À Toi NOTRE PÈRE par les Saints Cœurs de JÉSUS, MARIE et JOSEPH..

Forum Catholique sous la protection de Saint Michel, faisant mémoire de Sylvie la fondatrice, Prières, Dévotions au Sacré Coeur, au Coeur Immaculé de Marie, au Coeur Chaste de Joseph et autres, Fidélité aux 3 Blancheurs et au Magistère de l'Eglise...
 
AccueilPortailS'enregistrerConnexion
Derniers sujets
» *LE SAINT ROSAIRE PERPÉTUEL*
par Lumen Aujourd'hui à 8:41

» Prières
par Mea culpa Aujourd'hui à 6:35

» Chapelet du lundi 22 octobre 2018 à Lourdes
par Raphaël de l'Enfant Jésus Hier à 19:14

» Jean-Paul II ou « le courage pour dire la vérité », selon Benoît XVI
par Raphaël de l'Enfant Jésus Hier à 16:14

» Angélus: « l’antidote », quand le « zèle » apostolique est « pollué par l’esprit du monde »
par Raphaël de l'Enfant Jésus Hier à 10:52

» Le Dogme du Purgatoire illustré par des Faits et des Révélations Particulières: 2ème partie: Chapitre 42
par Raphaël de l'Enfant Jésus Hier à 10:39

» Pensée du jour: Mon enfant, ne te laisse pas arrêter ou ralentir par l'Adversaire qui vient toujours semer le doute...
par Raphaël de l'Enfant Jésus Hier à 10:25

» En octobre, Moscou fête Notre Dame des Ibères…
par Raphaël de l'Enfant Jésus Hier à 10:19

» L’amour explore les continents.
par Raphaël de l'Enfant Jésus Hier à 10:07

» « Toute existence tire sa valeur de la qualité de l'amour : “Dis-moi quel est ton amour, et je te dirai qui tu es.” »
par Lumen Hier à 9:47

» • Avec Matthieu pas à pas • : La tempête apaisée
par Lumen Hier à 9:27

» Textes de Saint Josemaria Escriva : “Rappelez-vous que la Providence de Dieu nous conduit sans cesse”
par Lumen Hier à 9:17

» Jésus aujourd'hui : « Ce que tu auras accumulé, qui l’aura ? » (Lc 12, 13-21)
par Lumen Hier à 9:10

» Parole de DIEU* : Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour (Vie), Amen !
par Lumen Hier à 8:55

» Chapelet du dimanche 21 octobre 2018 à Lourdes
par Raphaël de l'Enfant Jésus Dim 21 Oct 2018 - 20:32

» Textes de Saint Josemaria Escriva : “En quoi devons-nous espérer ?"
par Lumen Dim 21 Oct 2018 - 16:59

» Textes de Saint Josemaria Escriva : “Il est urgent de christianiser la société”
par Lumen Dim 21 Oct 2018 - 16:51

» Textes de Saint Josemaria Escriva : “Dieu ne perd point de bataille”
par Lumen Dim 21 Oct 2018 - 16:42

» • ThéoDom sur le Mariage • : Pourquoi le mariage est-il un sacrement ?
par Lumen Dim 21 Oct 2018 - 16:33

» Un jésuite espagnol béatifié: le p. Tiburcio Arnáiz Muñoz (1865-1926)
par Raphaël de l'Enfant Jésus Dim 21 Oct 2018 - 16:15

» • Avec Matthieu pas à pas • : A la suite de Jésus
par Lumen Dim 21 Oct 2018 - 16:06

» • Avec Matthieu pas à pas • : Guérisons à Capharnaüm
par Lumen Dim 21 Oct 2018 - 15:53

» Journée mondiale des missions: « Avec les jeunes, portons l’Evangile à tous »
par Raphaël de l'Enfant Jésus Dim 21 Oct 2018 - 15:50

» • Avec Matthieu pas à pas • : Purification du lépreux
par Lumen Dim 21 Oct 2018 - 15:41

» Le Dogme du Purgatoire illustré par des Faits et des Révélations Particulières: 2ème partie: Chapitre 41
par Raphaël de l'Enfant Jésus Dim 21 Oct 2018 - 15:25

» Pensée du jour: Mon enfant, ton cœur est ouvert à M'accueillir, et Moi, Je suis penché vers toi...
par Raphaël de l'Enfant Jésus Dim 21 Oct 2018 - 15:10

» « Faites tout ce qu’il vous dira »
par Raphaël de l'Enfant Jésus Dim 21 Oct 2018 - 15:02

» « Au nom du Père, du Fils et du Saint Esprit »
par Raphaël de l'Enfant Jésus Dim 21 Oct 2018 - 14:53

» 1531 /Notre Dame de Guadalupe, Reine du Mexique
par Lumen Dim 21 Oct 2018 - 10:31

» la Miséricorde de Dieu, c'est comme une dialyse de son Cœur de Miséricorde à mon pauvre cœur pécheur.
par Lumen Dim 21 Oct 2018 - 9:28

» Jésus aujourd'hui : « Le Fils de l’homme est venu donner sa vie en rançon pour la multitude » (Mc 10, 35-45)
par Lumen Dim 21 Oct 2018 - 9:06

» Chapelet du samedi 20 octobre 2018 à Lourdes
par Raphaël de l'Enfant Jésus Sam 20 Oct 2018 - 18:41

» 1357 /Le Linceul du Christ arraché aux Byzantins se retrouve finalement à Lirey, en Champagne
par Lumen Sam 20 Oct 2018 - 11:59

» 1931 /Elle est là ! Le Père Lamy : Marie en toute simplicité
par Lumen Sam 20 Oct 2018 - 11:33

» 1828 /Adèle de Batz de Trenquelléon, « la fondatrice »
par Lumen Sam 20 Oct 2018 - 11:19

» 1905 /Philibert Vrau : un modèle de dirigeant chrétien
par Lumen Sam 20 Oct 2018 - 11:06

» Textes de Saint Josemaria Escriva : “L'assurance de me sentir fils de Dieu, me remplit d'espérance”
par Lumen Sam 20 Oct 2018 - 10:49

» Le Cœur ouvert de Jésus, c'est son Cœur de Miséricorde en qui j'ai une « infinie confiance »
par Lumen Sam 20 Oct 2018 - 10:39

» Jésus aujourd'hui : « L’Esprit Saint vous enseignera ce qu’il faudra dire » (Lc 12, 8-12)
par Lumen Sam 20 Oct 2018 - 10:29

» Le Dogme du Purgatoire illustré par des Faits et des Révélations Particulières: 2ème partie: Chapitre 40
par Raphaël de l'Enfant Jésus Sam 20 Oct 2018 - 10:01

Qui est en ligne ?
Il y a en tout 19 utilisateurs en ligne :: 1 Enregistré, 0 Invisible et 18 Invités :: 2 Moteurs de recherche

Lumen

Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 264 le Jeu 27 Mar 2014 - 20:02

Partagez | 
 

 Epiphanie : « savons-nous rêver, désirer Dieu, attendre sa nouveauté ? »

Aller en bas 
AuteurMessage
Raphaël de l'Enfant Jésus
moderateur
avatar

Messages : 2838
Date d'inscription : 20/02/2015

MessageSujet: Epiphanie : « savons-nous rêver, désirer Dieu, attendre sa nouveauté ? »   Sam 6 Jan 2018 - 19:49

Epiphanie : « savons-nous rêver, désirer Dieu, attendre sa nouveauté ? »

Non à la « paresse de ne plus rien demander à la vie » (Homélie du pape)







« Savons-nous encore lever le regard vers le ciel ? Savons-nous rêver, désirer Dieu, attendre sa nouveauté … ? », a interrogé le pape François pour l’Épiphanie, célébrée ce 6 janvier 2018 au Vatican. En présidant la messe à 10h, en la basilique Saint-Pierre, il a souligné : « Les Mages ne se sont pas contentés de vivoter, de surnager. » Et le pape de mettre en garde contre « la peur de se mettre en jeu, la satisfaction de se sentir arrivé, la paresse de ne plus rien demander à la vie ».

Les Mages, a ajouté le pape dans son homélie, « parlent peu et marchent beaucoup… toujours en mouvement ». Ainsi « Jésus se laisse trouver par qui le cherche, mais pour le chercher il faut bouger, sortir. Ne pas attendre ; risquer. Ne pas rester immobile ; avancer. Jésus est exigeant : il propose à celui qui le cherche de quitter le fauteuil du confort mondain et les tiédeurs rassurantes de nos cheminées ».

AK

Homélie du pape François

Trois gestes des Mages orientent notre marche à la rencontre du Seigneur qui se manifeste aujourd’hui comme lumière et salut pour tous les peuples. Les Mages voient l’étoile, ils marchent et ils offrent des présents.

Voir l’étoile. C’est le point de départ. Mais pourquoi, pourrions-nous nous demander, seuls les Mages ont-ils vu l’étoile ? Peut-être parce que peu nombreux sont ceux qui avaient levé le regard vers le ciel. Souvent, en effet, dans la vie on se contente de regarder vers le sol : la santé, un peu d’argent et quelques divertissements suffisent. Et je me demande : nous, savons-nous encore lever le regard vers le ciel ? Savons-nous rêver, désirer Dieu, attendre sa nouveauté ; ou bien nous laissons-nous emporter par la vie comme un rameau sec au vent ? Les Mages ne se sont pas contentés de vivoter, de surnager. Ils ont eu l’intuition que, pour vivre vraiment, il faut un but élevé et pour cela il faut avoir le regard levé.

Mais nous pourrions nous demander encore, pourquoi, parmi ceux qui levaient le regard vers le ciel, beaucoup d’autres n’ont pas suivi cette étoile, « son étoile » (Mt 2,2) ? Peut-être parce que ce n’était pas une étoile voyante, qui brillait plus que les autres. C’était une étoile – dit l’Evangile – que les Mages avaient vu « se lever » (v 2.9). L’étoile de Jésus n’aveugle pas, elle n’étourdit pas, mais elle invite doucement. Nous pouvons nous demander quelle étoile nous choisissons dans la vie. Il y a les étoiles éblouissantes qui créent des émotions fortes mais qui n’orientent pas la marche. Il en est ainsi du succès, de l’argent, de la carrière, des honneurs, des plaisirs recherchés comme but de l’existence. Ce sont des météores : ils brillent un peu mais ils tombent vite et leur lueur disparaît. Ce sont des étoiles filantes qui désorientent au lieu d’orienter. L’étoile du Seigneur, au contraire, n’est pas toujours fulgurante, mais toujours présente. Elle est douce : elle te prend par la main dans la vie, elle t’accompagne. Elle ne promet pas de récompenses matérielles, mais elle assure la paix et donne, comme aux Mages, « une très grande joie » (Mt 2, 10). Mais elle demande de marcher.

Marcher, la deuxième action des Mages, est essentielle pour trouver Jésus. Son étoile, en effet, demande la décision de se mettre en route, la fatigue quotidienne de la marche ; elle demande de se libérer des poids inutiles et des fastes encombrants qui entravent, et d’accepter les imprévus qui apparaissent sur la carte de la vie tranquille. Jésus se laisse trouver par qui le cherche, mais pour le chercher il faut bouger, sortir. Ne pas attendre ; risquer. Ne pas rester immobile ; avancer. Jésus est exigeant : il propose à celui qui le cherche de quitter le fauteuil du confort mondain et les tiédeurs rassurantes de nos cheminées. Suivre Jésus n’est pas un protocole poli à respecter mais un exode à vivre. Dieu qui a libéré son peuple à travers la route de l’exode, et qui a appelé de nouveaux peuples à suivre son étoile, donne la liberté et distribue la joie toujours et seulement en chemin. En d’autres termes, pour trouver Jésus il faut abandonner la peur de se mettre en jeu, la satisfaction de se sentir arrivé, la paresse de ne plus rien demander à la vie. Il faut risquer, simplement pour rencontrer un Enfant. Mais cela en vaut immensément la peine, car en trouvant cet Enfant, en découvrant sa tendresse et son amour, nous nous retrouvons nous-mêmes.

Se mettre en chemin n’est pas facile. L’Evangile nous le montre à travers divers personnages. Il y a Hérode, troublé par la peur que la naissance d’un roi menace son pouvoir. Par conséquent il organise des rencontres et envoie les autres recueillir des informations ; mais lui ne bouge pas, il reste enfermé dans son palais. « Tout Jérusalem » (v. 3) aussi a peur : peur de la nouveauté de Dieu. Elle préfère que tout reste comme avant et personne n’a le courage d’aller. Plus subtile est la tentation des prêtres et des scribes. Ils connaissent le lieu exact et l’indiquent à Hérode, en citant l’ancienne prophétie. Ils savent mais ne font pas un pas vers Bethléem. Ce peut être la tentation de celui qui est croyant depuis longtemps : il disserte sur la foi, comme d’une chose qu’il sait déjà mais il ne se met pas en jeu personnellement pour le Seigneur. On parle mais on ne prie pas ; on se lamente mais on ne fait pas de bien. Les Mages, en revanche, parlent peu et marchent beaucoup. Bien qu’ignorants des vérités de foi, ils ont le désir et ils sont en chemin, comme le montrent les verbes de l’Evangile : « venus pour se prosterner » (v. 2), « ils partirent ; entrés ils se prosternèrent ; ils regagnèrent leurs pays » (v. 9.11.12) : toujours en mouvement.

Offrir. Arrivés à Jésus, après un long voyage, les Mages font comme lui : ils donnent. Jésus est là pour offrir sa vie, eux offrent leurs biens précieux : or, encens et myrrhe. L'Évangile se réalise quand le chemin de la vie parvient au don. Donner gratuitement, pour le Seigneur, sans s’attendre à quelque chose en retour : voilà le signe certain d’avoir trouvé Jésus qui dit : « Vous avez reçu gratuitement, donnez gratuitement » (Mt 10, 8.). Faire le bien sans calcul, même si personne nous le demande, même si l’on n’y gagne rien, même si cela ne nous fait pas plaisir. Dieu désire cela. Lui, se faisant petit pour nous, nous demande d’offrir quelque chose pour ses frères les plus petits. Qui sont-ils ? Ils sont justement ceux qui n’ont rien à rendre, comme celui qui se trouve dans le besoin, l’affamé, l’étranger, le prisonnier, le pauvre (cf. Mt 25, 31-46). Offrir un don gratuit à Jésus c’est soigner un malade, donner du temps à une personne difficile, aider quelqu’un qui ne présente pas d’intérêt, offrir le pardon à qui nous a offensé. Ce sont des dons gratuits, ils ne peuvent pas manquer dans la vie chrétienne. Autrement, nous rappelle Jésus, si nous aimons ceux qui nous aiment, nous faisons comme les païens (cf. Mt 5, 46-47). Regardons nos mains, souvent vides d’amour, et essayons aujourd’hui de penser à un don gratuit, sans contrepartie, que nous pouvons offrir. Il sera apprécié du Seigneur. Et demandons-lui:“Seigneur, fais-moi redécouvrir la joie de donner”.

Chers frères et sœurs, faisons comme les Mages : regarder vers le haut ; marcher ; offrir des dons gratuits.


© Librairie éditrice du Vatican


Source: https://fr.zenit.org/articles/epiphanie-savons-nous-rever-desirer-dieu-attendre-sa-nouveaute/

Revenir en haut Aller en bas
 
Epiphanie : « savons-nous rêver, désirer Dieu, attendre sa nouveauté ? »
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
À Toi NOTRE PÈRE par les Saints Cœurs de JÉSUS, MARIE et JOSEPH.. :: VIE ET ACTUALITE DE LA SAINTE EGLISE :: Le Pape François-
Sauter vers: