À Toi NOTRE PÈRE par les Saints Cœurs de JÉSUS, MARIE et JOSEPH..

Forum Catholique sous la protection de Saint Michel, faisant mémoire de Sylvie la fondatrice, Prières, Dévotions au Sacré Coeur, au Coeur Immaculé de Marie, au Coeur Chaste de Joseph et autres, Fidélité aux 3 Blancheurs et au Magistère de l'Eglise...
 
AccueilPortailS'enregistrerConnexion
Derniers sujets
» Pensée du jour: Mon enfant, Je t'enveloppe de Mon Grand Manteau pour te protéger et te couvrir.
par Raphaël de l'Enfant Jésus Aujourd'hui à 8:04

» Un chapelet entre les mains de Bob Kennedy…
par Raphaël de l'Enfant Jésus Aujourd'hui à 7:53

» Être poli avec la vie...
par Raphaël de l'Enfant Jésus Aujourd'hui à 7:46

» 1997 /Mère Teresa, sainte de l’Amour
par Lumen Hier à 23:24

» 1226 /Saint François d’Assise, le Poverello ami de toute la Création
par Lumen Hier à 22:35

» 1902 /Sainte Maria Goretti, l’impossible pardon
par Lumen Hier à 21:40

» Bible PDF : N’éteignez Pas l’Esprit !
par Lumen Hier à 20:19

» Louez Dieu tous les jours en musique
par Lumen Hier à 20:02

» *LE SAINT ROSAIRE PERPÉTUEL*
par Lumen Hier à 19:49

» Un mot spirituel quotidien
par Lumen Hier à 19:37

» Quand les poètes nous parlent de Dieu …
par Lumen Hier à 19:26

» Mon âme exalte le Seigneur, exulte mon esprit en Dieu, mon Sauveur !
par Lumen Hier à 19:09

» Texte de Saint Josémaria : L’Assomption de la Vierge Marie
par Lumen Hier à 18:57

» Jésus apporte une dimension nouvelle à la Loi : la dimension de l'Esprit de Charité...
par Lumen Hier à 18:38

» Approfondir sa foi : Jour 15) La messe (5/6) : Participer activement à la messe
par Lumen Hier à 18:24

» Jésus aujourd'hui : « Ils le tueront et, le troisième jour, il ressuscitera. »
par Lumen Hier à 17:57

» Le Dogme du Purgatoire illustré par des Faits et des Révélations Particulières: Chapitre 40
par Raphaël de l'Enfant Jésus Hier à 16:41

» Parole de DIEU* : Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour (Vie), Amen !
par Lumen Hier à 14:14

» Pensée du jour: Mon enfant, ne crains pas de venir te blottir dans Mes bras.
par Raphaël de l'Enfant Jésus Hier à 9:28

» Le rendez-vous manqué de Fatima
par Raphaël de l'Enfant Jésus Hier à 9:21

» La joie de l'Espérance
par Raphaël de l'Enfant Jésus Hier à 9:13

» Prions avec Luisa Piccarreta
par Lumen Dim 12 Aoû 2018 - 19:08

» Chapelet du dimanche 12 août 2018 à Lourdes
par Raphaël de l'Enfant Jésus Dim 12 Aoû 2018 - 18:45

» Bible PDF : Dieu Le Premier !
par Lumen Dim 12 Aoû 2018 - 18:38

» Le don que fait Jésus, c'est Lui-même en sa Personne et le plus grand Signe d'Amour
par Lumen Dim 12 Aoû 2018 - 18:21

» Texte de Saint Josémaria : “Sois plutôt comme la vieille pierre de taille”
par Lumen Dim 12 Aoû 2018 - 18:07

» Approfondir sa foi : Jour 14) La messe (4/6) : Devenir membre d’une communauté réunie par Jésus.
par Lumen Dim 12 Aoû 2018 - 17:59

» Jésus aujourd'hui : « Je suis le pain vivant descendu du ciel »
par Lumen Dim 12 Aoû 2018 - 17:48

» Angélus: le chrétien doit dire "non" au mal et "oui" au bien
par Raphaël de l'Enfant Jésus Dim 12 Aoû 2018 - 16:42

» Le Dogme du Purgatoire illustré par des Faits et des Révélations Particulières: Chapitre 39
par Raphaël de l'Enfant Jésus Dim 12 Aoû 2018 - 16:28

» Pensée du jour: Mon enfant, ce que tu vis présentement, c'est ce qu'il y a de mieux pour toi, aujourd'hui...
par Raphaël de l'Enfant Jésus Dim 12 Aoû 2018 - 12:14

» Un Relai mondial du Rosaire pour les prêtres
par Raphaël de l'Enfant Jésus Dim 12 Aoû 2018 - 12:09

» Un coin de prière
par Raphaël de l'Enfant Jésus Dim 12 Aoû 2018 - 12:02

» Prier pour la conversion des pécheurs
par Lumen Sam 11 Aoû 2018 - 20:29

» Chapelet du samedi 11 août 2018 à Lourdes
par Raphaël de l'Enfant Jésus Sam 11 Aoû 2018 - 20:25

» Approfondir sa foi : Jour 13) La messe (3/6) : Jésus est présent dans sa Parole
par Lumen Sam 11 Aoû 2018 - 20:07

» Le Dogme du Purgatoire illustré par des Faits et des Révélations Particulières: Chapitre 38
par Raphaël de l'Enfant Jésus Sam 11 Aoû 2018 - 19:47

» Bible PDF : L’Expérience Qui Nous Forme !
par Lumen Sam 11 Aoû 2018 - 19:40

» L'amour de Dieu était l'âme de toutes les vertus de Sainte Claire
par Lumen Sam 11 Aoû 2018 - 19:22

» Texte de Saint Josémaria : “Ils ont dit, ils vont penser...”
par Lumen Sam 11 Aoû 2018 - 19:05

Qui est en ligne ?
Il y a en tout 11 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 11 Invités :: 2 Moteurs de recherche

Aucun

Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 264 le Jeu 27 Mar 2014 - 20:02

Partagez | 
 

 Saint Louis et le printemps de la France

Aller en bas 
AuteurMessage
Lumen
Admin
avatar

Messages : 7501
Date d'inscription : 18/10/2014
Localisation : France

MessageSujet: Saint Louis et le printemps de la France   Jeu 24 Mai 2018 - 19:54


1270


Saint Louis et le printemps de la France


Cinquième enfant de Louis VIII (+ 1226) et de Blanche de Castille (+ 1252), Louis IX naît le 25 avril 1214. Baptisé à Poissy (actuel département des Yvelines), il devient à douze ans le 44e roi de France. Patron du diocèse aux armées et de sa cathédrale, il est également invoqué comme patron de la France, notamment le 25 août, jour où l’on célèbre l’anniversaire de sa mort. Louis, dit le « Prudhomme », meurt au cours de la dernière croisade à Tunis en 1270, après 43 ans de règne. Il est canonisé par le pape Boniface VIII dès 1297.




Une fois que nous sommes accordés sur les faits de l’histoire, sur leur interprétation, sur le besoin d’en faire mémoire pour disposer du présent, pour préparer le futur, pourquoi s’attarder à cet homme du passé ? Qu’il s’agisse de saint Louis ou d’autres, sur quoi repose notre attachement ? C’est une loi générale : les saints ne sont jamais réductibles à leur époque. Un saint ne se laisse pas figer dans son siècle. S’il est décalé par rapport à notre temps, c’est un décalage vers l’avenir : il nous attend au tournant suivant. Aimable, il nous tend la main, mendiant notre cœur.  


Donnons à nouveau notre affection à saint Louis, roi de France. Essayons de lui ouvrir notre cœur ainsi que nous le faisons pour un ami, lui confiant nos peines, nos joies, l’associant à notre mission, cherchant à le connaître avec bienveillance. À cette condition, il nous livrera quelques secrets de sa sainteté. Car connaître le secret d’un ami, c’est autre chose que de scruter les détails de son existence, à la façon d’un historien. Le secret partagé crée une intimité profonde entre deux êtres. Avec eux, quelque chose de la gravitation du Christ nous entraîne vers Dieu.
 

Dans son ouvrage Saints de France (paru chez Boivin, 1ère édition 1951), Henri Pourrat touche à ce secret avec une rare virtuosité. Il plante le décor :« Avec lui, le royaume entre dans son printemps », et d’ajouter : « En cette aurore du XIIIe siècle, toute la pensée grandit. » Louis IX naît avec Bouvines (27 juillet 1214), l’éclatante victoire de son grand-père Philippe Auguste (+ 1223). Mais la redistribution politique ne vaut pas tant que la floraison printanière d’idées nouvelles. Louis reçoit à sa table deux Docteurs de l’Église, saint Bonaventure et saint Thomas d’Aquin (+ 1274). Cette vitalité de l’esprit, bientôt écrite dans la politique et les mœurs, cette sève neuve, cette fièvre du cœur, cette vague de la pensée coïncident avec le roi saint Louis et lui avec elle. Un pareil printemps soulève l’enthousiasme, le goût de l’aventure et des folles équipées. Quand les feuilles voltigent et que notre mental erre, sous l’ombre nostalgique sécrétée par l’automne, une telle incarnation de la (re)naissance nous gonfle d’espérances nouvelles. Je ne parle pas tant de la saison que de notre société, où la chute des valeurs produit l’odeur des cimetières. Notre époque accueille des esprits émoussés, fades, gavés de politiquement correct. Pouvons-nous connaître, à notre génération, une telle pulsation de l’esprit ? Quelle nouveauté, quelle poussée, quelle grandeur nouvelles tendent nos énergies ? Une fin de race n’attire pas. Un point de croissance ne fascine pas. Les projets qu’on nous présente ne portent même plus de promesses. Il nous reste l’épaisseur maigrichonne du train-train quotidien. Heureusement, l’Évangile reste un prodigieux défi…  




« Le plus fier chrétien que les païens eussent jamais connu », confie le sire de Joinville, conseiller du roi, à ses Mémoires. Parmi les regards sur saint Louis, on en trouve un qui fait le lien par-dessus les autres, c’est celui sur son christianisme. Au fond et à la cime de ses actions, il y a le chrétien. Son baptême aboutit à la sainteté. Mais il lui fournit d’abord l’unité de sa vie. Ce fameux dénominateur commun qui manque à notre vie sectorisée, Louis le trouve dans son baptême. De l’extérieur, les païens sentent et admirent la cohérence du roi. Ils ne jugent pas d’abord sa sainteté : pour l’estimer, il faut cette aimable confrontation entre les actes et l’Évangile que l’Église seule est habilitée à mettre en place. Mais les incroyants goûtent l’unité de l’homme.« Fier », indique la densité aimable, le rayon noble au parcours tranquille. La fierté éveille l’admiration sans la rechercher. Cette reconnaissance par les païens importe autant que la canonisation par l’Église. Elle chante le regard du païen sur l’homme juste. Elle dit ce à quoi il est sensible. Elle peut le déterminer à chercher « l’Unique ». En ce sens, saint Louis n’est pas seulement un exemple de piété mais un prototype du témoin.  


« Tant qu’il put il choisit de faire la paix » (Henri Pourrat dans Saints de France). Formé aux armes, faiseur de croisade, combattant de première ligne, il n’idéalise pas la guerre. Elle n’est jamais un but en soi. Bien qu’à l’époque il faille gagner sa valeur à coups d’épée, le cœur de Louis IX voit plus loin que le bout de son arme. La guerre fait peut-être la valeur d’un chevalier, mais seule la paix fait le bonheur d’un pays. Il est difficile de trancher au sujet du saint roi : de la paix ou de la justice, on ne sait laquelle il préfère. « Par son amour de la justice, il se fait tant aimer, que, sans être ses sujets » (Henri Pourrat dans Saints de France), des Lorrains et Bourguignons lui demandent de leur faire droit. La postérité lui a fait un trône sous un chêne pour y rendre la justice. Certainement, l’histoire ne se trompe pas, à ceci près que saint Louis s’assoit à même le sol. C’est moins gracieux pour les images, mais cela correspond mieux à son style, absolument royal. Il est vrai aussi que la paix le hante, avec le roi d’Angleterre, avec ses grands barons, avec le sultan d’Égypte. Les deux vertus nous parlent : nous les posons l’une sur l’autre car la justice forme le socle de la paix.


Citation :
La compétence donne des droits que la filiation n’impose pas


À ceux qui croient plus volontiers à la valeur de la naissance qu’à celle des mérites, il réplique comme à son fils Philippe :  « Beau fils, vraiment j’aimerais mieux qu’un Écossais vint d’Écosse qui gouvernât bien et loyalement, que tu gouvernasses mal en point et en reproches. » Toujours la même recherche de la justice. La compétence donne des droits que la filiation n’impose pas. On imagine, derrière ces mots de paix, justice et compétence, l’immense liberté du souverain. Quand on a le pouvoir de faire et de défaire pour un peuple tout entier, on s’acharne à faire le bien et à défaire le mal. Et tant pis pour les courtisans payant en flatterie ce qu’ils doivent en bonne monnaie. Seulement voilà : au XIIIe siècle, on fait la différence entre le bien et le mal, entre ce qui est juste et ce qui ne l’est pas, entre ce qui unit et ce qui divise, entre le bien personnel et le bien commun. C’est peut-être en cela que l’époque du saint roi élève et dynamise.


De sa liberté, il est encore question dans ses rapports avec les gens d’Église. Il ne cesse de surprendre. Tandis que la croix et la bannière voguent ensemble, liées comme elles peuvent l’être dans le monde chrétien, on s’attend de la part de saint Louis à une obéissance méticuleuse, servile à force d’être respectueuse. Il n’en est rien. Sa vénération pour le mystère du prêtre ou de l’Église ne lui ôte aucune part de son discernement. Prenons un exemple. Louis fait vœu de conduire une croisade lors d’une grave maladie (presque à sa mort). Guéri, il veut tenir sa promesse ; mais sa mère, Blanche de Castille, ne l’entend pas ainsi. Elle fait intervenir l’évêque de Paris pour s’opposer à son départ. Ce dernier montre que son vœu, fait dans le délire, ne l’oblige pas. « Bon, dit le roi, je ferai donc à votre volonté. » Il rend sa croix à l’évêque. Mais aussitôt : « Et maintenant, suis-je en délire ? Eh bien, c’est maintenant que je vous demande de me donner la croix de Notre-Seigneur Jésus-Christ ! » Ces libres chevaliers de France n’abdiquent pas leur liberté. La rectitude de leur foi ne la ronge pas. Elle l’amplifie. Est-il meilleur témoin de la liberté évangélique, au croisement du respect et de la responsabilité ?




Sa façon d’être roi le rattache au saint roi David bien mieux qu’une généalogie hasardeuse. Le roi dans la Bible règne en pasteur et père. Il ne suffit pas au pasteur de conduire le peuple. Il s’assimile à lui, il ne fait qu’un avec lui. En Égypte, alors que la famine et la peste poussent à la retraite, on veut obliger le roi épuisé à s’embarquer avec les autres malades. Mais il entend rester le dernier. Un de ses frères, le comte d’Anjou, lui reproche de retarder le mouvement : « Comte d’Anjou, si je vous suis à charge, débarrassez-vous de moi. Mais je n’abandonnerai jamais mon peuple. » Un peu plus tard, fait prisonnier des Sarrazins, il apprend que les riches négocient séparément leur rançon. Aussitôt, il leur interdit ces marchés pour que les pauvres ne restent pas seuls en captivité : « Je prends tout sur moi et veux être chargé de payer du mien propre le rachat de tous. » C’est le roi-pasteur selon le cœur de Dieu. Devant Mansourah, alité mais entendant le feu grégeois déchirer les airs pour tomber sur son armée, il soupirait : « Beau sire Dieu, gardez-moi mes gens ! » Henri Pourrat ajoute : « Le suzerain se doit même de former les cœurs de ses gens. » Le sire de Joinville en est un témoin remarquable. Au roi qui lui demande s’il est préférable d’attraper la lèpre que de commettre un péché mortel, Joinville répond avec sa franchise habituelle qui lui semble préférable d’avoir commis trente péchés mortels que d’être attaqué par la lèpre. C’est qu’il connaît ce qu’est la lèpre. Elle tue mais d’abord elle rogne, elle ronge, elle grignote. Saint Louis le reprend avec douceur mais précision. Il le traite de « hâtif musard ». Charles Péguy ne manque pas de commenter cette scène exemplaire. Il vaut mieux attraper trente fois la lèpre que de commettre un péché mortel. En d’autres circonstances, il éduque le même Joinville à l’humilité, le pressant de laver les pieds des pauvres.

Tant de traits parlent de son secret qu’il nous faut conclure ici : « Le héros, ni le grand roi n’y eussent pas suffi. Il y fallait le saint. Mais cette leçon, le roi Louis la tient du Christ ». (Henri Pourrat dans Saints de France).




Mgr Luc Ravel
Évêques aux armées


Saint Louis, un homme de paix et un réformateur. Sacré à Reims le 29 novembre 1226 par l’évêque diocésain Jacques de Bozaches, saint Louis est un homme de paix et un réformateur : il introduit baillis et prévôts (représentants du pouvoir et officiers de justice), conçoit ce qui va devenir le Parlement de Paris et la Cour des comptes, introduit une monnaie unique dans le royaume, crée la présomption d’innocence, interdit l’ordalie et la vendetta, combat l’usage de la torture, lutte contre les guerres privées, etc. En matière profane, Louis agrandit le domaine royal en y agrégeant les comtés de Blois, Chartres, Sancerre et Châteaudun. Il mène des édifications visant à assurer la paix de ses sujets. Dès les années 1220, il fait ériger la forteresse d’Angers, rempart important face à la Bretagne encore indépendante. Vers 1240, il fonde Aigues-Mortes (actuel département du Gard), comme point de départq et d’arrivée de la « route de Jérusalem ». En 1251/52, il fait reconstruire les remparts de Jaffa (Israël) où il ordonne l’érection d’un couvent et d’une église. Peu après, il restaure les fortifications voisines d’Ascalon.


Saint Louis, un homme charitable et pour la promotion de la culture.
L’œuvre de Louis est plus importante dans le domaine de la charité et de la culture. En 1248, il demande à l’architecte Eudes de Montreuil de restaurer l’Hôtel-Dieu de Paris. Peu après, il fait édifier l’Hôtel des Audriettes pour l’accueil des veuves. En 1259, il fonde l’Hôtel-Dieu de Pontoise où 13 religieuses augustines prennent en charge les démunis. Il offre 30 000 livres pour la construction de l’Hôtel-Dieu de Vernon (Eure) ; 25 sœurs y assurent accueil et prière. En juin 1260, les travaux d’édification de l’hospice parisien des Quinze-Vingts prennent fin, près de la porte Saint-Honoré. Le roi lui attribue une rente annuelle élevée servant à la prise en charge des aveugles de la cité qui, en contrepartie, prient pour le roi et sa famille. C’est la première fois dans l’histoire de France que les pouvoirs publics assument matériellement un tel handicap. En 1253, il cofonde à Paris avec Robert de Sorbon, son chapelain et confesseur, le collège de Sorbonne, qui allait devenir une prestigieuse université. À l’époque, cette structure modeste est destinée aux maîtres ès arts : quelques dizaines d’étudiants en théologie.



L’œuvre de saint Louis dans le domaine religieux.
C’est dans le domaine religieux que saint Louis réalise ses œuvres plus belles. De son vivant, l’art gothique nourrit la terre de France. Il assiste aux chantiers des cathédrales d’Amiens, d’Auxerre, de Beauvais, de Chartres, de Reims, de Rouen et de Paris, qu’il ne cesse d’encourager. Parmi ses fondations monastiques, l’abbaye de Royaumont (« mont royal »), dans l’actuel Val-d’Oise, reste la plus célèbre. Son père, Louis VIII, laisse en héritage une forte somme d’argent pour édifier un monastère non loin de Paris. Saint Louis confie les lieux aux moines cisterciens ; il fera d’ailleurs plusieurs longs séjours à l’abbaye pour partager la vie simple des moines. Dès 1233, il choisit Royaumont pour y faire inhumer les enfants de la famille royale décédés en bas-âge. Trois de ses quatre enfants morts avant lui y reposent. En 1235, après sept années de labeur, le monastère est achevé. Sa renommée s’étend progressivement à tout le royaume et au-delà. Tous les rois capétiens directs, jusqu’à Charles IV le Bel (+ 1328), honorent le lieu de leur présence et de leurs largesses. Un autre lieu tient particulièrement Louis à cœur : la collégiale Notre-Dame de Poissy (Yvelines), où il a été baptisé. Il aime signer certaines lettres par la formule : « Louis de Poissy », ou « Louis, seigneur de Poissy ». Il y séjourne souvent. Fondée par le roi Robert le Pieux vers 1016, cette collégiale est reconstruite entre 1130 et 1160. Elle est aux mains de chanoines. En 1238, saint Louis fonde une messe anniversaire pour ses parents qui y sera célébrée pendant des décennies. En 1250, il y fait édifier une chapelle. Aujourd’hui, les fonds baptismaux de Louis restaurés en 1630 y sont encore visibles, protégés par une grille installée au XIXe siècle par Viollet-le-Duc.



Saint Louis et la Sainte-Chapelle sur l’île de la Cité.
Le véritable chef-d’œuvre de saint Louis, c’est la construction de l’Île de la Cité, dont l’histoire débute avec son intérêt pour l’Orient. Le roi participe en effet en personne à la septième (Égypte, accompagné de ses trois frères) et à la huitième croisade (Tunisie). Il est persuadé jusqu’à la fin qu’il parviendra à sauvegarder la Terre Sainte et à évangéliser Juifs et Musulmans avec l’aide de Dieu. Aussi lorsque Baudouin II de Courtenay (+ 1273), cousin de saint Louis et dernier empereur latin de Constantinople, lui demande son aide contre les Grecs en 1237, Louis, défenseur de l’Église latine, est très intéressé. Il l’est davantage encore lorsqu’il apprend que des nobles de Jérusalem veulent vendre la couronne de la Passion du Christ à des étrangers. Baudouin le supplie de ne pas laisser filer cette précieuse relique entre des mains impies. En réponse, Louis envoie deux émissaires en Terre Sainte, porteurs d’une lettre ordonnant que la relique leur soit remise. Après un crochet par la cathédrale Saint-Marc de Venise où elle est exposée, la Sainte Couronne est convoyée par voie de terre jusqu’en France, avec un sauf-conduit de l’empereur germanique Frédéric II (+ 1250). Exposée à Vincennes, elle est ensuite portée jusqu’à la cathédrale Notre-Dame de Paris par Louis et son frère Robert, tous deux pieds nus. De là, elle est transportée dans la chapelle Saint-Nicolas du palais de la Cité. En 1241, Louis achète pour une somme importante d’autres reliques de la Passion : une partie de la Vraie Croix, de la Sainte Éponge et de la Sainte Lance. La chapelle Saint Nicolas est alors jugée trop petite pour contenir de tels joyaux. Louis et ses architectes imaginent alors un nouveau lieu sacré, plus vaste, plus beau. Dans leur esprit, il ne s’agit pas seulement d’architecture, mais aussi de spiritualité car, au XIIIe siècle, les reliques ont une grande importance. On leur reconnaît un pouvoir de guérison et elles font la renommée des lieux de pèlerinage à travers toute l’Europe. Seigneurs et vassaux prêtent par exemple serment sur les reliques de la Passion du Christ. C’est ainsi qu’est construite dès 1242 la Sainte Chapelle, conçue comme un vaste reliquaire non pas destinée aux foules de pèlerins, mais à la famille royale et au clergé. Ses modèles architecturaux sont les chapelles épiscopales de Paris, de Laon et de Noyon et, avant tout, l’archevêché de Reims, lieu du sacre des rois. En 1243, le pape Innocent IV accorde des privilèges à ce lieu, et trois ans plus tard, saint Louis fonde un collège de chanoines pour la garde des reliques et la célébration du culte. Il inaugure lui-même le nouvel édifice le 26 avril 1248, dont le coût total des travaux s’élève à plus de 40 000 livres tournois : une somme énorme à l’époque. La chapelle basse, située au niveau inférieur, est dédiée à la Vierge Marie.



Éléments biographiques.
Né le 25 avril 1214, sous le règne de son grand-père Philippe Auguste (+ 1223), Louis devient l’héritier du Trône à l’âge de 4 ans, après la mort de son frère aîné, Philippe. Son père, Louis VIII le Lion (+ 1226), et sa mère Blanche de Castille (+ 1252), lui assurent une éducation princière qui le prépare à ses futurs devoirs publics. Philippe Auguste, premier monarque français à connaître son petit-fils, exerce une influence positive et durable sur le jeune Louis. De la mort de son père (1226) jusqu’à sa majorité (1234), sa mère exerce la régence. Fille d’Alphonse VIII de Castille et d’Aliénor d’Aquitaine, nièce du roi d’Angleterre Richard Cœur de Lion (+ 1199), Blanche est parfois jugée étrangère aux affaires françaises. Elle donne 12 enfants à son époux, dont le futur saint Louis et la bienheureuse Isabelle de France (+ 1270), fondatrice des Clarisses de Longchamp. Louis est sacré à Reims le 29 novembre 1226. Rapidement, son pouvoir est contesté et sa mère est déconsidérée aux yeux d’une partie de la noblesse. Il va s’imposer comme un souverain déterminé. En 1227, plusieurs barons influents – dont Pierre Mauclerc, duc de Bretagne – se réunissent à Corbeil, près de Paris, et décident de kidnapper le jeune roi pour gouverner en son nom. Ils parviennent à l’encercler à Montlhéry. Mais les Parisiens, alertés de la situation, accourent à son secours et le libèrent. En 1230, Louis (16 ans) prend la tête d’une armée contre le duc de Bretagne qui, quelques mois auparavant, avait prêté hommage à Henri III, roi d’Angleterre. Louis reprend Angers. Puis il repart en campagne en mai 1230 et au printemps 1231 contre les seigneurs insoumis. Il reprend Ancenis et Clisson. Les barons abdiquent à l’exception de Pierre Mauclerc, jusqu’en 1234 ! L’union de Louis et de Marguerite de Provence est célébrée le 27 mai 1234 en la cathédrale de Sens par Mgr Gauthier le Cornu. Le lendemain, la nouvelle épouse est couronnée reine de France. Pourtant, un nouveau soulèvement aristocratique devait soucier Louis IX. Cette fois, les seigneurs du Poitou s’opposent au Trône, avec, à leur tête, Hugues X de Lusignan (+ 1249) dont la femme, Isabelle d’Angoulême (+ 1246), reine consort d’Angleterre (elle a été l’épouse de Jean sans Terre, + 1216), est aussi la mère d’Henri III Plantagenêt, adversaire de Louis à cette époque. En décembre 1241, Hugues de Lusignan s’oppose publiquement au monarque. Une ligue est constituée contre le roi à laquelle Henri III  va adhérer.



********************************


Sources documentaires

- Hélary Xavier, La Dernière croisade, Perrin, 2016.
- Le Goff Jacques, Saint Louis, Gallimard, 1996.
- Monfrin Jacques, Vie de saint Louis, Le Livre de Poche, 2002, Lettres gothiques.
- O’Connell David, Les Propos de saint Louis, Gallimard/Julliard, 1974.
- Richard Jean, Saint Louis : roi de France féodale, soutien de la Terre Sainte, Fayard, 1983.
- Sivéry Gérard, Saint Louis : le roi Louis IX, Tallandier, 2007.



_________________

Quand je dis Dieu c'est un poème, c'est une étoile dans ma vie, 
du feu qui coule dans mes veines, un grand soleil pour aujourd'hui !
Revenir en haut Aller en bas
 
Saint Louis et le printemps de la France
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
À Toi NOTRE PÈRE par les Saints Cœurs de JÉSUS, MARIE et JOSEPH.. :: MARIE, MERE IMMACULEE, REINE DE L'UNIVERS :: Notre Histoire avec Marie en France et dans le monde-
Sauter vers: