À Toi PÈRE ÉTERNEL par les Saints Cœurs de JÉSUS , MARIE et JOSEPH..

Forum Catholique sous la protection de Saint Michel, faisant mémoire de Sylvie la fondatrice, Prières, Dévotions au Sacré Coeur, au Coeur Immaculé de Marie, au Coeur Chaste de Joseph et autres, Fidélité aux 3 Blancheurs et au Magistère de l'Eglise...
 
AccueilPortailS'enregistrerConnexion
Derniers sujets
» La fidélité aux valeurs non négociables en vue de la conversion de la France et de l’Europe
Aujourd'hui à 0:08 par Lumen

» Journée en l’honneur de Notre-Dame des Neiges à Sens
Hier à 23:47 par Lumen

» les vertus de l’enfance du Christ avec l’Enfant Jésus de Beaune, Petit Roi de Grâce,
Hier à 21:33 par Lumen

» Angélus du Pape: Savoir faire grandir notre foi
Hier à 19:13 par Raphaël de l'Enfant Jésus

» Chapelet du 20 août 2017 à Lourdes
Hier à 18:59 par Raphaël de l'Enfant Jésus

» Mot du jour : "Planter un pommier".
Hier à 16:02 par Lumen

» un parfum plus délicat que celui de l'HUMILITÉ : « C'est celui de Notre Dame Marie »
Hier à 15:48 par Lumen

» 22 Août, Fête de Marie Reine immaculée de l'Univers
Hier à 15:37 par Lumen

» Un mois pour vivre plus intensément avec Marie
Hier à 15:07 par Lumen

» Découvrir la vie de saint Augustin
Hier à 14:44 par Lumen

» Le Mois avec Sainte Claire
Hier à 14:01 par Lumen

» Prières
Hier à 9:38 par Raphaël de l'Enfant Jésus

» Mon enfant, donne-Moi ton fardeau, tu verras que Mon joug est léger.
Hier à 9:35 par Raphaël de l'Enfant Jésus

» La marque de la bonté native de Marie
Hier à 9:15 par Raphaël de l'Enfant Jésus

» ROSAIRE PERPÉTUEL
Hier à 8:59 par Mea culpa

» 20 août Bx Gervais Brunel et Louis-François Le Brun
Hier à 1:43 par ami de la Miséricorde

» 20 août Saint Bernard de Clairvaux
Hier à 1:16 par ami de la Miséricorde

» Dialogue du réconfort dans les tribulations de Saint Thomas More
Hier à 0:41 par ami de la Miséricorde

» Donne-nous notre Pain de ce jour (Vie) : Parole de DIEU*
Sam 19 Aoû 2017 - 23:02 par Lumen

» Procession eucharistique du 19 août 2017 à Lourdes
Sam 19 Aoû 2017 - 22:16 par Raphaël de l'Enfant Jésus

» L'EUCHARISTIE : « IL est en moi, je suis en LUI » !
Sam 19 Aoû 2017 - 20:51 par Lumen

» Chapelet du 19 août 2017 à Lourdes
Sam 19 Aoû 2017 - 20:03 par Raphaël de l'Enfant Jésus

» À des enfants de quel âge Jésus fait-il référence quand Il parle de petits enfants ?
Sam 19 Aoû 2017 - 18:18 par Lumen

» Mot du jour : Il y a des jours...
Sam 19 Aoû 2017 - 18:03 par Lumen

» Judith - Femmes de la Bible - par le père Georges Henri Peres
Sam 19 Aoû 2017 - 17:07 par Lumen

» Jacob et ses fils - Prêtres Prophètes et Rois 3 - 15 Octobre 2015 - Père Georges Henri Pérès
Sam 19 Aoû 2017 - 16:24 par Lumen

» À Banneux, la « Vierge des pauvres » soulage les souffrances
Sam 19 Aoû 2017 - 15:51 par Lumen

» Sainte Faustine, Apôtre de la Miséricorde Divine
Sam 19 Aoû 2017 - 15:46 par Lumen

» À Beauraing, la Vierge au Coeur d’or convertit les pécheurs
Sam 19 Aoû 2017 - 15:40 par Lumen

» NOTRE-DAME DE FATIMA : des Apparitions exceptionnelles
Sam 19 Aoû 2017 - 15:36 par Lumen

Qui est en ligne ?
Il y a en tout 61 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 61 Invités :: 2 Moteurs de recherche

Aucun

Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 264 le Jeu 27 Mar 2014 - 20:02

Partagez | 
 

 Penjab - Inde - Inondations en aout 2010 - Persecutions de Chretiens en aout 2009

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Penjab - Inde - Inondations en aout 2010 - Persecutions de Chretiens en aout 2009   Lun 6 Sep 2010 - 2:05

Le Penjab, le grenier à grains du Pakistan, dévasté par les inondations

Une foule attend devant un camion de distribution alimentaire.
N.Blétry/RFIPar Nadia Blétry
Le Penjab est la province la plus peuplée du pays et le grenier à grains du Pakistan. Les conséquences socio-économiques des inondations vont être dramatiques dans un pays déjà exsangue avant la pire catastrophe naturelle de son histoire.Reportage dans le district de Muzzaffar Garh (sud Penjab) -à environ 400 kilomètres au sud d’Islamabad- qui a été très touché par les inondations.

De notre envoyée spéciale au Penjab


Cliquer pour lancer le diaporama


Les habitants de Kot Dadan, un village du Sud Penjab entièrement submergé par les inondations, vivent encerclés par une eau noire et boueuse, prisonniers de leur village devenu une île artificielle. Malgré la décrue progressive, l’eau tarde à se retirer. Les maisons en brique ou en pisé ne sont plus que des amas de boue effondrés sur le sol. Les champs de coton ont disparus sous un mètre d’eau.

Ici la vie est rude. C’est ce qu’explique la vieille Aziz Mai : « On essaye de trouver à manger, au moins une fois par jour. Mais on n’y arrive pas toujours. Les enfants ont faim. On boit de l’eau sale. Et les maladies sont apparues. Ici il n’y a que nous : des paysans. On n’intéresse personne. On est pris au piège et on va mourir ici ». Le discours est repris en écho par une cohorte de vieilles femmes aux corps fatigués. Les paysans pauvres sont les premières victimes de ces inondations, les pires de l’histoire du pays.

Une économie déjà exsangue avant la catastrophe

1/5e du Pakistan a été touché par la catastrophe naturelle et 17 millions de personnes sont affectées par le désastre. Les conséquences socio-économiques de ces inondations vont être dramatiques pour un pays déjà exsangue avant la catastrophe. Rabia Sultan, directrice de l’association des fermiers du Pakistan s’en alarme : « L’impact sur l’économie nationale et les conditions de vie de la population va être terrible : au Pakistan 70% des gens vivent directement ou indirectement de l’agriculture ». Une analyse que partage Khawaja Muhamamd Usman, vice président de la chambre de commerce et d’industrie de Multan, ville principale du Sud Penjab : « La situation est préoccupante notamment dans la province du Penjab, grenier à grain du pays et cœur de l’industrie pakistanaise. Toute l’économie va être affectée et pas seulement les zones sinistrées. Les patrons d’usine et les industriels qui n’auront plus assez de matière première ne pourront plus rembourser les banques. Ces inondations vont aussi générer de l’inflation et du chômage. »

Des émeutes de la faim menacent

En dehors de la crise économique le pays risque d’être secoué par une crise sociale. D’autant que beaucoup ont faim. Dans un camp de sinistrés situé près du village de Mehmood Kot, une foule compacte se presse devant un camion de distribution alimentaire. Des dizaines d’hommes et de femmes tendent les mains pour attraper les sacs de riz et de farine. Tous ne seront pas servis. Mureed Hussain a une famille à nourrir et il est à bout : « Le problème c’est qu’il n’y a plus de travail non plus ici. Plus de travail ca veut dire plus d’argent et plus d’argent ça veut dire plus de nourriture, la situation est très tendue », s’énerve le sinistré qui, comme une majorité des victimes des inondations, en veut profondément au gouvernement pour sa gestion de la crise.



Ecouter le Grand reportage
03/09/2010 - Grand reportage
Pakistan : conséquences des inondations au Penjab, le grenier à blé du pays

Du côté des autorités, on assure qu’il est impossible de réagir plus vite. Le responsable du district de Muzaffar Garh, une région très affectée du sud Penjab ne cache pas la gravité de la situation : « Nous sommes dépassés, ce n’est pas qu’une question d’argent, c’est aussi une question d’accessibilité des zones sinistrées. Les besoins sont énormes. Les infrastructures ont été détruites. Il y a beaucoup de frustration et de colère. La seule chose qu’on puisse faire c’est essayer de faire en sorte que les émeutes n’explosent pas massivement ». Dans les rues de Muzaffar Garh, Bakhta Mai, supplie de sa voix qui se brise : « donnez-moi de l’argent pour que je nourrisse les miens. Avant on travaillait dans les champs. Maintenant on est devenus des mendiants ».

tags: Catastrophes naturelles - Pakistan

http://www.rfi.fr/asie-pacifique/20100903-le-penjab-ancien-grenier-grains-pakistan-devaste-inondations
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Penjab - Inde - Inondations en aout 2010 - Persecutions de Chretiens en aout 2009   Lun 6 Sep 2010 - 2:15


Dominican Network
Délégation de l'Ordre des Prêcheurs auprès des Nations Unies.Persécutions contre des communautés chrétiennes au Pakistan
7 Aug 2009

Les chrétiens du Pakistan sont victimes de persécutions de la part d’activistes islamistes. Au cours de la vague de persécution la plus récente contre les chrétiens, trois événements majeurs se sont produits dans l’espace d’un seul mois.

En juin 2009, cinquante-sept maisons ont été détruites à Bamni Wala, dans le district de Kasur.

Le 30 juillet 2009, cinquante maisons de chrétiens ont été incendiées, et le

1er août 2009 sept chrétiens ont été brûlés vifs [Un chrétien décèdera le lendemain des suites de ses blessures, alourdissant le bilan à huit morts, NdT] et soixante-dix maisons ont été détruites. Plus de cinquante chrétiens ont également été blessés.

Nombre d’autres attaques ont été perpétrées contre des chrétiens sans défense au cours de ces dernières années, comme à Shanti Nagar en 1997 ou à Sangla Hill.

En mars 2009, une femme a perdu la vie à Gujrawala suite à l’attaque d’une église ;

en avril 2009, dans l’attaque d’une église et d’un quartier chrétien de Taiser Town, dans la banlieue de Karachi, un jeune homme a été tué et d’autres furent grièvement brûlés. Dans ces événements, des maisons ont été détruites, pour une valeur totale de plusieurs millions de dollars. Les chrétiens avaient construit ces maisons au prix de décennies d’un dur travail et quelques secondes ont suffi aux activistes islamistes pour les détruire.

De tels actes de violence à l’encontre des chrétiens doivent être fermement condamnés. Il est profondément regrettable que pas un seul fanatique islamiste n’ait été jusqu’à présent traduit en justice et qu’aucun n’ait été puni pour de tels actes de vandalisme.

Tous ces actes de violence à connotation religieuse ont été commis au prétexte de la religion, sous l’accusation mensongère de profanation du Saint Coran.

L’attaque la plus violente a eu lieu le 1er août 2009, quand une foule en furie et armée, composée de radicaux musulmans de Gojra accompagnés de musulmans d’autres villes des districts de Toba Tek Sing et de Jhang, a attaqué un quartier chrétien de Gojra et intégralement détruit environ soixante-dix maisons et brûlé vifs sept chrétiens – parmi lesquels quatre femmes, deux enfants et un homme. Les enfants ont essayé de s’enfuir de leur maison, mais ils ont été attrapés par des fanatiques islamistes, rejetés dans leur maison en flammes et tués dans une explosion provoquée à l’aide de produits chimiques.

Ces sept chrétiens étaient tous issus de la même famille catholique, celle de M. Hameed Masih. J’ai visité la maison où ces événements ont eu lieu. Elle est intégralement calcinée. J’ai également vu les autres maisons, dans le même état. Cela ressemblait pour moi à un cauchemar. Dans une maison, la famille était en train de préparer le mariage de la fille. Cette foule en furie est venue, a pillé leurs objets de valeur et fait sauter toute la maison.

J’ai visité une petite église détruite, avec des bibles et des croix jetées au sol. Pour pratiquement tous les chrétiens dont les maisons ont été pillées dans ce quartier, il ne reste littéralement rien – pas une simple tasse pour prendre le thé, un verre pour boire de l’eau ni une assiette pour manger. Je n’ai pas vu de vêtement qu’ils puissent porter. Vous pouvez imaginer quel traumatisme ils ont subi, quel choc mental ils connaissent à présent. L’argent patiemment économisé au long des années pour construire une petite maison a été anéanti en quelques secondes.

Il est très regrettable que la police de Gojra et d’autres forces de sécurité n’aient rien fait pour éviter ce triste événement. Le gouvernement du Penjab a envoyé des agents dans la soirée, quand tout était terminé, quand toutes les maisons des chrétiens avaient été saccagées, quand sept chrétiens avaient été brûlés vifs à cause de leur foi. La situation à Gojra était tendue, et cette tension augmentait depuis neuf heures du matin, le 1er août. Mais malgré des appels répétés au gouvernement du Penjab, personne n’est venu à leur aide. Quand les agents sont arrivés dans la soirée, c’était trop tard. C’est l’expression de la protection que notre gouvernement prétend donner aux minorités.

A présent, M. Asif Ali Zardari, président du Pakistan, M. Yousaf Raza Gillani, premier ministre du Pakistan, et M. Shabaz Sharif, ministre-président du Penjab, ont fermement condamné ces actes et ont annoncé des indemnisations pour la reconstruction des maisons de ces chrétiens pauvres. Le gouvernement du Pakistan a annoncé vouloir rendre justice, lancer une enquête judiciaire et fournir une indemnisation pour les chrétiens touchés. Mais une question reste ouverte : comment faire retrouver aux chrétiens le sens de la sécurité, de la dignité, de l’honneur et de la liberté religieuse ?

Il convient aussi de regretter que les forces de police aient été réticentes à enregistrer les plaintes liées à ces événements [Il s’agit plus précisément de First Information Report, une procédure de signalement des délits propre aux systèmes juridiques indien et pakistanais, NdT]. Il a fallu plus de neuf heures de protestation pour qu’elles soient enregistrées, avec la pression et l’intervention de M. Shahbaz Sharif, ministre-président du Penjab, M. Sana Ullana, ministre provincial de la Justice, M. Shabaz Bhatti, ministre fédéral pour les Minorités, M. Kamran Michael, ministre provincial aux Droits de l’Homme et aux Minorités, et de nombreux autres membres du Conseil provincial du Penjab, ainsi que de chefs religieux comme Mgr Joseph Coutts, évêque de Faislabad, Mgr John Samuel, évêque de l’Eglise du Pakistan (communion anglicane), et du frère James Channan, prieur vice-provincial de la Vice-province dominicaine du Pakistan.

En outre, une forte protestation est venue des chrétiens, qui ont bloqué la voie ferrée avec les cercueils des sept chrétiens assassinés et étaient déterminés à ne pas enterrer ces victimes tant que les plaintes n’avaient pas été enregistrées. On peut imaginer, s’il a fallu tant de difficultés pour porter plainte lors d’événements aussi graves, combien il est difficile pour les gens ordinaires d’obtenir l’enregistrement de leurs plaintes auprès de la police au Pakistan.

Tous ces actes de persécution et de terrorisme contre les chrétiens ont été commis au nom de la religion, sous la fausse accusation de profanation du Saint Coran.

Il faut noter l’existence des sections 295 B et 295 C du Code pénal pakistanais (« lois sur le blasphème »), qui prévoient la peine capitale automatique pour qui profane le nom de Mahomet, le prophète de l’islam, ou le Saint Coran.

Il est très facile de tuer quelqu’un au Pakistan en l’accusant de blasphème contre Mahomet ou de profanation du Saint Coran. Si quelqu’un est accusé de blasphème contre Mahomet ou le Saint Coran, il est sûr de mourir. Il sera lynché par la foule en colère, ou s’il parvient à prouver son innocence devant les tribunaux, il ne pourra vivre au Pakistan car un musulman fanatique peut le tuer.

Des centaines de personne sont derrière les barreaux au Pakistan à cause de ces lois, et il est intéressant de voir que la majorité d’entre elles sont musulmanes. Plus de quatre cents musulmans sont en prison en raison des sections 295 B et 295 C.

Dans le cas des chrétiens, si un chrétien est accusé, toute la communauté en souffre et encourt la colère publique. Tout le quartier chrétien est brûlé et totalement démoli du fait de cette accusation, qui s’est toujours révélée fausse jusqu’à présent. Il n’y a pas un seul chrétien qui ait profané le Saint Coran. Toutes les accusations contre les chrétiens étaient infondées.

Maintenant, que faut-il faire ? Trop, c’est trop. Les chrétiens du Pakistan demandent l’abrogation complète des sections 295 B et 295 C. Le gouvernement du Pakistan doit s’attaquer aux causes de ces événements.


Tous les évêques catholiques et protestants ont annoncé trois jours de deuil et tous les établissements chrétiens resteront fermés pendant trois jours, pour protester après les événements de Gojra. Dans de plusieurs villes, parmi lesquelles Lahore, Islamabad, Islamabad, Rawalpindi, Faisalabad, Karachi, Multan, Bahawalpur et Sargodha, des chrétiens ont protesté contre ces attaques et ont demandé la justice et la sécurité pour leur vie et leurs biens ; ils ont également demandé l’abrogation complète des lois sur le blasphème dans le pays.

De nombreux musulmans, accompagnés de chefs religieux parmi lesquels Maulana Abdul Khabir Azad, Grand Imam de la mosquée Badshahi de Lahore, ont condamné les attaques contre les chrétiens.

De tels événements pourraient naître d’une tentative concertée de créer des tensions entre chrétiens et musulmans et pour rendre vains les efforts de dialogue islamo-chrétien que nous menons depuis les dernières décennies.

Il pourrait également s’agir d’un acte volontaire de diffamation à l’égard de l’islam, pour créer un fossé entre islam et christianisme dans le monde entier.

Nous demandons aux organisations de défense des Droits de l’Homme dans le monde de prendre notes de cet événement et de s’adresser à notre gouvernement pour obtenir l’abrogation des lois sur le blasphème et la protection des chrétiens. Nous appelons également les chefs religieux et les artisans de paix à intervenir dans cette grave affaire pour pousser notre gouvernement à prévenir à l’avenir les persécutions contre les chrétiens et de telles attaques fanatiques, et pour que justice soit faite.

Fr James Channan OP
Prieur Vice-provincial
Vice-province dominicaine du Pakistan

Humanitarian update on Pakistan from United Nations sources
Revenir en haut Aller en bas
 
Penjab - Inde - Inondations en aout 2010 - Persecutions de Chretiens en aout 2009
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
À Toi PÈRE ÉTERNEL par les Saints Cœurs de JÉSUS , MARIE et JOSEPH.. :: ACTUALITES ET BRUITS DE CE MONDE QUI PASSE :: Actualités dans le Monde-
Sauter vers: