À Toi NOTRE PÈRE par les Saints Cœurs de JÉSUS, MARIE et JOSEPH..

Forum Catholique sous la protection de Saint Michel, faisant mémoire de Sylvie la fondatrice, Prières, Dévotions au Sacré Coeur, au Coeur Immaculé de Marie, au Coeur Chaste de Joseph et autres, Fidélité aux 3 Blancheurs et au Magistère de l'Eglise...
 
AccueilPortailS'enregistrerConnexion
Derniers sujets
» Avent dans la Ville 2017 : • Jésus, Lumière des nations •
par Lumen Aujourd'hui à 14:39

» Donne-nous notre Pain de ce jour (Vie) : Parole de DIEU*
par Lumen Aujourd'hui à 14:20

» Textes Liturgiques du Lundi 11 décembre 2017 : 2ème Semaine de l'Avent.
par Lumen Aujourd'hui à 13:00

» ROSAIRE PERPÉTUEL
par Raphaël de l'Enfant Jésus Aujourd'hui à 10:00

» Pensée du jour: Mon enfant, l'Amour ne s'impose pas. Il ne prend que la place que tu Lui accordes...
par Raphaël de l'Enfant Jésus Aujourd'hui à 9:53

» En ce temps de l’Avent nous sommes invités à contempler Marie
par Raphaël de l'Enfant Jésus Aujourd'hui à 9:31

» **Le mois de Jésus naissant**
par Lumen Hier à 20:50

» Prions avec Luisa Piccarreta
par Lumen Hier à 20:04

» Prières
par Lumen Hier à 19:08

» Non aux armes nucléaires, oui à «la liberté, l’intelligence et la capacité» de paix
par Raphaël de l'Enfant Jésus Hier à 19:01

» Emmanuel !
par Lumen Hier à 19:00

» Angélus: parler avec douceur, pour préparer la venue du Christ doux et humble de Coeur
par Raphaël de l'Enfant Jésus Hier à 18:49

» Chapelet du dimanche 10 décembre 2017 à Lourdes
par Raphaël de l'Enfant Jésus Hier à 18:36

» « Consolez, consolez mon peuple, — dit votre Dieu
par Lumen Hier à 18:35

» Prier le Notre Père avec saint Thomas d'Aquin
par Lumen Hier à 17:49

» Pour l'Avent: "Avec S. Augustin, désirer la venue du Seigneur"
par Lumen Hier à 17:25

» Textes Liturgiques du Dimanche 10 décembre 2017 : 2ème Semaine de l'Avent.
par Lumen Hier à 15:02

» L’Angleterre de nouveau « dot de Marie » dès 2020
par Raphaël de l'Enfant Jésus Hier à 9:46

» Pensée du jour: Enfant chéri de Mon Coeur, viens te jeter dans Mes bras.
par Raphaël de l'Enfant Jésus Hier à 9:16

» La bonne hauteur
par Lumen Hier à 0:33

» Heureux qui espère le Seigneur !
par Lumen Sam 9 Déc 2017 - 23:42

» Mois de Notre Dame de la Salette
par Lumen Sam 9 Déc 2017 - 22:33

» Immaculée Conception
par Lumen Sam 9 Déc 2017 - 21:33

» Prions pour et avec les malades
par Lumen Sam 9 Déc 2017 - 19:24

» Prions pour le respect des droits de l'homme
par Lumen Sam 9 Déc 2017 - 19:15

» Pour son diocèse, le pape demande à Marie une « bonne habitude » quotidienne
par Raphaël de l'Enfant Jésus Sam 9 Déc 2017 - 18:59

» Prions le chapelet avec les témoins de la foi
par Lumen Sam 9 Déc 2017 - 18:54

» Journée contre la corruption: « un mal construit sur l’idolâtrie de l’argent »
par Raphaël de l'Enfant Jésus Sam 9 Déc 2017 - 18:48

» Sainte-Marthe : comment savoir si je suis humble ?
par Raphaël de l'Enfant Jésus Sam 9 Déc 2017 - 18:42

» Chapelet du samedi 9 décembre 2017 à Lourdes
par Raphaël de l'Enfant Jésus Sam 9 Déc 2017 - 18:16

» Textes Liturgiques du Samedi 09 décembre 2017 : 1ère Semaine de l'Avent.
par Lumen Sam 9 Déc 2017 - 12:43

» Pensée du jour: Mon enfant, oui, J'ai entendu ta prière, Je la fais Mienne et Je la présente au Père.
par Raphaël de l'Enfant Jésus Sam 9 Déc 2017 - 10:01

» Là où est la mère, le sens de l’unité triomphera toujours
par Raphaël de l'Enfant Jésus Sam 9 Déc 2017 - 9:49

» Le Vatican va autoriser le culte marial à Medjugorje
par Lumen Ven 8 Déc 2017 - 23:19

» Prier avec le Frère Charles de Foucauld
par Lumen Ven 8 Déc 2017 - 22:30

» Le Coeur de Marie et la Reconquête du Monde
par Lumen Ven 8 Déc 2017 - 21:49

» Fête de l’Immaculée: le plus beau compliment
par Raphaël de l'Enfant Jésus Ven 8 Déc 2017 - 20:57

» Messe internationale du 8 décembre 2017 au Sanctuaire de Lourdes
par Raphaël de l'Enfant Jésus Ven 8 Déc 2017 - 20:43

» Chapelet du vendredi 8 décembre 2017 à Lourdes
par Raphaël de l'Enfant Jésus Ven 8 Déc 2017 - 20:35

» Tu es la Toute Belle, ô Marie !
par Lumen Ven 8 Déc 2017 - 20:05

Qui est en ligne ?
Il y a en tout 18 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 18 Invités :: 2 Moteurs de recherche

Aucun

Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 264 le Jeu 27 Mar 2014 - 20:02

Partagez | 
 

 La Personne un Sacrement ! Aide médicale à mourir ??

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Lumen
Admin
avatar

Messages : 4503
Date d'inscription : 18/10/2014
Localisation : France

MessageSujet: La Personne un Sacrement ! Aide médicale à mourir ??   Ven 11 Aoû 2017 - 20:53

Prions pour l'Eucharistie, les sacrements et les prêtres



LE RÉSUMÉ - Prions pour la Sainte Eucharistie de N-S Jésus-Christ afin qu'Elle ne soit pas menacée ! Prions aussi pour tous les sacrements ! Prions enfin pour les prêtres dont nous avons grand besoin !

LA PERSONNE UN SACREMENT ! AIDE MÉDICALE À MOURIR ??








Lorsque l'on nous dit « théologie », peu d'entre nous pense « corps » ; à l'inverse lorsque l'on parle du corps, nous ne faisons pas nécessairement le lien avec Dieu. L'expression « Théologie du Corps » peut ainsi sembler une construction artificielle entre deux réalités qui n'ont rien à voir.

Cela démontre à quel point la vision du monde moderne s'est ancrée dans nos esprits et comment nous nous sommes éloignés d'une vision véritablement chrétienne. Bien sûr, nous ne pouvons voir Dieu ; cependant, le Verbe s'est fait chair et il a habité parmi nous et ainsi s'est rendu visible dans le corps de Jésus, Dieu qui est par nature invisible est devenu visible à nos yeux.

Rendre visible l'invisible, c'est ce que Jean-Paul II entend par « sacrement » (dans un sens plus large que les 7 sacrements) : le corps humain est sacrement de la personne dans la mesure où il indique qu'il y a chez lui plus que chez les animaux ; le corps du Christ est sacrement de la personne divine.

Ainsi le corps humain n'est pas seulement biologique, mais également théologique. Selon le Pape, seul le corps est capable de rendre visible l'invisible. Contrairement à l'idée largement répandue même chez les catholiques, la personne humaine n'est pas un esprit piégé dans un corps ; le corps n'est pas une carapace. L'être humain est une union profonde d'un corps et d'une âme : la personne humaine n'a pas un corps, elle « est » un corps.

Je ne veux pas m’avancer davantage avec trop de désinvolture dans ces questions, puisque le Saint-Père y a consacré patiemment 129 catéchèses… car ceci ne me sert que d’introduction au sujet sur lequel je veux réfléchir…

Certes, nous serons tous d’accord pour dire que la vie est précieuse, mais pas infinie. Mais lorsque nous sommes confrontés à un pronostic sombre, quelle est notre réaction dans un monde où s’ouvre maintenant différentes alternatives ?



À PARTIR DU PRINCIPE QUE LA PERSONNE HUMAINE « EST UN SACREMENT » QUE PENSER DE L’AIDE MÉDICAL À MOURIR DANS LA DIGNITÉ ?

Nous devons avoir des motifs solides pour empêcher une personne rationnelle d’agir selon ses meilleurs intérêts. Les arguments courants contre la légalisation de l’aide médicale à mourir sont présentés comme un souci des effets sur les personnes vulnérables, de la disponibilité des soins palliatifs et des médecins en tant que groupe.

Même si les soins palliatifs fonctionnent bien, la légalisation de l’aide à mourir s’accompagne d’une stratégie très large. Même si certains médecins affirment que l’aide médicale à mourir nuit à la relation médecin-patient, l’association médicale canadienne a essentiellement rejeté cet argument où 90 % des membres qui se sont dits inquiets que l’aide médicale à mourir viole le serment d’Hippocrate et ont suggéré la création d’une nouvelle profession de praticiens de l’euthanasie.



Le suicide en fin de vie comme nouvelle norme sociale

L'idée glace le sang !  La vision imminente de la mort, le suicide ne devient qu’un remède humanisant et accrédité par l'État. Le meurtre, élevé au rang des gestes de compassion pour tout un chacun. Il y a de quoi s'inquiéter sur notre rapport à la mort, à la souffrance et au suicide. Cela renforce l'idée que mourir est une solution à la souffrance.

La fin de vie étant à définition variable, et considérant le caractère éminemment subjectif de la douleur, l'éventuelle loi de l’ « aide médicale à mourir » s'appliquera-t-elle à toute personne qui considère que sa souffrance est inacceptable, que celle-ci soit physique ou psychologique ? Partant du fait qu'il est très difficile de discriminer entre la douleur des uns et des autres, surtout lorsqu'il est question de souffrance psychique, la reconnaissance du « droit » à mourir a alors le bras long. En transgressant aujourd'hui l'interdit de tuer pour, dit-on, une minorité de gens, nous ouvrons une porte à la pratique de l'euthanasie pour les personnes atteintes de maladies dégénératives, les personnes handicapées, les mineurs, les personnes vivant avec un trouble de santé mentale, mais également pour les personnes en simple « souffrance psychologique ». Est-ce cela le progrès ? Chercher à ce point à épouser une citoyenneté « productive » et se détourner de toute épreuve de l'existence humaine au point de s'extirper de cette dernière pour toujours ?



Et la conscience ?

Quoi qu’il en soit, dans la société, il y aura toujours des gens favorables et d’autres défavorables… Comme pour l’avortement ! Moi-même, chrétienne dont la foi conduit à croire en un Dieu qui a pour chacune de ses créatures un lien d’amour infini, je crois que la vie nous est donnée comme le cadeau le plus précieux qui soit. Je crois que chaque souffle qui nous est concédé est une occasion de nous rapprocher de Lui, dans le bonheur comme dans la souffrance et que c’est là, bien plus que dans notre liberté, que réside notre dignité.


La loi de la foi…

On retiendra que seul l’amour est digne de foi. Les seules fins de vie dignes de ce nom sont tributaires de l’amour qui les anime et les accompagne. C’est une des raisons et peut-être la raison principale expliquant la réticence des agents au service des soins palliatifs contre la pratique de l’aide médicale à mourir. Le mouvement de l’accompagnement palliatif est de marque chrétienne quant à son origine et il en hérite encore quant à son esprit. L’amour chrétien est plus riche, plus complexe et plus profond que toutes les autres formes possibles.

Là est le lieu d’un véritable mystère et, sous cet angle du point de vue de Dieu, le ciel est pour tous.

C’est nos efforts pour comprendre et réagir de façon pastorale à la question qui en est l’enjeu principal ! Et l’exemple de Jésus est déterminant !   On se souviendra que celui-ci prodigua des soins à des personnes plongées dans le désarroi en marchant avec les disciples sur le chemin d’Emmaüs. Qu’Il écoutât, encouragea toutes les personnes à lui partager ce qui les troublait profondément. Le ministère de Jésus nous rappelle l’incidence bénéfique des soins pastoraux en temps de situations critiques et nous fait comprendre que de tels soins passent, d’une part, par l’écoute de ceux et celles qui souffrent et, d’autre part, par l’accompagnement de ces personnes dans leur situation de vie.  Nous pourrions nous demander d’où vient le grand désir de couper sur la présence pastorale signifiante auprès mes malades ?  Les prêtres sont maintenant devenus quasi des exclus d’un lieu où ils sont les plus importants !!!?

De plus, la forme d’accompagnement que reçoive les malades apportent des fruits spirituels qu’aucune personne décidant de mettre fin à ses jours ne pourrait savourer… Faut-il savoir que le processus de la mort ne se fait pas automatiquement !  Telle une naissance, il demande du temps… temps de contractions, de lâcher prise, d’agonie, pour renaître à une autre vie ! Quelles grâces d’être auprès d’un malade et de lui demander : « et puis, avez-vous vu des gens prêts à vous accueillir de l’autre coté ? Les avez-vous reconnus ?  Vous avez-vu qui ?  La lumière !  Et de contempler les visages qui peu à peu se détendent en souriant et partent en disant comme dernières paroles :« Oui, mon monde m’attend et c’est tellement beau…je ne veux pas revenir ici, laissez-moi partir » !

Voilà la véritable compassion, la tendresse et la Miséricorde de Dieu pour tous ses enfants.  Ce n’est pas parce que nous voulons occulter la souffrance et la faire disparaître de nos yeux, où ne plus la vivre que le Seigneur ne se fait pas présent.  Le problème de notre société est que nous avons perdu le sens de la souffrance, et tant que nous ne la retrouverons pas nous TENTERONS DE LA TUER AVEC LES PERSONNES QUI LA VIVE !  Si la souffrance n’avait aucun sens, le Christ ne serait pas venu souffrir sur la terre pour nous sauver !!!  L’euthanasie et le suicide médicalement assisté peuvent être des pratiques considérées légales, mais ces pratiques ne reflètent pas nos valeurs chrétiennes sur le sens de la vie, de la souffrance et de la mort. L’Évangile est un message de bonne nouvelle et d’espérance devant la douleur et la souffrance. Il offre une vision de la vie et de la mort qui met l’accent sur le mystère central de notre foi : la Résurrection. Quand nous proclamons le Christ est mort, le Christ est ressuscité, le Christ reviendra, nous professons que la mort n’est pas le dernier mot sur la vie et que la vie, pour les chrétiens et chrétiennes, ne prend pas fin à la mort.



Soeur Joanne-Marie.




Dans le Coeur de Jésus




_____________________________________________________________



Prions pour l'Eucharistie, les sacrements et les prêtres





Nous t'adorons et nous te bénissons,
Ô très saint Seigneur Jésus Christ,
ici et dans toutes les églises du monde entier.
Nous te remercions d'avoir racheté
le monde par ta sainte Croix.

_________________

Quand je dis Dieu c'est un poème, c'est une étoile dans ma vie, 
du feu qui coule dans mes veines, un grand soleil pour aujourd'hui !
Revenir en haut Aller en bas
 
La Personne un Sacrement ! Aide médicale à mourir ??
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
À Toi NOTRE PÈRE par les Saints Cœurs de JÉSUS, MARIE et JOSEPH.. :: LE SAINT SACRIFICE DE LA MESSE :: Le Sacrement de l'Eucharistie-
Sauter vers: