À Toi NOTRE PÈRE par les Saints Cœurs de JÉSUS, MARIE et JOSEPH..

Forum Catholique sous la protection de Saint Michel, faisant mémoire de Sylvie la fondatrice, Prières, Dévotions au Sacré Coeur, au Coeur Immaculé de Marie, au Coeur Chaste de Joseph et autres, Fidélité aux 3 Blancheurs et au Magistère de l'Eglise...
 
AccueilPortailS'enregistrerConnexion
Derniers sujets
» Prières
par Mea culpa Aujourd'hui à 6:15

» Messe internationale du dimanche 22 juillet 2018 à Lourdes
par Raphaël de l'Enfant Jésus Hier à 21:22

» Procession eucharistique du dimanche 22 juillet 2018 à Lourdes
par Raphaël de l'Enfant Jésus Hier à 21:17

» *LE SAINT ROSAIRE PERPÉTUEL*
par Lumen Hier à 21:17

» 2008 /Sœur Emmanuelle, religieuse de Notre-Dame de Sion
par Lumen Hier à 20:54

» XIIe s. /Notre-Dame de Fourvière, Gardienne de Lyon
par Lumen Hier à 20:31

» Le Dogme du Purgatoire illustré par des Faits et des Révélations Particulières: Chapitre 20
par Raphaël de l'Enfant Jésus Hier à 19:35

» Bible PDF : La Sanctification !
par Lumen Hier à 19:34

» Chapelet du dimanche 22 juillet 2018 à Lourdes
par Raphaël de l'Enfant Jésus Hier à 19:11

» Angélus : la vérité du Christ, pour « trouver la juste orientation de la vie »
par Raphaël de l'Enfant Jésus Hier à 19:06

» Pensée du jour: Mon enfant, chaque fois que tu trouves ta souffrance lourde et difficile à porter, viens te jeter dans Mes bras.
par Raphaël de l'Enfant Jésus Hier à 18:53

» Un mot spirituel quotidien
par Lumen Hier à 16:21

» Jésus, trouve son repos dans l'Amour des âmes; Il se repose en aimant.
par Lumen Hier à 16:13

» Apprendre à prier : 14e jour : Les distractions
par Lumen Hier à 16:03

» Texte de Saint Josémaria : “Les enfants sont ce qu'il y a de plus important”
par Lumen Hier à 15:49

» Jésus aujourd'hui : « Venez à l’écart dans un endroit désert, et reposez-vous un peu »
par Lumen Hier à 15:43

» Parole de DIEU* : Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour (Vie), Amen !
par Lumen Hier à 15:07

» Tout enfant, elle récitait le Rosaire !
par Raphaël de l'Enfant Jésus Hier à 15:05

» Dieu, qui es-tu ?
par Raphaël de l'Enfant Jésus Hier à 14:55

» Procession des cyclistes avant le départ du Tour de France
par Raphaël de l'Enfant Jésus Sam 21 Juil 2018 - 20:12

» Procession eucharistique du samedi 21 juillet 2018 à Lourdes
par Raphaël de l'Enfant Jésus Sam 21 Juil 2018 - 20:09

» Louez Dieu tous les jours en musique
par Lumen Sam 21 Juil 2018 - 20:01

» La dévotion au Cœur Immaculé de Marie : Le troisième point du secret
par Lumen Sam 21 Juil 2018 - 19:52

» Bible PDF : Le Royaume De Dieu Est Au-Dedans De Vous !
par Lumen Sam 21 Juil 2018 - 19:25

» Prier pour la conversion des pécheurs
par Lumen Sam 21 Juil 2018 - 19:03

» Chapelet du samedi 21 juillet 2018 à Lourdes
par Raphaël de l'Enfant Jésus Sam 21 Juil 2018 - 18:46

» Le Dogme du Purgatoire illustré par des Faits et des Révélations Particulières: Chapitre 19
par Raphaël de l'Enfant Jésus Sam 21 Juil 2018 - 18:36

» Un enfant de Dieu, chaque matin dit : je vais aimer, c'est ma mission.
par Lumen Sam 21 Juil 2018 - 18:28

» Apprendre à prier : 13e jour : Vivre en conformité avec sa prière
par Lumen Sam 21 Juil 2018 - 18:18

» Texte de Saint Josémaria : “Introduire le Christ parmi les pauvres”
par Lumen Sam 21 Juil 2018 - 18:02

» Jésus aujourd'hui : « Les nations mettront en son nom leur espérance »
par Lumen Sam 21 Juil 2018 - 17:52

» Pensée du jour: Mon enfant, heureux es-tu d'avoir trouvé grâce à Mes yeux et d'accueillir autant d'Amour!
par Raphaël de l'Enfant Jésus Sam 21 Juil 2018 - 8:56

» Contre Satan, réfugions-nous dans les bras de la Mère
par Raphaël de l'Enfant Jésus Sam 21 Juil 2018 - 8:48

» Des songes heureux
par Raphaël de l'Enfant Jésus Sam 21 Juil 2018 - 8:39

» Comment adorer Jésus dans l'Eucharistie ?
par Lumen Sam 21 Juil 2018 - 0:40

» Priéres pour les vocations !
par Lumen Sam 21 Juil 2018 - 0:19

» Prions avec les chrétiens d'Orient
par Lumen Sam 21 Juil 2018 - 0:04

» 1871 /À Pontmain, la Vierge Marie fait prier des enfants en pleine guerre franco-prussienne
par Lumen Ven 20 Juil 2018 - 23:36

» 1846 /Notre-Dame de La Salette : les larmes d’une Mère
par Lumen Ven 20 Juil 2018 - 22:09

» Bible PDF : Compter Sur La Présence De Dieu !
par Lumen Ven 20 Juil 2018 - 21:13

Qui est en ligne ?
Il y a en tout 11 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 11 Invités :: 1 Moteur de recherche

Aucun

Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 264 le Jeu 27 Mar 2014 - 20:02

Partagez | 
 

 Catéchèse: « Guérir de la blessure de la mort »

Aller en bas 
AuteurMessage
Raphaël de l'Enfant Jésus
moderateur
avatar

Messages : 2222
Date d'inscription : 20/02/2015

MessageSujet: Catéchèse: « Guérir de la blessure de la mort »   Mer 18 Oct 2017 - 19:23

Catéchèse: « Guérir de la blessure de la mort » (traduction intégrale)


« Je suis la résurrection et la vie »







« Jésus a éclairé le mystère de notre mort », affirme le pape François: « Si elle est présente dans la création, elle est cependant une blessure qui défigure le dessein d’amour de Dieu et le Sauveur veut nous en guérir. »

Le pape François continue sa catéchèse sur l’espérance. Il a abordé le thème de l’espérance chrétienne en lien avec la réalité de la mort, au cours de l’audience générale de ce mercredi 18 octobre 2017, sur la Place Saint-Pierre, devant des dizaines de milliers de visiteurs.

« Chaque fois que la mort vient déchirer le tissu de la foi et des liens qui nous sont chers », Jésus nous dit : « “Je ne suis pas la mort, je suis la résurrection et la vie, crois-tu cela ? Crois-tu cela ?” », insiste le pape. « Toute notre existence se joue ici, entre le versant de la foi et le précipice de la peur ».

Voici notre traduction intégrale de la catéchèse du pape donnée en italien.



HG

Catéchèse du pape François


Chers frères et sœurs, bonjour !

Aujourd’hui, je voudrais confronter l’espérance chrétienne avec la réalité de la mort, une réalité que notre civilisation moderne a de plus en plus tendance à effacer. Ainsi, lorsque la mort arrive, pour quelqu’un qui nous est proche ou pour nous-mêmes, nous nous retrouvons sans y être préparés, privés aussi d’un « alphabet » adapté pour ébaucher des paroles qui aient du sens autour de son mystère qui demeure de toutes façons. Et pourtant, les premiers signes de civilisation humaine sont justement passés à travers cette énigme. Nous pourrions dire que l’homme est né avec le culte des morts.

D’autres civilisations, avant la nôtre, ont eu le courage de la regarder en face. C’était un événement raconté par les personnes âgées aux nouvelles générations, comme une réalité inéluctable qui obligeait l’homme à vivre pour quelque chose d’absolu. Le psaume 89 dit : « Apprends-nous la vraie mesure de nos jours : que nos cœurs pénètrent la sagesse » (v.12). Compter ses jours fait que le cœur devient sage ! Des paroles qui nous renvoient à un sain réalisme, en chassant le délire de la toute-puissance. Que sommes-nous ? Nous sommes « un néant », dit un autre psaume (cf. 88,48.) ; nos jours passent très vite : même si nous vivions cent ans, à la fin, il nous semblera que tout a été un souffle. J’ai souvent entendu des personnes âgées dire : « Ma vie a passé comme un souffle… ».

Ainsi, la mort met notre vie à nu. Elle nous fait découvrir que nos actes d’orgueil, de colère et de haine étaient vanité : pure vanité. Nous nous rendons compte avec regret que nous n’avons pas suffisamment aimé et que nous n’avons pas cherché ce qui était essentiel. Et en revanche, nous voyons ce que nous avons semé de vraiment bon : les personnes aimées pour lesquelles nous nous sommes sacrifiés et qui, maintenant, nous tiennent la main.

Jésus a éclairé le mystère de notre mort. Par son comportement, il nous autorise à nous sentir peinés lorsqu’une personne chère s’en va. Lui-même s’est troublé « profondément » devant la tombe de son ami Lazare et « s’est mis à pleurer » (Jn 11,35). Dans cette attitude, nous sentons Jésus très proche, notre frère. Il a pleuré pour son ami Lazare.

Et alors Jésus prie le Père, source de la vie, et ordonne à Lazare de sortir du tombeau. Et c’est ce qui se produit. L’espérance chrétienne puise dans ce comportement que Jésus assume contre la mort humaine : si elle est présente dans la création, elle est cependant une blessure qui défigure le dessein d’amour de Dieu et le Sauveur veut nous en guérir.

Ailleurs les Évangiles racontent l’histoire d’un père dont la fille est très malade et il s’adresse avec foi à Jésus pour qu’il la sauve (cf. Mc 5,21-24.35-43). Et il n’y a pas de personnage plus émouvant que celui d’un père ou d’une mère qui a un enfant malade. Et aussitôt, Jésus se met en route avec cet homme qui s’appelait Jaïre. À un certain moment, quelqu’un de la maison de Jaïre arrive et lui dit que l’enfant est morte et que ce n’est plus la peine de déranger le Maître. Mais Jésus dit à Jaïre : « Ne crains pas, crois seulement ». « N’aie pas peur, continue seulement de garder cette flamme allumée ! ». Et puis, lorsqu’ils seront arrivés à la maison, il réveillera l’enfant de la mort et la rendra vivante à ses proches.

Jésus nous place sur cette « ligne de crête » de la foi. À Marthe qui pleure la disparition de son frère Lazare, s’oppose la lumière d’un dogme : « Moi, je suis la résurrection et la vie. Celui qui croit en moi, même s’il meurt, vivra ; quiconque vit et croit en moi ne mourra jamais. Crois-tu cela ? » (Jn 11,25-26). C’est ce que Jésus redit à chacun d’entre nous, chaque fois que la mort vient déchirer le tissu de la foi et des liens qui nous sont chers. Toute notre existence se joue ici, entre le versant de la foi et le précipice de la peur. Jésus dit : « Je ne suis pas la mort, je suis la résurrection et la vie, crois-tu cela ? Crois-tu cela ? » Nous, qui sommes aujourd’hui ici sur la place, croyons-nous cela ?

Nous sommes tous petits et sans défense devant le mystère de la mort. Mais quelle grâce si, à ce moment-là nous gardons dans le cœur la flamme de la foi ! Jésus nous prendra par la main, comme il a pris par la main la fille de Jaïre, et il redira encore une fois : « Talitha koum », « Jeune fille, lève-toi ! » (Mc 5,41). Il nous le dira, à chacun de nous : « Relève-toi, ressuscite ! ». Je vous invite, maintenant, à fermer les yeux et à penser à ce moment : celui de notre mort. Que chacun de nous pense à sa mort et s’imagine ce moment qui adviendra, quand Jésus nous prendra par la main et nous dira : « Viens, viens avec moi, lève-toi ». L’espérance finira là et ce sera la réalité, la réalité de la vie. Réfléchissez bien : Jésus lui-même viendra vers chacun de nous et nous prendra par la main, avec sa tendresse, sa douceur, son amour. Et que chacun répète dans son cœur la parole de Jésus : « Lève-toi, viens ! Lève-toi, viens ! Lève-toi, ressuscite ! »

C’est notre espérance devant la mort. Pour celui qui croit, c’est une porte qui s’ouvre tout grand, complètement ; pour celui qui doute, c’est un rayon de lumière qui filtre d’un seuil qui ne s’est pas fermé du tout. Mais pour nous tous, ce sera une grâce, lorsque cette lumière, de la rencontre avec Jésus, nous illuminera.


© Traduction de Zenit, Hélène Ginabat


Source: https://fr.zenit.org/articles/catechese-guerir-de-la-blessure-de-la-mort-traduction-integrale/
Revenir en haut Aller en bas
 
Catéchèse: « Guérir de la blessure de la mort »
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
À Toi NOTRE PÈRE par les Saints Cœurs de JÉSUS, MARIE et JOSEPH.. :: VIE ET ACTUALITE DE LA SAINTE EGLISE :: Le Pape François-
Sauter vers: