À Toi PÈRE ÉTERNEL par les Saints Cœurs de JÉSUS , MARIE et JOSEPH..

Forum Catholique sous la protection de Saint Michel, faisant mémoire de Sylvie la fondatrice, Prières, Dévotions au Sacré Coeur, au Coeur Immaculé de Marie, au Coeur Chaste de Joseph et autres, Fidélité aux 3 Blancheurs et au Magistère de l'Eglise...
 
AccueilPortailS'enregistrerConnexion
Derniers sujets
» ROSAIRE PERPÉTUEL
Aujourd'hui à 6:37 par Mea culpa

» Prières
Aujourd'hui à 6:15 par Mea culpa

» Pape François, audience : proximité et prière du pape après le séisme
Hier à 22:28 par Raphaël de l'Enfant Jésus

» Chapelet du mercredi 20 septembre 2017 à Lourdes
Hier à 22:16 par Raphaël de l'Enfant Jésus

» Donne-nous notre Pain de ce jour (Vie) : Parole de DIEU*
Hier à 21:59 par Lumen

» Femmes dans les actes des apôtres - Femmes de la Bible - Père Georges Henri Pérès
Hier à 20:23 par Lumen

» Catéchèse du pape Benoît XVI : Psaume 136 (135) La mémoire de la bonté du Seigneur fortifie l'espérance
Hier à 20:13 par Lumen

» Prier avec le Frère Charles de Foucauld
Hier à 18:48 par Lumen

» À Genoux devant TOI...
Hier à 18:12 par Lumen

» La charité du sourire
Hier à 15:40 par Lumen

» Consécration aux Cœurs de Jésus et Marie pour Notre Dame de Fatima
Hier à 14:59 par Lumen

» Prière de libération durant 3 semaines
Hier à 14:36 par Lumen

» Répondre à la demande de notre pape François lors de l'Eucharistie
Hier à 14:25 par Lumen

» Dieu, mon chemin
Mar 19 Sep 2017 - 15:53 par Lumen

» Lectio Divina : Dimanche XXV du Temps Ordinaire - Année A
Mar 19 Sep 2017 - 15:10 par Lumen

» Jésus est sensible, il est compassion, il ne demeure pas sur un trône loin de nous.
Mar 19 Sep 2017 - 13:17 par Lumen

» Adorer en esprit et en vérité
Mar 19 Sep 2017 - 1:30 par Lumen

» Je vous souhaite du temps pour vivre
Lun 18 Sep 2017 - 21:25 par Lumen

» Chapelet du lundi 18 septembre 2017 à Lourdes
Lun 18 Sep 2017 - 20:14 par Raphaël de l'Enfant Jésus

» La Fête des stigmates de saint François
Lun 18 Sep 2017 - 19:47 par Lumen

»  Sainte Hildegarde de Bingen, vierge et abbesse du Mont Saint-Rupert. 1179.
Lun 18 Sep 2017 - 18:22 par Lumen

» La mission d'Ézéchiel
Lun 18 Sep 2017 - 16:31 par Lumen

» Devenir l'ami du Saint Esprit avec Père Pierre Aguila (Fraternité Missionnaire Jean-Paul II)
Lun 18 Sep 2017 - 15:40 par Lumen

» Demande à Marie, de vivre ce "Oui Père, Oui frères", comme Elle l'a vécu.
Lun 18 Sep 2017 - 15:00 par Lumen

» Angélus : «S’ouvrir à la possibilité de pardonner»
Lun 18 Sep 2017 - 9:38 par Raphaël de l'Enfant Jésus

» Pensée du jour: Mon enfant, deviens 'Amour'!
Lun 18 Sep 2017 - 9:05 par Raphaël de l'Enfant Jésus

» un regard plein d'amour
Lun 18 Sep 2017 - 1:41 par Lumen

» Cardinal Caffarra, un témoin de l’espérance
Dim 17 Sep 2017 - 20:48 par Lumen

» Chapelet du dimanche 17 septembre 2017 à Lourdes
Dim 17 Sep 2017 - 20:16 par Raphaël de l'Enfant Jésus

» L’Iconographie et la foi chrétienne
Dim 17 Sep 2017 - 20:00 par Lumen

Qui est en ligne ?
Il y a en tout 11 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 11 Invités :: 2 Moteurs de recherche

Aucun

Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 264 le Jeu 27 Mar 2014 - 20:02

Partagez | 
 

 Laurent Gaudé a eu le prix Goncourt pour Sous le soleil des Scorta en 2004. Tous les deux ans à peu près, il remet ça, avec un nouveau roman où le lyrisme est toujours au rendez-vous.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Laurent Gaudé a eu le prix Goncourt pour Sous le soleil des Scorta en 2004. Tous les deux ans à peu près, il remet ça, avec un nouveau roman où le lyrisme est toujours au rendez-vous.   Mar 7 Sep 2010 - 0:04

je n'ai pas lu ce livre, je ne peux pas tout lire, je ne peux pas tout acheter, et j'ai d'ailleurs, chez moi, encore beaucoup a lire ou a relire..

mais ne serait-ce que pour cette phrase

“tu comprends, une chose à laquelle je suis fidèle et ça t’efface, ça efface chacun d’entre vous, et le whisky, et les clopes aussi, parce que c’est en moi et que je le tiens là“. Et elle tape sur son coeur ..."

nous, nous comprenons, car c'est DIEU qui tient cette place dans notre coeur, c'est a LUI que nous sommes fideles

et j'ai grande confiance en l'auteur de l'article

et j'ai grande confiance en ce blogue
http://ab2t.blogspot.com/

Laurent Gaudé a eu le prix Goncourt pour Sous le soleil des Scorta en 2004. Tous les deux ans à peu près, il remet ça, avec un nouveau roman où le lyrisme est toujours au rendez-vous.

Nous sommes à la Nouvelle-Orléans. Un typhon arrive. Tout le monde va tout perdre et chacun se retrouvera avec ce qui résiste à l’ouragan, avec ce que l’on conserve envers et contre tout, avec ce que l’on emporte jusque dans la mort: sa fidélité. L’exergue, citation de cet admirable écrivain qu’est le Hongrois Sandor Maraï, indique clairement le propos du livre: « Lorsque tout est achevé, on répond avec l’ensemble de sa vie aux questions que le monde vous a posées. Les questions auxquelles il faut répondre sont: Qui es-tu? Qu’as-tu fait? A qui es-tu resté fidèle? » Dans l’éternel dilemme entre être et avoir, Laurent Gaudé choisit l’être.

Chacun des héros de ce livre représente une forme de fidélité, exacerbée par la tempête et par l’atmosphère de fin du monde, où l’eau des digues qui s’effondrent remplacerait le feu promis aux damnés. Il y a des fidélités épouvantables, celle des bandits échappés du bagne, qui, s’étant rendus à l’armurerie abandonnée, ont tout ce qu’il faut et tuent… pour tuer. Ne sont-ils pas fidèles à eux-mêmes ainsi? Il y a le révérend aumônier de la prison, qui est devenu complètement fou après avoir vu monter les alligators dans les rues de la ville et qui, désormais, veut tuer comme Dieu tue et participer à la purification de la vil le. Un cas clinique de fanatisme humanitaire! Il y a la vieille Négresse Joséphine, fidèle à sa négritude, envers et contre tous, « sac d’os » hors d’usage, qui ne peut pas s’empêcher de rester en vie: c’est comme ça. Et puis il y a les amants qui se retrouvent à la faveur de l’ouragan…

Mais ne déflorons pas cette jolie fable sur la condition humaine, ce petit traité de la nécessité des ouragans… Retenons simplement cette confidence dans un claque. « Une fille aux seins lourds » livre son secret à Keanu Burns, le héros théâtral de cette histoire de vérité: il y a, lui dit-elle, « quelque chose que tu ne peux pas imaginer, et ça me rend forte et belle, parce que tu ne pourras jamais l’atteindre ». Elle continue à parler et c’est comme une révélation pour lui, il est stupéfait et boit ses paroles, « “tu comprends, une chose à laquelle je suis fidèle et ça t’efface, ça efface chacun d’entre vous, et le whisky, et les clopes aussi, parce que c’est en moi et que je le tiens là“. Et elle tape sur son coeur et il se met à rire ».

La fidélité qu’évoque Laurent Gaudé est horrible quand elle est simplement une fidélité à soi et à son image; fidélité des bagnards, fi délité du révérend: les deux extrêmes se touchent dans la même folie. Mais les gens ordinaires, qui ne se prennent pas pour ce qu’ils ne sont pas, ont des fidélités qui les dépassent, fidélité cachée au fond du coeur, qui, les sortant d’eux-mêmes, d’une manière ou d’une autre les sauve.

Il faut reconnaître que pour un homme comme Laurent Gaudé, qui fait profession de n’avoir aucune religion, sa manière d’évoquer une moderne descente aux enfers dans son roman précédent, La Porte des enfers (2008), avait paru… pour le moins étrange. Cette fois, cette histoire d’ouragan et de simulation pour de vrai d’une fin du monde doit avoir quelque chose de franchement agaçant pour la bien-pensance matérialiste et consumériste. Mais qu’importe! N’hésitons pas à le suivre. Même s’il ne sait sans doute pas lui-même où il nous mène, son périple littéraire est certainement l’un des plus vrais que puisse nous offrir la littérature française actuelle.

Joël Prieur
--------------------------------------------------------------------------------
Laurent Gaudé, Ouragan, éd. Actes sud, 192 pp., 23 euros port compris. Commande à : Minute, 15 rue d’Estrées, 75007 Paris.
Revenir en haut Aller en bas
 
Laurent Gaudé a eu le prix Goncourt pour Sous le soleil des Scorta en 2004. Tous les deux ans à peu près, il remet ça, avec un nouveau roman où le lyrisme est toujours au rendez-vous.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
À Toi PÈRE ÉTERNEL par les Saints Cœurs de JÉSUS , MARIE et JOSEPH.. :: LIVRES, FILMS, EXPOSITIONS, ART...-
Sauter vers: