
** 1 Th 2,13



Méditation enregistrée dans les studios de Radio RCF Tours S. Martin


frère Nicolas Burle, Couvent de Tours





Revenir en haut Aller en bas
Lumen
Admin
avatar

Messages : 8497
Date d'inscription : 18/10/2014
Localisation : France

MessageSujet: Re: Marche Dans La Bible Pour Connaître Les chemins Du Seigneur !   Lun 4 Juil 2016 - 18:45

Les prescriptions de la Pâque

Allez vous procurer du petit bétail pour vos familles et immolez la pâque

Exode 12, 21-27


 Moïse convoqua tous les anciens d’Israël et leur dit : « Prenez un agneau par clan et immolez-le pour la Pâque.

Puis vous prendrez un bouquet d’hysope, vous le tremperez dans le sang que vous aurez recueilli dans un récipient, et vous étendrez le sang sur le linteau et les deux montants de la porte. Que nul d’entre vous ne sorte de sa maison avant le matin.
Ainsi, lorsque le Seigneur traversera l’Égypte pour la frapper, et qu’il verra le sang sur le linteau et les deux montants, il passera cette maison sans permettre à l’Exterminateur d’y entrer pour la frapper. Vous observerez cette parole comme un décret perpétuel pour vous et vos fils.

Quand vous serez entrés dans le pays que le Seigneur vous donnera comme il l’a dit, vous conserverez ce rite.
Et quand vos fils vous demanderont : “Que signifie pour vous ce rite ?”
vous répondrez : “C’est le sacrifice de la Pâque en l’honneur du Seigneur : il a passé les maisons des fils d’Israël en Égypte ; lorsqu’il a frappé l’Égypte, il a épargné nos maisons ! ” » Alors, le peuple s’inclina et se prosterna.


Pauline Méreuze


Méditation

Terrorisme : quand la mort passe


Ce récit est glaçant. Il livre une vision d’horreur : restez chez vous, car la mort rôde, elle passe, elle va frapper. Je ne puis que livrer un témoignage personnel. Vivant à Bruxelles, j’ai connu, comme tous les habitants de la ville, le blocus général en novembre dernier, suite aux attentats de Paris. En quelques heures, la ville s’est figée, la peur s’est infiltrée. Les mesures de précaution, les fermetures des magasins et des écoles, l’interdiction des rassemblements, l’arrêt des métros, ont plongé la ville dans l’angoisse, face à un « péril imminent », une menace imprécise, mais si forte qu’elle impliquait de « rester chez soi ». Quelques mois après, les bombes explosaient à l’aéroport et dans le métro voisin… La mort passait, tout près.

Ces scènes-là sont tellement étranges pour nous qu’on oublie qu’elles constituent le quotidien de millions d’hommes et de femmes, de vieillards, d’enfants, en Syrie, en Irak, en Centrafrique, au Darfour et en tant d’autres lieux où la sécurité immédiate est menacée par les attentats ou les bombardements. Les maisons se referment sur elles-mêmes, fragiles refuges face à la mort, au déferlement de la haine, de la violence, de l’extermination. 

Et c’est sans rappeler les génocides, systématiques, pensés et appliqués, avec le froid calcul des stratèges de la mort. Et des peuples entiers qui disparaissent, parce qu’ils sont juifs, parce qu’ils sont Arméniens, Tutsis… ou de telle ou telle ethnie.

Dans notre récit, la mort va passer. Ce sont les premiers-nés de l’Égypte, des enfants innocents, même les premiers-nés du bétail seront frappés. Mais quand elle passe devant la maison des Israélites, le sang est sur la porte : la mort est déjà passée. Un innocent a déjà payé. La maison sera épargnée. Qui est cet innocent qui a reçu les coups ? Un agneau sans défaut. Pour nous, c’est le Christ, qui prend sur lui la violence du monde, le bouc émissaire de la foule et des puissants qui n’est pas plus coupable qu’un agneau : il est l’agneau de Dieu. Et le sang qui teinte les portes figure la croix, avec ce linteau que Jésus devra porter, sur lequel il sera cloué.
 


Méditation enregistrée dans les studios de Radio RCF Bruxelles.


sœur Marie Monnet, Dominicaine à Bruxelles





Revenir en haut Aller en bas
Lumen
Admin
avatar

Messages : 8497
Date d'inscription : 18/10/2014
Localisation : France

MessageSujet: Re: Marche Dans La Bible Pour Connaître Les chemins Du Seigneur !   Mer 6 Juil 2016 - 11:13

Le miracle de la mer

Moïse étendit la main et le Seigneur refoula la mer toute la nuit par un fort vent d'est.

Exode 12, 21-27


 Moïse étendit le bras sur la mer. Le Seigneur chassa la mer toute la nuit par un fort vent d’est ; il mit la mer à sec, et les eaux se fendirent.
Les fils d’Israël entrèrent au milieu de la mer à pied sec, les eaux formant une muraille à leur droite et à leur gauche.
Les Égyptiens les poursuivirent ; tous les chevaux de Pharaon, ses chars et ses guerriers entrèrent derrière eux jusqu’au milieu de la mer.
Aux dernières heures de la nuit, le Seigneur observa, depuis la colonne de feu et de nuée, l’armée des Égyptiens, et il la frappa de panique.

Il faussa les roues de leurs chars, et ils eurent beaucoup de peine à les conduire. Les Égyptiens s’écrièrent : « Fuyons devant Israël, car c’est le Seigneur qui combat pour eux contre nous ! »
Le Seigneur dit à Moïse : « Étends le bras sur la mer : que les eaux reviennent sur les Égyptiens, leurs chars et leurs guerriers ! »
Moïse étendit le bras sur la mer. Au point du jour, la mer reprit sa place ; dans leur fuite, les Égyptiens s’y heurtèrent, et le Seigneur les précipita au milieu de la mer.



Pauline Méreuze


Méditation

La naissance improbable d’un peuple


Le passage par la mer Rouge, c’est la naissance du peuple d’Israël. Elle se fait par séparation : séparation d’avec l’Égypte et toute son armée, séparation des eaux à droite et à gauche, passage de la peur et de la nuit au jour et à la confiance, sur l’autre rive. Sans cesse, Jésus invite ses disciples à passer sur l’autre rive. Dans le baptême, celui de Jean-Baptiste comme celui de Jésus, c’est la libération d’Égypte qui est symbolisée, c’est-à-dire une mort à la mort, une mort au péché, une nouvelle naissance à Dieu et à la liberté !

Cet événement fondateur sera toujours la référence, celle des juifs bien sûr, quand ils souffriront en exil, sous l’oppression romaine ou quand ils se trouveront dans l’enfer des camps de concentration. Elle fut aussi la référence des noirs, esclaves, non pas en Égypte, mais dans les États du sud des États-Unis d’Amérique. Elle a été l’inspiratrice de la théologie de la libération. Chaque fois qu’un peuple souffre l’esclavage ou le génocide, il se souvient qu’une fois pour toutes, Dieu est intervenu dans l’histoire pour libérer son peuple « à main forte et bras étendu ».

Ce peuple n’est pas meilleur que les autres, la suite le montrera. Le veau d’or concentre l’idolâtrie de l’argent et la force du taureau. Les récriminations contre Moïse — parce que les Hébreux manquaient d’eau, de pain, de viande, parce qu’ils avaient peur des « géants » de Canaan… — montrent bien que ce peuple est comme tous les autres peuples. Mais Dieu les choisit, non pas parce qu’ils sont meilleurs, non pas parce qu’ils sont qui ils sont, mais parce qu’ils sont opprimés, faibles, menacés. « J’ai vu la misère de mon peuple. J’ai entendu ses cris » et j’ai décidé de les en sortir, de les sauver.
La naissance du peuple juif, à travers la mer Rouge, devient ainsi emblématique de toute libération, de tout salut. Ce peuple est élu pour manifester que tous les peuples qui se trouvent en cette situation sont choisis contre l’oppresseur, contre les forces de mort. Ils sont appelés à naître, à se libérer.
 


Méditation enregistrée dans les studios de Radio RCF Bruxelles.


sœur Marie Monnet, Dominicaine à Bruxelles




Revenir en haut Aller en bas
Lumen
Admin
avatar

Messages : 8497
Date d'inscription : 18/10/2014
Localisation : France

MessageSujet: Re: Marche Dans La Bible Pour Connaître Les chemins Du Seigneur !   Ven 8 Juil 2016 - 12:13

La manne et les cailles

Le soir des cailles couvrirent le camp, et au matin, il y avait une couche de rosée

Exode 16, 9-15


 Moïse dit à Aaron : « Ordonne à toute la communauté des fils d’Israël : “Présentez-vous devant le Seigneur, car il a entendu vos murmures.” »
Aaron parla à toute la communauté des fils d’Israël ; puis ils se tournèrent du côté du désert, et voici que la gloire du Seigneur apparut dans la nuée.
Le Seigneur dit alors à Moïse : « J’ai entendu les murmures des fils d’Israël. Tu leur diras : “Au coucher du soleil, vous mangerez de la viande et, le lendemain matin, vous aurez du pain à satiété. Alors vous saurez que moi, le Seigneur, je suis votre Dieu.” »
Le soir même, surgit un vol de cailles qui recouvrirent le camp ; et, le lendemain matin, il y avait une couche de rosée autour du camp.

Lorsque la couche de rosée s’évapora, il y avait, à la surface du désert, une fine croûte, quelque chose de fin comme du givre, sur le sol.
Quand ils virent cela, les fils d’Israël se dirent l’un à l’autre : « Mann hou ? » (ce qui veut dire : Qu’est-ce que c’est ?), car ils ne savaient pas ce que c’était. Moïse leur dit : « C’est le pain que le Seigneur vous donne à manger »



Pauline Méreuze


Méditation

Derrière les dons, il y a un donateur


Dans le désert, jour après jour, le peuple est totalement dépendant de Dieu. Il est comme un nourrisson qui reçoit sa nourriture quand et comment ses parents veulent bien la lui donner. Certains gardent la nostalgie de cette période enfantine de grande sécurité. Ainsi, dans la mémoire commune, rafraîchie chaque année avec la fête des tentes, la traversée du désert joue le rôle de l’âge d’or, elle se trouve totalement idéalisée.

« Je te conduirai au désert et tu répondras comme au temps de ta jeunesse », annonce le prophète Osée face à l’infidélité. C’était le temps béni où, par nécessité plus que par vertu, s’était établie une intimité totale entre Dieu et son peuple, comme entre la mère et son nourrisson. Le manque de pain permettait de se souvenir que la nourriture ne venait pas automatiquement, mais se recevait quotidiennement comme un don. « Qu’est-ce que cela ? », « D’où cela vient-il ? » Derrière le don, le nourrisson doit découvrir la personne qui donne, la mère dont le sein, parfois, tarde à être disponible. Derrière le sein, il y a quelqu’un. Derrière la manne, derrière les cailles, il y a Dieu qui donne et qui, le septième jour, cesse de donner pour que, dans l’absence, la mémoire commence à percevoir la stabilité d’une relation.

Deux dangers menacent cette relation fondamentale : la fusion et l’oubli. Pour que la source du don ne soit pas oubliée, à chaque repas, la prière d’offrande rappelle que la terre a porté la nourriture et l’on fait mémoire de cette terre de la promesse, elle-même reçue. Ainsi, le peuple, produisant les fruits qu’il consomme, devenu adulte et autonome, n’oublie pas la relation vitale qui l’unit à Dieu, une relation aussi vitale que celle de la nourriture dont il a besoin.

Pour retrouver tout cela, Jésus et ses disciples se mettent en condition de dépendance. Quand il se présente comme un mendiant, il invite à la relation, au don. En ouvrant sa porte, en partageant le pain, on découvre le Dieu qui donne et qui sommeille en notre propre cœur.
 


Méditation enregistrée dans les studios de Radio RCF Bruxelles.


sœur Marie Monnet, Dominicaine à Bruxelles





Revenir en haut Aller en bas
Lumen
Admin
avatar

Messages : 8497
Date d'inscription : 18/10/2014
Localisation : France

MessageSujet: Re: Marche Dans La Bible Pour Connaître Les chemins Du Seigneur !   Lun 11 Juil 2016 - 13:24

Josué, chef de la communauté

Le seigneur répondit à Moïse: "Prends Josué, homme en qui demeure l'esprit"

Nombres 27, 18-23


 Le Seigneur dit à Moïse : « Prends Josué, fils de Noun, un homme habité par l’esprit. Tu poseras la main sur lui, puis tu le placeras devant le prêtre Éléazar et devant toute la communauté, et tu lui donneras tes ordres sous leurs yeux. Tu mettras en lui une part de ton rayonnement pour que toute la communauté des fils d’Israël l’écoute. Il se tiendra devant le prêtre Éléazar qui le soumettra, devant le Seigneur, au jugement des Ourim. À sa parole, tous les fils d’Israël sortiront ; à sa parole, ils rentreront, lui et tous les fils d’Israël avec lui, toute la communauté. »

Moïse fit comme le Seigneur le lui avait ordonné : il prit Josué et le plaça devant le prêtre Éléazar et devant toute la communauté.
Il posa les mains sur lui et lui donna ses ordres. Et il en fut comme le Seigneur l’avait dit par l’intermédiaire de Moïse.



Fred Cacheux


Méditation

Josué, de la guerre sainte au combat spirituel


Disons-le d’emblée, le livre de Josué n’a pas bonne presse. Il raconte les guerres d’Israël pour la conquête de la terre de Canaan. Ce pays leur a été promis par Dieu, mais il est déjà habité. Des populations y vivent. Elles doivent céder la place. Et comment ? En périssant au fil de l’épée ! Dans la première ville occupée, Jéricho, hommes et femmes, jeunes et vieux et tous les animaux, vont être mis à mort, voués à l’anathème, c’est-à-dire massacrés et brûlés en sacrifice à Dieu. Ainsi, le livre de Josué compromet Dieu dans ce qui a tout l’air d’une violente guerre d’agression. Du temps des croisés, cela pouvait ne pas faire trop problème. Autres temps, autres mœurs. Notre époque, elle, désavoue et condamne sans appel toute violence commise au nom de Dieu. Quant aux fidèles, ils veulent comprendre la présence de Josué dans un ensemble d’écrits où Dieu révèle un tout autre visage, celui de la Miséricorde. Le travail des historiens peut toutefois venir ici au secours des fidèles. Ils nous proposent en effet une explication libérante.

Les exégètes ont pu établir que le livre de Josué a été rédigé dans le contexte de l’oppression subie par le petit peuple d’Israël du fait de ses puissants et cruels voisins, Assyriens, Babyloniens. Le vaincu, l’humilié, s’y représenterait sous les traits de celui qui triomphe, manière sans doute de refuser tout enfermement dans la condition de victime avec le ressentiment qu’elle peut provoquer. L’enjeu est alors d’un autre combat, spirituel, où le vrai ennemi à sacrifier n’est ni l’Assyrien, ni le Babylonien, mais ce ressentiment, cette soif de revanche, qui corrompt les esprits et détruit en chacun la capacité d’aimer.
 


Méditation enregistrée dans les studios de Radio RCF Lyon


Frère Pascal Marin, Couvent de la Tourette





Revenir en haut Aller en bas
Lumen
Admin
avatar

Messages : 8497
Date d'inscription : 18/10/2014
Localisation : France

MessageSujet: Re: Marche Dans La Bible Pour Connaître Les chemins Du Seigneur !   Jeu 14 Juil 2016 - 20:42

Le passage du Jourdain

Et le soleil s'arrêta et la lune se tint immobile

Josué 3, 14-16 ; 4, 10-11 ; 18


 Quand le peuple leva le camp pour passer le Jourdain, les prêtres portaient l’arche d’Alliance en tête du peuple.
Or, le Jourdain coule à pleins bords pendant toute la saison des moissons. Dès que les prêtres qui portaient l’arche furent arrivés au Jourdain, et que leurs pieds touchèrent l’eau, les eaux s’arrêtèrent en amont et se dressèrent comme une seule masse sur une grande distance, à partir d’Adame, ville voisine de Sartane ; et en aval, les eaux achevèrent de s’écouler vers la mer de la Araba, la mer Morte. Le peuple traversa à la hauteur de Jéricho.
Les prêtres qui portaient l’arche d’Alliance restèrent debout au milieu du Jourdain jusqu’au plein accomplissement de tout ce que le Seigneur avait commandé à Josué de dire au peuple, selon tout ce que Moïse avait commandé à Josué, et le peuple se dépêcha de passer.


Et quand tout le peuple eut fini de passer, l’arche du Seigneur passa avec les prêtres et reprit sa place en tête du peuple.
Or, dès que les prêtres qui portaient l’arche de l’Alliance du Seigneur remontèrent du milieu du Jourdain – dès qu’ils en détachèrent la plante de leurs pieds pour gagner la terre sèche – , les eaux du Jourdain reprirent leur place et coulèrent, comme auparavant, tout au long de ses rives.



Fred Cacheux


Méditation

Une révélation au-delà des flots


Qui a vu le Jourdain, torrent impétueux descendant de l’Hermon, sait qu’on peut s’y noyer. Peuple de terriens, les Hébreux ont peur de la mer et des eaux. Les forces du mal y résident. Mais Dieu, où pourra-t-il se révéler le mieux dans sa toute-puissance créatrice et salvatrice, sinon là où il triomphe du mal ? Ainsi, la sortie d’Égypte et l’entrée en Terre promise sont marquées toutes deux par l’épreuve victorieuse d’une traversée des eaux maléfiques. Et que l’arche d’Alliance s’engage dans le lit du Jourdain en tête du peuple, voilà qui fait écho à une histoire plus ancienne. Du livre de la Genèse, nous avons appris en effet qu’une arche a déjà dominé les eaux de la noyade. C’est l’arche de Noé surmontant le Déluge. Le thème de l’Alliance est intimement lié au récit du Déluge. L’Alliance apporte un dénouement heureux à la tragédie. En elle, Dieu décide de ne plus jamais déchaîner les eaux vengeresses. Désormais, il laissera à l’homme la responsabilité de la justice. Lui, Dieu, par la sainteté de son nom, aura souci de tous ces humains, en qui il a placé son image.

Quoi qu’il en soit des faiblesses des uns et de la méchanceté des autres, il fera lever son soleil sur tous, les bons et les méchants. Après le Déluge, sous les couleurs de l’arc-en-ciel, symbole de l’Alliance, Dieu révèle son vrai visage. Il n’est pas ce juge sévère qui sauve Noé le juste et fait périr tous les injustes. Ce Dieu-là est une fiction, une idole suscitée par nos propres requêtes de moralité et d’équité. Elles sont nobles, ces requêtes, mais c’est à nous d’en assumer la charge. Le Dieu qui fait passer son peuple de l’autre côté des eaux dangereuses, lui, n’a pas d’autre nom que « Miséricorde ».
 


Méditation enregistrée dans les studios de Radio RCF Lyon


Frère Pascal Marin, Couvent de la Tourette






_________________

Quand je dis Dieu c'est un poème, c'est une étoile dans ma vie, 
du feu qui coule dans mes veines, un grand soleil pour aujourd'hui !
Revenir en haut Aller en bas
Lumen
Admin
avatar

Messages : 8497
Date d'inscription : 18/10/2014
Localisation : France

MessageSujet: Re: Marche Dans La Bible Pour Connaître Les chemins Du Seigneur !   Dim 17 Juil 2016 - 21:02

Israël choisit Yahvé

« C’est le Seigneur notre Dieu que nous voulons servir,
c’est à sa voix que nous voulons obéir. »


Josué 24, 15-18


 Josué dit au peuple : « S’il ne vous plaît pas de servir le Seigneur, choisissez aujourd’hui qui vous voulez servir : les dieux que vos pères servaient au-delà de l’Euphrate, ou les dieux des Amorites dont vous habitez le pays. Moi et les miens, nous voulons servir le Seigneur. »

Le peuple répondit : « Plutôt mourir que d’abandonner le Seigneur pour servir d’autres dieux ! C’est le Seigneur notre Dieu qui nous a fait monter, nous et nos pères, du pays d’Égypte, cette maison d’esclavage ; c’est lui qui, sous nos yeux, a accompli tous ces signes et nous a protégés tout le long du chemin que nous avons parcouru, chez tous les peuples au milieu desquels nous sommes passés.

Et même le Seigneur a chassé devant nous tous ces peuples, ainsi que les Amorites qui habitaient le pays. Nous aussi, nous voulons servir le Seigneur, car c’est lui notre Dieu. »



Fred Cacheux


Méditation

Les idoles qui enferment et le Dieu qui libère


Il n’y a pas de marche sans mise en route et pas de mise en route sans départ. Pas de départ qui ne quitte une maison, une manière d’être, des habitudes. Puis, une fois parti, à chaque croisée des chemins, des décisions seront à prendre encore et encore. Dans quelle voie s’engager ? Lesquelles faut-il laisser pour ne pas s’enfermer soi-même dans des contextes sans horizon, sans espérance, loin de là où veut résider notre plus haut désir de vivre ? Les récits bibliques sont experts en chemins du salut. Ils exhortent à partir, ils apportent l’énergie nécessaire à la marche et ils éclairent les esprits pour qu’ils s’orientent bien. Dans la pensée biblique, le bon discernement libère le choix de Dieu là même où se voient écartés ces faux dieux que sont les idoles. En matière de chemin spirituel, l’heure est toujours à la décision pour Dieu et contre ces « dieux », au nom menteur, qui ne peuvent que décevoir. Josué y invite ici ardemment son peuple. Voulez-vous servir le vrai Dieu ou les dieux du pays où nous sommes, leur demande Josué ?

Et le bon sens spirituel du peuple va parler. Sans hésiter, ils choisissent celui qui les a fait monter de la maison d’esclavage. Dieu se reconnaît en effet à rendre mobile l’existence de ceux qui le servent, les menant plus loin, plus haut. Les idoles, à l’inverse, se trahissent à fixer une vie en l’enfermant dans des cercles étroits et toujours plus étroits. Mais nulle idole, aussi puissante soit-elle, ne peut éteindre en quelqu’un la voix du vrai Dieu. Dès lors qu’elle parle, cette voix, dès lors que celui qui l’entend prend confiance en elle, sa force libératrice est immense. Aucune « maison d’esclavage » ne peut lui résister.
 


Méditation enregistrée dans les studios de Radio RCF Lyon


Frère Pascal Marin, Couvent de la Tourette






_________________

Quand je dis Dieu c'est un poème, c'est une étoile dans ma vie, 
du feu qui coule dans mes veines, un grand soleil pour aujourd'hui !
Revenir en haut Aller en bas
Lumen
Admin
avatar

Messages : 8497
Date d'inscription : 18/10/2014
Localisation : France

MessageSujet: Re: Marche Dans La Bible Pour Connaître Les chemins Du Seigneur !   Lun 18 Juil 2016 - 19:42

La famille endeuillée de Noémie

"L’homme se nommait Élimélek (Mon-Dieu-est-roi), sa femme : Noémi (Ma-gracieuse) et ses deux fils : Malhone (Maladie) et Kilyone (Épuisement). "

Ruth 1, 1-6


 À l’époque où gouvernaient les Juges, il y eut une famine dans le pays. Un homme de Bethléem de Juda émigra avec sa femme et ses deux fils pour s’établir dans la région appelée Champs-de-Moab.
L’homme se nommait Élimélek (c’est-à-dire : Mon-Dieu-est-roi), sa femme : Noémi (c’est-à-dire : Ma-gracieuse) et ses deux fils : Mahlone (c’est-à-dire : Maladie) et Kilyone (c’est-à-dire : Épuisement). C’était des Éphratéens de Bethléem de Juda. Ils arrivèrent aux Champs-de-Moab et y restèrent.
Élimélek, le mari de Noémi, mourut, et Noémi resta seule avec ses deux fils.

Ceux-ci épousèrent deux Moabites ; l’une s’appelait Orpa (c’est-à-dire : Volte-face) et l’autre, Ruth (c’est-à-dire : Compagne). Ils demeurèrent là une dizaine d’années.
Mahlone et Kilyone moururent à leur tour, et Noémi resta privée de ses deux fils et de son mari.
Alors, avec ses belles-filles, elle se prépara à quitter les Champs-de-Moab et à retourner chez elle, car elle avait appris que le Seigneur avait visité son peuple et lui donnait du pain.



Miglé Berekaité


Méditation

La pesanteur et la grâce


Comment d’un « Dieu-roi » et d’une « grâce »
purent naître « maladie » et « épuisement » ?
Pourtant, par la figure de cet amour qui passe
Dieu montre aujourd’hui l’éternité de son serment.
Le livre de Ruth n’est pas un livre des malheurs.
Car Ruth, « la-Compagne » bien nommée,
Devant Dieu à toute heure
Est l’exemple même de la fidélité.
Ruth, femme étrangère et femme fidèle,
Toi qui suivis Noémi la gracieuse
Jusqu’en Bethléem où le Seigneur t’appelle
À glaner humblement dans ses parcelles précieuses.
C’est toi Ruth qui as enseigné ta belle-mère.
C’est toi qui connaissais notre Dieu bienveillant.
Dans son malheur, elle se croyait de Dieu la victime entière,
Et c’est toi qui nous montres, de la Miséricorde, le visage charmant.

Dieu a posé sur toi son regard
Et c’est à Booz, l’homme juste, qu’il t’a confiée.
Car tu es parfaite et, sans retard,
Dieu a décidé de te gracier.
Ruth, femme fidèle, ancêtre du Christ,
Toi qui nous apparaîtras un jour au détour de ton nom
Dans la généalogie royale de l’évangéliste
Adore avec nous le fruit lointain de ta douce union.
Quand Matthieu cite des cinq femmes les noms admirables
Thamar, Rahab, Ruth, Bethsabée et Marie,
Contemplons à notre tour ces histoires remarquables
Où la grâce fut plus forte qu’épuisement et maladie.
 


Méditation enregistrée dans les studios de Radio RCF Lyon


Frère Nicolas Burle, Couvent de Tours






_________________

Quand je dis Dieu c'est un poème, c'est une étoile dans ma vie, 
du feu qui coule dans mes veines, un grand soleil pour aujourd'hui !
Revenir en haut Aller en bas
Lumen
Admin
avatar

Messages : 8497
Date d'inscription : 18/10/2014
Localisation : France

MessageSujet: Re: Marche Dans La Bible Pour Connaître Les chemins Du Seigneur !   Mer 20 Juil 2016 - 15:17

Ruth dans les champs de Booz

"On m’a dit comment tu as quitté ton père, ta mère et le pays de ta parenté,
pour te rendre chez un peuple que tu n’avais jamais connu de ta vie. "


Ruth 2, 1-8


 Noémi avait un parent du côté de son mari Élimélek ; c’était un riche propriétaire du même clan ; il s’appelait Booz (c'est-à-dire : en-lui-la force). Ruth la Moabite dit à Noémi : « Laisse-moi aller glaner dans les champs, derrière celui aux yeux de qui je trouverai grâce. » Elle lui répondit : « Va, ma fille. »
Ruth partit donc glaner dans les champs derrière les moissonneurs. Elle se trouva par bonheur dans la parcelle d’un champ appartenant à Booz, du clan d’Élimélek.
Et voici que Booz arriva de Bethléem. Il dit aux moissonneurs : « Le Seigneur soit avec vous ! » Et ceux-ci lui répondirent : « Que le Seigneur te bénisse ! »
Booz demanda à son serviteur, le chef des moissonneurs : « À qui appartient cette jeune femme ? »
Celui-ci lui répondit : « Cette jeune femme est une Moabite. Elle est revenue avec Noémi des Champs-de-Moab. Elle a dit : “Laisse-moi glaner et ramasser ce qui tombe des gerbes, derrière les moissonneurs.” Depuis qu’elle est arrivée, elle est restée debout, depuis ce matin jusqu’à maintenant. C’est à peine si elle s’est reposée. »

Booz dit à Ruth : « Tu m’entends bien, n’est-ce pas, ma fille ? Ne va pas glaner dans un autre champ. Ne t’éloigne pas de celui-ci, mais attache-toi aux pas de mes servantes. »
Alors Ruth se prosterna face contre terre et lui dit : « Pourquoi ai-je trouvé grâce à tes yeux, pourquoi t’intéresser à moi, moi qui suis une étrangère ? »
Booz lui répondit : « On m’a dit et répété tout ce que tu as fait pour ta belle-mère après la mort de ton mari, comment tu as quitté ton père, ta mère et le pays de ta parenté, pour te rendre chez un peuple que tu n’avais jamais connu de ta vie.
Que le Seigneur te rende en bien ce que tu as fait ! Qu’elle soit complète, la récompense dont te comblera le Seigneur, le Dieu d’Israël, sous les ailes de qui tu es venue t’abriter ! »



Miglé Berekaité


Méditation

La nouvelle Abraham


Un appel et un départ. C’est ainsi que, dans la foi, tout commence. Le Seigneur dit à Abraham : « Quitte ton pays, ta parenté et la maison de ton père, et va vers le pays que je te montrerai. »* Un départ pour l’inconnu, sur un chemin qui s’ouvre sous nos pas.
Qu’avons-nous à dire de notre foi dans un monde qui s’en moque ? Nous pouvons certes témoigner en silence et par l’exemple. Nous pouvons témoigner aussi en racontant notre histoire de conversion à qui voudra bien l’entendre. Tout cela ne dira rien de notre foi si nous ne témoignons pas, par toute notre vie, que Dieu tient ses promesses.
Dieu appelle Abraham, le bénit et lui promet qu’il deviendra le père d’une grande nation. Lui qui ne peut avoir d’enfant, il aura un fils ! « Car rien n’est impossible à Dieu. » ** De même, Booz admire la fidélité de Ruth envers sa belle-mère Noémi et appelle sur elle la bénédiction de Dieu : « Que le Seigneur te rende en bien ce que tu as fait ! Qu’elle soit complète, la récompense dont te comblera le Seigneur, le Dieu d’Israël, sous les ailes de qui tu es venue t’abriter ! » ***

Cette jeune femme et sa belle-mère, toutes les deux devenues veuves, témoignent pourtant de la fidélité de Dieu qui a donné sa parole et qui ne la reprend pas. De même, les fidèles, selon le joli nom donné aux chrétiens, sont les héritiers d’une parole, d’une promesse prononcée le jour de leur baptême comme au jour du baptême du Christ : « Toi, tu es mon Fils bien-aimé ; en toi, je trouve ma joie. » **** Et toi, fils bien-aimé, fille bien-aimée, es-tu fidèle aux promesses de ton baptême ?


* Gn 12,1
** Luc 1,37
*** Ruth 2,12
**** Luc 3,22 



Méditation enregistrée dans les studios de Radio RCF Tours S. Martin


Frère Nicolas Burle, Couvent de Tours






_________________

Quand je dis Dieu c'est un poème, c'est une étoile dans ma vie, 
du feu qui coule dans mes veines, un grand soleil pour aujourd'hui !
Revenir en haut Aller en bas
Lumen
Admin
avatar

Messages : 8497
Date d'inscription : 18/10/2014
Localisation : France

MessageSujet: Re: Marche Dans La Bible Pour Connaître Les chemins Du Seigneur !   Ven 22 Juil 2016 - 12:02

L'engagement de Booz

Que le Seigneur rende la femme qui entre dans ta maison comme Rachel et comme Léa qui ont bâti la maison d’Israël ! Fais fortune en Éphrata !

Ruth 4, 9-11


 Booz dit aux anciens et à tout le peuple : « Aujourd’hui, vous en êtes témoins : de la main de Noémi, j’ai pris possession de tout ce qui appartenait à Élimélek ainsi qu’à Kilyone et Mahlone.
J’ai également pris pour femme Ruth, la Moabite, la femme de Mahlone, afin que le nom du mort reste attaché à son héritage et ne soit pas effacé parmi ses frères ni à la porte de sa ville. Vous en êtes témoins, aujourd’hui. »

Tout le peuple qui se trouvait à la porte de la ville, ainsi que les anciens, répondirent : « Nous en sommes témoins. Que le Seigneur rende la femme qui entre dans ta maison comme Rachel et comme Léa qui, à elles deux, ont bâti la maison d’Israël ! Fais fortune en Éphrata ! Fais-toi un nom à Bethléem !



Miglé Berekaité


Méditation

Être une femme


Qu’elles sont précieuses ces paroles du peuple et des anciens qui célèbrent l’union de Ruth et de Booz ! Elles nous rappellent que cette femme s’inscrit dans une lignée de femmes glorieuses qui ont bâti la maison d’Israël.
Parmi ses nombreux talents, Ruth a le pouvoir de dire à Booz qui il est : un homme bon et généreux. Elle a donc besoin que Booz l’écoute. Et Booz a besoin que Ruth le laisse mettre en œuvre son projet. Il a besoin de la confiance de la femme sur sa capacité à agir, sa capacité à être un homme.
Dans une conférence, un conseiller conjugal avait un jour affirmé : « La tentation pour un homme c’est de croire que sa compétence, notamment celle de son travail, ne concerne en rien sa relation avec sa femme. Et la tentation de la femme c’est de croire qu’elle n’est jamais comprise ou qu’elle peut être féconde par elle-même, sans l’homme. »

Ne croyez pas que je défende la vision « la femme qui reste seule près du foyer versus l’homme qui sort seul de la caverne pour chasser ». En discutant avec des dizaines de chefs et de cheftaines de 18 à 25 ans chez les scouts, voici ce que j’ai constaté : une femme dit rarement qu’elle a confiance en elle. Or, les femmes sont des héroïnes qui portent le monde. Un homme montre rarement sa tendresse alors que les hommes ont en eux des trésors de tendresse. L’homme a besoin qu’une femme révèle cette tendresse qui est en lui. La femme a besoin qu’un homme révèle cette confiance qu’elle a en elle. Ce qui est déjà là dans les deux cas, mais resterait en partie irréalisé sans cette rencontre.



Méditation enregistrée dans les studios de Radio RCF Tours S. Martin


Frère Nicolas Burle, Couvent de Tours






_________________

Quand je dis Dieu c'est un poème, c'est une étoile dans ma vie, 
du feu qui coule dans mes veines, un grand soleil pour aujourd'hui !
Revenir en haut Aller en bas
Lumen
Admin
avatar

Messages : 8497
Date d'inscription : 18/10/2014
Localisation : France

MessageSujet: Re: Marche Dans La Bible Pour Connaître Les chemins Du Seigneur !   Mer 27 Juil 2016 - 14:58

Le choix d'un roi

L'homme regarde à l'apparence mais le Seigneur regarde au cœur.

1 Samuel 16, 1-10


 Le Seigneur dit à Samuel : «  Prends une corne que tu rempliras d’huile, et pars ! Je t’envoie auprès de Jessé de Bethléem, car j’ai vu parmi ses fils mon roi. Emmène avec toi une génisse, et tu diras que tu viens offrir un sacrifice au Seigneur.
Tu convoqueras Jessé au sacrifice ; je t’indiquerai moi-même ce que tu dois faire et tu me consacreras par l’onction celui que je te désignerai. »
Samuel fit ce qu’avait dit le Seigneur. Quand il parvint à Bethléem, les anciens de la ville allèrent à sa rencontre en tremblant, et demandèrent : « Est-ce pour la paix que tu viens ? »
Samuel répondit : « Oui, pour la paix. Je suis venu offrir un sacrifice au Seigneur. Purifiez-vous, et vous viendrez avec moi au sacrifice. » Il purifia Jessé et ses fils, et les convoqua au sacrifice.
Lorsqu’ils arrivèrent et que Samuel aperçut Éliab, il se dit : « Sûrement, c’est lui le messie, lui qui recevra l’onction du Seigneur ! »

Mais le Seigneur dit à Samuel : « Ne considère pas son apparence ni sa haute taille, car je l’ai écarté. Dieu ne regarde pas comme les hommes : les hommes regardent l’apparence, mais le Seigneur regarde le cœur. »
Jessé appela Abinadab et le présenta à Samuel, qui dit : « Ce n’est pas lui non plus que le Seigneur a choisi. »
Jessé présenta Shamma, mais Samuel dit : « Ce n’est pas lui non plus que le Seigneur a choisi. »
Jessé présenta ainsi à Samuel ses sept fils, et Samuel lui dit : « Le Seigneur n’a choisi aucun de ceux-là. »



Sébastien Depommier


Méditation

Le libre choix de Dieu


Qui est légitime ? Étymologiquement, la légitimité, c’est « estimé être selon la loi ». Oui, mais qui fait la loi ? Quels sont les critères retenus ? Dans ce récit, les apparences sont trompeuses, dit Dieu ! Et ses choix sont déroutants pour Samuel : aucun des sept fils de Jephté n’est qualifié comme étant le bon candidat ! Pas même l’aîné, pourtant grand et beau ! Ni aucun des six frères suivants…
Ce récit dit quelque chose de très profond de nos propres critères : celui de l’ancienneté l’emporte souvent. La place est à celui qui l’occupe en premier, comme c’est le cas pour une place de parking. Nous avons d’autres critères encore : le plus fort, le plus grand, le plus beau, le plus médiatique, le plus diplômé, le plus riche, le plus cultivé… Les critères changent selon les milieux, mais le principe demeure le même. Et la vie est alors une lente et laborieuse progression dans l’échelle sociale, vers la plus haute légitimité. Quitte à être piégé – ou à se piéger soi-même – dans une course à toujours plus de reconnaissance.

Or, les choix de Dieu sont libres. Celui qui est choisi était « trop ceci » ou « pas assez cela » : trop petit, trop absent (il n’était pas là !), pas assez âgé. David n’était pas dans le cadre. Il ne répondait pas aux critères. Il n’avait pas le profil, au point qu’il avait été purement et simplement oublié.
Ce récit nous montre avec humour que, lorsque toutes les solutions sont épuisées, il en reste une encore malgré tout, à laquelle personne n’a pensé. Il y a un petit dernier quelque part… appelé à devenir roi. Les choix de Dieu sont déroutants.
Jésus n’est pas né à Jérusalem, il n’est pas fils de grand-prêtre, ni de gens puissants. Il ne se réfère à aucune école de pensée reconnue. Il n’a pour autorité que celle de sa parole et de son existence. Pourtant, l’Esprit est sur lui, il est l’oint du Seigneur, le roi d’Israël. Ironie, c’est Pilate lui-même qui le fera graver sur sa croix. Ouvrons les yeux !



Méditation enregistrée dans les studios de Radio RCF Bruxelles


Sœur Marie Monnet, Dominicaine à Bruxelles






_________________

Quand je dis Dieu c'est un poème, c'est une étoile dans ma vie, 
du feu qui coule dans mes veines, un grand soleil pour aujourd'hui !
Revenir en haut Aller en bas
Lumen
Admin
avatar

Messages : 8497
Date d'inscription : 18/10/2014
Localisation : France

MessageSujet: Re: Marche Dans La Bible Pour Connaître Les chemins Du Seigneur !   Jeu 28 Juil 2016 - 13:58

David contre Goliath

Tu ne peux pas marcher contre ce Philistin pour lutter contre lui,
car tu n'es qu'un enfant.


1 Samuel 17, 32-37 ; 48-49


 David dit au roi Saül : « Que personne ne perde courage à cause de ce Philistin Goliath. Moi, ton serviteur, j’irai me battre avec lui. »
Saül répondit à David : « Tu ne peux pas marcher contre ce Philistin pour lutter avec lui, car tu n’es qu’un enfant, et lui, c’est un homme de guerre depuis sa jeunesse. »
David dit à Saül : « Quand ton serviteur était berger du troupeau de son père, si un lion ou bien un ours venait emporter une brebis du troupeau, je partais à sa poursuite, je le frappais et la délivrais de sa gueule. S’il m’attaquait, je le saisissais par la crinière et je le frappais à mort.
Ton serviteur a frappé et le lion et l’ours. Eh bien ! ce Philistin incirconcis sera comme l’un d’eux puisqu’il a défié les armées du Dieu vivant ! »

David insista : « Le Seigneur, qui m’a délivré des griffes du lion et de l’ours, me délivrera des mains de ce Philistin. » Alors Saül lui dit : « Va, et que le Seigneur soit avec toi ! »
Goliath s’était dressé, s’était mis en marche et s’approchait à la rencontre de David. Celui-ci s’élança et courut vers les lignes des ennemis à la rencontre du Philistin.
Il plongea la main dans son sac, et en retira un caillou qu’il lança avec sa fronde. Il atteignit le Philistin au front, le caillou s’y enfonça, et Goliath tomba face contre terre.



Sébastien Depommier


Méditation

Osons défier les géants qui nous menacent


Michel-Ange a fait de David une statue immense ! Défiance de la force brute ! Disproportion entre la force de Goliath et la faiblesse de David ! Mais, en présence de Dieu, comme l’artiste le manifeste, le rapport s’inverse. Jésus est le fils de David, car il fait triompher la vie de la mort, en dépit de sa propre fragilité.
La fatalité est vaincue et ils sont nombreux à l’avoir expérimenté :
Mandela a fait tomber l’apartheid et triompher le droit ;
Jeanne d’Arc, humble jeune fille de Lorraine, fait couronner un roi ;
Gandhi renverse l’Empire colonial britannique, avec la force de la non-violence, du jeûne et de la prière ;
Martin Luther King impose les droits civiques, alors qu’il est noir, dans une société fondée et clivée par le racisme…
Et tous ces anonymes qui, dans l’épaisseur du quotidien, font avancer jour après jour, l’humanité :
jeunes mères qui élèvent patiemment les enfants, aînés confrontés au grand âge, témoins fragiles mais victorieux de la vie qui passe, soignants qui, bien au-delà de leurs intérêts, donnent vie, énergie et temps ; entrepreneurs visant de nouvelles activités ; politiques qui voient l’humanité de demain ; artistes qui transfigurent le réel pour en manifester toute la saveur ; bénévoles qui proposent gratuitement leurs compétences…

Alors, nous aussi, dans nos combats les plus quotidiens, voyons grand et large, osons y croire, mettons toutes nos forces, même faibles, dans la balance ! Face aux Goliaths politiques, à l’inertie des administrations impersonnelles, des conjonctures défavorables, des marchés qui dépriment, face aux monstres inhumains, défions à notre tour la force brute pour offrir un autre visage, celui de l’innocence, de la transparence, de l’espérance, de la confiance. Et avec tous nos petits et grands moyens mis en commun, nous ferons de grandes choses.
« Les soldats batailleront et Dieu remportera la victoire »
!



Méditation enregistrée dans les studios de Radio RCF Bruxelles


Sœur Marie Monnet, Dominicaine à Bruxelles





_________________

Quand je dis Dieu c'est un poème, c'est une étoile dans ma vie, 
du feu qui coule dans mes veines, un grand soleil pour aujourd'hui !
Revenir en haut Aller en bas
Lumen
Admin
avatar

Messages : 8497
Date d'inscription : 18/10/2014
Localisation : France

MessageSujet: Re: Marche Dans La Bible Pour Connaître Les chemins Du Seigneur !   Ven 29 Juil 2016 - 12:45

Jonathan intercède pour David

Pourquoi faire mourir David sans motif ?

1 Samuel 19, 1-7


 Saül dit à son fils Jonathan et à tous ses serviteurs son intention de faire mourir David.
Mais Jonathan, le fils de Saül, aimait beaucoup David et il alla le prévenir : « Mon père Saül cherche à te faire mourir.
Demain matin, sois sur tes gardes, mets-toi à l’abri, dissimule-toi.
Moi, je sortirai et je me tiendrai à côté de mon père dans le champ où tu seras.
Je parlerai de toi à mon père, je verrai ce qu’il en est et je te le ferai savoir. »

Jonathan fit à son père Saül l’éloge de David ; il dit : « Que le roi ne commette pas de faute contre son serviteur David, car lui n’a commis aucune faute envers toi. Au contraire, ses exploits sont une très bonne chose pour toi.
Il a risqué sa vie, il a frappé à mort Goliath le Philistin, et le Seigneur a donné une grande victoire à tout Israël :
tu l’as vu et tu en as été heureux. Pourquoi donc commettre une faute contre la vie d’un innocent, en faisant mourir David sans motif ? »
Saül écouta Jonathan et fit ce serment : « Par le Seigneur vivant, il ne sera pas mis à mort ! »
Alors Jonathan appela David et lui répéta tout ce que le roi avait dit.
Puis il le conduisit à Saül, et David reprit sa place comme avant.



Sébastien Depommier


Méditation

Chercher la paix


Tout devrait opposer Jonathan à David. Ils sont de la même génération. Tous deux sont des guerriers confirmés et ils se trouvent en compétition pour la royauté d’Israël. Mais Jonathan, contrairement à son père, n’est pas jaloux des succès de David. Il est toujours loyal avec lui et le protège régulièrement des pulsions de meurtre de son père. Car Saül est malade et violent. Il adopte parfois un comportement incohérent et il aurait, par exemple, volontiers tué son propre fils après avoir remporté une victoire sur les ennemis. Ici, l’intercession de Jonathan s’apparente à l’intercession du Christ et elle établit la paix.

Dans nos familles et nos communautés, nous vivons parfois des situations analogues, avec des crises violentes, souvent plus psychologiques que logiques. On a besoin alors de gens qui ont la tête sur les épaules et qui gardent leur sang-froid. Lucides comme Jonathan qui met David à l’abri, ils sont aussi capables de faire entendre la voix de la sagesse.

Au lieu d’attiser les jalousies, il convient de valoriser tout ce qui peut l’être, auprès des deux parties. Jonathan fait ainsi entendre à son père qu’il est dans son intérêt d’avoir à ses côtés un homme courageux comme David. Celui-ci a fait ses preuves, il peut l’aider encore. Le tuer sans motif serait une faute irréparable.

La Paix peut être le fruit de l’intelligence et des situations bien comprises. La Charité, ou même tout simplement la Justice, contrairement à ce que l’on imagine parfois faussement, sont une voie de sagesse.
Elles sont dans l’intérêt de tous, bien sûr, mais surtout dans l’intérêt immédiat de celui qui la met en pratique.



Méditation enregistrée dans les studios de Radio RCF Bruxelles


Sœur Marie Monnet, Dominicaine à Bruxelles





_________________

Quand je dis Dieu c'est un poème, c'est une étoile dans ma vie, 
du feu qui coule dans mes veines, un grand soleil pour aujourd'hui !
Revenir en haut Aller en bas
Lumen
Admin
avatar

Messages : 8497
Date d'inscription : 18/10/2014
Localisation : France

MessageSujet: Re: Marche Dans La Bible Pour Connaître Les chemins Du Seigneur !   Lun 1 Aoû 2016 - 14:11

Pour vous inscrire, cliquez ici



Le partage équitable du butin

"Comme est la part de celui qui descend au combat, ainsi est la part
de celui qui reste aux bagages, ils partageront entre eux."


1 Samuel 30, 21-25


 David arriva près des deux cents hommes, trop fatigués pour le suivre et qui étaient restés au torrent de Besor. Ils se portèrent à la rencontre de David et de sa troupe. David s’avança avec sa troupe et les salua.
Mais parmi les hommes qui avaient accompagné David, ce furent tous les méchants et les vauriens qui prirent la parole et dirent : « Puisqu’ils ne sont pas venus avec nous, on ne leur donnera rien du butin que nous avons récupéré, si ce n’est à chacun sa femme et ses enfants. Qu’ils les emmènent et qu’ils s’en aillent ! »

Mais David déclara : « Non, vous ne ferez pas cela, mes frères, avec ce que le Seigneur nous a donné. Il nous a gardés, il a livré entre nos mains la bande qui nous avait attaqués.
Qui pourrait vous écouter sur ce point ? En effet, comme est la part de celui qui descend au combat, ainsi est la part de celui qui reste aux bagages : ils partageront entre eux. »
À partir de ce jour, David en fit pour Israël une règle, un droit, qui vaut encore aujourd’hui.



Marilyne Fontaine


Méditation

David, fils de Jessé, fils de Dieu


Lorsque le prophète Samuel rencontre Jessé et sept de ses fils à Bethléem, il est persuadé que c’est parmi eux qu’il va trouver un roi pour Israël. Mais les voies du Seigneur sont toujours déroutantes. L’Esprit de Dieu par sept fois empêchera Samuel de choisir l’un d’eux. Et celui qui finalement recevra l’onction, c’est l’absent, David, le petit dernier, le berger, occupé à la garde du troupeau. D’avoir été ainsi, juste au moment d’être choisi, d’abord séparé de ses frères, cela prépare David, fils de Jessé, à l’accueil d’une autre filiation, une dignité immense, bien plus haute et large que celle de roi d’Israël : la dignité de fils de Dieu.

Un fils de Dieu, originaire de Bethléem en Judée, voilà qui en évoque un autre. David préfigure Jésus. Et lorsqu’il décide de faire parts égales dans le partage du butin à ceux de ses soldats qui sont descendus au combat et à ceux qui n’y sont pas allés, restant auprès des bagages, nous voyons qu’il communie déjà à l’Évangile de la grâce, révélé par Jésus.

Comment ne pas entendre en effet dans ce jugement de David, l’écho de la parabole des ouvriers de la onzième heure, où ceux qui ont travaillé une heure et ceux qui ont travaillé tout le jour reçoivent le même salaire ? À l’un d’eux récriminant dans un vif sentiment d’injustice, le maître du domaine répondra : « Faut-il que tu sois jaloux parce que je suis bon ? » David lui aussi est habité d’une pensée généreuse, qui ne compte pas, qui aime sans compter. Tous ses soldats sont ses frères. Tous ne doivent-ils pas recevoir de quoi subsister ?


* Mt 20, 15


Méditation enregistrée dans les studios de Radio RCF Lyon


Frère Pascal Marin, Couvent de la Tourette






_________________

Quand je dis Dieu c'est un poème, c'est une étoile dans ma vie, 
du feu qui coule dans mes veines, un grand soleil pour aujourd'hui !
Revenir en haut Aller en bas
Lumen
Admin
avatar

Messages : 8497
Date d'inscription : 18/10/2014
Localisation : France

MessageSujet: Re: Marche Dans La Bible Pour Connaître Les chemins Du Seigneur !   Mer 3 Aoû 2016 - 15:26

Pour vous inscrire, cliquez ici




L'arche à Jérusalem

"Mikal vit le roi David qui sautait et tournoyait devant le Seigneur.
Dans son cœur, elle le méprisa."


2 Samuel 6, 16-17 ; 20-22


 Or, comme l’arche du Seigneur entrait dans la Cité de David, Mikal, fille de Saül, se pencha par la fenêtre : elle vit le roi David qui sautait et tournoyait devant le Seigneur. Dans son cœur, elle le méprisa.

Ils amenèrent donc l’arche du Seigneur et l’installèrent à sa place, au milieu de la tente que David avait dressée pour elle. Puis il offrit devant le Seigneur des holocaustes et des sacrifices de paix.

Alors que David revenait pour bénir sa maisonnée, Mikal, fille de Saül, sortit à sa rencontre et dit : « Comme il s’est honoré aujourd’hui, le roi d’Israël !
Lui qui s’est découvert aux yeux des servantes de ses esclaves comme se découvrirait un homme de rien ! »

David dit à Mikal : « Devant le Seigneur, lui qui m’a choisi de préférence à ton père et à toute sa maison pour m’instituer chef sur Israël, sur le peuple du Seigneur, oui, je danserai devant le Seigneur. Je me déshonorerai encore plus que cela, et je serai abaissé à mes propres yeux, mais auprès des servantes dont tu parles, auprès d’elles je serai honoré. »



Marilyne Fontaine


Méditation

Plus libre qu'un roi


Voilà David, à peine vêtu d’un pagne, qui se met à danser, sauter, tournoyer devant l’arche d’alliance. Or, nous apprenons du regard méprisant de Mikal, femme de haut rang, qu’en se comportant de la sorte, David contrevient à ce qui se fait. Cela, personne, pas même le roi, surtout le roi, garant des bons usages, ne peut y déroger sans déshonneur. Ce qui fait honneur ou déshonneur dans le monde où il vit, David ne s’en estime pas pour autant délié. Oui, il fait un drôle de roi. Mais c’est plus fort que lui, il lui faut danser pour Dieu, sa manière à lui de rendre grâce. Ce qui est fou pour un roi peut en effet être sage pour un fils de Dieu. Qu’est-ce qu’être fils, sinon être héritier d’une grande promesse de vie et participer déjà à la vie même du père ? C’est exister et être aimé pour ce qu’on est et pas pour ce qu’on fait. Le fils jouit devant le père d’une liberté, qui rend jaloux ceux qui ne sont pas ses fils. Et la liberté, elle se voit.

Ce récit nous invite à l’audace. Il nous dit en particulier que la foi ne nous contraint pas à une manière rigide et codifiée de vivre. Elle nous met sur un chemin de vie spirituelle, qui est le nôtre et pas celui d’un autre. En osant y aller, nous nous trouverons tôt ou tard en butte à l’incompréhension de ceux pour qui vivre en chrétien exige de suivre avec scrupule les règles d’un comportement bien défini. Mais nous croiserons aussi les pas de tous ceux qui dans le bon sens de leur foi savent reconnaître, partout où elle est à l’œuvre, la liberté des fils de Dieu.



Méditation enregistrée dans les studios de Radio RCF Lyon


Frère Pascal Marin, Couvent de la Tourette






_________________

Quand je dis Dieu c'est un poème, c'est une étoile dans ma vie, 
du feu qui coule dans mes veines, un grand soleil pour aujourd'hui !
Revenir en haut Aller en bas
Lumen
Admin
avatar

Messages : 8497
Date d'inscription : 18/10/2014
Localisation : France

MessageSujet: Re: Marche Dans La Bible Pour Connaître Les chemins Du Seigneur !   Ven 5 Aoû 2016 - 16:02

Pour vous inscrire, cliquez ici



La faute de David

"Un soir, David se leva de sa couche pour se promener sur la terrasse du palais.
De là, il aperçut une femme en train de se baigner. Cette femme était très belle."


2 Samuel 11, 2-9


 Un soir, il se leva de sa couche pour se promener sur la terrasse du palais. De là, il aperçut une femme en train de se baigner. Cette femme était très belle.
David fit demander qui elle était, et on lui répondit : « Mais c’est Bethsabée, fille d’Éliam, la femme d’Ourias le Hittite ! »
Alors David envoya des gens la chercher. Elle vint chez lui ; il coucha avec elle, alors qu’elle s’était purifiée de ses règles. Après quoi, elle retourna chez elle.
La femme devint enceinte, et elle fit savoir à David : « Je suis enceinte ! »
Alors David expédia ce message à Joab : « Envoie-moi Ourias le Hittite. » Et Joab l’envoya à David.
Lorsque Ourias fut arrivé auprès de lui, David lui demanda comment allaient Joab, et l’armée, et la guerre.
Puis il lui dit : « Descends chez toi, prends du repos. » Ourias sortit du palais, et l’on portait derrière lui une portion de la table du roi.
Mais Ourias se coucha à l’entrée du palais avec les serviteurs de son maître ; il ne descendit pas chez lui.

On annonça à David : « Ourias n’est pas descendu chez lui. » David dit à Ourias : « N’arrives-tu pas de voyage ? Pourquoi n’es-tu pas descendu dans ta maison ? »
Ourias dit à David : « L’Arche ainsi qu’Israël et Juda habitent sous des huttes. Joab, mon seigneur, et les serviteurs de mon seigneur le roi campent en rase campagne. Et moi, j’irais dans ma maison manger, boire et coucher avec ma femme ! Par ta vie, par ta propre vie, je ne ferai pas une chose pareille ! »
Le lendemain, David l’invita à manger et à boire à sa table, et il l’enivra. Le soir, Ourias sortit et alla se coucher à nouveau avec les serviteurs de son maître ; mais il ne descendit pas chez lui.
Le matin suivant, David écrivit une lettre pour Joab, et la fit porter par Ourias.
Il disait dans cette lettre : « Mettez Ourias en première ligne, au plus fort de la mêlée, puis repliez-vous derrière lui ; qu’il soit frappé et qu’il meure ! »



Marilyne Fontaine


Méditation

À l'heure de la tentation


David connaît la tentation et il lui arrive d’y succomber en posant des actes des plus graves. Ainsi, non content d’avoir pris la femme d’Ourias, un de ses officiers, et ne parvenant pas à masquer sa faute, David planifie la disparition d’Ourias au combat. Le crime est sordide. David en a-t-il conscience ? Il est comme cet homme riche dont le prophète Nathan vient lui raconter l’histoire. Pour nourrir un visiteur, bien que propriétaire d’un grand troupeau il vole la petite brebis d’un pauvre. Lui n’avait qu’elle et la traitait comme sa fille. Révolté à l’idée de cette injustice, David s’écrie : « Cet homme mérite la mort ! » Et Nathan lui révèle alors son péché, coup d’épée dans le cœur, par un : « Cet homme, c’est toi ! »

David ne fait pas exception parmi les ancêtres du Christ, nos pères dans la foi. En lisant leurs histoires, nous apprenons qu’ils ne sont pas des saints. Et pourtant si, ils le sont, puisqu’ils cheminent en cœur à cœur avec le Saint.

Mais ils ne sont pas sans péchés. Car non seulement la sainteté n’est pas incompatible avec le péché, mais la conscience du péché, ce sentiment d’être coupable d’une incapacité à aimer vraiment, est le seuil de tout progrès dans la foi. Là peut agir le pardon de Dieu. Il vient laver les fautes et purifier le sens d’aimer.

Ce qui contredit la sainteté, par contre, c’est la perte du sens du péché, cet endurcissement du cœur, qui rend insensible au mal commis. Le mal alors vient coller à la peau et il enlaidit l’être. De cet état de corruption, seul peut délivrer l’accueil sincère d’une rude parole, qui tranche en révélant le mal. Ainsi, David ne s’est pas dérobé à Nathan, l’envoyé de Dieu.



Méditation enregistrée dans les studios de Radio RCF Lyon


Frère Pascal Marin, Couvent de la Tourette





_________________

Quand je dis Dieu c'est un poème, c'est une étoile dans ma vie, 
du feu qui coule dans mes veines, un grand soleil pour aujourd'hui !
Revenir en haut Aller en bas
Lumen
Admin
avatar

Messages : 8497
Date d'inscription : 18/10/2014
Localisation : France

MessageSujet: Re: Marche Dans La Bible Pour Connaître Les chemins Du Seigneur !   Lun 8 Aoû 2016 - 15:32

Pour vous inscrire, cliquez ici



Le Seigneur est mon berger

Le Seigneur est mon berger : je ne manque de rien.

Psaume 22


 Le Seigneur est mon berger :
je ne manque de rien.
Sur des prés d'herbe fraîche,
il me fait reposer.

Il me mène vers les eaux tranquilles
et me fait revivre ;
il me conduit par le juste chemin
pour l'honneur de son nom.

Si je traverse les ravins de la mort,
je ne crains aucun mal,
car tu es avec moi :
ton bâton me guide et me rassure.


Tu prépares la table pour moi
devant mes ennemis ;
tu répands le parfum sur ma tête,
ma coupe est débordante.

Grâce et bonheur m'accompagnent
tous les jours de ma vie ;
j'habiterai la maison du Seigneur
pour la durée de mes jours.



Jean-Baptiste Germain


Méditation

Contemporains du Christ


Ce psaume célèbre décrit à merveille ce que nous vivons au cœur de la messe. Il est comme l’autel au cœur d’une église : une semaine sainte en résumé.
« Tu prépares la table pour moi devant mes ennemis. » Autour de cette table du jeudi saint, le Christ partage son dernier repas avec ses amis, qui vont l’abandonner et le renier. Mais lui prend la parole et se livre corps et sang dans l’eucharistie par amour pour nous. Oui, « ma coupe est débordante. »
« Si je traverse les ravins de la mort, ton bâton me guide et me rassure. » Ce bâton rassurant sur lequel je peux m’appuyer dans les épreuves, c’est la croix. Sur la croix, Jésus fait de sa vie une offrande pour nous : il prend sur lui le mal dont il nous sauve et nous donne la vie éternelle. L’autel est alors le rocher du Golgotha sur lequel se dresse la croix. « Je ne crains aucun mal, car tu es avec moi. » Nous sommes auprès du Christ et nous participons à son sacrifice en offrant notre vie au Père.

L’autel est enfin ce tombeau où Jésus repose après sa mort le samedi saint. Mais aussi le tombeau vide du dimanche de Pâques puisque nous croyons qu’il est ressuscité le troisième jour, comme il nous l’avait promis. Jésus est le bon berger, qui nous a menés vers les eaux tranquilles du baptême pour nous faire revivre. Avec lui, je suis déjà ressuscité. Avec lui, « j’habiterai la maison du Seigneur pour la durée de mes jours. »
Chaque messe célébrée sur l’autel fait de nous les contemporains de la mort et de la résurrection du Christ. Pour moi, Jésus a vaincu la mort. Maintenant « grâce et bonheur m’accompagnent tous les jours de ma vie. »



Méditation enregistrée dans les studios de Radio RCF Tours S. Martin


Frère Nicolas Burle, Couvent de Tours





_________________

Quand je dis Dieu c'est un poème, c'est une étoile dans ma vie, 
du feu qui coule dans mes veines, un grand soleil pour aujourd'hui !
Revenir en haut Aller en bas
Lumen
Admin
avatar

Messages : 8497
Date d'inscription : 18/10/2014
Localisation : France

MessageSujet: Re: Marche Dans La Bible Pour Connaître Les chemins Du Seigneur !   Mer 10 Aoû 2016 - 16:00

Pour vous inscrire, cliquez ici




Apprends moi à marcher à ta suite

Puissent mes voies s’affermir à observer tes commandements !

Psaume 118 Aleph


 Heureux les hommes intègres dans leurs voies
qui marchent suivant la loi du Seigneur !
Heureux ceux qui gardent ses exigences,
ils le cherchent de tout coeur !
Jamais ils ne commettent d'injustice,
ils marchent dans ses voies.
Toi, tu promulgues des préceptes
à observer entièrement.
Puissent mes voies s'affermir
à observer tes commandements !

Ainsi je ne serai pas humilié
quand je contemple tes volontés.
D'un coeur droit, je pourrai te rendre grâce,
instruit de tes justes décisions.
Tes commandements, je les observe :
ne m'abandonne pas entièrement.


Jean-Baptiste Germain


Méditation

Sortir du rond-point


Souvenir de classe de philo, sujet du bac : « Être libre, est-ce faire ce que je veux ? »
Réponse : thèse, antithèse, « foutaise ». Dommage de ne pas y avoir réfléchi sérieusement, car ce sujet est essentiel. Ici, en effet, s’opposent radicalement l’esprit du monde et la foi chrétienne.
Notre monde ne parle que de liberté de choix : plus j’ai le choix, plus je suis libre.
C’est la liberté de l’homme dans un rond-point qui voit défiler de nombreuses sorties devant ses yeux.
Certes, j’ai le choix, et même beaucoup de choix aujourd’hui, mais si je ne choisis jamais, alors ma liberté reste une illusion.
Je tourne en rond dans mon rond-point. Mais Dieu ne nous a pas créés pour être des poissons rouges dans des bocaux.
Dieu nous a créés libres de choisir.
Libres de dire oui et de nous engager.
Libres de donner notre parole et de ne pas la reprendre.
Oui : être libre, c’est faire ce que je veux ! Mais ce que je veux vraiment !
Au lieu d’essayer toutes les sorties du rond-point, me suis-je demandé ce qui serait bon pour moi, ce qui me ferait vraiment grandir ? À quelle étoile ai-je envie d’accrocher ma vie ?

Nelson Mandela, dans son livre un long chemin vers la liberté, raconte comment il a choisi de vivre libre alors qu’il était en prison pour le reste de sa vie.
Il pouvait choisir de vivre dans la haine ou dans l’amour.
Il a alors été providentiellement préparé à gouverner un jour son peuple sur le chemin de la réconciliation et du refus de la haine.
Nous avons toujours le choix. Nous avons toujours le choix d’être fidèles à notre choix.
Parce que notre liberté n’a de sens que dans la fidélité. Que Dieu nous aide à être des fidèles vraiment chrétiens et des chrétiens vraiment fidèles.



Méditation enregistrée dans les studios de Radio RCF Tours S. Martin


Frère Nicolas Burle, Couvent de Tours






_________________

Quand je dis Dieu c'est un poème, c'est une étoile dans ma vie, 
du feu qui coule dans mes veines, un grand soleil pour aujourd'hui !
Revenir en haut Aller en bas
Lumen
Admin
avatar

Messages : 8497
Date d'inscription : 18/10/2014
Localisation : France

MessageSujet: Re: Marche Dans La Bible Pour Connaître Les chemins Du Seigneur !   Ven 12 Aoû 2016 - 16:42

Pour vous inscrire, cliquez ici



La paix sur Jérusalem

Maintenant notre marche prend fin devant tes portes, Jérusalem !

Psaume 121


 Quelle joie quand on m'a dit :
« Nous irons à la maison du Seigneur ! »

Maintenant notre marche prend fin
devant tes portes, Jérusalem !
Jérusalem, te voici dans tes murs :
ville où tout ensemble ne fait qu'un !

C'est là que montent les tribus,
les tribus du Seigneur,
là qu'Israël doit rendre grâce
au nom du Seigneur.
C'est là le siège du droit,
le siège de la maison de David.


Appelez le bonheur sur Jérusalem :
« Paix à ceux qui t'aiment !
Que la paix règne dans tes murs,
le bonheur dans tes palais ! »

A cause de mes frères et de mes proches,
je dirai : « Paix sur toi ! »
A cause de la maison du Seigneur notre Dieu,
je désire ton bien.


Jean-Baptiste Germain


Méditation

Céleste Jérusalem


Dieu a créé Adam et Ève dans un jardin et il nous attend dans une ville à la fin des temps. Ce n’est pas le moindre des retournements annoncés par la Bible. Jérusalem, « ville de la paix » : depuis combien de siècles vis-tu dans la guerre ? Jérusalem, ville au cœur blessé par la violence et pourtant toujours favorite du cœur de Dieu. Jérusalem, sise dans le désert où Dieu désire rassembler tous les hommes.

Jérusalem, ton roi est venu jusqu’à toi. Dans tes murs, dans tes rues, dans ton temple, Dieu a parlé à son peuple. Pourtant, à la voix des prophètes, tu ne t’es pas levée. À la voix de ton Dieu, tu as gardé le silence. À la voix du Messie, doux et humble de cœur, tu as raidi ta nuque et tu t’es révoltée. Tu l’as tué.
Jérusalem, ton roi est vivant ! Il t’a sauvée glorieusement et t’a pardonné ton infidélité. Oublie tes murailles : ta force est la fidélité du Seigneur. Dieu t’a donné sa parole, son Fils unique, et jusque sur la croix il ne l’a pas reprise.

Dieu t’a donné un roi, le Messie vainqueur de la mort, dont le règne est éternel.
Jérusalem, tu es devant nos yeux la preuve de la promesse. Nous sommes attendus : notre vie ne mène pas nulle part. Jésus, ton roi, non seulement marche devant nous pour nous montrer la route, mais il nous conduit lui-même là où il nous a préparé une place : dans tes murs, céleste Jérusalem.
Jérusalem ! Que ma joie est grande de te voir enfin, là devant mes yeux, de te rencontrer au bout de ma route, comme tu seras un jour au bout de ma vie !



Méditation enregistrée dans les studios de Radio RCF Tours S. Martin


Frère Nicolas Burle, Couvent de Tours





_________________

Quand je dis Dieu c'est un poème, c'est une étoile dans ma vie, 
du feu qui coule dans mes veines, un grand soleil pour aujourd'hui !
Revenir en haut Aller en bas
Lumen
Admin
avatar

Messages : 8497
Date d'inscription : 18/10/2014
Localisation : France

MessageSujet: Re: Marche Dans La Bible Pour Connaître Les chemins Du Seigneur !   Dim 21 Aoû 2016 - 12:43

Pour vous inscrire, cliquez ici



La prière d'Anne

C’est l’excès de mon chagrin (…) qui m’a fait prier aussi longtemps.

1 Samuel 1, 12-17


 Tandis que Anne, qui était stérile, prolongeait sa prière devant le Seigneur, Éli observait sa bouche. Anne parlait dans son cœur : seules ses lèvres remuaient, et l’on n’entendait pas sa voix. Éli pensa qu’elle était ivre et lui dit : « Combien de temps vas-tu rester ivre ? Cuve donc ton vin ! »
Anne répondit : « Non, mon seigneur, je ne suis qu’une femme affligée, je n’ai bu ni vin ni boisson forte ; j’épanche mon âme devant le Seigneur.
Ne prends pas ta servante pour une vaurienne : c’est l’excès de mon chagrin et de mon dépit qui m’a fait prier aussi longtemps. » Éli lui répondit : « Va en paix, et que le Dieu d’Israël t’accorde ce que tu lui as demandé. »

Anne dit alors : « Que ta servante trouve grâce devant toi ! » Elle s’en alla, elle se mit à manger, et son visage n’était plus le même. Le lendemain, Elcana et les siens se levèrent de bon matin. Après s’être prosternés devant le Seigneur, ils s’en retournèrent chez eux, à Rama. Elcana s’unit à Anne sa femme, et le Seigneur se souvint d’elle.
Anne conçut et, le temps venu, elle enfanta un fils ; elle lui donna le nom de Samuel (c’est-à-dire : Dieu exauce) car, disait-elle : « Je l’ai demandé au Seigneur. »



Pauline Méreuze


Méditation

Dieu exauce


Dans l’Antiquité, on ne priait pas en silence, on priait toujours à voix haute. Ici, Anne s’exprime avec pudeur. Le prêtre la prend à partie. C’est parfois le cas quand on traverse une épreuve : non seulement on souffre, mais pire encore, l’entourage considère que c’est de notre faute. Ici, le prêtre la traite d’alcoolique et lui demande de « cuver son vin ». Il y a, de fait, une similitude entre l’état de prière intense et l’ivresse. Les disciples, à la Pentecôte, étaient assimilés à des fêtards éméchés alors que c’était encore le matin… Anne répond humblement et confie au prêtre non pas l’objet de sa supplication, mais le simple fait qu’elle est affligée et se présente comme telle devant Dieu. Alors le prêtre la prend en sympathie et il s’associe à sa prière : « Que Dieu t’accorde ce que tu lui as demandé ! »

Cela suffit pour qu’Anne change complètement d’état. Elle se remet à manger, retrouve figure humaine et reprend ses activités. Elle n’est plus dans la prière, elle n’est plus suppliante et affligée, elle se comporte comme une personne qui sait que sa demande a été entendue.

Anne prend de la distance à l’égard de son problème, sachant que l’affaire ne dépend plus d’elle.
Cette attitude nous guide pour nos prières de demande. « Tout ce que vous demanderez dans votre prière avec foi, vous le recevrez » *. Il ne faut pas hésiter à demander puis à considérer que le « dossier suit son chemin », que cela ne dépend plus de nous, et, comme Anne, faire confiance. Anne donna à son fils le nom de Samuel, « Dieu exauce ». Elle l’avait demandé, elle a été entendue et exaucée.



* Matthieu 21, 22


Méditation enregistrée dans les studios de Radio RCF Bruxelles.


Sœur Marie Monnet, Dominicaine à Bruxelles





_________________

Quand je dis Dieu c'est un poème, c'est une étoile dans ma vie, 
du feu qui coule dans mes veines, un grand soleil pour aujourd'hui !
Revenir en haut Aller en bas
Lumen
Admin
avatar

Messages : 8497
Date d'inscription : 18/10/2014
Localisation : France

MessageSujet: Re: Marche Dans La Bible Pour Connaître Les chemins Du Seigneur !   Dim 21 Aoû 2016 - 12:52

Pour vous inscrire, cliquez ici



Le cantique d'Anne

… La stérile enfante sept fois.

1 Samuel 2, 1-10


 Et Anne fit cette prière :
« Mon cœur exulte à cause du Seigneur ; mon front s’est relevé grâce à mon Dieu ! Face à mes ennemis, s’ouvre ma bouche : oui, je me réjouis de ton salut !
Il n’est pas de Saint pareil au Seigneur. – Pas d’autre Dieu que toi ! Pas de Rocher pareil à notre Dieu !
Assez de paroles hautaines, pas d’insolence à la bouche. Le Seigneur est le Dieu qui sait, qui pèse nos actes.
L’arc des forts est brisé, mais le faible se revêt de vigueur.
Les plus comblés s’embauchent pour du pain, et les affamés se reposent.
Quand la stérile enfante sept fois, la femme aux fils nombreux dépérit. Le Seigneur fait mourir et vivre ; il fait descendre à l’abîme et en ramène. Le Seigneur rend pauvre et riche ; il abaisse et il élève.

De la poussière, il relève le faible, il retire le malheureux de la cendre pour qu’il siège parmi les princes, et reçoive un trône de gloire. Au Seigneur, les colonnes de la terre : sur elles, il a posé le monde.
Il veille sur les pas de ses fidèles, et les méchants périront dans les ténèbres. La force ne rend pas l’homme vainqueur :
les adversaires du Seigneur seront brisés. Le Très-Haut tonnera dans les cieux ; le Seigneur jugera la terre entière. Il donnera la puissance à son roi, il relèvera le front de son messie. »



Pauline Méreuze


Méditation

Il n’est de parents que de parents adoptifs


Deux femmes, deux mères. Deux fils, deux prophètes et, entre eux, une relation sinon de parenté, du moins de filiation spirituelle. Anne est la mère de Samuel. Elle a prié pour avoir un enfant. Il deviendra le grand prophète et le juge d’Israël. Anne est figure de Marie. Elle est comme sa mère spirituelle. C’est pour cette raison que la tradition dit que la mère biologique de Marie s’appelle Anne. Le cantique d’Anne est une esquisse du Magnificat *.
Dans l’univers biblique, le nom désigne la vérité de la personne. Anne signifie la grâce. Elle n’est pas seulement celle qui est gracieuse au sens de charmante. Elle est celle qui transmet, qui rayonne la grâce, la vie de Dieu. Il y a plusieurs « Anne » dans la Bible : Anne, la mère de Samuel, Anne la mère de Marie. Il y a aussi Anne, la vieille dame de 84 ans qui accueille Jésus et ses parents dans le temple en chantant les louanges de Dieu **, sans oublier Anne, qui voit ses sept fils martyrisés devant ses yeux, qui trouve la force de les encourager et finit par mourir avec eux. Elle est la toute première à proclamer la foi en la résurrection de la chair ***.

Ces femmes conçoivent et portent une vie dont elles ne sont pas l’unique source. La source fondamentale, c’est Dieu. Elqana, le mari d’Anne et le père de Samuel, le reconnaît aussi. C’est Dieu qui « ouvre la matrice ». Elqana est ici figure de Joseph. Joseph aussi semble n’être pour rien dans la maternité de Marie. Mais il apporte sa généalogie, c’est-à-dire un autre type d’incarnation. Dans l’évangile de Matthieu et dans celui de Luc, les généalogies de Jésus sont celles de Joseph. C’est bien de lui que Jésus reçoit son ancrage dans la vie.
Un enfant n’est pas le pur produit de ses parents. La parentalité se joue dans l’adoption profonde d’un être, pour lui donner élan, confiance et rayonnement. Il n’est de parents que de parents adoptifs, coopérateurs de l’œuvre de Dieu.



* Lc 1, 46-56
** Lc 2, 36-38
*** 2 Maccabées, 7



Méditation enregistrée dans les studios de Radio RCF Bruxelles.


Sœur Marie Monnet, Dominicaine à Bruxelles





_________________

Quand je dis Dieu c'est un poème, c'est une étoile dans ma vie, 
du feu qui coule dans mes veines, un grand soleil pour aujourd'hui !
Revenir en haut Aller en bas
Lumen
Admin
avatar

Messages : 8497
Date d'inscription : 18/10/2014
Localisation : France

MessageSujet: Re: Marche Dans La Bible Pour Connaître Les chemins Du Seigneur !   Dim 21 Aoû 2016 - 13:02

Pour vous inscrire, cliquez ici



L'appel de Dieu à Samuel

… C’était le Seigneur qui appelait l’enfant.

1 Samuel 3, 3-10


 La lampe de Dieu n’était pas encore éteinte. Samuel était couché dans le temple du Seigneur, où se trouvait l’arche de Dieu.
Le Seigneur appela Samuel, qui répondit : « Me voici ! »
Il courut vers le prêtre Éli, et il dit : « Tu m’as appelé, me voici. » Éli répondit : « Je n’ai pas appelé. Retourne te coucher. » L’enfant alla se coucher.
De nouveau, le Seigneur appela Samuel. Et Samuel se leva. Il alla auprès d’Éli, et il dit : « Tu m’as appelé, me voici. »
Éli répondit : « Je n’ai pas appelé, mon fils. Retourne te coucher. »
Samuel ne connaissait pas encore le Seigneur, et la parole du Seigneur ne lui avait pas encore été révélée.

De nouveau, le Seigneur appela Samuel. Celui-ci se leva.
Il alla auprès d’Éli, et il dit : « Tu m’as appelé, me voici. » Alors Éli comprit que c’était le Seigneur qui appelait l’enfant, et il lui dit : « Va te recoucher, et s’il t’appelle, tu diras : “Parle, Seigneur, ton serviteur écoute.” » Samuel alla se recoucher à sa place habituelle.
Le Seigneur vint, il se tenait là et il appela comme les autres fois : « Samuel ! Samuel ! » Et Samuel répondit : « Parle, ton serviteur écoute. »



Pauline Méreuze


Méditation

Les voies de Dieu ne sont pas prévisibles


Je ne sais pourquoi, mais je vois par trois fois le petit Samuel bondir de son lit pour répondre à l’appel. Mouvement brusque. Agitation ? Hyperkinésie ? Non ! Le mouvement de Samuel est ordonné, finalisé, il conduit à une rencontre. Samuel passe du sommeil à une veille active, une écoute intriguée. Il se mobilise et se rend disponible. Il ne sait pas encore à quoi, mais il est prêt. Au musée de Montpellier, un très beau tableau de Reynolds présente Samuel en train de prier. Il y a là quelque chose de très touchant, l’innocence et la pureté de l’enfance habitées de spiritualité. Dieu parle au cœur des petits.
Le vieillard comprend que l’enfant est appelé. Il perçoit que quelque chose de nouveau est en train d’advenir ; que quelqu’un, non identifié encore, est en train d’intervenir.

Eli n’aura pas pour successeur l’un de ses fils, mais Samuel. On ne devient pas prophète de père en fils, mais par vocation. Et la vocation n’est jamais prévisible. Elle fait irruption quand on ne s’y attend pas et chez ceux que l’on n’aurait pas choisis.
De Samuel à Bernadette Soubirous, en passant par Isaïe et saint Paul, l’Esprit saint bouscule régulièrement les habitudes de pensée, casse la continuité, brise l’homogénéité. L’irruption de la présence de Dieu bouleverse ce qui serait trop « naturel ».

Il en sera de même quand Samuel sera vieux et qu’il devra nommer un roi, parce que « ses fils n’étaient pas dignes de lui succéder ». Le « naturel » est souvent réfractaire aux vrais changements, il s’installe dans les avantages acquis, les routines asphyxiantes, il se ferme à la vie. « Nul n’est reconnu prophète dans sa famille ni dans son pays », dira Jésus. Les chemins de Dieu ne suivent pas la voie hiérarchique, ni la succession familiale. Soyons attentifs : « Parle, Seigneur, ton serviteur écoute ! »



Méditation enregistrée dans les studios de Radio RCF Bruxelles.


Sœur Marie Monnet, Dominicaine à Bruxelles






_________________

Quand je dis Dieu c'est un poème, c'est une étoile dans ma vie, 
du feu qui coule dans mes veines, un grand soleil pour aujourd'hui !
Revenir en haut Aller en bas
Lumen
Admin
avatar

Messages : 8497
Date d'inscription : 18/10/2014
Localisation : France

MessageSujet: Re: Marche Dans La Bible Pour Connaître Les chemins Du Seigneur !   Lun 22 Aoû 2016 - 13:52

Pour vous inscrire, cliquez ici




La vocation de Jérémie

"Je fais de toi un prophète."

Jérémie 1, 4-10


 La parole du Seigneur me fut adressée :
« Avant même de te façonner dans le sein de ta mère, je te connaissais ; avant que tu viennes au jour, je t’ai consacré ; je fais de toi un prophète pour les nations. »
Et je dis : « Ah ! Seigneur mon Dieu ! Vois donc : je ne sais pas parler, je suis un enfant ! »
Le Seigneur reprit : « Ne dis pas : “Je suis un enfant !” Tu iras vers tous ceux à qui je t’enverrai ; tout ce que je t’ordonnerai, tu le diras. Ne les crains pas, car je suis avec toi pour te délivrer – oracle du Seigneur. »

Puis le Seigneur étendit la main et me toucha la bouche. Il me dit : « Voici, je mets dans ta bouche mes paroles ! Vois : aujourd’hui, je te donne autorité sur les nations et les royaumes, pour arracher et renverser, pour détruire et démolir, pour bâtir et planter. »



Fred Cacheux


Méditation

Profession "prophète" !


Au jeu des métiers, Jérémie a tiré une drôle de carte. Il sera prophète ! Il est effrayé par ce coup du sort, ou plutôt ce choix de Dieu. Il proteste qu’il n’a pas du tout les capacités pour cela. Prophète, c’est un peu comme avocat ou professeur, un métier de parole et lui, il est bien trop jeune encore, il ne sait pas parler. Mais l’argument est vain et vide. Car prophète, ce n’est justement pas une profession comme les autres, qui suppose formation et compétences. Le prophète, le vrai, ne peut agir que par la grâce d’un constant cœur à cœur avec Dieu.

Son expertise, au prophète, c’est un discernement hors pair. S’il y a beaucoup d’yeux qui ne voient pas ce qui est à voir, comme le dira Jésus, le prophète, lui, est doté d’un extraordinaire pouvoir de vision. Il a l’œil éclairé par la vive lumière d’un sens aigu de la justice de Dieu. Dans cette lumière critique, il perçoit le sens des événements de son temps, ce qui arrive et ce qui pourrait en conséquence arriver.

Par lui, ce qu’on ne voyait pas, ou très confusément, se révèle avec netteté. Dans le chaos des actions et des intentions, les contours et les nuances du bien et du mal, du juste et de l’injuste, se dessinent.

Libre de toute compromission, ne faisant allégeance qu’à Dieu et à la vérité, le prophète parle avec plus d’autorité que quiconque. Sa parole retentit et elle est écoutée. Voilà pourquoi les puissants ont peur des prophètes et cherchent à les écarter. Le prophète connaît la force de sa parole, mais il sait aussi sa vie exposée à la violence des violents. Il faut trouver ici la vraie raison des protestations de Jérémie. À tous égards, il y a gros à risquer à ce métier impossible. Mais plus fort que sa peur, il s’en remet à Dieu. Oui, parle, Seigneur, ton prophète t’écoute !



Méditation enregistrée dans les studios de Radio RCF Lyon


Frère Pascal Marin, Couvent de la Tourette





_________________

Quand je dis Dieu c'est un poème, c'est une étoile dans ma vie, 
du feu qui coule dans mes veines, un grand soleil pour aujourd'hui !
Revenir en haut Aller en bas
Lumen
Admin
avatar

Messages : 8497
Date d'inscription : 18/10/2014
Localisation : France

MessageSujet: Re: Marche Dans La Bible Pour Connaître Les chemins Du Seigneur !   Mer 24 Aoû 2016 - 15:01

Pour vous inscrire, cliquez ici



La vocation renouvelée de Jérémie

"Seigneur, toi qui sais, souviens-toi de moi et visite-moi !"

Jérémie 15, 15-21


 « Seigneur, toi qui sais, souviens-toi de moi et visite-moi ! Venge-moi de mes persécuteurs, ne me rends pas victime de la lenteur de ta colère ! Tu le sais : à cause de toi je supporte l’insulte.
Quand je rencontrais tes paroles, je les dévorais ; elles faisaient ma joie, les délices de mon cœur, parce que ton nom était invoqué sur moi, Seigneur, Dieu de l’univers.
Jamais je ne me suis assis dans le cercle des moqueurs pour m’y divertir ; sous le poids de ta main, je me suis assis à l’écart, parce que tu m’as rempli d’indignation.
Pourquoi ma souffrance est-elle sans fin, ma blessure, incurable, refusant la guérison ? Serais-tu pour moi un mirage, comme une eau incertaine ? »

Voilà pourquoi, ainsi parle le Seigneur :
« Si tu reviens, si je te fais revenir, tu reprendras ton service devant moi. Si tu sépares ce qui est précieux de ce qui est méprisable, tu seras comme ma propre bouche. C’est eux qui reviendront vers toi, et non pas toi qui reviendras vers eux.
Je fais de toi pour ce peuple un rempart de bronze infranchissable ; ils te combattront, mais ils ne pourront rien contre toi, car je suis avec toi pour te sauver et te délivrer – oracle du Seigneur. Je te délivrerai de la main des méchants, je t’affranchirai de la poigne des puissants. »



Fred Cacheux


Méditation

Dans la prière de Jérémie


Nous voilà dans l’antre, le ventre de la prière de Jérémie, à l’intime de ses prophéties.
À la forge où se prépare une parole de feu sont rassemblés tous les éléments nécessaires.
Les ingrédients de la parole, ce sont des sentiments profonds, enracinés dans l’être.
Il y a surtout la fierté d’être l’élu, l’ami de Dieu.
Ce sentiment-là est plus fort que les blessures, les humiliations, les soucis et toutes les souffrances endurées pour le service d’une parole vraie, qu’il rend à son peuple.
Par un souffle de Dieu et par l’alchimie savante de la fierté et de l’humiliation, de la joie et de la souffrance, là se forme, au creuset d’une sensibilité à vif, la puissante énergie spirituelle qui anime les paroles du prophète, sa mission pour le Seigneur.

La mission de Jérémie, c’est de parler. Ne fait-il vraiment que parler, Jérémie ? N’a-t-il pas plus et mieux à faire au service du Seigneur ? Secourir, vêtir, nourrir, soigner ? Il est courant de désavouer ainsi ceux qui ne font que parler et ne font pas.
Mais il y a bien sûr paroles et paroles. Celles qui ont du prix et celles qui ne font pas le poids.
Dans la pensée des auteurs bibliques, au plus haut de ce qu’un homme peut faire, des paroles agissent dans le souffle de la Parole de Dieu.
Ainsi, le prophète communie-t-il à la force créatrice de la Parole originelle.
Sa Parole clarifie ce qui est trouble, éclaire ce qui est obscur, ouvre ce qui est fermé, libère ce qui est captif.
Et cette Parole-là adresse une question à chaque baptisé, institué « prophète » dans le rite du baptême. Elle lui demande : « Et toi, que fais-tu de ta parole ? »



Méditation enregistrée dans les studios de Radio RCF Lyon


Frère Pascal Marin, Couvent de la Tourette





_________________

Quand je dis Dieu c'est un poème, c'est une étoile dans ma vie, 
du feu qui coule dans mes veines, un grand soleil pour aujourd'hui !
Revenir en haut Aller en bas
Lumen
Admin
avatar

Messages : 8497
Date d'inscription : 18/10/2014
Localisation : France

MessageSujet: Re: Marche Dans La Bible Pour Connaître Les chemins Du Seigneur !   Ven 26 Aoû 2016 - 14:13

Pour vous inscrire, cliquez ici



Les confessions de Jérémie

"Seigneur, tu m'as séduit et j'ai été séduit ; tu m'as saisi, et tu as réussi"

Jérémie 20, 7-9


 Jérémie dit à Dieu : « Seigneur, tu m’as séduit, et j’ai été séduit ; tu m’as saisi, et tu as réussi. À longueur de journée je suis exposé à la raillerie, tout le monde se moque de moi.
Chaque fois que j’ai à dire la parole, je dois crier, je dois proclamer : « Violence et dévastation ! » À longueur de journée, la parole du Seigneur attire sur moi l’insulte et la moquerie.

Je me disais : « Je ne penserai plus à lui, je ne parlerai plus en son nom. » Mais elle était comme un feu brûlant dans mon cœur, elle était enfermée dans mes os. Je m’épuisais à la maîtriser, sans y réussir. »



Fred Cacheux


Méditation

Dieu pour passion


«Seigneur, tu m’as séduit et j’ai été séduit ; tu m’as saisi, et tu as réussi ».
Ces mots de Jérémie sont non seulement les plus célèbres de son livre, mais ils peuvent aussi servir de clé, de sésame, pour percevoir quel feu anime les écritures bibliques.
Ces mots disent l’insolite de la foi où un homme peut chercher Dieu à corps perdu et être dévoré de passion pour sa Parole, dominé par elle comme d’une violente addiction, ainsi que le confesse encore Jérémie : « La Parole du Seigneur était comme un feu brûlant dans mon cœur, elle était enfermée dans mes os. Je m’épuisais à la maîtriser, sans y réussir ».
La tonalité érotique, qui peut s’entendre ici, résonne aussi un peu partout à travers la Bible.
L’exemple le plus manifeste de cette « érotique spirituelle » tient à la présence dans le corpus biblique d’un « épithalame », à savoir un chant d’amour dialogué, que l’on chantait lors des fêtes de mariage. C’est le Cantique des cantiques.

Il y a certes de l’étonnant dans la tonalité érotique des mots bibliques pour dire l’amour de Dieu, notre amour pour lui, son amour pour nous. Comment une parole, qui assume la séduction et en fait même l’apologie, peut-elle se rencontrer chez l’austère Jérémie et par quel prodige le chant d’intense désir sensuel du bien-aimé et de la bien-aimée du Cantique peut-il jouxter dans la Bible Le livre de la Sagesse ?
Nous apprenons par là que l’amour pour Dieu et la passion pour sa Parole s’enracinent là même où sont ancrés les amours et les passions humaines, c’est-à-dire dans le corps désirant.
La pensée biblique ne nie pas le désir, mais elle veut le porter tout au contraire à son maximum. Là où le désir de l’homme se fait passion d’être transformé en sa Miséricorde, à la suite du Christ, vivante icône du Dieu très saint.



Méditation enregistrée dans les studios de Radio RCF Lyon


Frère Pascal Marin, Couvent de la Tourette





_________________

Quand je dis Dieu c'est un poème, c'est une étoile dans ma vie, 
du feu qui coule dans mes veines, un grand soleil pour aujourd'hui !
Revenir en haut Aller en bas
Lumen
Admin
avatar

Messages : 8497
Date d'inscription : 18/10/2014
Localisation : France

MessageSujet: Re: Marche Dans La Bible Pour Connaître Les chemins Du Seigneur !   Lun 29 Aoû 2016 - 16:20

Pour vous inscrire, cliquez ici




La vision du char d'Ézéchiel

La forme de leurs visages, c’était visage d’hommes, visage de lion,
visage de taureau, et visage d’aigle.


Ézéchiel 1, 1 ; 4-11


 La trentième année, le quatrième mois, le cinq du mois, alors que moi, Ézékiel, je me trouvais à Babylone au milieu des exilés près du fleuve Kebar, les cieux s’ouvrirent et j’eus des visions divines. La main du Seigneur se posa sur moi.
J’ai vu un vent de tempête venant du nord, un gros nuage, un feu jaillissant et, autour, une clarté ; au milieu, comme un scintillement de vermeil du milieu du feu. Au milieu, la forme de quatre Vivants ; elle paraissait une forme humaine. Ils avaient chacun quatre faces et chacun quatre ailes.
Leurs jambes étaient droites ; leurs pieds, pareils aux sabots d’un veau, étincelaient comme scintille le bronze poli. Des mains humaines, sous leurs ailes, étaient tournées dans les quatre directions, ainsi que leurs visages et leurs ailes à tous les quatre.

Leurs ailes étaient jointes l’une à l’autre ; ils ne se tournaient pas en marchant : ils allaient chacun droit devant soi.
La forme de leurs visages, c’était visage d’homme et, vers la droite, visage de lion pour tous les quatre, visage de taureau à gauche pour tous les quatre, et visage d’aigle pour tous les quatre. Leurs ailes étaient déployées vers le haut et deux couvraient leur corps.



Miglé Berekaité


Méditation

Le visage de ma prière


Connaissez-vous les symboles des quatre évangélistes ? Matthieu représenté par un homme, car son évangile s’ouvre par la généalogie du Christ. Marc figuré par un lion, car son évangile commence par « la voix de celui qui crie dans le désert ». Luc, dont le taureau évoque le sacrifice que doit accomplir le prêtre Zacharie père de Jean-Baptiste. Jean symbolisé par l’aigle, seul animal qui, dit-on, peut regarder le soleil sans se brûler les yeux et donc contempler en face le mystère de Dieu.
« Ils ne se tournaient pas en marchant : ils allaient chacun droit devant soi. »* Quatre vivants, quatre évangélistes. Quatre évangiles et une seule histoire qui s’est répandue dans le monde entier. Quatre visages et une seule figure : le Christ.
Comme Ezéchiel, nous nous trouvons à Babylone au milieu des exilés : nous espérons notre patrie qui est au ciel tandis que tout passe et meurt devant nos yeux. Seule la parole de Dieu peut nous donner la vie. Seule la parole de Dieu peut rendre vivante ma prière, car elle est parole des vivants, par des vivants pour des vivants.

Nous avons besoin de prier avec les évangiles chaque jour. Suivons Jésus pas à pas, verset après verset, jour après jour et prenons le temps de méditer par la pensée ou par écrit les enseignements de cette lecture continue. « Il faut tâcher de nous imprégner de l’esprit de Jésus en lisant et relisant, méditant et reméditant sans cesse ses paroles et ses exemples : qu’ils fassent dans nos âmes comme une goutte d’eau qui tombe et retombe sur une dalle toujours à la même place. » **


* Ezéchiel 1, 12
** Charles de Foucauld



Méditation enregistrée dans les studios de Radio RCF Tours S. Martin


frère Nicolas Burle, Couvent de Tours





_________________

Quand je dis Dieu c'est un poème, c'est une étoile dans ma vie, 
du feu qui coule dans mes veines, un grand soleil pour aujourd'hui !
Revenir en haut Aller en bas
Lumen
Admin
avatar

Messages : 8497
Date d'inscription : 18/10/2014
Localisation : France

MessageSujet: Re: Marche Dans La Bible Pour Connaître Les chemins Du Seigneur !   Mer 31 Aoû 2016 - 17:45

Pour vous inscrire, cliquez ici



Je vous rassemblerai parmi les nations

Ainsi parle le Seigneur : j’ai été pour eux un sanctuaire dans les pays où ils sont allés.

Ézéchiel 11, 14-17


 « Fils d'homme, c'est à chacun de tes frères, à tes parents et à la maison d'Israël tout entière que les habitants de Jérusalem disent : "Restez loin du Seigneur, c'est à nous que le pays fut donné en patrimoine."
C'est pourquoi, dis : Ainsi parle le Seigneur. Oui, je les ai éloignés parmi les nations, je les ai dispersés dans les pays étrangers et j'ai été pour eux un sanctuaire, quelque temps, dans le pays où ils sont venus.

C'est pourquoi, dis : Ainsi parle le Seigneur. Je vous rassemblerai du milieu des peuples, je vous réunirai de tous les pays où vous avez été dispersés et je vous donnerai la terre d'Israël ».



Miglé Berekaité


Méditation

Dieu seul est mon sanctuaire


Nous pouvons nous dire la vérité : en général, la première expérience dans la prière est celle de l’ennui ! S’arrêter quelques minutes, se tenir en silence, lire et relire un texte que nous ne comprenons pas, essayer de calmer les pensées qui vont et viennent, tout cela semble totalement impossible.
La prière ne consiste pas à seulement s’arrêter, mais à se recueillir. De même qu’un barrage recueille l’eau d’un fleuve avant de le libérer avec puissance, ainsi nous recueillons l’amour de Dieu pour qu’il balaye ensuite les tentations, les occasions de péché et les sécheresses de notre cœur.
La prière ne consiste pas à essayer de se vider la tête de toute pensée et de tout souci. Il s’agit au contraire de se remplir : confier à Dieu ce qui encombre mon cœur pour qu’il me comble de sa présence.
La prière ne consiste pas à rester en silence, mais à écouter. Quand je prie, quelles paroles de la journée remontent à la surface ? Quelles situations ? Quels visages ? Quels versets de la Bible ? Car Dieu me parle.

La prière ne consiste pas à réussir une belle prière, mais à faire l’offrande à Dieu de notre temps. Jusqu’à la dernière seconde de ma prière, tenir fidèlement ma promesse d’être là avec Dieu et pour Dieu.
La prière est possible partout et tout le temps, mais il faut commencer par se tenir chaque jour dans un lieu où j’ai plaisir à donner rendez-vous à Dieu et où mes sens sont comblés : un beau coin prière ou une église. Car Dieu est partout, mais moi, je ne suis pas le même partout.



Méditation enregistrée dans les studios de Radio RCF Tours S. Martin


frère Nicolas Burle, Couvent de Tours





_________________

Quand je dis Dieu c'est un poème, c'est une étoile dans ma vie, 
du feu qui coule dans mes veines, un grand soleil pour aujourd'hui !
Revenir en haut Aller en bas
Lumen
Admin
avatar

Messages : 8497
Date d'inscription : 18/10/2014
Localisation : France

MessageSujet: Re: Marche Dans La Bible Pour Connaître Les chemins Du Seigneur !   Sam 3 Sep 2016 - 17:56

Pour vous inscrire, cliquez ici



Ézéchiel, le guetteur

Je t’ai fait guetteur. Quand tu entendras une parole de ma bouche,
tu les avertiras de ma part.


Ézéchiel 33, 7-9


 La parole du Seigneur fut adressée à moi, Ézéchiel :
« Toi aussi, fils d'homme, je t'ai fait guetteur pour la maison d'Israël. Lorsque tu entendras une parole de ma bouche, tu les avertiras de ma part.
Si je dis au méchant : "Méchant, tu vas mourir", et que tu ne parles pas pour avertir le méchant d'abandonner sa conduite, lui, le méchant, mourra de sa faute, mais c'est à toi que je demanderai compte de son sang.

Si au contraire tu as averti le méchant d'abandonner sa conduite pour se convertir et qu'il ne s'est pas converti, il mourra, lui, à cause de son péché, mais toi, tu auras sauvé ta vie. »



Miglé Berekaité


Méditation

Ma prière porte le monde


La prière me semblait un acte volontariste, pauvre et solitaire.
Comment peut-on passer tant d’heures à se taire ?
En vérité, je n’ai essayé qu’un instant et j’ai arrêté bien vite.
La prière, j’en étais convaincu, ne concerne qu’une élite.

J’ai été croyant et j’ai cherché Dieu avec insistance.
Mais je l’ai perdu avec la foi de mon enfance.
L’enfant qui savait simplement se mettre à genoux
Ne pouvait convaincre l’adulte qui croit vivre debout.

La vie me donna deux leçons contradictoires.
La première d’entre elles fut une magnifique histoire :
Une naissance, un enfant, qui élargissait mon cœur.
Comment aurais-je pu être seul et sans Dieu dans ce bonheur ?

La seconde est celle de la mort, l’ordinaire drame
Qui déchire nos cœurs par de grandes larmes.
À genoux comme autrefois, les mains jointes
comme on se rend.
Je n’étais plus adulte ou enfant, athée ou ignorant.


Dieu, par la prière, préparait maintenant mon cœur
Pour les grandes peines et les humbles bonheurs :
« Avec moi, tu traverseras les épreuves de la croix
Et tes joies ne te conduiront plus jamais loin de moi.

J’ai fait de toi un guetteur pour la maison d’Israël.
Tandis que l’aube soulève son aile,
Ou que le soir se couvre d’un velours sombre,
Tiens-toi sur les remparts du monde et avec nous fais nombre.

Car ta prière porte le monde et chacun de ses habitants.
Si tu manques à ton poste, qui sera ton remplaçant ?
Si tu ne m’écoutes pas, comment pourras-tu leur parler ?
Offre-toi à moi, comme mon Fils, et je t’exaucerai. »



Méditation enregistrée dans les studios de Radio RCF Tours S. Martin


frère Nicolas Burle, Couvent de Tours



_________________

Quand je dis Dieu c'est un poème, c'est une étoile dans ma vie, 
du feu qui coule dans mes veines, un grand soleil pour aujourd'hui !
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Marche Dans La Bible Pour Connaître Les chemins Du Seigneur !   

Revenir en haut Aller en bas
 
Marche Dans La Bible Pour Connaître Les chemins Du Seigneur !
Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
À Toi NOTRE PÈRE par les Saints Cœurs de JÉSUS, MARIE et JOSEPH.. :: LA SAINTE BIBLE, LES SAINTES ECRITURES :: Retraite dans la Ville-
Sauter vers: