À Toi NOTRE PÈRE par les Saints Cœurs de JÉSUS, MARIE et JOSEPH..

Forum Catholique sous la protection de Saint Michel, faisant mémoire de Sylvie la fondatrice, Prières, Dévotions au Sacré Coeur, au Coeur Immaculé de Marie, au Coeur Chaste de Joseph et autres, Fidélité aux 3 Blancheurs et au Magistère de l'Eglise...
 
AccueilPortailS'enregistrerConnexion
Derniers sujets
» Prières
par Raphaël de l'Enfant Jésus Hier à 20:31

» Chapelet du mardi 12 décembre 2017 à Lourdes
par Raphaël de l'Enfant Jésus Hier à 20:29

» ROSAIRE PERPÉTUEL
par Lumen Hier à 17:07

» Le Mois de Jésus naissant**
par Lumen Hier à 16:37

» La prière est la lumière de l'âme
par Lumen Hier à 16:18

» Pour l'Avent: "Avec S. Augustin, désirer la venue du Seigneur"
par Lumen Hier à 15:22

» Avent dans la Ville 2017 : • Jésus, Lumière des nations •
par Lumen Hier à 15:08

» Représentations de la Vierge enceinte, Vierge de l’attente, qui accueille et bénit la Vie.
par Lumen Hier à 14:47

» Donne-nous notre Pain de ce jour (Vie) : Parole de DIEU*
par Lumen Hier à 14:35

» Textes Liturgiques du Mardi 12 décembre 2017 : 2ème Semaine de l'Avent.
par Lumen Hier à 13:34

» Patronne des Amériques et étoile de l'Évangélisation
par Raphaël de l'Enfant Jésus Hier à 11:24

» Pensée du jour: Mon enfant, si tu savais comme Je suis heureux de Me pencher sur toi...
par Raphaël de l'Enfant Jésus Hier à 11:05

» « Viens Emmanuel, viens, viens me sauver ! »
par Lumen Lun 11 Déc 2017 - 21:55

» Mois de Notre Dame de la Salette
par Lumen Lun 11 Déc 2017 - 21:41

» Porter un enfant
par Lumen Lun 11 Déc 2017 - 20:56

» Chapelet du lundi 11 décembre 2017 à Lourdes
par Raphaël de l'Enfant Jésus Lun 11 Déc 2017 - 20:04

» Prions avec Luisa Piccarreta
par Lumen Lun 11 Déc 2017 - 20:04

» Prier le Notre Père avec saint Thomas d'Aquin
par Lumen Lun 11 Déc 2017 - 19:05

» Textes Liturgiques du Lundi 11 décembre 2017 : 2ème Semaine de l'Avent.
par Lumen Lun 11 Déc 2017 - 13:00

» Pensée du jour: Mon enfant, l'Amour ne s'impose pas. Il ne prend que la place que tu Lui accordes...
par Raphaël de l'Enfant Jésus Lun 11 Déc 2017 - 9:53

» En ce temps de l’Avent nous sommes invités à contempler Marie
par Raphaël de l'Enfant Jésus Lun 11 Déc 2017 - 9:31

» Non aux armes nucléaires, oui à «la liberté, l’intelligence et la capacité» de paix
par Raphaël de l'Enfant Jésus Dim 10 Déc 2017 - 19:01

» Emmanuel !
par Lumen Dim 10 Déc 2017 - 19:00

» Angélus: parler avec douceur, pour préparer la venue du Christ doux et humble de Coeur
par Raphaël de l'Enfant Jésus Dim 10 Déc 2017 - 18:49

» Chapelet du dimanche 10 décembre 2017 à Lourdes
par Raphaël de l'Enfant Jésus Dim 10 Déc 2017 - 18:36

» « Consolez, consolez mon peuple, — dit votre Dieu
par Lumen Dim 10 Déc 2017 - 18:35

» Textes Liturgiques du Dimanche 10 décembre 2017 : 2ème Semaine de l'Avent.
par Lumen Dim 10 Déc 2017 - 15:02

» L’Angleterre de nouveau « dot de Marie » dès 2020
par Raphaël de l'Enfant Jésus Dim 10 Déc 2017 - 9:46

» Pensée du jour: Enfant chéri de Mon Coeur, viens te jeter dans Mes bras.
par Raphaël de l'Enfant Jésus Dim 10 Déc 2017 - 9:16

» La bonne hauteur
par Lumen Dim 10 Déc 2017 - 0:33

» Heureux qui espère le Seigneur !
par Lumen Sam 9 Déc 2017 - 23:42

» Immaculée Conception
par Lumen Sam 9 Déc 2017 - 21:33

» Prions pour et avec les malades
par Lumen Sam 9 Déc 2017 - 19:24

» Prions pour le respect des droits de l'homme
par Lumen Sam 9 Déc 2017 - 19:15

» Pour son diocèse, le pape demande à Marie une « bonne habitude » quotidienne
par Raphaël de l'Enfant Jésus Sam 9 Déc 2017 - 18:59

» Prions le chapelet avec les témoins de la foi
par Lumen Sam 9 Déc 2017 - 18:54

» Journée contre la corruption: « un mal construit sur l’idolâtrie de l’argent »
par Raphaël de l'Enfant Jésus Sam 9 Déc 2017 - 18:48

» Sainte-Marthe : comment savoir si je suis humble ?
par Raphaël de l'Enfant Jésus Sam 9 Déc 2017 - 18:42

» Chapelet du samedi 9 décembre 2017 à Lourdes
par Raphaël de l'Enfant Jésus Sam 9 Déc 2017 - 18:16

» Textes Liturgiques du Samedi 09 décembre 2017 : 1ère Semaine de l'Avent.
par Lumen Sam 9 Déc 2017 - 12:43

Qui est en ligne ?
Il y a en tout 10 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 10 Invités :: 2 Moteurs de recherche

Aucun

Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 264 le Jeu 27 Mar 2014 - 20:02

Partagez | 
 

 Saint Jean Diego CUAUHTOLATOATZIN

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Saint Jean Diego CUAUHTOLATOATZIN   Jeu 9 Déc 2010 - 3:37

Saint Jean Diego CUAUHTOLATOATZIN


Nom: CUAUHTOLATOATZIN

Prénom: Jean Diego (Juan Diego)

Pays: Mexique

Naissance: 1474 à Cuauhtitlan (Royaume de Texcoco)

Mort: 1548

Etat: Laïc

Note: Béatification: = Reconnaissance du culte. - Converti et baptisé à 48 ans (vers 1524). La Vierge Marie se manifeste à lui en décembre 1531. C'est l'origine du sanctuaire de N.D. de Guadalupe.

Béatification: 06.05.1990 à Mexico - N.D. de Guadalupe par Jean Paul II

Canonisation: 31.07.2002 à Mexico - N.D. de Guadalupe par Jean Paul II

Fête: 12 décembre

Réf. dans l’Osservatore Romano: 1990 n.20 - 2002 n.9 p.9-10 - n.32 p.

Réf. dans la Documentation Catholique: 1990 p.588-590
Notice brève



Cuauhtolatoatzin (‘l’aigle qui parle’), qui deviendra le voyant de Notre-Dame de Guadalupe, naît vers 1474 au Mexique. Lorsque les premiers missionnaires franciscains arrivent au pays, il est baptisé à l’âge de 48 ans et reçoit le nom de Juan Diego. Il se rend régulièrement à la ville de Mexico pour y suivre l’instruction chrétienne. Or, sur son chemin, le samedi 9 décembre 1531, en longeant la colline de Tepeyac aux approches de Mexico, il entend la Vierge qui l’appelle avec douceur. Elle lui demande qu’une église soit édifié à cet endroit. Il transmet sa requête à l’évêque qui lui demande un signe. La Sainte Vierge lui dit alors d’aller cueillir les fleurs qu’il trouvera au sommet de la colline, chose apparemment impossible vu l’aridité du lieu et le froid de la saison. Mais Juan Diego en trouve de splendides, en remplit sa ‘tilma’ (manteau) et quand il les laisse tomber aux pieds de l’évêque, celui-ci voit en même temps l’image miraculeuse de la Vierge imprimée sur la tilma, telle que nous la voyons encore aujourd’hui. Il en est bouleversé. Le récit de ces apparitions se répand rapidement dans les pays alentour, favorisant la conversion de beaucoup d’Indios (Indiens) qui se sentent immédiatement aimés et compris de cette Dame au visage métissé. Juan Diego se fait le propagateur du Message jusqu’à sa mort en 1548. Actuellement N.-D. de Guadalupe reçoit 20 millions de pèlerins par an.
Notice développée



Le voyant de Notre-Dame de Guadalupe est le premier Indien ('Indio'), le premier autochtone canonisé en Amérique. Il naît vers l'an 1474 à Cuauhtitlan (Royaume de Texcoco). Il s'appelle Cuauhtolatoatzin, ce qui veut dire "l'aigle qui parle". Vers l'an 1524, à l'âge de 48 ans, il se convertit et il est baptisé par les premiers Franciscains arrivés dans le pays. Il reçoit le nom de Juan (Jean) Diego. Dès cette époque, il vit saintement, toujours occupé à des fonctions au service du Seigneur, participant régulièrement à la 'doctrine' et aux offices divins. Tous les Indiens de cette époque le considèrent comme un homme saint et l'appelle 'le pèlerin', car ils le voyaient toujours se rendre seul, les samedis et dimanche, à la 'Doctrine ' de Tlatelolco, quartier de Mexico où réside le premier groupe de Franciscains. Là on y apprend les choses de Dieu enseignées par ceux que Jean Diego appelle 'mes bien-aimés prêtres'. Le chemin est long, il doit partir très tôt du village de Tulpetlac où il habite alors et il marche vers le sud jusqu'à longer la colline de Tepeyac proche de Mexico.

Au moment des apparitions, Jean Diego est un homme mûr d'environ 57 ans, veuf depuis à peine deux ans, sa femme Maria Lucia étant décédée en 1529. Or le samedi 9 décembre 1531, en longeant la colline de Tepeyac, il y entend un chant merveilleux et une voix douce l'appelant du haut de la colline: "Juanito, Juan Dieguito." Arrivé en haut de cette colline, il rencontre une belle Dame qui se tient debout, enveloppée d'un manteau resplendissant comme le soleil. Elle se présente comme la mère de l'unique Dieu de tous les temps et de tous les peuples, dont la volonté est que soit édifié une église en ce lieu. De là, cette mère pourra offrir tout son amour à chaque être humain. Elle lui demande ensuite de communiquer sa volonté à l'évêque Jean de Zumarraga (originaire de Castille). Les rencontres avec cet Évêque sont éprouvantes pour Jean Diego, car il doit longuement faire antichambre et l'évêque ne croit pas du premier coup. Lorsqu'il revoit la Dame, il lui demande de se faire remplacer par un messager plus noble car il est un homme des champs, une personne sans importance et, en termes affectueux, il ajoute: "Ma Vierge, ma fille la plus petite, ma Dame, mon enfant, s'il te plaît, dispense-moi; j'affligerai de peine ton visage; je tomberai dans ton mépris, ma Reine et Patronne." La Reine du Ciel lui répond avec la même familiarité et la même tendresse en l'appelant 'le plus petit de mes fils', mais elle insiste 'avec fermeté' pour qu'il aille une deuxième fois trouver l'Évêque. Jean Diego y va le lendemain et l'Évêque encore réticent lui demande un signe comme preuve. Le voyant est découragé d'autant plus qu'en rentrant chez lui, il trouve son oncle malade, lequel, sentant sa fin imminente, lui demande d'aller à Mexico chercher un prêtre pour lui administrer l'extrême onction.

Le 12 décembre, de bon matin, Jean Diego se met en route vers le couvent des franciscains de Tlatelolco, mais pour aller plus vite, il cherche à éviter la Dame et contourne la colline par un autre côté. Celle-ci vient à sa rencontre. Confus, il lui avoue son trouble. Elle lui répond en lui adressant les paroles les plus belles qui pénètrent au plus profond de son être: "Écoute, que ton cœur sois certain, mon fils le plus petit, que ce qui t'afflige, ce qui te fait peur n'est rien; que ton visage, ton cœur, ne se troublent point; n'aie pas peur de cette maladie, ni d'une autre maladie, ni d'aucune autre douleur. Ne suis-je pas ici, moi qui suis ta mère? N'es-tu pas sous mon ombre et ma protection? Ne suis-je pas la source de ta joie? N'es-tu pas sous les plis de mon manteau, entouré de mes bras? As-tu besoin d'autre chose?" Et la Mère de Dieu le rassure: "Qu'aucune autre chose ne t'afflige, ne te trouble; que la maladie de ton oncle ne t'opprime pas de douleur, car il ne mourra pas. Sois certain qu'il va déjà mieux." En effet à cet instant précis, la 'Très Sainte Marie' apparaît aussi à l'oncle et lui redonne la santé comme Jean Diego l'apprendra plus tard. Et pour qu'il puisse présenter à l'Évêque une preuve de son message, elle lui ordonne de monter au sommet de la colline où ils s'étaient rencontrés la première fois et elle lui dit: "Là, tu verras qu'il y a des fleurs; cueille-les, fais-en un bouquet puis descends et tu les porteras ici, devant moi." Lui obéissant avec confiance, Jean Diego gravit la colline bien qu'il sache qu'il n'y a aucune fleur en cet endroit caillouteux et aride. De plus on est en plein hiver, il fait très froid et la terre est gelée. Arrivé au sommet, il est saisi d'émerveillement, car devant lui il y a un beau jardin plein de multiples fleurs fraîches, couvertes de rosée, qui diffusent un parfum très doux, notamment des roses castillanes, délicate attention de la Vierge à l'égard de l'Évêque. Jean Diego commence alors à couper toutes les fleurs que peut contenir sa 'tilma' (manteau) et la Sainte Vierge l'envoie ainsi trouver l'Évêque. Au terme d'une longue attente il se retrouve pour la troisième fois devant lui. Il ouvre son manteau d'où tombent les fleurs. Et sur le manteau est peinte l'image de la Sainte Vierge Marie telle qu'on la voit encore aujourd'hui. Stupeur de l'Évêque et de son entourage. Il pleure et demande pardon de ne pas avoir réalisé la volonté du ciel. Jean Diego lui révèle le nom exact de la Dame: "la parfaite Sainte Vierge Marie de Guadalupe", Guadalupe étant déjà le nom d'un pèlerinage marial en Espagne. Toute la ville est en émoi. On admire la façon miraculeuse dont l'image est peinte. Aucun homme n'aurait pu faire cela.

Après les apparitions, Jean Diego reçoit l'autorisation d'habiter à côté de l'ermitage qui abrite l'image. Il veut être près du sanctuaire pour s'en occuper tous les jours, surtout le nettoyer, ce qui pour les autochtones est un véritable honneur, ceux-ci manifestant un grand respect pour les choses saintes. En effet les anciens, même les plus importants, se réjouissent de balayer les églises; ils conservent ainsi l'usage de leurs ancêtres au temps du paganisme lorsqu'ils montraient leur dévotion, même les riches, en nettoyant les temples. La grâce extérieure de la vision et du miracle s'accompagne d'une grâce intérieure pour Jean Diego: il prie, jeûne et recherche le silence. Disponible à tous ceux qui viennent vénérer l'image, il refait inlassablement son récit, si bien que l'histoire des apparitions se répand rapidement et s'étend non seulement au Mexique, mais dans toutes les Amériques. (Ainsi l'île de Guadeloupe porte son nom). A la suite des apparitions l'évangélisation des autochtones se fait rapidement et de façon inespérée, car au début elle piétinait. Les Indiens ont compris que cela les concerne aussi et que Notre-Dame les aime. Jean Diego meurt en 1548.

Depuis le début, la facture inexplicable de cette image a été pour les Mexicains une preuve de véracité du message. Et les analyses scientifiques récentes les plus poussées n'ont fait que confirmer ce caractère extraordinaire. Notamment parce que le tissu de la tilma, fabriqué à partir de feuilles d'agave, n'a normalement qu'une durée maximum de 20 ans. Or il est resté intact depuis l'apparition malgré l'humidité du lieu. Au contraire, certaines retouches faites au cours des âges commencent déjà à se dégrader ou à disparaître. En 1921, une bombe a été placée près de l'image pour la détruire. Tout a été démoli autour, même des marches de marbre du maître-autel et des vitres des maisons voisines, mais l'image est restée intacte et même le globe de verre qui la recouvrait.

L'Amérique a reconnu en Sainte Marie de Guadalupe "un grand exemple d'évangélisation parfaitement inculturée", soit par rapport au voyant qui a gardé son identité indienne, soit par rapport à l'image elle-même qui représente une personne métissée, marquant ainsi la vocation de l'Amérique d'être un point de rencontre pacifique entre des cultures et des peuples d'origines différentes. Notre-Dame de Guadalupe est "l'étoile de l'évangélisation des Amériques". Actuellement le sanctuaire reçoit 20 millions de pèlerins par an. C'est la plus forte affluence mondiale pour un sanctuaire. A la fin de la messe de canonisation de Jean Diego, le Pape a improvisé cette adresse aux Mexicains: "Avec le nouveau saint, vous avez un merveilleux exemple d'homme bon, à la conduite vertueuse, fils loyal de l'Église, docile à l'égard des Pasteurs, amoureux de la Vierge, bon disciple de Jésus."
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Saint Jean Diego CUAUHTOLATOATZIN   Dim 12 Déc 2010 - 11:12

J'étais absente. Viva San Juan Diego !
Et pour completer tes explications avec ce que les scientifiques ont découvert dans les yeux de la Vierge du mexique :

http://forumdeprieres.forumsactifs.com/marie-f23/notre-dame-de-guadalupe-suites-du-miracle-t7188.htm


Revenir en haut Aller en bas
 
Saint Jean Diego CUAUHTOLATOATZIN
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
À Toi NOTRE PÈRE par les Saints Cœurs de JÉSUS, MARIE et JOSEPH.. :: SAINTS ET BIENHEUREUX :: La Communion des Saints et des Bienheureux-
Sauter vers: