À Toi NOTRE PÈRE par les Saints Cœurs de JÉSUS, MARIE et JOSEPH..

Forum Catholique sous la protection de Saint Michel, faisant mémoire de Sylvie la fondatrice, Prières, Dévotions au Sacré Coeur, au Coeur Immaculé de Marie, au Coeur Chaste de Joseph et autres, Fidélité aux 3 Blancheurs et au Magistère de l'Eglise...
 
AccueilPortailS'enregistrerConnexion
Derniers sujets
» Le Dogme du Purgatoire illustré par des Faits et des Révélations Particulières: 2ème partie: Chapitre 38
par Raphaël de l'Enfant Jésus Aujourd'hui à 17:16

» Pensée du jour: Mon tout-petit, Ma toute-petite, si tu savais comme Ma Joie est grande de pouvoir déverser Mon Amour...
par Raphaël de l'Enfant Jésus Aujourd'hui à 9:46

» Aux États-Unis, la croisade du Rosaire
par Raphaël de l'Enfant Jésus Aujourd'hui à 9:40

» Être capable de bonheur
par Raphaël de l'Enfant Jésus Aujourd'hui à 9:30

» Prières
par Mea culpa Aujourd'hui à 5:52

» *LE SAINT ROSAIRE PERPÉTUEL*
par Mea culpa Aujourd'hui à 5:40

» Chapelet du mercredi 17 octobre 2018 à Lourdes
par Raphaël de l'Enfant Jésus Hier à 19:22

» Tu ne tueras pas : un appel à l’amour et à la miséricorde
par Raphaël de l'Enfant Jésus Hier à 17:28

» Le Dogme du Purgatoire illustré par des Faits et des Révélations Particulières: 2ème partie: Chapitre 37
par Raphaël de l'Enfant Jésus Hier à 17:01

» Pensée du jour: Mon enfant, il faut que tu deviennes éblouissant de sainteté...
par Raphaël de l'Enfant Jésus Hier à 11:12

» La Vierge Marie l’a promis à Fatima
par Raphaël de l'Enfant Jésus Hier à 11:00

» Il y avait de l’étrange…
par Raphaël de l'Enfant Jésus Hier à 10:53

» Chapelet du mardi 16 octobre 2018 à Lourdes
par Raphaël de l'Enfant Jésus Mar 16 Oct 2018 - 21:26

» Procession eucharistique du mardi 16 octobre 2018 à Lourdes
par Raphaël de l'Enfant Jésus Mar 16 Oct 2018 - 21:22

» Pensée du jour: Mon enfant, demande-Moi tout, à propos de projets et de désirs, sois toujours disposé à accueillir la réponse...
par Raphaël de l'Enfant Jésus Mar 16 Oct 2018 - 17:14

» « Je me consacrai à elle pour être à jamais son esclave »
par Raphaël de l'Enfant Jésus Mar 16 Oct 2018 - 17:08

» Prendre du temps
par Raphaël de l'Enfant Jésus Mar 16 Oct 2018 - 17:01

» Procession eucharistique du lundi 15 octobre 2018 à Lourdes
par Raphaël de l'Enfant Jésus Lun 15 Oct 2018 - 20:20

» Chapelet du lundi 15 octobre 2018 à Lourdes
par Raphaël de l'Enfant Jésus Lun 15 Oct 2018 - 20:17

» Le Dogme du Purgatoire illustré par des Faits et des Révélations Particulières: 2ème partie: Chapitre 36
par Raphaël de l'Enfant Jésus Lun 15 Oct 2018 - 18:05

» Pensée du jour: Plus te te reconnais petite, plus l'Amour du Père peut entrer en toi.
par Raphaël de l'Enfant Jésus Lun 15 Oct 2018 - 10:48

» Prière à Notre Dame de France, Reine de la Paix
par Raphaël de l'Enfant Jésus Lun 15 Oct 2018 - 10:42

» Ou tout ou rien !
par Raphaël de l'Enfant Jésus Lun 15 Oct 2018 - 10:36

» Parole de DIEU* : Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour (Vie), Amen !
par Lumen Dim 14 Oct 2018 - 20:10

» Chapelet du dimanche 14 octobre 2018 à Lourdes
par Raphaël de l'Enfant Jésus Dim 14 Oct 2018 - 18:54

» Angélus : le pape remercie la délégation anglicane
par Raphaël de l'Enfant Jésus Dim 14 Oct 2018 - 18:49

» LE GRAND AVERTISSEMENT - RÉVÉLATIONS ET PROPHÉTIES DONNÉES À LUZ DE MARÍA
par Raphaël de l'Enfant Jésus Dim 14 Oct 2018 - 18:32

» 1179 /Hildegarde de Bingen, prophétesse et docteur de l’Église
par Lumen Dim 14 Oct 2018 - 18:09

» Canonisations : aimer Dieu à 100%, ou tout, ou rien
par Raphaël de l'Enfant Jésus Dim 14 Oct 2018 - 17:57

» Le centuple, c'est la Présence de JÉSUS et plus... Mais sa Présence est TOUT !
par Lumen Dim 14 Oct 2018 - 16:56

» Le Dogme du Purgatoire illustré par des Faits et des Révélations Particulières: 2ème partie: Chapitre 35
par Raphaël de l'Enfant Jésus Dim 14 Oct 2018 - 16:55

» Neuf jours avec sainte Marguerite-Marie
par Lumen Dim 14 Oct 2018 - 16:43

» Jésus aujourd'hui : « Vends ce que tu as et suis-moi » (Mc 10, 17-27)
par Lumen Dim 14 Oct 2018 - 16:39

» Pensée du jour: Mon enfant, tout est entre les mains du Père, toi tu n'as rien à craindre.
par Raphaël de l'Enfant Jésus Dim 14 Oct 2018 - 16:38

» Marie demande « la restauration des temples vivants que nous sommes »
par Raphaël de l'Enfant Jésus Dim 14 Oct 2018 - 16:33

» Seigneur, fais que ma foi...
par Raphaël de l'Enfant Jésus Dim 14 Oct 2018 - 16:16

» • Retraite dans la Ville • : Nouvelle saison ThéoDom, dès le 21 octobre
par Lumen Dim 14 Oct 2018 - 16:09

» La Question du Mardi : Le Saint-Siège s’est-il fait le complice du nazisme par son silence sur la Shoah ?
par Lumen Sam 13 Oct 2018 - 21:10

» Chapelet du samedi 13 octobre 2018 à Lourdes
par Raphaël de l'Enfant Jésus Sam 13 Oct 2018 - 18:29

» Le Dogme du Purgatoire illustré par des Faits et des Révélations Particulières: 2ème partie: Chapitre 34
par Raphaël de l'Enfant Jésus Sam 13 Oct 2018 - 16:47

Qui est en ligne ?
Il y a en tout 28 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 28 Invités :: 2 Moteurs de recherche

Aucun

Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 264 le Jeu 27 Mar 2014 - 20:02

Partagez | 
 

 Le Mont-Saint-Michel, signe de Dieu pour les hommes.

Aller en bas 
AuteurMessage
Lumen
Admin
avatar

Messages : 8017
Date d'inscription : 18/10/2014
Localisation : France

MessageSujet: Le Mont-Saint-Michel, signe de Dieu pour les hommes.   Jeu 3 Mai 2018 - 16:25



 708 


Le Mont-Saint-Michel, signe de Dieu pour les hommes.




Le Mont-Saint-Michel, signe de Dieu pour les hommes, fait retentir depuis 1300 ans question que pose le nom même de Michel : « Qui est comme Dieu » ? Personne, bien-sûr. Pourtant, par notre baptême nous sommes configurés au Christ. Qui est comme Dieu ? Chaque baptisé qui prend au sérieux son baptême doit aspirer à le devenir. C'est ce que nous rappelle cette pyramide improbable, fruit de la création
et du travail (de la foi) des bâtisseurs.



Depuis des temps immémoriaux trois rochers émergent de cette échancrure située à la frontière de la Normandie et de la Bretagne. Le mont Tombe, le rocher de Tombelaine et le mont Dol. Trois pyramides, pas très hautes, mais totalement incongrues dans ce paysage plat où la mer, répondant à l'appel de la lune, vient deux fois par jour recouvrir les immensités sableuses et plates de la grande baie. Cela pourrait être triste, et parfois c'est le cas, mais le plus souvent c'est surprenant de vie et de couleurs pastel. Le spectacle est permanent. La beauté à couper le souffle. La nature nous aide à comprendre intuitivement la puissance et la grandeur du créateur.




Mais Dieu ne s'est pas contenté de créer le ciel, la mer et la terre. Il a voulu y introduire la Vie. La vie sous toutes ses formes : minérale, aquatique, végétale, animale. Et, au cœur de cette création, il nous forma Homme et Femme à son image : libres et dotés d'intelligence. Et pour que l'humanité se souvienne de lui, il privilégia quelques lieux où l'on pourrait le reconnaître, le retrouver. Le Mont-Saint-Michel et sa baie sont un de ces espaces où Dieu donne rendez-vous à l'homme.


Pour réaliser cela il fallut le rêve d'un évêque : Aubert, d'Avranches (né en 660, mort vers 725). Saint homme qu'un archange vint déranger trois fois dans son sommeil en 708 pour lui intimer l'ordre de construire une maison de Dieu sur le mont Tombe. C’est Michel, prince de la milice céleste, premier des anges, qui s'est chargé de ce travail. « Qui est comme Dieu ? » Cette traduction de l'hébreu Mi-Ka-El, hante depuis près de mille trois cents ans le rocher où s'est édifié l'un des sites les plus extraordinaires qu'on puisse voir en Europe : le Mont-Saint-Michel. La question peut être ressentie comme une menace. C'est l'archange guerrier qui pousse son cri d'indignation devant l'orgueil et la folie des hommes qui ont, de tout temps, cherché à conquérir le pouvoir d'intimider et de dominer leurs semblables. De ce point de vue, l'abbaye du Mont-Saint-Michel pourrait être l'expression de cette propension. D'où vient qu'elle ne provoque pas cette impression ? Cela tient sans doute à une conjonction de facteurs extrêmement subtils et tout à fait particuliers à cet ensemble qui comprend la baie, le village et l'abbaye. Ce mélange rare de terre, de mer, de vent, de pierres, cette conjonction étonnante et positive du travail de la nature (les croyants disent de Dieu) et du génie humain empêchent le dérapage des sentiments et permettent d’équilibrer mesure et démesure, grandeur et humilité, gloire et déchéance, spirituel et matériel, univers de création et univers d'achèvement, Dieu et Démon, Michel et Satan.




La magnificence du lieu (classé monument historique en 1862 et patrimoine mondial de l’UNESCO depuis 1979, l’un des sites les plus visités de France) , la réputation de l'archange, la beauté des constructions ont vite mis en marche de nombreux pèlerins. Conscients dans leur foi d'avancer vers la « Jérusalem céleste » ; reproduisant au long de leur pérégrination la marche des hébreux dans le désert ; imitant le peuple élu traversant à pied (presque) secs la mer des roseaux. Passer à travers la mer, n'est-ce pas passer à travers la mort ?

Tout pèlerin revit pour lui-même l'aventure d'Israël. Il doit s'arracher au quotidien, accepter d'abandonner ses certitudes, ses appuis, ses sécurités. Il doit faire confiance : la baie est dangereuse, le sable mouvant, la marée rapide. Et quand il a pris pied sur le rocher, il n'est pas encore au bout de ses peines. La montée du village est aussi un chemin symbolique. Le visiteur, sans s'en apercevoir, quitte peu à peu le monde du commerce humain pour celui du « commerce » divin, des nourritures terrestres (symbolisées par la célèbre omelette proposée à l'entrée de la ville), il monte jusqu'aux nourritures célestes. De la table de l'auberge à la table de l'autel où le pain et le vin deviennent pour les chrétiens corps et sang du Christ. Le passage d'une table à l'autre n'est pas facile. Il faut monter sans cesse. D'abord la rue très en pente ; puis les 360 marches du « Grand Degré ». Pas d'ascenseur, pas d'escalier mécanique, mais quelle récompense que d'entrer dans cette grande forteresse construite pour assumer une triple fonction : être imprenable par quelque force ennemie que ce soit ; être accueillante au pèlerin épuisé qui arrive au terme de sa route ; être resplendissante pour dire la gloire de Dieu et permettre à l'âme de s'élever dans une prière fervente, sous l’œil bienveillant de la statue de saint Michel, qui trône à 170 mètres au-dessus du niveau de la mer.

La baie, le village, l'abbaye du Mont-Saint-Michel témoignent de cette unité créatrice de Dieu et de l'Homme. Ils signent, par leur histoire, la vocation spirituelle, économique et politique de ce lieu. Ils invitent le croyant, comme le non-croyant, à se laisser gagner par l'admiration, la contemplation et la jubilation.

Depuis 1300 ans, l'Église catholique, fidèle à sa vocation et à la mission donnée par l'archange, s'efforce de proclamer la Parole de Dieu , accueille les pèlerins et leur offre les sacrements de l'Eucharistie, du pardon, des malades si nécessaire. Elle est également attentive à la vie spirituelle de la population qui, de tout temps, habite sur le rocher, au pied des murailles de la puissante abbaye-forteresse. Peuple de pécheurs, peuple de commerçants, peuple d'aubergistes et d'hôteliers… Le petit cimetière qui jouxte l'église Saint-Pierre est le témoin séculaire de la permanence de cette vie laborieuse et austère. Aujourd'hui, les pèlerins sont souvent submergés par les touristes. C'est donc un double accueil qui nous incombe, mais c'est une même et seule mission : comprendre et partager l'héritage de tous ceux qui ont « fait » le Mont-Saint-Michel afin d'être, pour notre temps et les temps futurs, des bâtisseurs de beau, de bon et de bien.



André Fournier,
recteur du Sanctuaire Le Mont-Saint-Michel


Les premières mentions du culte à saint Michel, de l'Orient à l'Occident. C'est en Orient que le culte à saint Michel est attesté le plus tôt, dès le IVe siècle. Les coptes (chrétiens d'Égypte) ne célèbrent pas moins de sept fêtes annuelles en son honneur. Ce culte est passé de l'Orient à l'Occident vers le VIe siècle. Il connut un fort développement, en particulier en Italie, au mont Gargano, en Italie dans les Pouilles. Saint Michel est fêté aujourd'hui en Occident, avec les archanges Gabriel et Raphaël, le 29 septembre. Il semblerait d'après le martyrologe romain que la date corresponde à la dédicace d'une basilique à saint Michel sur la voie Salaria, à dix kilomètres au nord de Rome. Il sera gardé comme patron secondaire de la France, patron de l'Allemagne, de la ville de Bruxelles, des parachutistes et de la police.


Trois apparitions de l'archange saint Michel (parmi bien d'autres).


Au mont Gargano en 492.




En 492, l'Italie n'était pas encore unifiée : l'empire romain était en phase de dissolution. Le plus beau taureau de la région du Gargano disparut. On le retrouva au sommet du mont Gargano, agenouillé à l'entrée d'une caverne, les cornes liées dans les broussailles, et dans une forte colère. Le bouvier tira une flèche afin de l'affaiblir, mais la flèche, par un détour extraordinaire revint vers le tireur. Les habitants du lieu allèrent voir l'évêque du lieu, qui ne fit aucune démarche pour autant. Tous se mirent en prière pendant trois jours. Au troisième jour, l'ange Michel apparut et dit : « Je suis l'archange Michel, l'un de ceux qui se tiennent sans cesse devant le Seigneur. J'ai choisi ce lieu pour être vénéré sur terre, et j'en serai le protecteur. » Les paysans revinrent vénérer l'archange. Il semblait qu'un combat faisait rage puisque des éclairs en jaillissaient. L'évêque décida alors d'édifier un sanctuaire à saint Michel sur ce lieu. Ce sanctuaire fut le premier connu en Europe, d'autant plus vénéré qu'il se situe au Moyen-Âge sur le chemin maritime des croisades et constitue une étape quasi obligatoire vers la Terre sainte.


À Rome en 590, où apparaît la date du 29 septembre.




Depuis 589, Rome était inondée par le Tibre. La pluie faisait beaucoup de victimes, parmi lesquelles le pape Gélase le 7 février 590. Grégoire, le nouveau Pape élu le 3 septembre 590, eut pour première réaction de faire prier la ville. Un triduum de prières publiques eut lieu, le Pape prenant la tête des cérémonies. Un pèlerinage partit de la basilique Saint-Jean de Latran à Rome, passant par la basilique Sainte-Marie-Majeure, pour traverser le Tibre et finir à Saint-Pierre. Le Pape était vêtu d'un sac et brandissait une icône de la Vierge. Le troisième jour, quand on arriva au pont qui relie la ville au Vatican, on constata encore la mort de 80 personnes lors de la procession. Mais la foule entendit alors des chants célestes, très beaux, comme le Regina caeli. Le Pape, levant les yeux au-dessus du Mausolée de l’empereur Hadrien, en rive droite du Tibre, vit l'archange étincelant rengainer son glaive. C'était un 29 septembre. Les crues et l'épidémie qui en résulta cessèrent et tout rentra dans l'ordre. Le Pape suivant, Boniface III, fit dresser au sommet du Mausolée une statue de saint Michel en marbre, l'édifice prenant alors l'appel¬lation de « Château Saint-Ange ».


En France, au mont Tombe en 708



Dans la nuit du 16 octobre 708, saint Aubert, évêque d'Avranches, eut un songe pendant son sommeil. L'ange lui disait : « Je suis Michel, l'archange qui veille en présence de Dieu et je veux habiter en ce pays. Je le prends sous ma protection et j'en prends soin. » Trois fois, il le visita pendant son sommeil. La troisième fois, il posa son doigt sur le front de l'évêque et y laissa un trou. L'évêque consacra alors l'îlot du mont Tombe à saint Michel. Un oratoire fut fondé et douze chanoines vinrent l'habiter avant que les bénédictins en prennent possession en 966 (cette année 2016 est le 1050ème anniversaire de cette installation).


Marie et le Mont-Saint-Michel.

Saint Michel est inséparable de la Vierge Marie car tous deux jouent un rôle important dans la lutte contre les forces du démon. Ils apparaissent ensemble dans le chapitre 12 de l’Apocalypse, dernier livre du Nouveau Testament qui décrit les révélations symboliques de l’apôtre Jean sur la fin des temps. Tandis que la femme qui « crie dans les douleurs de l’enfantement » et met au monde « celui qui doit mener toutes les nations » (allusion à Marie et à son fils Jésus) est en lutte contre un terrible dragon, une grande bataille survient dans le ciel lors de laquelle saint Michel et ses anges parviennent à terrasser le dragon (Apocalypse XII, 7-8.). Ce récit est la base de l’espérance chrétienne au sujet de la victoire finale sur le Mal. C’est donc tout naturellement que Marie est présente au Mont-Saint-Michel : la statue d’une Vierge noire, dite Notre-Dame du Mont-Tombe, témoignage de nombreux pèlerinages avant la Révolution, est présente dans la crypte de Notre-Dame-sous-Terre.

La présence chrétienne au Mont-Saint-Michel.

Quasi-continue depuis 1300 ans, celle-ci n’est pas que spirituelle, mais aussi matérielle. Prêtres, religieux et religieuses représentent plus d’un tiers de la population de la commune (qui est de 41 habitants en 2013), tandis que plusieurs monuments catholiques figurent parmi les 61 édifices protégés au titre des monuments historiques (abbaye, chapelle Saint-Aubert, église Saint-Pierre, presbytère…). L’abbaye est également à l’origine de nombreuses manifestations culturelles ouvertes aux croyants comme aux non-croyants.





Une construction progressive.
Selon la tradition, la dédicace de l’église de « Saint-Michel-au-péril-de-la-mer » a lieu le 16 octobre 709 et l’évêque Aubert installe une communauté de chanoines. Il faudra cependant plusieurs siècles pour que l’abbaye prenne l’aspect qu’on lui connaît de nos jours. Le premier sanctuaire, où est enterré Aubert, est devenu la chapelle Notre-Dame-sous-Terre, en-dessous de la nef romane actuelle, bâtie au XIe siècle. Malgré l’intrusion des Vikings en 847, le lieu se transforme en abbaye bénédictine en 966 et accueille une grande bibliothèque abritant de nombreux manuscrits venus de toute la chrétienté. Les Bénédictins partent en 1791, sous la Révolution, et le Mont-Saint-Michel devient une prison, mais sa vocation religieuse est restaurée en 1922. Depuis 2001, les offices sont assurés par les Fraternités monastiques de Jérusalem.







***************************************************************************************************************************


Sources documentaires :

- Méry David-Nicolas et Saint-James François,Le tour du Mont en 1300 ans, Éditions Ouest-France, 2011.
- Lefeuvre Jean-Claude et Mouton Jean-Pierre, Histoire de la Baie du Mont-Saint-Michel, Éditions Ouest-France, 2009.
- Guillier Gérard, L'Abbaye du Mont-Saint-Michel, bâtir pour un Archange, Éditions Équinoxe, 2011.
- Bely Lucien, Aimer le Mont-Saint-Michel, Éditions Ouest-France, 2015.
- Decaëns Henry, Le Mont-Saint-Michel, Éditions du Chêne. 2010.
- Maigre François-Xavier, Sur les traces de l'Archange, Éditions Bayard, 2012.
- Destination Mont-Saint-Michel, in Revue Magasine, Éditions Milan, Numéro 29, avril 2016.
- Legros Jean-Luc, Le Mont-Saint-Michel : Architecture et civilisation, CRDP Basse-Normandie, 2005.



_________________

Quand je dis Dieu c'est un poème, c'est une étoile dans ma vie, 
du feu qui coule dans mes veines, un grand soleil pour aujourd'hui !
Revenir en haut Aller en bas
 
Le Mont-Saint-Michel, signe de Dieu pour les hommes.
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
À Toi NOTRE PÈRE par les Saints Cœurs de JÉSUS, MARIE et JOSEPH.. :: MARIE, MERE IMMACULEE, REINE DE L'UNIVERS :: Notre Histoire avec Marie en France et dans le monde-
Sauter vers: