À Toi NOTRE PÈRE par les Saints Cœurs de JÉSUS, MARIE et JOSEPH..

Forum Catholique sous la protection de Saint Michel, faisant mémoire de Sylvie la fondatrice, Prières, Dévotions au Sacré Coeur, au Coeur Immaculé de Marie, au Coeur Chaste de Joseph et autres, Fidélité aux 3 Blancheurs et au Magistère de l'Eglise...
 
AccueilPortailS'enregistrerConnexion
Derniers sujets
» Quand les poètes nous parlent de Dieu …
par Lumen Aujourd'hui à 19:21

» Et si ta main est pour toi une occasion de chute, coupe-la
par Lumen Aujourd'hui à 18:59

» Chapelet du mardi 23 octobre 2018 à Lourdes
par Raphaël de l'Enfant Jésus Aujourd'hui à 18:57

» Pensée du jour: Mon enfant, deviens 'Amour'! Personne sur cette terre ne peut t'empêcher...
par Raphaël de l'Enfant Jésus Aujourd'hui à 18:53

» L’image indestructible de Marie
par Raphaël de l'Enfant Jésus Aujourd'hui à 18:49

» VIOLENCE AMÈRE
par Lumen Aujourd'hui à 18:47

» Prier avec le Frère Charles de Foucauld
par Lumen Aujourd'hui à 18:31

» Aime !
par Raphaël de l'Enfant Jésus Aujourd'hui à 18:22

» *LE SAINT ROSAIRE PERPÉTUEL*
par Lumen Aujourd'hui à 17:32

» 1634 /Bienheureuse Agnès de Jésus, la « Vierge de l’Ordre des Prêcheurs »
par Lumen Aujourd'hui à 17:30

» 1380 /Catherine de Sienne, la sainte qui a « le plus aimé l’Église »
par Lumen Aujourd'hui à 16:41

» Prions aux intentions du Pape, défis de l'humanité
par Lumen Aujourd'hui à 12:36

» Prendre du temps avec Jésus pour lire les événements de la journée, c'est regarder ce que Dieu peut vouloir me dire par ces événements.
par Lumen Aujourd'hui à 10:42

» Textes de Saint Josemaria Escriva : “Méditation. — Tout le temps fixé, et à heure fixe”
par Lumen Aujourd'hui à 10:30

» Jésus aujourd'hui : « Heureux les serviteurs que le maître, à son arrivée, trouvera en train de veiller » (Lc 12, 35-38)
par Lumen Aujourd'hui à 10:25

» Parole de DIEU* : Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour (Vie), Amen !
par Lumen Aujourd'hui à 10:10

» Prières
par Mea culpa Aujourd'hui à 06:35

» Chapelet du lundi 22 octobre 2018 à Lourdes
par Raphaël de l'Enfant Jésus Hier à 19:14

» Jean-Paul II ou « le courage pour dire la vérité », selon Benoît XVI
par Raphaël de l'Enfant Jésus Hier à 16:14

» Angélus: « l’antidote », quand le « zèle » apostolique est « pollué par l’esprit du monde »
par Raphaël de l'Enfant Jésus Hier à 10:52

» Le Dogme du Purgatoire illustré par des Faits et des Révélations Particulières: 2ème partie: Chapitre 42
par Raphaël de l'Enfant Jésus Hier à 10:39

» Pensée du jour: Mon enfant, ne te laisse pas arrêter ou ralentir par l'Adversaire qui vient toujours semer le doute...
par Raphaël de l'Enfant Jésus Hier à 10:25

» En octobre, Moscou fête Notre Dame des Ibères…
par Raphaël de l'Enfant Jésus Hier à 10:19

» L’amour explore les continents.
par Raphaël de l'Enfant Jésus Hier à 10:07

» « Toute existence tire sa valeur de la qualité de l'amour : “Dis-moi quel est ton amour, et je te dirai qui tu es.” »
par Lumen Hier à 09:47

» • Avec Matthieu pas à pas • : La tempête apaisée
par Lumen Hier à 09:27

» Textes de Saint Josemaria Escriva : “Rappelez-vous que la Providence de Dieu nous conduit sans cesse”
par Lumen Hier à 09:17

» Jésus aujourd'hui : « Ce que tu auras accumulé, qui l’aura ? » (Lc 12, 13-21)
par Lumen Hier à 09:10

» Chapelet du dimanche 21 octobre 2018 à Lourdes
par Raphaël de l'Enfant Jésus Dim 21 Oct 2018, 20:32

» Textes de Saint Josemaria Escriva : “En quoi devons-nous espérer ?"
par Lumen Dim 21 Oct 2018, 16:59

» Textes de Saint Josemaria Escriva : “Il est urgent de christianiser la société”
par Lumen Dim 21 Oct 2018, 16:51

» Textes de Saint Josemaria Escriva : “Dieu ne perd point de bataille”
par Lumen Dim 21 Oct 2018, 16:42

» • ThéoDom sur le Mariage • : Pourquoi le mariage est-il un sacrement ?
par Lumen Dim 21 Oct 2018, 16:33

» Un jésuite espagnol béatifié: le p. Tiburcio Arnáiz Muñoz (1865-1926)
par Raphaël de l'Enfant Jésus Dim 21 Oct 2018, 16:15

» • Avec Matthieu pas à pas • : A la suite de Jésus
par Lumen Dim 21 Oct 2018, 16:06

» • Avec Matthieu pas à pas • : Guérisons à Capharnaüm
par Lumen Dim 21 Oct 2018, 15:53

» Journée mondiale des missions: « Avec les jeunes, portons l’Evangile à tous »
par Raphaël de l'Enfant Jésus Dim 21 Oct 2018, 15:50

» • Avec Matthieu pas à pas • : Purification du lépreux
par Lumen Dim 21 Oct 2018, 15:41

» Le Dogme du Purgatoire illustré par des Faits et des Révélations Particulières: 2ème partie: Chapitre 41
par Raphaël de l'Enfant Jésus Dim 21 Oct 2018, 15:25

» Pensée du jour: Mon enfant, ton cœur est ouvert à M'accueillir, et Moi, Je suis penché vers toi...
par Raphaël de l'Enfant Jésus Dim 21 Oct 2018, 15:10

Qui est en ligne ?
Il y a en tout 21 utilisateurs en ligne :: 2 Enregistrés, 0 Invisible et 19 Invités :: 2 Moteurs de recherche

Lumen, Raphaël de l'Enfant Jésus

Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 264 le Jeu 27 Mar 2014, 20:02

Partagez | 
 

 La Question du Mardi : Pourquoi refuser la pratique des mères porteuses (GPA) ?

Aller en bas 
AuteurMessage
Lumen
Admin
avatar

Messages : 8052
Date d'inscription : 18/10/2014
Localisation : France

MessageSujet: La Question du Mardi : Pourquoi refuser la pratique des mères porteuses (GPA) ?   Mar 21 Aoû 2018, 20:12



La Question du Mardi

En association avec
Une Minute avec Marie et les Questions de fond d'Aleteia



Pourquoi refuser la pratique des mères porteuses (GPA) ?


Pierre Olivier Arduin

Directeur de la commission bioéthique
de l’Observatoire sociopolitique du
diocèse de Fréjus-Toulon.

La GPA (gestation pour autrui) aliène les femmes qui « prêtent » leur utérus, offense la dignité de l’enfant et abîme la relation materno-fœtale. La souffrance des femmes frappées par une stérilité utérine ne doit pas conduire à sa dépénalisation au nom du respect de la dignité humaine.


1. Tout le monde, et l’Église en particulier, se sent concerné par la souffrance des femmes frappées par une stérilité utérine mais la morale et les principes humains fondamentaux s’opposent à la dépénalisation de la gestation pour autrui (GPA) au nom du respect de la dignité humaine.

2. La technique des mères porteuses repose sur l’instrumentalisation du corps des femmes et de tous les intervenants, transformés en outils de production. La GPA passe en effet par un contrat commercial qui éclate la parentalité, un enfant pouvant avoir jusqu’à cinq « parents » différents et elle aliène notamment les femmes qui « prêtent » leur utérus, instrument de travail contre rémunération. Les complications médico-légales de cette procédure sont également infinies, comme de nombreux médecins le font eux-mêmes remarquer.

3. La pratique des mères porteuses contrevient au principe éthique d’indisponibilité du corps humain. À rebours d’une certaine logique individualiste et libérale, il faut affirmer que la personne n’a pas le pouvoir de renoncer à sa dignité et que le bien commun comme la dignité des personnes passe par la protection de leur corps. Ces principes sont indispensables pour protéger les femmes les plus démunies qui seront les premières victimes de la marchandisation des corps.

4. La pratique des mères porteuses traite l’enfant comme une chose appropriable et cela conduit à ce que la mère et l’enfant deviennent « des simples marchandises » (Benoît XVI). La dignité et les droits de l’enfant sont niés quand il bascule dans le monde des choses qui ont un prix. Et que se passe-t-il, si le « produit fini » promis par le contrat n’est pas conforme à l’enfant désiré, en cas de malformation par exemple ?

5. La GPA réduit à néant la relation délicate de mieux en mieux connue qui se noue entre la mère et l’enfant pendant la gestation. Elle est lourde de complications psychologiques pour la mère, pour la famille de la mère porteuse et pour l’enfant lui-même. La force du lien physiologique mère-enfant pendant la grossesse laisse imaginer les séquelles graves de cet abandon programmé sur la construction psychique de l’enfant.

6. Enfin, la GPA n’a rien à voir avec l’adoption. Les parents adoptifs sont dans une démarche de participation à une histoire qui les dépasse et d’accueil d’un enfant privé de famille ; la pratique des mères porteuses engendre de nouvelles logiques d’abandon au mépris des enfants.
 






Alix de Bonnières vs la loi Claeys-Leonetti


Sciences et Éthique


Traiter de la bioéthique : un exercice difficile


Enseigner la bioéthique ?


Un code-barre pour les embryons


Le cerveau ne pense pas tout seul


Historique des lois de la bioéthique


Repenser la procréation médicalement assistée



Recherche sur l'embryon - le retour de "l'Homme-objet" ?







Certains parlementaires voudraient lever l'interdiction sur la recherche utilisant des embryons. L'Abbé Grosjean, responsable des questions éthiques pour le diocèse de Versailles, réagit vivement pour "3min pour convaincre" : A ses yeux, c'est une remise en cause gravissime des droits de l'homme : jamais, même pour de bonnes intentions, on ne peut utiliser l'homme comme un matériau, un objet. Encore moins quand cela suppose sa destruction... Dans l'histoire, quand cette ligne rouge a été franchie, on a eu le droit au pire...


Les évêques et la bioéthique 1 sur 6







HORS LES MURS
Les évêques et la bioéthique
Diffusé le 06/11/2008   52 mn

Philippe Barbarin

Pierre dOrnellas,
archevêque de Rennes
responsable du groupe de travail des évêques sur la bioéthique

Madame Elizabeth Montfort,
ancien député au Parlement européen,
conseillère régionale dAuvergne

Docteur Philippe de Cathelineau,
Médecin généraliste et écrivain,

En juillet 2008, le Gouvernement a déposé un projet de révision des lois bioéthiques. Dici 2010, il ouvre largement le débat, sollicitant tous les acteurs.

A travers ces lois, cest le respect de la personne humaine et de sa dignité qui sont en jeu.

LEglise catholique est porteuse dune sagesse et actualise continuellement ses réflexions dans ces domaines, pour fournir des réponses pertinentes aux évolutions des techniques médicales et de la société.

Dans le contexte dune forte attente du gouvernement et de nos contemporains avides de repères, KTO et RCF interrogent les évêques : comment, et pourquoi doivent-ils intervenir ? Comment les catholiques peuvent-ils agir et se faire entendre ? Quels sont les enjeux ? Des éléments de réponse avec cette émission  à Lourdes.


_________________

Quand je dis Dieu c'est un poème, c'est une étoile dans ma vie, 
du feu qui coule dans mes veines, un grand soleil pour aujourd'hui !
Revenir en haut Aller en bas
 
La Question du Mardi : Pourquoi refuser la pratique des mères porteuses (GPA) ?
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
À Toi NOTRE PÈRE par les Saints Cœurs de JÉSUS, MARIE et JOSEPH.. :: MEDITATIONS :: Enseignements Spirituelles :: La Question du Mardi-
Sauter vers: