À Toi NOTRE PÈRE par les Saints Cœurs de JÉSUS, MARIE et JOSEPH..

Forum Catholique sous la protection de Saint Michel, faisant mémoire de Sylvie la fondatrice, Prières, Dévotions au Sacré Coeur, au Coeur Immaculé de Marie, au Coeur Chaste de Joseph et autres, Fidélité aux 3 Blancheurs et au Magistère de l'Eglise...
 
AccueilPortailS'enregistrerConnexion
Derniers sujets
» Le Dogme du Purgatoire illustré par des Faits et des Révélations Particulières: 2ème partie: Chapitre 63
par Raphaël de l'Enfant Jésus Aujourd'hui à 17:13

» Pensée du jour: Mon enfant, les événements qui se présentent à toi sont des moyens...
par Raphaël de l'Enfant Jésus Aujourd'hui à 16:50

» Comment l’humanité a été préparée à l’incarnation
par Raphaël de l'Enfant Jésus Aujourd'hui à 16:45

» Le bon sens des bernaches
par Raphaël de l'Enfant Jésus Aujourd'hui à 16:37

» Prières
par Mea culpa Aujourd'hui à 6:06

» *LE SAINT ROSAIRE PERPÉTUEL*
par Mea culpa Aujourd'hui à 6:00

» Chapelet du mardi 20 novembre 2018 à Lourdes
par Raphaël de l'Enfant Jésus Hier à 20:40

» Le Dogme du Purgatoire illustré par des Faits et des Révélations Particulières: 2ème partie: Chapitre 62
par Raphaël de l'Enfant Jésus Hier à 17:01

» Pensée du jour: Mon enfant, le temps est à la prière, l'adoration et la pratique des Sacrements.
par Raphaël de l'Enfant Jésus Hier à 16:43

» « À Lourdes, la foi a été ajoutée à notre boussole »
par Raphaël de l'Enfant Jésus Hier à 16:33

» Un peu de temps sur Terre
par Raphaël de l'Enfant Jésus Hier à 16:25

» Chapelet du lundi 19 novembre 2018 à Lourdes
par Raphaël de l'Enfant Jésus Lun 19 Nov 2018 - 20:13

» Le Dogme du Purgatoire illustré par des Faits et des Révélations Particulières: 2ème partie: Chapitre 61
par Raphaël de l'Enfant Jésus Lun 19 Nov 2018 - 10:20

» Pensée du jour: Mon tout-petit, Ma toute-petite, il n'y a pas de plus grand bonheur pour Moi que de pouvoir déverser Mon Amour...
par Raphaël de l'Enfant Jésus Lun 19 Nov 2018 - 10:06

» Comment Marie sauva l’Église en Égypte (II)
par Raphaël de l'Enfant Jésus Lun 19 Nov 2018 - 10:00

» La source qui jaillit
par Raphaël de l'Enfant Jésus Lun 19 Nov 2018 - 9:47

» Chapelet du dimanche 18 novembre 2018 à Lourdes
par Raphaël de l'Enfant Jésus Dim 18 Nov 2018 - 19:52

» Le Dogme du Purgatoire illustré par des Faits et des Révélations Particulières: 2ème partie: Chapitre 60
par Raphaël de l'Enfant Jésus Dim 18 Nov 2018 - 17:49

» Angélus: la limite, la responsabilité, la miséricorde
par Raphaël de l'Enfant Jésus Dim 18 Nov 2018 - 17:06

» Pensée du jour: Mon tout-petit, Ma toute-petite, jamais Je ne me lasse de recevoir des demandes...
par Raphaël de l'Enfant Jésus Dim 18 Nov 2018 - 16:55

» Comment Marie sauva l’Église en Égypte (I)
par Raphaël de l'Enfant Jésus Dim 18 Nov 2018 - 16:49

» Regarde
par Raphaël de l'Enfant Jésus Dim 18 Nov 2018 - 16:36

» Chapelet du samedi 17 novembre 2018 à Lourdes
par Raphaël de l'Enfant Jésus Sam 17 Nov 2018 - 20:48

» Le Dogme du Purgatoire illustré par des Faits et des Révélations Particulières: 2ème partie: Chapitre 59
par Raphaël de l'Enfant Jésus Sam 17 Nov 2018 - 16:52

» Pensée du jour: Mon enfant, prends le temps d'accueillir l'Amour. C'est le temps le plus précieux pour toi.
par Raphaël de l'Enfant Jésus Sam 17 Nov 2018 - 16:33

» Quand tout un peuple redit sa confiance en Marie
par Raphaël de l'Enfant Jésus Sam 17 Nov 2018 - 16:24

» Chercher Dieu
par Raphaël de l'Enfant Jésus Sam 17 Nov 2018 - 16:12

» Chapelet du vendredi 16 novembre 2018 à Lourdes
par Raphaël de l'Enfant Jésus Ven 16 Nov 2018 - 20:44

» Le Dogme du Purgatoire illustré par des Faits et des Révélations Particulières: 2ème partie: Chapitre 58
par Raphaël de l'Enfant Jésus Ven 16 Nov 2018 - 17:15

» Pensée du jour: Mon enfant, avance, et au fur et à mesure que tu avanceras, les barrières tomberont...
par Raphaël de l'Enfant Jésus Ven 16 Nov 2018 - 17:00

» « Chaque fois que tu auras paru me délaisser pour saluer ma Mère, je te récompenserai »
par Raphaël de l'Enfant Jésus Ven 16 Nov 2018 - 16:56

» Celui qui attend
par Raphaël de l'Enfant Jésus Ven 16 Nov 2018 - 16:45

» Pensée du jour: Enfant bien-aimé du Père, demeure fidèle à répondre aux appels que Je dépose dans ton cœur...
par Raphaël de l'Enfant Jésus Ven 16 Nov 2018 - 16:39

» Quand verrons-nous la douce Marie ?
par Raphaël de l'Enfant Jésus Ven 16 Nov 2018 - 16:34

» Que mon désir soit de donner
par Raphaël de l'Enfant Jésus Ven 16 Nov 2018 - 16:26

» Chapelet du jeudi 15 novembre 2018 à Lourdes
par Raphaël de l'Enfant Jésus Jeu 15 Nov 2018 - 20:56

» Prions avec Luisa Piccarreta
par Lumen Jeu 15 Nov 2018 - 18:06

» Journée Mondiale des Pauvres 2018 - Neuvaine
par Lumen Jeu 15 Nov 2018 - 14:04

» Entrez dans le mystère de l'éternité : Pourquoi et comment prier pour les défunts ? Le purgatoire, qu'est-ce que c'est ?
par Lumen Jeu 15 Nov 2018 - 13:10

» Paul, par son exemple, prêche la Parole du Christ... une parole incarnée
par Lumen Jeu 15 Nov 2018 - 12:56

Qui est en ligne ?
Il y a en tout 27 utilisateurs en ligne :: 1 Enregistré, 0 Invisible et 26 Invités :: 2 Moteurs de recherche

Raphaël de l'Enfant Jésus

Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 264 le Jeu 27 Mar 2014 - 20:02

Partagez | 
 

 ne craignez pas méditation

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: ne craignez pas méditation   Lun 18 Aoû 2008 - 7:54

Système naturel de protection, la peur est un mécanisme d’alarme fragile qui a parfois tendance à se dérégler. Elle se transforme alors en peur de la vie et de la mort. D’où vient la peur ? Comment fonctionne-t-elle ? Peut-on la maîtriser ?

Dures, dures, les nouvelles de ces dernières semaines



Catastrophes aériennes, attentats, incendies, insécurité, délocalisations... Face à cette avalanche continue de mauvaises nouvelles, un sentiment prédomine : la peur. Peur pour soi, peur pour les autres, peur du présent, peur de l’avenir... Peur d’être à son tour ballotté, malmené, blessé, anéanti... On finirait par ressembler à cet homme, dépeint par l’écrivain Anatole France (1), qui ouvrait chaque matin son journal en « tremblant » et pour qui même « les faits les plus insignifiants et les plus vulgaires incidents [se transformaient] en préludes de révolutions, en prodromes de cataclysmes » , convertissant ainsi sa vie en « un perpétuel effroi ».

Pourtant, la peur est un sentiment légitime et naturel : dès qu’un danger potentiel est détecté, notre mécanisme de défense nous place physiquement en état d’alerte : immobilisation, modification de la pression sanguine, accélération du rythme cardiaque, production d’hormones...
Mais aujourd’hui, notre système d’alarme s’est déréglé



Il est devenu hyper sensible et se déclenche à tout bout de champ. On n’a jamais autant parlé de peurs, d’anxiété, d’angoisses, de phobies... Dans la rue, le moindre éclat de voix inhabituel fait sursauter. S’il l’on croise un attroupement de jeunes un peu agités, on reste sur ses gardes. Au travail, on tend l’oreille aux dernières rumeurs de peur qu’elles nous concernent. Dans la queue aux caisses des supermarchés, une décharge d’adrénaline nous saisit dès qu’on soupçonne quelqu’un de vouloir doubler la file... Face à ces peurs de plus en plus envahissantes, certains choisissent de se protéger en se plaçant sous anesthésie médicamenteuse. La France détient le record de consommation d’antidépresseurs, de somnifères et de tranquillisants. D’après les statistiques du ministère de la santé (année 2002), près d’un Français sur dix a recours à ce type de substances psycho-actives. Les risques de dépendance sont réels : plus de 6 millions de Français en consomment, au moins une fois par semaine. Dans Francoscopie 2003, qui dresse l’état des lieux de la France, on parle même d’une « augmentation constante » de cette consommation.
D’où viennent ces peurs irraisonnées ?



D’après le psychiatre Christophe André (2), les causes peuvent être multiples : hérédité, personnalité plus sensible, éducation (les parents transmettent souvent leurs peurs à leurs enfants), événements traumatisants (deuil, maladie, accidents, etc.), entre autres. On peut aussi y déceler des appels plus existentiels. Derrière chaque peur, analyse Charles Rojzman, sociothérapeute (3), se cache en fait un besoin. « Ainsi, écrit-il, la peur de l’inconnu renvoie-t-elle au besoin de certitude ; la peur de l’agression et de l’envahissement, à un besoin de sécurité et de territoire ; la peur de ne pas être aimé, à un besoin d’amour et de réconfort ; et enfin la peur d’être jugé, à un besoin de valorisation. » La peur traduit un manque, une blessure qui ne s’est pas encore refermée. Il faut alors s’interroger : « De quoi ai-je peur ? En quelles circonstances ? Qu’est-ce que cela déclenche en moi ? Cette peur est-elle réellement fondée ? Depuis quand ai-je ainsi peur ? A la faveur de quelle occasion ? » La peur s’enracine aussi dans des visions du monde anxiogènes que le Dr Christophe André a résumées en trois formules. La première : « Le monde est dangereux et j’ai peur de tout ce qui peut se passer », autrement dit le danger vient de l’extérieur, on a tendance à échafauder les pires scénarios catastrophes. La seconde vision du monde sous-entend que le danger vient de l’intérieur : « Je ne suis pas fiable, et j’ai peur de mes propres réactions », on a peur de sa propre peur et des conséquences qu’elle peut entraîner (peur de se sentir mal, de perdre ses moyens, etc.). La troisième motivation, qui peut se combiner avec les deux premières, assure : « Je ne suis pas capable de faire face, et je ne peux pas me faire confiance (je ne peux survivre que par la fuite et l’évitement ».


Pour faire face à toutes ces peurs qui pourrissent, au sens propre, notre existence, les chrétiens se tournent vers celui qui ne cesse de répéter « N’aie pas peur ! »



Cette expression revient plus d’une centaine de fois dans la Bible. Dieu vient exorciser nos peurs, qui remontent à l’origine de l’humanité. Dans le livre de la Genèse, après avoir écouté la voix du serpent, Adam et Eve se cachent quand ils entendent Dieu venir à leur rencontre. « J’ai eu peur », avoue Adam (Livre de la Genèse chapitre 3, verset 10). Dès cet instant-là, la peur contamine toute la création et brise l’harmonie, voulue et instaurée par Dieu. Comme les facettes d’un même diamant noir, la peur de Dieu engendre la peur de l’autre, et de soi.
Sommes-nous condamnés à vivre la peur au ventre ?



« Tous les hommes ont peur, tous, celui qui n’a pas peur n’est pas normal », constatait le philosophe Jean-Paul Sartre. La bonne nouvelle, affirment les chrétiens, c’est que Jésus Christ est venu délivrer l’homme de ses peurs. Cette promesse, qui court dans toute la Bible, est accomplie par la naissance du Christ. Dans l’évangile selon saint Luc, Zacharie, le père de Jean Baptiste, s’exclame à propos de Jésus : « Béni soit le Seigneur, le Dieu d’Israël, qui visite et rachète son peuple. Il a fait surgir la force qui nous sauve dans la maison de David, son serviteur, [...] serment juré à notre père Abraham de nous rendre sans crainte » (Lc 1, 69.73). Dieu est non seulement venu nous délivrer de nos peurs mais aussi de la peur par excellence : celle de la mort. « Il a rendu libres ceux qui, par crainte de la mort, passaient toute leur vie dans une situation d’esclaves », lit-on dans l’épître aux Hébreux (2, 15)
Mais alors comment guérir concrètement de la peur ?



Tout d’abord, répondent les chrétiens, en croyant que ces promesses de Dieu sont valables pour nous, aujourd’hui et maintenant. Autre étape indispensable : repérer la nature et le contour exact de ces peurs. Au XIVème siècle, Catherine de Sienne affirmait déjà que la vie spirituelle commençait par la connaissance de soi. Parfois, on ne peut pas y arriver tout seul, il est alors judicieux de se faire aider par des personnes compétentes (psys, prêtres, pasteurs, etc.). Et ensuite ? Aller déposer, par la prière, aux pieds de la croix du Christ toutes ces peurs en les nommant. Jésus invitait souvent ses interlocuteurs à lui préciser ce dont ils voulaient être délivrés. « Que veux-tu que je fasse pour toi ? », demande-t-il à l’aveugle (Marc 10, 51). Il a besoin d’entendre notre désir, de sentir l’engagement de notre liberté. Cette prière a une dimension à la fois personnelle (on s’adresse directement à Dieu dans le secret de notre cœur) et communautaire (prière confiée à un groupe de chrétiens ou présentée au cours de l’assemblée dominicale). Alors, peu à peu, les nœuds qui entravaient notre vie se desserrent puis se défont. C’est là l’œuvre très concrète du Saint Esprit. Saint Paul dans l’épître aux Galates (5, 22-23) en énumère les fruits : « voici ce que produit l’Esprit : amour, joie, paix, patience, bonté, bienveillance, foi, humilité et maîtrise de soi. »
Ce chemin de libération est parfois tortueux



Il faut parfois traverser des doutes, en surmonter d’autres. Rien d’anormal, assurent les chrétiens qui parlent de « combat spirituel ». Celui-ci passe notamment par l’abandon d’images fausses de Dieu que l’on porte, parfois inconsciemment, en soi : par exemple, l’image d’un Dieu tyrannique, dominateur, qui ne veut pas notre bien. « La crainte disparaît quand l’amour est là, confirme le jésuite Marcel Domergue (4), comme le dit saint Jean, dans sa première épître (4, 18) : « Il n’y a pas de crainte dans l’amour, l’amour parfait chasse la crainte ; car la crainte est liée au châtiment, et celui qui reste dans la crainte n’a pas atteint la perfection de l’amour ». C’est ce qu’a vécu Marianne Blondeel, 47 ans (Cf. Alpha News n°6, mars - août 2005). « Nous avions été élevés dans l’obligation de ne rien demander à personne, de nous débrouiller par nous-même » , confie-elle. La peur de ne pas être la hauteur et l’impossibilité de demander un soutien l’a conduit à la dépression. C’est à Alpha qu’elle a fait une découverte toute simple : « J’ai compris que je pouvais demander un aide au Christ. J’ai découvert que je pouvais me faire accompagner par d’autres en leur demandant de prier pour moi, sans avoir besoin d’entrer dans les détails. Toute ma vie a pris une couleur différente. »


La voix de la tempête



En relisant le passage où Jésus apaise la tempête qui terrifie les disciples (Marc 4, 35-41), le pasteur Philippe Joret de Montpellier (5) ajoute : « « Le pire, ce n’est pas tant la tempête elle-même, c’est la voix qui parle dans la tempête en vous susurrant : “Dieu vous a abandonnés pour de bon, c’est fini, vous allez tous mourir, cette fois-ci !”. C’est cette voix de la déprime, du découragement, du manque de foi en Dieu que Jésus fait taire quand il se réveille. » » Dans sa lettre pour l’année 2005, intitulée « Un avenir de paix » , Frère Roger, fondateur de la communauté de Taizé et assassiné le 16 août, concluait sa méditation par ces mots : « Dans l’Évangile, il nous est offert de découvrir cette réalité surprenante : Dieu ne crée ni peur ni inquiétude, Dieu ne peut que nous aimer. Par la présence de son Esprit Saint, Dieu vient transfigurer nos cœurs. Et, dans une prière toute simple, nous pouvons pressentir que nous ne sommes jamais seuls : l’Esprit Saint soutient en nous une communion avec Dieu, non pas pour un instant, mais jusque dans la vie qui ne finit pas. »

Auteur : Gilles Donada

(1) « Les sept femmes de Barbe-bleue et autres contes merveilleux » (1886) (2) Auteur de « Psychologie de la peur, craintes, angoisses et phobies », éd. Odile Jacob (3) Auteur de « La peur, la haine et la démocratie », éd. Desclée de Brouwer. (4) Propos extraits d’une rencontre organisée le 21 mai à la chapelle Notre-Dame de la Sagesse (Paris) sur le thème « Vaincre l’Esprit de peur », disponible en CD. Rens. 01 53 61 37 20 (5) Extrait d’une conférence à la réunion régionale Alpha de Paris, septembre 2004.

Réagissez à cet article en écrivant à alphanews@coursalphafrance.org
A lire quand la peur vous saisit !



« Ne crains pas, car je suis avec toi ; ne jette pas ces regards inquiets, car je suis ton Dieu. Je t’affermis et je t’assiste, je te soutiens de ma main victorieuse. » Isaïe 41, 10

« Oui, il me réserve un lieu sûr au jour du malheur ; il me cache au plus secret de sa tente, il m’élève sur le roc. » Psaume 26 (27), 5

« Ne les crains pas, car je suis avec toi pour te délivrer. » Jérémie 1, 8.

« Il donne mission à ses anges de te garder sur tous tes chemins. Ils te porteront sur leurs mains pour que ton pied ne heurte les pierres » Psaume 90 (91),11-12

« Ne crains ni la frayeur soudaine, ni la tourmente des méchants, quand elles arrivent ; car le Seigneur sera ton assurance, il préservera tes pieds de tout piège. » Proverbes 3, 25-26

« Ce n’est pas un esprit de peur que Dieu nous a donné, mais un esprit de force, d’amour et de raison. » 2 Timothée 1, 7

« Dirige ton chemin vers le Seigneur, fais-lui confiance, et lui, il agira. » Psaume 37 (38), 5

« Ne vous faites pas tant de souci pour demain : demain se souciera de lui-même ; à chaque jour suffit sa peine. » Matthieu 6, 34

La Bible révèle comment Dieu aide les hommes à lutter contre la peur (ici, discussion lors du cours Alpha de Sartrouville (Yvelines)>

Auteur : Gilles Donada

Recevoir le dernier numéro d’AlphaNews
Revenir en haut Aller en bas
 
ne craignez pas méditation
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
À Toi NOTRE PÈRE par les Saints Cœurs de JÉSUS, MARIE et JOSEPH.. :: DISCUSSION GÉNÉRALE-
Sauter vers: