À Toi NOTRE PÈRE par les Saints Cœurs de JÉSUS, MARIE et JOSEPH..

Forum Catholique sous la protection de Saint Michel, faisant mémoire de Sylvie la fondatrice, Prières, Dévotions au Sacré Coeur, au Coeur Immaculé de Marie, au Coeur Chaste de Joseph et autres, Fidélité aux 3 Blancheurs et au Magistère de l'Eglise...
 
AccueilPortailS'enregistrerConnexion
Derniers sujets
» Le Dogme du Purgatoire illustré par des Faits et des Révélations Particulières: 2ème partie: Chapitre 38
par Raphaël de l'Enfant Jésus Aujourd'hui à 17:16

» Pensée du jour: Mon tout-petit, Ma toute-petite, si tu savais comme Ma Joie est grande de pouvoir déverser Mon Amour...
par Raphaël de l'Enfant Jésus Aujourd'hui à 9:46

» Aux États-Unis, la croisade du Rosaire
par Raphaël de l'Enfant Jésus Aujourd'hui à 9:40

» Être capable de bonheur
par Raphaël de l'Enfant Jésus Aujourd'hui à 9:30

» Prières
par Mea culpa Aujourd'hui à 5:52

» *LE SAINT ROSAIRE PERPÉTUEL*
par Mea culpa Aujourd'hui à 5:40

» Chapelet du mercredi 17 octobre 2018 à Lourdes
par Raphaël de l'Enfant Jésus Hier à 19:22

» Tu ne tueras pas : un appel à l’amour et à la miséricorde
par Raphaël de l'Enfant Jésus Hier à 17:28

» Le Dogme du Purgatoire illustré par des Faits et des Révélations Particulières: 2ème partie: Chapitre 37
par Raphaël de l'Enfant Jésus Hier à 17:01

» Pensée du jour: Mon enfant, il faut que tu deviennes éblouissant de sainteté...
par Raphaël de l'Enfant Jésus Hier à 11:12

» La Vierge Marie l’a promis à Fatima
par Raphaël de l'Enfant Jésus Hier à 11:00

» Il y avait de l’étrange…
par Raphaël de l'Enfant Jésus Hier à 10:53

» Chapelet du mardi 16 octobre 2018 à Lourdes
par Raphaël de l'Enfant Jésus Mar 16 Oct 2018 - 21:26

» Procession eucharistique du mardi 16 octobre 2018 à Lourdes
par Raphaël de l'Enfant Jésus Mar 16 Oct 2018 - 21:22

» Pensée du jour: Mon enfant, demande-Moi tout, à propos de projets et de désirs, sois toujours disposé à accueillir la réponse...
par Raphaël de l'Enfant Jésus Mar 16 Oct 2018 - 17:14

» « Je me consacrai à elle pour être à jamais son esclave »
par Raphaël de l'Enfant Jésus Mar 16 Oct 2018 - 17:08

» Prendre du temps
par Raphaël de l'Enfant Jésus Mar 16 Oct 2018 - 17:01

» Procession eucharistique du lundi 15 octobre 2018 à Lourdes
par Raphaël de l'Enfant Jésus Lun 15 Oct 2018 - 20:20

» Chapelet du lundi 15 octobre 2018 à Lourdes
par Raphaël de l'Enfant Jésus Lun 15 Oct 2018 - 20:17

» Le Dogme du Purgatoire illustré par des Faits et des Révélations Particulières: 2ème partie: Chapitre 36
par Raphaël de l'Enfant Jésus Lun 15 Oct 2018 - 18:05

» Pensée du jour: Plus te te reconnais petite, plus l'Amour du Père peut entrer en toi.
par Raphaël de l'Enfant Jésus Lun 15 Oct 2018 - 10:48

» Prière à Notre Dame de France, Reine de la Paix
par Raphaël de l'Enfant Jésus Lun 15 Oct 2018 - 10:42

» Ou tout ou rien !
par Raphaël de l'Enfant Jésus Lun 15 Oct 2018 - 10:36

» Parole de DIEU* : Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour (Vie), Amen !
par Lumen Dim 14 Oct 2018 - 20:10

» Chapelet du dimanche 14 octobre 2018 à Lourdes
par Raphaël de l'Enfant Jésus Dim 14 Oct 2018 - 18:54

» Angélus : le pape remercie la délégation anglicane
par Raphaël de l'Enfant Jésus Dim 14 Oct 2018 - 18:49

» LE GRAND AVERTISSEMENT - RÉVÉLATIONS ET PROPHÉTIES DONNÉES À LUZ DE MARÍA
par Raphaël de l'Enfant Jésus Dim 14 Oct 2018 - 18:32

» 1179 /Hildegarde de Bingen, prophétesse et docteur de l’Église
par Lumen Dim 14 Oct 2018 - 18:09

» Canonisations : aimer Dieu à 100%, ou tout, ou rien
par Raphaël de l'Enfant Jésus Dim 14 Oct 2018 - 17:57

» Le centuple, c'est la Présence de JÉSUS et plus... Mais sa Présence est TOUT !
par Lumen Dim 14 Oct 2018 - 16:56

» Le Dogme du Purgatoire illustré par des Faits et des Révélations Particulières: 2ème partie: Chapitre 35
par Raphaël de l'Enfant Jésus Dim 14 Oct 2018 - 16:55

» Neuf jours avec sainte Marguerite-Marie
par Lumen Dim 14 Oct 2018 - 16:43

» Jésus aujourd'hui : « Vends ce que tu as et suis-moi » (Mc 10, 17-27)
par Lumen Dim 14 Oct 2018 - 16:39

» Pensée du jour: Mon enfant, tout est entre les mains du Père, toi tu n'as rien à craindre.
par Raphaël de l'Enfant Jésus Dim 14 Oct 2018 - 16:38

» Marie demande « la restauration des temples vivants que nous sommes »
par Raphaël de l'Enfant Jésus Dim 14 Oct 2018 - 16:33

» Seigneur, fais que ma foi...
par Raphaël de l'Enfant Jésus Dim 14 Oct 2018 - 16:16

» • Retraite dans la Ville • : Nouvelle saison ThéoDom, dès le 21 octobre
par Lumen Dim 14 Oct 2018 - 16:09

» La Question du Mardi : Le Saint-Siège s’est-il fait le complice du nazisme par son silence sur la Shoah ?
par Lumen Sam 13 Oct 2018 - 21:10

» Chapelet du samedi 13 octobre 2018 à Lourdes
par Raphaël de l'Enfant Jésus Sam 13 Oct 2018 - 18:29

» Le Dogme du Purgatoire illustré par des Faits et des Révélations Particulières: 2ème partie: Chapitre 34
par Raphaël de l'Enfant Jésus Sam 13 Oct 2018 - 16:47

Qui est en ligne ?
Il y a en tout 37 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 37 Invités :: 2 Moteurs de recherche

Aucun

Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 264 le Jeu 27 Mar 2014 - 20:02

Partagez | 
 

 100 /La Provence, première terre d’évangélisation en France

Aller en bas 
AuteurMessage
Lumen
Admin
avatar

Messages : 8017
Date d'inscription : 18/10/2014
Localisation : France

MessageSujet: 100 /La Provence, première terre d’évangélisation en France   Mar 12 Juin 2018 - 17:56


 100 


LA PROVENCE, PREMIÈRE TERRE D’ÉVANGÉLISATION EN FRANCE




La première évangélisation de la France est passée par la Provence et elle est venue très tôt, parce qu’elle a été portée par des témoins directs de la vie du Christ. Aujourd’hui encore subsistent dans toute la région les traces et le culte de cet ensemencement originel qui a eu une grande fécondité.


La naissance « officielle » du Christianisme en Provence date du concile d’Arles, réuni en 314 par l’empereur romain Constantin 1er, après qu’il avait fait admettre et reconnaître le Christianisme dans l’Empire romain en 313 par l’édit de Milan. Avant cela, autour de 304, la Provence a connu, sous le règne de l’empereur Dioclétien, des persécutions dont les effets ont heureusement été limités par les actions courageuses de Constance Chlore, père de Constantin et co-empereur de Gaule. Ces persécutions, dont a été victime par exemple saint Victor de Marseille, témoignent elles-mêmes de la présence et de l’organisation des communautés chrétiennes, attestées bien avant le IVe siècle, par divers documents évoquant l’activité en Provence, de prêtres, diacres, exorcistes et évêques.



La naissance du Christianisme en Provence est en réalité un phénomène progressif. Il s’est développé certainement dès le Ier siècle, après les premières persécutions qui ont contraint les Chrétiens de Palestine à l’exil : elles peuvent dater de la période de troubles qui suivit la destitution de Ponce Pilate par l’Empereur Tibère en l’an 36, ou d’Hérode Agrippa, au moment du martyre de Jacques le Majeur attesté par les Actes de Apôtres (Ac 12,2) en 42-44. L’affirmation de cette présence continue du Christianisme en Provence à partir du premier siècle de notre ère ne repose pas sur des preuves absolues, qu’on serait bien en peine de trouver après tant de siècles et toutes les destructions provoquées par les persécutions romaines mais aussi par les grandes invasions, les Sarrasins, les guerres de religion, la Révolution et les mesures de 1905 qui se sont attaqués directement à ce patrimoine. Nous disposons cependant de puissants indices convergents qui témoignent de cette antique réalité dans de très nombreux sites de Provence, comme en aucune autre région de France.




Les traces de cette présence chrétienne antique sont très nombreuses. Elles se rapportent aux vies de Marie-Madeleine, sainte patronne de la Provence, de sa sœur Marthe et de son frère Lazare, le « ressuscité », qui est depuis toujours considéré comme le premier évêque de Marseille, ainsi que de leurs compagnons : Maximin, Marie-Salomé, Marie-Jacobé, Sarah, Marcelle... qui furent tous des contemporains du Christ. Arrivés par bateau selon la tradition antique aux Saintes-Maries-de-la-Mer, les signes de leur passage en Provence sont nombreux, cohérents et de nature variée en beaucoup de lieux comme à Marseille et aux Aygalades (Marie-Madeleine, Lazare), à Tarascon (Marthe), à Aix-en-Provence (Maximin, réputé premier évêque, et Sidoine, réputé second évêque), à la Sainte-Baume (Marie-Madeleine), à Pignans (Nymphe, sœur de Maximin), à Apt (sainte Anne), à Saint-Maximin (Marie-Madeleine, Maximin) où la Basilique Sainte Marie-Madeleine est considérée comme le troisième tombeau de la Chrétienté après le Saint-Sépulcre de Jérusalem et ceux des Apôtres Pierre et Paul à Rome. L’étude récente du sarcophage et la datation des reliques très exceptionnelles de Marie-Madeleine sont comme une confirmation des traditions orales et des écrits à ces sujets, en cohérence avec toutes les autres reliques, les traditions et la toponymie. Aucune autre région du monde ne revendique d'ailleurs ces saints importants.




D’autres vies de saints s’inscrivent aussi dans la même période, au Ier siècle. Par exemple celle du chevalier Torpès Caius Silvius Torpetius, martyrisé sous Néron, et qui donnera son nom à la ville de Saint-Tropez. Converti selon la tradition au Christianisme par l’apôtre saint Paul de Tarse dont il assure la garde durant sa captivité à Rome, il affirme sa foi en présence de Néron lors de l’inauguration du temple romain de Diane de Pise. Néron le fait flageller mais la colonne à laquelle Torpès est attaché se brise, tuant son bourreau Satellicus. Furieux, l’empereur romain le fait alors livrer aux fauves mais le lion et le léopard se couchent aux pieds de l’homme. En 68, Torpès est finalement décapité.


Par ailleurs, c’est vraisemblablement sous Marc-Aurèle (161-180) que les Marseillais Volusianus et Fortunatus ont été persécutés, à la même époque que les persécutions de 177 à Lyon dont l’évêque Pothin, Blandine et ses compagnons sont victimes, ce qui suppose aussi l’existence de communautés déjà bien implantées.


D’autres découvertes plus récentes sont venues confirmer ces éléments. On sait aujourd’hui par exemple que les légions romaines opérant en Terre Sainte et en Syrie pendant la vie du Christ et les années suivantes étaient composées d’une large majorité de Gaulois issus principalement de « la Narbonnaise », l’ancienne dénomination de la Provence élargie. L’encadrement était constitué d’officiers fortement liés à la Provence à l’image de Germanicus, né à Lyon, qui « entouré de Gaulois » installe la domination romaine en Judée. L’épouse de Ponce Pilate, Claudia Procula était provençale. Beaucoup de ces légionnaires reviendront s’installer en Provence. Combien ont été témoins de la vie et de la mise à mort du Christ ? Combien ont vécu les « évènements » antérieurs et postérieurs au ministère du Christ ? 


Citation :
Il semblerait que le culte à Marie ait commencé à Marseille avant même son Assomption


Par ailleurs, les recherches montrent aussi que les cultes à Marie et à sa mère Anne étaient très précoces en Provence. Il semblerait que le culte à Marie ait commencé à Marseille avant même son Assomption. Il s’est en tout cas vite imposé face à celui de Diane, Apollon, Minerve, Jupiter puisque la Vierge a très vite occupé les sommets des sept collines de Marseille à la place des monuments païens importants qui s’y trouvaient. Très vite, la ville a honoré Notre-Dame des Confession et Notre-Dame La Major (nom de la première cathédrale de Marseille louée pour sa magnificence), des titres qui montrent toute la considération donnée à Marie dès les premières heures du Christianisme. Aujourd’hui encore, le nombre et l’importance des lieux consacrés à la Bonne Mère, à Notre-Dame ou à la Madone sont considérables en Provence. Une quinzaine d’entre eux sont particulièrement connus parmi lesquels Notre-Dame de la Garde à Marseille, ou Cotignac.


Si le IVe siècle est le « brillant siècle du Christianisme en Provence » avec les deux grands phares des abbayes de Marseille Saint-Victor et de Cannes-Lérins, avec la Primatie d’Arles et son influence sur les églises de Gaule avec des évêques, des abbés et des théologiens provençaux de premier rang (le monachisme est venu en Gaule par la Provence, avec saint Jean Cassien notamment), tous les indices mentionnés dans cet article témoignent que la Provence a été la première région à accueillir le Christianisme en France ; ce qui est finalement très logique d’un point de vue géographique, compte tenu de la position particulière du port de Massilia (Marseille). Il est clair qu’en apparaissant à Cotignac, la Vierge Marie a parfaitement choisi le lieu et le moment où elle distribuerait ses grâces...


Il est donc important de prendre conscience que cette première évangélisation de la France est venue très tôt et qu’elle a été portée par un grand nombre de témoins directs de la vie du Christ.





Patrick Verlinden
Historien



Compléments

Sources documentaires


Les 3 propositions que Patrick Verlinden a faites le samedi 6 février 2016


Proposition d'engagement




Cherchez qui sont les saints qui vous entourent

Toutes les régions de France possèdent une histoire sainte et les traces de grands amis du Christ qui ont marqué leur époque et leurs régions. Je propose que nous cherchions tous à mieux connaître ces saints qui nous entourent et qui peuvent nous inspirer.

Je vais à la rencontre des premiers chrétiens de notre région, là où ils ont vécu, et par la communion en pensant à leur vie, à leur histoire, je leur fais une place dans mon esprit et dans mon cœur et je les retrouve régulièrement quand j’en viens à croiser leur route.

« Qui cherche trouve » nous rappelait le Père François Guilloud dans une chronique récente.
Alors je m’engage à chercher...



Proposition de formation sur la foi




En quoi la première expansion du christianisme fut-elle remarquable ?

Les premiers chrétiens impressionnaient par l’amour et le respect vécus dans leurs communautés, ainsi que par leur attachement inébranlable au Christ.
Découvrez la réponse de Michel Rouche.





Proposition de prière



Je vous propose de prier ensemble le Sub Tuum Praesidium (« Sous l'abri de ta miséricorde »), plus ancienne prière dédiée à la Vierge Marie.


La Prière Mariale « Sub tuum præsidium » ou « Sous l'abri de ta miséricorde »

L’antienne mariale « Sub tuum praesidium », « Sous l'abri de ta miséricorde » en français, est la plus ancienne Prière adressée à la Vierge Marie (IIIe siècle). Cette Prière est une invocation collective à la Très Sainte Vierge, mère de Dieu, pour gagner son intercession dans les moments difficiles. Antienne au « Nunc Dimittis » des Complies de plusieurs fêtes de la Sainte Vierge, les Frères Dominicains la chantent à genoux.


L’antienne « Sub tuum praesidium » en latin :

« Sub tuum praesidium confugimus, sancta Dei Genitrix : nostras deprecationes ne despicias in necessitatibus, sed a periculis cunctis libera nos semper, Virgo gloriosa et benedicta. »


L’antienne « Sub tuum praesidium » en français :

« Sous l'abri de ta miséricorde, nous nous réfugions, Sainte Mère de Dieu. Ne méprise pas nos prières quand nous sommes dans l'épreuve, mais de tous les dangers délivre-nous toujours, Vierge glorieuse et bénie. »


« Sub tuum praesidium » dans sa version latine littérale du texte grec d'un papyrus daté du III° siècle :

« Sub tuam misericordiam confugimus, Dei Genitrix ! nostras deprecationes ne despicias in necessitatibus sed a perditione salva nos sola pura, sola benedicta. »


Soit en français :

« A l'abri de votre miséricorde nous nous réfugions, Mère de Dieu, ne repoussez point les demandes de notre indigence, mais sauvez-nous du péril, ô vous, seule chaste et bénie. »






_________________

Quand je dis Dieu c'est un poème, c'est une étoile dans ma vie, 
du feu qui coule dans mes veines, un grand soleil pour aujourd'hui !
Revenir en haut Aller en bas
 
100 /La Provence, première terre d’évangélisation en France
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
À Toi NOTRE PÈRE par les Saints Cœurs de JÉSUS, MARIE et JOSEPH.. :: MARIE, MERE IMMACULEE, REINE DE L'UNIVERS :: Notre Histoire avec Marie en France et dans le monde-
Sauter vers: