À Toi NOTRE PÈRE par les Saints Cœurs de JÉSUS, MARIE et JOSEPH..

Forum Catholique sous la protection de Saint Michel, faisant mémoire de Sylvie la fondatrice, Prières, Dévotions au Sacré Coeur, au Coeur Immaculé de Marie, au Coeur Chaste de Joseph et autres, Fidélité aux 3 Blancheurs et au Magistère de l'Eglise...
 
AccueilPortailS'enregistrerConnexion
Derniers sujets
» La dévotion au Cœur Immaculé de Marie : Le grand secret du 13 juillet 1917
par Lumen Hier à 23:48

» Prières
par Lumen Hier à 23:23

» Neuvaine Eucharistique à S. Eymard - 25 juillet - 2 août 2018 : Présentation
par Lumen Hier à 22:49

» Bible PDF : Le Maître De Notre Foi !
par Lumen Hier à 22:40

» Vivre Dans La Lumière : Je te loue d'avoir fait de moi une créature si merveilleuse
par Lumen Hier à 22:15

» Pour rayonner scoutement : Dans le sillage du Défi... une communauté scoute !
par Lumen Hier à 21:48

» Louez Dieu tous les jours en musique
par Lumen Hier à 21:19

» Un mot spirituel quotidien
par Lumen Hier à 21:00

» • ThéoDom • : Découvrir le livre de l'Apocalypse : Divine ménagerie
par Lumen Hier à 20:40

» Procession eucharistique du jeudi 19 juillet 2018 à Lourdes
par Raphaël de l'Enfant Jésus Hier à 20:18

» • ThéoDom • : Découvrir le livre de l'Apocalypse
par Lumen Hier à 20:16

» *LE SAINT ROSAIRE PERPÉTUEL*
par Lumen Hier à 19:59

» A la Halte Mariale de Notre-Dame de Cap-Chat : C'est Marie qui vous y accueillera
par Lumen Hier à 19:56

» Texte de Saint Josémaria : “Soyez vraiment... comme des enfants !”
par Lumen Hier à 19:21

» Jésus aujourd'hui : « Je suis doux et humble de cœur »
par Lumen Hier à 19:13

» Chapelet du jeudi 19 juillet 2018 à Lourdes
par Raphaël de l'Enfant Jésus Hier à 18:45

» 11e jour : Prier avec l’Ecriture – Actes des Apôtres 8
par Lumen Hier à 18:42

» Le Dogme du Purgatoire illustré par des Faits et des Révélations Particulières: Chapitre 17
par Raphaël de l'Enfant Jésus Hier à 17:44

» Parole de DIEU* : Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour (Vie), Amen !
par Lumen Hier à 14:02

» Pensée du jour: Mon enfant, Je brûle d'un grand désir de déverser sur toi des flots d'Amour dans ton cœur...
par Raphaël de l'Enfant Jésus Hier à 8:56

» Regardant la Sainte Vierge, je n'ai fait qu'un saut auprès d'Elle
par Raphaël de l'Enfant Jésus Hier à 8:48

» Loué sois-tu.
par Raphaël de l'Enfant Jésus Hier à 8:37

» La dévotion au Cœur Immaculé de Marie : Les prophéties du secret
par Lumen Mer 18 Juil 2018 - 19:20

» Tweet du pape : construire la civilisation de l’amour dans le quotidien
par Raphaël de l'Enfant Jésus Mer 18 Juil 2018 - 19:11

» La dévotion au Cœur Immaculé de Marie : Le Cœur Immaculé de Marie, voie de salut
par Lumen Mer 18 Juil 2018 - 19:04

» Messe internationale du mercredi 18 juillet 2018 à Lourdes
par Raphaël de l'Enfant Jésus Mer 18 Juil 2018 - 19:03

» Chapelet du mercredi 18 juillet 2018 à Lourdes
par Raphaël de l'Enfant Jésus Mer 18 Juil 2018 - 18:56

» Saint Pierre-Julien Eymard — Chapelle Corpus Christi
par Lumen Mer 18 Juil 2018 - 18:00

» Texte de Saint Josémaria : “Comme des enfants qui réclament la parole de Dieu”
par Lumen Mer 18 Juil 2018 - 17:18

» Bible PDF : La Porte Du Royaume !
par Lumen Mer 18 Juil 2018 - 17:04

» Le Dogme du Purgatoire illustré par des Faits et des Révélations Particulières: Chapitre 16
par Raphaël de l'Enfant Jésus Mer 18 Juil 2018 - 16:59

» Pensée du jour: Mon enfant, tourne ton regard vers Moi, et les événements qui se présenteront à toi...
par Raphaël de l'Enfant Jésus Mer 18 Juil 2018 - 16:44

» Quand les seniors de Staten Island donnent l’exemple
par Raphaël de l'Enfant Jésus Mer 18 Juil 2018 - 16:38

» SI TU SAIS
par Raphaël de l'Enfant Jésus Mer 18 Juil 2018 - 16:29

» Bible PDF : La Foi, Ce Mystère !
par Lumen Mer 18 Juil 2018 - 16:27

» « Que savent les enfants que les adultes ont oublié ? »
par Lumen Mer 18 Juil 2018 - 15:55

» Apprendre à prier : 10e jour : La foi – le don de soi
par Lumen Mer 18 Juil 2018 - 15:39

» Jésus aujourd'hui : « Ce que tu as caché aux sages et aux savants, tu l’as révélé aux tout-petits »
par Lumen Mer 18 Juil 2018 - 15:17

» Procession eucharistique du mardi 17 juillet 2018 à Lourdes
par Raphaël de l'Enfant Jésus Mar 17 Juil 2018 - 20:15

» Chapelet du mardi 17 juillet 2018 à Lourdes
par Raphaël de l'Enfant Jésus Mar 17 Juil 2018 - 20:12

Qui est en ligne ?
Il y a en tout 16 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 16 Invités :: 2 Moteurs de recherche

Aucun

Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 264 le Jeu 27 Mar 2014 - 20:02

Partagez | 
 

 Le paradis n’est pas un lieu de conte de fée

Aller en bas 
AuteurMessage
Raphaël de l'Enfant Jésus
moderateur
avatar

Messages : 2198
Date d'inscription : 20/02/2015

MessageSujet: Le paradis n’est pas un lieu de conte de fée   Jeu 26 Oct 2017 - 11:39

Le paradis n’est pas un lieu de conte de fée (traduction intégrale)


Audience générale du mercredi 25 octobre 2017







« Le paradis n’est pas un lieu de conte de fée, et encore moins un jardin enchanté. Le paradis est l’étreinte avec Dieu, Amour infini, et nous y entrons grâce à Jésus, qui est mort sur la croix pour nous. ». C’est ce qu’a affirmé le pape François, après avoir fait contempler la scène du dialogue entre Jésus et le bon larron, sur la croix.

Le pape François a conclu le cycle de catéchèses sur l’espérance chrétienne en parlant du paradis, « but de notre espérance », ce mercredi 25 octobre 2017, sur la Place Saint-Pierre, devant des milliers de visiteurs d’Italie et de partout dans le monde.

« Le bon larron nous rappelle notre véritable condition devant Dieu : que nous sommes ses enfants, qu’il éprouve de la compassion pour nous, qu’il est désarmé chaque fois que nous lui manifestons notre nostalgie de son amour », a expliqué le pape François.

Voici notre traduction de la catéchèse en italien du pape François.

HG



Catéchèse du pape François

Chers frères et sœurs, bonjour !

C’est la dernière catéchèse sur le thème de l’espérance chrétienne, qui nous a accompagnés depuis le début de cette année liturgique. Et je conclurai en parlant du paradis, comme but de notre espérance.

« Paradis » est l’un des derniers mots prononcés par Jésus sur la croix, adressé au bon larron. Arrêtons-nous un instant sur cette scène. Sur la croix, Jésus n’est pas seul. À côté de lui, à droite et à gauche, il y a deux malfaiteurs. Peut-être qu’en passant devant ces trois croix hissées sur le Golgotha, quelqu’un a poussé un soupir de soulagement en pensant que la justice était enfin rendue en mettant à mort ce genre de personnes.

À côté de Jésus, il y a aussi quelqu’un qui s’avoue coupable : quelqu’un qui reconnaît avoir mérité ce terrible supplice. Nous l’appelons le « bon larron » qui, s’opposant à l’autre, dit : nous, nous recevons ce que nous avons mérité par nos actions (cf. Lc 23,41).

Sur le Calvaire, en ce tragique et saint vendredi, Jésus est allé à l’extrême de son incarnation, de sa solidarité avec nous, pécheurs. Là, se réalise ce que le prophète Isaïe avait dit du Serviteur souffrant : « il a été compté avec les pécheurs » (53,21 ; cf. Lc 22,37).

C’est là, sur le Calvaire, que Jésus a son dernier rendez-vous avec un pécheur, pour lui ouvrir grand à lui aussi les portes de son Royaume. C’est intéressant : c’est la seule fois que le mot « paradis » apparaît dans les Évangiles. Jésus le promet à un « pauvre diable » qui, sur le bois de la croix, a eu le courage de lui adresser la plus humble des demandes : « Souviens-toi de moi quand tu viendras dans ton Royaume » (Lc 23,42). Il n’avait pas de bonnes œuvres à faire valoir, il n’avait rien, mais il se confie à Jésus, qu’il reconnaît innocent, bon, si différent de lui (v.41). Cette parole d’humble repentance a été suffisante pour toucher le cœur de Jésus.

Le bon larron nous rappelle notre véritable condition devant Dieu : que nous sommes ses enfants, qu’il éprouve de la compassion pour nous, qu’il est désarmé chaque fois que nous lui manifestons notre nostalgie de son amour. Dans les chambres de tant d’hôpitaux ou dans les cellules des prisons, ce miracle se répète d’innombrables fois : il n’y a pas une personne, aussi mal ait-elle vécu, à qui il ne reste que le désespoir et à qui la grâce soit interdite. Devant Dieu, nous nous présentons tous les mains vides, un peu comme le publicain de la parabole qui s’était arrêté pour prier au fond du temple (cf. Lc 18,13). Et chaque fois qu’un homme, faisant le dernier examen de conscience de sa vie, découvre que les manques dépassent de beaucoup les œuvres de bien, il ne doit pas se décourager, mais se confier à la miséricorde de Dieu. Et cela nous donne de l’espérance, cela nous ouvre le cœur !

Dieu est Père et il attend notre retour jusqu’au bout. Et lorsque le fils prodigue de retour commence à confesser ses fautes, son père lui ferme la bouche en l’embrassant (cf. Lc 15,20). Voilà Dieu : c’est comme cela qu’il nous aime !

Le paradis n’est pas un lieu de conte de fée, et encore moins un jardin enchanté. Le paradis est l’étreinte avec Dieu, Amour infini, et nous y entrons grâce à Jésus, qui est mort sur la croix pour nous. Là où est Jésus, se trouvent la miséricorde et le bonheur ; sans lui, se trouvent le froid et les ténèbres. À l’heure de la mort, le chrétien redit à Jésus : « Souviens-toi de moi ». Et même si plus personne ne se souvenait de nous, Jésus est là, à côté de nous. Il veut nous emmener dans le lieu le plus beau qui existe. Il veut nous y emmener avec ce peu ou beaucoup de bien qu’il y a eu dans notre vie, pour que rien ne soit perdu de ce qu’il avait déjà racheté. Et dans la maison du Père, il emportera aussi tout ce qui, en nous, a encore besoin de rachat : les manques et les erreurs d’une vie entière. C’est cela, le but de notre existence : que tout s’accomplisse et soit transformé en amour.

Si nous croyons cela, la mort cesse de nous faire peur et nous pouvons même espérer partir de ce monde de manière sereine, avec une grande confiance. Celui qui a connu Jésus ne craint plus rien. Et nous pourrons redire nous aussi les paroles du vieillard Siméon, lui aussi béni par sa rencontre avec le Christ, après une vie entière consumée dans l’attente : « Maintenant, ô Maître souverain, tu peux laisser ton serviteur s’en aller en paix, selon ta parole. Car mes yeux ont vu le salut » (Lc 2,29-30).

Et à cet instant, enfin, nous n’aurons plus besoin de rien, nous ne verrons plus de manière confuse. Nous ne pleurerons plus inutilement parce que tout est passé ; même les prophéties, même la connaissance. Mais l’amour, non, il demeure. Parce que « l’amour ne passera jamais » (cf. 1 Cor 13,8.).


© Traduction de Zenit, Hélène Ginabat


Source: https://fr.zenit.org/articles/le-paradis-nest-pas-un-lieu-de-conte-de-fee-traduction-integrale/
Revenir en haut Aller en bas
 
Le paradis n’est pas un lieu de conte de fée
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
À Toi NOTRE PÈRE par les Saints Cœurs de JÉSUS, MARIE et JOSEPH.. :: VIE ET ACTUALITE DE LA SAINTE EGLISE :: Le Pape François-
Sauter vers: