À Toi NOTRE PÈRE par les Saints Cœurs de JÉSUS, MARIE et JOSEPH..

Forum Catholique sous la protection de Saint Michel, faisant mémoire de Sylvie la fondatrice, Prières, Dévotions au Sacré Coeur, au Coeur Immaculé de Marie, au Coeur Chaste de Joseph et autres, Fidélité aux 3 Blancheurs et au Magistère de l'Eglise...
 
AccueilPortailS'enregistrerConnexion
Derniers sujets
» ROSAIRE PERPÉTUEL
Hier à 21:04 par Raphaël de l'Enfant Jésus

» Prières
Hier à 21:03 par Raphaël de l'Enfant Jésus

» Procession eucharistique du jeudi 19 octobre 2017 à Lourdes
Hier à 20:56 par Raphaël de l'Enfant Jésus

» Chapelet du jeudi 19 octobre 2017 à Lourdes
Hier à 20:46 par Raphaël de l'Enfant Jésus

» Courte présentation.
Hier à 20:41 par Raphaël de l'Enfant Jésus

» !!! INFORMATIONS TRÈS IMPORTANTES PAR RAPPORT AU FORUM!!!
Hier à 20:02 par Françoise

» Pensée du jour: Mon enfant, demeure à Mon écoute. Je n'abandonne jamais celles et ceux qui me font confiance...
Hier à 11:48 par Raphaël de l'Enfant Jésus

» Franciscains en Terre Sainte : témoins de foi, de fraternité et de paix
Mer 18 Oct 2017 - 19:44 par Raphaël de l'Enfant Jésus

» Les religions ont un rôle irremplaçable pour construire la paix
Mer 18 Oct 2017 - 19:31 par Raphaël de l'Enfant Jésus

» Catéchèse: « Guérir de la blessure de la mort »
Mer 18 Oct 2017 - 19:23 par Raphaël de l'Enfant Jésus

» Messe internationale du mercredi 18 octobre 2017 à Lourdes
Mer 18 Oct 2017 - 19:11 par Raphaël de l'Enfant Jésus

» Chapelet du mercredi 18 octobre 2017 à Lourdes
Mer 18 Oct 2017 - 19:01 par Raphaël de l'Enfant Jésus

» FORUMACTIF.COM – Liste des forums catholiques et leurs présentations -
Mer 18 Oct 2017 - 10:33 par Hercule

» Pensée du jour: Mon enfant, par le "oui" que tu Me donnes régulièrement, Je rejoins une multitude d'âmes...
Mer 18 Oct 2017 - 10:29 par Raphaël de l'Enfant Jésus

» Procession eucharistique du mardi 17 octobre 2017 à Lourdes
Mar 17 Oct 2017 - 22:07 par Raphaël de l'Enfant Jésus

» Sainte-Marthe: «Laissez la Parole de Dieu entrer dans votre cœur»
Mar 17 Oct 2017 - 22:02 par Raphaël de l'Enfant Jésus

» FAO: la faim n’est pas une « maladie incurable » (traduction complète)
Mar 17 Oct 2017 - 21:54 par Raphaël de l'Enfant Jésus

» Chapelet du mardi 17 octobre 2017 à Lourdes
Mar 17 Oct 2017 - 21:42 par Raphaël de l'Enfant Jésus

» Pensée du jour: Mon enfant, les évènements qui se présentent à toi sont des moyens parmi d'autres que le Père a choisis...
Mar 17 Oct 2017 - 9:28 par Raphaël de l'Enfant Jésus

» Forum "À Toi NOTRE PÈRE par les Saints Cœurs Unis" – Index chrétien
Mar 17 Oct 2017 - 1:55 par Hercule

» L’Eglise compte 35 nouveaux saints, dont 33 martyrs
Lun 16 Oct 2017 - 18:53 par Raphaël de l'Enfant Jésus

» Chapelet du lundi 16 octobre 2017 à Lourdes
Lun 16 Oct 2017 - 18:37 par Raphaël de l'Enfant Jésus

» Angélus: Journée du refus de la misère: éradiquer les causes
Lun 16 Oct 2017 - 9:49 par Raphaël de l'Enfant Jésus

» Pensée du jour: Mon enfant, le temps est à la prière, l'adoration et la pratique des Sacrements.
Lun 16 Oct 2017 - 9:30 par Raphaël de l'Enfant Jésus

» Chapelet du dimanche 15 octobre 2017 à Lourdes
Dim 15 Oct 2017 - 17:55 par Raphaël de l'Enfant Jésus

» Sans amour, la vie chrétienne devient « une morale impossible »
Dim 15 Oct 2017 - 17:49 par Raphaël de l'Enfant Jésus

» Pensée du jour: Mon tout-petit, Ma toute-petite, il n'y a pas de plus grand bonheur pour Moi que de pouvoir déverser Mon Amour...
Dim 15 Oct 2017 - 9:44 par Raphaël de l'Enfant Jésus

» Famille vincentienne : « Celui qui aime ne reste pas dans son fauteuil »
Sam 14 Oct 2017 - 18:43 par Raphaël de l'Enfant Jésus

» Centenaire de Fatima : « ne vous éloignez jamais de la Mère »
Sam 14 Oct 2017 - 18:24 par Raphaël de l'Enfant Jésus

» Chapelet du samedi 14 octobre 2017 à Lourdes
Sam 14 Oct 2017 - 18:13 par Raphaël de l'Enfant Jésus

Qui est en ligne ?
Il y a en tout 17 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 17 Invités :: 2 Moteurs de recherche

Aucun

Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 264 le Jeu 27 Mar 2014 - 20:02

Partagez | 
 

 28 aout : aussi Notre Dame de Maillane

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: 28 aout : aussi Notre Dame de Maillane   Sam 28 Aoû 2010 - 11:39

Notre Dame de Maillane



La paroisse de Maillane, voisine de l'abbaye Saint-Michel de Frigolet, dans l'archidiocèse d'Aix-en-Provence, possède une statuette en bois de la Vierge que l'on salue du titre de Notre-Dame de Grâce et que le peuple appelait plus simplement « la Sainte ». Il ne semble pas qu'il y eût jamais de pèlerinage à Maillane et, si la statuette, haute de quarante-six centimètres, échappa aux terreurs révolutionnaires, elle n'en fut pas moins, en 1844, enlevée de l'église paroissiale pour être reléguée à l'école que tenaient des religieuses.

Au mois d'août 1854, Maillane, comme tant d'autres villes, sentit les étreintes du choléra. Rapidement l'épidémie multiplia ses victimes : en quinze jours, sur les quinze cents habitants, cinquante étaient déjà mort et huit étaient à l'agonie. Une même pensée jaillit dans les cours de nombreuses personnes pieuses : se confier à Notre-Dame de Grâce qui retrouverait sa place dans l'église. Le 28 août, les cloches appelèrent à l'église ceux qui pouvaient encore y venir. Triste, consternée et déjà très réduite, la population se rendit d'abord chez les Sours, au chant du Miserere. La statue, habillée de violet et portée par le curé fut transportée à travers les rues où l'on se prosternait en sanglotant et en priant. « J'entends chanter le Sub tuum ! » s'écria un malade que les médecins avaient condamné. Oui, c'était le Sub tuum, dont quelques voix suppliantes répétaient les paroles devant Notre-Dame de Grâce. On porta la statue à l'église ; dès lors, pas un habitant ne fut atteint, et les trente et un malades en danger guérirent.

Depuis, tous les 28 août, à six heures du soir, le curé de Maillane, vêtu d'abord d'une chape violette, qu'il change bientôt pour une blanche, fait chaque année cette procession où se chantent successivement le Sub tuum et le Miserere. Le lendemain, on fait une procession d'action de grâce. Mgr. Goulthe-Soulard présidait lui-même cette fête le 28 août 1888 : « Votre fête n'a qu'un tort, disait-il, ravi, c'est de finir, hélas ! si vite. » En 1993, les habitants de Maillane signèrent un livre d'or et déclarèrent une année sainte pour préparer le couronnement de Notre-Dame de Grâce. Le 4 septembre 1995, Mgr. Panafieu, alors archevêque d'Aix-en-Provence, au cours d'une messe pontificale, couronna la statuette de Notre-Dame de Grâce devant quatre mille fidèles.



Revenir en haut Aller en bas
Admin
Admin
avatar

Messages : 3637
Date d'inscription : 21/04/2008

MessageSujet: Re: 28 aout : aussi Notre Dame de Maillane   Sam 28 Aoû 2010 - 16:31

Magnifique histoire de Notre Dame de Maillane que je ne connaissais pas.

Merci Godwithus de nous l'avoir partager,
j'aurai beaucoup aimé voir l'image de la statuette.


Merci Marie d'avoir sauver cette ville du choléra.

Demandons la grâce à Marie de nous protéger de toute maladie.

***

Sub tuum






Revenir en haut Aller en bas
http://forumdeprieres.forumsactifs.com
Admin
Admin
avatar

Messages : 3637
Date d'inscription : 21/04/2008

MessageSujet: Re: 28 aout : aussi Notre Dame de Maillane   Sam 28 Aoû 2010 - 17:27

Liturgia Horarum: Sub tuum praesidium

Revenir en haut Aller en bas
http://forumdeprieres.forumsactifs.com
Invité
Invité



MessageSujet: Re: 28 aout : aussi Notre Dame de Maillane   Sam 28 Aoû 2010 - 20:21

demande... servi............


==================


Notre Dame de Grâce de Maillane
le dimanche 23 août 2009
par Eric


Le Choléra en 1854
Le Choléra au XIXe Siècle
La grande faucheuse a eu deux sbires très actifs en France aux XVIII et XIXe siècles. Les marseillais gardent un souvenir cuisant de l’entrée dans leur port de la flûte hollandaise "Le grand Saint Antoine" qui leur a amené la peste en 1720.

L’épidémie s’est propagée à partir de la ville à la Provence. Elle finit par être éradiquée. Et la population de respirer. Par pour longtemps malheureusement. Partie d’orient comme sa soeur, le choléra ne devait pas tarder à faire son apparition.

Le choléra est une dû à une bactérie. Cette dernière n’est pas naturellement pathogène. En effet, le vibrion cholérique ne produit la toxine cholérique, responsable des diarrhées mortelles, que lors de sa propre infection par un virus, le bactériophage CTX [1]. Lorsque cela se produit, le résultat est sans appel. Et cela s’est produit à de multiples reprises dans notre histoire. Liée aux transports humains plus ou moins développés, ces épidémies sont souvent restées localisées, mais ont quelquefois touché la planète. On dénombre ainsi 7 pandémies entre le début du XIXe siècle et aujourd’hui [2]. Deux de ces pandémies ont cruellement touché la France, la deuxième pandémie (1829-1837) et la troisième pandémie dans sa deuxième vague(1849-1860). Il en est résulté deux vagues de mortalité qui ont profondément endeuillé la France de 1832 et 1854. Le choléra tue... A quelle taux et à quelle vitesse est plus difficile à savoir. Les tableaux de statistiques écrits pour décrire l’impact du choléra indique selon les départements des morbidités sensiblement différentes de 5.24% (Moselle Avril 1854) à 23.5% (Seine Avril 1854) et de 6.42%(Seine Novembre 1854) à 42% (Ariège Novembre 1854). La surmortalité générale, elle, oscille entre 1 et 4% de la population. Un impact somme toute faible... Pour autant que l’on puisse faire confiance à ces chiffres. Une morbidité de 42% est en effet un chiffre fort. Il signifie que presque la moitié des gens contaminés sont morts. Est ce là vraiment le fait d’une souche particulièrement pathogène, ou plutôt une mauvaise caractérisation des malades probablement atteints... Dans bien des cas, le choléra reste non diagnostiqué en raison de la difficulté de classement comme tel de diarrhée adynamiques sans crampes et sans vomissement ou la diarrhée avec algidité stade ultime de la maladie. Combien ont guéri de cette maladie sans avoir été classés malades, et à l’inverse combien sont morts du choléra hors la présence d’un médecin vérificateur de décès...

Peu importe finalement. Le choléra a tué, et terrorisé la France à deux reprises par son action sauvage. En 1832, la maladie arrive par l’Angleterre, des cas sont diagnostiqués sur le littoral de la Manche dès 1831. Une épidémie qui ne descendra pas sous la Loire.

En revanche, une analyse de la surmortalité mensuelle par département en 1854 laisse apparaitre deux principaux foyers d’infection au printemps 1854, pour un mal signalé au Havre à l’automne de l’année précédente. Ce vibrion résiste au temps. Si l’épidémie de 1832 est centrée sur le printemps, celle de 1854 est plus marquée sur les mois d’Août et septembre. Une épidémie plus longue et surtout plus étendue, touchant toute la partie est du Pays. Si l’eau est un des vecteurs de la maladie, elle ne saurait être considérée seule. L’homme et sa tentative désespérée d’échapper au mal ne sont pas exempts de responsabilité. [3]

Maillane, Août 1854
Nous sommes en Août 1854, à Maillane, un petit village de 1500 âmes qui vit paisiblement. Certainement quelque part, Frédéric Mistral écrit son poème épique Mirèio. Le 13 Août, quatre personnes décèdent : Pierre Rousset 5 ans, Honoré Bayol 7 ans, Marie Joséphine Agathe Mistral 2 ans et demi et Pierre Bonjean 56 ans. Le choléra est arrivé au village et commence son œuvre. Après les enfants du premier jour, meurent le 14 Août Jean Joseph Berrut 78 ans, Marie Honorate Martin 60 ans, MAthieu Imbert 62 ans, Thérèse Terras 24 ans, Barbe Rose 24 ans, et Antoine Martin 15 ans. Dix morts en deux jours, beaucoup pour un village dans lequel tout le monde se connaît. Et le carnage continue, deux décès le 16, et 4 le 17 août. Personne ne sait vraiment rien du choléra. en ce temps, la bataille entre la plèbe et les savants fait rage pour savoir si la cause de la maladie est la contagion [4], ou une intervention extérieure météo ou influence des airs... Toujours est il, que dès le début de l’épidémie le village se vide au profit des campagnes alentours.

Cette fuite ne jugule pas complètement le flux des cercueils. On enterre le jour même les 4 morts du 19 aout, les 5 morts du 21. Mais il ne reste plus grand monde à tuer. Ce même 21 aout 1854, il reste en tout et pour tout 110 personnes en ville. Les autres sont morts ou ont fui. L’école a été fermée dès le 18 Août. Ainsi écrivait Mr Martin, l’instituteur à son inspecteur d’académie :

Monsieur l’inspecteur,

Conformément à votre honorée lettre , du 16 courant, mon école est fermée depuis le vendredi 18 août.

Avant d’avoir reçu votre réponse, Monsieur le curé et Monsieur le Délégué, m’avaient l’un et l’autre fortement engagée à fermer mont école et à donner vacances à mes élèves. Je leur avais répondu que je vous avais écrit en conséquence, et que j’étais prêt à exécuter les ordres que tous ensemble vous me feriez l’honneur de me prescrire.

Quoique je sois toujours resté dans le pays, je n’ai guère tenu compte des nouveaux cas arrivés, je ne suis pourtant pas indifférent à la calamité générale : la nuit du 18 au 19, j’ai veillé deux colériques, dont l’un, la mère, mourut à quatre heures du matin ; l’autre, jeune homme de vingt sept ans, vit encore

A la commune, j’ai vu le chiffre des cas à cinquante quatre et celui des décès à dix-huit, ce qui fait près de huit cas par jour et seulement trois décès. La nuit dernière, il n’y a eu ni cas ni décès ; mais on dit que la population agglomérée est réduite à cent-dix.

Agréez Monsieur l’inspecteur, la nouvelle assurance...

Martin

Le 24 Août, on dénombre encore 7 décès et deux de plus le 26.

Le 28 août au matin, l’instituteur converse avec Louis Mistral. "Et si nous demandions une procession à Mr le curé ?" Sitôt dit sitôt fait... Mr le curé est d’accord, mais doit demander la permission à son supérieur. Pourtant devant l’urgence provoquée par la trentaine de cas avérés en ville dont huit graves, décision est prise de demander la permission après la procession à Notre Dame de Grâce.

Notre Dame de Grâce.
La madonne Maianenco est une petite statue de bois d’une vierge assise tenant l’enfant Jésus [5]. Elle est presque entièrement recouverte d’une étoffe précieuse qui ne laisse apparaitre que sa tête et celle de son chérubin. Longtemps adorée dans la chapelle de la Sainte Vierge, elle fut déplacée vers l’autel des Ames du purgatoire avant d’être démodée et rangée dans un grenier. Elle n’y resta pas longtemps, rappelée par les maianen qui désiraient l’implorer pour qu’elle mette fin à un hiver particulièrement rigoureux. Elle ressortit de son grenier. Elle fut ensuite transférée dans une des classes de l’école des petites sœurs des pauvres. Elle est dans la deuxième classe avec ses deux ou trois robes défraichies le 25 Avril 1854. Ce jour là, les maillanais, contrits par une sècheresse tenace, profitent de la visite de l’archevêque d’Aix, pour demander son retour dans l’église. Notre Dame de Grâce sort donc de sa prison pour une dizaine de jours, à l’occasion de la neuvaine entamée. Elle retrouve sa classe ensuite.

Jusqu’au 28 Août 1854.

La cloche sonne de nouveau. Elle s’était tu après les premiers décès, ne parvenant plus à sonner le glas de tous ces morts. A son appel, six ou sept femmes accourent, quatre hommes également. Tous rejoignent le clergé qui se met en route depuis l’église pour aller chercher la vierge captive de l’école. D’autres encore se joignant au cortège, ce sont 25 personnes qui arrivent à l’école et portent en procession Notre Dame de Grâce vêtue d’une robe violette, en chantant le miserere. Arrivée sur la place publique, elle est accueillie par une soixantaine de personnes. Le miracle opère dès la procession : Marthe Gauthier, Martoun de Martello, que le docteur voyait morte avant le lendemain, ouvre les yeux en entendant les cloches , demandant ce que l’on sonne... Elle est guérie.

Sur la place, personne ne sait si le miracle opère. Dans un élan de confiance, le prêtre entonne le Magnificat et fait sonner les cloches à toute volée, ce qui a pour effet de ramener au village tous ceux qui en était partis. Malgré ce retour prématuré dans une atmosphère toujours aussi délétère, personne ne contracte plus la maladie. Ailleurs, le choléra décroit lentement, à Maillane, il cesse aussi brutalement qu’il avait commencé.

Le choléra est passé, Notre Dame de Grâce a vaincu. Une lettre de l’instituteur Mr Martin à son inspecteur nous apprend que le premier décès date du 13 Août, et le dernier du 28 et qu’il y a eu 45 décès comprenant trois enfants.

Depuis cette date, Maillane se souvient. Chaque année, les maillanais organisent une procession les 28 et 29 Août. A l’origine, la châsse était portée par les miraculés, et seules portaient le velet celles qui avaient été guéries de cette maladie, charge et privilèges transmis à leur descendance.
La procession en l’honneur de Notre Dame de Grâce commence par un deuil et se termine en fête, comme passe une épidémie.

“En noum de la Santo Trinita, Paire, Fiéu e Sant Esperit, en noum tamben de Nosto Damo de Gràci. Amen.

En touti aquéli , presènt et endevenidou , que veiran aquest escri, nous-autre souto)signa atestam, assugeram e afourtissèm qu’en l’an de gràci 1854 e lou 28 doù mes d’avoust, lou colera que devastavo Maiano nous a ié aganta e qu’eriam a l’article de la mort. Abandouna di medecin, coundana per eli, sènso pous, sénso forço, la fàci deja ennegrido, lis iue treble, lis estremita di mèmbre enregouido, i’èro avis en tòuti que n’aviam plus qu’à bada e mouri. Eriam dins li tressusour de l’angòni, quand li campano à brand et lou cant doù Miserere que s’ousissié souto nôsti fenèstro, abas, dins la carriero nous aprenguèron que Nosto Damo de Gràci passavo pèr Maiano et qu’uno doulènto proucessioun se fasié pèr invouca l’ajudo suprèmo d’aquelo Bono Maire, que res n’a jamai en van prega, tout autre remèdi uman estènt inutile et abandouna. En un virad’iue sentigueriam quaucarèn, de mai-que-mai nous courre pèr lou cadabre e à parti doù moument mounte la Santo Vierge passé davans nosti porto, coumprengueriam qu’eriam sauva. Lou siam esta e vuei, rendènt gràci à Mario de noste miraculous garimen, siam urous, après dès-e-nòu an de vido, de n’en poudé veni rèndre temougnage.

Ansin es, e pèr n’en manteni de-longo l’atestacioun soulenno et vertadiero, signam de cor et d’amo lou presènt estrument que n’en fara fe aro et longo-mai. Basto li Maianen jamai oublidon aquelo gràci et de-long n’en celèbron la memòri emé touto la recouneissènço et la devoucioun degrudo à-n-un tau benfa.

Leoun Daillan, J.Lillamand

De-mai i’a sèt crous que soun e represènton sèt signaturo
Nous Autre, temouin souto signa, fasen fe que li crous pousado sous l’ate precedent, soun et representoun : la Iere, la signaturo de Mariano Gervais, fumo d’Artaud, dicho Mariano de Bau ; la 2° Margarido Julian ; la 3° Marto Daillan, fumo de Julian et maire de MArgarido ; la 4°, Dominico Julian, paire de MArgarido e l’ome de Marto Daillan ; la 5° Marto Gautier vèuso Riquèu dicho Maroun de MArtello ; la 6°, Isabeu Richardo, fumo de Danis Bouissoun ; la 7° aquelo de Madeloun Varo, et acò l’atestem et l’affourtissem.
Cesar Charles
A. Daillan
D. Daillan
V. Lieutaud
F. Mistral.
Vist per la legalisation di signaturo eici dessus : Lou Mairo de Maiano Laville

Maiano lou 4 de Setèmbre 1873.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: 28 aout : aussi Notre Dame de Maillane   Sam 28 Aoû 2010 - 20:24



Revenir en haut Aller en bas
Mea culpa

avatar

Messages : 6660
Date d'inscription : 18/05/2010

MessageSujet: Re: 28 aout : aussi Notre Dame de Maillane   Sam 28 Aoû 2010 - 20:37

Décidemment, GODwitus, toutes les deux nous sommes vraiment synchro, encore une fois nos messages se sont télescopés - mais tu es la plus forte et je suis encore restée à la porte, je m'incline

Je voulais juste dire merci pour ce message

L'exposé sur ces horribles maladies est très intéressant et l'histoire de ce village émouvant

SUB TUUM PRAESIDIUM

Nous avons recours à votre protection, sainte Mère de Dieu.
Ne rejetez pas les prières que nous vous adressons dans nos besoins,
mais délivrez-nous toujours de tous les dangers,
ô Vierge glorieuse et bénie.

Sub tuum praesidium confugimus, sancta Dei Genitrix.
Nostras deprecationes ne despicias in necessitatibus, s
ed a periculis cunctis libera nos semper,
Virgo gloriosa et benedicta.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: 28 aout : aussi Notre Dame de Maillane   Sam 28 Aoû 2010 - 21:15

toi ou moi...

meme combat...

pour LA GLOIRE DE DIEU !!
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: 28 aout : aussi Notre Dame de Maillane   

Revenir en haut Aller en bas
 
28 aout : aussi Notre Dame de Maillane
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
À Toi NOTRE PÈRE par les Saints Cœurs de JÉSUS, MARIE et JOSEPH.. :: SAINTS ET BIENHEUREUX :: La Communion des Saints et des Bienheureux-
Sauter vers: