À Toi PÈRE ÉTERNEL par les Saints Cœurs de JÉSUS , MARIE et JOSEPH..

Forum Catholique sous la protection de Saint Michel, faisant mémoire de Sylvie la fondatrice, Dévotions au Sacré Coeur, au Coeur Immaculé de Marie, au Coeur Chaste de Joseph et autres, Fidélité aux 3 Blancheurs et aux Dogmes et Doctrines de l'Eglise...
 
AccueilPortailS'enregistrerConnexion
Derniers sujets
» Pensée du jour: De même, tu dois toujours te laisser enflammer de Mon Amour avant de pouvoir le donner aux autres
Aujourd'hui à 10:21 par Raphaël de l'Enfant Jésus

» « … Elles n’ont personne qui se sacrifie et prie pour elles »
Aujourd'hui à 10:14 par Raphaël de l'Enfant Jésus

» Prières
Aujourd'hui à 9:11 par Mea culpa

» ROSAIRE PERPÉTUEL
Aujourd'hui à 8:56 par Mea culpa

» 19 août Bienheureux Guerric d'Igny
Aujourd'hui à 0:40 par ami de la Miséricorde

» 19 août Saint Jean Eudes
Aujourd'hui à 0:31 par ami de la Miséricorde

» Dialogue du réconfort dans les tribulations de Saint Thomas More
Aujourd'hui à 0:07 par ami de la Miséricorde

» Donne-nous notre Pain de ce jour (Vie) : Parole de DIEU*
Hier à 23:39 par Lumen

» Le Mois avec Sainte Claire
Hier à 20:28 par Lumen

» L'Âme d'Adoration
Hier à 19:32 par Lumen

» Les Noms que Désignent le Sacrement de l'EUCHARISTIE
Hier à 19:16 par Lumen

» Prier avec le Frère Charles de Foucauld
Hier à 18:51 par Lumen

» Chapelet du 18 août 2017 à Lourdes
Hier à 17:51 par Raphaël de l'Enfant Jésus

» Prêtres Prophètes et Rois 2 - Père Georges Henri Pérès - 1er Octobre 2015
Hier à 12:55 par Lumen

» Jésus nous parle de l'indissolubilité du mariage.
Hier à 12:45 par Lumen

» Mot du jour : Les enfants
Hier à 12:36 par Lumen

» 22 Août, Fête de Marie Reine immaculée de l'Univers
Hier à 12:00 par Lumen

» David épargne Saül
Hier à 11:43 par Lumen

» Un mois pour vivre plus intensément avec Marie
Hier à 11:26 par Lumen

» Pensée du jour: Une seule chose importe: Me faire plus confiance dans ta vie, Me laisser agir davantage
Hier à 10:03 par Raphaël de l'Enfant Jésus

» Fatima complète Paray-le-Monial
Hier à 9:43 par Raphaël de l'Enfant Jésus

» 18 août Notre-Dame de Liesse
Jeu 17 Aoû 2017 - 23:43 par ami de la Miséricorde

» 18 août Sainte Hélène
Jeu 17 Aoû 2017 - 23:10 par ami de la Miséricorde

» Procession eucharistique du 17 août 2017 à Lourdes
Jeu 17 Aoû 2017 - 20:14 par Raphaël de l'Enfant Jésus

» Chapelet du 17 août 2017 à Lourdes
Jeu 17 Aoû 2017 - 20:07 par Raphaël de l'Enfant Jésus

» Au Vietnam, le représentant du Saint-Siège appelle à la liberté religieuse
Jeu 17 Aoû 2017 - 20:06 par Lumen

» Introduction Ancien Testament - Prêtres Prophètes Rois -- Père Georges Henri Pérès 17/09/2015
Jeu 17 Aoû 2017 - 19:29 par Lumen

» L’Eucharistie à l’école de Marie
Jeu 17 Aoû 2017 - 18:31 par Lumen

» Les trois blancheurs : Le Songe de Don Bosco
Jeu 17 Aoû 2017 - 18:10 par Lumen

»  Prier pour la France
Jeu 17 Aoû 2017 - 17:37 par Lumen

Qui est en ligne ?
Il y a en tout 29 utilisateurs en ligne :: 1 Enregistré, 0 Invisible et 28 Invités :: 2 Moteurs de recherche

Lumen

Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 264 le Jeu 27 Mar 2014 - 20:02

Partagez | 
 

 SAINT JEAN-BAPTISTE-MARIE VIANNEY

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Admin
Admin
avatar

Messages : 3637
Date d'inscription : 21/04/2008

MessageSujet: SAINT JEAN-BAPTISTE-MARIE VIANNEY   Mer 4 Aoû 2010 - 3:23

SAINT JEAN-BAPTISTE-MARIE VIANNEY
Curé d'Ars
Patron de tous les prêtres
(1786-1859)




Famille, enfance
C'est le le 8 mai 1786 que naquit à Dardilly (près de Lyon) celui qui devait devenir le Saint Curé d'Ars.
Mathieu Vianney le père était de famille paysanne ainsi que son épouse Marie Béluse. Ils eurent 6 enfants dont seule Marguerite survivra à Jean-Marie et qui déposa au Procès de l'Ordinaire.
Elle dira : « Mon frère Jean-Marie, vint au monde vers minuit. La sage-femme sortit dehors et en rentrant, elle dit : « Oh! mon Dieu, cet enfant sera un grand saint ou un grand scélérat. Je tiens cette particularité de mon père et de ma mère qui me l'ont répétée bien des fois ».
Marguerite présente Jean-Marie comme un frère placé dès le premier âge dans une exceptionnelle prédestination. Tout petit, sur les genoux de sa mère : « La pieuse femme, avant de lui donner sa soupe, avait soin de lui faire faire le signe de la croix. Un jour, elle l'oublia ; l'enfant ne voulu pas manger et il caressait les mains de sa mère, comme pour lui demander quelque chose. Elle comprit à la fin, lui fit faire le signe de la croix et il mangea sa soupe de bon cœur. Ma mère nous a mille fois raconté ce trait ».
Elle raconta sa ferveur très précoce à la prière : « Il avait à peu près trois ans, lorsqu'un soir il disparut, sans qu'on pût savoir ce qu'il était devenu. Comme il y avait une pièce d'eau à côté de la maison, ma mère craignit un malheur et fit même rechercher si l'enfant ne se serait pas noyé. Lorsqu'elle alla à l'étable, elle entendit le chuchotement de quelqu'un qui prie. C'était Jean-Marie qui, caché entre deux vaches, et à genoux, faisait dévotement sa prière ».
Son enfance se déroula entre le travail à la ferme et la prière. « Quand j'étais avec lui pour garder nos bestiaux, rapporte Marguerite, il me disait quelquefois : fais donc mon bas ! Il faut que j'aille prier vers la rivière ».
C'est à 13 ans qu'il fit sa première communion et c'est à ce moment là qu'il reçut de ses catéchistes les premiers enseignements de lecture et d'écriture. Sa sœur dira : « Il désirait beaucoup étudier pour embrasser l'état ecclésiastique. Il en parla plusieurs fois à mon père qui n'objectait qu'une chose : les dépenses que ces études entraîneraient ».
Ce fut l'abbé Balley qui donna ses premières leçons à ce jeune homme de 21 ans pratiquement illettré.
Dès les premières leçons, il éprouvera de très grandes difficultés et ceci tout au long de ses études, mais devenir prêtre de Dieu était son seul désir.
Le séminaire
Après un séjour de plus d'un an à Noës après sa désertion, il reprit ses études à Écully. C'est à la Toussaint 1812 que le Curé d'Écully présenta Jean-Marie au petit séminaire de Verrières. L'abbé Tournier alors également séminariste en même temps de Jean-Marie dira : « Il était plein de respect et d'obéissance pour ses supérieurs et de bienveillance pour ses condisciples. Il était très pieux, mais faible dans ses études. Le professeur était obligé de l'interroger en français ».
Au séminaire de Saint Irénée il aura également beaucoup de difficultés. « Le résultat de ses études était nul, parce qu'il ne comprenait pas suffisamment la langue latine. Plusieurs fois, je lui ai donné des explications qu'il ne saisissait pas. Malgré cela, il paraissait s'appliquer continuellement à l'étude dira l'abbé Bezacier ».
Son premier examen fût déplorable. Il fût évincé de Verrières.
Toutefois, il entrait dans les desseins de Dieu que Jean-Marie Vianney fût ordonné prêtre. C'est une nouvelle fois avec la ténacité de l'abbé Balley qu'il fût interrogé seul et par un seul examinateur. Il répondit de façon à peu près convenable.
C'est en la chapelle du séminaire que le 23 juin 1915, Mgr Simon évêque de Grenoble, l'ordonna diacre.
En raison de la période trouble, il fût ordonné prêtre plus tôt, le 13 août, à l'âge de 29 ans. Le dimanche 20 août il célébra la messe dans l'Église d'Écully.
Au presbytère d'Écully
L'abbé Balley s'imposait un jeûne rigoureux, mais Jean-Marie Vianney se trouvait bien dans cette ambiance. C'était entre eux une émulation dans leur comportement de pénitents. M. Balley qui devait l'initier peu à peu au ministère pastoral.
La perte de son ami l'abbé Balley le laissa désemparé. Le nouveau Curé de la paroisse était complètement différent. Le jeune vicaire Jean-Marie Vianney fût nommé desservant de la chapellerie d'Ars-en-Dombes.
Le Curé d'Ars
C'est le 13 février 1818 que M. Vianney est arrivé dans le petit village. Dès le début il se fit remarquer par sa bonté, sa gaieté, sa vertu et sa grande piété.
L'ambition du nouveau curé était de faire du village une terre de sainteté. Ses efforts pour rechristianiser le village restèrent d'abord sans résultats, puis son charisme fit des miracles.
Mlle d'Ars écrira : « Nous sommes les enfants gâtés de la Providence. Je n'ai pas connu de prêtre aussi pieux que lui ;; il est continuellement à l'église, offrant à Dieu l'encens de ses prière ; à l'autel, c'est un ange, un séraphin ; en chaire, ce n'est pas un vrai orateur comme M. Berger, mais c'est un homme pénétré de l'amour de Dieu. Il ne mange presque rien ; je crains que ce genre de vie n'abrège ses jours. Priez Dieu qu'il le soutienne et nous le conserve longtemps ».
Lors de ses remplacements dans les paroisses voisines il se fît vite une réputation de sainteté, son confessionnal était toujours assiégé. « Ce prêtre a de grandes vues ; il donne de sages conseils, sa direction est douce et ferme ; mais il faut se soumettre et se résigner. Ce petit curé d'Ars a été impitoyable pour les soirées et les bals de la sous-préfecture. Au reste, il a raison, et je tâcherai de lui obéir », dira le sous-préfet.
Il est bien évident qu'il fût l'objet de critiques, d'ironies de la part d'autres prêtres, d'accusation qui ne le laissèrent pas insensible, et d'enquêtes de l'Évêché.
Jean-Marie Vianney disait : « J'étais tourmenté le jour par les hommes, la nuit par le démon, et cependant j'éprouvais une grande paix, une grande consolation ».
Les tourments du grappin
Il se dévouait sans compter pour son prochain, il faisait des intérims et des missions dans les paroisses d'alentour, il se mortifiait pour sauver les âmes. La nuit il était tourmenté par le démon qu'il appela le « grappin ».
C'est en 1824 que sont apparus les premiers bruits. Plusieurs prêtres furent les témoins de cette lutte qui n'effrayait nullement M. Vianney. « La cure trembla, les vitres des fenêtres résonnèrent ; tout le monde se leva, effrayé, et on courut à la chambre de M. Vianney. Ils le trouvèrent couché dans son lit, qui était au milieu de la chambre. « C'est, leur dit-il en souriant, le grappin qui a traîné mon lit jusque là ! » Il les rassura, en leur disant : « N'ayez aucune crainte ! » Ses confrères cessèrent de le plaisanter à ce sujet et de lui faire des reproches ».
La "Providence"
Monsieur le Curé Vianney, malgré toutes ses privations et son état de santé chancelante était débordant d'activité et toujours à la recherche du bien qu'il pouvait faire. C'est ainsi que l'éducation des enfants lui tenait particulièrement à cœur. C'est grâce à sa ténacité et à la bonne volonté de quelques personnes que la première école allait voir le jour.
Il transformera la « Providence » en orphelinat et en maison d'accueil pour « les jeunes pauvresses abandonnées ». Il trouvera toujours au bon moment l'argent nécessaire, mais non sans crainte, pour faire les travaux et nourrir ces pauvres enfants.
Dieu répondra toujours à son appel à l'aider dans l'accomplissement de sa tâche.
« Une prière bien agréable à Dieu, c'est de demander à la Sainte Vierge d'offrir au Père Éternel son divin Fils, tout sanglant, tout déchiré, pour la conversion des pécheurs : c'est la meilleure prière que l'on puisse faire... Mes enfants, écoutez bien: toutes les fois que j'ai obtenu une grâce, je l'ai demandée de cette manière ; cela n'a jamais manqué. »
Œuvre de M. VIANNEY
On retiendra du Saint Curé d'Ars :


  • Le Directeur des âmes : La rumeur a très vite fait un Saint du Curé d'Ars. Il attira un très grand nombre de pèlerins. Évêque, Prêtres, Laïcs venaient de partout. On venait pour le voir, se confesser, entendre son enseignement, demander un conseil.
  • Les miracles : Pour la réalisation de ses projets, il avait besoin de moyens financiers. Dieu se manifesta toujours pour lui apporter au bon moment le nécessaire (argent pour la création de la Providence, alimentation des pensionnaires).
  • Les guérisons : De nombreux faits inexpliqués sont intervenus comme la guérison d'une fille qui avait perdu l'usage de ses jambes, la guérison d'un jeune ouvrier lyonnais qui éprouvait de très violentes douleurs à la jambe...
    Ce qui importait pour M. Vianney était seulement de guérir les âmes.
  • Les apparitions : D'après des témoignages, il semblerait que la Sainte Vierge lui soit plusieurs fois apparue. Toutefois, le Saint Curé restera à ce sujet très discret.
    Pour les apparitions de La Sallette, il demandera deux preuves au ciel avant d'être certain et de pouvoir dire : « J'y crois fermement ».
  • Dévotions : A la Sainte Vierge dont il consacrera les habitants d'Ars à Marie, à Sainte Philomène à laquelle il lui vouait une confiance absolue.
Canonisation
C'est le 4 août 1859 que le jeudi matin vers 2 heures que le Saint Prêtre est retourné vers Dieu et les Saints du Ciel.
Le 3 octobre 1874 Jean-Baptiste Vianney a été proclamé Vénérable par Pie IX et le 8 janvier 1905, il a été déclaré Bienheureux.
Le Pape Pie X l'a proposé comme un modèle au clergé paroissial. En 1925, Pie XI l'a canonisé.
Le Pape Benoit XVI l'a proposé comme patron de tous les prêtres.
Bibliographie
LE CURÉ D'ARS par Mgr Francis Trochu - Éditions RESIAC BP 6 6 53150 MONTSURS
LE CURÉ D'ARS AUTHENTIQUE par Mgr René FOURREY, Évêque de Belley
Revenir en haut Aller en bas
http://forumdeprieres.forumsactifs.com
 
SAINT JEAN-BAPTISTE-MARIE VIANNEY
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
À Toi PÈRE ÉTERNEL par les Saints Cœurs de JÉSUS , MARIE et JOSEPH.. :: SAINTS ET BIENHEUREUX :: La Communion des Saints et des Bienheureux-
Sauter vers: