À Toi PÈRE ÉTERNEL par les Saints Cœurs de JÉSUS , MARIE et JOSEPH..

Forum Catholique sous la protection de Saint Michel, faisant mémoire de Sylvie la fondatrice, Dévotions au Sacré Coeur, au Coeur Immaculé de Marie, au Coeur Chaste de Joseph et autres, Fidélité aux 3 Blancheurs et aux Dogmes et Doctrines de l'Eglise...
 
AccueilPortailS'enregistrerConnexion
Derniers sujets
» Pensée du jour: De même, tu dois toujours te laisser enflammer de Mon Amour avant de pouvoir le donner aux autres
Aujourd'hui à 10:21 par Raphaël de l'Enfant Jésus

» « … Elles n’ont personne qui se sacrifie et prie pour elles »
Aujourd'hui à 10:14 par Raphaël de l'Enfant Jésus

» Prières
Aujourd'hui à 9:11 par Mea culpa

» ROSAIRE PERPÉTUEL
Aujourd'hui à 8:56 par Mea culpa

» 19 août Bienheureux Guerric d'Igny
Aujourd'hui à 0:40 par ami de la Miséricorde

» 19 août Saint Jean Eudes
Aujourd'hui à 0:31 par ami de la Miséricorde

» Dialogue du réconfort dans les tribulations de Saint Thomas More
Aujourd'hui à 0:07 par ami de la Miséricorde

» Donne-nous notre Pain de ce jour (Vie) : Parole de DIEU*
Hier à 23:39 par Lumen

» Le Mois avec Sainte Claire
Hier à 20:28 par Lumen

» L'Âme d'Adoration
Hier à 19:32 par Lumen

» Les Noms que Désignent le Sacrement de l'EUCHARISTIE
Hier à 19:16 par Lumen

» Prier avec le Frère Charles de Foucauld
Hier à 18:51 par Lumen

» Chapelet du 18 août 2017 à Lourdes
Hier à 17:51 par Raphaël de l'Enfant Jésus

» Prêtres Prophètes et Rois 2 - Père Georges Henri Pérès - 1er Octobre 2015
Hier à 12:55 par Lumen

» Jésus nous parle de l'indissolubilité du mariage.
Hier à 12:45 par Lumen

» Mot du jour : Les enfants
Hier à 12:36 par Lumen

» 22 Août, Fête de Marie Reine immaculée de l'Univers
Hier à 12:00 par Lumen

» David épargne Saül
Hier à 11:43 par Lumen

» Un mois pour vivre plus intensément avec Marie
Hier à 11:26 par Lumen

» Pensée du jour: Une seule chose importe: Me faire plus confiance dans ta vie, Me laisser agir davantage
Hier à 10:03 par Raphaël de l'Enfant Jésus

» Fatima complète Paray-le-Monial
Hier à 9:43 par Raphaël de l'Enfant Jésus

» 18 août Notre-Dame de Liesse
Jeu 17 Aoû 2017 - 23:43 par ami de la Miséricorde

» 18 août Sainte Hélène
Jeu 17 Aoû 2017 - 23:10 par ami de la Miséricorde

» Procession eucharistique du 17 août 2017 à Lourdes
Jeu 17 Aoû 2017 - 20:14 par Raphaël de l'Enfant Jésus

» Chapelet du 17 août 2017 à Lourdes
Jeu 17 Aoû 2017 - 20:07 par Raphaël de l'Enfant Jésus

» Au Vietnam, le représentant du Saint-Siège appelle à la liberté religieuse
Jeu 17 Aoû 2017 - 20:06 par Lumen

» Introduction Ancien Testament - Prêtres Prophètes Rois -- Père Georges Henri Pérès 17/09/2015
Jeu 17 Aoû 2017 - 19:29 par Lumen

» L’Eucharistie à l’école de Marie
Jeu 17 Aoû 2017 - 18:31 par Lumen

» Les trois blancheurs : Le Songe de Don Bosco
Jeu 17 Aoû 2017 - 18:10 par Lumen

»  Prier pour la France
Jeu 17 Aoû 2017 - 17:37 par Lumen

Qui est en ligne ?
Il y a en tout 29 utilisateurs en ligne :: 1 Enregistré, 0 Invisible et 28 Invités :: 2 Moteurs de recherche

Lumen

Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 264 le Jeu 27 Mar 2014 - 20:02

Partagez | 
 

 Sainte Agostina Livia Pietrantoni

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Admin
Admin
avatar

Messages : 3637
Date d'inscription : 21/04/2008

MessageSujet: Sainte Agostina Livia Pietrantoni    Sam 13 Nov 2010 - 3:55

Sainte Agostina Livia Pietrantoni
Vierge, de la Congrégation des Sœurs de la Charité de
Santa Giovanna Antida Thouret
(1864-1894)




Une terre... une famille

« Il y avait une fois et il y a encore, avec un nouveau visage, un village nommé Pozzaglia, dans les collines de la Sabine... et il y avait une maison bénie, nid rempli de voix enfantines, parmi lesquelles, celle d'Olivia, appelée ensuite Livia, qui prendra en religion le nom d'Agostina... ».

La vie très brève de Sœur Agostina qui a inspiré à Paul VI, le Pape de sa béatification, des accents d'une poésie extraordinaire pour en retracer le cours, commence et se déroule : « simple, limpide, pure, aimante... mais à la fin, douloureuse et tragique... ou mieux symbolique ».

27 mars 1864. C'est dans le petit village de Pozzaglia Sabina, à 800 mètres d'altitude, dans la belle zone géographique qui s'étend entre Riéti, Orvinio, Tivoli, que Livia est née et qu'elle est baptisée. Deuxième de onze enfants ! Ses parents, Francesco Pietrantoni et Caterina Costantini, petits agriculteurs, travaillent leur terre et quelques compléments en location. Dans la maison bénie où « tous étaient attentifs à faire le bien et où l'on priait souvent », l'enfance et la jeunesse de Livia s'imprègnent des valeurs de la famille honnête, laborieuse et religieuse, marquées surtout par la sagesse de l'oncle Domenico, un véritable patriarche.

À quatre ans, Livia reçoit le sacrement de la Confirmation et vers 1876, elle fait sa première communion, avec une conscience certainement extraordinaire, si l'on en juge par la vie de prière, de générosité, de donation qui a suivi. Très tôt, dans la grande famille, où tous semblent avoir droit à son temps et à son aide, elle apprend de sa Maman Caterina les attentions et les gestes maternels qu'elle exprime avec douceur à l'égard de ses nombreux petits frères. Elle travaille dans les champs et prend soin des bêtes. Elle ne connaît donc guère les jeux, ni l'école qu'elle fréquente de façon irrégulière, mais dont elle réussit pourtant à tirer un profit extraordinaire, au point de mériter de ses compagnes le titre de « professeur ».

Travail et ... fierté

À sept ans, avec d'autres enfants, elle commence à « travailler », transportant par milliers des sacs de cailloux et de sable pour la construction de la route qui va d'Orvinio à Poggio Moiano. À douze ans, elle part avec d'autres jeunes « saisonnières » qui se rendent à Tivoli, durant les mois d'hiver, pour la récolte des olives. Précocement sage, Livia assume la responsabilité morale et religieuse de ses jeunes compagnes, les soutient dans ce rude travail, loin de la famille et tient tête avec fierté et courage aux « chefs », arrogants et sans scrupules.

Vocation et détachement

Livia est une jeune fille qui plaît par sa sagesse, son sens de l'autre, sa générosité, sa beauté... et plusieurs jeunes, au village, ont les yeux sur elle. Leurs regards d'admiration ne passent pas inaperçus de Maman Caterina qui songe à bien placer sa fille. Mais qu'en pense Livia ? Quel secret garde-t-elle ? Pourquoi ne choisit-elle pas ? Pourquoi ne se décide-t-elle pas ? "Rendue audacieuse par la voix qui lui parle intérieurement, celle de sa vocation, elle se rend : c'est le Christ qui sera son Amour, le Christ, son Époux. Sa recherche s'oriente vers une vie de sacrifice. À qui, en famille ou au village, veut la détourner de sa décision la définissant comme une fuite du travail, Livia répond : « Je veux choisir une congrégation où il y a du travail pour le jour et pour la nuit » et tous sont sûrs de l'authenticité de ces paroles. Un premier voyage à Rome, en compagnie de l'Oncle Fra' Matteo, se termine par une désillusion cuisante : on refuse de l'accepter. Quelques mois plus tard, pourtant, la Supérieure générale des Sœurs de la Charité, lui fait savoir qu'elle l'attend à la Maison Générale. Livia comprend que cette fois l'adieu est pour toujours. Avec émotion, elle salue les habitants du village, tous les coins de son pays, ses lieux de prières, la paroisse, la Vierge de la Rifolta ; elle embrasse ses parents ; elle reçoit à genoux, la bénédiction de l'oncle Domenico, « baise la porte de sa maison, y trace un signe de croix et s'en va en courant ».

Formation et service

23 mars 1886. Livia a vingt-deux ans quand elle arrive à Rome, Via S. Maria In Cosmedin. Quelques mois de postulat et de noviciat suffisent à prouver que la jeune fille a l'étoffe d'une Sœur de la Charité, c'est-à-dire d'une « servante des pauvres », selon la tradition de St Vincent de Paul et de Ste Jeanne-Antide. Livia, en effet, apporte au couvent, un potentiel humain hérité de sa famille particulièrement solide qui offre toute garantie. Quand elle prend l'habit religieux et qu'on lui donne le nom de Sœur Agostina, elle a le pressentiment que c'est à elle que reviendra de devenir la sainte portant ce nom : Elle ne connaît pas en effet de Ste Agostina !

Envoyée à l'hôpital du Saint-Esprit, que sept cents ans de glorieuse histoire ont fait définir comme « l'école de la charité chrétienne », dans le sillage des saints qui l'ont précédée parmi lesquels Charles Borromée, Joseph Casalance, Jean Bosco, Camille de Lellis... Sr Agostina offre sa contribution personnelle et, dans ce lieu de souffrances, elle exprime la charité jusqu'à l'héroïsme.

Silence, prière et bonté

L'ambiance de l'hôpital est hostile à la religion. La question romaine empoisonne les esprits. Les Pères Capucins sont chassés, on interdit le Crucifix et tout autre signe religieux. On voudrait bien aussi éloigner les sœurs, mais on craint l'impopularité : on leur rend la vie « impossible » et on leur défend de parler de Dieu ; mais Sr Agostina n'a pas besoin de sa bouche pour « crier Dieu » et aucun bâillon ne peut interdire à sa vie d'annoncer l'Évangile ! D'abord dans le service des enfants, puis dans celui des tuberculeux, règne du désespoir et de la mort, où elle attrape la contagion mortelle dont elle guérit par miracle, elle montre un dévouement total et une attention extraordinaire à chaque malade, surtout aux plus difficiles, violents et obscènes, comme Romanelli.

En secret, dans un petit coin caché, elle a trouvé une place à la Vierge Marie, pour qu'elle demeure à l'hôpital ; elle lui recommande ses malades et lui promet des veilles plus nombreuses, de plus grands sacrifices, pour obtenir la grâce de la conversion des plus obstinés. Que de fois ne lui a-t-elle pas présenté Joseph Romanelli ? C'est le pire de tous, le plus vulgaire et le plus insolent surtout envers Sœur Agostina qui multiplie les attentions, à son égard et, avec grande bonté, accueille sa maman aveugle quand elle vient lui rendre visite. De lui on peut tout attendre, tous en ont assez. Quand, après une énième bravade aux dépends des femmes qui travaillent à la buanderie, le Directeur le chasse de l'hôpital, sa rage cherche une cible et la pauvre Agostina est la victime désignée. « ...Je te tuerai de mes mains ! », « Sœur Agostina, tu n'as plus qu'un mois à vivre » sont les menaces qu'il lui fait envoyer à plusieurs reprises par des billets.

Romanelli ne plaisante pas, en effet, et Sœur Agostina, non plus. Elle ne met pas de limites à sa générosité pour le Seigneur. Elle est prête à payer de sa propre vie le prix de l'amour, sans fuir, sans accuser. Quand Romanelli la surprend et la frappe sans qu'elle puisse échapper, ce 13 novembre 1894, de ses lèvres ne sortent que les invocations à la Vierge et les paroles du pardon.

Elle fut béatifiée le 12 Novembre 1972 par Paul VI et canonisée le 18 Avril 1999 à Rome par le Pape Jean-Paul II.

Site officiel du Vatican - Copyright © Libreria Editrice Vaticana

Revenir en haut Aller en bas
http://forumdeprieres.forumsactifs.com
 
Sainte Agostina Livia Pietrantoni
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
À Toi PÈRE ÉTERNEL par les Saints Cœurs de JÉSUS , MARIE et JOSEPH.. :: SAINTS ET BIENHEUREUX :: La Communion des Saints et des Bienheureux-
Sauter vers: