À Toi NOTRE PÈRE par les Saints Cœurs de JÉSUS, MARIE et JOSEPH..

Forum Catholique sous la protection de Saint Michel, faisant mémoire de Sylvie la fondatrice, Prières, Dévotions au Sacré Coeur, au Coeur Immaculé de Marie, au Coeur Chaste de Joseph et autres, Fidélité aux 3 Blancheurs et au Magistère de l'Eglise...
 
AccueilPortailS'enregistrerConnexion
Derniers sujets
» Prions aux intentions du Pape, défis de l'humanité
par Lumen Aujourd'hui à 15:55

» Je bénirai le Seigneur ...
par Lumen Aujourd'hui à 15:12

» ROSAIRE PERPÉTUEL
par Lumen Aujourd'hui à 14:53

» Jésus nous livre un grand secret : prier sans se décourager...
par Lumen Aujourd'hui à 14:50

» Neuvaine au Christ Roi de l'Univers : Du 16 au 26 novembre
par Lumen Aujourd'hui à 14:29

» Donne-nous notre Pain de ce jour (Vie) : Parole de DIEU*
par Lumen Aujourd'hui à 14:13

» La vision du Ciel de Saint André le fol en Christ
par Raphaël de l'Enfant Jésus Aujourd'hui à 11:54

» 56 apparitions de Marie pour demander d’une manière nouvelle l’Esprit Saint (II)
par Raphaël de l'Enfant Jésus Aujourd'hui à 10:24

» Pensée du jour: En acceptant Mon Amour, le mal et la souffrance sont vaincus.
par Raphaël de l'Enfant Jésus Aujourd'hui à 10:03

» Le Point Culminant
par Lumen Hier à 20:45

» Prières
par Raphaël de l'Enfant Jésus Hier à 20:23

» Une Crise Annoncée ?
par Lumen Hier à 20:20

» Chapelet du vendredi 17 novembre 2017 à Lourdes
par Raphaël de l'Enfant Jésus Hier à 20:14

» Catéchèse du pape Benoît XVI : Psaume 119 (118) "unique dans son genre", qui indique la voie du bonheur
par Lumen Hier à 19:51

» Vers la paix avec la spiritualité franciscaine
par Lumen Hier à 18:44

» Prions pour et avec les malades
par Lumen Hier à 18:12

» Chaque instant est un nouveau départ
par Lumen Hier à 18:01

» Dans la Divine Trinité, la communication est parfaite
par Lumen Hier à 17:47

» Neuvaine de la Présentation de Marie au Temple
par Lumen Hier à 13:07

» Consécration aux Cœurs de Jésus et Marie pour Notre Dame de Fatima
par Lumen Hier à 12:41

» Marie retrouve Jésus au temple
par Lumen Hier à 12:20

» 56 apparitions de Marie pour demander d’une manière nouvelle l’Esprit Saint (I)
par Raphaël de l'Enfant Jésus Hier à 10:15

» Pensée du jour: Apprends à te laisser guider par l'Amour. Je t'aime.
par Raphaël de l'Enfant Jésus Hier à 9:59

» Un grain de sel
par Lumen Jeu 16 Nov 2017 - 21:49

» Où est le Règne de Dieu ?
par Lumen Jeu 16 Nov 2017 - 20:53

» Chapelet du jeudi 16 novembre 2017 à Lourdes
par Raphaël de l'Enfant Jésus Jeu 16 Nov 2017 - 20:17

» Prier avec le Frère Charles de Foucauld
par Lumen Jeu 16 Nov 2017 - 15:24

» « Les religieux de saint Joseph nous ont appris à aimer Notre Dame »
par Raphaël de l'Enfant Jésus Jeu 16 Nov 2017 - 9:49

» Pensée du jour: Mon enfant, Je t'aime! Je t'aime! Je t'aime! Ces mots doivent se graver dans ton âme...
par Raphaël de l'Enfant Jésus Jeu 16 Nov 2017 - 9:16

» La messe n’est pas un spectacle, on a besoin de se préparer en silence
par Raphaël de l'Enfant Jésus Mer 15 Nov 2017 - 19:57

» Prier le "nouveau" Notre-Père
par Lumen Mer 15 Nov 2017 - 19:26

» Refusons la misère
par Lumen Mer 15 Nov 2017 - 18:46

» Clergé: ce qu’est un serviteur inutile, par le cardinal Stella
par Raphaël de l'Enfant Jésus Mer 15 Nov 2017 - 18:35

» Chapelet du mercredi 15 novembre 2017 à Lourdes
par Raphaël de l'Enfant Jésus Mer 15 Nov 2017 - 18:21

» Migrants : « merci pour ce que vous faites »
par Raphaël de l'Enfant Jésus Mer 15 Nov 2017 - 17:58

» Audience générale: la messe, rencontre d’amour
par Raphaël de l'Enfant Jésus Mer 15 Nov 2017 - 17:46

» La visite des mages
par Lumen Mer 15 Nov 2017 - 17:32

» Prier chaque jour
par Lumen Mer 15 Nov 2017 - 13:12

» C'est notre jour de reconnaissance, de merci !
par Lumen Mer 15 Nov 2017 - 12:28

» Notre-Dame-de-la-Paix, l’édifice chrétien le plus large au monde
par Raphaël de l'Enfant Jésus Mer 15 Nov 2017 - 10:30

Qui est en ligne ?
Il y a en tout 28 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 28 Invités :: 2 Moteurs de recherche

Aucun

Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 264 le Jeu 27 Mar 2014 - 20:02

Partagez | 
 

 De merveilleuses apparitions des âmes du purgatoire, partie 18

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Raphaël de l'Enfant Jésus
moderateur
avatar

Messages : 679
Date d'inscription : 20/02/2015

MessageSujet: De merveilleuses apparitions des âmes du purgatoire, partie 18   Sam 11 Nov 2017 - 11:27

De Merveilleuses Apparitions*Qu’est-ce que Les Âmes du Purgatoire ont à nous dire ? Partie (18.) Dernière Partie-FIN*


Je fus surprise par une mort subite, imprévue, ayant un péché mortel sur la conscience. Je devais donc être condamnée à l’éternel feu de l’enfer, si la miséricordieuse Vierge ne m’eût pas obtenu la contrition parfaite…*





141e APPARITION


On a vu que les âmes, encore en purgatoire ou déjà au ciel, ont plus d’une fois protégé leurs bienfaiteurs contre les feux de l’expiation, contre leurs ennemis et contre d’autres dangers.

Elles les ont aussi consolés dans leurs afflictions, même guéris dans leurs maladies.



Le P. Théophile Raynand raconte le fait suivant, arrivé de son temps, presque sous ses yeux. A Dâle, France, l’an 1629, Iluguette Bay était retenue au lit par une fluxion de poitrine, qui faisait craindre pour sa vie.

Le médecin crut devoir la saigner, et, dans cette opération, il eut la maladresse de lui couper l’artère du bras gauche, ce qui la réduisit promptement à l’extrémité.



Le lendemain, à la pointe du jour, Huguette voit entrer dans sa chambre une jeune fille vêtue de blanc, qui lui demande si elle consent à être soignée par elle. La malade, qui n’avait personne pour l’assister, répond avec joie que rien ne lui serait plus agréable. Aussitôt, l’étrangère

allume le feu, en approche la malade grelottante, la soigne et veille sur elle. Chose merveilleuse, dès que cette jeune fille touche son bras, la plaie se guérit instantanément.



Elle regarde son inconnue avec grande surprise ; mais celle-ci s’échappe, en disant qu’elle reviendra promptement. Le bruit de cette guérison miraculeuse fit vite le tour de Dâle, et chacun était étonné et curieux de savoir comment elle avait pu avoir lieu. Le soir venu, voici de nouveau l’inconnue ; mêmes vêtements et même tenue.



Seulement, après avoir salué sa protégée, elle lui dit, sans détour : “ Sachez, ma chère nièce, que je suis votre tante, Léonarde Collin, morte depuis dix-sept ans, et qui vous ai fait héritière de mes petits biens. Je suis, grâce à Dieu, dans La voie du salut. C’est Marie, ma divine Mère, pour laquelle j’ai eu toute ma vie une filiale dévotion, qui m’a obtenu mon salut, faveur auprès de laquelle toutes les autres ne sont rien.



Car je fus surprise par une mort subite, imprévue, ayant un péché mortel sur la conscience. Je devais donc être condamnée à l’éternel feu de l’enfer, si la miséricordieuse Vierge ne m’eût pas obtenu la contrition parfaite, qui ferma l’infernal abîme sous mes pas, mais sans m’exempter du purgatoire, où je suis depuis dix-sept ans.



Le Seigneur daigne me permettre de vous servir quarante jours. Dès que vous serez guérie, faites-moi la charité d’accomplir trois pèlerinages, à des sanctuaires de Marie que je vais vous nommer ; et au dernier, je serai admise au paradis. La nièce, redoutant en cela quelque piège du démon, consulta son confesseur, le P. Antoine Roland, s. j. qui l’engagea à menacer l’apparition des exorcismes de l’Église, ce qui la forcerait, si elle était un démon, à s’enfuir.



La malade le fit; mais la défunte, à cette menace, répondit tranquillement qu’elle ne redoutait pas les prières de L’Église, qui n’ont de force que contre les démons et les damnés.

“ Comment se peut-il faire, dit la malade, que vous soyez ma tante Léonarde, qui était une vieille tante cassée, toute ridée, tandis que vous êtes, vous, une belle jeune fille. De plus, elle était désagréable, ne pouvant endurer la moindre contrariété, et vous, vous êtes douce, polie, pleine de patience et de charité ? Vous devez savoir, ma fille, répondit Léonarde, que mon corps est en terre et que celui que je porte est miraculeusement formé, afin que vous puissiez me voir.



Mon caractère bilieux et colérique a eu le temps de se changer, durant dix-sept ans de purgatoire. D’ailleurs, étant confirmée dans le bien, je ne puis plus avoir de vice, ni défaut.” La nièce, émerveillée, accepta avec bonheur les services qui lui furent rendus, pendant les quarante jours marqués.

La défunte venait à certaines heures, et disparaissait ensuite. Elle ne parlait qu’à sa nièce et n’était vue que d’elle. Huguette fit les pèlerinages demandés, et au dernier, les apparitions cessèrent, après que la défunte eût assuré à sa nièce, que l’heure de son triomphe avait sonné. Elle étincelait comme une étoile et son visage respirait la plus parfaite félicité. Cet exemple doit nous persuader de ne jamais rester en péché mortel.



Ce triste état nous expose toujours à l’enfer, et aussi longtemps qu’il dure, nous ne pouvons gagner aucun mérite pour le ciel. Mieux vaut porter le bon Dieu dans son coeur, que d’y loger le démon.

_______________________________________________________________________________________

142e et 143e Apparitions



Saint Louis-Bertrand mit plusieurs fois sa vie en jeu pour la conversion des pécheurs. Il était également dévoué au soulagement des âmes du purgatoire.

Il s’imposait, pour elles, une infinité de jeûnes, de prières, de pénitences. Elles lui apparaissaient souvent pour le remercier ou lui demander ses suffrages.

Pendant qu’il était prieur à Valence, Espagne, un de ses religieux fut emporté par une mort subite. Il en éprouva d’autant plus de chagrin que ce religieux, étant mort sans sacrement, devait sans doute avoir un long purgatoire à souffrir.



Pendant un mois, on le vit plein de tristesse, le visage exténué par les terribles pénitences qu’il s’imposait ; mais un matin, il parut au chœur avec la joie sur le front, au grand étonnement des religieux. Après l’office, ils lui demandèrent pourquoi il était si joyeux. “ C’est, leur dit-il, parce que l’âme du P. Pierre est sauvée et délivrée du purgatoire.

Le Seigneur m’a fait voir les terribles souffrances de ce défunt, en purgatoire, et ensuite, la gloire dont il l’avait couronné au ciel. Si S. Louis obtenait tant par ses prières, on doit comprendre qu’il obtenait bien davantage par le saint sacrifice de la messe.



Durant une nuit, qu’il priait dans l’église, il vit venir à lui l’âme d’un religieux (au purgatoire) tout enveloppée de flammes, qui se jeta à ses pieds, et lui demanda pardon d’une parole injurieuse qu’il lui avait dite longtemps auparavant : “



C’est seulement à cause de cette parole, lui dit-il, que le souverain Juge me retient en purgatoire. Je vous supplie encore, mon Père, de dire pour moi une seule messe et j’espère qu’alors mes tourments seront finis.”



Le saint lui répondit qu’il lui pardonnait cette parole de grand cœur, et qu’il dirait cette messe dès que le matin serait arrivé. La nuit suivante, S. Louis priait encore selon son habitude, et il vit l’âme apparaître radieux, couronnée de gloire et une palme de triomphe à la main. Elle le bénit, avec actions de grâces, et monta au ciel en sa présence. N’injurions personne, puisque les injures coûtent si cher, après la mort. Prions pour les morts, comme S. Louis-Bertrand : nous serons si heureux d’en être récompensés.

_______________________________________________________________________________________

144e et 145e Apparitions



Le moment de la mort est le plus dangereux pour le chrétien, parce qu’alors les ennemis infernaux accourent pour le perdre.

Un personnage qui avait passé toute sa vie dans la pratique de la vertu, et particulièrement dans celle de la charité pour les âmes du purgatoire, fut assailli avec fureur, par le démon, à ses derniers instants.



Il semblait que l’enfer tout entier l’entourât de ses infernales légions. Le mourant opposait une vigoureuse résistance à tant de furieux assauts. Heureusement que, par ses suffrages, il avait envoyé en paradis un grand nombre d’âmes qui, voyant leur bienfaiteur engagé dans un si redoutable combat, volèrent à son secours.



Quelques-unes se précipitent sur les esprits maudits et les mettent en fuite ; d’autres entourent le lit du moribond pour le défendre ; d’autres enfin se tournent vers lui pour le consoler. Il pousse alors un profond soupir et s’écrie : “ Qui êtes-vous, de grâce, vous? qui me faites tant de bien ? — Nous sommes, dirent-elles, des habitants du ciel, que vos suffrages ont conduits à l’éternel bonheur ”.



A cette heureuse nouvelle, un sourire éclaire le visage du mourant, qui expire dans une douce extase. Son âme, en se présentant au souverain Juge, trouva comme protectrices et avocates, toutes les âmes qui étaient accourues à sa défense.



Elle fut trouvée digne de la gloire éternelle, et y entra comme en triomphe, au milieu des bénédictions des saints qu’elle avait arrachés au purgatoire. Ainsi serons-nous traités si, jusqu’à la mort, nous sommes fidèles à prier pour les âmes du purgatoire. L’âme d’une dame morte à Luxembourg, commença à apparaître à une jeune fille, et à lui demander ses prières.



Toutes les fois que celle-ci allait à l’église et s’approchait de la sainte table, elle était suivie par l’âme, dont, à l’élévation de l’hostie, le visage s’enflammait d’une ardeur qui la faisait ressembler à un séraphin du ciel.

Hors de l’église, elle ne se laissait jamais voir. La jeune fille lui en demandant la raison, elle s’écria : “ Ah ! tu ne sais pas quelle peine c’est que d’être loin de Dieu, une fois qu’on l’a vu ! Rien ne la saurait exprimer.



Je suis attirée vers lui par un désir ardent, une intolérable anxiété, un élan irrésistible, et rester privée de lui, en châtiment de mes fautes, est pour moi une douleur si grande, qu’auprès d’elle, le feu qui m’enveloppe n’est rien.



Pour adoucir le chagrin de cet éloignement de Dieu, ce bon Père du Ciel m’a permis de revenir dans cette église, et de l’adorer sur terre, jusqu’au jour où je le posséderai dans son céleste palais. Même sous les voiles des sacrés mystères de la messe, sa présence me réjouit au point que je ne vis que pour lui : que sera-ce quand je le verrai face à face dans le paradis ? ” Et elle suppliait la jeune fille de hâter cet
heureux moment par ses prières, messes et communions.

La jeune fille le fit avec tant de ferveur, qu’elle vit bientôt cette âme plus brillante que le soleil, s’envoler au paradis. Ne cherchons que Dieu sur terre et nous serons plus heureux, même ici-bas, que si nous jouissions de tous les plaisirs mondains. Mais c’est surtout au ciel que nous en jouirons éternellement, avec une félicité ineffable.


_______________________________________________________________________________________

146e APPARITION



Un malade, que la douleur empêchait de dormir, passa une nuit à compter les battements de son horloge. Cette nuit lui parut interminable. Le temps passe avec la même rapidité pour tout le monde ; mais plus on souffre, plus ce passage paraît lent.



Voilà pourquoi les pauvres âmes du purgatoire trouvent les minutes aussi longues que des mois, et les heures plus longues que les années.



Un jour, un religieux étant apparu, après sa mort, à l’un de ses frères, il lui révéla que trois jours passés en purgatoire lui avaient semblé plus longs que mille ans. Un autre, y ayant été trois heures, était persuadé qu’il y avait souffert cent cinquante ans. Un homme, qui méprisait le supplice du purgatoire, vit tout à coup apparaître devant lui deux beaux jeunes hommes, qui le précipitèrent dans ce lieu de tourments.



Après un quart d’heure de souffrances, il s’écriait : “ Retirez-moi ! retirez-moi ! il y a des années que je souffre ici ! ” Ainsi, les pauvres âmes du purgatoire comptent leurs heures de supplices, qui leur paraissent chacune aussi longues que des centaines d’années, tellement leurs douleurs sont grandes. Et combien en comptent-elles, hélas !



Comment pouvons-nous rester insensibles à tant de malheurs ! Prions donc pour elles le plus possible et avec ferveur. Combien nous serons heureux de l’avoir fait, et d’être soulagés, à notre tour, quand nous serons à leur place ! Pouvons-nous en douter raisonnablement ?


_______________________________________________________________________________________

147e APPARITION



Les enfants font souvent des fautes qu’ils regardent comme légères, et auxquelles ils ne pensent plus. Quelque jeunes qu’ils soient, ils seront cependant condamnés à les expier en purgatoire ; s’ils n’en ont pas fait pénitence sur la terre. S. Augustin n’a-t-il pas écrit qu’un enfant de trois ans s’était damné ?



Il mourut à Carthage,en Afrique, vers l’an 195, un petit garçon de sept ans, nommé Dinocrate, d’un cancer qu’il avait à la joue et qui faisait horreur à voir.

Sa sœur, nommée Perpétue, plus âgée que lui, fut arrêtée et jetée en prison, parce qu’elle refusait d’adorer les idoles. Du fond de son cachot, elle priait pour son petit frère, au cas où il aurait besoin de secours. Pendant une nuit, qu’elle continuait ces prières avec une grande ferveur, avant d’être livrée aux bêtes féroces, elle eut une vision céleste. Il lui sembla voir son petit frère Dinocrate, avec beaucoup

d’autres personnes, dans un lieu ténébreux. Il avait le visage pâle, les yeux en feu et la joue encore couverte du cancer qui l’avait fait mourir.



Par les signes les plus expressifs, il essayait de lui faire comprendre qu’il souffrait horriblement du feu et de la soif. Il y avait bien, à côté de lui, un grand bassin plein d’eau, mais les bords en étaient trop élevés pour qu’il pût boire. Sainte Perpétue, touchée de ses supplices, pria beaucoup pour lui et avec toute la ferveur dont elle était capable. Quelques jours après, elle eut une vision, plus consolante.

Son jeune frère, vêtu de blanc, avait le corps lumineux, le visage brillant de fraîcheur et de santé ; elle comprit alors que ses prières avaient été exaucées et que Dinocrate était délivré du purgatoire. C’est cette sainte elle-même qui a raconté ces deux visions, qu’on lit dans les actes de son martyre, arrivé vers l’an 203.

Si des enfants qui meurent à la fleur de l’âge, vont ainsi souffrir dans le purgatoire, à quels supplices ne devons-nous pas nous attendre, nous, qui multiplions nos iniquités durant tant d’années ?

Redoublons donc de piété, de pénitences, de communions ; entendons la messe le plus souvent possible et durant tout le reste de notre vie. De plus, soulageons de tout notre pouvoir les âmes du purgatoire, afin qu’elles nous secourent efficacement et nous arrachent promptement des terribles feux du purgatoire.


_______________________________________________________________________________________

148e APPARITION



Le bienheureux Jean Massias, frère convers de l’ordre de Saint-Dominique, avait une grande dévotion aux âmes du purgatoire. Souvent il passait la nuit à prier pour elles devant une image de la très sainte Vierge. Ces pauvres âmes lui apparaissaient en grand nombre, le suppliant d’avoir pitié de leurs souffrances : “ Serviteur de Dieu, lui disaient-elles, souviens-toi de nous.



Ah! Ne nous oublie pas devant Dieu ; délivre-nous des tortures que nous endurons. — Que puis-je faire, âmes bénies ? leur répondait-il quelquefois ; que peut faire un misérable pécheur comme moi ? ” Alors, elles le priaient d’offrir à Dieu pour elles ses nombreuses prières, ses jeûnes, ses pénitences, surtout les communions qu’il recevait et les messes auxquelles il assistait. Le bienheureux redoublait alors ses bonnes œuvres et ses prières.



Vingt fois par jour, il courait à l’église implorer la miséricorde de Notre-Seigneur pour elles. Il se faisait presque mourir par toutes les pénitences qu’il pouvait imaginer, afin de souffrir à leur place et d’abréger leur purgatoire. Ces pauvres âmes se montraient reconnaissantes de ce qu’il faisait pour elles. Lorsqu’elles avaient obtenu de Dieu leur délivrance, avant d’entrer dans la gloire, elles venaient le remercier et l’assurer de leur bonheur.



Leur joie était sa plus douce récompense ; ces jours-là, il était heureux. Mais d’autres accouraient réclamer son intercession et il recommençait pour elles avec un admirable courage. Au moment de sa mort, son confesseur l’obligea de lui dire combien il avait délivré de ces pauvres âmes. Il avoua que leur nombre s’élevait à un million quatre cent mille. Quel cortège pour ce bon frère convers quand il monta au ciel

! Quelle belle couronne dut être la récompense de tant de charité ! Imitons-la dévotion de ce pieux frère envers les âmes du purgatoire.

Nous en serons magnifiquement récompensés en cette vie et en l’autre. Surtout, si nous avons un long purgatoire à subir, elles nous rendront alors au centuple tout ce que nous aurons fait pour elles. Avec quel ineffable bonheur nous recevrons leur assistance quand les terribles feux de l’expiation nous dévoreront !

_______________________________________________________________________________________

149e APPARITION



Saint François de Sales rapporte que, de son temps, les écoliers de l’université de Padoue avaient l’habitude de courir la nuit par les rues, avec des armes, en demandant qui va là? Et tirant, si l’on ne répondait pas. Un écolier, n’ayant pas répondu à ce cri, fut tué, et le meurtrier, pour échapper aux officiers de la justice, se réfugia chez une veuve dont le fils était son camarade de classe, et lui fit l’aveu du meurtre qu’il venait de commettre.

Quelques instants après, on rapporta à l’infortunée mère le cadavre de son fils. Elle reconnut sans peine d’où le coup était parti: “ Ah ! malheureux ! s’écria-t-elle en sanglotant, que vous avait fait mon fils pour le tuer si cruellement ? ” Apprenant qu’il a tué son ami et compagnon de classe, le meurtrier pousse, lui aussi, des cris déchirants.

Il conjure cette pauvre mère, devant qui il est tombé à genoux, de le livrer à la justice, afin qu’il puisse expier sur l’échafaud son crime horrible. Touchée de tant de douleur, cette mère éminemment chrétienne lui offre son pardon, à condition qu’il change de vie.

Peu après, le fils de cette généreuse chrétienne lui apparut, de la part de Dieu, et lui dit : “ J’étais condamné à un très long et très douloureux purgatoire, pour une foule de fautes dont j’étais coupable, au moment de la mort ; mais le Seigneur me les a toutes remises, en considération du pardon que vous avez accordé à mon meurtrier. A l’instant même, je monte au paradis où je serai votre dévoué protecteur.



Saint Pierre-Damien, ayant perdu son père et sa mère en bas âge, fut confié à l’un de ses frères, qui le traita de la manière la plus dure, ne rougissant pas de le laisser manquer de tout, même de vêtements convenables. Il arriva un jour à ce saint enfant de trouver une pièce d’argent sur son chemin.

Il crut avoir trouvé un trésor et il était au comble de la joie.A quoi allait-il donc l’employer ?

La grande pauvreté où il se trouvait lui suggérait beaucoup de projets ; mais, après qu’il eût bien réfléchi, il se décida à la porter à un prêtre, afin qu’il offrit le saint sacrifice de la messe pour les âmes du purgatoire.



Ces saintes âmes ne tardèrent pas à le récompenser. Au sortir de l’église, il rencontra un autre de ses frères, d’un meilleur naturel, qui le recueillit, eut un très grand soin de lui et le fit étudier ; en sorte que, par la suite, ce saint enfant devint prêtre, évêque, cardinal et surtout un grand saint. Voilà ce que mérita ce pieux enfant, pour un si grand acte de charité en faveur des âmes du purgatoire.


_______________________________________________________________________________________

Pardonnons tout le mal qui nous est fait, comme la mère de l’enfant assassiné.



Privons-nous, même du nécessaire, en faveur des âmes du purgatoire, comme S. Pierre-Damien, et nous aurons, nous aussi, le bonheur d’être récompensés au-delà de toutes nos espérances, en cette vie et surtout en l’autre.

_______________________________________________________________________________________

150e APPARITION (dernière apparition)



Saint Augustin avait coutume de dire : “ Je prie pour les défunts, afin que, lorsqu’ils seront arrivés à l’éternelle gloire, ils prient eux-mêmes pour moi.”

Sainte Brigitte affirme, dans ses révélations, avoir entendu s’élever, du milieu des flammes du purgatoire, une voix qui disait : “ Que la récompense soit donnée à tous ceux qui nous soulagent dans nos misères.”

Une autre voix plus forte s’écriait : “ O mon Dieu et mon Seigneur, usez de votre pouvoir ineffable ; récompensez au centuple tous les vivants qui viennent à notre secours par leurs suffrages et nous élèvent jusqu’à la lumière de votre divinité.”

La même sainte rapporte qu’elle entendit un ange s’écrier : “ Béni soit dans le monde celui qui, par ses prières et ses bonnes oeuvres, vient au secours des pauvres Âmes souffrantes.” C’est saint Odilon, abbé de Cluny au Xle siècle, qui institua la fête des Morts, du 2 novembre. On raconte ainsi l’établissement de cette solennité : Un pèlerin français qui revenait de Jérusalem, fut jeté sur les côtés de Sicile, par une tempête.



Un ermite, qui vivait dans les rochers de cette île, lui demanda s’il connaissait le monastère de Cluny et l’abbé Odilon. “ J’entends souvent, dit-il, les démons blasphémer contre les personnes pieuses qui, par leurs prières, leurs aumônes, leurs communions, leurs messes, etc., délivrent les Âmes des supplices qu’elles souffrent en l’autre vie; mais ils maudissent surtout Odilon et ses religieux.



Quand vous serez arrivé en France, je vous prie d’exhorter ce saint abbé et ses religieux, à redoubler de charité pour les Âmes souffrantes du purgatoire. ———Nous lisons dans la vie de soeur Catherine de Saint Augustin, qu’au même lieu où demeurait cette servante du Seigneur, habitait une femme appelée Marie, qui, dès sa première jeunesse, avait mené une vie de débauche.



L’âge ne la corrigea point ; tellement que les gens de l’endroit, dégoûtés de ses désordres, prirent le parti de la chasser de la ville, et de la reléguer dans une caverne de rocher. Ce fut là qu’elle mourut peu après, sans sacrements, et privée de tout secours humain.

Une pareille mort ne paraissait pas mériter les honneurs de la sépulture ; aussi, ne fit-on d’autre cérémonie au cadavre de cette femme que de l’enterrer dans les champs, comme celui d’un animal.

Soeur Catherine, qui avait la pieuse coutume de recommander particulièrement à Dieu les personnes de sa connaissance, qui passaient à une autre vie, ne songea point à la vieille pécheresse, la croyante damnée, selon l’opinion de tout le monde.

Il y avait déjà quatre ans que cette femme était morte, lorsqu’un jour, la servante de Dieu étant en prière, une âme du purgatoire lui apparut, et lui tint ce discours : “ Sœur Catherine, quel malheur est le mien!

Tu pries pour tous ceux qui meurent ; il n’y a que ma pauvre âme dont tu n’as pas pitié. —Et qui es-tu ? demanda la servante de Dieu. — Je suis, répondit l’âme du purgatoire, cette pauvre Marie qui mourut abandonnée dans la caverne. — Quoi ! Tu es sauvée ! s’écria Catherine, avec étonnement. —Oui, répondit l’âme, je le suis, par la miséricorde de la bienheureuse Vierge.



Dans mes derniers moments, abandonnés de tout le monde, et me voyant souillée de péchés, je m’adressai à la Mère de Dieu, et je lui dis, du fond de mon cœur: Ô vous, le refuge de ceux qui sont délaissés, ayez pitié de moi, qui suis abandonnée du monde entier ; vous êtes mon unique espérance, venez à mon secours ! Je ne priai point en vain.

C’est à l’intercession de Marie que je dois d’avoir échappé à l’enfer par un acte de vraie contrition. Cette Reine de miséricorde m’a encore obtenu la grâce que la durée de mon purgatoire soit abrégée. Il ne me faut plus que quelques messes pour être délivrée ; fais-les–moi dire, et je te promets qu’une fois dans le ciel, je ne cesserai de prier pour toi Dieu et sa très sainte Mère.”

Soeur Catherine fit aussitôt célébrer les messes, et quelques jours après, cette âme, brillante comme le soleil, lui apparut de nouveau, lui témoignant sa reconnaissance : “ Je te remercie, Catherine.



Le paradis m’est enfin ouvert et. J’y vais célébrer les miséricordes de mon Dieu et prier pour toi.” Ce trait doit nous empêcher de désespérer du salut même des plus grands pécheurs. Il doit aussi nous inviter à prier pour tous les défunts, même pour ceux qui ont mené une vie très coupable.



Lors même que nous prierions pour les défunts qui auraient été condamnés à l’enfer, nos prières ne seraient pas inutiles, ni moins méritoires.

En terminant la lecture de tant de merveilleux traits, prenons une bonne résolution d’être toujours très dévots envers les âmes du purgatoire, soyons-y fidèles durant toute notre vie, et nous en serons très abondamment récompensés ici-bas et dans l’éternité.


_______________________________________________________________________________________


Tout à la plus grande gloire de Jésus, Marie, Joseph et AU SOULAGEMENT DES ÂMES DU PURGATOIRE



_______________________________________________________________________________________

SAINTS:—Césaire, Pierre-Damien, Grégoire, pape, Grégoire de Tours, Bernard, Augustin, Thomas d’Aquin, François de Sales, Philippe de Néri, Liguorl, Bernardin de Sienne, etc.

SAINTES : — Thérèse, Madeleine de Pazzi, Brigitte, Gertrude, etc.

PAPES, ÉVÊQUES et PRÊTRES : — Benoit VIII, Benoit XIII, Benoit XIV, Jean XXII, Baronius, Darras, Raynaud, Félix, CarrafEa, Gerson, Durault,

Hippolyte, Gonzague, Epiphane, Marc-Antoine, Marcien, Eusèbe, Grand germain, Hautain, Martin de Roa, Alain, Vincent de Beauvais, Denys-le-Chartreux, Ferdinand de Castille, Louis de Blois, Thomas à Kempis, Aymon, Vitali, Vasquez, Valette, Mani, Daniel, Thomas de Catimpré, etc.

ANNALES et CHRONIQUES des Chartreux, des Théatins, des Carmes, des Bénédictins, des Franciscains, des Dominicains, etc.

De plus, il y a, en faveurs de ces MERVEILLEUSES APPARITIONS, bien d’autres témoignages de Saints, de Papes et d’Évêques, qu’on verra en le lisant.

ARCHICONFRÉRIE POUR LA DÉLIVRANCE DES ÂMES DÉLAISSÉES DU PURGATOIRE

Fondée par Mgr à Montligeon

_______________________________________________________________________________________

LIVRE D’OR – DES —âmes du purgatoire

PAR M.J.S Benoît D E J M -P R Ê T R E

Ancien Missionnaire en Saskatcheiran

Prières et Pratiques de piété

Les plus efficaces

Et les plus richement indulgenciées

En faveur des âmes du purgatoire.

Propriétaire-éditeur

M I C H A U D

4648 Rue Garnier Montréal» Can.

Nihü obstat.

ANTONIO HUOT, ptre

Censeur.

3 juillet 1925

Imprimatur.

L.-N. cardinal B égin , Archevêque de Québec

_______________________________________________________________________________________

PDF DES 150 APPARITIONS DES ÂMES DU PURGATOIRE: http://www.liberius.net/livres/Livre_d_or_des_ames_du_Purgatoire_000001152.pdf

_______________________________________________________________________________________

Partie 1: http://forumdeprieres.forumsactifs.com/t18090-de-merveilleuses-apparitions-des-ames-du-purgatoire-partie-1

Partie 2: http://forumdeprieres.forumsactifs.com/t18112-de-merveilleuses-apparitions-des-ames-du-purgatoire-partie-2

Partie 3: http://forumdeprieres.forumsactifs.com/t18131-de-merveilleuses-apparitions-des-ames-du-purgatoire-partie-3

Partie 4: http://forumdeprieres.forumsactifs.com/t18162-de-merveilleuses-apparitions-des-ames-du-purgatoire-partie-4

Partie 5: http://forumdeprieres.forumsactifs.com/t18187-de-merveilleuses-apparitions-des-ames-du-purgatoire-partie-5

Partie 6: http://forumdeprieres.forumsactifs.com/t18241-de-merveilleuses-apparitions-des-ames-du-purgatoire-partie-6

Partie 7: http://forumdeprieres.forumsactifs.com/t18268-de-merveilleuses-apparitions-des-ames-du-purgatoire-partie-7

Partie 8: http://forumdeprieres.forumsactifs.com/t18367-de-merveilleuses-apparitions-des-ames-du-purgatoire-partie-8

Partie 9: http://forumdeprieres.forumsactifs.com/t18428-de-merveilleuses-apparitions-des-ames-du-purgatoire-partie-9

Partie 10: http://forumdeprieres.forumsactifs.com/t18455-de-merveilleuses-apparitions-des-ames-du-purgatoire-partie-10

Partie 11: http://forumdeprieres.forumsactifs.com/t18465-de-merveilleuses-apparitions-des-ames-du-purgatoire-partie-11

Partie 12: http://forumdeprieres.forumsactifs.com/t18498-de-merveilleuses-apparitions-des-ames-du-purgatoire-partie-12

Partie 13: http://forumdeprieres.forumsactifs.com/t18563-de-merveilleuses-apparitions-des-ames-du-purgatoire-partie-13

Partie 14: http://forumdeprieres.forumsactifs.com/t18628-de-merveilleuses-apparitions-des-ames-du-purgatoire-partie-14

Partie 15:: http://forumdeprieres.forumsactifs.com/t18652-de-merveilleuses-apparitions-des-ames-du-purgatoire-partie-15

Partie 16:: http://forumdeprieres.forumsactifs.com/t18661-de-merveilleuses-apparitions-des-ames-du-purgatoire-partie-16

Partie 17:: http://forumdeprieres.forumsactifs.com/t18690-de-merveilleuses-apparitions-des-ames-du-purgatoire-partie-17



Source: https://myriamir.wordpress.com/2017/09/25/de-merveilleuses-apparitionsquest-ce-que-les-ames-du-purgatoire-ont-a-nous-dire-partie-18-derniere-partie-fin-je-fus-surprise-par-une-mort-subite-imprevue-ayant-un-peche-mortel-sur/
Revenir en haut Aller en bas
 
De merveilleuses apparitions des âmes du purgatoire, partie 18
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
À Toi NOTRE PÈRE par les Saints Cœurs de JÉSUS, MARIE et JOSEPH.. :: LE PURGATOIRE :: Les Âmes du Purgatoire-
Sauter vers: