À Toi NOTRE PÈRE par les Saints Cœurs de JÉSUS, MARIE et JOSEPH..

Forum Catholique sous la protection de Saint Michel, faisant mémoire de Sylvie la fondatrice, Prières, Dévotions au Sacré Coeur, au Coeur Immaculé de Marie, au Coeur Chaste de Joseph et autres, Fidélité aux 3 Blancheurs et au Magistère de l'Eglise...
 
AccueilPortailS'enregistrerConnexion
Derniers sujets
» Quand les poètes nous parlent de Dieu …
par Lumen Aujourd'hui à 19:21

» Et si ta main est pour toi une occasion de chute, coupe-la
par Lumen Aujourd'hui à 18:59

» Chapelet du mardi 23 octobre 2018 à Lourdes
par Raphaël de l'Enfant Jésus Aujourd'hui à 18:57

» Pensée du jour: Mon enfant, deviens 'Amour'! Personne sur cette terre ne peut t'empêcher...
par Raphaël de l'Enfant Jésus Aujourd'hui à 18:53

» L’image indestructible de Marie
par Raphaël de l'Enfant Jésus Aujourd'hui à 18:49

» VIOLENCE AMÈRE
par Lumen Aujourd'hui à 18:47

» Prier avec le Frère Charles de Foucauld
par Lumen Aujourd'hui à 18:31

» Aime !
par Raphaël de l'Enfant Jésus Aujourd'hui à 18:22

» *LE SAINT ROSAIRE PERPÉTUEL*
par Lumen Aujourd'hui à 17:32

» 1634 /Bienheureuse Agnès de Jésus, la « Vierge de l’Ordre des Prêcheurs »
par Lumen Aujourd'hui à 17:30

» 1380 /Catherine de Sienne, la sainte qui a « le plus aimé l’Église »
par Lumen Aujourd'hui à 16:41

» Prions aux intentions du Pape, défis de l'humanité
par Lumen Aujourd'hui à 12:36

» Prendre du temps avec Jésus pour lire les événements de la journée, c'est regarder ce que Dieu peut vouloir me dire par ces événements.
par Lumen Aujourd'hui à 10:42

» Textes de Saint Josemaria Escriva : “Méditation. — Tout le temps fixé, et à heure fixe”
par Lumen Aujourd'hui à 10:30

» Jésus aujourd'hui : « Heureux les serviteurs que le maître, à son arrivée, trouvera en train de veiller » (Lc 12, 35-38)
par Lumen Aujourd'hui à 10:25

» Parole de DIEU* : Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour (Vie), Amen !
par Lumen Aujourd'hui à 10:10

» Prières
par Mea culpa Aujourd'hui à 06:35

» Chapelet du lundi 22 octobre 2018 à Lourdes
par Raphaël de l'Enfant Jésus Hier à 19:14

» Jean-Paul II ou « le courage pour dire la vérité », selon Benoît XVI
par Raphaël de l'Enfant Jésus Hier à 16:14

» Angélus: « l’antidote », quand le « zèle » apostolique est « pollué par l’esprit du monde »
par Raphaël de l'Enfant Jésus Hier à 10:52

» Le Dogme du Purgatoire illustré par des Faits et des Révélations Particulières: 2ème partie: Chapitre 42
par Raphaël de l'Enfant Jésus Hier à 10:39

» Pensée du jour: Mon enfant, ne te laisse pas arrêter ou ralentir par l'Adversaire qui vient toujours semer le doute...
par Raphaël de l'Enfant Jésus Hier à 10:25

» En octobre, Moscou fête Notre Dame des Ibères…
par Raphaël de l'Enfant Jésus Hier à 10:19

» L’amour explore les continents.
par Raphaël de l'Enfant Jésus Hier à 10:07

» « Toute existence tire sa valeur de la qualité de l'amour : “Dis-moi quel est ton amour, et je te dirai qui tu es.” »
par Lumen Hier à 09:47

» • Avec Matthieu pas à pas • : La tempête apaisée
par Lumen Hier à 09:27

» Textes de Saint Josemaria Escriva : “Rappelez-vous que la Providence de Dieu nous conduit sans cesse”
par Lumen Hier à 09:17

» Jésus aujourd'hui : « Ce que tu auras accumulé, qui l’aura ? » (Lc 12, 13-21)
par Lumen Hier à 09:10

» Chapelet du dimanche 21 octobre 2018 à Lourdes
par Raphaël de l'Enfant Jésus Dim 21 Oct 2018, 20:32

» Textes de Saint Josemaria Escriva : “En quoi devons-nous espérer ?"
par Lumen Dim 21 Oct 2018, 16:59

» Textes de Saint Josemaria Escriva : “Il est urgent de christianiser la société”
par Lumen Dim 21 Oct 2018, 16:51

» Textes de Saint Josemaria Escriva : “Dieu ne perd point de bataille”
par Lumen Dim 21 Oct 2018, 16:42

» • ThéoDom sur le Mariage • : Pourquoi le mariage est-il un sacrement ?
par Lumen Dim 21 Oct 2018, 16:33

» Un jésuite espagnol béatifié: le p. Tiburcio Arnáiz Muñoz (1865-1926)
par Raphaël de l'Enfant Jésus Dim 21 Oct 2018, 16:15

» • Avec Matthieu pas à pas • : A la suite de Jésus
par Lumen Dim 21 Oct 2018, 16:06

» • Avec Matthieu pas à pas • : Guérisons à Capharnaüm
par Lumen Dim 21 Oct 2018, 15:53

» Journée mondiale des missions: « Avec les jeunes, portons l’Evangile à tous »
par Raphaël de l'Enfant Jésus Dim 21 Oct 2018, 15:50

» • Avec Matthieu pas à pas • : Purification du lépreux
par Lumen Dim 21 Oct 2018, 15:41

» Le Dogme du Purgatoire illustré par des Faits et des Révélations Particulières: 2ème partie: Chapitre 41
par Raphaël de l'Enfant Jésus Dim 21 Oct 2018, 15:25

» Pensée du jour: Mon enfant, ton cœur est ouvert à M'accueillir, et Moi, Je suis penché vers toi...
par Raphaël de l'Enfant Jésus Dim 21 Oct 2018, 15:10

Qui est en ligne ?
Il y a en tout 22 utilisateurs en ligne :: 2 Enregistrés, 0 Invisible et 20 Invités :: 2 Moteurs de recherche

Lumen, Raphaël de l'Enfant Jésus

Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 264 le Jeu 27 Mar 2014, 20:02

Partagez | 
 

 La Question du Mardi : Le Christianisme a-t-il favorisé l’émancipation des femmes ?

Aller en bas 
AuteurMessage
Lumen
Admin
avatar

Messages : 8052
Date d'inscription : 18/10/2014
Localisation : France

MessageSujet: La Question du Mardi : Le Christianisme a-t-il favorisé l’émancipation des femmes ?   Sam 07 Avr 2018, 13:48



La Question du Mardi
En association avec
Une Minute avec Marie et les Questions de fond d'Aleteia



Le Christianisme a-t-il favorisé l’émancipation des femmes ?



Emanuelle Pastore
Emanuelle Pastore est consacrée de Regnum Christi. Elle travaille
au service de la pastorale de la jeunesse et collabore à plusieurs projets d'évangélisation...


Dans le monde occidental, la philosophie et la théologie chrétiennes ont œuvré en faveur d’une véritable évolution positive de la condition féminine : c’est là que de grandes victoires ont été remportées pour permettre à la femme d’obtenir les mêmes droits que l’homme.


1. Au cours des premiers siècles de notre ère, pour le droit romain, la femme était considérée comme un simple maillon de la famille ou comme une marchandise qui s’échangeait contre une dot. Le père choisissait l’époux de sa fille et avait, toute sa vie, pouvoir de vie ou de mort sur elle. Le christianisme apporta une toute nouvelle façon de considérer la femme. Les signes et les paroles de Jésus-Christ s’adressaient aux hommes et aux femmes sans distinction. Dès les débuts de l’Église, les péchés de tous, homme ou femme, étaient pardonnés de la même manière pour tous. Le même paradis leur était promis. Droits et devoirs du chrétien étaient identiques pour tous.

2. C’est dans ce contexte du début de l’ère chrétienne que Cécile et Agnès, à Rome, et de nombreuses autres femmes, osèrent proclamer leur liberté personnelle au nom de Jésus Christ. Elles le payèrent de leur vie. Elles s’opposèrent à l’autorité paternelle injuste, aux pressions familiales et aux habitudes séculaires de vivre un mariage forcé. Elles avaient choisi de consacrer leur vie et leur virginité à l’amour de Jésus-Christ. L’Église prit leur défense et fit tout ce qu’elle put pour que leur choix soit respecté. Mais il fallut du temps et de nombreux martyrs pour que les mœurs changent et que l’idéal chrétien puisse être respecté par les autorités civiles.

3. Nombreux pourraient être les exemples qui montrent pourtant comment l’Église a connu d’âpres discussions concernant la femme. Certaines questions ayant d’ailleurs duré plusieurs siècles et pas toujours en faveur des femmes ! Tributaire de la mentalité de son temps, l’Église est finalement parvenue, même si ce fut parfois trop lentement, à une juste reconnaissance de la dignité féminine. Dans le mariage, l’Église a fini par exiger le libre consentement de l’homme et de la femme comme la condition sine qua non de la validité du sacrement. Quelle en était la raison ? Une seule : protéger la jeune fille du mariage arrangé par ses parents ou du rapt.

4. À partir du XIe  siècle, une dévotion très spéciale à la Vierge Marie commence à se développer et une grande partie des cathédrales gothiques que nous visitons encore aujourd’hui lui sont dédiées, par exemple Notre-Dame de Paris. À cette époque, les femmes, surtout celles de la haute noblesse, jouissaient d’un plus grand prestige et d’une liberté qui allait jusqu’à accompagner leur époux aux croisades. À la cour royale de différents pays, les filles recevaient la même éducation que les garçons. Les monastères féminins devenaient d’authentiques centres de culture. Bon nombre de femmes sont devenues auteur d’œuvres littéraires, théâtrales et spirituelles.

5. À partir du XVIe siècle, dans les pays qui ont adopté la Réforme protestante, les formes de vie consacrée où les femmes pouvaient trouver une autre voie de réalisation personnelle que celle du mariage ont été éliminées tout comme la vénération de la Vierge Marie qui représentait une valorisation incontestable de la féminité.

6. En France, le contexte révolutionnaire cherchera par tous les moyens à exclure de la visibilité socioculturelle et politique tant l’Église que les femmes. La sécularisation ne cessait de croître comme affirmation de modernité, avec des modèles de réalisation typiquement masculins. Les progrès de la condition de la femme ont malheureusement reculé dans la mesure où, à partir de la Renaissance, les juristes ressuscitèrent le droit romain et, avec lui, le statut d’infériorité de la femme. Cette récession sera confirmée dans le Code civil de Napoléon, inspiré du droit justinien, œuvre d’un empereur byzantin du VIème siècle, qui faisait de la femme un être « perpétuellement inférieur ».

7. Avec la Révolution Industrielle et la Première Guerre mondiale la participation des femmes au monde du travail s’est accélérée et pendant les années 90, les femmes européennes et américaines étaient parmi les plus libres du monde. Le mouvement féministe avait atteint la plupart de ses objectifs : droit à l’éducation, droit au vote, accès à toutes les professions, égalité de salaire et bien d’autres libertés. Avec toutes ces réussites, on aurait pu penser que, ayant obtenu l’égalité en dignité et en droits avec l’homme, la femme ne se sentirait plus opprimée. La théorie du genre n’allait pas tarder à pointer. L’Église s’exprime clairement sur les conséquences qu’entraîne un tel mépris de la complémentarité homme-femme dans la société. On peut d’ailleurs constater que l’Église n’a jamais autant écrit sur la dignité de la femme que dans les vingt dernières années.





Alfred Loisy, crise de foi dans le temps présent

Il y a un siècle, la crise moderniste

La querelle des investitures


L'unité des chrétiens




Un reportage biblique sur une question de foi, utilisable par des catéchistes ou des parents pour lancer une réflexion avec des enfants.





Séparés, catholiques, orthodoxes et protestants ont avant tout la même foi en Jésus, Fils de Dieu, mort et ressuscité pour le Salut des hommes. Au XXème siècle, les chrétiens ont commencé à s'engager sur la voie de l'oecuménisme, de l'écoute et de la réconciliation. Depuis 1935, catholiques, orthodoxes et protestants vivent en commun une semaine de prière pour l'unité, du 18 au 25 janvier de chaque année. En 1966, ils se sont mis d'accord pour proclamer la prière du " Notre Père " avec les mêmes mots. De même, ils ont travaillé ensemble à une traduction de la Bible appelée la TOB, " Traduction OEcuménique de la Bible ". L'Eglise fondée par Jésus-Christ est le signe de sa présence au milieu des hommes. C'est pourquoi, La division des chrétiens est un scandale car en se déchirant, ils ne représentent pas le visage du Christ dignement.

_________________

Quand je dis Dieu c'est un poème, c'est une étoile dans ma vie, 
du feu qui coule dans mes veines, un grand soleil pour aujourd'hui !
Revenir en haut Aller en bas
 
La Question du Mardi : Le Christianisme a-t-il favorisé l’émancipation des femmes ?
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
À Toi NOTRE PÈRE par les Saints Cœurs de JÉSUS, MARIE et JOSEPH.. :: MEDITATIONS :: Enseignements Spirituelles :: La Question du Mardi-
Sauter vers: