Forum de prières

Prières, forum religion catholique, Jésus et Marie, informer des dangers du Nouvel Ordre Mondial, Illuminatis, l'antechrist, etc...
 
AccueilPortailS'enregistrerConnexion
Derniers sujets
» Donne-nous notre Pain de ce jour (Vie) : Parole de DIEU
Aujourd'hui à 16:05 par Lumen

» ROSAIRE PERPÉTUEL
Aujourd'hui à 14:31 par laurent49

» Reçois le flot de grâces et d'Amour que le Père déverse en toi en ce moment!
Aujourd'hui à 14:03 par Robert

» Message-Lumière de la Famille Myriam
Aujourd'hui à 12:28 par Lumen

»  Une minute avec Marie
Aujourd'hui à 11:48 par Lumen

» Pensées Salésiennes : A Tous Les Amis De Saint François De Sales Et Don Bosco
Aujourd'hui à 11:04 par Lumen

» Prières
Aujourd'hui à 8:16 par Mea culpa

» Il a prêché sur cette prière durant quarante jours !
Aujourd'hui à 0:59 par Robert

» « Celui qui fait la volonté de Dieu, celui-là est mon frère, ma sœur, ma mère »
Aujourd'hui à 0:56 par Robert

» demande de prieres
Aujourd'hui à 0:48 par laurent49

» Marche Dans La Bible Pour Connaître Les chemins Du Seigneur !
Hier à 23:23 par Lumen

» Le Mois De L'Enfant Jésus - Abbé Le Tourneur
Hier à 22:56 par Lumen

»  Donne-Moi tes préoccupations et tes soucis.
Hier à 14:08 par Robert

» Remplis de consolation en voyant Son œuvre
Hier à 2:52 par Robert

» « Il expulse les démons »
Hier à 2:49 par Robert

» Reconnaissez que vous êtes des pécheurs, donnez-Moi vos «oui»; accueillez Mon Amour.
Dim 22 Jan - 15:23 par Robert

» Ministre de la bonté
Dim 22 Jan - 1:19 par Robert

» « Le peuple qui habitait dans les ténèbres a vu se lever une grande lumière »
Dim 22 Jan - 1:09 par Robert

» Un père, une mère qui élèvent leur fils !
Sam 21 Jan - 16:33 par Robert

» Tu es présentement dans un grand passage qui te conduit à la plénitude de l'Amour.
Sam 21 Jan - 16:30 par Robert

» Pape François: Devant la mort et le danger, l'homme fait l'expérience de sa fragilité
Sam 21 Jan - 12:25 par Raphaël de l'Enfant Jésus

» Jésus, un homme mangé
Sam 21 Jan - 0:51 par Robert

» N'oublie pas ce qui est essentiel pour toi:
Ven 20 Jan - 13:18 par Robert

» « Elle ne m’a pas parlé, mais j’ai tout compris »
Ven 20 Jan - 11:25 par dvdenise

» Les vrais changements à apporter dans l'Église
Ven 20 Jan - 10:52 par dvdenise

» « Il appela ceux qu'il voulait... pour qu'ils soient avec lui »
Ven 20 Jan - 0:34 par Robert

» Mon enfant, plus tu acceptes de passer du temps avec Moi,
Jeu 19 Jan - 13:32 par Robert

» La révélation progressive d’un Plan
Jeu 19 Jan - 8:48 par dvdenise

» « Beaucoup de gens... avaient appris tout ce qu'il faisait, et ils vinrent à lui »
Jeu 19 Jan - 1:52 par Robert

» Pape François: Baptisés, soyez courageux, ne vous arrêtes pas !
Mer 18 Jan - 18:41 par Raphaël de l'Enfant Jésus

Qui est en ligne ?
Il y a en tout 25 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 1 Invisible et 24 Invités :: 1 Moteur de recherche

Aucun

Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 264 le Jeu 27 Mar - 22:02

Partagez | 
 

 Père, si Léa meurt, alors, s’il te plaît, je veux mourir aussi !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
dvdenise



Messages : 626
Date d'inscription : 05/02/2013
Age : 64
Localisation : Région Trois-Rivières, Québec, Canada

MessageSujet: Père, si Léa meurt, alors, s’il te plaît, je veux mourir aussi !   Lun 14 Nov - 7:06

Témoignage de Myriam F.

Octobre 1997, je suis hospitalisée au CHU d’Angers. Je suis enceinte de cinq mois et trois semaines d’une petite fille que nous avons déjà décidé d’appeler Léa. Je fais partie de la génération “Distilbène” ce médicament qui a abîmé tant d’utérus de petite fille dans le sein de leur maman. Avant Léa j’ai porté dans mon sein Simon, décédé à la naissance, puis Pierre et Paul partis eux aussi. Léa, c’était déjà notre perle précieuse, notre Amérique… Léa, c’était notre espérance, la certitude des choses que nous ne voyions pas encore. Perdre Léa était impensable car notre coupe de douleur n’était déjà que trop remplie de larmes. Nous avions traversé les vallées de la mort et cette enfant nous annonçait des journées ensoleillées.

Je me trouvais donc allongée. La situation était de plus en plus critique, sans aucun signe d’amélioration. Les contractions allaient et venaient, menaçantes, car Léa était trop petite, il fallait tenir quelque temps encore avant d’être transférée dans le service néonatal. Je me souviens de ce jour où j’ai pris conscience que je pouvais perdre ma fille. Cette éventualité était inadmissible, il me semblait que je ne pourrais y survivre, du moins psychiquement. J’étais lasse du combat, fatiguée, usée. Dans un grand cri de détresse j’ai fait cette prière “Père, si Léa meurt, alors, s’il te plaît, je veux mourir aussi !”  

Crucifiée ! Quelque dix jours plus tard, une échographie révèle la cause des contractions. Un hématome s’est formé dans l’utérus, quasi aussi gros que le bébé. 1er novembre  : dès le matin les contractions sont de plus en plus fortes et peu avant midi, je suis emmenée d’urgence pour accoucher, consciente une fois de plus que je ne bercerais jamais mon enfant. À ce jour encore je sens dans mon dos les vibrations du chariot qui roule à grande vitesse dans les couloirs des urgences, à cet instant, je suis crucifiée dans mon cœur. Puis tout va très vite. Les contractions s’accélèrent, trop douloureuses car elles écrasent à chaque fois cet énorme hématome. J’entends vaguement les voix des infirmières, elles ont des problèmes “on n’a pas le temps de lui faire ceci, vite, vite !” plus tard je compris que ma vie était en jeu. La souffrance est intolérable, au-delà du supportable, puis tout à coup… plus rien…  

Un amour inconditionnel Je suis dans une grande paix, baignée dans la Présence du Père. Je me sens tellement aimée et surtout sans condition. L’inconditionnalité est le mot pour décrire cet amour, et ce mot est bien fade cependant. Le Père me rappelle ma prière et me dit que maintenant je suis libre de rester ou de revenir sur la terre. Libre est un mot bien faible, car j’étais royalement libre, divinement libre. Le Père m’a montré que ma prière avait été dite dans un tel dépouillement, une telle nudité, qu’elle avait été comme une flèche en or qui était allée directement dans son Cœur. Je comprenais qu’au Ciel la pauvreté avait son pesant d’or  ! oh combien j’étais prête à rester en cette délicieuse Présence.

A cet “instant”, j’entendis des milliers de voix chantantes arriver jusqu’à moi dans une brise mélodieuse, et perçus en même temps la présence de nombreuses personnes, qui d’un seul cœur me disaient “Myriam, Myriam, il y a tellement à faire pour Jésus sur la terre !”.

Je répondis “alors je reste” et me retrouvai sur notre terre, dans ma chair. Ce jour-là, j’ai tenu ma fille Léa “morte” dans mes bras et je me souviens, tout en la regardant, avoir réalisé combien la vie est un mystère qui nous dépasse et combien Dieu en est le maître. Depuis je suis à genoux dans mon cœur devant un tel mystère et la présence d’un tout-petit est pour moi aussi intense que mes moments d’adoration.  

C’était le 1er novembre 1997, fête de tous les saints, moi je l’avais oublié, mais eux étaient venus m’accompagner.
Revenir en haut Aller en bas
 
Père, si Léa meurt, alors, s’il te plaît, je veux mourir aussi !
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum de prières :: MARIE-
Sauter vers: