Forum de prières

Prières, forum religion catholique, Jésus et Marie, informer des dangers du Nouvel Ordre Mondial, Illuminatis, l'antechrist, etc...
 
AccueilPortailS'enregistrerConnexion
Derniers sujets
» ROSAIRE PERPÉTUEL
Aujourd'hui à 12:08 par Robert

» Mon enfant, c'est en mettant toute ta confiance en l'Amour du Père que tu seras soulagé du poids que tu portes.
Aujourd'hui à 12:06 par Robert

» Prières
Aujourd'hui à 8:25 par Mea culpa

» Il était caché dans le simple et l’imitable
Aujourd'hui à 3:30 par Robert

» Aller vers les autres comme le Seigneur vient vers nous
Aujourd'hui à 3:28 par Robert

» Le mois de Jésus naissant
Hier à 23:03 par Lumen

» Avent dans la ville : "Viens habiter parmi nous"
Hier à 19:26 par Lumen

» Message-Lumière de la Famille Myriam
Hier à 19:10 par Lumen

» Donne-nous notre Pain de ce jour (Vie) : Parole de DIEU
Hier à 18:52 par Nicolas

» Cette union est un baume pour Mon Coeur blessé.
Hier à 14:59 par Robert

»  l'Avent avec les prophéties bibliques
Hier à 13:52 par Lumen

» Ce que le petit garçon fit va vous édifier !
Hier à 0:10 par Robert

» « Il se réjouit pour elle plus que pour les quatre-vingt-dix-neuf autres qui ne se sont pas égarées »
Hier à 0:07 par Robert

» Je donnerais Ma vie juste pour toi.
Lun 5 Déc - 13:01 par Robert

» Père Cantalamessa, 1ère prédication de l'Avent: Je crois en l'Esprit-Saint
Lun 5 Déc - 12:00 par Raphaël de l'Enfant Jésus

» Sa réponse nous surprend encore !
Lun 5 Déc - 1:48 par Robert

» « Pourquoi tenir ces raisonnements ? »
Lun 5 Déc - 1:45 par Robert

» Mon enfant, tu es plus qu'une belle petite brebis pour Moi
Dim 4 Déc - 16:55 par Robert

» Une prophétie incroyable et qui s’est réalisée !
Dim 4 Déc - 0:48 par Robert

» « Préparez le chemin du Seigneur, aplanissez sa route »
Dim 4 Déc - 0:46 par Robert

» Ne perds pas de temps à te regarder, ni même à t'interroger.
Sam 3 Déc - 15:43 par Robert

» « Voyant les foules, il eut pitié d'elles, parce qu'elles étaient fatiguées et abattues »
Sam 3 Déc - 2:25 par Robert

»  La grâce est toujours là pour venir en aide à ta faiblesse et faire de toi l'Amour.
Ven 2 Déc - 12:22 par Robert

» Divine et joyeuse enfance !
Ven 2 Déc - 0:46 par Robert

» « Alors il leur toucha les yeux »
Ven 2 Déc - 0:42 par Robert

» Mon enfant, en aidant les autres, même gratuitement, tu obtiendras ce dont tu as besoin pour vivre.
Jeu 1 Déc - 12:39 par Robert

» Au temps de la Vierge, après qu’Hérode Ier ait été nommé roi de Judée…
Jeu 1 Déc - 6:09 par Robert

» Construire sur le roc
Jeu 1 Déc - 6:06 par Robert

» Capsule de réflexion de la semaine
Mer 30 Nov - 22:52 par Lumen

» Pape François, Grand coeur et attitude humble, les traits du chrétien
Mer 30 Nov - 18:48 par Raphaël de l'Enfant Jésus

Qui est en ligne ?
Il y a en tout 24 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 24 Invités :: 2 Moteurs de recherche

Aucun

Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 264 le Jeu 27 Mar - 22:02

Partagez | 
 

 Juillet : Dévotion Au Précieux Sang de Notre Seigneur Jésus Christ

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Lumen
Adore Dieu Trinitaire
Adore Dieu Trinitaire


Messages : 1687
Date d'inscription : 19/10/2014

MessageSujet: Juillet : Dévotion Au Précieux Sang de Notre Seigneur Jésus Christ   Ven 1 Juil - 13:38

Juillet : Dévotion Au Précieux Sang de Notre Seigneur Jésus Christ
Saint Gaspard de Bufalo



http://imagessaintes.canalblog.com/


Abrégé de l'avant propos du traducteur :

Le culte du précieux sang est aussi ancien que l'Eglise. La dévotion au précieux sang n'est pas unenouveauté. Eugène IV, Paul III, Paul IV, Grégoire XIII, accordèrent de nombreux privilèges à la Confrérie du sang précieux, érigée dans l'église de Santa-Maria del Vado, à Ferrare. Cette association fut confirmée à perpétuité, en 1585, par Sixte V. Toutefois la dévotion particulière à laquelle elle était consacrée était tombée dans une sorte d'oubli, lorsque le chanoine Gaspard del Bufalo, dont le procès de canonisation se poursuit actuellement à Rome, entreprit de la faire revivre et de la répandre autant que possible parmi les fidèles.

C'est pour cela qu'il donna le nom de Missionnaires du précieux sang à la Congrégation de Prêtres séculiers fondée par lui, et qu'il établit et propagea diverses pratiques pieuses devenues très populaires à Rome, et qui tendent à le devenir dans le reste de la catholicité. Tels sont l'Exercice du Mois du précieux sang, les Sept Offrandes et le Petit Chapelet. La plupart de ces prières furent composées par lui, et l'on peut presque en dire autant du livre dont on offre aujourd'hui la traduction, car ce fut lui qui le dicta, pour ainsi dire, à Don Gaetano Bonanni, son compagnon, devenu depuis évêque de Norcia, et les nombreuses corrections de sa main que porte le manuscrit original, prouvent la grande part qu'il prit à la rédaction définitive. En parcourant les villages des environs de Rome, Gensano, Laricia, Nemi, etc, vous voyez sur presque toutes les portes extérieures des maisons: « Vive le sang de Jésus-Christ! »

Cette inscription qui protège contre la colère de Dieu la demeure des pauvres pécheurs repentants, comme autrefois le sang de l'agneau protégea les Hébreux contre l'ange exterminateur, est un souvenir des missions de Gaspard del Bufalo qui engageait ordinairement les fidèles à se mettre ainsi sous cette sauvegarde puissante. La dévotion au sang de Jésus était comme l'âme de ce grand serviteur de Dieu, et le Seigneur a montre combien elle lui était agréable par le nombre infini de grâces dont Gaspard a été l'instrument, soit durant sa vie soit après sa mort...



Préface

Tel est l'amour de Dieu pour nous, qu'au milieu même de sa justice il fait briller sa miséricorde infinie: toutes les fois que dans sa colère il a voulu faire sentir aux enfants des hommes la terreur de ses châtiments, il a donné en même temps des moyens d'apaiser cette colère et d'arrêter les foudres de sa main. « Cum iratus fueris, misericordiae recordaberis », a dit le prophète (Habacucq 3:2); et c'est une vérité qui de nos jours se manifeste d'une manière bien frappante. Ne sent on pas combien la vue de nos fautes doit irriter Dieu? Qui n'a vu et ne voit encore des signes de sa juste indignation? Qui ne tremble de lui voir verser sur nous avec une abondance nouvelle le calice amer de sa colère?

Eh bien! pour que nous puissions désarmer son bras, il a réveillé dans le cœur des fidèles une affectueuse et tendre dévotion au sang précieux de son divin Fils unique; il a voulu que les âmes arrosées de ce sang, l'offrissent à la divine majesté avec une foi vive, avec une ardente charité, afin de l'apaiser et d'attirer sur nous sa miséricorde. C'est précisément ce qui arriva au temps de Marie Madeleine de Pazzi, laquelle, au moyen de cette dévotion, apaisa Dieu et retint ses foudres, comme Dieu même le lui révéla en disant: « C'est maintenant, ô ma chère fille, que, grâce à ce sang répandu par le Verbe divin, s'accomplit ce qui a été écrit: « Cùm iratus fueris, misericordiae recordaberis ».

Et aussitôt voici des âmes pieuses tout attentives à pratiquer cette dévotion, voici de zélés ministres du sanctuaire tout remplis de zèle à la propager, voici de dignes Evêques qui de mille manières l'introduisent dans leurs diocèses, et le souverain Pontife lui-même, Pie VII, d'heureuse mémoire, l'aurait voulue imprimée au cœur de tous les fidèles. Dans le but de voir d'aussi saints désirs accomplis, nous croyons donc à propos de montrer l'excellence de cette dévotion, présenter quelques considérations, et offrir quelques pieuses et affectueuses prières pour un mois tout entier consacré à son exercice; nous y joindrons quelques exemples qui serviront à exciter le cœur à l'adoration et à l'amour de ce très-précieux sang.

L'excellence d'une telle dévotion est clairement démontrée par les oracles des prophètes qui, dans l'Ancien Testament, parlent admirablement de ce sang adorable; par les figures qui en ont précédé l'effusion; par l'incomparable mérite de ce prix de notre rédemption, de ce bain salutaire des âmes; par les effets qu'il produit dans les cœurs, et enfin par les fruits abondants qui en naissent. Et d'abord, quant aux prophètes, que voulut nous faire entendre le Seigneur par la bouche de son fidèle serviteur et ami le patriarche Jacob, sinon l'effusion pleine d'amour de ce sang divin qui devait baigner l'église choisie par Jésus pour l'épouse bien-aimée de son cœur? « Lavabit in vino stolam suam, et in sanguine uvœ pallium suum » (Genèse 49:11). Isaïe prédisait cette même effusion quand il décrivait les blessures de Jésus, et le sang coulant de ses blessures, « Attritus est, vulneratus est », et quand il invitait les hommes à venir puiser dans la joie de leur cœur les eaux de la miséricorde et de la grâce aux fontaines inépuisables du Sauveur, qui sont ses très saintes et précieuses plaies: « Haurietis aquas in gaudio de fontibus Salvatoris » (Isaïe 12, 13). Ce sang est la fontaine que contemplait en esprit le prophète Zacharie, et dont il disait: In illâ die erit fons patens domui David, et habitatoribus Hierusalem in ablulionem peccatorum » (Zacharie 13:1). Le très Saint sang du Verbe divin est la fontaine qui se répand en abondance par toute la maison du vrai David, c'est à dire toute la sainte Eglise, et qui sert à purifier les âmes de toutes les taches du péché: et c'est lui que le prophète Michée désigne aussi sous l'image d'une vaste mer: « Deponit iniqnitatis nostras, et projicit in profundum maris omnia peccata nostra » (Michée 7, 19). Et quant aux figures et aux symboles, ne devons-nous pas voir un symbole du sang très-pur de Jésus dans le sang de l'innocent Abel répandu par Caïn son frère cruel, et dans ce sang de l'agneau qui, en marquant en Egypte les maisons des Hébreux, devait les exempter du fléau de l'ange exterminateur? et le sang de toutes les victimes sacrifiées sous l'ancienne alliance peut-il signifier autre chose que le sang de l'Agneau immaculé qui, dans la plénitude des temps, devait cire répandu en expiation des péchés du monde entier? Et c'est pourquoi il a toujours été contemplé en esprit par les patriarches, par les prophètes, par tous les justes, et toujours offert au trône de Dieu par la Coi des croyants qui se sont sauvés par les mérites du sang de Jésus Christ : d'où on peut conclure que la dévotion au précieux sang est aussi ancienne que l'Eglise, et qu'elle durera autant que durera l'Eglise elle-même, et elle ne pourra jamais cesser, étant le sceau précieux du nouveau et éternel Testament, selon les très saintes paroles de Jésus-Christ: « Hic est enim calix sanguinis mei novi et aeterni Testamenti »; ce sang ne cessera jamais d'être offert ; jamais il ne cessera de purifier les âmes des souillures du péché, jamais d'implorer la miséricorde, jusqu'au jour où Jésus descendant de nouveau sur la terre à la consommation des siècles, récompensera en juste rémunérateur ceux qui auront profilé de ce sang, et juge inexorable, punira ceux qui n'auront pas voulu se servir de ses mérites pour leur salut
éternel.


L'incomparable mérite de ce trésor! quel esprit peut le comprendre, quelle parole peut dignement l'exprimer? Il suffit de dire que c'est le sang du Verbe fait homme, et c'est pourquoi saint Jean Chrysostôme l'appelle le salut des âmes: « Sanguis Christi salus animarum »; la clef des célestes trésors, comme dit le docteur angélique saint Thomas: Sanguis Christi clavis Paradisi »; l'or précieux d'une valeur infinie, comme s'exprime saint Ambroise: « Bonum aurum sanguis Christi »; la trompette qui fait retentir à haute voix: « Miséricorde et clémence », comme le nomme Saint Bernard: « Sanguis Christi quasi tuba exaltât vocem suam ». Et selon la séraphique sainte Marie Madeleine de Pazzi, le doux aimant qui attire les cœurs; le prix de notre rédemption, le bain desâmes, le gage et les arrhes de la vie éternelle. Et quels seront donc les effets salutaires que produira en nous une telle dévotion? Certainement tous ceux pour lesquels Jésus a daigné répandre son sang, peuvent en retirer des biens immenses, précieux et incorruptibles. Dans ce sang, le pécheur trouve la confiance nécessaire à sa conversion; le juste, l'encouragement à la persévérance dans le bien. Par la vertu de ce sang divin s'obtient la rémission des péchés, la victoire dans les tentations, la force de vaincre l'ennemi infernal, et l'aide efficace de la grâce capable de nous main tenir constamment jusqu'à la mort dans l'amour de Dieu. C'est ce sang qui allume chez les apôtres leur zèle pour la gloire de Dieu, et l'amour chez les confesseurs; c'est lui qui excite à la pénitence, c'est lui qui garde dans les vierges le lis candide de la pureté; et on peut dire que tout ce que les âmes obtiennent, elles le doivent à ce sang précieux. Saint Chrysostôme, pénétré d'une vénération profonde et enflammé d'amour envers Jésus et son sang adorable, le compare à un fleuve qui baigne toute la terre, la féconde et l'orne d'une grande variété d'arbres, dont chacun produit en son temps ses fruits particuliers.

Sainte Gertrude voyait sortir des saintes plaies de Jésus, comme d'une source vive, de grands fleuves du sang divin; et de même que le paradis terrestre était tout entier arrosé et fécondé par les pures eaux d'une source abondante, de même qu'en ce lieu d'innocentes délices, les arbres étaient toujours verdoyants, les fruits d'une éternelle saveur et d'une inépuisable abondance: ainsi, grâce au sang du Seigneur, il lui semblait voir fleurir en vertu tous ceux qui cheminaient par la voie du salut et du ciel. Quelles ne sont pas chaque jour les abondantes consolations, quels ne sont pas les rapides progrès dans la perfection des âmes qui souvent approchent de cette fontaine de vie? quelle abondance de fruits reçoit leur esprit, quelle douce saveur de paradis respire celui qui se confie en lui, quel énergique encouragement à toutes les bonnes œuvres, quel soutien dans la pratique de la vertu! quelles grâces descendent du trône du Père divin vers celui qui l'offre et pour son salut et pour le salut du prochain! Oh sang précieux et très-précieux de Jésus! sang que j'aime tendrement! combien ta vue allume dans le cœur l'amour de Jésus qui t'a répandu! Regardez et voyez si je ne suis pas Dieu (Psaume 45 : 1), semble-t-il entendre dire à Jésus crucifié, frappé, déchiré, torturé et inondé de sang. Un Dieu de majesté infinie, ainsi l'explique Bellarmin, a répandu au milieu des tortures son sang pour nous... Et avec quel amour ne l'a-t-il pas répandu? Oui, disait sainte Catherine de Sienne, il fallait le spectacle d'un pareil amour pour allumer la sainte charité; et si ce spectacle nous manquait, nous resterions froids. Amour profond et intime, amour immense, généreux , constant, et plus actif que le feu. Disons en un mot, que par le moyen de ce sang nous avons été rachetés de l'esclavage du démon, délivrés de l'enfer... Purifiés du péché par lui, nous sommes devenus enfants de Dieu, héritiers du Royaume éternel... Par ce sang qui découle des plaies du Seigneur,comme d'une fontaine divine, proviennent toutes les grâces dont la plénitude se trouve en Jésus-Christ. Celui qui nous a donné le sang de son Fils, nous a tout donné avec ce sang. Ne nous étonnons donc pas si par le moyen de ce sang nous obtenons aussi les grâces temporelles qui, en comparaison des grâces spirituelles, ne sont qu'une vile poussière. Mais hélas! quel douloureux étonnement en voyant dans autant d'âmes si peu de dévotion, si peu d'affection, si peu de reconnaissance envers ce sang de vie et d'amour! Quels sont ceux qui y pensent? Quels sont ceux qui lui témoignent leur reconnaissance et leur amour? Eh bien! vous, âmes dévouées au sang adorable de Jésus, venez consacrer un mois entier à des hommages plus humbles et plus affectueux envers ce sang divin. De même que les Israélites marquèrent leurs portes avec le sang de l'agneau, et détournèrent ainsi les coups de l'ange exterminateur, ainsi marquez votre esprit et votre cœur avec le sang de l'Agneau immaculé, et vous conjurerez par là les fléaux de la justice divine, mérites par nos offenses.





Premier jour

Les victoires que Jésus-Christ a remportées par l'effusion de son précieux sang

Vaincue et enchaînée par l'ennemi infernal, la malheureuse humanité gémissait dans les ombres de la mort; d'elle-même elle ne pouvait se relever du triste état où elle était tombée, ni vaincre l'horrible ennemi qui, au moyen du péché, l'avait rendue son esclave; ce n'était donc que du ciel que les pauvres mortels attendaient ce puissant vainqueur de l'enfer et de la mort qui seul pouvait les délivrer, lorsqu'enfin les temps étant accomplis, Jésus parut dans le monde pour triompher de toutes les puissances des ténèbres, et arracher la misérable humanité au joug tyrannique qui l'opprimait. Et comment y est-il parvenu? Ah! ne le sais-je pas? mon Jésus, cette victoire, vous ne la devez qu'à l'effusion de votre très-précieux sang, dont vous avez répandu les prémices huit jours après votre naissance, pour le verser plus lard jusqu'à la dernière goutte sur l'autel de la croix; c'est par là que vous avez triomphé de l'enfer et de toutes les puissances des ténèbres.

Considérez en outre, ô mon âme, comment Jésus avec ce sang nous a armés pour le combat. Notre vie sur la terre est une guerre continuelle. Nous avons à combattre contre un monde trompeur qui, avec ses vanités et ses illusions, cherche à nous séduire et nous faire tomber dans ses lacs; nous avons à vaincre une chair rebelle qui fait à l'esprit une guerre incessante; nous avons à terrasser un dragon infernal qui, pareil à un lion furieux, cherche toujours à nous dévorer. Gomment donc pourrons-nous vaincre ces ennemis si puissants et si terribles, comment chaque jour remporter d'aussi difficiles victoires, à moins de nous être prémunis de ce sang précieux, ce sang qui nous rendrait terribles à l'enfer tout entier déchaîné contre nous? Comprenons la nécessité de réveiller en nos cœurs une fervente dévotion envers le gage de notre Rédemption et la cause de nos victoires, et de mettre en lui la plus vire confiance du triomphe. « Par ce signe tu vaincras », fut-il dit au grand empereur Constantin, lequel, par la vertu du signe adorable de la croix, devait dissiper les innombrables armées de ses ennemis. Eh bien, nous aussi, nous saurons vaincre par la vertu de cette croix très-sainte, arrosée du sang de l'Agneau immaculé; nous célébrerons les plus glorieux triomphes sur tous nos ennemis; et il nous arrivera ce qui est dit dans l'Apocalypse 12, 11: « Ils ont vaincu le dragon par le sang de l'Agneau ».


Colloque

O Jésus tout-puissant, qui avez complètement triomphé du dragon mauvais, qui l'avez enchaîne par l'effusion de votre Très Précieux Sang, et qui avez encore préparé pour nous de puissantes armes pour les combats continuels de cette misérable vie; quelle confiance vous réveillez aujourd'hui dans nos cœurs assurés du triomphe et à l'épreuve de la crainte! Vous êtes le bras tout-puissant de votre divin Père, qui nous donne la victoire en vertu des mérites de votre sang répandu pour nous; c'est là que nous devons prendre de la force et du courage pour vaincre le dragon infernal dont on triomphe par vous. Oh! qu'on est bien tout auprès de votre croix! quel bonheur d'arroser son âme de votre sang divin, de l'y plonger tout entière! C'est lui qui nous fortifie dans les tentations, et nous fait acquérir cette couronne de gloire immortelle que votre amour nous tient prête dans le ciel.

Exemple

On connaît ce trait de la vie de saint Edmond, qui, tenté et tourmenté par le démon, s'arma courageusement, pour combattre, des mérites du sang de Jésus-Christ, et ayant adjuré le démon, au nom de la Passion et du sang de Jésus-Christ, de confesser ce qu'il craignait le plus, celui-ci lui répondit: « Ce que tu viens de nommer, c'est-à-dire le Sang Très Précieux de Jésus-Christ ». Tant est vraie cette assertion de saint Jean Chrysostôme, que ce sang tout-puissant met en fuite les démons. (Vie de saint Edmond).

Prière jaculatoire : Père éternel, je vous offre le sang de Jésus Christ pour le rachat de mes péchés et les besoins de votre Eglise.

Indulgence : Le souverain pontife Pie VII a accordé cent jours d'indulgence à gagner, chaque fois qu'on récitera la prière ci-dessus; c'est ce qui résulte du rescrit déposé aux archives des Pères Passionnistes, à Rome.


EN ESPRIT DE REPARATION

Jésus répand par amour pour nous son Sang précieux




PRIÈRE A LA TRES SAINTE VIERGE.

0 Marie, Mère de douleur et d'amour, aidez-moi à comprendre par quel excès d'amour Jésus, votre aimable Fils, a versé pour moi son Sang précieux.

Le sang de Jésus est le prix de notre Rédemption : c'est par son sang que cet adorable Sauveur nous a rachetés de la mort ; par l'effusion de son sang qu'il a lavé nos crimes, qu'il a réparé nos fautes. Nous ne pouvons donc avoir trop de respect, trop d'amour pour ce Sang divin !

Jésus aurait pu se contenter d'en verser quelques gouttes pour nous racheter; mais ce qui eût suffi à la justice de Dieu ne suffit pas à son amour, et Jésus verse pour nous jusqu'à la dernière goutte de son sang. Il le verse non une seule fois, mais il le répand en plusieurs circonstances, au milieu de douleurs incompréhensibles, de tourments cruels. Et nous, pour qui il souffre, pour l'amour de qui il répand son sang, nous refuserions de méditer quelques instants sur ses douleurs, de penser à ce qu'il a souffert pour nous?

Comment donc, mon Dieu , avez-vous pu aimer autant des cires aussi misérables, aussi ingrats?
Ah! oui, Seigneur, votre amour pour vos pauvres et misérables créatures est un mystère impénétrable, une folie incompréhensible à nos esprits bornés, à nos cœurs égoïstes.

Ouvrez nos yeux, Seigneur, au commencement de ce mois, pendant lequel nous nous proposons de venir chaque jour rendre hommage à votre précieux Sang, vous remercier, vous bénir de l'amour qui vous a porté à le verser pour nous.
Faites, Seigneur Jésus, que, comprenant autant que la faiblesse de notre esprit peut le comporter, et la grandeur de votre amour et le prix de votre sang, nous prenions une généreuse résolution de travailler à répondre à l'amour que vous nous avez témoigné en le versant pour nous. Pour cela, ô Jésus, nous prierons votre Père, nous le conjurerons d'appliquer les mérites de ce Sang précieux à un grand nombre d'âmes.


PRIÈRE.

Père éternel, je vous offre le Sang très-précieux de Jésus-Christ, en expiation de mes péchés, et pour les besoins de la sainte Eglise. (100 jours d'indulgence chaque fois.)
Doux coeur de Marie, soyez notre refuge! (300 jours d'indulgence chaque fois.)

Revenir en haut Aller en bas
Lumen
Adore Dieu Trinitaire
Adore Dieu Trinitaire


Messages : 1687
Date d'inscription : 19/10/2014

MessageSujet: Re: Juillet : Dévotion Au Précieux Sang de Notre Seigneur Jésus Christ   Sam 2 Juil - 18:05




PRIÈRE AU PRÉCIEUX SANG


Sang très-précieux, source de la vie éternelle, prix et rançon del'univers, bain sacré, saint breuvage de nos âmes, vous qui plaidez sans cesse la cause des hommes auprès du trône de la suprême miséricorde, je vous adore profondément : je voudrais, s'il était possible, compenser les injures et les outrages que vous recevez continuellement de la part des créatures, et surtout de la part de ceux qui osent vous blasphémer.

Qui pourrait ne pas bénir ce sang d'une valeur infinie, ne pas être enflammé d'amour pour Jésus qui l'a répandu? Que serais-je si je n'avais été racheté par ce sang divin, que l'amour a fait sortir, jusqu'à la dernière goutte, des veines de mon Sauveur? O amour immense qui nous avez donné ce baume salutaire ! O baume inestimable qui provenez de la source d'un amour infini ! Je vous en conjure, faites que tous les coeurs et tou tes les langues vous louent , vous bénissent et vous rendent grâce, maintenant, toujours et jusque dans l'éternité. Amen.


V. Redemisti nos Domine, in Sanguine
tuo.  
R. Et fecisti nos Deo    
nostro regnum. |

*- V. Seigneur, vous nous avez rachetés par votre
Sang
R. Et vous nous avez fait le royaume de Dieu.



OREMUS.

Omnipotens sempiterne Deus, qui unigetum Filium tuum mundi Redemptorem constituisti, ac ejus Sanguine placare voluisti , concède nobis, quaesumus, salutis nostrae pretium ita venerari, atque a presentis vitae malis ejus virtute defendi in terris, ut fructu perpetuo laetemur in coelis. Per | eumdem Christum Dominum nostrum. Amen.

PRIONS.

Dieu éternel et tout-puissant, qui avez établi votre Fils Unique, Sauveur du Monde, et avez voulu être apaisé par son Sang, accordez-nous la grâce, nous vous en supplions, de révérer tellement le prix de notre Rédemption et d'être si bien défendus par sa vertu des maux de la vie présente, que nous nous réjouissions de ses fruits éternels dans le ciel. Par le même Jésus Christ qui vit et règne dans les siècles des siècles. Ainsi soit-il.


Sept Offrandes au Père étemel.

I

Père éternel, je vous offre les mérites du sang très-précieux de Jésus, Votre Fils et mon Rédempteur divin, pour la propagation et l'exaltation de ma mère bien-aimée l'Eglise, pour la conservation et la prospérité de son chef visible le souverain Pontife romain, pour les cardinaux, les évêques et les pasteurs des âmes, et pour tous les ministres du sanctuaire.

Gloria Patri, etc.

Béni soit et remercié à jamais Jésus, qui avec son sang nous a sauvés.



II

Père éternel, je vous offre les mérites du sang très - précieux de Jésus, votre Fils bien -aimé et mon Rédempteur, pour la paix et la concorde des rois et princes catholiques, pour l'humiliation des ennemis de la sainte foi et pour la félicité du peuple chrétien.

Gloria Patri, etc.

Béni soit à jamais et remercié Jésus , qui nous a sauvés avec son sang.



III

Père éternel , je vous offre les mérites du sang très-précieux de Jésus, votre Fils bien-aimé et mon Rédempteur divin, pour l'illumination des incrédules, pour l'extirpation des hérésies, et pour la conversion des pauvres pécheurs.

Gloria Patri , etc.

Béni soit à jamais et remercié Jésus, qui nous a sauvés avec son sang !



IV

Père éternel , je vous offre les mérite du sang très-précieux de Jésus, votre Fils bien-aimé et mon Rédempteur divin, pour mes parents, amis et ennemis, pour les pauvres, les infirmes, les personnes malheureuses , et pour tous ceux pour qui vous savez que je dois prier et pour qui vous voulez que je prie.

Gloria Patri, etc.

Béni soit à jamais et remercié Jésus, qui nous a sauvés avec son sang !



V

Père éternel , je vous offre les mérite du sang très-précieux de Jésus , votre Fils bien-aimé et mon Rédempteur divin, pour tous ceux qui aujourd'hui passeront à l'autre vie, afin que vous les délivriez des peines de l'enfer et les mettiez le plus promptement en possession de votre gloire.

Gloria Patri , etc.

Béni soit à jamais et remercié Jésus, qui nous a sauvés avec son sang !



VI

Père éternel, je vous offre les mérites du sang très-précieux de Jésus, votre Fils bien-aimé et mon Rédempteur divin, pour tous ceux qui sont affection nés à ce grand trésor de votre sang, pour ceux qui me sont unis pour l'honorer, et pour ceux enfin qui travaillent à propager cette dévotion.

Gloria Patri , etc.

Que soit béni et remercié à jamais Jésus, qui nous a sauvés avec son sang !


VII

Père Eternel , je vous offre les mérites du sang très-précieux de Jésus, votre +Fils bien-aimé et mon Rédempteur di vin, pour tous mes besoins spirituels et temporels, pour le soulagement des âmes
du Purgatoire , et particulièrement de celles qui ont eu le plus de dévotion pour le prix de votre Rédemption, et pour les douleurs et les peines souffertes par notre chère Mère la Très-Sainte
Vierge Marie.

Gloria Patri, etc.


Soit à jamais béni et remercié Jésus, qui nous a sauvés avec son sang !

Vive le sang de Jésus à présent et toujours, pendant les siècles des siècles ! Ainsi soit-il.

Sept Ave Maria au coeur attristé de la Sainte Vierge.
Sainte Mère, ah ! faites que les plaies du Seigneur soient imprimées dans mon cœur.

Jésus, Verbe incarné, donnez-moi votre Amour et l'horreur du péché. Amen.



Oraison Jaculatoire.

Père éternel , je vous offre le sang de Jésus-Christ pour racheter mes péchés et pour les besoins de la sainte Eglise.


ASPIRATIONS
AU PRECIEUX SANG

Vive, vive Jésus, qui pour nous verse tout le sang de ses veines !
Le Sang de Jésus est devenu ma vie : que bénie soit sa bonté infinie, que ce Sang soit béni pendant l'éternité , qu'il soit éternellement loué ce Sang qui a racheté le monde de l'enfer !
Ce Sang se fait notre breuvage et le bain de nos âmes.
Le Sang de Jésus apaise l'indignation du Père, et nous conduit au ciel.
Le sang d'Abel criait vengeance, Celui de Jésus demande pardon pour nous.
Si notre coeur est arrosé de ce sang, le ministre de la fureur divine se retire.
Si le divin Sang de Jésus est exalté, le ciel tressaille de joie, l'abîme tremble et se décourage.
Disons donc ensemble dans une douce harmonie : «Loué soit le sang de Jésus! »



INDULGENCE

La munificence des souverains Pontifes a attaché de nombreuses indulgences à la récitation des prières qui précèdent.

Par rescrits du 31 mars 1809 et du 18 octobre 1815, S. S. le Pape Pie VII de glorieuse mémoire , a accordé :
- Une indulgence de sept années et de sept quarantaines, une fois par jour, à ceux qui réciteront dévotement l'exercice en l'honneur du Précieux Sang ;
- Une indulgence plénière , une fois par mois, à ceux qui, ayant récité cet exercice chaque jour du mois, se confesseront et communieront , et prieront pour la sainte Eglise, etc.
- Trois cents jours d'indulgence à perpétuité, pour chaque jour, à ceux qui réciteront la seule Oraison : O Sang très précieux.
Ces indulgences sont aussi applica bles aux âmes du Purgatoire.
Par rescrit du 22 septembre 1817, le même souverain Pontife concède à tous les fidèles à perpétuité :
- Une indulgence de trois cents jours, chaque fois qu'ils réciteront avec un coeur contrit les sept offrandes du Précieux Sang, avec sept Gloria Patri et l'oraison jaculatoire Père éternel...

Le saint Père désire que ceux qui réciteront ces prières aient l'intention de compenser ainsi les outrages que Jésus-Christ reçoit dans son précieux
Sang par le blasphème et le sacrilège.
Ceux qui les réciteront chaque jour, pendant le mois, auront indulgence plénière, au jour de leur choix, en se confessant, communiant, et priant selon l'intention de Sa Sainteté.

Toutes ces indulgences sont applicables aux âmes du Purgatoire.
Par rescrit du 29 mars 1817, signé de sa propre main, le même Pape Pie VII accorde à perpétuité , à tous les fidèles chrétiens :
Cent jours d'indulgence, chaque fois qu'ils réciteront dévotement l'oraison jaculatoire Père éternel...  
Enfin , cent jours d'indulgence par jours ont été accordés par le même Pontife à ceux qui réciteront les aspirations au Précieux Sang .
Elles sont également applicables aux âmes du Purgatoire.



Revenir en haut Aller en bas
Lumen
Adore Dieu Trinitaire
Adore Dieu Trinitaire


Messages : 1687
Date d'inscription : 19/10/2014

MessageSujet: Re: Juillet : Dévotion Au Précieux Sang de Notre Seigneur Jésus Christ   Sam 2 Juil - 19:03



Deuxième jour

Le prix de notre âme démontré par le Sang Précieux de Jésus-Christ

La valeur d'une pierre précieuse se mesure d'après la somme payée pour son acquisition, et plus cette somme est élevée, plus l'objet acquis nous est précieux. Eh bien, notre âme n'a pas été rachetée au vil prix de l'or et de l'argent, mais au prix du sang du divin Agneau, dit l'apôtre saint Paul; et saint Basile: « Anima Christi sanguine reparatur ». O dignité incomparable de notre âme! dit avec raison saint Bernard. Il y a plus, pour une seule âme, au dire de saint Ephrem, Jésus aurait donné tout le sang de ses veines. Notre âme n'est pas moins précieuse par sa création, puisqu'elle a été créée à l'image de Dieu, que par sa rédemption, puisqu'elle a été rachetée par Jésus au prix de son propre sang. Et cependant combien les hommes tiennent peu de compte de cette âme! Pour un vil intérêt, pour un caprice, pour un immonde plaisir, ils la livrent au démon.

Rentre en toi-même, âme chrétienne, et vois combien tu as coûté à Jésus. Pense qu'il ne te servira de rien de gagner le monde entier, si tu te perds toi-même, qu'il ne te servira de rien d'avoir richesses, honneurs, plaisirs. C'est une vérité infaillible annoncée par Jésus-Christ. Il n'y a qu'une affaire importante sur la terre, c'est de sauver une âme rachetée et arrosée par le sang très-précieux de Jésus. O âme! pense combien a été abondant ce prix de valeur infinie qu'il a donné pour toi. Il suffisait d'une seule goutte de ce sang divin pour racheter le monde entier, comme l'enseigne le pontife Clément VI, et comme le répète le docteur angélique saint Thomas: « Cujus una stilla salvum facere totum mundum quit ab omni scelere ». Et néanmoins, par un amour ineffable pour nos âmes, il a voulu le verser tout entier. Et toi, qu'as-la fait jusqu'ici pour te sauver? où sont les épines, les clous, les croix souffertes? où est le sang répandu? Ah! combien cette comparaison doit nous rendre confus! Jésus a tant souffert pour nous sauver, et nous, après cela, nous ne voulons rien souffrir; dès qu'il s'agit de notre âme, tout nous déplaît: faire des oraisons, mortifier cette passion rebelle, extirper du cœur cette affection désordonnée, faire abnégation de soi-même, se faire violence.

Mais réfléchis, mon âme, que si de ton côté tu ne penses pas à te sauver, le sang répandu de Jésus-Christ ne te servira de rien; bien au contraire, il sera ta condamnation, car Dieu qui t'a fait sans toi, comme dit le saint docteur Augustin, ne te sauvera pas sans toi. Et de même que les Hébreux trouvèrent leur salut dans la Mer Rouge où les Egyptiens trouvèrent la mort, ainsi, si tu mets à profit le sang de Jésus-Christ, tu te sauveras; si tu en abuses, tu trouveras la mort éternelle.


Colloque

Mon Jésus, qui avez été prodigue de votre sang précieux, au point de le verser tout entier pour le rachat de cette âme qui m'appartient , je puis dire avec raison qu'il n'y a pas une goutte qui n'ait été versée pour moi. Arrosée de ce sang précieux, cette pauvre âme se présente vers vous, et a recours à vous.

O mon Dieu, faites qu'elle ne tombe pas en perdition cette âme qui vous a tant coûté, et qu'elle n'ait pas un jour à entendre de votre bouche l'amer reproche d'avoir inutilement versé votre sang pour moi. Ah! excitez aujourd'hui dans mon pauvre cœur un désir efficace de me sauver, dût—il m'en coûter et mon sang et ma vie.

Par les entrailles de votre miséricorde, et par les mérites de votre très-précieux sang, sauvez-moi, mon Jésus, secourez-moi dans les tentations, soutenez-moi dans les périls, délivrez-moi de la mort éternelle, moi qui vous coûte votre sang.


Exemple

Sainte Thérèse eut une très-grande dévotion au sang très-précieux de Jésus-Christ: elle se sentait tout émue à la vue seule de quelque image représentant Jésus-Christ répandant son sang; cette vue lui rappelait tout le prix de son âme, et l'amour que Jésus avait eu pour elle. Elle rapporte ce qui lui arriva une fois: « Un jour, dit-elle, en entrant dans l'oratoire, je vis une image représentant le Christ couvert de plaies, et tellement pleine d'expression, qu'à sa vue je me sentis toute troublée, tant elle représentait avec vérité tout ce que Jésus-Christ souffrit pour nous. Tel fut le sentiment de douleur que j'éprouvai alors, qu'il me sembla que mon cœur se brisait, et me jetant tout en larmes au pied de l'image, je suppliai Jésus de me donner, une fois pour toutes, la force nécessaire pour ne plus l'offenser à l'avenir ».

Prière jaculatoire : Père éternel, je vous offre le sang de Jésus Christ pour le rachat de mes péchés et les besoins de votre Eglise.

Indulgence : Le souverain pontife Pie VII a accordé cent jours d'indulgence à gagner, chaque fois qu'on récitera la prière ci-dessus; c'est ce qui résulte du rescrit déposé aux archives des Pères Passionnistes, à Rome.


EN ESPRIT DE REPARATION

Jésus répand dans la circoncision les prémices de son Sang.




PRIÈRE A LA TRES SAINTE VIERGE.

0 Marie, Mère de douleur et d'amour, aidez-moi à comprendre par quel excès d'amour Jésus, votre aimable Fils, a versé pour moi son Sang précieux.

A peine Jésus est-il né , et déjà il a hâte de verser son sang pour nous. Il sait que ce sang est le prix de notre rançon, que c'est par son sang que nous serons purifiés, lavés de toutes nos fautes" de nos innombrables souillures; et son Coeur brûle du désir de le répandre, afin de nous préparer ce bain salutaire où nous pourrons recouvrer notre première innocence. Dans ce désir ardent qui le consume, ce divin Sauveur se soumet avec joie à la loi de la circoncision : le sang qu'il verse en cette circonstance est un rafraîchissement pour son coeur consumé par l'amour qu'il nous porte.

Notre grand malheur, la cause de notre tiédeur, de notre lâcheté au service de Dieu, c'est que nous ne l'aimons pas, et nous ne l'aimons pas, parce que nous ne réfléchissons pas assez à l''amour qu'il nous a témoigné en se faisant homme, en souffrant, en mourant pour nous, en versant, pour notre amour, jusqu'à la dernière goutte de son sang. 0ù les saints puisaient-ils cette ardeur à servir Dieu, cette constance à se vaincre eux-mêmes, que nous voyons à chaque page de leur vie, sinon dans la méditation, dans la considération fréquente de toutes les actions de Jésus?

Ils étaient de la même nature que nous, sujets aux mêmes misères, aux mêmes tentations, et cependant ils semblent tout différents de nous, tant ils ont su s'élever au-dessus d’eux mêmes, au-dessus de la nature corrompue. Imitons leur exemple ; comme eux, méditons Jésus, prions Jésus, et ce qu'ils ont pu, nous le pourrons. En voyant que Jésus a hâte de verser son Sang pour nous, qu'il commence à le répandre pour notre amour, huit jours après sa naissance, aurons-nous le malheureux courage de différer notre conversion, de refuser à Jésus les sacrifices qu'il demande de nous?

Oh ! non , si nous comprenions son amour, si nous en étions touchés, si nous nous offrions généreusement à lui, pour faire et souffrir tout ce qu'il demande de nous.


PRIÈRE.

Père éternel, je vous offre le Sang très-précieux de Jésus-Christ, en expiation de mes péchés, et pour les besoins de la sainte Eglise. (100 jours d'indulgence chaque fois.)
Doux Cœur de Marie, soyez notre refuge! (300 jours d'indulgence chaque fois.)



Revenir en haut Aller en bas
Lumen
Adore Dieu Trinitaire
Adore Dieu Trinitaire


Messages : 1687
Date d'inscription : 19/10/2014

MessageSujet: Re: Juillet : Dévotion Au Précieux Sang de Notre Seigneur Jésus Christ   Dim 3 Juil - 13:52



Troisième jour

Le sang très précieux de Jésus remédie aux grands et horribles maux qu'occasionne le péché

Qui peut comprendre et exprimer les tristes effets que le péché produit dans notre âme? C'est par lui que la mort est entrée dans le monde, mort spirituelle, mort temporelle et mort éternelle. Il dépouille l'âme de la grâce sanctifiante, et la rend un objet d'abomination aux yeux d'un Dieu de pureté, qui ne peut supporter l'iniquité; il la fait esclave de Lucifer, et la rend tellement hideuse qu'un seul péché mortel la fait semblable au démon. De plus, il injurie la majesté du Seigneur, excite son courroux, et fait répandre sur les fils des hommes le calice amer de toutes les tribulations. Quel remède reste-t-il donc à tant de maux, sinon le sang très-précieux de Jésus-Christ, ce baume salutaire qui guérit toutes les blessures de l'âme causées par le péché? C'est lui qui nous réconcilie avec la divine justice outragée par nous, c'est lui qui apaise le Seigneur, et calme sa colère. Il nous remet en état de paix avec Dieu et avec les anges. Il nous rend les mérites que nous avons perdus, et nous purifie de toute iniquité. O bonté ineffable de Jésus, qui avec son sang nous fournit tant de remèdes, et des remèdes si efficaces!

Si le pécheur considère, dit saint Bernard, toute l'horreur de ses fautes, oh! combien il doit se troubler et s'épouvanter! Mais s'il se tourne vers le crucifié et regarde ses plaies saignantes, oh! avec quelle confiance doit-il compter sur la miséricorde et le pardon! « Peccavi peccatum grande, turbatur conscientia, sed non perturbatur, quoniam vulnerum Domini recordabor », s'écrie-t-il avec confiance. Le sang du Rédempteur versé pour notre salut est l'unique moyen de guérir nos plaies; c'est, comme l'affirme saint Ambroise, le seul remède salutaire à tous les maux de l'âme. Ce prix livré par Jésus-Christ sur la croix, est le seul qui pourra acquitter envers la divine justice les dettes immenses contractées par les hommes pour leurs péchés: « Suum pro nobis effudit sanguinem , et debitum nostrum delevit », assure le même saint docteur. Et c'est ce qu'exprime l'apôtre saint Paul dans sa lettre aux Ephésiens, en disant: In quo habemus redemptionem per sanguinem ejus, remissionem peccatorum secundum divitias gratioe ejus (Ephésiens 17). Jésus par l'effusion de son sang a prodigué les richesses de sa grâce pour payer nos dettes. Prix inestimable qui nous a tant enrichis, et qui a si généreusement satisfait pour nous!


Colloque

Ah! mon Jésus, si je considère toute la grandeur de mes fautes, et le triste état auquel elles m'ont réduit, combien n'ai-je pas à craindre? Mes innombrables iniquités me paraissent autant de chaînes; mais si je tourne mes regards vers le prix de la rédemption que vous avez acquitté pour moi sur la croix, quelle douce confiance conçoit alors mon coeur, et combien est forte l'espérance appuyée sur un tel fondement! « Merità mihi spes valida in illo est », m'écrierai-je avec saint Augustin. Oui, c'est là que mon espérance sera tout entière Le poids incommensurable et l'immensité de mes péchés précipiterait mon âme dans l'abîme du désespoir, si vous ne m'excitiez pas à la confiance du pardon, ô mon divin Sauveur, si je ne vous voyais assis à la droite de votre Père céleste et offrant tous les jours voire sang pour moi misérable pécheur. Ce sang qui m'a racheté et m'a délivré tant de fois de l'enfer, j'ai confiance en lui, et je n'ai nulle crainte de mes ennemis: « Ille tuus unicus redemit me sanguine suo », dirai-je encore avec confiance : « Non, la multitude de mes péchés ne m'effraie pas, quand je pense au prix de mon salut, qui est votre sang, ô mon aimable Sauveur »


Exemple

Sainte Catherine de Sienne, par ses douces paroles, obtint d'un jeune gentilhomme de Pérouse, nommé Nicolas, qu'il souffrît avec résignation une sentence de mort qui lui paraissait injuste. Elle lui disait : Tu iras à la mort arrosé du très-précieux sang du Fils de Dieu, et tu mourras avec le doux nom de Jésus sur les lèvres; et elle le délivra ainsi de la grande douleur et de l'épouvante qu'il avait d'être décapité, et de la crainte de ne pouvoir persévérer au dernier moment dans sa résignation. La sainte fit plus; elle voulut elle-même l'assister dans ses derniers moments, et elle le fit en effet, l'exhortant à se souvenir du sang de l'Agneau divin ; et le jeune homme ne cessait de répéter: « Mon cher Jésus, Jésus, Jésus! » C'est ainsi qu'il mourut, et lorsque la tête fut détachée du corps, Catherine, fixant les yeux au ciel, vit Jésus-Christ qui portait cette âme fortunée au royaume éternel. (Vie de la Sainte, par le P. Frigerio)

Prière jaculatoire : Père éternel, je vous offre le sang de Jésus Christ pour le rachat de mes péchés et les besoins de votre Eglise.

Indulgence : Le souverain pontife Pie VII a accordé cent jours d'indulgence à gagner, chaque fois qu'on récitera la prière ci-dessus; c'est ce qui résulte du rescrit déposé aux archives des Pères Passionnistes, à Rome.



EN ESPRIT DE REPARATION

Jésus répand des larmes de Sang.





PRIÈRE A LA TRES SAINTE VIERGE.

0 Marie, Mère de douleur et d'amour, aidez-moi à comprendre par quel excès d'amour Jésus, votre aimable Fils, a versé pour moi son Sang précieux.

Une pieuse tradition rapporte que, plusieurs fois durant sa vie, le divin Jésus versa des larmes de Sang, alors que, prosterné devant son Père, il traitait la grande affaire de notre salut. La vue de toutes les fautes dont les hommes se rendraient coupables, malgré tout ce que son amour lui suggérait de faire pour eux, brisait si profondément son Cœur adorable, que le Sang se mêla plus d'une fois aux larmes qui s'échappèrent de ses yeux divins. Si les actions, toutes les actions de Jésus, celles qui, même en apparence, semblent indifférentes, avaient un mérite infini et que nous ne pouvons comprendre, de quel prix devaient être ces larmes d'un Dieu, ce Sang d'un Dieu !

Ce que nous disions hier, nous le redirons encore aujourd'hui, et nous ne saurions le répéter trop souvent ; nous ne pensons pas assez à l'amour que Jésus n'a cessé de nous témoigner : durant toute sa vie, Jésus n'a été occupé que de nous, de notre salut; lui qui était Dieu ne dédaignait pas de s'occuper sans cesse de l'homme, de chercher de nouveaux moyens de témoigner son amour à des créatures dont il reçoit tant d'outrages.

Et nous, misérables que nous sommes, nous craignons toujours de penser trop à Dieu, d'en faire trop pour Jésus! Cet aimable Maître connaît notre faiblesse, il n'exige pas que nous fassions pour lui ce qu'il a fait pour nous, il ne demande pas que nous versions des larmes de sang, à la vue de nos propres fautes et des outrages qu’il reçoit; mais il demande que, pour nous appliquer les mérites de son Sang et de ses souffrances, nous détestions sincèrement nos fautes passées , nous nous efforcions de n'en plus commettre à l'avenir, et que, pour nous aider à cette délestation véritable, nous pensions à l'horreur que doit nous causer le péché.



PRIÈRE.

Père éternel, je vous offre le Sang très-précieux de Jésus-Christ, en expiation de mes péchés, et pour les besoins de la sainte Eglise. (100 jours d'indulgence chaque fois.)
Doux Cœur de Marie, soyez notre refuge! (300 jours d'indulgence chaque fois.)



Revenir en haut Aller en bas
Lumen
Adore Dieu Trinitaire
Adore Dieu Trinitaire


Messages : 1687
Date d'inscription : 19/10/2014

MessageSujet: Re: Juillet : Dévotion Au Précieux Sang de Notre Seigneur Jésus Christ   Lun 4 Juil - 15:15



Quatrième jour

Le sang très-précieux de Jésus-Christ rachète l’âme de la servitude du péché


Un des plus déplorables effets que le péché produit dans notre âme, est de la rendre esclave des passions et du démon, ce qui, de toutes les servitudes, est la plus dure et la plus triste; il la rend esclave des passions, parce que l'homme devient esclave de celui qui l'a vaincu; et ailleurs nous lisons: « Qui facit peccatum servus est peccati » (2 Jean 8, 34). Celui qui commet le péché se fait esclave du péché. Il la rend esclave du démon; car consentir à ses mauvaises suggestions, c'est se soumettre à son joug tyrannique, sous lequel la pauvre âme est tenue dans une honteuse dépendance; et on peut dire des pécheurs qu'ils sont soumis à la volonté du démon. Eh bien, le sang de Jésus-Christ nous arrache à l'opprobre d'un pareil esclavage, il nous arrache au joug des passions, en les domptant, en les réprimant par les mérites du Fils de Dieu qui a répandu ce sang précieux. Il nous arrache au démon, parce qu'il le renverse, parce qu'il le terrasse; et en parlant de ce sang divin on peut dire avec vérité: « Et nunc princeps mundi ejicietur foras ». Voyez donc, ô mon âme, quelle source de richesses et de biens découle de ce sang précieux!

Et, mon Dieu! combien toutes ces vérités sont bien indiquées dans ces paroles de la Sagesse bénissant le bois où s'effectua la justice. Par cette justice, il faut entendre le paiement rigoureux que Jésus-Christ a acquitté sur le bois de la croix pour racheter les âmes de la servitude du démon,effacer la sentence de notre damnation éternelle, et au prix de son sang nous procurer la liberté des enfants de Dieu. Voici comme saint Ambroise explique le texte que nous venons de citer: « C'est à la justice que la sainte Ecriture attribue le pardon des péchés, parce que notre Seigneur Jésus-Christ en montant sur cette croix, a crucifié la sentence de nos péchés, et par son sang a purifié le monde entier ». Mais cet affranchissement que le sang de Jésus Christ nous a mérité, en profitons-nous? Vivons-nous comme de vrais enfants de Dieu? Hélas! combien de fois, et volontairement, reprenons-nous ces dures chaînes, au joug desquelles Jésus-Christ nous avait soustraits? Celui qui laisse dominer de mauvaises passions dans son coeur, celui qui donne son consentement aux tentations du démon, se fait de lui-même esclave du démon! Ne savons-nous donc pas de quelle manière ce grand ennemi traite les âmes? ne savons-nous pas les remords, les amertumes, les afflictions d'esprit, dont sont abreuvées les âmes qui combattent sous ses bannières? Et si quelquefois, avec une perfide douceur, il vient présenter à nos lèvres la coupe empoisonnée du plaisir, ne savons-nous pas que nos lèvres doivent y puiser la mort! Oh! ces chaînes sont trop dures: brisons-les enfin, et jouissons de cette liberté que Jésus nous a acquise au prix de son sang.



Colloque

Ah! mon Jésus, si je considère toute la grandeur de mes fautes, et le triste état auquel elles m'ont réduit, combien n'ai-je pas à craindre? Mes innombrables iniquités me paraissent autant de chaînes; mais si je tourne mes regards vers le prix de la rédemption que vous avez acquitté pour moi sur la croix, quelle douce confiance conçoit alors mon coeur, et combien est forte l'espérance appuyée sur un tel fondement! « Merità mihi spes valida in illo est », m'écrierai-je avec saint Augustin.

Oui, c'est là que mon espérance sera tout entière Le poids incommensurable et l'immensité de mes péchés précipiterait mon âme dans l'abîme du désespoir, si vous ne m'excitiez pas à la confiance du pardon, ô mon divin Sauveur, si je ne vous voyais assis à la droite de votre Père céleste et offrant tous les jours voire sang pour moi misérable pécheur. Ce sang qui m'a racheté et m'a délivré tant de fois de l'enfer, j'ai confiance en lui, et je n'ai nulle crainte de mes ennemis: « Ille tuus unicus redemit me sanguine suo », dirai-je encore avec confiance : « Non, la multitude de mes péchés ne m'effraie pas, quand je pense au prix de mon salut, qui est votre sang, ô mon aimable Sauveur »,



Exemple

Sainte Catherine de Sienne vit un jour deux malheureux qui marchaient au supplice. Pendant qu'on déchirait leur chair avec des fers brûlants, et qu'ils poussaient d'horribles blasphèmes, elle pria pour eux avec une grande ferveur, rappelant au Seigneur les miséricordes dont il avait usé envers tant de pécheurs.

Jésus, touché de ses prières, daigna apparaître à eux couvert de ses plaies saignantes. Aussitôt ils se convertirent au milieu même de cet horrible supplice, bénirent Dieu, moururent dans une résignation parfaite et montèrent au ciel. (Vie de la Sainte, par le P. Frigerio)



Prière jaculatoire : Père éternel, je vous offre le sang de Jésus Christ pour le rachat de mes péchés et les besoins de votre Eglise.

Indulgence : Le souverain pontife Pie VII a accordé cent jours d'indulgence à gagner, chaque fois qu'on récitera la prière ci-dessus; c'est ce qui résulte du rescrit déposé aux archives des Pères Passionnistes, à Rome.


EN ESPRIT DE REPARATION

Jésus pendant son agonie répand une sueur de Sang.


PRIÈRE A LA TRES SAINTE VIERGE.

0 Marie, Mère de douleur et d'amour, aidez-moi à comprendre par quel excès d'amour Jésus, votre aimable Fils, a versé pour moi son Sang précieux.

Que de fois nous avons lu le récit de l'agonie de Jésus au jardin des Oliviers! Mais que de fois aussi nous l'avons lu d'une manière froide et presque indifférente, ou, si la pensée de ces cruelles souffrances de notre adorable Sauveur, excitait dans nos coeurs quelques mouvements de compassion, quelques sentiments d'amour, n'étaient-ce pas le plus souvent des sentiments passagers et qui n'influaient en rien sur notre conduite? L'amour que Jésus demande de nous, en retour de tout ce qu'il a fait pour nous témoigner le sien, est un amour effectif plutôt qu'un amour affectif. Le plus ordinairement l'amour affectif ne dépend pas de nous, il est une grâce que Dieu nous fait pour nous conduire à l'amour effectif. Si nous nous contentons de savourer sa douceur, sans travailler à réformer notre conduite pour la rendre conforme à celle de notre divin modèle, nous nous éloignons du but que Dieu s'est proposé, en mettant dans notre coeur ces sentiments de tendre compassion.

Nous ne voulons pas dire par là que, l'amour venant de Dieu, il est inutile de faire des efforts pour exciter en nous des sentiments d'amour ou de compassion, nous serions bien coupables de parler ainsi, et telle n'est pas notre pensée.

Nous voulons seulement dire que, si la méditation des souffrances du Sauveur laisse notre coeur sec, bien qu'elle nous porte à détester nos fautes par un acte de notre volonté, à réformer ce qui dans notre conduite déplaît à Dieu, nous aurons atteint le but, et nous devrons attendre en paix qu'il plaise à Dieu de vouloir bien nous envoyer quelques-uns de ces sentiments qui consolent si délicieusement l'âme. Nous pouvons être sûrs que Dieu nous les enverra si nous persévérons, malgré notre sécheresse, à méditer sur ses douleurs, à nous unir à sa douloureuse agonie au jardin des Olives, à le conjurer de nous appliquer les mérites du Sang qu'il versa alors en si grande abondance.



PRIÈRE.

Père éternel, je vous offre le Sang très-précieux de Jésus-Christ, en expiation de mes péchés, et pour les besoins de la sainte Eglise. (100 jours d'indulgence chaque fois.)
Doux Cœur de Marie, soyez notre refuge! (300 jours d'indulgence chaque fois.)
 

« Ô Sang très Précieux de vie éternelle, prix et rançon de tout l'univers, breuvage et bain de nos âmes, qui soutenez sans cesse la cause des hommes auprès du trône de la suprême miséricorde ; je vous adore profondément, et je voudrais, autant qu'il est en mon pouvoir, vous dédommager des injures et des outrages que vous recevez sans cesse des hommes, et spécialement de ceux qui ont l'audace et la témérité de blasphémer contre vous. Et qui ne bénirait ce Sang d'une valeur infinie ? Qui ne se sentirait enflammé d'amour envers Jésus qui l'a répandu! Que serais-je moi-même, si je n'avais été racheté par ce Sang divin! Qui l'a tiré des veines de mon Seigneur jusqu'à la dernière goutte ? Ah! Certainement, ce fut l'amour. Ô amour immense qui nous a donné un baume si salutaire!

Ô baume inestimable, qui a jailli de la source d'un amour immense, ah ! Faites que tous les cœurs, toutes les langues puissent vous louer, vous glorifier et vous remercier, maintenant et toujours, et jusque dans l'éternité. Ainsi soit-il. »



Saint Gaspard Del Bufalo (1786-1837)


Revenir en haut Aller en bas
Lumen
Adore Dieu Trinitaire
Adore Dieu Trinitaire


Messages : 1687
Date d'inscription : 19/10/2014

MessageSujet: Re: Juillet : Dévotion Au Précieux Sang de Notre Seigneur Jésus Christ   Mar 5 Juil - 11:31



Cinquième jour

Le sang précieux de Jésus-Christ purifie l'âme souillée par le péché


Oh! qu'elles sont hideuses et repoussantes ces souillures que nos fautes produisent en notre âme! Elles la corrompent tellement, que saint Augustin va jusqu'à dire: « L'odeur d'un chien mort est préférable à celle qu'exhale une âme pécheresse devant Dieu ». Et c'est pourquoi le prophète Isaie, en parlant aux pécheurs, les exhorte à se laver et se purifier à la fontaine de vie. Mais quelle est cette fontaine de vie, si ce n'est pas le sang vivifiant et purifiant de l'Agneau immaculé, où se plongent les âmes pour en sortir purifiées de toute souillure? « Sanguis Christi emundat nos ab omni iniquitate », nous assure l'Apôtre. Le sang du Rédempteur est comparé à une source qui n'est ni fermée ni cachée, mais ouverte et visible à tous. C'est ainsi que le prophète Zacharie la voit en esprit fournir en abondance les eaux qui doivent purifier les âmes. Elle les déverse ensuite avec profusion dans toutes les parties de la maison du véritable Jacob, qui est l'Eglise; et sa principale destination est d'enlever en nos âmes les souillures du péché. Faut-il qu'il s'en trouve encore qui veuillent rester dans leurs impuretés, et qui refusent d'approcher de cette source bienfaisante de salut?

Considérez l'injure que fait le pécheur au sang très-précieux de Jésus-Christ, lorsqu'il aime mieux vivre dans toute la laideur du péché, que de se purifier à cette fontaine de vie. Que diriez-vous, ô mon âme, de celui qui, tombé dans la fange, aimerait mieux s'y rouler que d'approcher d'une fontaine d'eau limpide qui pourrait le laver? Quelle serait sa folie! Eh bien, la folie du pécheur est bien plus détestable, lui qui passe les années dans la fange de ses fautes, et oubliant son âme, l'éternité et Dieu, se tient éloigné du bain purifiant de ce sang divin. Pécheurs, réveillez-vous, c'est pour vous que cette fontaine est ouverte. Venez, lavez-vous et purifiez-vous. Mais, que dis-je? ce n'est pas une fontaine. Le sang de Jésus-Christ est un vaste fleuve, et mieux encore, une mer profonde, sans bornes et sans rivage, qui inonde et couvre toute la terre; car la miséricorde divine, qui distribue ce sang précieux, n'a pas de limites. C'est ce qui faisait dire à sainte Marie-Madeleine de Pazzi, que le Seigneur nous avait envoyé deux fois le déluge: la première fois au temps de Noé, à l'époque de l'inondation universelle de la terre; et l'autre à l'époque de la plénitude de la grâce. Le Verbe fait homme (ce sont ses propres paroles) envoya encore le déluge dans ce misérable monde; et quel est ce déluge? Une grâce surabondante et l'effusion de son sang. Et c'est ce qui fait dire également à saint Jean Chrysostôme: « Hic sanguis effusus universum abluit orbem terrarum ». Maintenant, voici, o pécheur! voici l'occasion favorable de précipiter au sein de cette mer immense la masse de vos péchés, et vous ne pouvez douter de la volonté du Seigneur de les effacer au plus vite, puisqu'il vous a fait entendre par son prophète Michée qu'il jettera toutes nos iniquités dans la mer profonde de sa miséricorde.



Colloque

Très-aimable Jésus, qui m'invitez aujourd'hui à me plonger dans la mer immense de votre très-précieux sang, afin de me purifier de toutes les souillures contractées par mes iniquités, je serais trop coupable envers vous si je faisais le sourd à l'invitation de votre grâce.

Oh! oui, mon Jésus, je veux immerger mon âme tout entière dans ces eaux de miséricorde et de grâce. Vous voyez toutes les impuretés, toutes les attaches, toutes les misères qui sont en elle, et vous seul pouvez la purifier. Purifiez-moi donc, Seigneur, dirai-je avec le lépreux de l’Évangile, parce que vous le pouvez. Un seul signe de votre volonté suffit pour me purifier.

Faites donc que j'entende de vos lèvres ces douces et consolantes paroles: « Je le veux, sois purifié ». Et ainsi purifié par votre sang, conservez-moi cette pureté jusqu'à la mort.



Exemple

Pour encourager les pécheurs à se plonger dans son sang avec une entière confiance dans sa miséricorde, le Seigneur apparut un jour à sainte Mathilde sur un autel, les mains étendues.

Ses saintes plaies, comme si elles eussent été récentes, répandaient un sang abondant, et il lui dit: « Voici mes blessures ouvertes de nouveau, afin de pouvoir apaiser envers les pécheurs mon divin Père. Il y en a qui ont le cœur si craintif et si timide, qu'ils n'ont pas la hardiesse de se confier dans mon amour. S'ils avaient souvent recours à la Passion, et s'ils adoraient dévotement mes plaies sanglantes, ils chasseraient toute crainte bien loin d'eux ».



Prière jaculatoire : Père éternel, je vous offre le sang de Jésus Christ pour le rachat de mes péchés et les besoins de votre Eglise.

Indulgence : Le souverain pontife Pie VII a accordé cent jours d'indulgence à gagner, chaque fois qu'on récitera la prière ci-dessus; c'est ce qui résulte du rescrit déposé aux archives des Pères Passionnistes, à Rome.


EN ESPRIT DE REPARATION

Jésus pendant son agonie répand une sueur de Sang.




PRIÈRE A LA TRES SAINTE VIERGE.

0 Marie, Mère de douleur et d'amour, aidez-moi à comprendre par quel excès d'amour Jésus, votre aimable Fils, a versé pour moi son Sang précieux.

La simplicité avec laquelle l'Évangile rapporte les douleurs, les souffrances les plus cruelles de Jésus, doit faire notre admiration et nous porter à méditer attentivement ces circonstances, si propres à nous porter à l'amour de ce divin Sauveur, à la détestation de nos fautes. La parole humaine est impuissante pour rendre de semblables choses. Jésus seul peut nous les faire comprendre : demandons-lui-en la grâce." L'Évangile ne dit que ces quelques mots pour nous rapporter l'agonie de Jésus au jardin des Olives :
Et Jésus étant tombé en agonie prolongeait sa prière, et il lui vint une sueur qui découlait comme des gouttes de Sang jusqu'à terre. Que de choses sont renfermées dans ces courtes paroles!

Combien vous dûtes souffrir, ô mon Dieu, dans cette terrible agonie! Cette effusion de votre Sang précieux "vous causa plus de souffrance à votre Cœur que celle qui eut lieu lors de votre flagellation. Comment ne' serions-nous pas pénétrés de douleur à cette vue, surtout en pensant que c'est nous qui causons cette souffrance à notre Dieu, que nos péchés sont le cruel pressoir qui, à force d'affliction et de tristesse, fait jaillir une si grande abondance de Sang du Cœur du Sauveur.

Aimons à nous rappeler cette cruelle effusion du Sang de Jésus que nous pouvons bien appeler l'effusion du Sang du Cœur de Jésus.
Et, en effet, c'est uniquement la souffrance et la douleur qui firent répandre en ce moment une si grande quantité de Sang au Sauveur. Prosternés auprès de Jésus, au jardin des Olives, nous apprendrons à devenir des âmes réparatrices; nous apprendrons, à l'exemple de Jésus, à pleurer les fautes de nos frères. Tous les saints ont pleuré sur les crimes qui outragent sans cesse la majesté de Dieu ; ils ont déploré les fautes des pécheurs, autant que leurs propres fautes.

Prenons donc la résolution de faire de même , et rien ne sera plus propre à nous animer dans cette sainte coutume, que la méditation des souffrances de Jésus. Par là nous nous appliquerons d'une manière bien salutaire pour notre âme les mérites du Sang de Jésus.



PRIÈRE.

Père éternel, je vous offre le Sang très-précieux de Jésus-Christ, en expiation de mes péchés, et pour les besoins de la sainte Eglise. (100 jours d'indulgence chaque fois.)
Doux Cœur de Marie, soyez notre refuge! (300 jours d'indulgence chaque fois.)
 

« Ô Sang très Précieux de vie éternelle, prix et rançon de tout l'univers, breuvage et bain de nos âmes, qui soutenez sans cesse la cause des hommes auprès du trône de la suprême miséricorde ; je vous adore profondément, et je voudrais, autant qu'il est en mon pouvoir, vous dédommager des injures et des outrages que vous recevez sans cesse des hommes, et spécialement de ceux qui ont l'audace et la témérité de blasphémer contre vous. Et qui ne bénirait ce Sang d'une valeur infinie ? Qui ne se sentirait enflammé d'amour envers Jésus qui l'a répandu! Que serais-je moi-même, si je n'avais été racheté par ce Sang divin! Qui l'a tiré des veines de mon Seigneur jusqu'à la dernière goutte ? Ah! Certainement, ce fut l'amour. Ô amour immense qui nous a donné un baume si salutaire!

Ô baume inestimable, qui a jailli de la source d'un amour immense, ah ! Faites que tous les cœurs, toutes les langues puissent vous louer, vous glorifier et vous remercier, maintenant et toujours, et jusque dans l'éternité. Ainsi soit-il. »



Saint Gaspard Del Bufalo (1786-1837)


Revenir en haut Aller en bas
Lumen
Adore Dieu Trinitaire
Adore Dieu Trinitaire


Messages : 1687
Date d'inscription : 19/10/2014

MessageSujet: Re: Juillet : Dévotion Au Précieux Sang de Notre Seigneur Jésus Christ   Mer 6 Juil - 11:49



Sixième jour

Le sang très précieux de Jésus-Christ produit dans l'âme l'ordre parfait et la véritable tranquillité


Le péché avait troublé la belle ordonnance que Dieu avait établie parmi ses créatures, voulant que la volonté de l'homme fût soumise en tout à sa très-sainte volonté. L'homme s'étant révolté contre la majesté du Seigneur, les passions étaient soulevées, les appétits désordonnés, le démon tyrannisait les âmes, et ainsi s'était perdue l'heureuse paix, l'heureuse tranquillité du cœur. Jésus-Christ parut au monde, et avec l'effusion de son sang il fit renaître parmi nous la paix. Il nous remit en paix avec Dieu, en paix avec nous-mêmes; par ce sang il nous réconcilia avec son divin Père; il fit en sorte que la miséricorde et la vérité se rencontrassent ensemble, et que la justice et la paix fussent réunies; il réprima nos passions rebelles, mit en fuite le démon, et cette belle ordonnance que le passé avait troublée fut rétablie: « Pacificans per sanguinem crucis ejus, sive quae in terris, sive quae in cœlis sunt », paroles que saint Cyrille d'Alexandrie interprète de cette manière: « Ne voyez-vous pas que Jésus-Christ qui, d'après saint Paul, a pacifié, non-seulement ce qui est sur lu terre, mais ce qui est au ciel, est le veau d'expiation offert pour le péché? » C'est lui qu'il reconnaît comme figuré par cette victime pacifique qu'on offrait pour le péché dans l'ancienne alliance. Et ailleurs il dit encore: « II a plu au Père divin de tout réconcilier par le sang pacifique de son divin Fils unique, en qui il a fait reposer la plénitude de ses grâces ». Et voilà pourquoi le titre de roi pacifique et de prince de la paix convient à Jésus, car il l'a bien mérité par l'effusion pleine d'amour de son sang.

Savons-nous la maintenir cette paix que Jésus nous a acquise au prix de son sang? Conservons-nous cet ordre parfait, cette tranquillité qu'il nous a méritée par son propre sacrifice? Hélas! avec quelle facilité nous les perdons! pour une misère, pour un vil intérêt, pour un plaisir momentané, nous perdons un aussi précieux trésor. On perd la paix avec Dieu en perdant sa grâce, on livre son cœur au péché, qui est l'ennemi juré de la paix, et qui n'apporte que remords, amertumes et afflictions d'esprit. On perd la paix avec le prochain; pour une légère offense, pour une légère contradiction, pour un faible dommage, la colère s'allume dans notre cœur, et on donne carrière à la haine et à la vengeance; on perd la paix avec soi-même en donnant un libre cours à ses passions, qui ne savent que faire la guerre à l'esprit, et plonger les âmes dans les plus horribles tristesses! Rentrons donc en nous-mêmes et ne perdons pas un trésor qui a coûté tant de sang à Jésus; conservons la paix avec Dieu en gardant fidèlement dans notre cœur le trésor de sa grâce; conservons la paix avec le prochain en pardonnant promptement les offenses, et en aimant celui qui nous outrage et nous persécute, selon les adorables enseignements de Jésus; conservons la paix avec nous-mêmes, en refrénant les passions rebelles qui nous livrent la guerre.



Colloque

Aimable Rédempteur, auteur de la paix, roi pacifique, qui, pour réconcilier nos âmes avec votre justice irritée, avez donné votre vie et votre sang; oh! faites que nous sachions apprécier autant qu'il le mérite un trésor aussi précieux, cette paix que vous avez obtenue pour nous, cette paix que le monde ne peut donner avec tous ses biens; paix qui surpasse toute louange humaine; paix qui est un gage et un avant-goût de cette paix imperturbable dont on jouira au ciel. Voyez quels sont les périls qui nous entourent, et les occasions continuelles de perdre cette paix; voyez la guerre intestine que nous font nos passions.

O mon Dieu! contenez-les, et si à votre voix souveraine les vents et les tempêtes au sein des mers orageuses se sont calmés pour faire place à une parfaite tranquillité, faites de nouveau entendre cette voix à mon cœur, afin que je puisse retrouver la paix parfaite et la tranquillité perdue par le péché. Et faites-le par ce Sang précieux, qu'avec tant d'amour vous avez répandu pour nous racheter la paix vraie et parfaite.



Exemple

Le cœur qui veut jouir de la vraie paix, doit s'unir au cœur très-aimable de Jésus, et s'arroser de ce Sang précieux qui découle de ses blessures.

Sainte Françoise Romaine, comme on lit dans sa vie, vit un jour sortir du côté sacré de Jésus, et de ses plaies, une multitude de chaînes de feu qui transmettaient avec elles une grande quantité de sang pour le salut des âmes. Ce sont les chaînes d'amour auxquelles le cœur doit s'unir pour vivre en paix. Il doit s'abreuver de ce sang pacifique qui calme les passions, dompte le démon, et donne sur cette terre un avant-goût de cette paix éternelle, imperturbable, dont on jouira dans le ciel. (Vie de Sainte Françoise Romaine).



Prière jaculatoire : Père éternel, je vous offre le sang de Jésus Christ pour le rachat de mes péchés et les besoins de votre Eglise.

Indulgence : Le souverain pontife Pie VII a accordé cent jours d'indulgence à gagner, chaque fois qu'on récitera la prière ci-dessus; c'est ce qui résulte du rescrit déposé aux archives des Pères Passionnistes, à Rome.


EN ESPRIT DE REPARATION

Jésus répand son Sang dans sa cruelle flagellation.




PRIÈRE A LA TRES SAINTE VIERGE.

0 Marie, Mère de douleur et d'amour, aidez-moi à comprendre par quel excès d'amour Jésus, votre aimable Fils, a versé pour moi son Sang précieux.

Le divin Jésus versa une grande quantité de Sang dans cette cruelle et si douloureuse flagellation qu'il endura pour notre amour. Ce qu'il en répandit en cette circonstance, l'état dans lequel il fut réduit, aurait dû occasionner plusieurs fois sa mort, si cet aimable Sauveur n'avait fait usage de sa puissance pour conserver sa vie, afin de pouvoir souffrir encore pour notre amour, afin de nous donner de plus nombreux témoignages de sa tendresse et de ne mourir que sur la croix, après avoir épuisé tous les genres de douleurs et de souffrances.

Par le Sang que Jésus répandit dans la flagellation, ne semble-t-il pas nous demander de haïr notre chair coupable et criminelle? Ces milliers de plaies qui couvrent son corps ne sont-elles pas autant de bouches éloquentes qui nous prêchent la mortification, qui nous engagent à nous unir aux souffrances de celui qui s'est fait semblable à nous, pour devenir notre modèle, afin qu'en l'imitant nous devenions semblables à lui? Quoi! le verbe de Dieu s'est fait homme, ce n'est pas assez, il s'est fait homme de douleur; et moi, je voudrais être un homme de plaisir et de jouissance ! Oh ! non, cela n'est pas possible. Si je refuse de souffrir, si je refuse d'embrasser la mortification, c'est que je n'ai jamais médité dans mon coeur les souffrances de mon Dieu. Si j'étais bien pénétré de tout ce qu'il a enduré pour mon amour, pour expier mes crimes, je voudrais souffrir avec lui pour expier et mes fautes et celles de mes frères.

Les saints avaient sans cesse présentes à l'esprit et au cœur les souffrances de Jésus, et voilà ce qui leur donnait tant de courage, tant d'ardeur, tant de joie même au milieu des plus terribles souffrances, des plus cruelles douleurs. Imitons-les, méditons Jésus, Jésus humilié, Jésus crucifié, et nous trouverons dans cette méditation la force de supporter les peines que Dieu nous envoie.



PRIÈRE.

Père éternel, je vous offre le Sang très-précieux de Jésus-Christ, en expiation de mes péchés, et pour les besoins de la sainte Eglise. (100 jours d'indulgence chaque fois.)
Doux Cœur de Marie, soyez notre refuge! (300 jours d'indulgence chaque fois.)
 

« Ô Sang très Précieux de vie éternelle, prix et rançon de tout l'univers, breuvage et bain de nos âmes, qui soutenez sans cesse la cause des hommes auprès du trône de la suprême miséricorde ; je vous adore profondément, et je voudrais, autant qu'il est en mon pouvoir, vous dédommager des injures et des outrages que vous recevez sans cesse des hommes, et spécialement de ceux qui ont l'audace et la témérité de blasphémer contre vous. Et qui ne bénirait ce Sang d'une valeur infinie ? Qui ne se sentirait enflammé d'amour envers Jésus qui l'a répandu! Que serais-je moi-même, si je n'avais été racheté par ce Sang divin! Qui l'a tiré des veines de mon Seigneur jusqu'à la dernière goutte ? Ah! Certainement, ce fut l'amour. Ô amour immense qui nous a donné un baume si salutaire!

Ô baume inestimable, qui a jailli de la source d'un amour immense, ah ! Faites que tous les cœurs, toutes les langues puissent vous louer, vous glorifier et vous remercier, maintenant et toujours, et jusque dans l'éternité. Ainsi soit-il. »



Saint Gaspard Del Bufalo (1786-1837)


Revenir en haut Aller en bas
Lumen
Adore Dieu Trinitaire
Adore Dieu Trinitaire


Messages : 1687
Date d'inscription : 19/10/2014

MessageSujet: Re: Juillet : Dévotion Au Précieux Sang de Notre Seigneur Jésus Christ   Jeu 7 Juil - 13:16




Septième jour

Le désir ardent qu'a Jésus-Christ de voir toutes les âmes participer à son très-précieux Sang


Combien était grand le désir qu'a eu Jésus-Christ pendant toute sa vie mortelle, de répandre son Sang pour la rédemption du monde! Il ne désire pas moins ardemment aujourd'hui que tous en profitent, que tous y participent. C'est pourquoi, en nous invitant à cette fontaine de miséricorde, il nous dit: « Bibite ex hoc omnes » (Matthieu 26, 27); et ouvrant dans ses saintes plaies quatre fontaines, comme dit saint Bernard, fontaine de miséricorde, fontaine de paix, fontaine de dévotion, fontaine d'amour, il convie toutes les âmes à venir s'y désaltérer. Et pourquoi, en effet, a-t-il institué les sacrements, qui sont comme les canaux par lesquels se communiquent les mérites de ce Sang précieux? pourquoi s'offre-t-il perpétuellement à son Père éternel dans le ciel, et veut-il que, chaque jour, il soit offert par ses ministres sur les saints autels? pourquoi , de nos jours, a-t-il réveillé d'une manière toute particulière dans le cœur de tant de fidèles une pareille dévotion? C'est parce qu'il désire ardemment que tous, au moyen de son sang, puisent les eaux de la grâce aux sources sacrées de ses plaies. Oh! quelle monstrueuse ingratitude que de ne pas profiter, par notre négligence, d'un moyen de salut si efficace!

Qui peut exprimer tous les desseins admirables qu'a eus le Cœur de Jésus dans l'effusion de ce Sang d'amour? Par là, il a voulu apaiser sa divine justice, nous réconcilier avec son divin Père, purifier nos âmes de toute iniquité, nous mériter les secours efficaces de sa grâce, nous ouvrir les abords du royaume bienheureux de sa gloire. Qui peut donc douter qu'il ne brûle du désir ardent que tous en profitent, que tous répondent à sa charité inépuisable? Il semble même se plaindre des âmes qui ne savent pas l'apprécier. Homme fait de terre, songe au Sang qui a été répandu pour toi; ne le méprise pas, ne le foule pas à tes pieds, ne fais pas en sorte qu'il ait été inutilement répandu pour toi. Songe que celui qui a versé ce Sang, et qui te l'offre, a pour nom le Verbe de Dieu; qu'il est ce Verbe fait homme qui est mort pour toi, et qui, un jour, doit te juger. Rappelle-toi que ce Sang est un gage de son amour; mais que, si tu en abuses, il sera ta condamnation. Rappelle-toi que si à présent tu ne témoignes pas ta dévotion et ta gratitude envers ce divin Sang , tu ne pourras avoir ta place parmi les bienheureux, ni bénir avec eux pendant toute l'éternité l'Agneau immaculé qui les a rachetés et sauvés. O mon âme! quels sont tes sentiments, quelles sont tes résolutions?



Colloque

Ah! Jésus qui nous aimez tant, si le péché vit encore en nous, si nous sommes tièdes et négligents dans votre service, et s'il nous est si difficile de marcher dans le sentier de la vertu, la faute tout entière en est à nous; c'est que nous ne venons pas au pied de votre croix nous plonger dans votre très-précieux Sang; c'est que nous ne l'appliquons pas à nos âmes, c'est que nous ne savons pas faire usage de ce trésor inestimable que vous nous offrez avec tant d'amour! Nous sommes misérables au milieu des richesses, nous sommes pauvres au milieu des trésors de votre grâce.

Que pouviez-vous faire de plus pour nous? Et après cela, ingrats que nous sommes, nous ne voulons rien faire pour nous et pour notre salut! Vous avez bien raison de dire: « Que pouvais-je faire de plus pour ma vigne? » Et nous, à noire confusion, nous pourrions dire: « Que pouvions-nous faire de moins pour vous? » Vous avez répandu tout votre Sang, et vous nous invitez chaque jour à y prendre part. Vous êtes mort pour nous sauver, sur une croix, au milieu des angoisses et des douleurs; et nous sommes, nous, si obstinés, si insensibles à vos invitations, à votre Sang, à votre mort!

Mais il n'en sera pas ainsi à l'avenir; nous nous proposons de toute notre force de vous montrer désormais la plus sincère gratitude, le plus fidèle retour, et de professer une affectueuse et constante dévotion envers votre Sang très-saint; il sera toujours l'objet de notre amour, et d'exemple comme de parole, nous le ferons adorer de tous.



Exemple

Arrêtez-vous aujourd'hui quelques instants devant une image de Jésus crucifié, et avec une attention toute particulière, écoutez la voix du Sang qui coule de ses plaies; que vous dira-t-elle ? Elle vous dira ce que Jésus dit un jour à sainte Lutgarde: « Vois, ma chère Lutgarde, comme mes blessures crient vers toi, pour que mon sang n'ait pas été répandu en vain! »

Ah! c'est que tant de Sang a été répandu en vain et sans fruit pour bien des âmes; c'est que les perles précieuses de la Divinité sont jetées à des animaux immondes, assez hardis pour fouler aux pieds le Sang divin du Verbe fait homme; c'est que nul n'aime le Sauveur qui tient chacun de vous imprimé sur son cœur en lettres de sang. Réveillez-vous donc à cette voix, appliquez ce Sang sur votre cœur, et soyez reconnaissant envers celui qui l'a répandu.



Prière jaculatoire : Père éternel, je vous offre le Sang de Jésus Christ pour le rachat de mes péchés et les besoins de votre Eglise.

Indulgence : Le souverain pontife Pie VII a accordé cent jours d'indulgence à gagner, chaque fois qu'on récitera la prière ci-dessus; c'est ce qui résulte du rescrit déposé aux archives des Pères Passionnistes, à Rome.


EN ESPRIT DE REPARATION

Jésus répand une grande abondance de Sang dans le couronnement d'épines.




PRIÈRE A LA TRES SAINTE VIERGE.

0 Marie, Mère de douleur et d'amour, aidez-moi à comprendre par quel excès d'amour Jésus, votre aimable Fils, a versé pour moi son Sang précieux.

Dans la flagellation, une partie du corps adorable de Jésus avait été épargnée, et ce divin Sauveur nous aime trop pour permettre qu'il reste rien en lui qui soit sans souffrances et sans souffrances cruelles. La tête adorable du Sauveur n'avait pas souffert dans ce supplice, comme le reste de son corps ; mais cette tête divine était réservée à des souffrances inouïes, épouvantables. Les soldats, entrelaçant une couronne d'épines, la lui mirent sur la tête. 0 mon adorable Maître, fallait-il donc encore vous soumettre à cet affreux supplice, à cette cruelle souffrance? N'estce pas assez de ce que vous avez souffert?
Épargnez au moins votre chef adorable." Ce qui eût suffi pour nous racheter ne suffit pas à l'amour de Jésus. Certes il avait déjà répandu plus de sang qu'il n'en fallait pour racheter mille mondes, puisqu'une seule goutte de ce sang est d'un prix infini ; et voilà que mon Sauveur en répand avec surabondance pour m'instruire, pour me fortifier.

0 mon bien-aimé! ne permettez pas que je rende tant de souffrances inutiles pour moi.
Qui pourra comprendre ce que dut souffrir Jésus, lorsque ses cruels bourreaux enfoncèrent ce diadème d'ignominie sur sa tête adorable?
Ce n'est pas un instant que Jésus le conserve, mais jusqu'à sa mort.

0 mon Sauveur! c'est moi qui vous cause cette douleur; c'est pour expier mon fol orgueil, mes ridicules prétentions, que vous avez voulu l'endurer! Parle sang adorable qui coula de votre chef sacré , lavezmoi de toutes les fautes que j'ai commises par orgueil, mais surtout rendez-moi humble. Si je pensais sérieusement que c'est moi qui ai causé cette souffrance à Jésus, que c'est pour expier mes péchés de vanité qu'il l'a endurée, pourrais-je me laisser aller encore à la vanité? Oh! non , si je suis si vain, si orgueilleux, c'est que je ne réfléchis pas assez que j'ai causé toutes les souffrances de mon Dieu.



PRIÈRE.

Père éternel, je vous offre le Sang très-précieux de Jésus-Christ, en expiation de mes péchés, et pour les besoins de la sainte Eglise. (100 jours d'indulgence chaque fois.)
Doux Cœur de Marie, soyez notre refuge! (300 jours d'indulgence chaque fois.)
 

« Ô Sang très Précieux de vie éternelle, prix et rançon de tout l'univers, breuvage et bain de nos âmes, qui soutenez sans cesse la cause des hommes auprès du trône de la suprême miséricorde ; je vous adore profondément, et je voudrais, autant qu'il est en mon pouvoir, vous dédommager des injures et des outrages que vous recevez sans cesse des hommes, et spécialement de ceux qui ont l'audace et la témérité de blasphémer contre vous. Et qui ne bénirait ce Sang d'une valeur infinie ? Qui ne se sentirait enflammé d'amour envers Jésus qui l'a répandu! Que serais-je moi-même, si je n'avais été racheté par ce Sang divin! Qui l'a tiré des veines de mon Seigneur jusqu'à la dernière goutte ? Ah! Certainement, ce fut l'amour. Ô amour immense qui nous a donné un baume si salutaire!

Ô baume inestimable, qui a jailli de la source d'un amour immense, ah ! Faites que tous les cœurs, toutes les langues puissent vous louer, vous glorifier et vous remercier, maintenant et toujours, et jusque dans l'éternité. Ainsi soit-il. »



Saint Gaspard Del Bufalo (1786-1837)


Revenir en haut Aller en bas
Lumen
Adore Dieu Trinitaire
Adore Dieu Trinitaire


Messages : 1687
Date d'inscription : 19/10/2014

MessageSujet: Re: Juillet : Dévotion Au Précieux Sang de Notre Seigneur Jésus Christ   Jeu 7 Juil - 18:23

Litanies du Précieux Sang de Jésus-Christ









Avec cette vidéo, méditez et priez sur les Litanies du Précieux Sang de Notre Seigneur Jésus Christ


Les Litanies du Précieux Sang de Jésus-Christ furent rédigées en 1960 sur l'ordre du Saint-Père Jean XXIII par la Congrégation des Rites qui insista pour que le Sang divin soit spécialement honoré durant le mois de juillet (lettre apostolique « Inde a primis »). Avant lui, en 1849, le pape Pie IX avait institué une Fête du Précieux Sang, chaque premier dimanche de juillet. Benoît XVI a consacré l’Angélus du dimanche 5 juillet 2009 au thème du sang et avait déclaré le 5 juillet 2006 : « faire l’expérience de la force du Sang du Christ, versé sur la Croix pour notre salut ». Ces Litanies du Précieux Sang de Jésus-Christ, en latin ou en français, à psalmodier ou à réciter, sont une Prière de délivrance, de purification et de libération !

Litanies du Précieux Sang de Jésus-Christ en latin :

Kýrie, eléison.
Christe, eléison.
Kýrie, eléison.

Christe, audi nos.
Christe, exáudi nos.

Pater de cælis Deus, miserére nobis.
Fili Redémptor mundi Deus,
Spíritus Sancte Deus,
Sancta Trínitas unus Deus,

Sanguis Christi, Unigéniti Patris Ætérni, Salva nos.
Sanguis Christi, Verbi Dei incarnáti, Salva nos.
Sanguis Christi, Novi et Ætérni Testaménti, Salva nos.
Sanguis Christi, in agonía decúrrens in terram, Salva nos.
Sanguis Christi, in flagellatióne prófluens, Salva nos.
Sanguis Christi, in coronatióne spinárum emánans, Salva nos.
Sanguis Christi, in Cruce effúsus, Salva nos.
Sanguis Christi, prétium nostræ salútis, Salva nos.
Sanguis Christi, sine quo non fit remíssio, Salva nos.
Sanguis Christi, in Eucharístia potus et lavácrum animárum, Salva nos.
Sanguis Christi, flumen misericórdiæ, Salva nos.
Sanguis Christi, victor dǽmonum, Salva nos.
Sanguis Christi, fortitúdo mártyrum, Salva nos.
Sanguis Christi, virtus confessórum, Salva nos.
Sanguis Christi, gérminans vírgines, Salva nos.
Sanguis Christi, robur periclitántium, Salva nos.
Sanguis Christi, levámen laborántium, Salva nos.
Sanguis Christi, in fletu solátium, Salva nos.
Sanguis Christi, spes pæniténtium, Salva nos.
Sanguis Christi, solámen moriéntium, Salva nos.
Sanguis Christi, pax et dulcédo córdium, Salva nos.
Sanguis Christi, pignus vitæ ætérnæ, Salva nos.
Sanguis Christi, ánimas líberans de lacu Purgatórii, Salva nos.
Sanguis Christi, omni glória et honóre digníssimus, Salva nos.

Agnus Dei, qui tollis peccáta mundi, parce nobis, Dómine.
Agnus Dei, qui tollis peccáta mundi, exáudi nos, Dómine.
Agnus Dei, qui tollis peccáta mundi, miserére nobis.

V. Redemísti nos, Dómine, in sánguine tuo.
R. Et fecísti nos Deo nostro regnum.

Orémus : Omnípotens sempitérne Deus, qui unigénitum Fílium tuum mundi Redemptórem constituísti, ac ejus sánguine placári voluísti : concéde quǽsumus, salútis nostræ prétium ita venerári, atque a præséntis vitæ malis ejus virtúte deféndi in terris ; ut fructu perpétuo lætémur in cælis. Per eúndem Christum Dóminum nostrum.
R. Amen




Litanies du Précieux Sang de Jésus-Christ en français :

Seigneur, ayez pitié de nous; Seigneur, ayez pitié de nous;
Jésus-Christ, ayez pitié de nous; Jésus-Christ, ayez pitié de nous;
Seigneur, ayez pitié de nous; Seigneur, ayez pitié de nous;

Jésus-Christ, écoutez-nous; Jésus-Christ, écoutez-nous;
Jésus-Christ, exaucez-nous. Jésus-Christ, exaucez-nous

Père céleste, qui êtes Dieu, ayez pitié de nous,
Fils, Rédempteur du monde, qui êtes Dieu, ayez pitié de nous,
Esprit-Saint, qui êtes Dieu, ayez pitié de nous,
Trinité Sainte, qui êtes un Seul Dieu, ayez pitié de nous,

Sang du Christ, fils unique du Père éternel, sauvez-nous,
Sang du Christ, Verbe de Dieu incarné, sauvez-nous,
Sang du Christ, de la nouvelle et éternelle Alliance, sauvez-nous,
Sang du Christ, répandu sur la terre pendant son agonie, sauvez-nous,
Sang du Christ, versé lors de la flagellation, sauvez-nous,
Sang du Christ, jaillissant au couronnement d'épines, sauvez-nous,
Sang du Christ, répandu sur la croix, sauvez-nous,
Sang du Christ, prix de notre rédemption, sauvez-nous,
Sang du Christ, sans lequel il n'est point de rémission, sauvez-nous,
Sang du Christ, nourriture eucharistique et purifications des âmes, sauvez-nous,
Sang du Christ, fleuve de miséricorde, sauvez-nous,
Sang du Christ, victoire sur les démons, sauvez-nous,
Sang du Christ, force des martyrs, sauvez-nous,
Sang du Christ, vertu des confesseurs, sauvez-nous,
Sang du Christ, source de virginité, sauvez-nous,
Sang du Christ, salut en tous nos périls, sauvez-nous,
Sang du Christ, soulagement de ceux qui peinent, sauvez-nous,
Sang du Christ, consolation dans les larmes, sauvez-nous,
Sang du Christ, espoir des pénitents, sauvez-nous,
Sang du Christ, secours des mourants, sauvez-nous,
Sang du Christ, paix et douceur des âmes, sauvez-nous,
Sang du Christ, gage de vie éternelle, sauvez-nous,
Sang du Christ, qui libère les âmes du purgatoire, sauvez-nous,
Sang du Christ, digne de tout honneur et de toute gloire, sauvez-nous,

Agneau de Dieu, qui effacez les péchés du monde, pardonnez-nous Seigneur
Agneau de Dieu, qui effacez les péchés du monde, exaucez-nous Seigneur
Agneau de Dieu, qui effacez les péchés du monde, ayez pitié de nous Seigneur

V. Vous nous avez rachetés, Seigneur, dans votre sang.
R. Et vous avez fait de nous un royaume pour notre Dieu.

Prions : Dieu éternel et tout-puissant qui avez établi votre Fils unique rédempteur du monde et qui avez voulu être apaisé par son sang, accordez-nous une telle vénération pour le prix de notre rédemption que, protégés sur terre par sa puissance contre les maux de cette vie, nous jouissions au ciel de ses fruits éternels. Par le même Jésus-Christ notre Seigneur.
Ainsi soit-il.



Revenir en haut Aller en bas
Lumen
Adore Dieu Trinitaire
Adore Dieu Trinitaire


Messages : 1687
Date d'inscription : 19/10/2014

MessageSujet: Re: Juillet : Dévotion Au Précieux Sang de Notre Seigneur Jésus Christ   Ven 8 Juil - 11:46




Huitième jour

Le sang très-précieux de Jésus-Christ nous purifie dans le sacrement de Baptême


Jésus-Christ, en expirant sur la croix, venait de consommer le sacrifice de justice et de charité que le divin Agneau offrit pour nous sur cet autel de miséricorde; un des soldats qui étaient sur le Calvaire prit alors une lance, et frappant le côté sacré de Jésus-Christ, l’entrouvrit et en fit sortir l'eau et le sang, symbole, au dire de saint Augustin, des sacrements qui purifient et alimentent. Ainsi dans cette eau très-pure est figuré le sacrement de baptême, fontaine de régénération et de vie, par laquelle nous sommes régénérés à la grâce.

Mais d'où vient à cette eau l'admirable vertu de purifier les âmes du péché originel dans les enfants, et de tous les péchés actuels dans les adultes qui reçoivent ce sacrement? D'où dérive une si grande efficacité dans cet élément? L'abbé Rupert répond: « Elle dérive du sang très-précieux de Jésus-Christ »; c'est par l'union et le mélange de l'eau avec le sang du Rédempteur, que l'eau a acquis une vertu si efficace et si merveilleuse; d'où il résulte que tous les effets que le baptême produit dans l'âme dérivent de ce sang précieux; c'est par lui que nous sommes régénérés à la grâce; c'est par lui que nous sommes devenus fils de Dieu par adoption , frères de Jésus-Christ, héritiers du paradis.
O mystères sublimes de la bonté ineffable de Jésus! ô puissance ineffable de ce sang!

Mais comment s'est maintenue cette vie de grâce qui nous fut donnée dans le Baptême? Comment avons-nous conservé cette innocence baptismale dont notre âme a été embellie par la vertu du sang de Jésus-Christ?

Hélas! Aux premières lueurs de la raison n'avons-nous pas perdu la belle robe de l'innocence du baptême, n'avons-nous pas souillé cette âme lavée dans le sang du divin Agneau, et ne pouvons-nous pas dire en pleurant avec saint Augustin: « Où ai-je été, et quand ai-je été innocent? »

Nous sommes devenus fils de Dieu par le baptême, et après une aussi grande faveur, nous cessons d'agir avec l'esprit de Dieu; nous sommes enfants de lumière, et nos œuvres sont des œuvres de ténèbres; après être devenus héritiers du ciel, nous nous sommes soumis a l'esclavage de Lucifer.

Souviens-toi donc, ô chrétien, m'écrierai-je avec le grand pontife saint Léon, souviens-toi de ta dignité, et après avoir été fait participant de la nature divine par le baptême, ne t'abaisse pas jusqu'à reprendre de nouveau ce joug infernal, auquel t'a soustrait le sang de Jésus-Christ. Nous sommes fils de Dieu, que nos œuvres soient donc dictées par l'esprit de Dieu: Frères de Jésus Christ et héritiers du ciel, n'attachons pas notre coeur à la terre.



Colloque


Quel remerciement pourra vous rendre mon âme, Très-aimable Jésus, pour avoir daigne me faire naître dans le giron de la sainte Eglise, et m'admettra aux fonts sacrés du baptême! Ne pouvais-je pas aussi bien naître dans les ténèbres de l'idolâtrie et de l'infidélité? Et cependant vous m'avez fait naître parmi les catholiques, vous m'avez purifié dans le baptême, et fait participant des mérites de votre sang.

C'est pourquoi je suis confus en voyant que je n'ai pas répondu à votre amour, et combien ma vie a dégénéré de ce caractère de chrétien que vous avez imprimé à mon âme; je l'ai défiguré, je l'ai avili par mes œuvres mauvaises.

Mon Dieu! purifiez de nouveau mon âme, et si de votre côté ouvert coula cette eau unie à votre très-précieux sang par laquelle j'ai été purifié dans le baptême, aujourd'hui je joins une autre eau à votre sang vivifiant; c'est l'eau de mes larmes excitées par la contrition du cœur; que ces larmes unies à votre très précieux sang forment un baume salutaire de pénitence, pour laver de nouveau l'âme des souillures contractées depuis le baptême.



Exemple


Cette robe blanche, qui servait à revêtir les néophytes, après qu'ils avaient reçu le sacrement du baptême, ce linge blanc qui se place sur les enfants après qu'ils ont été baptisés, sont le symbole de la netteté et de la pureté que l'âme acquiert par le sang de Jésus-Christ dans ce sacrement; pureté que nous devons conserver immaculée, afin de nous présenter nets et purs devant le tribunal de Jésus-Christ après notre mort.

C'est pourquoi sainte Maruta montra cette robe blanche à un apostat, afin qu'il reconnût le bienfait reçu dans le baptême au moyen du sang innocent de l'Agneau immaculé, et qu'il retournât de nouveau à la foi qu'il avait abandonnée.
 


Prière jaculatoire : Père éternel, je vous offre le Sang de Jésus Christ pour le rachat de mes péchés et les besoins de votre Eglise.

Indulgence : Le souverain pontife Pie VII a accordé cent jours d'indulgence à gagner, chaque fois qu'on récitera la prière ci-dessus; c'est ce qui résulte du rescrit déposé aux archives des Pères Passionnistes, à Rome.


EN ESPRIT DE REPARATION

Jésus empourpre de son Sang la route du Calvaire



PRIÈRE A LA TRES SAINTE VIERGE.


0 Marie, Mère de douleur et d'amour, aidez-moi à comprendre par quel excès d'amour Jésus, votre aimable Fils, a versé pour moi son Sang précieux.

Jésus est enfin chargé de sa croix, et voilà ce doux agneau sur le chemin qui conduit au Calvaire. Que de sang cet adorable Sauveur verse pendant ce douloureux trajet! Les plaies qui lui ont été faites par la flagellation ne sont pas fermées, la couronne d'épines continue à lui faire de cruelles blessures, aussi on pourrait suivre cet aimable maître aux traces de son sang.
Mais c'est surtout lorsque, accablé sous le pesant fardeau de la croix, Jésus tombe à terre, que le sang coule avec une plus grande abondance! Chacune de ces chutes de Jésus fut un douloureux martyre, et cependant, au milieu de si atroces douleurs, Jésus ne laisse pas échapper une plainte, il ne demande même aucun soulagement à ses maux !

Apprenons donc de l'exemple de Jésus à porter notre croix sans nous plaindre; s'il nous semble que cette croix nous accable, venons nous prosterner auprès de Jésus succombant presque sous le poids de la sienne, demandons lui de répandre sur notre coeur une goutte de ce sang qui coule en si grande abondance de toutes ses plaies, et, fortifiés par cette céleste liqueur, reprenons avec notre Sauveur le chemin du Calvaire ; reprenons-le avec courage, puisque le Calvaire est la porte du ciel. C'est par cette voie que l'humanité de Jésus, cette humanité non-seulement innocente et parfaite, mais déifiée, est entrée au ciel. Comment, nous, misérables, coupables, criminels, aurions-nous la prétention d'y parvenir par un autre chemin, par une route semée de fleurs? Non, il n'en peut être ainsi ; il faut porter notre croix par un chemin pénible, la porter non un jour, non une année, mais la porter, comme Jésus, jusqu'à notre mort ; et, lorsque, comme lui, nous aurons expiré sur la croix, notre âme s'envolera au ciel avec lui.



PRIÈRE.


Père éternel, je vous offre le Sang très-précieux de Jésus-Christ, en expiation de mes péchés, et pour les besoins de la sainte Eglise. (100 jours d'indulgence chaque fois.) 
Doux Cœur de Marie, soyez notre refuge! (300 jours d'indulgence chaque fois.)
  

« Ô Sang très Précieux de vie éternelle, prix et rançon de tout l'univers, breuvage et bain de nos âmes, qui soutenez sans cesse la cause des hommes auprès du trône de la suprême miséricorde ; je vous adore profondément, et je voudrais, autant qu'il est en mon pouvoir, vous dédommager des injures et des outrages que vous recevez sans cesse des hommes, et spécialement de ceux qui ont l'audace et la témérité de blasphémer contre vous. Et qui ne bénirait ce Sang d'une valeur infinie ? Qui ne se sentirait enflammé d'amour envers Jésus qui l'a répandu! Que serais-je moi-même, si je n'avais été racheté par ce Sang divin! Qui l'a tiré des veines de mon Seigneur jusqu'à la dernière goutte ? Ah! Certainement, ce fut l'amour. Ô amour immense qui nous a donné un baume si salutaire! 

Ô baume inestimable, qui a jailli de la source d'un amour immense, ah ! Faites que tous les cœurs, toutes les langues puissent vous louer, vous glorifier et vous remercier, maintenant et toujours, et jusque dans l'éternité. Ainsi soit-il. »
 


Saint Gaspard Del Bufalo (1786-1837)


Revenir en haut Aller en bas
Lumen
Adore Dieu Trinitaire
Adore Dieu Trinitaire


Messages : 1687
Date d'inscription : 19/10/2014

MessageSujet: Re: Juillet : Dévotion Au Précieux Sang de Notre Seigneur Jésus Christ   Sam 9 Juil - 13:00




Neuvième jour

Le sang très-précieux de Jésus-Christ nous fortifie dans le sacrement de la Confirmation


La vie de l'homme sur cette terre est une guerre continuelle, et il lui faut combattre jusqu'à la mort pour remporter la couronne de la gloire éternelle: « Esto fidelis usque ad mortem, et dabo tibi coronam vitœ », dit le Seigneur à un évêque dans l'Apocalypse. La faiblesse et l'infirmité de la chair nous accompagnent jusqu'au tombeau, les grands dangers sont fréquents, les assauts des ennemis sont continuels, les passions sont vives et ne cessent jamais de nous livrer des combats : nous avons à combattre avec un monde trompeur, qui avec ses vanités nous tend des pièges de toute part; nous avons à vaincre une chair rebelle qui fait toujours la guerre à l'esprit; nous avons à terrasser un lion furieux, le démon qui cherche toujours à nous dévorer.
C'est pourquoi, dans la prévoyance de tant de dangers et d'assauts à essuyer de notre part, le divin Rédempteur a voulu nous fortifier avec un sacrement qui nous donne des armes pour combattre et vaincre; ce sacrement est la Confirmation. Mais d'où ce sacrement tire-t-il son efficacité, si ce n'est du Sang tout-puissant répandu par Jésus, et qui est redouté par l'enfer tout entier? L'agonie qu'il a soufferte, ses mortelles tristesses, la sueur de sang répandue dans le jardin, voilà ce qui fait le courage des martyrs, la force des combattants, le triomphe des vainqueurs; et si nous ne succombons pas dans des tentations aussi multipliées, nous le devons à ce sang dont la vertu est infinie (Saint Léon le Grand). O efficacité admirable de ce sang divin! qui ne se sent plein de confiance en l'invoquant?
O Sang de Jésus! combien tu es terrible aux démons! tu es ce bouclier inexpugnable qui fait tomber à nos côtés les dards enflammés des plus puissants ennemis.

D'où vient par moments en nous une si grande faiblesse, qu'une légère tentation suffit pour entraîner notre chute? D'où vient que nous cédons si facilement à une passion mauvaise qui s'éveille au fond de notre cœur? Ah! je ne le sais que trop; c'est que nous oublions Jésus-Christ et ses souffrances, c'est que nous déposons, par un vil respect humain, ces armes dont le Sauveur nous a revêtus dans la confirmation; c'est que nous ne recourons pas de cœur et d'âme à son sang tout-puissant.
Quelle force sentirait notre âme si, dans les tentations, elle invoquait le Sang très-précieux de Jésus! si elle avait recours à lui, si elle l'implorait! Quelles épreuves n'ont-elles pas été supportées par tant d'enfants innocents et tant de vierges armées de ce sang! Ils ont épouvanté les tyrans, triomphé des plus rudes assauts, surmonté les tourments. Et c'est au Sang de Jésus qu'ils ont dû leurs victoires.
Et nous, au contraire, nous sommes si faibles, que pour un intérêt terrestre, que par crainte de déplaire aux hommes, et d'être méprisés du monde, nous rougissons souvent de paraître les serviteurs du Christ, et nous faisons le mal contre la voix de notre propre conscience, et avec la pleine connaissance que nous n'agissons pas en chrétiens. O déplorable faiblesse! ô méprisable lâcheté! Souvenons-nous donc que nous sommes les soldats du Christ, souvenons-nous quelles armes puissantes Jésus nous a données au moyen de son Sang, dans le sacrement de la confirmation, et comment le Pasteur sacré nous a signés de ce signe adorable de la Croix de Jésus-Christ qui nous rend si terribles à l'enfer tout entier.



Colloque


O mon Jésus, vous qui êtes la force de nos cœurs, maintenant je vois bien la cause de mes chutes; j'ai oublié ce Sang précieux que vous avez répandu pour me fortifier dans le combat que j'ai à livrer à mes ennemis spirituels; je n'ai pas professé de dévotion sincère et affectueuse envers ce Sang divin; je me suis fié à mes débiles forces, je me suis exposé aux dangers, et c'est pourquoi j'ai misérablement succombé.

Mais maintenant je rappelle la confiance en mon âme en réfléchissant à votre miséricorde toujours prompte à pardonner, et en pensant que ce Sang m'est toujours préparé, puisque vous ne cessez jamais de l'offrir à votre Père éternel pour les pécheurs eux-mêmes. Je sais bien que je ne mérite pas le pardon après avoir été aussi ingrat, mais votre Sang le demande pour moi.

O non! non! vous ne pouvez vous empêcher d'entendre ces voix, ce sont les voix de la miséricorde et de la grâce; et j'y joins aussi la mienne : je vous demande miséricorde par ce Sang précieux que vous avez répandu pour moi. Qu'il serve à effacer toutes les taches de mes péchés, à me fortifier, à me rendre inébranlable aux assauts de mes ennemis; c'est là que réside ma force, c'est par là que j'espère vaincre pendant la vie et à l'heure de la mort, et venir au sein des cieux célébrer éternellement vos miséricordes.



Exemple


On n'oubliera jamais dans les fastes de l'Eglise le courage du glorieux martyr saint Laurent, qui, au milieu même du supplice, brava son bourreau, tant il était devenu insensible aux plus cruels tourments, du moment qu'il s'agissait de soutenir la foi. Or, cette force lui venait du sang très-précieux de Jésus Christ dont il était le fidèle dispensateur, chargé dans ce temps de le distribuer aux fidèles: « Cui commisisti dominici sanguinis dispensationem »; comme il le dit lui-même au pontife Saint Sixte, pour faire connaître par là combien cette qualité l'avait préparé à soutenir le martyre. Enivré de ce sang divin, rempli d'une force héroïque, il donna son sang et sa vie pour Jésus-Christ, au milieu des charbons ardents, confirmant de sa mort la foi qu'il avait prèchée. (Histoire des Saints Martyrs). 


Prière jaculatoire : Père éternel, je vous offre le Sang de Jésus Christ pour le rachat de mes péchés et les besoins de votre Eglise.

Indulgence : Le souverain pontife Pie VII a accordé cent jours d'indulgence à gagner, chaque fois qu'on récitera la prière ci-dessus; c'est ce qui résulte du rescrit déposé aux archives des Pères Passionnistes, à Rome.


EN ESPRIT DE REPARATION

Jésus verse une grande abondance de Sang lorsqu'on lui arrache ses vêtements.



PRIÈRE A LA TRES SAINTE VIERGE.


0 Marie, Mère de douleur et d'amour, aidez-moi à comprendre par quel excès d'amour Jésus, votre aimable Fils, a versé pour moi son Sang précieux.

Jésus est arrivé sur le sommet du Calvaire. Le sang qu'il a versé jusque-là, loin de diminuer l'ardeur de son amour, semble l'enflammer davantage. Il a hâte de donner, pour notre amour, celui qui reste encore dans ses veines. Contemplons un instant cet adorable Sauveur; il est épuisé de fatigue et de souffrance, son corps n'est plus qu'une plaie.

En considérant ce qu'il a déjà enduré, on pourrait croire qu'il a bu jusqu'à la lie le calice d'amertume et de douleur que son Père lui avait préparé ; et cependant que de souffrances lui restent encore à endurer jusqu'à sa mort ! La robe de Jésus s'était collée à sa chair adorable par suite des sanglantes blessures qu'il avait reçues ; les bourreaux la lui arrachent avec violence et rouvrent toutes ses plaies à la fois. Son sang coule encore avec abondance, et nous prépare un bain salutaire où nous pourrons être purifiés de toutes les fautes que nous a fait commettre l'amour de notre chair.

Jésus a voulu réparer d'une manière particulière pour chaque espèce de faute; il a voulu nous préparer des remèdes pour toutes nos maladies, afin que, pensant à ses souffrances, nous prenions une ferme et généreuse résolution de nous corriger de nos défauts, de retrancher de nous tout ce qui lui déplaît. Si nous revenons si souvent sur cette même pensée, c'est que là est  l'unique affaire importante ; c'est que, si nous voulons faire de véritables progrès dans la vertu, il faut chaque 'jour nous renouveler dans la résolution de commencer à travailler sérieusement pour Dieu.
Celui qui n'avance pas dans la voie de la perfection recule; celui qui veut s'en tenir à ce qui est de rigueur risque beaucoup de ne pas faire tout ce qui est strictement nécessaire.

Prenons modèle sur Jésus ; il a répandu avec - surabondance son sang pour notre rédemption.
Ne laissons pas perdre ce sang précieux, mais venons le recueillir avec respect et amour, et il nous fortifiera.
 


PRIÈRE.


Père éternel, je vous offre le Sang très-précieux de Jésus-Christ, en expiation de mes péchés, et pour les besoins de la sainte Eglise. (100 jours d'indulgence chaque fois.) 
Doux Cœur de Marie, soyez notre refuge! (300 jours d'indulgence chaque fois.)
  

« Ô Sang très Précieux de vie éternelle, prix et rançon de tout l'univers, breuvage et bain de nos âmes, qui soutenez sans cesse la cause des hommes auprès du trône de la suprême miséricorde ; je vous adore profondément, et je voudrais, autant qu'il est en mon pouvoir, vous dédommager des injures et des outrages que vous recevez sans cesse des hommes, et spécialement de ceux qui ont l'audace et la témérité de blasphémer contre vous. Et qui ne bénirait ce Sang d'une valeur infinie ? Qui ne se sentirait enflammé d'amour envers Jésus qui l'a répandu! Que serais-je moi-même, si je n'avais été racheté par ce Sang divin! Qui l'a tiré des veines de mon Seigneur jusqu'à la dernière goutte ? Ah! Certainement, ce fut l'amour. Ô amour immense qui nous a donné un baume si salutaire! 

Ô baume inestimable, qui a jailli de la source d'un amour immense, ah ! Faites que tous les cœurs, toutes les langues puissent vous louer, vous glorifier et vous remercier, maintenant et toujours, et jusque dans l'éternité. Ainsi soit-il. »
 


Saint Gaspard Del Bufalo (1786-1837)


Revenir en haut Aller en bas
Lumen
Adore Dieu Trinitaire
Adore Dieu Trinitaire


Messages : 1687
Date d'inscription : 19/10/2014

MessageSujet: Re: Juillet : Dévotion Au Précieux Sang de Notre Seigneur Jésus Christ   Dim 10 Juil - 13:12




Dixième jour

Le sang très-précieux de Jésus-Christ nous purifie dans le sacrement de la Pénitence


Il y avait à Jérusalem une piscine appelée Probatique, qui était entourée de cinq portiques, où étaient des infirmes de toute espèce, attendant la venue de l'Ange du Seigneur, qui mettait les eaux en mouvement, et le premier qui s'y plongeait était guéri. Or cette piscine, disent les saints Pères, était un symbole du sacrement de la Pénitence, formé avec le sang de la Rédemption.
L'Eglise ouvre aux âmes un bain salutaire plus miraculeux que cette piscine des Juifs: il y coule une fontaine intarissable, formée non du sang des animaux et des victimes expiatoires, mais du Sang très saint de l'Agneau immaculé, immolé et offert en sacrifice pour la rédemption du genre humain; et il offre avec la piscine des Hébreux cette différence que, dans cette dernière, un seul infirme était guéri au contact des eaux miraculeuses mises en mouvement par l'Ange du Seigneur, tandis que dans la piscine salutaire du Sang de Jésus-Christ, non-seulement un chrétien, mais tous les chrétiens peuvent en tout temps trouver la guérison de leurs mortelles infirmités.
Et que faut-il pour l'obtenir? Rien autre que de le vouloir efficacement.
Voulez-vous être guéri? dit le Seigneur à ce malade de la piscine Probatique; et il le répète encore à chaque pécheur.
Et le pécheur, que répond-il? Hélas! combien y en a-t-il parmi nous qui aiment mieux gémir dans leurs souillures que de se purifier dans ce bain salutaire?

Il conviendrait à beaucoup de chrétiens de répéter ce que dit ce serviteur fidèle à Naaman, le lépreux Syrien, alors que le prophète Elisée lui recommanda de se laver dans les eaux du Jourdain pour se guérir de la lèpre, et qu'il s'y refusait : « Si le prophète t'avait commandé une chose difficile, tu aurais dû la faire, à plus forte raison dois-tu lui obéir, quand il t'a dit de te laver pour être guéri » (Rois 5, 13).
Ainsi, si le Seigneur nous avait commandé de recouvrer la santé de notre âme au prix de notre sang, nous devrions le faire; combien avec plus de raison encore devons-nous lui obéir, quand il nous commande seulement de nous laver dans le Sang de Jésus-Christ par la pénitence sacramentelle! C'est là le Jourdain: nous devons nous y laver pour être purifiés de la lèpre abominable du péché: nul n'étant pur de souillure, la source qui coule des blessures sacrées du Seigneur est nécessaire à tous, dit saint Bernard.
Du moment que le péché est confessé au prêtre avec un vrai repentir, et que les paroles de l'absolution sacramentelle ont été prononcées, l’âme est purifiée.

O immense libéralité de mon Rédempteur! à quel point en est venu votre amour! nous laver avec votre propre Sang! Qui donc refusera d'aller plonger ses fautes dans cette mer inépuisable de votre très-précieux sang, qui fera disparaître toutes ses infirmités?



Colloque


Mon Jésus, je vais sans retard à cette bienfaisante fontaine, et quoique je me voie souillé de bien des fautes, cependant, en me plongeant dans cette mer inépuisable de miséricorde, j'ai la confiance que mon âme en sortira purifiée, puisque telle est l'assurance que vous m'en donnez par le prophète: « Si fucrint peccata vestra sicut coccinum, quasi nix dealbabuntur » (Isaïe 1, 18).

Et de même que quelques gouttes d'eau dans une vaste mer sont aussitôt absorbées par les ondes, il en sera ainsi de mes fautes jetées dans la mer immense de votre très-saint sang, et qui seront aussitôt effacées; et l'âme plongée dans ces eaux de miséricorde en sortira nette et purifiée.

Donnez-moi pourtant, ô mon Jésus, une vive douleur, un sincère repentir, afin que j'unisse ma douleur à votre Sang, et qu'avec un cœur contrit et humilié, que vous ne repoussiez pas, je puisse recevoir la rémission de mes iniquités; faites que votre Sang guérisse les blessures de ma pauvre âme, pour vérifier en moi ces paroles: Sanguis Christi emundat nos ab omni iniquitate ».



Exemple

Pour la consolation des âmes qui craignent parfois de ne pas avoir, dans la confession sacramentelle, une douleur suffisante de leurs péchés, il sera utile de rapporter ce que dit par inspiration divine sainte Marie-Madeleine de Pazzi, pour montrer que le Sang de Jésus-Christ supplée encore à cette douleur.

La Sainte, méditant sur la sueur de sang répandue par le Sauveur agonisant dans le jardin, disait: « Qui peut pénétrer, ô Seigneur! les abîmes d'angoisse et de douleur que vous éprouvez, afin de satisfaire pour tant d'âmes et obtenir leur contrition?
Par là, dans votre sacrement, notre attrition se change en contrition, et nous sommes justifiés sans faire acte de contrition parfaite, parce que vous avez pris sur vous la contrition que nous devrions avoir; vous avez satisfait pour cette douleur interne qui nous manque, avec cette angoisse, cette douleur et cette contrition que vous avez senties pour nous dans votre Cœur affligé »
. Ainsi s'exprime la Sainte.
 


Prière jaculatoire : Père éternel, je vous offre le Sang de Jésus Christ pour le rachat de mes péchés et les besoins de votre Eglise.

Indulgence : Le souverain pontife Pie VII a accordé cent jours d'indulgence à gagner, chaque fois qu'on récitera la prière ci-dessus; c'est ce qui résulte du rescrit déposé aux archives des Pères Passionnistes, à Rome.


EN ESPRIT DE REPARATION

Jésus verse son Sang par les plaies de se» mains.



PRIÈRE A LA TRES SAINTE VIERGE.


0 Marie, Mère de douleur et d'amour, aidez-moi à comprendre par quel excès d'amour Jésus, votre aimable Fils, a versé pour moi son Sang précieux.

En quel état je vous vois réduit, mon aimable Maître! C'est bien maintenant qu'on peut dire que vous êtes non plus un homme, mais un ver, que vous êtes semblable à un lépreux.
Père saint, combien il faut que le péché soit un grand mal à vos yeux, pour que vous préfériez voir votre Fils unique, votre Verbe, l'objet de vos éternelles complaisances, réduit en cet état, plutôt que de voir le péché régner sur la terre!

Combien aussi il faut que votre amour pour l'homme soit immense, puisque c'est pour lui que vous avez livré Jésus à toutes ces souffrances et ces ignominies 0 mon âme, qu'il faut que tu sois grande et précieuse, puisque c'est pour te racheter que Jésus donne son sang, au milieu de si horribles supplices! Si tu pensais un peu à, ce que tu as coûté à cet aimable Sauveur, pourrais-tu te vendre au démon pour si peu de chose, pour un plaisir d'un moment, pour une misérable satisfaction? Non, tu ne le pourrais pas.

Viens donc contempler Jésus ; il est tout couvert de plaies ; son corps est revêtu d'une robe de sang.
Voilà que les bourreaux l'étendent avec violence sur la Croix, et que, saisissant une de ses mains, les cruels la percent avec un énorme clou destiné à l'attacher sur cette croix. Cette main si puissante, cette main qui a créé l'univers, la voilà réduite à l'impuissance!
Non, je me trompe, jamais, ô main adorable de mon Sauveur, vous n'avez été si puissante, vous n'avez opéré une semblable merveille ! Vous avez créé l'homme, ô mon Dieu ! vous l'avez formé sans peine de vos "mains divines", et maintenant par le sang qui s'échappe de cette même main vous rachetez ce même homme devenu coupable.
Vous créez en lui l'innocence, non plus sans peine, mais au prix de vos souffrances et de vos douleurs.
 


PRIÈRE.


Père éternel, je vous offre le Sang très-précieux de Jésus-Christ, en expiation de mes péchés, et pour les besoins de la sainte Eglise. (100 jours d'indulgence chaque fois.) 
Doux Cœur de Marie, soyez notre refuge! (300 jours d'indulgence chaque fois.)
  

« Ô Sang très Précieux de vie éternelle, prix et rançon de tout l'univers, breuvage et bain de nos âmes, qui soutenez sans cesse la cause des hommes auprès du trône de la suprême miséricorde ; je vous adore profondément, et je voudrais, autant qu'il est en mon pouvoir, vous dédommager des injures et des outrages que vous recevez sans cesse des hommes, et spécialement de ceux qui ont l'audace et la témérité de blasphémer contre vous. Et qui ne bénirait ce Sang d'une valeur infinie ? Qui ne se sentirait enflammé d'amour envers Jésus qui l'a répandu! Que serais-je moi-même, si je n'avais été racheté par ce Sang divin! Qui l'a tiré des veines de mon Seigneur jusqu'à la dernière goutte ? Ah! Certainement, ce fut l'amour. Ô amour immense qui nous a donné un baume si salutaire! 

Ô baume inestimable, qui a jailli de la source d'un amour immense, ah ! Faites que tous les cœurs, toutes les langues puissent vous louer, vous glorifier et vous remercier, maintenant et toujours, et jusque dans l'éternité. Ainsi soit-il. »
 


Saint Gaspard Del Bufalo (1786-1837)


Revenir en haut Aller en bas
Lumen
Adore Dieu Trinitaire
Adore Dieu Trinitaire


Messages : 1687
Date d'inscription : 19/10/2014

MessageSujet: Re: Juillet : Dévotion Au Précieux Sang de Notre Seigneur Jésus Christ   Lun 11 Juil - 13:11




Onzième jour

Le sang précieux de Jésus nous alimente dans la très-sainte Communion


Lorsque fut venue l'heure de partir de ce monde et de retourner vers son divin Père, le tendre cœur de Jésus-Christ ne pouvait se déterminer à laisser ses disciples orphelins et abandonnés; et c'est pourquoi, après avoir célébré la Pâque, selon le rite de la loi de Moïse , il institua le saint Sacrement de l'Eucharistie, dans lequel il nous nourrit de sa propre Chair et de son Sang très-précieux, et nous invite tous à y prendre part. Et c'est dans ce Sacrement que se distribue d'une manière plus particulière aux fidèles bien disposés le Sang du Rédempteur.

Quand nous communions, nous pourrions dire avec saint Cyprien: « Nous avons sucé le Sang du Seigneur, et nous avons appliqué notre langue sur les Blessures mêmes de notre Rédempteur ». Quelle douce fontaine coule incessamment, du haut de l'autel sacré des bénédictions célestes!

c'est ce qui fait dire à saint Jean Chrysostôme: « Fontaine des dons célestes, auprès de laquelle est assis Jésus-Christ, qui s'adresse, non pas à une Samaritaine, mais à l'Eglise universelle: ici il ne donne pas un simple verre d'eau, mais un Sang vivant, qui, pris par nous en témoignage de la mort du Seigneur, est pour nous une source de vie ».

Il semble qu'il ne suffisait pas à son immense amour d'avoir versé ce Sang tout entier sur la Croix, s'il ne testait pas encore avec nous jusqu'à la consommation des siècles , pour nous alimenter et nous abreuver de ce très-précieux Sang dans la sainte communion; et avec la voix retentissante de ce sang, il nous appelle, selon saint Ambroise, il nous invite et désire vivement que nous y participions. Et que dit-il? « Ouvrez-moi quelque accès vers votre cœur, je le comblerai de mes grâces ».

L'abbé Rupert démontre fort bien l'amour ineffable que Jésus nous témoigne en se donnant lui-même tout entier aux âmes dans la très-sainte Communion et en nous abreuvant avec son très-précieux Sang, qui non-seulement nous purifie de nos taches quotidiennes, mais nous préserve pour l'avenir des fautes graves; et c'est ce qu'a voulu exprimer le Rédempteur par le lavement des pieds qu'il fit à ses apôtres. Le Seigneur se leva de table, c'est-à-dire qu'il quitta le banquet de la gloire paternelle, et se revêtant de notre chair comme d'un linge, il versa son Sang comme on verse l'eau dans un bassin; et depuis ce moment il lave chaque jour nos pieds, quand nous le recevons en rémission des péchés.

O raffinement d'Amour du doux Cœur de Jésus! Avec quelle avidité les âmes ne devraient-elles pas courir s'étancher à cette fontaine inépuisable de Bonté et d'Amour! Combien ne devrait-on pas fréquenter un sacrement dans lequel Jésus, d'après les paroles du Concile de Trente, a prodigué les richesses de son Amour. Avec quels sentiments et avec quelle disposition devrait-on recevoir le très-précieux sang de Jésus, qui se donne ici avec sa Chair immaculée, avec son âme très sainte, avec sa divinité même! Quelle foi vive, quel respect profond, quelle sainte crainte, quel saint tremblement, quelle ardente charité devraient accompagner les âmes qui s'approchent de cette table! Approchez , vous dirai-je avec les paroles de la sainte Eglise, approchez avec foi, avec crainte, avec amour. Mais, hélas! quelle froideur, quelle insensibilité dans tant d'âmes qui s'approchent si languissantes de cette fontaine d'Amour!



Colloque


Vous êtes, mon Jésus, ce père aimant et ce bon pasteur qui, après avoir donné son Sang et sa Vie pour nous sur une croix, nous nourrissez dans la très-sainte Eucharistie de votre Chair, et nous désaltérez de votre Sang; et qu'est-ce que votre Cœur pouvait faire de plus pour nous prouver la charité ardente dont vous êtes animé pour nous?

Maintenant je comprends toute la force des paroles de saint Jean votre disciple chéri, que dans ce Sacrement vous nous avez aimés à l'excès.

Maintenant je comprends ce que dit l'Eglise votre épouse, dans le concile de Trente, que vous, ô Seigneur! en donnant le Sacrement adorable de l'Eucharistie, vous avez prodigué toutes les richesses de votre Amour infini. Oh! comment mon cœur ne se dissout-il pas pour vous qui avez tout fait pour moi! Qui peut résister à l'émotion qu'inspirent ces traits d'une charité sans borne?

Ah! désormais mes délices seront de vous recevoir dans la très-sainte Communion , de m'enivrer de votre Sang d'Amour, de vous adorer dans les saints tabernacles, de contempler l'ineffable charité qui se montre dans ce Sacrement!



Exemple

Saint Philippe de Néri eut une dévotion particulière au sang précieux de Jésus-Christ. Il avait coutume .de mettre pour la consécration une grande quantité de vin dans le calice, afin de prolonger la durée des espèces. On observa aussi qu'après la consécration son calice était plein de Sang pur. En le prenant, ses lèvres s'y collaient avec tant d'ardeur, qu'il finit par attaquer, non-seulement la dorure, mais l'argent lui-même; et ce Sang divin lui communiquait une telle dévotion, que sa figure pâlissait, et qu'il semblait plus mort que vif.

Ce spectacle arracha souvent des larmes de componction des yeux des assistants. Il priait ensuite le Seigneur que, s'il ne pouvait répandre son sang dans le martyre, ainsi qu'il l'eût voulu, il le lui fit au moins verser en telle abondance par la bouche et par les narines, qu'il pût ainsi lui rendre sang pour sang. Il fut bien exaucé, car il versa plusieurs fois une telle quantité de sang, qu'il en perdit le mouvement et l'usage de la vue. (Vie de Saint Philippe de Néri par Bacci).
 


Prière jaculatoire : Père éternel, je vous offre le Sang de Jésus Christ pour le rachat de mes péchés et les besoins de votre Eglise.

Indulgence : Le souverain pontife Pie VII a accordé cent jours d'indulgence à gagner, chaque fois qu'on récitera la prière ci-dessus; c'est ce qui résulte du rescrit déposé aux archives des Pères Passionnistes, à Rome.


EN ESPRIT DE REPARATION

Jésus verse son Sang par les plaies de ses mains.



PRIÈRE A LA TRES SAINTE VIERGE.


0 Marie, Mère de douleur et d'amour, aidez-moi à comprendre par quel excès d'amour Jésus, votre aimable Fils, a versé pour moi son Sang précieux.

Les bourreaux viennent de percer une des mains de Jésus, mais ils percent l'autre avec plus de cruauté encore. Les trous qui avaient été faits d'avance à la croix se trouvant trop éloignés, ces scélérats tirent avec violence le bras du Sauveur, pour que sa main atteigne le trou qu'ils avaient préparé. Cruauté inouïe! rien n'est épargné durant la douloureuse passion de notre Rédempteur. Il semble qu'on ait pris à tâche de lui faire endurer tous les supplices imaginables.

Jésus, je le reconnais bien, c'est votre amour vous porte à tout souffrir; vous voulez me forcer, m'obliger à vous aimer ; vous voulez vaincre la dureté de mon coeur par l'excès des maux que vous endurez pour moi ; vous voulez qu'aucune partie de votre corps sacré ne reste sans une douleur aiguë et profonde; parce que j'ai fait servir toutes les parties du mien à l'iniquité, vous voulez aussi que vos mains adorables versent sur moi avec les abondantes bénédictions que vous êtes venu m'apporter, en vous faisant homme, le Sang qui purifiera mon âme, qui la lavera de toutes ses taches, de toutes ses souillures, et la rendra aussi pure, aussi blanche, que si jamais elle n'avait commis l'iniquité : et cela, ô mon Sauveur ! non une fois, mais autant de fois que, touché du regret de mes fautes, je viendrai implorer mon pardon de votre bonté et de votre miséricorde. Combien ce supplice dut être cruel! Quelles horribles souffrances dut éprouver notre divin Maître, lorsque ses mains furent ainsi percées! Comment mépriserais-je un pardon qui a autant coûté à mon Sauveur?

Comment, si je pensais à ces souffrances, si j'y réfléchissais sérieusement, pourrais-je perdre aussi facilement par le péché, cette pureté que mon Sauveur m'a achetée au prix de si cruelles souffrances? Jamais nous ne nous lasserons de le redire : méditez la passion, étudiez l'amour de Jésus dans ses souffrances, et vous apprendrez à détester le péché, vous vous en éloignerez.
 


PRIÈRE.


Père éternel, je vous offre le Sang très-précieux de Jésus-Christ, en expiation de mes péchés, et pour les besoins de la sainte Eglise. (100 jours d'indulgence chaque fois.) 
Doux Cœur de Marie, soyez notre refuge! (300 jours d'indulgence chaque fois.)
  

« Ô Sang très Précieux de vie éternelle, prix et rançon de tout l'univers, breuvage et bain de nos âmes, qui soutenez sans cesse la cause des hommes auprès du trône de la suprême miséricorde ; je vous adore profondément, et je voudrais, autant qu'il est en mon pouvoir, vous dédommager des injures et des outrages que vous recevez sans cesse des hommes, et spécialement de ceux qui ont l'audace et la témérité de blasphémer contre vous. Et qui ne bénirait ce Sang d'une valeur infinie ? Qui ne se sentirait enflammé d'amour envers Jésus qui l'a répandu! Que serais-je moi-même, si je n'avais été racheté par ce Sang divin! Qui l'a tiré des veines de mon Seigneur jusqu'à la dernière goutte ? Ah! Certainement, ce fut l'amour. Ô amour immense qui nous a donné un baume si salutaire! 

Ô baume inestimable, qui a jailli de la source d'un amour immense, ah ! Faites que tous les cœurs, toutes les langues puissent vous louer, vous glorifier et vous remercier, maintenant et toujours, et jusque dans l'éternité. Ainsi soit-il. »
 


Saint Gaspard Del Bufalo (1786-1837)


Revenir en haut Aller en bas
Lumen
Adore Dieu Trinitaire
Adore Dieu Trinitaire


Messages : 1687
Date d'inscription : 19/10/2014

MessageSujet: Re: Juillet : Dévotion Au Précieux Sang de Notre Seigneur Jésus Christ   Mar 12 Juil - 0:06




Douzième jour

Le sang très-précieux de Jésus-Christ nous fortifie dans le sacrement de l'Extrême Onction


Notre divin Rédempteur prévoyait bien les angoisses, les inquiétudes, les afflictions et les douleurs dans lesquelles se trouvent les âmes au moment de leur séparation du corps; il savait bien quels sont leurs besoins au moment de la mort, moment terrible d'où dépend l'éternité. C'est pourquoi il a voulu assumer sur lui-même d'amères tristesses et une mortelle agonie; pendant trois heures continues, il voulut rester crucifié et agonisant, abandonné même de son Père céleste, et à la merci de ses barbares persécuteurs.

Il voulut répandre son Sang très-précieux, pour ainsi dire jusqu'à la dernière goutte, sur le dur bois de la Croix, afin de nous préparer pour le moment de la mort un sacrement de consolation et de grâce, l'Extrême-Onction. Par elle, non-seulement sont effacés les restes du péché, non-seulement la santé du corps nous est rendue si elle est utile à notre âme, mais de plus, elle apporte un grand soulagement au malade, lui donne la force et le courage de résister aux tentations diaboliques, de souffrir avec patience les incommodités du mal qui le tourmente, et lui facilite un heureux passage à l'éternité bienheureuse.

L'aimable Seigneur pouvait-il faire plus pour le bien des âmes? Pensez, pensez seulement combien de Sang, combien de peines et de tourments a coûté ce sacrement! Oh ! qui peut comprendre les désolations d'esprit, les tristesses et les peines souffertes sur la Croix?

Entre, mon âme, dans le Cœur très aimant du Seigneur crucifié, et médite sur ce qu'ont dû être les douleurs offertes par lui sur le Calvaire, pour pouvoir nous mériter de si efficaces consolations à l'article de la mort! Les horribles blasphèmes qu'il entendait sur cette montagne, la dureté de cœur du larron impénitent, l'ingratitude des hommes qu'il prévoyait, la douleur qui déchirait le cœur de sa mère désolée, étaient autant de pointes acérées qui lui transperçaient le cœur. La soif ardente qui le torturait, l'abandon de son divin Père, que de douloureuses sensations!

Et dans cet instant même, par l'effusion de son très-précieux Sang, il préparait ce sacrement qui, au moment de la mort, adoucit nos peines et les rend méritoires pour la vie éternelle. Il a pris pour lui la plus triste amertume des affres de la mort, pour rendre la nôtre douce et précieuse. Il a fait de ce sacrement comme un vase sacré plein de son Sang, et il confère la grâce de telle sorte que le mérite et la satisfaction gagnés par Jésus Christ avec son propre Sang, s'appliquent à chaque fidèle qui le reçoit dignement: il peut l'offrir pour lui-même, comme s'il eût satisfait par ses propres actions et ses souffrances à la justice éternelle.

Ah! mon Jésus, que cette charité est incompréhensible. Vous aviez raison de dire sur la croix: « tout est accompli », car vous ne pouviez rien faire de plus pour l'amour de nous, nous préparant ainsi, par l'effusion de votre sang, tant d'aides efficaces pour notre vie et notre mort. Mais pourrons-nous dire à l'article de la mort: « Consummatum est », nous avons tout accompli? Hélas! si nous ne faisons pas pendant la vie le bien que vous exigez de nos âmes, si nous n'observons pas constamment votre très-sainte loi, si dès maintenant nous ne remplissons pas nos devoirs, comment répéter à la mort « consummatum est »? Allons! mon âme, fais maintenant pendant la vie tout le bien que tu voudrais avoir fait à l'article de la mort.



Colloque


Mon Jésus crucifié, quelles grandes leçons vous me donnez du haut de la chaire de vérité et de sagesse! quelle patience, quelle charité, quelle profonde humilité on apprend à votre école! Vous, Fils de Dieu, innocent, saint et sans tache, vous mourez au milieu des plus cuisantes tortures, votre Sang ruisselant de toute part, afin de mériter à moi pécheur, pour consolation à l'instant de ma mort, les secours si puissants de votre divine grâce.

Vous épuisez le calice amer de tant de douleurs, vous répandez avec tant d'abondance votre Sang, pour me mériter une bonne mort et un heureux passage à l'éternité; et moi, jusqu'ici, qu'ai-je fait pour me disposer au moment, inévitable et terrible à la fois, d'où dépend mon éternelle béatitude ou mon éternelle perdition?

Dieu! par le très-précieux Sang, donnez-moi la grâce dès aujourd'hui de me préparer à ce moment suprême par l'exercice des bonnes œuvres; faites que fortifié par les Saints Sacrements, en vertu de ce Sang de salut, j'exhale mon âme dans votre côté sacré, afin que, baignée de votre Sang, elle vienne un jour vous louer et vous bénir dans le ciel.



Exemple

Saint Camille de Lellis, plein de dévotion envers le sang de Jésus-Christ, trouvait une grande consolation dans sa dernière maladie, à avoir devant les yeux une image de Jésus crucifié, dont il donna lui-même le dessin.

Le Sang s'échappait en grande abondance des plaies; une multitude d'anges le recueillaient dans des calices, et le présentaient au Père divin. Le saint à cette vue sentait un grand soulagement, et, dans ces derniers moments de sa vie, s'excitait à une espérance plus vive du salut éternel. (Vie du Saint par Cicatelli)
 


Prière jaculatoire : Père éternel, je vous offre le Sang de Jésus Christ pour le rachat de mes péchés et les besoins de votre Eglise.

Indulgence : Le souverain pontife Pie VII a accordé cent jours d'indulgence à gagner, chaque fois qu'on récitera la prière ci-dessus; c'est ce qui résulte du rescrit déposé aux archives des Pères Passionnistes, à Rome.


EN ESPRIT DE REPARATION

Jésus verse son Sang par les plaies de ses pieds.



PRIÈRE A LA TRES SAINTE VIERGE.


0 Marie, Mère de douleur et d'amour, aidez-moi à comprendre par quel excès d'amour Jésus, votre aimable Fils, a versé pour moi son Sang précieux.

Jésus a voulu encore que ses pieds sacrés fussent attachés à l'arbre de la croix, et ils le furent aussi cruellement que ses mains. De même que les bourreaux tirèrent avec violence les bras de Jésus, pour que sa main atteignît le trou préparé d'avance , de même ils tirèrent avec une effroyable violence les jambes de notre adorable Sauveur, pour que ses pieds pussent atteindre la place marquée pour le clou. Qui pourrait se faire idée du supplice que dut endurer Jésus, lorsque ses membres furent si violemment tendus ! Tous ses os se brisèrent et se déplacèrent ; ses veines se rompirent, et là encore le sang adorable du Sauveur coula avec abondance.
Quel usage avez-vous donc fait de vos pieds sacrés, ô mon aimable Maître! pour qu'ils soient condamnés à un tel supplice?
Vous ne les avez employés que pour courir après les pécheurs : tous vos pas ont été marqués par des bienfaits ; vous avez suivi la voie que votre Père vous a tracée.

Mais je le comprends, ô mon Jésus! c'est pour moi que vous souffrez encore en ce moment.
J'ai suivi la route de l'iniquité ; j'ai parcouru la voie du crime, et vous voulez expier mes fautes; vous voulez m'obtenir la grâce de marcher à votre suite, dans la voie royale de la croix.
Ne souffrez pas que je refuse une semblable faveur, mais faites que j'embrasse avec joie la voie des conseils évangéliques que, profitant enfin de vos divins exemples, je ne me contente pas de ce que Dieu m'ordonne, mais que je fasse toujours ce qui lui est le plus agréable, ce qui procure sa plus grande gloire et contente davantage votre Coeur divin.

Par ce Sang qui a coulé de vos pieds sacrés, faites, ô mon doux Jésus ! qu'après avoir embrassé la voie de pénitente et de Réparation que vous êtes venu m'enseigner par vos paroles et par vos exemples, je demeure attaché à cetfe voie jusqu'à mon dernier soupir, sans que rien puisse jamais m'en séparer.
 


PRIÈRE.


Père éternel, je vous offre le Sang très-précieux de Jésus-Christ, en expiation de mes péchés, et pour les besoins de la sainte Eglise. (100 jours d'indulgence chaque fois.) 
Doux Cœur de Marie, soyez notre refuge! (300 jours d'indulgence chaque fois.)
  

« Ô Sang très Précieux de vie éternelle, prix et rançon de tout l'univers, breuvage et bain de nos âmes, qui soutenez sans cesse la cause des hommes auprès du trône de la suprême miséricorde ; je vous adore profondément, et je voudrais, autant qu'il est en mon pouvoir, vous dédommager des injures et des outrages que vous recevez sans cesse des hommes, et spécialement de ceux qui ont l'audace et la témérité de blasphémer contre vous. Et qui ne bénirait ce Sang d'une valeur infinie ? Qui ne se sentirait enflammé d'amour envers Jésus qui l'a répandu! Que serais-je moi-même, si je n'avais été racheté par ce Sang divin! Qui l'a tiré des veines de mon Seigneur jusqu'à la dernière goutte ? Ah! Certainement, ce fut l'amour. Ô amour immense qui nous a donné un baume si salutaire! 

Ô baume inestimable, qui a jailli de la source d'un amour immense, ah ! Faites que tous les cœurs, toutes les langues puissent vous louer, vous glorifier et vous remercier, maintenant et toujours, et jusque dans l'éternité. Ainsi soit-il. »
 


Saint Gaspard Del Bufalo (1786-1837)


Revenir en haut Aller en bas
Lumen
Adore Dieu Trinitaire
Adore Dieu Trinitaire


Messages : 1687
Date d'inscription : 19/10/2014

MessageSujet: Re: Juillet : Dévotion Au Précieux Sang de Notre Seigneur Jésus Christ   Mer 13 Juil - 13:07




Treizième jour

Le sang très-précieux de Jésus-Christ adoucit la mort

L'homme craint naturellement la mort; et si à cette crainte naturelle se joint le souvenir des péchés commis, oh! combien elle sera plus terrible encore! Eh bien! pour dissiper cette crainte, et rendre notre mort douce, nous trouvons un secours admirable dans la dévotion au Sang très-précieux de Jésus-Christ. Notre âme, en considérant Jésus crucifié dont le Sang ruisselle de toute part, conçoit l'espérance (le salut), et sent se dissiper toutes ses craintes; elle entend la voix de ce Sang qui retentit comme une trompette et crie miséricorde:
« Sanguis Christi, ut tuba clamat », dit saint Bernard. Voyez-la qui a traversé cette mer, et est au moment d'atteindre le port; elle tient à la main cet or précieux qui doit lui gagner une gloire éternelle:
« Bonum aurum Sanguis Christi », nous dit saint Ambroise. Elle se sert de ce Sang comme d'une clef du paradis, s'écrie saint Thomas; alors elle sent renaître son courage et ne craint plus la mort.

Et, en effet, combien sont consolantes ces paroles par lesquelles saint Chrysostôme dissipe en vertu de ce Sang divin toute crainte de la mort? Ce Sang chasse les démons, conduit vers nous les anges et le Seigneur des anges; et l'effusion de ce Sang nous ouvre le ciel. A la fin de notre vie, le démon viendra, selon qu'il a coutume, assaillir notre âme de ses plus fortes tentations; mais la vue du Sang de Jésus Christ dont nous serons trempés et armés, le mettra en fuite. Assistés de la très-sainte Vierge, assistés de nos Anges gardiens, du prince des hiérarchies angéliques, le glorieux Saint Michel, et pardessus tout du Seigneur tout-puissant et glorieux des Anges, que pourrons-nous craindre? Heureuses alors les âmes dévouées à ce Sang!

Considère en outre, ô mon âme, que si munie du Sang de Jésus-Christ tu te présentes aux portes (lu ciel, elles s'ouvriront aussitôt devant toi; l'ange armé du glaive de feu préposé à leur garde ne pourra t'en défendre l'abord, puisque tu viendras marquée du Sang de l'Agneau divin, en qui pour la vie comme pour la mort tu as placé tes espérances:
« Virtus Sanguinis à latere Christi profluentis removit angelum et hebetavit gladium », écrivait saint Antoine de Padoue. C'est là ce qui arriva en figure aux Hébreux, alors que l'ange, ministre de la colère de Dieu, exempta du châtiment de la mort tous ceux dont les portes étaient marquées de sang. Voilà la grâce accordée à la figure. Quelle vertu n'aura donc pas, à plus forte raison, la chose ainsi figurée?

Telle est la pensée de saint Jean Chrysostôme : « Le Sang de l'agneau servait à la délivrance de l'homme raisonnable, non par sa propre valeur, mais parce qu'il représentait le Sang du Seigneur ». Quand l'âme fidèle sera baignée de ce sang très-saint du Fils de Dieu, lorsqu'il sera non-seulement sur les lèvres qui invoqueront ses mérites, mais encore dans le cœur purifié par ce même Sang, cette âme pourrait-elle être soumise au glaive formidable de la colère vengeresse de Dieu, ce glaive qui arme, au jour de la mort, la main de l'ange exterminateur? Oh! heureuse la mort de celui qui se confie dans ce Sang précieux!



Colloque

Si je réfléchis, mon Jésus, à ma vie passée, au nombre et à la gravité de mes fautes, la pensée de la mort m'épouvante. Je vois mes péchés, et je ne vois pas le repentir; je forme de bonnes résolutions, et je retombe.

Mais si je tourne mes regards vers vous, mon Jésus crucifié, et vers le Sang qui s'échappe de ces plaies sacrées, oh! quelle consolation pour moi! J'entends la voix de ce Sang qui, devant votre trône, crie pour moi miséricorde; et puisque vous êtes mort sur la croix, et avez répandu votre Sang avec tant d'abondance pour me délivrer de la mort affreuse des pécheurs, et me mériter la mort précieuse du juste, voici la grâce que je vous demande en toute humilité; c'est de mener une vie telle, qu'elle me conduise à cette sainte mort par les mérites de votre Sang très-précieux, versé tout entier pour le salut de mon âme.



Exemple

Pendant que saint François Caracciolo travaillait à la propagation de l'ordre des clercs mineurs, on vint lui proposer la fondation d'une nouvelle maison à Agnone. Quoiqu'il fût très-affaibli par les mortifications et les fatigues, il s'y rendit de Rome en passant par Lorette; et deux jours après qu'il y fut arrivé, il fut saisi d'une fièvre violente qui le mit en peu de temps à toute extrémité.

Le saint, qui prévoyait sa mort prochaine, voulut faire sa confession générale, et il reçut ensuite, avec la plus grande dévotion, le saint Viatique et l'Extrême-Onction. Le Crucifix à la main, on l'entendit souvent répéter, plein d'amour et de confiance: « Sang de Jésus répandu pour moi, tu es à moi; je le veux, Seigneur, donnez-le-moi, ce Sang qui est à moi; ne me refusez pas ce qui est à moi »; et imprimant de tendres baisers sur les plaies de son Rédempteur, il répétait: « Sang très-précieux de mon Jésus, tu es à moi, et par toi, et avec toi seulement j'espère mon salut ». Et c'est dans ces sentiments qu'il expira paisiblement.
 


Prière jaculatoire : Père éternel, je vous offre le Sang de Jésus Christ pour le rachat de mes péchés et les besoins de votre Eglise.

Indulgence : Le souverain pontife Pie VII a accordé cent jours d'indulgence à gagner, chaque fois qu'on récitera la prière ci-dessus; c'est ce qui résulte du rescrit déposé aux archives des Pères Passionnistes, à Rome.


EN ESPRIT DE REPARATION

Jésus arrose la croix de son Sang.



PRIÈRE A LA TRES SAINTE VIERGE.


0 Marie, Mère de douleur et d'amour, aidez-moi à comprendre par quel excès d'amour Jésus, votre aimable Fils, a versé pour moi son Sang précieux.

Notre Sauveur est attaché à la Croix : il y a été attaché de la manière la plus cruelle, et cependant ses souffrances ne sont pas terminées. Voilà que les bourreaux élèvent , sans aucune précaution, cette Croix sur laquelle notre adorable Sauveur est suspendu par de larges et douloureuses plaies,' et ils la laissent violemment retomber dans le trou qui avait été creusé pour recevoir la Croix.
Que de sang Jésus dut encore verser dans cette circonstance ! Les plaies de ses pieds et de ses mains sont élargies, agrandies, rendues, par cette violente secousse, plus douloureuses encore qu'elles ne l'étaient. Voyons aussi avec quelle abondance coule ce sang divin pendant les trois heures que Jésus demeure suspendu à l'arbre de la croix, entre le ciel irrité et la terre coupable!
La Croix est teinte de ce Sang précieux ; la terre en est toute rougie : il coule en ce moment de toutes les parties du corps du Sauveur, de ses pieds, de ses mains, de sa tête, car les épines qui forment sa couronne entrent plus avant encore dans son Chef sacré, depuis que Jésus est sur la croix.

Mon Sauveur, pourrais-je bien vous contempler en cet état et demeurer insensible! Que de fois cela m'est arrivé, ô mon divin Rédempteur!
c'est que le péché, l'orgueil, l'amour de moi-même, comme un voile épais, couvraient mes yeux, et m'empêchaient de vous considérer tel que mes crimes et votre amour vous ont rendu.

Faites couler quelques gouttes de votre Sang , ô mon adorable Maître , sur les yeux de mon âme,et ils seront éclaircis, ils seront illuminés, ils verront vos douleurs, ils verront votre amour. Par cette vue, mon cœur sera pénétré du regret de ses fautes, embrasé de votre amour, et il s'attachera à vous, pour ne vous quitter jamais, quelque pénibles que lui semblent les sacrifices que vous exigerez de lui.
 


PRIÈRE.


Père éternel, je vous offre le Sang très-précieux de Jésus-Christ, en expiation de mes péchés, et pour les besoins de la sainte Eglise. (100 jours d'indulgence chaque fois.) 
Doux Cœur de Marie, soyez notre refuge! (300 jours d'indulgence chaque fois.)
  

« Ô Sang très Précieux de vie éternelle, prix et rançon de tout l'univers, breuvage et bain de nos âmes, qui soutenez sans cesse la cause des hommes auprès du trône de la suprême miséricorde ; je vous adore profondément, et je voudrais, autant qu'il est en mon pouvoir, vous dédommager des injures et des outrages que vous recevez sans cesse des hommes, et spécialement de ceux qui ont l'audace et la témérité de blasphémer contre vous. Et qui ne bénirait ce Sang d'une valeur infinie ? Qui ne se sentirait enflammé d'amour envers Jésus qui l'a répandu! Que serais-je moi-même, si je n'avais été racheté par ce Sang divin! Qui l'a tiré des veines de mon Seigneur jusqu'à la dernière goutte ? Ah! Certainement, ce fut l'amour. Ô amour immense qui nous a donné un baume si salutaire! 

Ô baume inestimable, qui a jailli de la source d'un amour immense, ah ! Faites que tous les cœurs, toutes les langues puissent vous louer, vous glorifier et vous remercier, maintenant et toujours, et jusque dans l'éternité. Ainsi soit-il. »
 


Saint Gaspard Del Bufalo (1786-1837)


Revenir en haut Aller en bas
Lumen
Adore Dieu Trinitaire
Adore Dieu Trinitaire


Messages : 1687
Date d'inscription : 19/10/2014

MessageSujet: Re: Juillet : Dévotion Au Précieux Sang de Notre Seigneur Jésus Christ   Jeu 14 Juil - 17:49




Le sang très-précieux de Jésus-Christ nous obtient une sentence favorable au jugement particulier

Quatorzième jour


Oh! combien sont terribles, Seigneur, vos jugements divins! Vous qui avez trouvé des taches dans les anges eux-mêmes, et devant qui les cieux ne sont pas purs; vous qui jugez toute parole oiseuse, hélas! que deviendrai-je, disait le saint homme Job, quand vous viendrez me juger? Et moi, misérable pécheur, que ferai-je?
Ah! je le sais, je le sais, ce que j'ai à faire; sainte Marie-Madeleine de Pazzi m'en instruit: « Je me couvrirai de votre Sang, et je viendrai vous supplier de ne pas regarder mes fautes, mais les mérites de ce Sang sacré. C'est lui qui effacera mes péchés; c'est lui qui demandera miséricorde pour moi, pécheur ». Oh! combien elle est heureuse l'âme qui, teinte de ce Sang, paraîtra devant son juge!
On lui dira: « Quel est celui qui vient d'Edom, revêtu de la pourpre de Bosra »? Elle ne craindra pas ses ennemis; elle se présentera pleine de confiance devant le divin juge; elle verra ses fautes effacées par ce Sang; elle présentera les mérites de ce Sang divin au pied du Trône de Dieu, et en vertu de ces mérites, recevra la sentence de vie éternelle.
Mais malheur à l'âme qui ne sent pas le prix de ce Sang, et ne lui rend pas honneur!
O Dieu! quelle sentence pourra-t-elle attendre, sinon une sentence d'éternelle condamnation?

Vérité terrible, mais indubitable! Cette voix aussi sonore que la voix de la trompette, cette voix du Sang du Rédempteur, qui t'invite maintenant à la pénitence, si tu la méprises et si tu lui fermes l'oreille, elle sera un jour pour toi, songes-y bien, comme le son de la trompette fatale, signal du plus rigoureux des jugements.
Ne vois-tu pas, ô âme révoltée et obstinée dans le péché, que le Sang divin te menace d'un feu éternel!
Oh! purifie-toi avec ce Sang, pendant que le Seigneur te donne le temps de te convertir; ou bien il te faudra bientôt brûler dans le feu éternel.
L'eau et le feu sont les deux éléments qui purifient. Celui qui refuse maintenant de se purifier par les larmes de pénitence, ce bain salutaire qui, uni au Sang très-précieux de Jésus-Christ, lave toutes les taches du péché, tombera dans un feu dévorant.
Ce feu ne pourra jamais le purifier; mais il le tourmentera toute l'éternité avec des flammes ardentes allumées dans le Sang divin, que tant d'hommes sont assez insensés pour mépriser: « Maintenant le Christ est une Eau bienfaisante, dit l'abbé Guerric; il sera alors un Feu qui consume », tout à l'heure, il était une Fontaine ouverte pour l'ablution des péchés, il sera alors une Flamme cruelle, un Feu dévorant jusqu'à la moelle de l’âme. Ici, le bain du Sang; là, la fournaise de feu; que choisis-tu? Ah! disons plutôt avec le même Guerric: « Il vaut mieux, mes frères, et il est plus doux d'être purifié par une fontaine que par le feu. Que l'âme se purifie dans cette fontaine de miséricorde et de grâce, pour ne pas brûler dans un gouffre de feu éternel; qu'elle se plonge dans cette mer du Sang très-précieux de Jésus avec la plus sincère affection du cœur, pour éviter la sentence terrible d'éternelle malédiction. »



Colloque


O Juge très-juste, cher Jésus, vous ne voulez pas la mort du pécheur, mais vous désirez qu'il se convertisse et vive; et dans ce but, vous nous invitez avec tant de miséricorde à la pénitence, vous nous offrez votre Sang très pur pour laver les souillures de notre cœur, et vous vous contentez de quelques larmes d'un cœur contrit et humilié qui s'unissent à ce Sang de salut.

Ah! quelle serait donc notre dureté de résister encore à votre grâce, et de fermer l'oreille à votre voix!
Une pareille dureté ne mériterait-elle pas à juste titre l'éternelle condamnation?
Accordez-moi donc, avant de m'envoyer la mort, la grâce de profiter de vos miséricordes, en me plongeant dans la fontaine de miséricorde, et de me purifier ainsi de toutes mes fautes.
Faites que dans ce Sang je trouve ma consolation à la vie et à la mort; afin que , par ses mérites, j'obtienne de votre divin tribunal une sentence favorable, et que ce Sang ne se convertisse pas pour moi, comme pour les perfides Juifs, en une malédiction éternelle.



Exemple


On raconte dans la vie de saint François Borgia, qu'assistant un malade qui touchait au terme de sa vie et refusait obstinément de se confesser, le saint prit un crucifix et se prosterna à terre , auprès du lit du malade.
Avec des paroles de feu, au nom du Sang tout puissant de Dieu, au nom de l'immense amour que le Rédempteur nous a témoigné sur la croix, il l'exhorta à se réconcilier avec Dieu et à recevoir les saints Sacrements.

Mais comme celui-ci n'en restait pas moins endurci dans l'impiété, on vit un Sang frais s'échapper des plaies de l'image.
Le Seigneur voulait, par ce miracle, l'inviter à la pénitence, et lui offrir, avec une bienveillance inouïe, son Sang pour remède à son obstination:
mais le misérable refusant d'écouter les paroles du saint et l'invitation de Dieu même, on vit l'image détacher une de ses mains de la croix, et la remplissant de Sang, le jeter au visage du pécheur obstiné.

Peu de temps après il mourut désespéré, et ce Sang, miraculeusement échappé du crucifix, ne servit, en punition de son obstination criminelle, qu'à attiser contre lui les flammes dévorantes du feu infernal. (Vie de Saint François Borgia par Nierimber)
 


Prière jaculatoire : Père éternel, je vous offre le Sang de Jésus Christ pour le rachat de mes péchés et les besoins de votre Eglise.

Indulgence : Le souverain pontife Pie VII a accordé cent jours d'indulgence à gagner, chaque fois qu'on récitera la prière ci-dessus; c'est ce qui résulte du rescrit déposé aux archives des Pères Passionnistes, à Rome.



EN ESPRIT DE REPARATION

Jésus répand son Sang jusqu'à la dernière goutte
par la plaie de son sacré coté.






PRIÈRE A LA TRES SAINTE VIERGE.


0 Marie, Mère de douleur et d'amour, aidez-moi à comprendre par quel excès d'amour Jésus, votre aimable Fils, a versé pour moi son Sang précieux.

Jésus vient d'expirer sur la Croix entre deux scélérats, à la suite des plus cruels supplices, des tourments les plus affreux. Il a versé son Sang pour nous. Son Amour cependant n'est pas encore satisfait. Ce divin Sauveur veut le verser jusqu'à la dernière goutte, pour nous montrer qu'il n'a mis aucune réserve, aucune restriction dans le sacrifice qu'il a offert pour notre salut.
Il veut en verser même après sa mort, pour nous témoigner le désir qu'il a de perpétuer ce sacrifice, pour nous apprendre que son amour ne finit pas avec sa vie, que son Amour n'a pas de bornes. Voilà pourquoi Jésus veut que son Cœur divin soit ouvert après sa mort, et qu'il en sorte du Sang et de l'Eau.

Sang précieux, Sang du Cœur de mon Jésus, que votre voix est éloquente ! elle parle à mon cœur d'une manière plus douce et plus persuasive que tous les discours.
Vous m'apprenez que mon Dieu m'aime encore, bien que j'aie causé sa mort, que mon Dieu est disposé à me pardonner toutes mes fautes, puisqu'Il me prépare en vous un bain salutaire, un bain régénérateur, du bain réparateur dans lequel, pourvu que je m'y plonge avec amour et confiance, mes fautes seront effacées, mes péchés réparés.

Comment pourrais-je refuser une semblable faveur! demeurer insensible à tant d'Amour! J'irai avec confiance me plonger dans ce Sang divin, dans ce Sang sorti du cœur de mon Dieu, afin d'apprendre à devenir généreux, d'apprendre à ne jamais compter avec celui qui m'a aimé sans mesure, qui a payé avec surabondance le prix de ma rançon. L'amour ne se paye que par l'amour, le sang que par le sang : aussi ne puis-je espérer l'Amour que Jésus m'a témoigné en versant tout son Sang pour moi qu'en m'efforçant de l'aimer, qu'en étant, sinon dans le désir, au moins dans la disposition de verser mon sang pour son amour.
 


PRIÈRE.


Père éternel, je vous offre le Sang très-précieux de Jésus-Christ, en expiation de mes péchés, et pour les besoins de la sainte Eglise. (100 jours d'indulgence chaque fois.) 
Doux Cœur de Marie, soyez notre refuge! (300 jours d'indulgence chaque fois.)
  

« Ô Sang très Précieux de vie éternelle, prix et rançon de tout l'univers, breuvage et bain de nos âmes, qui soutenez sans cesse la cause des hommes auprès du trône de la suprême miséricorde ; je vous adore profondément, et je voudrais, autant qu'il est en mon pouvoir, vous dédommager des injures et des outrages que vous recevez sans cesse des hommes, et spécialement de ceux qui ont l'audace et la témérité de blasphémer contre vous. Et qui ne bénirait ce Sang d'une valeur infinie ? Qui ne se sentirait enflammé d'amour envers Jésus qui l'a répandu! Que serais-je moi-même, si je n'avais été racheté  par ce Sang divin! Qui l'a tiré des veines de mon Seigneur jusqu'à la dernière goutte ? Ah! Certainement, ce fut l'amour. Ô amour immense qui nous a donné un baume si salutaire!


Ô baume inestimable, qui a jailli de la source d'un amour immense, ah ! Faites que tous les cœurs, toutes les langues puissent vous louer, vous glorifier et vous remercier, maintenant et toujours, et jusque dans l'éternité. Ainsi soit-il. »



Saint Gaspard Del Bufalo (1786-1837)



_________________

Quand je dis Dieu c'est un poème, c'est une étoile dans ma vie, 
du feu qui coule dans mes veines, un grand soleil pour aujourd'hui !
Revenir en haut Aller en bas
Lumen
Adore Dieu Trinitaire
Adore Dieu Trinitaire


Messages : 1687
Date d'inscription : 19/10/2014

MessageSujet: Re: Juillet : Dévotion Au Précieux Sang de Notre Seigneur Jésus Christ   Ven 15 Juil - 21:34




Quinzième jour

Le sang de Jésus-Christ, soulagement des âmes du Purgatoire


Considère, mon âme, qu'on ne peut entrer dans le paradis, à moins d'être parfaitement purifié de la moindre tache, et qu'auprès avoir pleinement satisfait à la divine justice; rien de souillé ne pouvant entrer dans la bienheureuse Sion. C'est pour cela que Dieu, juste juge, retient dans le purgatoire les âmes qui ont quitté ce monde imparfaitement purifiées, afin de les admettre après leur purification dans le séjour éternel. Et comme, dans sa tendresse paternelle , il ne peut souffrir que ces âmes bénies vivent long-temps loin de lui, le désir de les voir bientôt délivrées de leurs peines l'a engagé à remettre en nos mains le prix de leur délivrance.
Et quel est ce prix? c'est le Sang très-précieux de son divin Fils unique. Oh! quelle consolation, quel rafraîchissement procure aux âmes ce Sang bienfaisant! Il éteint leurs flammes, brise leurs chaînes, ouvre le cachot de tortures où elles sont enfermées. Se tournant vers le Seigneur, ces âmes peuvent à juste titre répéter: « Tu autem in sanguine testamenti tui emisisti vinctos tuos de lacu in quo non est aqua » (Zacharie 9, 11). Avec votre Sang efficace, délivrez-nous, Seigneur, du lac de nos misères, et des peines amères que nous souffrons dans le purgatoire.

Le Sang de la Rédemption peut s'appliquer aux âmes du Purgatoire de plusieurs manières, mais combien il leur est efficace, quand on l'applique par le moyen du sacrifice non sanglant de l'autel!
Oh! combien de ces âmes sortent par lui de leur prison! oh! combien d'Anges descendent pour éteindre ce feu ardent, quand on offre pour elles à la divine Majesté ce Sang adorable sur les saints autels!
Oh! combien les malheureuses attendent impatiemment le moment où est versé sur leurs flammes ce Sang précieux, le plus consolant des rafraîchissements! Quel est celui qui refusera de penser à elles, quand nous avons à notre disposition le moyen de les délivrer de leurs peines? qui sera assez dur pour fermer l'oreille à leurs voix, pour fermer ses entrailles à leurs besoins?  « Levez-vous, vous dirai-je avec saint Bernard, levez-vous, secourez-les! »
Et comment? En leur appliquant le saint sacrifice, en offrant pour elles à la majesté du Père le sang immaculé du divin Agneau: Conjurez par vos gémissement, intercédez par vos prières, satisfaites par le sacrifice unique, comme nous y exhorte en leur faveur le même saint. Oh! combien de fois le Seigneur a fait voir, et d'une manière sensible, que ces âmes s'envolent au ciel à l'instant même où s'offre pour elles ce très-précieux sang! Ayez donc à cœur la délivrance de ces âmes! Et si par vous elles prennent possession de la gloire, elles n'oublieront jamais d'intercéder près du trône de miséricorde et de grâce pour les âmes qui furent leurs bienfaitrices.



Colloque


Très-aimable Jésus, rappelez-vous que si vous êtes juge, vous êtes aussi père et époux de ces filles de Sion que, dans les profondeurs du Purgatoire, vous livrez, pour leur purification, aux ardeurs d'un feu dévorant; acceptez donc les mérites de votre sang répandu aussi pour elles, et que nous offrons devant le trône de votre Majesté pour leur rafraîchissement!

Délivrez-les par ce sang divin de leurs peines cruelles. Une seule goûte de ce sang suffit pour éteindre toutes leurs ardeurs, et nous, nous vous l'offrons tout entier pour elles. Faites que la rédemption soit abondante; délivrez-les toutes de cette prison; toutes appelez-les au ciel; toutes couronnez-les de gloire, afin qu'elles aussi, elles viennent aujourd'hui chanter au ciel ce cantique d'allégresse et de joie, répétant dans les splendeurs de l'éternelle lumière: « Seigneur, vous nous avez rachetés avec votre sang », et ne cessent de vous louer et de vous aimer pendant toute une éternité bienheureuse.



Exemple


Le bienheureux Henri Suso, dominicain, étudiant à Cologne, convint avec un religieux de son ordre qu'à la mort de l'un d'eux, le survivant dirait, à moins d'impossibilité, pour l'âme du défunt, le lundi la messe des Morts, et le vendredi celle de la Passion. Le saint ayant appris la mort de son ami lit pour lui beaucoup d'oraisons, et d'autres œuvres de piété, mais ne célébra pas la messe. Et un jour le défunt lui apparut, lui reprochant d'avoir manqué à sa promesse, oubli qui le retenait dans les peines du purgatoire. Henri lui répondit qu'il n'avait jamais cessé de le recommander au Seigneur; mais le défunt reprit: « C'est du sang, du sang que je demande: où sont les messes que tu m'as promises et qui nous sont si précieuses? » Alors le bienheureux avoua son oubli, et ayant offert les sacrifices promis délivra son ami du purgatoire. 


Prière jaculatoire : Père éternel, je vous offre le Sang de Jésus Christ pour le rachat de mes péchés et les besoins de votre Eglise.

Indulgence : Le souverain pontife Pie VII a accordé cent jours d'indulgence à gagner, chaque fois qu'on récitera la prière ci-dessus; c'est ce qui résulte du rescrit déposé aux archives des Pères Passionnistes, à Rome.


EN ESPRIT DE RÉPARATION

Jésus est remis ensanglanté entre les bras" de sa divine Mère.





PRIÈRE A LA TRES SAINTE VIERGE.


0 Marie, Mère de douleur et d'amour, aidez-moi à comprendre par quel excès d'amour Jésus, votre aimable Fils, a versé pour moi son Sang précieux.

Après que Jésus eut versé jusqu'à la dernière goutte de son Sang, il fut déposé de la croix et remis entre les bras de son auguste Mère. C'est en ce moment surtout qu'il fut donné à Marie de considérer, de contempler et de comprendre jusqu'à quel point avaient été la barbarie, la cruauté des hommes envers son divin Fils, et l'amour de Jésus pour ces mêmes hommes! Avec quel respect cette auguste Vierge baise les plaies de son Fils ! avec quel amour elle adore le Sang de son Dieu répandu sur ces mêmes plaies!
Marie, donnez-nous part aux sentiments qui remplissaient votre coeur; faites-nous comprendre, comme vous le comprîtes si bien, et la grandeur du péché, et l'amour de Jésus, et le prix, la vertu de son Sang.

Si nous comprenions le prix du Sang de Jésus, que notre conduite serait différente de ce qu'elle est! Comme nous savons qu'il a versé ce Sang pour nous racheter, notre confiance serait immense, elle serait sans bornes ; jamais nous ne douterions de notre salut, puisque ce Sang suffit pour racheter des milliers de mondes. Ce qu'il faut seulement, c'est que nous nous efforcions de nous appliquer les mérites de ce Sang précieux. Si nous pensions plus souvent à sa vertu, nous irions nous y plonger, nous y laver, dès que nous avons commis quelque faute ; nous irions nous y plonger pour nous fortifier, pour y trouver le courage de résister au monde, au démon, de nous vaincre nous-mêmes.

Au lieu de venir à ces sources de vie, aux plaies du Sauveur, nous restons dans la lâcheté, l'indifférence, le découragement; nous gémissons parfois sur nos fautes, mais nous gémissons loin de Jésus. Aussi nos larmes sont le plus souvent des larmes stériles, tandis que, mêlées au Sang de notre Sauveur, elles deviendraient des larmes purificatrices, des larmes qui nous laveraient de nos souillures, de nos iniquités.
Jésus est descendu de la croix, il est là déposé entre les bras de sa Mère, afin que nous puissions approcher de Lui. Approchons donc avec confiance; Marie, bien loin de nous repousser, nous aidera à obtenir grâce.
 


PRIÈRE.


Père éternel, je vous offre le Sang très-précieux de Jésus-Christ, en expiation de mes péchés, et pour les besoins de la sainte Eglise. (100 jours d'indulgence chaque fois.) 
Doux Cœur de Marie, soyez notre refuge! (300 jours d'indulgence chaque fois.)
  

« Ô Sang très Précieux de vie éternelle, prix et rançon de tout l'univers, breuvage et bain de nos âmes, qui soutenez sans cesse la cause des hommes auprès du trône de la suprême miséricorde ; je vous adore profondément, et je voudrais, autant qu'il est en mon pouvoir, vous dédommager des injures et des outrages que vous recevez sans cesse des hommes, et spécialement de ceux qui ont l'audace et la témérité de blasphémer contre vous. Et qui ne bénirait ce Sang d'une valeur infinie ? Qui ne se sentirait enflammé d'amour envers Jésus qui l'a répandu! Que serais-je moi-même, si je n'avais été racheté  par ce Sang divin! Qui l'a tiré des veines de mon Seigneur jusqu'à la dernière goutte ? Ah! Certainement, ce fut l'amour. Ô amour immense qui nous a donné un baume si salutaire!

Ô baume inestimable, qui a jailli de la source d'un amour immense, ah ! Faites que tous les cœurs, toutes les langues puissent vous louer, vous glorifier et vous remercier, maintenant et toujours, et jusque dans l'éternité. Ainsi soit-il. »



Saint Gaspard Del Bufalo (1786-1837)



_________________

Quand je dis Dieu c'est un poème, c'est une étoile dans ma vie, 
du feu qui coule dans mes veines, un grand soleil pour aujourd'hui !
Revenir en haut Aller en bas
Lumen
Adore Dieu Trinitaire
Adore Dieu Trinitaire


Messages : 1687
Date d'inscription : 19/10/2014

MessageSujet: Re: Juillet : Dévotion Au Précieux Sang de Notre Seigneur Jésus Christ   Sam 16 Juil - 15:03




Seizième jour

Le sang très-précieux de Jésus-Christ nous ouvre l'entrée du paradis


Le péché avait fermé l'entrée de la béatitude éternelle, et le genre humain gémissait dans les ombres de la mort et au milieu des plus épaisses ténèbres, misérablement condamné à l'enfer, lorsque pour ouvrir les portes bienheureuses fermées par le péché, le Fils de Dieu descendit du ciel sur la terre, se revêtit de notre chair, se fit humble et petit et se sacrifia sur la Croix.
Par là il voulut, dit saint Paul, que, remplis de confiance dans le Sang du Christ, nous pussions marcher dans cette voie nouvelle et vivante par le voile, c'est-à-dire par sa Chair. Il nous a ouvert avec son Sang l'entrée du Royaume bienheureux:
pour y entrer, il faut d'abord passer par la mer de la Miséricorde, qui est ce Sang de salut éternel; et de même que les Israélites, pour entrer dans la terre promise, devaient passer par la mer Rouge, ainsi celui qui veut pénétrer dans la céleste Jérusalem doit se plonger d'abord dans la mer immense du Sang sacré de Jésus-Christ.
L'âme qui, dans le cours de sa vie, s'est continuellement purifiée dans ce Sang innocent, l'a fréquemment offert au Père divin, s'en est souvent alimentée dans la très-sainte communion, en a été pénétrée par la participation aux autres Sacrements, arrivera sûrement par cette mer de miséricorde au port du salut éternel. Et quel est celui qui n'en voudra pas profiter?

Un autre motif de consolation qui doit faire naître en nos cœurs la confiance la plus vive d'avoir un jour entrée au paradis, grâce à ce Sang divin, est tiré du docteur saint Augustin. Après avoir appelé le Sang de Jésus-Christ le gage de son amour et de notre salut, il ajoute des paroles bien propres à enflammer tous les cœurs par une glorieuse espérance, fondée sur le Sang du Rédempteur:
Noli dicere: in coelo non ero; tenemus sanguinem Christi. Si quod plus est tenemus, quod minus est speramus »; Ne vous laissez jamais aller à cette pensée, que vous ne serez pas admis à l'éternelle félicité; car le Sang du Christ est plus que la gloire du paradis. Si donc nous avons la possession du bien le plus précieux, qui est le Sang du Sauveur, nous devons espérer obtenir un moindre bien, qui est la béatitude éternelle.
Oh! paroles consolantes! Je ne sais pas si on peut présenter un motif plus puissant de consolation à une a me inquiète et timide, qu'agiterait l'incertitude de son salut. Vous avez entre vos mains le Sang très-précieux de Jésus-Christ, dit le saint docteur; soyez donc sans crainte, la gloire céleste vous attend. Si Dieu vous a donné le don le plus grand, pourquoi craindriez-vous qu'il vous refusât un don moins grand? Ah! ravivez, ravivez en vous, âmes dévouées au Sang précieux de Jésus, la plus forte espérance de votre salut éternel.



Colloque


Quelle joie m'inonde le cœur, aimable Jésus, à ces douces pensées, et quelle vive confiance de salut conçoit mon âme à votre vue, ô mon Jésus crucifié! car je vois de ces plaies sacrées couler le prix de mon salut, et cet or inestimable qui me permet d'acheter le paradis.

Oui, je l'espère, et je veux le recevoir de vous par les mérites de ce Sang précieux, qui non-seulement est le gage de votre amour, mais encore mon rachat et ma rédemption. En vertu de ce Sang très-précieux, je surmonterai les obstacles que présente la voie du Salut, je vaincrai les tentations, je dompterai les passions, et j'obtiendrai la grâce de persévérer dans le bien jusqu'à la mort.

Cette espérance, ô mon Dieu, faites qu'elle soit inébranlable, qu'elle tienne mon âme bien affermie dans votre divin service et dans votre saint Amour jusqu'au dernier souffe de ma vie; et à travers les flots orageux de cette mer perfide du monde, faites que je ne fasse pas naufrage, mais que, plein d'espérance et de bonnes œuvres, j'arrive, moyennant la force et l'efficacité de votre Grâce, que j'implore par ce Sang, au port du salut éternel.



Exemple


Le Seigneur consola un jour sainte Mathilde qui le suppliait d'accorder un heureux passage à une personne pieuse, en lui disant: « Quel est le pilote qui, après avoir conduit jusqu'au port un navire chargé de marchandises, jetterait la cargaison à la mer au moment de l'arrivée?

Oh! comment pouvez-vous douter qu'ayant toujours protégé cette âme pendant tout le cours de sa vie, maintenant qu'au terme de ses jours elle est parvenue au port, je songe à l'abandonner? » Ainsi celui qui a toujours navigué dans cette immense mer du Sang précieux, ne pourra pas être privé à la fin de cette vie, du fruit inestimable de ce même Sang, qui est la Vie éternelle.
 


Prière jaculatoire : Père éternel, je vous offre le Sang de Jésus Christ pour le rachat de mes péchés et les besoins de votre Eglise.

Indulgence : Le souverain pontife Pie VII a accordé cent jours d'indulgence à gagner, chaque fois qu'on récitera la prière ci-dessus; c'est ce qui résulte du rescrit déposé aux archives des Pères Passionnistes, à Rome.


EN ESPRIT DE RÉPARATION

La Sang de Jésus nous est appliqué surtout dans les sacrements.





PRIÈRE A LA TRES SAINTE VIERGE.


0 Marie, Mère de douleur et d'amour, aidez-moi à comprendre par quel excès d'amour Jésus, votre aimable Fils, a versé pour moi son Sang précieux.

Après avoir contemplé les circonstances où Jésus a versé son Sang pour nous et recueilli les enseignements qu'il nous donne, nous allons considérer les fruits que nous pouvons retirer de ce Sang divin et la manière de nous en appliquer les mérites..

Il nous servirait peu de savoir en général que Jésus a versé son Sang pour notre salut, qu'il désire nous en appliquer les fruits et les mérites, si nous ne nous efforcions de prendre les moyens que Dieu a mis pour cela à notre disposition : ces moyens bien faciles sont à notre portée, mais nous négligeons trop souvent d'en profiter. Les sacrements sont les principaux canaux par lesquels le Sang de Jésus roule sur nous. Si nous nous approchons des Sacrements avec les dispositions nécessaires, si nous les recevons avec ferveur, nous participerons avec une grande abondance aux mérites du Sang de Notre-Seigneur Jésus-Christ.

Qui peut donc nous empêcher de nous appliquer ce Sang précieux? Ne pourrait-on pas croire que c'est la facilité même des moyens que Dieu a mis pour cela à notre disposition? L’homme est ainsi fait, qu'il estime moins ce qu'il peut avoir plus facilement qu'il s'habitue aux choses qui sont à son usage : efforçons-nous de nous élever au-dessus de cette inconstance de notre nature. Les saints ne pensaient pas ainsi, n'agissaient pas ainsi; ils creusaient dans cette mine profonde des exemples de Jésus, sans jamais se lasser; ils s'enivraient de son Sang, sans jamais se désaltérer.
Plus ils étudiaient Jésus, plus ils désiraient le connaître ; plus ils le connaissaient, plus ils L'aimaient, et plus ils désiraient s'unir à Lui, Le posséder.

Que sont toutes les choses de la terre auprès de Jésus? rien, moins que rien, et cependant chaque jour nous les préférons à Jésus, nous les mettons au-dessus de Jésus; n'agissons plus ainsi : désormais méprisons tout ce qui n'est pas Jésus, tout ce qui ne nous porte pas à Jésus.
 


PRIÈRE.


Père éternel, je vous offre le Sang très-précieux de Jésus-Christ, en expiation de mes péchés, et pour les besoins de la sainte Eglise. (100 jours d'indulgence chaque fois.) 
Doux Cœur de Marie, soyez notre refuge! (300 jours d'indulgence chaque fois.)
  

« Ô Sang très Précieux de vie éternelle, prix et rançon de tout l'univers, breuvage et bain de nos âmes, qui soutenez sans cesse la cause des hommes auprès du trône de la suprême miséricorde ; je vous adore profondément, et je voudrais, autant qu'il est en mon pouvoir, vous dédommager des injures et des outrages que vous recevez sans cesse des hommes, et spécialement de ceux qui ont l'audace et la témérité de blasphémer contre vous. Et qui ne bénirait ce Sang d'une valeur infinie ? Qui ne se sentirait enflammé d'amour envers Jésus qui l'a répandu! Que serais-je moi-même, si je n'avais été racheté  par ce Sang divin! Qui l'a tiré des veines de mon Seigneur jusqu'à la dernière goutte ? Ah! Certainement, ce fut l'amour. Ô amour immense qui nous a donné un baume si salutaire!

Ô baume inestimable, qui a jailli de la source d'un amour immense, ah ! Faites que tous les cœurs, toutes les langues puissent vous louer, vous glorifier et vous remercier, maintenant et toujours, et jusque dans l'éternité. Ainsi soit-il. »



Saint Gaspard Del Bufalo (1786-1837)



_________________

Quand je dis Dieu c'est un poème, c'est une étoile dans ma vie, 
du feu qui coule dans mes veines, un grand soleil pour aujourd'hui !
Revenir en haut Aller en bas
Lumen
Adore Dieu Trinitaire
Adore Dieu Trinitaire


Messages : 1687
Date d'inscription : 19/10/2014

MessageSujet: Re: Juillet : Dévotion Au Précieux Sang de Notre Seigneur Jésus Christ   Dim 17 Juil - 17:41




Dix-septième jour

Le Sang très-précieux de Jésus-Christ nous donne la vie éternelle perdue par le péché


Dieu avait menacé Adam de la mort, s'il goûtait jamais le fruit défendu de l'arbre de la science du bien et du mal. Mais lui, tenté par Eve, le mangea, transgressa le commandement du Seigneur, et encourut la loi de mort dont l'avait menacé la colère de Dieu.
Outre cette mort apportée dans le monde par le péché originel, le péché actuel l'apporte encore tous les jours dans le monde, quand il est grave et mortel: la solde du péché c'est la mort; et on l'appelle mortel, parce qu'il apporte avec lui la mort spirituelle et éternelle.
Si le Sang de Jésus-Christ ne nous délivrait de cette double mort, s'il ne nous donnait de nouveau la vie perdue par le péché, nous gémirions dans les ombres de la mort, et, devenus fils de la colère, en butte au feu éternel, nous serions exclus pour toujours de la céleste béatitude.
Jésus, cher Jésus, combien nous vous devons de gratitude! Avec l'effusion de votre Sang sacré, vous nous avez apporté la vie, et une vie surabondante, en nous donnant à la fois la vie spirituelle et la vie éternelle. Vous avez bien raison de dire: « Je suis venu pour qu'ils aient la vie, et pour qu'ils l'aient plus abondante ».

Que dirait-on, selon la réflexion de saint Bernard, si on voyait le fils du roi donner son Sang pour délivrer un esclave condamné à mort, et mourir à sa place? Qui n'admirerait pas cette condescendance inouïe?
Mais n'est-ce pas une plus grande merveille encore, ô mon âme! de voir Jésus mourir sanglant sur une croix pour nous délivrer, nous misérables pécheurs, de la mort que nous avons méritée, et répandre ce Sang d'une valeur infinie, qui vivifie et donne la bienheureuse immortalité?
et c'est pourquoi tous les jours il est appliqué à nos âmes par la participation des saints Sacrements et par l'offrande à la majesté divine sur l'autel sacré, afin que, par le moyen de ce Sang, l'entrée de la Vie éternelle nous soit ouverte, et que nous vivions perpétuellement dans le ciel.
Voilà quelle est notre confiance; voilà l'espérance de nos cœurs: « Habentes itaque, dit l'apôtre, fratres, fiduciam in introitu sanctorum per sanguinem Christi ».
Quel a été jusqu'ici notre désir de posséder cette vie éternelle, que le sang de Jésus-Christ a méritée?
Comment avons-nous dirigé les affections de notre cœur?
Oh! combien de fois, oublieux de cette éternité, avons nous cherché une félicité terrestre, et avons nous placé nos affections dans les vanités de la terre, dans les biens fragiles et caducs, qui n'apportent avec eux qu'une mort éternelle?
Oublieux de la céleste patrie, nous avons aimé l'exil; oublieux de la félicité éternelle, nous avons aimé la terre; et combien de fois avons nous préféré la satisfaction d'une brutale passion à ces biens éternels et parfaits, qu'avec son Sang Jésus nous a préparés dans le ciel!



Colloque


Oh! combien a été grande votre ineffable Charité envers nous misérables pécheurs, qui, morts à la grâce, ne pouvions attendre qu'une mort éternelle!
Pour nous, Vous vous sacrifiez sur une croix, et avec votre mort vous nous avez donné la vie. Cette vie, je l'ai perdue toutes les fois que j'ai gravement péché; et vous, par les mérites du Sang très-précieux, vous avez daigné me la rendre; mais que deviendrai-je, si je vous offense de nouveau ?

Ah! mon Jésus, puissé-je mourir plutôt que de perdre le trésor de votre grâce, et Cette vie immortelle que vous m'avez acquise au prix de votre Sang!
Ah! puissé-je, moi aussi, donner pour vous mon sang et ma vie, comme ont fait tant d'âmes chéries de vous, qui pour vous répandirent leur propre sang!
Et que vous donnerais-je, si je vous donnais tout le sang de mes veines, en échange de celui que votre Amour infini a répandu pour moi?
Ah! puisque je ne puis vous donner le sang de mon corps, je vous donne le sang de tout mon cœur.
Ce cœur, je vous le donne avec ses douleurs et son repentir; je vous le donne, mon Jésus, je vous le consacre, certain que vous ne le rejetterez pas; et par les mérites de votre Sang, faites que je ne perde plus la vie de la grâce que vous me donnez, pour posséder dans l'éternité cette vie de gloire, que vous m'avez méritée avec l'effusion de votre sacré Sang.



Exemple


Considérez sur le Calvaire le bon larron converti. Voilà un grand pécheur qui, au jour de la grande effusion du Sang très précieux de Jésus-Christ, obtint la vie de la grâce et de la gloire, et mérita, ce jour même, le paradis par l'efficacité de ce Sang divin.

Voyant Jésus répandre son sang avec tant de patience et tant d'amour, il sentit son cœur rempli de componction, eut recours à Jésus, se fia aux mérites efficaces de ce sang de vie éternelle, et il entendit ces douces et consolantes paroles: « Aujourd'hui, tu seras avec moi dans la maison du Père ». Aussi, le Seigneur a-t-il dit à sainte Mathilde: « C'est moi qui ai adouci la colère de mon Père céleste, et avec mon sang j'ai réconcilié l'homme avec Dieu »; et il dit à sainte Madeleine de Pazzi: « Ce sang lie les mains à ma justice; car elle n'est plus libre en quelque sorte, et ne peut punir le monde de ses péchés, comme elle le faisait, quand elle n'entendait pas la voix de ce Sang qui n'avait pas encore été versé ».
 


Prière jaculatoire : Père éternel, je vous offre le Sang de Jésus Christ pour le rachat de mes péchés et les besoins de votre Eglise.

Indulgence : Le souverain pontife Pie VII a accordé cent jours d'indulgence à gagner, chaque fois qu'on récitera la prière ci-dessus; c'est ce qui résulte du rescrit déposé aux archives des Pères Passionnistes, à Rome.


EN ESPRIT DE RÉPARATION

Le Sang de Jésus nous ouvre le ciel.





PRIÈRE A LA TRES SAINTE VIERGE.


0 Marie, Mère de douleur et d'amour, aidez-moi à comprendre par quel excès d'amour Jésus, votre aimable Fils, a versé pour moi son Sang précieux.

C'est par l'effusion de son Sang que Jésus nous a mérité et nous a obtenu toutes les grâces qui nous sont nécessaires pour être sauvés, pour parvenir au ciel. La première de ces grâces est notre vocation au christianisme. Sans cette première grâce, sans ce premier bienfait que Dieu nous a accordé d'une manière toute gratuite et sans que nous ayons rien fait pour le mériter, nous n'aurions eu aucune part aux autres grâces, à ces innombrables faveurs, qui sont chaque jour à notre disposition.

Cependant c'est à peine si nous songeons à remercier Dieu d'une faveur si élevée.
Que d'âmes auxquelles Dieu ne l'a pas accordée, et qui en eussent mieux profité que nous !
Que d'hommes qui ne connaîtront jamais Dieu, qui ne sauront jamais ce que Jésus a fait, ce qu'il a souffert pour nous !
Quelle devrait être notre reconnaissance envers Dieu pour nous avoir appelés à la connaissance de la vérité! Cette connaissance nous oblige à être fidèles à Dieu.

Dieu nous demandera un jour un compte sévère et rigoureux de toutes ces grâces que Jésus-Christ a achetées pour nous, au prix de son Sang. La légèreté de notre esprit est si grande, que nous ne réfléchissons presque jamais aux bienfaits dont Dieu ne cesse de nous combler, et nous croyons presque lui faire une grâce lorsque nous consentons à en profiter. Ce n'est pas ainsi qu'il faut agir.
Prenons une ferme résolution de reconnaître enfin la bonté de Dieu à notre égard et notre ingratitude envers lui. Prenons une sincère et généreuse résolution de réparer nos fautes,, de réparer le mépris que nous avons fait du Sang de Jésus-Christ, en ne profitant pas de toutes les grâces, fruits de ce Sang précieux, qui sont à notre disposition.
 


PRIÈRE.


Père éternel, je vous offre le Sang très-précieux de Jésus-Christ, en expiation de mes péchés, et pour les besoins de la sainte Eglise. (100 jours d'indulgence chaque fois.) 
Doux Cœur de Marie, soyez notre refuge! (300 jours d'indulgence chaque fois.)
  

« Ô Sang très Précieux de vie éternelle, prix et rançon de tout l'univers, breuvage et bain de nos âmes, qui soutenez sans cesse la cause des hommes auprès du trône de la suprême miséricorde ; je vous adore profondément, et je voudrais, autant qu'il est en mon pouvoir, vous dédommager des injures et des outrages que vous recevez sans cesse des hommes, et spécialement de ceux qui ont l'audace et la témérité de blasphémer contre vous. Et qui ne bénirait ce Sang d'une valeur infinie ? Qui ne se sentirait enflammé d'amour envers Jésus qui l'a répandu! Que serais-je moi-même, si je n'avais été racheté  par ce Sang divin! Qui l'a tiré des veines de mon Seigneur jusqu'à la dernière goutte ? Ah! Certainement, ce fut l'amour. Ô amour immense qui nous a donné un baume si salutaire!

Ô baume inestimable, qui a jailli de la source d'un amour immense, ah ! Faites que tous les cœurs, toutes les langues puissent vous louer, vous glorifier et vous remercier, maintenant et toujours, et jusque dans l'éternité. Ainsi soit-il. »



Saint Gaspard Del Bufalo (1786-1837)



_________________

Quand je dis Dieu c'est un poème, c'est une étoile dans ma vie, 
du feu qui coule dans mes veines, un grand soleil pour aujourd'hui !
Revenir en haut Aller en bas
Lumen
Adore Dieu Trinitaire
Adore Dieu Trinitaire


Messages : 1687
Date d'inscription : 19/10/2014

MessageSujet: Re: Juillet : Dévotion Au Précieux Sang de Notre Seigneur Jésus Christ   Lun 18 Juil - 14:16




Dix-huitième jour

Le sang très-précieux de Jésus-Christ remplit l'âme de douceur et de paix


Le prophète Isaïe avait depuis longtemps prédit que dans la plénitude des temps les âmes puiseraient avec joie les eaux suaves et douces que répandent les fontaines du Sauveur. Et quelles sont ces eaux suaves et douces, sinon les célestes consolations qu'on reçoit par les mérites du Sang très-précieux du Rédempteur, qui se répand par autant de fontaines qu'il y a de Plaies sacrées?
Oh! avant-goût du paradis qu'éprouvent tous les jours ces âmes qui professent une sincère et constante dévotion à ce très-précieux Sang!
L'âme dévouée à ce Sang adorable se console et par ce qu'elle possède déjà, et par ce qu'elle espère: ce qu'elle possède, c'est le trésor inappréciable de la grâce sanctifiante acquise moyennant l'effusion de ce Sang de valeur infinie dans la participation des très-Saints Sacrements.

Il n'y a pas de paroles pour décrire la tranquillité d'âme et la douceur d'esprit que le Seigneur répand dans celui qui est dévoué à ce Sang divin; celui-là seul peut le dire qui l'a goûté: « C'est un perpétuel festin ». Les Anges et la Reine des Anges, la Très-Sainte Vierge, et la Très-Sainte Trinité, regardent cette âme avec un œil d'amour.
Oh! quelle paix! oh! quelle sérénité de conscience! Elle se figure déjà goûter sur la terre les délices du paradis: « Bona conscientia non solim sufficit ad solatium, sed etiam ad coronam », nous assure saint Jean Chrysostôme.
Si quelquefois Dieu éprouve encore cette âme au creuset de la tribulation, s'il suspend ses délices, c'est pour lui faire acquérir plus de mérites, et elle se sent en paix au milieu même de l'amertume et de la désolation, en se résignant à la volonté de Dieu. Tout cela est l'effet de ce Sang très-précieux.

Mais l'âme trouve sa consolation dans ce Sang, non-seulement par ce qu'elle possède, mais plus encore par ce qu'elle espère; elle en espère tout dans ses prières. Telle est en effet son efficacité, que tout peut s'obtenir en son nom, et que nos prières ne pourraient rien obtenir si elles n'étaient pas accompagnées de ce Sang de propitiation et de grâce.
Le bienheureux Simon de Cascia nous dit que c'est la sueur de Sang répandue par Jésus dans le jardin qui donne l'efficacité à nos prières auprès de Dieu. Si l'âme est tentée, elle sort victorieuse du combat, parce que couverte et armée de ce Sang, elle met en fuite les démons; si elle est dans l'affliction, elle espère la consolation; dans les fatigues, le repos; dans les périls, le salut; au moment de la mort, la gloire.
Elle connaît bien le trésor qu'elle possède; elle y voit le gage et les arrhes du paradis.
Oh! que ces richesses sont inestimables! on peut dire à l'âme dévouée à ce Sang ce que saint Jérôme disait à la vierge sainte Eustochie: « Vous êtes munie d'un or sans prix ».
Et, en effet, saint Ambroise appelle ainsi le Sang très-précieux de Jésus-Christ. Quel est donc celui qui ne voudra pas s'en enrichir? Ne serait-ce pas le comble de la folie, que d'être auprès d'une mine d'or, où l'on serait libre de puiser à volonté, et de préférer gémir dans sa pauvreté? Ah! n'y a-t-il pas folie mille fois plus dans une âme qui néglige une pareille dévotion, et se prive des délices célestes que verse au fond des coeurs ce baume salutaire!



Colloque


Je comprends maintenant, mon Jésus, ce qui fait mes angoisses et mes misères. Jusqu'ici j'ai peu apprécié votre Sang, j'ai vécu dans la tiédeur, et j'ai montré peu d'empressement à le mettre à profit.

Ah! que n'aurais-je pas obtenu si, avec une foi vive et une charité ardente, je l'avais souvent offert au pied de votre trône?
si, avec un profond sentiment de piété et de respect, je l'avais adoré? si, dans de convenables dispositions, je m'étais approché des Très-Saints Sacrements, qui sont les fontaines où nous le puisons?

Mais il n'en sera pas ainsi pour l'avenir; dès aujourd'hui je veux professer la plus fervente dévotion à ce Sang de Vie éternelle: il fera les délices de mon cœur, le but de tous mes désirs, l'objet de toutes mes affections; et après avoir trouvé dans votre Sang ma consolation, ma paix et ma tranquillité pendant cette vie, j'espère trouver par lui une gloire éternelle dans le ciel.



Exemple


On raconte de sainte Thérèse, qu'ayant un jour le Très-Saint Sacrement dans la bouche, il lui sembla que son visage et sa personne tout entière étaient inondés d'un sang aussi chaud que s'il fût sorti à l'instant des veines qui le contenaient: en même temps la sainte éprouva une délicieuse consolation; et le Seigneur lui dit:
« Je veux que mon Sang te rende heureuse et confiante en ma miséricorde qui ne te manquera jamais; je l'ai répandu avec douleur, et tu le possèdes avec délices ».
Et en effet, à mon Rédempteur, il a coûté le prix immense d'une douloureuse effusion; à moi, il ne coûte presque aucune peine et me procure au contraire la joie et les délices du cœur.
 


Prière jaculatoire : Père éternel, je vous offre le Sang de Jésus Christ pour le rachat de mes péchés et les besoins de votre Eglise.

Indulgence : Le souverain pontife Pie VII a accordé cent jours d'indulgence à gagner, chaque fois qu'on récitera la prière ci-dessus; c'est ce qui résulte du rescrit déposé aux archives des Pères Passionnistes, à Rome.


EN ESPRIT DE RÉPARATION

Le Sang de Jésus nous est appliqué dans le Saint Baptême.





PRIÈRE A LA TRES SAINTE VIERGE.


0 Marie, Mère de douleur et d'amour, aidez-moi à comprendre par quel excès d'amour Jésus, votre aimable Fils, a versé pour moi son Sang précieux.

Nous naissons tous coupables de la faute de notre premier père, souillés de la tache originelle, enfants du démon. Mais, ô bonté touchante, ô condescendance admirable de notre Dieu, de notre Sauveur !
Il nous a préparé dans son Sang un bain salutaire où nous pouvons être purifiés, avant même d'avoir l'usage de notre raison. Il a mis à notre disposition des trésors suffisants pour que nous puissions être rachetés de l'esclavage du démon, avant même que nous ayons pu comprendre ce que cette servitude a d'odieux et de pénible.

Dans le saint baptême les mérites du Sang précieux de Jésus-Christ nous sont appliqués : de pécheurs nous devenons justes; d'esclaves du démon que nous étions, nous devenons Enfants de Dieu.
Mais, si ce bienfait nous a été accordé sans aucun mérite de notre part, il nous impose de graves obligations; il nous oblige à mener une vie parfaite, à nous montrer de véritables Enfants de Dieu. Les enfants doivent aimer leur père, lui obéir, se soumettre à tout ce qu'il désire.

Si nous avons des obligations à remplir envers nos parents selon la nature, envers ceux dont Dieu s'est servi pour nous donner la vie, combien ne devons-nous pas en avoir envers Dieu, auquel seul nous devons véritablement et la vie du corps, et la vie de l'âme, et la
vie de la grâce ; Dieu, qui nous a non-seulement créés, mais encore rachetés, qui nous a donné la Vie au prix de la sienne, qui a répandu tout son Sang pour nous.
Les obligations qui nous sont imposées au saint baptême sont grandes, elles sont nombreuses ; mais, si nous savons les embrasser avec amour, elles deviendront douces pour nous et nous feront mériter le ciel.
 


PRIÈRE.


Père éternel, je vous offre le Sang très-précieux de Jésus-Christ, en expiation de mes péchés, et pour les besoins de la sainte Eglise. (100 jours d'indulgence chaque fois.) 
Doux Cœur de Marie, soyez notre refuge! (300 jours d'indulgence chaque fois.)
  

« Ô Sang très Précieux de vie éternelle, prix et rançon de tout l'univers, breuvage et bain de nos âmes, qui soutenez sans cesse la cause des hommes auprès du trône de la suprême miséricorde ; je vous adore profondément, et je voudrais, autant qu'il est en mon pouvoir, vous dédommager des injures et des outrages que vous recevez sans cesse des hommes, et spécialement de ceux qui ont l'audace et la témérité de blasphémer contre vous. Et qui ne bénirait ce Sang d'une valeur infinie ? Qui ne se sentirait enflammé d'amour envers Jésus qui l'a répandu! Que serais-je moi-même, si je n'avais été racheté  par ce Sang divin! Qui l'a tiré des veines de mon Seigneur jusqu'à la dernière goutte ? Ah! Certainement, ce fut l'amour. Ô amour immense qui nous a donné un baume si salutaire!

Ô baume inestimable, qui a jailli de la source d'un amour immense, ah ! Faites que tous les cœurs, toutes les langues puissent vous louer, vous glorifier et vous remercier, maintenant et toujours, et jusque dans l'éternité. Ainsi soit-il. »



Saint Gaspard Del Bufalo (1786-1837)



_________________

Quand je dis Dieu c'est un poème, c'est une étoile dans ma vie, 
du feu qui coule dans mes veines, un grand soleil pour aujourd'hui !
Revenir en haut Aller en bas
Lumen
Adore Dieu Trinitaire
Adore Dieu Trinitaire


Messages : 1687
Date d'inscription : 19/10/2014

MessageSujet: Re: Juillet : Dévotion Au Précieux Sang de Notre Seigneur Jésus Christ   Mar 19 Juil - 11:24




Dix-neuvième jour

Le sang très-précieux de Jésus-Christ confirme notre foi


Considérez, mon âme, le grand don que nous avons reçu dans le saint Baptême, nous chrétiens, alors que le Seigneur mit dans nos âmes sa sainte Foi, et, du milieu des ténèbres, nous appela à son admirable Lumière.
Don précieux qu'il nous a départi, de préférence à tant d'âmes infortunées qui gémissent dans l'infidélité, loin de cette Arche de salut qui est l'Eglise. Don qui, moyennant la Charité, nous rend participants à la filiation divine et à l'hérédité du Ciel, don qui est le fondement et le principe de notre salut.
C'est pour nous mériter un don aussi précieux, que Jésus-Christ a répandu son Sang, et c'est en vertu de ce Sang qu'il nous est départi. Et Jésus étant l'auteur et le consommateur de la Foi, a voulu, avec son Sang, mettre le sceau à cette vérité adorable, qu'il avait enseignée par ses paroles et ses exemples.
Or cette Foi que nous recevons par les mérites du Sang très-précieux de Jésus, continue à habiter dans nos cœurs par les mérites de ce même Sang, et il en est comme l'aliment : c'est lui qui l'affermit, qui la vivifie, la conserve constamment.
Il est l'âme de cette Charité, sans laquelle la Foi ne saurait contenter le saint Cœur de Dieu.
D'où il résulte, mon âme, que plus tu seras dévote au Sang sacré de Jésus, plus ta Foi sera vive, et plus tes œuvres seront conformes à ses préceptes et aux vérités qu'elle propose à notre croyance.
Oh! quels accents de reconnaissance et d'amour ne devons-nous pas envoyer au ciel, vers cet Agneau divin qui nous a rachetés, et nous a appelés par la Foi à être participants de son Royaume!

C'est pourquoi en effet tant de héros de la Foi, animés à la vue de Jésus crucifié et sanglant, n'ont pas hésité à répandre aussi leur sang, et à sacrifier leur propre vie a leur croyance. Combien d'enfants innocents, combien de tendres vierges, se sont sacrifiés au milieu des plus atroces tourments, animés dans leur foi par ce Sang divin!
Une Agnès, une Catherine, une Viviane, un Venant et mille autres, seront toujours les éclatants témoins de cette vérité. Et nous, comment avons-nous imité de si illustres exemples? quelle a été en nous l'action efficace de cette Foi, pour la quelle tant de glorieux martyrs de Jésus Christ ont donné leur sang et leur vie?
Hélas! non-seulement nous méritons le reproche de l'apôtre de n'avoir pas encore répandu une seule goutte de sang pour Jésus Christ; mais nous devons être confus en songeant à toutes les occasions où nous n'avons pas agi selon les enseignements de cette Foi que nous professons. Nous nous sommes contentés d'une foi morte ou languissante, et, à l'exemple des vierges folles, nous avons tenu la lampe de la Foi sans l'huile de la Charité. Ah! combien est vile et lâche une âme qui n'est pas prête à verser son sang pour Jésus-Christ!



Colloque


Mon Jésus, auteur et consommateur de notre foi, vous qui avez sacrifié votre Vie sur une croix, et répandu tout votre Sang pour confirmer les vérités que nous croyons, pourquoi, à votre imitation, ne puis-je répandre encore tout mon sang ?

Je ne mérite pas cette faveur que vous avez accordée à tant de serviteurs fidèles; mais, si je ne puis répandre mon sang au milieu des plus cruels supplices, je puis pourtant souffrir avec patience les adversités et les amertumes de cette vie, je puis mortifier cette chair rebelle par la pénitence, je puis porter avec résignation cette croix que vous daignez m'envoyer.

Oui, mon âme, soyez attentive à toujours porter dans votre cœur la mortification de Jésus-Christ; et de cette manière, sans le fer des bourreaux, vous pouvez, dit saint Bernard, avoir part à la gloire du martyre; et alors la Foi sera animée par les œuvres, et telle qu'elle pourra m'amener, par les mérites de votre Sang très-précieux, à contempler sans voile les infaillibles vérités qu'elle m'enseigne.



Exemple


Parmi les innombrables exemples qu'on pourrait citer de glorieux martyrs qui ont répandu leur sang pour la foi, animés par le précieux Sang de Jésus-Christ, je choisis les glorieux princes des apôtres, saint Pierre et saint Paul, le premier crucifié sur le Janicule, le second décapité aux Eaux Salviennes.

Ces saints, après avoir supporté, à l'exemple de Jésus-Christ, les opprobres, les mépris, les coups, la prison, les chaînes, furent martyrisés, et donnèrent volontiers leur sang pour Celui qui en avait tant répandu pour les âmes, confirmèrent avec leur propre sang les vérités qu'ils avaient crues et pratiquées, et nous laissèrent un grand et éclatant exemple par le courage avec lequel ils versèrent leur sang pour soutenir la Foi. ( Histoire de leur martyre)
 


Prière jaculatoire : Père éternel, je vous offre le Sang de Jésus Christ pour le rachat de mes péchés et les besoins de votre Eglise.

Indulgence : Le souverain pontife Pie VII a accordé cent jours d'indulgence à gagner, chaque fois qu'on récitera la prière ci-dessus; c'est ce qui résulte du rescrit déposé aux archives des Pères Passionnistes, à Rome.


EN ESPRIT DE RÉPARATION

Le Sang de Jésus nous est appliqué dans le saint Baptême.





PRIÈRE A LA TRES SAINTE VIERGE.


0 Marie, Mère de douleur et d'amour, aidez-moi à comprendre par quel excès d'amour Jésus, votre aimable Fils, a versé pour moi son Sang précieux.

Par le saint Baptême, une première application du Sang précieux de Jésus-Christ nous a été faite, application qui nous impose des obligations.
Deux routes s'ouvrent devant nous ; nous pouvons choisir l'une ou l'autre : c'est la voie des préceptes et la voie des conseils évangéliques.

Dieu aurait pu nous imposer la voie des conseils, par un effet de son infinie Sagesse il ne l'a pas fait ; il nous laisse libres de choisir celle de ces deux voies que nous voudrons. L'une et l'autre nous ont été ouvertes par les mérites du Sang de Jésus-Christ.
Dans la première, nous ne nous appliquons de ce Sang que ce qui est nécessaire à notre salut; nous ne nous plongeons dans ce bain qu'autant qu'il le faut pour être purifiés ; nous ne puisons dans ce trésor que ce qu'il faut pour payer le prix de notre rançon.
Dans l'autre, au contraire, nous nous appliquons les mérites de ce Sang avec surabondance, nous nous plongeons dans ce bain, non seulement de manière à 'être purifiés' mais de manière à être fortifiés, à être transformés en Jésus-Christ.
Nous puisons dans ces trésors, non ce qui est strictement nécessaire pour notre rançon, mais encore de quoi nous enrichir, de quoi acheter des mérites infinis.

Comment pourrions-nous hésiter entre ces deux voies, entre ces deux routes, qui s'ouvrent devant nous? Toutes les deux ont été tracées par le Sang de Jésus ; dans l'une comme dans l'autre, c'est Jésus qui est notre force, notre soutien. Mais, dans la voie des conseils, nous sommes plus près de lui, puisque c'est celle qu'il a suivie ; nous sommes plus près de Marie,qui, à l'exemple de son divin Fils, a toujours fait ce qui est plus parfait.

C'est sur celte route, enfin, que nous trouverons tous les Saints ; car ils n'ont pas compté avec Jésus et ils ont mérité que le Sang de ce divin Sauveur leur soit appliqué avec surabondance.
 


PRIÈRE.


Père éternel, je vous offre le Sang très-précieux de Jésus-Christ, en expiation de mes péchés, et pour les besoins de la sainte Eglise. (100 jours d'indulgence chaque fois.) 
Doux Cœur de Marie, soyez notre refuge! (300 jours d'indulgence chaque fois.)
  

« Ô Sang très Précieux de vie éternelle, prix et rançon de tout l'univers, breuvage et bain de nos âmes, qui soutenez sans cesse la cause des hommes auprès du trône de la suprême miséricorde ; je vous adore profondément, et je voudrais, autant qu'il est en mon pouvoir, vous dédommager des injures et des outrages que vous recevez sans cesse des hommes, et spécialement de ceux qui ont l'audace et la témérité de blasphémer contre vous. Et qui ne bénirait ce Sang d'une valeur infinie ? Qui ne se sentirait enflammé d'amour envers Jésus qui l'a répandu! Que serais-je moi-même, si je n'avais été racheté  par ce Sang divin! Qui l'a tiré des veines de mon Seigneur jusqu'à la dernière goutte ? Ah! Certainement, ce fut l'amour. Ô amour immense qui nous a donné un baume si salutaire!

Ô baume inestimable, qui a jailli de la source d'un amour immense, ah ! Faites que tous les cœurs, toutes les langues puissent vous louer, vous glorifier et vous remercier, maintenant et toujours, et jusque dans l'éternité. Ainsi soit-il. »



Saint Gaspard Del Bufalo (1786-1837)



_________________

Quand je dis Dieu c'est un poème, c'est une étoile dans ma vie, 
du feu qui coule dans mes veines, un grand soleil pour aujourd'hui !
Revenir en haut Aller en bas
Lumen
Adore Dieu Trinitaire
Adore Dieu Trinitaire


Messages : 1687
Date d'inscription : 19/10/2014

MessageSujet: Re: Juillet : Dévotion Au Précieux Sang de Notre Seigneur Jésus Christ   Mer 20 Juil - 17:43




Vingtième jour

Le sang très-précieux de Jésus-Christ fortifie notre espérance


Tant que nous vivons dans cet exil et dans cette vallée de larmes, notre âme est comme au milieu d'une mer orageuse, dit saint Bernard; à chaque instant elle court le risque de faire naufrage, assaillie sans cesse de mille tentations, par lesquelles le démon cherche à la gagner et à la précipiter dans l'abîme du désespoir; tantôt par le souvenir des fautes passées, tantôt par la terreur du jugement, tantôt par la faiblesse et l'infirmité que nous éprouvons tous, notre ennemi commun cherche à nous entraîner dans la prévarication.
Mais quel sera le moyen le plus efficace de ne pas faire naufrage ait milieu de ces flots et de ces tempêtes?
Comment l'espérance se maintiendra-t-elle dans notre cœur? Comment chaque jour la vivifier?
Comment la fortifier?
Ah! vous le savez, âmes pieuses, c'est en regardant Jésus, en qui reposent toutes nos espérances, comme dit saint Paul: « Christi Jesu spei nostrae ».

Regardez souvent avec de profonds sentiments de dévotion le Sang très-précieux de Jésus; c'est le moyen lé plus précieux et le plus efficace.
Offrir souvent au Père éternel ce Sang divin, participer souvent aux sacrements, l'invoquer dans les tentations, l'opposer comme un écu inexpugnable à tous les assauts infernaux, et, de cette manière, marcher d'un pas assuré dans les voies du Seigneur, avec la vive confiance que celui qui nous a donné son Sang nous donnera la force de ne pas tomber.
« Poursuivons, nous dit l'apôtre, la carrière qui nous est proposée, les yeux tournés vers Jésus, l'auteur et le consommateur de la Foi ». « Jésus, selon les paroles du même apôtre, nous a rachetés par son propre Sang, afin de paraître devant la Face de Dieu où il intercède pour nous ».
Au ciel cette Hostie immaculée, le plus agréable des sacrifices, ne cesse pas d'être offerte au Père éternel. Contemplons donc ses Plaies, et le Sang dont elles sont inondées; et le cœur dilaté par ce Sang vivifiant, nous cheminerons d'un pas rapide dans les voies du Seigneur.

L'âme qui considère ses défauts et ses continuelles imperfections pourrait quelquefois tomber dans le découragement, si ses regards ne se tournaient pas vers l'Agneau immaculé.
Mais il n'en sera pas ainsi, si tel est l'objet de ses pensées, de ses regards.
Évitez de pécher, mes enfants, disait saint Jean à ses disciples; mais si quelquefois vous tombez en faute, ne vous découragez pas, ne perdez pas la confiance du cœur, car nous avons près du Trône du Père un puissant avocat, qui implore constamment pour nous la Miséricorde, en faisant parler la voix de son Sang innocent.
Ainsi donc, si l'âme troublée par la considération trop attentive et réfléchie de ses imperfections, se plonge dans le Sang sacré du divin Agneau qui efface les péchés du monde, elle y puisera une merveilleuse consolation:
elle pensera que Jésus ne cesse d'implorer, pour notre guérison et notre salut ; elle pensera qu'il est toujours exaucé, et que ce Sang tout puissant peut remédier à tous les défauts. Et alors avec une profonde paix du cœur, mais une grande horreur de ses fautes, l'âme supportera ses propres imperfections, se raffermira dans la vertu de l'humilité, et en vertu de ce Sang triomphera de toutes les tentations, comme nous en avertit la séraphique sainte Thérèse; et elle sera guérie par ce remède bienfaisant qui apporte Vie et Salut.



Colloque


Ah! Jésus qui m'aimez tant, quelle force, quelle vie nouvelle mon espérance puise en votre Amour!
Cet Amour va jusqu'à offrir pour moi, à chaque moment, votre Sang tout puissant et efficace, devant le Trône de votre Père éternel; afin qu'il ne regarde pas mes fautes, mais bien les mérites de ce Sang.

Ah! que ferais-je, misérable, dans cette vallée de larmes, si vous n'opposiez un aussi puissant remède à tous les maux qui m'assiègent?
Je sens ma faiblesse, je vois les périls qui m'entourent, j'ai horreur de mes iniquités passées; mais après tout je me console quand je tourne ma pensée et mon cœur vers votre Sang sacré; c'est là mon remède, ma force, mon salut; avec lui je brave tous les ennemis de mon salut:
« Si consistant adversùm me castra, non timebit cor meum, dirai-je avec David; si exurgat adversùm me praelium, in hoc ego sperabo ».
Que l'enfer se déchaîne contre moi, que le démon s'efforce à m'entraîner dans le gouffre du désespoir, je ne crains rien, car mon esprit et mon cœur sont munis de votre précieux Sang:
ce Sang, vous l'avez répandu pour moi; ce Sang, vous me l'offrez avec tant d'amour; ce Sang, il a le pouvoir de me sauver. Ainsi donc, mon espérance ne sera pas trompée. J'espère, moi aussi, venir un jour répéter dans le ciel avec les Saints, qui ont été sauvés par les mérites de ce sang: « Vous nous aces rachetés, Seigneur, par votre Sang ».



Exemple


Le bienheureux Jacques de Bevagna fut surpris un jour d'une violente tentation, concernant son salut éternel, et quoiqu'il eût pratiqué beaucoup de vertus héroïques, il était extrêmement épouvanté de la crainte de la damnation.

Un jour, dans sa désolation et son affliction, il se plaça devant l'image de Jésus crucifié, et il remarqua que de son côté sacré s'échappaient d'abondantes gouttes de sang; en même temps il entendit la douce voix de Jésus qui lui disait:
« Que ce Sang soit le signe de ton salut ». A cette vue et à ces paroles, toute terreur se dissipa, il sentit dans son cœur un indicible soulagement, et continua plus que jamais à marcher dans une voie de vertu, qui le conduisit à une haute perfection.
 


Prière jaculatoire : Père éternel, je vous offre le Sang de Jésus Christ pour le rachat de mes péchés et les besoins de votre Eglise.

Indulgence : Le souverain pontife Pie VII a accordé cent jours d'indulgence à gagner, chaque fois qu'on récitera la prière ci-dessus; c'est ce qui résulte du rescrit déposé aux archives des Pères Passionnistes, à Rome.


EN ESPRIT DE RÉPARATION

Le Sang de Jésus nous est appliqué dans le Sacrement de pénitence.





PRIÈRE A LA TRES SAINTE VIERGE.


0 Marie, Mère de douleur et d'amour, aidez-moi à comprendre par quel excès d'amour Jésus, votre aimable Fils, a versé pour moi son Sang précieux.

Dieu, qui connaît toute chose, savait que l'homme, malgré les innombrables témoignages d'amour qu'il lui a donnés dans sa vie, sa Passion et sa Mort, malgré l'application des mérites de son Sang qui lui a été faite au saint baptême, L'offenserait encore.
ll n'ignorait pas qu'il perdrait de nouveau cette innocence qu'Il lui avait achetée et méritée, au prix de tant de souffrances, au prix de tout son Sang.

Aussi, dans son Amour immense, incompréhensible, pour l'homme, Il lui a préparé, dans le Sacrement de pénitence, un bain salutaire où Il peut laver son âme de toutes ses taches, la purifier de toutes les souillures qu'elle a contractées par le péché.
N'était-ce donc pas assez, mon Dieu ! de nous avoir purifiés par le baptême? Fallait-il pousser la condescendance et l'amour jusqu'à nous promettre de nouveau le pardon, après que nous Vous avons offensé par nos crimes? Dieu n'est pas comme l'homme.
Dieu sait pardonner, non une fois, mais des milliers de fois; non une faute légère, mais des crimes, des ingratitudes, dont la seule pensée fait frémir.

Pourvu que notre repentir soit sincère, Il nous pardonne, Il nous applique les mérites de son Sang, encore que dans sa Science divine Il sache que nous retomberons dans ces mêmes fautes, dans d'autres plus grandes encore.
Oui, mon Dieu, oui, il est bien vrai de dire que vous êtes Charité, Deus charitas est.
Pour agir avec autant d'Amour et de Miséricorde que Vous agissez avec l'homme, il ne suffit pas de posséder la charité, mais il faut réellement être Charité; car il semble, Seigneur, que vous laissez de côté tous vos autres Attributs, tant Vous faites grande la part de la Charité ! Et si vous ne pouvez méconnaître entièrement les droits de votre Justice, toujours est-il, Seigneur, que Vous les méconnaissez, pendant que l'homme est sur la terre, pour ne Vous souvenir que de la Miséricorde.
 


PRIÈRE.


Père éternel, je vous offre le Sang très-précieux de Jésus-Christ, en expiation de mes péchés, et pour les besoins de la sainte Eglise. (100 jours d'indulgence chaque fois.) 
Doux Cœur de Marie, soyez notre refuge! (300 jours d'indulgence chaque fois.)
  

« Ô Sang très Précieux de vie éternelle, prix et rançon de tout l'univers, breuvage et bain de nos âmes, qui soutenez sans cesse la cause des hommes auprès du trône de la suprême miséricorde ; je vous adore profondément, et je voudrais, autant qu'il est en mon pouvoir, vous dédommager des injures et des outrages que vous recevez sans cesse des hommes, et spécialement de ceux qui ont l'audace et la témérité de blasphémer contre vous. Et qui ne bénirait ce Sang d'une valeur infinie ? Qui ne se sentirait enflammé d'amour envers Jésus qui l'a répandu! Que serais-je moi-même, si je n'avais été racheté  par ce Sang divin! Qui l'a tiré des veines de mon Seigneur jusqu'à la dernière goutte ? Ah! Certainement, ce fut l'amour. Ô amour immense qui nous a donné un baume si salutaire!

Ô baume inestimable, qui a jailli de la source d'un amour immense, ah ! Faites que tous les cœurs, toutes les langues puissent vous louer, vous glorifier et vous remercier, maintenant et toujours, et jusque dans l'éternité. Ainsi soit-il. »



Saint Gaspard Del Bufalo (1786-1837)



_________________

Quand je dis Dieu c'est un poème, c'est une étoile dans ma vie, 
du feu qui coule dans mes veines, un grand soleil pour aujourd'hui !
Revenir en haut Aller en bas
Lumen
Adore Dieu Trinitaire
Adore Dieu Trinitaire


Messages : 1687
Date d'inscription : 19/10/2014

MessageSujet: Re: Juillet : Dévotion Au Précieux Sang de Notre Seigneur Jésus Christ   Jeu 21 Juil - 13:01




Vingt-et-unième jour

Le sang très-précieux de Jésus-Christ allume la Charité dans les âmes


Combien était ardent dans le très-aimable Cœur de Jésus le désir de répandre son Sang pour la Rédemption du monde! « Je dois être baptisé d'un baptême de Sang, et qu'il me tarde qu'il soit accompli! » C'est ainsi que s'exprimait le Seigneur afin de nous montrer combien était grand son désir de répandre son Sang pour la Rédemption du monde et d'en former un bain salutaire à nos âmes. Si nous considérons la générosité avec laquelle il le répandit et le prix incomparable de ce Sang précieux, nos cœurs ne seront-ils pas embrasés d'amour, et ne répéterons nous pas avec l'Apôtre : « La charité de Jésus-Christ nous presse ». Il faudrait avoir un cœur plus dur que la pierre, plus cruel que celui d'un tigre pour ne pas aimer avec ardeur Celui qui le premier nous a tant aimés; et cependant par une monstrueuse ingratitude, dont Jésus-Christ se plaint en ces termes: « Oblivioni datus sum, tanquam mortuus à corde », il semble qu'on le traite, en effet, comme un mort pour lequel on n'a aucune affection.
O douleur! combien de pécheurs ingrats méprisent ce Sang adorable, l'outragent, le profanent, le foulent aux pieds! Ah! vous du moins, amantes de Jésus-Christ, âmes dévouées à ce Sang précieux, honorez-le, adorez-le et offrez-le chaque jour au trône de Dieu avec l'affection de la plus ardente charité.

Pour enflammer de plus en plus dans nos cœurs ces bienheureuses flammes d'amour, considérons en outre pour qui Jésus-Christ a répandu ce Sang précieux. Ah! vous le savez: il l'a répandu pour nous pécheurs, et il l'offre tout entier pour notre salut.
Le Cœur aimant de Jésus est, au dire du prophète Joël, une fontaine perpétuelle d'où se répand, et jusqu'à la consommation des siècles, ce Fleuve d'Amour.
Le trésor de la Croix, avec lequel Jésus-Christ a payé la dette contractée par toute la postérité d'Adam, envers la souveraine Justice, ne nous est jamais et ne nous sera jamais fermé; mais il est toujours ouvert dans la blessure du côté de notre Sauveur: « Le bois delà croix exhale un baume intarissable de parfums spirituels », nous assure saint Bernard. La multitude de ceux qui empruntent à ce trésor ne l'épuisera» jamais, car il vient de ce Cœur dont on a dit: « Il est riche en miséricorde ». Et il a beau fournir à nos besoins, il n'en est que plus abondant.
Quoique Jésus-Christ soit monté glorieux à la droite de son divin Père, il n'en a pas moins voulu laisser à l'Eglise ce riche trésor de son Sang et de ses mérites infinis; Il a voulu que les âmes fussent toujours libres de s'en prévaloir, pour se réconcilier par ses mérites avec sa divine Majesté, et participer aux richesses immenses de son Amour. C'est là, mon Jésus, qu'on peut admirablement juger de toute la grandeur de votre excessive charité, si large, si profonde, si incompréhensible! Mon Dieu! que notre cœur s'enflamme donc enfin d'amour!
aimons donc Jésus qui nous a ainsi aimés du fond de ses entrailles, et nous a unis à son Cœur si doux par ce Sang adorable; répétons: « Qui nous séparera de la Charité de Jésus-Christ? »



Colloque


Aimable Rédempteur, que de votre Cœur ouvert s'élancent des flèches d'Amour aussi nombreuses que les gouttes de votre précieux Sang, pour pénétrer nos cœurs si froids et si insensibles à votre Amour!
Que toute affection terrestre meure en nous et fasse place dans tous les cœurs à ce feu de Charité que vous êtes venu apporter au monde.
Que chacun Vous aime de tout son cœur, de toute son âme, de toutes ses forces, et par-dessus toute chose; que cet amour ne fasse que s'enflammer davantage, jusqu'à ce que nous obtenions de Vous aimer dans le Ciel.

Oui, mon Jésus, nous vous demandons votre Amour, par ce Sang que vous avez répandu pour nous avec tant d'Amour. Votre Amour, votre Amour, et nous serons suffisamment riches: « Donnez-nous votre Amour, dirons-nous avec saint Ignace, et nous sommes contents de mourir d'amour ».
Oh! puissions-nous donner pour votre amour tout le sang de nos veines, comme vous nous avez donne par Amour tout votre Sang!



Exemple


Parmi les âmes les plus enflammées d'amour envers Jésus-Christ, brille le grand martyr saint Ignace, qui était très-dévoué au Sang très-précieux du Rédempteur, et qui dans ses lettres aux habitants de Smyrne, d'Ephèse et de la Magnésie, fait plusieurs fois mention du Sang de Jésus et de-sa passion.

Plein du désir de répandre son Sang pour Jésus-Christ, il eût excité les bêtes féroces à le dévorer, si elles s'étaient refusées à déchirer son corps; et soupirant après les plus cruels tourments pour imiter son Rédempteur qui avait répandu Son sang sur une Croix, il répétait: Feu, croix, bêtes féroces, rupture des os, séparation des membres, broiement de tout mon corps, que tous les tourments du démon fondent sur moi, pourvu que je puisse posséder Jésus-Christ.
Et lorsque, condamné à mort, il entendait déjà le rugissement des lions prêts à le dévorer, il répétait dans les transports de sa joie: « Je suis le froment de Jésus-Christ; que les bêles me broient sous leurs dents, afin que je devienne un pain pur ». Et avec une voix d'exaltation et d'allégresse, il donna volontiers son sang et sa vie pour le Seigneur.
 


Prière jaculatoire : Père éternel, je vous offre le Sang de Jésus Christ pour le rachat de mes péchés et les besoins de votre Eglise.

Indulgence : Le souverain pontife Pie VII a accordé cent jours d'indulgence à gagner, chaque fois qu'on récitera la prière ci-dessus; c'est ce qui résulte du rescrit déposé aux archives des Pères Passionnistes, à Rome.


EN ESPRIT DE RÉPARATION

Le Sang de Jésus nous est appliqué dans le Sacrement de pénitence.





PRIÈRE A LA TRES SAINTE VIERGE.


0 Marie, Mère de douleur et d'amour, aidez-moi à comprendre par quel excès d'amour Jésus, votre aimable Fils, a versé pour moi son Sang précieux.

Dans le sacrement de pénitence, comme dans les autres, nous pouvons, suivant nos dispositions, obtenir que le Sang de Jésus-Christ nous soit appliqué avec plus ou moins d'abondance.
Lorsqu'on reçoit ce sacrement avec de mauvaises dispositions, ce Sang divin, loin de purifier notre âme, est appliqué pour sa condamnation et crie vengeance.

En effet, recevoir ce Sacrement sans y apporter les dispositions nécessaires, c'est mépriser !e Sang de Jésus-Christ, c'est le profaner.
Lorsqu'une âme reçoit le Sacrement de pénitence avec les dispositions strictement nécessaires, elle est purifiée de ses souillures, mais elle n'en retire pas, à beaucoup près, tous les fruits qu'elle en peut retirer lorsqu'elle s'en approche avec des dispositions parfaites.

Entre la disposition strictement nécessaire pour ne pas commettre un sacrilège et une disposition parfaite, il existe bien des degrés différents. Nous ne pourrons pas parvenir tout d'un coup aux dispositions parfaites; mais nous le pourrons en assez peu de temps si nous nous approchons souvent de ce sacrement de réconciliation et si chaque fois nous nous efforçons de le faire, comme si ce devait être la dernière de notre vie. Lorsqu'on prend un bain, on ne le fait pas toujours uniquement pour se laver, mais souvent pour fortifier ou pour rafraîchir les différents membres du corps. Il n'est pas nécessaire d'attendre, pour nous plonger dans le bain précieux que Jésus nous a préparé dans le Sacrement de pénitence, que notre âme soit souillée de fautes graves.

0h non! ce bain lui sera utile, alors même qu'elle n'aurait contracté que ces légères souillures inséparables de la faiblesse humaine.
Mais gardons nous bien de le faire par routine, par habitude, sans presque réfléchir à ce que nous faisons. Préparons-nous à recevoir l'absolution, par une sérieuse considération du prix qu'elle a coûté à Jésus.
 


PRIÈRE.


Père éternel, je vous offre le Sang très-précieux de Jésus-Christ, en expiation de mes péchés, et pour les besoins de la sainte Eglise. (100 jours d'indulgence chaque fois.) 
Doux Cœur de Marie, soyez notre refuge! (300 jours d'indulgence chaque fois.)
  

« Ô Sang très Précieux de vie éternelle, prix et rançon de tout l'univers, breuvage et bain de nos âmes, qui soutenez sans cesse la cause des hommes auprès du trône de la suprême miséricorde ; je vous adore profondément, et je voudrais, autant qu'il est en mon pouvoir, vous dédommager des injures et des outrages que vous recevez sans cesse des hommes, et spécialement de ceux qui ont l'audace et la témérité de blasphémer contre vous. Et qui ne bénirait ce Sang d'une valeur infinie ? Qui ne se sentirait enflammé d'amour envers Jésus qui l'a répandu! Que serais-je moi-même, si je n'avais été racheté  par ce Sang divin! Qui l'a tiré des veines de mon Seigneur jusqu'à la dernière goutte ? Ah! Certainement, ce fut l'amour. Ô amour immense qui nous a donné un baume si salutaire!

Ô baume inestimable, qui a jailli de la source d'un amour immense, ah ! Faites que tous les cœurs, toutes les langues puissent vous louer, vous glorifier et vous remercier, maintenant et toujours, et jusque dans l'éternité. Ainsi soit-il. »



Saint Gaspard Del Bufalo (1786-1837)



_________________

Quand je dis Dieu c'est un poème, c'est une étoile dans ma vie, 
du feu qui coule dans mes veines, un grand soleil pour aujourd'hui !
Revenir en haut Aller en bas
Lumen
Adore Dieu Trinitaire
Adore Dieu Trinitaire


Messages : 1687
Date d'inscription : 19/10/2014

MessageSujet: Re: Juillet : Dévotion Au Précieux Sang de Notre Seigneur Jésus Christ   Ven 22 Juil - 13:54




Vingt-deuxième jour

Le sang très précieux de Jésus-Christ enrichit l'âme de toutes les vertus


Formé de la main toute-puissante de Dieu pour être l'heureux séjour de nos premiers parents dans l'état d'innocence, le Paradis terrestre renfermait les sources abondantes de quatre fleuves qui se répandaient sur toute la terre.
Quel était le sens symbolique de ces fleuves, sinon les plaies sacrées de Jésus? De ces plaies dérivent comme d'une source abondante toutes les grâces qui se répandent dans les âmes avec le Sang précieux qui en découle.
Voyez sainte Gertrude dans ses admirables extases; il lui semblait que des Plaies très saintes de Jésus, sortait, pareil à de grands fleuves, le Sang divin qui fertilisait les champs de la sainte Eglise. D'où il résulte que toutes les vertus qui ornent les âmes doivent emprunter leur éclat et leur vie à ce Sang adorable, pour être méritoires de la vie éternelle.
Et effectivement, comment l'âme pourrait-elle mériter, si Jésus n'avait répandu son Sang? Comment former une bonne pensée, comment invoquer le nom très-saint de Jésus, comment observer sa sainte Loi, si ce Sang n'était pas là pour vivifier et animer toutes nos bonnes actions?
Nos prières ne monteraient pas au ciel, nos pénitences ne seraient pas acceptées, nos œuvres de miséricorde ne seraient pas méritoires, sans la vertu de ce Sang de propitiation: de même que le soleil donne sa lumière avec toutes ses splendeurs à la terre tout entière, qui sans lui ne serait que ténèbres; ainsi les âmes, faute de ce Sang de lumière éternelle, seraient dans l'obscurité, et dans l'impossibilité de mériter.
Oh! efficacité admirable de ce très-précieux sang!

Pour nous rendre compte de cette vérité dans son principe même, nous devons attentivement considérer combien l'homme est naturellement faible pour la pratique des vertus; sa faiblesse est telle, qu'il ne peut concevoir, désirer, et à plus forte raison pratiquer de lui-même aucune vertu méritoire de la Vie éternelle sans l'aide de la Grâce: « Non quod suficientes simus cogitare aliquid à nobis, quasi ex nobis; sed sufficientia nostra ex Deo est ».
Or, cette Grâce de pratiquer le bien, d'où vient-elle, sinon des mérites de ce Sang sacré qu'a répandu Jésus?
C'est ce qui faisait dire à Jésus s'adressant à sainte Thérèse: « Je te donne mon Sang », voulant dire qu'avec ce Sang il lui donnait tous les biens, et qu'il pouvait avec cet or précieux enrichir son urne de toutes les vertus.
Par ce Sang, l'humilité mérite d'être exaltée, en vertu des humiliations de Jésus qui le répandit. Par ce Sang, la patience est couronnée dans le ciel, en vertu des souffrances que Jésus Christ a supportées en le répandant. Par ce Sang, la Charité resplendit et rend l'âme qui la possède semblable aux Anges du ciel, en vertu de cet Agneau immaculé qui s'est sacrifié sur la Croix. Par ce Sang, la Charité s'enflamme et rend l'âme agréable à Dieu, en raison de l'Amour ardent de Jésus, qui a voulu nous racheter avec son Sang.
O Sang béni, quel trésor tu es pour nous! fais que tous connaissent ta valeur et ton prix incomparable.



Colloque


Qui ne serait pas surpris, aimable Jésus, de votre immense Amour, par lequel vous nous avez enrichis de tant de biens, que nous trouvons dans les mérites de votre très-précieux Sang?
Et il est vrai de dire, que dans ce trésor nous trouvons toutes les vertus, comme nous en avertit l'apôtre saint Paul.
Que deviendrais-je, quel mérite pourrais-je acquérir sans l'efficacité de ce Sang qui me relève, me fortifie dans toutes les bonnes œuvres? Si je trouve en moi quelque faible bien, je le dois tout entier à vos mérites:
c'est vous qui m'avez racheté, m'avez sanctifié avec les Sacrements, et m'avez donné tant de grâces pour pratiquer le bien; et tout cela, je le reconnais, en vertu du Sang très-saint que vous avez versé pour moi et que vous m'offrez chaque jour, afin que par lui je puisse me sauver.
Sang adorable de la mort de Jésus, je T'adore du fond de mon cœur, je T'invoque ardemment; Tu seras mon Salut: par Toi j'espère parvenir au Paradis.



Exemple


Sainte Lutgarde entendit une nuit une voix qui lui disait: « A quoi perdez-vous votre temps, paresseuse?
Levez-vous; c'est le moment de faire pénitence pour les pécheurs qui dorment dans les souillures de leurs fautes »
.

Effrayée, la sainte se rendit à l'église, et sur le seuil elle rencontra Jésus crucifié, dont le Sang ruisselait de toute part, réduit par les pécheurs en cet affreux état; elle embrassa alors la Croix, La pressa sur son sein, et approcha ses lèvres de la Plaie de son côté:
aussitôt elle y puisa une liqueurs! délicieuse, que dès lors elle sentit naître en elle un courage tout nouveau pour le service de Dieu et la pratique des saintes vertus. On sut plus tard par la sainte, que depuis cette heure, elle conserva dans sa bouche une douceur plus suave que celle du miel.
 


Prière jaculatoire : Père éternel, je vous offre le Sang de Jésus Christ pour le rachat de mes péchés et les besoins de votre Eglise.

Indulgence : Le souverain pontife Pie VII a accordé cent jours d'indulgence à gagner, chaque fois qu'on récitera la prière ci-dessus; c'est ce qui résulte du rescrit déposé aux archives des Pères Passionnistes, à Rome.


EN ESPRIT DE RÉPARATION

Le Sang de Jésus nous est appliqué dans le
Sacrement de pénitence.






PRIÈRE A LA TRES SAINTE VIERGE.


0 Marie, Mère de douleur et d'amour, aidez-moi à comprendre par quel excès d'amour Jésus, votre aimable Fils, a versé pour moi son Sang précieux.

Par la sainte Absolution notre âme est lavée, purifiée de ses fautes, mais il nous reste à expier ces mêmes fautes. Il faut acquitter les dettes que nous avons contractées envers la Justice divine ; il faut que ce Sang adorable et divin, qui a effacé nos souillures, paye pour nous, répare pour nous.
0 Sang de mon Dieu, que Vous êtes un riche trésor. En vous je trouve le pardon de toutes mes fautes, l'acquittement de toutes mes dettes, la force de réparer mes iniquités.

Un des moyens d'expier nos fautes, d'acquitter les dettes qu'elles nous ont fait contracter, c'est la pénitence que le prêtre nous impose, la Pénitence sacramentelle.
Cette pénitence est ordinairement bien peu de chose, et cependant elle a une bien grande valeur parce qu'elle fait partie du Sacrement de pénitence. Acquittons-nous donc toujours de cette pénitence avec un profond respect. Le plus souvent elle se réduit à quelques prières à réciter; récitons -les avec toute l'attention dont nous sommes capables.

Bénissons Dieu, remercions-Le de sa Bonté, de sa Miséricorde, de son Indulgence qui Le porte à se contenter de si peu de chose, alors qu'Il aurait pu exiger du pécheur une sévère pénitence.

Bénissons surtout Jésus qui a satisfait, qui a réparé pour nous en versant tout son Sang! Que la bonté de Dieu enflamme notre amour ; que la Tendresse de Jésus, qui s'est fait notre Rédempteur, notre Réparateur par ses souffrances, par l'effusion de son sang, nous anime à suivre ses exemples, nous excite à faire pénitence.

Ne nous contentons pas de ce que Dieu exige absolument de nous; faisons plus encore, faisons ce que nous savons Lui être agréable.
Souffrons pour son Amour toutes les peines qui nous arrivent ; unissons-les aux souffrances de Jésus ; demandons-lui de les plonger dans son Sang, afin qu'elles y perdent une partie de leur amertume, qu'elles deviennent des souffrances purifiantes.
 


PRIÈRE.


Père éternel, je vous offre le Sang très-précieux de Jésus-Christ, en expiation de mes péchés, et pour les besoins de la sainte Eglise. (100 jours d'indulgence chaque fois.) 
Doux Cœur de Marie, soyez notre refuge! (300 jours d'indulgence chaque fois.)
  

« Ô Sang très Précieux de vie éternelle, prix et rançon de tout l'univers, breuvage et bain de nos âmes, qui soutenez sans cesse la cause des hommes auprès du trône de la suprême miséricorde ; je vous adore profondément, et je voudrais, autant qu'il est en mon pouvoir, vous dédommager des injures et des outrages que vous recevez sans cesse des hommes, et spécialement de ceux qui ont l'audace et la témérité de blasphémer contre vous. Et qui ne bénirait ce Sang d'une valeur infinie ? Qui ne se sentirait enflammé d'amour envers Jésus qui l'a répandu! Que serais-je moi-même, si je n'avais été racheté  par ce Sang divin! Qui l'a tiré des veines de mon Seigneur jusqu'à la dernière goutte ? Ah! Certainement, ce fut l'amour. Ô amour immense qui nous a donné un baume si salutaire!

Ô baume inestimable, qui a jailli de la source d'un amour immense, ah ! Faites que tous les cœurs, toutes les langues puissent vous louer, vous glorifier et vous remercier, maintenant et toujours, et jusque dans l'éternité. Ainsi soit-il. »



Saint Gaspard Del Bufalo (1786-1837)



_________________

Quand je dis Dieu c'est un poème, c'est une étoile dans ma vie, 
du feu qui coule dans mes veines, un grand soleil pour aujourd'hui !
Revenir en haut Aller en bas
Lumen
Adore Dieu Trinitaire
Adore Dieu Trinitaire


Messages : 1687
Date d'inscription : 19/10/2014

MessageSujet: Re: Juillet : Dévotion Au Précieux Sang de Notre Seigneur Jésus Christ   Sam 23 Juil - 17:36




Vingt-troisième jour

Le très-précieux sang de Jésus-Christ nous encourage à supporter avec patience notre croix


La vie du chrétien doit être une vie crucifiée, dit saint Augustin, puisque nous sommes les disciples de Jésus qui pour nous mourut sanglant sur une croix. Et en effet le Rédempteur lui-même dit dans son Evangile: que celui qui veut le suivre doit prendre sa croix, et doit imprimer ses pas sur les sentiers du Calvaire. Et l'apôtre assure qu'il ne sera jamais digne du nom de chrétien celui-là qui ne vit pas crucifié.
Certes nous ne manquons pas d'occasions de crucifier la chair rebelle avec ses désirs dépravés, dans cette misérable vallée de larmes où nous vivons, et où chaque pas nous amène amertumes et souffrances.
Or, quel est celui qui portera volontiers sa croix, se résignera entièrement à la volonté divine dans les adversités de la vie? quel est celui qui vivra crucifié? Celui-là qui sera dévoué au très précieux Sang de Jésus-Christ, parce qu'il trouvera en lui sa consolation, et un puissant aiguillon pour atteindre à l'abnégation de lui-même, et au crucifiement de sa chair.
Si l'âme considère d'un regard attentif et dévoué le crucifié et le Sang qui découle de ses Plaies, si elle voit sa Tête couronnée d'épines, son Corps flagellé, son Côté ouvert, comment pourra-t-elle refuser de souffrir?
A cette vue le cœur se sentira excité à porter sa croix, chaque tribulation deviendra une cause de joie et d'allégresse, et on s'estimera heureux de boire à ce calice dont Jésus a goûté le premier les amertumes.
« Si la colère, si l'impatience viennent à se remuer en nous, dit saint Chrysostôme, le Sang de Jésus est comme une médecine céleste, qui, introduite dans nos entrailles, fait périr les vers et tous les insectes venimeux qui voulaient nuire à notre vie ». Tant ce Sang divin est puissant à réfréner l'impétuosité des passions, et en particulier la colère avec ses déplorables résultats!

Quel ne sera pas le soulagement de l'âme au milieu de ses souffrances, si elle considère le mérite acquis pour elle par le Sang de Jésus! Non-seulement il a rendu facile la voie de la croix, mais encore il a rendu méritoires nos souffrances et nos tribulations.
Arrosées de ce Sang de valeur infinie, elles montent vers le ciel où elles trouvent une récompense éternelle; et en vertu de ce Sang divin, la souffrance d'un instant enfante un bonheur éternel.
C'est pourquoi, animés par ce Sang précieux, les apôtres joyeux et pleins d'allégresse allaient courageusement à l'encontre des persécutions; parce qu'ils s'étaient rendus dignes de souffrir pour le nom de Jésus, les outrages, les verges, les chaînes et la mort.
Ce Sang faisait braver aux martyrs les plus féroces bourreaux, et tous les cruels tourments dont les menaçaient les tyrans; les Solitaires et les Pénitents se sentaient par les mérites de ce Sang le cœur inondé de jubilation.
Pourquoi ne produirait-il donc pas le même effet dans nos cœurs, ce Sang adorable, si nous en avions l'âme, le cœur toujours inondés? si nous méditions les peines et les douleurs de Celui qui pour nous l'a versé, si nous l'aimions d'une ardente charité?
Oh! bienheureuse l'âme qui se plonge continuellement dans le Sang de Jésus!



Colloque


Sang très-précieux de mon Jésus, quel encouragement vous me donnez à souffrir avec patience ces croix qui sans cesse se rencontrent dans ce misérable exil, et que je n'ai que trop méritées par mes fautes!
L'exemple que m'a donné Jésus, et le mérite qu'il a acquis dans l'effusion de ce Sang divin, sera toujours pour moi un puissant aiguillon à la souffrance. Lui innocent, il a voulu mourir sanglant sur une croix pour me mériter, à moi pécheur, une gloire éternelle.
Il a bu le calice amer de tant de peines pour adoucir mes afflictions, et je refuserais les croix?

Non, il ne convient pas, mon Jésus, que je prenne un autre sentier que celui du Calvaire, que vos pas ont foulé pour moi.
O Croix précieuse! répéterai-je encore, recevez le disciple comme vous avez reçu le Maître dont l'exemple et les paroles m'enseignent à souffrir.
Ne craignez pas de me frapper de votre tendre main, je ne cesserai pas de la baiser, car elle me frappe pour mon salut; donnez-moi de souffrir, et je serai satisfait: Brûlez, tranchez, dirai-je avec saint Augustin, ne m'épargnez pas ici, afin de m'épargner dans l'éternité.



Exemple


Ce fut par de grandes tribulations que le Seigneur éprouva et rendit plus parfaite la vertu de saint Elzéar, comte d'Ariane. Il fut injustement dépouillé de ses biens, attaqué dans son honneur, et soumis à d'autres maux et d'autres souffrances bien cruelles.

Cependant au milieu de tant d'amertumes, on ne Je vit jamais donner aucune marque de trouble, jamais il ne se permit une plainte, et encore moins un mouvement d'impatience: cette tranquillité d'âme émerveillait tous ceux qui l'observaient. Un jour la comtesse Delphine son épouse lui demanda l'explication d'une pareille résignation, et il lui répondit: « Quand il me survient une peine, je me cache dans les plaies de Jésus-Christ; je réfléchis combien mon Seigneur a souffert pour moi, et je ne sors pas de ces inflexions, que ces blessures et ce sang n'aient adouci et allégé toutes mes peines ».
 


Prière jaculatoire : Père éternel, je vous offre le Sang de Jésus Christ pour le rachat de mes péchés et les besoins de votre Eglise.

Indulgence : Le souverain pontife Pie VII a accordé cent jours d'indulgence à gagner, chaque fois qu'on récitera la prière ci-dessus; c'est ce qui résulte du rescrit déposé aux archives des Pères Passionnistes, à Rome.


EN ESPRIT DE RÉPARATION

Le Sang de Jésus nous est appliqué au saint sacrifice de la messe





PRIÈRE A LA TRES SAINTE VIERGE.


0 Marie, Mère de douleur et d'amour, aidez-moi à comprendre par quel excès d'amour Jésus, votre aimable Fils, a versé pour moi son Sang précieux.

Jésus ne se contente pas de nous avoir préparés, dans le Sacrement de la pénitence, un bain précieux et salutaire; il veut perpétuer parmi nous le Sacrifice qu'il a offert à son Père sur l'autel de la Croix, l'effusion de son Sang versé pour notre amour.

0 mon bien-aimé Sauveur ! n'était-ce pas assez de répandre une fois, durant votre douloureuse Passion et sur l'Arbre de la Croix, votre Sang divin pour mon amour?
Fallait-il, ô mon Dieu! perpétuer ce sacrifice, continuer cette effusion dans l'adorable Sacrifice de la Messe?
Est-ce que vous ignorez, Seigneur, la manière dont les hommes répondront à un semblable bienfait?
Les hérétiques le nieront; les impies et les mauvais chrétiens le mépriseront, et la plupart de ceux, ô mon Dieu ! qui passent pour chrétiens fidèles en feront si peu de cas, que c'est à peine s'ils daigneront assister à l'auguste Mystère. S'ils le font, ce sera, le plus souvent, sans aucun respect.
Jésus sait tout cela, mais rien n'est capable d'arrêter son Amour ; rien ne peut mettre de bornes à sa Tendresse pour l'homme. Ne serons nous pas enfin touchés de tant de Charité?

Si Dieu nous fait cette grâce de sentir notre coeur ému à la vue de sa Bonté et de l'ingratitude des hommes, ne nous contentons pas de quelques sentiments passagers; mais prenons une ferme et sincère résolution de travailler à dédommager Jésus de l'indifférence générale, de travailler à réparer les fautes que nous avons commises en ne faisant pas assez d'estime de l'auguste Sacrifice de la Messe, en négligeant souvent d'y assister, en le faisant sans respect, sans attention.
Si nous étions bien pénétrés de la pensée que ce Sacrifice est le même que celui de la Croix, que nos dispositions seraient différentes lorsque nous avons le bonheur d'entendre la sainte Messe l
 


PRIÈRE.


Père éternel, je vous offre le Sang très-précieux de Jésus-Christ, en expiation de mes péchés, et pour les besoins de la sainte Eglise. (100 jours d'indulgence chaque fois.) 
Doux Cœur de Marie, soyez notre refuge! (300 jours d'indulgence chaque fois.)
  

« Ô Sang très Précieux de vie éternelle, prix et rançon de tout l'univers, breuvage et bain de nos âmes, qui soutenez sans cesse la cause des hommes auprès du trône de la suprême miséricorde ; je vous adore profondément, et je voudrais, autant qu'il est en mon pouvoir, vous dédommager des injures et des outrages que vous recevez sans cesse des hommes, et spécialement de ceux qui ont l'audace et la témérité de blasphémer contre vous. Et qui ne bénirait ce Sang d'une valeur infinie ? Qui ne se sentirait enflammé d'amour envers Jésus qui l'a répandu! Que serais-je moi-même, si je n'avais été racheté  par ce Sang divin! Qui l'a tiré des veines de mon Seigneur jusqu'à la dernière goutte ? Ah! Certainement, ce fut l'amour. Ô amour immense qui nous a donné un baume si salutaire!

Ô baume inestimable, qui a jailli de la source d'un amour immense, ah ! Faites que tous les cœurs, toutes les langues puissent vous louer, vous glorifier et vous remercier, maintenant et toujours, et jusque dans l'éternité. Ainsi soit-il. »



Saint Gaspard Del Bufalo (1786-1837)


Aujourd'hui fête de Sainte Brigitte de Suède, Co-Patronne de l'Europe avec Sainte Catherine de Sienne, Sainte Bénédicte de la Croix, Saint Cyrille et Saint Méthode, sa belle prière : Hommage vibrant à Notre Seigneur ! Que tous prient et intercèdent pour nous, que Dieu vienne au secours de l'Europe meurtrie et la sauve de tous ceux qui se conduisent comme de véritables barbares. Ainsi soit-il !


Prière de Sainte Brigitte de Suède


Béni soyez-vous, Jésus Christ mon Seigneur, qui avez prédit votre mort avant l'heure ; qui, à la dernière Cène, avez merveilleusement consacré avec du pain matériel votre corps qui nous rachète ; qui l'avez donné par amour aux Apôtres en mémoire de votre très précieuse passion ; vous qui, en leur lavant les pieds de vos très saintes et nobles mains, leur avez donné humblement un modèle d'humilité.
Honneur à vous, Jésus Christ mon Seigneur qui, par la peur de votre passion et de votre mort, avez fait jaillir une sueur sanglante de votre corps innocent ; pourtant vous avez accompli notre rédemption que vous vouliez réaliser ; et ainsi vous avez manifesté avec une parfaite évidence votre amour pour le genre humain.

Béni soyez-vous, Jésus Christ mon Seigneur, qui fûtes conduit devant Caïphe et qui avez humblement permis, vous qui êtes le juge de tous, qu'on vous livrât au jugement de Pilate.

Gloire à vous, Jésus Christ mon Seigneur, pour les moqueries que vous avez subies : vous avez été revêtu de pourpre, couronné d’épines très aiguës, et vous avez supporté avec une grande patience de recevoir des crachats sur votre face glorieuse, d'avoir les yeux voilés et d'être frappé durement à la machoire et au cou par les mains cruelles des impies.

Louange à vous, mon Seigneur Jésus Christ, qui vous êtes laissé lier à la colonne, atrocement flageller, conduire et montrer tout sanglant au tribunal de Pilate, avec une infinie patience, comme l'Agneau innocent.

Honneur a vous, Jésus Christ mon Seigneur : avec tout votre glorieux corps ensanglanté, vous avez été condamné à mourir sur la croix ; vous avez douloureusement porté la croix sur vos saintes épaules ; et, conduit par des furieux au lieu de votre passion, puis dépouillé de vos vêtements, vous avez voulu être ainsi cloué à la croix.

Perpétuel honneur à vous, Seigneur Jésus Christ : dans une telle angoisse vous avez regardé avec des yeux d'amour votre noble mère qui n'avait jamais commis de péché ni consenti à la plus légère faute ; et pour sa consolation vous l'avez confiée à la garde de votre disciple.

Bénédiction éternelle à vous, Jésus Christ mon Seigneur : dans les affres de la mort, vous avez donné à tous les pécheurs l'espérance du pardon lorsque vous avez miséricordieusement promis la gloire du paradis au malfaiteur qui se tournait vers vous.

Louange éternelle à vous, Jésus Christ mon Seigneur, pour cette heure où vous avez souffert sur la croix, pour nous pécheurs, les plus grandes amertumes et les angoisses les plus extrêmes ; car les souffrances très aiguës de vos blessures atteignaient durement votre âme et transperçaient cruellement votre cœur sacré ; finalement votre cœur a éclaté, vous avez rendu l'esprit et, penchant la tête, vous êtes remis humblement aux mains de Dieu votre Père, et alors votre corps a connu le froid de la mort.

Béni soyez-vous, Jésus Christ mon Seigneur, qui avez racheté les âmes par votre sang précieux et votre mort sacrée, qui les avez miséricordieusement ramenées de l'exil à la vie éternelle.

Béni soyez-vous, Jésus Christ mon Seigneur, qui pour notre salut avez permis que votre côté et votre cœur fussent percés par la lance, et qui avez fait jaiilir de votre côté les flots de votre sang précieux pour nous racheter.

Gloire à vous, Jésus Christ mon Seigneur, parce que vous avez voulu que votre corps béni fût déposé de la croix par vos amis et couché dans les bras de votre mère très douloureuse ; et parce que vous avez permis qu'elle l'enveloppât de linges, qu'il fût mis au tombeau et gardé par des soldats.

Honneur éternel à vous, Jésus Christ mon Seigneur, qui êtes ressuscité des morts le troisième jour ; qui vous êtes manifesté vivant aux témoins de votre choix ; qui, après quarante jours, êtes monté au ciel à la vue de beaucoup, et qui y avez établi avec honneur vos amis que vous avais délivrés des enfers.

A vous, jubilation et louange éternelle, Seigneur Jésus Christ, qui avez envoyé le Saint-Esprit dans le cœur de vos disciples et avez développé en eux un amour infini de Dieu.

Béni soyez-vous, digne de louange et de gloire éternellement, Jésus mon Seigneur, qui trônez dans votre royaume céleste dans la gloire de votre divinité, vivant corporellement avec vos membres très saints que vous avez tirés de la chair de la Vierge. Et c’est ainsi que vous viendrez au jour du jugement pour juger les âmes de tous, vivants et morts. Vous qui vivez et régnez avec le Père et le Saint-Esprit pour les siècles des siècles. Amen.








_________________

Quand je dis Dieu c'est un poème, c'est une étoile dans ma vie, 
du feu qui coule dans mes veines, un grand soleil pour aujourd'hui !
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Juillet : Dévotion Au Précieux Sang de Notre Seigneur Jésus Christ   Aujourd'hui à 13:35

Revenir en haut Aller en bas
 
Juillet : Dévotion Au Précieux Sang de Notre Seigneur Jésus Christ
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum de prières :: DISCUSSION GÉNÉRALE-
Sauter vers: