À Toi NOTRE PÈRE par les Saints Cœurs de JÉSUS, MARIE et JOSEPH..

Forum Catholique sous la protection de Saint Michel, faisant mémoire de Sylvie la fondatrice, Prières, Dévotions au Sacré Coeur, au Coeur Immaculé de Marie, au Coeur Chaste de Joseph et autres, Fidélité aux 3 Blancheurs et au Magistère de l'Eglise...
 
AccueilPortailS'enregistrerConnexion
Derniers sujets
» L’eucharistie, participation à la victoire définitive du Christ sur la mort
par Raphaël de l'Enfant Jésus Aujourd'hui à 10:51

» Bangladesh: un voyage sous le signe de la compréhension et du respect
par Raphaël de l'Enfant Jésus Aujourd'hui à 10:37

» ROSAIRE PERPÉTUEL
par Raphaël de l'Enfant Jésus Aujourd'hui à 10:28

» La petite fille des Équatoriens
par Raphaël de l'Enfant Jésus Aujourd'hui à 10:24

» Pensée du jour: Mon enfant, Je t'aime profondément! Accepte Mon Amour.
par Raphaël de l'Enfant Jésus Aujourd'hui à 9:58

» Prières
par Mea culpa Aujourd'hui à 6:00

» Santé : le pape invite le personnel soignant à vivre la « compassion »
par Raphaël de l'Enfant Jésus Hier à 20:54

» Journée mondiale des pauvres : passeports pour le paradis
par Raphaël de l'Enfant Jésus Hier à 20:44

» Pensée du jour: Mon enfant, demande-Moi de venir couper tes attaches au monde...
par Raphaël de l'Enfant Jésus Hier à 20:17

» Chapelet du mardi 21 novembre 2017 à Lourdes
par Raphaël de l'Enfant Jésus Hier à 20:06

» Prions le chapelet avec les témoins de la foi
par Lumen Hier à 20:00

» Prions pour et avec les malades
par Lumen Hier à 19:14

» Prier le "nouveau" Notre-Père
par Lumen Hier à 18:36

» Fraternels dans la ville
par Lumen Hier à 18:10

» Pour l'Avent: "Avec S. Augustin, désirer la venue du Seigneur"
par Lumen Hier à 17:45

» Les OUI offerts en ce jour, les nôtres et les vôtres, ont une dimension trinitaire
par Lumen Hier à 17:33

» Avec les doigts du coeur
par Lumen Hier à 17:03

» Donne-nous notre Pain de ce jour (Vie) : Parole de DIEU*
par Lumen Hier à 16:23

» Neuvaine de la Présentation de Marie au Temple
par Lumen Hier à 13:29

» Neuvaine au Christ Roi de l'Univers : Du 16 au 26 novembre
par Lumen Hier à 13:03

» !!! INFORMATIONS TRÈS IMPORTANTES PAR RAPPORT AU FORUM!!!
par Lumen Hier à 12:54

» Jésus disait...qu'il faut toujours prier
par Lumen Lun 20 Nov 2017 - 20:44

» La « sincère admiration » du pape pour le défunt cardinal Montezemolo
par Raphaël de l'Enfant Jésus Lun 20 Nov 2017 - 20:31

» Police routière et ferroviaire : une « mission » de grande valeur
par Raphaël de l'Enfant Jésus Lun 20 Nov 2017 - 20:18

» « Dans la tempête, je dors très bien. »
par Lumen Lun 20 Nov 2017 - 20:13

» Culture : tout ce qui est techniquement faisable n’est pas éthiquement acceptable
par Raphaël de l'Enfant Jésus Lun 20 Nov 2017 - 20:10

» Chapelet du lundi 20 novembre 2017 à Lourdes
par Raphaël de l'Enfant Jésus Lun 20 Nov 2017 - 19:56

» Prier le Notre Père avec saint Thomas d'Aquin
par Lumen Lun 20 Nov 2017 - 19:35

» Retraite de l'Avent du 2 au 25 décembre 2017 : Jésus, Lumière des nations
par Lumen Lun 20 Nov 2017 - 14:48

» Le vent souffle où il veut
par Lumen Lun 20 Nov 2017 - 13:37

» Ce miracle impensable a bel et bien eu lieu !
par Raphaël de l'Enfant Jésus Lun 20 Nov 2017 - 9:46

» Pensée du jour: Mon enfant, tu es sur le chemin de la grande transformation qui te conduit à la sainteté...
par Raphaël de l'Enfant Jésus Lun 20 Nov 2017 - 9:25

» Angélus : Dieu n’est pas un maître intolérant, mais un père plein d’amour
par Raphaël de l'Enfant Jésus Dim 19 Nov 2017 - 17:35

» Le chapelet, la prière que Notre Dame a le plus recommandée
par Raphaël de l'Enfant Jésus Dim 19 Nov 2017 - 17:22

» Notre Dieu est Dieu de Vie, et Il nous veut féconds.
par Lumen Dim 19 Nov 2017 - 16:29

» Une seule chandelle suffit
par Lumen Dim 19 Nov 2017 - 16:15

» Pensée du jour: Mon enfant, l'Amour que J'ai pour toi dépasse de beaucoup tes imperfections...
par Raphaël de l'Enfant Jésus Dim 19 Nov 2017 - 9:31

» Chapelet du samedi 18 novembre 2017 à Lourdes
par Raphaël de l'Enfant Jésus Sam 18 Nov 2017 - 18:51

» Prions aux intentions du Pape, défis de l'humanité
par Lumen Sam 18 Nov 2017 - 15:55

» Je bénirai le Seigneur ...
par Lumen Sam 18 Nov 2017 - 15:12

Qui est en ligne ?
Il y a en tout 18 utilisateurs en ligne :: 1 Enregistré, 1 Invisible et 16 Invités :: 2 Moteurs de recherche

Lumen

Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 264 le Jeu 27 Mar 2014 - 20:02

Partagez | 
 

 Les grandeurs de Marie par le Pere Louis-Francois d'Argentan, Franciscain

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Les grandeurs de Marie par le Pere Louis-Francois d'Argentan, Franciscain   Lun 6 Sep 2010 - 23:35

" Il semble que c'est vouloir porter de l'eau a la mer que de publier un livre sur les Grandeurs de la Sainte Vierge, puisque tout le monde en est rempli, et qu'il n'y a aucun sujet sur lequel ont ait plus parle et plus ecrit. Cependant, on peut affirmer qu'on n'en a encore presque rien dit, eu egard a ce qui s'en devrait dire ; c'est un abime dont on ne trouvera jamais le fond ; plus on y puise, plus on trouve a y puiser : le tresor des immenses richesses dont Dieu a rempli la Sainte Vierge est inepuisable.

...Saint Bernard dit expressement que c'est pour l'Amour de la Sainte Vierge que tout l'univers a ete cree. Tout au moins est-il certain que c;est a Marie qu;il doit la gloire de vois son Dieu, son Createur, l'Etre des etres, au nombre des parties qui le composent.

... Si l'homme renferme toutes les perfections naturelles des autres etre crees, Marie renferme toutes les perfections du monde surnaturel de la grace et, par-dessus tout cela, un comble de perfections comme infinies et de grandeurs comme incomprehensibles que tous les autres etres n'ont pas.

.. II O Tres Sainte Viere, je depose a vos pieds tout ce que je vais ecrire avant de l'exposer aux yeux de vos serviteurs.
=========================
Louis-François d'Argentan (1614-1680), Capucin, auteur de Conférences théologiques et spirituelles sur les Grandeurs de Dieu (1672), sur les Grandeurs de Jésus-Christ (1674), et sur les Grandeurs de la Sainte Vierge (1680), qui connaîtront de nombreuses rééditions.

Dans le second volume, on lit : "Vous avez dit, ô Jésus, que si une fois vous étiez élevé au-dessus de la terre, vous attireriez toutes choses à vous. Accomplissez votre promesse, arrachez-nous aux créatures et à nous-mêmes pour n'être attachés qu'à vous seul. L'amour a bandé son arc ; il a aiguisé ses flèches. En vous voyant les bras tendus et comme bandés sur la croix, je vois l'arc de l'amour, mais où donc est la flèche ? Ah ! je la vois tout au milieu, c'est votre Cœur tout embrasé de flammes sacrées. O Jésus, je la vois toute prête à partir, cette amoureuse flèche, déjà elle s'est ouvert un passage dans votre poitrine. Elancez-la, Seigneur, de toutes vos forces, visez droit mon misérable cœur, frappez-le une bonne fois de ce désirable coup qui le fasse mourir à lui-même, pour ne plus vivre qu'à vous seul…".

Il fait également publier à Paris en 1661, sous le titre Le Chrétien intérieur ou la conformité intérieure que doivent avoir les chrétiens avec Jésus-Christ, plusieurs manuscrits de Jean de Bernières (1602-1659), fondateur de l'Ermitage de Caen, qui fut en relation avec Jean Eudes et Marie des Vallées, et qui envoya au Canada en 1639 Marie de l'Incarnation. Bernières prôna l'oraison passive, l'Ermitage devint après sa mort un foyer d'illuminisme, et l'ouvrage d'Argentan fut condamné dans sa version italienne par décret de l'Inquisition en 1689.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Les grandeurs de Marie par le Pere Louis-Francois d'Argentan, Franciscain   Sam 29 Jan 2011 - 4:52

http://www.archive.org/stream/lechrestieninter00bern#page/n11/mode/2up

sous ce lien, une lecture qui ne peut que nous etre benefique
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Les grandeurs de Marie par le Pere Louis-Francois d'Argentan, Franciscain   Sam 29 Jan 2011 - 4:55

Le Chrestien interieur : ou, La conformité interieure que doivent avoir les Chrestiens avec Jesus-Christ : divisé en huit heures, qui contiennent des sentimens tout divins - Bernières Louvigny, Jean de, 1602-1659


ce livre est peut-etre long... et nous ne voulons pas consacrer trop de temps a Notre Seigneur

nous avons tellement d'autres occupations plus importantes !!!

alors peut-etre une autre lecture
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Les grandeurs de Marie par le Pere Louis-Francois d'Argentan, Franciscain   Sam 29 Jan 2011 - 5:00


SUPPLIQUE DE L'AUTEUR à Jésus et Marie

Mon très Aimant Rédempteur et Seigneur Jésus-Christ, moi votre misérable serviteur, sachant combien réjouissent votre coeur ceux qui s'efforcent de glorifier votre très sainte Mère, que vous aimez tant, et que vous désirez si vivement de voir aimée et honorée de tout le monde, j'ai formé le dessein de publier ce livre qui traite de ses gloires. Or, je ne sais à qui je pourrais mieux recommander qu'à vous-même, puisque vous avez tant à coeur la gloire de cette auguste Mère. C'est donc à vous que je le dédie et le recommande. Daignez agréer ce faible hommage de mon amour pour vous et pour votre Mère chérie ; protégez-le ; remplissez ceux qui le liront d'une pleine confiance et d'un amour ardent envers cette Vierge Immaculée, en qui vous avez placé l'espérance et le refuge de toutes les âmes rachetées par vous. Et, pour récompense de mon humble travail, je vous prie de m'accorder autant d'amour envers Marie que j'ai voulu en allumer par cet ouvrage dans le coeur de tous mes lecteurs.
Je m'adresse aussi à vous, ô ma douce Souveraine et ma tendre Mère, Marie. Après Jésus, vous le savez, c'est en vous que j'ai mis toute l'espérance de mon salut éternel ; car, tout mon bien, ma conversion, ma vocation à quitter le monde, et toutes les autres grâces que j'ai reçues de Dieu, je m'en reconnais redevable à votre intercession.
Vous savez aussi que, pressé de vous voir aimée de tous les hommes comme vous le méritez, et de vous donner quelque marque de ma gratitude pour les bienfaits que vous m'avez prodigués, j'ai cherché sans cesse, en public et en particulier, à vous faire connaître en tous lieux et à inspirer à tous le goût des douces et salutaires pratiques de votre culte.
J'espère continuer ainsi jusqu'à mon dernier souffle ; mais mon âge déjà avancé et ma santé affaiblie m'avertissent que j'entrerai bientôt dans l'éternité ; c'est pourquoi j'ai voulu, avant de mourir, laisser au monde ce livre, afin qu'après moi il continue à vous louer et à porter aussi les autres à publier vos gloires et votre grande bonté envers vos dévots serviteurs.
Ma bien-aimée Reine ! j'ai la confiance que ce pauvre don, quoique si inférieur à votre mérite, ne laissera pas d'être agréable à votre coeur généreux, car c'est un don tout d'amour.
Étendez donc cette main si douce qui m'a délivrée du monde et de l'enfer, acceptez mon livre et protégez-le comme une chose qui vous appartient. Mais sachez que j'attends de vous, pour cette légère offrande, une récompense : faites que désormais je vous aime plus ardemment, et que chacun de ceux entre les mains de qui parviendra cet ouvrage, s'embrase d'amour pour vous ;
qu'il sente aussitôt croître en lui le désir de vous aimer et de vous voir aimer aussi des autres, et qu'en conséquence il s'emploie de tout coeur à publier vos louanges et à augmenter autant qu'il le pourra chez les autres la confiance en votre puissante intercession. Ainsi j'espère, ainsi soit-il.
ALPHONSE DE LIGUORI, du Très Saint Rédempteur.
INTRODUCTION qu'il est nécessaire de lire
Mon cher Lecteur, et mon frère en Marie, puisque la dévotion qui m'a porté à écrire et qui vous porte maintenant à lire ce livre, nous rend tous deux heureux enfants de cette bonne Mère, si vous entendez dire que je pouvais m'épargner ce travail, vu qu'il existe déjà tant d'ouvrages savants et renommés sur le même sujet, répondez, je vous prie, par les paroles de l'abbé Francon, dans la Bibliothèque des Pères : « La louange de Marie est une source tellement abondante, que, plus on la dilate, plus elle se remplit, et, plus on la remplit, plus elle se dilate. » En d'autres termes, cette bienheureuse Vierge est si grande et si sublime, que, plus on célèbre ses louanges, plus on trouve de nouveaux sujets de la louer. Et, selon la pensée de saint Augustin, quand même tous les membres des hommes se changeraient en autant de langues, ces langues, si nombreuses fussent-elles, ne sauraient la louer autant qu'elle le mérite.
J'ai vu, il est vrai, une quantité innombrable de livres, grands et petits, qui traitent des gloires de Marie ; mais, considérant qu'ils sont ou fort rares ou trop volumineux ou peu conformes à mon dessein, j'ai pris à tâche d'extraire de tous les auteurs que j'ai pu avoir en main, et d'exposer brièvement, comme on le verra dans cet ouvrage, ce qu'il y a de plus exquis et de plus substantiel dans les sentiments des Pères et des théologiens. Mon désir a été que les personnes pieuses puissent avoir à peu de frais un livre d'un usage facile et propre à leur inspirer un ardent amour envers Marie ; et les prêtres, des matériaux pour des prédications tendant à favoriser le progrès du culte de cette divine Mère.
On est naturellement porté à parler souvent et à faire l'éloge des personnes qu'on aime, afin de voir l'objet de ses affections estimé et loué aussi des autres ; il faut donc supposer bien faible l'amour de ceux qui, tout en se glorifiant d'aimer Marie, pensent peu à parler d'elle et à la faire aimer des autres. Bien différente est la conduite de ceux qui aiment véritablement cette très aimable Dame : ils voudraient publier ses louanges en tout lieu et la voir aimée de tout le monde ; aussi, chaque fois qu'ils le peuvent, soit en public, soit en particulier, ils tâchent de communiquer à tous les coeurs les heureuses flammes dont ils se sentent embrasés envers leur bien-aimée Reine.
Pour se persuader du bien qu'on se fait à soi-même, et qu'on procure aux peuples, en propageant la dévotion envers Marie, il est bon d'entendre ce qu'en disent les docteurs. Selon saint Bonaventure, ceux qui s'emploient à publier les gloires de Marie, sont assurés du paradis ; ce que confirme Richard de Saint-Laurent, en disant qu'honorer la Reine des Anges est la même chose que faire l'acquisition de la vie éternelle ; car, ajoute-t-il, cette Dame pleine de gratitude ne manquera pas d'honorer dans l'autre monde ceux qui ont soin de l'honorer dans celle-ci. Et qui d'ailleurs ignore cette promesse de Marie elle-même à ceux qui s'attachent à la faire connaître et aimer sur la terre : Ceux qui me font connaître auront la vie éternelle. Ces paroles, la sainte Église les applique à Marie, dans l'office de son Immaculée Conception. - Réjois-toi donc, mon âme, s'écriait saint Bonaventure, qui a déployé tant de zèle à publier les grandeurs de Marie ; tressaille de joie en elle ; car des biens sans nombre sont réservés à ceux qui la glorifient. Et, puisque les saintes Écritures, ajoute un autre auteur, sont remplies des louanges de Marie, ne cessons pas de célébrer de coeur et de bouche cette divine Mère, afin qu'un jour elle nous conduise au royaume des Bienheureux.
Le bienheureux Héming, évêque, avait coutume de commencer ses sermons par les louanges de Marie. La sainte Vierge apparut un jour à sainte Brigitte, et lui parla ainsi : « Dites à ce prélat qui a coutume de commencer ses sermons par mes louanges, que je veux lui servir de mère, que je présenterai son âme à Dieu, et qu'il fera une bonne mort ». En effet, il mourut saintement, en priant, et dans une paix céleste. - On rapporte ainsi d'un religieux dominicain, qui terminait ses sermons en parlant de Marie, qu'elle lui apparut au moment de sa mort, le défendit contre les démons, le fortifia, et conduisit elle-même dans le ciel son âme bienheureuse. - Le dévot Thomas a Kempis présente Marie recommandant à son divin Fils ceux qui publient ses kouanges, et la fait ainsi parler : O mon Fils, ayez pitié d'une âme qui m'a aimée et glorifiée.
Pour ce qui concerne l'utilité que retire le peuple de la prédication des gloires de la divine Mère, saint Anselme affirme que, l'auguste sein de Marie étant la voie par laquelle le Fils de Dieu est venu ici-bas sauver les pécheurs, il ne peut se faire que la prédication des louanges de Marie n'amène pas les pécheurs à se convertir et à se sauver. Et s'il est vrai, comme je le pense, s'il est même indubitable, comme je le prouverai au Chapitre Ve de cet ouvrage, que toutes les grâces nous sont disposées uniquement par les mains de Marie, et que tous ceux qui se sauvent, ne sont sauvés que par l'entremise de cette divine Mère, on peut dire, par une conséquence nécessaire, que le salut de tous les hommes est attaché à la prédication des grandeurs de Marie, et de la confiance en son intercession. Et c'est par ce moyen, on le sait, que saint Bernardin de Sienne sanctifia l'Italie, et que saint Dominique convertit tant de provinces. Saint Louis Bertrand ne prêchait jamais sans exhorter la dévotion envers Marie ; il en est de même pour beaucoup d'autres.
Le Père Paul Segneri le Jeune, célèbre missionnaire, faisait dans toutes ses missions un sermon sur la dévotion à Marie,et il l'appelait son sermon favori. Et nous qui, dans nos missions, avons pour règle invariable de ne jamais ommettre le sermon sur la sainte Vierge, nous pouvons attester en toute vérité qu'aucun discours, pour l'ordinaire, n'excite autant la componction, et ne produit autant de fruit que le sermon sur la miséricorde de Marie. Je dis : " Sur la MISÉRICORDE de Marie " ; car, selon saint Bernard, nous louons, il est vrai, son humilité, nous admirons sa virginité ; mais, parce que nous sommes de pauvres pécheurs, ce qui nous touche et nous attire davantage, c'est d'entendre parler de sa miséricorde ; et certes, c'est sa miséricorde que nous embrassons le plus affectueusement, que nous nous rappelons le plus souvent, et que nous invoquons le plus fréquemment.
Voilà pourquoi, dans cet ouvrage, laissant à d'autres le soin de décrire les autres prérogatives de Marie, je me suis principalement attaché à parler de sa grande miséricorde et de sa puissante intercession. Dans ce dessein, j'ai recueilli, autant qu'il m'a été possible par un travail de plusieurs années, tout ce que les saints Pères et les auteurs le plus célèbres ont dit de la miséricorde et de la puissance de Marie ; et comme cette miséricorde et cette puissance de la bienheureuse Vierge se trouvent merveilleusement caractérisées dans la magnifique antienne Salve Regina, que l'Église a elle-même approuvée et donnéee à réciter pendant la majeure partie de l'année à tout le clergé, régulier et séculier, j'ai entrepris d'expliquer cette dévote prière.
Pieux Lecteur, si vous agréez mon travail, comme je l'espère, je vous prie de me recommander à la sainte Vierge, afin qu'elle me donne une grande confiance en sa protection ; et si vous me faites la charité de demander pour moi cette grâce, qui que vous soyez, je vous promets de la demander aussi pour vous. Oh ! heureux celui qui s'attache fortement, par l'amour et la confiance, à ces deux ancres de salut, Jésus et Marie ! Certainement, il ne périra point ! Disons donc, mon cher Lecteur, et répétons l'un et l'autre du fond de notre coeur, avec le dévot Alphonse Rodriguez : Jésus et Marie, doux objets de mes amours ! que je souffre pour vous, que je meure pour vous, que je soit tout à vous, et plus aucunement à moi-même. Aimons Jésus et Marie, et tâchons de nous sanctifier ; c'est la plus grande fortune à laquelle nous puissions aspirer. Adieu ! au revoir dans le paradis, aux pieds de cette tendre Mère et de Fils si aimant, pour les louer, les remercier, et les aimer ensemble, en jouissant de leur douce présence pendant toute l'éternité ! Amen.





Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Les grandeurs de Marie par le Pere Louis-Francois d'Argentan, Franciscain   Sam 29 Jan 2011 - 5:01

PRIERE A LA BIENHEUREUSE VIERGE
pour obtenir une bonne mort.
O Marie, doux refuge des malheureux pécheurs, quand mon âme devra sortir de ce monde, je vous en supplie, ma très douce Mère, par la douleur que vous ressentîtes en voyant votre Fils qui se mourrait sur la Croix, assistez-moi alors de votre miséricorde, Éloignez de moi les ennemis infernaux, et venez vous-même recueillir mon âme, pour la présenter au juge éternel. Ma souveraine, ne m'abandonnez pas.
Vous devez être, après Jésus, mon appui dans ce moment redoutable. Priez votre Fils de m'accorder dans sa bonté la faveur de mourir en embrassant vos pieds, et d'exhaler mon âme dans ses saintes plaies, en disant : Jésus et Marie, je vous donne mon coeur et mon âme !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Les grandeurs de Marie par le Pere Louis-Francois d'Argentan, Franciscain   Sam 29 Jan 2011 - 5:03

allons-nous, un jour certain, reciter cette Priere ??

si nous n'avons pas su LES Aimer et LES honorer ??

aurons-nous l'impudeur de crier et gemir et quemander ???
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Les grandeurs de Marie par le Pere Louis-Francois d'Argentan, Franciscain   Sam 29 Jan 2011 - 5:07

PRIÈRE
O Marie, Mère de mon Dieu et ma souveraine Maîtresse, tel que se présenterait à une grande reine un misérable tout couvert de plaies et de souillures, tel je me présente à vous, qui êtes la Reine du ciel et de la terre ; du haut de ce trône glorieux où vous êtes assise, ne dédaignez pas, je vous en supplie, d'abaisser vos regards sur ce pauvre pécheur,
Dieu vous a rendue riche comme vous l'êtes, pour que vous secouriez les pauvres, et il vous a établie Reine de miséricorde pour vous mettre à même de soulager les misérables L regardez-moi donc, et prenez compassion de moi ; regardez-moi et ne m'abandonnez pas que vous ne m'ayez changé de pécheur en saint.
Je reconnais que je ne mérite rien, ou plutôt, en punition de mon ingratitude, je mériterais de me voir dépouillé de toutes les grâces qui me sont venues du Seigneur par votre entreprise ; heureusement, la Reine de miséricorde, ne va pas cherchant des mérites, mais des misères ; tout son désir est de scourir les nécessiteux ; et qui est plus pauvre et plus nécessiteux que moi ?
O glorieuse Vierge, je sais que vous êtes la Reine du monde, et par conséquent ma Reine ; je veux me consacrer à votre service d'une manière plus spéciale, et vous laisser disposer de moi comme il vous plaît. Je vous dis donc avec saint Bonaventure : Gouvernez-moi, ô ma Reine, et ne me laissez pas à moi-même ; commandez-moi, employez-moi selon votre gré, et même châtiez-moi, quand je ne vous obéis point ; oh ! combien me seront salutaires les châtiments de votre main ! J
'estime plus l'honneur de vous servir que celui de commander à toute la terre.
JE SUIS A VOUS, SAUVEZ-MOI.
Recevez-moi au nombre des vôtres, ô Marie, et, comme tel, pensez à me sauver. Non, je ne veux plus m'appartenir à moi-même, je me donne à vous !
Et si dans le passé, je vous ai mal servie, ayant laissé échapper tant d'occasions de vous honorer, je veux désormais m'unir à vos serviteurs les plus affectionnés et les plus fidèles.
Je ne veux pas qu'à partir de ce jour personne vous honore et vous aime plus que moi, ô mon aimable Reine. Je vous le promets et cette promesse, j'espère la tenir avec votre secours. Amen.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Les grandeurs de Marie par le Pere Louis-Francois d'Argentan, Franciscain   Sam 29 Jan 2011 - 5:13

Je suis la Mère du bel amour, dit Marie.
Elle parle ainsi, observe un auteur, parce que son amour pour nos âmes les rend belles aux yeux de Dieu, et l'engage elle-même à nous adopter avec toute la tendresse d'une mère. Et quelle mère, s'écrie saint Bonaventure, quelle mère aune ses enfants et prend soin de leur bien-être, comme vous, ô très douce Reine, vous nous aimez et veillez sur tous nos intérêts ? Heureux ceux qui vivent sous la protection d'une Mère si aimante et si puissante !
.................................
O Mère pleine de tendresse ! ô Mère pleine de bonté ! soyez à jamais bénie ! et béni soit à jamais le Dieu qui vous a donnée à nous pour Mère, et pour refuge assuré contre tous les hasards de cette vie !
.......................................
Courage donc, ô vous qui êtes les enfants de Marie ; et nous savons qu'elle reçoit pour ses enfants tous ceux qui désirent l'être ; courage et confiance ! Pouvez-vous craindre de périr, défendus et protégés comme vous l'êtes par une telle Mère ?
.........................
Écoutons donc la voix de notre Mère, qui nous appelle : Si quelqu'un est petit et faible comme un enfant, nous crie-t-elle, qu'il vienne à moi. Les enfants ont toujours à la bouche le nom de leur mère ; et, dans tous les dangers qui les menacent, à la moindre crainte qui les saisit, on les entend aussitôt s'écrier : Ma mère ! ma mère !
- Ah ! douce Marie, ah ! douce Mère, c'est là précisément ce que vous désirez que, comme vos enfants, nous vous appelions à notre secours dans tous les périls, parce que vous voulez nous protéger et nous sauver, ainsi que vous avez toujours fait quand vos enfants ont eu recours à vous.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Les grandeurs de Marie par le Pere Louis-Francois d'Argentan, Franciscain   Sam 29 Jan 2011 - 5:16

PRIÈRE
O Marie, ma très sainte Mère, comment est-il possible qu'ayant une Mère si sainte, je sois si pervers ; qu'ayant une Mère si embrasée d'amour pour Dieu, je sois si attaché aux créature ; qu'ayant une Mère si riche de vertus, j'en sois si dénué ?
Ah ! ma très aimable Mère, il est vrai, je ne mérite plus d'être appelé votre enfant, je m'en suis rendu trop indigne par ma mauvaise vie ; je serai content si vous daignez me recevoir au nombre de vos serviteurs ; pour être compté parmi les derniers de vos serviteurs, bien volontiers je donnerais tous les royaumes de a terre. Oui, je serai content, si vous m'accordez cette grâce ; cependant, ne me refusez pas celle de vous appeler ma Mère ; ce nom me console, me touche le coeur, et me rappelle l'obligation où je suis de vous aimer ; ce nom m'inspire une grande vonfiance en vous ; quand le souvenir de mes péchés et de la justice divine me remplit de terreur, je me sens fortifié et tout rassuré par la pensée que vous êtes ma Mère.
Permettez-moi donc de vous dire :
Ma Mère, ma très aimable Mère !
C'est ainsi que je vous appelle et veux toujours vous appeler. Après Dieu, vous devez être en tout temps dans cette vallée de larmes, mon espérance, mon refuge et mon amour. J'espère mourir dans ces sentiments, en remettant, à mon dernier soupir, mon âme entre vos mains bénies, et en vous disant :
Ma Mère Marie, Marie ma Mère ! assistez-moi, ayez compassion de moi, Amen.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Les grandeurs de Marie par le Pere Louis-Francois d'Argentan, Franciscain   Sam 29 Jan 2011 - 5:20

lisez et constatez comme DIEU est Grand et Bon
pour nous avoir donne de si BEAUX SAINTS
qui ont pris la peine, meme peu de temps avant leur depart vers la LUMIERE CELESTE
pour mettre par ecrit ces Paroles, qui nous engagent a sauver notre ame...
qui peut penser que DIEU n'ait pas voulu qu'IL EN SOIT AINSI !!
Un peu de courage suffit pour mieux Aimer notre tres Sainte Mere,
quand nous savons tous les bienfaits que nous retirerons de Son Amour,
nous qui ne sommes pas capables de l'Aimer comme ELLE nous Aime,
ELLE qui nous donne sans compter, sans rien attendre de nous,
juste un peu d'humilite et de charite
pour ne pas faire souffrir plus encore SON DIVIN FILS.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les grandeurs de Marie par le Pere Louis-Francois d'Argentan, Franciscain   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les grandeurs de Marie par le Pere Louis-Francois d'Argentan, Franciscain
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
À Toi NOTRE PÈRE par les Saints Cœurs de JÉSUS, MARIE et JOSEPH.. :: LIVRES, FILMS, EXPOSITIONS, ART...-
Sauter vers: